Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

L’engagement des intellectuels en exil

Thomas Mann : un modèle d’écrivain en exil ?

Gérard Schneilin

Texte intégral

  • 1 La presque totalité des citations est tirée de : Thomas Mann - Essays, Hg. v. Hermann Kurzke u. Ste (...)

1Le choix de Thomas Mann s’explique, à nos yeux, par son exemplarité : le plus grand, le plus connu internationalement des écrivains allemands de la République de Weimar, il devint, de ce fait, la figure la plus représentative de l’exil. L’un des premiers exilés volontaires, il se distingue par la durée, la constance et le poids de ses prises de position contre le Troisième Reich, le national-socialisme et Hitler. L’importance de son témoignage est supérieure à ce qui, pour certains de ses critiques et de ses adversaires, fut le contrepoids de ses hésitations, ambiguïtés ou contradictions.1

  • 2 Gérard Schneilin : « Thomas Mann et la république de Weimar », in : Gilbert Krebs et Gérard Schneil (...)
  • 3 Cf. ibid. Thomas Mann : Betrachtungen eines Unpolitischen, Frankf./M. 1956, S. Fischer.

2Il paraît nécessaire de rappeler brièvement, pour commencer, le point de départ et les phases d’un exil qui n’eut, au fond, pas de fin. Le point de départ en fut, sans conteste, son ralliement à la république : l’on aura montré2 que dès son Journal de 1918-1921 il avait pris ses distances par rapport à son attitude nationaliste des Considérations d’un apolitique3 et que l’engagement en faveur de la république qui s’en suivit n’eut alors de cesse. L’on y reviendra plus loin. Mais il est de fait que c’est ce ralliement qui, dès 1933, provoqua son exclusion de la « nouvelle » Allemagne qui s’installait.

  • 4  « Protest der Richard Wagner-Stadt München », in : Essays Bd. 4, op. cit., p. 342-44.
  • 5 Ibid., p. 393-4. cf. Peter de Mendelssohn, commentaire des Tagebücher 1935-1936, p. 622 sqs.
  • 6 Ibid., p. 394.
  • 7 Ibid., Ein Briefwechsel, p. 183-191.

3L’exil de Thomas Mann sous le Troisième Reich connut deux phases : la phase initiale en Suisse, suivie de la phase américaine, aux États-Unis. L’exil en Suisse fut à la fois délibéré et subi. En février 1933, Thomas Mann choisit de ne pas rentrer à Munich d’une tournée internationale de conférences, suivie d’un repos en Suisse. Les raisons en furent, au plan politique, l’incendie du Reichstag, le 27 février 1933, et surtout, dans le domaine culturel et personnel, la cabale orchestrée contre lui, à Munich, après sa conférence Souffrances et grandeur de Richard Wagner, par des nazis, dont Max Amann, et certains de ses anciens amis musiciens, tels Hans Knappertsbusch, Hans Pfitzner et Richard Strauß, le 16-17 avril 1933.4 La décision de Thomas Mann fut renforcée et confirmée la même année par une série de mesures coercitives des nazis : ordre d’arrestation signé par Heydrich (12 juillet 1933), confiscation des biens, blocage des comptes. Les ponts étaient coupés, l’exil était inévitable et irrévocable. Le 19 novembre 1936, il obtint la citoyenneté tchécoslovaque5. Le 4 décembre 1936, il fut privé de la nationalité allemande, en compagnie des membres de sa famille qui ne l’avaient pas encore perdue.6 En conséquence, la Faculté des Lettres de l’Université de Bonn le priva, le 19 décembre 1936 du doctorat honoris causa7 ; cet épisode sera commenté plus loin. Après la guerre, dans une lettre ouverte datée du 7 septembre 1945 à Walter von Molo, qui lui demandait de rentrer en Allemagne, Thomas Mann décrivit ainsi cette période difficile :

  • 8 cf. « Pourquoi je ne rentre pas en Allemagne », in : Thomas Mann - Être écrivain allemand à notre é (...)

« Ce fut un choc plutôt rude, plutôt angoissant, lorsqu’en 1933, je perdis tout ce qui constituait le fondement de ma vie, maison et patrie, livres, souvenirs et fortune, pour ne pas parler de la série de tracasseries déplorables, exclusions, interdictions, dont je fus victime dans mon pays. Je n’oublierai jamais la campagne aussi analphabète qu’assassine menée par la radio et la presse contre mon essai sur Wagner, qui fut organisée à Munich, et qui m’a vraiment fait comprendre que tout retour m’était interdit... »8

4Après des activités de création littéraire, de conférences et d’écrits politiques en Suisse, il se fixa définitivement aux États-Unis en automne 1938, après plusieurs voyages préalables ; il s’établit d’abord à Princeton, puis, en 1942, à Pacific Palisades, en Californie. Il y devint citoyen américain, le 23 juin 1944. Pour raisons politiques, il devait quitter définitivement les États-Unis pour la Suisse, le 24 juin 1952, où il resta jusqu’à sa mort. Il choisit, malgré de nombreux voyages, de ne jamais se réétablir en Allemagne : l’expatriation avait bien été définitive.

5Deux aspects sont à considérer pendant ce déracinement : celui de l’engagement politique contre le national-socialisme, en Suisse et en France d’abord, puis aux États-Unis, en tenant compte de l’interaction entre la création littéraire et les écrits politiques. Dans un deuxième temps, il est nécessaire d’aborder les réticences et les critiques qui ont pu accompagner cette action parfois controversée.

I. L’engagement de Thomas Mann pendant l’exil

A. La phase européenne

6Comme la plupart des écrivains et journalistes de renom, peut-être plus qu’eux encore, Thomas n’a manqué, durant les quelque cinq années de son exil en France et en Suisse, ni d’éditeur, ni de tribune, ni d’audience : la presse suisse, dont largement la Neue Zürcher Zeitung, sa propre revue Maß und Wert, la presse d’émigration en France et aux États-Unis, souvent éphémère, les publications de son éditeur Gottfried Bermann Fischer, à Vienne d’abord, puis à Stockholm, étaient à sa disposition. Il s’imposa deux années de silence, diversement appréciées, y compris par certains membres de sa famille ; l’on y reviendra. Mais quand, en 1935, il prit la décision d’informer, de protester, de militer au moyen de sa plume, il ne s’arrêta plus, devenant un des plus engagés et des plus prolixes des intellectuels émigrés.

7On citera dans un premier temps, les publications politiques majeures de cette première période et l’on se concentrera, dans un second, sur deux des écrits essentiels de Thomas Mann.

  • 9 Essays 4, op. cit., p. 379-80.
  • 10 Ibid. : « Die Juden werden dauern ! », in : Essays 4, op. cit., p. 177-178.
  • 11 « Fort mit den Konzentrationslagern ! », p. 179.
  • 12 Ibid. : Ein Brief von Thomas Mann (An Eduard Korrodi), p. 169-174.
  • 13 Ibid. : « Nachwort », p. 192-197.
  • 14 Ibid : Botschaft an Amerika p. 245-247.

