Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Theodor Fontane. Un promeneur dans le siècle

 | 
Marc Thuret

Fontane et la France

Fontane en France et en français

Marc Thuret

Texte intégral

  • 1 Le relevé statistique publié au no62 des Fontane-Blätter en 1996 fait apparaître l’assez forte noto (...)

1Un nom français, une plume alerte, un regard sans préjugé porté sur la nation voisine – ces trois caractéristiques auraient dû attirer l’attention des Français sur l’œuvre de Theodor Fontane. Un siècle après sa mort, cet écrivain est toutefois ignoré de la plupart d’entre eux. La diffusion de son œuvre romanesque, toujours incomplètement traduite, reste confidentielle, et ses autres écrits – autobiographie, poésies, récits de voyage, critique littéraire et correspondance – sont en France, à deux exceptions près, totalement inconnus. Les efforts des critiques et des éditeurs n’ont pourtant pas manqué, ils ont même redoublé ces dernières années, si bien que l’on peut aujourd’hui, sans trop de difficulté, se procurer en librairie quatre traductions récentes : Ellernklipp (1995), Mes années d’enfance (1996), Le Comte Petöfy (1997) et Quitte (1998), deux plus anciennes : Avant la tempête (1992) et Mes années d’enfance (1993), traduits par Jacques Legrand, une troisième impression des quatre romans (Errements et tourments, Jours disparus, Frau Jenny Treibel, Effi Briest) parus en 1981 en un volume, et trois rééditions en livre de poche de traductions plus anciennes, toutes les trois mises sur le marché en 1998 : Cécile, Le Stechlin, et Effi Briest – une offre presque exceptionnelle si l’on tient compte de la part relativement réduite de la littérature étrangère dans l’édition française, un résultat assez mince au contraire si l’on considère d’une part l’exceptionnelle notoriété de Fontane en Allemagne (et dans d’autres pays européens)1 et d’autre part l’ancienneté des efforts consentis pour le faire connaître en France.

  • 2 Les Tisserands, 1893, L’Assomption de Hannele Mattern, 1894, Le voiturier Henschel, 1901, Pauvre fi (...)
  • 3 3 Sur Theodor de Wyzewa (pseudonyme de Theodor-Etienne Wyzewski dit aussi : Gaston Lefèvre), voir l (...)
  • 4 4.Voir Theodor de Wyzewa, « Un romancier naturaliste allemand, M. Th. Fontane » in : Revue Bleue, 1 (...)

2Du vivant de l’auteur paraissent en français de larges extraits de deux de ses livres : Kriegsgefangen (1871) et Meine Kinderjahre (1894). Le premier est publié en 1892 sous le titre Souvenirs d’un prisonnier de guerre allemand en 1870. La parution en librairie avait été précédée en décembre 1891 et en février 1892 de la publication dans la Revue Bleue de deux chapitres («La Citadelle de Besançon» et «L’Ile d’Oléron») d’une traduction anonyme due, selon les recherches menées au Fontane-Archiv de Potsdam, à l’écrivain fin-de-siècle Jean Thorel, auteur de romans, nouvelles et comédies dans le goût du temps, et traducteur de quatre pièces de Hauptmann2. Prépublication et publication étaient accompagnées d’une présentation de l’auteur par l’écrivain polyglotte d’origine polonaise Theodor de Wyzewa (1863-1917), qui détenait dans la France du tournant du siècle la position presque officielle de commentateur des littératures étrangères. Il publiait ses comptes rendus critiques dans la Revue des Deux Mondes, Le Figaro ou Le Temps ; il traduisit une quarantaine de classiques du XIXe siècle des littératures anglaise, allemande, polonaise, russe, danoise et italienne.3 Parmi les auteurs étrangers sur lesquels de Wyzewa cherchait à attirer l’attention du public, il y avait Fontane, qu’il présentait dans son introduction aux Souvenirs d’un prisonnier de guerre … comme « un romancier naturaliste allemand », et auquel il consacra, peu après la parution du Stechlin en Allemagne, un article où l’auteur se montre aussi élogieux que l’on pouvait l’être à l’époque en France à propos d’un texte venu d’Allemagne.4

3Deux ans après la parution des Souvenirs d’un prisonnier, la Revue Bleue publie en feuilleton six extraits de Meine Kinderjahre sous le titre Mes souvenirs d’enfance dans la traduction d’un certain Georges Art, qui apparaît dans les registres du tournant du siècle comme l’auteur de quelques versions françaises d’œuvres anglaises (Stevenson, Le Dynamiteur, 1894) et allemandes (Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, 1898). Cette prépublication ne donne toutefois lieu à aucune parution en librairie. Curieusement, le silence se fait en France autour de Fontane au moment même où il accède en Allemagne à une notoriété nationale. Fontane avait certes correspondu en 1894 et 1895 avec deux dames françaises qui lui avaient manifesté leur intention de traduire certaines de ses œuvres. à l’une d’elles, l’écrivain exprime sa gratitude, mêlée d’un certain scepticisme, comme s’il devinait le sort que le pays de ses ancêtres allait jusqu’à aujourd’hui réserver à tout ce qu’il a écrit :

  • 5 5 « In Frankreich bekannt zu werden, vielleicht ein Publikum, wenn auch nur ein ganz kleines, zu fi (...)

« Se faire connaître en France, y trouver peut-être un public, même s’il n’est que tout petit – qui ne rêverait pas de cela ? à quelle ambition ce but ne paraîtrait-il pas enviable ? »5

4Fontane conseille à sa correspondante (qui envisageait vraisemblablement de traduire Effi Briest) de se tourner vers des œuvres plus courtes telles que Grete Minde, Unterm Birnbaum (qui n’ont encore jamais été traduites) ou Ellernklipp (dont une version française ne paraîtra que cent ans plus tard, en 1995).

5Le succès d’Effi Briest en Allemagne laisse les éditeurs français indifférents, et ce sera pour finir le fils de Fontane, Friedrich, directeur depuis 1888 d’une maison d’édition portant son nom, qui prendra l’initiative de faire paraître à Berlin en 1902 une version française du best-seller de son père, traduit en français par Michel Delines, nom sous lequel paraissaient les écrits de Mikhail Achkinasi, traducteur et promoteur en France au tournant du siècle des classiques russes, auteur des livrets français des opéras de Tchaïkowsky, Moussorgsky et Glinka joués à Paris. Curieusement, aucune œuvre allemande ne figure sur la liste de ses traductions conservées à la Bibliothèque nationale, qui ne possède pas non plus d’exemplaire de cette Effi Briest française de 1902, très affadie par le style du traducteur et par les nombreuses coupures pratiquées dans le texte.

6Porté par sa confiance dans le génie de son père et par l’idée que le meilleur de ses livres devait infailliblement rencontrer l’intérêt du public français, Friedrich Fontane sous-estima non seulement les effets pervers de la traduction mais aussi la vivacité du ressentiment anti-allemand dans l’opinion française. Ce livre imprimé à Berlin se heurta de toute évidence au boycott des libraires et des lecteurs français. Il n’a laissé nulle trace dans les catalogues et fait aujourd’hui partie des ouvrages anciens introuvables en France. Au boycott succéda le black-out pour près de trente ans, période pendant laquelle Fontane ne fut tiré de l’ombre que deux fois pour le petit cercle des germanistes préparant l’agrégation : Graf Petöfy figurait au programme de 1910 ; en 1929, les candidats eurent à se pencher sur L’Adultera et Irrungen, Wirrungen. Le public non germanophone ne put à nouveau se faire une idée du contenu de l’œuvre de Fontane qu’en 1931, quand parut pour la première fois en France au XXe siècle une traduction d’un de ses romans : Irrungen, Wirrungen, texte français d’Eugène Kœssler, intitulé Dédales. L’écho est médiocre en dépit du soutien apporté par le germaniste Henri Lichtenberger (1864-1941), personnalité bien connue et assez influente de l’entre-deux-guerres, auteur de la préface. Un seul tirage suffit à satisfaire la curiosité du public. Fontane retombe aussitôt après pour plus de dix ans dans l’oubliette où l’édition française semblait avoir choisi de le tenir. Il n’en est extrait que pour de courtes permissions : en 1940 et 1941, il figure deux années de suite au programme de l’agrégation avec Der Stechlin. Pendant la guerre, trois nouvelles œuvres paraissent en français, mais dans des conditions peu propices à leur diffusion, car le public est alors dans l’ensemble peu enclin à s’intéresser à la littérature importée d’Allemagne. Publier Fontane en français apparaissait alors nécessairement comme une initiative conçue pour promouvoir la collaboration idéologique avec la puissance occupante, choix imprudent et extrémiste, repoussé par une majorité de citoyens, dont le patriotisme s’exprimait faute de mieux par la réserve et l’attentisme.

