Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Theodor Fontane. Un promeneur dans le siècle

 | 
Marc Thuret

En guise d'introduction

Un promeneur dans le siècle

Marc Thuret

Texte intégral

Nur wer sich ändert, bleibt sich treu.
Wolf Biermann

1Un promeneur dans le siècle – mis en apposition à Fontane, ce titre évoque aussitôt l’aspect le plus populaire du personnage : celui du randonneur parcourant les montagnes d’Ecosse, les champs de bataille du Schleswig-Holstein, de Bohème et du nord de la France, et surtout, trente ans durant, sa contrée natale, le Brandebourg. L’imagerie le représentait, de son vivant déjà, presque toujours en marcheur : pèlerine sur l’épaule, bâton à la main, cache‑nez au vent. Le cliché s’est maintenu jusque dans le dessin de Günter Grass représentant Fonty, le personnage principal de son roman Toute une histoire (Ein weites Feld), un livre dont la trame est constituée par la biographie de Fontane et la chaîne par l’histoire allemande des deux derniers siècles. Mais le cliché du promeneur est, dans le cas de Fontane, valable dans le temps comme dans l’espace. Fontane a visité son siècle, le XIXe, comme un touriste bien informé, éveillé, soucieux de bien noter ses impressions et habile à les faire revivre, et d’une certaine façon, il se promène encore dans le nôtre, le xxe, dans la mesure où la notoriété et l’influence de son œuvre n’ont cessé de progresser depuis sa mort en 1898.

2Il a décrit, commenté, critiqué et illustré son temps, mais, comme le voyageur qui s’expose au climat du pays qu’il parcourt, il en a également subi l’influence. Il est un excellent témoin, mais aussi un bon spécimen de ce xixe siècle allemand, qu’il a raconté et qui revit à travers son œuvre mieux qu’à travers celle d’aucun autre de ses contemporains – son exceptionnelle postérité permet aujourd’hui, cent ans après sa mort, de le dire sans plus de précautions oratoires. Fontane est ainsi devenu (le roman de Günter Grass ne fait qu’exploiter ce phénomène) une sorte d’Allemand emblématique, reflétant dans sa biographie quelques aspects significatifs de l’histoire collective des hommes de son temps et de sa nation, en même temps qu’il s’en faisait le chroniqueur.

3Curieusement, cet Allemand emblématique est issu d’une minorité étrangère, importée en Prusse cinq générations plus tôt, en 1685, après que le Grand Electeur Frédéric‑Guillaume eut décidé d’accueillir dans sa principauté les huguenots français chassés de chez eux par la révocation de l’Édit de Nantes. Fontane comptait certes au moins trois Allemandes parmi ses ascendants, mais le nom Fontaine, transformé en Fontane par un arrière-grand-père qui voulait adapter l’orthographe à la prononciation locale, désigne aussitôt l’appartenance à la « colonie » des réfugiés huguenots, une minorité à laquelle les Fontane, les parents de l’écrivain comme l’écrivain lui‑même, sont fiers d’appartenir, et qui cultivera longtemps un certain particularisme. Les membres de la « colonie » se marient généralement entre eux, restent fidèles au culte calviniste, ornent volontiers leur allemand d’expressions françaises, entretiennent le souvenir de leurs ancêtres et dressent leur arbre généalogique avec une sorte d’orgueil nobiliaire qui les distinguera longtemps des autres bourgeois, sujets comme eux du roi de Prusse.

4Sur tous ces points, Fontane ne se distinguait pas vraiment des hommes et des femmes de sa minorité, bien qu’il n’ait jamais vécu en symbiose avec elle. Les parents du petit Theodor n’étaient pas pieux, ils vivaient dans de petites villes de province, loin des foyers de concentration de leur « colonie », et leur position sociale était médiocre. Les fortunes acquises par leurs aïeux dans des métiers solides et prosaïques, « faiseurs de bas » et « potiers d’étain », s’étaient dissipées, de même que l’esprit de discipline et d’économie grâce auquel elles s’étaient constituées : le père de Theodor, Louis Henri, et son frère, l’oncle August, avaient l’un et l’autre une fâcheuse tendance à vivre systématiquement au‑dessus de leurs moyens, à dissiper leur argent au jeu ou en spéculations hasardeuses, à vendre enfin les biens hérités ou acquis pour déménager et tenter de nouveaux départs sur des bases toujours plus incertaines...

5Le jeune Theodor assista chez ses parents, à Swinemünde, petit port de la Baltique où son père tenait une pharmacie, puis à Berlin chez l’oncle August, qui l’accueillit pendant une partie de sa formation, à ce glissement progressif d’existences bourgeoises vers la bohème, voire la marginalité, un processus qu’il décrit du reste dans ses souvenirs d’enfance (Meine Kinderjahre) et de jeunesse (Von Zwanzig bis Dreißig) avec plus d’humour que d’indignation. Fontane manifesta toute sa vie une solide aversion contre l’esprit bourgeois, « l’adoration du veau d’or » (Anbetung des goldenen Kalbes), la « mentalité du bas de laine » (Geldsackgesinnung) et l’atrophie des qualités humaines qui en est l’inévitable conséquence. La manière dont l’écrivain évoque dans ses souvenirs l’aimable incurie de son père, les facéties et petites filouteries de son oncle, les désordres d’une famille irrémédiablement engagée sur la pente de la décadence, est somme toute assez indulgente. Fontane voyait sans doute dans cette forme de bohème anticonformiste une préfiguration de sa propre vie, elle aussi précaire, instable, vouée à une vocation d’artiste aussi contraire aux principes de bonne économie domestique que la passion du jeu.

6Non, rien décidément ne destinait Fontane à devenir cet Allemand emblématique que Günter Grass met en scène dans son roman, cet ancêtre de la nation, chenu, digne et souriant, que popularisent les biographies illustrées, les affiches d’exposition, les tracts et les cartes postales. Il allait cependant le devenir par le cours difficile de sa carrière, par l’histoire tourmentée et assez caractéristique de ses rapports avec l’Etat.

7La dégradation du statut social de la famille Fontane se traduit pour le jeune Theodor par de graves lacunes dans sa formation. Ses années d’enfance à Swinemünde sont décrites dans son livre de souvenirs comme celles d’un garçonnet à demi sauvage, recevant sporadiquement une instruction faite de pièces et de morceaux, partiellement prise en main par son père, qui composait ses programmes en fonction de quelques‑uns de ses dadas (la saga napoléonienne, ses batailles, ses maréchaux), bien plus qu’avec le souci d’armer son fils pour la vie. L’argent manquait qui aurait pu permettre au jeune Theodor d’accéder à l’enseignement supérieur. Il aurait aimé étudier l’histoire. Il dut choisir un apprentissage. La tradition familiale l’orientait vers la pharmacie, un métier qui s’apprenait alors hors de l’université, essentiellement par la pratique, et qui ne débouchait sur l’état d’apothicaire que si l’on pouvait réunir la somme nécessaire à l’achat d’une officine. La situation financière des Fontane, criblés de dettes et parents de cinq enfants, comme celle du jeune homme, qui manifesta très tôt lui aussi son incapacité à accumuler des capitaux, interdisait d’envisager un tel investissement. L’apprentissage de Theodor ne pouvait le destiner qu’aux fonctions subalternes et médiocres de préparateur et vendeur en pharmacie. Il les exerça une douzaine d’années, entre 1836 et 1849, si l’on inclut dans sa carrière de pharmacien un apprentissage qui se distinguait à peine de la vie professionnelle, et si l’on en retranche une pause d’un an pour un service militaire au cours duquel le jeune homme eut pour la première fois l’occasion de se rendre en Angleterre, ainsi que divers congés de maladie ou pour convenances personnelles.

8Pendant ces années, le jeune Fontane s’est résigné à sa condition tout en cherchant à s’en évader par la lecture, la littérature et la poésie, qu’il cultivait en dilettante, réussissant ici et là à placer ses textes, vers et prose, dans des feuilles locales. Il se forme lui‑même, conscient des lacunes de son éducation, et réussit à acquérir en peu d’années une culture étonnamment vaste, mais atypique, tournée vers l’histoire et les littératures modernes, vers les littératures anglaise et allemande surtout, à l’intérieur desquelles il privilégie quelques auteurs qu’il vénère : Shakespeare, Walter Scott, Schiller et Lenau. Il retient par cœur des pans entiers de leurs œuvres. Il les cite abondamment dans une partie de ses écrits.

9Le jeune Fontane participe aussi, sans vraiment s’en rendre compte, à la fermentation politique qui, dès les premières années du règne de Frédéric-Guillaume IV, monté sur le trône de Prusse en 1840, semble annoncer la révolution de 1848. Il adhère à des clubs portant des noms de poètes, Platen, Lenau, Herwegh, considérés comme des chantres de cette liberté à laquelle les sujets des princes allemands aspirent confusément. Au même moment cependant, il est introduit (en 1843) par son ami Bernhard von Lepel, hobereau brandebourgeois, officier de la garde et poète, solidement installé dans les convictions conservatrices de sa caste, au club littéraire berlinois baptisé « Tunnel sur la Spree ». Cette « association du dimanche » réunissait des écrivains et des artistes de notoriété locale et de simples amateurs, tous soucieux de maintenir les belles lettres à l’écart de la politique et cultivant, contre l’esprit du temps, un traditionalisme prussien fortement teinté de conservatisme. C’est dans ce cadre, si opposé aux préférences spontanées du jeune homme, que Fontane va trouver ses premiers admirateurs, ses premiers soutiens et quelques‑uns des amis auxquels il restera le plus solidement attaché.

  • 1 Lettre du 22 septembre 1848 de B. v. Lepel à Fontane, partiellement reproduite dans G. Radecke et W (...)
  • 2 Voir la thèse de Charlotte Jolles dirigée par Julius Petersen, Fontane und die Politik, Berlin 1936 (...)

10Quand survient la révolution de 1848, le poète, vingt‑neuf ans, s’enthousiasme et s’engage pour les causes défendues par les insurgés : liberté d’expression, démocratie, unité de l’Allemagne, de façon beaucoup plus active et radicale, comme on le sait aujourd’hui, qu’il n’a voulu en convenir dans ses mémoires. Il se trouve alors dans un singulier porte‑à-faux par rapport aux hommes qu’il fréquente et qui le soutiennent. Quelle tendance va l’emporter dans le cœur et dans l’esprit de l’écrivain ? Le « républicanisme rouge » que son ami Bernhard von Lepel croit reconnaître dans ses convictions et qu’il lui reproche1 ? Le légitimisme monarchiste et conservateur d’une partie de ses amis du « Tunnel » ? La réponse à cette question divise aujourd’hui encore les amis et les spécialistes de Fontane. L’ambiguïté des opinions de l’écrivain pose un problème sur lequel la recherche universitaire s’est penchée dès qu’elle a commencé, dans les années vingt, à s’intéresser à Fontane2, sans jamais cependant pouvoir clairement rattacher l’écrivain à un camp ou à l’autre.

11Il va de soi qu’il y eut, aussi longtemps que l’Allemagne fut divisée, une lecture est‑allemande de l’écrivain, cherchant à faire apparaître chez lui des idéaux proches de ceux du socialisme, opposée à une lecture ouest-allemande, plus disposée à souligner ses goûts traditionalistes et son individualisme apolitique. Cette opposition se retrouve jusque dans le présent volume où sont illustrées et défendues les deux thèses, l’article de Gilbert Krebs s’attachant à montrer, en substance, que Fontane n’a jamais renié qu’en apparence et par opportunisme ses idéaux de jeune révolutionnaire quarante‑huitard, celui de Jürgen Ritte soulignant au contraire la prédominance dans une partie de son œuvre au moins de sentiments conservateurs : attachement au passé et à la tradition, horreur de la violence iconoclaste, mépris des manifestations de décadence inhérentes, selon lui, au monde moderne.

