Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Theodor Fontane. Un promeneur dans le siècle

 | 
Marc Thuret

Le romancier et ses personnages

Fontane et ses filles

Eva Carstanjen

Texte intégral

1Pourquoi ce titre, puisqu’on sait que Fontane n’avait qu’une seule fille ? La réponse est simple : on trouve dans ses nouvelles et ses romans des jeunes femmes ayant toutes une caractéristique en commun : ou bien elles sont liées à un homme qui pourrait être leur père, ou bien il s’agit clairement du couple père-fille. Cette permanence dans la structure interpersonnelle renvoie aux rapports de Fontane avec sa fille. Ces rapports sont connus grâce à la correspondance entre la fille et ses parents et grâce à la recherche littéraire.

2Dans les écrits de Fontane, nous retrouverons ces rapports, soit décrits ouvertement, soit dissimulés, voire sublimés : au départ, il y a souvent la même constellation de base dans des contextes différents, que je me propose d’analyser dans quelques-uns de ses romans. Nous verrons que la situation de la femme décrite par Fontane reflète la réalité sociale de son époque : une réalité qui fait obstacle au bonheur, soit à cause de la différence d’âge entre mari et femme, soit à cause des barrières de classe, soit encore parce qu’elle conduit à une forme de marginalité – le destin de la femme est au XIXe siècle radicalement différent de celui de l’homme, et celui de la fille de Fontane reflète la condition féminine dans la société wilhelminienne.

3Depuis 1794, le droit civil prussien (Allgemeines preußisches Landrecht) codifie les droits des femmes et des hommes, créant une situation paradoxale pour les femmes : d’une part, elles deviennent des sujets libres et indépendants, d’autre part, en tant que femmes mariées, elles continuent à subir une sorte de droit particulier (Sonderrecht), annulant le bénéfice de cette libéralisation. Si, par exemple, la loi accorde à la femme célibataire le droit d’exercer une activité salariée, elle le retire à la femme mariée : celle-ci ne peut pas travailler sans l’autorisation de son mari. De la même façon, seul le mari a le droit de décider des questions concernant l’éducation des enfants, de disposer de l’héritage, de la dot de sa femme et des biens acquis.

4Le droit s’avère particulièrement injuste lors du divorce : l’adultère d’une femme est toujours cause de divorce. L’homme, par contre, doit commettre l’adultère dans le domicile conjugal pour que la femme obtienne le divorce. Ceci pour dire que le divorce, qui est non seulement le destin d’Effi Briest, mais également celui de Melanie van der Straaten (L’Adultera) et de Christine Holk (Jours disparus / Unwiederbringlich), est tout simplement un scandale : il prive la femme de tous ses droits, mettant en évidence l’inégalité des sexes. Car si les deux partenaires commettent un adultère, seul l’homme peut dénoncer sa femme. La punition est deux fois plus sévère pour la femme que pour l’homme. Dans tous les cas, elle perd enfants et fortune. Et pourtant, la réalité sociale est encore plus inhumaine que le droit : Effi Briest en fait l’amère expérience.

5La formation (Bildung), elle aussi, diffère pour les filles et les garçons. Obligatoire depuis 1763, la scolarisation des enfants des deux sexes est acquise, à l’école primaire, pour 60% d’entre eux dès le début du XIXe siècle, puis à 100% à partir des années quatre-vingts, mais l’enseignement secondaire reste quasiment réservé aux garçons. Les lycées n’acceptent que des garçons, afin de les préparer soit à une sorte de brevet élémentaire (Mittlere Reife), soit au baccalauréat. Dans le meilleur des cas, les filles ont le droit de fréquenter une institution pour jeunes filles (Höhere Mädchenschule), sans pouvoir pour autant y acquérir une formation professionnelle ou universitaire. On le voit : nul salut pour la femme hors du mariage, où le mari exerce le rôle que le père jouait auparavant.

6À cela s’ajoutent les conditions sociales : au début du XIXe siècle, la bourgeoisie est encore peu différenciée, soumise aux conséquences économiques des guerres napoléoniennes et du morcellement de l’Allemagne en petits États (Kleinstaaterei). L’industrialisation débute dans les années trente. Désormais, la bourgeoisie se répartira en deux catégories : bourgeoisie cultivée (Bildungsbürgertum) et bourgeoisie d’argent (Besitzbürgertum), qui donnera naissance au concept de « bourgeois ».

7Quant aux filles de ces milieux aisés, elles n’avaient qu’à se préparer à devenir épouses et mères, à imiter l’exemple maternel. La possibilité de fréquenter un lycée n’existait que dans les grandes villes ; dans les familles fortunées, les filles pouvaient espérer recevoir l’enseignement d’un précepteur. Si elles cherchaient quand même à acquérir une formation supplémentaire, elles pouvaient s’inscrire dans des Écoles normales (Lehrerinnenseminare), fondées à Berlin en 1832 sur initiative privée. Dans le meilleur des cas, elles y acquéraient la formation que les fils de bourgeois recevaient tout naturellement dans les écoles publiques. Même issus d’un milieu modeste, les garçons pouvaient envisager, après le baccalauréat, une carrière de médecin, de professeur ou d’avocat, de pasteur ou d’ingénieur. Il n’en est rien pour les filles : elles n’ont qu’à attendre un mari ou, ce qui est plus rare, à devenir enseignantes ; quelques-unes deviennent artistes : actrices, danseuses, cantatrices. On comprend donc que le mariage, en tant que continuation d’un style de vie acquis, soit le but de la plupart des jeunes filles. Toute leur éducation les pousse dans cette voie.

8Et pourtant, trouver un mari adéquat n’est pas facile : sont favorisées dès le départ celles qui viennent d’une famille fortunée, même si elles sont dépourvues de « beauté ». En revanche, celles qui ne sont ni belles ni riches risquent bien de rester célibataires et de mener une existence médiocre. Le décalage entre la bourgeoisie cultivée et la bourgeoisie d’argent intervient ici également : bien que les deux milieux se fréquentent, les unions restent rares. Cette problématique se trouve bien illustrée par le personnage de Corinna Schmidt dans Frau Jenny Treibel : Corinna, fille d’un professeur de lycée, est intelligente et séduisante ; c’est pour ces raisons qu’elle est souvent invitée dans la maison du riche entrepreneur Treibel, où, au cours des dîners, elle brille par son humour et son esprit. Pourtant, quand elle essaie de s’introduire dans la famille en se fiançant avec le fils cadet, elle échoue à cause du décalage entre les deux milieux.

