Versión clásicaVersión móvil

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Opposition et résistances

Les contacts de la résistance national-conservatrice avec l’étranger

Klaus-Jürgen Müller
Traductor: Jean-Paul Cahn

Texto completo

  • 1 Hartmut Mehringer nous propose probablement la meilleure synthèse de ce problème dans Widerstand un (...)
  • 2 Afin de compenser les affirmations trop rapides auxquelles le manque de place nous contraint, qu’il (...)

1Le cadre qui nous est fixé n’autorise qu’une approche très schématique, fortement simplificatrice, d’un problème dont les strates et les dimensions sont multiples. À vrai dire, il faudrait inscrire notre question dans une approche globale du Widerstand1 et dans l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale2.

2Nonobstant sa complexité, nous nous efforcerons d’esquisser notre sujet en trois étapes :

    • 3 Complément à la note 1 : Bernd Martin, « Das außenpolitische Versagen des Widerstandes », in : Pete (...)

    la première permettra de considérer les tentatives allemandes en vue d’établir des contacts sous l’angle de leurs objectifs et de leurs fonctions3 ;

  • la seconde sera consacrée aux réactions des Alliés ;

  • la troisième autorisera l’appréhension d’un aspect spécifique de ces contacts, leur dimension œcuménique européenne.

I. Objectifs et fonctions des contacts de l’opposition « national-conservatrice »4 avec l’étranger

  • 4 Concernant le concept, cf. Klaus-Jürgen Müller, « Die nationalkonservative Opposition vor dem Zweit (...)

3D’un point de vue exclusivement chronologique, on peut distinguer trois phases, la première, active, entre 1938 et 1940, la seconde de 1940 à 1942, la troisième enfin, de 1942 à 1944, marquée par une recrudescence de l’activité.

4Dans la première période, les Britanniques furent pour ainsi dire l’interlocuteur unique de la résistance allemande, dans la dernière ce furent les Etats-Unis.

1. La phase initiale.

  • 5 Concept, cf. Klaus-Jürgen Müller, « Zur Struktur und Eigenart der nationalkonservativen Opposition (...)

5Les premières tentatives visant à établir des contacts se firent pendant la crise des Sudètes qu’Hitler provoqua en été 1938. À cette époque se constitua une sorte de « parti » d’opposition à la guerre, une Anti-Kriegs-’Partei’5, constitué de hauts dignitaires de l’armée et de la diplomatie, ainsi que d’un certain nombre de personnes issues de cercles conservateurs qui étaient déjà dans l’opposition depuis quelques temps.

  • 6 Notons que Beck songeait à appeler les généraux à refuser la guerre après réception par Hitler d’un (...)

6Dans l’armée, il s’agissait d’un groupe qui s’était constitué dans les services secrets, l’Abwehr, et autour du général Beck, chef d’état-major général de l’armée de terre, puis de son successeur Halder ; à l’Auswärtiges Amt, de jeunes diplomates appartenant au cercle autour du secrétaire d’État von Weizsäcker s’étaient regroupés. Tous entendaient s’opposer à la politique belliqueuse d’Hitler. Les liens entre eux étaient parfois lâches. Leur but était d’empêcher une guerre à l’échelle européenne que, selon eux, le Reich allemand n’était pas en mesure de gagner. Pour faire obstacle aux aléas de la politique guerrière d’Hitler, ils voulaient inciter les Britanniques à prendre clairement position contre celle-ci, tandis que certains songeaient déjà à un coup d’État de dernière minute6.

  • 7 Sidney Aster (Hg.), Arthur Primrose Young, Die X-Dokumente. Geheime Kontakte Carl Goerdelers mit de (...)
  • 8 Bodo Scheurig, Ewald von Kleist-Schmenzin, ein Konservativer gegen Hitler, Oldenburg, Hamburg 1968, (...)

7Afin d’empêcher la guerre, ils tentèrent de prendre secrètement contact avec le gouvernement britannique. L’ancien maire de Leipzig, Goerdeler, que des liens unissaient depuis quelques temps déjà aux opposants militaires au régime, prit contact avec un industriel britannique influent, Arthur P. Young, qu’il rencontra à Rauschen (Prusse orientale, 6 et 7 août 1938) et à Zurich (le 11 septembre), et à qui il remit, sans en avoir reçu mandat, un message au gouvernement britannique contenant des propositions sur la manière d’inciter Hitler à des concessions dans la question tchèque ; si le dictateur ne se laissait fléchir, les généraux l’empêcheraient de provoquer la guerre7. À la même époque, Ewald von Kleist, homme de confiance du chef d’état major général de l’armée de terre et de l’Abwehr, se rendit à Londres (du 17 au 24 août 1938). L’ambassadeur britannique à Berlin l’avait annoncé à son gouvernement comme « émissaire de modérés de l’état-major général allemand » et un journaliste, Ian Colvin du News Chronicle, avait informé de sa venue. Il ne rencontra certes aucun membre du gouvernement, mais des adversaires en vue de l’appeasement policy tels Churchill, Vansittart et Lord Lloyd. Il leur fit part des projets guerriers d’Hitler, qu’il présenta comme le véritable extrémiste du Troisième Reich, et il incita Londres à une attitude de fermeté face au dictateur, affirmant que les généraux seuls ne pourraient l’arrêter8.

  • 9 Erich Kordt, Nicht aus den Akten... Die Wilhelmstraße in Frieden und Krieg, Stuttgart 1950, pp. 280 (...)

8À cette même époque des diplomates, tels les frères Kordt, transmirent directement au gouvernement, à Horace Wilson ou à Lord Halifax, un mémorandum des milieux d’opposition (7 septembre 1938), dans lequel il était dit que si le gouvernement britannique était disposé à adresser à Berlin une mise en gardé dénuée d’ambiguïté les généraux résistants s’opposeraient par les armes à la politique martiale d’Hitler9. Il est toutefois notoire qu’à cette époque les Britanniques misaient sur des négociations directes avec le Reich (cf. les accords de Munich).

  • 10 Pour plus ample informé, voir Klemperer, The Search for Allies, pp. 119 sq.
  • 11 C’était là aussi le but de la mission de l’industriel et ancien officier Hans Böhm-Tettelbach, que (...)

9Au printemps 1939 – Hitler était entré dans Prague et la crise germano-polonaise se dessinait – le lieutenant-colonel comte von Schwerin se rendit à Londres. Ses supérieurs de l’état-major général étaient informés. Il y rencontra des diplomates de haut rang et des hommes des services secrets, à qui il tenta de faire prendre conscience de la nécessité de la fermeté britannique face aux projets de guerre hitlériens10. D’autres émissaires, l’avocat von Schlabrendorff notamment, établirent également des contacts secrets avec des hommes politiques et des membres des services secrets britanniques, ainsi qu’avec des membres du gouvernement. Tous tentaient d’éviter la guerre. L’idée centrale était d’inciter Londres à une prise de position suffisamment univoque pour qu’elle ait des effets dissuasifs sur le dictateur dès qu’on lui ferait comprendre que les Britanniques déclareraient sans tarder la guerre s’il attaquait la République tchécoslovaque11. Ces contacts constituaient de la sorte une forme de contre-politique étrangère conspiratrice à fin d’empêchement de la guerre et, simultanément, une prise de garanties étrangères dans la perspective d’un éventuel coup d’État.

  • 12 Par exemple Weizsäcker, par l’intermédiaire de Carl Jacob Burckhardt (premier septembre 1938).
  • 13 À propos de Weizsäcker, cf. la bibliographie de Schlie, Kein Friede, p. 513. L’activité et la perso (...)

10Mais dès cette phase initiale apparaissait l’une des faiblesses de ces démarches : leur manque de coordination chronologique et conceptuelle. Cela n’avait certes pas de quoi surprendre dans une dictature fondée sur le monopartisme, mais l’effet était déplorable. Les uns – les frères Kordt ou Schwerin, par exemple – conseillaient de faire preuve ouvertement et publiquement de fermeté, affirmant que c’était là la seule manière dissuasive. D’autres par contre – le secrétaire d’État von Weizsäcker par exemple, encore loyal en principe, soucieux d’éviter une guerre, mais qui s’efforçait d’obtenir une dissolution de la République tchécoslovaque par d’autres moyens – firent savoir12 qu’il incombait certes à Londres de mettre en garde Hitler contre la guerre par des pressions massives, mais que celles-ci devaient être discrètes, afin de ne pas offenser ouvertement le dictateur13.