12Depuis 1845, Fontane était fiancé avec une jeune Berlinoise, Emilie Rouanet, dont il avait fait la connaissance dans le milieu vaguement interlope de l’oncle August. C’était une enfant naturelle, issue elle aussi, par sa mère, de la « colonie » française. Emilie, élevée par un père adoptif aux mœurs bohèmes, avait traversé une enfance plus chaotique encore que celle de Theodor, et elle aspirait passionnément à trouver dans le mariage la respectabilité et la sécurité dont elle avait été si cruellement privée jusque là. Elle devra attendre près de cinq ans pour que son fiancé qui, depuis 1849 recherchait vainement un emploi salarié stable propre à le délivrer de son métier d’aide‑apothicaire, propre aussi à lui assurer les bases économiques nécessaires à la fondation d’une famille comme à la réalisation de ses ambitions littéraires, puisse enfin lui proposer une date de mariage : le 6 octobre 1850, deux mois après l’entrée du jeune homme au ministère de l’intérieur. Un de ses compagnons du « Tunnel », le conseiller Merckel, conservateur grand teint, auteur en 1848 d’un petit hymne contre-révolutionnaire proclamant :

  • 3 « Gegen Demokraten/Helfen nur Soldaten », conclusion du poème Die fünfte Zunft, in : Zwanzig Gedich (...)

« Contre les démocrates,
Le seul remède, ce sont les soldats »3,

venait d’offrir à l’éternel fiancé un poste dans une institution gouvernementale récemment créée : un « Cabinet littéraire » (Literarisches Kabinett) chargé de surveiller et d’influencer les journaux écrits et diffusés en Prusse. Fontane avait abandonné toute illusion sur l’avenir du mouvement révolutionnaire. Après un court passage dans la presse d’opposition, il avait renoncé à l’espoir de vivre de sa plume tout en défendant ses idées. Il accepta donc, sans trouble excessif de sa conscience, la mission à caractère clairement réactionnaire que lui proposait Merckel, avec l’espoir, il est vrai, qu’il nourrira longtemps encore, de pouvoir exercer sa fonction sans engager sa personne et de réaliser en toute quiétude, sous la protection du pouvoir en place, une vocation poétique dispensée de tout impératif commercial. Fontane versifiait alors pour les amateurs éclairés réunis au « Tunnel », où ses ballades de style néo‑romantique recevaient le meilleur accueil. Il allait désormais pouvoir, pensait‑il, poursuivre devant ce cénacle sa brillante mais peu rémunératrice carrière, accéder peut‑être, sans traversée du désert, à un public plus large, conciliant ainsi de la façon la plus heureuse les attentes de sa jeune femme et sa vocation d’artiste. Espoirs bientôt cruellement déçus.

  • 4 « Ich habe mich heut der Reaction für monatlich 30 Silberlinge verkauft. » Lettre à B. v. Lepel, 30 (...)

13Le havre de paix qu’il croyait avoir atteint avec son accession à des fonctions ministérielles et avec le mariage n’était qu’un court passage menant vers une vaste zone de tempêtes. Le gouvernement fut réaménagé, le « Cabinet littéraire » dissous, Fontane congédié quatre mois à peine après son entrée dans la fonction publique, deux mois après ses noces. Un premier enfant naissait avant que le jeune père de famille ait pu retrouver un nouvel emploi, dans la presse gouvernementale cette fois, toujours au service de la réaction, conduite à présent par le ministre Manteuffel, resté célèbre dans l’histoire pour avoir porté à son paroxysme la volonté de surveillance tatillonne et bureaucratique de l’Etat prussien. Fontane ne tarda pas à souffrir à son poste de la malveillance soupçonneuse de ses supérieurs, de la stérilité de sa tâche et du sentiment de s’être « vendu à la réaction pour trente deniers d’argent par mois »4. Contrariétés professionnelles, menaces de licenciement et soucis domestiques pèsent sur l’humeur et la santé du poète et de sa femme : Emilie met cinq enfants au monde entre 1851 et 1856, tous des garçons, deux seulement survivront ; une fille et un fils naîtront encore, l’une en 1860, l’autre en 1864 ; l’argent manque toujours, la parenté jase et critique au lieu d’aider. Fontane ne parvient à se soustraire aux désagréments de ses tâches ministérielles qu’en se faisant prescrire congés de maladie et séjours de cure.

14Par deux fois aussi, il obtient de ses supérieurs la faveur d’être envoyé à Londres comme agent et correspondant de la presse gouvernementale ou officieuse, pour six mois en 1851, pour près de quatre ans en 1855. Mais il est chaque fois investi d’une mission impossible : influencer l’opinion dans un sens favorable au gouvernement par le biais de correspondances, puis de revues de presse faussement indépendantes. Ces tâches d’une difficulté extravagante ne faisaient que transposer Outre‑Manche le surmenage et les frustrations dont l’écrivain souffrait à Berlin. Ces années difficiles, compliquées de soucis matériels et de conflits conjugaux, ont néanmoins formé l’écrivain. Il découvre à Londres la réalité rude et fascinante de la plus grande ville du monde, le rythme de l’ère industrielle, les mœurs et les règles d’une société plus moderne, plus libre et pourtant plus inhumaine encore que celle qu’il a quittée. Dans la campagne anglaise et en Ecosse, qu’il prend le temps d’explorer en 1858, ce sont des paysages et des monuments chargés d’histoire qui retiennent son attention. Il consigne ses découvertes dans des articles et dans des notes d’où seront tirés trois livres : Un été à Londres (Ein Sommer in London) publié en 1854, entre ses deux séjours en Grande‑Bretagne, puis Impressions d’Angleterre (Aus England) et Au‑delà de la Tweed (Jenseits des Tweed), publiés en 1860, un an après son retour en Allemagne.

15Avec ces livres, Fontane inaugurait un genre qui lui est particulier, et auquel il allait désormais consacrer une très grande partie de son œuvre : la « pérégrination », le récit de voyage mêlant descriptions des lieux, anecdotes, retours sur l’histoire et mémoires de touriste. L’auteur abandonne le manteau du poète pour revêtir la pèlerine du randonneur qui observe, décrit et raconte. Fontane devient à Londres ce « promeneur dans le siècle » qui semble déambuler aux côtés du lecteur et deviser avec lui, pratiquant avant la lettre, comme le note Jürgen Ritte dans son article, ce « réalisme des circonstances » qui nourrira une partie de la prose moderne.

16Au cours des années passées en Angleterre, la vocation de l’écrivain s’est précisée et confortée. De retour à Berlin en janvier 1859, peu après la fin du gouvernement Manteuffel, Fontane abandonne la recherche de postes ministériels. Il renonce sans grands regrets à la sinécure que son ami Paul Heyse lui faisait miroiter à la cour du roi de Bavière. Hormis un bref passage au siège de secrétaire perpétuel de l’Académie de Berlin en 1876, il ne demandera plus à l’Etat de subventionner sa vie de poète. Il vivra de sa plume en assumant la seule carrière susceptible de nourrir un écrivain sans renom : celle de journaliste. Mais Fontane choisit aussi de prêter au publiciste qu’il va devenir son ambition de poète. Il s’y essaye à travers des textes qui ne sont d’abord que la transposition sur le sol natal de ses comptes rendus de touriste visitant l’Angleterre et l’Ecosse.

17Ses premières descriptions des sites et de l’histoire du Brandebourg, rédigées l’année de son retour à Berlin, sont lues au « Tunnel » avec le plus grand succès. Elles inaugurent un genre et un cycle de production auxquels l’écrivain allait bientôt devoir une certaine notoriété et auxquels il restera fidèle pendant près de trente ans. Ces chroniques, d’abord placées dans le feuilleton de diverses publications de la presse régionale, furent réunies en quatre volumes, parus sous le titre Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg (Wanderungen durch die Mark Brandenburg) en 1861, 1864, 1872 et 1881, auxquels vint s’ajouter un cinquième tome paru en 1888 sous le titre Fünf Schlösser (Cinq châteaux). Fontane y poursuivait un triple projet : révéler les mérites d’une région méconnue en Allemagne, composer une encyclopédie de la vie, de l’histoire et des curiosités locales, et créer, en dépit du prosaïsme du sujet et de l’entreprise, par la clarté du style et la poésie du langage, une œuvre d’art – une ambition que l’écrivain ne réalisera pas bien sûr dans toutes les parties de cette chronique monumentale, fourmillant de précisions géographiques, historiques, économiques, statistiques, et de détails anecdotiques.

18Ces livres ont eu (et ont de nouveau) un succès considérable, proportionnel sans doute au développement d’une région qui était en train de devenir (et qui redevient aujourd’hui) le cœur de l’Allemagne. Ils ont attiré sur Fontane l’attention des patriotes locaux et des amoureux de Berlin, un public qui se recrutait bien moins, comme l’auteur des Pérégrinations put le constater à travers les hommages qui lui furent rendus pour son soixante-dixième anniversaire, parmi les hobereaux brandebourgeois pour lesquels il croyait avoir écrit ces chroniques régionales, que parmi les représentants du Berlin moderne : jeunes intellectuels engagés dans le mouvement naturaliste, bourgeois cultivés et nouveaux riches de la banque, du commerce et de l’industrie, très souvent d’origine juive, qui tous se considéraient comme des citoyens de la nouvelle Allemagne, et non plus comme des sujets du roi de Prusse.

19Les premières Pérégrinations avaient pourtant été publiées dans la Gazette de la Croix (Neue Preußische Zeitung alias Kreuz‑Zeitung), l’organe des ultras, fondé en 1848 pour faire entendre, contre le tumulte révolutionnaire, la voix des hobereaux prussiens agrariens, protestants, particularistes et légitimistes. Fontane entra lui‑même dans la rédaction de ce quotidien en juin 1860, à l’instigation de son compagnon du « Tunnel », l’écrivain et publiciste prussophile et conservateur George Hesekiel. Il y resta dix ans, avec la charge de « l’article anglais » – et de quelques autres tâches rédactionnelles probablement aussi.

  • 5 Sur l’affaire du bulletin de vote voir l’article de Hubertus Fischer, « ’Mit Gott für König und Vat (...)

20L’engagement de Fontane pour la feuille réactionnaire qui le faisait vivre, et qui lui assura, selon ses propres dires, les dix années les plus paisibles et les plus heureuses de sa vie, fait aujourd’hui l’objet de recherches et de controverses que rien n’a encore tranchées. Les uns, prêtant foi aux propos de l’auteur lui‑même, pensent qu’au cours de ces années il s’est tenu, fidèle à la règle de Talleyrand – « surtout pas de zèle » – à l’écart de tout engagement partisan. Les autres, forts du fait que l’on sait, depuis la découverte en 1987 d’un bulletin de vote portant le nom de Fontane, que l’écrivain a été candidat du parti conservateur aux élections de 1862 pour le renouvellement de la chambre basse du Landtag de Prusse, veulent réviser l’image que le mémorialiste donne de lui‑même et tendent à estimer beaucoup plus grande qu’on ne l’avait cru jusqu’alors la part qu’il prit à la rédaction de la Gazette de la Croix.5 Heide Streiter‑Buscher, qui évoque ici la présence de Bismarck dans l’œuvre de Fontane, a versé au débat une documentation essentielle en livrant au public en 1996 deux gros volumes de Fausses correspondances (Unechte Korrespondenzen) réunissant les articles écrits par Fontane dans son rôle de « correspondant » de la Gazette de la Croix. Le Fontane de gauche, crypto‑révolutionnaire, conservateur par opportunisme, s’oppose, ici encore, au Fontane de droite, « chantre et poète de la Prusse », pour reprendre la formule que le professeur Rovan voulait donner en titre à sa contribution au colloque.

  • 6 « […] aber die Sache [Der Deutsche Krieg von 1866] ist mir keine Herzenssache. » Lettre à Wilhelm H (...)

