Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Opposition et résistances

Des jeunes contre le national-socialisme

Une face mal connue de la résistance au Troisième Reich

Gilbert Krebs

Texte intégral

Im Namen der deutschen Jugend fordern wir
vom Staat Adolf Hitlers die persönliche Freiheit,
das kostbarste Gut der Deutschen zurück, um das
er uns in der erbärmlichsten Weise betrogen hat.
(extrait du dernier tract de la Weiße Rose)

Diversité et variabilité des formes de résistance

  • 1 On trouve des études à ce sujet dans la plupart des ouvrages collectifs consacrés à la résistance a (...)

1Lorsqu’on passe en revue la résistance allemande contre le national-socialisme, il convient sans aucun doute de faire une place à part à la résistance des jeunes. Certes, cet aspect spécifique n’est pas inconnu, même s’il a été abordé beaucoup plus tard et de manière moins approfondie que, par exemple, la résistance au sein de l’armée ou des Églises.1 Mais il y reste bien des territoires inexplorés et des zones d’ombre.

2Il y a à cela plusieurs raisons inhérentes à la nature même de cet aspect de la résistance. D’abord, la jeunesse n’est pas une réalité facile à cerner. C’est un ensemble très divers, où l’on ne trouve nulle unité de pensée, ni de situation matérielle. Ensuite il faut considérer que des jeunes ont joué un certain rôle dans des actions de résistance communément attribuées à d’autres groupes sociaux, dans la résistance des Églises comme dans celle de certains partis politiques, surtout du parti communiste allemand. À l’inverse, dans ce qu’on compte généralement dans l’opposition des jeunes (Jugendopposition) on trouve souvent aussi des adultes. Il n’est donc pas facile d’isoler les actions et les groupes constituant spécifiquement la « résistance des jeunes ».

3Enfin, on constate que l’opposition de la jeunesse a été victime pendant longtemps du phénomène bien connu de « l’arbre qui cache la forêt » : au lendemain de la guerre, le sacrifice des étudiants du groupe munichois de la Rose Blanche a fait l’objet d’un véritable culte et a, d’une certaine manière, longtemps occulté l’existence de bien d’autres actions menées par de jeunes Allemands contre la dictature.

4Il paraît vain de chercher une définition universelle de la notion de « résistance », applicable en tout lieu, à tout moment et en toute circonstance. La résistance est d’abord une attitude, une réaction : réaction de refus devant une menace, une situation ou une action jugées inacceptables pour des raisons morales, religieuses, politiques ou économiques. Toute résistance est déterminée essentiellement par la nature de l’action qui provoque ce refus et par les conditions dans lesquelles le « résistant » peut manifester son opposition. Ces paramètres varient dans le temps et dans l’espace. Devant la transformation brutale et totale que le régime national-socialiste imposa, par la séduction et la violence, à la société allemande au nom de son idéologie raciste et belliciste, la réaction du jeune ouvrier a été différente de celle du jeune bourgeois ou du jeune paysan, elle a été différente chez le jeune communiste ou le jeune chrétien, etc. Et toutes les formes de résistance ont varié au cours des douze années que dura le régime. Elles n’ont pas été les mêmes lorsque le mouvement nazi était en train d’imposer sa dictature et au moment où ce pouvoir sembla bien installé, elles ont été différentes pendant les années de paix et les années de guerre, surtout au moment où s’annonçait la catastrophe finale.

5L’évolution des formes de résistance est déterminée aussi par une spécificité de ce groupe particulier que constitue la jeunesse : son caractère passager et donc son rapide renouvellement. Les jeunes des années 1933 à 1936 n’étaient pas les mêmes que ceux de la fin des années trente ou que ceux des années de guerre. Non seulement il ne s’agissait pas des mêmes individus, ils n’avaient pas non plus connu la même socialisation, ils n’avaient ni les mêmes souvenirs ni les mêmes attentes devant la vie ; leurs références culturelles et leurs systèmes de valeurs portaient la marque spécifique des conditions dans lesquelles ils avaient grandi. Il s’agit de trois cohortes, de trois groupes de classes d’âge différents.

  • 2 Des études sur la Weiße Rose figurent dans la plupart des ouvrages ou volumes collectifs consacrés (...)

6Cela ne signifie pourtant pas que les différentes formes de résistance se succèdent en supplantant totalement les formes antérieures. Souvent les formes anciennes se perpétuent à côté de formes nouvelles, de même que certains jeunes du début des années trente ont continué à avoir une activité de résistance au sein de groupes qui se référaient aux valeurs de la jeunesse, même lorsque eux-mêmes avaient cessé d’appartenir à la jeunesse au sens strict du terme. À cet égard nous suivrons plus particulièrement l’évolution de Hans Scholl au cours de ces douze années. Né en 1918, il a 15 ans au moment où s’installe en Allemagne le régime national-socialiste, 21 ans au moment de la déclaration de guerre et il mourra de la main du bourreau le 22 février 1943 à l’âge de 25 ans. La plupart de ceux qui l’accompagneront dans sa lutte et son sacrifice au sein du groupe de la Rose Blanche appartiennent à la même classe d’âge. Avant de trouver le chemin de la résistance active qui les conduira à la mort, ils ont ainsi parcouru un long processus d’apprentissage et de maturation sans cesser d’être représentatifs de l’attitude de la « jeunesse », à laquelle, en tant qu’étudiants, ils appartenaient toujours.2

  • 3 Sur ces questions on lira avec profit, Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche G (...)

7Ce n’est pas le lieu ici de développer ces considérations sur la diversité et la relativité de la résistance3, ni d’entreprendre une typologie systématique des formes qu’elle a pu prendre dans la jeunesse. Nous étudierons les manifestations de la résistance des jeunes au cours de trois périodes : celle de la prise de pouvoir (1933-1935), celle où la majorité des Allemands pouvait considérer que le régime, qui allait de succès en succès, était solidement installé et avait toutes les chances de durer (1936-1939) et enfin les années de guerre (1939-1945). Pour chaque période nous essaierons d’identifier les formes les plus significatives de la résistance des jeunes. En conclusion nous chercherons à caractériser l’ensemble du phénomène.

La « mise au pas » et les réactions de la jeunesse

La jeunesse, enjeu du pouvoir totalitaire

8Les objectifs du national-socialisme accédant au pouvoir comprenaient en particulier une mainmise rapide sur l’éducation de la jeunesse pour façonner une nouvelle génération entièrement dévouée au régime, pénétrée de la Weltanschauung nazie, apte aussi à combattre et prête à donner sa vie pour la grandeur de l’Allemagne et de son Führer. Il fallut pour cela mettre au service de cette formation non seulement l’école, où l’État a toute latitude pour déterminer les programmes et les contenus d’enseignement, où il peut agir sur le recrutement des enseignants et maintenir leur loyauté par tous les moyens de coercition à sa disposition, mais aussi les autres acteurs de l’éducation, en particulier les Églises (ce fut un des enjeux majeurs du « Kirchenkampf », surtout avec l’Église catholique) et les mouvements de jeunesse. Dès l’arrivée du NSDAP au pouvoir, les responsables de la Hitler-Jugend exigèrent d’avoir le monopole des organisations de jeunesse. Très rapidement, avec l’aide de la police et des milices brunes, SA et SS, ils réussirent à éliminer les mouvements existants. a la fin de l’année 1932, la Hitler-Jugend n’était encore qu’une modeste organisation de jeunesse d’un parti et comptait environ 100.000 membres, deux ans plus tard, fin 1934, ils seront 3,5 millions pour atteindre 8,7 millions début 1939. La Hitler-Jugend regroupe alors près de 95 % de la jeunesse allemande.

9Les réactions des jeunes vis-à-vis des efforts d’embrigadement sont aussi complexes et diverses que celles des adultes. Les jeunes des années 1933-1936, touchés par cette Gleichschaltung, ont connu la République de Weimar, mais le souvenir qu’ils en ont gardé était pour le moins ambigu et la première démocratie allemande ne laissait pas que des regrets, loin de là. Certes, la liberté de parole, de pensée et d’action alors laissée aux jeunes et à leurs organisations avait été totale. Mais les dernières années de la République, années de crise politique et économique, de misère, ont assombri le tableau. Une vie politique chaotique marquée par les combats de rue, un parlement et des gouvernements impuissants, le chômage de masse avec son cortège de détresses ont terni l’image de la démocratie, même pour ceux qui ne lui étaient pas hostiles d’emblée. C’est pourquoi l’irruption dans le paysage politique de ce nouveau parti qui revendiquait le pouvoir – tout le pouvoir – au nom de la « jeune génération » des combattants de 1914-18, avait suscité chez beaucoup de jeunes plus d’espoirs que de craintes.

