Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Theodor Fontane. Un promeneur dans le siècle

 | 
Marc Thuret

Fontane et la France

Lœuvre de Theodor Fontane en France

Un témoignage

Rüdiger Stephan

Texte intégral

1Telle que je lai vécue, la récente histoire de Theodor Fontane, de son œuvre en France, est liée à deux projets, un projet européen et un projet franco‑allemand. Le projet européen est un succès. Le projet franco‑ allemand a plutôt été un échec. Jai vécu cette histoire comme un des observateurs et acteurs, et vous entendrez non pas une explication savante, mais un témoignage. En me rappelant le passé, je me suis dabord demandé, si je devais suivre le conseil que Fontane lui‑même donne dans un de ses poèmes : « Such nicht wies eigentlich gewesen, wolle nicht in den Herzen lesen ». Mais jai trouvé que le passé na pas tellement évolué depuis les années quatre‑vingt, depuis que cette histoire sest déroulée. Le sort de Fontane en France pourrait servir dexemple – le sort de lœuvre de Fontane en France – que lon pourrait comparer au sort que Fontane a connu lui-même en France, un siècle plus tôt. Jai donc accepté de témoigner, connaissant le souci des historiens dentendre les Zeitzeugen avant quils ne disparaissent, même si je compte avoir encore quelques années devant moi.

  • 1 Le légendaire carrefour culturel de Tolède a lui‑même connu une renaissance depuis, à Tolède même, (...)

2Voici brièvement ces deux histoires (ou projets) qui commencent en 1978 avec la création du Collège Européen des Traducteurs de Straelen, grâce à linitiative de Elmar Tophoven, dont je me souviens avec une grande sympathie. Elmar Tophoven « had a dream », un grand projet : la renaissance de lécole des traducteurs de Tolède, dune grande légende médiévale. Elmar Tophoven la voulait, cette renaissance de Tolède, à Straelen, sa ville natale1. Et il réussit ! Le Land Rhénanie‑Westphalie du Nord était prêt à assurer linstallation et le fonctionnement du Collège – à condition que des projets de traducteurs et de formation de traducteurs puissent être financés par des tiers. Je venais de prendre mes nouvelles fonctions à la Fondation Robert Bosch, une des grandes fondations allemandes non gouvernementales et dutilité publique, qui a pour vocation, entre autres, de promouvoir les relations franco‑allemandes, vocation qui, aujourdhui encore, reste une des priorités de son action. Robert Bosch, grand entrepreneur de la première moitié du siècle, grand Européen avant la lettre, avait vu dans la réconciliation franco‑allemande la conditio sine qua non de la nouvelle Europe et soutenu activement, au cours des années vingt, des projets déchanges et des mouvements européens. Elmar Tophoven, dont javais fait la connaissance à Paris, me proposa de soutenir un projet de traduction de Baudelaire. Je ne voyais ni lintérêt dune nième traduction de Baudelaire, ni beaucoup de chance pour que la Fondation puisse soutenir un tel projet. Je lui fis une contre-proposition. Connaissant la situation précaire de la traduction en France, et en particulier labsence quasi totale de lœuvre de Fontane en langue française, je proposai la traduction de lœuvre romanesque de Fontane. La Fondation accorda 180 000 DM (entre 1979‑1982) et assura ainsi le démarrage du jeune Collège Européen de Straelen dont le succès est donc lié au projet Fontane.

3Le projet franco‑allemand Fontane lui‑même na pas connu le même sort heureux. Le travail du groupe des traducteurs créé par Straelen à Paris a été entravé par un manque de solidarité de certains membres qui ont préféré faire cavalier seul. Léchec du grand projet a été finalement inévitable parce que les maisons dédition auxquelles le groupe sétait adressé se sont retirées, après maints gestes dencouragement et même dengagement. Le projet a eu toutefois une conséquence positive : plusieurs romans ont paru par la suite de façon isolée, et lauteur si longtemps ignoré a commencé à faire son chemin dans la France daujourdhui. Cette petite histoire, dans la grande histoire de la réconciliation franco‑allemande comme fondement dune Europe nouvelle, mérite‑t‑elle tant dattention ? Peut‑on en tirer des conclusions plus générales ? La situation de lédition en France, et plus particulièrement celle de la traduction, sont bien connues. Selon les statistiques de lUNESCO – assez anciennes, il est vrai, mais la situation na pas tellement changé, je pense, malgré lexistence du Centre National des Lettres – la France tient une solide douzième place quant au nombre de traductions, loin derrière le Danemark, la Hongrie ou les Pays‑Bas. Cependant, pourrait-il y avoir dautres raisons plus profondes de léchec de ce projet franco-allemand, plus spécifiques, dues à nos rapports bilatéraux ? Pourquoi Fontane a‑t‑il si longtemps été oublié en France et pourquoi son œuvre semble‑t-elle avoir été accueillie avec quelque hésitation, sinon quelque réticence ?

  • 2 Fritz Nies, « Les métaphysiciens face aux érotomanies ». In : Penser l’EuropeEuropa denken. Hrsg. (...)

