Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Terres d’exil — lieux de résistance

Résistance des émigrés allemands en France 1933-1945

Gilbert Badia

Texte intégral

  • 1 Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche Gesellschaft und der Widerstand gegen Hi (...)

1Jusqu'à ces dernières années les très nombreux ouvrages traitant de la résistance ou plus exactement des résistances allemandes au national-socialisme ne faisaient pas la part belle à la résistance du mouvement ouvrier (parti communiste, parti social-démocrate, petits partis ou réseaux socialistes tels que SAP, Neu Beginnen, ISK, KPD(O), syndicats, etc.), une résistance d'ailleurs longtemps niée ou ignorée, même si, pour reprendre ce que dit Detlev Peukert du parti communiste et qui vaut A fortiori pour l'ensemble du mouvement ouvrier allemand, celui-ci a constitué, « nach Zahl der Illegalen, Umfang der Aktivitäten, Zahl der gebrachten Opfer », la plus importante organisation de résistance en Allemagne1. Si les historiens parlaient peu des résistances ouvrières, ils passaient à peu près complètement sous silence celle des émigrés allemands. Lacune d'autant plus regrettable que cette résistance est, selon moi, la seule qui ait remporté quelques succès, modestes certes, mais réels dans sa lutte contre le gouvernement national-socialiste.

2Dans mon exposé, je me limiterai aux activités des émigrés allemands en France, et évoquerai brièvement la participation des Allemands et des Autrichiens à la guerre civile espagnole.

  • 2 Sur ces statistiques, voir Gilbert Badia et alii, Les Barbelés de l'exil, Presses universitaires de (...)
  • 3 Ursula Langkau-Alex, Volksfront für Deutschland ?, Syndikat, Francfort/Main, 1977, p. 40-42.

3Les émigrés allemands qui ont choisi la France comme pays d'accueil ne sont pas très nombreux. Leur nombre, qui a varié en fonction des vagues d'émigration et des retours dans le Reich, n'aurait jamais atteint les 50 0002. Parmi eux, celui des « politiques » aurait été inférieur à 10 000. Ursula Langkau-Alex aboutit aux estimations suivantes pour 1935 et 1936 : communistes 4 000 à 4 500, sociaux-démocrates 3 000 à 3 500, SAP et autres groupes qui se situent à la gauche de la social-démocratie 300, démocrates et pacifistes 500-600, catholiques 2503.

4En dépit de ces chiffres modestes, ces émigrés antifascistes ont déployé en France des activités considérables. Ils ont trois objectifs principaux.

5Ils vont s'efforcer

  • d'informer la population française sur la situation réelle de l'Allemagne après l'arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes et de combattre la propagande hitlérienne.

  • de maintenir le contact avec leurs camarades restés en Allemagne et de participer – à leur façon – au combat que ceux-ci mènent dans le Reich contre le nouveau régime.

  • de s'adresser à tous les réfugiés allemands en France pour essayer de les faire participer à leurs activités résistantes.

6Les premiers réfugiés politiques sont arrivés au lendemain de l'incendie du Reichstag, échappant ainsi à la vague d'arrestations qui a frappé communistes et socialistes dès le lendemain. Très vite ils fondent des organes de presse, Die Aktion (sous-titre : Organe de combat antihitlérien, tirage 15 000 exemplaires) et une agence de presse (Inpress) qui diffuse des informations dactylographiées en trois langues.

7La Sopade ne va pas tarder à diffuser ses Deutschland-Berichte et Neu Beginnen, de son côté, des Berichte über die Lage in Deutschland (qui viennent d'être réédités et que les historiens considèrent comme fiables). Ces deux organisations, tout comme le KPD, ont installé aux frontières du Reich des Grenzsekretariate qui reçoivent des informations de leurs camarades restés en Allemagne et leur font parvenir en retour leurs directives.

  • 4 Pour plus de détails, voir Lieselotte Maas, Handbuch der deutschen Exilpresse 1933-1945, Carl Hanse (...)

8Leopold Schwarzschild fait paraître dès 1933 Das Neue Tagebuch à Paris, tandis que le Neuer Vorwärts (SPD) et Der Gegen-Angriff (KPD) ou Die Neue Weltbühne, édités à Prague, sont diffusés également en France. Les émigrés réussissent dès la fin 1933 à faire paraître un quotidien, le Pariser Tageblatt (devenu par la suite le Pariser Tageszeitung), rédacteur en chef Georg Bernhard (ex-député au Reichstag et journaliste renommé), tirage du Pariser Tageblatt 14 000 exemplaires4.

  • 5 Sur Willi Münzenberg, voir Willi Münzenberg 1889-1940. Un homme contre, Le Temps des cerises, Paris (...)
  • 6 Pour plus de détails sur l'incendie du Reichstag, le procès de Leipzig, etc. lire Gilbert Badia, Fe (...)

