Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Terres d’exil — lieux de résistance

La résistance contre le national-socialisme à partir de l'exil en Union soviétique

Hartmut Mehringer
Traduction de Gérard Schneilin

Texte intégral

  • 1 Cf : Exil in der UdSSR (Vol. 1 de la série : Kunst und Literatur im antifaschistischen Exil 1933-19 (...)
  • 2 Cf. à ce propos, avant tout, l'ouvrage récent de Carola Tischler, Flucht in die Verfolgung. Deutsch (...)

1Au centre des réflexions qui suivent ne se situent pas l'émigration germanophone de 1933 à 1945 en Union Soviétique, en général, sa vie quotidienne (dans la mesure où elle existait pour les émigrants en Union Soviétique), ses réalisations culturelles, etc.1 Il s'agit bien plutôt, et à la lettre, de la résistance contre le national-socialisme au départ du territoire de l’Union soviétique2, encore qu'à ce sujet s'imposent un certain nombre de remarques sur la situation des émigrants allemands en Union soviétique. L'analyse à suivre portera donc avant tout sur ces trois points majeurs :

  1. Les directives données à la résistance communiste en Allemagne, de 1935 à 1945, par le comité central, le bureau politique et la direction opérationnelle du KPD (Parti communiste allemand) à Moscou, ce qui n'a cessé d'être présenté jusqu'il y a peu comme un fait avéré par l'historiographie de l'ex-R.D.A.

  2. Les tentatives soviétiques de prendre de l'influence sur la résistance intérieure allemande et/ou d'exécuter des missions de sabotage et de diversion au moyen de « parachutistes », c’est-à-dire d'agents germanophones déposés par avions sur le territoire d'occupation allemande.

  3. Le « Comité national de l'Allemagne libre » (NKFD).

I

2Au départ, il paraît néanmoins nécessaire de jeter un bref regard sur l'émigration germanophone en URSS. Elle se composait de toute une série de groupes très différents selon leur format et leur origine.

  • 3 Cf. l'art. « Manfred Stern » in : Bibliographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigration nach (...)
  • 4 Cf. Rückkehrer berichten über die Sowjetunion. Anthologie de Kurt Krupinski, Berlin 1942 ; en dépit (...)

3Un premier faisceau, il est vrai d'une importance numérique très relative, se composait de descendants d'anciens colons allemands en Russie ou de prisonniers de guerre allemands en Russie à la fin de la Première Guerre mondiale qui avaient pris fait et cause pour la révolution : dans leurs rangs furent recrutés nombre de responsables de haut rang du Komintern, tel par exemple, Manfred Stern, alias le général Kléber dans la Guerre d'Espagne.3 S'y ajoutait un nombre respectable de travailleurs émigrés, venus en Union soviétique à partir de la fin des années vingt : quelques milliers d'ouvriers spécialisés allemands et autrichiens, venus en URSS en raison du chômage dans leurs pays et des possibilités apparemment favorables de salaire et de promotion, mais aussi par idéalisme pour contribuer à la « construction du socialisme». Beaucoup d'entre eux rentrèrent chez eux, déçus, dès avant 1933 ou peu après4 ; de ceux qui restèrent, un grand nombre furent pris, au milieu des années trente, dans les rouages des épurations staliniennes.

  • 5 Cf. les mémoires souvent réédités de Margarete Buber-Neumann : Prisonnière de Staline et d'Hitler.

4Pour les Allemands persécutés par le régime nazi à partir de 1933, l’Union soviétique ne joua qu'un faible rôle comme pays d'asile, en dépit de sa constitution, qui promettait d'accorder l'asile à tous les étrangers poursuivis pour leur appartenance au « mouvement de libération révolutionnaire ». Abstraction faite de quelques centaines d'activistes de la Ligue de défense républicaine (Republikanischer Schutzbund), l'organisation de défense de la social-démocratie autrichienne, après la révolte de février 1934 en Autriche, ainsi que de quelque deux cents familles communistes de Tchécoslovaquie après l'Anschluß des Sudètes et l'occupation du reste de la Tchéquie en 1938-39, à qui l'URSS accorda démonstrativement l'asile, seuls, ou presque, les membres des appareils des partis communistes d'Allemagne et d'Autriche, au sens étroit du terme, trouvèrent refuge en Union soviétique. De plus, les Autrichiens du Schutzbund, en compagnie de nombreux communistes allemands et autrichiens, furent pris en grand nombre dans les rouages de épurations staliniennes dans la deuxième moitié des années trente. Bon nombre de ceux qui y avaient échappé furent, à partir de 1937, et plus encore durant la phase entre la signature du pacte germano-soviétique en août 1939 et l'agression allemande de l’Union soviétique en juin 1941, livrés officiellement par l'URSS à l'Allemagne nazie : le cas le plus connu est celui de Margarete Buber-Neumann, la femme de Heinz Neumann, haut responsable du KPD, disparu en 1937 en captivité soviétique5.

