Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Terres d’exil — lieux de résistance

Les difficultés d'unification des mouvements d'exil politique

L'exemple de l'Amérique latine (1937-1945)

Anne Saint Sauveur - Henn

Texte intégral

1L'analyse du problème de l'unification des mouvements d'exil politique entre 1937 et 1945 en partant de l'exemple de l'Amérique latine nécessite au préalable un triple repérage introductif : conceptuel, politique et chronologique.

2Nous centrerons notre étude non sur l'ensemble de l'émigration, mais sur l'exil politique, c'est-à-dire les mouvements actifs de résistance au national-socialisme initiés par des personnalités contraintes, du fait de leur appartenance politique, à fuir l'Allemagne hitlérienne pour trouver refuge sur le continent latino-américain, terme que nous employons pour inclure le Mexique et l'Amérique centrale et non limiter l'analyse à la seule Amérique du Sud.

3Les fondements politiques de l'attitude des mouvements d'exil sont constitués par la position générale du parti socialiste et communiste en exil avant la guerre. L'attitude du SPD a été définie par le « manifeste de Prague » de la SOPADE du 28 janvier 1934 analysant « la lutte et l'objectif du socialisme révolutionnaire » et dont l'un des points portait sur l'unité du socialisme révolutionnaire en appelant à la constitution « d'un front de toutes les couches antifascistes » – ce qui ne signifie pas les partis – et en concluant : 

  • 1 In Wolfgang Abendroth : Aufstieg und Krise der deutschen Sozialdemokratie. Frankfurt : Stimme Verla (...)

« qu'il soit social-démocrate, communiste, partisan d'un des nombreux groupes dissidents, l'ennemi de la dictature deviendra par les conditions de la lutte le même socialiste révolutionnaire ».1

  • 2 Cf. « Aufruf des Zentralkomitees der KPD », 7.6.1934.
  • 3 Cf. Hermann Weber : Der deutsche Kommunismus. Dokumente 1915-1945. Studienbibliothek : Kiepenheuer, (...)
  • 4 Ibid. p. 331-338.

4La position du KPD évolua grandement : alors qu'en juin 1934, le Comité central parlait encore de la trahison de la social-démocratie qui resterait toujours un instrument de la contre-révolution, de la bourgeoisie et du capitalisme2, les résolutions de la conférence de Bruxelles d'octobre 1935 définirent les conditions de la mise en place d'un front unitaire nécessaire entre communistes et sociaux-démocrates3. Ces nouvelles positions trouveront un écho dans l'exil français par les tentatives de constitution d'un Volksfront en 1936/1937, qui se solderont toutefois par un échec. Le KPD redéfinira sa position en février 1939 dans la résolution de la Conférence de Berne appelant à la création d'un parti révolutionnaire unitaire et accusant les représentants sociaux-démocrates en exil d'être responsables de la faiblesse du front unitaire et populaire.4 Une fois dépassée la rupture radicale due au pacte germano-soviétique, ces décisions de la Conférence de Berne auront un impact sur la politique d'exil après 1941.

5Deux dates importantes de l'histoire du national-socialisme, août 1939 et juin 1941, déterminent les trois phases du problème d'unification en Amérique latine :

  • 1937-1939. De 1937, année de fondation du premier mouvement d'exil politique en Argentine, Das Andere Deutschland (abrégé DAD), à la signature du pacte germano-soviétique en août 1939, socialistes et communistes collaborèrent au sein d'une organisation commune qui rassemblait toutes les tendances de gauche, même des opposants à Hitler non affiliés à un parti.

  • 1939-1941. En 1939 intervint la rupture, les socialistes expliquant dans la revue Das Andere Deutschland que désormais pour les communistes, ce n'est plus Hitler qui est l'ennemi numéro 1, mais l'Angleterre, alors que les communistes reprochent aux dirigeants de DAD son anticommunisme.

  • 1941-1943. Après l'entrée en guerre de l'Allemagne contre l'Union soviétique le 22 juin 1941 se posa à nouveau la question d'une collaboration entre les mouvements d'exilés socialistes et communistes particulièrement actuelle en 1942/43 après la fondation du mouvement Freies Deutschland (abrégé FD) au Mexique en février 1942.

6Après avoir présenté un panorama rapide des conditions d'émigration en Amérique latine, nous analyserons la fondation et le programme des deux grands mouvements d'exil politique pour étudier les raisons de l'échec des tentatives d'unification mises en œuvre en 1943.

I) Panorama de l'émigration en Amérique latine

1) L'Amérique latine : une terre d'accueil inespérée

a) La place croissante de l'émigration allemande vers l'Amérique latine

  • 5 Anne Saint Sauveur - Henn : « Lateinamerika als Zuflucht : 1933-1945 ». In Karl Kohut (Hrg) : Deuts (...)

7Les pays de destination des émigrés et des exilés évoluèrent progressivement après 1933. Si en 1933, les deux tiers des émigrés allemands trouvèrent refuge en Europe, en particulier en France, en 1937, seul un émigré sur quatre resta en Europe, 60 % gagnèrent l'outre-mer, 15 % la Palestine. Au sein de l'émigration outre-mer, la place de l'Amérique latine ne cessa de croître. Elle fut estimée à 3,7 % en juin 1935, à 11,3 % en mars 1936 et à 13,4 % en décembre 1937 mais la plupart des émigrés gagnèrent l'Amérique latine à partir de 1938, si bien que globalement, on peut estimer à environ 16 % de l'ensemble de l'émigration allemande le nombre d'émigrés ayant gagné l'Amérique latine.5

  • 6 Le JOINT avança pour la période 1933-1943 le chiffre de 83 150, l'association des juifs germanophon (...)

8À l'intérieur de l'Amérique latine où trouvèrent refuge environ 90 000 émigrés allemands,6 les divers pays jouèrent des rôles très différents. L'Argentine joua de loin le plus grand rôle (les estimations allant de 35 à 45 000), suivi par le Brésil (16 à 25 000), et le Chili (environ 12 000). L'Uruguay et le Paraguay accueillirent environ 6 000 émigrés, alors que les autres pays d'Amérique latine, y compris le Mexique qui joua un rôle politique important dans l'exil, tenaient une place statistique absolument secondaire (entre 2 800 et 500 émigrés). Les estimations concordent à affirmer que 90 % des émigrés trouvèrent refuge dans les pays de la Plata, l'Argentine ayant accueilli 30 à 40 %, le Brésil 20 % et le Chili entre 12 et 15 % de l'émigration en Amérique latine. Proportionnellement à la population, l'Argentine accueillit plus d'émigrés que les Etats-Unis.

9Ces estimations ne permettent pas de distinguer l'émigration juive de l'exil politique stricto sensu des membres du parti communiste et du parti socialiste en particulier. D'une part, les statistiques des pays d'accueil n'enregistrent que la catégorie « Allemands » et cette différenciation est totalement inopérante ; d'autre part, cette distinction est souvent factice, car il est évident que les deux catégories, qui sont plus des concepts de travail que des catégories en soi, peuvent se recouper. Globalement, on estime la part de l'exil proprement politique à 8-10 % de l'ensemble de l'émigration.

b) Pourquoi choisir l'Amérique latine ?

  • 7 C'est ainsi que, parmi les émigrés soutenus par l'association d'aide aux juifs germanophones de Bue (...)

10Rien ne prédestinait les émigrés allemands au choix de l'Amérique latine. Il est même difficile de parler de choix comme le montrent de très nombreux témoignages recueillis en Amérique latine qui concordent à établir que c'était tout simplement le seul pays dont il avait été possible d'obtenir un visa, souvent après un périple multiple qui les avaient chassés de plusieurs terres d'accueil pour des motifs politiques, en particulier après l'entrée en guerre de l'Allemagne7 Ce pouvait être le hasard d'une législation permettant de faire venir des parents par la procédure de la llamada après deux ans de résidence, le hasard d'un contrat comme certains futurs membres de DAD, enseignants qui furent appelés à fonder à Buenos Aires une école antinazie, le hasard d'une corruption fort répandue en Amérique latine, qui permettait de légaliser rétrospectivement un visa de touristes ou une entrée en fraude d'un pays limitrophe.

11Si les pays latino-américains, en particulier les pays de La Plata, ont accueilli tant de réfugiés allemands, c'est qu'ils étaient des pays d'immigration par excellence menant une politique migratoire libérale. L'Argentine, pays à la densité extrêmement basse et aux potentiels économiques importants renforcés par la vitalité d'une capitale relativement européanisée, offrait depuis le milieu du XIXe siècle des garanties importantes aux immigrants, même si après 1938 des restrictions rendirent plus difficile l'accueil des émigrés allemands. Si le Brésil et la Colombie menaient également une politique migratoire libérale, des restrictions furent introduites respectivement en juillet 1937 et octobre 1938, entravant l'immigration juive allemande. Dans ce domaine, le Mexique constitue une exception puisque toute immigration, quelles que soient la race et le pays d'origine, restait en théorie possible même après 1941, et l'intervention du consul du Mexique à Marseille qui délivra de nombreux visas en particulier à des exilés communistes, contribua à singulariser l'exil au Mexique.