11Qui plus est, les conceptions de politique étrangère que présentaient certains des émissaires étaient très différentes les unes des autres. C’est ainsi que Goerdeler exposa à Londres, à la fin de l’été 1938 puis au début de l’année 1939, des exigences de compensation pour la chute d’Hitler englobant Danzig, le Corridor, des colonies outre-mer et un crédit de plusieurs millions, sans intérêt, pour l’assainissement de l’économie allemande.

12La situation était compliquée de surcroît par le fait que de telles démarches étaient l’œuvre à la fois d’opposants, tels l’amiral Canaris ou le général Beck, et de personnalités qui étaient en principe toujours loyales ; leurs visites à l’étranger pouvaient encore être considérées comme tout à fait orthodoxes. Ainsi activités légales et conspiratrices se déroulèrent-elles simultanément.

13La double fonction de ces démarches était évidente : elles visaient d’une part, en suscitant la fermeté britannique, à dissuader Hitler de faire la guerre, d’autre part à assurer aux yeux du peuple une légitimité à un coup d’État en détenant la preuve que l’on avait ainsi évité le conflit armé. Mais on faisait ainsi dépendre ce coup d’État de l’action d’autres puissances. Leur insuccès avait en outre une autre raison : Londres ne parvenait pas à se faire une image précise de l’opposition allemande à la guerre, ni de ses conceptions – nous y reviendrons.

2. La période 1940-1942.

  • 14 Wilfried Meyer, « Staatsstreichplanung, Opposition und Nachrichtendienst », in : Steinbach/Tuchel, (...)
  • 15 Des contacts purent aussi être établis avec les sociaux-démocrates et des syndicalistes, grâce aux (...)

14Le début de la guerre rendit toute prise de contact avec l’étranger en général, avec des Etats ennemis en particulier, extrêmement aléatoire. Les voyages à l’étranger étaient déjà compliqués avant 1939, à cause de l’obligation de visa et de l’encadrement des devises. La guerre les rendit extraordinairement difficiles. En fait, on ne pouvait quitter le pays qu’en mission officielle. Que de nombreux opposants aient pu être affectés à des postes de la Wehrmacht ou de l’Auswärtiges Amt, en qualité de diplomates (Trott), d’officiers de réserve (Müller), ou dans des spécialités diverses (Moltke, Dohnianyi, Gisevius, Frhr. von Guttenberg), s’avéra très favorable. L’Abwehr disposait des meilleures possibilités d’organisation de voyages à l’étranger. Un certain nombre d’émissaires se déplacèrent sous couvert de missions d’agents (de V[ertrauens]-Leute) de l’Abwehr ; ils devaient assumer officiellement, outre leurs missions d’opposants, des tâches de renseignement14, ce qui avait évidemment le don d’irriter leurs interlocuteurs étrangers. Quoi qu’il en soit, ce moyen permit, en dépit de toutes les difficultés, de tisser ou de préserver des contacts extérieurs d’une ampleur surprenante – ce que Moltke appelait « des liens avec le vaste monde »15.

15Mais cette période s’accompagna nécessairement d’un glissement des objectifs : il ne s’agissait plus d’empêcher la guerre, mais d’y mettre un terme, ce qui constitua un nouveau départ pour la conspiration en hiver 1939/1940. Le but était, en provoquant un renversement du pouvoir en Allemagne, d’éviter la poursuite et l’extension de la guerre qui résulteraient inévitablement de l’offensive contre les puissances occidentales que venait d’ordonner Hitler.

16Les différentes démarches secrètes à l’étranger s’étaient diversifiées, elles s’étaient enrichies de trois fonctions :

  • d’une part elles devaient couvrir, du point de vue militaire et international, la période de mutation politique, c’est-à-dire qu’elles devaient viser à obtenir de l’autre camp des garanties en vertu desquelles il n’utiliserait pas à son profit la période de faiblesse du Reich qui accompagnerait un tel renversement ;

  • d’autre part l’assurance d’un moratoire militaire et des concessions diplomatiques devaient inciter les opposants à agir, surtout ceux qui, dans l’armée, hésitaient encore ;

  • enfin ces contacts devaient constituer l’anacrouse de négociations sur une réorganisation de l’Europe centrale de l’après-Guerre, laquelle ne devait pas seulement garantir la position de grande puissance qu’avait obtenue l’Allemagne, mais l’asseoir, par exemple au moyen d’acquisitions coloniales. On attendait aussi de cette préservation maximale des intérêts allemands qu’elle libère le coup d’État de toute connotation de trahison dans la perception que pouvait en avoir le peuple.

  • 16 D’autre contacts, non dénués d’importance, furent le fait de Goerdeler, Hassel, Trott, Schlabrendor (...)
  • 17 Voir outre Klemperer, Search for Allies, p.171 sq., et surtout Peter W. Ludlow, « The Unwinding of (...)
  • 18 Cf. la version de Josef Müller, Bis zur letzten Konsequenz. Ein Leben für Frieden und Freiheit, Mün (...)
  • 19 La prise de position britannique ne nous est pas parvenue sous une forme fiable. Voir cependant Has (...)
  • 20 La présentation à Halder, par le général Thomas, d’un mémorandum qui annonçait de première nouvelle (...)
  • 21 Cf. Christian Hartmann, Halder , S. 162-171. Sources importantes pour la conspiration : Helmuth Gro (...)

17À cette époque, il y eut de nombreuses tentatives de prise de contact et d’échanges16. Les plus importantes étaient le fait d’officiers d’opposition radicale de l’Abwehr sous l’égide de l’amiral Canaris et du général Ludwig Beck. Elles passaient par le Vatican17. Un homme de confiance de la hiérarchie catholique, l’avocat bavarois et officier de réserve Josef Müller, avait été envoyé à Rome par l’Abwehr, où il parvint, par l’entremise de collaborateurs immédiats du Souverain pontife, à obtenir une médiation de ce dernier et à établir des contacts indirects avec le gouvernement britannique18. Le pape lui-même s’engagea de manière remarquable dans ces contacts – que Londres accueillit avec un intérêt réel : certaines personnalités en vue dans les milieux gouvernementaux britanniques semblent n’avoir au moins pas considéré comme vouée à l’échec d’entrée la possibilité d’abréger la guerre au moyen d’un renversement du pouvoir en Allemagne. En tout cas, les conspirateurs de l’Abwehr estimèrent avoir reçu des signaux encourageants de Londres, via le Vatican19. Usant de ce que l’on appelait le « rapport X », qu’ils dramatisèrent manifestement un peu, ils tentèrent de pousser à l’action le général Halder, qui hésitait20. Mais il ne put s’y résoudre21.

  • 22 « Summary of Principal Peace Feelers September 1939 - March 1941 », reproduit in Kettenacker, Das ‘ (...)
  • 23 Tel fut e.a. le cas d’un proche d’Hitler, le général von Reichenau, via la Suède. Cf Klemperer, The (...)
  • 24 La coïncidence chronologique avec les contacts Kordt-Conwell-Evans rendit cette affaire particulièr (...)

18Deux facteurs ont alors jeté le discrédit sur le Widerstand aux yeux des Britanniques : d’abord le fait que le coup d’État annoncé par ses émissaires n’eut pas lieu. Au lieu d’un renversement du pouvoir à Berlin, le monde assista le 10 mai 1940 au début de la campagne à l’Ouest, contre la France, la Belgique et les Pays-Bas. Aussi une note du Foreign Office affirmait-elle que les membres de l’opposition allemande avaient toujours omis « de livrer la marchandise promise »22. En outre, les Britanniques et leurs alliés étaient surpris que, simultanément, divers contacts aient été initiés en direction de Londres par d’autres centres d’opposition23. Qu’un certain nombre d’émissaires du Widerstand aient été envoyés en qualité d’hommes de confiance des services secrets – ce que le Royaume-Uni n’ignorait pas – entraîna méfiance et confusion. La capitale britannique discernait difficilement qui était à l’origine des contacts ou qui se trouvait derrière les émissaires. N’étaient-ils pas l’instrument d’une tentative de désinformation de la part de leurs services secrets ? L’enlèvement aux Pays-Bas de deux officiers des services secrets britanniques, par ceux de la SS – feignant une prise de contact avec des officiers d’opposition – (affaire « Venlo », du 9 novembre 1939), acheva de jeter le discrédit sur les contacts avec le Widerstand24.