10Aussi peut-on constater que les réactions d’opposition ouverte ont été minoritaires. Elles furent essentiellement le fait de mouvements de jeunesse situés dans la mouvance de forces politiques de gauche, en particulier l’Union des jeunesses communistes d’Allemagne (Kommunistischer Jugendverband Deutschlands, KJVD) ou les groupes proches de l’aile radicale de la social-démocratie (ISK, KPDO etc.). Ces groupes ont subi le même sort que les forces politiques auxquelles ils se rattachaient : interdits, persécutés, réprimés dès les premières semaines du nouveau régime, ils furent contraints de choisir entre la disparition, l’exil ou la clandestinité. Les choix opérés à ce moment-là et les changements ultérieurs de la résistance dans ces groupes ont varié en même temps que les mots d’ordre tactiques des partis concernés.

11À l’autre extrémité de l’échiquier politique il y avait des jeunes et des organisations de jeunesse pour qui le nouveau régime correspondait à ce qu’ils avaient espéré depuis longtemps : un régime d’ordre, la promesse de rendre à l’Allemagne sa grandeur perdue, etc. Il n’y avait nulle tentation de résistance dans ces groupes : c’est pourquoi il est inutile de s’attarder ici sur ces organisations qui se sont ralliées rapidement et sans arrière-pensée au nouveau régime.

12Le troisième groupe, de loin le plus nombreux, est plus difficile à cerner, plus ambigu et fluctuant dans ses positions et ses réactions. On y trouve des organisations de jeunesse proches des partis libéraux, mais aussi celles proches de la social-démocratie (SAJ) et des syndicats « libres », ainsi que des mouvements de jeunesse des Églises, catholiques ou protestants. Leur attitude vis-à-vis de la Weltanschauung nazie pouvait varier entre l’hostilité de principe et la sympathie plus ou moins marquée. Mais leurs réactions, inspirées par les organisations politiques, syndicales ou confessionnelles dont ils dépendaient, étaient en général dictées par des considérations tactiques d’opportunité autant que par des questions de principe.

  • 4 Cette appellation née au cours des années vingt pour désigner ce type de mouvements de jeunesse ((...)

13Enfin il y a un ensemble de mouvements, relativement peu nombreux mais dont l’importance résidait moins dans les effectifs que dans leur capacité à présenter des modèles de comportement et des principes de vie qui influençaient de larges pans de la jeunesse allemande : c’étaient des groupes qui n’avaient aucun lien institutionnel avec des forces politiques ou sociales quelconques, qui rejetaient explicitement toute influence de la politique et toute considération d’opportunité, se disant seulement attachés à défendre un certain mode de vie et des valeurs humaines, au premier rang desquelless se trouvait le « droit de la jeunesse à déterminer elle-même son destin » (Selbstbestimmungsrecht der Jugend). Là aussi les réactions furent diverses et souvent contradictoires. Ces organisations de jeunesse « autonomes » étaient connues sous l’appellation « Bündische Jugend ».4

Résistance à l’uniformisation

Bündische Jugend

  • 5 Ordonnance du Reichsjugendführer en date de 21 juin 1933. Ces interdictions des principaux mouvemen (...)

14Dans l’univers multicolore de ces organisations de jeunesse autonomes, la plupart des groupes et mouvements furent interdits dès les premiers mois de 19335. Par opportunisme ou par conviction, certains prononcèrent eux-mêmes leur dissolution et rejoignirent avec empressement, « drapeaux au vent » le mouvement national-socialiste qui promettait la « régénération » de l’Allemagne au nom d’une idéologie qui puisait nombre de ses éléments constitutifs aux mêmes sources nationalistes, romantiques, voire racistes que ces groupes de la Bündische Jugend. Au total, pourtant, ces groupes ne constituèrent qu’une minorité.

15Tout aussi minoritaires furent, dans le contexte des mouvements autonomes, les groupes qui choisirent – d’emblée ou après quelques hésitations – la voie de la « résistance ». Celle-ci se traduisait par la clandestinité ou par l’exil permettant éventuellement de continuer à agir de l’extérieur. La très grande majorité des mouvements adopta une attitude attentiste à l’égard du nouveau régime, laissant à leurs membres la liberté de choisir entre l’adhésion et le refus. Beaucoup de ces jeunes sont entrés dans la Hitler-Jugend ni par opportunisme, ni par convictions national-socialistes, mais parce qu’ils s’illusionnaient sur la nature du mouvement et pensaient pouvoir influencer son évolution en lui apportant leur propre idéalisme.

16Parmi les groupes ayant choisi la poursuite de leurs activités dans la clandestinité, on peut citer le « Nerother Wandervogel ». Ce groupe constitué, en 1919, lors d’une des innombrables scissions du mouvement Wandervogel, autour des frères Karl et Robert Oelbermann, se caractérisait par un élitisme inspiré de Stefan George et centré sur le burg Waldeck, ainsi que par ses randonnées lointaines, de véritables expéditions qui menaient les Nerother jusqu’en Afrique et en Asie. Après l’interdiction du mouvement en 1933, les deux frères Oelbermann ont choisi, l’un, Karl, l’exil, l’autre, Robert, la clandestinité. Arrêté en 1936 pour avoir maintenu des contacts et poursuivi des activités avec les membres du mouvement, malgré l’interdiction, il mourra en camp de concentration en 1941.

  • 6 Après son retour en 1948 de l’exil londonien, Koebel s’installe en zone soviétique et cherche – vai (...)

17Il faut également citer la deutsche jungenschaft vom 11. November (1929) plus connue par son sigle d. j. 1. 11. La personnalité charismatique du chef, Eberhard Koebel, son talent certain de « communicateur » notamment par le moyen de plusieurs revues de grande qualité, le caractère élitiste du recrutement et des activités exaltantes (notamment une mythique expédition en Laponie) ont donné à ce mouvement un rayonnement sans commune mesure avec le nombre de ses adhérents. Au moment de la montée du nazisme, Koebel chercha à fédérer les mouvements autonomes et à leur faire prendre conscience des enjeux politiques. Il joua même avec l’idée d’une alliance tactique avec le parti communiste allemand. En vain. Après avoir tenté de maintenir l’activité de son groupe, interdit dès le printemps 1933, Koebel (alias tusk) fut arrêté par la Gestapo en 1934 et émigra, après avoir été relâché, en Suède puis en Grande-Bretagne. Mais il garda le contact avec ses fidèles restés dans le Reich et y fit même plusieurs voyages clandestins.6

  • 7 Cf. Hans Ebeling u. Dieter Hespers, Jugend contra Nationalsozialismus, 2. Aufl. Frechen, Bartmann V (...)
  • 8 Revenu en Allemagne au lendemain de la guerre, K. O. Paetel consacra à l’histoire de la Jugendbeweg (...)

18Hans Ebeling et Theo Hespers représentent un autre cas de figure. Tous deux jouaient avant 1933 un rôle important dans les mouvements de jeunesse, le premier dans les rangs de la jeunesse nationaliste (Jungnationaler Bund), l’autre dans la Jeunesse catholique. Ils furent contraints très tôt à l’émigration : Hespers s’installa aux Pays-Bas, près de la frontière et continua de là à maintenir le contact avec les groupes restés en Allemagne. Il fonda avec Hans Ebeling en 1937 une revue d’information et d‘agitation antinazie Kameradschaft – Schriften junger Deutscher, éditée d’abord à Bruxelles, puis à Amsterdam, enfin à Londres. Cette revue et d’autres publications de même esprit et de même origine (Sonderinformationen Deutscher Jugend) étaient envoyées clandestinement en Allemagne. N’ayant pas réussi à s’échapper des Pays-Bas, Hespers tomba aux mains des nazis en 1942, fut condamné à mort et pendu en septembre 19437. On peut aussi citer, dans ce contexte, K.O. Paetel. Quittant l’Allemagne en 1935 après plusieurs alertes sérieuses, il fit un parcours typique par la Tchécoslovaquie, la Suède, les Pays-Bas avant de pouvoir se fixer provisoirement (jusqu’en 1940) en France. Il collabora à de nombreux journaux et revues et publia, entre 1935 et 1939, cinq brochures illégales destinées aux jeunes Allemands, sous le titre « Schriften der Jungen Nation ».8

19Les destinataires de ces écrits antinazis étaient des camarades restés en Allemagne beaucoup plus que l’opinion publique de l’étranger ou que le petit monde des émigrés. Ces destinataires existaient, même si on ne peut pas se faire une idée très précise de leur nombre ni de l’influence que ces écrits introduits en Allemagne par des voies clandestines ont pu exercer sur eux. C’étaient généralement de très petits groupes, où le sentiment identitaire et le sens communautaire étaient particulièrement développés, qui cherchaient à maintenir malgré les obstacles, malgré les risques encourus, le contact avec les amis, pour communier avec eux dans les mêmes valeurs, esthétiques, morales ou religieuses. Les motivations pour lesquelles ils s’opposaient au régime en refusant de se soumettre à l’injonction qui leur était faite de dissoudre leurs organisations étaient rarement politiques : c’était simplement le refus fondamental d’abandonner une identité, de se fondre dans la masse uniforme de la jeunesse d’État. Ces petits groupes venaient de différentes organisations. C’était rarement autour des anciens dirigeants que se développait cette activité clandestine, généralement limitée au plan local, rarement au plan régional.