8En 1935 paraît une circulaire collective (entre autres avec des contributions de Heinrich Mann et Konrad Heiden) appelant le comité Nobel d’Oslo à décerner le Prix Nobel de la paix au publiciste Carl von Ossietzky, détenu successivement dans plusieurs camps allemands ; après une campagne mondiale, il l’obtient le 24 novembre 1936.9 En novembre 1936 paraît à Prague dans le mensuel Jüdische Revue une lettre à la défense du peuple juif10 ; elle sera suivie de bien d’autres publications allant dans le même sens. Le 27 novembre 1936, il adresse à Egon Erwin Kisch, journaliste communiste, un message de solidarité à l’occasion d’un congrès à Paris de la « Commission permanente pour une amnistie politique totale » : il en appelait à la disparition des camps de concentration, dans la première d’une longue série de prises de position.11 Le 3 février 1936, il répond dans la Neue Zürcher Zeitung à un article venimeux d’Eduard Korrodi, rédacteur littéraire du même journal, contre les écrivains allemands émigrés, en particulier ceux d’origine juive. Cette lettre ouverte trouva un large écho et fit taire pour un temps certaines critiques et dissensions dans le camp tristement divisé des émigrants allemands ; mais elle affaiblit sa position dans une Suisse frileuse et pointilleusement neutraliste.12 En février 1937, il prend la défense de l’Espagne républicaine contre le totalitarisme fasciste dans une brochure éditée par les groupes suisses de femmes social-démocrates, Spanien : Menschen in Not.13 Enfin, dans un discours du 21 février 1938, à son débarquement dans le port de New York, il proteste contre la prise de pouvoir des nazis en Autriche, craignant du même coup un envahissement de la Tchécoslovaquie.14

9L’orientation et l’extension de ce faisceau de textes sont évidentes : les centres névralgiques du totalitarisme nazi, les points stratégiques de son avancée en Europe y sont analysés et attaqués avec constance et lucidité. Deux écrits centraux illustrent, à notre avis, la position de Thomas Mann en cette première phase de son activité de protestataire.

  • 15 Ibid., p. 183-191. Le doyen était le Professeur Justus Obenauer, germaniste et officier dans les SS (...)

10Le premier des deux textes choisis est le célèbre Briefwechsel (Un échange de correspondance) publié en Suisse à 20 000 exemplaires en 1937 après que le doyen de la Faculté des lettres de l’Université de Bonn lui eut retiré son doctorat honoris causa.15 L’écho de cette lettre ouverte fut considérable, y compris, malgré la censure, dans certains milieux allemands. Le texte devint rapidement le manifeste le plus célèbre et efficace de l’émigration littéraire et intellectuelle allemande. Il contient la plupart des grands thèmes des écrits protestataires de Thomas Mann. Le premier est l’affirmation constante par l’écrivain de sa fonction de représentant de la culture allemande. Situé au début de la lettre, le thème est ironiquement exprimé sous la forme d’une citation tirée du diplôme du doctorat honoris causa que lui décerna l’Université Harvard le 20 juin 1935 :

  • 16 Ibid., p. 184.

« ...Thomas Mann, le célèbre écrivain qui, interprète de l’existence pour beaucoup de nos concitoyens, maintient en compagnie de très peu de contemporains la haute dignité de la culture allemande ... »16

11L’importance de ce thème sera affirmée plus directement par deux fois aux États-Unis en 1938. À un reporter du New York Times, il déclare lors de son arrivée à New York : « Là où je suis est l’Allemagne. Je porte en moi ma culture allemande. » Ces termes, cités aussi dans les mémoires de son frère Heinrich, sont repris dans son Journal :

  • 17 Ibid., p. 446 et p. 440.

« Qu’est donc la perte de sa patrie ? Ma patrie est dans les travaux que j’emporte avec moi. Plongé en eux, j’éprouve toute l’intimité familière du chez-soi. Ils sont la langue, la langue et l’expression de la pensée allemandes, la tradition personnellement élaborée de mon pays et mon peuple. Là où je suis est l’Allemagne »17

12Pourtant, cette fière identification est contrebalancée par le thème élégiaque lancinant de la tristesse de l’exil :

  • 18 Ibid., p. 185.

« En ces quatre années d’un exil qu’appeler volontaire serait sans doute l’embellir, puisque, resté ou revenu en Allemagne, je ne serais vraisemblablement plus en vie, la singulière destinée de ma situation n’a cessé de me préoccuper. Je n’ai pu m’imaginer [...] que je passerais la fin de ma vie comme émigrant, dépossédé de mes biens, mis au ban de ma patrie, occupé à une protestation politique d’une profonde nécessité. Depuis mon entrée dans la vie intellectuelle, je me suis senti en sécurité dans les traditions spirituelles de ma nation, en un heureux accord avec les dispositions de son âme. Je suis né bien plus pour la représentation que le martyre... »18

13Ce double thème, apparemment contradictoire, est alors mis en rapport avec un troisième, qui en explique la nécessité : l’opposition de la totalité culturelle de l’humanité au totalitarisme politique de l’État :

« cette vraie totalité qui est l’humanité même et que violerait de manière criminelle celui qui entreprendrait de rendre totalitaire un domaine humain partiel, la politique, l’État.

  • 19 Ibid., p. 187.

Un écrivain allemand, de par la langue familier de la responsabilité ; un Allemand dont le patriotisme se manifeste... par la foi en l’importance morale incomparable de ce qui se passe en Allemagne devrait-il donc se taire, se taire complètement devant tout le mal inexpiable qui fut et sera commis quotidiennement dans son pays aux corps, âmes et esprits, au droit et à la vérité, aux hommes et à l’homme ? »19

  • 20 Ibid., p. 188 : « [...] an der Erfüllung ihrer eigentlichen Aufgaben, ungeheurer und dringender Auf (...)

14C’est à partir de ce fondement moral inaliénable et de l’idée de la prééminence totale de la paix face à la guerre20 que Thomas Mann en vient alors à son dernier thème qui en découle nécessairement, la condamnation du système nazi :

  • 21 Ibid., p. 188-189.

« Le sens et le but du système national-socialiste n’est et ne saurait être que celui-ci : organiser le peuple allemand pour la ‘guerre à venir’ au moyen de l’impitoyable exclusion, répression, extermination de tout mouvement contraire ; faire de lui un instrument de guerre totalement docile, qui ne fût saisi d’aucune pensée critique, figé en ignorance aveugle et fanatique. Ce système ne peut avoir d’autre sens et but, d’autre excuse ; tous les sacrifices de liberté, droit, bonheur humain, y compris les crimes secrets et ouverts dont il s’est chargé sans scrupules, ne se justifient que par l’idée de l’entraînement inconditionnel à la guerre. »21

  • 22 À. Gisselbrecht, op. cit. n. 8, p. 17.
  • 23 cf. en part. : Ludolf Herbst : Das nationalsozialistische Deutschland 1933-1945, Frankf./M. 1996, e (...)

15On notera que s’il fut « un grand moraliste de la politique »22, il ne manquait pas de jugement historique : bien des historiens contemporains soutiennent la thèse que le système nazi était orienté dès le départ vers la guerre.23

  • 24 Essays 4, op. cit., p. 305-312.

16Tel est le soubassement thématique de la position de Thomas Mann face au système national-socialiste ; il sera enrichi et renforcé par la suite, mais ne changera guère. De même, la focalisation de l’auteur sur la critique d’Hitler apparaît dès ce moment-là. L’expression caractéristique en est un de ses essais les plus célèbres, écrit en 1938, Bruder Hitler (Hitler, mon frère).24

  • 25 Hermann Kurzke : « Politische Essayistik », in : Thomas Mann-Handbuch, hg. v. Helmut Koopmann, Stut (...)
  • 26 Essays 4, op. cit., p. 311.
  • 27 Ibid., p. 312.

17L’essai n’est ni une analyse historique, ni une satire d’Hitler. Il est plutôt de nature esthétique et philosophique, se rattachant par là à des nouvelles et récits de jeunesse, tels Fiorenza ou Mort à Venise. Le fascisme et le « chef », son porteur, sont des avatars décadents des mythes héroïques de jadis, dont le temps est passé et dépassé. Hitler, dans cette perspective, est un « frère » au négatif : « artiste » abâtardi, « grand homme » raté. Le Hitler de Thomas Mann, écrit Hermann Kurzke, « est un décadent mû par la nostalgie d’une nouvelle vitalité25 ». Mais, comme toutes les grandes idées se sont, pour Thomas Mann, dissoutes au XXe siècle, « l’idée de nation, le socialisme, le mythe, la philosophie de la vie, l’irrationnel, la foi, la jeunesse, la révolution »26, le chef fasciste et ses séides, tel Goebbels, ne sont plus que des charlatans, de redoutables trompeurs et manipulateurs des masses, des peuples et des hommes politiques « classiques ». Un artiste sans foi ni loi, qui, croit en une apparence de « vie » et a perdu toute relation à « l’esprit ».27 On retrouve dans cet essai les thèmes et idées majeures de Thomas Mann, et que Nietzsche appliquait à Wagner, concentrées cette fois-ci sur Hitler, comme Mario et le magicien était centré sur Mussolini. À travers une interaction entre l’œuvre littéraire préalable de l’auteur, et la réalité politique du moment, on en arrive à une forme originale de la prise de conscience et de l’appréhension de l’actualité.

