Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Terres d’exil — lieux de résistance

L'avenir de l'Allemagne

Une controverse entre exilés allemands à Paris avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale

Albrecht Betz
Traduction de Jean-Pierre Kéribin

Note de l’auteur

Ce texte est la version augmentée et actualisée d'une conférence donnée à Marbourg et publiée en allemand, in : Thomas Koebner e. a. (Hrsg), Deutschland nach Hitler. Zukunftspläne im Exil und aus der Besatzungszeit 1939-1949 , Opladen 1987.

Texte intégral

Remarque liminaire

1On peut dire, en simplifiant, que la période 1933-1939 met en présence trois forces politiques principales qui agissent en porte-drapeau de l'Europe.

  1. Les démocraties libérales, notamment la France et la Grande-Bretagne, et, plus loin à l'arrière-plan, les États-Unis d'Amérique ;

  2. Les États fascistes sous la conduite de l'Italie et de l'Allemagne du IIIe Reich ;

  3. L'Union soviétique, le seul pays où le communisme est au pouvoir, mais qui s'appuie sur de nombreux partis communistes dans la plupart des pays européens.

2Ces trois forces politiques adoptent la même stratégie en matière de représentation de soi et de propagande : dans le but plus ou moins affirmé d'étendre leur hégémonie en Europe, elles cherchent à s'assurer la loyauté de leur propre population en présentant notamment un amalgame négatif de chacune des deux autres forces.

31°) Du point de vue des démocraties bourgeoises, le fascisme et le communisme se rejoignent dans le totalitarisme : la dictature rouge et la dictature brune se ressemblent. L'une et l'autre vouent un culte au chef charismatique (Mussolini, Staline, Hitler), le gouvernement est dirigé par un parti unique d'État et la politique d'endoctrinement définie par le pouvoir central et hostile au pluralisme entraîne le collectivisme et la militarisation de la société.

42°) Du point de vue fasciste et national-socialiste, le libéralisme et le marxisme sont des frères jumeaux, encore qu'ils soient nés à des époques différentes. Ils ont en commun le matérialisme abstrait (l'argent/les masses). La source première du Mal se trouve dans les idées de 1789 et leurs conséquences maléfiques, l'émancipation des Juifs, des femmes et des ouvriers.

5Les Juifs jouent logiquement un rôle de premier plan dans ces deux camps (ploutocratie, bolchévisme) qui se nourrissent l'un de l'autre. L'unité organique, la croissance harmonieuse, le sang, le peuple et la nation se trouvent sous la menace d'une dégénérescence imminente.

63°) Pour la doctrine marxiste, le fascisme représente la forme extrême et ultime du libéralisme parvenu dans sa crise finale et qui, antérieurement, se parait aussi d'habits pseudo-démocratiques. Les deux idéologies sont hostiles à la classe ouvrière et au peuple. Elles défendent la propriété privée, vestige du monde bourgeois du XIXe siècle, ce monde dont on sait, au moins depuis la crise économique mondiale de 1929, qu'il est condamné à disparaître. Le fascisme est défini comme « la dictature ouvertement terroriste des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins et les plus impérialistes du capital financier » (Dimitroff, 1935).

  • 2 L'importance de ce débat, dans lequel on découvre déjà l'ensemble des arguments, des points de vue (...)

7Rarement, les espoirs, les illusions, les analyses et les spéculations sur l'avenir de l'Allemagne se sont autant cristallisés en un point que dans la controverse de l'été 1939 à Paris sur « les lendemains de la guerre ». Un certain nombre de journalistes français sont intervenus directement dans le débat entre émigrés allemands. C'est que, personne ne doutant de la défaite de l'agresseur allemand, la probabilité d'une nouvelle guerre entre l'Allemagne et la France mettait pour la première fois au premier plan le problème du sort de l'Allemagne « après Hitler ». Les « querelles d'Allemands », ces discussions entre exilés que la plupart des commentateurs politiques français avaient jugées jusqu'alors sans intérêt, étaient devenues un sujet politique d'intérêt national, voire international2.

  • 3 Cf. Albrecht Betz, Exil und Engagement. Deutsche Schriftsteller im Frankreich der dreißiger Jahre, (...)

8L'occasion de discuter à nouveau de l'antagonisme entre le fascisme et la démocratie fut donnée non seulement par l'échec manifeste de la politique d'apaisement (appeasement policy) vis-à-vis de Hitler, mais aussi par le 150e anniversaire de la Révolution française qui tombait cet été-là. L'antifascisme de la plupart des intellectuels allemands en exil était fondé sur les « idées de 1789 » et la notion centrale des droits de l'homme3. En France, l'opinion publique considérait ces idées (encore) majoritairement comme allant de soi – la supériorité des idées républicaines semblait confirmée par la seule durée de la IIIe République. Cependant, on ne put s'empêcher de voir un mauvais présage dans l'anéantissement des Républicains espagnols par les Phalangistes quelques mois plus tôt. Quand ils regardaient vers l'Espagne, les émigrés vivaient dans la résignation d'un été d'après-guerre et quand ils regardaient vers l'Allemagne, ils vivaient un été d'avant-guerre.

9On peut, en prélude au débat amorcé en juillet par Leopold Schwarzschild dans son hebdomadaire Das Neue Tage-Buch, lire un article intitulé « Nach dem Sturz Hitlers » (Après la chute de Hitler), que Klaus Mann avait publié en avril dans le Deutsche Volkszeitung, qui paraissait aussi à Paris. Il considérait le Front unique de toutes les forces antifascistes, y compris les communistes, comme une nécessité évidente. Il ajoutait :

  • 4 Deutsche Volkszeitung (DVZ) du 16 avril 1939.

