Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Opposition et résistances

L’individu au cœur de la Résistance

Bernard Poloni

Texte intégral

1Lorsque la nomination de Hitler au poste de chancelier sanctionne l’arrivée au pouvoir de l’idéologie et de la pratique national-socialistes, la tendance dominante dans le pays porte à considérer qu’il s’agit là d’un épisode transitoire, d’un « accident nécessaire » ; les uns, fidèles à leur analyse de l’histoire, voient là l’ultime soubresaut d’un capitalisme pervers et moribond ; les autres pensent pouvoir instrumentaliser le NSDAP et son chef afin de rétablir ordre et stabilité dans le pays avant de se débarrasser d’un allié de circonstance dont on se convainc qu’il sera rapidement discrédité aux yeux du plus grand nombre ; ils envisagent cette alliance comme une sorte de passage obligatoire par l’autoritarisme pour éviter la révolution et acceptent un pacte dont les suites funestes ne sont pas encore perçues. En réalité, l’allié temporaire va rapidement devenir seul détenteur du pouvoir, l’autoritarisme initial dévoiler son vrai visage, totalitaire, et le pacte funeste va voir s’accumuler les victimes – et tout spécialement l’individu, la personne individuelle avec son identité propre et ses droits affirmés. Comme l’écrit Bruno Bettelheim :

  • 1 Cité par Gesa Koch-Wagner, « Wie konnte das passieren ? Die Bedeutung des kulturellen Raumes für di (...)

« So aber entdecken wir nun, daß die Korruption durch den Totalitarismus in der Hoffnung besteht, man könne dadurch sowohl seinen inneren wie seinen äußeren Frieden zurückgewinnen – den inneren Frieden, der dadurch entsteht, daß man schwerwiegende innere Konflikte gelöst hat, und den äußeren Frieden, der im Gefühl der eigenen Sicherheit wurzelt. Doch leider bezahlt der Mensch, der ursprünglich ein Gegner des totalitären Regimes war, diesen Frieden mit einem teuren Preis – er verliert seine Autonomie, seine Selbstachtung, seine menschliche Würde. Es ist viel Wahres an der Bemerkung, daß der Friede, der in einer totalitären Gesellschaft herrscht, mit dem Tod der Seele erkauft wird. »1

2De fait, le régime totalitaire ne vise pas seulement à mettre au pas les diverses institutions politiques et sociales en leur faisant perdre toute autonomie, mais aussi à agir de même vis-à-vis de l’individu, en mettant au pas réflexion personnelle et pensée autonome et en s’efforçant de briser, dans ce domaine aussi, toute forme de résistance. La politique culturelle officielle n’a pas d’autre but.

3Mais dans le même temps, la démarche du totalitarisme trouve là ses limites, s’attaque à l’impossible en voulant réduire entièrement l’irréductible, en voulant diviser pour le dominer l’indivisible, l’individuum.

4C’est ce que nous voudrions nous attacher à montrer dans les lignes qui suivent, en considérant successivement trois temps des rapports entre le régime national-socialiste, conçu comme une forme de régime totalitaire, et l’individu, conçu tout à la fois comme personne vivante et comme notion. Ces trois temps concerneront la volonté de négation et de destruction de l’individu dans l’idéologie et la pratique national-socialistes, la résistance individuelle, c’est-à-dire de certains individus, à cette entreprise et, enfin, la place accordée à la notion d’individu dans les projets d’ordre social élaborés par les cercles de résistance pour le temps d’après la tyrannie.

1. Le national-socialisme ou la négation de l’individu

5Sans pouvoir entrer ici dans le détail des mesures adoptées par le nouveau régime dans les domaines politique, économique et social, nous en rappellerons quelques grandes étapes et caractéristiques principales afin d’illustrer notre propos.

6À partir de leur arrivée au pouvoir le 30 janvier 1933, les nationaux-socialistes vont, dans une démarche de type révolutionnaire, casser progressivement les structures de l’ordre social précédent, par une démarche que nous caractériserons tout d’abord de liberticide et qui s’attaque à six grands domaines.

7Ils démantèlent tout d’abord toute forme de contre-pouvoir institutionnel en abolissant de fait la constitution, en confondant les différents pouvoirs, en mettant un terme à l’autonomie des Länder placés sous le gouvernement et le contrôle des Reichsstatthalter. Un espace de liberté disparaît.

8Ils démantèlent ensuite tout contre-pouvoir politique légal en dissolvant ou en poussant à l’autodissolution les partis avant de les interdire par une loi du 14 juillet 1933, assurant le monopole du NSDAP. Un espace de liberté disparaît.

9Ils démantèlent les contre-pouvoirs dans le monde du travail en dissolvant les syndicats et en créant à leur place le Deutsche Arbeitsfront, regroupant salariés et employeurs sur le schéma de ce qui s’est fait en Italie en 1925 ; en supprimant l’autonomie des négociations entre les partenaires sociaux avec la mise en place des Treuhänder der Arbeit, appelés à devenir fonctionnaires en 1934 ; en créant le service obligatoire du travail ; en instituant une sorte de livret-ouvrier, le Arbeitsbuch, qui permet de réglementer et surveiller les mouvements de main d’œuvre ; et finalement, afin d’étendre ce contrôle au delà du simple monde du travail et de gagner sur la sphère privée, en mettant en place l’organisation Kraft durch Freude qui organise et, par là même, surveille les salariés jusque pendant leur temps de loisirs. Un espace de liberté disparaît.

  • 2 Cf. Ernst Frenkel, Der Doppelstaat, 1974 ( titre original : The Dual State, 1940).

10Ils démantèlent les bases d’une justice indépendante et équitable, transformant l’Allemagne, pour reprendre la terminologie de Ernst Frenkel, d’un Normenstaat en un Maßnahmenstaat.2 Un espace de garantie de la liberté disparaît.

11Ils démantèlent tout système d’information autonome, en particulier par le canal de la presse, et le remplacent par un appareil de propagande chargé tout à la fois de convaincre et d’impressionner, de terroriser les esprits. Un espace de liberté, celui de l’information critique et indépendante, disparaît ; comme le souligne Hanna Arendt :

  • 3 Hanna Arendt, Elemente und Ursprünge totaler Herrschaft, München 1986, p. 546 ; cité dans : Gesa Ko (...)

« Totalitäre Regierungen pflegen die Propaganda der Bewegung durch Indoktrination zu ersetzen, und ihr Terror richtet sich sehr bald (sobald nämlich die Anfangsstadien einer organisierten Opposition überwunden sind) nicht so sehr gegen die Gegner, die man durch Propaganda nicht hat überzeugen können, als gegen jedermann. Sobald totalitäre Diktaturen fest im Sattel sitzen, benutzen sie Terror, um ihre ideologischen Doktrinen und die aus ihnen folgenden praktischen Lügen mit Gewalt in die Wirklichkeit umzusetzen : Terror wird zu der spezifisch totalen Regierungsform. »3

12Enfin, sachant que la jeunesse est tout à la fois une source quasi naturelle de contestation et, dans le même temps, l’avenir du système et de l’homme nouveaux qu’ils veulent instaurer, ils démantèlent ses organisations traditionnelles pour l’embrigader dans un organisme dépendant du parti national-socialiste. Plus grave encore, l’endoctrinement dispensé dans ce dernier conduit à faire des enfants les porte-parole mais aussi les espions du régime au sein des familles. Un espace essentiel de liberté pratique, mentale et psychologique, de formation de l’individu autonome, disparaît. Comme l’écrit Klaus Theweleit :

  • 4 Klaus Theweleit, Männerphantasien, Frankfurt/Main 1986, vol. 2, p. 288 ; cité dans : Gesa Koch-Wagn (...)