20Parmi les jeunes qui ont choisi d’adhérer aux Jeunesses hitlériennes dans l’espoir de pouvoir agir sur elles de l’intérieur et les infléchir dans le sens de ce qu’ils avaient cherché et trouvé auparavant dans la Bündische Jugend, un des cas les plus typiques est celui de Hans Scholl. Âgé de 15 ans en 1933 et fortement engagé dans les mouvements de jeunesse il a rallié la Hitler-Jugend, comme rapporte Inge Scholl, « mit Leib und Seele ». Il y deviendra Fähnleinführer et participera avec sa petite troupe à un congrès du parti à Nuremberg. Dans son cas, comme dans un certain nombre d’autres, la déconvenue viendra assez tôt et conduira à des tentatives pour reconstituer les groupes anciens détruits par la Gleichschaltung, voire pour se lancer dans la résistance active.

Les jeunesses confessionnelles

21Les jeunesses confessionnelles ont connu des sorts différents en apparence. Les mouvements de jeunesse protestants ont été dissous par décision du Reichsbischof Müller le 19 décembre 1933 et transférés (überführt) purement et simplement, dans la Hitler-Jugend, sans que cette mesure donnât lieu à des réactions publiques notables : on signale une seule manifestation, réunissant quelques milliers de jeunes à Essen, le 27 décembre 1933, pour protester contre cet abandon. Mais ces protestations publiques s’arrêtent là : les Églises protestantes se résignent apparemment à ne s’occuper que des âmes, de l’instruction religieuse, et abandonnent à l’État national-socialiste, à son école et à son organisation de jeunesse toutes les autres formes d’éducation.

22La situation n’était pas fondamentalement différente du côté de l’Église catholique, même si ses organisations de jeunesse étaient restées officiellement autorisées. Le concordat n’accordait qu’une protection éphémère et illusoire, le domaine des activités tolérées se réduisait comme peau de chagrin et les limites étaient de toute manière floues, laissant toute latitude à l’arbitraire des autorités locales du parti. Soumis par ailleurs dans beaucoup de cas à une très forte pression sociale, notamment à l’école de la part des enseignants et des camarades, mais également des parents, qui avaient à souffrir dans leur vie professionnelle et sociale s’ils encourageaient chez leurs enfants une attitude qui pouvait passer pour de l’hostilité au régime, les jeunes appartenant à ces organisations catholiques finissaient souvent par céder et par se conformer au modèle imposé en adhérant à la Hitler-Jugend, soit, lorsque leurs convictions étaient fortement ancrées, par se replier sur des activités de type spirituel en développant une attitude d’opposition et de défi qui sera, dans un certain nombre de cas, la première étape de l’engagement dans une résistance plus directe.

  • 9 Cf. Barbara Schellenberger, « Katholischer Jugendwiderstand », in : Jürgen Schmädeke und Peter Stei (...)

23L’année 1934 fut particulièrement difficile pour les jeunesses catholiques9. Malgré la protection théoriquement accordée par le Reichskonkordat, malgré toutes les précautions prises par les responsables des organisations de jeunesse catholiques, les sanctions pleuvaient, les activités et les rassemblements des organisations catholiques étaient perturbés par des groupes de jeunes hitlériens, ce qui provoquait en retour des actions contre la jeunesse d’État, notamment menées par les Sturmscharen et le Bund Neudeutschland. Les rassemblements à l’occasion de cérémonies religieuses, les pèlerinages étaient également des occasions pour la jeunesse catholique de manifester sa force, sa cohésion et son refus de se plier à l’uniformisation des esprits, et devenaient ainsi des actes d’opposition.

24C’est sur ce point que la situation des jeunesses protestantes n’était pas sensiblement différente, à cette exception près que ce type de comportement oppositionnel à peu près généralisé dans les milieux catholiques, car soutenu par la hiérarchie, se développait en milieu protestant selon les situations locales. Partout où prévalaient les idées de la Bekennende Kirche, les activités des groupes de jeunes servirent de la même manière, sous le couvert de pratiques ou d’instruction religieuses, à préserver une vie associative propre où étaient maintenues et propagées des valeurs différentes de la Weltanschauung dominante.

Jeunesses ouvrières

  • 10 Jahnke, Karl H. : Schwere Jahre. Arbeiterjugend gegen Faschismus und Krieg (1933-1945), Essen, Neue (...)

25Dans le milieu ouvrier, on observe principalement deux formes d’opposition dans la période d’installation du régime nazi. La première se développe spontanément comme résistance à l’embrigadement et au travail forcé qu’on cherche à imposer aux jeunes, notamment dans le cadre du Service du Travail « volontaire » (FAD), conçu comme palliatif au chômage des jeunes et moyen pour les enlever de la rue. La presse clandestine des jeunesses ouvrières (Junge Garde), comme les correspondances du SOPADE (Deutschlandberichte) sont emplies de récits d’actes d’indiscipline ou de rébellion individuelle ou collective qui se produisent dans ce cadre. Une autre forme de résistance « passive » dont on trouve la trace dans les rapports de police, dans les dossiers de la justice, voire parfois dans la presse nazie se résume dans le mot d’ordre propagé clandestinement « Langsamer arbeiten ».10

26À côté de ces formes plus ou moins spontanées, il y avait d’autres formes plus organisées et politisées. On les trouve par exemple dans les groupes de jeunesses communistes (Kommunistischer Jugendverband) qui ont réussi à survivre en entrant dans la clandestinité conformément aux instructions de la direction du parti. Ces jeunes communistes, malgré les arrestations massives qui commencèrent au printemps 1933, s’efforcèrent inlassablement de renouer les fils et de combler les brèches que la Gestapo ouvrait dans leurs rangs. Ils purent poursuivre ainsi une certaine activité de résistance qui se traduisait par des rassemblements, des manifestations, des inscriptions sur les murs d’immeubles, des drapeaux rouges accrochés sur une cheminée d’usine, la distribution de tracts ou de journaux fabriqués clandestinement ou introduits illégalement en Allemagne. Cette activité visait plus à maintenir le moral et les structures des organisations communistes qu’à nuire sérieusement au national-socialisme. À partir de 1935 cette forme de résistance se ralentit pour être finalement abandonnée : le parti changea de tactique en constatant que la chute du régime nazi ne se produirait pas aussi vite qu’il l’avait pronostiqué et que ces formes de résistance payées par des milliers d’arrestations et de condamnations n’avaient qu’une faible efficacité, surtout à partir du moment où les séquelles de la crise économique s’effaçaient. Elles seront remplacées progressivement par de nouvelles formes mettant l’accent sur de petits groupes relativement autonomes.

27Du côté de la gauche non communiste, seules de petites formations comme le SAP, les Revolutionäre Sozialisten, le groupe Neu Beginnen ou le ISK étaient préparées à la clandestinité. Malgré cela, les cas de résistance à la dissolution des mouvements de jeunesse y sont nombreux aussi, bien qu’ils ne correspondent pas à des mots d’ordre de la direction des partis. Refusant d’accepter l’embrigadement qui les menaçait, de petits groupes de jeunes du même quartier ou de la même petite ville poursuivent leurs activités antérieures, les réunions amicales, les randonnées, les rites communautaires, les échanges d’idées ou d’informations (obtenues par la radio étrangère ou la presse clandestine, comme p. ex. la Sozialistische Aktion publiée à Prague). Pour échapper à la vigilance de la police et de ses auxiliaires stipendiés ou volontaires, ces activités étaient camouflées en réunions sportives ou musicales. Malgré toutes les précautions et bien que cette « résistance » ne visât qu’à maintenir des parcelles de la vie associative antérieure, sans chercher à combattre le régime et ses organisations, ces attitudes de repli et de refus étaient considérées comme des marques d’hostilité et de rébellion par le régime et poursuivies en conséquence.

28En résumé, on peut dire que les formes de résistance qui se sont manifestées dans les rangs des mouvements de jeunesse au cours de cette phase initiale du régime avaient, malgré la diversité des situations et des objectifs finaux, un point commun. C’étaient des stratégies de survie de structures sociales et de modes de vie et de pensée antérieurs. C’était la résistance à l’uniformisation et à la mise au pas de l’ensemble de la société par le régime totalitaire. Elle était motivée aussi par la conviction que le national-socialisme ne serait qu’une parenthèse dans la vie de l’Allemagne, qu’il suffisait donc de survivre en attendant de pouvoir reprendre le cours normal de la vie, voire en attendant de pouvoir recueillir l’héritage de la dictature nazie (attitude des organisations communistes). Mais comme le temps passait et que le Troisième Reich se stabilisait au lieu de se défaire, ce type de résistance s’est progressivement étiolé pour faire place à d’autres formes à partir de 1935-1936.

