Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Theodor Fontane. Un promeneur dans le siècle

 | 
Marc Thuret

Fontane et la France

Les loches d’Altenbrak

Un traducteur essaie de jouer sur les jeux de mots de Theodor

Jacques Legrand

Texte intégral

1Theodor Fontane se définissait volontiers, et même avec délectation, comme un « causeur » (il employait le mot français) :

  • 1 « Das Geistreiche (was ein bißchen arrogant klingt) geht mir am leichtesten aus der Feder, ich bin  (...)

« Tout ce qui est spirituel (cela peut paraître un peu arrogant) me coule de la plume avec la plus grande facilité, je suis – trahissant en cela mes origines françaises – un causeur, aussi bien oralement que par écrit ... »1

  • 2 Lettre à Karl Zöllner, 13 juillet 1881, ibid., p. 155.

2À cette dignité de causeur, Fontane faisait largement honneur, tant dans sa vie privée (en témoigne son éblouissante correspondance) que dans son œuvre : romans, poèmes, souvenirs autobiographiques, récits de voyages. Et de fait, arrogance ou non, pour lui l’esprit, l’humour (il a longtemps vécu en Angleterre) était une des pierres de touche de l’œuvre d’art, et l’absence « d’esprit » et d’« humour » le gênait dans les textes de Richard Wagner.2

3Ce qui distingue, visuellement déjà, la plupart de ses romans de ceux de ses contemporains (Storm, Raabe, Keller, Heyse, Freytag), c’est le caractère aéré de leurs pages : les héros de Fontane sont de grands bavards, et leurs voix parcourent tous les registres : cela fuse, discute, murmure, disserte, gronde, grommelle. Peu d’écrivains allemands ont aussi bien manié cet art qui nous ramène irrésistiblement au xviiie siècle français.

4Il va de soi qu’une telle faconde entraîne des jeux avec la langue. Fontane était homme d’esprit, il était aussi homme de théâtre : des années durant il a tenu la critique théâtrale d’un grand journal. Un aspect essentiel de son style repose donc sur le langage parlé – non seulement par le personnage, mais souvent, aussi, par le narrateur qui transparaît très souvent à travers le récit. Et ce langage parlé appelle les jeux que j’évoquais : jeux de mots à proprement parler, déformations langagières, mots-valises, néologismes, détournement de sens, etc.

5Truisme : le traducteur qui aborde ces problèmes se voit confronté à deux cas de figure : ou bien le jeu langagier est, d’une manière ou d’une autre, traduisible, ou bien il ne l’est pas.

6S’il ne l’est pas, nous sommes de nouveau en face de deux possibilités : ou bien on suit le conseil donné par Faulkner à son illustre traducteur Maurice-Edgar Coindreau. Comme celui-ci se plaignait des difficultés rencontrées, Faulkner lui rétorqua :

  • 3 Maurice-Edgar Coindreau, Mémoires d’un traducteur, p. 23.

« Pourquoi vous préoccupiez-vous de cela ? S’il y avait des passages qui vous embarrassaient, vous n’aviez qu’à les sauter. »3

7« Des passages », c’est beaucoup, mais des mots ou groupes de mots, pourquoi pas si cela évite d’alourdir le texte par la détestable note « jeu de mots intraduisible » qui ne peut que provoquer chez le lecteur regret et agacement.

8Ou bien ... Il n’est toutefois pas toujours possible de supprimer, il est parfois nécessaire de recourir à cette maudite note. Revenons à Fontane : un personnage du Stechlin amalgame diverses personnalités berlinoises :

  • 4 Der Stechlin, chap. 24, HF IV, 5, p. 233. Trad. p. 251.