9Tout cela nous amène à notre protagoniste : quel a été, dans ce contexte, le destin de Mete Fontane ? Sa biographie est vite racontée. Mais si brève qu’elle soit, on en perçoit aussitôt la complexité, due notamment au fait que le père joue un rôle central dans la vie de sa fille. Mete représente le destin typique d’une jeune fille du XIXe siècle, mais elle est aussi profondément marquée par la relation spécifique avec son père.

10La naissance de Martha, le 21 mars 1860, coïncide, après des années de vicissitudes professionnelles, avec l’amélioration de la situation matérielle des Fontane.

  • 1 « Ein Apotheker, der anstatt von einer Apotheke von der Dichtkunst leben will, ist so ziemlich das (...)

« Un pharmacien prétendant vivre non de pharmacie, mais de poésie, voilà à peu près la chose la plus folle qui soit. »1

11Les débuts du mariage avec Emilie Rouanet-Kummer (1824-1902) en 1850, précédés de cinq longues années de fiançailles, avaient été compliqués par la naissance annuelle d’un fils, dont deux seulement sur cinq devaient survivre, et par de longues années de séparation des époux. Emilie Fontane avait connu des grossesses difficiles, des enfants étaient morts en bas âge, elle avait dû vivre avec George, l’aîné (né en 1851), puis avec Theo (né en 1856) dans des conditions économiques précaires. Comme sa situation matérielle s’était stabilisée, Fontane pouvait, pour la première fois en 1860, ressentir de la joie à la naissance d’un enfant ; jusque-là, il avait accueilli naissances et décès avec une certaine indifférence : cinq enfants en cinq ans déstabilisent le meilleur couple, surtout si le père n’est pas en mesure de subvenir aux besoins de sa famille. Entre la naissance de Theo et celle de Martha se sont écoulés quatre ans. En 1864 naîtra le dernier Fontane, prénommé Friedrich, Friedel, pour sa famille.

  • 2 « […] küsse meinen Liebling, die wilde Range (schreibe mir auch immer von ihr) […] » ou : « […] küs (...)

12Dès le début, Martha, qu’on appellera Mete, sera l’enfant préférée de son père et elle le restera tout au long de sa vie. Les lettres de Fontane à sa femme, partie chez une amie en Saxe avec la fillette de deux ans, se terminent par : « Embrasse ma préférée, ma petite coquine (parle-moi d’elle aussi dans tes lettres) » ou « Embrasse ma chérie ».2 À l’âge de dix ans, elle sera évoquée par son père dans son Journal de captivité (Kriegsgefangen) :

  • 3 « Ich sah deutlich die großen klugen Augen meines Lieblings. » Kriegsgefangen, HF III, 4, p. 606.

« Je vis nettement les grands yeux au regard intelligent de ma petite chérie. »3

13Très tôt, les Fontane ont dû prévoir un métier pour leur fille : les difficultés matérielles de ses parents ne lui permettraient certainement pas de représenter « un bon parti ». Mieux valait l’armer intellectuellement pour qu’elle puisse parer aux difficultés de l’existence.

14Mete est une enfant gaie, intelligente, sensible et vive, et ses parents décident de l’envoyer à l’âge de dix ans, donc en 1870, chez des amis à Londres :

  • 4 « Was unsren Plan angeht unsre Martha nach England zu schicken, so ist es ein wohlüberlegter und wo (...)

« Quant à notre plan d’envoyer notre fille Martha en Angleterre, c’est une décision mûrement réfléchie [...] Comme nous ne pouvons léguer rien d’autre à nos enfants, nous voulons au moins leur apporter le bagage intellectuel dont ils auront besoin pour progresser dans la vie, et les langues étrangères, par exemple, en font partie. Connaître à fond une langue est un capital qui produit des intérêts dont on peut vivre. »4

15Les Fontane sont donc pleinement conscients que les débouchés professionnels ouverts à une jeune fille de l’époque sont rares : éducatrice, gouvernante ou institutrice. C’est ainsi que Mete fréquente, après avoir obtenu le brevet élémentaire en 1876, l’Institut royal de formation des institutrices de Berlin (Berliner Königliches Lehrerinnenseminar). Avant d’y entrer, il fallait faire un stage dans une famille. Pour Mete, ce stage se déroule dans une famille amie des parents, la famille Stockhausen, où elle gardera quatre enfants en tant que « fille de la maison » (Haustochter). Elle parle couramment l’anglais, mais également le français, langue qui lui a probablement été apprise par ses parents, tous deux descendants de réfugiés huguenots.

  • 5 « Wenn nicht Sie selbst, wer möchten Sie sein ? - Todt. » Cit. in : E. Rosen, p. 21.

16Mete tombe follement amoureuse du chef de famille, Julius Stockhausen, de trente-six ans son aîné, à peine plus jeune que son père. Cet amour pour Julius Stockhausen, musicien, artiste comme son père, est vécu par Mete aussi comme une grave injustice à l’égard de sa femme, Clara, enceinte d’un cinquième enfant. Son désarroi est tel qu’elle répond en 1877 à la question : « Qui aimeriez-vous être d’autre que vous-même ? » posée dans un questionnaire : « [J’aimerais être] morte. »5

17Il est probable que Stockhausen lui-même ignorait les sentiments de Mete à son égard, tout comme les parents Fontane semblent les avoir ignorés, si bien qu’ils désapprouvent le refus de Mete d’accompagner les Stockhausen quand ils vont s’installer à Francfort-sur-le-Main. Fontane la supplie de « tenir parole », mais quand il apprend par la bouche de sa fille le pourquoi de sa réaction, il prend lui-même les choses en main : il écrit à Clara Stockhausen pour lui expliquer la situation et pour tenter de maintenir l’harmonie entre les deux familles. Il joue donc le rôle de gérant et d’interprète des premiers élans amoureux de sa fille ; ils resteront pendant vingt ans les seuls connus. Quant à Mete, elle ne mettra pas aussi vite cette « affaire » ad acta : douze ans plus tard, en 1890, elle indiquera dans un autre questionnaire comme prénom préféré : Julius.

18Pour en terminer avec les histoires de cœur : en 1879 s’amorcent des rapports amoureux avec un jeune homme, Rudolph Schreiner, frère de celle qui est sa meilleure amie depuis dix ans. Ayant bien compris que le seul moyen de devenir indépendante de ses parents sur le plan matériel, c’est le mariage, Mete a dû envisager une sorte de « mariage de raison » ; ce projet s’écroule de lui-même, sans intervention de Mete : le jeune homme, ayant échoué en 1882 à ses examens de droit et se sentant mal à l’aise dans la famille Fontane, se retire sans plus donner aucun signe de vie, lâchement, sans la moindre explication.