9Parmi les premiers émigrés qui se réfugient à Paris en mars 1933, il y a Willi Münzenberg, qui a construit sous la République de Weimar un véritable empire de presse, utilisant avec succès toutes les techniques modernes de la communication5. Il a compris tout de suite que les nazis allaient utiliser l'incendie du Reichstag pour leur propagande. Outre le Hollandais Van der Lubbe, avaient été arrêtés Ernst Torgler, président du groupe communiste au Reichstag et, le 9 mars, les Bulgares Dimitrov, Tanev et Popov6. L'objectif des dirigeants hitlériens est clair : il s'agissait moins de faire le procès de ces cinq détenus, qu'à travers eux, celui du communisme. Or, dès le début de l'instruction, il apparaît que ni Torgler, ni Dimitrov, représentant clandestin de l'Internationale communiste à Berlin, ne sont ni de près ni de loin mêlés à l'incendie du Parlement allemand.

10C'est ce que Münzenberg va tenter de démontrer à l'opinion publique mondiale. D'une part il rassemble une équipe d'écrivains et de journalistes qui réunit une documentation impressionnante sur le Reichstag (découvre qu'un couloir souterrain relie le Parlement à l'immeuble du Président de l'Assemblée, Göring en l'occurrence), sur les accusés, sur les conditions de l'instruction. En même temps il alerte la presse (française et anglaise en particulier) et un groupe d'intellectuels : Romain Rolland, André Gide, André Malraux, Paul Langevin entre autres, ainsi que des avocats et des juristes connus.

11Une commission d'enquête internationale composée de juristes renommés, venus de dix pays et dont aucun n'était communiste, recueillit force témoignages et annonça en juin qu'elle disposait « de preuves solides de l'innocence des accusés ». Le retentissement de ces déclarations se mesure au fait que le procureur Werner, chargé de l'accusation au procès de Leipzig où allaient comparaître les prétendus incendiaires du Reichstag, demanda officiellement à deux membres de la commission d'enquête de lui fournir les documents dont elle disposait.

12En France, si c'était, au début, essentiellement la presse communiste et socialiste qui informait ses lecteurs sur le déroulement de l'affaire, un tournant se produisit le 11 septembre. Ce jour-là, salle Wagram à Paris, Me de Moro-Giafferi, célèbre avocat d'assises, prononça la plaidoirie « qu'il aurait prononcée à Leipzig si le gouvernement allemand lui avait permis d'assurer la défense des inculpés ». Après avoir apporté des preuves de l'innocence de Torgler et des trois Bulgares, l'avocat conclut par la phrase restée fameuse « Göring, l'incendiaire c'est toi ! » Toute la presse rendit compte de ce meeting, du Temps, à Paris-Soir, au Petit Parisien (le plus fort tirage des journaux du matin) qui concluait son article par « cette soirée fut d'une qualité rare », tandis que Paris-Soir affirmait « la cause est entendue ».

  • 7 Sur le meeting de Wagram, le contre-procès de Londres, Feu au Reichstag, p. 118-166.

13La commission d'enquête se réunit à Londres sous la présidence de l'avocat de la couronne britannique, Denis N. Pritt, le 14 décembre. Le point de vue de l'accusation fut exposé par Sir Stafford Cripps, de la Chambre des Lords, futur ministre des Affaires étrangères de Grande-Bretagne. Parmi les témoins entendus par la Commission, il y avait trois dirigeants sociaux-démocrates, Paul Hertz, membre de la SOPADE, Rudolf Breitscheid, ancien ministre, Albert Grzesinski, ex-préfet de police de Berlin et ex-ministre de l'Intérieur de Prusse. Le 18, ce « tribunal » international rendit ses conclusions. Conclusions prudentes mais qui affirmaient l'innocence de Torgler et des Bulgares7.

14La presse mondiale, et même en Allemagne la Frankfurter Zeitung, évoqua la tenue du contre-procès. L'opinion publique étrangère fut ainsi d'avance prévenue contre le procès qui s’était ouvert à Leipzig le 21 septembre. Hitler avait commis l'erreur – qu'il ne répétera pas – d'organiser un procès public, auquel la presse étrangère avait été conviée. Celle-ci relata en détail les affrontements qui mirent aux prises Dimitrov et Göring et qui ne tournèrent pas à l'avantage du second. Au cours du procès il fut fait allusion à plusieurs reprises au Livre Brun que l'équipe réunie par Münzenberg avait rédigé et publié en un temps record puisqu'il fut diffusé dès le mois d'août. Traduit en quinze langues, son tirage total aurait dépassé les 500 000 exemplaires.

15La version originale du Braunbuch über Reichstagsbrand und Hitlerterror fut même introduite clandestinement en Allemagne. Le ministère de l'Intérieur du Würtemberg, dans une note du 15 octobre, parle de cent exemplaires confisqués dans la seule ville de Stuttgart. Le Völkischer Beobachter avait invectivé une semaine plus tôt « la douzaine de gredins qui l'avaient rédigé » et Hitler lui-même, au cours d'un meeting au Sportpalast de Berlin, le 26 octobre, y avait fait allusion en affirmant « nous ne sommes pas décidés à nous laisser insulter par ces canailles » qui « vilipendent le peuple allemand tout entier en la personne de son gouvernement ».