« Im Konfliktfall zwischen Führer und Familienanspruch wurde das Kind angehalten, Spitzel im Dienst des Führers gegen die Eltern zu sein. (...) Indem der Familie so genommen wurde, was allein ihre menschliche Substanz ausmachen könnte, Ort von Beziehungen, Ort einer Kommunikation, Ort eines Schutzes zu sein, wurde sie zur Terrororganisation formaler Herrschaft. »4

  • 5 « Schulenburg begründete seine Feindschaft gegen den nationalsozialistischen Staat – wie die Kalten (...)

13Cette destruction progressive des structures traditionnelles du corps social, des associations et communautés diverses sur lesquelles il reposait, jusqu’à la famille, tend à isoler chacun, non dans le but de lui faire prendre conscience de son irréductible individualité, mais tout au contraire de nier, de détruire cet individu en le fondant dans une masse anonyme dont chaque membre, identique aux autres, se transformerait en rouage d’une mécanique déshumanisante.5 Le maître mot devient la désindividualisation par l’uniformisation, avec ses symboles extérieurs typiques que sont l’uniforme, justement, et le salut.

14L’effet et le sens du premier sont caractérisés comme suit par Renate Finckh, dans son roman Nach-Wuchs :

  • 6 Renate Finckh, Nach-Wuchs, Gerlingen 1987, p. 31 ; cité dans : Gesa Koch-Wagner, op. cit., p. 199.

« In dieser Kleidung fühlte sie sich auf betörend einfache Weise sichtbar. Sie gehörte nun einem strahlenden Wir an, das dem Einen, der allein Ich sagen durfte, diente. »6

15Au sujet du second, Gesa Koch-Wagner cite Bettelheim en ces termes :

  • 7 Gesa Koch-Wagner, op. cit., p. 195.

« Ein einfaches, aber äußerst wirkungsvolles Kontrollinstrument im Nationalsozialismus war der vielfach am Tag zu übende Hitlergruß. Der Psychoanalytiker Bettelheim zeigt die für das Ich und das Überich verhängnisvollen Folgen dieses Grußes auf, der dem überzeugten Nazi den eigenen Wert und den Einklang mit der Staatsgewalt bestätigte, dem Regimegegner aber jedes Mal ‘wenn er jemanden in aller Öffentlichkeit auf diese Weise begrüßte, die Erfahrung, daß sein Ich erschüttert und seine Integration geschwächt’ war, vor Augen führte. »7

16Par delà son caractère liberticide et désindividualisant, tout régime totalitaire se révèle également inégalitaire et discriminant. Dans sa volonté d’uniformiser le corps social, il en exclut ceux que son idéologie le conduit à considérer comme non intégrables et, de ce fait, pernicieux. Dans le cas du national-socialisme, le critère de discrimination est essentiellement racial. Il en découle l’adoption, à partir de 1933, d’une série de mesures anti-juives qui iront en s’aggravant avec le temps. Retenons en simplement ici qu’elles aussi visent à détruire l’individualité, cette fois par le canal de l’appartenance réelle ou supposée à un groupe ethnique, aux membres duquel on dénie la pleine jouissance des droits reconnus aux autres. Au bout du compte, c’est bien la tradition démocratique instaurée en Europe occidentale depuis le 17e siècle et Locke qui est ainsi rejetée.

17En outre, cette démarche de rejet du droit naturel ne se satisfera pas d’être liberticide et inégalitaire, elle deviendra très vite homicide ; on décidera la mise à mort individuelle puis collective de ceux qui conservaient des caractères mentaux, physiques ou ethniques jugés incompatibles avec l’uniformisation au sein de la Volksgemeinschaft national-socialiste, indépendamment de tout engagement politique de refus ou de résistance, du simple fait de leur être (handicapés, tziganes, témoins de Jéhova, juifs ...).

18Or cette volonté et cette pratique vont aussi avoir un effet contraire à celui recherché. Elles vont restaurer, ou plus exactement confirmer la valeur irremplaçable de l’individu. Le seul moyen d’échapper au totalitarisme polymorphe qui se met en place sera en effet de se replier, justement, dans la sphère de l’individuel, de s’efforcer d’exister pour soi en sauvegardant les valeurs que l’ordre social ambiant tend à détruire. Et, ayant ainsi atteint un premier seuil de résistance, d’aller éventuellement plus avant pour engager la lutte contre cet ordre.

19Une telle réaction montre que toute tentative de réduire à rien la personne humaine dans sa dimension individuelle est vouée à l’échec. Il se trouve toujours des sujets qui, par conviction ou par défi, se posent en opposants du système dominant. Comme l’écrit Gesa Koch-Wagner :

  • 8 Gesa Koch-Wagner, op. cit, p. 201.

« Die Ich-Autonomie dagegen stellt nicht nur keinen Wert mehr dar, sondern würde das System bedrohen ; sie wird daher mit den Gewaltmöglichkeiten des totalen Herrschaftssystems unterdrückt. (...) Die Massivität des Gewaltpotentials als auch die in die Persönlichkeitsstruktur vorstoßende « Eindringlichkeit » läßt leicht darüber hinwegsehen, daß sich nicht jeder Mensch vom Nationalsozialismus verführen und vereinnahmen ließ. (...) Der totalitäre Staat kann den Druck nicht so lückenlos ausüben, daß er jedes Individuum vollständig erfaßt, und auch das menschliche Innovations- und Widerstandspotential läßt sich nicht total unterdrücken. Das Subjekt in seiner Lebendigkeit und Widersprüchlichkeit geht auch unter extremen Belastungen nicht ohne Rest in seinen gesellschaftlichen Bedingungen auf. »8

20Et c’est ici, dans cette résistance de l’individu à la démarche totalitaire, que la résistance politique va trouver ses racines.

2. L’individu au cœur de l’acte de résistance

21L’idée que le gouvernement national-socialiste ne serait, en définitive, qu’une courte étape transitoire dans l’histoire de l’Allemagne conduit la très grande majorité des opposants plus ou moins marqués à choisir tout d’abord la voie de l’attentisme ou du compromis ; c’est-à-dire à ne pas opter pour une dissidence active ; les citoyens allemands, plongés depuis des années dans la crise politique, économique et sociale, n’en ont ni la volonté, ni le besoin au regard des premières mesures adoptées, dont certaines améliorent indiscutablement leurs conditions d’existence, sans qu’il soit encore possible d’en percevoir la véritable portée ; les milieux conservateurs restent prisonnier de leur Zähmungskonzept ; les milieux socialistes, objets de premières mesures de rétorsion, se croient confrontés à une version revue et corrigée du Sozialistenkampf bismarckien ; les communistes sont très vite mis hors la loi et sévèrement pourchassés. En sorte que ne se met pas en place dès l’origine une lutte ouverte et massive contre le nouveau pouvoir, soit par impossibilité pratique, soit parce qu’elle n’est pas ressentie comme urgente ni même nécessaire.

22Cette passivité initiale aura entre autres effets celui de faciliter la mise en place d’un régime dont nous avons vu qu’il atomise rapidement le corps social, en cassant les communautés dont celui-ci était traditionnellement constitué et en rendant impossible leur reconstitution par l’interdit et son application terroriste et terrorisante. De sorte que, pour cette raison déjà, la résistance active au national-socialisme, lorsqu’elle viendra à s’amorcer puis à se constituer, ne pourra être mouvement de masse, ni même de groupe numériquement important. L’opposition communiste en particulier, pour ne pas l’avoir compris assez tôt et s’être fourvoyée dans un actionnisme intempestif, dut payer un lourd tribut à la répression. Comme l’écrit Ger van Roon :

  • 9 Ger van Roon, Widerstand im Dritten Reich, München 1979, p. 15.