  • 6 Dans la même série paraissaient, la même année, cinq romans d‘auteurs contemporains aussi bien accu (...)
  • 7 Blick durchs Fenster. Aus zehn Jahren Frankreich und England, 1939.
  • 8 Voir l’esquisse biographique de François Genton dans Le territoire du germaniste, actes du 30e cong (...)
  • 9 Voir Pierre-Paul Sagave, « Fontane-Forschung an der Universität Paris », FB n° 8, 1969. L’auteur y (...)
  • 10 Theodor Fontane, Schach von Wuthenow. Dichtung und Wirklichkeit, texte complet, documentation et co (...)

7Reproduisant dans des circonstances aggravées l’erreur de Friedrich Fontane, les autorités d’occupation firent éditer par la maison Friedrich Tauchnitz de Leipzig une nouvelle version française d’Effi Briest, imprimée et mise en vente en France à la fin de l’année 1942.6 La traduction avait été confiée à André Cœuroy (1891-1976), personnage assez éminent de l’entre-deux-guerres et des années cinquante, secrétaire général de l’Institut international de Coopération intellectuelle de 1929 à 1939, critique et musicologue bien connu dans l’édition et dans les médias. André Cœuroy, de son véritable nom : André Belime, normalien, agrégé d’allemand, avait traduit quelques classiques (Heine, Hoffmann, Mörike) et, sous le titre De ma fenêtre, un recueil de reportages de Friedrich Sieburg7. En 1943, paraît, dans une édition française cette fois, la NRF, une traduction de Frau Jenny Treibel (Madame Jenny Treibel), due au jeune germaniste Pierre Grappin (1915-1997), futur fondateur et doyen de l’Université de Nanterre, alors boursier de la fondation Thiers et préparant une thèse sur le préclassicisme allemand8. L’année suivante, un autre roman de Fontane paraît en français dans un autre pays occupé par la Wehrmacht : Stine, aux éditions « Les écrits » de Bruxelles, dans la traduction d’un certain Marc Erlyc. Ce Fontane-là, livré au public francophone dans les fourgons de l’occupant, n’avait que peu de chances de s’imposer, et sa présentation – texte nu pour Stine et Effi Briest, appareil critique sommaire pour Jenny Treibel – ne faisait rien pour faciliter l’accès du public francophone à cet auteur allemand, décrivant un monde qui ne pouvait que paraître assez exotique aux lecteurs français et belges des années quarante. La Jenny Treibel de Pierre Grappin et la Stine de Marc Erlyc n’ont jamais été rééditées et sont aujourd’hui introuvables. L’Effi Briest d’André Cœuroy fit, elle, par contre, plusieurs réapparitions : la première en 1957 au Club bibliophile de France, précédée cette fois d’une introduction et accompagnée de notes rédigées par Maurice Boucher (1885-1977), germaniste, professeur à la Sorbonne, interprète et traducteur de Goethe, Hölderlin et Stefan George, observateur de l’Allemagne de son temps et corédacteur de la revue franco-allemande Deutsch-Französische Rundschau fondée en 1928. La même année (1957), Irrungen, Wirrungen et Der Stechlin figurent au programme de l’agrégation, où le nom de Fontane ne reparaîtra que neuf ans plus tard, en 1966, avec Schach von Wuthenow. Cette circonstance donnera au Professeur Sagave, alors en poste à Aix-en-Provence, l’occasion de relancer dans une certaine mesure les études fontaniennes à l’Université française9. La même année, il publiait, en annexe du texte allemand de Schach von Wuthenow, un commentaire de l’œuvre associant habilement aux méthodes de l’analyse littéraire en usage à l’Université celles d’une nouvelle discipline, la « civilisation », qui entendait alors se faire une place dans les études germaniques en France.10

8Après l’Effi Briest de 1957, vingt-trois ans vont encore s’écouler avant que l’édition française ne se souvienne à nouveau de Fontane, sous l’impulsion, comme on l’apprend ici grâce aux contributions de Rüdiger Stephan et Erika Tophoven, de l’initiative lancée conjointement par le Collège européen des traducteurs de Straehlen et par la fondation Bosch. Le projet d’une grande édition française des œuvres romanesques de Fontane ne dépassa certes pas le stade des discussions préliminaires, mais il eut le mérite d’attirer l’attention des éditeurs français sur une de leurs lacunes et de susciter chez certains d’entre eux la volonté de la combler. Cette situation est à l’origine d’une éclosion de nouvelles parutions et d’un bref réveil, au début des années quatre-vingts, de la curiosité du public et des médias. Fontane reparaît sur le marché du livre en 1980 avec une réédition de Dédales, accompagnée de ses deux introductions d’origine : la présentation de l’auteur par Henri Lichtenberger et la préface assez laconique du traducteur Eugène Kœssler. L’année suivante, Les Presses d’aujourd’hui font paraître sans aucun changement du texte d’origine une deuxième réédition de la traduction d’Effi Briest par André Cœuroy, précédée cette fois d’une abondante préface du professeur Rovan. La même année, Le Stechlin, traduit et annoté par Jacques Legrand, paraît chez Hachette, avec un écho modeste (un tiers seulement des 3000 exemplaires est écoulé). Simultanément, la maison Laffont édite dans sa collection à succès « Bouquins » (couverture souple, papier bible, prix modiques, appareil critique : une heureuse synthèse de « Pléiade » et de « Livre de Poche ») un recueil de quatre romans, mis en français par quatre traducteurs différents : Irrungen, Wirrungen, intitulé cette fois : Errements et tourments par Georges Pauline ; Frau Jenny Treibel (titre allemand laissé intact) par le germaniste Michel-François Demet, directeur de la publication ; Jours disparus, première traduction française de Unwiederbringlich, par Jacques Peyraube, et une nouvelle Effi Briest, retraduite par Pierre Villain. Cette édition de quatre romans en un volume, retirée deux fois encore en 1992 et 1997, est jusqu’ici la seule à avoir assuré en France à l’œuvre de Fontane une diffusion honorable, et procuré à son éditeur un peu mieux que la seule couverture des frais.

9Rééditions, traductions et retraductions vont désormais s’échelonner au cours des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix à des intervalles plus rapprochés. La part de l’œuvre de Fontane traduite en français augmente peu à peu, malgré les hésitations des éditeurs, qui ne s’engagent que rarement sans promesse de subvention à publier un nouveau titre, et malgré la constante indifférence du grand public et des médias après le bref sursaut d’intérêt et d’engagement de l’année 1981 – qui coïncida du reste avec le dernier passage de Fontane au programme de l’agrégation avec Irrungen, Wirrungen et Effi Briest.

10Une petite maison d’édition de Strasbourg, Bueb et Reumaux, réédite en 1986 sous le titre Journal de captivité, De Domrémy à Oléron, Voyage dans la France de 1870 les Souvenirs d’un prisonnier de guerre …. Le texte de cette traduction incomplète est le même que celui de l’édition de 1892, mais il est précédé d’une nouvelle préface d’Alain Garric, remplaçant celle de Theodor de Wyzewa. Ce titre, jamais retiré, est aujourd’hui introuvable. Une autre maison de province, Actes Sud, à Arles, fait paraître en 1988 une traduction de Schach von Wuthenow, due à la plume d’un homme de métier, Bernard Kreiss, auteur des versions françaises de près de soixante titres des littératures allemande et autrichienne modernes (Martin Walser, Horst Bienek, Elias Canetti, Thomas Bernhard etc.) et classiques (Büchner, Stifter). Cette publication annonçait en couverture de façon un peu fanfaronne que ce roman « publié avec le concours de la fondation Bosch [… était] le premier d’une série intitulée Œuvres romanesques de Theodor Fontane ». La mévente désastreuse de ce volume dissuada la maison d’édition de poursuivre l’entreprise, et ce premier titre fut aussi le dernier de la série. En 1991, la maison Aubier, qui avait déjà édité et réédité Dédales, tente de prendre le relais et publie successivement quatre nouvelles traductions : L’Adultera en 1991, texte français d’une traductrice, Madith Vuaridel, qui se lançait pour la première fois, par amour pour Fontane, dans la transposition en français d’une œuvre littéraire ; Avant la tempête, Scènes de l’hiver 1812-1813 (Vor dem Sturm) en 1992, Mes années d’enfance (Meine Kinderjahre) en 1993 et Cécile en 1994, trois traductions dues à l’auteur du texte français du Stechlin paru en 1981, Jacques Legrand, qui accédait ainsi par l’expérience acquise, la qualité et le volume du travail, au rang de premier traducteur de Fontane en France.

