Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Terres d’exil — lieux de résistance

« [...] à la fois terre allemande et étrangère »

La Sarre, terre d’opposition, terre d’exil, terre d’émigration (1933-1935)

Jean-Paul Cahn

Note de l’éditeur

Référence du titre : Hellmut von Gerlach, Neue Welt, n° 30/1934, p. 929.

Texte intégral

1L’entité politique sarroise et son statut particulier sous l’autorité de la Société des Nations étaient nés à Versailles, après la Première Guerre mondiale, d’un compromis entre les visées économiques et territoriales françaises en Allemagne (« buts de guerre »), et le souci du président américain Wilson de veiller au respect du droit des peuples à l’autodétermination. Dans les faits, la Sarre échappait à l’autorité du Reich, mais ses habitants restaient allemands. Ils devaient décider eux-mêmes de leur sort, par référendum, à l’issue d’une période de quinze ans. Trois possibilités devaient leur être offertes : le rattachement à la France, le maintien du statu quo, le retour à l’Allemagne.

  • 2 Peter Seibert, « <Dann werden das Blatt wir wenden>. Verbannte Autoren im Kampf um die Saar (1933-1935) », in (...)

2Dans ce contexte, ce territoire germanique en situation d’exterritorialité a constitué deux années durant, à partir de 1933, le cadre d’une résistance structurée d’Allemands au national-socialisme, et la gauche y a réalisé, dans la période qui précéda le référendum de 1935, une unité que n’avaient pas su mettre sur pied les partis allemands, et qu’ils ne connurent que contextuellement dans l’émigration. A fortiori la lutte commune de ces partis et du christianisme politique d’opposition à Hitler fut-elle une première. Simultanément, la Sarre a été le lieu géographique d’une forme d’exil sui generis dans lequel des groupes sociaux ou des partis politiques de type weimarien purent prolonger deux ans durant leur existence et les écrivains en exil trouver une partie de leur public2. Des émigrés allemands apportèrent une aide au Front unitaire contre le rattachement à l’Allemagne national-socialiste (Einheitsfront) en s’engageant à ses côtés.

3Dans une première partie, nous présenterons la Sarre en tant que terre à la fois d’asile et d’opposition entre 1933 et 1935. Puis nous examinerons les réactions à la victoire de la Deutsche Front, le 13 janvier 1935, et enfin nous verrons qu’après avoir été terre d’accueil, la Sarre devint elle-même le point de départ d’un exil non dénué de particularités.

1. La Sarre, terre d’opposition et d’asile entre 1933 et 1935

A. La Sarre, terre d’asile

a) Les raisons d’un choix

4Les Sarrois avaient ressenti la séparation de l’Allemagne comme une mutilation de leur identité nationale et les maladresses de la France ou de la S.D.N. avaient été autant de rappels de leur situation d’Allemands de second ordre. L’espoir d’affirmer, au terme des quinze ans, en un même vote, leur appartenance et leur dignité nationales avait mûri une situation dans laquelle nul ne doutait à l’aube de 1933 qu’elle aboutirait au retour au Reich.

  • 3 Maria Zenner note dans Parteien und Politik im Saargebiet unter dem Völkerbundsregime 1920-1935, In (...)
  • 4 Deutsche Freiheit du 23 juin 1933.

5Contrairement à Danzig, la frustration patriotique n’avait pas profité au N.S.D.A.P. qui était encore de peu d’importance électorale en 19323 et la presse, en particulier celle du parti le plus important, le Zentrum, avait marqué sa déception face à l’entrée d’Hitler à la Chancellerie. La commission internationale de gouvernement (Regierungskommission ou « Reko ») prit des mesures pour garantir le calme et la sécurité publics qui lui permirent d’assurer jusqu’en 1935 des espaces de liberté que le parti national-socialiste ni son prolongement, la Deutsche Front, ne purent totalement violer. Ainsi ce territoire apparut aux victimes de la Gleichschaltung comme « un îlot de liberté en terre allemande »4. À mesure que la Machtergreifung les contraignait à l’exil, nombreux furent ceux qui y cherchèrent refuge.

  • 5 B. Brecht, « Über die Bezeichnung Emigranten », in Deutsche Literatur im Exil, p. 39. Ces mêmes rai (...)
  • 6 Neue Weltbühne, 45/1934.

6L’identité linguistique et culturelle germano-sarroise fut un facteur aussi déterminant que la proximité – nombre d’émigrés souhaitant s’installer « le plus près possible des frontières »5. Les uns, croyant le pouvoir d’Hitler éphémère, souhaitaient pouvoir rentrer au plus vite. À quoi bon une destination lointaine pour une brève période dès lors que le statut S.D.N. offrait la protection d’une instance internationale ? Pour d’autres c’était là un moyen de marquer qu’« en partant pour l’exil, [ils n’avaient] pas opté contre l’Allemagne »6 mais seulement réagi à une situation créée par son gouvernement. Ces derniers considéraient qu’ils pouvaient ainsi transporter l’« autre Allemagne » en terre germanique (et non à l’étranger), et bénéficier d’une base favorable à leur lutte.

7C’est ainsi que la direction en exil du parti social-démocrate allemand transita par la Sarre. En mai 1933 en effet, contre l’avis de Paul Löbe (partisan de la poursuite d’une action légale en Allemagne), le S.P.D. envoya Otto Wels, réélu à la tête du parti (le 26 avril), le trésorier Siegmund Crummenerl, Paul Hertz, spécialiste des questions économiques, Erich Ollenhauer, en qualité de secrétaire (entre 1928 et 1933) de la Sozialistische Arbeiterjugend, Friedrich Stampfer, rédacteur en chef de Vorwärts, et Hans Vogel, membre du comité directeur, à Sarrebruck, avec mission d’ouvrir une représentation du Comité directeur (Parteivorstand) à l’étranger. La composition de ce groupe, largement dictée par la personnalité de ses membres, montrait que le parti entendait privilégier la gestion des fonds et la pénétration journalistique du Reich. Le 14, ses membres recommandèrent aux députés de leur groupe restés à Berlin de s’abstenir de participer au débat parlementaire sur la conférence de Genève sur le désarmement, et le 21 ils décidèrent de partir pour Prague (dont la situation géographique était moins excentrée par rapport aux centres décisionnels et aux hauts lieux de la gauche allemands), et d’y constituer une organisation illégale de résistance au national-socialisme (la Sozialdemokratische Partei Deutschlands ou Sopade). La querelle de la légitimité socialiste était déjà manifeste lorsqu’ils s’installèrent en Tchécoslovaquie.

  • 7 Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand. Eine Verhaltensgeschichte der Gesell (...)

8Outre leur direction en exil, nombre de sociaux-démocrates (587, d’après la Sopade, auxquels il convient d’ajouter, selon la même source, 282 membres d’organisations proches : Reichsbanner, syndicats, etc.7) y cherchèrent au moins provisoirement refuge, parmi lesquels Philipp Scheidemann, qui avait dirigé, à la demande de Friedrich Ebert, le premier gouvernement de coalition de Weimar, Rudolf Breitscheid qui, au sein du PV, s’était opposé à la thèse selon laquelle il fallait laisser les nazis arriver au pouvoir pour qu’ils s’y discréditent, etc. L’Internationaler sozialistischer Kampfbund y tint sa première réunion organisationnelle en juillet 1933.

  • 8 Gerhard Paul, « Saarvolk höre ! », p. 222.

9C’est aussi à Sarrebruck que l’influent homme de presse communiste Münzenberg apprit, le 28 février 1933, la fermeture de ses journaux par les autorités allemandes, ou bien que Wilhelm Pick organisa la Rote Hilfe destinée à aider les membres du K.P.D. restés en Allemagne. Le Comité central élargi du parti communiste y siégea, et une partie du matériel de propagande destiné à être introduit clandestinement dans le Reich y fut imprimé dès 1933, la Rote Fahne à partir de 19348.

  • 9 Cf. Patrick von zur Mühlen, « Schlagt Hitler an der Saar ! » - Abstimmungskampf, Emigration und Wid (...)

10Les partis interdits en Allemagne restaient autorisés en Sarre. Ceux de gauche y installèrent des centres de formation en vue de la lutte dans la clandestinité en Allemagne, et le territoire servit de base à l’introduction de tracts destinés à des déçus supposés du nazisme ou à des opposants9.

  • 10 Cit. in Gerhard Bungert & Klaus-Michael Mallmann, « Exil an der Saar 1933-1935 », in Saarheimat 5/7 (...)

11Ces activités politiques préoccupaient Berlin. En avril 1933, le Reichsinnenministerium interrogeait l’Auswärtiges Amt sur la possibilité d’interdire l’émigration politique et raciale allemande en Sarre, « sans entraver pour autant la circulation qui présente un intérêt pour l’Allemagne » ; les Affaires étrangères, estimant minime le danger de la contestation depuis la Sarre parce que la Reko ne tolérerait pas que soient accrus les troubles, n’entreprirent rien, si bien que l’Intérieur, qui ne manquait pas d’informateurs, plaça les émigrés sous surveillance. La Gestapo tint des dossier individuels précis. Un sentiment d’insécurité se propagea parmi les réfugiés allemands, que n’entamèrent qu’à peine les garanties que la Regierungskommission donna aux émigrés politiques (Polizeiverordnung du 7 avril 1934)10.

  • 11 Cit. in Antje Dertinger & Jan von Trott, « ... und lebe immer in Eurer Erinnerung » - Johanna Kirch (...)
  • 12 Patrick von zur Mühlen, « Schlagt Hitler an der Saar !  », p. 178.

12Dans une note de l’automne 1933 le secrétaire d’État aux Affaires étrangères von Bülow estimait que la présence d’émigrés allemands en Sarre constituait un handicap majeur à l’affirmation du front irrédentiste11. En novembre 1934, Joseph Bürckel, successeur de von Papen aux fonctions de chargé des Affaires sarroises (Saarbeauftragter), tenta une nouvelle fois de faire intervenir la Wilhelmstraße pour obtenir une interdiction de séjour en Sarre pour tous les émigrés politiques12 : la perspective du référendum plaçait la Sarre sous les projecteurs de la presse internationale et la présence d’Allemands qui avaient fui leur patrie pouvait nuire à l’image du Reich à l’étranger.

b) La vie quotidienne des émigrés allemands en Sarre entre 1933 et 1935

  • 13 Ibid., p. 171.

13Les émigrés arrivaient par la Suisse, la Belgique, le Luxembourg ou la France, ou bien directement, le passage de la frontière n’étant pas très difficile en dépit d’un renforcement de la surveillance à partir de juin 1933. Certains étaient munis de faux papiers, d’autres se glissèrent dans les groupes de pèlerins qui rentraient de l’exposition du Saint-Suaire à Trèves en été 1933 (et que les autorités allemandes négligeaient de contrôler pour des raisons de propagande13).

  • 14 Ibid., p. 169. 7 000 est aussi l’estimation qu’indiquent les dossiers de la Gestapo. La Ligue des d (...)

14Le nombre des arrivants crût avec les persécutions qui suivirent l’incendie du Reichstag et connut une nouvelle poussée avec l’introduction du monopartisme, en juillet 1933. Mais toute estimation numérique est aléatoire, car tous ne se présentaient pas aux autorités afin de régulariser leur situation. Une disposition de la Reko (d’abord réservée à l’égard de l’immigration allemande) leur faisait certes obligation de solliciter sous huit jours un document d’identité, le Emigrantenpaß, qui apportait certaines garanties contre l’expulsion. Mais ceux qui arrivaient sous une fausse identité ne satisfaisaient pas à cet impératif et ceux qui s’installaient chez des parents ou des amis ne s’y soumettaient que rarement - par manque de confiance. Comme l’opinion, les autorités de police ou les organismes sociaux furent rapidement et largement gagnés par le national-socialisme. Zur Mühlen estime que, sur quelque 65 000 Allemands qui partirent en 1933, 7 000 environ se rendirent en Sarre14.

  • 15 Michael Schäfer, Heinrich Imbusch. Christlicher Gewerkschaftsführer und Widerstandskämpfer, Munich (...)

15La plupart s'en étaient allés dans la précipitation et disposaient de faibles moyens ; le chômage que connaissait le territoire les empêcha de trouver un travail. Le Reich se servait de la pression fiscale pour priver les émigrés de moyens de subsistance, bloquant notamment leurs comptes bancaires (sous prétexte que cet argent était destiné à des fins anti-allemandes). Les services de renseignement allemands cherchaient parfois à profiter du dénuement ainsi provoqué pour faire de certains émigrés des agents (V[ertrauens]-Leute) à leur service15.

16Quelques-uns furent employés par la branche sarroise de leur parti. L’ancien ministre de l’Intérieur du Reich Wilhelm Sollmann fut l’un des principaux rédacteurs du journal sarrois Deutsche Freiheit, le député et ancien Ministerialrat prussien Emil Kirchmann ou Hanna Kirchner devinrent de proches collaborateurs du leader social-démocrate Max Braun, etc.

17Les capacités d’accueil furent bientôt dépassées. Parmi les émigrés sans appartenance politique, que les partis n’aidaient que modérément, faute de moyens, quelques-uns se logèrent dans des hôtels ou des pensions de famille, d’autres trouvèrent des locations ou tombaient aux mains de véritables marchands de sommeil, d’autres enfin s’en remirent à des organisations caritatives, à la très active Ligue des droits de l’Homme en particulier, et demeurèrent dans des centres d’accueil, des Emigrantenlager créés à l’initiative de partis, de syndicats, etc.