À la recherche d’alternatives de vie dans la société totalitaire

Stabilisation du régime

29La période de 1936 à 1939, est une sorte de palier. Sur la scène internationale, le Reich a effacé en grande partie la « honte » du traité de Versailles et retrouvé sa liberté d’action. La dénonciation du traité de Locarno et la remilitarisation de la Rhénanie ne provoquent, de la part des puissances occidentales, que de vaines protestations. Bien au contraire, à l’occasion des Jeux Olympiques qui se tiennent cette année-là à Garmisch et à Berlin, le monde entier est l’hôte du dictateur. La voie est libre désormais pour la deuxième phase. Encouragé par l’adhésion massive de la société allemande (qui, aux élections du 29 mars 1936, donne 99 % des voix à Hitler), le régime peut poursuivre son entreprise de mobilisation des forces matérielles et humaines : le service militaire est porté à 2 ans, le plan quadriennal est proclamé. Le remodelage de la société allemande est intensifié et peut se concentrer maintenant sur les dernières « poches de résistance ».

30La loi du 1er décembre 1936 fait officiellement de la Hitler-Jugend la Jeunesse d’État ayant pour mission « d’éduquer la totalité de la jeunesse allemande physiquement, intellectuellement et moralement dans l’esprit du national-socialisme pour la préparer à servir le peuple et la communauté. » Les décrets d’application préciseront plus tard que c’est un honneur de servir dans la Hitler-Jugend (Ehrendienst am Deutschen Volk), mais aussi que c’est pour tous les jeunes Allemands entre 10 et 18 ans une obligation à laquelle ils ne peuvent se soustraire sous peine de poursuites. Ce degré supplémentaire franchi dans la mobilisation de la jeunesse fait de l’entrée dans la Hitler-Jugend un service obligatoire, à l’instar du service militaire.

31La nouvelle cohorte de jeunes ainsi mobilisée est en grande partie déjà façonnée par plusieurs années de propagande national-socialiste. Les plus jeunes ne connaissent la période de Weimar qu’à travers le tableau tout en noir que le national-socialisme propage au sujet des « années du système », de ce « système pourri » que le « mouvement » nazi se glorifiait d’avoir définitivement éradiqué. Malgré cela, malgré les succès du régime et l’adhésion de la population, l’opposition au sein de la jeunesse survit. Si l’on en juge par le nombre de cas qui apparaissent dans les dossiers de la police et de la justice allemandes, on pourrait même parler de recrudescence, mais c’est peut-être seulement le signe d’une intensification de la répression. Les services du nouveau Chef de toutes les polices du Reich Heinrich Himmler, créent même une section spéciale pour réprimer ce qu’ils appellent « bündische Umtriebe ».

De la liberté surveillée à la clandestinité

  • 11 Il s’agit de ce qu’on a appelé l’« Affaire Rossaint », ou Volksfrontprozeß. Joseph Rossaint, prêtre (...)

32Soumises à des pressions de plus en plus fortes et à une répression de plus en plus rigoureuse, les organisations anciennes qui avaient réussi à survivre en limitant strictement leurs activités aux domaines autorisés rencontrent de plus en plus de difficultés et périclitent. C’est le cas notamment des organisations de jeunesse catholiques : même en respectant scrupuleusement les limitations que le Reichskonkordat avait fixées pour leurs activités, elles se trouvèrent confrontées à une recrudescence rapide des mesures de répression et de surveillance. À partir de 1935 le nombre de réunions ou d’excursions interdites par la police se multiplie. Les lieux de réunions et les sièges des associations sont occupés, et généralement les perquisitions mettent au jour des « documents compromettants ». Les incidents sur la voie publique, les heurts et les bagarres avec des groupes de la Hitler-Jugend deviennent monnaie courante. En 1936, le principal journal de ces groupes Junge Front (Michael) est définitivement interdit, des responsables de mouvements de jeunesse catholiques sont arrêtés, accusés de « conspiration » (voire de complicité avec la résistance communiste)11. Tant et si bien que toutes les organisations de jeunesse catholiques furent progressivement interdites entre 1937 et 1939.

33Renvoyés à la clandestinité, tous ceux qui voulaient continuer à placer les activités associatives dans le cadre de leur appartenance à l’Église catholique devaient rejoindre les groupes « illégaux » de jeunes qui camouflaient leurs activités « subversives » sous des apparences de pratiques religieuses. Leur situation, dès lors, est exactement la même que celle des groupes de jeunes protestants qui, notamment dans la mouvance de la Bekennende Kirche, avaient pris l’habitude d’utiliser des réunions de jeunes destinées en principe à l’approfondissement des connaissances religieuses pour en faire une sorte d’antidote à l’endoctrinement nazi de la Hitler-Jugend. Ces réunions, par exemple les Bibelfreizeiten ou les activités du Jungenwerkkreis, ne se limitaient pas à des lectures, des discussions ou des échanges de vues mais pouvaient aussi satisfaire les besoins de sociabilité et de jeux des jeunes gens et offrir ainsi un refuge pour tous ceux qui ne trouvaient pas leur patrie dans la Hitler-Jugend – même s’ils ne pouvaient pas éviter de participer, du moins en apparence, aux activités de cette dernière.

34Comme chez les jeunes catholiques, cette opposition vise principalement à offrir une alternative à l’embrigadement de l’État nazi, à maintenir dans la jeunesse d’autres valeurs que celles propagées dans les jeunesses hitlériennes, à combattre l’athéisme du national-socialisme, son hostilité à l’égard de la religion et des Églises. Elle ferme les yeux sur les crimes nazis, sur la terreur policière contre les ennemis du régime, sur les persécutions raciales, les mesures d’euthanasie et bientôt les massacres de populations civiles dans les territoires occupés à l’Est ; elle reproduit, en fait, la « résistance des Églises », celle de la hiérarchie comme de la grande majorité des ecclésiastiques, bien que les possibilités d’action fussent infiniment plus grandes pour ce qui est de ces adultes investis d’une certaine autorité, du moins morale. Les jeunes dissidents, quant à eux se contentaient de trouver un environnement où ils pouvaient vivre selon leurs idées, même si cela devait se faire en secret. Cette dissidence inquiétait en tout cas suffisamment les autorités du parti pour les pousser à intensifier leurs efforts pour y mettre fin, ce qui fut le cas pour l’essentiel à la veille de la guerre.

Nouvelles dissidences

35D’autres formes de dissidence sont apparues au sein de la jeunesse allemande, qui reproduisent cette recherche d’un environnement social et de modes de vie permettant d’échapper à l’éducation officielle. Contrairement aux groupes que nous venons de mentionner, on ne se référait pas ici à des convictions religieuses, à des valeurs morales ou à des idées politiques précises. Cela ne signifiait pas cependant que toute référence idéologique ou politique était absente. Mais ces motivations n’étaient pas l’élément déclenchant : les références à des valeurs autres que celles propagées par le régime nazi et l’adoption de langages ou de modes de comportement dissidents, ainsi que, le cas échéant, des actions de résistance politique active étaient des motivations secondaires permettant de justifier cette opposition. Ces motivations « secondaires » variaient selon la composition et l’origine des membres de ces groupes et formaient au total un mélange d’éléments très hétérogènes.

  • 12 Cf. Jahnke, Schwere Jahre, op. cit. p. 15 sq.

36Un exemple bien connu de ces groupes est constitué par les « Leipziger Meuten » : à leur apogée ces « meutes » (nom qui leur fut donné par la police) comptaient environ 500 membres. C’étaient des groupes de jeunes gens et jeunes filles, apparus spontanément dans différents quartiers ouvriers de Leipzig entre 1937 et 1939. Véhiculant pêle-mêle des traditions issues des anciens mouvements de jeunesse communistes ou sociaux-démocrates, « Faucons rouges », ou « Jeunes Pionniers », ainsi que des formes de vie et de particularités vestimentaires empruntées à la Bündische Jugend, ils développèrent également une certaine activité résistante, modeste certes, mais réelle et risquée : distribution de tracts réalisés de façon artisanale, lacération de drapeaux à croix gammée ou bris de vitrines de propagande nazie. Après leur arrestation en 1939 il y eut 33 condamnations.12 Des groupes identiques ont été observés dans d’autres villes : Berlin, Hambourg, Cologne, Wuppertal, Francfort/M., Chemnitz, etc. La majeure partie des garçons et filles composant ces groupes était âgée de 12 à 18 ans et issue de familles ouvrières, mais n’avait guère de rapports avec le mouvement ouvrier. En fait, s’il y avait toujours des responsables des mouvements de jeunesse prolétariens (par exemple Erich Ollenhauer) dans les directions des partis dans l’exil pragois ou parisien, ceux-ci n’accordaient qu’un rôle très négligeable à la mobilisation des jeunes pour la résistance à Hitler.

  • 13 On peut lire le « journal de bord » de ce groupe dans Arno Klönne, Gegen den Strom. Bericht über de (...)