  • 11 D’après les informations recueillies début 1997 puis fin 1998 auprès des éditeurs qui ont bien voul (...)

11Cette première tentative de concentration de l’effort éditorial se relâche cependant bientôt. Fontane change à nouveau d’éditeur : deux maisons, Le Serpent à Plumes à Paris, Jacqueline Chambon à Nîmes, se partagent à présent la tâche de diffuser de nouvelles traductions de Fontane. Le Serpent à Plume confie à Denise Modigliani, une traductrice attentive aux questions de linguistique, auteur d’une traduction du Traité de l’origine du langage de Herder et d’un essai inspiré par cette œuvre, la rédaction du texte français de Ellernklipp, qui paraît en 1995, puis du Comte Petöfy, qui paraît en 1997, de Stine enfin, qui doit paraître prochainement. Jacqueline Chambon édite en 1996 une nouvelle traduction de Mes années d’enfance due à Eliane Kaufholz-Messmer, puis en 1998 une version française de Quitt (Quitte) confiée à Bernard Kreiss. Le médiocre succès de toute ces publications11 n’a pas découragé certains éditeurs de tenter récemment de relancer Fontane par la réédition en livre de poche de trois traductions jusqu’ici boudées par le public : l’Effi Briest d’André Cœuroy (ainsi remise sur le marché pour la troisième fois), Le Stechlin et Cécile traduits par Jacques Legrand.

  • 12 Sans compter les initiatives individuelles et inédites, dont trois au moins peuvent être citées : L (...)

12Quiconque considère le parcours de Fontane en France et en français ne peut manquer d’être frappé par le caractère discontinu et passablement désordonné des efforts consentis pour le faire connaître. À de longues périodes de silence et d’oubli succèdent de fiévreuses entreprises, décidées sans coordination, conduites avec un soin inégal, assez vite abandonnées, le plus souvent après les premiers échecs commerciaux. Fontane est passé de main en main comme le valet de pique au jeu du mistigri. Il ne s’est trouvé personne en France pour œuvrer durablement à la défense de sa cause. Depuis le coup de projecteur porté sur son œuvre au début des années quatre-vingts, ce sont six éditeurs et neuf traducteurs qui, successivement ou simultanément, ont tenté de la promouvoir.12 La plupart de ces initiatives ont été prises dans l’isolement, et les efforts, plus d’une fois, loin de se conjuguer, se sont contrariés. Effi Briest, par exemple, paraît la même année, 1981, dans deux traductions différentes et dans deux maisons ne sachant rien de leurs projets respectifs. Mes années d’enfance paraît une première fois en 1994, puis une deuxième deux ans plus tard dans une nouvelle traduction, chez un éditeur qui semble avoir ignoré que ce titre existait déjà sur le marché.

13Pourquoi a-t-on choisi dans tel cas de retraduire plutôt que d’éditer en français une nouvelle tranche de l’œuvre de Fontane, et dans tel autre de rééditer une traduction plus ancienne ? A quels défauts des traductions antérieures a-t-on voulu remédier en retraduisant ? A quels principes les nouveaux traducteurs ont-ils choisi de se soumettre, et quels objectifs se sont-ils fixés ? A-t-on cherché à préserver une certaine homogénéité du style ? A-t-on au contraire laissé à chacun la bride sur le cou ? Il est difficile de répondre à ces questions, et les quelques voix entendues à l’occasion de la préparation du colloque, puis au cours de la « table ronde » des traducteurs, laissent penser qu’autour de l’œuvre de Fontane se sont rencontrées sans s’entendre les tendances et les écoles les plus opposées : spontanéistes et théoricistes, sourciers et ciblistes.

14Le gain apporté par les retraductions n’apparaît pas toujours avec évidence, pas plus que les mérites qui ont décidé de la réédition d’une traduction plus ancienne. L’Effi Briest de 1942, par exemple, traduite par André Cœuroy dans les conditions historiques les plus défavorables, et avec une hâte qui se remarque au moins à certains détails, méritait-elle d’être rééditée trois fois sans la moindre révision ? Celle de 1981, traduite par Pierre Villain, fait-elle suffisamment honneur à ce roman par lequel la plupart des lecteurs qui aiment Fontane ont trouvé accès à son œuvre ?

15De manière générale, je me demande si le succès de l’édition des quatre romans dans le volume de la collection « Bouquins » n’a pas paradoxalement plutôt nui à la cause de Fontane qu’il ne l’a servie. Ces traductions sont certes solides, sérieuses, bien documentées, et elles sont pour la première fois accompagnées des notes indispensables au lecteur français qui veut comprendre en détail et saisir les allusions au contexte historique. Mais elles font apparaître Fontane comme un auteur vieillot, typiquement dix-neuvième, plus nostalgique que prophétique, impression confirmée et aggravée par les deux textes d’introduction : une préface du professeur Claude David et une traduction du fameux essai de Thomas Mann Le vieux Fontane, écrit pour saluer la parution du recueil de lettres publié en 1909 par Paul Schlenther et Otto Priower. Confier à Thomas Mann le soin de recommander Fontane au public français n’était pas en soi une mauvaise idée, car l’auteur de La Mort à Venise et de La Montagne magique jouit en France d’une notoriété bien plus grande que celle de Fontane, et cet essai consacré à un écrivain que Thomas Mann considérait un peu comme son mentor a incontestablement contribué à la gloire posthume de Fontane en Allemagne. On pouvait en espérer le même effet en le plaçant en tête d’une édition française de la partie la plus populaire de son œuvre. La réception de ce volume et l’écho que l’on en trouve jusqu’à aujourd’hui dans les médias chaque fois qu’il est question de Fontane montrent toutefois qu’il eut presque l’effet inverse. Etait-il habile de recommander Fontane à un public qui ne savait rien de lui en citant l’éloge paradoxal qu’en faisait Thomas Mann quand il affirmait que l’auteur d’Effi Briest « était né pour devenir le vieux Fontane », qu’il faisait partie de ces « natures à qui seule la vieillesse convient », « qu’il était pressé de vieillir pour rester très longtemps vieux » (p. 37), et qu’il put « atteindre l’harmonie seulement dans la vieillesse, à l’âge où personne, ni nous-mêmes ni autrui n’exige de nous la ‘fraîcheur’ et où la question à quoi bon cette absurdité ? devient un état d’âme fondamental » (p. 39) ? De toute l’œuvre de Fontane, la critique ne semble guère avoir retenu que ces formules. On les retrouve, des années plus tard encore, diversement paraphrasées, sous la plume des journalistes dès qu’il est question de Fontane : « Pourquoi était-il pressé d’être vieux ? » se demande le critique de Libération rendant compte le 3 mars 1988 de la parution de Schach von Wuthenow traduit par Bernard Kreiss. Il récidive cinq ans plus tard en intitulant son compte rendu de Mes années d’enfance traduit par Jacques Legrand : « Fontane fait le mûr » et en précisant en sous-titre : « Fontane a toujours été vieux, ses ‘années de jeunesse’ semblent écrites par un petit garçon de 63 ans (sic). » (Libération, 3 juin 1993) Gageons que ce journaliste s’est contenté, chaque fois qu’il a eu un papier à écrire sur Fontane, de relire les préfaces de l’édition « Bouquins » et que l’image qu’il s’en est alors faite l’a plutôt détourné des quelque 800 pages de texte romanesque qu’elles introduisent. L’état de la popularité de Fontane en France donne du reste à penser que la plupart des lecteurs qui auront eu entre les mains le volume de la collection « Bouquins » n’auront pas réagi autrement que lui.

