Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Theodor Fontane. Un promeneur dans le siècle

 | 
Marc Thuret

Itinéraires

« Monde nouveau » et « dieux anciens »

Theodor Fontane, chroniqueur provincial et romancier moderne

Peter Wruck
Traduction de Marc Thuret

Texte intégral

  • 1 « Denn wie er ganz zuletzt war, so war er eigentlich. » Meine Kinderjahre, in : Autobiographische S (...)
  • 2 « Denn was du tun willst, tue bald ! » « Als ich zwei dicke Bände herausgab », Gedichte, vol. 2, AF (...)

1« Car ce n’est que tout à la fin qu’il fut vraiment lui-même. »1 On le sait, c’est au père de Fontane que s’applique cette formule, mais on se mit bientôt cependant à l’employer à propos de Fontane lui-même. Non sans raison, car Theodor Fontane se sentait très proche de son père. La formule servait aussi à expliquer et à justifier les honneurs rendus au vieux Fontane, une gloire méritée, accréditée par les hommages que lui rendirent Thomas Mann et Georg Lukács, et consacrée par la biographie de Hans Heinrich Reuter, une somme qu’aucune des contributions à l’année Fontane n’a rendue obsolète. Il est seulement regrettable que cette formule – impliquant une vision téléologique dont on a heureusement su aujourd’hui s’affranchir – et cette apothéose du vieux Fontane aient fini par éclipser les mérites de l’œuvre réalisée par l’écrivain quand il était plus jeune, par le poète, auteur de ballades, par le journaliste et le voyageur racontant ses périples. Il fallut attendre plusieurs décennies avant que ce Fontane-là ne recueille lui aussi l’attention qu’il mérite. Mais ce n’est pas tout. Cent ans après sa mort, les occasions ne manquent pas de se demander quel homme il fut vraiment « tout à la fin ». Il venait de publier « deux gros volumes », comme il l’écrit avec un certain prosaïsme dans un petit poème ironique, se terminant par cet avertissement que l’auteur se lance à lui-même : « Car ce que tu as l’intention de faire, fais-le sans tarder ! »2 Ses mémoires, qui, sous le titre sans prétention De vingt à trente ans, passent en revue tout le Berlin littéraire du milieu du siècle, venaient de sortir en librairie. Au même moment, il achevait les corrections de son Stechlin, le plus novateur, le plus incomparable de ses romans, paru en feuilleton l’année précédente déjà, comme le voulait l’usage. Le texte était déjà imprimé. Mais l’auteur ne tiendra plus entre ses mains le livre relié. Tout en envisageant sans crainte la fin de ses jours, l’infatigable travailleur qu’était Fontane continuait à soixante-huit ans de forger toutes sortes de projets. Huit jours avant sa mort encore, il se disait fermement décidé à réaliser un nouveau plan :

  • 3 « Nach zwanzigjährigem Abschwenken in Roman und Novelle habe ich vor, noch einmal zu alten Göttern (...)

« Après une incursion de vingt ans dans le roman et la nouvelle, j’ai l’intention de revenir à mes anciens dieux (en remontant en effet jusqu’à Triglaff etc.). Je veux écrire un livre qui aura pour titre quelque chose comme : La région de Friesack et les Bredow ».3

2Fontane semble par cette remarque vouloir lui-même confirmer le caractère ambigu de l’image qu’il a laissée, ambiguïté souvent mise en avant dans l’avalanche de commentaires suscitée par les cérémonies du centenaire. On serait presque tenté de voir en lui deux personnages : le premier, le célèbre randonneur sillonnant cette Marche de Brandebourg vers laquelle devait le ramener son ultime projet, est immortalisé par le monument élevé à sa mémoire dans sa ville natale de Neuruppin (aujourd’hui autorisée à s’appeler Fontanestadt) : un marcheur au repos, grandeur nature, majestueusement assis sur un banc monumental, un bâton dans la main, son balluchon posé près de lui ; le second, le romancier berlinois, nous apparaît sous les traits d’un vieux monsieur, réputé de son vivant déjà pour sa modernité :

  • 4 « Diese [in ihrer äußeren Erscheinung, P. W.] unmoderne Persönlichkeit hat unglaublich moderne Ansi (...)

«  Cette personnalité [à l’apparence] désuète a des opinions incroyablement modernes. Le plus âgé des hommes de lettres allemands est en même temps le plus engagé des compagnons de route des plus jeunes d’entre eux et ceux-ci l’aiment plus qu’aucun autre. »4

  • 5 « Eine tapfere Modernität zeichnete Theodor Fontane aus. » Thomas Mann, « Der alte Fontane », in : (...)

3C’est ce qu’affirmait Alfred Kerr à l’heure où l’on célébrait le soixante-quinzième anniversaire de l’écrivain. Dans l’hommage émouvant et lucide qu’il rendra au vieux Fontane, Thomas Mann parle de sa « courageuse modernité »5. Son frère Heinrich ira plus loin encore en affirmant à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de l’écrivain que

  • 6 « Der moderne Roman wurde für Deutschland erfunden, verwirklicht, auch gleich vollendet von einem P (...)

« le roman moderne fut, en Allemagne, inventé, mis en pratique et porté d’emblée à sa perfection par un Prussien, issu de la colonie française, Theodor Fontane »6.

  • 7 Fontane am Ende des Jahrhunderts. Internationales Symposium des Theodor-Fontane-Archivs in Potsdam, (...)

4D’autres voix se sont certes élevées depuis. Il n’en reste pas moins que c’est sur la modernité de ses vues et de l’œuvre romanesque écrite à la fin de sa vie que s’est concentré l’intérêt des chercheurs et des spécialistes au cours de l’année Fontane, et cela avec un écho remarquable. La modernité de l’écrivain – ce fut aussi le sujet dominant de la plus importante des manifestations de cette année de commémoration, le symposium Fontane à la fin du siècle7, organisé par le Fontane-Archiv de Potsdam.

5Faut-il s’étonner que l’auteur des Pérégrinations n’ait été dans ce cadre évoqué qu’épisodiquement ? L’hommage au promeneur n’est guère venu que des habitants de Berlin et du Brandebourg, plus attachés, bien sûr, que les autres Allemands à l’écrivain qui, mieux que ses quelques prédécesseurs, sut élever leur ville et leur région au rang de contrée historique, de province littéraire et de curiosité touristique. S’il existe dans le Brandebourg une conscience identitaire, c’est bien à ce Fontane-là qu’on le doit. Il n’est donc pas étonnant que les Pérégrinations en particulier y soient citées par tous, depuis le reporter de la presse locale jusqu’au président du Land, et que ces volumes jouissent dans la province qu’ils décrivent d’une faveur peu ordinaire auprès des lecteurs aussi bien que des éditeurs. Personne toutefois ne sera tenté de parler de modernité à propos de ce texte. Aussi en est-on amené à se demander si l’on ne tient pas là ce qui distingue les deux composantes de l’œuvre de Fontane assurant sa postérité : les écrits du promeneur et ceux du romancier. Le projet de revenir, en écrivant un livre sur La région de Friesack et les Bredow, à cette Marche qu’il avait explorée comme personne d’autre avant lui offre donc une bonne occasion de vérifier sur pièces la thèse selon laquelle c’est la modernité qui distingue ces deux composantes.