B. La phase américaine

  • 28 cf. à ce propos : Hans R. Vaget : « Schlechtes Wetter, gutes Klima : Thomas Mann in Amerika », in : (...)

18Après sa décision de quitter la Suisse pour les États-Unis en automne 1938, on aurait pu craindre que Thomas Mann ne fût exposé à la vie difficile de tant d’émigrants allemands ou autrichiens. Il n’en fut rien. Il fut, en fait, un émigrant privilégié, à tous égards.28 Le prestige du prix Nobel, le doctorat honoris causa de Harvard, l’amitié et l’influence d’Agnes Meyer, sa sympathie connue pour le président Roosevelt et les démocrates firent que sa situation matérielle et sa position intellectuelle étaient assurées tout au long de son séjour. « Lecturer » à Princeton avec l’aide de la Fondation Rockefeller, puis « consultant » à la prestigieuse Library of Congress à Washington avec rang de professeur, il cumula par la suite les doctorats honoris causa des grandes universités et eut dès 1938 ses archives à Yale (Thomas Mann Collection). Cela lui ouvrit le circuit des conférences universitaires, fort bien honorées, les colonnes de la presse et lui assura la sympathie de certains anciens étudiants des grandes institutions (Alumni/alumnae) à l’influence reconnue. Il vivait bien, en des lieux plaisants de la côte Est, puis de la côte californienne. Chose importante pour un écrivain, il avait ses lecteurs : certains lisaient l’allemand, les autres les belles traductions de Helen Lowe-Porter. Il n’eut donc pas le sort d’autres émigrés privés de lecteurs et vivant difficilement. Il s’était largement et aisément intégré dans le système démocratique et son idéologie.

  • 29 Essays 5, op. cit., p. 154.

« Personne, déclarait-il le 23 mai 1941 dans un discours prévu pour l’American Rescue Committee, ne peut passer ici pour un étranger, qui soutient la démocratie et la liberté et a souffert pour elles. »29

  • 30 Ibid., p. 351-52. Les éditeurs ne proposent qu’un choix de 13 textes. Pour un choix de 55 textes, o (...)

19Outre les revues américaines, mais aussi sud-américaines et soviétiques, ainsi que son éditeur Bermann-Fischer à Stockholm, Thomas Mann eut à sa disposition un nouvel organe pour les produits de son militantisme. Il s’agit des émissions radiophoniques aux Allemands via la BBC, enregistrées par la NBC et publiées dans la presse sous le titre Aux auditeurs allemands ! Il y en eut 58, d’octobre 1940 à mai 1945 et, en supplément, une émission pour le Nouvel An de 1946.30 De plus, bon nombre de ces textes furent lancés sur le territoire allemand par les bombardiers de la RAF et de l’USAF sous forme de feuilles volantes. On en ignore l’effet précis sur les Allemands. Mais cette tentative d’influence directe est l’action de propagande la plus prolongée et la plus massive de la part d’un auteur allemand de l’exil. Elle ne fut possible que grâce à son prestige ; mais elle est aussi la preuve de son engagement permanent.

20De cette production, on choisira ici de citer quelques textes essentiels pour se concentrer dans un second temps sur les idées centrales du faisceau.

21Les textes majeurs s’adressent à deux grandes catégories d’auditeurs ou de lecteurs, aux Allemands, qu’ils soient restés dans leur pays ou émigrés, et aux Américains. C’est, bien entendu, aux Allemands restés au pays, à la grande majorité des Allemands, par conséquent, que sont destinées les émissions radiophoniques de la BBC. En ce sens, elles sont rédigées dans une langue nerveuse, sèche, parfois outrancière, qui puisse porter les deux fonctions principales de ces textes, l’information et l’éveil par l’exhortation et l’agression. L’information vise soit à contredire la propagande nazie dans le domaine militaire et politique, soit à transmettre des nouvelles occultées par la censure. L’agression satirique, à charge souvent grossière, a pour objectif la critique des chefs nazis. Celle contre Hitler procède de la technique de l’essai Bruder Hitler ; quant à ses séides, on citera, dans l’émission de juillet 1941, la galerie évoquée par l’auteur :

  • 31 Reden und Aufsätze II op. cit. p. 194.

« Voyez la galerie de ses représentants, les Ribbentrop, Himmler, Streicher, Ley, ce Goebbels à la gueule de menteur grand ouverte, le Führer lui-même, ce mal inspiré, et son grand, archi-maréchal du Reich de la Grande Allemagne ! Quelle ménagerie ! »31

  • 32 Essays 5, op. cit., p. 183-184.
  • 33 Ibid., p. 201-203.
  • 34 Ibid. : Niemöller, p. 164-171.
  • 35 Ibid., p. 214-216.

22On sait, dans la satire, l’usage des comparaisons aux animaux. L’un des effets recherchés en est l’opposition des nazis, des mauvais Allemands, aux vrais et bons Allemands, les résistants, ou la masse de ceux qu’il appelle à résister. Le contraste établi est entre la terreur et l’horreur des persécutions nazies, en particulier contre les juifs, et l’honneur des résistants. Aux textes À la mémoire d’un bourreau (émission du 26-27 juin 1942) sur la mort de Heydrich et les représailles de Lidice32, ainsi que La terreur contre les juifs (26-27 septembre 1942) à propos du ghetto de Varsovie et des camps d’extermination en Pologne33, s’opposent l’appel en faveur du pasteur Niemöller en 194134 et l’hommage aux victimes des nazis, aux résistants allemands, et singulièrement ceux de la Rose Blanche (Une foi nouvelle, émission du 26 et 27 juin 1943)35 :

  • 36 Ibid., p. 215.

« Qui dira le nombre de ceux qui, dans l’État d’Himmler, ont payé de torture et de leur vie leur idéalisme et leur foi inébranlable dans le droit et la liberté ? Au début de la guerre, il y avait en Allemagne 200 000 détenus politiques, et dans la presse allemande s’égrènent sans interruption les publications de condamnations à mort et d’emprisonnement pour haute trahison, sabotage etc... Voilà donc l’Allemagne unie derrière le Führer ! »36

23On regrettera à ce sujet la longue pause dans la conception des émissions, de juin à décembre 1944, qui nous prive de l’opinion de Thomas Mann sur le cercle de Kreisau et l’attentat contre Hitler du 20 juillet 1944.

  • 37 Ibid. : Das Problem der Freiheit, p. 54-74 ; Deutschlands Weg nach Hitlers Sturz, p. 156-163 ; Schi (...)

24Les discours principaux adressés aux Américains sont au nombre de quatre ; ils étaient destinés à des tournées de conférences dans les universités et villes américaines importantes et avaient pour objectifs d’expliquer aux auditeurs les problèmes de l’Allemagne, historiques et actuels. C’est donc là que l’on trouvera les idées centrales qui préoccupaient Thomas dans ces domaines en cette phase de sa vie d’exilé. On citera, entre autres, Le problème de la liberté (1939), La voie de l’Allemagne après la chute d’Hitler (1941), Destin et devoir (1943) et Allemagne et Allemands (1945).37

25Le fondement de la plupart des essais, à la fois captatio benevolentiae et préoccupation politique première de Thomas Mann en cette période d’exil militant, est l’absolue condamnation du système hitlérien. La base morale et parfois théologique de cette position n’a guère varié depuis la phase suisse de son émigration ; il n’est donc pas utile d’y revenir. On y relèvera néanmoins un enrobement mythique, dû, sans doute, au travail à Joseph et ses frères et au Docteur Faustus. Ainsi, dans sa lettre à un éditeur de 1939, « À la défense de Wagner » :

  • 38 Ibid. : Zu Wagners Verteidigung, p. 81.