16Claude David demandait, dès les premières lignes de sa préface : « Theodor Fontane … Combien de lecteurs en France, même de culture honorable, ont-ils entendu ce nom ? » Question rhétorique, suggérant la réponse : très peu bien sûr, des germanistes, quelques curieux, un petit nombre d’amateurs germanophiles. Répondrait-on autrement aujourd’hui ? La sortie du Comte Petöfy en 1997 inspire au critique qui en rend compte dans le Nouvel Observateur une interrogation semblable. « L’année prochaine verra le centième anniversaire de la mort de Theodor Fontane. Mais qui soufflera les bougies ? » (9 novembre 1997) Et il n’est jusqu’ici pas de nouvelle parution qui n’ait été saluée par ce cliché bien pensant et inopérant : « Fontane, un auteur méconnu à découvrir. »

17Les maladresses et les inconséquences de l’édition sont-elles la cause ou sont-elles l’expression de l’indifférence obstinée du public français vis-à-vis de cet écrivain ? Une étude comparative des textes d’introduction aux traductions de ses œuvres inviterait presque à pencher pour la deuxième hypothèse. De Theodor de Wyzewa en 1892 à Claude David en 1981, la plupart des auteurs de préfaces semblent s’être ingéniés à suggérer que cet auteur estimable était aussi un écrivain mineur, aimable, correct, recommandable, mais somme toute épigonal, assez représentatif d’une littérature elle-même mineure, provinciale et passablement retardataire dans le grand concert de la culture européenne de l’époque. Les portraits de cet inconnu tracés en introduction à la lecture de son œuvre sont diversement et involontairement (ou inconsciemment) dissuasifs, les uns par leur laconisme ou leur réserve passe-partout, les autres par l’abondance d’un éloge où perce constamment l’indulgence et une sorte de contentement de soi assez caractéristique du chauvinisme littéraire des intellectuels français : Fontane est comparé à Balzac, Flaubert, Zola et jugé bien frêle face à ces géants. La recherche de correspondants français conduit pour finir du côté d’artistes mineurs : Champfleury ou Céard (introduction de Wyzewa), Paul Bourget ou Octave Feuillet (note bibliographique de l’Effi Briest de 1957).

18Sur Fontane en français, le ton est donné d’emblée par le premier de ses préfaciers, Theodor de Wyzewa : son introduction aux Souvenirs d’un prisonnier de guerre allemand est un singulier mélange de demi-vérités sur le parcours inachevé d’un auteur encore mal connu, de clichés désobligeants et d’éloges condescendants. Le mérite de Fontane est d’avoir « décidément résolu d’importer en Allemagne le roman naturaliste » et d’avoir ainsi secoué la fadeur et l’ennui de la littérature romanesque écrite outre Rhin.

« Il faut connaître les sujets et la manière des romanciers allemands (et c’est une connaissance que je ne puis vraiment recommander à personne) pour apprécier toute la hardiesse de ce roman de M. Fontane »,

écrit-il à propos de L’Adultera. Et après avoir résumé Stine et Irrungen, Wirrungen il conclut :

« Imaginez que dans cette histoire, la blanchisseuse berlinoise soit remplacée par une couturière de l’avenue de St-Ouen, et le baron de Rienäcker par un étudiant du quartier latin. Imaginez que les deux amants s’occupent davantage de robes et de chapeaux et s’occupent un peu moins de la lune, qui joue effectivement, comme l’on sait, un rôle considérable dans la vie allemande. Ces petits changements faits – et rien n’est plus simple – vous aurez le modèle du roman naturaliste tel qu’il se pratiquait en France il y a dix ans. Ce n’est pas tout à fait le roman de M. Zola : c’est un roman plus naturaliste, plus conforme aux théories de M. Zola. Nos jeunes romanciers devaient sentir des histoires de ce genre-là leur germer dans la tête quand ils s’en revenaient d’une visite à Médan. » (p. XI)

19Fontane est, au mépris de ce qui fait son originalité, et en dépit de ses propres allégations, classé dans une catégorie connue, ramené de ce fait même au rang des écrivains mineurs qui gravitaient « il y a dix ans » autour du maître français. Les éloges que Wyzewa décerne à Fontane (poétique, distingué, bienveillant, impartial) sont comme minés par les classifications posées d’entrée de jeu : épigone, deuxième rang, arrière-garde.

20Un naturaliste tempéré, réservé, « d’une sereine impartialité », et qui devrait par sa délicatesse même plaire aux Français, telle est encore la définition suggérée par Henri Lichtenberger dans sa préface de 1931 à Dédales :

« [Fontane] sut éviter l’enflure ou le sentiment romantique comme les truculences, la trivialité ou l’offensante brutalité du naturalisme agressif, et s’est élevé à une sagesse pratique où un scepticisme sans amertume s’allie heureusement à un soupçon d’ironie souriante, à une large indulgence pour la faiblesse humaine et à un sens décidé de l’ordre moral et social. » (p. 7 et 8)

21Dans la courte introduction rédigée par le traducteur Eugène Kœssler, Fontane est expliqué, selon les idées de l’époque, par la combinaison des caractères de ses ascendants et par ses origines françaises. Le roman Effi Briest fait « pendant à Madame Bovary » et peut soutenir la comparaison avec elle, « si haut que l’on place le chef-d’œuvre français », Irrungen, Wirrungen est comme « un chant d’amour simple et sobre, doux et discret ». Les deux préfaces sont nettement élogieuses, mais elles préviennent l’une et l’autre qu’on ne doit attendre de ce récit ni les effets de choc ni les émotions fortes que le lecteur de romans naturalistes craint et espère à la fois.

22Dans la préface à Jenny Treibel publiée douze ans plus tard, Pierre Grappin donne une bonne définition de quelques-unes des qualités pour lesquelles on aime aujourd’hui Fontane : son mépris des grands mots, sa lucidité désenchantée et caustique, « sa sereine objectivité », mais il le fait à une époque où ces qualités étaient en France assez peu demandées en littérature, surtout si celle-ci était importée d’Allemagne. Ce que Lichtenberger présentait dans sa préface à Dédales comme l’expression d’un caractère tempéré apparaît dans l’introduction de Pierre Grappin comme une sorte de froideur sénile. Le thème dissuasif du géronte littéraire, romancier tard venu au réalisme, trouve ici sa première expression :

« [Fontane] raconte le présent, mais avec la sérénité du vieillard qui est déjà un peu en dehors de la vie. […] Ce détachement était facile à un homme qui semble avoir ignoré la passion et plus encore le fanatisme. L’amour ne lui est pas étranger, il a même su le rendre d’une façon très attachante ; mais il en a une idée simple et pas le moins du monde romantique. » (p. 13 et 14)

23Maurice Boucher, dans sa préface à la réédition d’après-guerre de l’Effi Briest d’André Cœuroy, présente à peine Fontane et prépare à la lecture d’Effi Briest en en esquissant un aimable résumé. Le malheur d’Effi est expliqué par les particularités de la société prussienne, son personnage comparé à celui d’Emma Bovary (« Il est certain que Fontane a songé au roman de Flaubert », p. 5), comparaison laissant indécis le préfacier, qui ne sait quelle œuvre préférer et remarque :

« Il n’y a pas de ‘bovarysme’ chez Effi : ce ne sont pas ses idées romanesques ni l’erreur sur sa propre personne qui causent le drame, mais le cours de la vie, l’ennui des villes ou des bourgades de province, les circonstances, la monotonie du jour. C’est moins instructif, moins philosophique, mais, en un certain sens, plus vrai, plus simple, plus triste, à coup sûr plus pessimiste. » (p. 6)

24Le petit essai Pour saluer Fontane rédigé par Joseph Rovan pour introduire la réédition de cette même traduction d’Effi Briest en 1981, présente au contraire plus longuement le romancier que le roman, en exprimant pour la première fois en France une véritable sympathie pour l’écrivain. De Fontane il sait reconnaître des vertus passées sous silence ou ignorées par tous ses devanciers : l’indépendance d’esprit, la persévérance dans un travail longtemps mal récompensé, mais toujours guidé par le besoin de vérité, d’équité et de rigueur, ces valeurs traditionnelles de la Prusse dont Joseph Rovan cherche, à travers l’exemple de Fontane, à réhabiliter l’image. Ce texte ambitieux s’inscrit dans une œuvre vouée au rapprochement franco-allemand ; il est conçu pour lutter contre les préjugés et corriger les clichés qui oblitèrent les visions françaises de l’Allemagne. Son plaidoyer est vivant et crédible, mais il est plus propre à populariser l’homme que ses livres, et l’échec commercial de cette réédition d’Effi Briest, qu’il avait pour fonction d’introduire, fait craindre que ses idées n’aient pas eu la tribune qu’elles méritaient.