21Au dossier de l’écrivain qui garde le cœur à gauche malgré tout, il convient de verser non seulement les remarques consignées par Fontane dans ses lettres et dans ses souvenirs, mais aussi le fait qu’il quitta de lui‑même la rédaction de la Gazette de la Croix avec l’intention explicite de reconquérir son indépendance et de pouvoir enfin vivre de sa plume sans égard pour le parti de son employeur. Peu de temps après sa démission, il a l’occasion d’entrer comme critique de théâtre à la Vossische Zeitung, journal de la bourgeoisie libérale de Berlin, poste à partir duquel il observera et soutiendra les efforts de modernisation du style théâtral en Allemagne et la révolution naturaliste de l’année 1889. Mais Fontane envisage surtout, peu après avoir tourné le dos à la Gazette de la Croix – on est en 1870, la France vient de déclarer la guerre à la Prusse – de s’établir sur le marché du livre comme chroniqueur de guerre. Il a en effet publié, à la satisfaction de son éditeur, en 1866 et en 1870, des descriptions aussi minutieuses et exhaustives qu’elles pouvaient l’être des campagnes de 1864 contre les Danois : La guerre dans le Schleswig‑Holstein (Der Schleswig-Holsteinsche Krieg) et de 1866 contre l’Autriche : La guerre interallemande (Der Deutsche Krieg). Il envisage de faire la même chose pour La guerre contre la France (Der Krieg gegen Frankreich), titre d’un ouvrage qui paraîtra en quatre volumes entre 1873 et 1876, un monument de précision logistique, technique et historique, auquel l’écrivain travaille six ans durant avec un sérieux et une abnégation d’autant plus remarquables qu’il confessait que ces tâches de chroniqueur de guerre « ne lui tenaient pas vraiment à cœur »6. Il semble avoir ainsi voulu s’infliger lui-même une dernière fois, avant d’oser la carrière qui lui tenait vraiment à cœur, celle de romancier de l’Allemagne moderne, les épreuves et les châtiments que l’Etat prussien réservait à ses enfants trop prompts à s’émanciper.

  • 7 « Es ist dem Untertanen untersagt den Maßstab seiner beschränkten Einsicht an die Handlungen der Ob (...)

22Dans toute cette partie de sa biographie, Fontane apparaît bien, ainsi que le souligne Günter Grass dans son roman Toute une histoire, comme un représentant typique de son temps et de sa nation. Il est un sujet pensant et autonome dans un Etat dont la première ambition est de prolonger l’ordre absolutiste hérité du passé. Il aspire à la liberté et à la réalisation de lui-même dans une société qui a inscrit ordre, discipline et soumission sur les Tables de sa Loi. Il ne parvient que par étapes à s’affranchir de la règle sur laquelle se fondait la conception prussienne de l’autorité monarchique : l’interdiction faite à tout sujet du prince « de mesurer les actes de ceux qui le gouvernent à l’aune trop courte de son jugement »7. Le révolutionnaire déçu « se vend à la réaction », comme Faust à Méphisto, tout en cherchant à préserver son âme par des techniques ressemblant fort à celles de « l’émigration intérieure » que pratiqueront ses petits‑enfants sous le Troisième Reich. Humain, trop humain, il justifie ses compromissions avec un pouvoir qu’il critique par les exigences de sa vie de famille, il aménage autour de sa personne intime une de ces « niches » qui, quelques générations plus tard encore, aideront les citoyens de RDA à trouver la vie supportable dans leur « dictature commode », pour reprendre l’expression de Günter Grass. Évoquant son interminable traversée du désert, Fontane écrit en 1893 à son ami Friedlaender :

  • 8 « Daß ich das alles gleichgültig hingenommen hätte, kann ich nicht sagen, ich habe darunter gelitte (...)

« Je ne peux pas dire que tout cela ne m’ait rien fait, j’en ai souffert ; mais, d’un autre côté, je suis aussi en droit de dire que je n’en ai pas beaucoup souffert. Et la raison en était, la raison en est encore, que j’ai toujours eu un sens très prononcé de l’inévitable. J’ai pris la vie comme elle s’est présentée et je me suis soumis à ses exigences. C’est‑à‑dire : aux yeux du monde, non pas en mon for intérieur. »8

  • 9 « […] mein Buch zeigt nirgends eine unwürdige Gesinnung und es ist mindestens unpassend mir mehr od (...)

23Une chanson populaire allemande bien connue ne proclame‑t‑elle pas que « Les pensées sont libres », que « Nul ne peut les deviner »? Fontane ne cesse jamais d’être pour lui‑même et pour ses proches, comme son journal et sa correspondance en font foi, un être libre et indépendant. Rien n’échappe à son esprit critique, que stimule même un certain goût de la contradiction, mais il renonce à partir en guerre contre plus fort que lui : l’esprit du temps, la pression sociale, le poids des traditions. Et puis il a horreur du désordre et n’éprouve par conséquent qu’assez peu de scrupules à servir un gouvernement, puis un parti, dont la défense de l’ordre justement est la priorité ... De tels exercices de division de la conscience sont périlleux ; l’histoire des deux dictatures allemandes le montre assez bien, et Fontane lui‑même n’échappera pas tout à fait à la contamination de l’esprit par la fonction – certaines déclarations de sa correspondance des années soixante et une partie de ce qu’il a écrit pour la Gazette de la Croix, même si une certaine incertitude plane sur l’étendue exacte de ce corpus, le montrent bien. Mais Fontane a su changer de camp, ou plutôt hésiter entre les camps, sans perdre sa dignité, sans « révérence servile », comme il l’écrit en réponse aux attaques de la presse libérale qui lui reprochait en 1863 de s’être mis à la solde des ultras en rédigeant ses Pérégrinations.9 Il sait formuler ses hésitations comme ses convictions avec une netteté et une lucidité surprenantes, souvent aussi avec un humour et une distance ironique qui semblent vouloir dire : ceci n’est que ma certitude du moment ; une opinion sincère est une opinion éphémère, le temps et l’expérience m’en imposeront d’autres sans doute, ou, comme le chantera Wolf Biermann un siècle plus tard :

« Seul celui qui change reste fidèle à lui‑même. »

24Fontane adoptera en effet, si on relève les positions déclarées dans sa correspondance, rapportées dans son œuvre autobiographique ou suggérées dans ses romans, à peu près toute la gamme des opinions représentées en Prusse, puis en Allemagne, tout en laissant entendre qu’aucune n’est vraiment la sienne. Le vieux Stechlin, autoportrait et porte-parole à peine déguisé de l’auteur, n’est du reste pas peu fier de sa collection de girouettes. Fontane expose avec la même fierté dans son œuvre la panoplie de ses contradictions politiques et manifeste sur ce point un individualisme reflétant une solide tradition de l’intelligence allemande. Comme la plupart de ses contemporains, il distingue volontiers « Gesinnung » – sentiment intime, conviction profonde – de « Parteinahme » – prise de position et action politique. Ces dernières comptent peu, elles ne sont que d’opportunité et de surface. Elles ne disent rien sur les qualités proprement humaines, les seules qui comptent aux yeux de l’écrivain, qui ne s’intéresse en définitive à la politique que parce que rien de ce qui est humain ne doit être étranger à un artiste, mais qui, dans le fond de son cœur, la méprise.

  • 10 An den Märzminister Graf Schwerin‑Putzar. Le comte Schwerin avait défendu, face au gouvernement qui (...)
  • 11 « Wählte Ungnade, wo Gehorsam nicht Ehre brachte. » Epitaphe de Johann Friedrich Adolf von der Marw (...)

25Sa conviction profonde, Fontane l’exprime à travers un éloge constant des individus qui ont su, quel que soit leur camp, rester eux‑mêmes et écouter, quelles que soient les circonstances, la voix de leur conscience, comme le comte Schwerin auquel l’écrivain rend hommage dans un poème de 184910, ou comme cet Adolf von der Marwitz, cité dans les Pérégrinations, qui « choisit la disgrâce là où l’obéissance n’apportait pas l’honneur »11. Fontane se situe dans la même tradition et résume son propre code moral dans les vers suivants, mis en exergue d’un des chapitres du Journal de captivité (Kriegsgefangen) :

  • 12 « Es kann die Ehre dieser Welt

« Ton propre honneur ne peut dépendre
Des honneurs de ce monde,
C’est en toi‑même que doit vivre
Ce qui te maintient et t’élève vraiment. »12

  • 13 « Bei dem Fritzen‑Denkmal stehen sie wieder,

26Dans l’histoire compliquée et contradictoire des rapports de Fontane avec l’Etat et les autorités, c’est surtout cet aspect‑là que la postérité a choisi de retenir : celui de l’écrivain qui, dans l’adversité, sut manifester la dignité d’un homme libre et exprimer toujours de la façon la plus lucide sa conviction intime. On cite volontiers à ce propos sa résistance aux emballements chauvins et francophobes de l’opinion pendant la guerre de 1870‑1871, le ton mesuré de ses jugements sur la France et les Français dans les trois livres qu’il a consacrés à « l’année terrible », ses exhortations à la retenue et à la paix glissées dans un poème de circonstance sur le retour des troupes victorieuses.13 Fontane a donné l’exemple d’un homme qui sut, sans poser au héros ni jouer les martyrs, résister à l’emprise de l’État sur l’individu, servir le pouvoir sans se renier et se tirer somme toute avec les honneurs des conflits de conscience que les régimes autoritaires infligent aux individus. C’est une des raisons pour lesquelles le public allemand admire et aime Fontane et s’identifie volontiers avec lui.

  • 14 « Zu Weihnachten erschienen meine Kinderjahre mit dem bekannten Erfolg meiner Bücher : tüchtig gelo (...)
  • 15 « […], die große Lesergemeinde, die F[ontane] liebt », lettre de Joseph Ettlinger à Friedrich Fonta (...)

27Je passe sous silence les péripéties de ses voyages en France : l’arrestation de l’écrivain et sa détention dans les prisons de la partie non occupée de la France en guerre à l’automne 1870, puis ses pérégrinations à travers la partie occupée du pays vaincu au printemps 1871. Ces épisodes sont évoqués plusieurs fois dans les articles du recueil. La contribution de Jürgen Ritte souligne aussi que c’est à ce moment-là que se situe la mutation du journaliste, chroniqueur de l’histoire locale et des guerres nationales, en romancier de l’époque moderne. Sur les causes de cette mutation, un des phénomènes les plus curieux de l’histoire de la littérature allemande, la recherche fontanienne n’a pas manqué de formuler les hypothèses les plus diverses, les unes s’inspirant de considérations sociologiques, les autres psychologiques, certains constatant la discontinuité, d’autres montrant au contraire l’unité de cette œuvre en deux parties. Le phénomène est évoqué dans la contribution de Peter Wruck, qui s’interroge sur les raisons qui ont amené Fontane à reprendre à la fin de sa vie le fil de ses pérégrinations brandebourgeoises, abandonné pendant dix ans au profit de sa nouvelle carrière de romancier. Je me contenterai de souligner ici, comme tous ceux qui évoquent la carrière de Fontane, le caractère tardif de cette métamorphose. Ce n’est qu’au cours du dernier quart de sa vie que l’écrivain réalise la part de son œuvre qui assurera sa postérité : dix‑sept romans et récits, tous parus en feuilletons dans différents journaux, revues et « feuilles familiales » (Familienblätter), puis révisés par l’auteur avant leur réédition, la même année le plus souvent, sous forme de livre. Le public contemporain de ces premières parutions les accueillit d’abord avec une certaine indifférence. On ne semble pas avoir vraiment distingué ces œuvres de la masse de la littérature triviale publiée, comme ces fictions que l’auteur des Pérégrinations s’était lui aussi mis à écrire, en romans feuilletons. L’écho resta longtemps médiocre en dépit du petit parfum de scandale entourant ces récits d’amours hors caste et d’adultère, et malgré l’assez bon accueil d’une partie de la critique. « Éloges généreux, ventes médiocres »14, c’est ainsi que l’auteur résume le bilan de ses succès. Ce n’est qu’en 1895, trois ans avant la mort de l’écrivain, que Effi Briest apporte enfin à l’auteur aisance et notoriété dans toute l’Allemagne. Ce livre impose définitivement Fontane à l’attention et à l’estime du public et de la critique, et bientôt à l’histoire de la littérature. Les œuvres suivantes, le petit récit satirique dépeignant des scènes de la vie des Poggenpuhl (Die Poggenpuhls, 1896), nobles et nécessiteux, les souvenirs De vingt à trente ans (Von Zwanzig bis Dreißig, 1898), et deux publications posthumes : Le Stechlin (Der Stechlin, 1898), véritable testament de l’auteur, le plus nostalgique et le plus moderne de ses romans, et le petit roman Mathilde Möhring (1906) sont accueillis dès leur parution par « la grande communauté des lecteurs qui aiment Fontane », pour reprendre l’expression de l’éditeur de ce dernier livre15, comme des classiques.