« Le national-socialisme, dans toute sa vulgarité empirique inexprimable, est la conséquence tragique du caractère mythique, étranger à la politique, de l’esprit allemand. »38

26Cependant, afin d’éviter toute confusion avec le détournement de la pensée mythique par le national-socialisme, il précise, dans l’essai Joseph et ses frères (1942) :

  • 39 Ibid., p.189.

« Le mot ‘mythe’ a aujourd’hui une mauvaise odeur – il suffit de penser au titre que le ‘philosophe’ du fascisme allemand, Rosenberg, le précepteur d’Hitler, a donné à son méchant traité : Le mythe du XXe siècle. Trop souvent, ces dernières décennies, le mythe fut utilisé abusivement comme moyen d’une contre-révolution obscurantiste... Dans mon Joseph..., le mythe fut enlevé au fascisme et humanisé jusque dans le dernier recoin de la langue .... »39

27L’autre préoccupation nouvelle – et qui a longtemps, de par ses interprétations contradictoires, nourri les polémiques – est la délimitation du totalitarisme nazi et du totalitarisme soviétique. Présente dans de nombreux essais de la période américaine, la distinction est formulée le plus clairement dans une lettre écrite le 15 novembre 1946 à David Mac Coy, vice-président des Étudiants pour un gouvernement fédéral mondial :

  • 40 In : Gisselbrecht/Daun, op. cit., p. 334-335.

« Les différences entre socialisme russe et fascisme dans leur rapport à l’humanité et à l’idée de l’homme et de son avenir sont incommensurables. La paix qui ne se divise pas ; le travail comme activité constructive et l’équité des salaires ; une jouissance commune des biens de la terre ; plus de bonheur, moins de souffrance inévitable causée par l’homme ; l’élévation du peuple par la culture tels sont les buts qui sont diamétralement opposés à ceux de la misanthropie fasciste, du besoin fasciste d’humilier et de la pédagogie fasciste visant à l’abêtissement. Le communisme, tel qu’essaie de le réaliser la révolution russe dans des conditions humaines données, est, malgré toutes ses manifestations sanglantes, qui peuvent égarer les esprits, au fond – et en opposition radicale au fascisme – un mouvement humaniste et démocratique. Tyrannie ? C’en est une. Mais une tyrannie qui élimine l’analphabétisme ne veut pas dans son cœur, qu’elle le sache ou non, rester une tyrannie. »40

  • 41 cf. in : Essays 5, op. cit., l’émission du 19 avril 1945, après la mort de Roosevelt.
  • 42 Ibid., p. 413-414.

28Texte étonnant, dont les illusions et rêves idylliques dépassent même les envolées de l’essai Destinée et devoir, où Thomas Mann s’arrogeait le privilège de donner à ses hôtes américains et au gouvernement démocrate du président Roosevelt – qu’il admirait pourtant41 – une leçon à propos du communisme. Son idée centrale, répétée fièrement dans une lettre à Brecht du 10-12-194342, y était la suivante :

  • 43 Ibid., p. 234.

« ... je crois être préservé du soupçon d’être un militant du communisme. Pourtant je ne puis m’empêcher de considérer comme superstition et enfantillage la terreur du monde bourgeois devant le mot de communisme, cette terreur dont le fascisme s’est si longtemps nourri, et comme la bêtise majeure de notre époque. »43

29On reviendra sur les réactions soulevées par ces idées. Mais elles s’insèrent dans un contexte idéologique plus vaste qui doit être maintenant analysé.

30Thomas Mann appliquait à l’Allemagne une triple clé historique. La première, exposée dans l’essai La voie de l’Allemagne après la chute d’Hitler, appartient à l’histoire des idées. Elle consiste à situer le national-socialisme dans le sillage d’un romantisme décadent :

  • 44 Ibid., p. 160.

« Ce qu’on appelle national-socialisme est la forme de dégénérescence virulente d’idées qui, certes, ont toujours porté en elles le germe d’une décadence meurtrière, mais étaient familières dans ‘the old Germany of culture and learning’. Elles y vivaient dans la distinction, étaient appelées ‘romantisme’ et fascinaient grandement tout le monde cultivé. Il est sans doute juste de dire qu’elles sont épuisées, et destinées à l’être, puisqu’elles sont arrivées jusqu’à Hitler. »44

31La lignée post-romantique esquissée va de Fichte, Hegel et Jahn jusqu’à Wagner, Nietzsche, Chamberlain, Spengler, Carl Schmidt et Rosenberg. On reconnaît-là certains raisonnements de penseurs marxistes, Lukacs en particulier ; mais la présence, pourtant évidente, des Considérations d’un apolitique dans cette évolution est soigneusement occultée.

  • 45 Ibid., p. 66.
  • 46 Ibid., p. 73.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid., p. 74.

32Les deux autres clés sont d’ordre historique. Dans l’essai Le problème de la liberté, Thomas Mann cherche à esquisser un vaste panorama de l’évolution politique, du féodalisme au libéralisme bourgeois et à la démocratie moderne. De là, il projette dans l’avenir deux utopies à réaliser, et qui sont des constantes dans ses essais. L’une est la « totalité de l’humain », opposée à la « politique totalitaire ».45 L’autre est la « démocratie sociale »46, dont la forme spirituelle serait « une liberté mûrie en social » et le contenu nécessaire la « justice sociale ».47 La difficulté de réaliser cette utopie à notre « époque morale »48 est atténuée par le fait même que le monde est passé d’une phase esthétique, qui fut aussi celle de la jeunesse de Thomas Mann, à une phase éthique.

  • 49 cf. e.a. l’essai de Thomas Nipperdey : « L’unité allemande dans une perspective historique », in : (...)

33La seconde clé historique est constituée de deux antithèses. L’une d’elles, et qui se recoupe avec les théories de l’historiographie contemporaine49, est celle de la divergence temporelle dans l’histoire de l’Allemagne entre unité et liberté. C’est ce que l’auteur expose dans Allemagne et Allemands :

  • 50 Essays 5, p. 270.

« Pourquoi l’aspiration allemande à la liberté doit-elle toujours déboucher sur l’absence de liberté interne ? Pourquoi faut-il même, en fin de compte, qu’elle devienne attentat à la liberté de tous les autres, à la liberté elle-même ? La raison en est que l’Allemagne n’a jamais eu de révolution, ni appris à unir la notion de nation à celle de liberté.[...] Il est permis d’affirmer que l’idée même de ‘nation’, en son rapport historique avec celle de liberté, est étrangère à l’Allemagne. »50

34L’autre antithèse, maintes fois relevée par lui, est celle entre liberté et égalité. C’est dans Le problème de la liberté que ce problème est analysé avec le plus d’acuité :

  • 51 Ibid., p. 63-64.

« L’opposition entre démocratie et socialisme est celle entre liberté et égalité, – contradiction logique, sans aucun doute, car, en bonne logique et dans l’absolu, liberté et égalité s’excluent l’une l’autre, comme s’excluent l’un l’autre individu et société. La liberté est l’exigence de l’individu, l’égalité, au contraire, est une exigence sociale ; et l’égalité sociale limite, bien entendu, la liberté individuelle. »51

  • 52 Ibid., p. 73.
  • 53 Ibid., p. 246.
  • 54 Essays 4, p. 214 sqs.

35Or, l’avenir de l’Allemagne appelle à une synthèse entre ces deux oppositions après la disparition du national-socialisme. Thomas Mann s’inspire ici de Heine, qu’il avait beaucoup pratiqué. La solution se trouve dans ce qu’il appelle tantôt la « conscience sociale » (Destinée et devoir)52, tantôt, comme dans L’appel aux auditeurs allemands du 28 mars 1944, « l’humanisme social ».53 Déjà en 1938, dans l’essai De la victoire future de la démocratie, il en appelait dans le même sens à une nouvelle démocratie.54 Son contenu ?

  • 55 Essays 5 : Schicksal und Aufgabe, p. 235.

