Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Opposition et résistances

Y a-t-il eu une résistance juive ?

Stratégies de défense contre Hitler et contre la terreur national-socialiste

Julius H. Schoeps
Traduction de Jean Clédière

Texte intégral

1Les Juifs d’Europe se sont-ils effectivement entre 1936 et 1945 laissés mener à l’abattoir comme des moutons sans opposer la moindre résistance ? Cette opinion qui revient sans cesse sous des formes variées et dont ont fait en règle générale un usage irréfléchi continue d’être aujourd’hui comme hier largement répandue. Elle correspond à la célèbre parabole biblique [livre de Jérémie 11.19] qui dit :

« J’étais comme un agneau candide qu’on mène à la boucherie. Et j’ignorais les mauvais desseins qu’ils méditaient contre moi ».

2On cite cette opinion chaque fois qu’il s’agit de caractériser l’apparente passivité des Juifs à l’époque du génocide national-socialiste et de trouver une explication à ce qui paraît inexplicable.

3À cette opinion est le plus souvent associée l’idée que si les Juifs n’ont pas opposé de résistance, c’est parce que, par le jeu de processus d’adaptation, ils ne possédaient plus dans les pays où ils habitaient aucune conscience d’eux-mêmes, c’est-à-dire pour employer le jargon des sociologues, qu’ils n’avaient plus d’identité de groupe. On en tire fréquemment argument pour expliquer le fait qu’ils n’aient pas été capables d’opposer une résistance collective à la terreur national-socialiste. Est-on fondé à admettre ce point de vue ? Ou bien n’a-t-on pas affaire, une fois de plus à l’une de ces théories élaborées par des historiens, apparemment plausibles dans un premier temps mais n’ayant que peu de rapports avec la réalité historique ?

4Les faits sont compliqués dans la mesure où certains historiens tels que R. Hilberg, le célèbre spécialiste des recherches sur l’Holocauste, contestent fortement qu’il ait pu y avoir quelque chose qui ressemblât à une résistance juive. Les Juifs, dit-il, n’ont pas pu se défendre pour la bonne raison qu’ils n’ont pas été en mesure de le faire. Hilberg ajoute que, tout au long de l’histoire des persécutions qu’ils ont subies, ils ont pour ainsi dire intégré passivité et résignation. Ils n’auraient survécu aux croisades, aux massacres commis par les Cosaques et aux pogroms que parce qu’ils avaient appris que le meilleur moyen pour amener l’agresseur à cesser de les harceler était de reculer et de céder. Incontestablement, la thèse de Hilberg comporte une idée centrale qui est exacte mais qui est formulée de façon si rigide qu’on ne peut faire autrement que de la rejeter. Sans doute la vérité se situe-t-elle, comme c’est presque toujours le cas en pareilles circonstances, quelque part entre les deux extrêmes.

Les Juifs se sont-il suffisamment défendus ?

5Il ne manque pas de survivants de la Shoah pour ressentir cette accusation de passivité pour ainsi dire comme une obscénité. En effet, elle suggère – et cela de manière subliminale – que les Juifs sont eux-mêmes responsables de leur destin. C’est pourquoi beaucoup ont du mal à supporter cette accusation de passivité. On comprend que celui qui a survécu à la clandestinité, aux camps de concentration ou d’extermination se pose la question de savoir comment il se fait qu’il ait survécu, lui, mais pas la grande masse des autres. Beaucoup demandent s’il n’y aurait pas eu quand même des possibilités d’éviter Auschwitz et le génocide organisé. Questions sans doute légitimes, mais qui ne changent rien au fait que la résistance n’est possible que là où existe un ensemble de conditions qui permettent une résistance de quelque nature que ce soit. Mais tel ne fut pas le cas.

6Ce qui est indispensable pour que s’organise une défense collective faisait défaut à la grande masse des Juifs d’Europe. Et comment aurait-il pu en être autrement ? Peut-on attendre d’une communauté plus âgée que la moyenne, politiquement éparpillée et adaptée, de réelles actions de résistance ? Il y faudrait cette identité de groupe déjà évoquée qui n’existait ici que de façon relative : davantage en Europe de l’Est, moins dans les pays d’Europe de l’Ouest.