19Et pourtant, Mete et ses parents avaient compté sur une demande en mariage. Mete se sentant « liée », son père l’a même rassurée sur le plan économique : elle n’a pas à se soucier en ce qui concerne sa dot :

  • 6 « Ich habe dies mit Mama durchgesprochen und wir werden das Nöthige zu beschaffen wissen, indem wir (...)

« J’ai étudié la question avec Maman, et nous allons nous débrouiller pour nous procurer le nécessaire, en nous engageant à verser des intérêts, et ceci tout à fait de bon cœur. »6

20Il est indéniable que le père désire ardemment que sa fille soit « casée » :

  • 7 « Ich halte […] furchtbar viel von der Ehe [...] und bin sehr fürs Heiraten. Es ist das Natürliche. (...)

« J’ai du mariage [...] la plus haute opinion et je suis résolument pour ce lien, qui est dans l’ordre de la nature. »7

21Ceci étant, il ne paraît pas être déçu par l’épilogue malheureux des fiançailles de sa fille :

  • 8 « Ein Hosenmatz ist er, sein ganzer Habitus, sein Lebenszuschnitt wirken klein, und von sich überzo (...)

« C’est un homme sans envergure, toute sa façon d’être, tout son style de vie respirent la petitesse et le contentement de soi. Un véritable sujet d’horreur pour une nature aussi noble que celle de notre Mete. Je suis ravi de ce ‘bonheur raté’. »8

22Si Mete n’arrive pas à trouver un mari, serait-ce parce que le seul homme qui compte pour elle est son père ? Serait-ce parce que consciemment ou inconsciemment, ce père détermine sa vie par sa personnalité et par son œuvre ? Mete parle dans ses lettres de ce père comme de l’être qui lui est le « plus cher », de son « père adoré ». Elle est fière d’être la fille d’un écrivain, d’un poète :

  • 9 « Der liebste Mensch, den ich habe... » « Mein vergötterter Vater ». « Ich habe keinen Menschen, zu (...)

« Il n’y a personne vers qui je me sente aussi attirée que vers mon père, personne avec qui je puisse m’entretenir comme avec lui. »9

23Ou encore, en octobre 1880 :

  • 10 « Ich halte es für das schönste und beneidenswertheste Glück, Papas Frau sein zu können und ich wei (...)

« Je considère comme le bonheur le plus pur et le plus enviable celui de pouvoir être la femme de Papa, et je sais que tu ne penses pas autrement, et cela me remplit de joie. »10

24Une vingtaine d’années plus tard, cette exclusivité affective pour le père sera connue sous le nom de complexe d’Œdipe. Il apparaît entre trois et cinq ans, puis une fois encore à la puberté. À vingt ans, ce complexe devrait être surmonté, ce qui n’est pas le cas chez Mete. Ce complexe n’exclut d’ailleurs pas la persistance de l’attachement à la mère (asymétrie œdipienne). Bref, Mete n’est pas disponible pour les hommes de son âge. Elle compense cette absence de rapports par son investissement affectif et intellectuel auprès des enfants.

25Mais avant d’en parler, il ne faut pas oublier d’évoquer ce que l’on nomme de nos jours la « somatisation », c’est-à-dire la transformation de conflits psychiques en maladies organiques. Mete a une hérédité chargée et elle manque de résistance : elle lutte pendant deux mois, à l’automne 1878, contre la fièvre typhoïde, inquiétant au plus haut degré ses parents. Elle s’en sort, mais il lui en reste ce qu’elle appellera « l’héritage typhoïdien » (Typhus-Hinterlassenschaft) qui touche surtout son état nerveux et gastrique. Tout au long de sa vie, elle sera sujette à ces malaises physiques que son père cherche à expliquer de façon rationnelle :

  • 11 « Natürlich bist Du nervös ; wie könnt’ es anders sein, sind es die Herren Eltern doch auch. » Lett (...)

« Tu es nerveuse, bien sûr ; comment pourrait-il en être autrement, puisque tes parents le sont aussi. »11

26Elle réunit donc en elle tous les antécédents, physiques et psychiques, de ses parents. Souvent elle relate ses « faillites nerveuses » (Nervenpleiten), et ce sur fond de dépression. À cela s’ajoute le problème du refoulement de la sexualité, problème dont souffrent notamment les femmes dans la société wilhelminienne.

27Nous disposons d’une partie de la correspondance entre Mete et sa famille, et surtout de quatre-vingt-dix lettres où Mete prend ses parents comme interlocuteurs, ce qui prouve qu’elle en manque. Bien qu’elle écrive surtout à sa mère, indirectement, c’est à son père adoré qu’elle s’adresse. Quand par exemple, en 1881, Fontane signe enfin un contrat pour le quatrième volume des Pérégrinations (Wanderungen), elle s’exclame :

« Oh, combien mon cher père mérite un encouragement, et qu’il lui était nécessaire ! Je n’ai jamais cru que je pourrais encore m’en réjouir avec tant de passion ».

28Ou encore :

  • 12 « Oh, wie gönne ich meinem geliebten Vater eine Aufmunterung und wie nöthig war sie ihm ! Ich habe (...)

« Hier je me suis organisé une merveilleuse soirée : je me suis mise au lit avec L’Adultera et un peu de chocolat. – J’ai pleuré de joie en lisant cette nouvelle et vivement souhaité que Papa puisse vivre longtemps encore, non seulement pour nous qui l’aimons, mais aussi pour qu’il puisse réaliser toutes les belles choses qui sont en lui. Quand meurt un homme qui porte en lui de telles oeuvres d’art, c’est un précieux trésor qui disparaît »12.

29Si Madame Fontane n’est pas tout à fait convaincue du génie de son mari, sa fille, en revanche, clame le génie de son père haut et fort – pour le plus grand plaisir de Fontane.

30Grâce à la correspondance échangée entre Mete et ses parents durant son premier emploi d’août 1880 à septembre 1881, nous sommes particulièrement bien renseignés sur ses malaises physiologiques. Pour une jeune fille de vingt ans, sans expérience professionnelle préalable, la charge de quatre enfants, dont une fille à l’âge de la puberté, représente beaucoup de tension et de responsabilités. Mete n’en vient pas à bout. Comme elle hésite à donner son congé elle-même, ses parents finissent par s’en charger.