« Bei dem Wort ‘Widerstand’ dürfen wir uns keine Organisationen vorstellen, die mit ihrem Apparat alle Mitarbeiter in Gefahr gebracht hätten. Der Widerstand in Deutschland bestand vorwiegend aus kleinen Gruppen und Einzelpersonen, die als Teile einer illegalen ‘Subkultur’ jedes Risiko zu meiden hatten und deswegen in starker Isolierung arbeiteten. »9

23Ajoutons en outre que si la structuration en réseaux est dès l’origine d’usage dans le milieu ouvrier et les organisations politiques qui en sont nées, socialistes comme communistes, et si l’esprit de corps est l’une des caractéristiques fondamentales des milieux militaires, il en va autrement des cercles conservateurs et libéraux, lesquels reposent plus sur l’engagement individuel, tant en matière de réflexion que d’action politique. La situation de résistance ne fera donc ici que renforcer encore une tendance précédente.

24Cela est également vrai des milieux de l’exil. Les communistes à Moscou, les socialistes à Prague puis, dans une moindre mesure, à Paris et à Londres, s’efforcent de sauvegarder ou de reconstituer l’organisation collective de leur mouvement, de maintenir ou de nouer des contacts de centre d’expatriation à centre d’expatriation. Les autres opposants au régime ayant quitté l’Allemagne, que ce soit pour raison politique, raciale ou de conscience, n’auront pas cette tendance, faute d’avoir cette même culture politique. Ils agiront beaucoup plus à titre personnel, individuel – hommes politiques aussi bien que scientifiques ou universitaires. Quant à ces intellectuels d’un genre particulier que sont les écrivains, ils ne font pas exception à la règle, bien au contraire. Certes, certains s’engageront décidément dans le combat des idées contre le totalitarisme national-socialiste – que ce soit par l’écrit romanesque, par la participation à des revues ou par le discours radiodiffusé ; mais il s’agit là ou bien d’une action strictement personnelle, ou bien d’un engagement qui s’inscrit dans le cadre de mouvements d’opposition politique auxquels certains auteurs se joignent et qui ne relève pas, en fait, de leur activité et qualité d’écrivain (ce n’est pas tant parce qu’il est écrivain que Heinrich Mann milite pour la création d’un Volksfront à Paris, c’est par conviction politique de citoyen) ; et lorsque le monde des lettres voudra, à l’occasion, se regrouper pour faire œuvre commune, les conflits de personnalités prendront leur pleine dimension, annihilant toute action collective sincère et durable par trop de jalousie et d’animosité réciproque – les relations perturbées entre Heinrich et Thomas Mann ou bien entre ce dernier et Bertolt Brecht prenant ici valeur emblématique. L’exil littéraire se compose en fait d’une constellation d’individus et de groupes sans unité, tant en ce qui concerne leurs options politiques que leur pratique esthétique.

25Exposition à la terreur répressive, comme victime ou comme témoin, ici, choc des personnalités et déracinement là renvoient donc tout d’abord l’individu à son isolement.

  • 10 « Das System stützt sich auf die Permanenz der Angst. Die Angst zu überwinden, um seiner moralische (...)

26À ce constat, il convient d’ajouter une dimension supplémentaire. L’individu qui décide malgré tout de passer à une résistance d’abord passive, puis active au système court à tout moment le risque d’être pris ; c’est particulièrement vrai du résistant isolé qui ne peut profiter du soutien d’un réseau . Il doit en outre prendre en compte le fait qu’il expose à la persécution ses proches, dans un État qui recourt à la Sippenhaft. Or si l’on considère, par exemple avec Franciszek Ryszka10, que la peur et la domination de la peur participent à définir l’acte de résistance authentique, alors la réaction de l’individu qui se met en opposition au régime justement pour affirmer son individualité relève bien d’un tel acte

  • 11 Gesa Koch-Wagner, op. cit., p. 178.

27La liberté passe toujours par le risque ; la prise de risque permet, tout d’abord, la libération intérieure de l’individu, sa responsabilisation, et le met ainsi, le cas échéant, psychologiquement en mesure d’agir, d’agir contre. Elle seule permet d’échapper à ce que Gesa Koch-Wagner appelle la innere Gleichschaltung.11

28Mais une authentique résistance ne saurait se définir par cette seule prise de risque, pas plus que par le seul soulèvement de la conscience individuelle. Au fur et à mesure que le temps passe, que la situation intérieure et extérieure du pays se dégrade, un double impératif va se faire jour : la vraie résistance ne pourra se limiter à renverser le tyran, voire à le tuer ; elle se doit de préparer le gouvernement, plus exactement le régime appelé à lui succéder ; ce qui implique tout à la fois la définition d’une nouvelle doctrine de l’État et de l’ordre social, et la mise en place d’une équipe de personnalités aptes à mettre cette doctrine en pratique. D’où découle le second impératif : l’impérieuse nécessité pour l’individu en résistance de rejoindre d’autres individus en résistance, sous peine de rester sinon condamné à l’impuissance ; un Johann Georg Elser des années quarante aurait, eût-il cette fois réussi dans son entreprise, sans doute plongé l’Allemagne dans un chaos à l’issue totalement incertaine. Autre exemple, les confessions de Alexander Schmorell, rédigées dans le cadre de son procès en mars 1943, pour émouvantes qu’elles soient, n’en restent pas moins placées sous le signe exclusif du « moi » ; les termes ich, mein, mir, etc., y reviennent sans cesse, trahissant certes le soulèvement d’une conscience, mais aussi, comme les faits l’ont montré, l’impuissance auto-destructrice de celle-ci dans son isolement. La conscience ne saurait, à ce stade de l’histoire, être seulement morale, elle doit tout autant être politique. Aussi voit-on par ailleurs se rapprocher différents centres de résistance, pour l’essentiel ceux constitués autour de Carl Goerdeler, de Helmuth James von Moltke et du Général Beck.

29De la sorte, les membres de cette résistance active au national-socialisme vivent dans leurs rapports du moment la nécessité pour l’individu de ne pas rester totalement isolé, sous peine de succomber par insignifiance, autre forme de non-existence. L’individu entrant en résistance ne peut agir, donc exister, que dans une communauté, de double nature. Elle est tout d’abord physique, groupe uni par un même but, dans une même entreprise qui ne peut réussir que dans l’union des volontés, c’est-à-dire certes en respectant les nuances ou divergences d’opinion qui peuvent se faire jour – et elles ne manquaient pas dans le cas qui nous concerne – mais également en les subordonnant à l’intérêt commun. Mais cette communauté est également de pensée ; la décision de combattre le régime en place est prise par référence à un système de valeurs dont tous les individus en résistance ainsi regroupés se reconnaissent, et qui les relie donc à une tradition de la pensée et de l’histoire. C’est ainsi que Dietrich Bonhoeffer pouvait écrire fin 1942 :

  • 12 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel (Hrsg), Widerstand in Deutschland 1933-1945 – Ein hist (...)