25La préface rédigée par Claude David pour les quatre romans parus dans la collection « Bouquins » avait plus de chance d’instruire et d’influencer le public français, mais l’auteur semble vouloir y renouer avec la tradition de l’éloge suffisant inaugurée quatre-vingt-dix ans plus tôt par Theodor de Wyzewa. Fontane est présenté dès les premières pages comme un inconnu relativement mineur (« Il est certain que l’Allemagne n’a pas eu de Balzac ou de Tolstoï »), typiquement prussien en dépit de son nom français et de ses ascendants huguenots (« Aucune relation privilégiée n’existe, en dépit des légendes, entre Fontane et la France »), passablement retardataire enfin (« Madame Bovary datait de 1857, Effi Briest parut en 1895 »). Le préfacier conte ensuite une biographie dans laquelle on voit un jeune conservateur « attaché à une Prusse à demi mythique » (p. 14) se faire avec l’âge, et par une sorte de dépit, « annonciateur des temps nouveaux » et «  prophète de la révolution prolétarienne » (p.13), mais aussi romancier de l’Allemagne moderne. Claude David insiste, comme Thomas Mann dans l’essai cité à la suite de sa préface, sur le caractère particulier de cette vocation tardive de romancier, et son texte d’introduction, qui fut sans doute plus lu que les romans eux-mêmes, a certainement contribué à établir l’image peu attrayante du vieillard littéraire, de l’épigone tard venu à sa vraie vocation, qui semble coller à la réputation de Fontane en France. Les formules avancées pour tenter une définition de la forme : « roman de la bonne société », à « l’intrigue ténue », « réalisme factophile », « classicisme tardif », « art indirect » sont somme toute défendables, mais, associées au « portrait de l’artiste en vieillard » que donnent les deux textes d’introduction, elles ont aussi contribué à desservir la cause d’un écrivain dont la méconnaissance en France n’est pas seulement due, comme le suggère Claude David, aux circonstances historiques, mais aussi à l’entêtement mis par les germanistes français à le présenter comme un auteur mineur, que l’on pourrait à la rigueur situer aux côtés de Maupassant, Flaubert ou Tolstoï « si l’on ne craignait par ce voisinage d’écraser Fontane et de fausser la perspective des valeurs. » (p. 7)

26Alain Garric, dont la préface se substitue à celle de Wyzewa dans la réédition des Souvenirs d’un prisonnier de guerre parue en 1986 sous le titre Journal de captivité, dresse de Fontane un portrait curieusement impressionniste et désordonné. Le résumé des tribulations de Fontane en France y est entrecoupé de rappels d’événements notés en marge de la grande histoire, le récit de la vie de l’auteur complété par une série capricieuse de retours en arrière et d’anticipations. Les textes d’introduction aux quatre romans de la collection « Bouquins » servent explicitement de référence à l’image que le préfacier tente de donner de l’auteur et de son œuvre : ici encore Fontane apparaît comme un homme « à qui la jeunesse ne convenait pas » (p. 12), comme un « ancien huguenot » devenu « le Prussien par excellence » (p. 14) et comme un auteur de romans où le lecteur français retrouvera des qualités de finesse et d’équilibre qui lui sont chères et familières, mais mieux illustrées, bien sûr, par les productions de sa littérature nationale.

  • 13 Le Stechlin (1981), L’Adultera (1991), Cécile (1994) et Quitte (1998) paraissent sans texte d’accom (...)

27La plupart des présentations ou postfaces des traductions nouvelles parues ultérieurement13 sont des commentaires assez laconiques, rédigés par les traducteurs et reflétant la conscience que l’essentiel a été dit par l’auteur lui-même. Le préfacier-traducteur se montre plus disposé à s’effacer devant l’œuvre qu’à disserter à son sujet et se contente le plus souvent de quelques considérations générales sur la genèse ou la place du roman dans la carrière de l’auteur. Deux exceptions méritent cependant d’être mentionnées : la postface de Denise Modigliani à Ellernklipp et la présentation rédigée par Jacques Legrand pour la réédition de Cécile en 1998. La postface de Denise Modigliani marque un tournant et un progrès dans la réception de Fontane en France dans la mesure où, s’opposant au cliché du romancier tard venu, épigonal et un peu décalé par rapport à son temps, elle souligne la modernité de son œuvre.

« Car la nostalgie, chez Fontane, prend un sens hautement positif. Jamais passéiste, mais tournée essentiellement vers l’inconnu, la nostalgie fontanienne s’identifie à l’infini du désir. » (p. 208)

28Jacques Legrand quant à lui montre à la fois l’originalité de la démarche romanesque de Fontane et sa parenté avec les classiques du réalisme européen. Pour la première fois dans la critique française, le romancier allemand est situé sans condescendance et sans diminutif aux côtés de Flaubert, Dickens et même Stendhal. Jacques Legrand explicite ici ce rapprochement original mentionné dans une remarque incidente de sa préface (p. XXV). On notera aussi que dans tous ces textes de présentation, les traducteurs s’adressent aux lecteurs en supposant connues les grandes lignes de la vie et de l’œuvre de Fontane. On peut y voir le signe que sa diffusion en France, même si elle n’y reçoit pas l’écho qu’elle mérite, progresse lentement. La réédition récente de trois de ses romans en livre de poche semble confirmer cette tendance.

29On peut cependant se demander si l’œuvre de Fontane transposée en français atteindra un jour la popularité dont elle jouit dans sa version originale en Allemagne. Le premier obstacle, peut-être infranchissable, est celui de la langue. De Wyzewa déjà, qui tout en flattant les préjugés chauvins de ses lecteurs savait apprécier la qualité de la prose écrite par Fontane, remarquait dans la Revue Bleue du 12 décembre 1891 à propos de Irrungen, Wirrungen qu’il fallait craindre « que le roman de M. Fontane ne perde toute signification à être traduit », que ses autres romans étaient eux aussi « malheureusement intraduisibles » : « Leur charme est si léger que le moindre contact suffit à l’évaporer. » Cette œuvre, plus encore que celle des autres classiques allemands du XIXe, vit de la qualité d’un style qui est chez Fontane non seulement la marque laissée par l’homme, mais l’objet même de sa démarche artistique. Que reste-t-il des intrigues de plus en plus ténues de ses romans si l’on ne peut restituer la manière dont elles sont racontées, le ton du propos, l’ironie des commentaires, les allusions et les « mille finesses » que l’auteur s’ingéniait, selon ses propres dires, à glisser dans ses textes – avec la conscience que la plupart des lecteurs n’en reconnaîtraient pas la moitié ? Par une remarquable inadaptation du texte à sa fonction, ces romans-feuilletons étaient écrits non pour être lus et oubliés, mais relus et savourés par des lecteurs capables de débusquer l’humour de notations incidentes, d’apprécier la vérité de l’observation et la manière souveraine et subtile avec laquelle l’auteur transmet son message. On n’a traduit Fontane que si l’on a aussi rendu son style – mission difficile et aléatoire dont aucun traducteur ne peut garantir le succès à toutes les étapes de son travail. Traduire le style demande le recours à l’impalpable outil de l’intuition ainsi que l’improbable secours de l’inspiration. Restituer la manière d’un auteur suppose des dispositions d’illusionniste et d’acrobate : aptitude au mimétisme, au tour de force et à l’hypnose, des dons de saltimbanque incompatibles avec le sérieux de la profession. Le traducteur se considère avec raison en premier lieu comme le gardien du sens, et, depuis sa réapparition dans l’édition française en 1981, c’est avec le souci de respecter cette mission fondamentale que l’on a traduit Fontane – aux dépens trop souvent de la ressemblance stylistique et de la recherche esthétique.