31En janvier 1884, Mete fait une autre tentative : elle devient éducatrice de la fille d’une riche Américaine ; elle accompagne mère et fille lors de voyages en Italie. Ce deuxième emploi se termine en août 1884. Mete prend son troisième emploi en septembre en tant qu’enseignante à l’Institution pour jeunes filles (Höhere Mädchenschule) de Mademoiselle Leyde, à proximité de la maison familiale. Une maladie de longue durée mettra fin à cet engagement autour de Pâques 1885. Ensuite Mete n’a plus exercé d’activité professionnelle : comme si elle avait voulu montrer qu’elle avait fait de son mieux pour répondre aux exigences de la société et de ses parents. Désormais, elle restera treize ans auprès de son père et de sa mère, auxquels elle deviendra progressivement indispensable.

32Elle fera des voyages pour rendre visite à des amies. Mete prend la fuite. Ce n’est pas le goût du voyage qui la pousse, comme le remarque son père,

  • 13 « […] sie hat das Reisefieber faute de mieux. » Lettre à Emilie, 21 juillet 1884, HF IV, 3, p. 342.

« elle ne tient pas en place et voyage ‘faute de mieux’ » .13

33Après avoir rejoint ses parents, Mete n’a plus tenté de devenir matériellement indépendante. Comme si la perte d’indépendance était compensée par la présence toute proche du père. Elle lui a confié un jour une nouvelle qu’elle venait d’écrire. Fontane ne la trouve « pas mal », fait l’éloge de son talent littéraire et l’envoie à la Illustrierte Frauen-Zeitung. Le manuscrit revient par retour de courrier : refusé !

34Par ailleurs, je n’ai trouvé aucun document permettant d’affirmer que Mete s’est intéressée aux mouvements des femmes, particulièrement actifs à Berlin à cette époque. Il semble qu’elle ait adopté l’avis de sa mère qui, interrogée sur le droit de vote des femmes, remarque dans une lettre à son mari :

« Je n’ai pu que répondre en riant que je n’avais pas eu l’occasion de réfléchir à la question .... »

35Et elle ajoute en anglais :

  • 14 « Ich konnte nur lachend sagen, ich hätte nicht Gelegenheit gehabt, über den Gegenstand nachzudenke (...)

« En ma qualité de votre épouse, j’ai occupé une position si enviable que je n’en souhaite pas d’autre ».14

36Progressivement, Mete est devenue la « muse personnelle » de son père, son alter ego. On peut même dire qu’elle lui a inspiré la figure de certaines de ses héroïnes, dans des romans transposant et variant, comme nous allons le voir, les relations de l’auteur et de sa fille.

  • 15 « […] nur gelegentlich Liebesanfälle zu haben, wie man eben auch vom Katarrh oder Zahnweh überfalle (...)

37Vers 1880, Fontane (soixante ans) commence à écrire des romans racontant des destins de femmes dans la tradition littéraire du XIXe siècle. Je pense notamment à Madame Bovary et à Anna Karenine. Ces romans retracent le plus souvent des existences féminines de la Gründerzeit, de l’après 1871, et de la société wilhelminienne. Ils parlent du mariage, du divorce, de l’adultère ; ils racontent des histoires d’honneur et de conflits sociaux, de liaisons non conformes au rang, et ils parlent de carrières sociales réalisées grâce à la beauté ou à l’argent. Ce qu’ils évoquent peu ou à peine, ce qu’ils dissimulent au contraire, ce sont ces scènes où les passions « ne sont que des accès de fièvre amoureuse, semblables à des quintes de toux ou à une rage de dents »15. Beaucoup d’histoires décrivent des rapports père-fille, mais souvent transposés, sublimés, transformés en relation entre une femme-enfant et un homme âgé. Encore à la fin de sa vie, dans Le Stechlin, Fontane expose, à travers les propos d’un de ses personnages, la raison de sa préférence pour les jeunes filles de dix-sept ans :

  • 16 « Sechzehn hat noch ein bißchen von der Eierschale, noch ein bißchen den Einsegnungscharakter, und (...)

« À seize ans, le poussin n’est pas encore débarrassé de sa coquille, la première communiante est encore toute proche, et à dix-huit ans, elle est de nouveau comme tout le monde, mais dix-sept ans ! c’est l’équilibre parfait. »16

38D’après Freud (Der Dichter und das Phantasieren, 1907), seul l’homme frustré fantasmerait ; le désir insatisfait étant à l’origine de ses représentations. Chaque fantasme est donc un scénario imaginaire où l’homme est présent de façon plus ou moins déformée. Autrement dit, un écrivain peut être considéré comme un « rêveur éveillé » : ses créations, voire ses romans psychologiques, ses différents personnages, résultent de l’auto-observation et reflètent des fragments de son Moi, ses conflits et ses préoccupations.

39Les romans de Fontane ne sont pas des fictions pures, mais partent d’anecdotes authentiques. L’auteur les élabore à sa manière ou, comme il dit, « tel un psychographe », à partir de personnages féminins. Sa fille lui a-t-elle servi de modèle pour ses protagonistes ? Elle a dix-huit ou dix-neuf ans et elle est amoureuse lorsqu’il écrit Ellernklipp. Elle a trente ans quand il écrit Jenny Treibel. Les rapports littéraires père-fille se sont modifiés, les rapports personnels aussi. D’une manière générale, Fontane considère l’opposition féminin-masculin comme une antinomie entre nature et culture. Ce qui m’amène à me pencher sur quelques romans pour y rechercher ces constellations de base.

40Il est frappant de constater que c’est entre cinquante et soixante ans que Fontane traite dans son œuvre des rapports entre père et fille. Cette période coïncide avec l’adolescence de sa fille. Fontane a décrit le développement d’une jeune fille d’une part dans Grete Minde (1878/79) et ensuite dans Ellernklipp (1879/80), nouvelle avec laquelle il s’attaque à un interdit universel, à savoir l’inceste : Hilde, dix ans, fille illégitime dont la mère vient de mourir, est accueillie par Baltzer Bocholt, veuf et père d’un fils, Martin, du même âge que Hilde. Les deux enfants grandissent ensemble. Quand le père et le fils la désirent également, il y aura inévitablement conflit. Le père tue le fils, son rival, et épouse sa fille. Ils auront un enfant.