« In den folgenden Seiten möchte ich versuchen, mir Rechenschaft zu geben über einiges von dem, was sich uns in diesen Zeiten als gemeinsame Erfahrung und Erkenntnis aufgedrängt hat, nicht persönliche Erlebnisse, nichts systematisch Geordnetes, nicht Auseinandersetzungen und Theorien, sondern gewissermaßen gemeinsam im Kreis Gleichgesinnter gewonnene Ergebnisse auf dem Gebiet des Menschlichen, nebeneinandergereiht, nur durch die konkrete Erfahrung zueinander gehörig, nichts Neues, sondern gewiß in vergangenen Zeiten längst Gewußtes, aber uns neu zu erleben und zu erkennen Gegebenes. Man kann über diese Dinge nicht schreiben, ohne daß das Gefühl der Dankbarkeit für alle in diesen Jahren bewahrte und bewährte Gemeinschaft des Geistes und des Lebens jedes Wort begleitet. »12

30C’est aussi à ce niveau que l’individu en résistance fait l’expérience de son insertion dans une communauté, au point, s’il le faut, de sacrifier sa vie pour elle, pour les valeurs qui la nourrissent et qu’elle perpétue.

31Cette expérience, vécue dans l’urgence, de la place éminente incombant à la personnalité individuelle, mais aussi de son indispensable ancrage dans une communauté de pensée et d’action, n’est pas sans rappeler, peut-être annoncer les réflexions et conceptions sociales de ceux qui vont, pas à pas, développer un projet, ou plus exactement des variantes d’un projet d’avenir dans lesquelles justement l’individu retrouve une place essentielle. Elle constitue en quelque sorte une modélisation à échelle réduite de ce que Moltke appellera les petites communautés, kleine Gemeinschaften, cellules essentielles d’un ordre social qui veut éviter aussi bien la destruction de l’individu dans une masse totalitaire et désindividualisante que son autodestruction dans un libéralisme égoïste.

3. L’individu au cœur des projets de la résistance

32L’intitulé de cette troisième et ultime partie appelle d’entrée une restriction. D’une part, le cadre de cette communication ne nous permet pas de passer en revue l’ensemble des projets pour un ordre social futur établis dans les divers milieux de la résistance. D’autre part, certains ne le nécessitent pas dans la perspective que nous avons retenue pour notre analyse ; c’est tout spécialement le cas des projets qui ont été rédigés sous l’influence dominante de l’idéologie marxiste-léniniste, éventuellement mâtinée de stalinisme, voire s’en réclament ouvertement. Il est évident que, par essence, ils ne placent pas l’individu mais le collectif au centre de leur analyse et de leur système, proposant de remplacer un homme nouveau collectivisé par un autre homme nouveau collectivisé. Et même quelqu’un comme Carlo Mierendorff couche sur le papier, alors qu’il participe aux réflexions du cercle de Kreisau, un programme « d’action socialiste » qui, dans sa formulation comme dans sa philosophie, ne se réfère à aucun moment ni à l’individu ni à la personnalité.

33Cette restriction s’applique également à l’activité de nombreux centres de l’exil, tout particulièrement littéraire. Certes, l’acte d’écriture des auteurs ayant dû fuir l’Allemagne, ou l’ayant quittée d’eux-mêmes, peut être considéré, dans certains cas, comme forme d’affirmation d’une irréductible individualité. Comme l’écrit Heinrich Mann en 1935 :

  • 13 Cité dans : Klaus G. Imgenberg, Heribert Seifert (Hrsg.), Literarisches Leben im Exil 1933-1945, St (...)

« Die Eroberung des individuellen Denkens, damit fängt die moderne Welt an – die jetzt der Auflösung nahe scheint. Dadurch wird alles wieder in Frage gestellet, sogar was ganze Jahrhunderte lang erledigt gewesen war. Die Gewissensfreiheit, soviele Geschlechter haben um sie gekämpft, und jetzt ist sie nicht mehr sicher. Das Denken selbst ist gefährdet, und doch ist der Gedanke der Schöpfer der Welt, in der wir noch leben. »13

34Mais l’effet n’en demeure pas moins bien limité. Et certains auteurs, comme le publiciste et écrivain Hans Natonek, exilé aux États Unis, désespèrent de jamais voir ces milieux de l’exil, où l’individu se meurt, avoir quelque influence sur le cours des événements :

  • 14 Cité dans : Michael Winkler (Hrsg.), Deutsche Literatur im Exil 1933-1945, Stuttgart 1977, pp. 155- (...)

« Ihnen geht es ja gar nicht um die Wiedererrichtung der Menschenrechte. Ganz einfach um praktische Grenzen, politischen Parteihader, kleinlichen Staatenegoismus sind sie besorgt. (...) Mir kommen diese europäischen Cliquen wie Aquarien für Goldfische vor, die in der Weite des Ozeans untergegangen sind. Die flutend sich ausweitende Größe Amerikas betont dabei um so stärker, wie gemein sie doch durch die Überfüllung geworden sind. Warum soll ich mich dazu verurteilen, mühsam in einer Glaskugel herumzukreisen, wenn ich mich frei in ein schier unerschöpfliches Element stürzen kann ! Worin liegt der Vorteil, in einer Glaskugel zu leben ? Das Brot ist knapp, und zumeist ist es das Brot der Barmherzigkeit. Die Elritzen, Goldfische, Klumpfische, Aale machen ihre kleinen schüchternen Bewegungen, zappeln mit dem Schwanz und japsen mit den Kiemen in solch aufdringlichem Beisammensein, daß alles Persönliche verschwindet und zum Typ sich vereinigt. Die Typen werden dann nach Güteklassen eingestuft, A, B, C, wie Eier. Private Gedanken oder Handlungen gibt es nicht. »14

35Notre attention se concentrera donc sur les projets de résistants qui se réclament explicitement d’une démocratie humaniste pluraliste, avec ses nuances et variations, et réfléchissent aux moyens de la mettre en œuvre.

36À procéder ainsi, on peut être tout d’abord conduit à constater deux choses ; d’une part le fait que ni Goerdeler, ni Moltke ou bien Yorck von Wartenburg, principaux animateurs de ce courant, ne proposent un ordre social qui répondrait pleinement aux critères de la démocratie contemporaine, mais qu’ils ont tendance à penser, pour une part au moins, en termes de conservation ou de retour à des structures et principes anciens, participant en quelque sorte d’un conservatisme d’État. C’est ce que souligne, sans guère de nuance, Nicolai Hammersen lorsqu’il écrit :

  • 15 Nicolai Hammersen, op. cit., p. 180.

« Das politische Denken in der nationalkonservativen Opposition war weitgehend von einer antiliberalen Kritik gekennzeichnet. Die Vermutung, daß der Widerstand einem Dispens von den westeuropäischen Traditionen der Aufklärung und des Individualismus, des Liberalismus und der Demokratie das Wort redete (...) findet anhand des vorangegangen Kapitels seine Bestätigung. Diese Abwendung mag bei dem einen stärker ausgeprägt gewesen sein, als bei anderen – eine allgemeine Grundtendenz zur Kritik am Liberalismus als politische Gesinnung, am Individualismus als geistige Haltung, an der Demokratie als der sich aus ihnen ergebenden Staatsform, am Parlamentarismus und an den Parteien als institutionelle Merkmale eben dieser Demokratie sowie nicht zuletzt auch am Kapitalismus als der ökonomischen Seite des individualistischen Liberalismus kann jedoch nicht übersehen werden. »15

37D’autre part le fait que des différences, voire des divergences de point de vue sont à prendre en compte entre les individus et les groupes dont se compose cette partie de la résistance politique au national-socialisme.