16Je pense que si les quatre accusés de l'incendie du Reichstag ont été acquittés le 23 décembre (Van der Lubbe lui, condamné à mort, sera exécuté le 10 janvier) et si les Bulgares ont été libérés, cela tient, pour une part, à la mobilisation de l'opinion publique internationale par les émigrés antifascistes réfugiés en France. C'est, à mon avis, une victoire de la résistance allemande. À peu près la seule d'ailleurs.

17La presse des émigrés se proposait d'informer les Français sur la répression hitlérienne. Plus de la moitié du Livre Brun exposait les mauvais traitements et les assassinats dont étaient victimes dans le Reich les militants des partis ouvriers, mais aussi les Juifs. Ce qui convainquit sans doute nombre de lectrices et de lecteurs français, ce furent les récits de témoins relatant les atrocités commises par des SA dans les premiers mois de l'arrivée au pouvoir des nazis. Gerhart Seger (SPD), Wolfgang Langhoff, Willi Bredel avaient connu tous trois les camps de concentration, tous trois avaient réussi à s'évader et à fuir le Reich. Ils avaient rendu compte aussitôt des expériences qu'ils venaient de vivre. À peine parus, leurs ouvrages furent traduits et publiés en France par des éditeurs connus, Plon et Gallimard notamment.

18L'événement qui produisit sans doute la plus forte impression sur le public cultivé – Thomas Mann le notera plus tard – ce fut l'autodafé du 10 mai 1933. En France on peut le constater à la lecture de l'Illustration, une revue fort lue à l'époque. Son numéro de juin, l’Illustration le consacre aux bûchers de livres, publie de grandes photos et condamne sans ambages cet autodafé « indigne d'un pays de haute culture ». La revue revient sur le même sujet le mois suivant, énumérant les auteurs dont les ouvrages avaient été voués aux flammes par les hitlériens.

  • 8 On trouvera les noms des intellectuels les plus connus dans Éclairer sans brûler, textes réunis par (...)

19Dans les semaines qui suivirent, les intellectuels français qui s'engagèrent aux côtés des émigrés allemands furent de plus en plus nombreux8. Un comité international dont faisaient partie André Gide, Heinrich Mann, Romain Rolland, H.G. Wells décida de créer une Bibliothèque des libres brûlés (Freiheitsbibliothek en allemand) qui sera inaugurée, boulevard Arago à Paris, le jour anniversaire de l'autodafé, le 10 mai 1934. Outre les ouvrages interdits ou censurés par les nationaux-socialistes, la bibliothèque proposait aux chercheurs deux cent mille coupures de presse (pour la seule année 1933) provenant pour l'essentiel de journaux paraissant en Allemagne. Dans les locaux de la bibliothèque furent organisées des expositions : la première, en juillet-août 1934, était intitulée « L'Allemagne après le 30 juin ».

  • 9 Voir l'article de Jacques Omnès, dans Les Bannis de Hitler, EDI et PUV, Paris, 1984, p.185-198 (L’o (...)

20Toujours soucieux de fournir au public français des informations sur l'Allemagne hitlérienne, des émigrés (à vrai dire l'initiative émanait de l'Internationale communiste) fondèrent à la fin de 1933 à Paris un Institut pour l'étude du fascisme, à la création et aux activités duquel Arthur Koestler et Manès Sperber, tous deux communistes à l'époque, participèrent activement9. Sur la proposition de Koestler, réalisée ensuite par Sperber, fut organisée une exposition parrainée par un comité très large allant de Levy-Brühl à Bernard Lecache, de Jean Painlevé à Paul Signac et Franz Masereel et qui, utilisant des techniques modernes (schémas lumineux, constructions plastiques entre autres), s'efforçait de montrer les divers visages des fascismes européens. L'exposition ouvrit ses portes le 9 mars 1935 Galerie de la Boétie. Presque chaque soir jusqu'à sa fermeture (15 mai) des conférences ou des manifestations artistiques accompagnèrent l'exposition.

21Le gouvernement allemand avait en 1936 présenté dans une librairie du quartier latin à Paris une exposition d'ouvrages récemment parus. Pour contrer cette manifestation, des résistants allemands présentèrent sous le titre Das Freie deutsche Buch, une sélection d'ouvrages interdits en Allemagne hitlérienne ou publiés par les émigrés. Plus importante et plus fréquentée fut une seconde exposition installée dans les locaux de la Société d'encouragement, rue de Rennes. Placée sous le patronage de Romain Rolland, Paul Langevin, H.R. Lenormand et Edmond Vermeil, coïncidant avec le 140e anniversaire de la naissance de Heinrich Heine, mais aussi avec l'Exposition universelle qui venait d'ouvrir ses portes, elle connut un succès réel. Le Figaro, Le Temps, Paris-Soir en rendirent compte ainsi que des débats littéraires qui eurent lieu en marge de celle-ci. Das deutsche Buch in Paris 1837-1937, tel était son titre, reçut la visite de nombreux touristes allemands venus visiter l'Exposition universelle où se faisaient face les pavillons du Troisième Reich et de l'Union soviétique.

22En 1935, un événement culturel suscita beaucoup d'intérêt de la part des médias, ce fut le Congrès international pour la défense de la culture dont le Schutzverband der deutschen Schriftsteller avait pris l'initiative et qui se tint salle de la Mutualité à Paris en juin.