« Borsig d’abord, puis Stephenson, Rudolf Hertzog d’abord, puis le grand-duc Rudolf, d’abord le fabricant de pain d’épices Hildebrand, puis le pape Hildebrand »4

9Étant donné que le grand-duc Rodolphe n’avait rien à voir avec Berlin (et qu’en outre le titre de grand-duc n’a rien à voir avec l’Allemagne), le lecteur peut se demander à bon droit ce que l’héritier des Habsbourg vient faire ici en compagnie de fabricants de locomotives et de pain d’épices, d’un marchand de modes et de Grégoire VII. La note me semble obligatoire pour expliquer qu’il y a jeu de mots entre le nom Hertzog et Erzherzog, grand-duc. Mais ce type d’intervention doit rester rare.

* * *

  • 5 Der Stechlin, chap. 41, HF I, 5, p. 368.
  • 6 HF 1, 6, p. 415.
  • 7 Le Stechlin, trad. française, p. 397 sq.

10Passons maintenant aux « traduisibilités » (que les mânes de Roger Caillois me pardonnent, qui récusait tout mot comportant plus de quatre – ou cinq ? – syllabes). Notons tout d’abord que nous n’avons pas seulement affaire à des jeux de mots, des Witze à proprement parler : l’humour langagier peut se réfugier dans l’emploi de certaines tournures qui tirent leur valeur ou bien de leur archaïsme, ou bien du contexte dans lequel elles sont dites, de la bouche qui les profère, ou tout simplement de leur pittoresque. Quand le vieux Stechlin déclare : « Das ist Mus wie Mine »5 (Fontane emploie la même expression dans le poème Zum 14. November 1867 6), j’aurais pu traduire : « C’est blanc bonnet et bonnet blanc » – mais cette formule, toute parfaite qu’elle soit, est fort courante, ce que l’allemande n’est pas (elle correspond plutôt à « Es ist Jacke wie Hose »). J’ai donc choisi une expression plus rare (si rare, à vrai dire, que je ne l’avais jamais rencontrée ni employée) : « C’est jus vert et verjus ».7

  • 8 Der Stechlin, chap. 43, HF I, p. 379. Trad. française, p. 409.

11Il n’y a pas non plus jeu de mots dans la mirifique maladie qu’exhibe un notable passablement gâteux : « eine Kopfkolik ». Le Brockhaus définit « Kolik » : « Krampf eines Hohlorgans », crampe, convulsion d’un organe creux, ce qui pourrait en dire (involontairement ?) long sur l’inanité du personnage. Il fallait, bien entendu, conserver le grotesque ; le mot-calque, en ce cas, suffisait : « une colique céphalique ».8

  • 9 Zwei Rezepte., 1. Waldmeisterbowle, HF I, 6, p. 515.

12En allemand, un grand effet de pittoresque et, souvent, de comique, est obtenu par l’emploi de mots étrangers, et particulièrement français. Un comique qui peut avoir du charme, ainsi le mot « Bouteille » chez Lichtenberg donne à une phrase un joyeux éclat rabelaisien ; le mot « Chapeau », que j’ai rencontré chez Lichtenberg et chez Jean-Paul, qui, selon les cas, signifie « gaillard » ou « petit maître », confère au contexte une étrange dimension, une fascinante atmosphère d’absurde. Et quand Fontane fait rimer « Löwe » (lion) avec « veuve » (Cliquot) dans des vers de mirliton9 nous atteignons un délicieux burlesque – traduisible d’ailleurs, ou du moins adaptable si je remplace le lion par un terre-neuve, chien que Fontane appréciait beaucoup et qui joue un rôle important dans ses romans. Il semble, certes, y avoir faux-sens, mais comme la rime, ici, compte plus que le sens, la démarche me paraît légitime, d’autant plus que ce chien secourable peut être considéré comme représentatif des effets du champagne ... voici ce que cela pourrait donner (il s’agit de la préparation d’un punch) :

Lehrling
Nun, wie wär’ es mit Champancher ?
Meister
Dieses Wort, O junges Blut,
Macht schon manches wieder gut !,
Rasch denn in die goldne Welle
Etwas Duc de Montebelle
Oder Cliquot (denn als Löwe
Herrscht sie noch die alte veuve) ...
L’apprenti
Si on prenait du champagne ?
Le maître
Ah ! ce mot-là, mon garçon,
Vous a un tout autre son !
Noyons-nous donc dans les flots
Du Duc de Montebello
Ou de la dame Cliquot
(Un vrai terre-neuve,
Cette bonne veuve !)