  • 16 Mühlen, op. cit., p. 172.

18L’affaiblissement numérique des partis, dû à la séduction ou aux pressions du mouvement irrédentiste, ne leur permettait que difficilement de faire face aux besoins des arrivants de leur propre chapelle. Une demande d’aide financière des sociaux-démocrates au Parteivorstand à Prague fut rejetée avec recommandation de s’adresser à l’Internationale (fonds Matteotti à Zurich)16, et le journal Deutsche Freiheit dut appeler dès juin 1933 à des dons de particuliers pour soutenir le fonds spécial d’accueil créé au lendemain de l’interdiction du S.P.D.

19Comme dans d’autres régions d’exil, des restaurants à prix réduit furent créés pour combattre la sous-alimentation. Ils remplirent une fonction à la fois alimentaire et sociale : ils autorisaient à un prix modique une consommation minimale, ce qui fit d’eux des lieux de rencontre - et plus simplement, des abris du froid ou de la solitude de la rue. Le plus connu à Sarrebruck était probablement celui qu’avait créé Marie Juchacz, une Allemande qui avait été membre du Parteivorstand du S.P.D. et député au Reichstag.

20Mais la conjoncture allait se dégradant :

  • 17 Op. cit., ibid.

« La situation des réfugiés est plus désespérée de jour en jour, écrivait Emil Kirchmann en mars 1934. Les organisations qui aidaient jusqu’à présent ne parviennent plus à réunir les moyens nécessaires »17.

B. L’opposition sarroise au national-socialisme

  • 18 Cf. e.a. Jean-Paul Cahn, « <Nix wie hemm !>. La préparation du référendum du 15 janvier 1935 en Sarre (1933-1935) »</Nix> (...)

21L’intention des Sarrois, notoire avant Hitler, de voter massivement pour le retour à l’Allemagne entraînait pour Berlin une situation dans laquelle tout succès limité au référendum était assimilable à une défaite politique. Tous les moyens furent mis au service d’une victoire écrasante, selon les méthodes qui avaient fait leurs preuves en Allemagne : pressions médiatiques et humaines, individuelles et collectives, à fin de priver l’électorat de son libre arbitre18. La République de Weimar détenait des actions des organes de presse sarrois qui permirent au Reich d’imposer sa ligne éditoriale et, à la faveur de purges, ses journalistes. Cinquante des cinquante-cinq journaux sarrois se mirent au service de la cause irrédentiste. Le territoire fut plongé dans une grande agitation politique dès l’été 1933. La Deutsche Front, sous le contrôle du Propagandaministerium de Berlin et du Gauleiter du Palatinat Josef Bürckel, disposait de moyens considérables. L’effervescence politique fit que le sentiment national(iste) ne tarda pas à effacer toute aspiration démocratique.

22Face à la débauche de moyens mis en œuvre par les tenants du retour au Reich, les opposants sarrois étaient dans une situation sans issue. Il y avait perversion du débat puisque la question essentielle de l’appartenance nationale de la Sarre faisait l’unanimité, mais qu’elle était tronquée par la Deutsche Front qui la réduisait tantôt à un choix entre l’Allemagne et la France, tantôt à une expression de fidélité patriotique. Et puis, réunir sous une même bannière les partis d’une gauche divisée et des chrétiens n’était pas chose facile.

a) Les sociaux-démocrates sarrois

  • 19 Cf. Hans-Walter Herrmann & Georg Wilhelm Sante, Geschichte des Saarlandes, Würzburg 1972, 111 p. (p (...)
  • 20 Cf Klaus-Michael Mallmann, « Lieber republikanisch sterben als faschistisch verderben. Zum Widersta (...)

23Les sociaux-démocrates n’étaient jamais parvenus à s’imposer en Sarre. Aux élections de 1932, ils avaient rassemblé moins de 10 % des suffrages, alors que le K.P.D. avait dépassé 23 %19. Leurs relations avec le S.P.D. puis avec la Sopade ne furent jamais dénuées d’ambiguïté, et ils saluèrent ouvertement le soulèvement du Republikanischer Schutzbund autrichien contre le fascisme comme une forme de rachat socialiste de la capitulation allemande de janvier 193320.

  • 21 Cf. Gerhard Paul, Max Braun, Eine politische Biographie. Sankt Ingbert 1987, 268 p. (p. 66).

24La décision de la Regierungskommission d’imposer aux associations et aux partis une autonomie par rapport à leurs correspondants allemands, afin de les mettre à l’abri de l’alignement, lui offrit l’occasion d’une séparation institutionnelle de la Sopade. Le changement de nom – en Sozialdemokratische Landespartei des Saargebietes, qui permit de solliciter son admission au sein de l’Internationale socialiste21 – traduisait des distances tangibles. Une coopération existait par exemple autour de la Deutsche Freiheit que créa le parti sarrois en juin 1933, à la suite d’une décision prise par la direction en exil avant son départ pour Prague, et dont la Sopade finança la parution, mais les désaccords tactiques et même idéologiques étaient nombreux.

  • 22 Cf. Gerhard Paul & Klaus Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, p. 208.

25Face à l’arrivée d’Hitler à la chancellerie, le parti social-démocrate sarrois avait d’abord adopté une attitude de wait and see hostile. Le 7 août, la stabilité allemande s’étant confirmée, Max Braun, appela officiellement à refuser le retour au Reich hitlérien, sans recommander encore un autre vote. Le 12, il estimait que le temps de l’opposition parlementaire était révolu. Cette radicalisation social-démocrate s’accompagna de diverses mesures, notamment –afin de se protéger contre les « gros bras » de la Deutsche Front – de la décision de transformer le Reichsbanner en formation paramilitaire, le Sozialistischer Schutzbund, sur le modèle du Republikanischer Schutzbund autrichien22.

  • 23 Marlis Buchholz & Bernd Rother, Der Parteivorstand der SPD im Exil. Protokolle der Sopade 1933-1940 (...)

26Quand le Reich quitta la S.D.N., en octobre 1933, le parti sarrois s’efforça, en une démarche qui n’avait pas l’appui de la Sopade23 (laquelle craignait que l’accusation de trahison qui pourrait s’ensuivre ne mette en péril les socialistes restés en Allemagne), d’obtenir un report du référendum à une date ultérieure à la chute d’Hitler. L’échec de cette tentative l’obligea à renoncer à la tradition nationale qu’il avait héritée de Lassalle et, l’option allemande ne permettant pas de distinguer gouvernement et nation allemands, à appeler à son corps défendant à voter pour le statu quo. Cette mutation douloureuse conféra à la discussion interne des accents plus révolutionnaires, glissement à gauche qui eut pour effet d’accentuer l’éloignement de la Landespartei d’une Sopade très majoritairement réformiste.

b) Le parti communiste

  • 24 Cf. Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, pp. 253-254.
  • 25 Cit. in Ralf Schock, Gustav Regler. Literatur und Politik, Francfort/M 1984, 359 p. (p. 61).

27Plus encore que les socialistes, et bien que leur organe Bolchevist se fût interrogé dès janvier 1933 sur l’attitude qu’il convenait d’adopter, les communistes sarrois tardèrent à renoncer à la thèse du retour à l’Allemagne quel que soit le chancelier au pouvoir. La base souscrivait largement à l’idée que les partis allemands avaient échoué, et les témoignages des émigrés confirmaient l’impossibilité d’en rester à la ligne que la direction sarroise maintenait, qui appelait tout à la fois à lutter « contre le fascisme hitlérien et le séparatisme » sans pour autant préciser laquelle des trois options offertes aurait ses faveurs pour le référendum. Elle s’appuyait sur la formule d’une peu probable « Sarre rouge dans une Allemagne socialiste soviétique » (« Es lebe das rote Saargebiet in einem sozialistischen Rätedeutschland ! »24). L’hémorragie de ses membres - en avril, le parti était passé de plus de 5 000 à 2 600 adhérents - ne suffit pas, dans un premier temps, à provoquer une inflexion. De même la direction communiste maintint-elle longtemps, comme elle l’avait fait sous Weimar, ses thèses sur le « social-fascisme » du S.P.D. par lesquelles elle faisait des sociaux-démocrates l’ennemi privilégié de la classe ouvrière et l’allié objectif de la prise du pouvoir national-socialiste. En janvier 1934, l’Arbeiter-Zeitung accusait toujours Max Braun de duper le peuple et d’être un agent de l’impérialisme français. Cette attitude s’expliquait largement par le pari communiste sur un renversement du national-socialisme par un soulèvement ouvrier. La Rundschau ne parlait-elle pas en mars de la même année de « la forte progression de l’élan révolutionnaire en Allemagne et la montée de la lutte des classes en Sarre »25 ?

  • 26 Cf. Peter Seibert, p. 178. Cf. aussi Herbert Wehner, p. 108.

28Le renoncement à la thèse du retour inconditionnel à l’Allemagne se fit sous l’influence d’émigrés, Herbert Wehner entre autres26. Mais le parti communiste sarrois ne renonça qu’en juin 1934 à la thèse du front uni à la base, tactique qui visait à séparer les militants sociaux-démocrates de la direction de leur parti.

c) Le camp chrétien

  • 27 Cf. e.a. Markus Gestier, « Christuskreuz oder Hackenkreuz ? Die katholische Opposition gegen Hitler (...)
  • 28 Le père Hugolinus Dörr, un Sarrois, prit la parole lors du rassemblement « pour la liberté » de Sul (...)

29La géographie confessionnelle et électorale de la Sarre conférait au catholicisme politique une dimension majeure. Deux éléments firent obstacle à son opposition institutionnelle au rattachement à l’Allemagne nazie : l’engagement contraire de la hiérarchie de tutelle, et en particulier celle des évêques Bornewasser (Trèves) et Sebastian (Spire)27, voire le silence du Vatican, et pour la plupart des catholiques, des convictions religieuses plus empreintes de culture régionale que des valeurs humanistes du christianisme, d’où leur répulsion à l’idée de faire cause électorale commune avec des sociaux-démocrates et des communistes28.

30Néanmoins, une opposition chrétienne prit corps, tardivement et en rupture de hiérarchie, dont la figure de proue fut le journaliste Johannes Hoffmann, rédacteur en chef licencié de la Saarbrücker Landeszeitung pour ses opinions, qui s’engagea à la tête de la Neue Saarpost, créée pour les besoins de la campagne par des chrétiens d’opposition, et qui participa, aux côtés des syndicalistes Fritz Kuhnen et Heinrich Imbusch, et du directeur des Chemins de Fer sarrois Nicklaus à la création du Deutscher Volksbund für christlich-soziale Gemeinschaft an der Saar, lequel se donna pour devise, afin de bien marquer qu’il ne manquait pas au devoir de patriotisme tout en prenant ses distances du catholicisme irrédentiste, « Pour le Christ et pour l’Allemagne ». La défense de l’Eglise face au Reich était son but.

31Mais deux mois à peine avant le référendum, le Deutscher Volksbund affirmait encore un égal rejet du néo-paganisme nationaliste et du « marxisme sous ses diverses formes ». Lorsqu’il s’avéra en décembre qu’il n’y aurait pas de second référendum, c’est-à-dire lorsqu’il devint évident que le retour à l’Allemagne serait voté le 13 janvier ou pas du tout, nombre de ses membres quittèrent le Deutscher Volksbund, parmi eux le charismatique curé Bungarten.

d) L’engagement en faveur du statu quo

  • 29 Cit. in Markus Gestier, « Christuskreuz oder Hackenkreuz », op. cit., p. 170.

32Quand la Société des Nations refusa de reporter le référendum sur l’avenir du Territoire, l’anachronisme de fait des trois solutions prévues en 1920 apparut pleinement. La lutte des antifascistes dans une même direction – à défaut d’être vraiment commune – devint impérative, mais ils ne disposaient d’aucune bonne solution. Après leur violente critique du détachement de la Sarre de l’Allemagne par le Traité de Versailles et leur engagement passé en faveur du retour, l’option statu quo à laquelle ils se résignèrent apparaissait comme un pis-aller – mais l’électorat ne vote pas pour de moindres maux, surtout lorsqu’ils s’opposent à une campagne fondée sur le rêve et sur l’irrationnel. Une partie importante des Sarrois ne comprit pas le renoncement au dogme de l’appartenance nationale, fût-ce, selon la formule de l’opposition catholique, pour que la Sarre retourne « à l’Allemagne lorsque l’Allemagne sera de nouveau libre »29. En outre, l’imprécision des dispositions de Versailles ne permit pas de savoir précisément ce qui se passerait en cas de victoire du statu quo. Alors que la Deutsche Front promettait tout et son contraire, les partisans du statu quo étaient condamnés au flou.

33L’argumentaire des partis sarrois qui s’engagèrent en faveur du statu quo était très voisin de celui des émigrés allemands que nous examinerons ultérieurement. Notons cependant dès à présent que, nonobstant l’exterritorialité de la Sarre, l’opposition voulut être aussi un aspect du Widerstand allemand, comme le montrent les affiches « Schlagt Hitler an der Saar ! » ou encore « Wir halten die Saar - Status quo - bis Deutschland frei ist ».

  • 30 Le 30 mai 1934 une déclaration commune du KPD et du PCF faisait mention de la lutte contre « l’enne (...)