38S’agissant du premier point, nous voudrions y apporter une double nuance. Il serait tout d’abord absurde car intempestif de s’attendre à ce que Carl Goerdeler, par exemple, devienne soudain le chantre d’un système politique qui, à son époque, n’a existé en Allemagne que sous la forme de fait caricaturale de la République de Weimar ; d’un système politique et d’un ordre social, aussi, qui sont à ce point éloignés de la tradition dans laquelle il a été formé et dans laquelle il a préalablement agi en tant que responsable politique, à ce point éloignés de sa référence historique majeure qui est, dans la droite ligne de cette tradition, le Freiherr vom Stein. C’est ainsi qu’il écrit dans ses Gedanken zur Neuordnung der Selbstverwaltung que l’essentiel, dans l’œuvre de reconstruction de l’Allemagne, est d’agir « im wahren Geiste des Schöpfers gemeindlicher Selbstverwaltung, des Reichsherrn vom Stein. » Mais avant de juger cette référence d’un conservatisme sulfureux, il convient de se souvenir de ce qu’était la volonté politique du Freiherr vom Stein dans ses propositions et décisions de réforme pour la Prusse du début du 19e siècle : elle visait à l’émancipation politique d’un individu jusqu’alors non associé à la gestion des affaires publiques, donc immature en la matière ; c’est ainsi qu’il écrit dans une lettre à Hardenberg, en décembre 1807 :

  • 16 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 211.

« Der Übergang aus dem alten Zustand der Dinge in eine neue Ordnung darf nicht zu hastig sein, und man muß die Menschen nach und nach an selbständiges Handeln gewöhnen, ehe man sie zu großen Versammlungen beruft und ihnen große Interessen zur Diskussion anvertraut. »16

39En outre, et c’est là que la référence à Stein trouve toute sa pertinence, ce projet est échafaudé pour aider le pays à sortir d’une période historique qui n’a certainement pas participé à associer l’individu à la gestion des affaires de la cité ; la République de Weimar n’y était pas parvenue, le Troisième Reich reposait sur une pratique exactement inverse.

40Si Goerdeler se réclame de Stein, c’est bien parce qu’il pense trouver dans les idées et projets de ce dernier la réponse la plus adéquate à la question du rôle et de la responsabilisation de l’individu ; c’est ainsi qu’il écrit dans son mémorandum intitulé Gedanken zur Neuordnung der Selbstverwaltung :

  • 17 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 215, note 43.

« Die Französische Revolution hatte rein mechanisch die Geister, aber auch die Ansprüche befreit, indem sie Gleichheit versprach und heischte. Vom Stein befreite die Seelen und das Verantwortungsbewußtsein. Seine Reform gab den Bürgern das den Naturgesetzen entsprechende ‘jedem das Seine’. »17

41Méfiant à l’égard de toute doctrine égalitaire qui risque de déboucher sur une uniformisation tout à la fois artificielle et trompeuse, conforté dans cette crainte par les expériences historiques qu’il a lui-même vécues dans son propre pays, Goerdeler s’attache à restaurer en priorité le rôle et la dignité de l’individu.

42Rédigés dans des temps de tyrannie intérieure et de danger extérieur, ses écrits ne fixent pas une doctrine définitive, ils esquissent une étape transitoire.

43Quant au fond, ils sont également à lire et estimer avec prudence et nuance. Souvent est souligné le fait qu’ils restent prisonniers d’une tradition affirmant la prééminence de l’État sur l’individu, insistant sur la Gemeinschaft, le Gemeinschaftsgeist, etc. Cette interprétation appelle la confrontation avec les textes. Nous en retiendrons deux. Tout d’abord le grand écrit programmatique de fin 1941, Das Ziel ; la référence historique y est claire : la Prusse, évoquée soit par l’intermédiaire d’une citation de Frédéric le Grand au tout début du texte ; soit par des références explicites à son système d’organisation considéré comme exemplaire. Et le fait est que l’individu, la personne individuelle n’y sont pratiquement pas cités comme tels, que la référence à l’État prédomine. Encore convient-il de ne pas perdre de vue que le cadre étatique ainsi souligné n’est pas une fin en soi, mais doit concourir à garantir, outre ses devoirs, tout autant ses droits au citoyen ; ainsi en matière de justice peut-on lire au début du titre III.1. :

« Diejenigen Bestimmungen der Strafprozeßordnung und des Strafgesetzbuches sind sofort wieder in Kraft zu setzen, die die Freiheit der Person sichern. »

44Et en matière d’éducation Goerdeler précise au point III.3. :

  • 18 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 304 et p. 308.

« Das Erziehungssystem des englischen College (Studierende erziehen sich in engen Gemeinschaften unter beratender Aufsicht jüngerer und älterer Dozenten !) verdient höchste Aufmerksamkeit. »18

45Derrière l’insistance mise à rappeler le rôle de l’État, on voit donc bien se profiler l’individu. Simplement, au delà de la tradition précédemment évoquée à laquelle se raccroche Goerdeler, il souligne en priorité dans ce texte, pour des raisons de contexte historique, le nécessaire rétablissement d’un État moral et de droit, en opposition au régime national-socialiste. Cette dominante ne signifie en aucun cas que l’individu serait ni négligé, ni rangé loin dans les préoccupations de l’auteur. Il suffit pour s’en convaincre de lire un autre texte, le projet de déclaration gouvernementale co-rédigé avec le général Beck. Dans sa version disponible, il s’organise en 12 points ; dans huit d’entre eux, le vocabulaire utilisé renvoie, par des expressions clefs, à la notion d’individu ou de personne individuelle ; à savoir :

  • au point 1, consacré au droit : « Keine menschliche Gemeinschaft kann ohne Recht bestehen ; keiner, auch derjenige, der glaubt, es verachten zu können, kann es entbehren. Für jeden kommt die Stunde, da er nach dem Recht ruft. » ; et plus loin : « Das Recht wird jedem gegenüber, der es verletzt, durchgesetzt. Alle Rechtsbrecher werden der verdienten Strafe zugeführt. Die Sicherheit der Person und des Eigentums werden wieder gegen Willkür geschützt. » Le retour annoncé à l’État de droit et d’équité passe par le rétablissement des garanties et de la responsabilité, y compris pénale, de l’individu.

  • Au point 2, consacré à la morale : « Zur Sicherung des Rechts und des Anstandes gehört die anständige Behandlung aller Menschen. » Ce pluriel doit être perçu comme une variante stylistique de « jedes Menschen », et renvoie bien également au respect de la personne humaine en chaque homme. Un peu plus bas, dans ce même point, est souligné le rôle qui incombe à la famille dans la formation de l’individu au sein d’une future ‘cité humaine’ : « Die ersten Regeln der Menschlichkeit lernt der einzelne in der Familie. »

  • Au point 3, consacré à la vérité et à la lutte contre le mensonge : « Wahrheiten sind häufig hart ; aber des Volk, das sie überhaupt nicht mehr verträgt, ist ohnehin verloren. Der einzelne kann die rechte Kraft nur aufbringen, wenn er die Lage so sieht, wie sie ist. »

  • Au point 6, consacré à la réorganisation de l’administration : « Der Beamte soll wieder allein dem Gesetz und seinem Gewissen folgen. » Cette formulation montre bien que le corps social à reconstruire repose, y compris et tout spécialement au sein de l’appareil d’État, sur la conscience et la responsabilité individuelles.

  • Au point 8, consacré à l’économie, et par référence à l’organisation de ce secteur en vigueur durant la guerre : « Wir wissen sehr wohl, wie widerlich diese Wirtschaft ist, daß sie nicht, wie so häufig behauptet, den wahren Interessen des letzten Verbrauchers dient. Einstweilen können wir sie nur vereinfachen und von Unklarheiten, dem Durcheinander von Zuständigkeiten und dem Mangel an Verantwortungsbewußtsein befreien. Wir werden auch alle Maßnahmen aufheben, die zu tief in die Freiheit des einzelnen eingegriffen haben und die ohne Überlegung und zwingende Notwendigkeit die wirtschaftlichen Existenzen in Handel, Handwerk, Gewerbe, Industrie und Landwirtschaft vernichtet haben. » Là encore, tout en annonçant la nécessaire recherche d’un équilibre entre intérêt collectif et privé, les auteurs du texte soulignent la nature essentielle de la liberté économique individuelle dans une société de justice et de responsabilité.

