Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Theodor Fontane. Un promeneur dans le siècle

 | 
Marc Thuret

Fontane et la France

« What’s in a name ... » 1

Beckett lecteur de Fontane

Erika Tophoven
Traduction de Marc Thuret

Texte intégral

  • 1 Romeo and Juliet, II, 2, v. 43.

Paris

1On s’est souvent demandé ce qui avait bien pu pousser l’écrivain irlandais Samuel Beckett à glisser une allusion à Fontane, ou plus exactement à son héroïne Effi Briest, dans la pièce radiophonique All That Fall /Tous ceux qui tombent, écrite à Paris au cours de l’été 1956 pour la BBC de Londres. L’allusion se limite à vrai dire au prénom Effi, orthographié de surcroît de façon erronée « Effie ». Le titre de cette pièce se réfère à la Bible, où il est dit au verset 14 du psaume 145 :

« The Lord upholdeth all that fall, and raiseth up all those that be bowed down. »

« Jahvé soutient tous ceux qui tombent, il redresse tous ceux qui sont abattus. »

« Der Herr erhält alle, die da fallen, und richtet auf alle, die niedergeschlagen sind. »

2La vieille Mme Rooney, une grosse femme en mauvaise santé, s’est traînée jusqu’à la petite gare de Boghill, en Irlande, pour aller chercher son mari aveugle rentrant de son bureau en ville. Ils sont surpris, sur le chemin du retour, par l’arrivée de sombres nuages :

M. Rooney : Maudit soleil qui se cache. À quoi ressemble le ciel? (Vent).

Mme Rooney : À un ciel qui se voile. Fini le beau temps … pour aujourd’hui. (Un temps.) Ce sera bientôt la pluie, les premières grosses gouttes, plof ! plof ! dans la poussière.

  • 2 Mr. Rooney : Curse that sun, it has gone in. What is the day doing? - (Wind)

M. Rooney : Et ce salopard de baromètre au beau fixe. (Un temps.) Rentrons vite nous installer devant le feu. Nous tirerons les rideaux. Tu me liras un chapitre. Je sens qu’Effie va coucher avec le major. (Pas traînants.)2

  • 3 Voir l’article de Renate Böschenstein, « Caecilia Hexel und Adam Krippenstapel. Beobachtungen zu Fo (...)

3Quand les deux traducteurs, signant encore à l’époque Elmar Tophoven et Erika Schöningh, entreprirent, quelques mois plus tard, de traduire en allemand cette pièce, par laquelle Beckett revenait pour la première fois depuis dix ans à l’anglais, sa langue maternelle, ils ne doutèrent pas un instant que cette Effie n’était autre que l’Effi de Fontane, bien qu’ils se soient demandé d’où pouvait venir cet « e » final. était-ce l’orthographe du nom anglais ? Les Anglais connaissent bien, il est vrai, le diminutif Effie, dérivé d’Euphemia. Beckett aurait-il lu le roman de Fontane en anglais, dans une version où le prénom de l’héroïne aurait été anglicisé ? Ou s’agissait-il d’une autre Effi(e) ? Dans le roman de Walter Scott The Heart on Midlothian, on voit une Effie, aussi jeune et jolie que l’Effi de Fontane, tomber dans les bras d’un jeune aristocrate prenant, comme Crampas, la vie à la légère. Fontane, qui admirait Walter Scott, aurait, paraît-il, plusieurs fois sursauté d’admiration et versé « des verres » de larmes en lisant ce livre.3 Alors que les auditeurs qui écoutaient la pièce diffusée par la BBC en janvier 1957 devaient plutôt penser à l’héroïne Effie Deans de Walter Scott, les auditeurs allemands, eux, pensaient naturellement, lors de la première diffusion de la pièce, le Vendredi saint de la même année, sur les ondes du Nordwestdeutscher Rundfunk de Hambourg, à l’héroïne de Fontane. L’allusion au fameux roman allemand n’avait d’ailleurs pas échappé à un journaliste de l’hebdomadaire Der Spiegel dès l’émission de la BBC. On peut lire dans les cinq colonnes qu’il lui consacre sous le titre Sous le signe de Fontane (Kronzeuge Fontane) :

  • 4 « Bereits vor einigen Jahren hatte sich Beckett auf eine Äußerung des deutschen Romanschriftsteller (...)