28L’histoire de la carrière de Fontane est celle d’une vocation retardée, et elle ressemble en cela à celle de cette « nation retardée » qu’a été l’Allemagne du xixe siècle. Trop longtemps fixé sur une conception noble, mais archaïque de la littérature, Fontane persévère dans une voie ne correspondant vraiment ni à son talent, ni à son besoin d’indépendance économique, ni à son tempérament d’homme libre, ni enfin à l’attente du public. Il hésite à abandonner sa défroque de sujet prussien. Il n’accède, comme beaucoup de ses contemporains, que tardivement à la conscience du citoyen d’un Etat moderne, prêt à appliquer « l’aune de son jugement » à la conduite de sa propre vie et non pas seulement à l’expression de ses pensées intimes, entre les lignes de ses poèmes et dans sa correspondance privée. Cette ascension lente et difficile à une fructueuse émancipation de l’esprit reproduit à l’échelle individuelle le mouvement de toute la nation allemande. Fontane s’élève au rang de premier romancier de l’Allemagne moderne au moment même où celle‑ci se taille la place de première nation industrielle et scientifique de l’Europe. Il parvient à son but grâce aux vertus – concentration, persévérance, ambition – dont ont également fait preuve les hommes de science, ingénieurs et industriels qui ont bâti la puissance du Reich – et en manifestant à peu près les mêmes incertitudes, les mêmes naïvetés et les mêmes faiblesses dans l’engagement politique que la plupart d’entre eux. L’idée du roman de Günter Grass : raconter l’Allemagne à travers la vie de Fontane est à la fois le fruit d’une heureuse inspiration et l’expression d’une évidence.

29L’histoire de cette vocation retardée invite à appliquer à l’écrivain la remarque qu’il émettait à propos de son père :

  • 16 « Denn wie er ganz zuletzt war, so war er eigentlich. » Meine Kinderjahre, chap. 16, HF III, 4, p. (...)

« Ce n’est que tout à la fin qu’il fut vraiment lui‑même. »16

30Le vrai Fontane est le dernier Fontane ; et le dernier Fontane est non seulement le meilleur, mais aussi, comme Eliane Kaufholz-Messmer le montre à travers son analyse des réflexions qui ont accompagné sa carrière de romancier, le plus moderne. Le voyageur dans le siècle accède, après sa longue pérégrination de poète prussien, à la conscience des problèmes théoriques et pratiques qui se posent au romancier des temps modernes, problèmes qu’il résout à sa façon, sans provocations avant‑gardistes, mais avec originalité et élégance : un minimum d’action, peu de descriptions, jamais de jugements ; Fontane laisse parler ses personnages, leurs portraits se dégagent de leurs propos, à peine rehaussés des commentaires de l’auteur. A cette nouveauté de la technique romanesque s’ajoute une particularité bien mise en relief dans les articles de Monique Dubar et Erika Tophoven quand elles évoquent l’intérêt de Beckett pour Fontane et la secrète parenté unissant leurs œuvres, l’une et l’autre sous-tendues par le sens de la dérision. Les romans de Fontane expriment à leur manière, tempérée, souriante, le sentiment de l’absurde et posent déjà la question que tenteront de résoudre les penseurs existentialistes : comment rester fidèle à la morale humaniste tout en doutant du sens de la vie ? Rigueur du style, sentiment de l’absurde, indulgence humaniste – la combinaison de ces traits se traduit dans cette œuvre romanesque par une retenue où l’on retrouve une des données les plus constantes de la recherche esthétique du xxe siècle : la distanciation, la maîtrise de l’émotion, et un peu même de cette séduisante froideur que le langage jeune désigne du mot « coolness ».

31C’est à partir des derniers titres – et des premiers succès – de cette dernière tranche de l’œuvre de Fontane que le public va redécouvrir l’ensemble de ce qu’il a écrit, à commencer par les romans, qui seront désormais sans cesse réédités et diffusés pour le grand public, le lycée, l’université et la recherche dans les présentations les plus diverses. Les plus populaires, L’Adultera (1882), Errements et tourments (1888), Stine (1890), Madame Jenny Treibel (1892) et naturellement Effi Briest (1895), sont des scènes de mœurs entièrement ou partiellement situées dans le Berlin de l’ère bismarckienne. La société allemande de la fin du xixe siècle y est décrite avec vivacité, avec humour, et restituée avec une fraîcheur que l’on trouve rarement dans la production romanesque de l’époque.

32La curiosité du public se tourne désormais vers toute l’œuvre de Fontane, vers ses romans historiques (Avant la tempête, Schach von Wuthenow) ou « mondains » (Le comte Petöfy, Jours disparus, Cécile), vers ses nouvelles néo-romantiques (Grete Minde, Ellernklipp) ou « policières » (Sous le poirier, Quitte), comme vers des parties de son œuvre moins faciles d’accès ou plus datées : sa poésie, certains écrits autobiographiques, ses récits de voyage, ses critiques d’art et de théâtre.

  • 17 Entre autres : Familienbriefe, édité par Karl Emil Otto Fritsch (gendre de Fontane), Berlin 1905, H (...)
  • 18 Sur les circonstances qui ont amené Friedrich Fontane à vendre les manuscrits de son père, voir l’a (...)
  • 19 Sur l’étendue de la correspondance de Fontane, voir la postface d’Otto Drude à son choix de lettres (...)

33Une mention spéciale doit être réservée à sa correspondance, considérée par un nombre toujours plus grand de lecteurs comme la partie la plus originale et peut‑être la plus intéressante de son œuvre. Plusieurs recueils racontant Fontane par lui‑même à l’aide d’extraits de ses lettres17 ont fortement contribué à populariser l’œuvre et l’homme. Retrouver et publier les lettres encore inédites, reconstituer le legs de l’écrivain, vendu aux enchères en 1933 à la suite des difficultés financières rencontrées par son fils Friedrich18, puis dispersé et mutilé une deuxième fois par la guerre, est devenu une mission poursuivie avec une passion peu commune par éditeurs, chercheurs, archivistes, ainsi que par les plus engagés des membres de la Société Fontane, fondée en décembre 1990 comme une des premières traductions sur le plan de la vie littéraire et associative de la réunification officielle du 3 octobre, et forte aujourd’hui de plus de mille membres. Les quelque cinq mille lettres dont on dispose aujourd’hui19, un tiers, estime-t-on, de celles que l’écrivain a écrites au cours de sa vie, sont des documents irremplaçables sur l’histoire littéraire et politique de l’époque, mais aussi sur la vie quotidienne d’une famille berlinoise à la fois moyenne et exceptionnelle, bourgeoise et bohème, unie et secouée de conflits, traversée de drames et de crises en partie évoqués dans l’article d’Eva Carstanjen. Peu de documents peuvent, aussi bien que ces lettres, faire revivre aux yeux des Allemands d’aujourd’hui les tourments et les joies, les opinions déclarées et les pensées secrètes de ces messieurs en frac noir et de ces dames corsetées que chacun découvre avec émotion et curiosité dans ses vieux albums de famille. La part de la nostalgie n’est pourtant que mineure dans l’intérêt que le public d’aujourd’hui trouve à cette correspondance. Peu de textes hérités du xixe siècle s’adressent à nous dans un langage aussi direct, traduisant une attitude d’esprit aussi proche de la nôtre. Les paradoxes de l’auteur, ses interrogations, ses conclusions à l’emporte-pièce semblent même bien souvent devancer nos propres réflexions. Ses « bons mots » disent, conformément à la définition de Boileau, « une chose que chacun pensait », et cela « d’une manière vive, fine et nouvelle ».

  • 20 Texte cité à la note 6 de l’article de Denise Modigliani.
  • 21 Emilie und Theodor Fontane, Der Ehebriefwechsel, 1854‑1898, trois volumes de lettres éditées par Go (...)
  • 22 « Und er ist unser Vater – die wir, einer überholten, doch zählebigen Ranglehre zum Trotz, dem deut (...)

34On rencontre dans ces lettres un correspondant prêt à décrire sa situation, l’univers qui l’entoure, comme celui de ses sentiments, sans jamais recourir à la langue de bois, capable de s’exprimer en toute circonstance avec une originalité, une drôlerie, souvent aussi avec une profondeur exceptionnelles. Thomas Mann signalait déjà dans son essai de 1910 sur Le vieux Fontane « le charme magique » qu’exerçait sur lui « la moindre ligne de ses lettres »20. Ce charme n’a cessé d’opérer sur une communauté de plus en plus grande de lecteurs qui, à travers elles, et plus encore sans doute depuis la publication si attendue de la correspondance des époux Fontane21, ont annexé à la leur l’histoire de cette famille et fait de l’écrivain leur ancêtre adoptif. « Il est notre père », disait de lui Thomas Mann en 1910 déjà22, soulignant ainsi l’importance de cette œuvre pour la littérature écrite en Allemagne, à commencer par la sienne, mais suggérant aussi la force d’un lien affectif qui, trois générations plus tard, n’a pas cessé d’unir cet auteur à l’ensemble de ses lecteurs.

  • 23 « Die Jugend hat mich auf ihren Schild erhoben. » Lettre à Theodor Fontane, 9 mai 1888, HF IV, 3, p (...)

35Il n’y a jamais eu, à proprement parler, de redécouverte de cet auteur. Fontane jouit depuis la parution des premières Pérégrinations, sur le plan local du moins, d’une notoriété qui ne s’est jamais démentie. Ne remarquait-il pas lui‑même en 1888 que la « jeunesse le portait en triomphe », en 1890 que son soixante‑dixième anniversaire avait été fêté « de façon colossale », que « le Berlin moderne avait fait de lui son idole » ?23 Depuis la parution d’Effi Briest, Fontane est un romancier estimé dans toute l’Allemagne, bien représenté dans les bibliothèques de la bourgeoisie cultivée. À la fin de sa vie et aussitôt après sa mort, il fut vénéré par la partie la plus influente de la jeune garde : Paul Schlenther, Otto Brahm, Maximilian Harden, Gerhart Hauptmann, Alfred Kerr, Thomas et Heinrich Mann.