7Que Hilberg et d’autres historiens n’admettent que l’insurrection et la résistance comme formes effectives de résistance pose problème. C’est là une vision traditionnelle des choses et, de surcroît, une acception très étroite du concept de résistance, difficile à maintenir aujourd’hui. Assurément il n’y a pas eu de la part des Juifs, sur une grande échelle, de résistance armée contre le national-socialisme. Mais en revanche les Juifs se sont défendus de différentes manières et cette résistance a revêtu les aspects les plus divers et s’est manifestée dans les domaines les plus variés.

8Résister, cela pouvait signifier par exemple enfreindre certaines lois, contourner certaines dispositions ou bien développer des activités culturelles destinées uniquement à affirmer son identité. La tentative d’échapper par la fuite aux persécutions pouvait être une forme de résistance de même que le fait qu’il y eut des Juifs pour aller rejoindre dans les bois des groupes de partisans ou bien pour combattre comme soldats dans les armées alliées contre l’Allemagne de Hitler.

  • 1 Arno Lustiger, Zum Kampf auf Leben und Tod ! Vom Widerstand der Juden 1933-45, Köln, 1994.

9Arno Lustiger, dans un livre remarquable Zum Kampf auf Leben und Tod plaide pour un élargissement de ce type de concept de résistance, qui ne signifie pas seulement la résistance armée mais inclut toutes les formes de résistance opposées aux Allemands et ainsi autorise aussi certaines réponses à la question hypothétique de savoir si la population juive d’Europe avait tout simplement une chance de pouvoir s’opposer à l’extermination dont elle était menacée.1

10Si l’on tient compte du fait qu’il était difficile pour les Juifs d’avoir accès à des armes, qu’ils n’étaient pas libres de se déplacer, entourés qu’ils étaient d’ennemis, et de plus découragés et démotivés par des manœuvres de diversion, on peut s’étonner qu’il y ait cependant eu des résistants qui se sont défendus activement par tous les moyens en leur possession. Ils avaient pour devise : nous ne nous battons pas pour vaincre, mais pour l’honneur du peuple juif, pour avoir le droit à quelques lignes dans les livres d’histoire.

11Ce que demande Lustiger, lui-même survivant des camps d’extermination et qui vit aujourd’hui à Francfort sur le Main où il exerce le métier d’écrivain, est parfaitement compréhensible. Il s’agit pour lui de réduire à néant le mythe qui donne l’impression que les Juifs ne se seraient pas défendus ou bien ne l’auraient fait que dans une faible mesure. Il n’est pas aberrant d’affirmer, comme il le fait, que ce mythe constitue l’un des derniers « mensonges historiques », une légende tenace qui a survécu aux différentes phases de la « sympathie active » et du « travail de mémoire » qui ont été le fait de l’historiographie allemande récente.

Les armes à la main

12En fait, on ne sait guère que dans presque cent ghettos de Pologne, de Lituanie, de Russie Blanche et d’Ukraine se sont produits de véritables soulèvements. Il est extrêmement rare que les insurgés aient eu des armes à leur disposition. On s’est battu, tantôt avec des couteaux, des haches et des gourdins, tantôt à main nue. Les soulèvements dirigés contre les SS dans les camps d’extermination de Treblinka, Sobibor et Auschwitz-Birkenau, attestés et décrits en détails par les survivants, documents à l’appui, sont souvent considérés par les historiens comme de purs actes de désespoir.

13Cette appréciation n’est pas juste. Car ces actions furent autre chose qu’un dernier sursaut, elles étaient plutôt une dernière tentative de préserver la dignité humaine dans une situation désespérée et sans issue. Si l’on songe que la plupart des détenus qui attaquaient leurs tortionnaires étaient à demi morts de faim, totalement épuisés par les travaux forcés et qu’ils n’avaient pratiquement plus d’espoir de survivre, alors on ne fera jamais assez cas des actes de résistance accomplis dans les camps.

14Le courage des insurgés du ghetto de Varsovie est entre-temps devenu presque légendaire. Au printemps 1943 a commencé la résistance contre un adversaire brutal et armé jusqu’aux dents. Vingt-deux groupes de combat se constituèrent. On construisit plus de mille abris et caches souterrains. Combat sans perspective, mais qui fut livré, non parce que l’on croyait pouvoir en sortir vainqueur, mais parce que l’on voulait témoigner devant l’histoire.