13Un autre mot, typiquement berlinois, fait la joie de Fontane. Et de ses lecteurs. C’est le mot Madame, orthographié aussi Madamm ; il désignait, en gros, la femme du peuple, la petite bourgeoise – parfois avec une connotation légèrement péjorative. Il devient intéressant pour le linguiste et le traducteur quand il entre en composition avec un autre élément pour former un mot-valise haut en couleurs. J’en donnerai deux exemples.

14Dans une lettre du 13 juin 1884, Fontane parle d’un portraitiste dont il déplore qu’il n’ait pour clientes que des « Trivial-Comtessen und Juden-Madames ». Le mot Madame est populaire, l’adjectif trivial (faux-ami qui signifie « banal ») sans être péjoratif n’est pas ennoblissant. Et la phrase qui suit :

  • 10 « Es war ein Pech für ihn, daß er nur Trivial-Comtessen und Juden-Madames zu malen hatte. Wir haben (...)

« Nous n’avons plus de véritable aristocratie, de sorte qu’en fin de compte on s’estime heureux de se rabattre sur les parvenus, chrétiens ou juifs »10

précise le sens et la tonalité désenchantée, ce qui me permettrait de traduire (mais je ne prétends pas que ce soit la seule solution) : « […] se contenter de quelconques comtesses et de ‘dames’ juives ». Les guillemets coupent l’effet du mot « dame » qui ne saurait traduire le « Madame » berlinois.

  • 11 Lettre à Gustav Karpeles, 30 juillet 1881, ibid. p. 158.

15Et voici un exemple encore plus beau : parlant d’une publication en revues, Fontane évoque Nord und Süd dont le public cultivé lui semble préférable à la « marlittgesäugte Strickstrumpf-Madame in Sachsen und Thüringen »11. Une traduction littérale laisserait le lecteur pantois : « la brave tricoteuse de bas de Saxe et de Thuringe allaitée à la Marlitt ». Une telle traduction impliquerait une note expliquant que Marlitt (Eugénie) était à l’époque une championne de la littérature populaire, l’homologue de notre Delly, et faisait les délices des dames de province. La note étant évitable, je l’évite et, si j’avais à traduire ce texte, je proposerais quelque chose comme : « une catégorie de personnes que je trouve plus importantes et plus sympathiques que les braves tricoteuses allaitées à l’eau de rose en Saxe et en Thuringe ».

16Ce dernier exemple présentait un aspect nettement burlesque. En voici un autre qui témoigne de la richesse et de la diversité du vocabulaire français dans l’allemand de cette époque :

  • 12 Der Stechlin, chap. 26, HF I, 5, p. 251. Trad. p. 273.

17La sœur du vieux Stechlin, l’austère Domina (encore un mot que j’eusse aimé garder; je l’ai traduit par « prieure ») de sa communauté de Wutz, aime bien son confort et, quand elle se trouve devant un âtre, elle pose sur les chenêts « ihre Wutzer Gesamtchaussure ».12 J’ai rendu cela par « la masse de ses brodequins ecclésiastiques » (« godillots » aurait eu un petit air de vulgarité que l’on ne rencontre jamais chez Fontane).

  • 13 Ibid, chap. 19, p. 189. Trad. p. 203.

18Autre mot qui sonne joliment, tant en soi-même qu’en allemand : « filou », et plus joliment encore dans Le Stechlin où il constitue un élément d’un mot-valise. Il est proféré par le tourneur Söderkopp qui traite un propriétaire de scieries de « Brettschneider und Börsenfilou », « coupeur de planches et coupeur de bourses »13. Cette traduction représente même, exceptionnellement, un léger gain sur l’original, ce qui compense dans une faible mesure les pertes subies en cas d’intraduisibilité.