23Des écrivains de grand renom venus d'Europe et d'Amérique y participèrent. Bien sûr les plus gros contingents furent fournis par la France. André Gide et André Malraux, qui présidèrent la séance d'ouverture, mais aussi Aragon, Henri Barbusse, Julien Benda, Jean Cassou, Paul Eluard, Jean Guehenno entre autres. Johannes R. Becher, Ernst Bloch, Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger, Thomas et Heinrich Mann, Robert Musil, Anna Seghers, Ernst Toller étaient les principaux représentants des lettres allemandes. L'entrée était payante. Le premier jour, il fallut installer des haut-parleurs à l'extérieur pour les auditeurs qui n'avaient pu trouver place dans la grande salle. Des journalistes du monde entier assistèrent aux séances ; thème central du congrès : le rôle de l'écrivain dans la société. Le dernier jour (25 juin), sous la présidence d'André Malraux, on traita du « fascisme et de la situation des exilés ».

24Toutes ces manifestations prouvent à la fois la solidarité d'une grande partie des intellectuels français, leur appui aux manifestations de résistance des émigrés allemands. C'est ce soutien, sans doute, qui explique un autre succès, plus modeste, de la résistance allemande en France.

25En mars 1935, la Gestapo avait réussi à attirer près de la frontière allemande, en Suisse, un journaliste émigré qui dénonçait en particulier les préparatifs de guerre du Troisième Reich, Berthold Jacob. Il avait été kidnappé et emmené en Allemagne : on pouvait craindre pour sa vie. Or Berthold Jacob fut relâché six mois plus tard, le 19 septembre. La campagne déclenchée par les émigrés allemands en France, ses répercussions dans la grande presse n'ont sans doute pas été étrangères à la libération de ce journaliste.

26Ces « victoires » ne doivent cependant pas faire illusion. En deux ans de pouvoir, le gouvernement hitlérien s'était affermi et avait ancré la notion de Volksgemeinschaft au cœur de la société allemande. Les succès dans le domaine de la politique extérieure vont encore accroître l'adhésion populaire au régime.

27On l'a constaté lors du vote des Sarrois pour ou contre le rattachement de leur pays au Reich. Le scrutin était prévu pour le 13 janvier 1935. En août 1934, Hitler présenta le retour de la Sarre au Reich comme la dernière étape de la réconciliation franco-allemande. Les Églises – catholiques et protestantes – par la voix des évêques de Trèves et de Spire ainsi que par celle de Martin Niemöller au nom de l’Église confessante firent du vote pour le Reich « un devoir des chrétiens ».

28Tardivement, communistes et sociaux-démocrates sarrois sous la direction de Max Braun conclurent un pacte d'unité d'action – que la SOPADE condamna – et lancèrent un appel commun aux électeurs à qui l'on demandait de voter pour le statu quo. On connaît le résultat. Plus de 90 % des votants se prononcèrent pour le retour « dans la mère patrie ».

***

29Dès leur arrivée en France en 1933, les émigrés politiques s'étaient donné pour tâche, non seulement de maintenir le contact avec leurs camarades restés en Allemagne, mais de les aider dans leur lutte contre le nazisme.

30Or à partir de 1935-1936, la Gestapo avait réussi à disloquer la résistance communiste, à l'émietter, ne laissant subsister que des groupes pour la plupart isolés. En octobre 1935, à la conférence dite de Bruxelles, Wilhelm Pieck avait évoqué le bilan de la répression. Sur 422 dirigeants communistes (membres du Comité central et collaborateurs du CC, secrétaires fédéraux), 219 avaient été arrêtés, 24 assassinés, 125 avaient réussi à émigrer, 41 avaient quitté le parti, il en restait 13 en liberté, c'est-à-dire, dans la clandestinité en Allemagne. De France néanmoins, des contacts avaient pu être maintenus avec quelques groupes qui subsistaient dans le Reich. Grâce aux syndiqués de la Fédération internationale des Transports, cheminots et mariniers, les résistants émigrés faisaient parvenir à leurs camarades du matériel de propagande ou organisaient, pour les plus menacés, leur passage à l'étranger. Le roman d'Anna Seghers, La Septième croix, illustre à la fois les difficultés que rencontre l'évadé d'un camp de concentration pour se faire héberger par d'anciens camarades – tant sont grands les risques encourus – et pour s'enfuir d'Allemagne sur une péniche, grâce à l'aide de mariniers.

31Le seul fait d'avoir chez soi un tract ou un ouvrage subversif entraînait, en cas de perquisition, l'arrestation de l'intéressé et son envoi en camp de concentration. Aussi les émigrés s'ingénièrent-ils à camoufler le matériel de propagande expédié dans le Reich. Ainsi naquirent les Tarnschriften qui témoignent d'une imagination et d'une ingéniosité surprenantes. Les textes subversifs, qu'il s'agisse d'un discours d'un leader communiste, d'un appel de Heinrich Mann, ou d'appels à l'unité des partis ouvriers étaient dissimulés dans des sachets de shampooing ou de graines de tomates, dans un plan de Düsseldorf édité par la Dresdner Bank ou un prospectus invitant à passer des vacances dans les Alpes bavaroises ou la Forêt Noire. L'extérieur était parfaitement identique à celui de ces sachets ou de ces prospectus qu'on pouvait se procurer en Allemagne. À l'intérieur, au lieu des graines de tomates ou du shampooing on trouvait les textes subversifs. Pour des textes plus longs, on utilisait les couvertures d'ouvrages des Éditions Reclam, si répandus en Allemagne.