5Il est bon, toutefois, de faire ici quelques remarques sur les épurations staliniennes. Les années 1934-1939 constituent une des phases les plus sombres du pouvoir de Staline en Union soviétique, l'époque des procès-spectacles et des épurations. Beaucoup de ceux venus en Union soviétique par idéalisme et/ou pour cause de persécution directe allaient être les témoins ou les victimes de la politique de Staline, chef admiré de la « patrie de tous les travailleurs » et des exactions de sa police secrète, qui eurent pour effet d'éclaircir aussi les rangs des émigrés germanophones. La traque de prétendus déviationnistes, d'opposants, saboteurs et trotskistes, les procès-spectacles et condamnations à mort, les arrestations nocturnes, la peur des mouchards et dénonciateurs, les disparitions, sans laisser de traces, de camarades avec qui l'on avait encore travaillé la veille, créaient un climat de terreur, d'insécurité et d'hystérie. Il est vrai que les émigrants de Moscou étaient, à cette époque, prédisposés à être à la fois coupables et victimes : l'intériorisation de la discipline du parti, l'engagement quasi religieux dans la mission universaliste de la classe ouvrière et le patriotisme soviétique inconditionnel, lié au culte illimité de Staline, y contribuèrent tout autant que l'angoisse de la persécution à la suite des procès-spectacles, les pratiques d'arrestation du NKVD, les contrôles internes permanents des cadres et les rituels de critique et d'autocritique devant les membres du parti. Ne pouvait survivre que celui qui, tel un hamster faisant tourner sa petite roue, participait à la dynamique de la machine de la terreur et la logique de ses persécutions meurtrières ; qui ne voulait pas devenir victime, était forcé à être complice, à participer au système barbare des dénonciations réciproques. Les accusations ne pouvaient être réfutées que par des contre-accusations, tout en gardant à l’esprit que les accusations se retournaient contre leurs auteurs. Dans la « logique » du NKVD, la question d'une accusation ou d'un verdict public ne se décidait pas selon les notions de « culpabilité » ou d’« innocence », mais uniquement sous l'aspect de l'efficacité politique et de la concurrence hiérarchique. Il pouvait donc apparaître comme relativement futile de porter des accusations, quelles qu'elles fussent, contre autrui. D'autre part, la plupart des individus concernés étaient devenus des soldats du parti, par un dressage et une intériorisation prolongés, engagés à une critique, autocritique et un respect de la vérité impitoyables face au parti, dont la « ligne générale » devait s'appliquer contre les « déviationnistes ».

6Le quatrième groupe, enfin, qui nous intéresse dans ce contexte, ne se compose pas d'émigrés au sens propre du terme, mais provient des prisonniers de guerre allemands très nombreux en détention soviétique, en particulier après la défaite de Stalingrad.

II

  • 6 Cf. à ce sujet et plus loin : Hartmut Mehringer : Widerstand und Emigration. Das NS-Regime und sein (...)

7Le KPD n'avait transféré à Moscou son siège principal que peu à peu. Dans la forme, la direction se trouvait, dans un premier temps, entre les mains de la « direction intérieure » à Berlin, mais, en pratique, c'est la « direction extérieure » qui s'en chargea, sise d'abord à Paris, puis à Prague6. En fait, depuis début 1935 et surtout depuis la « conférence de Bruxelles » qui s'était tenue en octobre 1935, immédiatement après le 7e Congrès mondial du Komintern dans les environs de Moscou, ce sont les membres du comité central et du bureau politique du KPD établis à Moscou qui se chargèrent de la direction générale du KPD, sous l'égide de Wilhelm Pieck, le nouveau président du parti, même si la sanction officielle n'intervint qu'en 1939. Dès lors, il exercèrent une influence immédiate sur la conduite de la résistance communiste, même si, dans la pratique, cela se révéla être aussi illusoire que totalement irréaliste là où cela réussit malgré tout.

8Depuis l'été 1933, la direction extérieure avait assuré la publication de l'organe central, Die rote Fahne (Le drapeau rouge) et d'autres ouvrages ; à cette fin, elle avait construit un système de postes frontaliers tout autour du Reich, chargés d'organiser le transport vers l’Allemagne des publications illégales, d'assurer le franchissement des frontières par les fugitifs et les courriers et de régler le flux des membres du parti émigrés dans les divers pays d'asile. Après l'élimination de la dernière direction intérieure au printemps 1935, ainsi que de la modification des propositions tactiques de principe lors du 7e Congrès mondial du Komintern en été 1935 et de la « conférence de Bruxelles » en octobre de la même année, où l'on renonça avant tout à la tactique du « social-fascisme » au profit du Front unitaire et populaire, le KPD misa sur la décentralisation : on fit des postes frontaliers des directions de secteur, chargées de diriger le futur travail illégal. En réalité, cela signifiait un renforcement supplémentaire de l'influence directe de la direction centrale du parti à Moscou.

  • 7 Cf. Die Brüsseler Konferenz der KPD, rééd. Frankf./M. 1975, p. 131.

9À la conférence « de Bruxelles », Wilhelm Pieck avait déjà rendu publics les résultats catastrophiques de la politique intérieure menée jusqu'alors : sur 422 cadres supérieurs enregistrés par la direction du parti (membres du comité central, des directions de district et des organisations de masse), 219 avaient été arrêtés à ce jour, 14 assassinés, 125 avaient émigré et 10 % environ avaient quitté le parti ; un tiers à peu près était encore en liberté, pour la plupart à l'étranger.7 Ces chiffres ne tenaient pas compte des responsables communistes subalternes arrêtés et assassinés, dont le nombre s'élevait à plusieurs dizaines de milliers. À force de tentatives incessantes de réorganisation des directions de district, immédiatement démantelées par la Gestapo, les ressources en personnel du KPD s'épuisèrent à vue d'œil. La raison primordiale de cette politique suicidaire était la conviction des cadres et de la masse des membres du parti que l'on se trouvait déjà dans la dernière phase avant l'inévitable révolution prolétarienne, et que la mise en illégalité du KPD n'était qu’une retraite tactique avant la victoire finale : d'où la tentative de maintenir le parti sous la forme d'une organisation de masse conspiratrice, après le reflux de la première vague de terreur et de persécution. La croyance à l'imminence de la crise révolutionnaire entraîna les activistes du parti dans les grandes villes et les sites industriels à des activités conspiratives fiévreuses et éperdues qui faisaient perdre de vue tout sens des proportions entre mobilisation des forces et résultats.

10Le KPD illégal des années 1933 à 1935, organisation à structure hiérarchique aux multiples liaisons entrelacées et systèmes de direction parallèles, réussit, jusqu'à l'érosion quasi totale du personnel, à remplacer rapidement les cadres arrêtés en ayant recours à des canaux parallèles, et à réparer les liaisons interrompues. Cette structure offrait inversement aux persécuteurs des conditions favorables pour s'infiltrer dans de tels réseaux à l'aide de dénonciations, de mouchards, d'espions spécialement sélectionnés et d'observation systématique, et pour les détruire de bas en haut.