36Thomas Mann, un des premiers, signale dans son essai déjà mentionné de 1910, Le vieux Fontane, auquel se réfère depuis toute la critique, la dimension exceptionnelle de ce maître et la qualité prophétique pour ainsi dire de son style. Les deux après‑guerres, qui coïncidèrent avec deux jubilés, l’un du centenaire de sa naissance, en 1919, l’autre du cinquantenaire de sa mort, en 1948, ont représenté une constellation dans laquelle les Allemands trouvaient de nouveaux motifs d’honorer une œuvre se situant clairement dans le courant humaniste de la conscience européenne. Fontane ne s’était, à la différence de bien d’autres grands hommes de son temps, laissé égarer par aucun des grands projets de remise en cause ou de révision du sens de la vie échafaudés au xixe siècle, nihilisme, monisme, internationalisme prolétarien, ni par aucun des courants d’opinion, socialdarwinisme, impérialisme, nationalisme réactionnaire et chauvin, qui apparaissent aujourd’hui comme les causes idéologiques des deux Guerres mondiales. Kurt Tucholsky et Thomas Mann après la Première, Heinrich Mann et Erich Kästner après la Seconde, ont, en soulignant l’importance de l’œuvre de Fontane pour l’histoire de la littérature allemande et pour eux‑mêmes, implicitement au moins, rappelé sa valeur morale et signalé qu’elle devait servir d’avertissement et d’exemple à un peuple deux fois abusé par des idéologies antihumanistes.

  • 24 L’intérêt du régime pour l’œuvre de Fontane se remarque au fait que quatre de ses romans ont été fi (...)
  • 25 Voir l’introduction au recueil de Wolfgang Preisendanz, Theodor Fontane, Darmstadt 1973.
  • 26 Der alte Fontane, 1910, Anzeige eines Fontane‑Buches (Zum hundertsten Geburtstag Theodor Fontanes), (...)
  • 27 Georg Lukacs, Der alte Fontane, in : Preisendanz.

37Il faut attendre le début des années cinquante cependant pour que se dessine une véritable renaissance des études fontaniennes, condamnées à la régression sous le Troisième Reich par l’émigration de la meilleure partie des universitaires, des hommes de lettres et du public qui s’intéressaient à Fontane. L’auteur des Pérégrinations faisait certes partie des classiques dont le régime nazi avait plutôt favorisé la diffusion – mais en le cantonnant dans le rôle d’écrivain régionaliste, conservateur et patriote.24 Après la guerre, l’intérêt pour Fontane est relancé à l’Ouest par la parution longtemps retardée des Lettres à Georg Friedlaender (Briefe an Georg Friedlaender, 1954), par un regain de curiosité de la critique universitaire25 et en 1954 par un nouvel essai (le cinquième) de Thomas Mann sur son auteur fétiche26. À l’Est, l’engagement n’est pas moindre. Des archives Fontane sont, dès 1947, refondées à Potsdam. Georg Lukàcs, dans un essai de 195027, souligne l’acuité de la critique sociale subtilement distillée dans l’œuvre de l’écrivain et sa sympathie pour les figures plébéiennes qui la traversent. Il cherche aussi à montrer que son évolution s’est faite, en dépit des faiblesses de sa conscience politique, dans le sens d’une adhésion toujours plus étroite aux idées progressistes et démocratiques. Fontane ne proclamait‑il pas en 1896 dans une lettre à son correspondant anglais James Morris :

  • 28 « Alles Interesse ruht beim vierten Stand. Der Bourgeois ist furchtbar, der Adel und Klerus sind al (...)

« Tout l’intérêt se trouve du côté du quart‑état. Le bourgeois est abominable, la noblesse et le clergé sont vieux jeu et radotent. L’avenir, le progrès, c’est avec le quart‑état qu’ils commencent. [...] Ce que les ouvriers pensent, disent et écrivent dépasse de loin la pensée, les propos et les écrits des vieilles classes dirigeantes. Tout est beaucoup plus vrai, plus authentique, plus vivant. Les ouvriers, eux, abordent les problèmes avec un regard neuf, ils n’ont pas seulement de nouveaux buts, mais aussi de nouvelles voies. »28

38Ces propos, volontiers cités en RDA, permirent à l’Allemagne socialiste de faire jouer à Fontane le rôle que l’Eglise catholique avait attribué à Virgile : celui du prophète païen annonçant la venue de la vraie doctrine.

  • 29 Theodor Fontane in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten, Rowohlt, 1968.

39Dans les deux parties de l’Allemagne sont entreprises presque simultanément trois grandes éditions critiques : à l’Ouest, le Nymphenburger Verlag tente de 1959 à 1975, le Hanser Verlag de 1961 à 1997, de rassembler l’œuvre de l’écrivain dans une trentaine de volumes ; à l’Est, le Aufbau-Verlag édite et réédite entre 1969 et 1984 huit volumes de récits et romans, six de Pérégrinations et deux de lettres avant d’entreprendre, après la réunification, la plus ambitieuse des tentatives de publication des œuvres complètes : une Große Brandenburger Ausgabe qui comprendra plus de soixante-dix volumes. L’historien est‑allemand de la littérature Hans Heinrich Reuter publie en 1968 simultanément à l’Est et à l’Ouest une biographie monumentale, extraordinairement détaillée et précise, faisant ressortir la continuité de l’engagement de Fontane pour la liberté de pensée et le progrès social. Helmuth Nürnberger faisait paraître la même année à l’Ouest une petite monographie souvent rééditée, qui contribua beaucoup à la popularité de l’écrivain et de son œuvre29, et en 1971, le résultat de ses travaux sur Le jeune Fontane (Der frühe Fontane).

40Ces publications, bientôt suivies d’une multitude de travaux universitaires et d’ouvrages critiques, avaient d’abord pour ambition de situer Fontane parmi les grands classiques du xixe siècle, d’appeler sur lui l’attention des germanistes, chercheurs et historiens de la littérature. Or Fontane est aujourd’hui bien autre chose et bien plus qu’un auteur universitaire. C’est un auteur populaire, par certains côtés même un auteur commercial, surtout à Berlin et dans le Brandebourg, où son nom est mis à toutes les sauces. Le label « Fontane » aide à vendre bien plus que des livres : des images, des souvenirs ainsi qu’une partie des produits et des services offerts dans ce que l’on appelle depuis la réunification le « Fontane‑Land », c’est-à-dire les marches historiques décrites par Fontane, aujourd’hui amputées des terres situées « Au‑delà de l’Oder », et réunies dans le Land de Brandebourg, cet arrière‑pays de Berlin, rendu depuis la chute du mur à la libre circulation des hommes et des marchandises, objet d’une intense curiosité et de fiévreuses spéculations. Le pays des Pérégrinations focalise de surcroît la nostalgie et l’émotion. Les uns trouvent en le parcourant un peu de l’Allemagne d’avant 1945. Les autres découvrent un pays qu’ils avaient cru interdit à jamais, condamné à ne survivre que par la littérature. En rendant la littérature à la réalité, le Tournant de 1989‑1990 a certainement représenté pour l’œuvre de Fontane une importante promotion. L’auteur des Pérégrinations guide désormais le promeneur à travers un pays retrouvé. Plus encore : son œuvre aide à la réconciliation de deux populations qu’opposent leur passé et bien des principes, mais qu’unit la vénération d’un auteur considéré à l’Est comme un enfant du pays, à l’Ouest comme un ancêtre de la nation d’aujourd’hui. Fontane s’est bel et bien promené dans deux siècles, dans celui qu’il a traversé, comme dans celui au cours duquel sa postérité s’est affirmée, portée par l’expérience des générations qui se sont succédé en Allemagne depuis sa mort. Les grandes étapes de l’histoire allemande des cent dernières années, après‑guerres, division et réunification, ont toujours correspondu d’une manière ou d’une autre à un retour à Fontane, à une meilleure compréhension de son message humaniste, de son scepticisme et de son humour, et elles ont créé une sorte de complicité toujours plus intime entre l’auteur et son public. Est-ce là l’effet du hasard ou de dons prophétiques ? Fontane a-t-il su prévoir les soucis et les engouements de ses arrière-petits-enfants, ou a-t-il simplement eu au xxe la chance qui lui a fait défaut au xixe siècle ?

  • 30 Le sujet « Fontane in der Schule » a fait l’objet d’un symposium qui s’est tenu à Neuruppin du 28 a (...)

41La société allemande et Fontane n’ont pour ainsi dire jamais cessé d’aller à la rencontre l’un de l’autre. L’auteur de L’Adultera, Effi Briest, Jenny Treibel semble avoir deviné la sensibilité féministe des jeunes femmes d’aujourd’hui. Aucun autre romancier de son siècle n’a su en Allemagne aussi bien que lui se mettre à la place de ses personnages féminins et les faire vivre, montrer les difficultés des jeunes filles à trouver un partenaire et des femmes mariées à supporter leur mari. Son plaidoyer pour l’émancipation touche les femmes, mais il touche aussi les jeunes, surtout à travers le personnage principal d’Effi Briest. Ce roman, popularisé de surcroît par un film culte de Rainer Werner Fassbinder, auquel Gilbert Guillard consacre ici une analyse, est volontiers mis au programme des classes du secondaire et des séminaires de germanistique de l’université.30 Son héroïne, gaie, sportive, plus disposée à savourer l’instant qu’à rentrer en elle‑même et à se discipliner, comme son entourage le lui demande, a le même âge que les candidats au bac d’aujourd’hui et suscite souvent chez eux une réaction spontanée d’identification. L’article de Monique Dubar, en situant les antécédents d’Effi Briest du côté de Cendrillon, Nora et surtout Froufrou, et non, comme on l’a fait trop souvent, d’Emma Bovary, rappelle que le roman de Fontane raconte moins le drame de l’adultère, de la province et de l’ennui que celui de la jeunesse encagée et soumise.

42Mais la postérité de Fontane profite aussi, à l’inverse, du vieillissement de la population allemande, non seulement parce que l’auteur du Stechlin et des Pérégrinations véhicule une certaine nostalgie, mais surtout parce que l’histoire de sa vie donne à la légion de ceux que l’âge a rejoints avant qu’ils n’aient pu exprimer leurs talents et goûter le succès, une tonifiante leçon d’optimisme, de persévérance et d’espoir. La meilleure part de son œuvre ne vit‑elle pas le jour après son soixantième anniversaire ? Ne dut‑il pas attendre le soixante‑dixième pour récolter les hommages de ses contemporains et connaître un peu de célébrité ? La biographie de Fontane enseigne à une génération de retraités bien portants et entreprenants, mais souvent arrachés par les impératifs de la guerre et de la reconstruction à leur vraie vocation, à ne pas désarmer, à ne pas renoncer à l’ambition de se réaliser soi‑même. Il n’est jamais trop tard pour envisager de grandes choses. L’existence d’hommes et de femmes dont l’espérance de vie est en constante augmentation ne doit pas être conçue comme une brève ascension menant vers le sommet vite atteint de la plénitude de l’âge, bientôt suivie des pentes douces ou abruptes du vieillissement, mais au contraire comme un processus constant d’élévation et de perfectionnement. L’évolution démographique du xxe siècle se traduit par une révolution existentielle à laquelle Fontane sert pour ainsi dire de terme de référence.

43La gloire posthume de Fontane est à bien des égards un phénomène de société, et par conséquent bel et bien un phénomène conjoncturel. Cet écrivain a eu de la chance en choisissant si souvent, sans en avoir vraiment conscience probablement, le camp de l’avenir. Mais il l’a fait, en fin de compte, par une forme supérieure de discernement, par un solide attachement à des valeurs qui, dans l’art, ne se démodent jamais : vérité et naturel, fraîcheur et vivacité d’esprit, mais aussi persévérance et sérieux, exigence envers soi‑même et constance dans le travail, comme le remarque et le montre l’article de Denise Modigliani, qui cite aussi cette formule clé de l’art de Fontane :

  • 31 Voir l’article Lire – écrire Fontane, note 7.

« Des dons, qui n’en a pas ? Des talents – Jouets pour enfants
Seul le sérieux fait l’homme, seul le zèle fait le génie.31 »

  • 32 Ibid., note 19.
  • 33 « Mein stolzes Beginnen lief nun darauf hinaus : Allerkleinstes – auch Prosaisches nicht ausgeschlo (...)
  • 34 « Es war ein Gemisch, ein prachtvolles Gemisch aus Lavendelduft und neuer Zeit, wie er sie verstand (...)
  • 35 « […], ich bin – auch darin meine französische Abstammung verrathend – im Sprechen wie im Schreiben (...)