34Le Front antifasciste ne fut jamais un mariage d’amour : même la tardive Einheitsfront (juin 1934) de la gauche, qui n’avait été rendue possible que par la radicalisation du socialisme sarrois après sa prise d’autonomie par rapport à la Sopade et par des pressions de communistes allemands sur leurs homologues sarrois30, se présentait ouvertement comme une union de circonstance. À côté des manifestations unitaires, chaque parti du front uni continuait d’ailleurs à mettre sur pied ses propres réunions.

35Il n’en demeure pas moins que la Sarre connut dans les mois qui précédèrent le 13 janvier un engagement antifasciste commun dans le cadre duquel des partis jusqu’alors opposés les uns aux autres s’engagèrent, au prix du sacrifice de bien des oppositions préexistantes, dans une opposition politique effective au national-socialisme – qu’il convient de ne pas juger à ses seuls résultats.

C. L’intervention d’émigrés allemands

  • 31 Hans-Walter Herrmann, « Widerstand und Verweigerung », p. V.

36Après l’incendie du Reichstag, les incidents violents se multiplièrent entre nationaux-socialistes et « Antifas ». Pour les émigrés allemands, la Sarre était une terre d’exil plus qu’une terre d’accueil. Les pressions auxquelles ils étaient exposés, que ce fût du fait de campagnes diffamatoires ou bien d’une hostilité croissante des autochtones (qui les qualifiaient de « Hergeluffene » - ceux qui venaient on ne sait d’où), firent qu’ils eurent les pires difficultés à porter témoignage31. Comme le soulignera plus tard Gustav Regler :

  • 32 Gustav Regler, Das Ohr des Malchus, p. 209, cit. in Peter Seibert, p. 201

« Le hasard m’avait fait naître ici [en Sarre] et je pouvais parler. À tous les autres émigrés [...] on pouvait faire le reproche de se mêler de questions qui ne les regardaient pas »32.

  • 33 Joachim Heinz & Gerhard Paul, Max Braun. Ein früher Europäer, Saarbrücken 1992, 56 p. (pp. 15-16).

37Enfin, certains sociaux-démocrates proches de la ligne de leur Comité directeur en exil, réprouvèrent la création du front uni socialo-communiste33 et lui refusèrent leur soutien. Tant et si bien que les émigrés allemands qui vivaient en Sarre ne se montrèrent pas très actifs.

  • 34 Manifestement, Imbusch espérait en une évolution du pouvoir allemand sous la pression international (...)

38Parmi ceux qui s’engagèrent néanmoins, le nom du leader syndical chrétien Heinrich Imbusch est incontournable. Son engagement public ne fut pas immédiat. Il fut retardé par une démarche visant à l’obtention de garanties pour son retour en Allemagne34. Ensuite il ne disposa d’une liberté d’action réelle que quand sa famille l’eut rejoint. Enfin, son action sous Weimar avait reposé sur l’axiome d’un syndicalisme chrétien national, idée à laquelle il lui fallut renoncer formellement tout en se plaçant, ce qui renforça la difficulté de sa démarche, en contradiction avec les évêques des deux diocèses dont dépendait la Sarre.

39L’activité oppositionnelle d’Imbusch face au national-socialisme se situa à deux niveaux. D’une part, avec l’aide des métallurgistes (Otto Pick), il tenta de contrecarrer l’influence du responsable syndical régional Peter Kiefer, rédacteur en chef du Saarbergknappe qui se fit dès la mi-mai 1933 le chantre de l’alignement spontané, la Selbstgleichschaltung. Imbusch, s’appuyant sur sa qualité de président élu, s’adressa aux instances syndicales chrétiennes internationales afin de garantir l’indépendance du mouvement ouvrier local. Mais le rapport de force lui fut totalement défavorable lorsque la Reko imposa l’indépendance des mouvements sarrois par rapport à l’Allemagne (juin 1933), et il échoua.

  • 35 Ibid., pp. 260-266.

40Il soutint d’abord la demande de report du référendum, puis il apporta son appui à Johannes Hoffmann et à la cause du statu quo. Il fut en particulier l’un des principaux orateurs lors de la création du Deutscher Volksbund, le 30 novembre 1934, mettant en évidence dans son intervention tout ce en quoi les idées national-socialistes n’étaient pas compatibles avec le christianisme. Il s’engagea publiquement (et fut blessé lors d’une réunion électorale). Mais il le fit avec les ambiguïtés du camp chrétien : dans un message que lut Max Braun peu avant le référendum, Imbusch souhaitait bon succès à la manifestation de la gauche bien qu’il fût « de tout temps un adversaire des partis marxistes »35.

  • 36 Marlis Buchholz & Bernd Rother, Der Parteivorstand. Encore faut-il se montrer circonspect : le S.P. (...)
  • 37 Cf. Ursula Langkau-Alex, « Deutsche Emigrationspresse », in Wulf Koepke & Michael Winkler (Hrsg.), (...)

41La Sopade se tint à l’écart du débat sarrois. Si l’on se fonde sur les comptes-rendus de ses débats, publiés par Marlis Buchholz et Bernd Rother, le Vorstand en exil n’aborda que rarement cette question, sinon sous l’angle organisationnel36. L’apport social-démocrate fut donc essentiellement individuel, bien que le journal Westland, créé en novembre 1933, fût largement rédigé par des émigrés, sous la direction de Gustav Stern. Ce journal connut un destin inhabituel. Lorsque son propriétaire Siegfried Thalheimer le vendit (pour des raisons financières dues à la mévente), en novembre 1934, il fut abusé par un intermédiaire de Goebbels et il céda au national-socialisme. La rédaction créa alors un « hebdomadaire allemand indépendant », Grenzland, dans le cadre duquel elle poursuivit le combat37. Mais, si cet organe de presse joua un rôle important auprès des intellectuels antifascistes, son caractère théorique fit qu’il eut peu d’influence sur les milieux ouvriers.

  • 38 Maria Zenner, p. 280.

42Fidèle à sa ligne de conduite, la direction extérieure du parti communiste, installée en France, opta pour une implication directe. À sa demande, un certain nombre d’émigrés communistes, dont Wehner, évoqué plus haut, prirent en charge des fonctions clés au sein du parti sarrois ; toutefois leur alignement rigoureux sur les positions de l’Internationale créa une dichotomie entre les instances et la base, dont les responsables méconnaissaient le fort attachement national. Maria Zenner pense que ce malentendu poussa de nombreux membres sarrois du parti vers le camp irrédentiste38.

  • 39 Klaus-Michael Mallmann, 10 statt 1000 Jahre p. 30.

43Mais la centrale parisienne prit aussi la décision de solliciter des intervenants sur le terrain. Au printemps, des communistes libérés des camps de concentration – Fritz Nikolay, par exemple – portèrent témoignage dans des réunions publiques. Ralph Schock estime à une demi-douzaine le nombre des auteurs émigrés qui s’engagèrent sur le sol sarrois : Gustav Regler, Theodor Balk, Hanns Marchwitza, Max Schröder, Bruno von Salomon, Georg K. Glaser et, vraisemblablement, Manes Sperber39.

44Le compositeur Hans Eisler, le premier, effectua en janvier 1934 une tournée en Sarre ; il y opposait la musique bourgeoise, dont la fonction était de détourner l’ouvrier de la lutte contre l’exploitation et la misère, à la musique révolutionnaire et à son aspiration à une révolution prolétarienne ; puis le Arbeitersängerchor de Dudweiler interprétait quelques unes de ses compositions.

45Certains firent preuve d’une grande activité : Erich Weinert, collaborateur de la Weltbühne et de la Rote Fahne, membre du Bund proletarisch revolutionärer Schriftsteller, et futur président du « Comité national de l’Allemagne libre » arriva en février de son exil en Suisse, à la demande de son parti. Bien que la Reko lui eût fait savoir à son arrivée qu’il n’était autorisé à présenter que des textes apolitiques, il écrivit plus de cent poèmes et il participa à quelque 200 rassemblements ou réunions, dont le fil rouge était celui d’une Sarre « dernière barricade » contre Hitler. Le ton était souvent martial :

  • 40 Cit. in Peter Seibert, p. 194.

« Saisissez le marteau et la faucille
Réalisez la libération
Et créez dans l’Allemagne soviétique rouge
Une Sarre libre et rouge ! »40.

  • 41 Cf. Ralf Schock, « Haltet die Saar, Genossen ! » Antifaschistische Schriftsteller im Abstimmungskam (...)

46La plupart de ses textes furent publiés en 1934 sous le titre Pflastersteine. Gedichte gegen den Feind. Des poèmes mis en musique par Paul Arma, un élève de Bartok, parurent sous le titre Alles singt mit ! – Sammlung neuer und alter Kampflieder41.

47La mise en musique de poèmes visait à en faciliter la mémorisation et la diffusion. Eisler composa un rythme de marche, sous une forme permettant son interprétation en groupe, pour le poème de Brecht « Der 13. Januar », lequel fut publié pour la première fois dans la Arbeiterzeitung du 27 octobre, et prit, un mois plus tard, dans Unsere Zeit, le titre « Das Saarlied ».

48Le premier vers,

« De la Meuse à la région de Klaïpeda »

se référait immédiatement à un passage de « Deutschland, Deutschland über alles » dont le national-socialisme faisait un usage abondant dans la campagne électorale, pour introduire aussitôt l’image d’une terre d’oppression,

« court un fil de fer barbelé »

mais aussi d’une terre d’espoir par l’allusion à la lutte qu’était censé y mener le prolétariat, d’où la forme d’appel pressant du refrain

« Tenez la Sarre, Camarades,
Camarades, tenez la Sarre
Alors nous tournerons la page
Le 13 janvier »,

allusion au registre martial sur lequel le front irrédentiste promettait de « tenir » la Sarre comme on tient une position ; l’industriel Hermann Röchling avait d’ailleurs intitulé Wir halten die Saar ! le livre paru en juin 1934 au Volk und Reich Verlag de Berlin, et par lequel il invitait à voter pour le retour à l’Allemagne. La référence brechtienne était un rappel de la thèse d’un national-socialisme – forme d’oppression née de la démocratie bourgeoise pour permettre au capitalisme d’échapper à la décadence – mais, simultanément, rampe de lancement d’un mouvement d’émancipation ouvrière dont la Sarre pouvait être le socle.

  • 42 Ibid., p. 44.

49Ajoutons pour l’anecdote que Hans Eisler raconta plus tard que Brecht aurait traité ce texte de « pacotille » (Kleinigkeit), ce à quoi Stefan Zweig aurait répondu avec quelque ironie : « ne dites pas pacotille, Monsieur Brecht, c’est peut-être ce que vous avez écrit de meilleur »42.

  • 43 Le livre parut cette même année en France, aux Editions sociales internationales (P.C.F.) dans une (...)
  • 44 « Die Saarabstimmung », p. 181.

50Par défi, Gustav Regler, né en Sarre mais qui avait vécu en Allemagne, se présenta le 13 mars 1933 à la mairie de Merzig pour s’y faire enregistrer comme immigrant politique. Il s’engagea vigoureusement dans le combat anti-nazi, mais nous retiendrons surtout de lui qu’il fut l’auteur en 1934, vraisemblablement à la demande du Comité central du parti, du seul roman destiné à servir la cause communiste. Publié par les Editions du Carrefour – Münzenberg avait déjà publié Regler sous Weimar – Im Kreuzfeuer. Ein Saarroman était conçu comme contrepartie à la Heimatliteratur que favorisait le national-socialisme ; il mettait surtout en scène des Sarrois sur fond événementiel de Machtergreifung que chacun des sept chapitres présentait en fonction de la Sarre. L’histoire s’achevait sur la manifestation communiste du 27 août 1933, symbole du combat du monde ouvrier contre le national-socialisme exploiteur43. Mais ce roman n’eut, comme le souligne Günter Scholdt44, qu’une influence minime. Il était devenu anachronique au moment de sa parution, car il défendait avec une orthodoxie scrupuleuse la thèse communiste – dépassée au moment de sa parution – d’une « Sarre rouge dans une Allemagne soviétique », et les attaques contre Max Braun, désormais allié du K.P., n’y manquaient pas plus que les références à l’unité de la gauche par la base.

  • 45 Texte in Klaus-Michael Mallmann, Gerhard Paul, Ralph Schock, Reinhard Klimmt (Hrsg.), Richtig dahei (...)
  • 46 Texte in Günter Scholdt, « Die Saarabstimmung », pp. 175-176.

51Le débat politique sarrois suscita de part et d’autre des écrits qui donnèrent lieu à une forme de guerre civile des publications. Ce phénomène n’était pas nouveau mais, depuis son occupation par les troupes françaises, le 22 novembre 1918, les écrits que connaissait la Sarre étaient des protestations patriotiques, (Deutsch ist die Saar !45 de Hanns Maria Lux ou Saar-Delegation werde hart !46 de Friedrich Thamerus). En vers ou en prose, la Deutsche Front produisit des textes patriotiques en une quantité qui confinait à l’incontinence. À l’image de Wir halten die Saar !, ils alliaient souvent distorsion de la vérité historique et indigence stylistique, manques que compensait un surcroît de pathos.

