Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

L’engagement des intellectuels en exil

Les démocrates libéraux en exil 1933-1939

Michel Grunewald

Note de l’auteur

Il est souvent très difficile de proposer des dénominations qui, en particulier dans le domaine de la politique, rendent fidèlement compte des réalités d’un autre pays. C’est le cas précisément quand il s’agit de proposer, en français, des concepts pour désigner les Allemands qui, entre 1918 et 1933, s’étaient reconnus dans les idées de 1789. Si nous avons choisi, pour désigner les « républicains » en exil dont il va être question ici la dénomination de « démocrates libéraux », ce n’est pas parce que nous voulons souligner nécessairement une parenté qui les unirait à d’anciens partis politiques d’avant 1933, mais pour rendre compte prioritairement de deux aspects solidaires de leur idéologie : leur adhésion à des valeurs qui, à leurs yeux, avaient été représentées dans leur pays par la République de Weimar ainsi que de leur souci constant, conforme à la tradition du libéralisme politique, de défendre la liberté individuelle et le pluralisme; en matière économique, en revanche, les « démocrates libéraux » dont il va être question étaient souvent favorables à des solutions autres que le laisser-faire libéral hérité d’Adam Smith.

Texte intégral

  • 2 Pour ces aspects quantitatifs, cf. prioritairement Werner Röder, Herbert A. Strauss (et alii) : Bio (...)

1Entre 1933 et 1939, la situation des exilés allemands de tendance démocrate libérale fut certainement encore plus inconfortable que celle des groupes qui se réclamaient de la gauche. À la différence des communistes ou des socialistes de toutes obédiences, ces opposants au IIIe Reich ne disposaient pour ainsi dire pas d’états-majors, de comités ou autres structures opérationnelles sur lesquelles ils auraient pu s’appuyer. Ils n’étaient représentés que par quelques hommes politiques et très peu de militants au sens strict du terme. Encore que la chose soit difficile à quantifier de façon précise, on peut dire qu’ils ne représentaient, parmi les quelque trente mille exilés allemands réellement actifs sur le plan politique jusqu’au début de la guerre, qu’une minorité de quelques centaines de personnes.2

2L’absence d’une véritable infrastructure politique constituait pour les démocrates libéraux en exil assurément un handicap. Toutefois, si on veut se faire une idée réelle des possibilités qu’ils avaient en comparaison de leurs homologues de gauche, il convient d’emblée de relativiser l’importance de cet inconvénient. Car, très souvent, ils pouvaient le compenser largement grâce à des relations nouées en général avant 1933 et qui leur permettaient de continuer à évoluer dans des cercles influents. Par ailleurs, malgré leur faible nombre, ils disposaient d’avantages dont était privée la masse des Allemands qui avaient quitté leur pays après le 30 janvier 1933. L’un des plus importants de ces avantages était le renom dont jouissait une grande partie d’entre eux, qu’il s’agisse d’hommes de presse comme Georg Bernhard, Leopold Schwarzschild, d’intellectuels comme Karl Mannheim, Albert Einstein et naturellement d’écrivains comme Alfred Döblin, Thomas Mann, Klaus Mann, Hermann Kesten ...

3Compte tenu à la fois du discrédit qui avait frappé une partie de la classe politique après la faillite de la République de Weimar et de la politisation de la littérature amorcée avant 1933 et amplifiée après, en exil, ces hommes ont été conduits en grande partie à assumer le rôle qui, généralement, dans la cité est dévolu prioritairement à d’autres qu’eux. Car on sait que pendant les années du IIIe Reich, les journalistes et écrivains allemands exilés ont contribué de façon nettement plus large que les politiques proprement dits à manifester aux yeux de l’opinion internationale la réalité d’une opposition allemande au national-socialisme.

  • 3 Sur la presse de l’exil, on pourra consulter notamment Lieselotte Maas : Handbuch der deutschen Exi (...)

4Par ailleurs, au cours de la période qui nous intéresse, ces écrivains, journalistes et intellectuels ont pu s’appuyer sur une presse culturelle et politique dont la qualité était reconnue. Dans le contexte issu de la prise du pouvoir par Hitler, par la force des choses, cette presse fut pour les exilés le lieu d’expression quasiment unique de tous les débats et constitua aussi bien le trait d’union entre les adversaires du IIIe Reich réfugiés à l’étranger que le moyen pour eux de prouver aux yeux de l’Europe et du monde l’existence effective d’une opposition allemande à Hitler.3 Au sein de cette presse, certains organes parvinrent à acquérir un véritable crédit aussi bien auprès des exilés que de certains représentants de l’opinion des pays qui les avaient accueillis, tandis qu’en Allemagne leurs prises de positions étaient suivies avec beaucoup d’attention par les responsables nazis. Ce fut le cas à des degrés divers pour les trois revues choisies comme supports prioritaires de la présente étude : Das Neue Tage-Buch, l’hebdomadaire libéral publié à Paris de 1933 à 1940 sous la direction de Leopold Schwarzschild, Die Sammlung, le mensuel littéraire édité à Amsterdam de 1933 à 1935 par Klaus Mann, et Maß und Wert, la revue culturelle bimestrielle qui parut de 1937 à 1940 à Zurich et dont le spiritus rector fut Thomas Mann. Ces trois périodiques peuvent être considérés comme représentatifs de la diversité propre aux exilés qui adhéraient aux valeurs de la démocratie libérale. Cette diversité n’empêchait pas, sur des questions de fond, l’existence d’un consensus, mais elle se traduisait aussi, en certaines occasions, par des échanges qui pouvaient prendre un tour assez âpre, en particulier lorsqu’ils avaient trait au combat politique contre le nazisme. Ces échanges étaient organisées autour de quatre points essentiels :

  • le débat sur la nature du national-socialisme,

  • la discussion sur le problème allemand et les « deux Allemagnes »,

  • la question de l’union des adversaires d’Hitler et

  • l’interrogation sur les perspectives qui s’offriraient à l’Allemagne après la chute du IIIe Reich.

* *

  • 4 Sur cette question cf. Pierre Ayçoberry : La question nazie. Les interprétations du nazisme 1922-19 (...)

5Le débat sur la nature du national-socialisme comme variante du fascisme ou comme phénomène spécifique ne datait pas de l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Mais les événements de 1933 occasionnèrent une amplification considérable de la réflexion sur les racines de la crise qui avait abouti à la nomination du chef nazi comme chancelier du Reich. Dans un premier temps, ce furent les thèses de la IIIe Internationale et de certains auteurs socialistes qui constituèrent le fondement essentiel de l’explication du phénomène. Ces thèses, rappelons-le en quelques mots, assimilaient le national-socialisme à une variante du fascisme, plaçaient au centre de l’interprétation l’idée selon laquelle l’apparition de celui-ci était provoquée par l’évolution du capitalisme et assimilaient les chefs de file de ce mouvement à des hommes de paille qui agissaient au nom des détenteurs réels du pouvoir, les possesseurs du capital.4

6Chez les démocrates libéraux, cette thèse a connu aussi une certaine fortune, mais elle fut loin de constituer l’élément majeur de l’explication fournie par ceux-ci du phénomène dont l’Allemagne était le théâtre depuis 1933. Pris dans leur ensemble, les auteurs publiés dans Die Sammlung, Das Neue Tage-Buch et Maß und Wert ont procédé dans leurs analyses d’une manière nettement moins doctrinaire que leurs homologues de gauche, et on en trouve le reflet dans la pluralité des interprétations qu’ils ont proposées.