41Il est intéressant de noter ici la transposition romanesque d’un fait divers : le registre paroissial dont s’est inspiré le roman mentionne seulement le meurtre d’un fils par son père ; l’histoire de la rivalité amoureuse et de l’inceste a été inventée par Fontane. Y aurait-il sublimation d’un conflit personnel ? Que devient en effet un père qui épouse sa fille ? L’esprit de Bocholt s’embrouille avant qu’il ne se tue. Les rapports sexuels père-fille mènent à la mort.

42Une vingtaine d’années plus tard, grâce à Freud, on expliquera cette situation par un complexe d’Oedipe inversé : le fantasme d’un père incestueux se trouve réalisé. Est-il absurde d’y voir la réalisation du désir paternel de l’auteur à l’égard de Mete ? La réponse continue apparemment à être considérée comme gênante, car Ellernklipp n’a que rarement l’honneur d’être cité par la critique.

43Il se trouve qu’au moment de la rédaction de cette nouvelle, Mete est tombée amoureuse de Julius Stockhausen, ce qui implique donc un certain détachement vis-à-vis du père. Autrement dit, le désir incestueux est en contradiction avec le désir sexuel de sa fille. La sublimation s’avère donc être un moyen efficace pour venir à bout de la jalousie. Rappelons qu’on entend par sublimation la dérivation d’une pulsion vers un but non sexuel, mais socialement valorisé.

44Par la suite, Fontane continue à fantasmer sur le même thème père-fille avec des variations : la fille sera perçue comme épouse, comme maîtresse, comme amie – aux côtés d’un homme bien plus âgé. Nous remarquerons aussi que Fontane a beaucoup de mal à décrire une constellation familiale triangulaire : une personne fait défaut, très souvent la mère.

45En procédant par ordre chronologique, il faut mentionner maintenant L’Adultera (publié en 1882). Fontane y raconte l’émancipation d’une femme, sans pour autant se montrer féministe. Il met en scène un couple, marié depuis dix ans. Mari et femme pourraient également être père et fille, même si le roman ne souligne pas la différence d’âge. Cela étant, Melanie van der Straaten quitte son mari, de vingt-cinq ans son aîné, pour un homme de son âge, comme si les rapports père-fille n’étaient pas viables et voués à l’échec.

  • 17 « Schach von Wuthenow spielt in der Zeit von 1805 auf 6 und schildert den schönsten Offizier der da (...)

46Tout de suite après, en 1882/83, paraît Schach von Wuthenow, inspiré par un fait divers scandaleux dans le Berlin de 1805. En apparence, Fontane s’intéresse au « plus bel officier » et à la « fille la plus admirable et la plus laide » de Berlin, Victoire von Carayon. Mais l’officier est aussi l’ami de la mère de la jeune fille, enlaidie à quinze ans par la petite vérole. Cet ami de la mère, substitut du père, séduit Victoire, « cette fille que l’on ne peut pas montrer »17. Schach se suicide par peur du ridicule, le jour même de son mariage, auquel l’a forcé la grossesse de Victoire.

  • 18 « […] ein glänzender Beleg dafür, daß das Geistige doch alles bestimmt und aus Häßlichkeit Schönhei (...)
  • 19 « Martha Fontane war keine Schönheit, aber von guter Figur. » Paul Meyer, Erinnerungen an Theodor F (...)

47En dehors de la constellation relationnelle père-fille, il convient aussi de relever le thème de la laideur féminine : « […] c’est quand même l’esprit qui décide de tout et transforme la laideur en beauté »18, déclarait Fontane. Il est certes invraisemblable qu’il ait trouvé sa fille laide, pourtant, « Martha n’était pas une beauté, mais sa silhouette était élégante »19. Mete peut néanmoins trouver flatteur que son père se soit inspiré d’elle pour tracer le portrait de Victoire von Carayon. Ne la décrit-il pas par ailleurs comme étant « admirable » et « spirituelle » – des adjectifs qu’il applique également à Mete ?

48Suit Graf Petöfy en 1884. Le héros a soixante ans quand il épouse Franziska, une jeune actrice de 24 ans. Il se suicide quand il apprend qu’elle le trompe avec son neveu. Comme dans L’Adultera, Fontane dépeint l’impossibilité des rapports conjugaux entre une jeune femme et un homme qui pourrait être son père. Est-ce la négation d’une relation incestueuse – comme si Fontane avait besoin de s’en convaincre ?

49Cécile (1887) est la femme du colonel à la retraite Pierre von St. Arnaud et, on s’y attend, il est de vingt ans son aîné. Intervient le jeune Robert von Gordon. Dans le duel entre époux et ami (non pas amant), c’est ce dernier qui succombe. Réaction de Cécile : elle se suicide. Il ne s’agit, bien sûr, que de la trame du roman, qui par ailleurs présente tout un réseau d’allusions au passé, à l’avenir et au présent de la jeune femme, décrite comme très belle, capricieuse, fragile et mystérieuse. Son passé est aussi brillant qu’inavouable : elle a été la maîtresse de deux princes allemands.

50En 1892 est publié Jenny Treibel. Aucun doute n’y est laissé sur l’aspect doublement autobiographique des personnages ; d’une part, dans les Treibel, on reconnaît la sœur de l’auteur et son mari, Jenny et Hermann Sommerfeld, devenus propriétaires d’une grande pharmacie à Berlin ; d’autre part, le professeur Willibald Schmidt et sa fille Corinna sont l’image non dissimulée de Fontane et de Mete. Celle-ci a trente-deux ans maintenant et n’est toujours pas mariée. Depuis, elle signe souvent ses lettres « Corinna », et son père l’appelle par ce prénom.

51La constellation habituelle s’enrichit du couple mère-fils. Corinna, peu fortunée, jeune et intelligente, issue de la bourgeoisie cultivée, ose se fiancer avec le fils cadet des Treibel – bourgeoisie d’argent. Ce projet d’intégration est torpillé par Jenny Treibel, la mère du jeune homme. Dans sa jeunesse, elle a été fiancée avec Willibald Schmidt.

  • 20 « Die ausgesprochen männliche Form eines Schafskopfs », Peter Wruck, Frau Jenny Treibel, in : C. Gr (...)

52Les rapports père-fille sont ici dépeints dans toute leur fraîcheur, sans dissimulation derrière le couple marital, sans passage à l’acte incestueux. Comme si Fontane voulait indiquer à sa fille la voie à suivre : se marier. Car Corinna se marie finalement avec le jeune Marcel Wedderkopp, qui fait, lui, partie de son milieu, puisqu’il est lui aussi professeur de lycée, tout comme le père de Corinna. (Le nom de Wedderkopp, c’est-à-dire : ‘tête de bélier’, n’est rien d’autre, selon Peter Wruck que « la forme éminemment masculine de ‘tête de mouton’ »20, façon allemande de dire : ‘tête d’imbécile’, ce qui en dit long sur les sentiments ambivalents de Fontane à l’égard de celui qui aurait pu devenir son gendre.)