  • 8 « Wir waren vor den Hohenzollern da. » Fontane place ce mot dans la bouche du vieux général des hus (...)

6« La région de Friesack » et « les Bredow » – rien de plus obscur, il y a cent ans déjà. Et ni l’une ni les autres n’ont acquis aujourd’hui davantage de célébrité, même pour l’habitant de Berlin qui peut, en empruntant le réseau nord-ouest de son système de liaisons régionales, atteindre en une heure cette contrée s’étendant sur une centaine de kilomètres carrés. (Fontane, qui utilisait encore les anciennes mesures, estimait sa surface à une lieue carrée et demie.) Les nombreux descendants de la vieille famille brandebourgeoise des Bredow y vécurent sur leurs immenses propriétés jusqu’en 1945, année de la réforme agraire, qui sonna le glas des splendeurs d’autrefois. Leurs quatorze exploitations, s’étendant sur plus de 13 000 hectares, composaient le domaine le plus important de toute la région traversée par la Havel. Si la mort n’en avait décidé autrement – on pourrait presque être tenté d’ajouter : et au bon moment – Fontane n’aurait donc pas conclu son œuvre par le Stechlin, mais par la saga d’une de ces familles aristocratiques dont l’histoire remonte à la période antérieure à l’établissement des Hohenzollern dans la Marche et au soulèvement de la noblesse locale qui en fut la conséquence. C’est à ce soulèvement que les Quitzow, qui en avaient pris la tête, doivent leur célébrité dans l’histoire prussienne et dans la littérature patriotique, à laquelle Fontane a, lui aussi, versé son tribut. Les Bredow quant à eux, avaient su, à la différence des Quitzow, changer opportunément de camp et tirer de leur revirement certains avantages matériels. L’antique noblesse de la Marche fut pour finir victime de la lutte qu’elle avait engagée, mais ses descendants aimaient bien rappeler leur préséance et répéter qu’ils avaient été là « avant les Hohenzollern »8.

7Ce retour tardif à un champ thématique qu’il n’eut plus vraiment le temps d’exploiter a été assez peu remarqué. L’annonce de ce projet, qui sert de base aux réflexions développées ici, n’a rien acquis de l’éclat dont on entoure généralement les dernières paroles ou les dernières volontés d’un défunt. L’idée de Fontane n’était pourtant pas la lubie d’un homme à l’article de la mort. Ce nouveau projet était en réalité très ancien. L’auteur lui-même fait remonter sa prédilection pour les Bredow, qu’il considérait comme l’incarnation de ce qu’il y a de meilleur chez les junkers, à ses premières Pérégrinations. Il avait déjà entrepris à la fin des années quatre-vingts et au début des années quatre-vingt-dix, de traduire dans son travail cette vieille prédilection. Il s’était fait introduire dans les différentes demeures de la famille, il avait entrepris des recherches, réuni des extraits et échafaudé des plans sur plusieurs centaines de pages, jusqu’à ce que, déçu par la froideur de l’accueil qui lui était réservé, il choisît à regret de renoncer provisoirement à l’entreprise au profit de tâches plus pressantes. (Les notes réunies pour le travail sur les Bredow ont en grande partie disparu, mais les extraits qui en ont été publiés suffisent à se faire une idée de leur contenu.)

8Pendant son « incursion de vingt ans dans le roman et la nouvelle », incursion à laquelle il doit sa notoriété et la place qu’il occupe dans l’histoire de la littérature, Fontane n’est pourtant pas revenu que cette fois-là à ces « chroniques brandebourgeoises » (« märkische Arbeiten ») dont les Pérégrinations sont l’élément essentiel. Il ne les avait pas reniées en prenant congé de ses lecteurs et en dressant dans la conclusion apportée en 1881 au quatrième volume de ses Wanderungen le bilan de ses années de voyage et d’enquêtes à travers la Marche de Brandebourg. Ce faisant, il signalait simplement son passage à un mode d’expression radicalement nouveau, auquel il n’avait toutefois pas complètement sacrifié son intérêt pour le Brandebourg. Il avait seulement mis Les Pérégrinations de côté, et se donnait le loisir, comme il le fera à la fin de sa vie, de revenir à ses anciennes amours.

9Pour réaliser ce que cela représentait, il faut d’abord revenir brièvement sur les Pérégrinations. Il faudra ensuite considérer quelques-uns des projets abandonnés par Fontane au profit du livre sur les Bredow, et revenir enfin à l’idée de modernité, un concept qu’il maniait sans complexe, une cause pour laquelle il s’était engagé et une voie dont il avait montré la nécessité, pour le roman contemporain en tout cas.

10Si Fontane représente une exception dans l’histoire de la littérature, ce n’est pas seulement parce qu’il avait près de soixante ans quand il publia son premier roman, le premier d’une série qui allait compter dix-sept titres. Souligner cette particularité, revient souvent à négliger le fait qu’il avait alors déjà à son acquis une œuvre importante, digne de représenter le travail de toute une vie. Décrire « les Marches, leurs hommes et leur histoire », c’était pour lui, dans les années cinquante déjà, une mission digne de remplir son existence. Les Marches, leurs hommes et leur histoire, c’était aussi le titre d’une œuvre à laquelle il voulait donner comme sous-titre : Textes rassemblés et édités pour l’amour de la patrie et de la poésie future par Theodor Fontane. Et il ajoutait :

  • 9 Die Marken, ihre Männer und ihre Geschichte. Um Vaterlands und künftiger Dichtung willen gesammelt (...)

« Si je parviens à écrire ce livre-là, je n’aurai pas vécu en vain et je mourrai content. »9

11Ce travail, qui a donné le jour à quatre volumes de Pérégrinations, à cinq même si l’on tient compte de leur présentation dans les éditions d’aujourd’hui, s’est étendu sur plus de trois décennies. Ce texte-fleuve est le produit d’un incessant travail d’augmentation et de réorganisation des données, de révision des volumes et des chapitres. La genèse de ces livres est une histoire exceptionnelle, qui se reflète dans l’originalité de leur structure, et l’œuvre qui en est l’aboutissement est sans équivalent. Elle a fondé et illustré un genre nouveau ; elle est à l’origine de toute une littérature de pérégrinations brandebourgeoises, de récits d’excursions et de voyages se situant expressément dans le sillage de Fontane, mais n’atteignant jamais la qualité du modèle.