37Un autre cas intéressant de résistance politique de jeunes issus des milieux ouvriers est celui de la Schwarze Schar qui existait à Berlin depuis 1934 mais intensifia son action à l’approche de la guerre. Ces jeunes provenaient des anciens mouvements d’éclaireurs aussi bien que des jeunes pionniers communistes. Arborant comme symbole un drapeau noir portant la devise « Malgré tout » (Trotz alledem), ils pratiquaient d’une part les formes traditionnelles de la Bündische Jugend (randonnées, chants, réunions, etc.) en y ajoutant des activités du combat politique (rédaction et diffusion de tracts antifascistes dans les quartiers ouvriers de Berlin, plus tard aussi parmi les soldats permissionnaires). Malgré plusieurs vagues d’arrestations à partir de 1937, le mouvement a survécu jusqu’à la fin de la guerre.13

Au nom des valeurs de la jeunesse

38Sauf dans le cas des groupes de jeunes catholiques ou protestants qui restent sous l’aile tutélaire de leurs Églises respectives, même et surtout lorsque leurs activités collectives sortent du cadre légalement autorisé, les autres formes de dissidence jeune se font désormais sans lien organique et même sans référence idéologique à un parti ou à une idéologie politique précise. Le syncrétisme de la « pensée » de ces groupes reflète l’hétérogénéité de leur recrutement. Malgré cela on retrouve, sous des formes et dans des combinaisons diverses, certaines constantes : une forte proportion de jeunes ayant connu les mouvements de jeunesse d’avant 1933, soit pour en avoir fait partie, soit par des proches ; une forte proportion de jeunes ouvriers ; un recrutement principalement concentré sur les grandes villes, une prédilection pour des formes empruntées à la Bündische Jugend. Ce dernier point permet de mieux saisir une des spécificités de ce type de résistance : en effet le principal moteur de la Bündische Jugend a été le principe d’autonomie de la jeunesse. C’est au nom de cette revendication centrale, même si elle n’est pas souvent formulée de façon explicite, que les groupes spontanés se retrouvent et « résistent » à l’uniformisation sous les couleurs du régime. Ce dernier ne s’y trompe pas puisqu’il désigne par Bündische Umtriebe la totalité des activités résistantes de groupes de jeunes.

  • 14 Nous ne parlons pas ici de ceux des anciens membres de la Bündische Jugend qui, du fait de leur âge (...)

39Qu’en est-il des héritiers « légitimes » de la Bündische Jugend ? Pas plus que les mouvements de jeunesse des Églises, des partis ou des syndicats, les mouvements autonomes n’ont réussi à maintenir leurs structures au-delà des premières années du Troisième Reich. Comme dans les autres secteurs, l’activité des membres qui refusaient de se fondre dans la masse de la jeunesse mise au pas, se situait en dehors de toute structure, même régionale, dans le cadre de petits groupes d’amis14 où ils rejoignaient des jeunes issus d’autres mouvements. On trouve aussi des groupes clandestins composés de « déçus de la Hitler-Jugend» : anciens membres de la Bündische Jugend qui avaient cru pouvoir retrouver dans la jeunesse hitlérienne un lieu conforme à leur idéal d’une vie juvénile enrichissante et libre.

40Nous retrouvons parmi eux Hans Scholl : sa sœur décrit comment une suite d’expériences traumatisantes lui ont fait saisir la nature réelle du national-socialisme, son mépris de la dignité humaine.

  • 15 Inge Scholl, La Rose blanche, trad. française, p. 26.

«  [...] à son retour [d’un Congrès du parti à Nuremberg] il [Hans] était méconnaissable. Il semblait dégoûté, et son visage reflétait une déception profonde. [...] L’idéal de la jeunesse qu’on lui avait présenté là bas, était tout différent du sien. L’exercice militaire formait la base de l’éducation et l’uniforme marquait l’asservissement total de l’homme. Il aurait voulu, lui, que tout garçon pût tirer le meilleur de soi-même, que chaque individu coopérât, par son imagination, ses idées et son caractère, à enrichir le groupe. »15

41Après un ultime incident, il abandonne ses fonctions dans la Hitler-Jugend et rejoint les rangs d’un groupe clandestin, appelé simplement la Jungenschaft, qui cherche à préserver les traditions de la Bündische Jugend d’avant 1933, et à maintenir le contact par lettre avec les anciens chefs de celle-ci, maintenant en exil, notamment avec Eberhard Koebel.

  • 16 ibid. p. 33.

« Ce fut à cette époque là que Werner, mon frère cadet, et Hans connurent un nouvel enthousiasme qui marqua leur vie. »16

se rappelle Inge Scholl. Et elle décrit la vie exaltante et riche de ce surgeon de la Bündische Jugend. À la fin de 1937 une vague d’arrestations mit brutalement un terme à ce rêve. Le groupe de Hans Scholl comme beaucoup d’autres fut découvert, ses membres arrêtés. Hans Scholl passera plusieurs semaines en prison, et cette expérience fut une étape importante sur son chemin vers la prise de conscience politique et la résistance active. Mais le choc décisif fut constitué par l’expérience de la guerre.

Radicalisation et politisation : les années de guerre

42Les premières années de la guerre ont apporté au régime une série de triomphes qui ont démenti toutes les mises en garde des « spécialistes » militaires et ont porté au paroxysme l’adhésion de la population allemande. Ces années semblaient être la continuation de la marche triomphale du Troisième Reich vers la puissance. Les sacrifices exigés pour l’effort de guerre paraissent largement compensés par l’éclat des victoires et le butin des pillages systématiquement organisés dans les pays occupés. Mais à partir de 1942, les revers se succèdent, les pertes humaines se multiplient, la population civile est de plus en plus durement touchée par les privations et les rigueurs de la guerre (bombardements). En même temps l’appareil répressif du régime devient de plus en plus impitoyable et de plus en plus meurtrier. Tout cela finit dans l’apocalypse de 1945.

43La jeunesse de ces années là n’a guère connu autre chose que la société totalitaire nazie : mais précisément parce qu’elle en a connu la période de triomphe, elle accepte mal d’en partager les malheurs et les privations, la mobilisation croissante au sein de la Jeunesse d’État qui devient de plus en plus caporaliste et surtout de plus en plus instrumentalisée pour l’effort de guerre. Le « Jugenddienst » n’est plus qu’une corvée. En même temps l’encadrement des jeunes souffre de l’absence de nombre de ses anciens chefs, mobilisés au front. Dans des milieux où l’influence des Églises restait forte, les crimes monstrueux commis par le régime au nom de l’Allemagne, dans la mesure où ils étaient connus, par exemple l’euthanasie, les massacres de populations civiles, les déportations, les camps de concentration puis d’extermination, provoquaient aussi des phénomènes de rejet et d’opposition au sein de la jeunesse.

Bandes et « cliques »

44Dans ce contexte d’une société de guerre, des formes d’opposition de la jeunesse déjà apparues à la fin des années trente se répandent et se radicalisent. Il se développe, surtout dans les grandes villes, une subculture juvénile présentant une palette assez large d’activités et de formes de résistance, sans que les motivations idéologiques ou politiques soient toujours clairement identifiables. C’est le phénomène que la police et les tribunaux poursuivaient et condamnaient en vertu de lois répressives ou d’interdictions datant souvent des premiers temps du régime. Les condamnations prononcées étaient variables, depuis le placement en maison de redressement (Fürsorgeanstalten) ou quelques semaines de prison, en particulier de prison pour jeunes (Jugendarrest), jusqu’à la peine de mort. Tout dépendait évidemment de la qualification donnée au délit.

45Lorsqu’il ne s’agissait que de « menées » rappelant les traditions de la Bündische Jugend dissoute (chansons, randonnées, tenues, réunions) ou de comportements anticonformistes dans l’habillement, la coupe de cheveux, le langage, la musique (jazz) ou d’infractions aux règlements sur la tenue des jeunes sur la voie publique, les peines restaient bénignes (surtout pour l’époque et le régime). Dès qu’à ces comportements s’ajoutaient des activités de nature politique et, surtout dans les dernières années de guerre, de tendance « défaitiste » (atteinte au moral des forces armées : Wehrkraftzersetzung) ou de sabotage, les peines de prison devenaient plus dures et les « meneurs » étaient souvent condamnés à mort et exécutés.