2) la diversité de l'émigration en Amérique latine

a) la place spécifique de l'exil politique

12L'émigration vers l'Amérique latine est loin de représenter un ensemble homogène et l'exil politique y tient une place spécifique. Quelles furent leurs relations mutuelles ?

  • 8 95 % des juifs allemands entrés en Argentine entre 1936 et 1940 restèrent à Buenos Aires ; le pourc (...)
  • 9 Cf. Anne Saint Sauveur - Henn : « Landwirtschaftliche Kolonien deutsch-jüdischer Emigranten in Arge (...)
  • 10 Alors que jusqu'en 1932, les hommes représentaient 60 à 70 % des immigrants allemands, entre 1933 e (...)

13La très grande majorité des émigrés ayant trouvé refuge sur le continent latino-américain (plus de 90 %) étaient des émigrés juifs ayant été contraints de fuir l'Allemagne soudainement pour des raisons racistes. Même s'il faut se garder de considérer l'émigration juive allemande en Amérique latine comme un groupe homogène alors que, socialement, culturellement et religieusement, elle constitue un ensemble complexe, on peut dégager un certain nombre de caractéristiques structurelles nouvelles par rapport aux vagues d'émigration antérieures. D'une manière générale, il s'agit d'une immigration presqu'exclusivement citadine8, les colons n'étant qu'une infime minorité parmi les immigrants, de l'ordre de 5 % maximum, regroupés dans quelques rares tentatives de colonisation agricole proprement juive allemande comme à Avigdor en Argentine ou à Sosua en République Dominicaine.9 L'émigration n'est plus un phénomène à prépondérance masculine ni un phénomène de jeunes, elle est devenue une émigration de famille.10 Sur le plan social, la plupart des émigrés étaient issus de la petite et moyenne bourgeoisie, un tiers étaient commerçants, beaucoup diplômés de l'enseignement supérieur qui durent effectuer une reconversion professionnelle ou repasser l'ensemble de leurs diplômes. La très grande majorité était dénuée de tout engagement politique en Allemagne. Ces caractéristiques rendirent particulièrement délicate l'adaptation au pays d'accueil où le choc climatique, culturel et linguistique fut beaucoup plus important qu'aux Etats-Unis ou qu'en Europe, et elles expliquent en partie les relations parfois difficiles entre les exilés politiques et les émigrés juifs aussi bien en Argentine qu'au Mexique. En effet, ces derniers constituèrent des groupements juifs allemands propres, qu'ils soient culturels, religieux ou de bienfaisance, et ils se tinrent globalement à l'écart de tout engagement politique, ce qui engendra une incompréhension mutuelle.

14La petite minorité des exilés politiques proprement dits ne constitue pas non plus un ensemble homogène, et le continent latino-américain offrit refuge à toute la palette des tendances politiques. La plupart de ces exilés étaient de gauche, une majorité de socialistes de toutes tendances, essentiellement regroupés à partir de 1937 en Argentine autour du mouvement Das Andere Deutschland, une minorité de communistes refugiés avant tout au Mexique autour de l'organisation Freies Deutschland. C'est sur ces deux mouvements principaux et leurs tentatives d'unification que nous centrerons notre analyse et ne mentionnons que brièvement deux formes spécifiques d'exil.

  • 11 Patrik von zur Mühlen : « Der Gegenführer im Exil. Die Otto-Strasser-Bewegung in Lateinamerika ». E (...)

15L'exil de droite était également représenté en Amérique latine autour du mouvement de Otto Strasser Schwarze Front regroupant des partisans déçus du national-socialisme. Si Otto Strasser, qui fonda le mouvement en 1931, s'installa après diverses étapes au Canada, c'est en Amérique latine, et en particulier dans les pays de La Plata, que fut situé le centre du mouvement qui s'y établit dès le début des années 30. L'organisation, dirigée du Paraguay par Bruno Fricke, publia deux revues, Die Schwarze Front puis Die Zeit, une fois réorganisé le mouvement intitulé à partir de 1941 Frei-Deutschland-Bewegung. Les tendances conservatrices, autoritaires, cléricales et nationalistes du mouvement d'opposition rendirent toute collaboration avec les exilés de gauche et les émigrés juifs impossible.11

  • 12 Cf. Anne Saint Sauveur - Henn : « L'action politique des émigrés autrichiens en Argentine : l'origi (...)

16Le cas de l'exil autrichien, qui connut deux vagues principales, février 1934 marquant la fin de la démocratie, mars 1938 l'Anschluß et qu'il est très difficile de chiffrer puisque les pays d'accueil les considéraient comme exilés allemands, est très différent. Globalement, l'exil autrichien est beaucoup plus varié que l'exil allemand. Si ce dernier est à prédominance de gauche, l'exil politique autrichien comportait de nombreuses personnalités conservatrices, chrétiennes et monarchistes, outre des représentants de la gauche autrichienne. Jusqu'en 1941, les exilés autrichiens s'intégrèrent dans les instances allemandes d'exil préexistantes, ce n'est qu'à partir de 1941 qu'ils créèrent des instances propres. C'est ainsi que fut fondé en Argentine le Comité Austriáco rassemblant l'ensemble des tendances à l'exception des socialistes autrichiens rattachés à DAD, de même en Uruguay, à Cuba, au Paraguay, au Mexique. Même si dans certains pays, les Autrichiens parvinrent à la mise en place d'un front unitaire contrairement aux Allemands, les relations entre les deux types d'exil furent globalement bonnes.12

b) les différences de conditions politiques entre les centres d'exil

17Contrairement à l'ensemble de l'émigration où les pays de La Plata, et en particulier l'Argentine, dominent totalement, l'exil politique se regroupa autour de deux grands centres qui rayonneront sur l'ensemble du continent, Buenos Aires et Mexico. Or les conditions politiques de ces deux grands centres d'exil étaient très dissemblabes.

18En Argentine, pays manquant de traditions démocratiques, les conditions politiques n'étaient pas très favorables aux activités de mouvements politiques d'exil. Le gouvernement conservateur modéré de Augustin Justo mis en place en février 1932 fut remplacé en 1938, à la suite de manipulations électorales, par les conservateurs Ortiz, puis Castillo. Ce dernier fut renversé le 4 juin 1943 par un putsch militaire qui interdit de nombreux partis et associations et introduisit une censure rigoureuse. Sur le plan international, le gouvernement argentin resta neutre dans le conflit mondial, et ce n'est qu'en avril 1944 qu'il rompit les relations diplomatiques avec l'Allemagne et en mars 1945 qu'il déclara la guerre à l'Allemagne. Les conditions politiques rendirent difficiles en particulier le travail des communistes, mais elles furent moins restrictives qu'en Bolivie où la vie politique intérieure était très divisée ou qu'au Brésil où les organisations politiques et même pour un temps l'usage de la langue allemande furent interdits.

19En revanche, le Mexique, comme dans une moindre mesure les régimes libéraux et démocratiques du Chili et de l'Uruguay, jouissait de conditions politiques très favorables aux exilés. Depuis la grande révolution de 1911-1917, le gouvernement et l'élite intellectuelle étaient orientés à gauche, en particulier sous la présidence du général Làzaro Càrdenas entre 1936 et 1940 et celle de Manuel Avila Camacho entre 1940 et 1946. Le Mexique fut le premier pays latino-américain à rompre ses relations diplomatiques avec les pays de l'Axe et entra en guerre aux côtés des alliés en mai 1942. Le gouvernement témoigna une grande sympathie pour tous les réfugiés politiques, en particulier les Espagnols républicains fuyant le régime de Franco et les Allemands de gauche fuyant la dictature hitlérienne à qui il ouvrit grand ses portes. Le Mexique est certainement le seul pays d'exil où le gouvernement et l'opinion publique soutinrent le travail des exilés politiques, où la presse put se développer sans aucune contrainte et où la collaboration avec les instances politiques du pays fut active. Ces données conditionnent largement l'action des deux grands mouvements d'exil politique que nous voudrions étudier à présent.

II) Les deux principaux mouvements d'exil

1) Les socialistes et l'organisation Das Andere Deutschland

a) La fondation et l'organisation du mouvement

  • 13 « Dokumente des Anderen Deutschland ». Zehn Jahre DAD, X (147/8), 1.8.1947, p. 10.