  • 5 Cf. Die Redaktion [=Klaus Mann] : « Die Sammlung ». In : Die Sammlung (= DS), 1(1933-1934)1, septem (...)

7La thèse la plus répandue qu’on trouve chez eux correspond à celle qui forme l’idée centrale du texte de présentation de Die Sammlung dû à la plume de Klaus Mann et qu’on peut résumer ainsi : contrairement à ce que prétendent ses partisans, le phénomène dont Hitler est l’incarnation n’a rien de moderne ; il ne constitue qu’un amalgame des éléments les plus malsains d’idéologies dépassées, remises au goût du jour par les ennemis absolus de la raison. Ces personnages sont, nous dit toujours Klaus Mann, d’une bêtise abyssale et d’une « brutalité hystérique » doublées d’un « antihumanisme érigé en programme » qui les pousse à rejeter par-dessus bord toutes les valeurs de la civilisation et, en particulier, à s’ériger en adversaires irréductibles de l’« esprit », seul capable de promouvoir le progrès réel et l’émancipation de l’homme auxquels doit se vouer tout intellectuel digne de ce nom.5

8L’appréciation portée par Klaus Mann en septembre 1933 au sujet du nazisme repose sur une évocation en raccourci des événements dont l’Allemagne était alors le théâtre depuis plusieurs mois. Elle contient déjà un essai d’explication, mais elle est fondée en priorité sur le désir de susciter la réprobation et le mépris à l’égard d’Hitler et de ses partisans. Celle que Leopold Schwarzschild avait portée quelques semaines auparavant reflétait le même état d’esprit, mais, par rapport à celle de Klaus Mann, elle ouvrait davantage de véritables pistes pour une analyse. L’idée de base de Schwarzschild était qu’on simplifiait abusivement les choses si on assimilait le nazisme à l’une des « autres formes de la réaction, de l’autocratie ou de la dictature » comme par exemple le fascisme italien. Par ailleurs, à ses yeux, on commettait une erreur si on voyait dans le nazisme un mouvement politique au sens classique du terme ; car le parti d’Hitler était une formation atypique dont l’objectif était, au moins à l’échelle d’une nation, de faire régresser l’« homo sapiens » au stade d’évolution du « pithécanthrope ».

  • 6 Cf. Leopold Schwarzschild : « Rückbildung der Gattung Mensch ». In : Das Neue Tage-Buch (= NTB ), 1 (...)

9Il faut naturellement faire la part dans la définition de Schwarzschild d’un désir évident de polémique, et reconnaître que ses commentaires étaient susceptibles d’entraîner une diabolisation du IIIe Reich avec les conséquences contreproductives propres à ce type d’option ; on pourrait reprocher également au directeur de Das Neue Tage-Buch qu’en qualifiant d’atypique le mouvement nazi, il ne contribue pas à faire avancer l’analyse de la situation politique de son pays après le 30 janvier 1933. Cette critique n’est cependant fondée qu’en partie, car elle conduit à passer sous silence que le texte de Schwarzschild contient aussi – au moins à l’état d’esquisse – des éléments d’une explication du national-socialisme concurrente de celle des marxistes. En particulier, lorsque l’auteur développe l’idée selon laquelle les nazis sont animés par une agressivité qui sécrète chez eux un véritable activisme qui ne connaît pas de limites, il ouvre la voie à une interprétation dont le bien-fondé a été reconnu depuis lors : celle de l’assimilation du national-socialisme à une sorte de « révolution permanente ». Car, nous dit-il à la fin de son texte, ce qui caractérise le mieux les partisans d’Hitler « est l’agression dans toutes les directions et en permanence » et, de ce fait, le système mis en place en Allemagne depuis le printemps de 1933 « n’a rien à voir avec un système de gouvernement ou la construction d’un État ».6

10Quelle que soit la famille de pensée dont ils se réclamaient, les exilés mettaient inlassablement en garde contre les tendances belliqueuses du régime d’Hitler. La manière dont il procédaient en la circonstance différait cependant selon leur appartenance politique. Les marxistes orthodoxes, pour leur part, faisaient découler directement de leur théorie de l’évolution du capitalisme le danger auquel Hitler exposait la paix. Les démocrates libéraux, quant à eux, optèrent dans leur interprétation pour une démarche qui reléguait au second plan les considérations théoriques et qui, si on prend comme point de repère Das Neue Tage-Buch, comportait deux aspects essentiels.

  • 7 Gérard Brousseau : Un journal libéral en exil. Das Neue Tage-Buch de Leopold Schwarzschild. Contrib (...)

11Les collaborateurs de l’hebdomadaire procédèrent tout d’abord à des analyses très concrètes afin de démontrer que depuis 1933 l’Allemagne était le théâtre d’une véritable mutation économique dont la finalité ne pouvait être que la préparation d’une aventure militaire. Comme l’a montré une thèse soutenue récemment,7 c’est en effet Das Neue Tage-Buch qui, le premier parmi les journaux de l’exil, dès 1933, a apporté la preuve qu’à partir de l’arrivée d’Hitler au pouvoir, la consommation de minerai de fer et d’aluminium de l’industrie allemande était en train d’augmenter de façon suspecte.

  • 8 Joachim Haniel : « Die Wirtschaft unter der Diktatur. » In : NTB, 1 (1933) 17, 21.10.1933, p. 405 s (...)

12En plus de leurs investigations sur le développement de certains secteurs de la production en Allemagne, les exilés de tendance démocrate libérale s’interrogèrent sur l’évolution des structures de l’économie sous Hitler. Et on a affaire ici au second aspect qui distingue leur analyse de celle des marxistes. Car à la différence de ceux-ci, Das Neue Tage-Buch défendait la thèse selon laquelle sous le régime nazi, le politique primait sur l’économique. C’est ce que notait un chroniqueur dès le 21 octobre 1933 quand il soulignait que, loin de continuer à se développer selon une authentique logique capitaliste, peu à peu, l’industrie allemande se transformait en un simple « outil du pouvoir » politique.8 De ce phénomène, dès ce moment également, les journalistes de Das Neue Tage-Buch tiraient la conclusion que le régime nazi, considéré sous l’angle économique, présentait avec la Russie communiste plus de similitudes que d’aucuns ne voulaient le reconnaître.

  • 9 G. : « Um das Saargebiet. » In : DS, 2(1934-1935)4, décembre 1934, p. 221.
  • 1 0 Cf. à ce sujet notamment : Brousseau (note 7), p. 426-464 et Walter (note 3), p. 72 sqq.
  • 1 1 Hermann Steinhausen : « Die Zukunft der Freiheit ». In : Maß und Wert (= MuW ), 1(1937-1938)1, se (...)
  • 1 2 Ibid., p. 71.