12C’est au cours des années passées en Angleterre que naquit l’idée de cette œuvre singulière, non pas à Londres, non pas à l’instigation de Dickens ou de Thackerey, mais en Écosse, sous le patronage de Walter Scott. Le passé chargé d’histoire du pays de cet écrivain inspira à Fontane la comparaison avec celui de sa propre patrie, la Marche de Brandebourg. On trouve dans le récit de son voyage en Écosse un passage où l’auteur semble annoncer l’idée qui fut à l’origine des Pérégrinations. Ces lignes méritent d’être citées ici in extenso : voyageant en bateau sur le Forth, Fontane se souvient de la Havel, de son pays natal, et plus particulièrement de ce

  • 10 « Ein solcher Fleck Erde ist das beinahe inselförmige Stück Land, um das die Havel ihr blaues Band (...)

« morceau de terre semblable à une île autour duquel la Havel déroule son ruban bleu. C’est là qu’a germé la bonne graine à partir de laquelle s’est développée la Prusse, ce pays de l’aigle dont une aile effleure le Rhin et l’autre le Niemen. Ce n’est sans doute pas un hasard si Fehrbellin, ce champ de bataille où fut fondée la monarchie prussienne, se trouve au cœur de l’île délimitée par le cours de la Havel. Et quelle terre chargée d’histoire n’a-t-on pas là ! Le long des berges du fleuve qui dessine les contours de cette île se trouvent les domaines de ces antiques familles qui, depuis les Quitzow, accordent plus de prix au caractère qu’au talent et manifestent une ténacité et une fierté que nous devrions enfin nous habituer à considérer avec plus de respect que de jalousie, puisque aussi bien ce sont des composantes de notre propre manière d’être. C’est sur cette île de la Havel, et sur l’étroite bande de terre située sur le rivage face à l’île, que se trouvent les villes et les châteaux où la dynastie des Hohenzollern s’est sans cesse ramifiée. C’est là que se trouvent trois villes où trois réformateurs de l’art ont vu le jour : Winckelmann, Schinkel et Schadow (au second revient le mérite d’avoir transformé une ville pleine de casernes en une ville pleine de beaux monuments) ; c’est là que se trouvent les domaines seigneuriaux où Zieten, Knesebeck et les frères Humboldt sont venus au monde, Zieten, le plus digne d’être aimé et le plus populaire de tous les héros de la Prusse, et Knesebeck qui, dans sa solitude hivernale conçut le plan ‘de vaincre la puissance napoléonienne en lui opposant celle de l’espace’. C’est avec ce pays de la Havel, qui ne manque, comme tous les visiteurs de Potsdam le savent, ni de pittoresque ni de beauté, que je voudrais comparer les rives du Forth … »10

13Fontane reprend cette idée dans sa préface aux Pérégrinations, en s’ingéniant à rapprocher des paysages écossais les sites historiques de la Marche, présentés comme un mélange d’idylle arcadienne et de souvenirs héroïques. Tout concourt à montrer que la province prussienne, cette Cendrillon des provinces allemandes, n'a rien à envier à l'Écosse, pas plus pour la grandeur de son passé que pour la beauté de ses sites. (Fontane s'attribuait ainsi non sans raison le rôle du prince qui rompt l’enchantement et apporte la délivrance.) L’égalité des mérites, motif central dans l’œuvre de Fontane, n’a pas encore ici le caractère subversif qu’elle prendra plus tard dans ses écrits. Elle ne sert encore qu’à approuver l’ordre établi et vise à effacer la réputation de provincialisme entourant la région située au cœur de la Prusse.

  • 11 « Das Oderland », Wanderungen durch die Mark Brandenburg, GBF, vol. 2, p. 299.
  • 12 « Nein, es ist ein deutsches Stück, das als solches weit über die Territorien von Havel und Spree h (...)

14Cet objectif, il faut bien le reconnaître, ne fut, en dépit du succès considérable des Pérégrinations, que très imparfaitement atteint. L’histoire prussienne était élevée au rang de la grande histoire. Fontane en faisait remonter le commencement à la bataille de Fehrbellin ; l’exécution du lieutenant von Katte, coupable d’avoir voulu aider le prince héritier Frédéric, ultérieurement dit « le Grand », à fuir un père despotique, en était un autre moment fort.11 Mais qui se souviendrait aujourd’hui encore de la bataille de Fehrbellin, au cours de laquelle le Grand Électeur Frédéric-Guillaume Ier battit les Suédois, si Heinrich von Kleist n’en avait pas fait le sujet de son Prince de Hombourg ? Qui saurait encore, en dehors du cercle des spécialistes de l’histoire prussienne, qui était le lieutenant Katte ? En un mot : Fontane n’a guère réussi à exporter ses Pérégrinations, ni, comme il le dit lui-même, « à les faire triompher bien au-delà des contrées baignées par la Havel et la Spree ». Il n’a pas réussi non plus « à vaincre tous les sentiments particularistes, au nombre desquels il faut surtout compter le particularisme de nos vieilles provinces prussiennes »12. L’engouement actuel pour les Pérégrinations, leur large diffusion, observable partout, mais surtout bien sûr à Berlin et dans le Brandebourg, ne peut malgré tout pas faire croire que leur audience a pu dépasser le cadre régional. On a bien des raisons de penser que ce succès tient tout autant au néo-particularisme brandebourgeois et au patriotisme local berlinois qu’à certains rêves de restauration qui sont dans l’air du temps et ne se nourrissent que trop volontiers de ce que le lecteur peut trouver dans les Pérégrinations. Nul doute que rien de tout cela ne peut s’exporter.

15Quant à la saga des Bredow, telle que l’imaginait Fontane et telle qu’elle se dessine dans les documents qui sont parvenus jusqu’à nous, elle était moins encore que les Pérégrinations de nature à retenir l’intérêt de lecteurs vivant hors des frontières du Brandebourg. Ceci n’empêcha toutefois pas Fontane de préférer ce travail à d’autres auxquels il était au moins aussi bien préparé et qui ne demandaient qu’à être repris et achevés, car il avait alors, comme toujours, plusieurs fers au feu.

  • 13 « Aber ich werde möglicherweise pardoniert, wenn ich an dieser Stelle schon verrate, daß ich […] vo (...)

16Il y avait son autobiographie à laquelle il avait entrepris d’ajouter un troisième volume qui devait s’appeler De cinquante à soixante-dix ans (Von Fünfzig bis Siebzig), où il voulait rassembler ses souvenirs de critique de théâtre à l’époque où il tenait la rubrique correspondante dans la Gazette de Voss. Mais après avoir achevé De vingt à trente ans, il s’était « détourné de l’idée de poursuivre ses souvenirs », comme il l’avait prévu à l’origine, et il avait proclamé « que cette deuxième partie serait aussi la dernière »13.

17Il y avait encore le petit roman berlinois Mathilde Möhring auquel ne manquait plus, pour qu’il puisse être envoyé à l’imprimeur, que les derniers coups de lime. (Mais les ultimes mises au point de l’écrivain particulièrement scrupuleux qu’était Fontane se soldaient toujours, il est vrai, par une somme de travail considérable.)