11La force de régénération des partisans du parti communiste, qui avait permis d'abord de colmater constamment les brèches occasionnées par les arrestations incessantes et de remplacer les groupes illégaux détruits à partir de nouveaux noyaux organisationnels, était largement épuisée au milieu de années trente. Au cours des seules années 1936 et 1937, furent arrêtés environ 20 000 communistes ; les rapports de la Gestapo s'accordent, à partir de début 1936, à signaler la forte baisse de la propagande communiste par tracts, encore que la Gestapo, par justification de ses propres activités, ne manquait jamais de souligner la persistance du danger.

12Les chiffres des arrestations de communistes ne cessaient de reculer d'environ 8 000 en 1937 à 4 000 en 1938. Les causes ne s'en trouvent pas seulement dans l'affaiblissement du milieu communiste des grandes villes et des régions industrielles, voire dans une prudence renforcée ou une modification tactique en faveur d'une action offensive moins aveugle. La raison essentielle était avant tout qu'à partir du milieu de la décennie le régime avait atteint le sommet de sa popularité, grâce à l'élimination du chômage et l'obtention du plein-emploi, ainsi qu'à des succès manifestes de politique étrangère, depuis le retour de la Sarre jusqu'aux conquêtes des guerres-éclair de la première année des hostilités. Pendant ces années, Hitler pouvait être assuré de l'assentiment enthousiaste d'une énorme majorité de la population allemande, y compris une partie non négligeable de l'ancien mouvement ouvrier. L'année 1936 représente à plus d'un point de vue une nette césure : la résistance se réduisit par la suite au maintien prudent de relations personnelles avec des connaissances et des amis politiques, un comportement qui, il faut le dire, s’est avéré malgré tout d’une remarquable solidité.

13L'échec patent de la ligne du Front populaire suivie depuis 1935 força la direction du KPD à Moscou, une année avant le début de la guerre, à une nouvelle réorientation tactique. À la conférence dite de « Berne » du KPD, qui eut lieu début 1939 aux environs de Paris, la direction du parti proclama de nouveau la « création d'une direction unique de la résistance des masses » et réclama la constitution rapide d’« organisations illégales autonomes dans les entreprises, les localités » et les grandes régions.

  • 8 Cf. Beatrix Herlemann : Auf verlorenem Posten. Kommunistischer Widerstand im Zweiten Weltkrieg. Die (...)

« On envoya dans le pays le plus grand nombre possible d'instructeurs chargés de mobiliser les forces en jachère. Les directions des secteurs furent renforcées à l'aide de combattants de la Guerre d'Espagne qui avaient pu échapper à l'internement dans les camps français8. »

14Les différentes directions devaient, elles aussi, préparer leur entrée illégale en Allemagne. Au lieu de l'appel au Front populaire, on propageait à nouveau celui de l’« unité d'action des masses travailleuses », prétendument sabotée par les sociaux-démocrates et les socialistes, ainsi que la tactique du « Front unique par le bas » : une réédition de la tactique du social-fascisme, mais, dans la pratique, à peine plus qu'un front uni du KPD « avec lui-même ».

  • 9 Cela se répéta en 1940 pour le cas du PCF, qui espérait se faire légaliser après l'occupation de la (...)

15Le début de la guerre, le ler septembre 1939, ne changea rien à l'image du marais apparemment asséché du mouvement clandestin communiste, d'autant que le pacte germano-soviétique, signé une semaine auparavant, était aussi un choc pour le KPD : tous les souvenirs authentiques de participants, et non enjolivés par la suite, en attestent et rendent compte du degré de confusion que l'inversion du front entraînait même pour les militants communistes. Au cours des mois suivants, toutefois, l'acceptation du pacte sur la base de l'affirmation de la Realpolitik stalinienne s'imposa largement auprès des cadres communistes ; cette attitude était renforcée par des spéculations infondées sur la prétendue concession par l’État national-socialiste d'une marge légale plus grande pour le parti et d'une amnistie pour les prisonniers communistes.9

16Après l'élimination définitive de la direction extérieure du KPD à Paris en septembre 1939 par suite de l'internement de ses dirigeants, la responsabilité de la résistance allemande intérieure revint au bureau politique à Moscou qui, les années d'avant, ne disposait plus de contacts directs à l'étranger. Fin décembre 1939, fut élaborée une « plate-forme politique du KPD » qui fut, par la suite, la plus importante orientation d'organisation politique du comité central ; toutefois, pour ce qui concernait les conditions réelles en Allemagne, elle était d'un irréalisme difficile à dépasser. Implicitement, comme dit précédemment, non seulement on reconduisit la tactique du social-fascisme, mais on renonça aussi à la conception, pourtant pleine de sens, d'une décentralisation de l'activité illégale.

17Pendant les deux premières années de guerre, l'activité de résistance du KPD tomba à son point le plus bas. Malgré tout, la « direction opérationnelle » à Moscou, espérant des conditions de travail plus aisées après la signature du pacte germano-soviétique, décréta en décembre 1939 la dissolution des directions sectorielles à l'étranger. À la mi-décembre 1939, il fut décidé de reconstruire à Stockholm une nouvelle direction intérieure pour l'Allemagne autour de Karl Mewis, Heinrich Wiatrek et Herbert Wehner, qui devait entrer illégalement dans le Reich. En raison d'événements militaires et d'obstacles bureaucratiques à Moscou, le voyage de Wehner de Moscou à Stockholm fut reporté à plusieurs reprises, ce qui retarda la constitution de ce groupe de travail. Cependant que Mewis, dépassé par le travail illégal à Stockholm, envoya des instructeurs en Allemagne, qui, en peu de temps, tombèrent, quasiment sans exception, aux mains de la Gestapo, Wiatrek fut arrêté à Copenhague, occupée par les Allemands, en mai 1941 et « retourné » ; par la suite, il collabora étroitement avec la Gestapo. Quant à Wehner, il put, à partir de début 1941, travailler une année entière sans être découvert. Il était entre autres chargé d'examiner l'activité de Mewis, mais fut arrêté en février 1942 par la police suédoise, ainsi que, peu après, Karl Mewis. Ce fut la fin de toutes les tentatives de la direction du KPD à Moscou pour prendre de l'influence sur la résistance intérieure allemande.