13Comme on le voit à travers les analyses de Das Neue Tage-Buch, pour une partie des démocrates libéraux en exil il n’existait pas de tabous quand il s’agissait d’opérer certains rapprochements entre les structures de l’Allemagne d’après 1933 et celles de la Russie de Staline. Cette assimilation partielle l’un à l’autre du nazisme et du communisme, on l’observe, en dehors des analyses économiques, aussi à travers le recours à la notion de totalitarisme qui connaît déjà une certaine fortune entre 1933 et 1939. Dès 1934, dans Die Sammlung, le IIIe Reich est décrit comme un « État total qui a pour seule finalité lui-même ».9 Toutefois, il ne faut pas exagérer la portée du texte évoqué ici et y voir l’esquisse d’une véritable théorie du totalitarisme : le chroniqueur utilise en effet à des fins polémiques tout simplement le vocabulaire qui avait cours à ce moment en Allemagne même dans les déclarations des responsables nazis et ne procède en aucune manière à un amalgame avec l’URSS. Ce pas est franchi en revanche par Leopold Schwarzschild au moment des procès de Moscou.10 Et dans Maß und Wert, plusieurs articles vont dans le même sens, sans toutefois conclure à une identité complète entre tous les régimes totalitaires. Le modèle de raisonnement utilisé en la circonstance est toujours le même : les auteurs constatent que l’évolution de l’Europe depuis la Révolution française a abouti à une perte du sens de la liberté individuelle au profit de doctrines telles que le socialisme et le nationalisme. Ces doctrines ont entraîné, explique Hermann Steinhausen, une régression de l’autonomie de la personne au profit de la recherche de la « sécurité ».11 Ceci, toujours selon le même raisonnement, aurait eu pour conséquence que des personnages à tendances messianiques aient pu conquérir les masses. Et le résultat, constate Steinhausen, est qu’un « clan » peu nombreux s’est approprié comme en Allemagne, en Italie ou en URSS les rênes du pouvoir et a fait régresser l’homme du stade de l’être pensant à celui de simple « spécimen d’une espèce ».12

* *

  • 1 3 « Die Woche ». In : NTB , 1(1933)1, 01.07.1933, p. 3.

14Au sein de tous les milieux de l’exil, et en particulier parmi les démocrates libéraux, l’analyse du national-socialisme s’inscrivait dans le cadre d’un combat destiné à éradiquer le système mis en place par Hitler et à restaurer aux yeux du monde l’image de l’Allemagne. D’où l’insistance avec laquelle, dès le départ, les journalistes et intellectuels dont il est prioritairement question ici affirmèrent qu’il existait deux Allemagnes et que l’Allemagne « réelle » se trouvait soit en exil ou bien empêchée de s’exprimer sur le territoire du Reich par ceux que Schwarzschild qualifiait dans le premier numéro de Das Neue Tage-Buch de « chefs de bande » et d’« occupants ».13

  • 1 4 Cf. à ce sujet le recueil d’articles de Heinrich Mann : Verteidigung der Kultur. Antifaschistisch (...)

15En tant que porte-parle de l’« autre Allemagne », les exilés faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour accréditer l’idée que l’Allemagne dont ils se réclamaient correspondait bien à une réalité et que nombreux étaient parmi leurs compatriotes ceux qui refusaient les nouveaux maîtres de leur pays. Les chefs de file du mouvement du « front populaire » comme Heinrich Mann n’hésitaient pas, sans apporter toutefois la preuve de leurs affirmations, à déclarer que les « masses » manifestaient de manière de plus en plus décidée leur rejet d’Hitler.14Das Neue Tage-Buch, Die Sammlung et Maß und Wert ont également, à certains moments, été tentés par ce type de discours, mais cela est demeuré exceptionnel dans leur cas. Car si on examine de près leurs textes relatifs à cette question, on est plutôt frappé de la prudence dont témoignaient la majorité de leurs auteurs et rédacteurs. À titre d’exemple à cet égard, citons ce qu’écrivait en septembre 1934 et juin 1935 le chroniqueur politique de Die Sammlung. En septembre 1934, dans un bref compte rendu du congrès nazi de Nuremberg, d’une manière tout à fait générale, il affirmait sa conviction que

  • 1 5 G. : « Politische Chronik, September. Nürnberg und Genf ». In : DS , 2(1934-1935)1, septembre 193 (...)

« la tentative d’ancrer le régime dans le consentement d’un peuple qu’on est contraint sans cesse d’abreuver dans ce but de mensonges [...] tout en le soumettant à la répression ne [pouvait] pas réussir ».15

  • 1 6 G. : « Politische Chronik im Januar ». In : DS, 2(1934-1935)6, février 1935, p. 328-330.

16Quelques mois plus tard, dans une chronique sur la campagne en vue du référendum sarrois, le même auteur s’exprimait d’une manière qui était nettement en retrait par rapport à ses propos de l’automne. Il notait que les opposants à Hitler ne devaient pas espérer grand-chose de l’Eglise catholique, car autant auparavant « elle se rebellait contre l’État quand il n’était pas comme elle le désirait », autant à présent « elle rest[ait] au sein de l’État, n’entrep[renait] rien contre l’État quoi qu’il advienne ».16 Par ailleurs, toujours dans le même texte, l’auteur relevait que malgré tout ce qu’on pouvait prétendre de différent, la technique du plébiscite dans laquelle les nationaux-socialistes étaient passés maîtres ne manquait pas d’efficacité et que le régime parvenait à recueillir grâce à sa politique sociale une certaine adhésion.

  • 1 7 Leopold Schwarzschild : « Zwischenbemerkung ». In : NTB, 7(1939)33, 12.08.1939, p. 783 sq.

17La prudence dont s’entouraient les revues qui nous intéressent lorsqu’il s’agissait d’évoquer des actes réels d’opposition au national-socialisme accomplis en Allemagne trahit en fait toutes les hésitations qui, rapidement, s’étaient installées au sein des milieux dont elles étaient représentatives quand il était question d’ évaluer l’attitude des Allemands face à Hitler. On peut voir un témoignage de ces hésitations qui ont grandi au fil des années dans un point de vue émis par Leopold Schwarzschild le 12 août 1939. À quelques semaines du début de la guerre, le directeur de Das Neue Tage-Buch était d’avis qu’il aurait été tout à fait « sot » d’affirmer que les Allemands soutenaient réellement le IIIe Reich, mais il ajoutait immédiatement qu’il aurait été « tout à fait aussi sot » d’approuver l’« image trompeuse » diffusée pour parler de leur pays par certains exilés qui se réclamaient de la « prétendue ‘autre Allemagne’ ».17

18Les doutes quant à la perception de l’« autre Allemagne » qui s’installent progressivement parmi les démocrates libéraux reflètent un aspect fondamental de la position adoptée par ceux-ci relativement au problème allemand. Car, à la différence par exemple des marxistes orthodoxes qui insistaient sur l’idée selon laquelle le fascisme – donc le national-socialisme – était avant tout le résultat d’une sorte de complot capitaliste, les exilés publiés par Das Neue Tage-Buch, Die Sammlung et Maß und Wert portèrent aussi – et parfois prioritairement – leur attention sur une analyse des causes spécifiquement allemandes des événements de 1933.

  • 1 8 Cf. à ce sujet Brousseau (note 7), p. 298 sqq.
  • 1 9 Cf. Leopold Schwarzschild : « Der rote Faden von 1914 und 1939 ». In : NTB , 7(1939), p. 780.