20Le mouvement Das Andere Deutschland fut fondé le 7 juin 1937. Au départ, le mouvement prit exclusivement la forme d'un comité d'assistance qui diffusa le 18 juillet 1937 un tract très violent intitulé « Appel à tous les bons Allemands, aux amis honnêtes de l'Allemagne » et signé par dix personnalités d'horizon politique différent : libéraux antinazis non affiliés à un parti, (des) socialistes, (des) sociaux-démocrates, un membre du Vorwärts affilié à l'ISK (Internationaler Sozialistischer Kampfbund), un sympathisant communiste.13 Le tract, qui visait un large éventail parmi les opposants à Hitler résidant en Argentine et connut un grand retentissement à Buenos Aires, dénonçait l'Allemagne nazie et appelait à soutenir toutes les victimes de l'hitlérisme.

  • 14 De simples feuilles dactylographiées, elle prit de 1937 à 1939 le format d'un cahier d'environ huit (...)
  • 15 Le Dr. Lehmann parle de 2 000 exemplaires, Ilse Grönewald de 4-5 000 et August Siemsen indiqua pour (...)

21Fondé à l'origine uniquement comme comité d'aide improvisé, le mouvement DAD évolua progressivement : outre une aide purement matérielle, il apparut bientôt qu'un soutien moral et politique était absolument nécessaire par l'intermédiaire d'une revue qui parut de 1937 à 1947, date à laquelle elle disparut du fait de problèmes financiers, une grande partie de ses lecteurs ayant quitté l'Amérique du Sud.14 Son tirage devait se situer autour de 4 000 exemplaires.15

22DAD prit la forme d'une organisation d'exil qui resta du début à la fin très lâche : elle n'était pas enregistrée officiellement, n'avait pas de statuts, ne recensait pas ses membres et ne prélevait pas de cotisations obligatoires, en ce sens, il faudrait davantage parler de « sympathisants » que de membres. Le mouvement se finançait à 80 ou 90 % par des abonnements à la revue et des dons pour lesquels la revue lançait des appels réguliers.

  • 16 Biographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigration, I p. 697 ; Hanns Drechsler : Die sozialis (...)
  • 17  Deux autres personnalités faisaient partie du noyau dirigeant : Heinrich Grönewald, enseignant com (...)
  • 18 Interview de Rudi Levy, Buenos Aires.

23Même sans structure officielle, le mouvement était dirigé par une personnalité principale : le Dr. August Siemsen. Après avoir été président du groupement des enseignants sociaux-démocrates et de la commission chargée des affaires scolaires et éducatives au sein du SPD, il devint député en 1930. Il se sépara du SPD en 1931 et participa en octobre 1931 à la fondation du S.A.P. (Sozialistische Arbeiterpartei Deutschlands) dont il devint membre dirigeant, mais qu'il quitta pour des problèmes internes en 1933. En avril 1933, il s'exila en Suisse, puis gagna l'Argentine avec son épouse en janvier 1936 où il enseigna à l'école Pestalozzi, fondée pour les enfants d'émigrés juifs ou d'opposants à l'hitlérisme.16 Les autres exilés actifs étaient pour la plupart membres du SPD ou de l'ISK ou syndicalistes de gauche.17 Il est très difficile de chiffrer le nombre de membres de l'organisation : il semblerait qu'on puisse estimer à une soixantaine le nombre d'exilés actifs en Argentine et à environ deux cents les personnes vraiment intéressées.18

  • 19 Trois en Bolivie, trois au Chili, trois au Brésil, trois au Paraguay, un en Colombie, un en Uruguay (...)

24À ces exilés vivant en Argentine, il faut ajouter les diverses représentations de l'organisation Das Andere Deutschland dans les autres pays latino-américains. À la fin de la guerre, DAD possédait quinze groupements officiels en Amérique latine.19 Tout en gardant un contact régulier avec la centrale de Buenos Aires à laquelle ils communiquaient diverses informations sur les membres, sur leur action, les activités de la cinquième colonne, ou adressaient des critiques et remarques pratiques ou plus théoriques sur les activités et prises de position, les groupements sud-américains avaient une vie propre.

b) Les positions politiques de Das Andere Deutschland

25Quelles furent les principales positions politiques de Das Andere Deutschland ?

  • 20 Hans Jahn : « Zehn Jahre Hitler ». DAD, VI (58), janvier 1943, p. 5.
  • 21 « Politisches Manifest der deutschen Antifaschisten Südamerikas ». DAD, VI (60), mars 1943, p. 3-4  (...)
  • 22 « Was ist und will Das Andere Deutschland ? ». Flugblatt 1943. DAD, X (147/8), 1.8.1947, p. 14 ; Au (...)

26Du fait de sa conception fondamentalement socialiste, le mouvement analyse la situation politique, car « Hitler n'est pas un phénomène tombé du ciel. »20 En sont responsables les milieux financiers, les grands propriétaires, le militarisme, qui profitèrent des luttes fratricides du prolétariat allemand et des faiblesses de la République ruinée avec l'aide de la bureaucratie et de la justice réactionnaires.21 C'est donc le capitalisme comme « racine économique du fascisme » que combat DAD « pour proposer une nouvelle organisation socialiste du monde en luttant contre tous les systèmes d'oppression ».22

27DAD avait également, contrairement à l'hebdomadaire juif allemand fondé en 1940 à Buenos Aires, Jüdische Wochenschau, une interprétation politique de l'antisémitisme qu'elle ne considérait pas comme typiquement allemand : seul un dépassement du système économique capitaliste et des idéologies réactionnaires pouvait à son avis permettre de résoudre la question juive.

  • 23 « Was soll mit Deutschland geschehen ? ». DAD, V (57), septembre 1942, p. 12.
  • 24 « Politisches Manifest der deutschen Antifaschisten Südamerikas ». DAD, VI (60), mars 1943, p. 5-6.
  • 25 « Das gilt heute noch ». DAD, X (147/8), 1.8.1947, p. 12.

28Le mouvement d'exilés proposait de régler les problèmes du passé allemand sans vouloir condamner l'ensemble des Allemands, mais en comprenant qu'il a existé une « autre Allemagne ».23 Il ne suffit pas de condamner les responsables principaux dont font partie tous les représentants des milieux économiques, militaires, administratifs, juridiques et intellectuels qui ont soutenu le régime, il faut également arracher les racines du système en mettant en place un système d'organisation socialiste.24 Les problèmes allemands ne pourraient être résolus petit à petit que dans le cadre d'une organisation européenne socialiste, unie et pacifique, dont l'Allemagne serait membre à part entière.25

29L'orientation des dirigeants et de la revue est donc socialiste, de diverses tendances. Jusqu'au pacte germano-soviétique, la revue a rassemblé l'ensemble des exilés de gauche – sociaux-démocrates, socialistes et communistes – et elle était lue également par des émigrés juifs ou non affiliés à un parti. Après la rupture avec les communistes en août 1939, ceux-ci fondèrent leur propre revue, Volkblatt, en 1941 et la mise en place d'un « front unitaire » devint difficile, comme nous le reverrons.

c) L'action du mouvement Das Andere Deutschland

30L'action du mouvement Das Andere Deutschland revêt quatre aspects :

  1. aider les émigrés politiques ;

  2. rassembler tous les antifascistes en Argentine d'abord, puis dans toute l'Amérique du Sud ;

  3. dévoiler la propagande et les activités nazies et lutter contre elles ;

  4. révéler le danger nazi à l'opinion publique.

  • 26 Cf. Hans Lehmann : « Die Hilfsaktionen des Anderen Deutschland ». Zehn Jahre DAD, X (147/8), 1.8.19 (...)
  • 27 Paul Walter Jacob, directeur depuis le 20 avril 1940 de la Freie Deutsche Bühne et membre de Das An (...)
  • 28 Flugblatt nach dem Überfall auf die Sowjetunion : « Deutschland wohin ? » ; Flugblatt 1943 : « Was (...)
  • 29 Ces feuillets d'information dactylographiés de quatre pages parurent d'octobre 1940 à octobre 1942 (...)
  • 30 Liselotte Maas : Deutsche Exilpresse in Lateinamerika. Frankfurt am Main, 1978, p. 39. Trente-deux (...)