« Il faudrait établir un programme précis, approuvé par tous les groupes allemands d'opposition, pour dire quelle idée nous nous faisons de l'Allemagne, ce que nous souhaitons la voir devenir et comment nous comptons l'organiser après la chute de Hitler »4.

10Les conclusions d'un article intitulé « After Hitler what ? » (Qu'adviendra-t-il après Hitler ?), que Dorothy Thompson, la journaliste la plus influente des états-Unis, venait de publier dans le New York Herald Tribune, lui paraissaient intéressantes. Elle imaginait que « l'Allemagne adopterait dans l'avenir un système démocratique de type américain plutôt que britannique ou français ». L'exécutif « serait doté de pouvoirs importants ». Dorothy Thomson souhaitait voir « le capitalisme d'État jouer un rôle considérable » à côté de l'indispensable « initiative économique privée ».

« L'objectif est de diviser l'Allemagne en un certain nombre d'États [...]. Il faudrait, pour cela, faire de la Prusse un des États de la Fédération allemande et la réduire à la superficie approximative des autres États ».

11En exigeant un « désarmement total, acte symbolique au plus haut degré vis-à-vis de l'étranger », Dorothy Thomson se référait aux résistants allemands qui étaient persuadés que les autres nations d'Europe suivraient cet exemple et qu'il en résulterait « une ère de prospérité économique et de paix véritable ». Peut-être pourrait-on même créer une « Fédération des États européens », idée pour laquelle notre époque serait prête depuis longtemps. Là aussi, une Allemagne libérée du joug de Hitler pourrait jouer un rôle de pionnier comme république sociale.

12Quel que soit notre sentiment sur la clairvoyance de Dorothy Thomson en un tel moment, l'idée d'une éventuelle division du Reich après Hitler touchait à un tabou que les émigrés politiques ne brisèrent pas, à quelques exceptions près, aussi longtemps que dura la guerre.

  • 5 Réédition, in : Heinrich Mann, Verteidigung der Kultur, Berlin et Weimar 1971, pp. 331-342, notamme (...)
  • 6 Ibid., p. 512.

13Au même moment, Heinrich Mann faisait imprimer5 sous un pseudonyme son appel « Einig gegen Hitler ! » (Tous unis contre Hitler !). Dans une lettre à son frère Thomas, il faisait part à celui-ci du but qui était encore le sien fin mai 1939 : « Les Allemands doivent se soulever avant que n'éclate la guerre6 ». On peut se rendre compte de la rapidité avec laquelle la situation évolua durant ces quelques mois grâce à l'appel que Heinrich Mann avait lancé en avril, quand il écrivait encore :

« Globalement, la situation actuelle indique que l'Allemagne et toutes ses masses laborieuses sont hostiles à Hitler. [...] L'opposition offre un front qui est moralement uni et qui pourrait aussi le devenir politiquement ».

14Selon lui, tous les ouvriers, les paysans et la classe moyenne doivent s'allier à « l'armée nationale » et aux « officiers nationaux » pour balayer Hitler. En revanche, Heinrich Mann écrivait en août à Klaus Pinkus :

  • 7 Heinrich Mann, Briefe an Karl Lemke und Klaus Pinkus, Hambourg 1964, pp. 143-144.

« Mes encouragements, et notamment ceux que j'adresse aux Allemands, n'ont rien à voir avec un optimisme béat. Tant que j'écrirai, je devrai donner une chance au dénouement le plus favorable et travailler dans ce sens (...). Il n'est pas indispensable de savoir ce qu'il adviendra après une guerre. (...) Ce qui est dramatique, c'est d'ignorer même à quoi pourrait ressembler un avenir sans guerre – et sans Hitler7 ».

15Le rôle du doyen et porte-parole de l'émigration allemande en France était devenu difficile, voire paradoxal. D'une part, Heinrich Mann croyait qu'il fallait maintenir la fiction d'un fort potentiel de résistance à l'intérieur du IIIe Reich – les intellectuels exilés pour des raisons politiques trouvaient en quelque sorte leur raison d'être dans le fait qu'il parlât en leur nom – et il savait pertinemment que son optimisme n'était rien d'autre qu'un faux espoir. D'autre part, il considérait aussi qu'il en allait de sa responsabilité de soutenir ses compatriotes le plus longtemps possible et, en exposant sa propre personne, de représenter l'opposition morale.

16Par cette obligation d'agir « comme si le jour était proche », alors que l'avenir s'annonçait obscur, Heinrich Mann s'opposait à Leopold Schwarzschild. Celui-ci avait déjà fait son deuil de l'opposition intérieure allemande et ne croyait plus à l'existence de forces démocratiques en Allemagne. Il pensait en revanche être capable de prévoir l'évolution future de celle-ci.

  • 8 Cf. Exil und Engagement, p. 319.