19Das Neue Tage-Buch par exemple défendit en 1933 la thèse selon laquelle l’Allemagne s’était trouvée livrée à une clique d’aventuriers à la suite d’intrigues tramées par l’entourage du maréchal-président. Mais à cette explication propre à écarter d’emblée toute réflexion en profondeur sur les causes structurelles de l’installation du IIIe Reich, les rédacteurs en ajoutèrent d’emblée une autre, destinée à souligner que ce qui s’était passé en janvier 1933 en Allemagne attestait la faillite complète des élites qui avaient été au pouvoir depuis 1918.18 Pour Schwarzschild, cette faillite avait des racines relativement anciennes et, dans le cas de la social-démocratie, il la faisait remonter au plus tard à l’été de 1914. Parce qu’entre le 25 juillet et le 4 août 1914 les héritiers de Bebel avaient trahi leurs idéaux, estimait le directeur de Das Neue Tage-Buch, ils ne furent pas capables après la fin de la guerre de rompre avec le passé de l’Allemagne et d’inciter leurs compatriotes à renoncer aux idéologies de domination qui leur avaient été proposées comme credo politique sous le régime wilhelmien. Ceci eut, toujours selon Schwarzschild, en particulier pour conséquence qu’après 1918 tout débat sur les responsabilités du conflit mondial fut escamoté en Allemagne et favorisa l’instauration d’une « indifférence morale » désastreuse pour le déroulement de toute la vie publique pendant les quatorze années que dura la République, avec les conséquences que l’on sait.19

  • 2 0 Leo Parth [=Hermann Wendel] : « Geschichte einer Republik ». In : NTB , 3 (1935) 29, 20.07.1935, (...)

20Dans leurs réflexions, nos auteurs ne se cantonnèrent cependant pas dans un examen critique de l’évolution de leur pays après 1918. C’est en fait à un passage en revue de toute l’histoire d’Allemagne et des principaux aspects de la mentalité de leurs concitoyens que les incita la prise du pouvoir par Hitler. Ici, il n’est pas possible de rendre compte de tous les détails de cette analyse. Mais on mentionnera surtout un point, l’importance qu’ils accordaient aux aspects négatifs à leurs yeux des mentalités héritées de la Prusse et à l’absence de traditions démocratiques en Allemagne. C’est ce que met par exemple en relief dans Das Neue Tage-Buch Hermann Wendel qui, en la circonstance, s’appuie sur un schéma tout à fait classique pour affirmer que si les Allemands ne sont pas devenus de véritables « citoyens » c’est parce que, à la différence de leurs voisins français, ils n’ont pas connu aux XVIIIe et XIXe siècles de véritable révolution.20

* *

21Le débat sur l’existence d’une « autre Allemagne » et sur le problème allemand s’est déroulé parallèlement à celui qui était relatif aux possibilités et à la manière pour l’« autre Allemagne » en exil de faire entendre sa voix dans le combat contre Adolf Hitler.

  • 2 1 Cf. Klaus Mann : « Der Kampf um den jungen Menschen ». In : Zahnärzte und Künstler. Aufsätze, Red (...)
  • 2 2 K[laus] M[ann] : « Die Schriftsteller in Paris ». In : DS , 2(1934-1935)12, août 1935, p. 725.

22Pour la majorité des exilés engagés politiquement, la nécessité de s’unir afin d’affronter avec le plus d’efficacité possible le pouvoir national-socialiste ne faisait pas de doute. Ceci explique que les démocrates libéraux ne furent pas insensibles aux campagnes lancées par la gauche sur le thème du « front commun » et, plus tard, du « front populaire ». Ainsi, dès septembre 1933, Die Sammlung inscrivit dans son programme son désir de constituer, sans aucune exclusive, une tribune mise à la disposition de tous ceux qui formaient la « véritable Allemagne ». Cette volonté de rassembler qui – conformément à sa conception de la littérature – se situait à mi-chemin entre des préoccupations culturelles et des impératifs politiques, Klaus Mann est parvenu réellement à la mettre en œuvre pendant la brève histoire de sa revue. Ceci a peut-être nui à l’homogénéité de Die Sammlung, mais, compte tenu du programme annoncé lors de son lancement, son créateur a effectivement rempli le contrat qu’il s’était fixé. Si on se réfère simplement à la liste des collaborateurs de son mensuel littéraire, on relève en effet dans celle-ci, parmi d’autres, les noms de Johannes R. Becher, Ernst Bloch, Alfred Döblin, Lion Feuchtwanger, Alfred Kerr, Heinrich Mann, Rudolf Olden, Gustav Regler etc... Die Sammlung n’a pas pris part directement aux débats qui débouchèrent sur l’idée de constituer un « front populaire allemand » mais, à plus d’une reprise, l’accent y fut mis sur les interrogations des intellectuels non communistes quand il s’agissait pour eux de savoir s’ils pourraient soutenir une telle entreprise. Ces interrogations se résumaient surtout à une question : les communistes allaient-ils être prêts à reconnaître certaines de leurs erreurs et surtout à respecter et à considérer comme de vrais partenaires ceux qui n’adhéraient pas à leur système de pensée ? C’est cette question que Klaus Mann évoqua à la tribune du Congrès international des écrivains pour la défense de la culture de juin 1935 lorsqu’il souligna que, par manque de tolérance, la gauche avait certainement contribué à affaiblir la cause des adversaires d’Hitler.21 Les interventions que Klaus Mann avait entendues pendant le congrès eurent pour résultat d’apaiser au moins partiellement ses craintes ; car, à l’entendre, tous les propos tenus à la tribune de la Mutualité, par leur diversité même et l’esprit de discussion qui avait animé les congressistes, constituaient « la plus belle manifestation de la bonne volonté qui anime ceux qui désirent se rassembler ».22

  • 2 3 (non signé) : « Schriftsteller in Paris ». In : NTB , 3(1935)26, 29.06.1935, p. 622.

23Das Neue Tage-Buch se montra plus nuancé que Klaus Mann quant aux conclusions des débats qui venaient d’avoir lieu et prédisait que « bien des congrès » seraient encore nécessaires avant que ne se trouve un terrain d’entente entre les « deux mondes » qui s’étaient rencontrés à Paris.23

  • 2 4 Sur la question du « front populaire » allemand en exil, cf. notamment Ursula Langkau-Alex : Volk (...)

24Les positions différentes adoptées par Das Neue Tage-Buch et Die Sammlung à l’issue du Congrès international des écrivains pour la défense de la culture mettent bien en valeur les hésitations que suscitait chez une partie des exilés non communistes l’idée même de « front populaire ». Ces hésitations et ces réserves ne les empêchèrent cependant pas en 1935 de poursuivre le dialogue ; et on sait que, dès le départ, des hommes qui n’étaient ni communistes ni socialistes ont fait partie du comité créé à l’hôtel Lutetia. Parmi eux figuraient en particulier Georg Bernhard et Leopold Schwarzschild.24

  • 2 5 Cf. Leopold Schwarzschild : « Eine Aufgabe wird sichtbar ». In : NTB , 3(1935)31, 03.08.1935, p. (...)

25Si on prend comme point de repère Das Neue Tage-Buch, on peut dire qu’à la fin de 1935 et pendant une partie de l’année 1936, l’esprit du « front populaire » a prévalu aussi chez les démocrates libéraux, c’est-à-dire que pendant ces mois, parmi eux, le désir de mettre entre parenthèses ce qui les séparait des communistes l’a emporté sur d’autres considérations. C’est ce sentiment qu’on peut retirer de l’éditorial publié par Leopold Schwarzschild le 3 août 1935 et dans lequel, tout en demeurant prudent, celui-ci plaide, au nom de l’efficacité, pour le renoncement par les différents groupes d’opposants à leurs « programmes particuliers ».25

  • 2 6 (non signé) : « Ein Manifest ». In : NTB , 4(1936)7, 15.02.1936, p. 151.
  • 2 7 (non signé) : « Die demokratische Parole der Kommunisten ». In : NTB, 4(1936)15, 11.04.1936, p. 3 (...)