  • 25 Concernant Oster, cf. Romedio Galeazzo Graf von Thun-Hohenstein, Der Verschwörer. General Oster und (...)
  • 26 Thun-Hohenstein, Oster, pp. 191 sq et Josef Müller, Konsequenz, pp. 139 sq. La dernière mission de (...)
  • 27 Le théologien Bonhoeffer définissait alors cette action extrême d’acte authentique de patriotisme d (...)
  • 28 Le meilleur travail est actuellement Klemperer, The Seach, pp. 192-216. Kordt et Ewald von Kleist s (...)

19Mais dans cette phase l’opposition allemande eut aussi des contacts d’une autre nature, lesquels avaient une quatrième fonction : certaines personnalités du Widerstand, parmi elles le colonel Oster, de l’Abwehr, l’un des chefs de file de l’aile radicale de l’opposition25, transmit aux puissances occidentales, de sa propre initiative dans un premier temps, et par l’intermédiaire de l’attaché militaire hollandais à Berlin, les dates prévues pour les attaques allemandes. Plus tard, des démarches identiques furent entreprises avec l’accord du général Beck, par l’intermédiaire de Josef Müller et du Vatican26. Cet acte, formellement de trahison, était perçu comme répondant à un impératif patriotique et moral. Le coup d’État qu’ils avaient annoncé n’ayant pas eu lieu, et l’Allemagne se préparant à envahir des pays neutres, il fallait que les opposants apportent à leurs interlocuteurs étrangers la preuve que le Widerstand était moralement solide et qu’il était décidé. Il fallait aussi faire un geste de loyauté en direction du pape qui s’était engagé si fortement. Ces contacts informatifs étaient conçus comme preuve de la rigueur morale du Widerstand27, c’était là une fonction nouvelle28.

20La victoire étonnamment rapide de la Wehrmacht à l’Ouest marqua le début de la seconde phase. Le Widerstand se trouvait dans l’impossibilité d’agir. Bien qu’il survécût au plan personnel, l’enthousiasme que déchaînaient dans l’opinion les succès militaires d’Hitler semblait repousser dans un futur lointain tout renversement du dictateur.

  • 29 Cf Klemperer pp. 221, 268 et 299 (nbp) et Schlie, pp. 164 sq., 174 sq., 278 sq.

21Cependant, certains opposants ne se contentèrent pas de maintenir leur unité, ils entretinrent leurs contacts à l’étranger. À Berne et Genève, les diplomates d’opposition proches du secrétaire d’État von Weizsäcker (à partir de 1941 de plus jeunes aussi, tels Selzam, Kessel, Kordt), gardèrent des liens avec des diplomates américains. Parallèlement des individus soucieux de se pousser du col, sans mandat du Widerstand, tel l’ancien chancelier du Reich Wirth, qui vivait en exil en Suisse, ou des hommes de bonne volonté mais dépourvus de contacts avec le « noyau dur » de la résistance allemande – l’ancien ministre de la Reichswehr Gessler, par exemple, qui eut plusieurs occasions de se rendre en Suisse – prirent contact avec les Britanniques. Ceux-ci ne tardèrent cependant pas à comprendre que ces interlocuteurs n’avaient aucune représentativité, bien qu’ils affirmassent parler au nom de l’opposition militaire29.

3. La reprise

  • 30 Cf., outre Peter Hoffmann, Widerstand, Manfred Messerschmidt, « Motivationen der nationalkonservati (...)

22Les contacts sérieux avec l’étranger ne reprirent qu’avec la troisième phase, lorsqu’à Berlin, à Paris et à l’état-major de la Heeresgruppe Mitte, sur le front oriental, de nouvelles forces de résistance se rapprochèrent, qui entendaient préparer un coup d’état30

  • 31 Voir Mehringer, pp. 212 sq.
  • 32 Sur ce point, on se reportera à Klemperer, The Search, à Schlie, Kein Friede, et à P. Hoffmann, Wid (...)

23Entreprises à partir de la fin de l’année 1942, ces démarches s’adressaient de plus en plus aux Etats-Unis, qui étaient entrés en guerre depuis décembre 1941, car les Britanniques s’étaient montrés inaccessibles depuis quelques temps31. Aussi le groupe de résistance de l’Abwehr entra-t-il en contact avec les services secrets américains de Berne, que dirigeait Allen W. Dulles. Parmi d’autres (Louis P. Lochner d’Associated Press), ce canal permit à Washington d’être très convenablement informée des développements que connaissait la résistance en Allemagne. Trott, Bonhoeffer et Schönfeld tentaient, via Genève et la Suède, d’user de contacts que rendaient possibles les Eglises, afin de faire parvenir des messages aux Américains et aux Britanniques (Stafford, Cripps, l’évêque Bell). Les membres du Cercle de Kreisau s’efforçaient aussi d’établir des discussions secrètes avec les Etats-Unis en Suède, en Espagne et au Portugal, en Turquie et en Suisse ; Goerdeler essayait une voie suédoise ; Otto John, un proche à la fois de Goerdeler et de Stauffenberg, entra en contact avec les Britanniques et les Américains à Madrid32.

24Qu’il me soit permis d’inclure ici une parenthèse sur les méthodes auxquelles le Widerstand avait recours pour ses contacts à l’étranger. Avant et pendant la guerre, nombre de ces relations étaient le fruit d’amitiés personnelles, d’accointances sociales ou commerciales. Tel était le cas de Trott, qui usa des amitiés nouées à Oxford, ou bien de Goerdeler ou Otto John, qui s’appuyèrent sur des liens commerciaux et d’autres relations professionnelles à l’étranger. Une autre voie impliquait des liens touchant au domaine de la religion – Moltke et Bonhoeffer en usaient par exemple.

  • 33 Klemperer, Die « Verbindung zur großen Welt, p. 7, où l’auteur évoque la « enge [...] Zusammenarbei (...)

25Que l’exil ait contribué à tisser bien des liens revêt une importance particulière dans le cadre de notre colloque – qui lui est principalement consacré. On a pu qualifier l’exil de « maillon entre la résistance allemande et l’étranger »33. Avant la guerre, l’ancien chancelier du Reich Brüning, qui avait émigré en Grande-Bretagne, puis aux U.S.A., avait tenté de mettre Goerdeler en contact avec Churchill. À l’automne 1939, il se montrait soucieux de permettre à Adam von Trott de rencontrer le président Roosevelt. Trott lui-même prenait alors de nombreux contacts avec des émigrés aux Etats-Unis (tels Alexander Böker, Kurt Riezler, Hans Simon, Paul Scheffer et Hasso von Seebach). Ce fut le prélat Kaas, ancien haut responsable du Zentrum qui avait émigré à Rome, qui établit en hiver 1939/1940 des contacts avec l’homme de confiance de l’Abwehr et le pape et, partant, avec l’ambassadeur de la Grande-Bretagne au Saint-Siège. Réfugié en Grande-Bretagne, le constitutionnaliste Leibholz, un beau-frère de Bonhoeffer, assista de ses conseils l’évêque Bell dans son engagement en faveur du Widerstand. En Turquie, les scientifiques Alexander Rüstow et Hans Wilbrandt apportèrent leur aide aux contacts du comte Moltke avec les Américains.

  • 34 Voir Klemperer, The Search, chap. 4 à 6 ; Schlie, Kein Friede, et surtout Mehringer, Widerstand und (...)
  • 35 Demander qu’en cas de renversement du pouvoir allemand les attaques aériennes sur le Reich cessent (...)
  • 36 Cf. Christian Müller, Oberst i.g. Stauffenberg. Eine Biographie., 2e éd., Düsseldorf 1971, pp. 400 (...)

26Revenons à la fonction des contacts dans cette période34. D’une part, elle était inchangée : le Widerstand cherchait à obtenir du camp adverse la garantie qu’il ne profiterait pas de la période de faiblesse qui accompagnerait un renversement du pouvoir en Allemagne35, mais d’autre part la détérioration de la situation allemande sur le front et l’annonce par les puissances occidentales de la politique de l’unconditional surrender entraînaient un glissement substantiel des contacts extérieurs des conspirateurs. Ils demandaient d’abord un renoncement à cette politique, ou du moins son atténuation au cas où ils parviendraient à renverser Hitler. L’enjeu principal n’était plus la préservation de la puissance qu’avait récemment gagnée l’Allemagne, mais de plus en plus la survie-même de l’État-national allemand en dépit de sa défaite. Mettre fin rapidement à la guerre avait également pour objet d’éviter une occupation du Reich par les troupes soviétiques36.