17Il semble utile d'opérer ici un bref retour en arrière pour donner quelques précisions qui permettront de mieux comprendre le débat sur « les lendemains de la guerre ». Le hasard des circonstances veut que, le 10 novembre 1938, le jour même où l'association des écrivains allemands, Schutzverband deutscher Schriftsteller (SDS), fêtait à Paris son double jubilé (elle avait été fondée à Berlin 30 ans plus tôt et recréée en exil à Paris cinq ans auparavant, en 19338), les principaux dirigeants du IIIe Reich avaient quitté Berlin pour Munich afin de participer à « une soirée organisée à l'intention des journalistes » dans la Maison Brune. Pendant que l'association présentait à Paris son cahier spécial intitulé Der Deutsche Schriftsteller (L'écrivain allemand) – comportant des articles de presque tous les auteurs de renom de l'époque, la liste allant de Heinrich et Thomas Mann à Anna Seghers, Oskar Maria Graf et Stefan Zweig, en passant par Bertolt Brecht et Alfred Döblin – Hitler, flanqué de Goebbels, Hess, Rosenberg et Dietrich, tenait devant la presse, à Munich, son discours tristement célèbre contre les intellectuels. C'est là que l'on trouve pour la première fois la phrase souvent citée :

  • 9 Discours de Hitler devant la presse (10 novembre 1938). Imprimé, avec un avant-propos de Wilhelm Tr (...)

« Lorsque je regarde les milieux intellectuels de notre pays, je dois malheureusement reconnaître qu'ils sont nécessaires. Sinon, on pourrait bien (...) les exterminer un jour ou quelque chose comme ça9 ».

18Remarquons que cette menace ne s'adressait pas aux émigrés : on ne parlait déjà plus d'eux, contrairement à ce qui se passait encore en 1935 et ils n'étaient plus, selon Goebbels lui-même, que des cadavres en vacances. La menace visait au contraire ces fonctionnaires, juristes et journalistes du Reich, qui étaient susceptibles de nourrir encore des doutes, voire des scrupules à l'encontre des décisions qu'il prenait, lui, Hitler. Pour lui, on ne pouvait faire confiance à cette bande de poules mouillées. En revanche, il disait :

  • 10 Ibid.

« C'est là toute la différence [...], nous avons reçu la mission merveilleuse [...] de faire l'histoire [...]10 ».

  • 11 Der Deutsche Schriftsteller. Revue de l'association de protection des écrivains allemands. Cahier s (...)

19En réalité, nous touchons là aussi au point faible des émigrés : leurs possibilités d'action étaient devenues quasiment nulles. D'un côté, il y avait Hitler qui, dans son discours contre le scepticisme et le « défaitisme », annonçait aux éditeurs, rédacteurs en chef et directeurs de radio que c'en était maintenant fini des discours de paix, que le peuple devait désormais être préparé psychologiquement à la guerre et que la propagande devait viser essentiellement à forger l'unité de la nation derrière ses chefs. D'autre part et au même moment, il y avait Heinrich Mann qui, en ouverture du Congrès de l'association de protection des écrivains allemands, parlait, avec une conviction qui n'avait d'égale que son impuissance, de ces gens qui gouvernaient l'Allemagne depuis 1933, de ces ennemis de l'esprit qui n'imposent leur loi « que par la terreur ». Il ajoutait que, pourtant, la victoire reviendrait à long terme à ces penseurs et artistes créateurs qui étaient capables d'exprimer les aspirations du peuple et de le convaincre et qui, « se révélant d'authentiques intellectuels », ne sauraient être des « étrangers »11.

  • 12 Dépêche du Midi, Toulouse, 5 juillet 1939, p. 1.

20Dans sa façon de considérer les grandes idées comme les forces réellement agissantes de l'Histoire, Heinrich Mann restait le disciple inconditionnel des Lumières. La raison, la liberté d'expression, l'assurance de la supériorité de son raisonnement et la capacité de celui-ci à convaincre caractérisaient à ses yeux « l'esprit de 1789 », thème sur lequel il avait publié de nombreux articles, y compris dans des revues françaises. L'un d'eux s'appelait La Révolution française continue12. Dans son discours, Hitler prenait quasiment le contre-pied des propos de Heinrich Mann. Il [Hitler] voulait, en quelque sorte, pour effacer Napoléon auquel il se comparait, annuler toute l'évolution fondée sur les idées de la Révolution française. Pour lui, la liberté d'expression relevait de l'anarchie et du galimatias. Certain de sa victoire, pensant manifestement déjà à sa future entrée dans Paris, il ajoutait :

« Si nous regardons la politique suivie ces dernières [...] années par la presse française, il est absolument indéniable que l’incohérence et la déchéance de cette presse portent une grande part de responsabilité dans l'effondrement de la France ».

  • 13 Cf. note 8, p. 185.

21Alors que lui, le Führer, avait obtenu que, dans l'avenir, les principaux « glaives obéissent à un seul et même commandement et frappent dans une seule et même direction »13.

22Dans ledit cahier du jubilé du Schutzverband deutscher Schriftsteller, Oskar Maria Graf anticipa sur un des points essentiels du débat de l'été 1939. Il mit en garde ses collègues, les écrivains en exil, contre la tentation de ne plus vouloir écrire dans leur propre langue, l'allemand. Un tel auteur « n'a pas idée », dit Graf,

  • 14 Cf. note 10, p. 23 (Oskar Maria Graf, Von der Kraft unserer Sprache).

« de la rapidité avec laquelle il entre dans le terrible cercle d’opinions pour qui l'Allemagne et Hitler se confondent. Ne jamais laisser pareille opinion naître dans le monde, voilà une de nos tâches essentielles, à nous, écrivains14 ! ».