26On sait que jusqu’à la fin de 1936 le comité qui s’était constitué à l’hôtel Lutetia en septembre 1935 tint plusieurs réunions qui donnèrent lieu notamment à l’adoption de manifestes. Chacune de ces réunions, pour lesquelles Willi Münzenberg s’était beaucoup dépensé, se déroula avec la participation d’opposants qualifiés, dans la terminologie communiste, de « bourgeois ». Comme pour la séance inaugurale de l’automne 1935, lors de la conférence du 2 février 1936, Leopold Schwarzschild était présent et il fut l’un des signataires du document rédigé à cette occasion. Ce texte fut publié dans Das Neue Tage-Buch, assorti d’un commentaire qui le présentait comme le « début d’un processus [...] susceptible de renfermer en germe » des « choses importantes ».26 Le 11 avril 1936, le journal réaffirmait sa volonté de croire que les communistes étaient animés par un désir effectif de respecter leurs partenaires.27

  • 2 8 (non signé) : »Lehren aus einer Erfahrung ». In : NTB , 4(1936)52, p.1231 sq.

27À la fin de 1936, les espoirs nourris au cours de l’année 1935 quant à la réalisation d’un « front populaire allemand » avaient pour ainsi dire disparu de l’esprit de la majorité des démocrates libéraux. Et pour s’en rendre compte, on peut à nouveau avoir recours à Das Neue Tage-Buch : le 26 décembre 1936, l’hebdomadaire constatait l’échec des discussions amorcées depuis un an en raison, tel était l’avis de Schwarzschild, du manque d’imagination des opposants allemands en exil.28

  • 2 9 Au sujet de cette « affaire » cf. Walter F. Peterson : The Berlin Liberal Press in Exile : A Hist (...)
  • 3 0 Cf. « Die Woche ». In : NTB, 5(1937)2, 09.01.1937, p. 28.

28Les commentaires de Das Neue Tage-Buch à la fin de 1936 reflétaient en fait qu’au sein des milieux de l’exil était en train de se nouer une véritable crise qui devait conduire une bonne partie des intellectuels non communistes à se détacher de l’idée de « front populaire ». On sait que la crise en question avait en partie des raisons internes dues à l’affaire du Pariser Tageblatt 29 et que la campagne menée à la même époque par les communistes contre André Gide après la parution de Retour de l’URSS poussa certains exilés à se poser des questions sur la sincérité des représentants de la IIIe Internationale quand ils parlaient de démocratie. Une raison encore plus fondamentale du regain de méfiance à l’égard des communistes dont Das Neue Tage-Buch se fit l’interprète était liée directement à l’évolution en cours en URSS à cause des purges ordonnées par Staline. Dès que des indices convergents permirent d’établir que les procès qui se déroulaient en Union Soviétique tenaient de la parodie de justice, Das Neue Tage-Buch choisit sans hésiter son camp : pour Leopold Schwarzschild – c’est ce qu’il écrivait le 9 juin 1937 à la suite de la mise en accusation de Karl Radek – ce qui était en train de se passer à Moscou confortait les convictions de ceux qui estimaient que la dictature d’Hitler et celle de Staline étaient des « sœurs jumelles ». 30

  • 3 1 Cf. notamment les communiqués publiés par NTB le 24.07.1937 [5(1937)30, p. 720] et le 14.08.1937 (...)
  • 3 2 Cf. à ce sujet en particulier la correspondance échangée entre Klaus Mann et son oncle. In : Klau (...)

29En juin 1937, alors que Schwarzschild procédait déjà depuis plusieurs mois à l’amalgame entre le IIIe Reich et l’URSS, les exilés proches de son journal s’apprêtaient à tirer, à leur façon, les conséquences de la crise dont viennent d’être évoquées les causes : ils fondèrent le « Bund freie Presse und Literatur ».31 Parmi les membres de cette association figuraient, notamment, Bernhard von Brentano, Alfred Döblin, Bruno Frank, Konrad Heiden, Hermann Kesten, Klaus Mann, Walter Mehring, Joseph Roth, Hans Sahl et Leopold Schwarzschild. Le nouveau climat dont témoigne l’annonce de la création de cette organisation – prise très au sérieux par Heinrich Mann32 – trouva sa traduction jusque dans la critique littéraire. Ainsi, le 10 juillet 1937, au nom de la défense de l’« autonomie de la littérature », dans les colonnes de Das Neue Tage-Buch, Hermann Kesten refusait d’établir la moindre différence entre les variantes « prolétarienne » et « fasciste » de ce qu’il appelait le» roman collectif » ; car, à son avis les productions des écrivains allemands soumis à Hitler tout comme celles de leurs homologues soviétiques n’étaient que

  • 3 3 Hermann Kesten : « Die Auflösung des Romans ». In : NTB , 5(1937)28, 10.07.1937, p. 666 sq.

« des marchandises de bazar, des succédanés de nourriture, des articles de solde tels qu’on les trouve dans la grande braderie de la culture organisée par les dictateurs d’aujourd’hui ». 33

  • 3 4 Cf. Klaus Mann : « Der Streit um André Gide ». In : Klaus Mann : Prüfungen. Schriften zur Literat (...)
  • 3 5 Cf. Thomas Mann : Briefe 1937-1947. Frankfurt/M 1963, p. 18 sqq.
  • 3 6 Thomas Mann : « Maß und Wert ». In : MuW , 1(1937-1938)1, septembre 1937, p. 13.

30Les propos très tranchés de Kesten, comme ceux de Schwarzschild en matière politique, ne doivent cependant pas faire oublier qu’une partie des démocrates libéraux se trouvait à l’époque quelque peu en retrait par rapport à des prises de position de ce type. C’était le cas de Klaus Mann qui, par exemple, tout en marquant sa sympathie pour André Gide dans la polémique ouverte par les communistes contre l’écrivain français, s’efforçait de ne pas rompre les ponts avec ceux-ci afin, pensait-il, de ne pas affaiblir les adversaires d’Hitler. En conclusion de son article, il soulignait cependant très nettement les inquiétudes que lui inspiraient les procédés utilisés contre Gide.34 Thomas Mann, pour sa part, était resté distant à l’égard du « front populaire » et, fidèle au style qui lui était propre, dans une lettre adressée à l’association des écrivains soviétiques le 5 avril 1937, il avait marqué son refus de toute dictature.35 Lors du lancement de Maß und Wert, intervenu à l’automne 1937, c’est-à-dire à un moment où personne parmi les exilés allemands ne croyait plus au « front populaire », dans le texte très connu écrit pour la présentation de sa revue, Thomas Mann se disait à la fois partisan d’une « révolution conservatrice » destinée à restaurer la « totalité de l’humain » ainsi que d’un « socialisme » fondé sur le refus du matérialisme et de la lutte des classes, mais décidé à reconnaître « le politique et le social comme [parties intégrantes] de l’humain ».36

* *

31Parmi les démocrates libéraux allemands en exil, comme parmi leurs compagnons qui se situaient à gauche, le débat sur les modalités – unitaires ou non – de l’action contre le IIIe Reich s’insérait dans une réflexion plus vaste et dont l’objet était l’avenir même de l’Allemagne et de la société moderne.