Volksfront et guerre d'Espagne

32Les partis ouvriers allemands étaient restés divisés, on le sait, même après l'arrivée de Hitler au pouvoir. Or, en 1935, l'Internationale communiste, révisant son analyse de la situation en Allemagne et sa stratégie, conclut que seule l'union de toutes les forces antifascistes pourrait s'opposer victorieusement au fascisme. Cette union réalisée en France en 1935 aboutit l'arnnée suivante à la victoire du Front populaire.

  • 10 Pour plus de détails, lire Volksfront für Deutschland ? ci-dessus, note 3.

33Pendant la tenue du Congrès pour la défense de la culture, le 23 juin 1935, au cours d'un meeting qui réunit à Montreuil plusieurs dizaines de milliers de personnes, les organisateurs, partis de gauche, syndicats, Ligue des droits de l'homme, etc. avaient adjuré les antifascistes allemands d'unir leurs forces contre le fascisme. Cette union avait été réalisée en Sarre, on l'a vu. Deux mois plus tard avait lieu à l'Hôtel Lutetia, sous la présidence de Heinrich Mann, une réunion à laquelle assistèrent des membres de tous les courants de l'émigration allemande en France10.

34En quelques mois, dans le climat roboratif du Front populaire français, les conversations progressèrent rapidement. Au point que, le 2 février 1936, une centaine de personnalités réunies de nouveau à l'Hôtel Lutetia adoptèrent à l'unanimité un Manifeste, un Appel au peuple allemand et confièrent à un groupe restreint le soin d'élaborer, à partir des différents projets présentés au cours de la réunion, un programme pour l'Allemagne post-hitlérienne, envisagée sous les traits d'une République démocratique et pacifique.

35Des sociaux-démocrates émigrés à Paris, tels Rudolf Breitscheid, ou des représentants de réseaux proches des socialistes, ainsi que le SAP dont faisait partie Willy Brandt, participèrent activement aux travaux du Comité Lutetia – chargé de définir le programme du futur Volksfront. Ce comité s'était en même temps doté de moyens d'expression. Sous la direction de Heinrich Mann et Rudolf Breitscheid, Max Braun (socialiste) et Bruno Frei (communiste) publièrent trois fois par semaine des Nouvelles d'Allemagne en deux versions, française et allemande.

36Entre temps, cependant, la guerre avait éclaté en Espagne. Dès le début du conflit, la presse des exilés avait envoyé sur place des journalistes, qui rendaient compte de l'enthousiasme des Républicains espagnols qui avaient fait front contre les putschistes. Aux antifascistes allemands la tentative de prise du pouvoir de Franco rappelait 1933 et l'arrivée de Hitler aux commandes de l’État. Très vite il fut avéré que l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie fournissaient une aide militaire aux putschistes espagnols.

37Dès lors les antifascistes allemands furent convaincus qu'en s'engageant aux côtés des Républicains espagnols c'est contre Hitler, par Franco interposé, qu'ils allaient se battre. Du coup, quand en octobre fut décidée la création des Brigades internationales, Allemands et Autrichiens s'engagèrent en nombre pour aller se battre en Espagne. Après les Français, ils constituèrent le détachement le plus nombreux (7 000 au total, dont 5 000 Allemands selon les estimations les plus fiables).

38La plupart de ces engagés volontaires transitèrent par la France. Ce furent des émigrés allemands qui organisèrent la logistique, accueillant les volontaires venus de tous les pays européens, d'Allemagne aussi, et les aidant à gagner Barcelone. Les plus actifs et les plus nombreux étaient les communistes et les petits partis ou réseaux socialistes, SAP, KPD-O entre autres. Engagées sur les fronts de Madrid (où fut tué Hans Beimler), de Teruel, de l'Ebre, les brigadistes réussirent à contenir les attaques franquistes et même parfois à contraindre les troupes de Franco à la retraite. Au prix de lourdes pertes. On estime en effet à près de 30 % le pourcentage des combattants allemands et autrichiens tués au cours de ces combats.

39Revenons en France et au Comité Lutetia. La belle unanimité constatée en février 1936 n'allait pas tarder à se lézarder. Les divergences entre le directeur de Das Neue Tagebuch (Schwarzschild) et les communistes, un temps masquées, éclatèrent de nouveau, tandis que le SAP et d'autres socialistes de gauche reprochaient au programme envisagé pour l'après-Hitler de ne pas fixer comme objectif une Allemagne socialiste. Ils accusaient les communistes de faire trop de concessions à l'aile « bourgeoise » du Comité Lutetia.