53Toujours est-il que Mete finira par épouser un homologue de son père, l’architecte Prof. Dr. Karl Emil Otto Fritsch, de vingt-deux ans plus âgé qu’elle, c’est-à-dire de vingt ans plus jeune que Fontane.

54Effi Briest est publié en 1895. Fontane a traversé une grave crise de santé entre la publication de Jenny Treibel (1892) et celle d’Effi Briest : en mars 1892 – il est en train de corriger les épreuves d’Effi Briest –, il se relève mal d’une grippe et tombe gravement malade. On parle d’anémie cérébrale, de dépression sénile, on parle même d’hôpital psychiatrique. Il maigrit, il est insomniaque et aucun médicament ne le soulage ni ne l’aide. Une ordonnance de morphine, mal lue par le pharmacien, qui lui fait prendre des doses dix fois plus fortes que prescrit, est à l’origine de cet état inquiétant. Il est guéri par un excellent médecin, psychanalyste avant l’heure, qui lui interdit la prise de tout médicament, lui suggère d’abandonner momentanément la correction de son dernier roman et de s’attaquer, par exemple, à ses souvenirs d’enfance.

  • 21 « Ich wählte ‘meine Kinderjahre’ (bis 1832) und darf sagen, mich an diesem Buch wieder gesund gesch (...)

« J’ai choisi mes années d’enfance (jusqu’en 1832), et je peux dire que c’est la rédaction de ce livre qui m’a rendu la santé. »21

55Ceci pour dire que le roman Effi Briest a vu le jour dans des circonstances difficiles et on comprend Fontane, quand il écrit la veille de ses soixante-seize ans, le 1er décembre 1895 :

  • 22 « So nehme ich Abschied von Effi ; es kommt nicht wieder, das letzte Aufflackern eines Alten. » Let (...)

« C’est ainsi que je prends congé d’Effi, cela ne reviendra plus, c’était la dernière lueur jetée par l’esprit d’un vieillard. »22

56Ce roman atteint cinq tirages en un an et permet à Fontane d’être enfin connu au-delà du cercle des lecteurs des différents journaux dans lesquels il publiait. Nul besoin désormais de quémander auprès des rédacteurs en chef – tout au contraire, ceux-ci se sentent maintenant honorés de publier des chapitres en prépublication.

57De quoi s’agit-il ? Fontane réécrit à sa manière une histoire à scandale du Berlin des années quatre-vingts, une histoire dont il a connu les protagonistes. Le roman raconte l’échec d’un mariage entre une jeune fille de dix-sept ans et l’ancien ami de sa mère, von Innstetten. Inceste par personne interposée, schéma qui rappelle celui de Schach von Wuthenow. Innstetten ne se suicide pas, mais tue son rival en duel. Le lecteur ne découvrira l’adultère qu’à travers des citations extraites de billets autrefois échangés par les amants. Les scènes d’amour ne sont jamais explicites chez Fontane, qui déclare à ce sujet :

  • 23 « Daß ich die Sache im Unklaren gelassen hätte, kann ich nicht zugeben, die berühmten ‘Schilderunge (...)

« Je ne peux pas reconnaître avoir laissé cet événement dans l’ombre ; certes, j’évite ces fameuses ‘descriptions’ (le comble du mauvais goût), mais la lettre d’Effi à Crampas et les trois billets de Crampas à Effi, cités dans le roman, ne disent-ils pas tout ? »23

58On a l’impression que les scènes d’amour sont soumises à un interdit autre que seulement social, ou, comme le dit Fontane :

  • 24 « Glück ist nicht gleich Liebe. Liebe ist gut, aber sie läßt sich nach Minuten berechnen, alles and (...)

« Il ne faut pas confondre bonheur et amour. L’amour est une bonne chose, mais il se compte en minutes, tout le reste a de longues heures devant soi. »24

59Et c’est « tout ce reste » qui importe à Fontane. On peut donc dire qu’il a intentionnellement omis les scènes d’amour.

60Dans Effi Briest, la constellation relationnelle est apparemment analogue à celles que nous venons de passer en revue. Ici pourtant s’ajoute la présence des parents d’Effi, avec, à la fin du roman, l’accent mis sur le rôle du père. C’est lui qui décide du retour définitif d’Effi dans la maison familiale. Et cette fin contraste avec celle des autres romans racontant des destins féminins. Le père est remis à sa place et l’inceste entre père et fille redevient ce qu’il a toujours été : tabou.

61Revenons donc à Mete, cette « fille de la maison », devenue absolument indispensable à ses parents :

  • 25 « Wir brauchen Mete wie der Blinde einen Stab. » Cit. in : H. Fricke, p. 108.

« Nous pouvons aussi mal nous passer de Mete que l’aveugle de son bâton. »25

  • 26 […] ein « unglaubliches Ereignis », cité in : E. Ziegler/G. Erler, p. 204.

62Sur le plan économique, Mete est devenue indépendante grâce à de petits héritages. Fontane a même créé une commission de succession dont Mete devait faire partie, elle seule et non pas ses frères. Plus personne ne pense au mariage, n’a-t-elle pas trente-huit ans ? Et pourtant « un événement incroyable »26 se produit : Mete a trouvé un mari. Le professeur Fritsch vient de perdre sa deuxième femme. Après la mort de la première, il avait épousé la sœur de celle-ci, qui vient de décéder d’un cancer il y a quelques mois seulement, ce qui explique les sentiments mitigés d’Emilie Fontane : si elle se réjouit du mariage de sa fille, elle désapprouve vivement des fiançailles si proches du veuvage. Le père seul fête ces fiançailles, qui ont lieu le 16 septembre 1898 chez les Fontane, entourés de quelques amis proches, mais sans la mère de la fiancée, qui prolonge sa visite chez une amie à Dresde.

  • 27 « Zur Feier seiner ihm geistesverwandten einzigen Tochter war ein kleines feines Essen vorbereitet (...)