« [...] l’idée fondamentale du droit commun à la propriété et la jouissance des biens de cette terre, [...] la disparition progressive des différences de classe, [...] le droit au travail et l’obligation du travail pour tous. »55

  • 56 Ibid., p. 234.

36C’est ce qu’il pensait retrouver dans le « communisme eschatologique » des mouvements populaires religieux de la fin du Moyen-Age.56 On le voit, l’idée d’un communisme ancien et œcuménique n’avait cessé de le séduire.

37Quant à la manière de réaliser cet humanisme social, elle reste chimérique, tant il est évident que Thomas Mann n’avait guère la tête politique. On citera néanmoins ce dernier aperçu de Destinée et devoir :

  • 57 Ibid., p. 237.

« Ne croyez pas qu’à travers tout ce que je tente de vous exposer ici je ne cherche qu’à parler en faveur de ce qui est nouveau et inexpérimenté. Car je renierais par là ma nature d’artiste, puisque jamais l’artiste n’est que le défenseur et l’annonciateur de la nouveauté, mais aussi l’héritier et le représentant de l’ancien. II ne cesse de créer le nouveau à partir de la tradition. De même que je suis loin de renier les valeurs de l’époque bourgeoise, dont fait partie la plus grande part de ma vie personnelle, de même je sais que les exigences de ce temps et les devoirs de la paix à venir ne sont pas seulement d’ordre révolutionnaire, mais aussi reconstructif, voire restauratif. Un tumulte historique, tel que nous le vivons en ce moment, a toujours été suivi par un mouvement de restauration. »57

38Telles sont donc les idées majeures et constantes d’un des plus illustres des écrivains exilés allemands. On aura remarqué, d’un côté, le militantisme farouche et continu contre le national-socialisme, analysé avec perspicacité. Mais il est apparu, de l’autre côté, au-delà d’une éthique fondamentale, une pensée politique « socialisante » plutôt vague, illusoire et impossible à réaliser. Cela expliquera les divergences devant l’action de Thomas Mann, dont il sera question plus loin, ainsi que les malentendus et l’exploitation de certains de ses écrits.

C. L’interaction entre les écrits politiques et la création littéraire

39Il ne saurait être question ici d’analyser le contenu des romans et des essais littéraires, mais simplement d’en souligner la complémentarité avec les écrits politiques. Rappelons que pendant son séjour en Suisse, puis aux États-Unis, il acheva la tétralogie Joseph et ses frères (1926-43), écrivit Lotte à Weimar (1939), entama Docteur Faustus (1947) et L’élu (1951) et composa plusieurs nouvelles, dont La loi (1944) ; une production à laquelle s’ajoutent plusieurs essais littéraires dont certains, comme Schopenhauer (1938), Anna Karenina (1939), Défense de Wagner (1939), prolongent des considérations antérieures à l’exil ; d’autres, comme Le ‘Werther’ de Goethe (1938), Du ‘Faust’ de Goethe (1938), Joseph et ses frères (1942) accompagnent ses romans, ou encore servent de cours, comme L’art du roman (1940).

  • 58 cf. l’article cit. de Hans R. Vaget, n. 28.
  • 59 cf. e.a. : T.J. Reed : « Thomas Mann und die literarische Tradition », in Thomas Mann-Handbuch, op. (...)

40On remarquera tout d’abord que l’exil, où il fut plutôt heureux, et pour le moins à l’aise et en sécurité58, n’a en rien interrompu sa création littéraire, ni ne l’a-t-elle amoindrie ; un projet gigantesque, comme celui de Joseph et ses frères y a même été poursuivi et achevé. De même, la rédaction des essais et appels politiques et ses activités militantes n’ont pas entravé ses travaux littéraires ; ils les ont plutôt stimulés. Mais il est indiscutable que l’écriture remplit pour Thomas Mann d’autres fonctions en ces temps difficiles. Elle crée des éléments constitutifs et constructifs de cette culture allemande et de sa dignité dont l’Université Harvard l’avait considéré comme garant. Il importait donc pour l’écrivain de ne pas vivre seulement de son passé. Qui plus est, la résistance de Thomas était en partie fondée sur une certaine conception de la culture allemande, non point celle d’avant 1914, mais celle élaborée sous Weimar : la modification de l’image de Goethe est, à ce titre, caractéristique.59 Dans son grand essai sur Goethe comme représentant de l’époque bourgeoise (1932), il exhausse son modèle par rapport à cette époque et le situe dans l’universalisme d’une communauté à l’échelle du monde ; il le place même, à la fin, dans le contexte de sa vision démocratique.

  • 60 cf. Herbert Lehnert : « Dauer und Wechsel der Autorität. Lotte in Weimar als Werk des Exils », in : (...)
  • 61 Franz Grillparzer : Sämtliche Werke, 4. Band, Selbstbiographie, p. 146.
  • 62 H. Lehnert, op. cit., p. 49.

41Mais en même temps la production littéraire permet à Thomas Mann de prendre quelque distance par rapport à sa vision positive du Bildungsbürgertum d’avant 1918 et même d’avant 1933. Même si son image de Goethe n’était pas sans contradictions en 1932, elle l’est bien moins que dans le roman d’exil Lotte à Weimar. Certains de ses passages sont plutôt une rupture avec l’idéologie des Bildungsbürger dans leur assujettissement à l’autorité représentée par Goethe. Quant au grand modèle lui-même, il est présenté en ses multiples contradictions. Dans l’essai cité de 1932, les contradictions de Goethe étaient encore sublimées, parce qu’il devait encore rester le modèle pour le Bildungsbürgertum que Thomas Mann pensait pouvoir rallier à la république.60 Dans le roman goethéen de l’exil, la synthèse n’est plus faite. Outre l’ironie sur la raideur du vieux monarque de la culture, empruntée, après tout, à l’Autobiographie du jeune Grillparzer61, c’est surtout l’attitude politique de Goethe qui est relativisée. Dans les opinions conservatrices du vieil écrivain, malgré son humour, dans ses palinodies multiples, c’est surtout l’autorité du modèle qui est mise en question : « le grand homme » n’est-il pas, après tout, comme le disait son frère Heinrich et comme Thomas Mann le fait dire à son Goethe, « un malheur public »62 ?

  • 63 B. Kristiansen : « Freiheit und Macht. Totalitäre Strukturen im Werk Thomas Manns », in : Thomas-Ma (...)

42Il apparaît donc que, dans cette sorte d’intertextualité privée entre essais politiques et romans au temps de l’exil, les textes littéraires, en leur ambiguïté profonde, corrigent parfois le ton visionnaire des essais. Cela peut aussi jouer en sens contraire, comme le montre Børge Kristiansen dans son étude sur La loi, « Liberté et puissance. Structures totalitaires dans l’œuvre de Thomas Mann ».63

II. Ambiguïtés, réticences, critiques

43Même si la stature et l’orientation fondamentale de Thomas Mann pendant l’émigration ne sont guère contestables, son attitude n’en a pas moins provoqué des réticences et critiques de la part de milieux et d’individus divers et parfois opposés. Il est possible de réduire à quatre les faisceaux de ces critiques, qui seront ici examinées brièvement et successivement.

  • 64 cf. e.a. Hermann Kurzke : Betrachtungen eines Unpolitischen, in : Thomas-Mann-Handbuch, op. cit.
  • 65 cf. n. 2.

441. La première et la plus irritante en sa persistance, même parmi les commentateurs éclairés64, est la continuité du mythe littéraire des Considérations d’un apolitique qui range son auteur du côté des idées d’un nationalisme farouche ou, à tout le moins, de l’aile conservatrice du Bildungsbürgertum du XIXe siècle. Nous pensons avoir prouvé dans une communication précédente qu’il n’en est rien65 ; nous ne jugeons donc pas utile d’y revenir.

  • 66 Essays 5, op. cit., p. 250-256.