40Les premiers procès de Moscou et l'accusation de trotskisme lancée par les communistes, non sans légèreté, contre certains membres du SAP, tandis qu'en Espagne communistes et adhérents du POUM (Parti ouvrier de l'unification marxiste) proche du SAP, s'affrontaient à Barcelone dans un combat sans merci, tout cela n'était pas de nature à renforcer la cohésion du Comité. Au cours de la réunion du 10-11 avril 1937 du Comité Lutetia, éclata la profondeur des divergences entre les diverses composantes du Comité. En vain Heinrich Mann redoubla-t-il d'efforts pour sauver le Volksfront.

41L'année suivante, l'éviction de Münzenberg, en qui ses partenaires avaient confiance, et son remplacement par Walter Ulbricht, accusa encore la fracture et scella en fait la mort du projet de Front populaire allemand en France. Cette tentative avait suscité des espoirs chez les groupes de résistants encore actifs dans le Reich (voir le texte de Hermann Brill dans le recueil de textes Steinbach-Tuchel). Cependant, même si les émigrés avaient réussi à se mettre d'accord sur un programme, on peut s'interroger sur les résultats qu'aurait pu obtenir ce Volksfront ohne Volk et comment il eût pu mettre en danger un régime national-socialiste qui enregistrait victoire sur victoire.

***

42À partir de 1937, la situation des émigrés allemands réfugiés en France va empirer rapidement. On constate cette année-là de profonds changements dans l'opinion publique et dans la politique du gouvernement. En mai 1938, le ministère de l'Intérieur promulgue une série de décrets qui limitent les libertés de mouvement des émigrés et prévoient la création de camps d'internement à leur intention.

43En même temps s'effrite la crédibilité de ces résistants allemands. Dans leurs publications, ils avaient certes sans cesse révélé que le Troisième Reich réarmait et préparait la guerre – ce que rien n'était venu démentir –, mais ils annonçaient aussi régulièrement que l'Allemagne était en proie à une crise économique sans issue, que la pénurie alimentaire aggravait le mécontentement, bref que le régime ne tarderait pas à s'effondrer. Or les nombreux reporters qui avaient assisté aux Jeux Olympiques de 1936, les journalistes qui parcouraient l'Allemagne les années suivantes en rapportaient l'image d'un pays calme, ordonné et dont la population semblait satisfaite de son régime.

44Enfin et peut-être surtout, ces opposants à la dictature hitlérienne apparaissaient à une partie de l'opinion française comme des fauteurs de guerre, alors que celle-ci très majoritairement, ayant toujours présente à l'esprit la terrible saignée qu'avait subi la France en 1914-1918, inquiète par la guerre qui se prolongeait en Espagne, n'aspirait qu'à une chose, la paix. D'aucuns préconisant la paix à tout prix, dût-elle être acquise par des concessions importantes à l'Allemagne hitlérienne.

45Cependant que la SOPADE quittait la Tchécoslovaquie pour s'installer (provisoirement) dans la région parisienne, la capitulation du gouvernement français à Munich fut ressentie comme une trahison des démocraties occidentales et comme une menace directe pour les antifascistes allemands et autrichiens résidant en France. Une partie de la presse française les dénonçait. L'hebdomadaire Gringoire qui tirait à plus de 500 000 exemplaires, menait une campagne féroce contre ces juifs, ces étrangers et en particulier contre Heinrich Mann.

  • 11 Sur les conditions d'internement, les activités culturelles, etc., des Allemands, sur leurs dissens (...)

46Et quand le gouvernement français au lendemain de l'invasion de la Pologne par la Wehrmacht se résigna à déclarer la guerre au Troisième Reich, on interna la quasi totalité des antifascistes allemands et autrichiens de sexe masculin qui avaient choisi la France comme terre d'asile. Quant aux Allemands et Autrichiens des Brigades internationales, ils avaient été internés dans des conditions souvent inhumaines, au fur et à mesure de leur franchissement des Pyrénées à partir d'avril 1939, dans les camps d'Argelès-sur-Mer, de Saint-Cyprien et de Gurs11.

47La signature du pacte germano-soviétique avait ébranlé de nombreux communistes et creusé le fossé qui séparait de nouveau les communistes de la très grande majorité des non-communistes.

48Jusqu'ici les femmes des antifascistes allemands avaient été laissées en liberté. Elles furent arrêtées à leur tour au moment de l'offensive allemande et internées massivement au camp de Gurs (mai 1940).

  • 12 Sur l'aide des comités américains, voir Wolfgang Kießling, Partner im « Narrenparadies », Dietz Ver (...)

49La défaite de la France et l'armistice vont aggraver la situation des émigrés allemands et autrichiens et singulièrement celle des militants antifascistes. Par l'article 19 de la Convention d'armistice, le gouvernement français s'était engagé à livrer au Reich tous les réfugiés allemands et autrichiens qu'il réclamerait. D'où les tentatives désespérées de beaucoup d'entre eux pour quitter la France au plus vite. Ce n'était guère facile. Dans Transit, Anna Seghers a décrit les difficultés sans nombre que devaient résoudre les candidats à l'émigration. Le désespoir, la peur d'être livrés à leurs bourreaux expliquent la vague de suicides : Walter Benjamin, Walter Hasenclever, Ernst Weiss, Carl Einstein. Quelques intellectuels, dont Heinrich Mann, purent quitter la France grâce à l'aide de plusieurs comités américains, entre autres l'Emergency Rescue Committee (Varian Fry) et l'Unitarian Service Committee (Noël Field), d'autres grâce au Consul général du Mexique à Marseille, Gilberto Bosques, qui leur procura des visas pour le Mexique12.