« Pour célébrer les fiançailles de sa fille spirituelle et unique, un repas raffiné avait été préparé. Il n’y avait que neuf convives. Le vieil homme, centre et âme de la conversation, resplendissait d’esprit. »27

63Enfin Mete a répondu à la contrainte sociale ; les parents devraient en être soulagés, au moins sur le plan rationnel. Quatre jours plus tard, le vingt septembre, Fontane meurt. Au moment où sa fille le quitte pour suivre un autre homme, il la quitte lui aussi, pour toujours. Comme si cette séparation lui était insupportable. Sur le plan émotionnel, cela signifierait que le rôle de la fille dans le triangle familial – père-mère-fille – fut d’ordre existentiel pour le père.

64Nous savons peu de la vie de Mete après la mort de son père : elle se marie en 1899 et survivra deux ans à son mari, mort en 1915. Il est probable que le mariage avec un homme plus âgé (comme dans les constellations littéraires de Fontane) n’a pas modifié son attachement à son père. Il est également probable qu’elle a apprécié la protection d’un mari qui avait adopté le rôle du père. Pourtant, même en tant que Frau Professor Fritsch, Mete continue à souffrir de maladies psychosomatiques et dépressives. En 1915, année de la mort de son mari, elle écrit :

  • 28 « Mir selbst geht es leider sehr schlecht und ich zittre manchmal, ob ich mich halten werde. » Lett (...)

« Quant à moi, je vais vraiment mal, et je me demande quelquefois en tremblant si je vais tenir le coup. »28

65Mete meurt le 10 janvier 1917. La famille soutient la thèse d’un accident – les voisins du domicile de Mete assurent qu’elle a mis fin à ses jours en se jetant du balcon. Le suicide lui était un concept familier ; peut-être une dernière manifestation d’attachement au père ?

66Fontane et ses filles. Nous avons vu qu’il y a sa fille réelle et les filles imaginées : Hilde, Victoire et Effi, Cécile, Franziska et Melanie, sans oublier Corinna. Peut-on parler d’un thème avec variations, le thème étant le rapport père-fille ? Dans la plupart des cas, il s’agit d’une constellation incestueuse : Ellernklipp le démontre de façon claire, même si Hilde est la fille adoptive du père, c’est, comme dans Phèdre, la fonction qui importe.

67Schach von Wuthenow et Effi Briest relatent l’inceste par personne interposée : les prétendants des mères respectives épousent leurs filles. L’Adultera, Graf Petöfy et Cécile représentent des relations père-fille sous le couvert du couple conjugal. Enfin la relation père-fille authentique et sans ambiguïté se retrouve dans Jenny Treibel. Fontane a choisi de s’entourer de jeunes filles. Il a créé « ses » filles que nous continuons à aimer dans ses romans, aujourd’hui encore, cent ans après sa mort.

Bibliographie

Craig, Gordon A., Über Fontane, München, Beck Verlag, 1997.

Dieterle, Regina, Vater und Tochter. Erkundung einer erotisierten Beziehung in Leben und Werk Theodor Fontanes, Bern, Peter-Lang-Verlag, 1996.

Frevert, Ute, Zwischen bürgerlicher Verbesserung und neuer Weiblichkeit, Frankfurt/Main, Suhrkamp Verlag, 1986.

Fontane, Theodor, Romane und Erzählungen, Abteilung I, Band 1-5, und Briefe, Abteilung IV, Band 1-4, München, Carl Hanser Verlag, 1970-1980 et 1976-1982 (HF I, 1-5 et HF IV, 1-4).

Fricke, Hermann, Emilie Fontane. Mit unveröffentlichten Gedichten und Briefen von Theodor und Emilie Fontane, Berlin, 1937.

Gerhard, Ute, Gleichheit ohne Angleichung. Frauen im Recht, München, Beck Verlag, 1990.

Goch, Marianne, « Mete Fontane », in : Töchter berühmter Männer, Frankfurt/Main, Insel Verlag, 1988.

Grawe, Christian, Führer durch die Romane Fontanes, Frankfurt/Main, Wien, Berlin, Ullstein Verlag, 1980.

Grawe, Christian (Hrsg.), Fontanes Novellen und Romane. Interpretationen, Stuttgart, Reclam, 1991.

Hädecke, Wolfgang, Theodor Fontane. Biographie, München, Wien, Hanser Verlag, 1998.

Heller, Gisela, « Geliebter Herzensmann ». Emilie und Theodor Fontane, Berlin, Nicolai Verlag, 1998.

Nürnberger, Helmuth, Fontane. Leben und Werk, Hamburg, rororo Monographien, 1998.

Fontanes Welt, Berlin, Siedler Verlag, 1997.

Ohff, Heinz, Theodor Fontane. Leben und Werk, München, Piper Verlag, 1995.

Rosen, Edgar (Hrsg.), Mete Fontane. Briefe an die Eltern, 1880-1882, Berlin, Ullstein Verlag, 1974.

Ziegler, Edda ; ERLER, Gotthard, Theodor Fontane. Lebensraum und Phantasiewelt. Eine Biographie, Berlin, Aufbau Verlag, 1996.

Notes

1 « Ein Apotheker, der anstatt von einer Apotheke von der Dichtkunst leben will, ist so ziemlich das Tollste, was es gibt. » Cit. in : H. Nürnberger, p. 125.

2 « […] küsse meinen Liebling, die wilde Range (schreibe mir auch immer von ihr) […] » ou : « […] küsse den Liebling […] » Lettres à Emilie Fontane, 10 et 23 juin 1862, HF IV, 2, p. 71 et 74.

3 « Ich sah deutlich die großen klugen Augen meines Lieblings. » Kriegsgefangen, HF III, 4, p. 606.

4 « Was unsren Plan angeht unsre Martha nach England zu schicken, so ist es ein wohlüberlegter und wohlgereifter Entschluß [...]. Da wir unsren Kindern sonst nichts hinterlassen können, so wollen wir wenigstens versuchen, ihnen eine innerliche Ausrüstung mit auf den Weg zu geben, die es ihnen möglich macht vorwärts zu kommen, und dazu gehört beispielsweise Sprachkenntniß. Die volle Kenntniß einer fremden Sprache ist wie ein Capital von dessen Zinsen man leben kann. » Lettre à Mathilde von Rohr, 15 avril 1870, HF IV, 2 p. 294.

5 « Wenn nicht Sie selbst, wer möchten Sie sein ? - Todt. » Cit. in : E. Rosen, p. 21.

6 « Ich habe dies mit Mama durchgesprochen und wir werden das Nöthige zu beschaffen wissen, indem wir uns zu Zinszahlungen verpflichten und zwar mit aller Freudigkeit. » Lettre à Mete, 17 février 1882, HF IV, 3, p. 180.