30La critique est aisée, mais l’art est difficile – ceci n’est jamais plus vrai que lorsqu’il s’agit de traduction. Critiquer une traduction laisse presque toujours le sentiment d’agir de façon déloyale et arbitraire. Il faudrait pouvoir proposer soi-même une nouvelle version dont la supériorité soit évidente, plus fidèle, plus convaincante, plus inspirée, ce que nul ne peut faire sans risquer des réfutations et des blâmes semblables à ceux qu’il vient d’émettre. La remarque vaut pour les transcriptions françaises de Fontane plus encore que pour celles d’autres classiques allemands, car cette prose qui semble transparente est semée d’embûches pour qui veut la restituer en français avec toutes ses qualités. La langue de Fontane, intimement liée au sujet, au lieu, au milieu, à l’époque, est aussi difficile à rendre que les procédés dont elle use : jeux de mots, correspondances, allusions, paradoxes, mots d’esprit utilisant avec une habileté redoutable pour le traducteur toutes les ressources de l’allemand, ses tournures idiomatiques, ses expressions imagées, familières ou dialectales, certains archaïsmes pittoresques, souvent constitués par des mots français que l’usage a légèrement détournés de leur sens, aussi bien que certains tics de langage de l’époque ou des berlinismes à la mode. L’article de Jacques Legrand sur la transcription des jeux de mots donne une idée des trésors de patience, d’astuce et d’érudition que demande la traduction de cette œuvre et des pertes auxquelles est condamnée toute version française.

31Comment, dans ces conditions, traduire Fontane sans l’édulcorer ? Je dois prendre ici le parti d’exprimer un sentiment personnel, général et forcément injuste pour certaines transpositions particulièrement réussies, un sentiment que je suppose néanmoins souvent partagé par les traducteurs eux-mêmes face à leur propre texte : la lecture de Fontane en français inflige à qui connaît l’original une petite déception ; elle suscite même dans mon cas une sorte de gêne qui me retient de recommander Fontane à quiconque ne le connaîtrait pas encore et ne pourrait le découvrir autrement qu’en français. C’est comme si, d’une langue à l’autre, le sourire disparaissait, comme si l’on changeait de registre ou passait du second au premier degré. Des personnages qui devisaient en allemand d’une façon alerte et expressive, chacun révélant à travers ses répliques graves, gaies ou faussement futiles son véritable naturel, se mettent en français à parler comme des livres, échangeant des propos de salon un peu guindés, semés ici et là de petites bizarreries que n’élucide aucune note. D’autres patoisent étrangement, dans un idiome de nulle part. L’humour et la vivacité du « Plauderton » semblent s’être volatilisés, et ce qui, dans l’allemand de Fontane, est patine, n’est bien souvent plus que poussière en français.

32Qui traduit Fontane aujourd’hui n’a plus de repères vivants. L’art de converser de la fin du XIXe siècle ne se trouve plus que dans les livres, et le « roman de la bonne société » n’a guère produit en France que des œuvres mineures, vite démodées. Or les dialogues de Fontane sont faits d’un subtil mélange d’artifice et d’observation, la chose entendue restant toujours perceptible dans l’utilisation littéraire qu’en fait l’auteur. Cette part de vécu échappe presque fatalement à la version française tard venue, condamnée de ce fait aux références livresques et à une trop grande dépendance vis-à-vis du modèle allemand. De façon générale, on a l’impression en lisant Fontane en français que « l’épreuve du gueuloir » à laquelle se soumettait Flaubert a manqué à la plupart de ces textes, qu’ils sont le fruit d’un travail trop individuel, trop solitaire, qu’ils seraient sans doute plus vivants si les traducteurs, au lieu de se succéder dans l’isolement, avaient travaillé en équipe, se lisant et se corrigeant mutuellement, un peu comme le faisaient les membres du « Tunnel », cette société littéraire où Fontane, de son propre aveu, a fait son apprentissage.

  • 14 Grete Minde, Unterm Birnbaum, Die Poggenpuhls et Mathilde Möhring n’ont jamais été traduits. La par (...)

33La traduction de l’œuvre de Fontane (une tâche qui n’est pas achevée ; bien que l’on ait déjà beaucoup traduit, des pans essentiels de sa production restent encore inaccessible au public francophone)14 demanderait l’engagement d’une équipe de traducteurs prêts à travailler ensemble après s’être entendus sur une définition de la ligne à suivre et sur la façon de restituer de façon homogène le caractère de l’œuvre et l’unité du style. Fontane a peu de chances de vraiment se faire connaître en France s’il ne parvient pas à s’exprimer en français dans une langue aussi lisible, séduisante, amusante et expressive que l’est son allemand.

34Aux obstacles créés par les problèmes de traduction s’ajoutent incontestablement les handicaps historiques et culturels du contentieux franco-allemand : rancœur des vaincus de 1870, peu enclins à trouver des qualités à ce chroniqueur de guerre, contemporain et, comme on le disait souvent, admirateur de Bismarck, mépris de la culture du vainqueur longtemps entretenu comme une forme de résistance patriotique, incompréhension et aversion pour tout ce qui venait d’Allemagne pendant et après les deux Guerres mondiales. Claude David remarquait à juste titre dans sa préface :

« C’est un signe des relations restées longtemps malheureuses entre la France et l’Allemagne qu’il faille aujourd’hui présenter Fontane comme un presque inconnu. »

  • 15 Formule d’Etienne François citée par Alain Garric, p. 14.

35Les préjugés culturels sont plus difficiles encore à vaincre que les ressentiments historiques, et Fontane souffre certainement en France de la réputation globalement faite à la littérature allemande, jugée difficile, ennuyeuse et sans aucune séduction, comme le fait remarquer Rüdiger Stephan, quand elle ne peut pas se parer de l’adjectif « romantique ». Il n’est pas jusqu’à ses racines françaises et huguenotes, mises en avant par tous les commentateurs, qui ne desservent Fontane dans l’esprit des Français. Le huguenot qui a cherché refuge à l’étranger, qui a « emporté sa patrie à la semelle de ses souliers » n’est pas considéré en France avec beaucoup plus de sympathie que l’émigrant antinazi ne l’était dans l’Allemagne d’après-guerre, et « la remarquable permanence du stéréotype présentant l’ancien huguenot comme un Prussien par excellence »15 n’est pas non plus de nature à rendre Fontane sympathique au lecteur français. Alors que l’épithète « huguenot » crée aussitôt en Allemagne un préjugé favorable, souvent lié d’ailleurs à des dispositions francophiles (Fontamania et francophilie vont souvent de pair), il semble au contraire jeter en France un certain froid, inviter à la distance ou à l’ironie, comme dans ces lignes de Theodor de Wyzewa, les premières qui aient été écrites en France au sujet de Fontane, avec l’intention secrète, dirait-on, de disqualifier celui dont on se propose de faire l’éloge :

« M. Théodore Fontane […] descend d’une de ces familles françaises qui, après la révocation de l’Edit de Nantes, sont venues se fixer en Allemagne. Plusieurs de ces familles entrèrent au service des princes allemands qui, peu de temps après les avoir recueillies, se convertirent au catholicisme ; les familles françaises qu’ils avaient recueillies se convertirent du même coup pour rester en faveur ; de sorte qu’on rencontre souvent, notamment dans le Palatinat et sur les bords du Rhin, des Allemands dont les familles ont cessé d’être françaises pour ne pas devenir catholiques et sont devenues catholiques sitôt arrivées en Allemagne. Dans la Marche de Brandebourg au contraire, les familles françaises ont pu garder jusqu’à notre temps leur foi protestante. Elles semblent même s’être efforcées avec un soin tout particulier de rompre les liens qui les attachaient à leur pays d’origine, si bien que leurs descendants, malgré leurs noms français, sont aujourd’hui parmi les types les plus parfaits de la race prussienne. » (p. I sq.)