19Mais même d’un verbe banal on peut tirer un effet particulier, amusant en l’occurrence. Dans Le Stechlin, deux personnages évoquent d’éventuelles difficultés que rencontrerait un ami commun à faire sa cour à une jeune fille :

« Und die wären ? Ist er nicht vornehm genug ? Oder mankiert vielleicht Gegenliebe ?

– Nein, Czako, von ‘mankierender Gegenliebe’, wie Sie sich auszudrücken belieben, kann keine Rede sein. »

20Il est clair que la conversation aurait eu un ton différent si elle avait été menée ... en allemand et si Fontane avait écrit : « Oder fehlt es vielleicht an Gegenliebe … », « von fehlender Gegenliebe ». Avec un sourire complice (schmunzeln, l’auteur sait jouer savamment sur les variantes du rire et du sourire, kichern, grienen, grinsen …), il se moque du déferlement de mots français dans les conversations de bon ton. Ce faisant, d’ailleurs, il ne manque pas d’air (disons plutôt qu’il se moque de lui-même), car, dans sa correspondance plus encore que dans son œuvre, il usait et abusait de ce procédé.

21La traduction du passage ci-dessus ne pose aucun problème :

  • 14 Ibid., chap. 10, p. 106. Trad. p. 112.

« – …Négligerait-on de lui rendre son amour ?
– Non, Shako, non, il n’est pas question de ‘négliger’, pour reprendre votre expression. »14

***

22Nous en arrivons aux jeux de mots proprement dits, où la forme du mot aussi bien que son (ses) sens déclenchent la verve du scripteur. Cela va du simple calembour (auquel, disait G. Lanson, « il arrive de rapprocher les grands artistes et les grands imbéciles ») à de subtiles trouvailles poétiques en passant par de non moins subtils exercices sémiotiques. Dans ce cas, le respect absolu du sens importe relativement peu, le sémiotique prévaut sur le sémantique, plus exactement il entraîne le sémantique vers une nouvelle acception.

23Calembours : le vieux Stechlin dit à son fils Woldemar qu’il serait temps de se marier :

« Du bist jetzt zweiunddreißig, oder doch beinah, da muß der mit der Fackel kommen ; aber du fackelst (verzeih den Kalauer ; ich bin eigentlich gegen Kalauer, die sind so mehr für Handlungsreisende) […]. »

24Adaptation approximative :

  • 15 Ibid., chap. 5., p. 49. Trad. p. 52.

« Tu as trente-deux ans maintenant, ou tu vas les avoir, il serait temps que tu penses à faire une fin ; mais toi, tu joues au plus fin (excuse le calembour ; je suis en principe contre les calembours, c’est l’affaire des commis voyageurs […] ».15

25Calembours sur les noms propres. Un personnage du Stechlin, plus précisément une onctueuse personnalité ecclésiastique, porte le nom de Koseleger (« kosen » signifie caresser, « leger » peut avoir le même sens qu’en français). Le vieux Stechlin s’amuse à décortiquer ce nom :

« Ich weiß immer nicht, ob er mehr Kose oder mehr Leger ist ; […]. Er ist wie ‘ne Baisertorte, süß, aber ungesund. »

26J’ai fait comme l’auteur, j’ai joué sur les éléments du mot, à cette nuance près que, pour le premier segment, je me suis appuyé sur la sonorité :

  • 16 Ibid., chap. 19, p. 181. Trad. p. 194.

« Je ne sais jamais s’il est ‘causant’ ou ‘léger ; […] on dirait une meringue, c’est sucré, mais c’est mauvais pour l’estomac. »16

27Là aussi il y a perte, car un deuxième jeu de mots, le rapport caresse/ meringue (qui, en allemand, se dit « Baiser » !) est réduit au rapport léger/ meringue.

  • 17 Cécile, chap. 13, HF I, 2, p. 211. Trad. p. 85.