  • 47 Op. cit. p. 178-179

52Mais les conditions de l’affrontement étaient aussi inégales dans ce domaine que sur le terrain. Günter Scholdt note que « la quasi totalité des auteurs sarrois se mit au service de la Deutsche Front »47. Qui plus est, faute de moyens locaux, les conditions de travail des opposants étaient difficiles – celles par exemple dans lesquelles le poète Hanns Marchwitza, la journaliste Lore Wolf et le critique littéraire (et futur rédacteur en chef du Aufbau-Verlag) Max Schröder composaient et imprimaient des tracts, souvent des chansons et des pamphlets contre Hitler. C’est pourquoi, en décembre 1934, le Comité central du K.P.D. envoya Arthur Koestler à Sarrebruck avec mission de publier (sous la responsabilité officielle du Schutzverband Deutscher Schriftsteller) un journal humoristique, la Saar-Ente. Celle-ci entendait démystifier par le ridicule des slogans nationalistes. Le front irrédentiste disait volontiers, dans cette région minière, que « chacun porte le diamant noir de sa patrie ». Par allusion à la silicose, la Saar-Ente publia ce quatrain :

  • 48 Cit in Peter Seibert, p. 191.

« Ce signe - il est bien choisi
il a un sens, mon ami
les pontifes du parti le portent sur la poitrine
les mineurs de fond dans leurs poumons »48,

allusion à l’image répandue à gauche d’un national-socialisme forme ultime de l’exploitation capitaliste. Mais un seul numéro parut ; Koestler a toujours affirmé que la direction parisienne, trouvant le ton trop polémique, avait pris cette décision.

  • 49 « Einheitsfront wachse ! », composé pour la manifestation de Sulzbach, du 26 août 1934. « Ihr Arbei (...)

53Afin d’ouvrir les yeux des Sarrois aux réalités allemandes, Max Schröder inaugura, en novembre 1934, dans les locaux de la Arbeiterwohlfahrt de Sarrebruck, une exposition préparée à Paris, Das Dritte Reich in Wort und Bild, dont l’objet était de montrer que Hitler voulait la guerre. Le peintre communiste Heinz Lohmar et le rédacteur en chef du Gegen-Angriff Bruno Frei publièrent fin 1934 / début 1935 aux Editions du Carrefour, à Paris, un livre intitulé Deutschland vom Feind besetzt, avec une préface de Heinrich Mann. Le titre de cet ouvrage était la reprise partielle d’un vers d’Erich Weinert49.

54Bref, une grande activité dont le talon d’Achille était, plus encore que l’anticommunisme majoritaire, la peur croissante des gens de se compromettre, ne serait-ce qu’en se renseignant sur des thèses autres que celles du Front.

  • 50 Cf. Neue Weltbühne 45/1934, cit. in Ralph Schock, « Klaus Mann im Saarkampf », p. 7.

55Il y eut des manifestations hors de Sarre, la réunion de la Mutualité, le 4 janvier 1935 par exemple, à laquelle participèrent notamment Heinrich et Klaus Mann, Brecht, Kantorowicz, etc. Mais le moyen de diffusion le plus couramment utilisé par les émigrés était le journal ou la revue. Peter de Mendelssohn demanda ainsi aux Sarrois de faire de leur territoire une terre d’espoir, Golo Mann appela à l’union des chrétiens et des socialistes, Klaus Mann disait à l’électorat que voter pour le rattachement serait une forme de patriotisme mal compris50, (notamment dans le Gegen-Angriff du 3 octobre et dans la Neue Weltbühne du 8 novembre 1934), l’invitant à se servir de l’arme de la consultation populaire pour donner un « signal salvateur ». Il écrivit aussi dans la Volksstimme social-démocrate sarroise :

  • 51 « Krieg und Saar », Volksstimme du 21 septembre 1934.

« Votre décision contre l’horreur pourrait être le signal de la délivrance »51.

56Comme ses compatriotes en exil, Klaus Mann s’efforçait de la sorte non seulement de démystifier le régime national-socialiste en en disant l’horreur, mais aussi de proposer un idéal, de charger les électeurs d’une mission susceptible de les mobiliser, qu’il s’agît de libérer l’Allemagne de l’oppression, d’affirmer la liberté et la dignité individuelles ou bien de préserver la paix en Europe contre les visées guerrières d’Hitler que l’exil dénonça très tôt. C’était là le seul moyen de rendre séduisante ce qui était la seule arme véritable du statu quo : dénoncer la situation allemande telle que l’avaient vécue les émigrés avant leur départ ou telle qu’ils la connaissaient par leurs proches restés dans le Reich.

  • 52 « Daitsche [sic] sprechen zu Euch. Man müßte sie photographieren, dieses ganze Geschmeiß von Edelbo (...)
  • 53 Le Völkischer Beobachter du 5 novembre 1934 publiait, sous le titre « 28 Verräter aus der deutschen (...)

57On retrouve cette démarche dans l’intervention qui demeure la plus connue, l’appel aux Sarrois (Saar-Aufruf ) que signèrent entre autres Heinrich et Klaus Mann, Lion Feuchtwanger, Alfred Kerr, Erwin Piscator, Anna Seghers, Theodor Plivier ou encore Leopold Schwarzschild, et que publia la Volksstimme du 21 septembre 1934 sous le titre « Des Allemands vous parlent ». Ce texte, qui ambitionnait d’attirer l’attention des électeurs sur une réalité allemande susceptible de devenir une réalité sarroise, était aussi une exhortation à refuser la barbarie, la mort de la liberté de pensée, le mépris de la foi et la persécution du clergé, la guerre, etc. et d’adhérer à une Sarre « tête de pont du combat pour la liberté en Allemagne » et au droit à l’autodétermination pour un retour à une Allemagne libérée d’Hitler. La vilenie de la réponse du Völkischer Beobachter (du 26) fut telle52 qu’elle entraîna des prises de position individuelles qui furent elles-mêmes au moins partiellement à l’origine de la déchéance de la nationalité allemande qui fut prononcée, en vertu de la loi du 14 juillet 1933, à l’égard d’une partie d’entre eux53 - et qui constitua en quelque sorte la seconde étape de la campagne du régime contre les intellectuels après l’autodafé.

58Approche et convictions similaires ou alignement délibéré : l’identité argumentaire entre les émigrés et les partisans sarrois du statu quo est évidente. Tous partageaient la conviction qu’exprimait Max Braun lorsqu’il déclarait, en 1933 :

  • 54 Cit. in Gerhard Paul, Max Braun, p. 67

« Toute bataille perdue en Sarre est un revers pour la démocratie européenne [...] Si Hitler obtenait jamais la Sarre, il ne s’arrêterait pas à ses frontières, mais, avec les clés de la Ludwigskirche, il essayerait d’entrer dans les cathédrales de Strasbourg et de Metz »54.

59En raison du référendum, les regards convergeaient vers ce territoire, ce qui offrait non seulement une possibilité de diffuser ses propres arguments bien au-delà du petit territoire, mais aussi l’occasion unique, face au monde, d’une victoire démocratique sur le fascisme à qui l’échec des partis avait, aux yeux du plus grand nombre, ouvert l’accès au pouvoir. Il fallait d’une part dire les réalités du Reich, ouvrir les yeux de l’électorat. Tous mirent en avant les mêmes arguments : la liberté et la dignité, le danger de guerre que de trop nombreux Allemands ne percevaient pas encore. À cette fin, il convenait qu’ils s’adressent à la raison de l’électorat, qu’ils dénoncent devant lui la réalité. C’est ce que firent Gustav Regler dans Im Kreuzfeuer ou Theodor Balk dans le reportage qu’il publia sous le titre Hier spricht die Saar. Ein Land wird interviewt. Sur le ton de l’objectivité, ce dernier parvint à mettre à jour les objectifs de personnalités en vue tels Pirro, meneur nazi au petit pied, ou le sidérurgiste Röchling. Comme dans l’article qu’il publia dans la Deutsche Volkszeitung (« Röchling ohne Maske »), Balk s’efforça par exemple de démasquer, derrière les déclarations patriotiques de l’industriel de Völklingen, l’excellence de ses relations commerciales avec les sidérurgistes et l’industrie de guerre de cette France qu’il honnissait dans ses écrits. Mais les opposants au national-socialisme savaient que mettre en garde ne suffisait pas ; qu’il fallait proposer des idéaux. Souffrant du handicap de plaider contre l’espoir de retour à l’Allemagne qui avait longuement mûri, dans la dernière partie de Hier spricht die Saar, Theodor Balk lançait un appel pathétique :

  • 55 Cit in Peter Seibert, p. 197.

« Abandonnez le calme de vos maisons
Abandonnez votre mollesse prudente
Abandonnez la quiétude de votre quotidien
Car c’est la guerre
Criez fort à tout le pays
Il y va de votre liberté et de celle de vos enfants
Il y va de votre pain et de celui de vos enfants
Il y va de votre vie et de celle de vos enfants
Mettez à profit les dernières secondes
Il est minuit moins une »55.

  • 56 Cf. Günter Scholdt, « Die Saarabstimmung », p. 185 sq.
  • 57 Cf. Patrick von zur Mühlen, « Schlagt Hitler an der Saar », p. 216.

60On constate que le pathos et le style en point d’exclamation ne furent pas le monopole de la Deutsche Front. L’impératif était : séduire. Les écrits communistes multipliaient les citations bibliques tandis que régressaient celles de Marx, et Regler rappelle dans son autobiographie que la Sopade avait demandé que soient ménagés les valeurs et les sentiments chrétiens56 – mais en matière de démagogie, les partisans du statu quo n’avaient ni l’art éprouvé ni les moyens de diffusion de leurs adversaires. Ils ne trouvaient pas toujours le ton approprié57.

61Surtout, il ne fallait pas laisser à la Deutsche Front le monopole du patriotisme, mais convaincre que le statu quo ne signifierait qu’un report du rattachement, et que le véritable amour de la patrie imposait de différer le retour. Tandis qu’Erich Weinert écrivait

  • 58 Ex « Propagandaverse für die Saarkampagne », cit. in Dieter Schiller, « Schriftsteller im Saarkampf (...)

« rentrer au pays de la liberté- j’y suis prêt à tout moment
Mais jamais au pays d’Hitler »58,

62Hubertus Prinz zu Löwenstein, qui avait créé le journal Das Reich, y déclarait :

  • 59 Cit in Albert H.V. Kraus, « Hubertus Prinz zu Löwenstein (1906-1984) und sein Einsatz für die Saar  (...)

« Le Reich est là où règne la liberté allemande. S’il opte pour le statu quo, ce n’est pas le peuple sarrois qui se séparera du “Reich”. C’est le régime hitlérien qui s’est détaché de la communauté de droit et de destin allemande et occidentale »59.

63Mais cette attitude indispensable n’eut pas l’effet escompté. La distinction que les émigrés pouvaient établir entre nation et régime allemands ne convainquait que ceux qui étaient déjà acquis à la cause du statu quo. Au-delà des valeurs de liberté, de démocratie, d’humanisme, de dignité humaine, etc., sur lesquelles pariaient les défenseurs du statu quo, la situation revenait in fine aux yeux de nombreux Sarrois à ce que des hommes qui avaient quitté l’Allemagne appellent des Allemands, au nom du patriotisme allemand, à se prononcer pour un refus du retour immédiat à l’Allemagne à fin de combattre un adversaire qui n’avait à la bouche que l’unité du peuple allemand et l’amour de la patrie.

64Les pressions sur l’opinion étaient telles que seuls les convaincus osaient encore acheter des livres ou des journaux et fréquenter les réunions favorables au statu quo. Dès lors, la pertinence du fond et de la forme des écrits devenait secondaire. Le front irrédentiste avait créé le doute et semé la peur, il avait réussi à perturber l’entendement. Si l’on en croit les mémoires de Gustav Regler (Das Ohr des Malchus) même des manifestations concrètes s’avérèrent peu efficientes. Evoquant une réunion électorale dans laquelle le public avait rejeté un communiste émigré en Sarre qui avait montré, pour authentifier son témoignage, les cicatrices des tortures qu’il avait subies, l’auteur commente :

  • 60 Cit. in Gerhard Bungert & Klaus Michael Mallmann, « Exil an der Saar 1933-1935 », in Saarheimat 5/7 (...)

« Ils [les ouvriers] pouvaient voir en [lui] ce frère qui avait souffert comme eux. Pourquoi ne voyaient-ils pas qu’il avait aussi souffert pour eux ? Ou bien la proximité de cette réalité les effrayait-elle ? [...] Ils ne supportèrent pas l’Ecce homo. Ils lui en voulaient d’avoir tant souffert, ils le condamnaient parce qu’il était vaincu. Précisément parce qu’il était l’un des leurs, ils se défendirent encore plus vigoureusement contre son message ; il était porteur de contagion. <Non, pas lui, libérez Barrabbas ! »60.

2. Le résultat du référendum du 13 janvier 1935

  • 61 Dès le milieu de l’année 1934, plus personne n’espérait la victoire du statu quo ; au sein de la So (...)

65L’adhésion populaire tardive au national-socialisme en avait masqué l’ampleur. Lors du référendum du 13 janvier 1935, l’option allemande l’emporta avec près de 91 % des suffrages exprimés. Moins de 9 % des voix se portèrent sur le statu quo, loin derrière les espoirs de ses défenseurs61. Qui plus est, la proclamation des résultats s’accompagna de scènes de liesse qui dépassèrent ce qu’avait connu l’Allemagne, mais aussi d’exécutions en effigie des adversaires, voire de violences physiques qui montraient qu’il n’y avait plus de place désormais que pour la pensée unique. Le 17 janvier, le Conseil de la S.D.N. prenait acte du résultat du vote et, sur la recommandation du baron Pompeo Aloisi, il fixait au premier mars la date de la réunification. Ce vote populaire et cette décision internationale privèrent nombre d’émigrés allemands de leur terre d’accueil provisoire, les contraignant à un exil plus lointain.