27En outre, les opposants au régime étaient désireux de faire connaître leurs conceptions de l’ordre européen d’après-guerre, de la place qui y reviendrait au Reich, et de contribuer ainsi à la conception d’une Europe future. Kreisau surtout, mais pareillement des leaders conservateurs de la résistance allemande – pas tous – avaient renoncé à l’idée longtemps entretenue d’une hégémonie allemande en Europe centrale et souscrivaient de plus en plus à la conception fédéraliste d’une Europe de l’égalité entre les peuples.

28Mais, à ce stade de la guerre, c’était là une illusion qui portait à faux par rapport aux réalités mondiales. Les Alliés n’étaient pas disposés à des conversations constructives avec les opposants allemands. Même des tentatives occasionnelles d’imposer indirectement aux Occidentaux des entretiens, en arguant du risque de voir l’Allemagne se tourner vers l’Est, n’eurent pas de succès. De même, les offres de coopération militaire (en organisant une perméabilité du front de l’Ouest ou en permettant une pénétration du territoire par la voie des airs) ne furent-elles pas couronnées de succès. Les partenaires alliés qui acceptaient la discussion se montraient passifs ou s’avéraient déroutants. Finalement, il ne resta aux opposants à Hitler que l’attentat en tant que manifestation de portée symbolique, fondée sur une motivation exclusivement éthique, telle que l’a formulée le général von Tresckow :

  • 37 Cit. d’après Bodo Scheurig, Henning von Tresckow. Eine Biographie. Frankfurt/M. 1980, pp. 192 sq.

« Il faut que cet attentat ait lieu, coûte que coûte. Même s’il ne devait pas réussir, il faudra néanmoins agir à Berlin. Car la finalité pratique n’importe plus. Ce qui compte, c’est que le mouvement résistant allemand ait osé sauter le pas décisif, devant le monde et devant l’Histoire. Tout le reste est indifférent »37.

II. L’attitude des Alliés face aux contacts extérieurs du Widerstand

29Ceci nous conduit à évoquer, trop brièvement, la question : pourquoi les Alliés ont-ils fait la sourde oreille face au Widerstand ?

  • 38 Goerdeler écrivait déjà en octobre 1938 que Chamberlain avait permis le succès munichois d’Hitler, (...)
  • 39 C’est là la thèse de Bernd Martin (cf. notes 2 et 3).

30La réponse à cette question a longtemps été sous-tendue par de fortes considérations morales. On a fait aux puissances occidentales le reproche d’avoir provoqué par le silence avec lequel elles ont accueilli les démarches de la résistance allemande l’échec de tous les efforts en vue de renverser Hitler, d’avoir prolongé la guerre, voire d’avoir ouvert à l’Union soviétique la voie de l’Europe centrale38. À la résistance allemande, on a fait grief d’avoir provoqué son propre échec en s’en tenant longtemps à ses conceptions d’une politique étrangère hégémonique et expansionniste39 qui n’aurait pas moins effrayé les Alliés que la perception d’une volonté allemande de les jouer les uns contre les autres.

31Peu à peu la recherche s’est forgé une conception plus équilibrée et qui fait cas des intérêts des puissances occidentales et de leur perception d’ensemble de la situation internationale.

32Dans l’attitude de l’Occident aussi, il convient de distinguer plusieurs phases.

  • 40 Sur ce point et pour ce qui suit, on pourra se reporter à l’ouvrage collectif de Klaus-Jürgen Mülle (...)

33Dans un premier temps, en 1938, le gouvernement britannique, soucieux non seulement de la crise d’Europe centrale, mais aussi des développements que connaissaient l’Asie orientale et le Bassin méditerranéen, avait engagé sur le vieux Continent une politique d’appeasement, une politique de changement pacifique (peaceful change). On persistait à croire qu’Hitler restait accessible malgré tout à des arguments rationnels – du moins voulait-on tout mettre en œuvre pour parvenir à un accord dans la paix. C’est pourquoi l’on n’inclina pas, d’abord, à se montrer accueillant envers n’importe quel émissaire allemand. On y était d’autant moins disposé – c’était là une seconde raison – que l’on n’était pas en mesure de situer avec précision qui ces émissaires représentaient, et que leurs messages ou propositions étaient souvent contradictoires. Etait-il vraiment concevable qu’une grande puissance comme la Grande-Bretagne appuyât sa politique allemande sur un petit groupe de conspirateurs mal identifiés ? Le risque semblait trop important40.

34La troisième raison était que Londres avait le sentiment que l’opposition intérieure au national-socialisme entendait se servir du Royaume-Uni exclusivement à ses propres fins. Une note du Foreign Office portait sur les propositions de Goerdeler le jugement suivant :

« On attend de nous la livraison d’une bonne marchandise, et les Allemands n’entendent payer qu’avec des obligations sans valeur. Il faut déjà qu’ils fassent eux-mêmes ce qu’ils ont à faire ».

  • 41 The Diaries of Sir Alexander Cadogan 1938-45, edited by David N. Dilks, London 1971, pp. 128 sq. Vo (...)

35Quatrièmement : on ne croyait pas que l’arrivée au pouvoir des opposants au régime apporterait une solution aux conflits. Certes, il ne s’agissait pas de nazis, mais néanmoins d’expansionnistes. Le premier diplomate anglais estimait que Goerdeler n’était qu’un représentant « des idées militaristes de l’armée allemande par opposition à celles du parti nazi ». Il ajoutait : « the same sort of ambitions are sponsored by a different body of men, that is about all ». Pour lui donc, les idées de Goerdeler étaient trop voisines de celles d’Hitler41, il pensait avoir affaire à ces mêmes forces auxquelles Londres avait déjà été confrontée en 1914. En d’autres termes, pour les Britanniques, la différence était tout au plus dans la méthode.

36Le problème de fond était donc que la Grande-Bretagne n’était pas disposée à se laisser impliquer dans un conflit de pouvoir interne à l’Allemagne. Ces objectifs de politique étrangère que l’opposition allemande tenait pour légitimes et raisonnables n’étaient aux yeux des Britanniques qu’un autre habillage des aspirations hégémoniques allemandes sur le Continent.

  • 42 Aide-mémoire du gouvernement britannique au gouvernement français, octobre 1939 : « Es ist unsere a (...)

37La guerre fit surgir une cinquième raison, capitale pour le Royaume-Uni, qui devait devenir un facteur déterminant de la politique (britannique d’abord, puis anglo-saxonne à partir de l’entrée dans le conflit des Etats-Unis) : le respect des alliances militaires. La distinction que Chamberlain avait établie entre le peuple allemand et les nazis avait déjà suscité des inquiétudes à Paris en 1939. Londres rectifia aussitôt42 et ne se montra jamais plus disposée à mettre en péril ses alliances, dans un premier temps avec la France, puis avec l’Union soviétique et les U.S.A., au profit de discussions secrètes ou d’accords avec le Widerstand.

38Ajoutons cependant immédiatement qu’en hiver 1939/1940 Londres n’excluait pas encore totalement qu’un renversement de régime à Berlin soit en mesure d’écourter la guerre – cette conception constituait l’arrière-plan des contacts déjà évoqués, qui se firent par l’intermédiaire du Vatican.

39Mais, en fin de compte, cette politique ne tarda pas à s’imposer que Lord Vansittart résumait ainsi :

  • 43 Cit. in Lothar Kettenacker, « Der nationalkonservative Widerstand aus angelsächsischer Sicht », in  (...)

« Il est illusoire de croire que nous ne luttons que contre Hitler. Nous combattons contre le vieil Adam [...] plus l’hitlérisme. Nous combattons l’armée allemande et le peuple allemand sur lequel elle s’appuie »43

40Cette perception restrictive qui caractérisait l’image britannique de l’Allemagne devait désormais largement déterminer la politique de Londres.