15Communistes, membres du Bund, sionistes de droite et gauche avaient scellé dans le ghetto une communauté de combat. M. Amelevicz, le commandant de l’organisation combattante juive, qui tomba le 8 mai 1943, au quinzième jour du soulèvement, observait dans une lettre écrite peu de temps avant sa mort :

  • 2 Ibid. p. 85.

« Nos derniers jours approchent. Mais aussi longtemps que nous aurons encore une balle, nous continuerons à nous battre et nous nous défendrons »2

16Dans les pays d’Europe de l’Ouest, en particulier en France, la résistance juive était le plus souvent partie intégrante de la résistance générale. Certes il existait des associations juives, comme l’armée juive fondée à Toulouse par A. Polonski et L. Lublin dont les membres, avant d’être formés au maniement des armes, prêtaient serment sur la Bible et sur le drapeau sioniste bleu et blanc. Mais normalement les Juifs de France se considéraient comme membres de la résistance nationale, qui combattaient au coude à coude avec d’autres adversaires de la terreur national-socialiste contre les occupants allemands et ceux qui collaboraient avec eux. Ils effectuaient des attentats, sauvaient des enfants et aidaient des Juifs et des non-Juifs par des moyens partiellement aventureux à fuir pour trouver la liberté.

17Le fait que certains chefs de la résistance française étaient des Juifs est relativement ignoré du public. En France aujourd’hui encore leurs noms sont honorés. Citons par exemple le Colonel Gilles, le stratège militaire qui s’appelait en réalité Joseph Epstein et qui commandait les groupes de résistance dans la région de Paris. Ou bien encore Jacques Bingen qui, après que Klaus Barbie, sbire au service des SS, eut torturé à mort Jean Moulin devint chef des mouvements unifiés de résistance sur le territoire français. Ou bien Lazare Rachline qui reçut en mai 1944 du Général de Gaulle la mission de restructurer la résistance mais qui démissionna dès septembre de cette même année parce qu’il réprouvait les actes de vengeance exercés contre certains collaborateurs et parce que certains aspects brutaux de l’épuration lui répugnaient.

18Il ne faudrait cependant pas passer sous silence telle page sombre de l’histoire de France qui aujourd’hui encore suscite de violentes controverses. Je veux parler des tentatives faites alors pour « aryaniser » la résistance. Le fait par exemple que parmi les résistants du groupe des « 23 » (dit de « l’affiche rouge »), recherchés par les nazis et exécutés par eux, figuraient douze Juifs, ne cadrait pas, dans la France d’après-guerre, avec le mythe de la « libération nationale ». Le parti communiste français, en particulier, s’efforça après 1945 de minimiser le rôle des Juifs dans la résistance.

19Le P.C.F. intervint également en mai 1945 lorsque devait être projeté le film documentaire Terroristes en retraite qui est un reportage sur les survivants Juifs du groupe Manouchian, sans doute le plus célèbre groupe de combat de la résistance. S. Signoret qui a raconté son passé de résistante dans Adieu Volodia, s’est exprimée à cette époque avec amertume sur le fait que depuis 1943 on oubliait systématiquement les Juifs qui avaient combattu dans la résistance et qu’une fois encore ils devaient être sacrifiés par le biais de la censure cinématographique. Le scandale déclenché par l’intervention du P.C.F. eut pour effet que la télévision fut finalement obligée de diffuser cette contribution. L’affaire laissa néanmoins un arrière-goût d’amertume.

20Nul ne conteste aujourd’hui que dans les territoires occupés d’Europe de l’Est des Juifs se sont joints aux unités de partisans. Mais c’est également un fait que de la part des états-majors on s’efforça fortement d’empêcher la constitution d’unités de combat composées de Juifs. Cependant, cela n’empêcha pas des hommes et des femmes d’origine juive d’aller rejoindre dans les bois les groupes de résistance armée. Il leur fallait cependant souvent dissimuler leur identité, car il n’était pas rare qu’ils soient dénoncés ou assassinés par ceux de leurs compagnons de combat qui n’étaient pas Juifs.