28Dans Cécile un Polonais nommé Genserovsky, jugeant son nom imprononçable, s’est affublé d’un nouveau patronyme : « Aus dem Grunde », Eginhard aus dem Grunde, ce qui signifie « Pour cette raison » ou « Au fond des choses ». Tout ahurissant que cela paraisse, ce nom n’a rien d’absurde puisqu’il existe en réalité, et St Arnaud l’explique fort bien, des familles rhénanes ou suisses appelées Vom Rat (Rat signifie « conseil »), Aus dem Winkel (« Winkel » signifie « angle », « coin »), Auf der Mauer (die Mauer est la « muraille »). Il était inévitable que quelque protagoniste s’emparât du nom de notre ami polonais et en relevât le sens : les Prussiens, dit Gordon « ne se prénomment pas tous Eginhard, mais ils vont tous plus ou moins ‘au fond des choses’ »17.

29Jeux de mots fondés sur le sémiotique. L’exemple suivant est intéressant parce qu’il met en valeur le rôle des mots composés qui constituent l’une des richesses de la langue allemande. Ce sont, pour ainsi dire, des mots-valises « officiels ». Dans Cécile, on critique le gouvernement au cours d’une discussion politique :

« Aber so viel bleibt : Übergriffe sind zu verzeichnen, Übergriffe nach allen Seiten hin, und soviel Übergriffe, soviel Fehlgriffe. »

30Ma traduction en est réduite à jouer sur une vague sonorité

  • 18 Ibid., chap. 20, p. 269. Trad. p. 149.

« Mais une chose est sûre : on constate des abus de pouvoir, des abus de tous côtés, et autant d’abus de pouvoir, autant de bévues du pouvoir. »18

31Malgré la tentative d’exploiter la sonorité des trois consonnes voisines b/v/p (labiale/labiodentale/labiale), je ne suis arrivé qu’à une adaptation boiteuse.

32Voici maintenant un cas (qui touche au calembour) où la déformation du mot crée un néologisme ; il s’agit d’un petit jeu, assez facile en fait. Le vieux Stechlin, encore lui, philosophe sur l’éternel conflit curé/instituteur :

« Jeder Schulmeister schulmeistert an seinem Pastor herum, und jeder Pastor pastort über seinen Schulmeister. »

33La traduction littérale va de soi :

  • 19 Der Stechlin, chap. 6, p. 66.

« Tout maître d’école maîtredécolise son pasteur et tout pasteur pasteurise son maître d’école. »19

34Le verbe « pasteuriser », qui existait dans son sens actuel depuis 1872, ajoute ici une nuance comique supplémentaire.

  • 20 Lettre à Emilie Fontane, 8 juin 1878, HF IV, 2, p. 584.
  • 21 Lettre à Karl Zöllner, 17 juillet 1879, op. cit., p. 608.
  • 22 Lettre à Hermann Wichmann, 2 juin 1881, HF IV, 3, p. 134.

35C’est un jeu auquel Fontane se livre volontiers dans sa correspondance et la traduction, on vient de le voir, est simple. Tel « étatmajorise »20, tel autre « schopenhauerise »21 – mais quand il s’agit d’un architecte et politicien nommé Reichensperger dont on craint qu’il ne nous « gothisiert und verreichenspergert »22, je vois mal un verbe français correspondant à cette trouvaille. Il faut donc inventer une solution de fortune qui tâche de reconstituer le côte burlesque de la formule, quelque chose comme : « Ce serait terrible si nous retrouvions soudain gothicisés à la sauce Reichensperger … »

36Langage des fleurs – ou jeux de mots fondés sur le sémantique. Dans le Stechlin, nos personnages visitent le jardin des diaconesses :

« Es ist […] ein Bauerngarten, aber doch mit viel Rittersporn drin. Und zu jedem Rittersporn gehört eine Stiftsdame. »

37Le Rittersporn (« éperon du cavalier ») est la fleur que nous appelons delphinium, ou pied d’alouette. L’allusion, en allemand, est charmante, légèrement érotique, mais ni delphinium ni pied alouette ne satisfont à cette allusion. La solution était simple, il suffisait de trouver une fleur qui convînt. J’ai donc traduit :

  • 23 Der Stechlin, chap. 7, op. cit., p. 85. Trad. p. 90.