  • 13 Liste des antifascistes allemands livrés dans Exil in Frankreich, Reclam, Berlin (Est), p. 392.

50L'article 19 de la Convention d'armistice ne resta pas lettre morte. Le gouvernement de Vichy livra aux Hitlériens les deux ex-ministres sociaux-démocrates, Rudolf Hilferding et Rudolf Breitscheid et des communistes détenus au camp du Vernet, Franz Dahlem, Heinrich Rau, Siegfried Rädel, pour n'en citer que quelques-uns.13

51Difficile d'évaluer le nombre des résistants antifascistes qui, par la force des choses ou de propos délibéré, restèrent en France. Après le chaos, difficilement imaginable pour qui ne l'a pas vécu, qu'avait entraîné l'exode de mai-juin 1940, des contacts se rétablirent, en zone libre, puis en zone occupée, entre militants antifascistes. Pour les communistes allemands et autrichiens, la situation devint plus claire à partir de juin 1941, lorsque la Wehrmacht envahit l'Union soviétique. L'URSS reprenait à leurs yeux son rôle naturel de puissance antifasciste.

52Avec le concours de la MOI (main-d'œuvre immigrée) et du PCF, des réfugiés allemands vont mettre sur pied, à partir de 1941, une organisation de résistance originale, le TA (travail allemand ou travail antinazi) auquel participeront de nombreux émigrés allemands, autrichiens, sarrois de toute obédience politique. L'objectif du TA était triple : diffuser du matériel de propagande antihitlérien au sein des troupes d'occupation, essayer de gagner des soldats et des officiers à la lutte contre le national-socialisme, enfin recueillir des informations précises sur les déplacements des diverses unités, sur l'horaire des trains, sur les faits et gestes de la Gestapo ou des SS pour en informer la Résistance.

  • 14 Sur le TA et la résistance des antifascistes allemands ou autrichiens, voir Résistance. Erinnerunge (...)

53Rares d'abord, les succès du TA augmentèrent pourtant en 1943 lorsque les revers subis en Italie et surtout en URSS démontrèrent que la Wehrmacht n'était plus invincible. Craignant par-dessus tout d'être expédiés sur le front de l'Est, des soldats allemands stationnés en France se montraient plus réceptifs. Pourtant les arrestations dans les rangs du TA étaient toujours nombreuses (une centaine de résistants au total ont ainsi péri entre 1941 et 1944). Les résultats ne furent pas négligeables. Dans un document remis à la presse le 13 novembre 1944 par les antifascistes allemands, il est fait état de 70 unités ou services de l'armée d'occupation avec lesquels le TA avait réussi à établir des contacts réguliers. Pour la Résistance française, les renseignements recueillis étaient précieux : employé au service allemand des chemins de fer à Toulouse, Gerhard Leo fournissait les horaires des trains allemands que les résistants faisaient dérailler ; Dora Schaul, à Lyon, signalait les transferts d'unités ; Peter Gingold, entré dans un service de la Luftwaffe, donnait l'emplacement exact des nouveaux aérodromes...14

  • 15 Sur les activités du CALPO voir entre autres Karlheinz Pech, An der Seite der Résistance, Röderberg (...)

54À l'automne 1943, à la suite de la constitution en URSS du Comité national de l'Allemagne libre (NKFD), fut fondé en France le CALPO (Comité de l'Allemagne libre pour l'Ouest) qui regroupait des émigrés allemands de toutes tendances politiques et multiplia l'édition de bulletins, de journaux, de tracts. Depuis l'été 1941 paraissait régulièrement le journal Soldat im Westen (Soldat à l'Ouest). D'autres bulletins s'y ajoutèrent en 1944 avec le débarquement des Alliés en Provence comme Soldat am Mittelmeer. Le CALPO éditait aussi régulièrement un journal : Volk und Vaterland15. Par ailleurs des Allemands ont parfois constitué les premiers noyaux des maquis dans les montagnes de Lozère et dans les Cévennes, avant que le STO et les mesures de réquisition n'incitent de jeunes Français à entrer massivement dans la clandestinité pour échapper aux rafles et à constituer des groupes de résistance.

  • 16 Lire Eveline et Yvan Brès, Un maquis d'antifascistes allemands en France, Presses du Languedoc, Mon (...)