  • Au point 9, consacré à la politique sociale : « Aber wir alle müssen wissen, daß der Staat keine unerschöpflichen Mittel hat. Auch er lebt nur von dem, was seine Bürger leisten und an ihn abgeben. Mehr, als er aus dieser Leistungskraft seiner Bürger zur Verfügung hat, kann auch er nicht an einzelne Bürger vergeben. Wir lehnen daher mit aller Klarheit und Entschiedenheit ab, Versprechungen auf wirtschaftliches Wohlleben zu geben. Jeder von uns weiß, daß derjenige, der seine Ersparnisse verwirtschaftet hat, besonders viel leisten muß, wenn er seinen gewohnten Lebensstand wiedergewinnen will. So ist es in der Familie, so in jedem Verein und so auch im Staat. Alle anderen Vorstellungen sind sinnlos. Billige Verheißungen, der Staat könne alles, sind gewinnlose Demagogie. Der Staat seid Ihr mit Euren Kräften. Wir und die Organe des Staates sind nur Eure Treuhänder. Jeder muß seine Kräfte regen. » Ce passage montre parfaitement que la conception de la société de Carl Goerdeler met certes en avant le rôle éminent de l’État, par refus de l’anomie et pour insister sur la nécessité de disposer d’une instance morale et responsable ; mais il met tout autant en lumière le fait que cet État doit être l’émanation de la volonté et de l’engagement de chacun, et qu’il n’est pas là pour déresponsabiliser l’individu, bien au contraire. L’individu se trouve au cœur de cette conception.

  • Au point 10, consacré à la politique fiscale : « Die Steuern werden erhebliche sein ; aber umso unbeugsamer werden wir für ihre sparsame Verwendung Sorge tragen. Es ist wichtiger, daß dem Bürger das zum Leben Notwendige gelassen wird, als daß die Verwaltungen sich mit prächtigen Einrichtungen versehen und Aufgaben in Angriff nehmen, die zu der einfachen Lebenshaltung des einzelnen in Widerspruch stehen. » Ici encore, ce sont l’individu, ses besoins et ses droits qui servent de référence ultime, à laquelle doit se mesurer et être jugé le comportement de l’État.

    • 19 Pour toutes ces citations, voir Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., pp. 133-145.

    Au point 11 enfin, consacré à la défense et aux défenseurs du pays en guerre : « Im Gegensatz zu der bisherigen despotischen Tyrannei erwarten wir von jedem zur Ausführung Berufenen, daß er von sich aus auf Irrtümer und Unstimmigkeiten rechtzeitig hinweist. » Nouvelle affirmation du rôle essentiel de l’individu responsable, conscient de cette responsabilité et pouvant l’exercer sans craindre d’être sanctionné, voire persécuté à ce titre.19

46Notons pour terminer que là où la formulation du texte ne comporte pas de terme qualifiant spécifiquement l’individu, ce dernier n’en est pas moins présent et central, par exemple au point 4, consacré au nécessaire rétablissement de la liberté de conscience, de croyance et d’expression, sans laquelle il est clair que ne peut exister un individu mature et responsable, pouvant développer sa personnalité tout en servant la communauté ; ou bien au numéro 5, consacré à l’éducation de la jeunesse, source initiale essentielle de la formation de l’individu, dont il est attendu qu’elle soit libérée de la tutelle sclérosante et manipulante de l’État et plus largement confiée à la famille, cellule nodale de la société ; et aussi qu’elle repose pour l’essentiel sur les valeurs du christianisme, tout en restant tolérante (ce qui n’est pas en soi contradictoire, puisque la tolérance fait partie du christianisme authentique).

47Notons enfin que dans ce texte tardif, Carl Goerdeler, s’il reste fidèle aux mêmes valeurs déjà affirmées dans Das Ziel, avec leur ancrage historique dans une Prusse aux aspects parfois mythiques, prend ses distances d’avec la Prusse politique contemporaine lorsqu’il écrit au point 7, reprenant une célèbre formule du XIXe siècle, « Preußen geht im Reich auf ». Il convient donc de clairement distinguer chez lui entre référence à des vertus et principes dits prussiens (au même titre que les Français parlent de façon emphatique et symbolique de l’héritage de la Révolution), et prise de distance par rapport à une entité politique prussienne contemporaine dont il se méfie. C’est assurément confondre les deux et lire ses écrits sans chercher à retrouver, derrière une terminologie marquée par le temps, sa vraie pensée politique et sociale que faire de manière globale et indifférenciée de Goerdeler un conservateur, voire un réactionnaire pour lequel un État absolu serait la vérité du monde. Sa pensée est plus complexe, il cherche une réponse à l’éternelle question du juste rapport entre individu et communauté qui permet de fonder la cité humaine et, dans cette réponse, attribue justement à l’individu une place éminente, tout en rappelant sans cesse que ce dernier ne peut exister vraiment qu’au sein de la communauté. Pas plus que le Freiherr vom Stein il ne croit à la possibilité d’une liberté de l’individu en dehors de l’État ou contre lui, mais au contraire dans un État qu’il fonde.

48La même préoccupation se retrouve dans les écrits du cercle de Kreisau, avec une accentuation différente dans la présentation et la formulation certes, mais qui ne signifie pas nécessairement que l’écart soit aussi marqué sur le fond. Un exemple typique tant de la communauté de pensée avec Carl Goerdeler que de l’accentuation plus explicite de la prééminence de l’individu nous est livré par un courrier adressé en juillet 1940 à Yorck von Wartenburg. Moltke y résume en quelques lignes ses principes en matière de conception et d’organisation de l’État, regroupés en trois points essentiels ; or ces trois points sont construits délibérément sur le même schéma antinomique ; Moltke y oppose d’une part ce que l’État ne doit pas être, c’est-à-dire un instrument d’oppression des hommes – il utilise alors le terme Menschen ; de l’autre ce que sont sa vraie raison d’être, sa finalité – il utilise alors le terme Einzelmensch :

« 1. Es ist nicht die Bestimmung des Staates, Menschen zu beherrschen und durch Gewalt oder durch Furcht vor Gewaltanwendung zu zügeln, vielmehr ist es die Bestimmung des Staates, die Menschen in eine solche Beziehung zueinander zu bringen und sie darin zu erhalten, daß der Einzelmensch von jeder Furcht befreit in voller Sicherheit und doch ohne Schaden für seinen Nächsten zu leben und zu handeln vermag.

2. Es ist nicht die Bestimmung des Staates, Menschen zu wilden Tieren oder zu Maschinen zu machen, vielmehr ist es die Bestimmung des Staates, dem Einzelmenschen denjenigen Rückhalt zu geben, der es ihm ermöglicht, Körper, Geist und Verstand ungehindert zu betätigen und zu entwickeln.

3. Es ist nicht Aufgabe des Staates, unbedingten Gehorsam und blinden Glauben an sich oder an etwas Anderes von Menschen zu fordern, vielmehr ist es die Bestimmung des Staates, den Einzelmenschen dahin zu führen, daß er nach den Geboten der Vernunft lebt, seine Vernunft bei allen Dingen betätigt und ihn zugleich dahin zu leiten, daß er seine Kraft nicht in Haß, Ärger, Neid verschenkt oder sonst unrecht handelt. »

  • 20 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., pp. 201-202.