18Il y avait surtout dans de très grands cartons les brouillons d’un roman historique totalement différent de tout ce que Fontane avait jusqu’ici raconté dans ses œuvres de fiction. En 1895, il annonçait à un de ses correspondants :

  • 14 « Ich will einen neuen Roman schreiben (ob er fertig wird, ist gleichgültig), einen ganz famosen Ro (...)

« Je veux écrire un nouveau roman (peu importe qu’il soit ou qu’il ne soit pas achevé), un roman qui fera parler de lui, et ne ressemblera à rien de tout ce que j’ai écrit jusqu’à présent, à rien de ce qui existe, bien que certains soient sûrement tentés de le placer sous la rubrique ‘Ekkehart’ ou ‘Ancêtres’. Il s’en distinguera toutefois dans la mesure où j’ai l’ambition de concilier le romantisme de mes ballades d’autrefois avec ce qu’il y a de plus moderne et de plus réaliste dans mes romans. […] Ce livre s’appellera Les Liekedeeler (Likedealer, partageux ; des communistes de l’époque – l’action se situe en 1400) et mettra en scène une bande de forbans rappelant Karl Moor et ses hommes, des brigands de la mer qui se battirent sous la conduite de Klaus Störtebeker et furent tous exécutés sur le Grasbrook à Hamburg en 1402. »14

19C’était inévitable : On versa ce projet, auquel un Thomas Mann par exemple attacha un certain temps une grande importance, au crédit de la thèse selon laquelle Fontane aurait à la fin de sa vie embrassé la cause de la classe ouvrière – un parti pris que l’on ne peut nullement déduire du fragment qu’il a laissé. Les Likedeeler n’ont pourtant guère inspiré, autant que je sache, les orateurs de l’année Fontane. Et quand – exception louable – ils ont été mentionnés, cela s’est fait sans que l’on puisse dire si on les avait trouvés trop encombrants ou trop insignifiants pour servir la grande entreprise de récupération de Fontane à laquelle nous assistons. Quoiqu’il en soit, Les Likedeeler sont, avec le livre sur les Bredow, le seul projet dont Fontane ait alors sérieusement envisagé la réalisation. Puis il a pour finir préféré à l’histoire de ces rebelles qui, pour avoir voulu remettre en cause répartition des richesses et propriété privée, périrent sous la hache du bourreau, celle de cette dynastie de seigneurs féodaux qui, de siècle en siècle, n’avaient cessé d’agrandir leur domaine et d’asseoir leur domination.

20Ce choix ne s’explique pas seulement par les difficultés posées par le sujet des Likedeelers, mais aussi par l’orientation donnée par l’auteur à l’ensemble de sa vie et de son œuvre, ainsi que par la nature de son ambition littéraire, peu compatible avec ces histoires de brigands. Fontane explique son choix de la façon suivante :

  • 15 « […] einen besseren Stoff als die Bredows gibt es in der Mark Brandenburg nicht ; sie sind es, an (...)

« […] il n’y a pas dans le Brandebourg de meilleur sujet que les Bredow. C’est en se fondant sur leur exemple plutôt que sur celui de toute autre famille que l’on pourra le mieux étudier certaines vertus et – que l’on me pardonne cette remarque – certains travers typiquement brandebourgeois. »15

21Ils ne présenteraient pas, selon lui, de particularité spécifique.

  • 16 « Dafür spiegelt sich aber die jedesmalige Zeit , von Generation zu Generation, in geradezu wunderb (...)

« En revanche chaque génération reflète son époque à la perfection. »16

22Indigné par le caractère borné et pédant des études menées par les historiens régionaux du Brandebourg, il voudrait

  • 17 « Denn abgesehen von der Bedeutung der Familie […] möchte ich auch […] der Welt und der Geschichtss (...)

« montrer au monde et à l’historiographie comment traiter ce genre de sujet, en allant au fond des choses, mais sans ennuyer personne »17.

  • 18 «[…] für den modernen, gebildeten Menschen. » Lettre à Ferdinand Meyer, voir note no 3.

23À la différence de ses prédécesseurs, c’est à « l’homme cultivé de l’époque moderne » qu’il destine son étude.18

24Il ne lui vient pour autant nullement à l’idée de qualifier de « moderne » un projet méritant si peu ce prédicat. Il n’applique pas cette notion non plus aux Pérégrinations ni à aucun autre de ses travaux sur la Marche de Brandebourg, sans doute parce qu’ils tournent généralement le dos à l’époque et au monde que Fontane n’hésite pas à qualifier de moderne, c’est-à-dire avant tout l’univers du Berlin et des Berlinois de son temps.

25Dans la conversation courante, il utilisait souvent, et sans plus de précaution, le mot « moderne » pour désigner une réalité contemporaine conforme à l’esprit des temps qu’il voyait se dessiner à l’horizon. Ceci lui permet parfois de substituer à ce mot des notions à peu près synonymes, par exemple quand il formule ce reproche à l’encontre du jeune empereur Guillaume II :

  • 19 « Er glaubt das Neue mit ganz Altem besorgen zu können ; er will Modernes aufrichten mit Rumpelkamm (...)

« Il croit pouvoir instituer la nouveauté en ressortant de très vieilles antiquités ; il veut instaurer le monde moderne avec des armes de brocanteur. »19

26La notion de modernité prend de nombreux sens quand elle est, comme souvent chez Fontane, appliquée aux beaux-arts. Là où Fontane s’exprime en qualité de critique d’art, elle est pour ainsi dire son fil d’Ariane ; il reste alors attaché à l’acception traditionnelle, qui repose sur l’opposition de ce qui est neuf et moderne d’une part, et de ce qui est antique, classique ou néo-classique d’autre part.

« Le moderne s’oppose au classique ; mais l’ultra-moderne, le moins classique qu’il nous soit donné de connaître, c’est le monde berlinois »,

  • 20 « Das Moderne steht dem Klassischen gegenüber ; das Allermodernste aber, das Unklassischste, was wi (...)

constate-t-il dans le compte rendu d’une exposition de 1862 à propos de l’Iphigénie d’Anselm Feuerbach.20

27Traitant de l’opposition entre modernité et classicisme dans le domaine de la littérature, il avait, dès 1853, dans son essai sur La poésie lyrique et épique allemande depuis 1848 (Unsere lyrische und epische Poesie seit 1848, essai souvent cité, mais généralement assez mal situé dans son contexte historique), assimilé la modernité au réalisme, une esthétique qu’il estimait être à l’ordre du jour, pour laquelle il prenait parti et dont il attendait « une remarquable éclosion de l’art moderne » (« eine höchste Blüte moderner Kunst »).

  • 21 « Der Realismus in der Kunst ist so alt als die Kunst selbst, ja, noch mehr : er ist die Kunst. Uns (...)

« Le réalisme dans l’art est aussi vieux que l’art lui-même, il se confond même avec lui. L’orientation que l’art s’est aujourd’hui donnée n’est rien d’autre que le retour à la seule voie possible ; ce n’est rien d’autre que le retour du malade à la santé [… ]. »21

  • 22 « Blüte des modernen Realismus », Gustav Freytag : ‘Soll und Haben’, ibid. p. 215.