18L'agression de l'Union soviétique par Hitler, le 22 juin 1941, eut sur la résistance communiste l'effet d'un électrochoc. Amis et ennemis étaient à nouveau clairement reconnaissables ; l'on échappait à la nécessité de manœuvres épuisantes qui avaient créé d'énormes difficultés aux communistes dans leurs propres rangs. À présent qu'il y allait de la survie de l'Union soviétique, beaucoup de cadres communistes qui s'étaient retirés de l'activité illégale étaient de nouveau prêts à répondre à la demande de Staline d'ouvrir un « deuxième front » en Europe, après les rapides succès initiaux des armées allemandes : on songea, par conséquent à établir un « front intérieur ». À côté de cadres traditionnels du KPD de Weimar, on trouve, dans ce nouvel alliage de forces communistes et d'autres sympathisants de l'Union soviétique, de nouvelles constellations à ce point de la guerre.

  • 10 Le nom d’« Orchestre rouge » est un terme collectif créé par l'Abwehr militaire allemande pour dési (...)

19Il importe, dans ce contexte, de se référer avant tout à l'organisation de Harnack et Schulze-Boysen, connue généralement sous le nom d’« Orchestre rouge »10. Elle appartient aux groupements de résistance les plus importants et se distingue d'autres groupes, plus fortement liés à un milieu ou une organisation donnés, par les origines, biographies, professions et traditions intellectuelles très diverses de ses membres, allant de liens politiques avec les communistes et la social-démocratie jusqu'à des influences de la révolution nationale, en passant par l'éthique chrétienne, le libéralisme du Bildungsbürger et d'autres tendances.

  • 11 Jürgen Danyel : « Zwischen Nation und Sozialismus. Genese, Selbstverständnis und ordnungspolitische (...)

« Les idées politiques du groupe ..., qui s'accrochaient à la perspective d'une renaissance d'un État national allemand, liée toutefois à l'option d'une entente avec la Russie soviétique, déplacent les délimitations classiques entre la résistance communiste pro-soviétique et la résistance militaire... orientée vers l'Ouest.11 »

20Le groupe fut détruit en été et automne 1942 par l'Abwehr et la Gestapo. De ce cercle de résistance très ramifié faisaient partie plus de 130 hommes et femmes, jeunes et vieux, ouvriers et intellectuels, employés et artistes, officiers et hommes de troupe, chrétiens, athées, socialistes, communistes. Plus de 150 membres berlinois furent condamnés à mort par le Tribunal de guerre du Reich.

  • 12 Cf. Nach Hitler kommen wir. Dokumente zur Programmatik der Moskauer KPD-Führung 1944-45 für Nachkri (...)

21La prétendue direction de ce groupe par le comité central à Moscou, toutefois, appartient tout bonnement au domaine de la fiction rétrospective. La direction du KPD à Moscou ne retrouva le contact avec les réalités allemandes internes qu'en 1945, lors de son retour dans les fourgons de l'Armée rouge, c’est-à-dire sur les talons des « libérateurs » soviétiques, pour jouer le rôle de satrapes dans la zone occupée des Soviétiques en Allemagne. Son rôle en tant qu'exécutante de la politique d'intérêts soviétiques avait été planifié à l'avance dès 1944-45.12

III

  • 13 Cf. Hans Schafranek, « Im Hinterland des Feindes : Sowjetische Fallschirmagenten im Deutschen Reich (...)

22Ce qu’on appelle les « parachutistes », constitue un cas particulier dans le cadre de la résistance allemande à partir de l'Union soviétique. Les archives soviétiques étant d’une façon générale difficilement accessibles jusqu’à un passé récent – elles le sont encore aujourd'hui dans une certaine mesure pour des domaines sensibles concernant les services secrets –la recherche historique connaît jusqu'à présent peu de choses sur cette question ; ce sujet constitue encore aujourd’hui une lacune fondamentale dans la recherche sur la résistance.13

23Il s'agit-là en tout de plusieurs douzaines d'hommes et de femmes qui furent parachutés sur l'Allemagne ou des pays européens sous occupation allemande, tantôt directement par des avions soviétiques, tantôt, après détour par la Grande-Bretagne, par la Royal Air Force. Ils agissaient sur mission de la direction du KPD et du Komintern, ou des services de renseignements soviétiques (la distinction n’est pas toujours aisée) pour faire la liaison avec la résistance communiste intérieure en Allemagne et/ou exécuter des missions d'information et de sabotage. Ils se recrutaient d'un côté dans les cadres des partis communistes émigrés en URSS, de l'autre, parmi les anciens membres du Schutzbund républicain autrichien, les anciens combattants de la Guerre d'Espagne rentrés en URSS, d'élèves allemands et autrichiens de l'Ecole Lénine à Moscou, une école de cadres pour révolutionnaires professionnels, et d'autres écoles pour spécialistes en Union soviétique, ainsi que, sur la fin, de soldats de la Wehrmacht prisonniers de guerre.

24Cependant, l'exécution de leurs missions se révélait le plus souvent être une entreprise totalement désespérée, ce qui était largement dû au fait qu'après une absence de plusieurs années, la mentalité de la société allemande, nettement transformée par le pouvoir national-socialiste et la guerre, leur était devenue étrangère, et que, très souvent, ils échouaient pour des problèmes tout à fait pratiques, comme les bonnes cartes d'alimentation etc.