Die letzte Bestimmung des Staates ist es daher, Hüter der Freiheit des Einzelmenschen zu sein. Dann ist es ein gerechter Staat. »20

49L’individu, la personne humaine individuelle se trouve bien ici au cœur du projet, fondant un État qui tout à la fois doit participer à sa formation et à sa responsabilisation, et doit garantir sa liberté. Par ailleurs, Moltke est parfaitement conscient de la difficulté historique qu’il y aura à faire passer cet idéal dans la pratique, en particulier parce que l’État national-socialiste, essentiellement différent, a corrompu les êtres. Dans la même lettre, il ajoute :

  • 21 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 202.

« Der Staat, den wir nun bestenfalls erwarten können, wird mit einer schweren Hypothek an den Einzelnen anfangen, und es wird die Aufgabe sein müssen, diese Hypothek so schnell wie möglich abzutragen. »21

50En sorte que Moltke, d’emblée, insiste sur le rôle primordial de l’éducation, et, souligne-t-il, de celle des adultes aussi bien que des enfants. D’une éducation qui devrait conduire chacun à intérioriser et faire sien l’impératif catégorique kantien :

  • 22 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 203.

« Ich neige zu der Auffassung, daß Ethik ein Postulat an den Einzelnen ist ; jeder Inhaber der staatlichen Macht muß sich zwar unter einem ethischen Gesetz stehend fühlen, aber nicht der Staat. Dies letzte neige ich dazu, für einen Wunschtraum zu halten. – Für den Einzelnen aber gilt der Satz Kant’s : Handele so, daß Dein Handeln als allgemeine Richtschnur genommen werden könnte. »22

51Cette théorie globale conduit Moltke à trois considérations pratiques fondamentales au moins. Tout d’abord, il se reconnaît, comme son texte l’indique, de la raison et rejette l’idée qu’un ordre social et politique doive essentiellement reposer sur un fondement religieux ; pour reprendre ses termes, la théorie de l’État relève de la philosophie, non de la théologie. Il confirmera ce point de vue dans un texte co-rédigé avec Yorck von Wartenburg et intitulé Über die Grundlagen der Staatslehre, dans lequel on peut lire :

  • 23 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 213.

« Bei der Fomulierung einer Staatsgrundlehre gehen wir von für den Einzelnen verbindlichen Grundsätzen der Ethik aus, die eine « humanistische » Ethik ist und unabhängig von dem Offenbarungsgehalt einer christlichen oder einer anderen Religion. »23

52Ensuite, il croit à la responsabilité particulière d’une élite ; mais celle-ci ne se confond pas avec les élites traditionnelles, du sang ou du rang ; elle doit rassembler des individus éminents qui tout à la fois participent à veiller au respect des valeurs qu’il préconise, mais aussi devront avoir valeur d’exemple pour les autres, et par là même les aider à acquérir eux aussi les vrais vertus correspondant à ces valeurs.

  • 24 Une conception qui n’est pas sans rappeler la manière dont sont désignés les membres du Sénat dans (...)

53Ce qui débouche, troisième point, sur sa théorie des petites communautés, ce qu’il appelle kleine Gemeinschaften, dont le rôle est spécialement exposé dans un mémorandum qu’il leur consacre. Il y montre comment chaque individu, cellule première de l’ordre social, doit tout d’abord faire l’expérience de la responsabilité pratique et de la solidarité vécue, dans un système d’organisation reposant sur le principe de subsidiarité : commune rurale, arrondissement, ville et province, dotés de pouvoirs d’autogestion, doivent permettre à chacun de se former progressivement jusqu’à devenir, éventuellement, acteur politique au niveau de l’État qui seul, et à la différence des échelons précédents, détient la souveraineté24. Notons que dans le même texte Moltke inscrit ce projet dans une perspective européenne, lorsqu’il écrit, s’agissant de régimes politiques dans lesquels l’individu, dépourvu de toute responsabilité, n’est que gouverné d’en haut :

  • 25 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 204.

« Eine solche Entwicklung mag Rußland oder asiatischen Ländern angemessen sein ; eine europäische Ordnung wird nicht aus ihr erwachsen. »25

  • 26 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 201.

« Ich gehe davon aus, daß es für eine europäische Ordnung unerträglich ist, wenn der einzelne Mensch isoliert und nur auf eine große Gemeinschaft, den Staat, ausgerichtet wird. Der Vereinzelung entspricht die Masse ; aus einem Menschen wird so ein Teil einer Masse. Gegenüber der großen Gemeinschaft, dem Staat, oder etwaigen noch größeren Gemeinschaften, wird nur der das rechte Verantwortungsgefühl haben, der in kleinen Gemeinschaften in irgendeiner Form an der Verantwortung mitträgt. »26

54Nous nous trouvons en présence d’une réflexion et d’une analyse qui reposent nécessairement sur le respect et l’émancipation de l’individu, seul germe sain permettant l’émergence organique d’un corps social et politique véritablement humain au niveau local, national et international. Il s’agit bien de remplacer la masse uniformisante et déshumanisante qui abolit l’individu par la cité humaine, et par là même aussi de résoudre la question des rapports entre l’individu et la cité en bannissant le risque de l’individualisme entendu comme égoïsme :

  • 27 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 208.

« Im kleinen Kreis kann sich ein großes Verantwortungsbewußtsein entwickeln, während im großen Wirkungskreis Selbstischkeit viel wahrscheinlicher ist. »27

55C’est dans cet esprit que l’individu, considéré dans son unicité et son isolement, devient « personne individuelle » (l’allemand joue ici sur les termes Individuum d’une part, Person/Persönlichkeit de l’autre), dont l’essence même implique qu’elle trouve sa place dans le corps social et y assume sa part de responsabilité pour le bien des autres, le bien commun. Comme l’écrit Jens Jessen dans son texte Grundlagen der Volkswirtschaftspolitik :

  • 28 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., pp. 205-206.

« Der einzelne geht nicht im Volk unter wie in der Masse, sondern ist als Persönlichkeit notwendiger Teil, ohne den das Volk zerfällt, wie die Persönlichkeit ohne die Volksgemeinschaft untergeht. »28

56Au bout du compte, Moltke s’inscrit dans la lignée de la philosophie du droit naturel développée par Locke et reprise par Rousseau ; aussi résume-t-il la fonction de l’État en cette formule lapidaire :

  • 29 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 212.

« Es ist der Sinn des Staates, Menschen die Freiheit zu verschaffen, die es ihnen ermöglicht, die natürliche Ordnung zu erkennen und zu ihrer Verwirklichung beizutragen. »29

Conclusion

57Au total, on se rend bien compte qu’effectivement des divergences existent entre les idées de Carl Goerdeler et celles du principal membre du cercle de Kreisau ; que l’un et l’autre sont en partie nourris d’expériences personnelles et de références historiques et philosophiques différentes ; que le premier met plus en relief le rôle de l’État que le second. Mais il nous semble que, au delà de ces divergences, on rencontre chez eux une profonde communauté dans la pensée et le sentiment que la renaissance de l’Allemagne passe nécessairement par celle de l’individu, libéré de la masse, de la Vermassung qui le contraint et le détruit, rendu à lui-même avec ses droits, mais aussi sa responsabilité fondamentale dès lors qu’il est la composante élémentaire irremplaçable et vitale de toute société humaine. Cette pensée, nourrie à la double expérience du libéralisme politique sans frein et du totalitarisme, refuse l’un et l’autre, le ‘laissez-faire – laisser aller’ tout comme l’abolition de l’individu ; et cette conception de l’homme et de la société se retrouve dans le projet d’une économie qui rejette aussi bien le ‘capitalisme de Manchester’ que la planification omnipotente et omniprésente au profit d’un ‘libéralisme organisé’. Au delà de toutes les critiques et restrictions que formule Nicolai Hammersen dans son ouvrage, nous retiendrons, en ce sens, une phrase de sa conclusion :

  • 30 Nicolai Hammerstein, op. cit., pp. 255-256.