32Les exilés auxquels Die Sammlung, Das Neue Tage-Buch ou Maß und Wert ont servi de tribunes n’ont pas élaboré comme les partis de gauche ou le « comité pour un front populaire allemand » de plates-formes ou de programmes véritablement structurés. Mais cela ne signifie nullement qu’une réflexion approfondie ait été absente de leurs discussions. Les enjeux de ces discussions sont mis en relief en particulier par les articles de Maß und Wert relatifs à une troisième voie entre capitalisme et socialisme ainsi que par une polémique sur la manière d’entrer dans l’ère post-hitlérienne dont Das Neue Tage-Buch a été le théâtre à l’été de 1939.

  • 3 7 Cf. note 11.
  • 3 8 Cf. Hans Albert Walter (note 3), p. 525 sqq.
  • 3 9 Cf. Steinhausen (note 11), p. 74.

33Conformément aux orientations définies par Thomas Mann lors de la présentation de sa revue, Maß und Wert se situe à un niveau qui n’est pas celui de la politique quotidienne. C’est le cas en particulier de l’article signé par Hermann Steinhausen sous le titre Die Zukunft der Freiheit publié dans son premier numéro.37 Contrairement à ce que prétend Hans Albert Walter, ce texte n’est pas marqué par la proximité de la « Kulturkritik » ou par le simple désir de rendre plus supportable le système économique libéral. 38 Les questions et les craintes que formule l’auteur après avoir décrit l’évolution de la société européenne vers une dépersonnalisation de l’homme ont pour but en effet surtout de susciter la réflexion des intellectuels. D’où la proposition qu’il leur fait de centrer leur intérêt sur la manière d’empêcher que la « domestication hautement nécessaire des forces économiques qui prolifèrent de manière anarchique ne conduise à un enchaînement de l’esprit et par là même de la liberté de décision de l’individu ».39 Et Steinhausen estime que si l’on ne parvient pas à trouver une solution qui combine un certain dirigisme économique et la « liberté de pensée », on pourrait arriver au paradoxe que 

  • 4 0 Ibid., p. 72.

« le combat des masses pour la liberté, qui était dirigé contre la dépendance trop grande à l’égard de l’économie conduise à [...] un culte idolâtre voué à un collectif étatique à l’intérieur duquel il ne peut pas y avoir de liberté pour la simple raison que l’individu dégradé ici au niveau de représentant d’une espèce, ressemblerait, quand il voudrait manifester son exigence personnelle de liberté, à quelqu’un qui présente un titre de transport périmé depuis longtemps ».40

  • 4 1 Karl Mannheim : Zur Diagnose unserer Zeit ». In : MuW , 1 (1937-1938) 1, septembre 1937, p. 112.
  • 4 2 Ibid., p. 117.
  • 4 3 Ibid., p. 118 sq.
  • 4 4 Cf. à ce sujet en particulier : Hans Mommsen : « Gesellschaftsbild und Verfassungspläne des deuts (...)

34Steinhausen met en relief un problème capital de la société moderne, mais son propos a malgré tout le défaut de demeurer très général. Cette critique ne peut pas être adressée en revanche à Karl Mannheim qui, dans le même numéro de Maß und Wert, s’attache à établir un « diagnostic de [notre] époque » et à suggérer des solutions pour sortir de la crise qu’il décrit.41 À son sens, si les Etats libéraux traversent une mauvaise passe, la chose est due à leur retard par rapport à leurs adversaires dans la maîtrise des « techniques sociales », et ce retard a pour conséquence qu’ils ne sont pas encore parvenus à structurer correctement la société de masses et la communication en son sein. À partir de cette constatation, Mannheim souligne que, pour que le développement de la société reparte de l’avant, il faut éviter tout nivellement et parvenir enfin à une véritable « coordination » entre les domaines qui sont du ressort de la famille, de l’école et des loisirs.42 Cette coordination, inséparable d’une véritable planification sociale, devrait empêcher par ailleurs que les différents groupes sociaux n’entrent dans des conflits générateurs de chaos. Et, nous dit Mannheim, seul le « libéralisme authentique » pourrait sauver le monde de l’impasse. Car, « à notre époque de collectivisme », il n’y aurait pas d’autre philosophie politique capable d’ouvrir des pistes susceptibles de permettre la mise en place d’un « ordre » véritablement respectueux des aspirations légitimes de l’individu et fondé sur la « liberté coordonnée ».43 La « liberté coordonnnée » que Mannheim appelle de ses vœux n’est susceptible de s’épanouir, pense-t-il, que si on parvient, au sein de la société, à laisser se créer des « espaces » à l’intérieur desquels l’individu peut continuer à être un individu. Selon Mannheim, qui s’exprime ici comme plus tard certains membres du cercle de Kreisau,44 ces « espaces » ne peuvent être constitués que par des « petits groupes » dont l’existence ne lui paraît pas contradictoire avec celle des structures de la société moderne. À propos de ces « petits groupes », il s’exprime ainsi :

  • 4 5 Mannheim (note 41), p. 120.

« Dans ces petits groupes, au niveau desquels chacun retrouve le sentiment que ce qu’il fait est important, au niveau desquels chacun apprend à agir de façon autonome au lieu de perdre son moi complètement dans l’anonymat de la masse, dans ces petits groupes voient le jour ces constellations sociales au sein desquelles selon la plus grande vraisemblance l’individualisation de l’homme peut se développer. »45

35Les propositions de Mannheim sont destinées prioritairement à faire avancer la réflexion sur le dépassement des tendances totalitaires propres aux sociétés industrielles et ne concernent pas spécifiquement l’Allemagne. Elles s’inscrivent tout à fait dans le cadre que s’était fixé Maß und Wert, mais correspondent aussi à la manière dont les réseaux qui nous intéressent essayaient de définir l’avenir de l’Allemagne. Pour eux, celui-ci ne pouvait être envisagé qu’à l’échelle de la planète ou au minimum de l’Europe. C’est dans cette perspective aussi que se plaçait Das Neue Tage-Buch en juillet 1939 lors d’une discussion qui fit cependant ressortir également avec netteté les différences d’appréciation que suscitait parmi des hommes de sensibilité proche par ailleurs le cas de l’Allemagne envisagé dans ce cadre.

36Les deux protagonistes principaux de la discussion, Leopold Schwarzschild et Konrad Heiden, étaient d’accord quand il s’agissait d’envisager l’avenir à long terme de l’Allemagne : à leur avis, leur pays ne pourrait réintégrer la communauté internationale que le jour où il aurait renoncé à toute visée expansionniste pour devenir un partenaire fiable dans une Europe apaisée. Par ailleurs, Heiden et Schwarzschild intégraient dans leurs raisonnements respectifs l’éventualité d’un conflit armé à l’issue duquel Hitler serait vaincu.

  • 4 6 Leopold Schwarzschild : « Der Tag danach ». In : NTB , 7 (1939) 29, p. 682 sqq.