  • 14 Cf. Schafranek, op.cit., p. 29 : « Procès-verbal de l'interrogatoire de l'agent parachutiste Erna E (...)

« Avant notre intervention en Allemagne, nous avons été [...] informés à Moscou de la situation politique en Allemagne par des représentants allemands du Komintern, (Wilhelm) Pieck, (Anton) Ackermann, (Wilhelm) Florin et (Walter) Ulbricht. Mais il s'est avéré plus tard que la situation en Allemagne était tout à fait différente de celle que nous avaient décrite ces gens. D'après ce qu'ils disaient, nous aurions dû facilement trouver des contacts en Allemagne avec des sympathisants politiques.14 »

  • 15 Cf. Schafranek, p. 31 sqs. : « à la chasse aux agents parachutistes soviétiques prenaient part à cô (...)

25Cette déclaration de la « parachutiste » Erna Eifler, à l'issue d’« une odyssée téméraire entre la Prusse orientale, Berlin et Hambourg » éclairera brutalement les problèmes élémentaires, non seulement techniques, mais sociaux et psychologiques, auxquels furent confrontés la majorité des agents parachutistes à leur arrivée en Allemagne : même quand les conditions de base, comme des papiers impeccables etc., étaient remplies, ils étaient obligés d'agir dans une « société d'auto-surveillance »15 de plus en plus forte, dont les formes de vie et de communication leur étaient devenues étrangères.

  • 16 Cf. ibid., p. 29.

« Aucun autre groupe clandestin communiste, sans doute, n'agissait dans le même isolement social et politique, aucun autre n'était exposé en même temps à une pression aussi massive de poursuite dont ont été les victimes tous les agents autrichiens, sans exception, et presque tous les agents allemands, souvent après quelques jours ou semaines seulement ... d'activité illégale16. »

  • 17 Cf. à ce sujet, Alexander S. Blank/Julius Mader : Rote Kapelle gegen Hitler. Dokumentarbericht, Ber (...)

26S'y ajoute que leurs forces étaient entièrement mobilisées pour «  assurer leur simple survie », ce qui excluait de songer à remplir les missions politiques ou de renseignement confiées par Moscou, par manque d'une infrastructure illégale en état de fonctionnement. La plupart des agents échouaient déjà à cause des problèmes d'hébergement – situation déprimante, mais qui est obscurcie dans les études en RDA par les mythes de la « solidarité antifasciste ».17 Le RSHA (Office central de la sécurité du Reich/SS) utilisait les agents parachutistes capturés, qui avaient été « retournés » ou avaient accepté de coopérer sous la pression, pour des émissions de renseignement par radio destinées à l'adversaire. Mais le succès en paraît avoir été plutôt minime – en dehors du fait que l'on parvenait ainsi à capturer dès après leur arrivée de nombreux parachutistes nouvellement activés. Mais c'est un fait courant dans les intoxications des services de renseignement.

IV

  • 18 Cf. Alexander Fischer : « Die Bewegung Freies Deutschland in der Sowjetunion. Widerstand hinter Sta (...)

27À côté de l’« Orchestre rouge », c'est le Nationalkomitee 'Freies Deutschland' (NKFD ; Comité national pour une Allemagne libre) qui est un des groupes de résistance les plus contestés. Entaché de l'opprobre de trahison, le NKFD fut ostracisé d'entrée de jeu dans l'historiographie de la République fédérale, cependant qu'il fut promu en zone d'occupation soviétique, puis en RDA, au rang de « coalition antihitlérienne universelle » et, d'un point de vue idéologique, conquit, au cours des années et décennies d'après 1945, une position particulière en tant que manifestation d'une politique d'entente antifasciste. Si les dirigeants communistes – et avec eux les communistes allemands exilés en Union soviétique – avaient encore, dans les années 1941 et 1942, cru pouvoir pousser les soldats et les ouvriers allemands de l'armement au sabotage, à la désertion et la résistance par de simples devises de lutte des classes, ils devaient comprendre au plus tard après la crise de l'hiver 1941 et les succès des offensives de la Wehrmacht dans le Sud et le Sud-est du théâtre des opérations qu'une telle agitation monocausale ne pouvait guère être efficace. L'on supputait déjà qu'Hitler avait réussi à « éteindre complètement la conscience de classe des ouvriers allemands »18.

  • 19 Dans le cours de l'année 1942, il y eut toutefois déjà du côté soviétique des premières tentatives, (...)
  • 20 Cf. Ueberschär : « NKFD und BDO », p. 32.
  • 21 Reproduit e.a. in : Ueberschär, Nationalkomitee Freies Deutschland, p. 265 sqs.
  • 22 Le journal Freies Deutschland portait les couleurs noir-blanc-rouge, ce qui irritait considérableme (...)
  • 23 Il ne ressort pas nettement des sources actuelles dans quelle mesure les soviétiques considéraient (...)
  • 24 Mesures répressives dirigées contre les membres de la famille d’adversaires politiques, qui devaien (...)