23L'opposition entre « Hitler est l'Allemagne » et « Hitler n'est pas l'Allemagne » formait en quelque sorte l'axe autour duquel gravitaient les arguments du débat sur « les lendemains de la guerre ». Le déclenchement du débat fut un rappel historique. Leopold Schwarzschild avait utilisé le 25e anniversaire de l'attentat de Sarajevo, qui avait déclenché la Première Guerre mondiale durant l'été 1914, pour une comparaison avec la situation actuelle, annonciatrice d'une nouvelle guerre. Quels étaient les buts à atteindre ? Comment pouvait-on éviter le retour éventuel d'une dictature ? Quelles oppositions d'intérêts pouvait-on prévoir dans la politique extérieure mise en œuvre par les puissances victorieuses et la vision ou plutôt les visions d'avenir des exilés ? C'est que, comme nous l'avons déjà dit, les journalistes émigrés et les journalistes français étaient tous optimistes et pensaient que si Hitler déclenchait une guerre, il la perdrait. Effectivement, on pouvait encore espérer pendant l'été 1939 que la ligne Maginot et la puissance de l'armement français permettraient de sortir vainqueur d'une guerre défensive et de déplorer moins de victimes que lors de la Première Guerre mondiale.

  • 15 Leopold Schwarzschild, « Die Priorität », Neues Tage-Buch (NTB), n° 27, 1er juillet 1939, p. 635.

24La « priorité » des exilés, qui ne participeront pas à cette guerre, c'est, selon l'affirmation provocante de Schwarzschild dans son premier article, non pas « la libération de l'Allemagne », mais « la défaite de l'Allemagne afin de conserver ce qui existe de liberté dans le monde15 ». Nous voulons bien être des patriotes, mais des patriotes qui voient dans l'Allemagne « une patrie spirituelle » et non pas une patrie « du sol et du pays natal ».

  • 16 « Der Tag danach », NTB, n° 29, 15 juillet 1939, pp. 682 sq.

25Pour Schwarzschild, il est prévisible que la fin de la guerre entraînera en même temps « la défaite du Reich et la chute de Hitler ». La grande question reste celle des dirigeants « qui succéderont à Hitler en Allemagne ». On doit s'attendre à l'écroulement total de toutes les autorités existantes. Les hommes politiques d'avant 1933, tels les représentants des anciens partis, ne jouiront plus d'aucun crédit. On peut supposer que, le moment venu, « des noms comme Breitscheid ou Brüning ne mobiliseront pas les masses allemandes et ne représenteront rien pour elles ». Il faut s'attendre à une période de chaos, mais aussi de « vide politique ». Le pouvoir sera alors à prendre. Néanmoins, que se passera-t-il si, dans la « course de vitesse » qui s'engagera pour le pouvoir, les « premiers arrivés doivent être les communistes », (...) qui « bénéficieraient du soutien d'une grande puissance étrangère » ? Pour empêcher que ceux-ci n'imposent à leur tour leur dictature, il faudra, selon la conclusion de Schwarzschild qui provoqua l'indignation et des répliques cinglantes de presque tous les groupes d'exilés, qu’une « administration pédagogique » des puissances victorieuses ait la charge de gouverner l'Allemagne. Ces États devront en outre assurer ce rôle de « mentors et de curateurs pendant longtemps » car il pèse « depuis toujours une lourde hypothèque » sur ce peuple, une accumulation d’« anomalies et d'envies destructrices et auto-destructrices », un manque de mesure et le penchant pour des idées par trop autoritaires et dominatrices. Tout cela exige que l'Allemagne « soit enfin soumise à une pédagogie de démocratie, de libéralisme et de tolérance » qui lui est indispensable pour vivre à l'avenir en paix en Europe16.

  • 17 Cette évolution est rapportée en détail, in : Liselotte Maas, « Verstrickt in die Totentänze einer (...)

26Dès 1936, Schwarzschild, en réaction contre les procès de Moscou et l'échec à son avis déjà prévisible du Volksfront, avait opéré, dans son Neues Tage-Buch de tendance libérale et jusque-là antifasciste, un revirement marqué entre autres par un anticommunisme virulent. Sa vision du national-socialisme s'était peu à peu transformée. Comme de nombreux journalistes bourgeois en exil, il avait d'abord été d'accord pour adopter la thèse d'une crise ou d'un accident de l'histoire. Cependant, plus les années d'exil passaient, plus il lui semblait que la majorité des Allemands s'identifiait au national-socialisme : le IIIe Reich était pour ainsi dire le résumé et l'apothéose de ces « travers » qui représentaient, disait-il, l'aboutissement des inclinations collectives et de l'éducation séculaire du peuple allemand17. Lorsque, fin juillet 1939, il tira un premier bilan de ce débat devenu rapidement houleux, on pouvait déjà sentir à travers le ton particulièrement acerbe de son résumé que, manifestement, il était prêt à rompre avec son pays et à cesser toutes relations avec la communauté d'intérêts des exilés allemands qui, de toute façon, se désagrégeait déjà. L'Allemagne, et pas seulement l'Allemagne nazie

  • 18 NTB, n° 31, 29 juillet 1939, p. 784.

« est à maints égards, tant par sa situation intérieure que par son rapport au monde, tant par sa pratique que par son idéologie politiques, une nation dont l'histoire est un échec : sous-développée, anormale, handicapée et ratée »18.

27Telle était, selon lui, la véritable prémisse dont devaient partir toutes les réflexions sur « les lendemains de la guerre ».

  • 19 L'Époque, 18 mai 1939, p. 1. Impression de la traduction allemande sous le titre : « Nie mehr Illus (...)