« Il y a quelques années déjà, Beckett s’était référé à une déclaration de Fontane à propos du Stechlin disant qu’il aurait aussi bien pu écrire dans ses livres le contraire de ce que l’on y trouve. Beckett écrivait à peu près la même chose dans son roman Molloy : ‘Que je dise ceci ou cela, quelle importance ? Dire c’est inventer. Juste ou faux’. »4

  • 5 On trouve l’orthographe Effie dans Tous ceux qui tombent et dans La dernière bande. L’auteur ne tra (...)

4On n’aurait peut-être pas poursuivi l’enquête si le nom d’Effie5 n’était pas réapparu une fois encore deux ans plus tard dans le monodrame Krapp’s Last Tape / La dernière bande. Encore une fois, c’est un vieux grincheux, comme M. Rooney, qui, soudain pris d’un accès de nostalgie, évoque la figure romanesque d’Effie. Krapp a l’habitude, à chacun de ses anniversaires, d’enregistrer sur bande magnétique quelques-unes de ses pensées sur l’année écoulée. Avant de se lancer dans un nouveau retour en arrière, il aime écouter et commenter certains passages enregistrés au cours des années précédentes. Déroulant la bande dans un sens, puis dans l’autre, pour retrouver sur un enregistrement antérieur un de ses passages préférés, il tombe sur les phrases suivantes :

  • 6 Krapp : « Scalded the eyes out of me reading Effie again, a page a day, with tears again. Effie ... (...)

« Me suis crevé les yeux à lire Effie encore, une page par jour, avec des larmes encore. Effie... (Un temps.) Aurais pu être heureux avec elle, là-haut, au bord de la Baltique ... et les pins, et les dunes... (Un temps.) Non ? (Un temps.) Et elle ? (Un temps.) » 6

5À partir de là, on peut avancer avec certitude que Beckett connaissait l’oeuvre romanesque de Fontane, tout au moins Effi Briest. Interrogé en 1967 par son assistant de l’époque, Michael Haerdter, lors de la mise en scène de Endspiel /Endgame / Fin de partie à Berlin, il confirme de vive voix cette supposition :

  • 7 « ‘Welche deutschen Autoren lieben Sie ?’ – ‘Fontane !’ Ich war auf Becketts Bekenntnis zu dem deut (...)

« Quels auteurs allemands aimez-vous ? » – « Fontane ! » Je m’attendais à entendre Beckett confesser son admiration pour ce rationaliste prussien, mais pas à un tel enthousiasme. « Effi Briest, Errements et tourments et Les Lettres de Londres ! »7

  • 8 Chap. 1, Demet, p. 61, HF I, 4, p. 319.

6Ces mots de Michael Haerdter m’ont amenée à risquer en 1996, lors du symposium organisé par l’Université Humboldt de Berlin à l’occasion du 90e anniversaire de Beckett, l’hypothèse que le jeune Beckett avait choisi de descendre, en décembre 1936, quand il vint séjourner trois semaines à Berlin, à la pension Kempt, au 45 de la Budapester Straße, parce que c’est là que Fontane situe ses scènes de la vie quotidienne intitulées Errements et tourments, « à l’intersection du Kurfürstendamm et de la Kurfürstenstraße, vis-à-vis du ‘Zoo’ ».8 Cette partie du Kurfürstendamm reçut en 1925 le nom de Budapester Straße, et l’immeuble portant le n° 45, détruit par les bombardements de la dernière guerre, se trouvait juste en face de l’entrée du jardin zoologique. Errements ! Confusions ! Au cours de mes recherches sur Beckett et l’Allemagne dans les années trente, je dus constater que cette adresse lui avait été communiquée, à côté de bien d’autres, par l’office du tourisme, « Wohnungsnachweis » – le mot figure en allemand dans un de ses carnets de l’époque :

  • 9 « First pension I try. Like the look well enough (Nähe Gedächtniskirche), though 4.40 pro Tag on mo (...)

« Première pension essayée. J’en aime assez l’aspect (proximité de la Gedächtniskirche), même si 4,40 par jour à payer sur mon allocation mensuelle me semble excessif. »9

7Son biographe James Knowlson cite cette remarque humoristique de Beckett au sujet de Fontane :

  • 10 « While rehearsing Play in Berlin, he (S.B.) reread Fontanes Irrungen Wirrungen. ‘A good title for (...)