31Si l'action caritative à la fois individuelle et collective fut la première fonction de DAD,26 l'action proprement politique prit de plus en plus d'importance : il s'agissait avant tout de dénoncer le national-socialisme et ses répercussions en Amérique latine, et d'informer politiquement un public de plus en plus large. Des réunions proposant des exposés ou des discussions visaient à informer et activer les sympathisants de l'organisation, le cercle touché était élargi par l'organisation de rencontres à la fois politiques et culturelles.27 Pour intéresser un public plus large, la revue DAD était organisée selon diverses rubriques, l'une générale et trois destinées chacune à un groupe spécifique : le public autrichien, la jeunesse et les lecteurs latino-américains. De plus, DAD diffusa lors d'événements politiques importants des tracts envoyés directement aux Allemands vivant en Amérique du Sud qui prenaient directement position face à un fait international comme l'attaque de l'Union soviétique, la défaite de Stalingrad, ou analysaient la situation en Allemagne : les violences, la position de l'Eglise, l'opposition à l'hitlérisme.28 Enfin, le travail d'information tenta de toucher les milieux latino-américains beaucoup plus larges par un service de presse gratuit : Informaciones para la prensa sudamericana.29 Ces feuillets étaient envoyés gratuitement aux agences de presse, aux journaux, aux revues et aux stations de radio de l'ensemble de l'Amérique latine.30

  • 31 « Aufruf ». DAD, III (30), 15.9.1940, p. 15. « Strafe jedem Naziverbrecher ». DAD, VI (65), 15.5.19 (...)
  • 32 En particulier Heinrich Grönewald et Heinz Bier qui furent amenés à contrôler pour la commission la (...)
  • 33 Elle soutint l'action du Comité contra el Racismo y el Antisemitismo qui organisa le 28 novembre 19 (...)

32Outre le travail d'information et d'éducation, il s'agissait de lutter activement contre le national-socialisme. Dans ce but, tous les lecteurs étaient appelés régulièrement à transmettre des informations permettant de dénoncer les activités de la cinquième colonne ou à transmettre des rapports détaillés non anonymes sur les nazis qu'ils savaient coupables de méfaits graves : ces listes furent transmises aux alliés après la défaite.31 De plus, DAD aida les entreprises alliées à établir des « listes noires » recensant les magasins, entreprises, journaux ayant des liens directs avec le national-socialisme et soutint la commission parlementaire Comisión investigadora de actividades antiargentinas dans son travail d'enquête sur les activités du parti national-socialiste en Argentine32 ; l'organisation participa par ailleurs à des manifestations antinazies en collaboration avec les milieux argentins.33 L'action de DAD était donc bien également un engagement concret.

33Si le mouvement Das Andere Deutschland a su rassembler jusqu'au pacte germano-soviétique en 1939 des socialistes, des sociaux-démocrates et des communistes, un autre mouvement d'exil verra le jour fin 1941, Freies Deutschland qui présente un certain nombre de similitudes, mais aussi de divergences.

2) Le mouvement d'obédience communiste

a) La fondation du mouvement Freies Deutschland

  • 34 Patrik von zur Mühlen : Fluchtziel Lateinamerika. Die deutsche Emigration 1933-1945, politische Akt (...)
  • 35 Wolfgang Kiessling : Alemania Libre in Mexiko. Berlin : Akademie Verlag, 1974, I, p. 39.

34l'origine du mouvement FD n'est pas limitée à la seule Amérique latine, il en exista peu après en Grande Bretagne, en Suisse, et sous une forme quelque peu différente en Union Soviétique. Le nom Freies Deutschland fait écho aux discussions sur le Volksfront menées à Paris en 1936/1937 où les déclarations de la Deutsche Freiheitsbibliothek avaient porté le nom de Das Freie Deutschland.34 L'origine décisionnelle de la fondation du mouvement est constituée par la conférence de Berne du KPD de février 1939 dont le secrétariat chargé de l'étranger à Paris avait adressé à tous les groupements et cellules réfugiés à l'Ouest les résolutions, entre autre concernant le front unitaire. En 1939, ces directives furent envoyées au Mexique avec certitude, sans doute dans d'autres centres d'exil latino-américain.35 Si cette volonté d'unité subit un grave revers avec la signature du pacte germano-soviétique, et si de 1939 à 1941, on vit naître dans la plupart des centres d'exil plusieurs groupements et revues en concurrence, les communistes saisirent une nouvelle chance après 1941.

  • 36 Patrik von zur Mühlen : op. cit., p. 124.

35Tous les groupements FD, fondés en 1942/43, présentent un certain nombre de points communs. Le mouvement est à l'origine une fondation du KPD et poursuivit la politique de front populaire (Volksfrontpolitik) déterminée par le parti dans les années 30. Le but du mouvement était de rassembler un éventail politique aussi large que possible pour organiser la lutte contre le régime hitlérien, incluant les mouvements libéraux, chrétiens et conservateurs, même si le but non déclaré officiellement était d'accorder un rôle de représentation et de direction déterminant au parti communiste dans la lutte politique de l'exil. Pour des raisons tactiques, le programme restait formulé de manière très générale, mais les positions clé dans l'organisation ou les publications étaient occupées par des membres du parti, alors que des personnalités connues des milieux littéraires bourgeois non affiliées à un parti se voyaient attribuer des tâches de représentation décoratives.36 En revanche, d'autres mouvements de gauche susceptibles de faire de la concurrence au mouvement FD lui posaient problème, les groupements dits « trotskistes » (Trotski fut assassiné à Mexico en août 1940) ou les socialistes comme nous le reverrons dans le cas de DAD.

  • 37 Fritz Pohle : Das mexikanische Exil. Stuttgart : Metzler, 1986, p. 119f ; W. Kiessling, op. cit., I (...)

36Contrairement à DAD fondé d'abord comme organisation dès 1937, ce n'est qu'en octobre 1941 que le mouvement FD prit naissance au Mexique tout d'abord, sous forme d'une revue du même nom. Cette revue politico-littéraire qui avait pour rédacteur en chef le communiste autrichien Bruno Frei, puis Alexander Abusch, défendit d'emblée une politique de front unitaire. De nombreux écrivains de renom exilés en Amérique du Sud et du Nord y participèrent : Anna Seghers, Ludwig Renn, Bodo Uhse, Egon Erwin Kisch, André Simone, réfugiés au Mexique, mais la revue publia également des textes de Heinrich et Thomas Mann, Ernst Bloch, Oskar Maria Graf, Paul Tillich. La revue, qui comportait 32-36 pages, tirait à 3 500 exemplaires, lus au Mexique et en Amérique du Sud. Elle a une autre portée littéraire que DAD, comparable à celle des Deutsche Blätter à Santiago de Chile.37

37En 1942, les activités de la revue s'élargirent par la fondation d'un supplément en espagnol, Alemania Libre, destiné à l'opinion publique mexicaine ou aux Allemands installés au Mexique, fonctions reprises en 1943 par deux organes séparés, un service de presse Servicio de Prensa y de informaciòn Alemania Libre et une publication bi-hebdomadaire pour les germano-mexicains, Demokratische Post.

  • 38 Fritz Pohle : op. cit., p. 201

38Parallèlement, le club politico-littéraire Heinrich Heine, à visée culturelle, fut fondé et dirigé par le même personnel politique avec Anna Seghers à sa tête. Renforcé à la fin de l'année 1941 par l'arrivée de quarante communistes sur le Serpa Pinto, le mouvement FD se constitua à Mexico le 1er février 1942, date où il apparut pour la première fois en public. Le nombre des membres a été estimé à 124 en 1942, environ 400 fin 1944, et si l'on ajoute ceux que l'on pourrait qualifier de « amis du mouvement », le chiffre aurait atteint 700-800.38 Le mouvement jouit d'un succès certain auprès de l'opinion publique mexicaine.

b) Programme et tâches du mouvement

  • 39 « Die Bewegung Freies Deutschland ». FD, Nr 4, Fevrier 1942, p. 5.

39Le programme appelait à une unité de tous les Allemands démocrates dans la lutte contre Hitler et à la solidarité avec tous les oppposants du régime. Les huit points du programme restaient très généraux et ne déterminaient en rien l'avenir concret de l'Allemagne, si bien que le mouvement sut gagner des écrivains, artistes et scientifiques d'Amérique latine et des Etats-Unis, de toutes tendances. Le mouvement se déclarait ouvert à tous les Allemands antifascistes quels que soient leur parti, leur race ou leur religion, il s'affirmait défenseur de la démocratie, soutenant les Alliés et les mouvements de résistance en territoires occupés, luttant contre la 5e colonne.39

40FD se fixa deux buts principaux : organiser le mouvement au Mexique et établir des liens avec d'autres pays d'Amérique latine. Dirigé à partir de juin 1942 par Paul Merker, fonctionnaire du parti communiste, FD acquit rapidement une position de quasi monopole au Mexique, face à d'autres tendances faibles. Le mouvement pouvait compter en 1942 sur la sympathie de groupements dans six autres pays du continent latino-américain.

III) Les difficultes d'unification (1942-1943)

41La question d'une unification des divers groupements d'exilés, exclue après la rupture due au pacte germano-soviétique, se posa à nouveau après l'entrée des troupes allemandes en Union soviétique le 22 juin 1941, et le problème fut particulièrement à l'ordre du jour en 1943.

1) les positions de départ

42Les positions de départ des deux grands mouvements d'exil sont divergentes.

a) en Argentine

  • 40 Cf. Balder Olden : « Eine Einheitsfront muß organisiert werden ». Volksblatt, I (10), août 1942, p. (...)