28C’est dans ce sens que Fontane appliquera durablement au roman de son époque le critère de la modernité. Quand paraîtra deux ans plus tard le best-seller Avoir et devoir (Soll und Haben) de Gustav Freytag, c’est ce roman à l’intrigue facile, prêchant la bonne parole libérale et faisant l’éloge d’une Prusse offensive, qui sera désigné comme la « fine fleur du réalisme »22. Par la suite, c’est le cycle romanesque de Gustav Freytag intitulé Les Ancêtres (Die Ahnen) qui donnera à Fontane l’occasion de poser la question des objectifs que le roman moderne doit se fixer. Un roman, écrit-il, doit,

  • 23 « Was soll ein Roman ? Er soll uns, unter Vermeidung alles Übertriebenen und Häßlichen, eine Geschi (...)

« en évitant toute exagération et toute laideur nous raconter une histoire à laquelle nous croyons. Il doit parler à notre imagination et à notre cœur et stimuler sans exciter ; il doit pour quelques instants projeter devant nos yeux un monde fictif en tout point semblable au monde réel, il doit nous faire pleurer, nous faire rire, espérer et craindre, et nous procurer pour finir l’impression d’avoir vécu parmi des êtres aimables et agréables pour certains, des personnalités fortes et intéressantes pour d’autres, parmi des êtres dont la fréquentation nous a procuré des heures de bonheur, nous a élevés, éclairés et instruits. »23

29A cette déclaration, encore fortement marquée par les conventions d’un « réalisme poétique » prônant une certaine idéalisation du sujet, succède l’énoncé de la règle suivante :

  • 24 « Der moderne Roman soll ein Zeitbild sein, ein Bild seiner Zeit. Alles Epochemachende, namentlich (...)

« Le roman moderne doit être un instantané, un reflet de son époque. Tout ce qui a fait date, tout ce que la littérature narrative des cent cinquante dernières années a produit de durable, répond pour l’essentiel à cette exigence. »24

30S’il admet, à côté du roman moderne, à l’exception de certaines variantes dramatiques et romantiques, le roman historique, c’est sans doute en pensant à lui-même, car il était en train d’achever un roman sur l’hiver 1812, Avant la tempête, un premier roman encore très proche des Pérégrinations, présenté par son auteur avec une certaine ironie comme le contraire d’un roman moderne, comme un livre

  • 25 « […] es [das Buch] ist ganz unmodern, etwas fromm, und etwas kirchlich, immer wird gepredigt und G (...)

« tout à fait démodé, avec de la piété et de la religion, un livre où les sermons se succèdent, et, plus souvent encore, Dieu merci, les déjeuners. A cela s’ajoutent des conversations littéraires, interrompues çà et là par des accès de fièvre patriotique dans le style : ’Avec Dieu, pour le Roi et la Patrie’. Rien de commun avec l’art d’un Zola, capable de décrire avec une virtuosité géniale la boutique souterraine d’un fromager de Paris. Voilà qui suffit à me juger. »25

31Dans quel milieu l’histoire racontée se déroule-t-elle ? Voilà ce qui était déterminant à ses yeux. C’est la raison pour laquelle il insista auprès de son éditeur pour qu’il renonce à supprimer les nombreux « Et » placés en début de phrase dans les propos des personnages de sa nouvelle Ellernklipp, située dans le Harz du XVIIIe siècle. « J’écris, expliquait-il, des nouvelles avec ‘et’ des nouvelles sans ‘et’ ». Cela dépend du sujet.

  • 26 « […] ich schreibe aber Mit-Und-Novellen und Ohne-Und-Novellen, immer in Anbequemung und Rücksicht (...)

« Plus il est moderne, moins il y a de ‘et’. Plus il est simple, plus il traduit la sainte innocence, plus on y trouve de ‘et’. »26

  • 27 « Aber der Compliciertheiten modernen Lebens sind so viele … ». Lettre à Otto Brahm, , 21 avril 188 (...)

32A propos de l’intrigue amoureuse d’Errements et tourments, Fontane évoque au contraire les « complications de la vie moderne ».27

33En tant qu’auteur de « romans berlinois » – terme adopté par Fontane pour désigner une sorte de genre à part – il a continué à approfondir sa réflexion sur le roman moderne. Son objectif lui semble être

  • 28 « Aufgabe des modernen Romans scheint mir zu sein, ein Leben, eine Gesellschaft, einen Kreis von Me (...)

« de représenter une façon de vivre, une société, un cercle de personnes offrant un reflet non déformé de cette vie que nous menons. Le meilleur roman sera celui dont les personnages trouvent si bien leur place parmi ceux de la vie réelle que nous ne sachions plus bien si c’est dans la vie ou dans un livre que nous les avons rencontrés. »28

  • 29 « Die moderne realistische Kunst hat nichts Besseres und trotzdem wir überall in Nacht blicken, nic (...)

34Il n’y a pas de doute : Fontane se concevait lui-même comme un romancier moderne, faisant partie de l’univers urbain et de la société modernes. Il s’est solidarisé avec les naturalistes, qu’il appelait « les modernes », du nom par lequel ils se désignaient eux-mêmes, et il leur a appliqué ses vieux schémas de pensée et sa définition de « l’art réaliste moderne »29. Mais ceci ne devrait pas nous tromper. La modernité du romancier Fontane appartenait tout à fait, dans sa conception comme dans sa réalisation, au XIXe siècle, elle obéissait aux canons de représentation et aux impératifs d’idéalisation du réalisme poétique, elle se référait beaucoup plus à Scott et à Thackerey qu’à Zola.

  • 30 « Inhaltslosigkeit als Vorbote des modernen Romans !» Walter Müller-Seidel, Theodor Fontane. Sozial (...)

35Une évolution ne s’est annoncée qu’à partir du moment où Fontane s’est détourné du roman de type classique, structuré par le déroulement d’un conflit pour se tourner vers une forme narrative nouvelle et entièrement originale. Les commentaires dont il a accompagné sa production littéraire montrent Fontane pleinement conscient de cette évolution, mais elle ne s’est vraiment accomplie que dans ses derniers romans, Les Poggenpuhl et Le Stechlin, où l’auteur réussit à mettre au point une formule vraiment nouvelle, alors que son autre tentative d’innovation, ces Likedeeler, si différents des genres jusqu’ici pratiqués par l’écrivain, n’ont pas abouti. Citons ici le mot de Müller-Seidel qui (s’appuyant sur les allégations de Fontane lui-même, parle à propos des Poggenpuhl « d’absence de contenu comme préfiguration du roman moderne »30) :

  • 31 « Das alles ist freilich […] nicht mehr die Erzählkunst des guten Alten, des ‘poetischen’ Realismus (...)

« Tout cela certes […] n’a plus rien à voir avec l’art de conter du bon vieux réalisme ‘poétique’. On ne peut pas ignorer que c’est un nouvel art du roman qui s’annonce ici. »31

36Telle est la conclusion de son interprétation du Stechlin. Il faudrait parler de ‘roman analysant une situation sociale à travers une histoire de famille’ pour s’approcher d’une définition du nouveau type de roman contemporain inauguré par Fontane.