« Lors des répétitions de Play (Comédie) à Berlin, il (Samuel Beckett) relut Errements et tourments. ‘Un bon titre pour la période des répétitions’, commenta-t-il. »10

8Toutefois Knowlson se contente dans ses Notes on the Text de constater :

  • 11 « Reading Effie again. The heroine of Theodor Fontane’s late nineteenth-century novel Effi Briest, (...)

« Lire Effie encore. L’héroïne du roman de la fin du xixe siècle Effi Briest de Theodor Fontane, un des romans préférés de Beckett. »11

  • 12 Samuel Beckett, Dream of Fair to Middling Women, p. 111.
  • 13 Publié après la mort de Beckett.
  • 14 « […] of being sucked up ... up into the blue, like gossamer. » Happy Days, p. 33.

9En 1969, les archives de Marbach organisèrent à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de Fontane une grande exposition consacrée à l’écrivain. Cette même année, Beckett reçut le prix Nobel. Il y eut plusieurs traductions et éditions bilingues ou même trilingues de ses œuvres. Les traducteurs allemands furent ainsi de nouveau confrontés aux deux passages évoquant l’œuvre de Fontane. Ce qu’on avait entre-temps appris sur la vie de Beckett permettait de mieux comprendre ces allusions à Effi. En 1928, peu avant d’être envoyé par le Trinity College de Dublin à l’École Normale Supérieure de Paris pour y occuper un poste de lecteur, Beckett était tombé éperdument amoureux de sa cousine Peggy Sinclair, venue rendre visite à ses parents de Dublin. La famille Sinclair était, au début des années vingt, allée s’établir à Kassel, où William Sinclair, qui était marchand d’œuvres d’art, supputait d’intéressantes perspectives commerciales. Entre 1928 et 1932, le jeune Beckett se rendit plusieurs fois chez ces parents férus d’art et de musique dans « l’aimable pays de Hesse, ce jardin de l’Allemagne »12. Il se mit à apprendre l’allemand en autodidacte. Son premier roman, Dream of Fair to Middling Women13, qui se déroule en grande partie à Kassel, ne contient pas moins de 240 expressions allemandes. C’est à cette époque que remonte, selon toute apparence, sa « rencontre » avec Fontane. Peggy aurait, dit-on, au cours d’une des visites de son cousin, « versé de nombreuses larmes » en lisant Effi Briest. Elle se rendit à l’été 1929 avec sa famille sur les bords de la Baltique, sans y être accompagnée en fin de compte par son jeune soupirant... « Aurais pu être heureux avec elle, là-haut, au bord de la Baltique ... et les pins, et les dunes... » Effie/Peggy – le nom d’une héroïne de roman devient ici la clé d’un souvenir personnel. Effi, cette « fille de l’air », incarne la nostalgie qu’exprime aussi Winnie, montrée dans Happy Days / Oh les beaux jours prisonnière de l’élément terrestre, quand elle est gagnée par le sentiment d’être aspirée ver le haut, comme « un fil de la vierge »14.

  • 15 FAZ-Beilage du 22. 4. 83.
  • 16 « Bobine ! (Pause.) Bobiiine ! (Sourire heureux.) » La dernière bande, édition trilingue, p. 333 po (...)
  • 17 Chap. 1, Villain p. 572 ; HF I, 4, p. 14.

10Dans les marges de notre exemplaire d’Effi Briest en édition Reclam, un petit volume maintenu par de nombreux morceaux de scotch, ont été notées plus de cent fois les initiales S. B. pour signaler les passages évoquant l’œuvre de Beckett dans l’esprit du lecteur. Dès le premier chapitre, il y a une scène au sujet de laquelle Günter Metken s’est entretenu avec Beckett dans une interview donnée à la Frankfurter Allgemeine Zeitung15. Beckett y apprend de la bouche de son interlocuteur que les résultats de recherches récemment menées par des germanistes ont établi que les romans de Fontane reprenaient certaines représentations de la peinture préraphaélite, par exemple L’enfance de Marie de Dante Gabriel Rossetti, évoquée au premier chapitre d’Effi Briest : Mère et fille sont assises à une table et brodent une nappe d’autel. Ici, ce sont des écheveaux de fil qu’il faut se hâter de ranger dans la corbeille, chez Krapp, les bobines que le vieil homme range dans ses boîtes. « Spoool » – « Spuuule »16 – Krapp étire voluptueusement ce « u » et on croit déjà entendre Effi entonner solennellement sa litanie « Flut, Flut, mach alles wieder gut ... » (« Flux, flux, fais qu’il n’y paraisse plus... »)17. Quant à la scène des peaux de groseilles à maquereau précipitées par Effi et ses amies dans l’eau de l’étang depuis le bord d’une barque amarrée à la rive, elle fait aussitôt penser au passage préféré de Krapp, enregistré sur une vieille bande magnétique :

  • 18 Edition trilingue, p. 78.