46La limite entre les activités de résistance et la délinquance juvénile, phénomène courant dans les grandes villes, surtout en temps de guerre, n’est pas facile à établir dans le cas de ces groupes spontanés. Par principe, le régime criminalisait toutes ces formes de comportement dissident et en niait le caractère de contestation politique ou de révolte morale. Mais d’un autre côté, dans une société totalitaire, surtout lorsque le parti unique au pouvoir a veillé avec un soin tout particulier à embrigader la jeunesse, toute tentative pour se soustraire à cet embrigadement est un geste d’opposition politique. Il était lié à un risque personnel certain, et les jeunes en étaient conscients. D’autre part ces groupes se sont trouvés forcément, malgré eux le plus souvent, en conflit avec les représentants de l’ordre nazi et de la jeunesse d’État (HJ-Streifendienst) et impliqués dans des bagarres contre ceux-ci. C’est ainsi que des actions apolitiques pouvaient déboucher, par une escalade de provocations et de réactions, sur une résistance politique proprement dite (rédaction et diffusion de tracts, inscriptions murales, etc…)

47L’étude des archives de la police ou des tribunaux montre que la dimension politique antinazie était très largement présente dans la plupart des cas connus de groupes de jeunes opposants. Lorsqu’elle ne présidait pas à la naissance des groupes, elle est venue se superposer aux motivations initiales au cours de la lutte pour la survie de ces groupes. Globalement on peut se faire une idée de la progression de ces phénomènes par la multiplication des instructions par lesquelles la direction du parti prescrit une sévérité accrue. Le renouvellement des décrets interdisant les mouvements de jeunesse et le renforcement de la législation spécifique sur la jeunesse sont aussi des indices de l’aggravation du fossé qui se creuse entre le régime et sa jeunesse.

  • 17 Sur l’ensemble de ces mouvements, cf. entre autres : Breyvogel, Wilfried (Hrsg.), Piraten, Swings u (...)

48Dans le cadre de cette étude nous ne pouvons mentionner que quelques cas représentatifs des principales variantes de cette nouvelle opposition de la jeunesse. 17

49• Le premier est celui de ces bandes de jeunes qui, à la manière des « Meuten » leipzigoises d’avant la guerre apparaissent, sous des noms et avec des arrière-plans divers, dans beaucoup de grandes villes allemandes. C’est ainsi qu’à Hambourg les autorités ont été confrontées au phénomène de la Swing-Jugend. Contrairement aux Meuten, il s’agit ici principalement de jeunes gens d’origine bourgeoise cultivant par provocation des modes de vie, de langage, d’habillement aux antipodes de l’idéal de la « jeunesse allemande ». Comparables aux « zazous » français, ces jeunes non-conformistes se réunissaient dans des caves pour écouter du jazz, fumaient en public et affichaient leur anglomanie par le vêtement et le langage.

50• À l’inverse de cette « jeunesse dorée » qui trouvait dans cette dissidence un moyen pour tromper son ennui, la clandestinité était une question de vie ou de mort pour les jeunes Juifs cherchant à échapper aux rafles de la police qui se multipliaient à partir de 1942 dans le cadre de la mise en œuvre de la « solution finale ». Composé au départ (en février 1943) de onze jeunes Juifs berlinois, ce groupe a ceci de remarquable qu’il essaie de maintenir une vie communautaire inspirée par la tradition des mouvements de jeunesse sioniste, d’où le nom qu’il se donne : Chug Chaluzi (Cercle des Pionniers). Réduits à vivre dans la clandestinité totale, ces jeunes (ils seront une quarantaine vers la fin) arrivèrent néanmoins à se réunir régulièrement pour prier ou célébrer les fêtes juives. Cette vie clandestine, qui se poursuivit jusqu’à la fin de la guerre, n’était possible que grâce à l’aide de réseaux de soutien non-juifs, surtout issus de la Bekennende Kirche.

  • 18 Voir aussi, ci-dessous p. 141 la contribution de J.H. Schoeps.

51• Le groupe Herbert-Baum. Ce nom désigne en réalité plusieurs cercles a priori indépendants les uns des autres, mais ayant des contacts étroits entre eux. Au total ce groupe englobait près d’une centaine de personnes et se caractérisait par le jeune âge de ses membres. Beaucoup d’entre eux étaient issus de mouvements de jeunesse juifs (Deutsch-Jüdischer Wanderbund Kameraden, Deutschjüdische Jugendgemeinschaft, etc.)., mais l’influence communiste était également très marquée chez les membres les plus actifs. Le noyau de ce groupe s’était déjà constitué dans les premiers temps du national-socialisme, mais c’est seulement au début des années 40 qu’il s’est lancé dans des actions de résistance, pour répondre à l’aggravation des persécutions contre la communauté juive et à l’attaque allemande contre l’Union soviétique. Son action d’éclat fut l’incendie d’une exposition de propagande anti-bolchévique « Le paradis soviétique » (Das Sowjetparadies). le 19 mai 1942. Quatre jours après, les membres du groupe furent arrêtés. Une suite de procès démantela tout le réseau dont beaucoup de membres furent exécutés. De surcroît cet attentat fournit un prétexte pour l’exécution de plus de 250 otages juifs.18

52• Le phénomène des « pirates à l’edelweiss » (Edelweißpiraten) est sans doute un des cas les plus connus de l’opposition spontanée de la jeunesse urbaine au cours des années de guerre. Ces groupes, qui par leur recrutement et leur implantation urbaine sont proches des « Meuten » de Leipzig, sont nés à la fin des années trente et se sont surtout développés au cours des dernières années de guerre, principalement dans la région de Cologne. Ce qui les distingue de leurs prédécesseurs c’est leur évolution vers la résistance active, qui devait conduire un certain nombre de ces jeunes gens dans les geôles de la Gestapo et à l’échafaud. Le nom sous lequel ils étaient connus indique bien que le motif initial de leur dissidence était une révolte romantique contre le caporalisme et la monotonie de l’existence juvénile « normale » sous le Troisième Reich. Mais progressivement certains groupes (au total il s’agissait d’un réseau très lâche de groupes indépendants) ont été entraînés dans l’action directe, cachant des prisonniers évadés, cambriolant des magasins pour obtenir des denrées alimentaires ou de l’argent, se procurant des armes pour se défendre ...

  • 19 Dans les années soixante et soixante-dix encore les survivants et ayants droits de ce groupe se heu (...)

53Ce fut le cas notamment du groupe de Köln-Ehrenfeld auquel s’étaient joints plusieurs jeunes adultes politiquement engagés. Des heurts sanglants avec la police, mais aussi des actes de sabotage ont finalement provoqué l’arrestation de la plupart des membres et l’exécution sommaire, sans procès, de treize d’entre eux par la Gestapo le 10 novembre 1944. Parmi ces 13 personnes, 5 étaient âgées de 16 à 17 ans, trois autres de 22 à 24 ans. Officiellement ils étaient considérés comme une bande de criminels et de « terroristes ».19 Le groupe d’Ehrenfeld fut sans conteste le plus radical, et les autres groupes de « pirates à l’edelweiss » avaient des activités moins violentes. Il n’empêche que tous leurs membres furent progressivement arrêtés et condamnés à des peines de prison.

54• Les « groupes de quatre » : vers 1941, on vit apparaître simultanément – et de façon tout à fait indépendante – dans trois grandes villes, Hambourg, Munich et Vienne, des groupes de jeunes qui présentent des caractéristiques très semblables. Dans les trois cas, il s’agit de groupes composés de quatre jeunes gens de 16 à 18 ans (d’où le nom de Jugendliche Vierergruppen que leur donne l’historiographie) issus de familles de la petite et moyenne bourgeoisie. Une de leurs activités principales était l’écoute des émissions des « Feindsender » surtout de la BBC. Ils ne gardaient pas pour eux les informations qu’ils obtenaient ainsi, mais les reproduisaient et les diffusaient par des tracts glissés dans les boîtes à lettre. Reprenant un mot d’ordre lancé par la BBC ils entreprirent aussi de dessiner le V de la victoire sur les murs de la ville. Le troublant parallélisme qui présida à la naissance et à l’activité de ces groupes se manifesta aussi en ce qui concerne leur fin. À très peu de temps d’intervalle les trois groupes furent dénoncés, arrêtés et condamnés au cours du printemps et de l’été 1942. Les chefs de file des groupes de Hambourg (Helmuth Hübener) et de Munich (Walther Klingenbeck) furent exécutés, les autres membres condamnés à de lourdes peines de prison. Nous sommes là en présence de véritable résistants, qui ne se bornent pas à des actions défensives pour maintenir la survie du groupe et qui échappent aussi à toute dérive vers la délinquance. Ces jeunes gens, animés par des motifs moraux plus que politiques voulaient avant tout contribuer à hâter la fin du national-socialisme.