41Enfin s’ajoutait un sixième déterminant : en dépit de multiples annonces, le coup d’État n’eut jamais lieu. La diplomatie britannique en conclut finalement, résumant par là même les raisons essentielles de la réserve occidentale envers le Widerstand :

  • 44 « Summary of Principal Peace Feelers, September 1939 - March 1941 », in Kettenacker, Das ‘Andere De (...)

« Ces messieurs n’ont jamais proposé de base de discussion circonstanciée ni apporté la moindre preuve de leur aptitude [...] à provoquer en Allemagne les changements promis ; simultanément, ils n’ont jamais fait la preuve qu’ils étaient plus dignes de crédit que le gouvernement »44.

  • 45 Le baron suédois Bonde signala à cette époque à la suite d’une demande de Göring à la représentatio (...)
  • 46 « Summary of Principal Peace Feelers, September 1939 - March 1941 », in Kettenacker, Das ‘Andere De (...)

42Logiquement, lors de contacts avec Goering par des intermédiaires suédois45, Churchill prit une décision de principe, le 20 janvier 1941 : « Notre attitude face à tous les sondages de cette nature sera désormais un silence absolu »46. Cette consigne d’« absolute silence » marquait, dans la pratique, la fin de toute forme substantielle de contact extérieur pour la résistance allemande.

  • 47 Goerdeler avait évoqué e.a. les frontières de 1914, Wirth et Geßler avaient même fait mention de no (...)

43À l’arrière-plan de la décision de Churchill, en premier lieu, l’idée que la Grande-Bretagne devait ne pas paraître fatiguée de la guerre ; une telle impression eût suscité des effets catastrophiques – aux Etats-Unis avant tout. En outre, nous l’avons évoqué, la confiance dans le Widerstand avait fondu. Enfin, les exigences transmises par les émissaires avaient cru au rythme des victoires allemandes47. C’est pourquoi la finalité de la position britannique (puis anglo-saxonne) qui se dessinait pour l’après-guerre était l’anéantissement définitif de toute puissance allemande en Europe. Les buts qu’avait annoncés la résistance allemande n’étaient pas compatibles avec cet objectif.

44Après l’attaque contre l’U.R.S.S. et l’entrée en guerre des Etats-Unis, la prise en compte de l’allié soviétique fut déterminante pour la politique occidentale envers le Widerstand :

« [...] ne nous écartons pas de notre politique de silence absolu. Rien n’inquiéterait davantage nos amis des Etats-Unis ni ne menacerait plus nos relations avec notre nouvel allié russe que l’idée que nous puissions entretenir de tels contacts »,

  • 48 Cit. in Kettenacker, Die britische Haltung, pp.59 sq.
  • 49 Les efforts de Bonhoeffer en vue d’établir des contacts, au printemps 1942 et un mémorandum de Trot (...)

écrivait Churchill48. Cette position se renforça encore. Quelle qu’en fût l’origine, ordonnait Churchill, les tentatives allemandes de prise de contact ne devaient plus être considérées que sous l’angle de leur importance pour la conduite alliée de la guerre – quête d’informations et, le cas échéant, désinformation49.

  • 50 Alexander Fischer parle de « brüchige Allianz » dans Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Welt (...)
  • 51 Cf. Ingeborg Fleischhauer, Die Chance des Sonderfriedens. Deutsch-sowjetische Geheimgespräche 1941- (...)
  • 52 American Intelligence and the Resistance to Hitler. A Documentary History, edited by Jürgen Heideki (...)

45Au fond, l’alliance avec l’Union soviétique resta fragile jusqu’aux conférences de Moscou et de Téhéran, fin 194350. Britanniques et Américains croyaient Staline d’autant plus capable d’une paix séparée avec Hitler et l’Allemagne qu’eux-mêmes n’étaient pas en mesure de concrétiser leur promesse d’ouverture d’un second front à l’Ouest. Ces craintes atteignirent leur paroxysme à Londres et à Washington lorsqu’on y eut vent, en juin 1943, de contacts germano-soviétiques secrets à Stockholm et lorsqu’en juin Staline, en créant le « Comité national Allemagne libre » (N.K.F.D.) et l’Association des officiers allemands (Bund Deutscher Offiziere - B.D.O.), s’engagea manifestement dans une nouvelle politique allemande51. Les anglo-saxons se montrèrent d’un empressement des plus scrupuleux à informer les soviétiques de toutes les tentatives de contact venues d’Allemagne et à préciser chaque fois qu’ils ne donneraient pas suite. C’est pourquoi ils firent en fin de compte la sourde oreille à toutes les démarches en 1943 et 1944, en dépit des mises en garde de quelques membres des services secrets américains qui, soucieux de la puissance qui pourrait être celle de l’U.R.S.S. en Europe après la guerre, plaidaient pour des rapports moins rudes avec le Widerstand52. Quoi qu’il en soit : la cause essentielle de l’absence totale de communication entre la résistance allemande et les puissances occidentales était la définition diamétralement opposée de leurs intérêts, tels que les concevaient les uns et les autres.

46Le Widerstand avait le sentiment de constituer un front commun avec les Occidentaux dans le combat contre Hitler, mais ceux-ci ne voyaient là aucune unité d’intérêts. Pour eux, l’ennemi était l’aspiration allemande à une situation de grande puissance hégémonique – aspiration qu’ils retrouvaient, fût-ce à des degrés différents, dans le système national-socialiste comme dans la résistance national-conservatrice.

47Par ailleurs le Widerstand partait de l’idée que la destruction du Reich allemand et la progression soviétique qui s’ensuivrait ne pouvait pas être de l’intérêt des Occidentaux. L’Ouest par contre ne percevait pas l’U.R.S.S. à cette époque comme un facteur potentiel de menace, mais comme un partenaire dans l’organisation d’un ordre d’après-guerre fondé sur un équilibre global des intérêts.

  • 53 Que l’on songe aux derniers mémorandums du Foreign Office sur le Widerstand, du 8 juin 1944 et de s (...)

48Partant, il n’y avait, pour ainsi dire, aucune identité de vues entre le Widerstand et l’Occident, ni dans leur définition de l’ennemi, ni dans la détermination de leurs intérêts. Dès lors, les chances de dialogue constructif étaient réduites à néant. On s’en tint à un traitement des contacts avec la résistance allemande strictement calculé en fonction de leurs avantages pour la conduite alliée de la guerre, dans le respect de l’alliance militaire Est-Ouest53.

III. La dimension œcuménique et européenne de la « politique étrangère » du Widerstand.

  • 54 Sur ce point et pour la suite, cf. Klemperer, The Search for Allies, chap. 5 « Ecumenical Dialogue (...)

49Loin de la retenue des Occidentaux, qui reposait sur des considérations de puissance, les opposants allemands ont trouvé auprès des Eglises chrétiennes et des mouvements de résistance de l’Europe occupée ouverture et solidarité54. Celles-ci sont nées d’une communauté des valeurs et des objectifs qui n’ont cessé de croître dans le combat contre l’ennemi totalitaire.

  • 55 Cf. Klemperer, The Search for Allies, pp. 264 sq., 281 sq. et 293 sq.

50Dans la deuxième partie de la guerre, des hommes tels que Adam von Trott, Bonhoeffer, Moltke ou le colonel Staehle prirent des contacts avec des représentants de l’œcuménisme et avec des mouvements de résistance hors d’Allemagne. Depuis Genève, ils incitèrent le secrétaire général du Conseil mondial provisoire des Eglises, le hollandais Visser’t Hooft, et le directeur de l’Institut œcuménique nordique Harry Johanson, en Suède, à aider le Widerstand, et ils furent entendus55. En Grande-Bretagne, l’évêque de Chichester, Bell, avec qui les contacts avaient été précoces, grâce à l’entremise d’amis scandinaves de Trott et de Moltke, ne cessa de déployer des efforts pour susciter de la compréhension pour la résistance allemande auprès du gouvernement britannique.

51Visser’t Hooft a exprimé les raisons d’une telle solidarité lorsqu’il a dit que les opposants allemands faisaient « une guerre au-delà de la guerre » en s’engageant en faveur d’un ordre mondial chrétien pour l’avenir, et en essayant d’obtenir des engagements des belligérants dans ce sens. C’est pourquoi lui et d’autres œuvrèrent pour trouver chez les Alliés des interlocuteurs pour Trott, Bonhoeffer et Moltke, et pour établir des contacts. Mgr. Bell a déclaré plus tard à propos des hommes du Widerstand que la « dimension morale » avait été « la force qui les poussait ». En cela, ils se savaient aussi en accord avec Mgr Berggrav, l’âme de la résistance norvégienne.