  • 62 Cit. in Bernd Weil, Klaus Mann : Leben und literarisches Werk im Exil. Karlsruhe 1983, 114 p. (p. 4 (...)
  • 63 Cf. Günter Scholdt, « Die Saarabstimmung », p. 193.

66Dans l’immédiat, le vote sarrois fut surtout source de perplexité et de déconvenue pour les émigrés : le référendum marquait la seconde expérience de leur impuissance et de celle des partis face au nationalisme et au totalitarisme. Dans une lettre à sa mère, Klaus Mann écrivait le 15 janvier : « Comment est-il possible que des hommes soient aussi bêtes ? »62, et il évoquait dans son journal « notre pire défaite » ; dans la Neue Weltbühne Hermann Budzilawski estimait que le monde entier pouvait comprendre qu’un territoire séparé souhaite son retour à la mère patrie, mais que pour les émigrés la décision sarroise de se jeter librement dans les bras de la barbarie demeurait inévitablement incompréhensible63.

  • 64 Klaus-Michael Mallmann & Gerhard Paul, « Herrschaft und Alltag, Ein Industrierevier im Dritten Reic (...)

67Les opposants au nazisme avaient mis en œuvre la totalité de leurs faibles moyens. Devant le comité directeur du S.P.D. en exil, Curt Geyer soulignait que le bon combat des anti-nazis n’avait pas suffi à mobiliser la classe ouvrière en faveur d’un combat pour la liberté64. Dans le dernier discours qu’il prononça en Sarre, Max Braun déclara non sans justesse :

  • 65 Cit. in Antje Dertinger & Jan von Trott, p. 124.

« Nous avons fait notre devoir, avec désintéressement, portés par un sentiment fort de la responsabilité qui nous incombait d’avertir le peuple et le monde. [...] Les Sarrois ont cru combattre pour l’Allemagne, mais ils ont donné le pouvoir au bourreau de leur patrie. La grande prise de conscience ne viendra que lorsque tout sera en ruines »65.

  • 66 Gerhard Paul, Deutsche Mutter - Heim zu Dir ! pp.154-155.
  • 67 Cit. in Karl Pawek, Heinrich Manns Kampf gegen den Faschismus im französischen Exil 1933-1940. Diss (...)

68Rien n’avait été négligé pour ouvrir les yeux de l’électorat. Le sentiment dominant était néanmoins celui d’une campagne abusive, d’un vote tronqué. Les tentatives de lecture classique du vote furent rares. Si Curt Caro, évoquant dans le Pariser Tageblatt du 17 l’exploitation des mines de charbon et la mainmise de la France sur une large part de l’économie du territoire, vit dans le résultat du référendum la traduction du refus de la domination étrangère, et si la Sopade l’interpréta entre autres comme l’échec de la collaboration socialo-communiste, les méthodes de manipulation et de terreur auxquelles avait eu recours le front irrédentiste étaient largement mises en cause. Assurément, le référendum lui-même s’était déroulé sous surveillance internationale et dans des conditions convenables, mais la campagne qui l’avait précédé avait appelé bien des réserves, de la part de la Reko elle-même qui, évoquant les pressions irrédentistes, notait dès 1933, avant que les tensions atteignent leur paroxysme : « il n’y a plus [...] d’opinions privées »66. Pourtant, même relativisé, les nombreux démocrates de l’exil ne pouvaient ignorer le démenti au moins partiel qu’apportait la Sarre à l’image du national-socialisme conçu comme une « minorité qui avait réussi à conquérir le pays, pas les hommes »67. Partant, il fallait au contraire remettre au moins ponctuellement en cause l’espoir en une large résistance populaire passive, concéder que Berlin avait officiellement remporté un succès.

69Le 13 janvier constituait une étape importante dans la politique de révision du Traité de Versailles et les autorités allemandes ne se privèrent pas de le souligner : après avoir mis en avant la dimension nationale et patriotique pendant la campagne, elles interprétèrent le résultat du vote comme un succès pour le national-socialisme. Le 15 janvier, le Völkischer Beobachter affirmait qu’une fois de plus l’« autre Allemagne » avait été vaincue.

3. 1935 : des Sarrois sur le chemin de l’exil

70Ainsi, les partisans du statu quo pouvaient-ils interpréter la défaite, non la nier. Mais simultanément, les mois de lutte contre le Front irrédentiste national-socialiste avaient créé entre les minoritaires une solidarité plus profonde que celle que l’on pouvait observer parmi les émigrés allemands : il n’est pas abusif de dire que, chez ces nouveaux émigrés, identité sarroise et identité allemande coexistèrent. Cela se traduisit notamment dans deux domaines : l’entraide et, conséquence de l’expérience du front unitaire, l’engagement en faveur d’une union de la gauche antifasciste.

  • 68 Le 31 août 1934, le ministère français des Affaires étrangères avait fait savoir qu’en cas de ratta (...)
  • 69 Cf. Klaus-Michael Mallmann & Gerhard Paul, Herrschaft und Alltag, pp. 27 sq.
  • 70 Cf. Klaus-Michael Mallmann etc., Richtig daheim, p. 166.

71Il fallait s’aligner, opter pour une résistance qui était avant tout une persévérance hostile dans l’attente de la chute du régime, ou bien partir - bien qu’une cour internationale (Oberster Abstimmungsgerichtshof), installée à Sarrebruck en vertu des accords de 1934, garantît les droits des opposants (qui étaient en Sarre depuis trois ans au moins, ce qui excluait les émigrés venus d’Allemagne en 1933-193468). On estime à quelque 4500 à 6000 le nombre des Sarrois qui quittèrent le territoire entre le plébiscite et le rattachement, plus mille émigrés69. Fin février, la Gestapo s’était installée dans les locaux des syndicats libres, dans ses bagages les dossiers des opposants70, et le 8 mars, une loi excluait de l’administration tous ceux qui n’avaient pas appartenu à la Deutsche Front.

A. Naissance d’une résistance clandestine en Sarre.

  • 71 Cf. Hans-Walter Herrmann & Georg Wilhelm Sante, pp. 40-41
  • 72 Klaus-Michael Mallmann & Gerhard Paul, Herrschaft und Alltag, pp.39 sq.
  • 73 Ibid. pp. 417-418.
  • 74 Gerhard Paul & Klaus Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, p. 533.

72Les rêves suscités par le front irrédentiste firent bientôt la place à la déception. Les problèmes économiques, qui avaient contribué au désaveu des partis politiques, le 13 janvier 1935, s’aggravèrent. Contrairement aux recommandations de la S.D.N., aucune disposition particulière ne fut prise pour assurer la poursuite des relations économiques franco-sarroises, essentielles jusqu’alors, mais qui tombèrent à 6 % de leur volume antérieur71. Entre mars et juin 1935, le nombre des chômeurs passa de 50 500 à 52 000, approchant 40 % de la population active. Le Reich réagit notamment par le lancement de travaux d’intérêt public, l’introduction du service militaire obligatoire et du Arbeitsdienst, ou encore l’emploi de Sarrois sur des chantiers en Allemagne. Les résultats furent piètres, et les salaires restaient bas tandis que les prix des denrées alimentaires (qui ne venaient plus de Lorraine) augmentaient72. Les mécontents, bientôt qualifiés d’adversaires du régime, se trouvèrent particulièrement exposés à la perte d’emploi, voire à la déportation. Mais dans le Saargebiet devenu Saarland et placé sous l’autorité du Gauleiter Bürckel, cette situation ne suscita que peu de vocations de résistance. Les Sarrois organisèrent leur vie en fonction des réalités nouvelles, se réfugiant pour la plupart dans la sphère privée73. Sur les quelque 40 000 votants pour le statu quo qui restèrent, quelques centaines résistèrent74.

  • 75 Ibid., p. 538.

73Les départs constituaient également un obstacle à la mise en place d’une résistance, car tous les réseaux « antifas » s’en trouvaient déstructurés. Le mauvais climat de la campagne électorale avaient généré une méfiance générale qui ne facilitait pas les contacts. Comme dans le reste de l’Allemagne, le soutien populaire faisait défaut. Gerhard Paul et Klaus-Michael Mallmann parlent de « Widerstand ohne Volk »75.

  • 76 Heinz Bollinger jugeait l’idée du tyrannicide culturellement et ethiquement acceptable : « Schon vo (...)
  • 77 Ibid. pp. 391 et 537.
  • 78 Ibid., p. 536.
  • 79 À Hombourg une association de jardiniers (Kleingärtnerverein), à Sulzbach des pêcheurs, réunions de (...)
  • 80 « Eher Wartestand als Widerstand », ibid. p. 228.
  • 81 Ibid. p. 251.

74Alors que, nous le verrons, l’expérience unitaire embryonnaire de 1934 eut des effets sur l’exil, la résistance sarroise hérita surtout du manque d’homogénéité de cette même période. La branche sarroise de la « Rose blanche » autour de Willi Graf et des frères Bollinger sembla plus disposée à recourir éventuellement à la violence76 qu’à s’associer à la résistance de gauche, laquelle n’était pas non plus cohérente : contrairement au Widerstand communiste (quelque 350 personnes contre une cinquantaine de socialistes77), la résistance socialiste fut peu organisée (à la différence de ce qui se passa par exemple dans la Ruhr) ; ses relations avec l’émigration constituaient son principal ciment78. D’ailleurs l’étroitesse du territoire faisait que socialistes et communistes étaient connus de tous, ce qui handicapa grandement leur action. Celle-ci consistait souvent à garder le contact79. Au total, plus une attitude d’attente que d’opposition80. Toutefois Paul et Mallmann citent les Aciéries de Völklingen où un groupe de résistants réunissant communistes, socialistes et chrétiens, parvint à distribuer des tracts le premier mai 193581. Mais les risques étaient grands ; l’ancien conseiller municipal de Steinbach Otto Biehl fut arrêté pour avoir déclaré :

« Autrefois, c’était bien, maintenant c’est mieux. J’aimerais que tout soit de nouveau bien ».

B. Une solidarité sarroise particulière en exil

75Avant la proclamation des résultats du référendum, la France avait pris des dispositions. Des centres d’accueil pour réfugiés avaient été installés à Forbach, à Sarreguemines ou à Strasbourg-Neudorf, mais aussi à Montauban ou Ancenis-sur-Loire. Les arrivants y étaient répartis après avoir été enregistrés. Ils restèrent à la merci des tracasseries policières jusqu’au mois d’août, quand Paris décida d’étendre aux Sarrois la validité du passeport des réfugiés, créé à l’initiative de la S.D.N. (initialement pour des Russes et des Arméniens) et connu sous le nom de « passeport Nansen ». Au total, quelque 1200 personnes en bénéficièrent.

76Tout indique que les leaders chrétiens ne séjournèrent que peu de temps dans l’Est de la France ; Johannes Hoffmann ou Heinrich Imbusch partirent pour Luxembourg où l’évêque et les syndicats leur apportaient leur appui. Il est vrai que les catholiques sarrois en exil ne cherchèrent pas à mettre sur pied une organisation spécifique, encore moins à s’intégrer à la résistance de la gauche en exil. Le lien qu’établissait entre eux les Deutsche Briefe était lâche.

77À Forbach, Emil Kirchmann, Max Braun et Johanna Kirchner installèrent un bureau chargé d’assister les arrivants. Le 24 janvier, cette Beratungsstelle entreprit la diffusion, sous forme ronéotypée, des Nachrichten aus dem Saargebiet. Les bureaux forbachois connurent des périodes difficiles. Le 3 avril 1936, ils furent fermés sur décision du gouvernement français, leur présence n’étant guère compatible avec son appeasement policy. Le travail se poursuivit de façon clandestine dans les locaux de la C.G.T. et dans un appartement privé. Elu en mai, Léon Blum créa en novembre un « Office pour les réfugiés sarrois ». Max Braun en devint le président, à ses côtés Edgar Hector et le communiste Philipp Daub. Une telle assise légale, dont n’avaient pas disposé les structures de Forbach, permit d’améliorer les conditions de vie des émigrés sarrois, tant au plan administratif que professionnel. Mais avec la chute du cabinet Blum (1937), le contexte se dégrada à nouveau, pour aboutir à l’internement des immigrés allemands, à partir de septembre 1939. Parlant des Sarrois, Feuchtwanger écrivit :

  • 82 Cit. in Klaus-Michael Mallmann etc., Richtig daheim, op. cit., p. 176.

« La France leur avait promis une protection particulière, désormais elle les parquait dans des camps de concentration »82.

78À vrai dire, les mauvaises conditions d’hébergement et de nourriture, les difficultés linguistiques, etc. avaient fait qu’au bout d’un an 20 % environ des émigrés sarrois avaient regagné le territoire.

  • 83 Cf. Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, pp. 269-270.

79Les bureaux de Forbach assumaient également le rôle de secrétariats frontaliers (Grenzsekretariate), chargés de collecter des informations et d’en introduire en Allemagne. Une partie des éléments recueillis par la Beratungsstelle était transmise aux services secrets français qui, en contrepartie, se montraient peu attentifs aux activités des émigrés83. Des renseignements furent échangés avec le bureau que le parti communiste avait installé à Forbach pour accueillir des réfugiés et favoriser la reconstitution de groupes oppositionnels en Sarre.