55• C’est cette même motivation que l’on découvre dans le groupe de la Rose Blanche. Mais, alors que les « groupes de quatre » se situaient dans un milieu petit-bourgeois d’employés et d’artisans, la « Rose Blanche » est typique du milieu universitaire : son noyau comprend des professeurs et surtout un groupe d’étudiants autour de Hans Scholl. Nous avons déjà rappelé deux étapes de l’existence de ce dernier. Après son arrestation en 1937, il accomplit son service du travail (Arbeitsdienst) puis son service militaire et commença des études de médecine. Mobilisé au début de la guerre, il participa à la campagne de France, puis put rentrer à Munich pour finir ses études. Ce fut alors qu’il rencontra des maîtres (Carl Muth , Theodor Haecker, plus tard Kurt Huber) et des camarades (Willi Graf, Alexander Schmorell, Christoph Probst) au contact desquels mûrit sa résolution de lutter pour hâter la fin d’un régime qu’il méprisait autant qu’il le haïssait. Tous avaient leurs racines dans la tradition des mouvements de jeunesse d’avant 1933 et étaient animés par un profond idéalisme d’inspiration chrétienne et humaniste. C’est en juin-juillet 1942 que furent rédigés et diffusés les quatre premiers tracts signés La Rose Blanche (Flugblätter der Weißen Rose). Après une interruption de quelques mois au cours desquels Hans Scholl et plusieurs de ses amis furent appelés sur le front de l’Est, l’agitation reprit avec plus de détermination encore lors de leur retour à l’université. Le cinquième et le sixième tract, beaucoup moins littéraires et plus directs (Stalingrad est passé par là), furent réalisés fin 1942 et en février 1943. Ils étaient désormais intitulés « Flugblätter der Widerstandsbewegung in Deutschland. Aufruf an alle Deutsche ». C’est en distribuant le 6e tract que les membres du groupe, auquel s’est jointe Sophie Scholl la sœur de Hans, alors âgée de 21 ans, furent découverts et arrêtés le 18 février 1943. Au cours de plusieurs procès publics, les principaux conjurés furent condamnés à la peine de mort (Sophie et Hans Scholl, Chr. Probst, W. Graf, K. Huber, A. Schmorell) les autres à des peines de prison.

56Quelles furent les caractéristiques de cette résistance ? Il faut remarquer d’abord que la Rose Blanche s’élève contre le national-socialisme non pas pour pouvoir lui substituer un autre régime, mais pour restaurer des valeurs humaines intemporelles que le national-socialisme a perverties et niées. Ces valeurs sont aussi celles dont les plus grands esprits de l’Allemagne se sont réclamés, et c’est au nom de ces grands Allemands et à l’aide de citations tirées de leurs œuvres que les conjurés en appellent à la conscience de leurs compatriotes, pour qu’ils se rendent compte à quel point le nazisme a perverti l’âme du peuple allemand et l’a exclu, par ses crimes, de la communauté humaine. Ils dénoncent clairement les crimes abominables du régime contre l’humanité notamment les massacres de la population juive en Pologne et ils appellent à la résistance, par le refus d’obéissance et le sabotage, pour « abattre le national-socialisme » (3e tract).

57Le cas de la Rose Blanche est sans aucun doute exemplaire. Il eut un retentissement considérable en Allemagne suscitant des émules, notamment à Hambourg. Dès juin 1943, Thomas Mann mentionna le groupe de la Rose Blanche dans une de ses allocutions radiodiffusées, et leur appel fut également repris dans un tract diffusé sur le front de l’Est par le Nationalkomitee Freies Deutschland.

Mérites et limites de la résistance des jeunes

58En défintive, quelle réponse peut-on donner à la question : y a-t-il eu une « résistance de la jeunesse » ?

  • 20 Le 9 mars une ordonnance de police sur la protection de la jeunesse émanant des services de Heinric (...)

59Remarquons d’abord que l’attitude de la jeunesse a reproduit celle de la moyenne de la population allemande. Les choix extrêmes, comme, d’un côté l’adhésion fanatique à la Weltanschauung national-socialiste, la foi aveugle en son Führer et le dévouement allant jusqu’au sacrifice de la vie20 ou, de l’autre côté, l’opposition ouverte et l’acceptation du sacrifice suprême en un geste expiatoire comme celui de Hans et Sophie Scholl, ont été minoritaires. Mais, entre les deux extrêmes se situèrent une très grande variété de choix.

60Si dans la première phase, celle de la prise du pouvoir 1933-1936, la résistance des jeunes s’est surtout manifestée par des tentatives pour échapper à la Gleichschaltung et maintenir des liens associatifs et des formes de vie communautaire menacés par les nazis, dans l’espoir que le règne de ce dernier serait de courte durée, dans la deuxième phase, cet espoir ayant été déçu, les jeunes « dissidents » cherchèrent à se créer des espaces de vie communautaire à l’écart de la société totalitaire, soit en se référant à des modèles antérieurs à 1933 (Bündische Jugend), soit au nom de principes moraux et religieux supérieurs (groupes confessionnels), soit sans références extérieures précises et en cultivant la provocation. Dans les deux cas, la motivation principale était de résister autant que possible à un embrigadement ressenti comme une aliénation. C’est seulement dans la troisième phase, en même temps que la répression se durcit, que dans un certain nombre de ces groupes, la résistance devient plus active et cherche à combattre le régime pour en hâter l’effondrement. Mais même dans ce cas, la résistance n’est pas portée, généralement, par un projet et une volonté politiques précis.

  • 21 Sur la participation des Allemands à la Résistance française voir entre autres B. Vormeier, « Les A (...)

61Si on cherche à caractériser ce type de résistance on peut dabord procéder par élimination. Ce n’était pas, bien entendu, la résistance armée. Celle-ci n’a pour ainsi dire pas existé en Allemagne. De nombreux Allemands ont pris les armes contre le régime qui s’est emparé de leur pays et qui l’a asservi pendant douze ans, mais c’était au sein des mouvements de résistance à l’étranger, par exemple en France21. De nombreux Allemands ont également servi dans les forces armées alliées en guerre contre l’Allemagne hitlérienne, mais ce n’était pas sous l’uniforme allemand. À l’évidence, il n’y a pas eu de résistance armée des Allemands en Allemagne.

62Ce n’était pas non plus une véritable résistance « politique ». Celle-ci signifie qu’on s’oppose à un système politique donné au nom d’autres principes politiques, d’une autre vision de l’État et des rapports du citoyen à la cité. La résistance politique identifie clairement l’adversaire et lui oppose un contre-modèle, une alternative politique qui a vocation de remplacer le plus vite possible le système installé au pouvoir, le cas échéant après avoir tout fait pour abréger l’existence de celui-ci, fût-ce par la force, le soulèvement ou le coup d’État. Cette forme de résistance a bien existé dans l’Allemagne national-socialiste, dans des secteurs très différents du spectre politique, à gauche comme à droite. Elle s’est manifestée notamment dans les différents projets d’une nouvelle Allemagne, d’une autre Allemagne pour l’après-Hitler. La résistance des jeunes n’entre pas dans cette catégorie.

63En revanche, elle constitue un important élément de ce mouvement plus diffus que fut la résistance « à la base », la résistance que des Allemands de tous âges et de toutes conditions ont opposée à l’entreprise de mise au pas totalitaire de la société allemande par le national-socialisme – au nom des valeurs auxquelles ils étaient attachés. Cette résistance pouvait se fonder sur des motivations très différentes, sur des principes religieux ou éthiques, sur une certaine idée de l’homme et de sa dignité. Elle pouvait aussi viser à préserver simplement des espaces de liberté pour échapper à l’aliénation totale par l’État. Cette résistance, si elle n’était pas politique au sens esquissé ci-dessus, n’en prenait pas moins rapidement une signification politique. Dans un système totalitaire, toute dissidence est inévitablement un acte politique.

64Faut-il se poser la question de l’efficacité de ce type de résistance, en particulier de la résistance des jeunes ? Il est presque certain qu’elle n’a pas abrégé d’un jour la durée de vie de la dictature. Mais ne peut-on pas dire la même chose de la résistance des Églises, ou de celle des milieux politiques de gauche comme de droite, et même de la résistance militaire, après l’échec sanglant de la tentative de coup d’État du 20 juillet 1944.

65La résistance juvénile ne pouvait avoir que des effets directs modestes. N’étant pas intégrés dans le système, ne disposant d’aucun levier de commandement, comme ce fut le cas pour l’opposition militaire, les jeunes qui se sont dressés contre le régime n’en avaient que plus de mérite. Pour être modeste leur résistance a suffisamment gêné le régime pour qu’il lance contre ces groupes tout son appareil policier et répressif et pour qu’il condamne d’innombrables jeunes à l’échafaud ou à l’emprisonnement.

66L’opposition des jeunes n’a pas pu bloquer la machine à opprimer et à tuer que le national-socialisme a installée en Allemagne, mais elle y a jeté quelques grains de sable qui ont fait grincer les rouages du système. Au fond les actions des militaires, des partis politiques clandestins ont-elles eu plus d’effets concrets ?

67Mais l’essentiel n’est pas là. Avec Peter Steinbach nous pensons que la simple existence de la résistance au national-socialisme, même si elle s’est révélée impuissante en fin de compte, a été une condition sine qua non pour que l’Allemagne puisse renaître après la guerre et retrouver sa place dans la communauté humaine. La part que les jeunes ont eue dans cette entreprise, même si elle a été modeste, est essentielle parce qu’ils ont montré ainsi qu’ils ne s’identifiaient pas tous au régime criminel qui prétendait représenter la nouvelle Allemagne.