45Cependant, la querelle ayant rebondi pendant son exil américain, il convient d’aborder succinctement cet aspect circonstanciel. L’occasion en fut un débat épistolaire de la réputée revue Atlantic Monthly, initié par des lettres de lecteurs du 1er et 2 juillet 1944, à la suite de la publication de l’essai Destinée et devoir. C’est la lettre du Français Henri Peyre, professeur de littérature française à Yale, qui suscita la réplique de Thomas Mann, en octobre 1944 sous le titre Les citations de M. Peyre.66. L’accusation contre Thomas Mann était qu’il voulait se faire le défenseur d’une ‘paix douce’ avec l’Allemagne, ce pour quoi il n’était pas habilité, en raison de ses publications antérieures à la Première Guerre mondiale. Il s’agissait, en particulier, d’un article militariste publié en 1914 dans la Neue Rundschau, « Pensées en guerre ». Se référant à Georg Lukacs qui, lui, avait compris son évolution, Thomas Mann répond entre autres dans les termes suivants :

  • 67 Ibid., p. 253.

« [...] le vieil article [...] se situe au tout début d’un long processus intellectuel qui mena à travers les Considérations et La montagne magique jusqu’au discours De la victoire future de la démocratie, processus qui, bien entendu, ne se situait pas en vase clos, mais eut lieu pendant les situations variables de la réalité historique et où je réussis à compléter politiquement ma conception de l’humanité et à trouver ma vraie place dans le combat humain. »67

46Citant ensuite le discours berlinois De la république allemande (1922) et la lettre au doyen de la Faculté des lettres de l’Université de Bonn, Thomas Mann décrit brièvement son évolution :

  • 68 Ibid., p. 254.

« [...] pendant dix années, avant qu’Hitler ne vint au pouvoir, j’ai fait face aux flots montants du national-socialisme en Allemagne ; pendant une décennie, j’ai tenté d’écarter le malheur que je voyais venir, au prix des attaques les plus venimeuses, de sacrifices continuels de ma quiétude et joie de vivre ; j’ai payé cet accomplissement de mon devoir du prix de mon exil, de la perte de mes lecteurs allemands, de la perte de ma maison, mon pays et ma fortune. »68

  • 69 Ibid., p. 428.

47Il parait évident que le ralliement à la république, voire à la démocratie, est indiscutable, quelles qu’en soient les méandres et les nuances. On considérera donc ce point comme réglé, ce que fit d’ailleurs Henri Peyre.69

  • 70 Essays 4, op. cit., p. 75-78 et p. 346 sqs.

482. La seconde série de critiques est bien plus justifiée. Elle porte sur les hésitations, les refus et les silences de Thomas Mann durant l’exil. Chronologiquement, la première affaire, complexe et pénible, fut son refus de participer à la revue Die Sammlung, dirigée à Amsterdam par son fils Klaus, alors qu’il avait préalablement donné son accord. Son éditeur, G. Bermann-Fischer l’y avait incité pour assurer la publication en Allemagne du premier volume de sa tétralogie Joseph et ses frères. Une lettre de Thomas Mann du 25 octobre 1933 à l’éditeur de l’Arbeiter-Zeitung de Vienne tente sans grande conviction d’expliquer sa position.70 Ce fut un des nombreux différends avec ses enfants Klaus et Erika, bien plus engagés et radicaux que lui. Il y apparaît toutefois une explication lui tenant à cœur, puisqu’elle figure dans la lettre précitée à Henri Peyre, la « perte de (ses) lecteurs allemands ».

49L’argument s’insère dans un faisceau d’autres tendant à faire comprendre son attitude dans l’émigration suisse de 1933 à 1936, jusqu’à sa lettre ouverte à Korrodi. À part sa lettre au Comité du prix Nobel de la paix en faveur d’Ossietzky, il resta, en effet, silencieux, malgré les objurgations de ses enfants, son frère et ses amis. Qui plus est, une lettre d’avril 1934 « Au ministère de l’intérieur du Reich/Berlin » parle de retrait de toute activité militante :

« Mais depuis que l’histoire a dit son mot, je me suis tu et m’en suis tenu strictement à la déclaration faite lors de ma démission de l’Académie des Arts et Lettres de Prusse : J’ai décidé d’ôter de ma vie tous les aspects officiels qui s’y sont accrochés au cours des ans et de me consacrer dans une retraite totale à mes tâches personnelles.

  • 71 Ibid., p. 87.

J’ai appris à comprendre que je réussirai le mieux à réaliser cette intention – conséquence de mon engagement antérieur en faveur d’idées défaites par l’histoire – au-delà des frontières du Reich et que ce genre de vie est le mieux à même de me garantir la quiétude dont j’ai besoin pour achever mon œuvre poétique – une œuvre dont il est prouvé qu’elle continue même aujourd’hui à ne pas être indifférente à la nation. Il ne m’a pas été facile d’en arriver à cette décision »71

  • 72 cf. notre contribution cit. n.2, p. 144-146.

50Il y eut, pour ce silence, de nombreux arguments : le choc des événements historiques, le manque de réaction des autres puissances et de bien des Allemands, le traumatisme dû à l’échec de ce qu’il considérait comme sa fonction et mission publique d’écrivain, la perte de sa situation et de ses biens à un âge avancé (il avait près de soixante ans), l’incertitude générale liée à l’exil, l’ébranlement culturel et vital.72 Mais il n’empêche que, pour sa famille, ses collègues et bon nombre de ses lecteurs en Allemagne et à l’étranger, ce retrait, ce mutisme produisaient un choc en retour.

  • 73  cf. Essays 4, op. cit., p. 447-448. Il s’agit des affrontements à Paris entre communistes et socia (...)
  • 74 Thomas Mann avait, en particulier, du mal à comprendre les règles du jeu politique et universitaire (...)
  • 75 cf. Essays 5, op. cit., p. 404-406.

51Il sera en partie surmonté, on l’a noté plus haut, dès qu’il se sera ressaisi et aura repris sa plume de militant en 1937. Mais dès 1938 en France73, puis aux États-Unis, les dissensions sont telles que ses hésitations le reprennent. Dans ce dernier pays, il est d’abord exposé aux difficultés de la plupart des immigrants, aux tensions avec certains intellectuels et hommes politiques, à la surveillance du F.B.I., ce qui était, certes, courant, mais qu’il prenait mal ; l’amitié d’Agnes Meyer ne pouvait suffire à le guider à travers les us et coutumes d’un pays qu’il connaissait mal.74 Les tensions politiques et humaines entre émigrés allemands n’arrangeaient rien, en particulier celles entre sociaux-démocrates et communistes : Thomas Mann se sentait souvent pris entre eux. Les démêlés les plus sérieux eurent lieu avec les divers comités pour une Allemagne libre, en particulier le ‘Nationalkomitee Freies Deutschland’ créé le 13 juillet 1943 à Moscou par 38 communistes allemands exilés, dont W. Ulbricht, W. Pieck et J.R. Becher, et qui fut étendu aux États-Unis avec la collaboration de B. Brecht, L. Feuchtwanger, L. Marcuse, H. et Th. Mann le 1er août 1943 ; le 2 août Th. Mann retira sa signature à la suite d’un désaccord sur le sort de l’Allemagne vaincue – l’on y reviendra plus bas. De même, comme les États-Unis se désintéressaient de la création sur leur sol d’un gouvernement d’exil, il se retira le 29 novembre 1943 du ‘Free German Committee’ créé par le théologien Paul Tillich et B. Brecht.75 Ces hésitations, qui sont de nature politique, s’expliquent par les deux derniers problèmes qui seront abordés successivement.

  • 76 Ibid., p. 207.

523. Il a déjà été question des relations de Thomas Mann avec le communisme. En une formule simplifiée, on pourrait dire qu’il avait des sympathies d’ordre idéologique pour un système qu’il refusait d’assimiler au national-socialisme, mais qu’il se défiait des hommes qui se chargeaient ou étaient chargés de l’appliquer. Ainsi, il adressa en 1943 des vœux de Nouvel An au peuple russe et à l’Armée Rouge, mais sans citer Staline ou le parti communiste.76 De même, lors des discussions à propos de la création du ‘Council for a Democratic Germany’, il écrivit à Agnes Meyer qu’il avait préservé sa liberté,

  • 77 Ibid., p. 426, lettre du 5 décembre 1943.