4Dans un article de 19972, Fritz Nies cite le critique littéraire du journal Le Monde qui, en 1987, félicite les romanciers allemands contemporains davoir enfin retrouvé « la solitude, cette spécificité germanique de leur sort », « lisolement absolu de lartiste et son sentiment de nêtre pas dans ce monde », davoir repris les « vieux thèmes romantiques ». Le Fontane de lère Bismarckienne, de la Prusse et du Brandebourg, lanalyste des bouleversements sociaux, correspond‑il à cette vision, cette image dune Allemagne « des nuages », si différente aussi de celle des « casques prussiens » ? Lauteur psychologue Fontane est‑il trop « réaliste » aux yeux des Français pour lesquels la « bonne » Allemagne est toujours celle des légendes du Rhin et des images du Roi des aulnes ? Je laisse à dautres, plus experts que moi, la tâche de vérifier de telles hypothèses. Je me permets de maventurer davantage sur le chemin des généralités. Aujourdhui, je connais mieux encore le monde du mécénat depuis que jy gagne mon pain quotidien. Passant en revue mes expériences franco‑allemandes, je crois pouvoir faire deux observations : À lépoque dont nous parlons, jai souvent rencontré en France, vis‑à‑vis de la coopération franco-allemande, une attitude fondée sur deux idées simples : lAllemagne produit le mark, la France produit les idées, avant tout parisiennes. On naime pas trop les idées des autres, et les moyens de lautre ne sont bienvenus que pour réaliser ses propres idées. Je concède volontiers que cest peint en noir et blanc, mais telle est aussi mon expérience, qui ne ma dailleurs jamais empêché daller de lavant. Lautre idée est que le mécène en France, cest létat.

  • 3 Ce nest pas ici le lieu de discuter lapparition tardive des fondations en France, ou plutôt la di (...)

5Ceci nest plus tout à fait vrai aujourdhui, nous le savons, mais le rôle des fondations ne commence à être perçu et reconnu que depuis peu. Les réticences sont dautant plus grandes que les fondations sont étrangères3, et à plus forte raison allemandes. On vient de me rapporter la remarque dune députée française au Parlement Européen stipulant quen France il ny avait pas de fondations – ce qui est loin dêtre vrai – et quelle en était fière.

6Ce qui me semble plus intéressant et plus grave dans ce contexte, cest lattitude de certains acteurs, de traducteurs, qui se sont engagés dans ce projet. Il ne faut pas minimiser pour autant certains déficits dorganisation à partir de Straelen, qui alors nétait déjà plus entre les mains de Elmar Tophoven. Pourrions‑nous exiger un sens plus aigu des responsabilités de la part de ceux qui ont un rôle de médiateur à jouer ? Le destin du projet Fontane, si marginal soit-il, me semble être symptomatique de létat du couple franco‑allemand qui sest détérioré petit à petit depuis les dernières années. Avant et après les élections parlementaires allemandes, les représentants des gouvernements des deux pays ont insisté sur la nécessité de donner un souffle nouveau aux relations bilatérales. Certains dentre eux, comme le nouveau ministre des affaires étrangères, Joschka Fischer, ont reconnu que la volonté politique de renouveau ne suffirait pas, et que de nouvelles formes de dialogue transnational devraient être trouvées. Historiens et « témoins » sont daccord pour dire que le rapprochement franco-allemand daprès-guerre sest produit dabord par le bas, par la société civile comme on dit aujourdhui, en particulier par les hommes et femmes qui, des deux côtés, ont pris des responsabilités de médiateurs. Quen est‑il des médiateurs daujourdhui ? Rien ne changera, nonobstant la volonté politique des gouvernements, et au contraire, la situation continuera à se dégrader si la volonté de changer, de donner une impulsion nouvelle, ne vient pas une nouvelle fois de la société civile, et dabord de ces médiateurs que sont aussi les traducteurs.

Notes

1 Le légendaire carrefour culturel de Tolède a lui‑même connu une renaissance depuis, à Tolède même, notamment grâce à laide de la Fondation Européenne de la Culture.

2 Fritz Nies, « Les métaphysiciens face aux érotomanies ». In : Penser l’EuropeEuropa denken. Hrsg. Uwe Baumann und Reinhard Klesczewski, Tübingen – Basel, 1997, p. 172.

3 Ce nest pas ici le lieu de discuter lapparition tardive des fondations en France, ou plutôt la disparition de linstitution « fondation » à la fin du XVIIIe siècle.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5897/img-1.png
Fichier image/png, 466k

Auteur

Docteur ès lettres de l’Université de Heidelberg et de la Sorbonne, directeur du bureau parisien du DAAD de 1972 à 1978, puis du département des relations internationales de la Fondation Bosch à Stuttgart de 1978 à 1994, secrétaire général de la Fondation Européenne de la Culture à Amsterdam depuis 1995 ; auteur de publications sur les relations internationales, l’organisation de la science, les fondations, l’enseignement des langues et des civilisations étrangères, des littératures française et allemande.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540