  • 32 Lettre à Georg Friedlaender, 2 septembre 1890, in : Briefe, vol. 4, UF, p. 60.
  • 33 Ibid. Fontane se montre ici enclin à penser que les différentes formes de la noblesse urbaine ont l (...)

37Quel est le dénominateur commun des projets hétérogènes forgés par Fontane à la fin de sa vie ? Telle est la question qui se pose, si l’on refuse d’admettre qu’ils aient pu être l’expression d’un désordre conceptuel inconcevable chez un homme à l’esprit aussi clair et lucide que l’était celui de Fontane, connaissant aussi bien que lui son époque et son métier, capable de se remettre en question et conscient de ses propres contradictions. La réponse est selon toute apparence contenue dans les données liées à ce qu’il appelle « la question nobiliaire »(« die Adelsfrage »32), question à laquelle Fontane a prêté au cours des vingt dernières années de sa vie une attention croissante et qui revêtait à ses yeux une importance capitale, pour l’histoire de sa propre vie comme pour celle de son temps. Les condamnations sans appel que l’on peut lire dans ses lettres en témoignent tout autant que ses derniers romans, au nombre desquels il faut, dans cet ordre d’idées, ranger Effi Briest. Fontane y analysait non seulement la situation dans laquelle se trouvait l’aristocratie, qu’elle soit terrienne ou militaire, mais il s’interrogeait aussi sur les perspectives susceptibles de s’ouvrir à elle dans un monde moderne où, comme il le remarque froidement, telle qu’elle était, elle n’avait plus sa place.33

  • 34 « Der Stoff in seiner alten mittelalterlichen Seeromantik und seiner sozialdemokratischen Modernitä (...)
  • 35 « Adel, wie er bei uns sein sollte und wie er ist ». Lettre à Carl Robert Lessing, 8 juin 1896, ibi (...)

38C’étaient là des problèmes avec lesquels Mathilde Möhring, dernier roman berlinois, où il est question de petites gens qui ne veulent pas le rester, n’avait rien à voir. Les Likedeeler non plus avec leur « romantisme médiéval et maritime » allié à la « modernité social-démocrate »34. La saga des Bredow, que Fontane remettait sur le métier, plongeait par contre ses racines dans l’histoire de la noblesse brandebourgeoise la plus particulariste. Vu sous cet angle, La région de Friesack et les Bredow ne désavoue ni Les Poggenpuhl ni Le Stechlin, mais les complète au contraire : à l’image de « la noblesse telle qu’elle devrait être chez nous et telle qu’elle est » (mot de Fontane à propos du Stechlin)35, à l’image par conséquent du présent de cette noblesse et de son avenir incertain, il ajoute celle de son passé. L’intention de Fontane était de présenter encore une fois « au lecteur cultivé de l’époque moderne » tel qu’il se l’imaginait, le prototype d’une famille de junkers brandebourgeois. D’emblée en effet, les Bredow lui étaient apparus,

  • 36 « Sie erschienen mir, wofür ich sie auch jetzt noch halte, in ihrer Eigenart von Schlichtheit, Treu (...)

« comme la plus brandebourgeoise des familles brandebourgeoises par leurs qualités de simplicité, de fidélité et de constance sédentaire, par leur volonté toujours manifeste, et reconnaissable de génération en génération, de n’être rien d’autre qu’une vieille famille d’hommes libres »36.

  • 37 « Meine rein nach der aesthetischen und novellistischen Seite hin liegende Vorliebe  bleibt dieselb (...)

39Voilà ce que Fontane voulait écrire dans l’introduction au livre qu’il projetait. On peut en déduire que le sort et l’histoire des junkers lui ont, jusque dans ses derniers jours, bien plus tenu à cœur qu’on ne pourrait le penser en lisant ses lettres. Mais on se tromperait sur la signification de son projet si l’on voulait en déduire que Fontane revenait, en s’intéressant aux Bredow, sur le verdict sans appel prononcé dans ses lettres à l’encontre de l’aristocratie prussienne, et qu’il faudrait par conséquent réviser l’image qu’il donne de lui-même dans sa correspondance. S’il a choisi de s’en tenir à la peinture des meilleurs représentants de cette noblesse, ce n’est pas seulement parce qu’il se sentait irrésistiblement attiré par eux « sur le plan esthétique comme sur le plan littéraire »37, mais aussi parce que cette classe, cette caste, était en train, selon lui, et à son grand regret, de miner elle-même ses assises et de se couper de l’avenir, une évolution dont il aurait préféré ne pas être le témoin.

Notes

1 « Denn wie er ganz zuletzt war, so war er eigentlich. » Meine Kinderjahre, in : Autobiographische Schriften, Berlin/Weimar, Aufbau-Verlag, (AF) 1982, Chap. 16, vol. 1, p. 159.

2 « Denn was du tun willst, tue bald ! » « Als ich zwei dicke Bände herausgab », Gedichte, vol. 2, AF, p. 521.

3 « Nach zwanzigjährigem Abschwenken in Roman und Novelle habe ich vor, noch einmal zu alten Göttern (in der Tat bis auf Triglaff usw.) zurückzukehren. Ich will ein Buch schreiben, das etwa den Titel führen soll : ‘Das Ländchen Friesack und die Bredows’ ». Lettre à Ferdinand Meyer, 17 septembre (recte: 12 septembre) 1898, in : Theodor Fontane, Briefe, Frankfurt/a.M., Berlin, Wien, Ullstein-Verlag (UF), 1987, vol. 4, p. 754.

4 « Diese [in ihrer äußeren Erscheinung, P. W.] unmoderne Persönlichkeit hat unglaublich moderne Ansichten. Der Älteste unter den deutschen Literaten ist zugleich der entschlossenste Parteigänger der jüngsten. Er wird von ihnen geliebt wie kein zweiter. » Alfred Kerr, Wo liegt Berlin ? Briefe aus der Reichshauptstadt 1895-1900, édit. : Günther Rühle, Berlin, Aufbau-Verlag, 1997, p. 6.

5 « Eine tapfere Modernität zeichnete Theodor Fontane aus. » Thomas Mann, « Der alte Fontane », in : Gesammelte Werke, Berlin, Aufbau-Verlag, 1955, vol. 10, p. 491.

6 « Der moderne Roman wurde für Deutschland erfunden, verwirklicht, auch gleich vollendet von einem Preußen, Mitglied der französischen Kolonie, Theodor Fontane … » , « Theodor Fontane, gestorben vor 50 Jahren », 1948, in : Heinrich Mann, Briefe an Karl Lemke und Klaus Pinkus, Hamburg, s.d., p. 175.