« en dépit de la remarque du Professeur Tillich, selon lequel j’aurais ‘condamné l’Allemagne à mort’ et du visage amer et sarcastique de Bert Brecht, ce Party liner qui, si les Russes lui donnent le pouvoir en Allemagne, me fera tout le mal possible. »77

53Russophile depuis toujours, sympathisant intellectuel d’un socialisme idéalisé, il ne trompait pas les communistes comme Brecht, pas plus que ... le F.B.I. qui le soupçonnait, certes, d’être communiste, mais, avant tout, d’être un compagnon de route. Avouons qu’à tout le moins ses contorsions répétées étaient difficiles à suivre. Cette attitude ambiguë, dans laquelle entrait une part de jeu ironique, se prolongera après 1945.

544. Le second problème est celui de la culpabilité allemande à l’issue de la défaite. Les déclarations et opinions de Thomas Mann sont nombreuses à ce sujet dans son Journal, ses essais, ses lettres, et souvent diverses, selon ses humeurs ou ses interlocuteurs. Il y a pourtant une constante : d’avoir, malgré les objurgations et exhortations, laissé venir et laissé faire un système inhumain, le peuple allemand ne saurait échapper à certaines conséquences. Sans doute les plus claires sont-elles dans les réponses à Clifton Fadiman à propos du ‘Council for a Democratic Germany’ et à Henri Peyre ; elles se recoupent souvent mot pour mot :

« Il y a peu de danger, écrit-il à Cl. Fadiman, que l’Allemagne se tire de cette guerre sans trop de mal. Ni les plans de la European Advisory Commission à Londres, ni certaines déclarations russes ne permettent d’y conclure. Depuis longtemps, l’Allemagne a commencé à payer et s’achemine sans aucun doute vers une expiation plus dure encore. Pour ma part, je n’ai rien à y objecter. [...] La catastrophe est là ... Même le peuple allemand aurait dû la prévoir. S’il lui arrive du mal, on ne peut que poser la question : mais que s’est-il donc imaginé ? Qu’il ne faut pas payer pour un excès, une ivresse du calibre de celle qu’elle s’est offerte ? [...] Aucune mesure ne saurait m’étonner que l’on tiendrait pour nécessaire. Mais pouvez-vous reprocher à un écrivain allemand de ne pas vouloir se dresser à jamais devant son peuple comme l’exécuteur de la némésis ? »

55Quant à l’attitude de ses collègues aux États-Unis, il y écrit les phrases suivantes, qui définissent sa position :

  • 78 Ibid., p. 248 et 249.

« Autant je suis convaincu qu’il est trop tôt pour s’apitoyer sur l’Allemagne, autant je trouve d’une audace irresponsable que des émigrés allemands se portent aujourd’hui garants de la future bonne conduite démocratique de l’Allemagne – pays qui nous est à tous devenu étranger – et autant je trouve inacceptable que des Allemands se tiennent, bras écartés, devant leur pays, criant que rien ne devrait lui arriver, alors que d’autres ont dû subir des choses incroyables [...]. Mais il me semble tout aussi déplaisant et autodestructeur qu’un Allemand comme moi, qui pense aussi rester fidèle à la langue allemande en tant que citoyen américain [...] puisse aujourd’hui s’arroger devant le tribunal du monde de devenir l’accusateur de son pays égaré et coupable. »78

56On sait qu’il vise là les membres du Comité national, dont Brecht. Mais comment comprendre ses palinodies et provocations quant au communisme ou au sort de l’Allemagne ? À se déclarer tantôt non-communiste, tantôt à écrire à propos de Destinée et devoir :

  • 79 Ibid., p. 413, lettre à Konrad Kellen du 19 août 1943. Le texte de l’essai avait fortement irrité A (...)

« Souvent je dis des choses affreusement gauchistes, mais j’espère le préserver d’un effet scandaleux en l’arrosant de pas mal de sucre en poudre conservateur et traditionaliste »79,

il risquait d’irriter ses amis de tous côtés. Et que penser de sa lettre à Brecht du 10 décembre 1943 où il déclare sans « sucre en poudre » :

  • 80 Ibid., p. 413-414.

« J’ai, certes, admis dans ma conférence qu’on ne pouvait récuser une certaine responsabilité collective pour ce qui est arrivé... Car, en un sens, un homme, un peuple est responsable de ce qu’il est et fait [...]. Mais j’ai déclaré qu’une certaine sagesse est recommandée en raison de la lourde co-responsabilité des démocraties du monde dans la naissance de la dictature fasciste [...]. Je me suis même moqué de la stupide panique du monde bourgeois devant le communisme [...]. J’ai dit que ce n’est pas l’Allemagne qu’il faut détruire et stériliser, mais la combinaison coupable de Junker, militaires et grands industriels qui est responsable de deux guerres mondiales. Et que tous nos espoirs reposent sur une révolution allemande vraie et purificatrice, que les vainqueurs ne devraient pas empêcher, mais favoriser et faire avancer. »80

  • 81 cf. Karl Jaspers : La culpabilité allemande, trad. Jeanne Hersch, Paris 1990, Ed. de Minuit. Le tex (...)

57Que penser d’un tel manque de réflexion morale, quand on songe à Karl Jaspers81 ? Que penser de ces contradictions et incohérences, de certaines provocations indécentes, de cette volonté de ménager ceux que souvent il a insultés ? Que penser enfin de ce manque total d’information et de sens politique face au communisme ? À tout le moins que la pensée de Thomas Mann était bien ondoyante et que ces incohérences expliquent largement certaines critiques, d’où qu’elles viennent.

58Thomas Mann, un modèle d’écrivain en exil ? Guère, comme on vient de le voir. On prendra moins en compte les dissensions entre mouvements d’intellectuels et de politiques en exil. On est même tenté de comprendre les effets psychologiques du traumatisme de l’exil à la lecture de cette phrase de l’auteur à von Molo :

  • 82 In : Gisselbrecht/Daun, op. cit., p. 316-317.

« ... vous n’avez pas vécu cet asthme du cœur que provoque l’exil, le déracinement, les frayeurs nerveuses de celui qui est arraché à sa patrie »82

59Mais cela ne doit pas faire oublier les incohérences et certains louvoiements sarcastiques indignes d’un homme considéré comme éminent par ses hôtes américains et ses collègues.

60Et pourtant il aura été, entre 1933 et 1945, au-delà de tout jugement partial, un exemple de ce que bien des Allemands, intellectuels ou non, auraient pu et dû faire. Il y a, certes, l’exemple de quelques-uns qui sont restés ou même revenus, comme Bonhœffer ou Niemöller, mais à grands risques ; ceux aussi qui sont partis et ont milité d’emblée comme Barth ou les enfants Mann. Mais il convient, en fin de compte, de reconnaître ce que Thomas Mann a fait et que seul il a pu faire, à cause de son renom à l’étranger. Il a tenté, malgré sa déception, de réveiller les pays d’accueil, en particulier les États-Unis, où l’engagement dans la guerre en Europe était loin d’être acquis : dans une certaine mesure il aura apporté son soutien au président Roosevelt dans cette tâche. Il a essayé, sans toujours persister, de contribuer à fédérer les clans divisés des émigrés. Enfin et surtout, personne n’est intervenu auprès des Allemands du pays aussi longuement et intensément que lui, de par ses émissions radiophoniques.

  • 83 On lira, dans une perspective plutôt littéraire : Rolf Günter Renner, « Repräsentanz der Dichtung – (...)

61Il aura apporté le poids d’un témoignage variable et même contestable en ses détails, mais constant pour l’essentiel. En ce sens, et quoi que d’aucuns, qui ont longtemps collaboré, auront le front de lui reprocher après 1945, il aura participé du mieux qu’il a pu à la résistance.83

Notes

1 La presque totalité des citations est tirée de : Thomas Mann - Essays, Hg. v. Hermann Kurzke u. Stephan Stachorski, Bd. 4 u. 5 Frankf./M. 1995 + 1996, S. Fischer. Trad. Gérard Schneilin.