28Il ne fallut guère attendre plus de trois jours pour trouver dans la presse française un premier écho au titre de cet éditorial. Le directeur de L'époque, Henri de Kérillis, qui était à la fois un conservateur de droite et un antifasciste, publia les thèses de Schwarzschild19. Curt Geyer résuma ainsi dans le Neuer Vorwärts cette prise de position polémique sans nuance :

  • 20 Curt Geyer, Neuer Vorwärts (Paris), n° 321, 13 août 1939, supplément.

« Kérillis a soutenu dans L'époque la thèse selon laquelle le peuple allemand ne peut s'amender. Il ne faut plus, selon lui, se faire aucune illusion sur l'Allemagne. Son histoire et son organisation politique ont prouvé que le peuple allemand est un animal sauvage. Hitler n'est pas un hasard de l'histoire, mais l'incarnation de l'âme allemande. C'est le peuple allemand qui a voulu Hitler et il n'existe pas d'autre Allemagne à côté de l'Allemagne hitlérienne. C'est pourquoi, après la défaite de Hitler, il faudra détruire une fois pour toutes la puissance allemande et réduire définitivement l'Allemagne à l'impuissance20 ».

29Et Geyer de poursuivre par cette question rhétorique :

« Comment, il n'y a pas d'autre Allemagne... ? En vérité, c'est nous qui sommes la voix de cette autre Allemagne ! Nous ne sommes pas qu'un petit bataillon d'émigrés, nous sommes les continuateurs du combat intellectuel et politique qui a été mené en Allemagne, depuis que vivent dans le monde entier les idées de la Grande Révolution française ».

30Il ajoutait que Léon Blum et Séverac avaient, dans Le Populaire, réfuté brillamment les thèses de Kérillis.

  • 21 Léon Blum, Racisme à rebours, Le Populaire, 19 juillet 1939, p. 1. Impression de la traduction (tit (...)

31L'affirmation de Kérillis selon laquelle « la dynamique de l'agression » avait son origine dans l'« Allemagne éternelle », dans le pangermanisme et qu'elle était pour ainsi dire une constante de la mentalité allemande avait tellement irrité Léon Blum qu'il fit campagne contre lui, six jours durant, en publiant à la une du Populaire un article intitulé Racisme à rebours21. Selon Blum, celui qui croyait alors que tous les Allemands étaient des nazis partageait du même coup, consciemment ou inconsciemment, le délire racial national-socialiste qui attribuait des qualités ou des défauts à des groupes entiers comme les « Aryens » ou les « Juifs ». Pour Blum, la solution du problème se trouvait non pas dans la référence à un caractère national présumé, mais dans l'analyse politique et sociale. Il était impossible de dire que le Traité de Versailles, comme l'affirmait Kérillis, avait eu le tort de trop ménager encore l'Allemagne. Au contraire, il l'avait accablée et livrée ainsi aux sirènes de l'extrémisme politique.

32Séverac, camarade de parti de Blum, résumait ainsi l'opinion des socialistes :

  • 22 Ibid.

« Nous croyons que, derrière l'Allemagne de Hitler, de ses acolytes et de son parti, il se cache une autre Allemagne que l'on peut découvrir, l'Allemagne qui reste fidèle aux grands idéaux et sentiments exprimés par ses poètes et ses penseurs [...], l'Allemagne de tous les opposants internés dans les camps de concentration, l'Allemagne des démocrates qui ont essayé de créer après la guerre une république allemande et en furent empêchés principalement par l'incompréhension des vainqueurs, l'Allemagne des [...] ouvriers dont une partie a sans nul doute péri assassinée par les forces réactionnaires de Hitler, mais dont la majorité a survécu [...]22 ».

  • 23 Hans Albert Walter, cf. note n° 1.
  • 24 « Nach Hitlers Fall », in : Die Neue Weltbühne, 35e année, n° 31, 1er août 1939, p. 959.
  • 25 Sous le pseudonyme de Jan Heger, in : Die Zukunft, 25 août 1939, p. 8.
  • 26 Ein ernstes Wort, in : DVZ, n° 33, 13 août 1939.

33On vit apparaître au cours du débat ce qui ne semblait plus possible depuis longtemps chez les exilés allemands de France : une attitude commune de presque tous les groupes politiques, au moins pour éviter que les opinions de Schwarzschild ne soient considérées comme représentatives des émigrés allemands23. Ce front allait de Hubertus zu Löwenstein à Manès Sperber en passant par Alexander Schifrin, Konrad Heiden et beaucoup d'autres. Hubertus zu Löwenstein écrivait dans Die Neue Weltbühne de Budzislawski que celui qui, comme Schwarzschild, identifiait le peuple allemand au régime national-socialiste « partageait au fond le point de vue de Hitler »24. Quant à Manès Sperber, il attaquait Schwarzschild justement par son point sensible : la peur qu'éprouve le bourgeois libéral établi devant la révolution25. Lion Feuchtwanger intervint en rédigeant l'éditorial de la Deutsche Volkszeitung. Il écrivit en substance que Schwarzschild faisait le jeu de Hitler et de sa presse26. En effet, Das Schwarze Korps, l'hebdomadaire des SS, s'était fait un plaisir de rapporter les opinions de Schwarzschild et de déclarer maintenant levées les dernières incertitudes qui planaient sur le sort de l'Allemagne en cas de défaite militaire. Il laissait à ses lecteurs le soin de déduire que l'unité du « peuple » derrière ses dirigeants était une question de vie ou de mort.