21La plupart de ceux que l’on peut citer dans ce cadre sont aujourd’hui pour une large part oubliés. Mais cet oubli n’est cependant pas total car leur héritage survit entre autres dans certaines mélodies que les chanteurs folkloriques chantent aujourd’hui encore telles que Sog mit keynmol qui non seulement rappelle les exploits des partisans Juifs, mais rappelle aussi le souvenir du poète yiddisch, auteur de ce chant de combat, le jeune H. Glick, qui avait 22 ans lorsqu’il tomba en 1944 les armes à la main.

De l’incapacité à se défendre

22En Allemagne les Juifs avaient du mal, ne serait-ce que pour des raisons de mentalité, à développer des stratégies défensives contre Hitler et la terreur national-socialiste. Après qu’en 1933 la bourgeoisie libérale eut procédé à sa propre mise au pas et après l’écrasement du mouvement ouvrier organisé, les Juifs n’avaient plus rien sur quoi s’appuyer et ils ne savaient plus très bien comment ils devaient se comporter. Quiconque n’était ni marxiste révolutionnaire, ni pacifiste radical n’avait guère la possibilité de trouver le moyen de s’opposer fondamentalement à l’État.

23À ce titre les Juifs ne se distinguaient pas de la majorité des Allemands à qui, comme tout le monde le sait, n’est pas venue l’idée de se dresser contre l’État qu’ils savaient certes très imparfait et entre les mains de brutes qui ne connaissaient que la force, mais qu’ils continuaient à considérer comme leur État. Pour reprendre la formule de l’historien hambourgeois W. Jochmann, il était hors de question que l’on se représentât l’État comme l’instrument du crime et de l’extermination.

  • 3 Werner Jochmann, Gesellschaftskrise und Judenfeindschaft in Deutschland 1870-1945, Hamburg, p. 236 (...)

24Dans la manière grotesque dont ils ont méconnu la situation réelle, de nombreux Juifs allemands se crurent même, au moment de la déclaration de guerre, obligés de se porter volontaires. J. Schoeps par exemple qui durant la Première Guerre mondiale avait atteint le grade de médecin-chef d’état-major et qui était fier d’être le seul juif à appartenir au 2e régiment de dragons « Impératrice Alexandra de Russie »3, était on ne peut plus profondément convaincu de devoir remplir ses devoirs d’Allemand. Qu’il l’ait très sérieusement pensé, une lettre que son épouse écrivit à leur fils, alors exilé en Suède, l’atteste :

  • 4 Cf. Julius H. Schoeps, Hasenheide Nr. 54. « Zur Geschichte einer deutsch-jüdischen Familie », in : (...)

« On a dissuadé papa de se mettre à la disposition de l’autorité militaire, cela n’aurait aucun sens. Je crains aussi qu’il ne soit trop âgé »4

25À l’automne 1939, J. Schoeps avait 75 ans. C’était un patriote, un patriote juif allemand, qui ne pouvait pas comprendre pourquoi sa qualité d’Allemand n’avait plus aucun sens et pourquoi on ne voulait plus de son patriotisme.

26On pose souvent la question de savoir s’il a tout simplement existé en Allemagne une résistance active. À supposer que cela ait été le cas, on pourrait citer l’organisation Neu Beginnen (Nouveau départ) ou le groupe clandestin de tendance communiste autour d’H. Baum. Celui-ci, le 18 mai 1942, mit le feu à l’exposition Au paradis des soviets organisée par la propagande antisoviétique.

  • 5 Cf. Leon Brandt, Menschen ohne Schatten. Juden zwischen Untergang und Untergrund 1938 bis 1945, p. (...)

27À la suite de cet attentat, 250 Juifs furent exécutés comme otages à Berlin, cependant qu’H. Baum était torturé à mort et que 27 membres du groupe étaient exécutés après avoir été jugés par le Volksgerichtshof.5

28La raison pour laquelle certains Juifs ont rejoint les organisations clandestines antifascistes et éventuellement communistes tient en premier lieu au fait que, même s’ils l’avaient souhaité, il n’y avait pas de place pour eux dans la résistance émanant de la bourgeoisie conservatrice. Les programmes politiques et idéologiques qui y étaient représentés les en excluaient. Les hommes du 20 juillet se dressaient certes contre Hitler, mais leur attitude envers les Juifs et envers ce qu’on appelait la « question juive » allait de l’indifférence au refus de la prendre en compte.