36Vieillard, prussien et huguenot, ces trois attributs, systématiquement montés en épingle par les présentateurs français de Fontane, n’étaient guère de nature à attirer la curiosité et la sympathie du public. Et l’éloge qui lui fut souvent adressé de part et d’autre du Rhin (tournure d’esprit à la française, comparable à celle des moralistes de l’âge classique : acuité de l’observation, finesse psychologique, sens de la mesure) tendait plutôt à décourager l’attention du lecteur français, car l’étranger, le plus souvent, ne l’attire vraiment que s’il lui promet un certain exotisme.

37A y regarder de près pourtant, l’exotisme ne manque pas dans les romans de Fontane, il y constitue même l’obstacle le plus difficile à vaincre pour qui veut les traduire. La hiérarchie des castes en Prusse et sa traduction dans le système électoral « à trois classes », les défauts, les qualités et les traditions des junkers d’un côté, du petit peuple berlinois de l’autre, les conflits des confessions et des partis, l’expansion industrielle confortant et ébranlant à la fois l’immobilisme monarchique, toutes ces réalités présentes en toile de fond échappent au pouvoir de représentation du lecteur moyen si un réseau assez serré de notes suffisamment explicites n’est pas prévu pour le secourir. L’exotisme de Fontane ne berce pas l’imagination. Il faut au contraire s’instruire pour le goûter, mais il procure alors la découverte d’un monde mal connu, mal jugé, et pourtant essentiel, comme le professeur Rovan le souligne dans sa préface à Effi Briest, à la constitution de la civilisation européenne :

« L’image de la Prusse est déformée en France par les résidus déposés dans les esprits par plusieurs générations d’histoire nationaliste, enseignée et apprise. Nous ne savons le plus souvent de cette aventure aujourd’hui en apparence achevée que le négatif, l’odieux et le ridicule. Seul Frédéric II reçoit quelque éloge pour avoir été l’ami de Voltaire. Fontane aidera le lecteur français à saisir les forces, exotiques, mais considérables, d’une histoire qui commence par le prodigieux Etat totalitaire que l’ordre Teutonique édifie en Prusse au XIIIe siècle et par l’osmose germano-slave dans la Marche de Brandebourg […]. Fontane possède les clefs qui ouvrent la compréhension d’une morale de service, d’ordre et de dévouement telle qu’elle fut pratiquée par des milliers de Prussiens (et telle qu’elle se formule sévèrement et clairement chez Kant, le vrai ‘philosophe prussien’, penseur de morale et de lumière, bien plus prussien que le Wurtembergeois Hegel). » Préface à Effi Briest, édition de 1998, p. 21.

38L’exotisme de Fontane n’est pas celui d’un auteur régionaliste évoquant une contrée ou une époque lointaine. La Prusse n’est pas son pays, le dix-neuvième n’est pas son siècle. Il les a critiqués l’une et l’autre de la façon la plus acerbe dans ses lettres et dans ses mémoires, et la nostalgie était un sentiment dont il préférait se moquer. L’idée s’impose aujourd’hui que cet auteur dépasse largement le cadre spatial et temporel dans lequel il a vécu et produit : il se situe parmi les pionniers de la littérature moderne par son besoin de lucidité, par sa conception exigeante du métier d’artiste, par ce scepticisme radical et tragi-comique, qui annonce et qui a probablement inspiré Beckett. Son œuvre a une dimension universelle dans la mesure même où elle montre des êtres humains crédibles et attachants, chez lesquels chacun reconnaît un peu de lui-même, cherchant un compromis acceptable avec la société à la fois banale, indiscutable et bizarrement exotique où le hasard les a condamnés à vivre.

39L’œuvre de Fontane a tardé à trouver le chemin du public français. Elle finira cependant par franchir les barrières de la langue, de l’histoire, des contingences culturelles et conjoncturelles parce qu’elles ne peuvent pas définitivement s’opposer au rayonnement d’un esprit capable de parler au genre humain.

Fontane en français

Présentation chronologique

1891

Souvenirs d’un prisonnier de guerre allemand (1870) : « La citadelle de Besançon », « L’Ile d’Oléron », in : Revue Bleue, 28e et 29e année, vol. 48 et 49, 18 décembre 1891 et 6 février 1892, précédés de l’article de Theodor de Wyzewa : « M. Théodore Fontane, un romancier naturaliste allemand ».

1892

Souvenirs d’un prisonnier de guerre allemand en 1870, préface de Theodor de Wyzewa reprenant l’article de 1891 de la Revue Bleue, Perrin et Cie, Paris, (traduction incomplète de Kriegsgefangen, par Jean Thorel).

1894

Mes souvenirs d’enfance, extraits traduits par Georges Art, I. Mes parents, II. Ma Famille, III. Swinemünde ; la ville ; les notabilités, IV. Notre vie de famille, V. Notre éducation ; nos jeux, VI. Epilogue : Quarante ans plus tard, in : Revue Bleue, 31e année, 11 août – 8 septembre.

1902

Effi Briest, traduit par Michel Delines, Berlin, Fontane & Co.

1931

Dédales, traduit par Eugène Kœssler, préfaces de Henri Lichtenberger et Eugène Kœssler, Paris, Aubier (Les romans célèbres dans la littérature étrangère).

1942

Effi Briest, Traduit par André Cœuroy, Leipzig, Editions Bernhard Tauchnitz.

1943

Madame Jenny Treibel, traduit par Pierre Grappin, préface de Pierre Grappin, Paris, Gallimard (NRF).

1944

Stine, traduit par Marc Erlyc, Bruxelles, Les Ecrits (Traductions choisies).

1957

Effi Briest, traduction d’André Cœuroy, préface et notes de Maurice Boucher, Paris, Club bibliophile de France (La Comédie universelle).

1980

Dédales, réédition du volume paru en 1931, Paris, Aubier Montaigne.

1981

Effi Briest, traduction d’André Cœuroy, préface de Joseph Rovan : « Pour saluer Fontane », Paris, Gallimard (L’arbre double, Les Presses d’aujourd’hui).

Errements et tourments, traduit par Georges Pauline, annoté par Michel-François Demet, Jours disparus, traduit et annoté par Jacques Peyraube, Frau Jenny Treibel, traduit et annoté par Michel-François Demet, Effi Briest, traduit et annoté par Pierre Villain, édition dirigée par Michel-François Demet, préface de Claude David suivie de l’essai « Le vieux Fontane » de Thomas Mann, Paris, Laffont (collection « Bouquins »).

Le Stechlin, traduction et notes de Jacques Legrand, Paris, Hachette, (Bibliothèque allemande, P.O.L.).

1986

Journal de Captivité, De Domrémy à l’île d’Oléron, voyage dans la France de 1870,préface d’Alain Garric, présentation de l’auteur par Michel Tournier, Strasbourg, Bueb et Reumaux (réédition de la traduction de Kriegsgefangen parue en 1892).

1988

Schach von Wuthenow, un récit du temps du régiment Gendarmes, traduction, préface et notes de Bernard Kreiss, Arles, Actes Sud.

1991

L’Adultera, traduit par Madith Vuaridel, Paris, Aubier.

1992

Avant la tempête, Scènes de l’hiver 1812-1813, traduction, préface et notes de Jacques Legrand, Paris, Aubier (Domaine Allemand).

Première réédition des quatre romans en un volume parus en 1981, Paris, Laffont (Bouquins).

1993

Mes années d’enfance, roman autobiographique, traduction, préface et notes de Jacques Legrand, Paris, Aubier (Domaine Allemand).

1994

Cécile, traduit et annoté par Jacques Legrand, Paris, Aubier.

1995

Ellernklipp, D’après un registre paroissial du Harz, traduction et postface de Denise Modigliani, Paris, Le Serpent à Plumes.

1996

Mes années d’enfance, traduction, préface et notes d’Eliane Kaufholz-Messmer, Nîmes, Jacqueline Chambon.

1997

Le Comte Petöfy, traduction, postface et notes de Denise Modigliani, Paris, Le Serpent à Plumes.

Deuxième réimpression des quatre romans en un volume, Paris, Laffont (Bouquins).

1998

Quitte, traduit par Bernhard Kreiss, Nîmes, Jacqueline Chambon.

Effi Briest, réédition en format de poche du livre paru en 1981, Paris, Gallimard, (L’Etrangère).

Le Stechlin, réédition en Livre de Poche de la traduction parue en 1981, Paris, Librairie Générale Française.