44Fontane a accédé à la popularité dont il jouit aujourd’hui en Allemagne non seulement parce que la conjoncture lui était favorable, mais aussi et surtout parce qu’il est un très grand écrivain, qui a légué à la postérité une œuvre gigantesque, qui couvre le siècle, le reflète et le fait revivre comme très peu d’autres créations littéraires. Il est à l’instar de Goethe en Allemagne, de Balzac, Zola ou Gide en France, un de ces grands polygraphes qui donnent l’impression d’avoir écrit comme d’autres respirent, d’avoir transmis à la postérité tous les instants de leur vie et la palpitation même de leur époque. Savoir transformer comme par enchantement la vie en écriture et l’écriture en vie, c’est surtout grâce à ce don que Fontane a accédé à la popularité que nous lui connaissons. Grâce à ce don et grâce au travail, car contrairement aux apparences, la prose de Fontane est le fruit non de la facilité, mais de la persévérance et de la rigueur. Nulle trace chez lui de ce qui oblitère généralement la production des auteurs polygraphes : la routine quand ils sont modestes, la lourdeur quand ils sont pressés, l’obscurité quand ils sont ambitieux. Fontane manifeste au contraire toujours un respect peu commun de la chose écrite et du lecteur. Il cherche, et parvient presque toujours, à être à la fois subtil et transparent. Le but à atteindre est un texte « qui se lise tout seul », où tout soit « rapide, concis, divertissant » 32, comme il le dit lui‑même, et il se montre prêt à investir dans cette recherche un travail à la fois patient et passionné. La plupart des quelque quinze mille lettres qu’il a écrites ont d’abord été rédigées au brouillon, ses correspondances anglaises, puis ses critiques de théâtre sont soumises à la même exigence stylistique que ses romans : « Décrire la moindre chose, même quand elle est prosaïque, de façon exacte et minutieuse », et « l’élever grâce à la simplicité, à la transparence du détail et de la composition de l’ensemble, à une certaine hauteur artistique ... »33, telle est son ambition constante. La plus grande part de l’œuvre de Fontane est à la hauteur de cette volonté, mais ce n’est qu’aujourd’hui, avec ce décalage que l’on observe souvent dans la réception des très grands artistes, qu’il récolte pleinement le fruit de ses efforts : il apparaît, à la fin du xxe siècle, comme le plus lisible des grands classiques allemands du xixe. De nos jours encore, il communique avec le lecteur avec une facilité que lui envient certainement bien des auteurs vivants. Il garde le pouvoir de captiver, d’amuser, de susciter le rire, l’émotion et l’amitié comme s’il était présent à nos côtés. Sa langue a gardé, nonobstant ce charme légèrement désuet que Tucholsky comparait à un parfum de lavande34, toute sa fraîcheur. Elle restitue intactes les qualités d’esprit de ce grand « causeur »35 brillant, inventif, ironique, intarissable – et pourtant plein d’égards pour son interlocuteur.

  • 36 Rückkehr nach Europa. Zur Lage der deutschen Nation, München 1993.
  • 37 « Titaniden », terme employé ironiquement par Fontane au chapitre X de Christian Friedrich Scherenb (...)

45Les qualités de son style et de son esprit éclairent même d’un nouveau jour l’histoire de la littérature allemande – et la popularité de Fontane est sur ce point aussi un signe des temps : en fêtant cet écrivain dont les mérites essentiels sont la finesse, la limpidité et l’humour, le public allemand revendique une autre vision de sa littérature nationale, trop souvent perçue à l’étranger comme ambitieuse et profonde, mais pesante, absconse, indigeste. En privilégiant cette œuvre, en s’identifiant même bien souvent avec son auteur, les Allemands d’aujourd’hui signalent leur volonté de se débarrasser de leur identité d’avant‑guerre et de certains clichés qui leur collent à la peau. Le succès de Fontane, la ferveur de l’hommage qui lui a été rendu pendant l’année Fontane sont un des signes de ce que le physicien est-allemand Jens Reich a appelé dans ses commentaires du Tournant de 1989 « le retour en Europe »36, c’est‑à‑dire la volonté de retrouver, après l’abolition de deux dictatures, les traditions libérales et humanistes sur lesquelles se fondent les démocraties européennes. Les célébrations de l’année Fontane rappellent qu’il y eut en Allemagne, à côté de quelques « titanides » postromantiques37, Marx, Wagner, Nietzsche, qui ont traumatisé leur siècle, puis ébranlé le suivant, un grand écrivain, qui s’est promené dans son temps sans chercher à le bouleverser, qui laisse néanmoins une œuvre considérable, écrite non pas en rupture mais en harmonie avec la tradition du réalisme, du rationalisme et de l’humanisme européens.

Marc Thuret, enseignant à l’Institut d’Allemand d’Asnières, découvre Fontane en préparant sous la direction du Professeur Sagave une thèse sur Frédéric-Guillaume IV de Prusse, soutenue en 1984 ; participe à plusieurs forums organisés par l’Université Humboldt, les Archives et la Société Fontane ; auteur d’articles sur Berlin, la Prusse, l’Allemagne wilhelminienne, la RDA et la réunification.

Chronologie

1819

Naissance le 30 décembre à Neuruppin (Brandebourg) de Theodor, fils du pharmacien Louis Henri Fontane et de sa femme Emilie, née Labry.

1827

La famille Fontane (quatre enfants nés entre 1819 et 1826) quitte Neuruppin pour Swinemünde sur la côte Baltique.

1832

Admission au lycée de Neuruppin.

1833

Entrée dans un établissement d’enseignement professionnel à Berlin.

1834

Installation à Berlin chez l’oncle August, demi-frère du père de Theodor.

1836

Apprentissage à la pharmacie Rose, à Berlin.

1838

Naissance de la sœur Elise.

1839

Première publication (disparue) au Berliner Figaro.

1840

Premier emploi d’aide-apothicaire à Burg, près de Magdebourg. Nouvelles publications dans le Figaro.

1841

Nouvel emploi à Leipzig. Fréquentation du « Herwegh-Klub ».

1842

Nouvel emploi à Dresde. Publication de correspondances dans Die Eisenbahn, feuille progressiste de Leipzig.

1843

Employé comme laborantin dans la pharmacie de son père à Letschin, bourgade de l’Oderbruch. Premiers contacts avec la société littéraire du « Tunnel sur la Spree ».

1844

Service militaire à Berlin. Premier séjour en Angleterre : deux semaines en mai et juin. Admission parmi les membres du « Tunnel ».

1845

Emplois de préparateur à Letschin, puis à Berlin. Fiançailles avec Emilie Rouanet.

1847

Obtention du titre d’« apothicaire de première classe ». Nouvel emploi à Berlin.

1848

Participation aux émeutes de Berlin, publication d’éditoriaux dans la presse de l’opposition démocrate. Emploi d’instructeur en pharmacie à la fondation hospitalière protestante de Béthanie (Bethanien) à Berlin. Election au collège des électeurs chargés de désigner les députés du Parlement de Francfort.

1849

Abandon du métier d’apothicaire. Publication de correspondances politiques dans la Dresdner Zeitung, organe de l’opposition démocrate. Publication des Preußenlieder (Chants prussiens) et du cycle de ballades Von der schönen Rosamunde (De la belle Rosemonde) grâce au soutien du « Tunnel ».

1850

Admission en août au « Cabinet littéraire » (Literarisches Kabinett) du Ministère de l’Intérieur pour le contrôle de la presse et de l’opinion en Prusse. Mariage avec Emilie en octobre. Dissolution du « Cabinet littéraire » en novembre.

1851

Edition d’un premier recueil de Poèmes (Gedichte). Naissance de George, fils aîné des Fontane. Admission au Département de la Presse du Ministère de l’Intérieur du gouvernement Manteuffel.

1852

Deuxième séjour en Angleterre d’avril à septembre comme correspondant de la presse gouvernementale. Naissance et décès de Rudolf. Réinstallation au Département de la Presse à Berlin.

1853

Naissance de Peter Paul (mort en 1854).

1854

Parution de Ein Sommer in London (Un été à Londres). Participation à l’édition d’Argo, revue éphémère de quelques membres du « Tunnel ».

1855

Naissance et décès d’Ulrich. Retour à Londres en septembre comme correspondant officieux au service du gouvernement Manteuffel, puis comme agent de presse du ministre plénipotentiaire.

1856

Séjour d’Emilie à Londres. Naissance de Theodor.

1857

Regroupement de la famille Fontane à Londres.

1858

Voyage en Ecosse en août.

1859

Retour à Berlin en janvier. Séjour à Munich. Publication en feuilletons des premières descriptions de la province brandebourgeoise, les futures Wanderungen durch die Mark Brandenburg (Pérégrinations à travers la Marche de Brandebourg).

1860

Naissance de Martha. Entrée dans la rédaction de la Kreuz-Zeitung (Gazette de la Croix). Publication de Aus England (Souvenirs d’Angleterre), de Jenseits des Tweed (Au-delà de la Tweed) et d’un volume de ballades (Balladen).

1861

Publication du premier volume des Wanderungen.

1862

Première ébauche d’un roman historique sur le soulèvement de 1812-1813 (Vor dem Sturm). Candidature pour le parti conservateur au collège des électeurs chargés de désigner les députés de la chambre basse de Prusse.

1864

Naissance de Friedrich. Parution du deuxième volume des Wanderungen. Voyage dans le Schleswig-Holstein et au Danemark sur le théâtre des opérations de guerre.

1866

Parution de la description de la guerre de 1864 contre le Danemark : Der Schleswig-Holsteinsche Krieg im Jahre 1864. Voyage en Allemagne du Sud et en Bohème sur le théâtre des opérations de la guerre contre l’Autriche. Publication en feuilleton des Reisebriefe vom Kriegsschauplatz (Lettres d’un voyage sur les champs de bataille de Bohème).

1869

Parution du premier tome de Der deutsche Krieg (La guerre interallemande).

1870

Parution du deuxième tome de Der deutsche Krieg von 1866. Abandon du poste de rédacteur à la Gazette de la Croix. Engagement comme critique de théâtre à la Vossische Zeitung. Voyage en France sur le théâtre des opérations de guerre. Arrestation à Domrémy début octobre, internement de prison en prison jusqu’à la forteresse d’Oléron. Libération grâce à l’intervention de Bismarck et retour à Berlin début décembre.

1871

Publication de Kriegsgefangen* (Journal de captivité). Nouveau voyage en France en avril et mai, visite des champs de bataille, des sites et des monuments historiques de la zone occupée et publication du récit de voyage Aus den Tagen der Okkupation (En France occupée).

1872

Publication du premier volume de Der Krieg gegen Frankreich (La guerre contre la France) et du troisième volume des Wanderungen.

1873

Publication du deuxième volume de Der Krieg gegen Frankreich.

1874

Publication du troisième volume de Der Krieg gegen Frankreich. Voyage en Italie (octobre et novembre).

1875

Voyage en Suisse et en Italie du Nord, passage à Vienne. Parution d’une deuxième édition des Poèmes.

1876

Publication du quatrième volume de Der Krieg gegen Frankreich. Nomination au poste de premier secrétaire de l’Académie des Arts de Berlin en mars, démission en août. Reprise du roman Vor dem Sturm.

1878

Parution de Vor dem Sturm* (Avant la tempête).

1880

Parution de Grete Minde.

1881

Parution de Ellernklipp*. Nach einem Harzer Kirchenbuch et du quatrième volume des Wanderungen.

1882

Publication d’un premier roman de mœurs contemporaines : L’Adultera* et du récit historique Schach von Wuthenow * .

1884

Publication de Graf Petöfy *(Le comte Petöfy) et d’un volume de souvenirs et d’histoire littéraire sur le Berlin des années quarante et cinquante Christian Friedrich Scherenberg und das literarische Berlin von 1840 bis 1860.