  • 6 Dans les comptes rendus qu’elle a consacrés au procès Eichmann à Jérusalem, la philosophe et public (...)

29Les célèbres mémorandums de C.F. Goerdeler, par exemple, qui élaboraient des plans pour l’Allemagne post-hitlérienne, sont imprégnés de projets qui se situent dans la tradition de la politique de puissance, d’accents rappelant le nationalisme völkisch et de ressentiments qui sont à l’opposé des idées libérales. On s’efforce aujourd’hui d’oublier que, pour la résistance d’origine bourgeoise, le destin des Juifs – pour autant qu’on l’évoquât – n’avait de signification que marginale. Certes il y a eu des protestations et des exemples d’aide individuelle de nature humanitaire, mais ils furent isolés et on n’y trouve pas de condamnation fondamentale de l’antisémitisme et de la politique menée par le national-socialisme.6

30Il est indiscutable que des Juifs ont pris part individuellement à la résistance antifasciste organisée. Certains Juifs ont agi en accord avec des groupements politiques, ils se sont en exil politiquement engagés et ont combattu les armes à la main durant la guerre d’Espagne. Arnold Paucker, qui fut pendant de longues années directeur de l’Institut Leo Baeck à Londres, a même calculé qu’en pourcentage il y eut davantage de Juifs que d’Allemands non-Juifs dans la résistance antifasciste. Pour l’Allemagne, il parvient à un nombre de 2000 jeunes Juifs qui eurent une activité clandestine et qui peuvent être comptés au nombre des résistants.

31Mais il est également certain qu’il n’y a pas eu en Allemagne de résistance juive spécifique – mis à part le groupe Baum qui représentait un cas particulier – pour cette raison déjà que le PC dès 1935 avait donné la directive que les camarades Juifs et non-Juifs devaient s’organiser dans des cellules clandestines séparées. Cela eut pour résultat que les Juifs engagés dans le combat contre Hitler et contre la terreur national-socialiste ne pouvaient compter que sur eux-mêmes. Ce n’est pas en tant que Juifs mais en tant qu’individus qu’ils se battaient.

32C’est une erreur que d’accepter l’idée qu’après 1933 les Juifs allemands dans leur grande majorité devaient nécessairement avoir un rapport positif à la résistance et à ses entreprises. Ils ne le pouvaient pas et ne le voulaient pas non plus. Pour cela ils étaient pour la plupart trop adaptés, trop loyaux envers l’autorité de l’État. L’idée de résister les armes à la main était proprement impensable et était en dernière analyse en contradiction avec le comportement traditionnel des Juifs, qui est de céder, de prendre son parti de situations dangereuses dans l’espoir, de cette manière, de survivre sans trop de dommages.

Formes non actives de résistance

33Quand on parle de résistance dans l’État national-socialiste, on pense en premier lieu à des actions qui se sont traduites par l’utilisation ouverte de la violence contre la puissance publique, c’est-à-dire à des attentats individuels ou à la bombe, à des actes de sabotage. Mais il y a eu également d’autres formes de résistance qui ne présentaient aucun lien avec l’emploi concret de la violence. Elles relèvent d’une conception élargie de la notion de résistance, telle que nous l’avons brièvement évoquée au début de cet article ; y ressortissent des formes de résistance telles que le refus de collaborer ou de faire certaines choses, la dérision, la protestation, mais aussi les efforts faits pour affirmer son identité.

34Le célèbre article « Portez-la fièrement, l’étoile jaune », dû à la plume de R. Welsch et qui parut le 4 avril 1933 dans la Jüdische Rundschau a valeur d’exemple pour cette forme de résistance. Il y exhortait les Juifs allemands à revendiquer leur judaïté en même temps qu’il les exhortait à affirmer fièrement leur identité face à la terreur grandissante exercée par le national-socialisme. Cet appel était le symbole de toute une gamme de comportements et d’actions par lesquels les Juifs réagissaient de façon solidaire à la prise de pouvoir par les nationaux-socialistes et à la manière dont ils se trouvèrent, à la suite de celle-ci, exclus de la société et de la culture allemande.