80De telles structures avaient déjà été créées pour le Reich avant le référendum – en octobre 1934, un bilan social-démocrate faisait apparaître qu’elles couvraient 24 des 33 régions allemandes (on avait gardé la répartition de la période weimarienne), les neuf autres étant suivies tant bien que mal depuis Berlin. On avait veillé à la proximité géographique: depuis Bruxelles, Gustav Ferl était en contact avec la région Ruhr-Cologne, à partir d’Anvers, Ernst Schumacher tissait des liens vers Oldenbourg et la Basse Rhénanie, Richard Hansen, à Copenhague, avait en charge les relations avec Hambourg, le Schleswig-Holstein et la Poméranie. Le Pays de Bade, le Palatinat et la Hesse, ainsi qu’une partie du Wurtembourg relevaient de Georg Reinbold, qui quitta Hanweiler, près de Sarrebruck, pour l’Alsace. Tous les responsables de ces relais, les Grenzsekretäre, étaient des hommes expérimentés, traduction de l’importance que la direction accordait à leur rôle.

81Les responsables politiques avaient compris que le Widerstand ne pouvait exister qu’au prix d’une information aussi complète que possible sur ce qui se passait à l’intérieur et hors des frontières allemandes. Cette communication était simultanément une manifestation de solidarité, une forme de lutte contre l’isolement. Enfin, elle permettait d’aider à décrypter la nature du totalitarisme – un point sur lequel les approches journalistique et littéraire étaient complémentaires – et d’entretenir une conscience et une pérennité idéologiques. Ainsi le parti communiste se préoccupa-t-il après le vote du 13 janvier 1935 de montrer que les conflits sociaux pouvaient encore être conçus comme une dimension d’une lutte des classes à laquelle le prolétariat restait disposé ; cela lui faisait obligation, selon Herbert Wehner,

  • 84 Cit. ibid., p. 454.

« [d’]affirmer que les masses qui ont voté pour le rattachement à l’Allemagne n’ont pas, ce faisant, exprimé leur foi en Hitler »84.

  • 85 Ibid., p. 455.

82En 1936 encore on pouvait lire dans l’Arbeiterzeitung que l’essentiel du mouvement ouvrier était absolument hostile au national-socialisme : exploiteur capitaliste d’un visage nouveau, Hitler ne pouvait échapper aux lois de l’histoire85.

83Aux écrits ponctuels (en janvier 1936, par exemple, les sociaux-démocrates sarrois introduisirent plus de 4 000 exemplaires d’un bilan, Deutsch ist die Saar ! Ein Jahr daheim !), parfois maquillés en Tarnschriften (Merkblatt der deutschen Sozialversicherung, édité à Forbach et introduit à 1 000 exemplaires en Sarre) s’ajoutaient des écrits plus réguliers – trois types de presse dont nous pouvons dégager les lignes de force à partir de l’exemple social-démocrate  : les Deutschland Berichte (ou « Grünen Berichte ») portaient surtout sur la vie quotidienne en Allemagne, la Sozialistische Aktion, distribuée en Allemagne, était d’inspiration moins théorique que, par exemple, la Zeitschrift für Sozialismus (publiée pour le Vorstand par Rudolf Hilferding).

  • 86 Cf. Klaus-Michael Mallmann, Zehn statt tausend Jahre, p. 174.
  • 87 Ulrich Cartarius, « Sozialdemokratisches Exil », in Michel Grunewald & Frithjof Trapp, Autour du Fr (...)

84Leur importance n’échappait pas à ceux qui étaient sur le terrain. À diverses reprises, des demandes furent adressées, par exemple à Prague, Johanna Kirchner demandant depuis Forbach davantage d’exemplaires de Sozialistische Aktion ou Emil Kirchmann s’inquiétant du bruit qui courait sur l’arrêt de la publication de ce même journal86. Mais, en dépit de mille précautions, les passeurs étaient exposés à de grands risques, et les opposants intérieurs n’étaient pas épargnés, au point que certains groupes préférèrent, pour des raisons de sécurité, se fermer à l’information extérieure87.

85Les rivalités entre les sociaux-démocrates sarrois et la Sopade firent qu’il y eut dans l’Est de la France, après le référendum, deux secrétaires frontaliers, Georg Reinbold (pour la direction pragoise) et Emil Kirchmann. Ce dernier, proche de Neu Beginnen et installé à Mulhouse à partir de 1936, y publiait la Freiheit-Korrespondenz dont l’information de qualité inspirait fréquemment la Deutsche Freiheit, la Pariser Tageszeitung ou encore, à partir de 1939, Deutsche Sozialdemokraten berichten.

86En 1935, le secrétariat communiste de Forbach poursuivit la publication de la Arbeiterzeitung sarroise mais, à partir de la conférence de Bruxelles (qui prit la décision de noyauter les organismes nationaux-socialistes – technique dite « du cheval de Troie »), il privilégia des écrits plus spécifiques : Der Sturm, par exemple, ronéotypé à quelques dizaines d’exemplaires, s’adressait prioritairement à des opposants possibles au sein même du N.S.D.A.P. (il se définissait comme « l’organe de la S.A. révolutionnaire en Sarre »).

  • 88 Ibid. pp. 535-536.

87Gerhard Paul a pu montrer que le secrétariat communiste forbachois, qui était en relation avec 68 groupuscules de résistance en Sarre, y infiltrait entre cinq cents et mille imprimés par mois88. Il introduisait aussi de l’argent pour aider les membres du parti ou leurs familles en difficulté. La Beratungsstelle sociale-démocrate était moins active sur ce point.

C. L’engagement unitaire sarrois

88Le statut particulier des années passées, la campagne électorale, l’exposition aux pressions de la Deutsche Front et la défaite communs avaient créé des liens. D’entrée, les Sarrois constituèrent un groupe à forte spécificité régionale.

a) L’aspiration à une unité politique

  • 89 Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand p. 426.
  • 90 La Sopade se considérait comme le fidéicommissaire et le garant de la continuité organisationnelle (...)
  • 91 Ibid., p. 468.
  • 92 Marlis Buchholz & Bernd Rother, Der Parteivorstand, p. XLVI.

89Point n’est besoin de revenir ici sur les divisions politiques, largement héritées de Weimar, dont souffrit d’entrée l’exil. Observons toutefois qu’à la suite du référendum, le 16 janvier 1935, le Comité central du K.P.D. affirma que l’unité socialo-communiste devenait particulièrement impérative à un moment où la Sarre entrait à son tour dans la clandestinité89. Mais cette position n’était pas dénuée d’ambiguïté. La majorité de la Sopade90 s’y opposa. Les dispositions communistes de Bruxelles, qui visaient à la constitution d’un front uni des forces antifascistes, circulèrent clandestinement en Sarre et y furent largement approuvées91, mais l’hostilité entre les directions socialiste et communiste subsistait : la rencontre de Prague du 23 novembre 1935 n’aboutit à aucune décision et le Vorstand appela les secrétaires de frontière à ne pas coopérer avec leurs homologues communistes. En janvier 1936 la direction social-démocrate rejetait à l’unanimité tout « lien structurel avec les communistes »92 ; tout au plus prit-elle en compte la réalité sur le terrain d’une telle collaboration et décida-t-elle de tenter d’en prendre le contrôle. L’hostilité réciproque n’était pas seulement la traduction d’une lutte de pouvoir ; elle participait surtout du souci d’imposer des valeurs différentes dans une Allemagne libérée du joug nazi. Le refus de renverser un totalitarisme pour le remplacer par un autre fondait le rejet social-démocrate de toute forme de coopération. Curt Geyer écrira en 1939, dans Le parti de la liberté,

  • 93 Cf. Kurt Klotzbach, Drei Schriften aus dem Exil - Miles  Neu Beginnen ! - Otto Bauer : Die illegale (...)

« Nous ne savons pas ce qui sera, mais nous savons que nous voulons être libres »93.

90C’est pourquoi la direction pragoise entendait limiter la coopération avec le parti communiste à des actions humanitaires.

91Les recommandations du Vorstand furent sans effet à Forbach, où l’on considérait que la lutte contre le national-socialisme requerrait l’union de tous les opposants. Richard Kirn et le communiste Wilhelm Frisch poursuivirent ouvertement leur travail commun, notamment à la Bergarbeiter-Zeitung. De la même manière, la Grenzstelle de Forbach protesta-t-elle énergiquement contre le silence de Prague sur la guerre civile d’Espagne – au point qu’Ollenhauer dut faire le voyage pour expliquer la position de la direction.

92Les manifestations contestataires de sociaux-démocrates sarrois n’étaient pas seulement contextuelles. Elles traduisaient des divergences profondes et anciennes, accrues par des maladresses (la tentative de Georg Reinbold, par exemple, de recruter dès 1934 des opposants sarrois pour la clandestinité) et par le prestige que valait aux socialistes sarrois leur affrontement direct avec le national-socialisme. Et surtout, les orientations idéologiques et tactiques des responsables sarrois n’étaient pas en accord avec celles de la Sopade.

93Le parti sarrois était derrière son chef charismatique Max Braun, y compris lorsqu’avant même que soit créée la Sopade, il avait dénoncé les responsabilités du groupe parlementaire social-démocrate dans la montée du national-socialisme. Lié à Léon Blum depuis 1924, il se rapprocha pendant l’exil de Breitscheid et de Heinrich Mann, mais aussi de Willy Münzenberg. La Sozialistische Aktion qu’il publiait avec un proche de Neu Beginnen, Paul Hertz, renforçait son influence et les 400 à 500 membres de l’« Office sarrois » donnaient une assise ferme à son action contestataire. Si bien qu’un certain nombre de sociaux-démocrates (non sarrois, mais en désaccord avec leur direction) le rejoignirent.

  • 94 Cf. Klaus-Michael Mallmann, Zehn statt tausend Jahre, p. 180.

94Braun refusait toute forme de déterminisme historique marxiste (auquel souscrivait encore largement la social-démocratie) au bénéfice de la « volonté de liberté », qu’il considérait comme le moteur de l’action humaine, ce qui le situait au voisinage de Richard Löwenthal et du groupe « Renouveau ». L’expérience et le résultat de la campagne de 1933-1935 l’avaient convaincu qu’il ne suffisait pas d’attendre l’effondrement spontané du national-socialisme. Il pensait que la liberté devait se donner les moyens de sa défense, au besoin par la force. Cette conviction, qui l’avait déjà poussé vers le Reichsbanner et vers la Eiserne Front, l’avait incité à créer en 1933 le Sozialistischer Schutzbund. Dans cette logique il préconisa en 1938 la formation d’une « Légion allemande » destinée à combattre aux côtés de la France en cas de guerre et il appela (sans succès) ses compatriotes, en avril 1940, à s’engager dans l’armée française94.

  • 95 Cf. Ursula Langkau-Alex, Volksfront für Deutschland ?, vol. 1, « Vorgeschichte und Gründung eines ‘ (...)
  • 96 Joachim Heinz & Gerhard Paul, Max Braun, op. cit., p. 24.

95Les sociaux-démocrates sarrois considéraient le « pacte d’unité d’action » qu’avait signé la gauche française en juillet 1934, à fin d’asseoir son opposition à l’extrême droite, comme un modèle, de même qu’ils estimaient que le Front populaire français ou le Frente popular espagnol avaient ouvert la voie. C’est pourquoi, autour de Braun, ils appuyèrent les tentatives d’unification de l’exil. Après le congrès des écrivains de Montreuil (Internationaler Schriftstellerkongreß zur Verteidigung der Kultur) Conrad Heiden, ancien rédacteur en chef de la Volksstimme, appela à sortir de l’atomisation et son collègue de Westland August Stern co-signa avec le communiste Wilhelm Koenen un article intitulé « En avant vers l’unité ! »95. Le 15 décembre 1935, la social-démocratie sarroise adressa une résolution à Prague dans laquelle elle plaidait l’unification de la gauche en vue de combattre efficacement Hitler96.

  • 97 Ursula Langkau-Alex, op. cit., pp. 79 sq.
  • 98 Dieter Schiller etc., op. cit., p. 60.
  • 99 Cf. Antje Dertinger & Jan von Trott, op. cit., pp. 138 sq.

96Dès qu’avaient été connues les nouvelles orientations communistes, Max Braun avait demandé la création d’un « Bund Freies Deutschland » ou d’un « Bund Kommendes Deutschland », formulations suffisamment souples pour offrir une marge de manœuvre et permettre de faire progresser l’union. Il participa aux travaux de la Commission pour la préparation d’un front populaire allemand (Ausschuß zur Vorbereitung einer Deutschen Volksfront), et il signa avec le communiste Wilhelm Koenen, Heinrich Mann, Lion Feuchtwanger et le rédacteur en chef du Pariser Tageblatt Georg Bernhard une lettre à Johannes Hoffmann l’invitant à s’associer, au titre de ses responsabilités au sein du Christlich-Sozialer Volksbund97, à la naissance d’un front antifasciste. Il participa aussi, en tant que représentant socialiste aux côtés de l’ancien ministre prussien de l’Intérieur Albert Grzesinski, au journal Information von Emigranten zu Emigranten, qui dépendait de la « Fédération des émigrés d’Allemagne en France » (laquelle réunissait quelque vingt groupes d’aspirations différentes98), née du Cercle Lutetia99.

  • 100 Zehn statt tausend Jahre, p. 174.