7 Fontane am Ende des Jahrhunderts. Internationales Symposium des Theodor-Fontane-Archivs in Potsdam, du 13 au 17 septembre à l’hôtel Voltaire de Potsdam, forum ouvert à une soixantaine de spécialistes internationaux de Fontane, parmi lesquels Helmuth Nürnberger, Hugo Aust, Gotthard Erler (RFA), Charlotte Jolles (Royaume-Uni), Christian Grawe (Australie), Edda Sagarra (Irlande), Pierre-Paul Sagave (France), Henry Remak et Peter Paret (USA).

8 « Wir waren vor den Hohenzollern da. » Fontane place ce mot dans la bouche du vieux général des hussards von Bamme, un des héros de son premier roman Avant la tempête, in : Romane und Erzählungen, vol 1, AF, p. 307.

9 Die Marken, ihre Männer und ihre Geschichte. Um Vaterlands und künftiger Dichtung willen gesammelt und herausgegeben von Theodor Fontane. Commentaire de l’auteur : « Wenn ich noch dazu komme, das Buch zu schreiben, so hab ich nicht umsonst gelebt und kann meine Gebeine ruhig schlafen legen. » Tagebücher 1852-1858, Berlin, Aufbau-Verlag, 1994, Große Brandenburger Ausgabe (GBF), Tage- und Reisetagebücher, p. 161.

10 « Ein solcher Fleck Erde ist das beinahe inselförmige Stück Land, um das die Havel ihr blaues Band zieht. Es ist der gesunde Kern, daraus Preußen erwuchs, jenes Adlerland, das die linke Schwinge in den Rhein und die rechte in den Njemen taucht. Wohl ist es deutungsreich, daß genau inmitten dieser Havelinsel jenes Fehrbellin liegt, auf dessen Feldern die preußische Monarchie gegründet wurde. Und welch historischer Boden diese Insel überhaupt ! Entlang an den Ufern des Flusses, der sie bildet, hatten (und haben noch) jene alten Familien ihre Sitze, die, von den Tagen der Quitzows an, mehr auf Charakter als auf Talent hielten und deren Zähigkeit und Selbstgefühl, die doch nur die Typen unseres eigenen Wesens sind, wir uns endlich gewöhnen sollten mehr mit Respekt als mir Eifersucht anzusehen. Auf dieser Havelinsel und jenem schmalen Streifen Land, der nach außen hin sie umgürtet, liegen die Städte und Schlösser, darin der Stamm der Hohenzollern immer neue Zweige trieb ; liegen drei Städte, darin drei Reformatoren der Kunst das Licht der Welt erblickten : Winckelmann, Schinkel und Schadow (von denen der zweite eine Kasernenstadt in eine Stadt der Schönheit umwandelte) ; liegen die Herrensitze, darin Zieten, Knesebeck und die Humboldts geboren wurden, Zieten, der liebenswürdigste und volkstümlichste aller Preußenhelden, und Knesebeck, der in winterlicher Einsamkeit den Gedanken ausbrütete, ‘die Macht Napoleons durch die Macht des Raumes zu besiegen’. Mit diesem Havelland, dem es, wie jeder Potsdam-Besucher wissen wird, auch keineswegs an Schönheit und malerischem Reiz gebricht, möchte’ ich die Ufer des Forth vergleichen … » Jenseits des Tweed, in : Sämtliche Werk, München, Nymphenburger Verlagshandlung (NF), 1963, vol. XVII, p. 285.

11 « Das Oderland », Wanderungen durch die Mark Brandenburg, GBF, vol. 2, p. 299.

12 « Nein, es ist ein deutsches Stück, das als solches weit über die Territorien von Havel und Spree hinaus einen Siegeszug machen und alle partikularistischen Gefühle – wohin vor allem der Provinzialpartikularismus unserer altpreußischen Provinzen gehört – siegreich überwinden wird. » « Ernst von Wildenbruch : ‘Die Quitzows’ », in : Causerien über Theater. Zweiter Teil, NF XXII,2, p. 579.

13 « Aber ich werde möglicherweise pardoniert, wenn ich an dieser Stelle schon verrate, daß ich […] von einer ursprünglich geplanten Weiterführung dieser meiner Erinnerungen Abstand genommen und vor mir selber diesen zweiten Teil auch zugleich als letzten proklamiert habe. » Von Zwanzig bis Dreißig, in : Autobiographische Schriften,, vol. 2, AF, p. 7.

14 « Ich will einen neuen Roman schreiben (ob er fertig wird, ist gleichgültig), einen ganz famosen Roman, der von allem abweicht, was ich bisher geschrieben habe, und der überhaupt von allem Dagewesenen abweicht, obschon manche geneigt sein werden, ihn unter die Rubrik ‘Ekkehart’ oder ‘Ahnen’ zu bringen. Er weicht aber doch ganz davon ab, indem er eine Aussöhnung sein soll zwischen meinem ältesten und romantischsten Balladenstil und meiner modernsten und realistischsten Romanschreiberei. […] Er heißt Die Likedeeler (Likedealer, Gleichteiler, damalige – denn er spielt Anno 1400 – Kommunisten), eine Gruppe von an Karl Moor und die Seinen erinnernden Seeräubern, die unter Klaus Störtebeker fochten und 1402 auf dem Hamburger Grasbrook en masse hingerichtet wurden. » Lettre à Hans Hertz, 16 mars 1895, in : Briefe, vol. 4, UF, p. 433.

15 « […] einen besseren Stoff als die Bredows gibt es in der Mark Brandenburg nicht ; sie sind es, an denen man typisch märkische Tugenden und vielleicht auch (Pardon) kleine märkische Schwächen besser studieren kann, als an irgendeiner anderen Familie. » Lettre à Max von Bredow, 27 avril 1889, in : Briefe, vol 3, UF, p.686.

16 « Dafür spiegelt sich aber die jedesmalige Zeit , von Generation zu Generation, in geradezu wunderbarer Weise. » Lettre à Max von Bredow, 22 mai 1889, in : Dichter über ihre Dichtungen, vol. 12,1, Theodor Fontane, édit .: Richard Brinkmann en collaboration avec Waltraut Wiethölter, München, Heimeran Verlag, 1973, vol. 1, p. 807.

17 « Denn abgesehen von der Bedeutung der Familie […] möchte ich auch […] der Welt und der Geschichtsschreibung zeigen, wie man solchen Stoff überhaupt zu behandeln hat, gründlich und doch nicht langweilig. » Lettre à Heinrich Jacobi, 23 janvier 1890, in : Briefe, vol. 4., UF, p. 18.

18 «[…] für den modernen, gebildeten Menschen. » Lettre à Ferdinand Meyer, voir note no 3.

19 « Er glaubt das Neue mit ganz Altem besorgen zu können ; er will Modernes aufrichten mit Rumpelkammerwaffen. » Lettre à Georg Friedlaender, 5 avril 1897, in : Briefe, vol. 4, UF, p. 643.