1885

Parution de la nouvelle Unterm Birnbaum (Sous le poirier).

1886

Mariage des fils George et Theodor.

1887

Parution de Cécile *. Mort du fils aîné George.

1888

Parution de Irrungen, Wirrungen * (Errements et tourments) et du dernier volume des Wanderungen : Fünf Schlösser (Cinq châteaux) . Friedrich Fontane fonde sa propre maison d’édition.

1889

Parution d’une troisième édition des Poèmes. Prise de parti en faveur des drames naturalistes d’Ibsen et de Hauptmann. Abandon de l’article théâtral de la Vossische Zeitung.

1890

Hommages et manifestations officielles (en janvier) pour le soixante-dixième anniversaire de l’écrivain. Parution de Stine (aux éditions Fontane) et de Quitt * (Quitte).

1891

Attribution du prix Schiller. Quatrième édition des Poèmes. Parution de Unwiederbringlich * (Jours disparus).

1892

Parution de Frau Jenny Treibel *. Grave crise d’anémie et de dépression. Guérison grâce à la rédaction de souvenirs d’enfance.

1893

Parution de Meine Kinderjahre * (Mes années d’enfance).

1894

Parution du recueil de nouvelles Von, vor und nach der Reise (Avant, pendant et après le voyage). Attribution du titre de docteur honoris causa de l’Université de Berlin. Publication en feuilleton des premiers chapitres d’Effi Briest (à partir d’octobre).

1895

Parution de Effi Briest *.

1896

Parution de Die Poggenpuhls et prépublication de quelques chapitres des mémoires.

1897

Parution en feuilleton des premiers chapitres du Stechlin et d’un nouveau chapitre des souvenirs.

1898

Parution de la cinquième édition des Poèmes et des mémoires Von Zwanzig bis Dreißig (De vingt à trente ans). Fiançailles de Martha Fontane avec l’architecte Karl Emil Otto Fritsch. Mort de Fontane le 20 septembre à Berlin. Parution de Der Stechlin * (Le Stechlin).

1899

Mariage de Martha Fontane.

1902

Mort d’Emilie Fontane.

1905

Début de l’édition des œuvres complètes au Fontane Verlag (22 volumes parus entre 1905 et 1911). Parution d’un premier recueil de lettres de famille (Theodor Fontanes Briefe an seine Familie) édité par K. E. O. Fritsch, gendre de Fontane.

1906

Parution du roman posthume Mathilde Möhring chez Ettlinger.

1909

Parution d’un deuxième recueil de lettres (Briefe. Zweite Sammlung) édité sous la direction de Otto Pniower et Paul Schlenther.

1910

Publication de la correspondance avec Wilhelm Wolfsohn (Briefwechsel mit Wilhelm Wolfsohn) sous la direction de Wilhelm Wolters. Publication de l’essai de Thomas Mann sur Le vieux Fontane (Der alte Fontane).

1919

Publication par Mario Krammer dans la Neue Rundschau de lettres et d’extraits du journal de Fontane. Commémoration du centenaire de la naissance marquée par la parution du Theodor Fontane de Conrad Wandrey et la publication d’articles de Thomas Mann et de Kurt Tucholsky.

1929

Publication de la correspondance avec Paul Heyse (Der Briefwechsel von Theodor Fontane und Paul Heyse 1850-1897) sous la direction de Erich Petzet.

1933

Vente aux enchères et dispersion des lettres et des manuscrits de Fontane conservés par son fils Friedrich.

1935

Création à Berlin d’un « Theodor-Fontane-Archiv ». Tentatives de reconstitution du fonds dispersé en 1933.

1936

Publication de lettres inédites (Neunundachtzig bisher ungedruckte Briefe und Handschriften von Theodor Fontane) par Richard von Kehler.

1937

Parution d’un deuxième recueil de lettres de famille publié par Friedrich Fontane (Heiteres Darüberstehen. Familienbriefe. Neue Folge.)

1939

Etablissement du Theodor-Fontane-Archiv à Potsdam. Sortie du film Der Schritt vom Wege, adaptation à l’écran du roman Effi Briest par Gustav Gründgens.

1940

Publication par Julius Petersen de la correspondance avec Bernhard von Lepel (Theodor Fontane und Bernhard von Lepel. Ein Freundschafts-Briefwechsel).

1943

Parution d’un recueil de lettres de Fontane à ses amis (Briefe an die Freunde. Letzte Auslese) rassemblées et publiées par Friedrich Fontane et Hermann Fricke.

1944

Sortie du film Ich glaube an dich de Rolf Hansen d’après Mathilde Möhring .

1945

Sortie des films Das alte Lied de Fritz Peter Buch d’après Stine et de Der stumme Gast de Harald Braun d’après Unterm Birnbaum.

1947

Refondation du Theodor-Fontane-Archiv à Potsdam. Tentatives de regroupement des fonds rescapés des destructions causées par la guerre (disparition de près des trois quarts des archives).

1948

Publication de la correspondance avec Theodor Storm (Storm- Fontane. Briefe der Dichter und Erinnerungen) sous la direction de Erich Gülzow. Commémoration du 50e anniversaire de la mort de Fontane.

1950

Parution de l’essai de Georg Lukàcs sur le vieux Fontane (Der alte Fontane).

1951

Sortie en RDA du film Corinna Schmidt d’Arthur Pohl d’après Frau Jenny Treibel.

1954

Publication sous la direction de Kurt schreinert des lettres de Fontane à Georg Friedlaender (Briefe an Georg Friedlaender) et du commentaire de Thomas Mann revenant sur le vieux Fontane (Noch einmal der alte Fontane).

1955

Sortie du film Rosen im Herbst de Rudolf Jugert d’après Effi Briest.

1959

Publication par le chercheur est-allemand Hans-Heinrich Reuter d’un recueil de lettres conçu comme une suite aux mémoires (Theodor Fontane. Von Dreißig bis Achtzig. Sein Leben in Briefen). Début de la publication au Nymphenburger Verlag de Munich de la première édition critique des œuvres complètes de Fontane (30 volumes parus entre 1959 et 1975).

1961

Début de la publication au Hanser Verlag de Munich d’une nouvelle édition critique des œuvres complètes de Fontane (vingt-deux volumes, dont quatre de lettres, parus entre 1970 et 1997).

1965

Parution à Potsdam des deux premiers numéros des Fontane-Blätter.

1966

Diffusion en RFA du film télévisé Irrungen Wirrungen de Fritz Noelte.

1968

Parution au Aufbau-Verlag de Berlin-Est de deux volumes de lettres choisies, commentées et annotées par Gotthard Erler (Briefe in zwei Bänden). Début de la publication au Propyläen-Verlag de Berlin-Ouest de quatre volumes de lettres (Briefe) de Fontane à sa famille (1968-1969), à Mathilde von Rohr, Karl et Emilie Zöllner et autres amis (1971), édités sous la responsabilité de Kurt Schreinert, puis Charlotte Jolles. Parution simultanée à l’Est et à l’Ouest de la grande biographie Fontane en deux volumes de Hans-Heinrich Reuter. Sortie en RDA du film Effi Briest, tourné pour la DEFA par Wolfgang Luderer, en RFA de Unwiederbringlich, film de Falk Harnack.

1969

Parution au Aufbau-Verlag d’une édition critique en huit volumes des œuvres romanesques (Romane und Erzählungen in acht Bänden) dirigée par Peter Goldammer, Gotthard Erler, Anita Golz et Jürgen Jahn. Publication par Helmut Nürnberger des lettres à Hermann Klettke (Briefe an Hermann Klettke), par Christa Schultze des lettres à Ludwig Pietsch (« Theodor Fontanes Briefe an Ludwig Pietsch », FB no 9), par Hans-Heinrich Reuter des lettres à Julius Rodenberg (Briefe an Julius Rodenberg. Eine Dokumentation). 150e anniversaire de la naissance de Fontane commémoré par trois expositions : Theodor Fontane 1819-1969. Stationen seines Werkes (Schiller-Nationalmuseum Marbach), Theodor Fontane 1819-1898 (Akademie der Künste Berlin), Theodor Fontane. 30. XII. 1819. Zum 150. Geburtstag (Amerika Gedenkbibliothek, Berlin).

1972

Publication par Kurt Schreinert, puis Gerhard Hay des lettres à Wilhelm et Hans Hertz (Briefe an Wilhelm und Hans Hertz).

1973

Sortie du film Unterm Birnbaum tourné pour la DEFA par Ralf Kirsten.

1974

Sortie du film Fontane Effi Briest de Rainer Werner Fassbinder.

1975

Diffusion en RFA d’une adaptation télévisée en trois parties du Stechlin réalisée par Wolf Hädrich et Dieter Meichsner, en RDA du film télévisé Frau Jenny Treibel de Hartwig Albiro.

1976

Début de la parution au Aufbau-Verlag d’une édition critique en six volumes des Wanderungen durch die Mark Brandenburg dirigée par Gotthard Erler et Rudolf Mingan.

1977

Diffusion en RDA d’une adaptation télévisée de Schach von Wuthenow de Richard Engel.

1978

Diffusion en RDA d’une adaptation télévisée de Stine réalisée par Thomas Langhoff.

1981

Exposition Theodor Fontane. Dichtung und Wirklichkeit du Kunstamt de Kreuzberg.

1982

Diffusion en RFA du téléfilm de Franz Joseph Wild et Walter Jens Frau Jenny Treibel avec Maria Schell dans le rôle-titre, en RDA des téléfilms Mathilde Möhring de Karin Hercher et Melanie van der Straaten de Thomas Langhoff d’après L’Adultera.

1984

Diffusion en RFA d’une adaptation télévisée en six parties de Vor dem Sturm réalisée par Franz Peter Wirth et Herbert Asmodi.

1990

Fondation, le 15 décembre à Potsdam, de la société Fontane (Theodor Fontane Gesellschaft e. V. ; plus de mille adhérents en 1998).

1992

Fondation du « Fontane-Ensemble », représentations à Berlin et en tournées d’un programme renouvelé tous les ans de lectures et d’adaptations scéniques tirées de l’œuvre de Fontane et d’autres classiques allemands.

1993

Exposition Theodor Fontane. Märkische Region & Europäische Welt à Bonn.

1994

Parution au Aufbau-Verlag d’une première édition de tous les journaux connus de Fontane (Tagebücher) publiés sous la direction de Charlotte Jolles et Gotthard Erler, avec la collaboration de Therese Erler et Rudolf Muhs. Premiers volumes d’une nouvelle édition critique des œuvres complètes en 75 volumes (Große Brandenburgische Ausgabe).

1998

De mai à décembre, célébrations de « l’année Fontane » pour le 200e anniversaire de la mort de l’écrivain. Présentation à Berlin des expositions Theodor Fontane und die bildende Kunst (Nationalgalerie du Kulturforum) et Theodor Fontane und sein Jahrhundert (Märkisches Museum).

1999

Parution au Aufbau-Verlag de la correspondance des époux Fontane en trois volumes, édition dirigée par Gotthard et Therese Erler (Emilie et Theodor Fontane. Der Ehebriefwechsel 1844-1898).

46* Titre paru en traduction française.

Bibliographie

Sources :

T. Fontane, Tagebücher, HF III, 3/II ; annexes de l’édition Hanser .

H. Nürnberger, Theodor Fontane in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten, Reinbek, rororo, 1981. 

E. Ziegler, G. Erler, Theodor Fontane, Berlin, Aufbau-Verlag, 1996. 

Fontane-Jahrbuch, Museumspädagogischer Dienst de Berlin, 1998.

P. Schaefer, D. Strauch, « Fontane in Film und Fernsehen », FB 67/1999, article de synthèse et filmographie de 34 longs métrages tournés pour le cinéma ou la télévision d’après l’œuvre romanesque, les Wanderungen ou Kriegsgefangen et de 25 films documentaires ou reportages télévisés sur la vie et l’œuvre de Fontane, son époque et les sites fontaniens.