52À l’occasion de l’une de ces rencontres, Bonhoeffer a souligné que, pour lui, résister était un « acte d’expiation » : dans une lettre du 26 septembre 1942 à Johanson, Trott écrivait :

« Nous voulons porter témoignage de la nécessité d’un mouvement d’hommes de même conviction [...] dans toute l’Europe chrétienne, qui seraient susceptibles de rendre possible le salut ».

  • 56 Pour ce qui suit, cf. Klemperer, The Search for Allies, pp. 352-368 ou encore « Die ‘Außenpolitik’ (...)
  • 57 Le texte de ce mémorandum du 3 janvier 1944 se trouve chez Ger van Roon, Widerstand im Dritten Reic (...)

53À partir de 1943, le groupe Trott-Moltke était parvenu, par l’intermédiaire d’un résistant allemand, le colonel Wilhelm Staehle, à entrer en contact avec la résistance hollandaise56. Celle-ci transmit au gouvernement des Pays-Bas en exil à Londres, un mémorandum comportant certaines propositions de négociations57, ainsi que quelques informations sur le Widerstand et une note approuvant ces propositions.

54Le premier ministre néerlandais en exil transmit le texte au gouvernement britannique. Le ministre des Affaires étrangères Eden écrivit fin janvier 1944 que jusqu’alors de telles démarches avaient toujours été le fait des services secrets allemands, et que c’était là la raison pour laquelle elles avaient été ignorées – à la suite de quoi le gouvernement hollandais informa le groupe de résistance qu’il convenait désormais de s’abstenir.

  • 58 Lettre de Moltke à son épouse du 17 novembre 1942, in Helmuth James Graf v. Moltke, Briefe an Freya (...)

55En dépit d’un tel échec, les contacts entre résistants allemands et néerlandais ne furent pas interrompus jusqu’à l’arrestation de Staehle. Les résistants hollandais assumèrent délibérément cette tentative d’action commune avec le groupe allemand, dans l’esprit d’un nouveau départ de la politique européenne dans la solidarité. Dans une lettre à son épouse, Moltke parla dans ce contexte de « traduction [des efforts des résistants allemands] au plan européen »58. Et Klemens v. Klemperer qualifia cet épisode de

  • 59 Cf. Klemperer, Verbindung zur großen Welt, p. 18.

« cas particulièrement noble de politique étrangère de la résistance, [de] coopération de groupes de résistants de nationalité différente s’orientant vers un dépassement de la pensée nationale et l’édification d’un fédéralisme européen »59.

56Quoi qu’il en soit, les réalités de la politique internationale restèrent les plus fortes.

57Ceci est valable pour toutes les tentatives de prise de contact du Widerstand à l’étranger. La résistance allemande n’échoua pas seulement lors de la tentative de soulèvement du 20 juillet 1944, elle fut également écrasée par les rapports internationaux de puissance, leur dureté et leurs froids calculs. Mais ceci ne devrait faire oublier, en dépit de leur inefficience politique, ni les manifestations de solidarité courageuses et idéalistes qu’elle dut à l’esprit œcuménique, ni l’aide que lui apportèrent les mouvements de résistance néerlandais et norvégien au nom de l’idéal européen.

Notas

1 Hartmut Mehringer nous propose probablement la meilleure synthèse de ce problème dans Widerstand und Emigration. Das NS-Regime und seine Gegner, München 1997 (= dtv 4520).

2 Afin de compenser les affirmations trop rapides auxquelles le manque de place nous contraint, qu’il me soit permis de recommander la lecture de Peter Hoffmann, Widerstand, Staatsstreich, Attentat, Munich 1969 ; Klemens v. Klemperer, German Resistance against Hitler. The Search for Allies Abroad 1938-1945, Oxford 1992 ; Bernd Martin, Friedensinitiativen und Machtpolitik im Zweiten Weltkrieg 1939-1942, Düsseldorf 2. Aufl. 1976 ; Ulrich Schlie, Kein Friede mit Deutschland. Die geheimen Gespräche im Zweiten Weltkrieg 1939-1941, München, Berlin 1994, ainsi que Lothar Kettenacker (Hg.), Das ‘Andere Deutschland’ im Zweiten Weltkrieg. Emigration und Widerstand in internationaler Perspektive, (Veröffentlichungen des Deutschen Historischen Instituts London, DB 2), Stuttgart 1977.

3 Complément à la note 1 : Bernd Martin, « Das außenpolitische Versagen des Widerstandes », in : Peter Steinbach et Jürgen Schmädeke (Hg.), Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche Gesellschaft und der Widerstand, München und Zürich 1985, 3e éd. 1994, pp. 1037-1060 ; id., « Deutsche Oppositions- und Widerstandskreise und die Frage eines separaten Friedensschlusses im Zweiten Weltkrieg », in : Klaus-Jürgen Müller (Hg.), Der deutsche Widerstand 1933-1945, Paderborn 1986. 2. erw. Aufl. 1990 (= UTB 1398) ; voir aussi les synthèses de Klemens v. Klemperer, Die ‘Verbindung zu der großen Welt’. Außenbeziehungen des deutschen Widerstandes 1938-1945, (=Beiträge zum Widerstand 38), Berlin 1990, id., « Die ‘Außenpolitik’ des deutschen Widerstandes », in : Klaus-Jürgen Müller, Großbritannien und der deutsche Widerstand 1933-1944, Paderborn 1994, S.83-94, et Klaus-Jürgen Müller, Der deutsche Widerstand und das Ausland (= Beiträge zum Widerstand 29), Berlin 1986. Reste d’intérêt majeur, Hermann Graml, « Die außenpolitischen Vorstellungen des deutschen Widerstandes », in : Walter Schmitthenner und Hans Buchheim (Hg.), Der deutsche Widerstand gegen Hitler, Köln, Berlin 1966.

4 Concernant le concept, cf. Klaus-Jürgen Müller, « Die nationalkonservative Opposition vor dem Zweiten Weltkrieg. Zum Problem ihrer begrifflichen Erfassung », in : Manfred Messerchmidt u.a. (Hg.), Militärgeschichte. Probleme - Thesen - Wege, Stuttgart 1982, pp. 215 - 242 et id., « Über den ‘militärischen Widerstand’ », in : Peter Steinbach und Johannes Tuchel (Hg.), Widerstand gegen den Nationalsozialismus, Berlin 1994, pp. 266 - 279.

5 Concept, cf. Klaus-Jürgen Müller, « Zur Struktur und Eigenart der nationalkonservativen Opposition bis 1938 : innerpolitischer Machtkampf - Kriegsverhinderungspolitik und Eventual-Staatstreich », in : Steinbach/ Schmädeke, Widerstand, pp. 329-344 ; et « Zum Problem ihrer begrifflichen Erfassung », ibid., pp. 225 sq.

6 Notons que Beck songeait à appeler les généraux à refuser la guerre après réception par Hitler d’une note de protestation contre sa politique ; le général Halder n’envisageait le coup d’État qu’après une déclaration de guerre des Occidentaux. Pour Halder, on pourra se reporter à Christian Hartmann, Halder - Generalstabschef Hitlers, Paderborn 1991

7 Sidney Aster (Hg.), Arthur Primrose Young, Die X-Dokumente. Geheime Kontakte Carl Goerdelers mit der britischen Regierung 1938/39, München, Zürich 1989 ; voir aussi Michael Krüger-Charlé, « From Reform to Resistance. Carl Goerdeler’s 1938 Memorandum », in : David C. Large (ed.), Contending with Hitler. Varieties of German Resistance in the Third Reich, New York 1992, pp. 75-87.

8 Bodo Scheurig, Ewald von Kleist-Schmenzin, ein Konservativer gegen Hitler, Oldenburg, Hamburg 1968, p. 156 sq. Voir aussi la lettre de Churchill à Kleist in Documents on British Foreign Policy 1919-1939, 3, II, App. VII, p. 688.