35Comme relevant de la forme non-active de résistance à l’époque national-socialiste, on peut également considérer le cas du commerçant juif Abraham Adolf Kaiser de Duisburg. Pendant les Jeux Olympiques de Berlin, auxquels en leur temps on prêta attention dans le monde entier et qui contribuèrent largement à ce que le système national-socialiste fût reconnu à l’étranger, Kaiser avait, le 6 août 1936, envoyé une lettre de protestation à Jesse Owens qui participait à ces jeux ; il ne signa pas cette lettre mais la fit suivre de la mention « civis german » (un citoyen allemand). Cette lettre constitue un exemple éloquent.

  • 7 Kwiet/Eschwege (cf. note 5), p. 253.

36La Gestapo qui, en perquisitionnant chez Kaiser, trouva un double de cette lettre retint dans son rapport le fait que celle-ci était pleine des attaques et des offenses les plus graves dirigées contre l’Allemagne national-socialiste. Dans ce même rapport de la Gestapo on peut lire que Kaiser qualifiait l’Allemagne de pays où régnaient la barbarie et la terreur, où des criminels étaient aux commandes, où deux millions de prisonniers politiques moisissaient dans les prisons et où des magistrats allemands consentaient à se faire les valets des bourreaux qui étaient au pouvoir. Kaiser, ajoutait le rapport de la Gestapo, avait exhorté J. Owens à jeter à la figure d’Hitler sa médaille olympique et à quitter ostensiblement le pays afin de donner à ces barbares et à ces assassins une leçon pour leur orgueil et leur arrogance.7

37Il est hors de doute qu’il fallait alors du courage pour s’exprimer et pour prendre publiquement position, pour dire ce avec quoi l’on était d’accord et ce que l’on désapprouvait. Si l’on venait à être dénoncé par des gens qui vous en voulaient, cela signifiait en règle générale l’arrestation ou l’internement dans un camp de concentration. Abraham Adolf Kaiser de Duisburg fut, à cause de sa lettre à Jesse Owens, condamné à dix-huit mois de prison par un tribunal spécial de Düsseldorf. Après ce qu’on a appelé la « Nuit de Cristal », il fut à nouveau incarcéré pour huit mois, au camp de concentration de Dachau cette fois, « par mesure de sécurité ». Relâché, il se refusa à porter l’étoile jaune lorsque celle-ci fut introduite à l’automne 1941. Il fut arrêté en octobre 1941 et le 13 janvier 1942 il fut évacué en direction de Riga : c’est ce qu’indique la dernière mention figurant dans son dossier personnel. Nous perdons ensuite sa trace.

38Comment se présentait la menace dans la vie de tous les jours ? Quelles possibilités s’offraient aux Juifs ? La plupart ressentaient leur existence comme une vie en sursis. L’angoisse de faire partie du prochain transport dominait chacun des instants dont on disposait encore. Face à cette situation les intéressés n’avaient plus que deux issues : l’illégalité ou le suicide. L’illégalité signifiait que l’on disparaisse sans laisser de trace ou bien que l’on s’enfuie dans l’un des pays qui n’étaient pas occupés par les nazis ; ces deux solutions comportaient d’assez grandes difficultés et seuls quelques-uns parmi les plus jeunes, qui ont mis cette chance à profit, ont réussi à quitter l’Allemagne par des voies clandestines.

39Pour les moins jeunes, le « suicide » restait le dernier acte permettant de déterminer soi-même son destin. En 1942, un quart des décès parmi les Juifs de Berlin est imputable au suicide. Les historiens débattent de savoir dans quelle mesure le suicide peut être interprété comme un acte de résistance. Quelques uns estiment même que fuir ou se dérober par le suicide n’a certes pas constitué un acte de résistance, mais a été comme une espèce de « comportement non conforme » qui perturbait la machine à exterminer dans son fonctionnement technico-bureaucratique, c’est-à-dire n’était pas conforme à « l’itinéraire prescrit » de la « solution finale ». Ceux qui pensent ainsi ajoutent que les nazis ont tout essayé pour empêcher les suicides de Juifs (à l’époque des déportations, 3.000 environ ont mis fin à leurs jours). Les SS s’efforcèrent de faire cesser les tentatives de suicide. Si celles-ci avaient lieu nonobstant, ceux qui avaient tenté de se suicider étaient châtiés. Au procès de Sobibor, on constata ce qui suit :

  • 8 Adalbert Rückerl, NS-Vernichtungslager im Spiegel deutscher Strafprozesse – Belzec, Sobibor, Trebli (...)