68Cette responsabilité n’est nulle part mieux exprimée que dans le dernier tract de la Rose Blanche. Celui que Sophie et Hans Scholl distribuaient à l’université de Munich le jour où ils ont été découverts et arrêtés. En lisant ces mots on ne peut s’empêcher de penser qu’ils ont fait le sacrifice de leur vie, pour que puisse survivre le peuple allemand.

69Voici ce qu’on peut lire dans leur ultime message :

Der deutsche Name bleibt für immer geschändet,
wenn nicht die deutsche Jugend endlich aufsteht,
rächt und sühnt zugleich, ihre Peiniger zerschmettert
und ein neues geistiges Europa aufrichtet.

Notes

1 On trouve des études à ce sujet dans la plupart des ouvrages collectifs consacrés à la résistance allemande. Citons, en particulier, Peukert, Detlev, « Protest und Widerstand von Jugendlichen im Dritten Reich », in : Richard Löwenthal u. Patrick zur Mühlen (Hrsg.), Widerstand und Verweigerung in Deutschland, Neuausgabe, Bonn, Dietz 1997 (Dietz Taschenbuch 78) ; Klönne, Arno, Jugend im Dritten Reich. Die Hitler‑Jugend und ihre Gegner, Düsseldorf, Diederichs 1982 ; Freyberg Jutta von/ Bromberger, Barbara/Mausbach Hans (e.a.), Wir hatten andere Träume. Kinder und Jugendliche unter der NS-Diktatur, Frankfurt/Main, VAS, 1995 ; Hellfeld, Matthias v./Klönne, Arno : Die betrogene Generation. Jugend in Deutschland unter dem Faschismus, Köln 1987 ; Jahnke, Karl H./ Buddrus, Michael, Deutsche Jugend 1933-1945. Eine Dokumentation, Hamburg 1989 ; Jahnke, Karl H., Jugend im Widerstand 1933-1945, Frankfurt/Main 1985.

2 Des études sur la Weiße Rose figurent dans la plupart des ouvrages ou volumes collectifs consacrés à la résistance allemande. Deux livres de poche concernent spécifiquement ce mouvement : Die Weiße Rose und das Erbe des deutschen Widerstandes, München, Beck 1993, (Becksche Reihe Nr. 497) et Inge Scholl, Die Weiße Rose, Frankfurt, Fischer 1955 (Fischer TB 88). Trad. française, Paris, Les Editions de Minuit 1992.

3 Sur ces questions on lira avec profit, Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche Gesellschaft und der Widerstand gegen Hitler, herausgegeben von Jürgen Schmädeke und Peter Steinbach, München, Piper 1985 (en particulier les contributions de Hans Mommsen, p. 3 et les chapitres 7 et 9), ainsi qu’une excellente introduction dans : Peter Steinbach, Widerstand gegen den Nationalsozialismus in der zeitgeschichtlichen Auseinandersetzung, Berlin, Gedenkstätte Deutscher Widerstand, 1995.

4 Cette appellation née au cours des années vingt pour désigner ce type de mouvements de jeunesse (Bünde), se rapporte à une attitude plus qu’à un ensemble précis d’organisations. Sur l’ensemble du phénomène de la Jugendbewegung il existe de très nombreuses études. Nous n’en citerons que deux : Walter Laqueur, Die deutsche Jugendbewegung. Eine historische Studie, Köln, 1962 et l’ouvrage de Werner Kindt (Hrsg), Die deutsche Jugendbewegung 1920 bis 1933. Die bündische Zeit, Düsseldorf 1974, qui est une véritable somme, avec ses 1840 pages.

5 Ordonnance du Reichsjugendführer en date de 21 juin 1933. Ces interdictions des principaux mouvements de la Bündische Jugend furent réitérées à la veille de la guerre (Deutscher Reichs- und Preußischer Staatsanzeiger du 20. 7. 1939).

6 Après son retour en 1948 de l’exil londonien, Koebel s’installe en zone soviétique et cherche – vainement cela va de soi – à influencer l’organisation de jeunesse communiste (FDJ, Freie Deutsche Jugend) dans le sens de la tradition bündisch. Signalons, en passant, que la Freie Deutsche Jugend avait déjà été créée à Paris par la direction du KPD en exil vers 1936-1937. Mais il s’agissait d’une structure politique destinée à rassembler communistes et socialistes dans la perspective de la création du Volksfront, sans effets directs sur la résistance des jeunes en Allemagne. —Un florilège de textes d’Eberhard Koebel a été publié par Werner Helwig, tusk. Gesammelte Schriften und Dichtungen, Heidenheim a.d. Brenz, 1962. Biographie : Kai Tjaden, Rebellion der Jugend, 1958.

7 Cf. Hans Ebeling u. Dieter Hespers, Jugend contra Nationalsozialismus, 2. Aufl. Frechen, Bartmann Verlag, 1968.

8 Revenu en Allemagne au lendemain de la guerre, K. O. Paetel consacra à l’histoire de la Jugendbewegung avant et pendant le national-socialisme plusieurs livres fortement marqués par ses expériences personnelles. Signalons, en particulier, K.O. Paetel, Jugend in der Entscheidung 1913 - 1933 - 1945, Bad Godesberg 1963.

9 Cf. Barbara Schellenberger, « Katholischer Jugendwiderstand », in : Jürgen Schmädeke und Peter Steinbach, Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus, op. cit. p. 314 sqq.

10 Jahnke, Karl H. : Schwere Jahre. Arbeiterjugend gegen Faschismus und Krieg (1933-1945), Essen, Neue Impulse-Verlag, 1995.

11 Il s’agit de ce qu’on a appelé l’« Affaire Rossaint », ou Volksfrontprozeß. Joseph Rossaint, prêtre catholique en milieu ouvrier (Oberhausen), s’occupait spécialement de jeunes chômeurs et avait dès avant 1933 des contacts avec de jeunes communistes. Il a maintenu ces contacts et poursuivi ses activités après 1933. C’est à cause d’un tract contre la réintroduction du service militaire en Allemagne que Rossaint fut arrêté en janvier 1936 et condamné en avril 1937, en même temps que sept autres dirigeants de mouvements de jeunesse catholiques, à de lourdes peines de prison.

12 Cf. Jahnke, Schwere Jahre, op. cit. p. 15 sq.

13 On peut lire le « journal de bord » de ce groupe dans Arno Klönne, Gegen den Strom. Bericht über den Jugendwiderstand im Dritten Reich, Hannover, 1960, p. 59 sqq.

14 Nous ne parlons pas ici de ceux des anciens membres de la Bündische Jugend qui, du fait de leur âge, ont manifesté leur opposition dans d’autres cadres que les mouvements de jeunesse. Le plus illustre d’entre eux est sans aucun doute le comte Stauffenberg, l’auteur de l’attentat du 20 juillet 1944, mais on peut aussi citer dans ce contexte un éminent membre du Cercle de Kreisau, Adolf Reichwein.

15 Inge Scholl, La Rose blanche, trad. française, p. 26.

16 ibid. p. 33.

17 Sur l’ensemble de ces mouvements, cf. entre autres : Breyvogel, Wilfried (Hrsg.), Piraten, Swings und junge Garde. Jugendwiderstand im Nationalsozialismus, Bonn 1991 ; Hellfeld, Matthias v., Edelweißpiraten in Köln. Jugendopposition gegen das 3. Reich, Köln, Pahl-Rugenstein, 1981 ; Klönne, Arno (Hrsg.), Jugendkriminalität und Jugendopposition im NS‑Staat. Ein sozialgeschichtliches Dokument, Münster 1981 ; Peukert, Detlev, Edelweißpiraten. Protestbewegung jugendlicher Arbeiter im Dritten Reich, Köln 1988.

18 Voir aussi, ci-dessous p. 141 la contribution de J.H. Schoeps.

19 Dans les années soixante et soixante-dix encore les survivants et ayants droits de ce groupe se heurtaient à des fins de non recevoir de la part des autorités administratives et judiciaires lorsqu’ils voulaient faire reconnaître la qualité de résistants et de « victimes du national-socialisme » des Edelweißpiraten condamnés et exécutés. Ils restaient prisonniers du qualificatif de criminels de droit public qui leur avait été donné par la Gestapo.

20 Le 9 mars une ordonnance de police sur la protection de la jeunesse émanant des services de Heinrich Himmler tente de limiter les risques en instituant le couvre-feu pour les jeunes de moins de 18 ans. On peut citer à cet égard la fameuse « Division Hitlerjugend » que les alliés baptisèrent « Baby Division ». Recrutée vers la fin de la guerre presque exclusivement dans les rangs de la HJ et lancée dans la bataille en 1944 sur le front de l’Ouest, elle fut anéantie presque entièrement.

21 Sur la participation des Allemands à la Résistance française voir entre autres B. Vormeier, « Les Allemands dans la résistance en France » pp. 293-309, in : Lévisse-Touzé Christine/Martens Stefan (éd.), Des Allemands contre le nazisme. Oppositions et résistance 1933-1945. Actes du colloque franco-allemand Paris 27-29 mai 1996, Paris, Albin Michel, 1997.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540