9 Erich Kordt, Nicht aus den Akten... Die Wilhelmstraße in Frieden und Krieg, Stuttgart 1950, pp. 280 sq.

10 Pour plus ample informé, voir Klemperer, The Search for Allies, pp. 119 sq.

11 C’était là aussi le but de la mission de l’industriel et ancien officier Hans Böhm-Tettelbach, que Oster et Halder avaient envoyé à Londres début septembre 1938, cf. Hartmann, Halder, pp. 102, Klemperer, The Search, p. 100.

12 Par exemple Weizsäcker, par l’intermédiaire de Carl Jacob Burckhardt (premier septembre 1938).

13 À propos de Weizsäcker, cf. la bibliographie de Schlie, Kein Friede, p. 513. L’activité et la personne de Weizsäcker font l’objet d’approches positives (Schlie et Leonidas Hill, Die Weizsäcker-Papiere, 2 vol., Berlin 1974 et 1982 - en particulier l’introduction, de la plume de l’éd.) et d’approches critiques (Rainer R. Blasius, Für Großdeutschland - gegen den großen Krieg. Ernst v. Weizsäcker in den Krisen um die Tschechoslowakei und Polen, Köln, Wien 1981, et Marion Thielenhaus, Zwischen Anpassung und Widerstand. Deutsche Diplomaten 1938-1941, Paderborn 1984).

14 Wilfried Meyer, « Staatsstreichplanung, Opposition und Nachrichtendienst », in : Steinbach/Tuchel, Widerstand, p. 319-338. Déjà Böhm-Tettelbach und Kleist-Schmenzin se rendirent en Angleterre en qualité d’agents de l’Abwehr en 1938 et Schlabrendorff, 1939. Bonhoeffer fut envoyé en Suède en 1942 dans des conditions identiques, pour y rencontrer l’évêque Bell.

15 Des contacts purent aussi être établis avec les sociaux-démocrates et des syndicalistes, grâce aux officiers de réserve de l’opposition militaire. Mais à notre connaissance cela n’a pas conduit à des contacts identiques en exil.

16 D’autre contacts, non dénués d’importance, furent le fait de Goerdeler, Hassel, Trott, Schlabrendorff, Moltke, des frères Kordt, d’autres relevèrent du prince Hohenlohe – un personnage marginal – avec le group captain Christie, un proche de Lord Vansittart, ainsi que de l’ancien ambassadeur, gagné à la cause de la résistance en 1938, Ulrich von Hassel et Lonsdale Bryans, en Suisse. Cf. Klemperer, Search for Allies, chap. 3, particulièrement pp. 168 sq., Schlie, Kein Friede, chap. 1 et 2, en particulier pp. 102-112, 164-182, 183-195.

17 Voir outre Klemperer, Search for Allies, p.171 sq., et surtout Peter W. Ludlow, « The Unwinding of Appeasement », in : Kettenacker, Das ‘Andere Deutschland’, p. 9-76 ; Ludlow a aussi publié les documents essentiels concernant ce point : id., « Papst Pius XII., die britische Regierung und die deutsche Opposition », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 22 (Juli 1974), pp. 299-341, et Harold C. Deutsch, Verschwörung gegen den Krieg. Der Widerstand in den Jahren 1939-40, Frankfurt/M, Wien, Zürich 1969 ainsi que Schlie, Kein Friede, chap. 7.

18 Cf. la version de Josef Müller, Bis zur letzten Konsequenz. Ein Leben für Frieden und Freiheit, München 1975 ; ainsi que Friedrich H. Hettler, Josef Müller (« Ochsensepp »). Mann des Widerstandes und erster CSU-Vorsitzender, München 1991, pp. 56 sq.

19 La prise de position britannique ne nous est pas parvenue sous une forme fiable. Voir cependant Hassel-Tagebücher p. 179 (à la date du 19 mars 1940 : « [Britischer] deutlicher Wille zu einem anständigen Frieden [...] ist natürlich eine Regimeänderung und Bekenntnis zur christlichen Sittlichkeit ». Analogies avec le discours de Chamberlain du 4 septembre 1939 que Philipp Conwell-Evans avait remis à Theo Kordt en Suisse, et dans lequel il distinguait entre le peuple allemand et le régime d’Hitler ; cf. également une lettre de Vansittart précisant que l’on ne négocierait plus avec Hitler, que c’était l’affaire de l’opposition que de créer un gouvernement susceptible de négocier. Voir de même Schlie, Kein Friede, p. 151 et Klemperer, The Search, pp. 174 sq. et 179.

20 La présentation à Halder, par le général Thomas, d’un mémorandum qui annonçait de première nouvelles positives de Rome, date du 4 novembre 1939 ; le « rapport X » a été soumis au chef d’état-major général le 4 novembre 1939 ; cf. Hartmann, Halder, p. 163 et 186-191, ainsi que Deutsch, Verschwörung, pp. 309-339. D’après Hartmann, l’idée-clé du rapport était qu’au cas où le régime national-socialiste serait renversé, l’Angleterre serait disposée à une paix avec le Reich qui deviendrait un État fédéral dans le cadre de ses frontières de 1937, voire de celles de septembre 1938.

21 Cf. Christian Hartmann, Halder , S. 162-171. Sources importantes pour la conspiration : Helmuth Groscurth, Tagebücher eines Abwehroffiziers 1938 - 1940, Stuttgart 1970.

22 « Summary of Principal Peace Feelers September 1939 - March 1941 », reproduit in Kettenacker, Das ‘Andere Deutschland’, pp. 164-187

23 Tel fut e.a. le cas d’un proche d’Hitler, le général von Reichenau, via la Suède. Cf Klemperer, The Search for Allies, pp. 158-160.

24 La coïncidence chronologique avec les contacts Kordt-Conwell-Evans rendit cette affaire particulièrement troublante.

25 Concernant Oster, cf. Romedio Galeazzo Graf von Thun-Hohenstein, Der Verschwörer. General Oster und die Militäropposition, München 1984 (dtv 10291).

26 Thun-Hohenstein, Oster, pp. 191 sq et Josef Müller, Konsequenz, pp. 139 sq. La dernière mission de Müller au Vatican eut lieu en avril 1939 ; il annonçait que le coup d’État n’aurait pas lieu, que l’attaque était imminente.

27 Le théologien Bonhoeffer définissait alors cette action extrême d’acte authentique de patriotisme dans des situations extrêmes ; Eberhard Bethege, Dietrich Bonhoeffer. Theologe - Christ - Zeitgenosse, München, 6e éd., 1986, p. 579.

28 Le meilleur travail est actuellement Klemperer, The Seach, pp. 192-216. Kordt et Ewald von Kleist s’engageaient dans le même sens.

29 Cf Klemperer pp. 221, 268 et 299 (nbp) et Schlie, pp. 164 sq., 174 sq., 278 sq.

30 Cf., outre Peter Hoffmann, Widerstand, Manfred Messerschmidt, « Motivationen der nationalkonservativen Opposition und des militärischen Widerstandes seit dem Frankreichfeldzug », in K.-J. Müller, Der deutsche Widerstand, S.60-78 ; Jürgen Schmädeke, « Militärische Umsturzversuche und diplomatische Oppositionsbestrebungen zwischen der Münchener Konferenz und Stalingrad », in : Steinbach/ Tuchel, Widerstand, pp. 294 -318.

31 Voir Mehringer, pp. 212 sq.

32 Sur ce point, on se reportera à Klemperer, The Search, à Schlie, Kein Friede, et à P. Hoffmann, Widerstand

33 Klemperer, Die « Verbindung zur großen Welt, p. 7, où l’auteur évoque la « enge [...] Zusammenarbeit zwischen Widerstand und Exil ». Voir aussi Klemperer, The Search.

34 Voir Klemperer, The Search, chap. 4 à 6 ; Schlie, Kein Friede, et surtout Mehringer, Widerstand und Exil.

35 Demander qu’en cas de renversement du pouvoir allemand les attaques aériennes sur le Reich cessent devait en outre contribuer à faire accepter le coup d’État par la population. Cf. Spiegelbild einer Verschwörung. Die Kaltenbrunnerberichte. Geheime Dokumente aus dem ehemaligen Reichssicherheitshauptamt, Hans-Adolf Jacobsen éd., Stuttgart 1984, vol. 2, pp. 728 sq., et P. Hoffmann, Widerstand, pp. 749 sq.

36 Cf. Christian Müller, Oberst i.g. Stauffenberg. Eine Biographie., 2e éd., Düsseldorf 1971, pp. 400 sq., et Klaus-Jürgen Müller, Der Entschluß zum Staatsstreich, Berlin 1985 (Beiträge zum Widerstand n° 27).