« Quant aux détenus qui tentaient de se suicider et qui manquaient à l’appel du matin, mal leur en prenait ; victimes d’un cynisme sans exemple, ils étaient fusillés pour dissuader les autres prisonniers, qui travaillaient au camp et qui étaient rassemblés là, de les imiter ; et il n’était pas rare qu’on leur tînt à ce moment-là une harangue leur rappelant que le droit de tuer revenait aux seuls Allemands, les Juifs n’ayant même pas le droit de se tuer ».8

Les Juifs ont-ils contribué à leur propre extermination ?

40Dans son livre publié en 1963 sous le titre Eichmann à Jérusalem, H. Arendt déclarait que les Juifs d’Europe s’étaient rendus complices de leur propre extermination à laquelle ils auraient contribué. Si les chefs des communautés juives, les dirigeants d’associations et d’organisations de bienfaisance s’étaient refusés à collaborer avec les autorités national-socialistes, cela aurait conduit, aux dires de la philosophe connue pour sa combativité, à une situation chaotique et aurait provoqué une immense misère, mais il n’est pas certain que le nombre total des victimes aurait été compris entre 4,5 et 6 millions.

41Une avalanche de protestations violentes s’est abattue sur la thèse d’H. Arendt, qui avait fait sensation. On a insisté à plusieurs reprises sur ce que les hypothèses qu’elle énonce ont d’indéfendable. On lui a objecté d’avoir méconnu les conditions réelles et d’avoir donné de la situation dans laquelle vivaient alors les Juifs une image erronée. Il n’est pas possible de parvenir à un accord dans cet ensemble de controverses. Une seule chose est sûre – et il ne saurait y avoir de discussion sur ce point – : c’est que du côté juif il était probablement impossible de se dérober au processus de marginalisation et de s’opposer activement à la menace de déportation.

42Pour nous aujourd’hui se pose la question de savoir si H. Arendt n’a pas formulé sa thèse en exagérant à dessein. Peut-être faut-il nous demander si elle n’a pas trop jugé les choses d’un point de vue intellectuel et évalué tout le processus à l’aune de ses propres critères moraux et éthiques. Quand H. Arendt affirme que dans certaines situations il faut résister, cette exigence est-elle juste ? Celui qui ne sait pas se défendre se rend-il effectivement coupable ? Et faut-il condamner celui qui ne fait rien contre ce qui lui arrive ? Autant de questions qui sans cesse en appellent de nouvelles.

43Rétrospectivement on peut se demander s’il est possible de reprocher quelque chose à ceux qui n’étaient pas en mesure de résister. Et du reste, comment auraient-ils pu faire ? La plupart des Juifs d’Allemagne, comme nous l’avons constaté dès l’abord, en étaient incapables, ne serait-ce qu’en raison de leur attitude mentale en face de l’Allemagne. Ils aimaient ce pays et jusqu’à l’arrivée au pouvoir des nazis (et peut-être au-delà) ils vivaient dans la conviction que le pouvoir ne pouvait rien commettre qui fût absolument contraire au droit et qu’il fallait obéir aux décisions des autorités. Beaucoup auraient pu sauver leur vie et s’en seraient peut-être tirés s’ils avaient vu qu’avec Hitler et les nazis c’est au mal radical qu’ils avaient affaire. Ce qui est tragique, c’est que seule une petite minorité s’en est aperçue.

44En fin de compte, ce dont il s’agit dans le débat qui entoure la résistance juive, ce n’est pas tant de savoir si la résistance est possible dans certaines situations d’exception, mais si l’homme, dans certaines situations de non-droit, peut encore se réclamer de principes juridiques traditionnels. Nous savons qu’en règle générale, cela ne sert pas à grand chose. Il en résulte pour l’individu placé dans une situation concrète deux possibilités. Il peut en prendre son parti ou bien, s’il a la conviction que certains principes de l’État de droit sont vidés de leur substance, ou encore, comme à l’époque national-socialiste, pervertis, résister.