28Cette situation fut modifiée doublement en 194319 : d'une part, après la catastrophe de Stalingrad fin janvier-début février 1943, pour la première fois se trouvèrent entre les mains des Soviétiques des centaines de milliers de prisonniers de guerre allemands ; d'autre part, Staline semble, à ce moment-là, en raison de l'absence de l'ouverture de ce « second front » qu'il ne cessait de réclamer, avoir de nouveau misé sur la carte d'une possibilité de paix séparée avec l'Allemagne (modèle Tauroggen 1812 ...). La direction du KPD à Moscou, qui s’était impliquée depuis longtemps dans l'assistance aux prisonniers de guerre et dans le travail de propagande auprès d'eux, saisit la chance qui lui était ainsi offerte. En juillet 1943, à l'initiative directe de Staline, fut créé le NKFD avec 25 officiers prisonniers de guerre et 13 émigrés communistes allemands, dont e.a. Wilhelm Pieck, Walter Ulbricht et Wilhelm Florin20. Le manifeste voté lors de la réunion de fondation21 avait été rédigé par les communistes allemands Rudolf Herrnstadt et Alfred Kurella : par des devises nationalistes et patriotiques, tous les Allemands y étaient appelés à la lutte contre Hitler, pour faire cesser la mort absurde de centaine de milliers de soldats allemands ; on s’y référait aussi aux principes de l’État démocratique, de la liberté et de la dignité humaine. Furent élus président du NKFD l'écrivain communiste Erich Weinert, vice-présidents le commandant Karl Hetz, le lieutenant comte Heinrich von Einsiedel et le soldat Max Emendörfer. Deux mois après, fut créé le Bund Deutscher Offiziere (BDO/Fédération d'officiers allemands), composé d'environ une centaine d'officiers prisonniers de guerre, sous la direction de plusieurs généraux - dont le plus connu et le plus attractif était sans aucun doute l'ancien général commandant le 2e corps d'armée sous le maréchal Paulus à Stalingrad, Walther von Seydlitz. Celui-ci avait cru, lors de sa décision, aux assurances d'officiers du NKVD, promettant que la lutte contre Hitler se ferait sans pratiques de « pourrissement » du front et que l'Allemagne serait maintenue en tant que facteur de puissance en Europe dans ses frontières de 1937. Peu après la création, le BDO et le NKFD fusionnèrent au plan de l'organisation et du personnel. Bien qu'en minorité, les émigrés communistes n'en exercèrent pas moins une influence décisive sur la formulation des positions politiques et la présentation du NKFD à l'extérieur, d'autant qu'eux seuls avaient les contacts politiques avec la direction du parti soviétique et, de plus, contrôlaient les possibilités d'action du NKFD vers l’extérieur, face au front et à l'opinion publique : l'émetteur permanent Freies Deutschland (Allemagne libre) était sous la direction des émigrés communistes Anton Ackermann et Hans Mahle ; le rédacteur en chef et le rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire Freies Deutschand étaient Rudolf Herrnstadt et Alfred Kurella ; le travail pratique était dirigé par l’« Institut 99 » du Komintern, supervisé par Walter Ulbricht. Mais avant tout les communistes étaient nettement supérieurs aux militaires dans le NKFD par leur expérience pratique dans la conduite des négociations et des réunions. La direction soviétique, comme souvent, poursuivait deux objectifs en même temps. D'un côté, le NKFD et le BDO pouvaient être utilisés comme moyens de pression sur les alliés occidentaux, qui, d'après l'opinion soviétique, hésitaient par trop à ouvrir un « second front »22 De l'autre, en cas d'un coup d’État réussi en Allemagne, l'URSS – malgré l’engagement ferme des alliés à n’accepter qu’une reddition sans conditions – aurait pu faire des offres de discussion et de négociation par l'entremise du BDO au gouvernement allemand issu de la résistance militaire, gagnant ainsi un coup d'avance sur les puissances occidentales. Le rôle des communistes dans le NKFD pouvait aussi assurer au KPD une position particulière dans l'Allemagne future.23 La direction du NSDAP et le haut-commandement de la Wehrmacht réagirent à la création et aux activités du NKFD et du BDO avec inquiétude et une contre-propagande massive. Seydlitz fut condamné à mort par contumace pour trahison en temps de guerre ; les familles des chefs du NKFD et du BDO furent jetées en prison au nom de la « Sippenhaft »24 après l'attentat du 20 juillet 1944.

29Cependant, les possibilités d'action réelles du NKFD restaient réduites ; il n'y avait que la voie extérieure : appeler, à l'aide des moyens de propagande soviétiques tels la radio et les tracts jetés au front, la Wehrmacht à renverser Hitler et à se retirer sur les frontières du Reich, afin d’arrêter l’effusion de sang. Début janvier 1944, les chefs militaires membres du NKFD/ BDO cédèrent aux pressions en faveur d'une propagande directe au front : des « plénipotentiaires » du NKFD furent alors engagés au front en grand nombre, en particulier auprès d'unités encerclées, pour appeler les officiers à la capitulation et les soldats à la désertion. En février 1944, eut lieu une action d'envergure de cette nature dans la poche de Cherkassy (Korsun), au cours de laquelle Seydlitz et d'autres officiers de haut rang s'efforcèrent en personne, mais en vain, d'inciter les troupes encerclées à déserter.

30Dans la première moitié de 1944, il semble que Staline, face à la perspective de pouvoir l'emporter militairement, perdit tout intérêt pour le NKFD/BDO. Des propositions de réorganisation de Seydlitz, ainsi que des propositions de création d'une unité de volontaires allemands aux côtés de l'Armée rouge furent rejetées par les soviétiques ; seule fut autorisée la création de commissions et de cercles de travail chargés de dresser des plans pour la future Allemagne. Le changement d'attitude soviétique devint très évident quand, après l'échec du putsch du 20 juillet 1944, l'espoir longtemps nourri en un tournant militaire et politique devint obsolète. Que de plus en plus de généraux prisonniers se rallièrent au NKFD ou au BDO, en partie au moyen d'appels spectaculaires, et que le maréchal Paulus, longtemps sollicité en vain, rejoignit officiellement le NKFD, n'y changea plus rien. Il est vrai que la très grande majorité des prisonniers de guerre allemands resta à l'écart du NKFD.

31Jusqu'à leur auto-dissolution, le 2 novembre 1945, le NKFD et le BDO n'eurent plus, pour les Soviétiques, qu'une « fonction d'alibi à des fins de propagande politique » ; leurs membres

  • 25 Cf. Ueberschär, « NKFD und BDO », op. cit., p. 43.