37C’est en fonction essentiellement de cette hypothèse que Schwarzschild lança la discussion dans son article du 15 juillet 1939.46 À son sens, il était exclu qu’après une défaite du Reich le redressement du pays soit conduit par des hommes qui avaient incarné avant 1933 l’appareil d’État. De même, il était d’avis que les chefs de file des anciens partis avaient fait faillite définitivement. Par ailleurs, il pensait que le crédit moral des autorités religieuses était trop atteint pour qu’elles puissent prétendre jouer un rôle de premier plan en vue de la réintégration des Allemands au sein de la communautés des peuples. Enfin, Schwarzschild estimait que la perspective évoquée par d’aucuns de l’émergence en Allemagne après la chute d’Hitler, comme en 1918 après celle du Reich wilhelmien, d’une situation insurrectionnelle n’avait rien d’engageant. Dans pareil cas, sa crainte était que, pour une durée relativement longue, une dictature s’installe dans son pays ; or, ce dont ses compatriotes avaient le plus besoin à ses yeux était la démocratie.

  • 4 7 Ibid., p. 685 sq.

38Compte tenu des problèmes que ne pourrait manquer de soulever le vide du pouvoir après la chute d’Hitler telle qu’il l’envisageait, mais aussi en raison de l’incapacité à se gouverner seuls qui caractérisait selon lui les Allemands, Schwarzschild ne voyait qu’une solution propre à garantir que son pays ne mettrait pas en cause à nouveau la paix du monde : pendant une « période très longue », il faudrait, expliquait-il, que les vainqueurs « avec leur administration et leurs troupes assument un rôle de mentors et de curateurs »47 au sein d’une Allemagne dont l’intégrité territoriale serait sauvegardée. Cette indispensable mise en tutelle était pour Schwarzschild de l’intérêt de toute la planète et devait s’inscrire dans le cadre d’un programme destiné à promouvoir l’union de l’Europe.

  • 4 8 Konrad Heiden : « Deutschland und seine Erzieher ». In : NTB, 7(1939)34, 19.08.1939, p. 801.
  • 4 9 Ibid., p. 802.
  • 5 0 Ibid., p. 803.
  • 5 1 Ibid., p. 805.
  • 5 2 Ibid.

39Les points de vue de Schwarzschild sur les Allemands furent combattus de manière catégorique par Konrad Heiden. Heiden commençait par rejeter résolument l’idée que ses compatriotes ne seraient pas éduqués politiquement et seraient, sur un plan collectif, potentiellement dangereux. À son avis, le directeur de Das Neue Tage-Buch commettait une erreur fondamentale, celle d’isoler le problème posé par son pays, alors qu’en fait, par-delà certaines spécificités allemandes, c’était bien à un « problème de dimensions universelles » que le monde de la fin des années trente était confronté, « celui du combat entre liberté et despotisme ».48 De plus, Heiden estimait inexact de prétendre que les Allemands – et eux seuls – feraient preuve de tendances dominatrices à l’égard des autres peuples. À ceux qui pensaient ainsi, il rétorquait qu’« une fois ou plusieurs fois dans leur histoire, tous les grands peuples d’Europe avaient tenté de dominer le monde ou d’installer une hégémonie ressemblant à une domination de l’univers ».49 Enfin, sans nier que l’Allemagne du IIIe Reich « constituait un péril pour le monde », Heiden faisait valoir tous les dangers inhérents à son avis à la position de ceux qui considéraient que le national-socialisme constituait une suite véritablement logique du déroulement antérieur de l’histoire allemande. Cela revenait, pensait-il, non seulement à considérer abusivement l’Allemagne comme un cas particulier parmi les nations, mais également à se priver des moyens de combattre à l’échelle de la planète les défauts qui avaient entraîné la crise qui remplissait d’inquiétude tous les observateurs.50 En fonction de toutes ces considérations, Konrad Heiden affirmait que le danger réel pour le monde n’était pas l’Allemagne en tant que telle, mais bien le nazisme et lui seul. Et c’est en s’appuyant sur cette distinction qu’il rejetait l’idée qu’une mise en tutelle de ses compatriotes serait certainement nécessaire après la destruction du régime hitlérien. Pour réfuter le point de vue de son collègue, anticipant le cours de l’histoire, Heiden mettait en parallèle la situation de l’Allemagne au temps de Napoléon et après la chute d’Hitler. À l’époque napoléonienne, disait-il, les provinces de la rive gauche du Rhin avaient connu un régime de modernisation qui, par certains côtés, était même libéral. Or, que se passa-t-il ? L’action de l’administration mise en place dans ces territoires par les Français aboutit à « une explosion de haine patriotique de ceux qu’on éduquait contre leurs éducateurs ».51 Cela prouvait, telle était son opinion, que par définition « des peuples civilisés »52 devaient prendre en mains eux-mêmes leur éducation. Et il estimait qu’en 1939, tous les peuples sans exception se trouvaient en fait confrontés à la même nécessité : repenser l’idée de démocratie.

  • 5 3 Toute cette controverse et les réactions auxquelles elle donna lieu sont retracées de manière dét (...)

40La discussion ouverte par l’article de Leopold Schwarzschild prit une ampleur que le directeur de Das Neue Tage-Buch n’avait certainement pas soupçonnée : non seulement d’autres revues de l’exil réagirent vivement à ses propos, mais certains journaux français prirent également part à la controverse et même l’hebdomadaire SS Das schwarze Korps évoqua sur le ton qu’on imagine les échanges dont les milieux de l’exil étaient le théâtre.53 Le caractère contradictoire et passionné des réactions suscitées ici par les déclarations d’un journaliste antinazi est à coup sûr la preuve que les questions posées par celui-ci étaient cruciales. Mais cette discussion n’est pas sans importance non plus pour qui essaie de donner une idée de l’impact des prises de position des exilés politiques allemands de tendance démocrate libérale : sans qu’on puisse généraliser à cet égard, elle prouve que ce qu’écrivaient certains d’entre eux ne passait pas inaperçu. On notera pour conclure qu’à la fin du mois d’août 1939, la discussion lancée dans les colonnes de Das Neue Tage-Buch n’était pas encore finie ; le début de la guerre – la confirmation même d’une partie de l’hypothèse de départ de Schwarzschild – y mit cependant un terme en raison des préoccupations plus immédiates qui s’imposaient désormais à tous.

Notes

2 Pour ces aspects quantitatifs, cf. prioritairement Werner Röder, Herbert A. Strauss (et alii) : Biographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigration nach 1933. Bd. 1 : Politik, Wirtschaft, öffentliches Leben. Munich, New York, Londres, Paris 1980, p. XIII-LVIII.

3 Sur la presse de l’exil, on pourra consulter notamment Lieselotte Maas : Handbuch der deutschen Exilpresse 1933-1945. Bd. 4 : Die Zeitungen des deutschen Exils in Europa von 1933 bis 1939. Munich 1990 ; Hans Albert Walter : Deutsche Exilliteratur 1933-1950. Bd. 4 : Exilpresse. Stuttgart 1978.

4 Sur cette question cf. Pierre Ayçoberry : La question nazie. Les interprétations du nazisme 1922-1975. Paris 1979.

5 Cf. Die Redaktion [=Klaus Mann] : « Die Sammlung ». In : Die Sammlung (= DS), 1(1933-1934)1, septembre 1933, p. 1-2.

6 Cf. Leopold Schwarzschild : « Rückbildung der Gattung Mensch ». In : Das Neue Tage-Buch (= NTB ), 1(1933)3, 15.07.1933, p. 61 sqq. Tous les passages empruntés à Schwarzschild cités ici renvoient à ce texte.