« Le haut du lac, avec la barque, nagé près de la rive, puis poussé la barque au large et laissé aller à la dérive. Elle était couchée sur les planches du fond, les mains sous la tête et les yeux fermés. Soleil flamboyant, un brin de brise, l’eau un peu clapotante comme je l’aime. J’ai remarqué une égratignure sur sa cuisse et lui ai demandé comment elle se l’était faite. En cueillant des groseilles à maquereau, m’a-t-elle répondu. »18

  • 19 « goosberries, she said ... » Ibid., p. 82.

11Et c’est à cet endroit précisément qu’il reprend la bande un peu plus tard : « ’groseilles à maquereau’, m’a-t-elle répondu. »19

  • 20 Chap. 32, Villain p. 805, HF I, 4, p. 269.

12Effi Briest commence sous un clair soleil contrastant avec de vastes zones d’ombres ; soleil éblouissant et ombre protectrice caractérisent de même la scène du bateau dans Krapp. On rencontre toujours la lumière et l’ombre, le noir et le blanc, comme sur les estampes anglaises « gravées d’après Benjamin West selon la technique bien connue de l’aquatinte »20 qu’Effi remarque chez la femme du ministre, à laquelle elle rend visite. Krapp porte ces contrastes sur lui-même : « pantalon d’un noir pisseux, chemise blanche crasseuse, paire de bottine d’un blanc sale ». Quant au décor : une petite table éclairée d’une lumière crue, tout le reste dans l’ombre. Dans ses carnets sur la mise en scène de Berlin, en 1969, Beckett avait dressé la liste des passages sombres et des passages clairs (« darkness emblems » et « light emblems ») ; parmi ceux-ci figure aussi celui où il est question du petit chien auquel Krapp lance une balle en caoutchouc dure et noire pendant que le store descend devant la fenêtre au moment de la mort de sa mère, ce que Beckett commente de la façon suivante:

  • 21 « If the giving of the black ball to the white dog represents the sacrifice of sense to spirit, the (...)

« Si le fait de donner la balle noire au chien blanc représente le sacrifice du sens vis-à-vis de l’esprit, la forme ici aussi, est celle d’un mélange. »21

13Au début, Effi se représente l’avenir sous des couleurs chatoyantes, mais sa mère remet les choses à leur place :

  • 22 Chap. 4, Villain p. 587, HF I, 4, p. 31.

« Ce sont des idées que tu te fais. La réalité est autre et, souvent, plus que lumière et clarté, l’ombre est bonne. »22

  • 23 Effi Briest, chap. 36, Villain, p. 828 ; HF I, 4, p. 294.

14Dans ce contexte, l’« équinoxe », évoqué dans les deux œuvres, prend toute sa signification symbolique. L’équinoxe d’automne, qui, chez Fontane, « avait amené trois jours de tempête »23 trouve dans Krapp une correspondance : « Mémorable équinoxe », Krapp répète trois fois ces mots qui lui rappellent cette nuit de mars où tout lui est « devenu clair. La vision enfin. » Krapp arrête l’appareil, puis le remet plusieurs fois en marche pour réécouter quelques bribes de l’enregistrement :

  • 24 Edition trilingue, p. 339 (français), 100 (anglais).

« […] du miracle qui ... (il hésite) ... du feu qui l’avait embrasé ... indestructible association jusqu’au dernier soupir de la tempête et de la nuit avec la lumière de l’entendement et le feu ... »24

15Ce qui frappe également quand on lit en parallèle Krapp et Effi, c’est la symbolique des éléments, en particulier le feu s’associant à son principe antagoniste l’eau. Le nom « Krapp », écrit dans les premiers manuscrits « Crapp » rappelle d’ailleurs le crabe, cet animal aquatique marchant soit en avant, soit en arrière, comme Krapp quand il déroule ou rembobine le fil de sa vie. Le cercle décrit par la bande magnétique fait d’ailleurs penser au rond-point fleuri de Hohen-Cremmen, le manoir des Briest, dont un cadran solaire occupe le centre, détail évoqué dès le début du roman, puis dans le dernier chapitre :

  • 25 Villain, p. 828 ; HF I, 4, p. 294.