43En Argentine, on note deux positions différentes. Dans le journal Volksblatt d'obédience communiste fondé en novembre 1941, la revendication d'un « front unitaire » revient très régulièrement, en particulier à partir d'août 1942,40 alors que Das Andere Deutschland se montrait au départ réservé quant aux possibilités d'un front unitaire tel que l'entendait Freies Deutschland, comme l'exposa August Siemsen dans un long éditorial en juin 1942, affirmant que si l'on réclame un front unitaire contre Hitler, il répond qu'un « tel front n'a pas besoin d'être proclamé puisqu'il existe depuis longtemps », DAD ayant réalisé dans la pratique le front unitaire jusqu'au pacte germano-soviétique où il fut déchiré :

  • 41 August Siemsen : « Einheitsfront ». DAD, VI (51), juin 1942, p.1.

« Notre revue avait réussi ce que nulle part ailleurs on avait atteint dans l'émigration allemande : grouper autour de soi toutes les forces démocratiques et socialistes actives de l'opposition allemande en Amérique du Sud. Ainsi, on avait réalisé dans la pratique le front unitaire – même si ce n'était que de manière lâche et sans lien d'organisation. Ce n'est qu'après le pacte germano-soviétique que cela a changé.[…] Le front unitaire était déchiré, mais pas par nous. Depuis quelque temps, on voit naître toute sorte de comités locaux qui appellent au front unitaire. De telles actions ne favorisent pas le front unitaire, mais déchirent celui qu'a créé Das Andere Deutschland. Le slogan de front unitaire, venu récemment de Mexico, méconnaît malheureusement, lui aussi ,que nous avons déjà réalisé en Amérique du Sud cette unité à laquelle on aspire. »41

44Pour August Siemsen, critiquant l'attitude de FD, il ne peut y avoir d'accord entre tous les opposants au nazisme que dans la haine envers la dictature nazie, mais on ne pourrait s'entendre ni sur les méthodes, ni sur les buts à atteindre, et c'est pourquoi DAD prônait un front unitaire des forces de tendance socialiste :

« À côté de la conviction antifasciste, il faut au moins une conception fondamentale anticapitaliste, la volonté d'une nouvelle organisation du monde sur une base socialiste est un présupposé pour l'appartenance à un front unitaire méritant ce nom. Les slogans actuels d'unité sont peu clairs et confus. Personne ne sait d'après quels critères le front unitaire doit être constitué ».

  • 42 Fritz Pohle : op. cit., p. 247.

45La revue Freies Deutschland ignora cet article de Siemsen et ne mentionna plus désormais Das Andere Deutschland.42

  • 43 « Die Einheit aller Freien Deutschen Argentiniens ist geschaffen ». Volksblatt, II (13), 1.10.1942, (...)

46Malgré les réticences premières de DAD, des négociations eurent lieu entre les divers groupements d'opposition au nazisme de Buenos Aires, et le 1er décembre 1942 fut fondée une sorte de fédération appelée Arbeitsausschuß Deutscher Demokraten in Argentinien (Comisión Coordinadora de los Alemanes Democráticos en la Argentina, abrégée fréquemment Comisión Coordinadora).43 Sous la présidence de Balder Olden, elle rassemblait sept organisations et revues d'exil en Argentine, dont DAD et Volksblatt qu'elle avait pour tâche de rassembler et de représenter.

  • 44  « Comisión Coordinadora de los Alemanes democràticos en la Argentina : Proyecto de estatutos » in (...)

47Les statuts de l'organisation prévoyaient un congrès qui rassemblait au moins une fois par an les délégués, un comité central composé de deux représentants de chaque organisation membre et un comité exécutif. Les questions de procédure restaient peu claires dans ces statuts, alors qu'elles auraient été importantes, vu l'hétérogénéité des associations représentées, pour éviter des conflits qui ne tarderont pas à survenir.44

b) La position de Freies Deutschland

48Dès sa fondation, postérieure de quatre ans à celle de DAD, FD aspira à constituer un front unitaire, sous l'égide des communistes dans les faits. Fin décembre 1942, Paul Merker fonda un comité d'organisation pour mettre en place un comité interrégional des Freie Deutsche. Le 11 janvier 1943, des invitations furent adressées aux organisations d'exil d'Amérique latine pour rejoindre le LAK (Lateinamerikanisches Komitee der Freien Deutschen).

  • 45 Fritz Pohle : op. cit., p. 247-250.

49Le 30 janvier 1943, le LAK adressa un tract appelant à l'unité, et c'est le 12 février 1943 que le comité fut fondé officiellement. Le Comité était dirigé par Ludwig Renn, avec comme secrétaires les communistes Paul Merker et Henriette Begun. Heinrich Mann et Anna Seghers avaient accepté une présidence d'honneur, de même que deux conservateurs, Hubertus Prinz zu Löwenstein et Karl von Lustig Prean. Le LAK, dont le siège était à Mexico, rassemblait des associations de diverses tendances, le programme étant à même de rassembler tous les milieux d'exil, à l'exception du mouvement de Strasser qui en était exclu.45

2) La tentative d'unification de Das Andere Deutschland

50La première tentative d'unification des mouvements d'exil fut initiée par August Siemsen qui organisa un congrès à Montevideo du 29 au 31 janvier 1943 pour « créer une plate-forme politique autour de laquelle l'opposition allemande en Amérique du Sud puisse se rassembler ». Le congrès, présidé par August Siemsen, Balder Olden, président de la Comisión Coordinadora, Rudolf Ladendorf, représentant du Vorwärts et Otto Heumann, dirigeant du Freier Deutscher Klub Montevideo, rassembla, outre cent-soixante-dix invités, 50 à 70 délégués dont la grande majorité venait de Montevideo et de Buenos Aires.

51On peut distinguer deux buts fondamentaux du congrès dont l'un fut atteint, l'autre non. D'une part, témoigner qu'il existe un mouvement actif d'antifascistes allemands au niveau de l'ensemble de l'Amérique du Sud, en affirmant leur loyauté absolue face aux pays d'accueil, en proclamant les principes fondamentaux du mouvement concernant le national-socialisme, la cinquième colonne, la liquidation du passé et la préparation de l'avenir. D'autre part, appeler à l'unité de tous les antifascistes d'Amérique du Sud en mettant à l'arrière-plan leurs divergences d'opinion.

  • 46 « Kampf gegen den Antisemitismus », « Bestrafung der Schuldigen », « Solidarität mit den Flüchtling (...)
  • 47 « Aufruf an die deutschen Kriegsgefangenen » et « Flüchtlinge ».

52Les exilés se rassemblèrent autour d'une déclaration commune solennelle publiée le 30 janvier 1943 pour le dixième anniversaire de l'arrivée au pouvoir d'Hitler, intitulée « Manifeste des antifascistes allemands d'Amérique du Sud ». Ce manifeste était complété par divers textes publiés sous forme de déclaration officielle46 et d'une « déclaration radiophonique au peuple allemand », diffusée également le 30 janvier 1943 de Moscou, New York et Londres. Des textes importants furent diffusés en Amérique du Sud et en Europe, sous forme d'appels.47 La presse d'Amérique du Sud fit un large écho à ces divers appels qui constituèrent donc un succès. 

53Cependant, la tentative de donner une structure unitaire à l'ensemble des mouvements d'exilés en Amérique latine ou même simplement en Amérique du Sud échoua. Deux attitudes s'opposèrent au congrès qui, d'après les comptes rendus même du congrès, donnèrent lieu à de « vives discussions » :

« Les délibérations des délégués ont montré que malgré un accord parfait […], il existe deux divergences :

1. DAD s'oriente dès maintenant vers une reconstruction d'une Allemagne démocratique et socialiste, alors que l'autre groupe considère que c'est inopportun.

  • 48 DAD, VI (60), mars 1943, p. 1.

2. en conséquence, DAD veut limiter le front unitaire à l'opposition socialiste et fondamentalement démocratique alors que les autres veulent inclure tous les opposants à Hitler dans le front unitaire ».48

  • 49 W. Kiessling, op. cit., p. 177, 181, 183-184. F. Pohle : op. cit., p. 257-259 et 446.
  • 50 Cf. Anne Saint Sauveur - Henn : Un siècle d'émigration allemande vers l'Argentine, 1853-1945 ; Köln (...)