2 Gérard Schneilin : « Thomas Mann et la république de Weimar », in : Gilbert Krebs et Gérard Schneilin (dir.) : Weimar ou De la démocratie en Allemagne, Paris 1994, PIA.

3 Cf. ibid. Thomas Mann : Betrachtungen eines Unpolitischen, Frankf./M. 1956, S. Fischer.

4  « Protest der Richard Wagner-Stadt München », in : Essays Bd. 4, op. cit., p. 342-44.

5 Ibid., p. 393-4. cf. Peter de Mendelssohn, commentaire des Tagebücher 1935-1936, p. 622 sqs.

6 Ibid., p. 394.

7 Ibid., Ein Briefwechsel, p. 183-191.

8 cf. « Pourquoi je ne rentre pas en Allemagne », in : Thomas Mann - Être écrivain allemand à notre époque, prés. André Gisselbrecht, trad. Denise Daun, Paris 1996, Gallimard/Arcades, p. 316.

9 Essays 4, op. cit., p. 379-80.

10 Ibid. : « Die Juden werden dauern ! », in : Essays 4, op. cit., p. 177-178.

11 « Fort mit den Konzentrationslagern ! », p. 179.

12 Ibid. : Ein Brief von Thomas Mann (An Eduard Korrodi), p. 169-174.

13 Ibid. : « Nachwort », p. 192-197.

14 Ibid : Botschaft an Amerika p. 245-247.

15 Ibid., p. 183-191. Le doyen était le Professeur Justus Obenauer, germaniste et officier dans les SS ; il réexerça ses fonctions après 1945.

16 Ibid., p. 184.

17 Ibid., p. 446 et p. 440.

18 Ibid., p. 185.

19 Ibid., p. 187.

20 Ibid., p. 188 : « [...] an der Erfüllung ihrer eigentlichen Aufgaben, ungeheurer und dringender Aufgaben des F r i e d e n s, hindert... »

21 Ibid., p. 188-189.

22 À. Gisselbrecht, op. cit. n. 8, p. 17.

23 cf. en part. : Ludolf Herbst : Das nationalsozialistische Deutschland 1933-1945, Frankf./M. 1996, ed. suhrkamp NF 285. Du même auteur : « Guerre et chaos. À propos de diverses interprétations du IIIe Reich » in : État et société en Allemagne sous le IIIe Reich, Gilbert Krebs et Gérard Schneilin (dir.), Paris 1997, PIA.

24 Essays 4, op. cit., p. 305-312.

25 Hermann Kurzke : « Politische Essayistik », in : Thomas Mann-Handbuch, hg. v. Helmut Koopmann, Stuttgart 1995, Kröner, p. 704.

26 Essays 4, op. cit., p. 311.

27 Ibid., p. 312.

28 cf. à ce propos : Hans R. Vaget : « Schlechtes Wetter, gutes Klima : Thomas Mann in Amerika », in : Thomas Mann-Handbuch, op. cit., p. 68 sqs.

29 Essays 5, op. cit., p. 154.

30 Ibid., p. 351-52. Les éditeurs ne proposent qu’un choix de 13 textes. Pour un choix de 55 textes, on consultera : Stockholmer Gesamtausgabe : Thomas Mann - Reden und Aufsätze II, Frankf./M. 1965, S. Fischer.

31 Reden und Aufsätze II op. cit. p. 194.

32 Essays 5, op. cit., p. 183-184.

33 Ibid., p. 201-203.

34 Ibid. : Niemöller, p. 164-171.

35 Ibid., p. 214-216.

36 Ibid., p. 215.

37 Ibid. : Das Problem der Freiheit, p. 54-74 ; Deutschlands Weg nach Hitlers Sturz, p. 156-163 ; Schicksal und Aufgabe, p. 218-236 ; Deutschland und die Deutschen, p. 260-281.

38 Ibid. : Zu Wagners Verteidigung, p. 81.

39 Ibid., p.189.

40 In : Gisselbrecht/Daun, op. cit., p. 334-335.

41 cf. in : Essays 5, op. cit., l’émission du 19 avril 1945, après la mort de Roosevelt.

42 Ibid., p. 413-414.

43 Ibid., p. 234.

44 Ibid., p. 160.

45 Ibid., p. 66.

46 Ibid., p. 73.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 74.

49 cf. e.a. l’essai de Thomas Nipperdey : « L’unité allemande dans une perspective historique », in : id., Réflexions sur l’histoire allemande, Paris 1992, Gallimard/NRF, p. 295-311.

50 Essays 5, p. 270.

51 Ibid., p. 63-64.

52 Ibid., p. 73.

53 Ibid., p. 246.

54 Essays 4, p. 214 sqs.

55 Essays 5 : Schicksal und Aufgabe, p. 235.

56 Ibid., p. 234.

57 Ibid., p. 237.

58 cf. l’article cit. de Hans R. Vaget, n. 28.

59 cf. e.a. : T.J. Reed : « Thomas Mann und die literarische Tradition », in Thomas Mann-Handbuch, op. cit.- Hans Wysling : « Thomas Manns Goethe-Nachfolge » in : Jahrbuch des Freien Deutschen Hochstifts 1978. p. 498-551.

60 cf. Herbert Lehnert : « Dauer und Wechsel der Autorität. Lotte in Weimar als Werk des Exils », in : Thomas Mann-Studien 7. Bd - Internationales Thomas-Mann-Kolloquium 1986 in Lübeck, Bern 1987, Francke, p. 41.

61 Franz Grillparzer : Sämtliche Werke, 4. Band, Selbstbiographie, p. 146.

62 H. Lehnert, op. cit., p. 49.

63 B. Kristiansen : « Freiheit und Macht. Totalitäre Strukturen im Werk Thomas Manns », in : Thomas-Mann-Studien 7. Band, op. cit. n. 60, p. 53 sqs.

64 cf. e.a. Hermann Kurzke : Betrachtungen eines Unpolitischen, in : Thomas-Mann-Handbuch, op. cit.

65 cf. n. 2.

66 Essays 5, op. cit., p. 250-256.

67 Ibid., p. 253.

68 Ibid., p. 254.

69 Ibid., p. 428.

70 Essays 4, op. cit., p. 75-78 et p. 346 sqs.

71 Ibid., p. 87.

72 cf. notre contribution cit. n.2, p. 144-146.

73  cf. Essays 4, op. cit., p. 447-448. Il s’agit des affrontements à Paris entre communistes et sociaux-démocrates autour de la collaboration de Thomas Mann : c’était une des nombreuses tentatives d’unifier la résistance en exil.

74 Thomas Mann avait, en particulier, du mal à comprendre les règles du jeu politique et universitaire, ainsi que le fonctionnement de la démocratie à l’américaine.

75 cf. Essays 5, op. cit., p. 404-406.

76 Ibid., p. 207.

77 Ibid., p. 426, lettre du 5 décembre 1943.

78 Ibid., p. 248 et 249.

79 Ibid., p. 413, lettre à Konrad Kellen du 19 août 1943. Le texte de l’essai avait fortement irrité Agnes Meyer, son amie et bienfaitrice, chargée de le traduire.

80 Ibid., p. 413-414.

81 cf. Karl Jaspers : La culpabilité allemande, trad. Jeanne Hersch, Paris 1990, Ed. de Minuit. Le texte date de 1946.

82 In : Gisselbrecht/Daun, op. cit., p. 316-317.

83 On lira, dans une perspective plutôt littéraire : Rolf Günter Renner, « Repräsentanz der Dichtung – Thomas Mann in der Emigration », in : Das Subjekt dre Dichtung, Fs. Gerhard Kaiser, Hgg. Gerhard Buhr, Friedrich A. Kittler, Horst Turk, Würzburg 1990, Königshausen & Neumann, p. 199-137.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search