37 Cit. d’après Bodo Scheurig, Henning von Tresckow. Eine Biographie. Frankfurt/M. 1980, pp. 192 sq.

38 Goerdeler écrivait déjà en octobre 1938 que Chamberlain avait permis le succès munichois d’Hitler, qu’il l’y avait sauvé. Cf. Gerhard Ritter, Carl Goerdeler und die deutsche Widerstandsbewegung, 4e éd., Stuttgart 1984, p. 198 ; voir également Ulrich v. Hassell, Die Hassell-Tagebücher 1938-1944, Aufzeichnungen vom Andern Deutschland, Berlin 1989, pp. 54 sq. ; l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Berlin, Henderson, écrivait le 6 octobre 1938 à son ministre de tutelle Halifax : « Dadurch, daß wir den Frieden gerettet haben, haben wir Hitler und sein Regime gerettet. », cit. d’après Rudi Strauch, Sir Neville Henderson, Britischer Botschafter in Berlin 1937 bis 1939,. ein Beitrag zur diplomatischen Vorgeschichte des Zweiten Weltkrieges, Bonn 1959, p. 176. Travaux plus récents : Richard Lamb, The Ghosts of Peace 1935-1945, Wilton 1957, éd. all. ss le titre : Der verfehlte Friede. Englands Außenpolitik 1935-1945, Stuttgart 1989 ; id., « Das Foreign Office und der deutsche Widerstand 1938-1944 », in : Klaus-Jürgen Müller und David Dilks (éd.), Großbritannien und der deutsche Widerstand 1933-1944, Paderborn 1994, und Patricia Meehan, The Unnecessary War. Whitehall and the German Resistance to Hitler, London 1992.

39 C’est là la thèse de Bernd Martin (cf. notes 2 et 3).

40 Sur ce point et pour ce qui suit, on pourra se reporter à l’ouvrage collectif de Klaus-Jürgen Müller und David N. Dilks (éd.), Großbritannien und der deutsche Widerstand 1933-1944, Paderborn 1994, en particulier : David N. Dilks, « Determinanten britischer Deutschlandpolitik 1937-39. Zum Stellenwert des Widerstandes in der britischen Politik » et Richard Lamb, « Das Foreign Office und der deutsche Widerstand 1938-44 ».

41 The Diaries of Sir Alexander Cadogan 1938-45, edited by David N. Dilks, London 1971, pp. 128 sq. Voir aussi Lamb, Ghost of Peace.

42 Aide-mémoire du gouvernement britannique au gouvernement français, octobre 1939 : « Es ist unsere allgemeine Absicht in diesem Krieg, Europa von der beständigen und wiederkehrenden Sorge vor deutscher Aggression zu befreien[...] », Dokumente zur Deutschlandpolitik, I. Reihe, Bd 1 : « Britische Deutschlandpolitik (3. September 1939 - 31. Dezember 1941) », Frankfurt/M. 1984, p. 37.

43 Cit. in Lothar Kettenacker, « Der nationalkonservative Widerstand aus angelsächsischer Sicht », in : Steinbach/Schmädeke, Widerstand, S. 717 ; cf. également id., « Die britische Haltung zum deutschen Widerstand während des Zweiten Weltkrieges », in id., Das „Andere Deutschland“, p. 54.

44 « Summary of Principal Peace Feelers, September 1939 - March 1941 », in Kettenacker, Das ‘Andere Deutschland’, p. 164-187 ; Vansittard n’était pas seul à défendre cette position. Le sous-secrétaire au Foreign Office, Sir Alexander Cadogan, écrivait en septembre 1940 : « Zweifellos gibt es in Deutschland Militärkreise, die einem Kompromißfrieden nicht abgeneigt wären, wenn sie nicht bald einen vollständigen Sieg erringen können, aber wir haben keine Indizien dafür, daß sie 1) fähig oder vorbereitet wären, sich Hitlers zu entledigen, noch 2) daß sie auf lange Sicht viel besser wären als die gegenwärtig in Deutschland regierende Bande. » Cit. in Kettenacker, Die britische Haltung, p. 57, nbp. 36.

45 Le baron suédois Bonde signala à cette époque à la suite d’une demande de Göring à la représentation britannique de Berne qu’il serait disposé à des entretiens à condition que Londres fasse le premier pas.

46 « Summary of Principal Peace Feelers, September 1939 - March 1941 », in Kettenacker, Das ‘Andere Deutschland’, p. 169 sq. Cf. aussi Kettenacker, Die britische Haltung, pp. 58 sq.

47 Goerdeler avait évoqué e.a. les frontières de 1914, Wirth et Geßler avaient même fait mention de nouvelles annexions – qui rappelaient le programme Bethmann-Hollweg de 1914. Cf. « Summary of Principal Peace Feelers, September 1939 - March 1941 », in Kettenacker, Das ‘Andere Deutschland’, p. 182, ainsi que Kettenacker, Der nationalkonservative Widerstand, p. 718.

48 Cit. in Kettenacker, Die britische Haltung, pp.59 sq.

49 Les efforts de Bonhoeffer en vue d’établir des contacts, au printemps 1942 et un mémorandum de Trott reçurent le commentaire suivant à Londres : on considéra qu’il était intéressant de chercher à savoir ce que de tels groupes étaient capables de faire, mais « nous ne négocierons pas ! » La défaite et le désarmement devaient être les seules réponses. D’ailleurs, pensait-on, ces hommes étaient manipulés par l’état major général allemand en vue de la mise sur pied de négociations. Cf. Lamb, Das Foreign Office, pp. 59 et 62. et surtout Klemperer, The Search for Allies, chap. 3 « Widerstand and the Forging of the Grand Alliance ».

50 Alexander Fischer parle de « brüchige Allianz » dans Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, Stuttgart 1975 (chap 14).

51 Cf. Ingeborg Fleischhauer, Die Chance des Sonderfriedens. Deutsch-sowjetische Geheimgespräche 1941-45, Berlin 1986.

52 American Intelligence and the Resistance to Hitler. A Documentary History, edited by Jürgen Heideking and Christof Mauch, Boulder & Oxford 1996 ainsi que, des mêmes auteurs, USA und deutscher Widerstand. Analysen und Operationen des amerikanischen Geheimdienstes OSS, Tübingen 1993 ; voir aussi Anthony Cave Brown, The last Hero. Wild Bill Donovan, London 1982, pp. 157-184. ; Bradley F. Smith, The Shadow Warriors. OSS and the origins of the CIA, London 1983, chap. 3-4.

53 Que l’on songe aux derniers mémorandums du Foreign Office sur le Widerstand, du 8 juin 1944 et de septembre 1944, texte chez Kettenacker, Das ‘Andere Deutschland’, pp. 200 sq., plus particulièrement 212 sq. ; on pourra se référer aux commentaires de Lamb, Das Foreign Office, pp. 76 - 81.

54 Sur ce point et pour la suite, cf. Klemperer, The Search for Allies, chap. 5 « Ecumenical Dialogue or ‘The War behind the War’ » et chap. 6, « The Vision and the Mirage ».

55 Cf. Klemperer, The Search for Allies, pp. 264 sq., 281 sq. et 293 sq.

56 Pour ce qui suit, cf. Klemperer, The Search for Allies, pp. 352-368 ou encore « Die ‘Außenpolitik’ des deutschen Widerstandes », pp. 90-94 (plus éléments bibliographiques complémentaires), ainsi que Ger van Roon, « Oberst Wilhelm Staehle. Ein Beitrag zu den Auslandskontakten des deutschen Widerstandes », in Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 14 (avril 1966), pp. 209-223 et Wilhelm Staehle. Ein Leben auf der Grenze 1877 -1945, München 1969.

57 Le texte de ce mémorandum du 3 janvier 1944 se trouve chez Ger van Roon, Widerstand im Dritten Reich. Ein Überblick, München 1976, pp. 211-217 (ce document fait défaut dans l’édition revue de 1987).

58 Lettre de Moltke à son épouse du 17 novembre 1942, in Helmuth James Graf v. Moltke, Briefe an Freya 1939-1945, Beate Ruhm von Oppen éd., München 1988, p. 439.

59 Cf. Klemperer, Verbindung zur großen Welt, p. 18.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search