« durent apprendre, à la fin, que leur tentative de résistance à partir des camps de prisonniers [...] n’avait conduit à aucun succès politique, et que les chefs soviétiques en avaient usé et abusé politiquement25. »

  • 26 Cf. Leonid Reschin, « Der Moskauer Prozeß gegen General von Seydlitz im Spiegel russischer Dokument (...)

32La « coalition à temps » entre officiers de la Wehrmacht prisonniers de guerre et émigrés communistes montra ce qu'elle était en réalité dès avant la fin de la guerre : rien qu'un des nombreux instruments de la politique allemande du pouvoir soviétique. Il est symptomatique de l'insignifiance politique du NKFD que Staline, dans un simulacre de procès, fit condamner à la peine maximale de 25 ans de détention pour de prétendus crimes de guerre le général von Seydlitz, président du BDO et vice-président du NKFD.26

33L'évaluation historique et biographique de la résistance à partir des camps de prisonniers de guerre en URSS est objet de débats jusqu'à aujourd'hui. Là se recoupent et se brisent des lignes de conflit de l’époque ou nées de la confrontation ultérieure entre l'Est et l'Ouest. Il s'agit-là de prendre en compte les

  • 27 Cf. Alexander Fischer, « Bewegung Freies Deutschland » in : op. cit. p. 963.

« motifs honorables, en particulier des membres militaires du mouvement Freies Deutschland, [...] sans omettre l'opportunisme largement répandu et la peur de mourir compréhensible, et sans passer sous silence les faits justifiant sans aucun doute le reproche de haute trahison27 ».

34Indiscutablement, le sacrifice de la 6e armée allemande à Stalingrad, absurde d'un point de vue militaire, représentait pour beaucoup des officiers et experts militaires concernés le dernier pas vers la reconnaissance de ce qu'un dilettante avait, en tant que commandant suprême de la Wehrmacht, mené l'Allemagne à la catastrophe ; et qu'il fallait donc tout faire pour arrêter son bras même de l'extérieur et à la dernière minute, même en rompant le serment prêté au Führer. C'était le même problème que celui qui ne cessait de se poser aux conjurés militaires du 20 juillet, sous de tout autres conditions, il est vrai, quant à la liberté d'action. C’est appliquer deux poids et deux mesures, estime un ancien officier d'active à propos du rôle du général Walther von Seydlitz,

  • 28 Cf. Hans Martens : General von Seydlitz 1942-1945. Analyse eines Konflikts, Berlin s.d., p. 92.

« si l'on rend honneur aux combattants de la résistance intérieure allemande, mais si l'on met au ban, si on prive de son honneur un homme, qui, un an plus tôt, a agi pour les mêmes motifs, avec le même idéalisme, le même esprit de décision, dans les limites imposées par la détention28. »

35Il peut tout aussi peu être mis en doute que du moins les membres militaires du NKFD et du BDO avaient des objectifs nationaux et patriotiques autonomes, quand bien même l'initiative de la fondation des deux organisations vint directement de Staline et qu'ils ne furent pour les Soviétiques rien de plus qu'un instrument de leur politique d'influence, dont les promesses de succès n'étaient qu'éphémères.

Notes

1 Cf : Exil in der UdSSR (Vol. 1 de la série : Kunst und Literatur im antifaschistischen Exil 1933-1945), Frankf./M. 1979, Röderberg. Paru initialement à Berlin-Est, ce gros volume produit par des auteurs de l'Académie des Sciences de l'ex-RDA fut en quelque sorte « adapté pour l'Ouest » et converti en « littérature scientifique » pour la publication par les éditions Röderberg. Mais, sur les 650 pages environ, il n'y a pas un mot au sujet des épurations staliniennes et leurs victimes, spécialement parmi les émigrants allemands en Union soviétique.

2 Cf. à ce propos, avant tout, l'ouvrage récent de Carola Tischler, Flucht in die Verfolgung. Deutsche Emigranten im sowjetischen Exil 1933-1945, Münster 1996.

3 Cf. l'art. « Manfred Stern » in : Bibliographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigration nach 1933, München et al. 1980-83.

4 Cf. Rückkehrer berichten über die Sowjetunion. Anthologie de Kurt Krupinski, Berlin 1942 ; en dépit de l'orientation idéologique évidente de l'ouvrage, les cas typiques réunis sont d'une grande valeur documentaire.

5 Cf. les mémoires souvent réédités de Margarete Buber-Neumann : Prisonnière de Staline et d'Hitler.

6 Cf. à ce sujet et plus loin : Hartmut Mehringer : Widerstand und Emigration. Das NS-Regime und seine Gegner (Résistance et émigration. Le régime national-socialiste et ses adversaires), München 1997, DTV.

7 Cf. Die Brüsseler Konferenz der KPD, rééd. Frankf./M. 1975, p. 131.

8 Cf. Beatrix Herlemann : Auf verlorenem Posten. Kommunistischer Widerstand im Zweiten Weltkrieg. Die Knöchel-Organisation, Bonn 1986, p.18 sqs.

9 Cela se répéta en 1940 pour le cas du PCF, qui espérait se faire légaliser après l'occupation de la France par les Allemands, et qui entreprit des démarches concrètes auprès de l'administration allemande en zone occupée pour une reparution légale de L'Humanité.

10 Le nom d’« Orchestre rouge » est un terme collectif créé par l'Abwehr militaire allemande pour désigner divers groupes en France, Belgique, Suisse et aux Pays-Bas qui, dépendant des services de renseignement de l'URSS, avaient des liaisons radio illégales avec Moscou (le mot « orchestre » désignait dans le jargon de l'Abwehr une telle liaison régulière par radio ; des couleurs différentes servaient à distinguer les diverses liaisons). Le groupement autour d’Arvid Harnack et Harro Schulze-Boysen, connu après 1945 sous le nom d’« Orchestre rouge », n'avait avec ces groupes que des relations très marginales, mais fut pris avec eux dans les rouages de la persécution. cf. Hans Coppi/Jürgen Danyel/Johannes Tuchel (éd.) : Die rote Kapelle im Widerstand gegen den Nationalsozialismus, Berlin 1994.