Cécile, réédition en format de poche de la traduction parue en 1994, préface de Jacques Legrand, Paris, GF Flammarion.

Notes

1 Le relevé statistique publié au no62 des Fontane-Blätter en 1996 fait apparaître l’assez forte notoriété de Fontane en Angleterre et aux états-Unis, mais aussi en Hongrie et en Italie. La France ne vient qu’en quatrième position pour le nombre de publications tirées de l’œuvre de Fontane (18), derrière les pays de langue anglaise (32), l’Italie (29) et la Hongrie (26), et en troisième pour le volume de l’œuvre traduite.

2 Les Tisserands, 1893, L’Assomption de Hannele Mattern, 1894, Le voiturier Henschel, 1901, Pauvre fille (Rose Bernd), 1905. Sur l’attribution à Jean Thorel, voir l’article de Derek Glass et Peter Schaefer « Fontane weltweit. Eine Bibliographie der Übersetzungen», FB 62/1996, p. 136, se référant pour avancer le nom de Thorel à un article de Henri Albert (traducteur de Nietzsche) sur «Fontane et Bismarck» paru dans le Mercure de France du 1er mars 1909. Les notes de l’édition Hanser (HF IV, 5/2, p. 988) attribuent texte de présentation et traduction à Theodor de Wyzewa.

3 3 Sur Theodor de Wyzewa (pseudonyme de Theodor-Etienne Wyzewski dit aussi : Gaston Lefèvre), voir la monographie de Elga Livermann, Theodor de Wyzewa. Critic without a country, Droz-Minard, Paris 1961, et l’étude de Paul Delsemme, Theodor de Wyzewa et le cosmopolitisme littéraire en France à l’époque du symbolisme, Presses universitaires de Bruxelles, 1967. Theodor de Wyzewa a publié entre 1896 et 1898 trois recueils de ses articles sur Nietzsche, Tennyson, Poe, Walt Whitman, Tourgueniev, Tolstoï, Ibsen etc. sous le titre Ecrivains étrangers.

4 4.Voir Theodor de Wyzewa, « Un romancier naturaliste allemand, M. Th. Fontane » in : Revue Bleue, 18 décembre 1891, préface aux Souvenirs d’un prisonnier de guerre allemand (1892), et la deuxième série des Ecrivains étrangers (1899). Voir aussi : « Theodor Fontane, Der Stechlin », article de 1899 in : Le roman contemporain à l’étranger, 3e série, Paris 1900.

5 5 « In Frankreich bekannt zu werden, vielleicht ein Publikum, wenn auch nur ein ganz kleines, zu finden, – wer sehnte sich nicht danach? Welchem Ehrgeiz erschiene dies nicht begehrenswert ? » Brouillon de lettre à Anna de Cère (1895 ?), HF IV, 4, p. 516. Voir aussi le journal de Fontane pour l’année 1892 : « Während des Sommers erschien Jenny Treibel als Buch, und in Paris wurde eine französische Übersetzung meines Kriegsgefangen publiziert und sehr günstig aufgenommen. » (HF III, 3/II, p. 1206 sq.) Fontane fait ici sans doute allusion au compte rendu intitulé « un Prussien prisonnier en France » paru dans Le Temps du 21 juillet 1892. Voir enfin les lettres du 11 août 1892 (HF IV, 4, p. 203) et du 11 décembre 1894 (HF IV, 4, pp. 408-409) à Friedrich Fontane. Dans cette dernière, Fontane mentionne les avances de la traductrice Myriam Chapy pour une publication en français de Von, vor und nach der Reise, éventuellement de Cécile et Effi Briest. Le 14 septembre 1894, Fontane évoque dans une lettre à Walter Paetow un article du destinataire discutant les thèses de Theodor de Wyzewa sur Fontane « auteur naturaliste » (HF IV, 4, p. 667).

6 Dans la même série paraissaient, la même année, cinq romans d‘auteurs contemporains aussi bien accueillis par le public que par le pouvoir de l’Allemagne nazi : Friedrich Schnack, Chercheurs d’or en Franconie (Goldgräber in Franken, 1930) et Peter Stühlen, Dans la forêt noire (Aus den schwarzen Wäldern, 1936), traduits par Germaine Guillemot-Magitot; Edgar Maas, Verdun (1936) et Werner Helwig, Braconniers de la mer en Grèce (Raubfischer in Hellas) traduits par Maurice Rémon; Alexander Lernet-Holenia, J’étais Jack Mortimer (Ich war Jack Mortimer, 1933), traduit par Jean Ozenne. L’intention de telles initiatives se laisse facilement deviner : créer dans le pays occupé un courant germanophile par la diffusion d’un patrimoine culturel allemand accepté par le régime et susceptible de faire la conquête du public français. Les représentations racistes des fonctionnaires nazis de la culture ont sans doute joué un rôle dans le choix de Fontane, auteur supposé proche « par le sang » et par l’esprit des lecteurs français.

7 Blick durchs Fenster. Aus zehn Jahren Frankreich und England, 1939.

8 Voir l’esquisse biographique de François Genton dans Le territoire du germaniste, actes du 30e congrès de l’AGES, mai 1997, sous la direction de Colette Cortès et Gilbert Krebs, et le début du chapitre VI des Mémoires de Pierre Grappin intitulés L’Ile aux peupliers, Presses Universitaires de Nancy, 1993.

9 Voir Pierre-Paul Sagave, « Fontane-Forschung an der Universität Paris », FB n° 8, 1969. L’auteur y cite sept études doctorales achevées ou en cours placés sous sa direction.

10 Theodor Fontane, Schach von Wuthenow. Dichtung und Wirklichkeit, texte complet, documentation et commentaire historique du Professeur Sagave, Der geschichtliche Hintergrund in Fontanes Schach von Wuthenow‘, Frankfurt a. M., Ullstein 1966.

11 D’après les informations recueillies début 1997 puis fin 1998 auprès des éditeurs qui ont bien voulu me les communiquer, les chiffres des ventes rapportés à ceux des tirages étaient les suivants pour les titres mentionnés ci-après: l’Effi Briest de Cœuroy rééditée en 1981 : 106/2700, Le Stechlin (1981) : 1186/3000, Avant la tempête (1992) : 926/3000, Mes années d’enfance traduit par Jacques Legrand (1993) : 488/2500, par Eliane Kaufholz-Messmer (1996) : 1100/2000, Quitte (1998) : 848/2000, Ellernklipp (1995) et Petöfy (1997) : environ 3000/5000. Le bilan commercial de Schach von Wuthenow semble avoir été particulièrement décevant si l’on en croit son traducteur Bernard Kreiss, qui me fait part de son expérience dans les termes suivants: « Avec Fontane, je n’ai eu que des malheurs, et la mévente de ma traduction de Schach von Wuthenow, paru chez Actes-Sud en 88, avait d’ailleurs refroidi l’enthousiasme de cet éditeur au point de le détourner définitivement d’un projet de publication d’œuvres choisies de Fontane que j’avais élaboré à l’époque à son intention et avec son accord initialement chaleureux. »

12 Sans compter les initiatives individuelles et inédites, dont trois au moins peuvent être citées : Le Stechlin traduit par Reine Chevanne, L’Adultera par Isabelle Vodoz, Avant la tempête par Eliane Kaufholz-Messmer.

13 Le Stechlin (1981), L’Adultera (1991), Cécile (1994) et Quitte (1998) paraissent sans texte d’accompagnement.

14 Grete Minde, Unterm Birnbaum, Die Poggenpuhls et Mathilde Möhring n’ont jamais été traduits. La part de l’œuvre de Fontane susceptible d’intéresser le public français ne devrait pas se limiter aux dix-sept romans et récits qui ont assuré sa popularité en Allemagne. Certains chapitres de son autobiographie Von Zwanzig bis Dreißig (ceux qui évoquent le Berlin de 1840 et la révolution de 1848 en particulier) font partie de ses meilleurs textes et présentent un grand intérêt historique. On peut imaginer qu’un choix de lettres retraçant la vie de l’auteur et des extraits des Wanderungen durch die Mark Brandenburg aideraient le lecteur français à découvrir et à aimer Fontane.

15 Formule d’Etienne François citée par Alain Garric, p. 14.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540