  • 27 Heinrich Mann, Briefe an Karl Lemke und Klaus Pinkus, p. 143, lettres postées à Nice le 21 août 193 (...)
  • 28 « Les deux Allemagnes », contre : Emil Ludwig - pour : Heinrich Mann, in : L'Ordre, 18 août 1939, p (...)
  • 29 Hans Albert Walter, cf. note n° 1.

34Indigné et révolté, Heinrich Mann écrivit dans une lettre à Klaus Pinkus qu'il voulait prendre position, mais sans mentionner le nom de Schwarzschild, car il aimait rester poli, ce qui, en la circonstance, ne lui semblait pas possible27. La rédaction de L'Ordre publia le grand article de Heinrich Mann en l'opposant à celui d'Emil Ludwig qui ne démordait pas de ses stéréotypes bien connus sur la mentalité allemande et soutenait ainsi Schwarzschild. Dans cette controverse, que la rédaction avait intitulée Les deux Allemagnes, Heinrich Mann assurait de nouveau que l'« énorme majorité des Allemands n'était plus avec Hitler, mais avec l'opposition28 ». Il aurait été bien en peine d'apporter le moindre commencement de preuve à cette assertion. Celle-ci montre combien il est difficile, dans ce débat, de tirer un profit autre que polémique et pragmatique de l'opposition entre « L'Allemagne, c'est Hitler » et « L'Allemagne, ce n'est pas Hitler ». Certes, cette contre-affirmation était le credo politique fondamental des exilés29, mais, en affirmant implicitement que la masse des Allemands ne soutenait pas Hitler, leur thèse était presque aussi fausse, ou du moins aussi invérifiable que celle selon laquelle toute l'histoire allemande convergeait vers Hitler.

35Schwarzschild, ce solitaire libéral, qui savait argumenter de façon si claire et si brillante, développa à ce moment-là, en plus de sa crainte permanente des communistes, une haine féroce de l'Allemagne dont il n'excepta que la culture passée. Assurément, la faiblesse de ses perspectives était due à sa conception personnifiée de la politique. Ce qui l'intéressait, c'étaient les milieux politiques et leurs chefs. Quelques années plus tard, Arnold Zweig fit, à ce sujet, ce commentaire pertinent :

  • 30 Arnold Zweig, Einwand gegen ein Buch (1945), Réimpression, in : Essays, tome 2, Berlin et Weimar 19 (...)

« Pour Schwarzschild, l’expression des partis politiques est contenue tout entière dans l’analyse de ses ministres et fonctionnaires. Nulle part, il ne réussit à analyser les forces profondes que ces dirigeants et ministres ont déformées et mal utilisées. [...] Quant à son jugement sur le peuple allemand, il n'est pas différent de celui qu'il porte sur les personnes d'Ebert et de Hitler »30.

36Ne sachant plus s'identifier à sa propre nation, il pouvait faire abstraction de l'opposition et de la résistance, une abstraction qui ne pouvait que le déconsidérer. Les souffrances des victimes étaient passées sous silence, elles ne comptaient pas.

  • 31 Schwarzschild avait déjà évoqué, mais sans insister particulièrement, l'hypothèse d'une division de (...)

37À Paris, durant l'été 1939, la majorité des émigrés politiques pensait que l'Allemagne serait à l'avenir une nouvelle république démocratique, multipartite comme elle l'avait toujours été et qui ne devrait pas répéter les erreurs de Weimar. Ils rejetaient aussi bien l'idée d'un « super-Versailles » des puissances occidentales que l'éventualité d'un dépeçage de l'Allemagne31. « Hitler n'est pas l'Allemagne », tel était l'axiome de cette majorité d'Allemands. Ils repoussaient la thèse « du caractère national incapable de s'amender », autoritaire, agressif, antidémocratique. Au contraire, ils exigeaient une certaine égalité des chances : après la chute de Hitler, il faudra, pensaient-ils, donner à la nation allemande la possibilité de créer les conditions générales qui lui permettront de développer ses propres potentialités démocratiques. Il existait en effet à l'intérieur même du IIIe Reich une « autre Allemagne » qui, malgré l'ampleur de la répression, cherchait à se réaliser.

38Concrètement, Schwarzschild n’avait guère autre chose à proposer en 1939 que le rétablissement futur du libéralisme économique, ce libéralisme qui semblait justement discrédité et historiquement condamné à nombre d'émigrés encore sous le coup de la crise économique mondiale. Certains d'entre eux changeront d'avis pendant leur exil des années quarante aux USA. Pourtant, à la fin des années trente, beaucoup estimaient que le rôle joué par la Grande-Bretagne durant la guerre d'Espagne et la politique d'apaisement menée complaisamment (du point de vue des exilés) vis-à-vis de Hitler par les puissances libérales occidentales excluaient toute forme d'économie et de société qui reposerait sur de telles bases.

  • 32 Heinrich Mann, « Rettung der Zivilisation », in : Verteidigung der Kultur, pp. 421-425, ici pp. 422 (...)

39Heinrich Mann considérait le « monde du capital » comme un système économique saisi par la panique et la décrépitude. Le fascisme serait « le dernier état du capitalisme [...]. Bien que tous les moyens lui soient bons pour se maintenir en vie, il se pose en sauveur de la civilisation32 ». Selon Max Horkheimer, le totalitarisme du IIIe Reich marque « l'aboutissement du libéralisme » et n'a fait que « perdre ses scrupules ». L'« économie de marché » est dépassée et l'illusion de l'« échange équitable et juste » s'est dissipée. Pour lui, les démocraties occidentales en sont encore au « dernier stade du libéralisme », alors que le fascisme représente au fond « la forme actuelle » d'une économie en voie de concentration monopolistique.