7 « Ich halte […] furchtbar viel von der Ehe [...] und bin sehr fürs Heiraten. Es ist das Natürliche. » Brouillon de lettre à Anna Witte, juin/juillet 1882, HF IV, 3, p. 190.

8 « Ein Hosenmatz ist er, sein ganzer Habitus, sein Lebenszuschnitt wirken klein, und von sich überzogen. Für eine so nobel angelegte Natur wie unsere Mete das reinste Schrecknis. Ich freue mich von Herzen dieses ‘gescheiterten Glücks’. » Cit. in : G. Heller, p. 260.

9 « Der liebste Mensch, den ich habe... » « Mein vergötterter Vater ». « Ich habe keinen Menschen, zu dem ich mich hingezogen fühle, ich kann mich niemals unterhalten wie mit meinem Vater. » Lettre à sa mère, 6 mai 1881 ; cit. in : E. Rosen, p. 176.

10 « Ich halte es für das schönste und beneidenswertheste Glück, Papas Frau sein zu können und ich weiß, daß Du ebenso denkst und das macht mich glücklich. » Ibid. p. 102.

11 « Natürlich bist Du nervös ; wie könnt’ es anders sein, sind es die Herren Eltern doch auch. » Lettre à Mete, 17 février 1882, HF IV, 3. p. 179.

12 « Oh, wie gönne ich meinem geliebten Vater eine Aufmunterung und wie nöthig war sie ihm ! Ich habe nie gedacht, daß ich mich noch so leidenschaftlich freuen könnte. » Ou encore : « Gestern habe ich mir einen himmlischen Abend bereitet und bin mit L’Adultera und etwas Suchard zubett gegangen. Ich habe vor Freude über die Novelle geweint und immer nur lebhaft gewünscht, daß Papa nicht nur für uns, die wir ihn lieben, noch recht lange leben möchte, sondern auch um noch das viele Schöne, was in ihm liegt, herauszuschaffen ; wenn ein Mann, der in sich solche Kunstwerke trägt, stirbt ist es doch als gingen kostbare Schätze auf immer verloren. » Lettres à sa mère, 29 février 1881 et 21 mars 1881. Cit. in : E. Rosen, p. 146 et 165.

13 « […] sie hat das Reisefieber faute de mieux. » Lettre à Emilie, 21 juillet 1884, HF IV, 3, p. 342.

14 « Ich konnte nur lachend sagen, ich hätte nicht Gelegenheit gehabt, über den Gegenstand nachzudenken ; I had such a good position as the wife of you, that I don’t want an other. » Lettre à Fontane. Cit. d’après Marianne Goch in : H. Fricke.

15 « […] nur gelegentlich Liebesanfälle zu haben, wie man eben auch vom Katarrh oder Zahnweh überfallen wird. » Cit. in : G. Heller, p. 311.

16 « Sechzehn hat noch ein bißchen von der Eierschale, noch ein bißchen den Einsegnungscharakter, und achtzehn ist schon wieder alltäglich. Achtzehn kann jeder sein. Aber siebzehn. Ein wunderbarer Mittelzustand. » Superintendent Koseleger in : Der Stechlin, Chap. 18, HF I, 5, p. 173.

17 « Schach von Wuthenow spielt in der Zeit von 1805 auf 6 und schildert den schönsten Offizier der damaligen Berliner Garnison, der, in einem Anfall von Übermuth und Laune, die liebenswürdigste, aber häßlichste junge Dame der damaligen Hofgesellschaft becourt. » Lettre à Julius Grosser, 31 janvier 1882, HF IV, 3, p. 176 ; die « unrepräsentable Tochter », Schach von Wuthenow, chap. 3, cit. in : R. Dieterle, p. 174.

18 « […] ein glänzender Beleg dafür, daß das Geistige doch alles bestimmt und aus Häßlichkeit Schönheit macht. » Fontane, cit. in : G. Heller, p. 310.

19 « Martha Fontane war keine Schönheit, aber von guter Figur. » Paul Meyer, Erinnerungen an Theodor Fontane, 1819-1889 ; cit. in : R. Dieterle, p. 137.

20 « Die ausgesprochen männliche Form eines Schafskopfs », Peter Wruck, Frau Jenny Treibel, in : C. Grawe : Fontanes Novellen, p. 203.

21 « Ich wählte ‘meine Kinderjahre’ (bis 1832) und darf sagen, mich an diesem Buch wieder gesund geschrieben zu haben. » Fontane dans son journal pour l’année 1892, HF III, 3 / II, p. 1207.

22 « So nehme ich Abschied von Effi ; es kommt nicht wieder, das letzte Aufflackern eines Alten. » Lettre à Maximilian Harden, 1er décembre 1895, HF IV, 4, p. 508.

23 « Daß ich die Sache im Unklaren gelassen hätte, kann ich nicht zugeben, die berühmten ‘Schilderungen’ (der Gipfel der Geschmacklosigkeit) vermeide ich freilich, aber Effis Brief an Crampas und die mitgetheilten 3 Zettel von Crampas an Effi, die sagen doch alles. » Lettre à une inconnue, 12 juin 1895 ; cit. in : E. Ziegler/ G. Erler, p. 240.

24 « Glück ist nicht gleich Liebe. Liebe ist gut, aber sie läßt sich nach Minuten berechnen, alles andere hat lange Stunden. » Fontane, cit. in : G. Heller, p. 331.

25 « Wir brauchen Mete wie der Blinde einen Stab. » Cit. in : H. Fricke, p. 108.

26 […] ein « unglaubliches Ereignis », cité in : E. Ziegler/G. Erler, p. 204.

27 « Zur Feier seiner ihm geistesverwandten einzigen Tochter war ein kleines feines Essen vorbereitet worden. Nur neun Personen. Der Alte in seiner herrlichen, lieben Geistesschönheit Mittelpunkt und Seele der Unterhaltung. » Paul Schlenther, cit. in : M. Goch, p. 406.

28 « Mir selbst geht es leider sehr schlecht und ich zittre manchmal, ob ich mich halten werde. » Lettre de Mete à Paul Schlenther, 1915.

Auteur

Maître de conférences à Paris III – Sorbonne Nouvelle, diplômée en psychologie, docteur en études germaniques avec une thèse sur La Mère de Hölderlin. Domaine de recherche et d’enseignement : histoire des femmes, psycho-pédagogie, contribution à la traduction des œuvres complètes de S. Freud (PUF).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540