Documentation du Aufbau-Verlag et du Fontane-Archiv.

Notes

1 Lettre du 22 septembre 1848 de B. v. Lepel à Fontane, partiellement reproduite dans G. Radecke et W. Hettche, Aus meinem bunten Leben, p. 17 et 18.

2 Voir la thèse de Charlotte Jolles dirigée par Julius Petersen, Fontane und die Politik, Berlin 1936, publiée au Aufbau Verlag en 1983.

3 « Gegen Demokraten/Helfen nur Soldaten », conclusion du poème Die fünfte Zunft, in : Zwanzig Gedichte, Berlin 1850.

4 « Ich habe mich heut der Reaction für monatlich 30 Silberlinge verkauft. » Lettre à B. v. Lepel, 30 octobre 1851, HF IV, 1, p. 194.

5 Sur l’affaire du bulletin de vote voir l’article de Hubertus Fischer, « ’Mit Gott für König und Vaterland!’ Zum politischen Fontane der Jahre 1861 bis 1863 ». FB 58/ 1994 et 59/1995. Sur la part prise par Fontane à la rédaction de la Kreuz-Zeitung, voir l’introduction aux Fausses correspondances, les articles de Heide Streiter-Buscher et Rudolf Muhs in FB 63 et 64, ainsi que le bilan de Wolfgang Hädecke dans sa biographie de Fontane, p. 181‑186.

6 « […] aber die Sache [Der Deutsche Krieg von 1866] ist mir keine Herzenssache. » Lettre à Wilhelm Hertz, 11 août 1866, HF IV, 2, p, 169.

7 « Es ist dem Untertanen untersagt den Maßstab seiner beschränkten Einsicht an die Handlungen der Obrigkeit anzulegen. » Mot attribué au Grand Electeur sur une affiche politique de W. Janisch en 1990 ; attribué par Georg Büchmann (Geflügelte Worte, Ullstein 1986, p. 362) au ministre prussien de l’intérieur G. A. v. Rochow (1792‑1847).

8 « Daß ich das alles gleichgültig hingenommen hätte, kann ich nicht sagen, ich habe darunter gelitten, aber andrerseits darf ich auch hinzusetzen : ich habe nicht sehr darunter gelitten. Und das hing, und hängt noch, damit zusammen, daß ich immer einen ganz ausgebildeten Sinn für Thatsächlichkeiten gehabt habe. Ich habe das Leben immer genommen, wie ich’s fand und mich ihm unterworfen. Das heißt, nach außen hin; in meinem Gemüthe nicht. » Lettre du 3 octobre 1893, HF IV, 4, p. 299.

9 « […] mein Buch zeigt nirgends eine unwürdige Gesinnung und es ist mindestens unpassend mir mehr oder weniger direkt eine servile Verbeugung vorzuwerfen. » Lettre à Wilhelm Hertz, 9 décembre 1863, HF IV, 2, p. 112.

10 An den Märzminister Graf Schwerin‑Putzar. Le comte Schwerin avait défendu, face au gouvernement qui poussait à l’étouffement de la presse, la cause de la liberté d’expression. HF I, 6, p. 292 sqq.

11 « Wählte Ungnade, wo Gehorsam nicht Ehre brachte. » Epitaphe de Johann Friedrich Adolf von der Marwitz, qui dut abandonner sa carrière militaire pour avoir refusé d’exécuter un ordre de piller donné par Frédéric II. Cit. in: Wanderungen 1, chap. Schloß Friedersdorf, Hanser, p. 762.

12 « Es kann die Ehre dieser Welt

Dir keine Ehre geben,

Was dich in Wahrheit hebt und hält

Muß in dir selber leben. » Kriegsgefangen, chap. 6, HF III, 4, p. 581.

13 « Bei dem Fritzen‑Denkmal stehen sie wieder,

Sie blicken hinauf, der Alte blickt nieder ;

Er neigt sich leise über den Bug :

‘Bon soir, Messieurs, nun ist es genug’. » Einzug, 16. Juni 1871, HF I, 6, p. 246.

14 « Zu Weihnachten erschienen meine Kinderjahre mit dem bekannten Erfolg meiner Bücher : tüchtig gelobt und mäßig gekauft. » Tagebuch auf das Jahr 1893, HF III, 3/II, p. 1208.

15 « […], die große Lesergemeinde, die F[ontane] liebt », lettre de Joseph Ettlinger à Friedrich Fontane, 13 décembre 1905, cit. in : Mathilde Möhring, Zur Entstehung, HF I, 4, p. 850.

16 « Denn wie er ganz zuletzt war, so war er eigentlich. » Meine Kinderjahre, chap. 16, HF III, 4, p. 151.

17 Entre autres : Familienbriefe, édité par Karl Emil Otto Fritsch (gendre de Fontane), Berlin 1905, Heiteres Darüberstehen, Familienbriefe, neue Folge, édité par Friedrich Fontane (fils cadet de Fontane et à partir de 1888 éditeur d’une partie des œuvres de son père), Berlin 1937, Von Dreißig bis Achtzig, sein Leben in Briefen, édité par Hans-Heinrich Reuter, Leipzig 1959 ; Ein Leben in Briefen, édité par Otto Drude, Frankfurt a. M. 1981, Aus meinem bunten Leben, édité par Gabriele Radecke et Walter Hettche, München 1998.

18 Sur les circonstances qui ont amené Friedrich Fontane à vendre les manuscrits de son père, voir l’article de Klaus-Peter Möller, à paraître dans le numéro 68 des Fontane-Blätter. Peter Schaefer, du Fontane Archiv de Potsdam m’écrit à ce propos : « Aus Gesprächen mit ihm weiß ich, daß von einem Konkurs im eigentlichen Sinne (wie bei Ziegler/Erler zu lesen) wohl nicht die Rede sein kann. Friedrich Fontane verkaufte die Rechte der von ihm verlegten Bücher nach und nach an den S. Fischer Verlag und hielt danach den Verlag nur noch pro forma (wohl bis Ende der zwanziger Jahre). »

19 Sur l’étendue de la correspondance de Fontane, voir la postface d’Otto Drude à son choix de lettres (voir note 17) et l’introduction de Charlotte Jolles au relevé des lettres de Fontane : Die Briefe Theodor Fontanes. Verzeichnis und Register, München, Carl Hanser Verlag, 1988. Les auteurs de cette recherche ont pu noter l’existence de 5842 lettres conservées chez des particuliers et dans 63 archives et bibliothèques dans le monde entier. Le contenu de 4286 d’entre elles a pu être noté. Depuis 1988, une centaine de lettres se sont ajoutées à cette liste. L’édition la plus complète, les quatre volumes de l’édition Hanser (1976-1982), en présente 2478 au public. Otto Drude estimait en 1981 que les lettres dont on connaissait alors l’existence (5000 environ) ne représentaient que le tiers de celles que l’auteur avait effectivement écrites. Charlotte Jolles ne tente aucune estimation.

20 Texte cité à la note 6 de l’article de Denise Modigliani.

21 Emilie und Theodor Fontane, Der Ehebriefwechsel, 1854‑1898, trois volumes de lettres éditées par Gotthard et Therese Erler, Berlin, Aufbau-Verlag, 1998. Sur le ménage Fontane voir aussi : Gisela Heller, Geliebter Herzensmann. Emilie und Theodor Fontane, Biographische Erzählung, Berlin 1998.

22 « Und er ist unser Vater – die wir, einer überholten, doch zählebigen Ranglehre zum Trotz, dem deutschen Roman als Kunstform die ästhetische Ebenbürtigkeit neben Drama und Lyrik zu erwirken gesonnen sind. » Der Alte Fontane, Thomas Mann anläßlich der Enthüllung des Fontane‑Denkmals im Berliner Tiergarten, cit. in : G. Erler, R. Ziegler, Theodor Fontane, p. 278.

23 « Die Jugend hat mich auf ihren Schild erhoben. » Lettre à Theodor Fontane, 9 mai 1888, HF IV, 3, p. 603. « Man hat mich kolossal gefeiert und – auch wieder gar nicht. Das moderne Berlin hat einen Götzen aus mir gemacht, aber das alte Preußen […] hat sich kaum gerührt und alles (wie in so vielen Stücken) den Juden überlassen. » Lettre à Heinrich Jacobi, 23 janvier 1890, HF IV, 4, p. 18.

24 L’intérêt du régime pour l’œuvre de Fontane se remarque au fait que quatre de ses romans ont été filmés pendant cette période : Effi Briest (Der Schritt vom Wege), Mathilde Möhring (Ich glaube an dich), Stine (Das alte Lied) et Unterm Birnbaum (Der stumme Gast).

25 Voir l’introduction au recueil de Wolfgang Preisendanz, Theodor Fontane, Darmstadt 1973.

26 Der alte Fontane, 1910, Anzeige eines Fontane‑Buches (Zum hundertsten Geburtstag Theodor Fontanes), 1919, Über einen Spruch Fontanes, 1920, Theodor Fontane, Vortrag in der Lessing-Hochschule Berlin, 1928, Noch einmal der alte Fontane, 1954.

27 Georg Lukacs, Der alte Fontane, in : Preisendanz.

28 « Alles Interesse ruht beim vierten Stand. Der Bourgeois ist furchtbar, der Adel und Klerus sind altbacken, immer wieder dasselbe. Die neue, bessere Welt fängt erst beim vierten Stande an […], das, was die Arbeiter denken, sprechen, schreiben, hat das Denken, Sprechen und Schreiben der altregierenden Klassen tatsächlich überholt, alles ist viel echter, wahrer, lebensvoller. Sie, die Arbeiter, packen alles neu an, haben nicht bloß neue Ziele, sondern auch neue Wege. » Cit. in : Preisendanz, p. 39‑40, Lettre du 22 février 1896, HF IV, 4, p. 539.

29 Theodor Fontane in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten, Rowohlt, 1968.

30 Le sujet « Fontane in der Schule » a fait l’objet d’un symposium qui s’est tenu à Neuruppin du 28 au 31 octobre 1998. « Fontane im Unterricht » est l’objet d’une recherche entreprise par Oliver Bruhns. Voir Mitteilungen der Fontane-Gesellschaft, décembre 1998.

31 Voir l’article Lire – écrire Fontane, note 7.

32 Ibid., note 19.

33 « Mein stolzes Beginnen lief nun darauf hinaus : Allerkleinstes – auch Prosaisches nicht ausgeschlossen – exakt und minutiös zu schildern und durch scheinbar einfachste, aber gerade deshalb schwierigste Mittel : durch Simplizität, Durchsichtigkeit im einzelnen und Übersichtlichkeit im ganzen, auf eine gewisse künstlerische Höhe zu heben, ja es dadurch sogar interessant oder wenigstens lesensmöglich zu machen. » À propos du projet Ländchen Friesack. Lettre à Heinrich Jacobi, 5 janvier 1895. HF IV, 4, p. 415.

34 « Es war ein Gemisch, ein prachtvolles Gemisch aus Lavendelduft und neuer Zeit, wie er sie verstand. » Fontane und seine Zeit, 1919, Gesammelte Werke, Bd. 2, rororo, 1987, p. 242.

35 « […], ich bin – auch darin meine französische Abstammung verrathend – im Sprechen wie im Schreiben, ein Causeur. » Lettre à Martha Fontane, 24 août 1882. HF IV, 3, p. 206.

36 Rückkehr nach Europa. Zur Lage der deutschen Nation, München 1993.

37 « Titaniden », terme employé ironiquement par Fontane au chapitre X de Christian Friedrich Scherenberg und das literarische Berlin 1840-1860 pour se moquer de la mégalomanie des jeunes intellectuels regroupés dans les années trente autour de l’agitateur zurichois Friedrich Rohmer.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540