  • 33 Max Horkheimer, « Die Juden und Europa », in : Zeitschrift für Sozialforschung, tome 8, (Paris 1939 (...)

« Peut-être verrons-nous, après plusieurs années de guerre, le rétablissement pour un temps de l'ancien système économique dans tel ou tel pays. Ce sera le retour de la même évolution économique : le fascisme n'est pas apparu par hasard. Depuis l'échec de l'économie de marché, les hommes sont obligés de choisir une fois pour toutes entre la liberté et la dictature fasciste33 ».

40Horkheimer aussi corrigea sa position aux états-Unis. On vit triompher non pas les intérêts et les objectifs des émigrés, mais ceux des puissances victorieuses. Personne ne pouvait prévoir en 1939 que le monde se scinderait après la guerre en deux blocs antagonistes, l'Est et l'Ouest, et que l'Allemagne serait partagée entre eux. Personne ne pouvait davantage prévoir que cette division durerait presque un demi-siècle, jusqu'en 1989.

Notes

2 L'importance de ce débat, dans lequel on découvre déjà l'ensemble des arguments, des points de vue et des antagonismes qui marqueront les controverses ultérieures sur l'avenir de l'Allemagne, a été soulignée par Hans Albert Walter dans une émission de radio, Deutschland nach Hitler (L'Allemagne après Hitler), Westdeutscher Rundfunk III, du 27 octobre 1978. Le débat fut en quelque sorte dépassé par les événements des mois d'août et septembre 1939, le pacte entre Hitler et Staline et le déclenchement de la guerre. Le débat fut brièvement relancé en fin d'année dans la presse française en raison de la sensation provoquée par la parution de deux livres de Hermann Rauschning, traduits en français, La Révolution du Nihilisme et Hitler m'a dit.

Pour la plupart des émigrés allemands et autrichiens qui vivaient en France (30 000 environ), l'atmosphère fébrile de cet été 1939 était ressentie comme une menace directe. Tout le monde savait, depuis au moins le printemps, qu'il y aurait une guerre. Les conditions de séjour s'étaient rapidement dégradées. Les angoisses et les dépressions des exilés croissaient proportionnellement aux réactions hystériques du pays d'accueil. Depuis l'échec du Front populaire, la presse française de droite donnait incontestablement le ton et attisait la xénophobie et la crainte de l'espionnage. Pour satisfaire les émigrés, on expulsa bien le chargé d'affaires aux relations franco-allemandes de Ribbentrop, le futur ambassadeur de la période d'occupation, Otto Abetz, sous le prétexte qu'il était le chef d'une « cinquième colonne  ». Cependant, l'opinion publique commençait à ne plus faire de distinction entre nazis et antifascistes et mettait dans le même sac ceux qu'elle considérait comme des ennemis allemands. Au même moment, les pays d'outre-mer réduisirent aussi les possibilités d'entrée sur leur territoire, dont bénéficiaient les réfugiés originaires d'Europe.

3 Cf. Albrecht Betz, Exil und Engagement. Deutsche Schriftsteller im Frankreich der dreißiger Jahre, Munich 1986. Traduit en français : Exil et Engagement. Les Intellectuels allemands et la France 1933-1940, Paris, Gallimard, 1991.

4 Deutsche Volkszeitung (DVZ) du 16 avril 1939.

5 Réédition, in : Heinrich Mann, Verteidigung der Kultur, Berlin et Weimar 1971, pp. 331-342, notamment p. 340.

6 Ibid., p. 512.

7 Heinrich Mann, Briefe an Karl Lemke und Klaus Pinkus, Hambourg 1964, pp. 143-144.

8 Cf. Exil und Engagement, p. 319.

9 Discours de Hitler devant la presse (10 novembre 1938). Imprimé, avec un avant-propos de Wilhelm Treue, in : Deutsche Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, Munich 1958, pp. 175 sq.

10 Ibid.

11 Der Deutsche Schriftsteller. Revue de l'association de protection des écrivains allemands. Cahier spécial à l'occasion du jubilé du SDS, Paris, novembre 1938, p. 2 (Heinrich Mann, Die größere Macht).

12 Dépêche du Midi, Toulouse, 5 juillet 1939, p. 1.

13 Cf. note 8, p. 185.

14 Cf. note 10, p. 23 (Oskar Maria Graf, Von der Kraft unserer Sprache).

15 Leopold Schwarzschild, « Die Priorität », Neues Tage-Buch (NTB), n° 27, 1er juillet 1939, p. 635.

16 « Der Tag danach », NTB, n° 29, 15 juillet 1939, pp. 682 sq.

17 Cette évolution est rapportée en détail, in : Liselotte Maas, « Verstrickt in die Totentänze einer Welt. Die politische Biographie des Weimarer Journalisten Leopold Schwarzschild, dargestellt im Selbstzeugnis seiner Exilzeitschrift Das Neue Tage-Buch », in : Exilforschung. Ein internationales Jahrbuch, tome 2, Munich 1984, pp. 58-85.

18 NTB, n° 31, 29 juillet 1939, p. 784.

19 L'Époque, 18 mai 1939, p. 1. Impression de la traduction allemande sous le titre : « Nie mehr Illusionen über Deutschland », in : NTB, n° 31, pp. 737-738.

20 Curt Geyer, Neuer Vorwärts (Paris), n° 321, 13 août 1939, supplément.

21 Léon Blum, Racisme à rebours, Le Populaire, 19 juillet 1939, p. 1. Impression de la traduction (titre allemand : Rassismus mit umgekehrtem Vorzeichen), in : NTB, n° 31, pp. 738-739.