97En février 1937, Max Braun rencontrait le communiste Philipp Daub et le catholique Alois Hermann à Metz. Leur entretien aboutit à la rédaction de l’appel « Saarvolk höre ! » que Mallmann considère comme le manifeste le plus important de la résistance sarroise100. En décembre de la même année, lors de la première conférence de sociaux-démocrates émigrés en France, il critiqua la sclérose que les options de la Sopade imposaient à l’opposition à Hitler, et il appela à la fois à un rapprochement avec le K.P.D. et à un renouveau idéologique. Cette démarche contribua largement à la naissance de la Landesgruppe deutscher Sozialdemokraten in Frankreich, qui constitua le premier acte effectif de regroupement socialiste allemand en exil. Braun en devint le président et, à ce titre, il conduisit des négociations (infructueuses) avec la Sopade en 1938.

  • 101 Ursula Langkau-Alex, « Deutsche Emigrationspresse », op. cit., pp. 204-205.

98Mais cela n’impliquait pas un philocommunisme inconditionnel. Le 30 janvier 1936, par exemple, Braun s’opposa à la proposition que le K.P. fit au S.P.D., avant la création de la commission de front populaire (Volksfrontausschuß) de publier un journal en commun. Il estimait qu’une telle entreprise nécessitait une identité de vues qui n’était pas encore arrivée à maturité et que la création d’un organe de presse devait se faire indépendamment de la politique des partis. Le lendemain, en collaboration avec Münzenberg, et avec l’approbation de Heinrich Mann, il créa un « bureau d’information antifasciste » dans le cadre duquel naquirent les Deutsche Informationen, dont une version française fut publiée sous le titre Nouvelles d’Allemagne (éditeurs Heinrich Mann, Rudolf Breitscheid, Max Braun et Bruno Frei101).

  • 102 Klaus-Michael Mallmann, Zehn statt tausend Jahre, p. 182.

99Cependant, pendant la guerre, le Comité « Allemagne libre » réunit encore des communistes sarrois (Otto Niebergall, par exemple) et des sociaux-démocrates (Luise Schiffgens, Karl Mössinger ou Ernst Roth102).

100Mais l’échec des tentatives unitaires entama le prestige de Max Braun.

b) L’engagement espagnol.

  • 103 Cit in Antje Dertinger & Jan von Trott, op. cit., p. 145.

101En janvier 1935 l’ampleur de l’échec du combat en faveur du statu quo avait montré que les seuls moyens démocratiques ne suffisaient pas à combattre le national-socialisme. Pour nombre de pacifistes de la gauche allemande en exil, il fut le début d’une prise de conscience : la lutte armée pouvait s’avérer indispensable. L’occasion de s’engager vint en juillet 1936, quand l’insurrection militaire nationaliste du général Franco contre l’autorité du gouvernement républicain de Frente popular, soutenue par Rome et par Berlin, marqua le début de la guerre civile espagnole. Max Braun et Johanna Kirchner multiplièrent les appels, contribuant à mobiliser les quelque 300 à 500 émigrés sarrois, socialistes et communistes, qui s’engagèrent côte à côte, aux côtés des Républicains – ce qui constitue une proportion importante. Pour Gustav Regler, qui fut blessé, Madrid constituait une étape indispensable sur le chemin du retour en Allemagne103.

Conclusion

102En 1933, la Sarre semblait être à l’abri des idées qui avaient conquis le Reich et elle fut choisie comme destination par de nombreux Allemands obligés de fuir, en particulier par ceux qui voulaient combattre le nazisme depuis un territoire germanique afin de marquer que leur opposition n’allait ni à la nation, ni à son peuple, mais à leur seul gouvernement. Mais la Sarre se comporta en terre d’exil plutôt qu’en terre d’accueil car, si le nazisme la conquit tardivement, il s’y propagea avec célérité.

103Son statut S.D.N. en fit néanmoins un carrefour où se rencontrèrent ceux qui avaient été contraints de fuir et ceux à qui l’exterritorialité permettait de résister encore officiellement, les partis ou syndicats de Weimar et ceux du cru. Ces derniers furent la clé de voûte d’un débat perverti par le camp irrédentiste. Ils s’engagèrent avec courage en faveur d’un report du référendum, puis pour un statu quo qu’ils avaient refusé eux-mêmes jusqu’à la prise de pouvoir par Hitler, préconisant une solution qu’ils considérèrent jusqu’au bout comme un pis-aller. Le déséquilibre des moyens et leurs réticences à s’unir constituèrent dès lors un obstacle insurmontable.

104Avec la prudence qu’imposait leur statut particulier, des émigrés allemands s’engagèrent à leurs côtés, des communistes, notamment, que la direction de leur parti avait invités à se rendre sur place, mais aussi des intellectuels de tous les camps, souvent depuis la France. Tous le firent selon leur conception du principe énoncé par Hellmut von Gerlach dans un article paru dans la Neue Weltbühne sous le titre « Röchling et la Sarre » :

  • 104 Neue Weltbühne 22/1934, p. 676.

« Hitler ne peut vaincre en Sarre que si la vérité sur l’Allemagne hitlérienne reste ignorée »104.

105Mais la démystification n’était pas chose facile et, face à l’engagement de moyens énormes par Berlin au service d’une campagne émotionnelle, ce souci d’ouvrir les yeux des Sarrois en même temps que d’informer le monde occidental de la situation dans le Reich ne pouvait suffire : il fallait offrir des idéaux à l’électorat. Pariant sur l’attachement à la liberté et à la dignité humaine, les partisans du statu quo s’efforcèrent de convaincre que le patriotisme authentique imposait l’expression d’un refus du national-socialisme, lequel pouvait constituer une première étape vers une libération de l’Allemagne. Mais une telle démarche n’était crédible que s’ils affirmaient eux-mêmes un patriotisme qui servait, en fin de compte, les desseins de la Deutsche Front et ils échouèrent. Comme l’écrira plus tard Gustav Regler,

« Le peuple ne voulut pas de [leur] vérité ».

106L’écrasante victoire du retour à l’Allemagne signifia aux uns qu’un départ vers un nouvel exil s’imposait, aux autres qu’ils allaient grossir le nombre des émigrés ; elle marqua aussi, par un nouveau triomphe du totalitarisme sur les défenseurs de la démocratie, la remise en cause des moyens qu’ils avaient crus suffisants. L’engagement ultérieur d’un certain nombre d’entre eux aux côtés du Frente popular espagnol participa de la prise de conscience, après le 13 janvier 1935, de la nécessité de combattre le fascisme par la force.

107Dans l’immédiat, les Sarrois constituèrent un groupe d’émigrés à part, qui affichaient une solidarité particulière. La Beratungsstelle installée à Forbach ou, plus tard, la création de l’« Office pour les réfugiés sarrois » par le gouvernement Léon Blum la concrétisèrent. Nonobstant les faiblesses de leur engagement commun de 1934, mais convaincus par l’expérience, ils se firent les défenseurs d’une unification de l’exil, en particulier de la gauche. Les sociaux-démocrates, autour de Max Braun, déployèrent une activité qui accentua les tensions au sein de l’exil socialiste en raison des réticences de la Sopade. Ils furent représentés dans la quasi totalité des entreprises unificatrices.

108Entre 1920 et 1933 les partis qui s’engagèrent ensuite pour le statu quo n’avaient cessé de clamer l’appartenance de la Sarre à l’Allemagne. Le refus du rattachement à l’Allemagne national-socialiste fit qu’entre 1933 et 1935, ils se trouvèrent dans l’obligation de choisir entre leur patrie et des valeurs telles que liberté, dignité humaine, démocratie ; leur foi dans l’attachement de l’électorat à de telles valeurs fut déçue ; dès lors, leurs militants n’avaient le choix qu’entre l’alignement, l’opposition dans la clandestinité ou l’exil. La décennie 1935-1945 vit la plupart de ceux qui avaient choisi de lutter contre le national-socialisme combattre sous des formes et à des degrés divers aux côtés des démocraties occidentales. Ce parcours, expression paradoxale d’une fidélité, était en définitive l’une des traductions de la complexité de la situation dans laquelle se trouvèrent ces Allemands qui refusèrent le totalitarisme.

Notes

2 Peter Seibert, « <Dann werden das Blatt wir wenden>. Verbannte Autoren im Kampf um die Saar (1933-1935) », in Exilforschung. Ein internationales Jahrbuch, Bd. 1, « Text und Kritik », München 1983, p. 177-202. p. 180.

3 Maria Zenner note dans Parteien und Politik im Saargebiet unter dem Völkerbundsregime 1920-1935, Inaugural-Diss., Köln, 1966, 434 p., qu’aux élections au Landesrat, en mars 1932, le N.S.D.A.P. n’avait obtenu que 6,7 % des suffrages, 10,5 % à Sarrebruck ; à propos des élections municipales de novembre 1932, elle relève que ses partisans se répartissaient sur l’ensemble du territoire, sans être nulle part en position déterminante. L’influence du N.S.D.A.P. ne devint sensible que lors de communales partielles en juillet 1933, de manière peu significative, à un moment où un certain nombre d’Allemands étaient déjà arrivés.

4 Deutsche Freiheit du 23 juin 1933.

5 B. Brecht, « Über die Bezeichnung Emigranten », in Deutsche Literatur im Exil, p. 39. Ces mêmes raisons expliquent le choix notamment de Prague.

6 Neue Weltbühne, 45/1934.

7 Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand. Eine Verhaltensgeschichte der Gesellschaft im Nationalsozialismus, Bonn 1995, 663 p., p. 206.

8 Gerhard Paul, « Saarvolk höre ! », p. 222.

9 Cf. Patrick von zur Mühlen, « Schlagt Hitler an der Saar ! » - Abstimmungskampf, Emigration und Widerstand im Saargebiet 1933-1935, Bonn 1979, 280 p, pp. 184-188.

10 Cit. in Gerhard Bungert & Klaus-Michael Mallmann, « Exil an der Saar 1933-1935 », in Saarheimat 5/78, pp. 134-135.

11 Cit. in Antje Dertinger & Jan von Trott, « ... und lebe immer in Eurer Erinnerung » - Johanna Kirchner, eine Frau im Widerstand, Berlin-Bonn 1985, 205 p,. p. 114.

12 Patrick von zur Mühlen, « Schlagt Hitler an der Saar !  », p. 178.

13 Ibid., p. 171.

14 Ibid., p. 169. 7 000 est aussi l’estimation qu’indiquent les dossiers de la Gestapo. La Ligue des droits de l’Homme pensait que, sur quelque 37 000 Allemands qui avaient transité par la Sarre, quelque 5 à 6 000 y étaient restés. En avril 1934, dans une lettre au Gauleiter Bürckel, le chargé des Affaires sarroises à l’Auswärtiges Amt Voigt pensait cependant que, sur quelque 750 émigrés politiques, 36 seulement faisaient l’objet d’un avis de recherche, mais les chiffres de cet ordre portaient sur les émigrés déclarés.

15 Michael Schäfer, Heinrich Imbusch. Christlicher Gewerkschaftsführer und Widerstandskämpfer, Munich 1990, 424 p. (p. 273).

16 Mühlen, op. cit., p. 172.

17 Op. cit., ibid.

18 Cf. e.a. Jean-Paul Cahn, « <Nix wie hemm !>. La préparation du référendum du 15 janvier 1935 en Sarre (1933-1935) », in Gilbert Krebs & Gérard Schneilin (ss. dir.), État et société en Allemagne sous le IIIe Reich, Asnières 1997, pp. 197 à 220.

19 Cf. Hans-Walter Herrmann & Georg Wilhelm Sante, Geschichte des Saarlandes, Würzburg 1972, 111 p. (p. 84).

20 Cf Klaus-Michael Mallmann, « Lieber republikanisch sterben als faschistisch verderben. Zum Widerstand saarländischer Sozialdemokraten », in Zehn statt tausend Jahre. Die Zeit des Nationalsozialismus an der Saar (1935-1945), Katalog der Ausstellung des regionalgeschichtlichen Museums im Saarbrücker Schloß, Saarbrücken 1988, p. 171-183, (p. 171).

21 Cf. Gerhard Paul, Max Braun, Eine politische Biographie. Sankt Ingbert 1987, 268 p. (p. 66).

22 Cf. Gerhard Paul & Klaus Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, p. 208.

23 Marlis Buchholz & Bernd Rother, Der Parteivorstand der SPD im Exil. Protokolle der Sopade 1933-1940. Bonn 1995, LXXI + 573 p., (pp. 19-20).

24 Cf. Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, pp. 253-254.

25 Cit. in Ralf Schock, Gustav Regler. Literatur und Politik, Francfort/M 1984, 359 p. (p. 61).

26 Cf. Peter Seibert, p. 178. Cf. aussi Herbert Wehner, p. 108.

27 Cf. e.a. Markus Gestier, « Christuskreuz oder Hackenkreuz ? Die katholische Opposition gegen Hitler im Saarabstimmungskampf 1935 », in Zeitschrift f. d. Geschichte der Saargegend XL, 1992, pp. 154-188 ; cf. aussi Jean-Paul Cahn, op. cit., pp. 207-210.

28 Le père Hugolinus Dörr, un Sarrois, prit la parole lors du rassemblement « pour la liberté » de Sulzbach, organisé par la gauche. Dans son intervention il évoqua le « devoir éthique » de voter pour le statu quo, ce qui lui attira les foudres non seulement de ses supérieurs, mais des catholiques qui refusaient le rattachement à l’Allemagne nazie. Il dut quitter la Sarre dès 1934. Il prit la nationalité française et fut néanmoins interné au Fort d’Asnières, en 1940, où il disparut dans des conditions qui n’ont toujours pas été élucidées. Cf. e.a. Joachim Heinz, « 26. August 1934 : Der Sulzbacher Freiheitstag », in Arbeitnehmer, p. 344.