54On retrouve parfaitement définie l'opposition entre les conceptions du front unitaire de DAD et FD. Ces deux lignes politiques apparurent dans les deux manifestes politiques, celui de la majorité présenté par DAD et celui de la minorité présenté par le Volksblatt qui ne demandait pas le rattachement au LAK, mais reprenait la déclaration de Paul Merker concernant la coresponsabilité allemande publiée en novembre 1942 par FD. Le texte de la minorité fut signé par quinze délégués. Si les deux ouvrages consacrés à l'exil au Mexique présentent deux versions opposées concernant le congrès et les propositions de fondation du LAK49 – auxquelles nous avons pu apporter des correctifs en nous fondant sur l'analyse de documents inédits qui dépasserait le cadre de cette étude – il ressort que les propositions du LAK, même si elles étaient connues au congrès, ne trouvèrent l'assentiment que d'une très petite minorité.50

55Le compromis établi au congrès de Montevideo consista en la création d'un comité provisoire rassemblant trois délégués élus, August Siemsen (DAD), Heinrich Grönewald (DAD) et Erich Sieloff (Volksblatt) et dont les buts étaient les suivants : supprimer les luttes internes et les oppositions existantes, renforcer la lutte contre la cinquième colonne, coordonner les diverses aides, exiger qu'après la guerre une différence soit faite entre antifascistes et nazis. Le comité, intitulé Alemania Democrática, Comité Central Sudamericano devait organiser trois instances :

  • un comité central dont le siège était Buenos Aires et qui, jusqu'au congrès suivant, devait représenter les démocrates allemands de l'Amérique du Sud, correspondre avec les comités nationaux, déterminer les lignes à suivre pour appliquer les décisions prises par le congrès, régler les problèmes entre les différents groupes.

  • un comité central élargi, comprenant un délégué de chaque comité national, qui devait contacter le comité central avant de prendre des décisions importantes.

    • 51 « Einheitsfront ». DAD, VI (63), 15.4.1943, p. 10.

    les comités régionaux constitués d'après le modèle de la Comisión Coordinadora d'Argentine pour représenter les démocrates allemands devant les autorités, correspondre avec le comité central, coordonner le travail décidé au congrès, entreprendre des actions communes, établir des tribunaux.51

56Si un compromis a pu être trouvé lors du congrès, il ne fonctionnera que très peu puisqu'au bout de trois mois eut lieu une scission entre les membres de Das Andere Deutschland et ceux du Volksblatt : le 2 mai 1943, la rupture était effective. Comment s'effectua si rapidement cette rupture et quels furent les griefs mutuels ?

  • 52 E. Sieloff : « Einbruch in die Nazifront ». Vb, II (23), 1.3.1943, p. 3.
  • 53 « Mexiko-Buenos Aires : gemeinsamer Kampf gegen gemeinsamen Feind ». Volksblatt, II (25), début avr (...)
  • 54 Rudolf Weinmann : « Um eine internationale freie deutsche Bewegung. Ein notwendiges Gespräch ». Vol (...)

57Au départ, les instances prévues au congrès de Montevideo fonctionnèrent avec le soutien du Volksblatt et de son délégué Erich Sieloff52. Mais dès la mi-mars, le journal met en avant les « problèmes de l'unité », début avril, le Volksblatt fait paraître un article reproduisant l'appel du LAK mais prônant encore un « combat commun contre un ennemi commun »53 alors que à partir de la mi-avril, l'évolution du Volksblatt est manifeste en faveur du LAK et donc de Freies Deutschland.54 À l'initiative des membres du Volksblatt et de Balder Olden, intervint le 2 mai un vote au sein de la Comisión Coordinadora décidant son rattachement au LAK.

  • 55 W. Kiessling, I, p. 154, 156, 177.
  • 56 Id., Ibid., I p. 181, 189-191, 195. Ce reproche d'anticommunisme de DAD, du moins rapporté à certai (...)

58FD et DAD analysèrent différemment les motifs de cette rupture. Pour FD, la politique de Das Andere Deutschland engendra une division des opposants à l’hitlérisme. En effet, même si August Siemsen était subjectivement un socialiste honnête et s'il ne faisait pas ouvertement de propagande anticommuniste, en refusant la stratégie qu'avait établie le KPD pour l'unité de tous les opposants à Hitler, il œuvra dans les faits contre elle.55 Le congrès, organisé au dernier moment, imposa une plate-forme dirigée contre la politique du KPD et le compromis adopté fut douteux : ignorant la formation du LAK, il voulut limiter ce dernier à l'Amérique Centrale et exclure du front unitaire les communistes. Or le « comité central », considéré comme une invention de August Siemsen et Heinrich Grönewald, refusa la proposition du LAK du mois d'avril 1943 de réunir tous les mouvements sous son égide, le LAK s'entendant avec le comité et lui envoyant un délégué. Pour les partisans de Freies Deutschland, l'unité de toutes les organisations allemandes antihitlériennes d'Amérique du Sud fut réalisée en novembre 1943, les partisans de Das Andere Deutschland n'étant qu'un « sous-groupe » rassemblant « pour la plupart des anticommunistes notoires ».56

  • 57 Lettre de August Siemsen à Ehrart Löhnberg, 24.3.1943. Institut für Zeitgeschichte, Sammlung Löhnbe (...)

59Das Andere Deutschland considérait de son côté que la création du Comité central provisoire rassemblant des partisans des deux tendances constituait la première étape vers une unification de l'ensemble de l'émigration de gauche dans le monde. Cette unité établie par le Comité central devait se limiter à l'Amérique du Sud, le groupe de Mexico Freies Deutschland devant se charger de l'Amérique centrale en formant une centrale propre, qui collaborerait avec celle de l'Amérique du Sud. Seul le « comité de trois élu » était habilité en tant qu'instance centrale à établir des rapports avec la centrale de Mexico, et non des groupes ou personnes en Amérique du Sud qui, s'ils se rattachaient au comité d'organisation de Mexico contrairement aux décisions de Montevideo, se mettaient automatiquement en dehors du front unitaire.57 Or d'après DAD, le groupe du Volksblatt, « pour des raisons inconnues et en contradiction avec les décisions prises à l'unanimité à Montevideo », décida son rattachement au mouvement FD auquel DAD adressa diverses critiques. D'une part, il lui reproche d'être exclusivement un organe du parti communiste dépendant du Komintern, les écrivains rédigeant la revue, en partie remarquables, étant des membres du parti

  • 58 « Einheitsfront in Gefahr ». DAD, VI (64), 1.5.1943, p. 2.

« qui brandissaient, fidèles à la ligne politique, le mot d'ordre opportuniste du front unitaire national le plus large et, pour pouvoir le réaliser, le slogan du camouflage démocratique ».58

  • 59 « Die Frage der Einheitsfront ». DAD, VI (61), 20.3.1943, p.5.

60Même les diverses personnalités qui font partie du présidium d'honneur ne peuvent influencer, selon l'article de DAD, les « membres du parti bien installés » qui font du mouvement « une section de parti camouflée, fidèle à la ligne politique ». D'autre part, le mouvement FD se voit reprocher par August Siemsen de lutter ouvertement contre Das Andere Deutschland et de toute façon, à la fois par sa composition et sa situation géographique, de n'être pas en mesure d'assurer la direction du mouvement d'opposition.59

61Quoi qu'il en soit, après le 2 mai 1943, Erich Sieloff quitta le Comité central provisoire et la dernière instance commune cessa d'exister. DAD considéra désormais que « Das Andere Deutschland est le front unitaire » – titre d'un article du 15 mai 1943 – alors que Freies Deutschland proclama que l'ensemble des mouvements d'opposition en Argentine étaient rattachés à son mouvement.

3) L'initiative de Freies Deutschland

  • 60 F. Pohle, op. cit., p. 270.

62Juste après l'échec de l'unification en Argentine, FD organisa le 8 et 9 mai 1943 son congrès à Mexico, qui trouva un grand écho dans l'opinion publique mexicaine. Parmi les 200 personnes présentes, 88 délégués du mouvement rédigèrent un « appel au peuple allemand », un autre « aux Allemands en Amérique latine ». Le congrès eut un grand écho puisque de nouveaux groupements rejoignirent le mouvement et qu'en juin 1943, FD comptait des vice-présidents représentant les mouvements de onze pays d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.60

  • 61 P. von zur Mühlen, op. cit., p. 130-131.

63Le LAK atteint pour ainsi dire son apogée l'année de sa fondation. Ses relations furent difficiles avec le Nationalkomitee Freies Deutschland fondé à Moscou durant l'été 1943. Des relations de concurrence, des dissensions quant aux liens avec Moscou, à la présence d'anciens généraux de Hitler expliquent cette distance. Au Mexique, une partie des membres conservateurs ou libéraux se détachèrent du mouvement, et les deux conservateurs, le prince Löwenstein et Karl von Lustig Prean, abandonnèrent la présidence d'honneur début 1944.61

64L'évolution entre février et mai 1943 est manifeste : on passa d'une tentative de rattachement de Das Andere Deutschland à Freies Deutschland à laquelle les dirigeants du LAK semblaient croire, à une séparation d'avec les ennemis traités de « perfides » sur lesquels Freies Deutschland considérait alors avoir triomphé avec succès. Globalement, plus d'associations étaient rattachées à FD qu'à DAD, mais DAD resta très largement majoritaire en Argentine, au Chili et en Bolivie. Jusqu'à ce que le LAK cesse d'exister en 1946, les rivalités restèrent vives dans tous les pays latino-américains.