11 Jürgen Danyel : « Zwischen Nation und Sozialismus. Genese, Selbstverständnis und ordnungspolitische Vorstellungen der Widerstandsgruppe um Arvid Harnack und Harro Schulze-Boysen », in : Peter Steinbach/ Johannes Tuchel : Widerstand gegen den Nationalsozialismus, Bonn 1994, p.468-87, cit. p. 468 ; cf. aussi : Johannes Tuchel : « Weltanschauliche Motivationen in der Harnack/Schulze-Boysen-Organisation », in : Kirchliche Zeitgeschichte 2 (1988), p. 268-93.

12 Cf. Nach Hitler kommen wir. Dokumente zur Programmatik der Moskauer KPD-Führung 1944-45 für Nachkriegsdeutschland, éd. Peter Erler, Horst Laude, Manfred Wilke, Berlin 1994.

13 Cf. Hans Schafranek, « Im Hinterland des Feindes : Sowjetische Fallschirmagenten im Deutschen Reich 1942-44 », in : Dokumentationsarchiv des österreichischen Widerstands, Jahrbuch 1996, Wien 1996, p. 10-40.

14 Cf. Schafranek, op.cit., p. 29 : « Procès-verbal de l'interrogatoire de l'agent parachutiste Erna Eifler du 18-11-1942 ».

15 Cf. Schafranek, p. 31 sqs. : « à la chasse aux agents parachutistes soviétiques prenaient part à côté de la Gestapo ..., du SD (service de sécurité SS) et de la police criminelle, l'Abwehr militaire et, le cas échéant, la milice, les organisations du parti et même les élèves des écoles. »

16 Cf. ibid., p. 29.

17 Cf. à ce sujet, Alexander S. Blank/Julius Mader : Rote Kapelle gegen Hitler. Dokumentarbericht, Berlin-Est 1979, p. 263, où le séjour à Berlin de deux agents parachutistes est ainsi décrit : « à Berlin les attendaient les camarades et leurs postes récepteurs ; ils avaient déjà préparé des logements illégaux et procuré des cartes de ravitaillement pour le voyage. Bientôt ils quittèrent la ville en direction de Hambourg ». À juste titre, Schafranek fait remarquer que seule la dernière phrase de cette description enjolivante est exacte : en réalité, les deux agents ont dû quitter Berlin à cause d'une réaction de méfiance, parce que les logeurs prévus étaient injoignables et que toute journée supplémentaire de séjour à Berlin recelait des risques incalculables.

18 Cf. Alexander Fischer : « Die Bewegung Freies Deutschland in der Sowjetunion. Widerstand hinter Stacheldraht ? », in : Jürgen Schmädeke/Peter Steinbach (éd.) : Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche Gesellschaft und der Widerstand gegen Hitler, München Zürich 1986, p. 954-73 (la citation, extraite d’une chronologie soviétique, se trouve p. 956).

19 Dans le cours de l'année 1942, il y eut toutefois déjà du côté soviétique des premières tentatives, par anticipation de la carte du NKFD, de se saisir de thèmes nationaux-patriotiques dans la résistance allemande et de les diffuser par la propagande ; en font partie aussi bien l'appel de 158 prisonniers de guerre allemands, à l'initiative du secrétaire général du Komintern, Georgi Dimitroff, que le « Manneswort eines deutschen Hauptmanns » d'Ernst Hadermann, tous deux diffusés par Radio Moscou et utilisés comme tracts de propagande au front. cf. Alexander Fischer : Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, Stuttgart 1975, p. 22 sqs., 46 sqs. ; Gerd R. Ueberschär : Das NKFD und der BDO im Kampf gegen Hitler 1943-45, in : Gerd K. Ueberschär (éd.) : Das Nationalkomitee 'Freies Deutschland’ und der Bund Deutscher Offiziere, Frankf./M. 1995, p. 31-51.

20 Cf. Ueberschär : « NKFD und BDO », p. 32.

21 Reproduit e.a. in : Ueberschär, Nationalkomitee Freies Deutschland, p. 265 sqs.

22 Le journal Freies Deutschland portait les couleurs noir-blanc-rouge, ce qui irritait considérablement le commandement de la Wehrmacht (cf. Ueberschär, « NKFD und BDO », p. 38).

23 Il ne ressort pas nettement des sources actuelles dans quelle mesure les soviétiques considéraient le NKFD comme le « noyau d'un futur gouvernement allemand » ou comme un possible gouvernement en exil (cf. Wolfgang Leonhard : Die Revolution entläßt ihre Kinder, Frankf./M. 1971, p. 242 sqs.).

24 Mesures répressives dirigées contre les membres de la famille d’adversaires politiques, qui devaient répondre de leurs biens, de leur liberté voire de leur vie, des « crimes » imputés à un membre du « clan ». Cette pratique utilisée occasionnellement depuis les débuts du 3e Reich, puis massivement après l’attentat du 20 juillet 1944, fut étendue aux familles de déserteurs ou de prisonniers de guerre « coupables de haute trahison » en captivité (NdT.).

25 Cf. Ueberschär, « NKFD und BDO », op. cit., p. 43.

26 Cf. Leonid Reschin, « Der Moskauer Prozeß gegen General von Seydlitz im Spiegel russischer Dokumente », in : Ueberschär, Nationalkomitee 'Freies Deutschland', p. 251-63.

27 Cf. Alexander Fischer, « Bewegung Freies Deutschland » in : op. cit. p. 963.

28 Cf. Hans Martens : General von Seydlitz 1942-1945. Analyse eines Konflikts, Berlin s.d., p. 92.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search