20 « Das Moderne steht dem Klassischen gegenüber ; das Allermodernste aber, das Unklassischste, was wir kennen, ist das Berlinische. » « Die diesjährige Kunstausstellung 1862 », in : Aufsätze zur bildenden Kunst. Erster Teil, NF XXIII, 1, p. 245. Le catalogue de la grande exposition Fontane et les arts plastiques (Fontane und die bildende Kunst, Berlin, Henschel Verlag, 1998), présentée dans le cadre des manifestations de l’année Fontane par les musées nationaux de Berlin à la Nationalgalerie, fait ressortir que la modernité était un des leitmotivs des critiques d’art rédigées par Fontane.

21 « Der Realismus in der Kunst ist so alt als die Kunst selbst, ja, noch mehr : er ist die Kunst. Unsere moderne Richtung ist nichts als eine Rückkehr auf den einzig richtigen Weg, die Wiedergenesung eines Kranken […]. » « Unsere lyrische und epische Poesie seit 1848 », in : Literarische Essays und Studien. Erster Teil, NF XXI, 1, p. 8 sq.

22 « Blüte des modernen Realismus », Gustav Freytag : ‘Soll und Haben’, ibid. p. 215.

23 « Was soll ein Roman ? Er soll uns, unter Vermeidung alles Übertriebenen und Häßlichen, eine Geschichte erzählen, an die wir glauben. Er soll zu unserer Phantasie und zu unserem Herzen sprechen, Anregung geben, ohne aufzuregen ; er soll uns eine Welt der Fiktion auf Augenblicke als eine Welt der Wirklichkeit erscheinen, soll uns weinen und lachen, hoffen und fürchten, am Schluß aber empfinden lassen, teils unter lieben und angenehmen, teils unter charaktervollen und interessanten Menschen gelebt zu haben, deren Umgang uns schöne Stunden bereitete, uns förderte, klärte und belehrte. » Gustav Freytag :Die Ahnen’, ibid. p. 239 sq.

24 « Der moderne Roman soll ein Zeitbild sein, ein Bild seiner Zeit. Alles Epochemachende, namentlich alles Dauernde, was die Erzählungsliteratur der letzten 150 Jahre hervorgebracht hat, entspricht im wesentlichen dieser Forderung. » Ibid., p. 242.

25 « […] es [das Buch] ist ganz unmodern, etwas fromm, und etwas kirchlich, immer wird gepredigt und Gott sei dank noch häufiger zu Mittag gegessen. Dazu literarische Gespräche und dann und wann eine Eruption im Stil von ‘Mit Gott für König und Vaterland’. An Zola, der einen unterirdischen Pariser Käseladen mit genialer Bravour zu beschreiben weiß, erinnert nichts. Und das spricht mir mein Urteil. » Lettre à Hermann Kletke, 6 novembre 1878, in : Briefe, vol. 2, UF, p. 630.

26 « […] ich schreibe aber Mit-Und-Novellen und Ohne-Und-Novellen, immer in Anbequemung und Rücksicht auf den Stoff. Je moderner, desto und-loser. Je schlichter, je mehr sancta simplicitas, desto mehr ‘und’. » Lettre à Gustav Karpeles, 3 mars 1881, Briefe, vol 3, UF, p.120.

27 « Aber der Compliciertheiten modernen Lebens sind so viele … ». Lettre à Otto Brahm, , 21 avril 1888, ibid. p. 599.

28 « Aufgabe des modernen Romans scheint mir zu sein, ein Leben, eine Gesellschaft, einen Kreis von Menschen zu schildern, der ein unverzerrtes Wiederspiel des Lebens ist, das wir führen. Das wird der beste Roman sein, dessen Gestalten sich in die Gestalten des wirklichen Lebens einreihen, so daß wir in Erinnerung an eine bestimmte Lebensepoche nicht mehr genau wissen, ob es gelebte oder gelesene Figuren waren … » « Paul Lindau : ‘Zug nach dem Westen’ », [Fassung aus dem Nachlaß], in : Literarische Essays und Studien, Zweiter Teil, NF XXII, 2, p. 653.

29 « Die moderne realistische Kunst hat nichts Besseres und trotzdem wir überall in Nacht blicken, nichts heilig Leuchtenderes aufzuweisen als dieses Stück. » «  Leo Tolstoi, ‘Die Macht der Finsternis ‘», in : Causerien über Theater, Zweiter Teil, NF XXII, 2, p.727.

30 « Inhaltslosigkeit als Vorbote des modernen Romans !» Walter Müller-Seidel, Theodor Fontane. Soziale Romankunst in Deutschland, 2e édition revue et corrigée, Stuttgart, J. B. Metzler, 1980, p. 425.

31 « Das alles ist freilich […] nicht mehr die Erzählkunst des guten Alten, des ‘poetischen’ Realismus. Hier kündigt sich einen neue, eine moderne Romankunst unüberhörbar an. » Ibid., p. 456.

32 Lettre à Georg Friedlaender, 2 septembre 1890, in : Briefe, vol. 4, UF, p. 60.

33 Ibid. Fontane se montre ici enclin à penser que les différentes formes de la noblesse urbaine ont leur place dans le monde contemporain, contrairement à la noblesse proprement dite, la noblesse terrienne.

34 « Der Stoff in seiner alten mittelalterlichen Seeromantik und seiner sozialdemokratischen Modernität […] reizt mich ganz ungeheuer. » Lettre à Friedrich Holtze, 16 mars 1895, in : Briefe, vol. 4, UF, p. 434.

35 « Adel, wie er bei uns sein sollte und wie er ist ». Lettre à Carl Robert Lessing, 8 juin 1896, ibid., p. 562.

36 « Sie erschienen mir, wofür ich sie auch jetzt noch halte, in ihrer Eigenart von Schlichtheit, Treue, Seßhaftigkeit, in ihrem offenbaren, durch alle Zeiten sich hinziehenden Bestreben, nichts weiter als eine alte freie Familie sein zu wollen, als die märkischste aller märkischen Familien. » « Das Ländchen Friesack und die Bredows », in : Wanderungen durch die Mark Brandenburg, vol. 7, GBF, p. 147.

37 « Meine rein nach der aesthetischen und novellistischen Seite hin liegende Vorliebe  bleibt dieselbe, aber Verstand, Rechts- und Selbstgefühl lehnen sich gegen diese Liebe auf und erklären sie für eine Schwäche.» Lettre à Georg Friedlaender, voir note no 32.

Auteur

Germaniste, professeur émérite de l’Université Humboldt de Berlin où il détient jusqu’en 1997 la chaire de littérature allemande moderne et contemporaine, spécialiste de l’histoire de la vie littéraire et de la littérature allemande au XIXe siècle, auteur d’études et d’articles sur le naturalisme, le Berlin littéraire et Fontane, directeur de publication des études réunies sous les titres : Literarisches Leben in Berlin 1871-1933, deux volumes, Berlin 1987, et Berliner Studenten und deutsche Literatur, deux volumes des cahiers de la Wissenschaftliche Zeitschrift der Humboldt Universität, 1987 et 1989 ; édite en collaboration avec Roland Berbig la revue Berliner Hefte zur Geschichte des literarischen Lebens.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540