Conclusion

65L'analyse des difficultés d'unification des mouvements d'exil politique permet d'ouvrir une triple perspective : pour l'exil en Amérique latine, pour d'autres mouvements d'exil et pour l'avenir politique de l'Allemagne.

  • 62 Interviews de Max Rychner et Paul Kellner, Buenos Aires.

66Les différences de stratégie entre l'exil socialiste et communiste aboutirent sur le continent latino-américain à un échec de toute tentative d'unification puisqu'aucun des deux grands mouvements ne parvint à rassembler l'ensemble de l'exil en Amérique latine. Les rivalités restèrent vives jusqu'en 1945, et d'après le témoignage d'un rédacteur de la revue communiste Volksblatt, on parlait de « l'autre camp » pour désigner DAD, les deux groupes étant, selon un autre témoignage, « comme deux hérissons ».62 Certes, s'ils avaient pu unifier leurs forces, les deux mouvements d'exil auraient pu avoir un autre impact en Amérique latine et en Europe, mais ils parvinrent malgré tout à témoigner aux yeux des pays latino-américains qui leur offrirent refuge, mais aussi de bien des pays étrangers, qu'il existait bel et bien, en dehors de l'Allemagne national-socialiste, une « autre Allemagne », une « Allemagne libre ».

  • 63 Cf Peter Steinbach : « Nationalkomitee Freies Deutschland und der Widerstand gegen den Nationalsozi (...)

67Ces difficultés d'unification ne sont pas limitées à la seule Amérique latine, le cas de l'Union soviétique et du Nationalkomitee Freies Deutschland 63 étant un cas à part.

    • 64 Exil in Frankreich. Leipzig : Reclam, 1981, p. 109-117.

    en France, nous avons évoqué l'échec des tentatives antérieures de 1936/1937. En effet, les efforts de constitution du Volksfront dont témoignent la conférence du Lutetia du 2 février 1936 et l'appel Bildet die Volksfront signé le 14 janvier 1937 par des sociaux-démocrates, des communistes, des membres du SAP et des intellectuels non affiliés à un parti, se solderont par un échec puisque le comité préparatoire au Volksfront cessera toute activité en octobre 1937.64

    • 65 Exil in der Schweiz. Frankfurt am Main : Röderberg-Verlag, 1981, p. 329, 337-340

    Si en Suisse les groupements Freies Deutschland et la revue du même nom sous l'égide du KPD tentèrent en août 1943 de constituer un grémium commun, ils n'y parvinrent qu'en juillet 1944, mais Freies Deutschland ne collaborait en rien avec le mouvement Demokratisches Deutschland et reprochait au SAPD (Sozialistische Arbeiterpartei Deutschlands), à ISK (Internationaler Sozialistischer Kampfbund), à IKD (Internationale Kommunisten Deutschlands) et au KPO (Kommunistische Partei Deutschlands-Opposition) de lutter contre le Volksfront.65

    • 66 Exil in der Tschechoslowakei, in Großbritannien, Skandinavien und Palästina, Frankfurt am Main : Rö (...)

    En Grande Bretagne, le FDB (Freie Deutsche Bewegung), fondé en novembre 1943, connut une grave crise à propos des résolutions de la Conférence de Téhéran, et plusieurs responsables non communistes quittèrent le Comité exécutif en avril 1944.66

  • 67 Fritz Pohle : op. cit., p. 203-215 ; Wolfgang Kiessling : « Im Widerstreit mit Moskau ; Paul Merker (...)

68Enfin, ces dissensions de l'exil auront des prolongements difficiles même après 1945. D'une part, les exilés socialistes et communistes eurent tendance à regagner les uns la RFA, les autres la zone d'occupation soviétique, puis la RDA, même s'il y eut des exceptions. D'autre part, les tensions entre Freies Deutschland au Mexique et Freies Deutschland à Moscou conduisirent à de grandes difficultés des exilés communistes rentrés du Mexique en RDA après 1945.67 L'arrestation en RDA de Paul Merker ou de Walter Janka, l'exécution de André Simone à Prague témoignent que ces dissensions eurent bien des prolongements à long terme.

Notes

1 In Wolfgang Abendroth : Aufstieg und Krise der deutschen Sozialdemokratie. Frankfurt : Stimme Verlag, 1969, p. 121-122

2 Cf. « Aufruf des Zentralkomitees der KPD », 7.6.1934.

3 Cf. Hermann Weber : Der deutsche Kommunismus. Dokumente 1915-1945. Studienbibliothek : Kiepenheuer, p. 323-331.

4 Ibid. p. 331-338.

5 Anne Saint Sauveur - Henn : « Lateinamerika als Zuflucht : 1933-1945 ». In Karl Kohut (Hrg) : Deutsche in Lateinamerika - Lateinamerika in Deutschland. Frankfurt am Main : Vervuert, 1996, p. 67-68.

6 Le JOINT avança pour la période 1933-1943 le chiffre de 83 150, l'association des juifs germanophones en Argentine estima à 111 250 le nombre des émigrés ayant gagné l'Amérique latine entre 1933 et 1943.

7 C'est ainsi que, parmi les émigrés soutenus par l'association d'aide aux juifs germanophones de Buenos Aires entre 1933 et 1943, 30 % venaient d'un autre pays que l'Allemagne ou l'Autriche, par exemple la France, l'Espagne, les Pays Bas, la Yougoslavie et la Suisse. Zehn Jahre Aufbauarbeit in Südamerika, Buenos Aires, 1943, p. 47.

8 95 % des juifs allemands entrés en Argentine entre 1936 et 1940 restèrent à Buenos Aires ; le pourcentage était tout aussi élevé à Lima, 70 % pour Asunciòn, plus d'un sur deux à La Paz et à Bogota.

9 Cf. Anne Saint Sauveur - Henn : « Landwirtschaftliche Kolonien deutsch-jüdischer Emigranten in Argentinien ». In Karl Kohut, Patrik von zur Mühlen : Alternative Lateinamerika. Das deutsche Exil in der Zeit des Nationalsozialismus. Frankfurt am Main : Vervuert, 1994, p. 155-167.

10 Alors que jusqu'en 1932, les hommes représentaient 60 à 70 % des immigrants allemands, entre 1933 et 1938, ils ne sont plus que 50 à 55 % et à partir de 1938, les femmes prédominent. Si en 1923, la moitié des Allemands immigrants étaient âgés de 18 à 30 ans, en 1938, le pourcentage n'est plus que de un quart ; alors qu'en 1923, seul un émigrant sur trois quittait l'Allemagne avec sa famille, à partir de 1938, le pourcentage est de plus de la moitié. Anne Saint Sauveur - Henn : « Zur Struktur der deutschen Einwanderung in Argentinien, 1870-1945 ». In Iberische Welten. Köln, Wien, Weimar : Böhlau Verlag, p. 420-421.

11 Patrik von zur Mühlen : « Der Gegenführer im Exil. Die Otto-Strasser-Bewegung in Lateinamerika ». Exilforschung. Ein internationales Jahrbuch, 3 (1985), p. 143-157.

12 Cf. Anne Saint Sauveur - Henn : « L'action politique des émigrés autrichiens en Argentine : l'originalité du Comité Austriáco ». Austriaca, Juin 1993, p. 111-135.

13 « Dokumente des Anderen Deutschland ». Zehn Jahre DAD, X (147/8), 1.8.1947, p. 10.

14 De simples feuilles dactylographiées, elle prit de 1937 à 1939 le format d'un cahier d'environ huit pages, puis de 1939 à 1945 celui d'un livret d'une trentaine de pages pour reprendre de 1945 à 1947 le format d'un cahier d'environ seize pages. Mensuelle jusqu'en avril 1943, la revue parut tous les quinze jours à partir du premier mai 1943.

15 Le Dr. Lehmann parle de 2 000 exemplaires, Ilse Grönewald de 4-5 000 et August Siemsen indiqua pour 1947 le chiffre de 3 000 exemplaires.

16 Biographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigration, I p. 697 ; Hanns Drechsler : Die sozialistische Arbeiterpartei Deutschlands. Meisenheim am Glan : Marburger Abhandlungen zur Politischen Wissenschaft, 1965, II p. 370.

17  Deux autres personnalités faisaient partie du noyau dirigeant : Heinrich Grönewald, enseignant comme August Siemsen, membre du SPD où il représentait l'aile gauche et Hans Lehmann membre dirigeant de ISK dont il devint membre dirigeant.