22 Ibid.

23 Hans Albert Walter, cf. note n° 1.

24 « Nach Hitlers Fall », in : Die Neue Weltbühne, 35e année, n° 31, 1er août 1939, p. 959.

25 Sous le pseudonyme de Jan Heger, in : Die Zukunft, 25 août 1939, p. 8.

26 Ein ernstes Wort, in : DVZ, n° 33, 13 août 1939.

27 Heinrich Mann, Briefe an Karl Lemke und Klaus Pinkus, p. 143, lettres postées à Nice le 21 août 1939.

28 « Les deux Allemagnes », contre : Emil Ludwig - pour : Heinrich Mann, in : L'Ordre, 18 août 1939, p. 1.

29 Hans Albert Walter, cf. note n° 1.

30 Arnold Zweig, Einwand gegen ein Buch (1945), Réimpression, in : Essays, tome 2, Berlin et Weimar 1979, pp. 263-266, ici p. 265.

31 Schwarzschild avait déjà évoqué, mais sans insister particulièrement, l'hypothèse d'une division de l'Allemagne par les futures puissances victorieuses. Il rejetait cette perspective tout en désirant ardemment voir un régime d'occupation assurer la rééducation des Allemands. Vraisemblablement par aversion pour leurs orientations politiques, il semblait s'accommoder de ce que les émigrés politiques puissent être écartés des instances appelées à modeler les destinées du pays – à l'instar des opposants dans le Reich même (dans la mesure où ils seraient encore en vie).

Dans L'Avenir de Willi Münzenberg (4 août 1939), le socialiste de gauche Alexander Schifrin chercha à polémiquer en poussant les idées de Schwarzschild jusqu'à l'absurde. Prolongeant son « expérimentation intellectuelle aventureuse », il terminait sur une prédiction étonnante : « Parmi les puissances victorieuses, nous trouverons l'Union soviétique et le rôle qu'elle jouera dans la victoire sera grand, très grand. Où est-il écrit que « l'administration chargée de l'éducation » sera exercée par les seules puissances occidentales ? Par qui le peuple allemand, qui, selon Schwarzschild, n'est pas encore assez mûr pour la démocratie, devra-t-il être formé à s'auto-administrer ? À Cologne et à Francfort-sur-le-Main, par les autorités britanniques et françaises d'occupation ? À Breslau, par les autorités polonaises et à Berlin et Stettin, par les autorités de la Russie soviétique ?

En revanche, Gustav Regler assurait dans Der letzte Appell (Paris 1939), un écrit adressé aux intellectuels allemands : « Dans la guerre que Hitler veut imposer au monde contre la volonté du peuple allemand, l'Union soviétique se tiendra aussi aux côtés des démocraties et veillera au sort de la liberté. Elle ne permetta jamais le dépeçage de l'Allemagne » (p. 29).

Rétrospectivement, c'est Franz Werfel, dans une perspective autrichienne, qui fournit la contribution la plus étrange à ce débat. Dans le Neues Tage-Buch de Schwarzschild du 16 septembre 1939 (pp. 882 sq.), il demanda la création d'une nouvelle « Union de l'Est », qui « serait l'héritière en titre de la multiséculaire monarchie danubienne » et qui pourrait comprendre aussi un certain nombre de provinces allemandes. « C'est cette nouvelle grande Union de l'Est qui sauvera l'Europe et réalisera la nouvelle paix mondiale. Elle s'étendra sur un immense territoire [...]. Elle comptera en grande majorité des peuples non allemands. Cependant, rien que par dégoût pour ce passé ignominieux, les populations allemandes, qui, outre l'Autriche, adhéreront à cette Fédération, seront ravies de se délivrer du joug prussien pour entrer dans le giron autrichien. »

32 Heinrich Mann, « Rettung der Zivilisation », in : Verteidigung der Kultur, pp. 421-425, ici pp. 422-423.

33 Max Horkheimer, « Die Juden und Europa », in : Zeitschrift für Sozialforschung, tome 8, (Paris 1939), pp. 115-137, ici pp. 115-116, 128, 133. On peut lire op. cit., p. 132 : « En appeler aujourd'hui à la pensée libérale du XIXe siècle pour lutter contre le fascisme, cela équivaut à en référer à la compétence d'une autorité grâce à laquelle il a triomphé. Le vainqueur peut revendiquer l'adage « Place aux travailleurs sérieux ! ». Il s'est si bien sorti de la concurrence nationale qu’il peut la supprimer. La Seconde Guerre mondiale ne permet guère d'espérer. De quelque façon que celle-ci se termine, la militarisation sans limites ne laissera pas de plonger le monde dans des structures autoritaires et collectivistes [...]. Même [...] en période de paix, on se livrait [...] à une guerre de positions. Aujourd'hui, les combattants eux-mêmes ne savent pas toujours s'ils sont en guerre ». C’est dans un texte de Horkheimer, paru à titre posthume, que se trouve ce qui est probablement la réflexion la plus intelligente sur le problème, vu en termes de philosophie de la culture, de la (non)-identité entre Allemagne et Allemagne nazie - une réflexion qui mériterait d’être analysée en détail. Il s’agit de « Deutschland Erneuerung nach dem Krieg und die Funktion der Kultur », 1943, in: Max HORKHEIMER, Gesammelte Schriften, Band 12, Frankfurt/Main, 1985, pp. 184-194.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search