45Dans certaines conditions précises, la résistance est non seulement requise, mais aussi légitime. Mais il y faut préalablement une certaine manière de voir les choses qui se rencontre davantage chez les plus âgés que chez les plus jeunes. D’autre part, le citoyen normal croit au fonctionnement de l’État de droit, au principe duquel il s’en remet, même en période difficile. Les Juifs d’Allemagne ne firent pas exception. Ils faisaient confiance à l’État de droit et ne comprenaient pas, pour la plupart, comment la majorité de leurs compatriotes qui n’étaient pas Juifs pouvaient s’incliner devant Hitler et les nazis et renoncer volontairement à des droits et à des libertés qu’il avait fallu conquérir difficilement au long des siècles contre de violentes résistances.

46On n’a jusqu’à présent pas encore tiré suffisamment au clair les raisons pour lesquelles les Allemands ont eu ce comportement douteux. Des questions demeurent, qui sont sans réponse.

Notes

1 Arno Lustiger, Zum Kampf auf Leben und Tod ! Vom Widerstand der Juden 1933-45, Köln, 1994.

2 Ibid. p. 85.

3 Werner Jochmann, Gesellschaftskrise und Judenfeindschaft in Deutschland 1870-1945, Hamburg, p. 236 ff, 255 ff et 265 ff.

4 Cf. Julius H. Schoeps, Hasenheide Nr. 54. « Zur Geschichte einer deutsch-jüdischen Familie », in : Aufbau nach dem Untergang. Deutsch-jüdische Geschichte nach 1945. In memoriam, hrsg. von Andreas Nachama et Julius H. Schoeps, Berlin, 1992, p. 252.

5 Cf. Leon Brandt, Menschen ohne Schatten. Juden zwischen Untergang und Untergrund 1938 bis 1945, p. 73 ff ; Konrad Kwiet/Helmut Eschwege, Selbstbehauptung und Widerstand. Deutsche Juden im Kampf um Existenz und Menschenwürde 1933-1945 (= Hamburger Beiträge zur Sozial- und Zeitgeschichte, Bd. 19, Hamburg, 1984, p. 114 ff ; Wolfgang Scheffer, « Der Brandanschlag im Berliner Lustgarten im Mai 1942 und seine Folgen. Eine quellenkritische Betrachtung », in : Jahrbuch des Landesarchivs Berlin, 1984, p. 91-118.

6 Dans les comptes rendus qu’elle a consacrés au procès Eichmann à Jérusalem, la philosophe et publiciste H. Arendt a observé que chez la plupart des représentants de la résistance bourgeoise les motifs de nature morale n’ont joué qu’un rôle subalterne. Par cette remarque qu’elle fait incidemment, elle mettait en lumière un fait auquel jusqu’alors les historiens n’avaient que très peu ou pas du tout prêté attention, à savoir que la résistance militaire et bourgeoise n’avait pas accordé d’importance à la spoliation, à la discrimination et à la persécution dont avait été victime la partie juive de la population. Des études publiées entre-temps confirment ce reproche et font clairement apparaître qu’en fait pour la majorité des représentants de la résistance bourgeoise la question juive n’avait pas lieu d’être évoquée. Même lorsqu’ils eurent connaissance de l’ampleur de la « solution finale », ils n’en tirèrent pas de conséquences. Leur but n’était pas de donner un coup d’arrêt au massacre mais d’éviter la défaite militaire et de conserver pour l’Allemagne la possibilité de s’allier aux puissances occidentales.

Christof Dipper (« Der deutsche Widerstand und die Juden », in : Geschichte und Gesellschaft 9/1983, p. 349-380), qui a étudié les mémoires, journaux, lettres, appels, etc. concernant cette question, parvient à cette conclusion que la question juive n’a joué aucun rôle dans les réflexions menées au sein des mouvements de résistance.

7 Kwiet/Eschwege (cf. note 5), p. 253.

8 Adalbert Rückerl, NS-Vernichtungslager im Spiegel deutscher Strafprozesse – Belzec, Sobibor, Treblinka, Chlemno, München 1977, p. 191.

Auteur

Universität Potsdam

Jean Clédière (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search