18 Interview de Rudi Levy, Buenos Aires.

19 Trois en Bolivie, trois au Chili, trois au Brésil, trois au Paraguay, un en Colombie, un en Uruguay, un au Mexique, et de plus un en Afrique du Sud.

20 Hans Jahn : « Zehn Jahre Hitler ». DAD, VI (58), janvier 1943, p. 5.

21 « Politisches Manifest der deutschen Antifaschisten Südamerikas ». DAD, VI (60), mars 1943, p. 3-4 ; August Siemsen : « die Ursachen müssen beseitigt werden ». DAD, VI (59), février 1943, p. 18.

22 « Was ist und will Das Andere Deutschland ? ». Flugblatt 1943. DAD, X (147/8), 1.8.1947, p. 14 ; August Siemsen : « Zehn Jahre politischer Kampf », Ibid. p. 2 et 4.

23 « Was soll mit Deutschland geschehen ? ». DAD, V (57), septembre 1942, p. 12.

24 « Politisches Manifest der deutschen Antifaschisten Südamerikas ». DAD, VI (60), mars 1943, p. 5-6.

25 « Das gilt heute noch ». DAD, X (147/8), 1.8.1947, p. 12.

26 Cf. Hans Lehmann : « Die Hilfsaktionen des Anderen Deutschland ». Zehn Jahre DAD, X (147/8), 1.8.1947, p. 6.

27 Paul Walter Jacob, directeur depuis le 20 avril 1940 de la Freie Deutsche Bühne et membre de Das Andere Deutschland, joua un rôle important dans ces réunions en présentant des pièces politiques engagées pour lesquelles la revue DAD faisait régulièrement de la publicité. Cf. par exemple « Theater und Literatur, Freie Deutsche Bühne Buenos Aires ». DAD III (25), 15.4.1940, p. 24.

28 Flugblatt nach dem Überfall auf die Sowjetunion : « Deutschland wohin ? » ; Flugblatt 1943 : « Was ist und will Das Andere Deutschland ? ». Zehn Jahre DAD, X (147/8), 1.8.1947, p. 10 et 11. « Die Totengräber des deutschen Volkes » ; « Die kirchliche Lage in Deutschland » ; « Ist Hitler Deutschland ? Ist Deutschland Hitler ? ». In : « Aus unserer Arbeit ». DAD , V (55), septembre 1942, p. 24.

29 Ces feuillets d'information dactylographiés de quatre pages parurent d'octobre 1940 à octobre 1942 tous les quinze jours, puis irrégulièrement, l'évaluation de leur tirage varie de 200-400 exemplaires à 600.

30 Liselotte Maas : Deutsche Exilpresse in Lateinamerika. Frankfurt am Main, 1978, p. 39. Trente-deux journaux et revues qui avaient plus de 300 000 abonnés avaient recours au service de Informaciones. DAD V (34), 15.1.1941, p. 10.

31 « Aufruf ». DAD, III (30), 15.9.1940, p. 15. « Strafe jedem Naziverbrecher ». DAD, VI (65), 15.5.1945, p.1.

32 En particulier Heinrich Grönewald et Heinz Bier qui furent amenés à contrôler pour la commission la gestion de certaines entreprises allemandes suspectes. Interview de Rudi Levy, Buenos Aires.

33 Elle soutint l'action du Comité contra el Racismo y el Antisemitismo qui organisa le 28 novembre 1938 une manifestation de 40 000 personnes au Luna-Park de Buenos Aires et de la Comisión argentina de boicot a los países totalitarios qui prônait le boycottage des articles allemands. DAD, II (10), 1.2.1939, p. 1.

34 Patrik von zur Mühlen : Fluchtziel Lateinamerika. Die deutsche Emigration 1933-1945, politische Aktivitäten und soziokulturelle Integration, Bonn : Verlag Neue Gesellschaft, 1988, p. 175.

35 Wolfgang Kiessling : Alemania Libre in Mexiko. Berlin : Akademie Verlag, 1974, I, p. 39.

36 Patrik von zur Mühlen : op. cit., p. 124.

37 Fritz Pohle : Das mexikanische Exil. Stuttgart : Metzler, 1986, p. 119f ; W. Kiessling, op. cit., I, 50f.

38 Fritz Pohle : op. cit., p. 201

39 « Die Bewegung Freies Deutschland ». FD, Nr 4, Fevrier 1942, p. 5.

40 Cf. Balder Olden : « Eine Einheitsfront muß organisiert werden ». Volksblatt, I (10), août 1942, p. 1 ; Dr. Heinrich Halban : « Einordnung in die Weltfront der Demokratie ». Volksblatt, I (11),1.9.1942, p.1.

41 August Siemsen : « Einheitsfront ». DAD, VI (51), juin 1942, p.1.

42 Fritz Pohle : op. cit., p. 247.

43 « Die Einheit aller Freien Deutschen Argentiniens ist geschaffen ». Volksblatt, II (13), 1.10.1942, p.1. DAD, VI (55), octobre 1942, p. 20. Pour les arrières-plans de cette fondation, cf. Anne Saint Sauveur - Henn : « Die Volksblattgruppe in Buenos Aires (1941-1943) » In : Mexico, das wohltemperierte Exil. Mexico : Instituto de Investigaciones Interculturales Germano-Mexicanas, 1995, p. 117-127.

44  « Comisión Coordinadora de los Alemanes democràticos en la Argentina : Proyecto de estatutos » in Patrik von zur Mühlen : op. cit., p. 155.

45 Fritz Pohle : op. cit., p. 247-250.

46 « Kampf gegen den Antisemitismus », « Bestrafung der Schuldigen », « Solidarität mit den Flüchtlingen », « Unterstüzung der kämpfenden Völker ». DAD, VI (60), mars 1943, p. 11-13.

47 « Aufruf an die deutschen Kriegsgefangenen » et « Flüchtlinge ».

48 DAD, VI (60), mars 1943, p. 1.

49 W. Kiessling, op. cit., p. 177, 181, 183-184. F. Pohle : op. cit., p. 257-259 et 446.

50 Cf. Anne Saint Sauveur - Henn : Un siècle d'émigration allemande vers l'Argentine, 1853-1945 ; Köln, Wien, Weimar : Böhlau Verlag, 1995, p. 651-665.

51 « Einheitsfront ». DAD, VI (63), 15.4.1943, p. 10.

52 E. Sieloff : « Einbruch in die Nazifront ». Vb, II (23), 1.3.1943, p. 3.

53 « Mexiko-Buenos Aires : gemeinsamer Kampf gegen gemeinsamen Feind ». Volksblatt, II (25), début avril 1943, p.3.

54 Rudolf Weinmann : « Um eine internationale freie deutsche Bewegung. Ein notwendiges Gespräch ». Volksblatt, II (26), mi-avril 1943, p. 3.

55 W. Kiessling, I, p. 154, 156, 177.

56 Id., Ibid., I p. 181, 189-191, 195. Ce reproche d'anticommunisme de DAD, du moins rapporté à certains des membres du mouvement, est revenu dans toutes les interviews d'exilés communistes actifs à l'époque que nous avons pu rencontrer à Buenos Aires. Interviews de Paul Kellner, de Max Rychner, de Rudolf Weinmann à Buenos Aires.

57 Lettre de August Siemsen à Ehrart Löhnberg, 24.3.1943. Institut für Zeitgeschichte, Sammlung Löhnberg, ED 204, II, p. 240.

58 « Einheitsfront in Gefahr ». DAD, VI (64), 1.5.1943, p. 2.

59 « Die Frage der Einheitsfront ». DAD, VI (61), 20.3.1943, p.5.

60 F. Pohle, op. cit., p. 270.

61 P. von zur Mühlen, op. cit., p. 130-131.

62 Interviews de Max Rychner et Paul Kellner, Buenos Aires.

63 Cf Peter Steinbach : « Nationalkomitee Freies Deutschland und der Widerstand gegen den Nationalsozialismus ». In Exilforschung, 8, 1990, p. 61-85.

64 Exil in Frankreich. Leipzig : Reclam, 1981, p. 109-117.

65 Exil in der Schweiz. Frankfurt am Main : Röderberg-Verlag, 1981, p. 329, 337-340

66 Exil in der Tschechoslowakei, in Großbritannien, Skandinavien und Palästina, Frankfurt am Main : Röderberg, 1981, p. 188-198.

67 Fritz Pohle : op. cit., p. 203-215 ; Wolfgang Kiessling : « Im Widerstreit mit Moskau ; Paul Merker und die Bewegung Freies Deutschland in Mexiko ». In : Karl Kohut, Patrik von zur Mühlen : Alternative Lateinamerika. Frankfurt am Main : Vervuert, p. 117-131.

Auteur

Université de Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search