« C’est […] un jardin paysan, mais avec de nombreux adonis. Et pour chaque adonis il faudrait une diaconesse. »23

38Passons maintenant de l’horticulture à la pisciculture.

39Dans Cécile comme dans tous les romans de Fontane, le lecteur assiste à un repas entre amis, sympathique, chaleureux, nous dirions aujourd’hui « convivial ». On y déguste entre autres un poisson appelé « Schmerle », c’est-à-dire la loche.

40Les convives décident de composer sur le nom de ce poisson des impromptus (« Leberreime »). Il s’agissait d’en faire autant en français. Chose facile, au besoin le dictionnaire des rimes (rendons lui hommage en passant) nous fournit suffisamment de matériau : épinoche, aristoloche, eau de roche ...

41Mais un problème de taille s’est présenté. Le pédant Monsieur « Qui-va-au-fond-des-choses » propose :

  • 24 Cécile, chap. 14, op. cit., p. 233.

« Der kleinste Fürst im ganzen Reich, das war der Fürst von Werle … »24

traduction littérale

« Le plus petit des princes dans l’empire allemand, ce fut le prince de Werle … »

42Et ce n’est pas tout : l’un des convives ayant contesté l’existence d’un tel prince, on lui prouve le contraire. St Arnaud se souvient même « d’une mésalliance entre un prince de Werle et une princesse d’Anhalt ».

43Voilà le genre de difficultés qui font les délices du traducteur. Plus c’est difficile, plus on risque de se casser les dents et plus farouchement on veut résoudre le problème. À vrai dire, le problème présent n’offrait pas une difficulté insurmontable. Il s’agissait tout d’abord de trouver une rime à loche, et en deuxième lieu, de moduler en conséquence la réflexion de St Arnaud. Je ne sais plus si c’est un souvenir de lecture ou le dictionnaire des rimes qui m’a soufflé : Antioche.

  • 25 Cécile, trad. p. 108.

« ’Le plus petit des princes est le prince d’Antioche,
Le plus petit poisson reste toujours la loche’.
Rosa contesta sur-le-champ qu’il existât un prince d’Antioche, et Cécile la seconda. Mais St Arnaud non seulement vola au secours du savant, mais donna, la mine solennelle, des précisions sur la fondation, par un descendant de Robert Guiscard, de cette principauté. »25

* * *

44Je pense avec terreur à la situation à laquelle j’aurais été acculé s’il n’avait pas réellement existé un prince d’Antioche. Il m’aurait fallu, à partir de quelque souverain réel, trouver un poisson dont le nom rimât et qui se pût trouver dans les rivières du Harz. Mais que devenait le mélancolique souvenir autobiographique ? Car enfin, Fontane a vraiment séjourné, et à plusieurs reprises, dans cette station du Harz, dans le même hôtel, il a participé aux mêmes excursions, il a connu, à Altenbrak, le « précepteur » Rodenstein, ce personnage pittoresque qui, dans Cécile, sert des loches à ses invités, et ces poissons même, il en a mangé (« … ce soir je vais manger des loches en l’honneur de mon nouveau récit où l’on en déguste chez le ‘précepteur’ », écrit-il à sa femme le 22 juin 1884 (cité in Cécile, p. 870).

45L’un des plus puissants pouvoirs émotionnels des romans de Fontane réside dans le fait qu’ils sont imbibés, gorgés de la personnalité et de la biographie de leur auteur; on peut les lire en parallèle avec ses lettres : il y a osmose, tout simplement. Pour notre propos, les loches d’Altenbrak peuvent être considérées comme une synecdoque symbolique de cet art de vivre et de causer qui caractérise Fontane. Et de cela aussi il faut tenir compte dans une traduction, il faut tenter de restituer la voix du poète, son intonation, ses moindres inflexions avec le moins d’infidélité possible.