29 Cit. in Markus Gestier, « Christuskreuz oder Hackenkreuz », op. cit., p. 170.

30 Le 30 mai 1934 une déclaration commune du KPD et du PCF faisait mention de la lutte contre « l’ennemi commun, le fascisme hitlérien » et le 3 janvier, la Arbeiterzeitung qualifiait pour la première fois le retour au Reich de « rattachement au régime hitlérien », appelant à voter pour le statu quo. Mais le parti sarrois prenait encore ses distances, affirmant « n’avoir rien en commun avec la trahison francophile de la social-démocratie ni la politique corrompue des séparatistes ». Immédiatement, à la demande de Wilhelm Pieck, le Politbüro recommanda qu’un front commun soit proposé au S.P.D., mais il fallut une intervention du Komintern pour convaincre les Sarrois. Des renforts furent envoyés, Anton Switalla, Philipp Daub et Herbert Wehner qui s’employa à imposer l’idée d’un front uni de la gauche. Le principe fut acquis lors de la première rencontre avec le S.P.D. L’appel « An das Saarvolk » fut signé pour les communistes par Fritz Pfordt, un Sarrois que Wehner mit en avant. Cf. Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, pp. 362 sq.

31 Hans-Walter Herrmann, « Widerstand und Verweigerung », p. V.

32 Gustav Regler, Das Ohr des Malchus, p. 209, cit. in Peter Seibert, p. 201

33 Joachim Heinz & Gerhard Paul, Max Braun. Ein früher Europäer, Saarbrücken 1992, 56 p. (pp. 15-16).

34 Manifestement, Imbusch espérait en une évolution du pouvoir allemand sous la pression internationale. Il s’adressa à Hermann Röchling qui intervint auprès de Göring, Jakob Kaiser plaida sa cause auprès de von Papen, et même Peter Kiefer écrivit à Goebbels : « Notre situation serait facilitée et nous vivrions l’occasion d’un temps fort de réconciliation si Imbusch se voyait garantir par écrit par une autorité compétente le droit de rentrer en toute liberté et sans entrave auprès de sa famille à Essen [...] ». Mais des syndicalistes sarrois l’ayant accusé de menées anti-allemandes, le Reich n’inclinait guère à la mansuétude. Cf. Michael Schäfer, Heinrich Imbusch, p. 206.

35 Ibid., pp. 260-266.

36 Marlis Buchholz & Bernd Rother, Der Parteivorstand. Encore faut-il se montrer circonspect : le S.P.D. n’a véritablement pris conscience de l’importance des archives que dans les années cinquante ; auparavant les documents sont souvent d’une grande indigence. Si l’on se fonde sur les documents ci-dessus, on se doit de conclure que le résultat du référendum du 13 janvier 1935 n’aurait fait l’objet d’aucune discussion – ce qui est toutefois difficilement envisageable.

37 Cf. Ursula Langkau-Alex, « Deutsche Emigrationspresse », in Wulf Koepke & Michael Winkler (Hrsg.), Exilliteratur 1933-1945, Darmstadt 1989, 169-215., (p. 188).

38 Maria Zenner, p. 280.

39 Klaus-Michael Mallmann, 10 statt 1000 Jahre p. 30.

40 Cit. in Peter Seibert, p. 194.

41 Cf. Ralf Schock, « Haltet die Saar, Genossen ! » Antifaschistische Schriftsteller im Abstimmungskampf 1935, Berlin, Bonn, 1984, 359 p., (p. 23).

42 Ibid., p. 44.

43 Le livre parut cette même année en France, aux Editions sociales internationales (P.C.F.) dans une traduction de Jeanne Stern, l’épouse de Kurt Stern, sous le titre La Sarre en feu. Des extraits parurent dans divers journaux, y compris non communistes, tels Westland (23 juin 1934) Volksstimme (27-29 juin), Deutsche Volkszeitung (16 juin), etc. Cf. Ralph Schock, Gustav Regler. Literatur und Politik. Frankfurt/Main 1984, XVII + 674 p. (p. 105).

44 « Die Saarabstimmung », p. 181.

45 Texte in Klaus-Michael Mallmann, Gerhard Paul, Ralph Schock, Reinhard Klimmt (Hrsg.), Richtig daheim waren wir nie. Entdeckungsreisen ins Saarrevier 1815-1955, Berlin-Bonn 1987, 279 p., (p.117).

46 Texte in Günter Scholdt, « Die Saarabstimmung », pp. 175-176.

47 Op. cit. p. 178-179

48 Cit in Peter Seibert, p. 191.

49 « Einheitsfront wachse ! », composé pour la manifestation de Sulzbach, du 26 août 1934. « Ihr Arbeiter, Bauern und Mittelstand, / Sozialisten, Juden Christen, / Sie sagen, ihr hättet kein Vaterland/und schimpfen Euch Separatisten !/Ihr wißt, wie euer Vaterland heißt :/ Deutschland ! Und das wird es bleiben ! / Doch was sich dort drüben als Deutschland preist, / Das ist nicht Geist von eurem Geist ! / Das ist der Feind, der gegen euch hetzt ! / Denn Deutschland ist heute vom Feinde besetzt ! / Und den gilt es zu vertreiben ! ». Cit. in Dieter Schiller, « Schriftsteller im Saarkampf », p. 78, d’après Erich Weinert, Gesammelte Gedichte, vol. 5, pp. 218-219. Mais on se souvient aussi des vers de Brecht dans le « Saarlied » : « Das Bayern und das Sachsen / Das haben uns Räuber besetzt ».

50 Cf. Neue Weltbühne 45/1934, cit. in Ralph Schock, « Klaus Mann im Saarkampf », p. 7.

51 « Krieg und Saar », Volksstimme du 21 septembre 1934.

52 « Daitsche [sic] sprechen zu Euch. Man müßte sie photographieren, dieses ganze Geschmeiß von Edelbolchevisten, Landesverrätern und Kriminellen, die im letzten Jahre frühzeitig das Hasenpanier ergriffen haben, um sich den ordentlichen deutschen Gerichten zu entziehen. Die Verherrlicher des bolchevistischen Blutterrors, die Schmäher jedes religiösen Empfindens, die Bankrotteure vom Schlage eines Piscators wagen sich ausgerechnet an die deutsche Saarbevölkerung zu wenden, um für den status quo zu agitieren » etc. Cit in Ralph Schock, Haltet die Saar, Genossen !, pp. 36-37.

53 Le Völkischer Beobachter du 5 novembre 1934 publiait, sous le titre « 28 Verräter aus der deutschen Volksgemeinschaft ausgestoßen » la première liste de ceux qui étaient privés de la nationalité allemande, dans laquelle on trouve les noms de Alfred Kantorowicz, Klaus Mann, Erwin Piscator, Gustav Regler, Bodo Uhse, Erich Weinert, auxquels s’ajoutaient ceux de Hubertus Prinz zu Löwenstein, Otto Strasser et Max Brauer, qui n’étaient pas en rapport avec le « Saar-Aufruf ». Ibid. (Schock)

54 Cit. in Gerhard Paul, Max Braun, p. 67

55 Cit in Peter Seibert, p. 197.

56 Cf. Günter Scholdt, « Die Saarabstimmung », p. 185 sq.

57 Cf. Patrick von zur Mühlen, « Schlagt Hitler an der Saar », p. 216.

58 Ex « Propagandaverse für die Saarkampagne », cit. in Dieter Schiller, « Schriftsteller im Saarkampf », p. 78 (d’après Erich Weinert, Gesammelte Gedichte, vol. 5, p. 127).

59 Cit in Albert H.V. Kraus, « Hubertus Prinz zu Löwenstein (1906-1984) und sein Einsatz für die Saar » in Zeitschrift XXXVIII/XXXIX - 1990/91, pp.. 148 sq. (p. 149. Nota : après quatre numéros, Das Reich fut interdit).

60 Cit. in Gerhard Bungert & Klaus Michael Mallmann, « Exil an der Saar 1933-1935 », in Saarheimat 5/78, pp. 134-138. (p. 138).

61 Dès le milieu de l’année 1934, plus personne n’espérait la victoire du statu quo ; au sein de la Sopade, Paul Hertz estimait par exemple qu’une forte minorité serait un résultat non négligeable. « Protokoll der PV Sitzung vom 22. Juni 1934 », in : Marlis Buchholz & Bernd Rother, Der Parteivorstand, p. 57.

62 Cit. in Bernd Weil, Klaus Mann : Leben und literarisches Werk im Exil. Karlsruhe 1983, 114 p. (p. 43).

63 Cf. Günter Scholdt, « Die Saarabstimmung », p. 193.

64 Klaus-Michael Mallmann & Gerhard Paul, « Herrschaft und Alltag, Ein Industrierevier im Dritten Reich ». in : Herrmann Hans-Walter, Widerstand und Verweigerung im Saarland 1935-1945), Bonn 1991, 503 p. (p. 24).

65 Cit. in Antje Dertinger & Jan von Trott, p. 124.

66 Gerhard Paul, Deutsche Mutter - Heim zu Dir ! pp.154-155.

67 Cit. in Karl Pawek, Heinrich Manns Kampf gegen den Faschismus im französischen Exil 1933-1940. Dissertation, Hamburg 1972, 192 p., (p. 49).

68 Le 31 août 1934, le ministère français des Affaires étrangères avait fait savoir qu’en cas de rattachement à la France, tous les Sarrois disposeraient de la plénitude de leurs droits civiques et politiques. À la suite de cette déclaration, et à l’initiative e.a. d’associations juives internationales, des pressions furent exercées sur Berlin, qui céda, mais en limitant les garanties à un an. Cf. Hans-Walter Herrmann, Widerstand und Verweigerung im Saarland, p. VII.

69 Cf. Klaus-Michael Mallmann & Gerhard Paul, Herrschaft und Alltag, pp. 27 sq.

70 Cf. Klaus-Michael Mallmann etc., Richtig daheim, p. 166.

71 Cf. Hans-Walter Herrmann & Georg Wilhelm Sante, pp. 40-41

72 Klaus-Michael Mallmann & Gerhard Paul, Herrschaft und Alltag, pp.39 sq.

73 Ibid. pp. 417-418.

74 Gerhard Paul & Klaus Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, p. 533.

75 Ibid., p. 538.

76 Heinz Bollinger jugeait l’idée du tyrannicide culturellement et ethiquement acceptable : « Schon vom Prinzip der Notwehr her ließe sich rechtfertigen, Hitler zu töten [...] Durch die Staatsallmacht stahl er uns die Freiheit », ibid. pp. 136-137.

77 Ibid. pp. 391 et 537.

78 Ibid., p. 536.

79 À Hombourg une association de jardiniers (Kleingärtnerverein), à Sulzbach des pêcheurs, réunions de joueurs de cartes ou promenades dominicales, etc., ibid. p.240.

80 « Eher Wartestand als Widerstand », ibid. p. 228.

81 Ibid. p. 251.

82 Cit. in Klaus-Michael Mallmann etc., Richtig daheim, op. cit., p. 176.

83 Cf. Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand, pp. 269-270.

84 Cit. ibid., p. 454.

85 Ibid., p. 455.

86 Cf. Klaus-Michael Mallmann, Zehn statt tausend Jahre, p. 174.

87 Ulrich Cartarius, « Sozialdemokratisches Exil », in Michel Grunewald & Frithjof Trapp, Autour du Front populaire allemand. Einheitsfront. Volksfront, Berne 1990, 363 p. (p. 49).

88 Ibid. pp. 535-536.

89 Gerhard Paul & Klaus-Michael Mallmann, Milieus und Widerstand p. 426.

90 La Sopade se considérait comme le fidéicommissaire et le garant de la continuité organisationnelle et programmatique du parti, contrairement au Auslandsbüro der Österreichischen Sozialdemokratie qu’Otto Bauer avait installé à Brno.

91 Ibid., p. 468.

92 Marlis Buchholz & Bernd Rother, Der Parteivorstand, p. XLVI.

93 Cf. Kurt Klotzbach, Drei Schriften aus dem Exil - Miles  Neu Beginnen ! - Otto Bauer : Die illegale Partei - Curt Geyer : Die Partei der Freiheit, Berlin - Bonn - Bad Godesberg 1974, XXI + 358 p. (p. 356).

94 Cf. Klaus-Michael Mallmann, Zehn statt tausend Jahre, p. 180.

95 Cf. Ursula Langkau-Alex, Volksfront für Deutschland ?, vol. 1, « Vorgeschichte und Gründung eines ‘Ausschusses zur Vorbereitung einer deutschen Volksfront’, 1933-1936 », Frankfurt/Main 1977, 364 p. (p. 79)

96 Joachim Heinz & Gerhard Paul, Max Braun, op. cit., p. 24.

97 Ursula Langkau-Alex, op. cit., pp. 79 sq.

98 Dieter Schiller etc., op. cit., p. 60.

99 Cf. Antje Dertinger & Jan von Trott, op. cit., pp. 138 sq.

100 Zehn statt tausend Jahre, p. 174.

101 Ursula Langkau-Alex, « Deutsche Emigrationspresse », op. cit., pp. 204-205.

102 Klaus-Michael Mallmann, Zehn statt tausend Jahre, p. 182.

103 Cit in Antje Dertinger & Jan von Trott, op. cit., p. 145.

104 Neue Weltbühne 22/1934, p. 676.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search