Sur l’idée de « révolution permanente » sous le IIIe Reich, cf. notamment l’ouvrage de Karl Dietrich Bracher : Die deutsche Diktatur. Entstehung Struktur Folgen des Nationalsozialismus. Cologne 1969, p. 250 sqq.

7 Gérard Brousseau : Un journal libéral en exil. Das Neue Tage-Buch de Leopold Schwarzschild. Contribution à l’étude de la presse en exil. Université de Bordeaux III 1996.

8 Joachim Haniel : « Die Wirtschaft unter der Diktatur. » In : NTB, 1 (1933) 17, 21.10.1933, p. 405 sqq.

9 G. : « Um das Saargebiet. » In : DS, 2(1934-1935)4, décembre 1934, p. 221.

1 0 Cf. à ce sujet notamment : Brousseau (note 7), p. 426-464 et Walter (note 3), p. 72 sqq.

1 1 Hermann Steinhausen : « Die Zukunft der Freiheit ». In : Maß und Wert (= MuW ), 1(1937-1938)1, septembre-octobre 1937, p. 65.

1 2 Ibid., p. 71.

1 3 « Die Woche ». In : NTB , 1(1933)1, 01.07.1933, p. 3.

1 4 Cf. à ce sujet le recueil d’articles de Heinrich Mann : Verteidigung der Kultur. Antifaschistische Streitschriften und Essays. Berlin/Weimar 1971.

1 5 G. : « Politische Chronik, September. Nürnberg und Genf ». In : DS , 2(1934-1935)1, septembre 1934, p. 106.

1 6 G. : « Politische Chronik im Januar ». In : DS, 2(1934-1935)6, février 1935, p. 328-330.

1 7 Leopold Schwarzschild : « Zwischenbemerkung ». In : NTB, 7(1939)33, 12.08.1939, p. 783 sq.

1 8 Cf. à ce sujet Brousseau (note 7), p. 298 sqq.

1 9 Cf. Leopold Schwarzschild : « Der rote Faden von 1914 und 1939 ». In : NTB , 7(1939), p. 780.

2 0 Leo Parth [=Hermann Wendel] : « Geschichte einer Republik ». In : NTB , 3 (1935) 29, 20.07.1935, p. 686.

2 1 Cf. Klaus Mann : « Der Kampf um den jungen Menschen ». In : Zahnärzte und Künstler. Aufsätze, Reden und Kritiken 1933-1936. Herausgegeben von Uwe Naumann und Michael Töteberg. Reinbek 1993, p. 299 sqq.

2 2 K[laus] M[ann] : « Die Schriftsteller in Paris ». In : DS , 2(1934-1935)12, août 1935, p. 725.

2 3 (non signé) : « Schriftsteller in Paris ». In : NTB , 3(1935)26, 29.06.1935, p. 622.

2 4 Sur la question du « front populaire » allemand en exil, cf. notamment Ursula Langkau-Alex : Volksfront für Deutschland ? Francfort/M 1977 ; Dieter Schiller (et alii) : Exil in Frankreich. Leipzig 1981.

2 5 Cf. Leopold Schwarzschild : « Eine Aufgabe wird sichtbar ». In : NTB , 3(1935)31, 03.08.1935, p. 729 sq.

2 6 (non signé) : « Ein Manifest ». In : NTB , 4(1936)7, 15.02.1936, p. 151.

2 7 (non signé) : « Die demokratische Parole der Kommunisten ». In : NTB, 4(1936)15, 11.04.1936, p. 345 sq.

2 8 (non signé) : »Lehren aus einer Erfahrung ». In : NTB , 4(1936)52, p.1231 sq.

2 9 Au sujet de cette « affaire » cf. Walter F. Peterson : The Berlin Liberal Press in Exile : A History of the Pariser Tageblatt - Pariser Tageszeitung 1933-1940. Tübingen 1987.

3 0 Cf. « Die Woche ». In : NTB, 5(1937)2, 09.01.1937, p. 28.

3 1 Cf. notamment les communiqués publiés par NTB le 24.07.1937 [5(1937)30, p. 720] et le 14.08.1937 [5(1937)33, p. 792].

3 2 Cf. à ce sujet en particulier la correspondance échangée entre Klaus Mann et son oncle. In : Klaus Mann : Briefe und Antworten. Bd.1. Munich 1975, p. 308-316.

3 3 Hermann Kesten : « Die Auflösung des Romans ». In : NTB , 5(1937)28, 10.07.1937, p. 666 sq.

3 4 Cf. Klaus Mann : « Der Streit um André Gide ». In : Klaus Mann : Prüfungen. Schriften zur Literatur. Herausgegeben von Martin Gregor-Dellin. Munich 1968, p. 109 sqq.

3 5 Cf. Thomas Mann : Briefe 1937-1947. Frankfurt/M 1963, p. 18 sqq.

3 6 Thomas Mann : « Maß und Wert ». In : MuW , 1(1937-1938)1, septembre 1937, p. 13.

3 7 Cf. note 11.

3 8 Cf. Hans Albert Walter (note 3), p. 525 sqq.

3 9 Cf. Steinhausen (note 11), p. 74.

4 0 Ibid., p. 72.

4 1 Karl Mannheim : Zur Diagnose unserer Zeit ». In : MuW , 1 (1937-1938) 1, septembre 1937, p. 112.

4 2 Ibid., p. 117.

4 3 Ibid., p. 118 sq.

4 4 Cf. à ce sujet en particulier : Hans Mommsen : « Gesellschaftsbild und Verfassungspläne des deutschen Widerstandes ». In : Hermann Graml (Hrsg.) : Widerstand im Dritten Reich. Francfort/M 1984, p.14 sqq.

4 5 Mannheim (note 41), p. 120.

4 6 Leopold Schwarzschild : « Der Tag danach ». In : NTB , 7 (1939) 29, p. 682 sqq.

4 7 Ibid., p. 685 sq.

4 8 Konrad Heiden : « Deutschland und seine Erzieher ». In : NTB, 7(1939)34, 19.08.1939, p. 801.

4 9 Ibid., p. 802.

5 0 Ibid., p. 803.

5 1 Ibid., p. 805.

5 2 Ibid.

5 3 Toute cette controverse et les réactions auxquelles elle donna lieu sont retracées de manière détaillée par Hans Albert Walter (note 3), p. 113 sqq.

NTB se fit, quant à lui, largement l’écho des réactions de la presse parisienne, en publiant notamment des traductions des articles de Léon Blum, Henri de Kérillis et J.B. Séverac. Ainsi, le 29 juillet (p. 737-741), l’hebdomadaire publiait successivement les prises de position de Henri de Kérillis (L’époque, 18.07.1939), Léon Blum (Le Populaire, 19 et 20.07.1939) et J.B. Séverac ( Le Populaire , 19.07.1939) ; le 5 août (p. 761-764), NTB ouvrait à nouveau ses colonnes à Léon Blum (Le Populaire, 21 et 22.07.1939) et Henri de Kérellis (L’époque , 22.07.1939). Cf. aussi, en plus des textes de Schwarzschild et Heiden déjà mentionnés : Konrad Heiden : « Gegen Hitler – für Deutschland », et Leopold Schwarzschild : « Zwischenbemerkung ». In : NTB, 7(1939)33, 12.08.1939, p. 781-784 ; Leopold Schwarzschild : « Erste Sichtung ». In : NTB , 7(1939)34, 19.08.1939, p. 806-810.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search