46La citation donnée en tête de cet essai était incomplète. En voici la fin :

«  […] je suis un causeur ... mais comme je suis avant tout un artiste, je sais exactement où il faut placer une causerie spirituelle, et où il ne faut pas. »

47Le traducteur doit lui aussi savoir où et quand il peut aller trop loin, où et quand il ne le peut pas.

Bibliographie

Theodor Fontane, Werke, Schriften und Briefe, Herausgegeben von Walter Keitel und Helmuth Nürnberger, Munich, Hanser, 1970-1998.

Utilisées ici :

Première section (HF I) : Sämtliche Romane, Erzählungen, Gedichte, Nachgelassenes, 7 volumes : Cécile se trouve dans le tome 2, Der Stechlin constitue le tome 5. Les poèmes (Gedichte) constituent le tome 6.

Quatrième section (HF, IV) : Briefe (Lettres) publiées par Otto Drude, Manfred Hellge, Helmuth Nürnberger et Christian Andree. 1976-1994.

Traductions :

Le Stechlin, trad. J. L., Paris, Hachette/Pol, 1981, réédité en Livre de poche, 1998.

Cécile, trad. J. L., Paris, Aubier, 1994, réédité chez Garnier-Flammarion, 1998.

Maurice-Edgar Coindreau, Mémoires d’un traducteur, Entretiens avec Christian Giudicelli, Paris, Gallimard, 1974.

Notes

1 « Das Geistreiche (was ein bißchen arrogant klingt) geht mir am leichtesten aus der Feder, ich bin – auch darin meine französische Abstammung verrathend – im Sprechen wie im Schreiben, ein Causeur … » Lettre à Martha Fontane, 24 août 1882, HF IV, 3, p. 206.

2 Lettre à Karl Zöllner, 13 juillet 1881, ibid., p. 155.

3 Maurice-Edgar Coindreau, Mémoires d’un traducteur, p. 23.

4 Der Stechlin, chap. 24, HF IV, 5, p. 233. Trad. p. 251.

5 Der Stechlin, chap. 41, HF I, 5, p. 368.

6 HF 1, 6, p. 415.

7 Le Stechlin, trad. française, p. 397 sq.

8 Der Stechlin, chap. 43, HF I, p. 379. Trad. française, p. 409.

9 Zwei Rezepte., 1. Waldmeisterbowle, HF I, 6, p. 515.

10 « Es war ein Pech für ihn, daß er nur Trivial-Comtessen und Juden-Madames zu malen hatte. Wir haben keine rechte Aristokratie, so daß man schließlich froh ist, bei einem christlichen oder jüdischen Parvenü unterkriechen zu können. » Lettre à Emilie Fontane, 13 juin 1884. HF IV, 3, p. 326.

11 Lettre à Gustav Karpeles, 30 juillet 1881, ibid. p. 158.

12 Der Stechlin, chap. 26, HF I, 5, p. 251. Trad. p. 273.

13 Ibid, chap. 19, p. 189. Trad. p. 203.

14 Ibid., chap. 10, p. 106. Trad. p. 112.

15 Ibid., chap. 5., p. 49. Trad. p. 52.

16 Ibid., chap. 19, p. 181. Trad. p. 194.

17 Cécile, chap. 13, HF I, 2, p. 211. Trad. p. 85.

18 Ibid., chap. 20, p. 269. Trad. p. 149.

19 Der Stechlin, chap. 6, p. 66.

20 Lettre à Emilie Fontane, 8 juin 1878, HF IV, 2, p. 584.

21 Lettre à Karl Zöllner, 17 juillet 1879, op. cit., p. 608.

22 Lettre à Hermann Wichmann, 2 juin 1881, HF IV, 3, p. 134.

23 Der Stechlin, chap. 7, op. cit., p. 85. Trad. p. 90.

24 Cécile, chap. 14, op. cit., p. 233.

25 Cécile, trad. p. 108.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540