« Sur la corbeille, il y avait eu une petite modification, le cadran solaire avait disparu, et à la place qu’il avait occupée se trouvait depuis hier une plaque de marbre blanc, portant pour seule inscription ‘Effi Briest’. »25

  • 26 La dernière bande, édition trilingue, p. 333 (français), p. 88 (anglais).

16L’éternel retour de la naissance à la mort. En farfouillant dans les boîtes « boîte trois ..., bobine ... ccinq – boîte … trrois … trrois …»26, ces chiffres rappellent peut-être la date du décès de Peggy Sinclair le 3. 5. 33. Comme Effi, elle est morte très jeune, à l’âge de 23 ans, de la tuberculose.

  • 27 Watt, p. 268. Dans la version anglaise : « No symbols where none intended. »
  • 28 Tous ceux qui tombent, p. 316. ‘Major’, titre donné en allemand au chef d’un bataillon ou d’un esca (...)
  • 29 La dernière bande, édition trilingue, p. 334 (français), 90 (anglais).

17« Honni soit qui symboles y voit »,27 est la dernière note des addenda de Watt. Peut-on cependant ignorer, quand on lit la pièce radiophonique All That Fall, où tout tombe, et pas seulement les gouttes de pluie, les grappes de fleurs de la cytise, les feuilles des arbres, mais aussi Effi-e « by committing adultery with the Major », qu’à travers ce nom, c’est une autre chute qui est suggérée, celle de l’homme exclu du paradis, le péché originel, la chute d’Adam, le premier homme, le major, et d’E(ff)v(i)? L’œuvre de Beckett, ce protestant d’origine huguenote – ses ancêtres s’appelaient Becquet – se réfère, comme celle de Fontane, sans cesse à la Bible. Ce n’est sans doute pas par erreur, mais intentionnellement que l’auteur a ajouté ce « e » final, dissimulant ainsi dans le nom de l’héroïne celui de la mère de l’humanité. E(ff)v(i)e, qui a rompu l’alliance avec Dieu « pour coucher avec le major »28, qui, dans ce contexte, n’est pas seulement un grade militaire. Pour Krapp, qui dit « Adieu à l’a ... (il tourne la page.) .... mour »29, le nom de Effie contient peut-être les deux faces de l’amour, l’une charnelle, l’autre spirituelle, l’obscurité des sens et la lumière de l’esprit, « dark emblems and lightness emblems », l’éternel féminin aussi, évoqué par le nom d’Eve, transparaissant en filigrane à travers celui d’Effie. Une des caractéristiques de Beckett, c’est de laisser libre cours aux « errements et tourments » de l’interprétation.

  • 30 André Cœuroy, Effi Briest 1944, réédité en 1981 et 1998.
  • 31 Pierre Villain, Effi Briest, in: Bouquins, 1981, 1992 et 1997.
  • 32 1995, traduction française 1996.

18Notre expérience de traducteurs de Beckett nous avait si souvent renvoyés à Fontane que c’est tout naturellement à lui que nous avons pensé quand, à la fin des années soixante-dix, la politique des échanges culturels entre la France et l’Allemagne offrit la possibilité de mettre en œuvre un grand projet de traduction. Compte tenu des données exposées ici, on proposa Fontane. Curieusement, son œuvre était en France peu connue et elle n’avait été que rarement traduite. La fondation Bosch offrit de financer la traduction ou retraduction des grands romans. Un groupe de traducteurs expérimentés se partagea le travail, chacun d’eux se chargeant de certains titres. Il y eut une première rencontre de travail dans le cadre du Collège européen des Traducteurs fondé peu auparavant à Straelen en Rhénanie du nord, puis d’autres à Paris. On put alors malheureusement vérifier la vérité de l’observation notée par Valery Larbaud déjà dans cette « Bible du traducteur » qu’est Sous l’Invocation de Saint Jérôme : beaucoup de traducteurs appartiennent à la « gent irritable » ! Cette ambitieuse entreprise se mit à s’effriter. Au cours des années quatre-vingts furent néanmoins publiées plusieurs traductions de Fontane, quelquefois même plusieurs versions de la même œuvre, dues à la plume de différents traducteurs. Traduire ... dur métier ! Le vieux Briest (« Ach, Luise, laß ... das ist ein zu weites Feld. ») doit-il dire en français à la fin du roman : « Laissons cela ... il y a trop de choses dans le monde »30 ou plutôt : « Voilà un trop vaste champ de méditation à exploiter » ?31 C’est en effet, pour parler comme Günter Grass, Toute une histoire, titre français de Ein weites Feld32 ! Ces trois versions d’une seule façon de dire montrent à elles seules combien ce champ est difficile à labourer.