55Quand s'organiseront dans les maquis des groupes de combat, les antifascistes allemands y seront intégrés... et y joueront parfois, comme en Cévennes, un rôle capital16. C'est que ces Allemands avaient souvent une solide expérience de la lutte armée. Beaucoup d'entre eux avaient pendant deux ans participé en Espagne à la guerre contre Franco, dans les rangs des Brigades internationales, tandis que leurs jeunes compagnons français devaient tout apprendre : le maniement des armes et l'art d'utiliser le terrain. Cette expérience, cette facilité avec laquelle ils s'adaptaient aux conditions de vie difficiles, leur habileté à résoudre les petits problèmes quotidiens leur valurent le respect et l'amitié de leurs camarades. Ainsi fut rendue possible leur intégration au sein des maquis français. Car celle-ci n'allait pas de soi. Un antifasciste allemand n'était-il pas d'abord un Allemand? Sa langue, ses habitudes de vie faisaient de lui non seulement un étranger, mais un étranger singulièrement proche de l'ennemi. On peut imaginer la somme de préjugés qu'il fallut jeter par-dessus bord avant que ne règne dans le groupe une camaraderie franche et loyale.

56Écrire, voire esquisser une histoire de la participation des antifascistes allemands aux combats de la Résistance est une tâche impossible. On estime à plus de mille les Allemands qui ont combattu dans la Résistance. Dans les maquis, l'union des antinazis s'était réalisée. Dans la liste des soixante Allemands et Autrichiens du maquis des Cévennes identifiés, il y a des sociaux-démocrates et des communistes, des juifs et des non juifs. La plupart sont d'origine ouvrière.

57Auparavant des combattants avaient saboté des voies de chemin de fer (dans le Sud-Ouest surtout), des lignes à haute tension, libéré des détenus de la prison de Gaillac, détruit ou endommagé 18 camions de l'armée d'occupation, et procuré à la Résistance des armes soustraites à la Wehrmacht.

58La très grande majorité de ces combattants antifascistes aspiraient à participer à la construction d'une autre Allemagne. La guerre finie, ils s'efforcèrent de rentrer dans leur pays. Mais dans quelle zone ? Ici commençait pour eux une autre histoire.

Notes

1 Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche Gesellschaft und der Widerstand gegen Hitler. Hrsg. von Jürgen Schmädeke und Peter Steinbach, Piper, 1986, p. 876. Voir également dans le même ouvrage l'article d'Hermann Weber, p. 79.

2 Sur ces statistiques, voir Gilbert Badia et alii, Les Barbelés de l'exil, Presses universitaires de Grenoble, 1979, p. 18-22 (Référence abrégée Les Barbelés).

3 Ursula Langkau-Alex, Volksfront für Deutschland ?, Syndikat, Francfort/Main, 1977, p. 40-42.

4 Pour plus de détails, voir Lieselotte Maas, Handbuch der deutschen Exilpresse 1933-1945, Carl Hanser Verlag, 3 vol., 1976-1981.

5 Sur Willi Münzenberg, voir Willi Münzenberg 1889-1940. Un homme contre, Le Temps des cerises, Paris, 1993 en particulier, p. 39-64 et 173-177.

6 Pour plus de détails sur l'incendie du Reichstag, le procès de Leipzig, etc. lire Gilbert Badia, Feu au Reichstag, Éditions sociales, 1983.

7 Sur le meeting de Wagram, le contre-procès de Londres, Feu au Reichstag, p. 118-166.

8 On trouvera les noms des intellectuels les plus connus dans Éclairer sans brûler, textes réunis par Simone Roche, Actes Sud, 1997, p. 18.

9 Voir l'article de Jacques Omnès, dans Les Bannis de Hitler, EDI et PUV, Paris, 1984, p.185-198 (L’ouvrage est actuellement diffusé par les Éditions de l'Atelier). Référence abrégée : Les Bannis.

10 Pour plus de détails, lire Volksfront für Deutschland ? ci-dessus, note 3.

11 Sur les conditions d'internement, les activités culturelles, etc., des Allemands, sur leurs dissensions politiques, voir Les Barbelés..., p. 169-332 (articles de Barbara Vormeier, Françoise Joly, Jean-Baptiste Joly, Jean-Philippe Mathieu, Claude Laharie).

12 Sur l'aide des comités américains, voir Wolfgang Kießling, Partner im « Narrenparadies », Dietz Verlag, Berlin, 1994.

13 Liste des antifascistes allemands livrés dans Exil in Frankreich, Reclam, Berlin (Est), p. 392.

14 Sur le TA et la résistance des antifascistes allemands ou autrichiens, voir Résistance. Erinnerungen, textes recueillis par Dora Schaul, Dietz Verlag, Berlin (Est), 1973 ; Exil in Frankreich et Gilbert Badia et alii, Exilés en France. Souvenirs d'antifascistes allemands émigrés 1933-1945, Ed. Maspéro, 1982, Gerhard Leo, Frühzug nach Toulouse, Verlag der Nation, Berlin (Est), 1988 et Österreicher im Exil, Frankreich 1938-1945. Eine Dokumentation, Wien, 1984.

15 Sur les activités du CALPO voir entre autres Karlheinz Pech, An der Seite der Résistance, Röderberg Verlag, Frankfurt/Main, 1974.

16 Lire Eveline et Yvan Brès, Un maquis d'antifascistes allemands en France, Presses du Languedoc, Montpellier, 1987.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search