« Gemeinschaft galt als Ausdruck des Überindividuellen gegenüber der Vereinzelung, sie orientierte sich am Gemeinwillen und nicht am Privatwillen, ihr lag der Monismus des Ganzen am Herzen, nicht der Pluralismus atomistischer Teile, in ihr wurde das aristokratische Volk, nicht die dumpfe, amorphe Masse Wirklichkeit, Gemeinschaft schließlich bedeutete Bindung, nicht Auflösung. »30

58Et cette communauté est plus essentielle que les divergences précédemment évoquées. Comme l’écrivent Peter Steinbach et Johannes Tuchel dans l’introduction de leur recueil de textes consacré à la résistance allemande :

  • 31 Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 18.

« Das Handeln der Regimegegner ist nicht der Ausdruck eines blinden Aktivismus, einer politischen Entfremdung der Gemeinschaft gegenüber, die nach Aristoteles gerade den Menschen zum politischen Wesen macht, nicht eines Mißtrauens oder einer « Zersetzung », wie die Nationalsozialisten immer wieder betonten. Vielmehr läßt sich in ihren Maximen das Wesen einer menschenwürdigen Politik erkennen, die Individuum und Staat in gleicher Weise bindet. »31

  • 32 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 203, note 26.

59En ce sens, les réflexions menées dans la résistance démocratique en Allemagne ont indiscutablement préparé la définition de l’ordre politique et social qui se mettra en place dans la partie occidentale du pays au lendemain de la chute du national-socialisme, refusant aussi bien l’omnipotence d’un État central tout puissant que « l’anarchie libérale », selon l’expression de Dietrich Bonhoeffer.32 Certes cette définition et sa mise en pratique demanderont une nouvelle avancée de la pensée qu’on ne pouvait attendre, pour des raisons historiques, ni de Carl Goerdeler, ni de Helmuth James von Moltke qui, cependant, refusant les solutions toutes faites du passé, invitent à en chercher d’autres. Et, dans cette quête difficile, trouvent éventuellement consolation et soulagement dans le fait que même leur modèle, le Freiherr vom Stein, n’a pas non plus de recette éternelle à livrer ; ainsi Moltke écrit-il à sa femme en avril 1941 :

  • 33 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 215, note 44.

« Die Briefe sind sehr erfreulich und ein so deutlicher Beweis, daß jener Mann auch nicht wußte, wie er das für richtig erkannte durchsetzen sollte. »33

60Mais aussi leurs textes, écrits sous la pression de la tyrannie, rappellent au lecteur contemporain que vouloir abolir l’individu est une entreprise dont la monstrueuse déraison scelle dès l’origine l’échec ; lui rappellent également que, d’autre part, la seule prise en compte des droits et de la dignité de l’individu est insuffisante, qu’elle est destructrice à terme, que la vraie priorité est celle de la personne humaine, laquelle suppose la recherche sans cesse recommencée du juste équilibre entre l’individuel et le communautaire, l’individu et son environnement social. Que le droit naturel, dont découlent les principes de liberté et d’égalité universelles, s’impose certes à l’esprit humain, mais exige aussi de lui qu’il le codifie pour pouvoir l’appliquer vraiment.

61Et finalement cette leçon de philosophie politique ne fait que rejoindre la douloureuse expérience vécue par les citoyens allemands en rupture de ban avec le national-socialisme, comme par exemple Marlene de Man-Flechtheim, écrivant en conclusion de ses souvenirs :

  • 34 Marlene de Man-Flechtheim, « Geschichte meines Lebens – Ein Zeitdokument » ; dans : Gerd Koch, op. (...)

« Es bleibt uns, den Rest unseres Daseins mit Haltung und Anstand durchzustehen und weiter zu versuchen, eine selbständige Persönlichkeit aufzubauen, unabhängig von den äußeren Umständen. »34

Notes

1 Cité par Gesa Koch-Wagner, « Wie konnte das passieren ? Die Bedeutung des kulturellen Raumes für die Entstehung und Verarbeitung des Nationalsozialismus », dans : Gerd Koch (Hrsg.), Literarisches Leben, Exil und Nationalsozialismus, Frankfurt/Main 1996, p. 205.

2 Cf. Ernst Frenkel, Der Doppelstaat, 1974 ( titre original : The Dual State, 1940).

3 Hanna Arendt, Elemente und Ursprünge totaler Herrschaft, München 1986, p. 546 ; cité dans : Gesa Koch-Wagner, op. cit., p. 155.

4 Klaus Theweleit, Männerphantasien, Frankfurt/Main 1986, vol. 2, p. 288 ; cité dans : Gesa Koch-Wagner, op. cit., p. 195.

5 « Schulenburg begründete seine Feindschaft gegen den nationalsozialistischen Staat – wie die Kaltenbrunner-Berichte überliefern – unter anderem damit, daß dieser « das Volk zur Masse atomisiert » habe. » Cité dans : Nicolai Hammersen, Politisches Denken im deutschen Widerstand, Berlin 1993, p. 198,, note 21.

6 Renate Finckh, Nach-Wuchs, Gerlingen 1987, p. 31 ; cité dans : Gesa Koch-Wagner, op. cit., p. 199.

7 Gesa Koch-Wagner, op. cit., p. 195.

8 Gesa Koch-Wagner, op. cit, p. 201.

9 Ger van Roon, Widerstand im Dritten Reich, München 1979, p. 15.

10 « Das System stützt sich auf die Permanenz der Angst. Die Angst zu überwinden, um seiner moralischen Überzeugung Folge zu leisten und sie in die Tat umzuwandeln, war nicht nur das erste Gebot, sondern auch die erste Eigenschaft eines Widerstandskämpfers. » - Franciszek Ryszka, « Widerstand : Ein wertfreier oder wertbezogener Begriff ? », dans : Jürgen Schmädeke, Peter Steinbach (Hrsg), Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus, München 1985, p. 1113.

11 Gesa Koch-Wagner, op. cit., p. 178.

12 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel (Hrsg), Widerstand in Deutschland 1933-1945 – Ein historisches Lesebuch, Munich 1994, pp. 140-141.

13 Cité dans : Klaus G. Imgenberg, Heribert Seifert (Hrsg.), Literarisches Leben im Exil 1933-1945, Stuttgart 1977, pp. 42-43.

14 Cité dans : Michael Winkler (Hrsg.), Deutsche Literatur im Exil 1933-1945, Stuttgart 1977, pp. 155-156.

15 Nicolai Hammersen, op. cit., p. 180.

16 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 211.

17 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 215, note 43.

18 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 304 et p. 308.

19 Pour toutes ces citations, voir Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., pp. 133-145.

20 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., pp. 201-202.

21 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 202.

22 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 203.

23 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 213.

24 Une conception qui n’est pas sans rappeler la manière dont sont désignés les membres du Sénat dans le système institutionnel français contemporain.

25 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 204.

26 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 201.

27 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 208.

28 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., pp. 205-206.

29 Cité dans : Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 212.

30 Nicolai Hammerstein, op. cit., pp. 255-256.

31 Peter Steinbach, Johannes Tuchel, op. cit., p. 18.

32 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 203, note 26.

33 Cité dans : Nicolai Hammersen, op. cit., p. 215, note 44.

34 Marlene de Man-Flechtheim, « Geschichte meines Lebens – Ein Zeitdokument » ; dans : Gerd Koch, op. cit., p. 61.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search