Bibliographie

Theodor Fontane, Errements et tourments, traduit par Michel-François Demet, et Effi Briest, traduit par Pierre Villain, Collection Bouquins, Robert Laffont, Paris 1981.

Effi Briest, traduit par André Cœuroy, Paris, Les Presses d’aujourd’hui, 1981.

Samuel Beckett, All that Fall, London, Faber and Faber, 1957.

Tous ceux qui tombent, Paris, Les Éditions de Minuit, 1957.

All that Fall / Tous ceux qui tombent / Alle, die da fallen, Édition trilingue : Dramatische Dichtungen, Bd 2, Frankfurt /Main, Suhrkamp, 1964.

Endspiel / Fin de partie / Endgame, Édition trilingue : Dramatische Dichtungen, Bd 1, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1964.

Das letzte Band / Krapp’s Last Tape / La dernière bande, Édition trilingue, Dramatische Dichtungen, Bd.2.

Krapp’s Last Tape, Theatre Workbook 1, edited by James Knowlson, London, Brutus Books Ltd, 1980.

Happy Days, New York, Grove press, 1961.

Dream of Fair to Middling Women, Dublin, The Black Cat Press, 1992.

Watt, Les Éditions de Minuit, 1968.

The German Diaries, 2e carnet, Berlin 15. 12. 1936 (inédit)

Materialien zu Becketts ‘Endspiel’, Berichte und Aufsätze, edition suhrkamp 286, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1968.

Renate Böschenstein, « Caecilia Hexel und Adam Krippenstapel. Beobachtungen zu Fontanes Namensgebung ». In : Fontane Blätter (FB) 62/1996.

Günter Grass, Ein weites Feld, Göttingen, Steidel, 1995.

Toute une histoire, traduction française par Claude Porcell et Bernard Lortholary, Paris, Les Éditions du Seuil, 1997.

James Knowlson, Damned to Fame : The Life of Samuel Beckett, London, Bloomsbury 1996.

Valery Larbaud, Sous l’invocation de Saint Jérôme, Paris, nrf, Librairie Gallimard, 1946.

Sir Walter Scott, The Heart of Midlothian, Penguin Books, Penguin Classics, 1994

Notes

1 Romeo and Juliet, II, 2, v. 43.

2 Mr. Rooney : Curse that sun, it has gone in. What is the day doing? - (Wind)

Mrs. Rooney : Shrouding, shrouding, the best of it is past. (Pause.) Soon the first great drops will fall splashing in the dust.

Mr. Rooney : And yet the glass was firm. (Pause.) Let us hasten home and sit before the fire. We shall draw the blinds. You will read to me. I think Effie is going to commit adultery with the Major. (Brief drag of feet.) édition trilingue, vol. 2, p. 54 pour l’anglais, p. 316 pour le français.

3 Voir l’article de Renate Böschenstein, « Caecilia Hexel und Adam Krippenstapel. Beobachtungen zu Fontanes Namensgebung », in : FB 62/1996, p. 41.

4 « Bereits vor einigen Jahren hatte sich Beckett auf eine Äußerung des deutschen Romanschriftstellers Theodor Fontane (Der Stechlin) berufen, der erklärte, er hätte in seinen Büchern ebenso gut das Gegenteil von dem schreiben können, was er tatsächlich geschrieben habe. Ähnlich schrieb Beckett in seinem Roman Molloy : ‘Ob ich dies sage oder das, was tut’s ? Sagen heißt erfinden. Ebenso falsch wie richtig.’ » Der Spiegel, 6. 2. 1957.

5 On trouve l’orthographe Effie dans Tous ceux qui tombent et dans La dernière bande. L’auteur ne transforme Effie en Effi ni dans les originaux anglais ni dans leur version française. Seuls les traducteurs allemands ont supprimé le « e » final.

6 Krapp : « Scalded the eyes out of me reading Effie again, a page a day, with tears again. Effie ... (Pause.) Could have been happy with her, up there on the Baltic ... and the pines and the dunes ... (Pause.) Could I ? (Pause.) And she ? (Pause.) » La dernière bande, édition trilingue, vol. 2, p. 341 pour le français.

7 « ‘Welche deutschen Autoren lieben Sie ?’ – ‘Fontane !’ Ich war auf Becketts Bekenntnis zu dem deutschen Rationalisten gefaßt. Nicht auf einen schwärmerischen Ausbruch. ‘Effi Briest und Irrungen und Wirrungen und die Briefe aus London !’ » Materialien zu Becketts ‘Endspiel’, p. 88.

8 Chap. 1, Demet, p. 61, HF I, 4, p. 319.

9 « First pension I try. Like the look well enough (Nähe Gedächtniskirche), though 4.40 pro Tag on monthly allowance seems too much... » The German Diaries 2, 15. 12. 1936.

10 « While rehearsing Play in Berlin, he (S.B.) reread Fontanes Irrungen Wirrungen. ‘A good title for rehearsal time’, he commented. » James Knowlson, Damned to Fame, p. 654.

11 « Reading Effie again. The heroine of Theodor Fontane’s late nineteenth-century novel Effi Briest, a favourite novel of Beckett. » Chap. 2, Notes on the Text de l’édition par James Knowlson du Theatre Workbook 1 de Krapp’s Last Tape, p. 28.

12 Samuel Beckett, Dream of Fair to Middling Women, p. 111.

13 Publié après la mort de Beckett.

14 « […] of being sucked up ... up into the blue, like gossamer. » Happy Days, p. 33.

15 FAZ-Beilage du 22. 4. 83.

16 « Bobine ! (Pause.) Bobiiine ! (Sourire heureux.) » La dernière bande, édition trilingue, p. 333 pour la version française. Cette façon d’étirer la voyelle rappelle un des numéros du célèbre clown Grock auquel Dream of Fair to Middling Women fait plusieurs fois allusion : « Voice of Grock : Nicht mööööglich ... » (p.115) ; « Sans blahague ! She mocked grockly. » (p. 173).

17 Chap. 1, Villain p. 572 ; HF I, 4, p. 14.

18 Edition trilingue, p. 78.

19 « goosberries, she said ... » Ibid., p. 82.

20 Chap. 32, Villain p. 805, HF I, 4, p. 269.

21 « If the giving of the black ball to the white dog represents the sacrifice of sense to spirit, the forme here too is that of mingling. » Theatre Workbook 1, p. 27.

22 Chap. 4, Villain p. 587, HF I, 4, p. 31.

23 Effi Briest, chap. 36, Villain, p. 828 ; HF I, 4, p. 294.

24 Edition trilingue, p. 339 (français), 100 (anglais).

25 Villain, p. 828 ; HF I, 4, p. 294.

26 La dernière bande, édition trilingue, p. 333 (français), p. 88 (anglais).

27 Watt, p. 268. Dans la version anglaise : « No symbols where none intended. »

28 Tous ceux qui tombent, p. 316. ‘Major’, titre donné en allemand au chef d’un bataillon ou d’un escadron ; ‘major’, en anglais, officer next below, lieutenant-colonnel and above captain.

29 La dernière bande, édition trilingue, p. 334 (français), 90 (anglais).

30 André Cœuroy, Effi Briest 1944, réédité en 1981 et 1998.

31 Pierre Villain, Effi Briest, in: Bouquins, 1981, 1992 et 1997.

32 1995, traduction française 1996.

Auteur

Traductrice littéraire, auteur en collaboration avec son mari, Elmar Tophoven, des versions allemandes des romans d’Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Claude Simon et Samuel Beckett, et sous son seul nom, depuis la disparition d’Elmar Tophoven en 1989, d’œuvres anglaises et françaises telles que Tu ne t’aimes pas, Ici et Ouvrez de Nathalie Sarraute, Worstward Ho, Stirrings Still, Le Monde et le Pantalon de Samuel Beckett, L’épuisé de Gilles Deleuze ; prépare un livre sur les Wanderjahre de Samuel Beckett en Allemagne dans les années trente.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540