Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Approche et synthèses

L'exil en tant que résistance

Ébauche d'une typologie

Frithjof Trapp
Traduction de Valérie Robert

Texte intégral

1.

1En général, l'idée que l'on se fait de l'exil est influencée par les exemples que nous en voyons actuellement ; de ce fait, on associe à ce terme les idées de persécution, de fuite et de recherche d'un pays d'asile, et ces problèmes sont effectivement ceux que rencontrent les exilés. Leur vie quotidienne dans leur pays d'accueil dépend pour une grande part de cet ensemble de facteurs, avec ce qui s'ensuit pour leurs conditions de vie, à savoir : dans quelle mesure il leur est possible d'exercer une activité professionnelle, politique, et s'ils peuvent librement choisir leur lieu de résidence, ou si cette liberté est limitée.

2Voilà en ce qui concerne la dimension sociale de l'exil. Mais l'approche est totalement différente lorsque l'on tente d'en établir une typologie. Pour les historiens et les politologues, le départ en exil est un acte de résistance qui met en question la légitimité d'un gouvernement, ou bien encore un geste politique de protestation mettant en doute la légitimité de certaines mesures. C'est pourquoi, si l'on établit une typologie de l'action politique, exilés et résistants sont très proches, et ce, même s'ils diffèrent dans leur manière d'être et leurs possibilités d'action.

3Et cette proximité entre exil et résistance est toujours présente à l'esprit de ceux auxquels s'attaquent les exilés, tous ces protagonistes de la vie politique qui peuvent être des dictatures, des juntes militaires ou d'autres gouvernements parvenus au pouvoir par des moyens douteux ou abusant de leur autorité. Dans la plupart des cas, le danger que représentent les exilés ne consiste pas tant en une menace réelle que dans le fait que l'exil acquiert souvent une dimension presque mythique. Les exilés sont des catalyseurs, dont la seule existence fait que des groupes très différents peuvent se rapprocher, et c'est pourquoi ils peuvent finir par représenter un danger, autant à l'intérieur du pays que sur le plan de la politique extérieure. Par la forme que prend leur protestation, ils mettent en question la légitimité du gouvernement et de ses actes, or cette légitimité est justement un acquis très précaire. Il est facile, lorsque l'on observe les choses de l'extérieur, de se rendre compte de cet état de choses ; en effet, en partant en exil, les intéressés renoncent à des droits importants ainsi qu'à une certaine sécurité dans la société : ils perdent leur droit de séjour, leurs possessions, leur métier, leur situation sociale et politique. Ils passent du statut de citoyens d'un état, lesquels disposent en général, même en tant qu'opposants, d'un minimum de protection juridique et de sécurité quant à leur situation sociale, à celui de «réfugiés». Cela donne à leur geste et à ce qui le motive une crédibilité particulière, bien supérieure à celle d'autres protagonistes de la vie politique. C'est le cas également pour les dissidents, c'est-à-dire des gens qui, pour rester fidèles à leurs convictions, renoncent à la sécurité et à leurs privilèges et prennent le risque d'être privés de leurs droits, calomniés et persécutés – Brecht a résumé ce phénomène par la formule suivante : «Sans nous, les gouvernements dormiraient sur leurs deux oreilles». Et en effet, l'arme la plus dangereuse des exilés, c'est l'inconfort que suscite leur existence.

4L'histoire a montré que la simple existence d'exilés peut conduire les gouvernements à des gestes démesurés et dont l'effet s'avère contraire à celui escompté. Je pense ici par exemple à l'enlèvement et l'exécution du Duc d'Enghien par Napoléon, ou encore à l'assassinat de Trotsky, commandité par Staline. En 1804, lorsque le Duc d'Enghien fut enlevé, le pouvoir de Napoléon était assuré. Il ne faisait aucun doute que la population l'approuvait largement ; or la spectaculaire infraction au droit international que constituait cet enlèvement fournit justement des arguments aux légitimistes. Il se produisit lors de l'assassinat de Trotsky en août 1940 un phénomène comparable. Staline se trouvait à l'apogée de son pouvoir, et l'assassinat de Trotsky ne présentait aucun intérêt, bien au contraire : il eut pour effet d'attirer l'attention des adversaires de Staline sur le péché mortel de celui-ci, son pacte avec Hitler, que l'assassinat et sa résonance mondiale servirent à souligner encore plus.

5Il y a, dans l'histoire des exilés allemands, un cas semblable : l'enlèvement en Suisse et le transport en Allemagne du journaliste Bertholt Jacob. Berthold Jacob était haï par les nationaux-socialistes parce qu'il possédait des informations détaillées sur le réarmement militaire allemand – renseignements qu'il avait d'ailleurs obtenus de manière parfaitement légale, en dépouillant minutieusement la presse allemande. La pression du gouvernement suisse obligea le régime nazi à relâcher celui qu'il avait enlevé. Ce fut, sur le plan diplomatique, une défaite retentissante. Le «Troisième Reich» avait révélé son vrai visage, et le monde entier put voir clairement que le régime nazi ne reculait devant aucun moyen, même illégal, pour parvenir à ses fins.

6Les cas du Duc d'Enghien et de Berthold Jacob ont cela en commun qu'il y eut à chaque fois violation du droit international et qu'à chaque fois, le résultat fut contraire à celui espéré. Cela confirme notre supposition : ce qui rend dangereux les exilés, ce n'est pas tant le fait qu'ils conspirent – que cela soit vrai ou juste supposé – avec des puissances extérieures ; le danger réel vient du fait que l'existence même d'une émigration met en doute la légitimité du gouvernement. Or pour gouverner, comme l'a montré Max Weber, il ne suffit pas d'exercer le pouvoir, il faut toujours avoir au moins aussi une apparence de légitimité.

  • 1 In : Das Neujahr der Verfolgten

7Le mot de Brecht au sujet du «sommeil troublé des gouvernements» fait également référence, indirectement, à l'impuissance de l'émigration allemande. C'est un aspect qu'il ne faut pas perdre de vue lorsque l'on traite des exilés allemands entre 1933 et 1945 : sur le plan politique, les exilés allemands n'avaient pas de pouvoir. Ils formaient une «légion vaincue» – encore une formule de Brecht1. La faiblesse des exilés venait du fait qu'ils étaient politiquement divisés voire, pire encore, brouillés les uns avec les autres ; d'autre part, leur jugement sur la situation politique, autant en Allemagne qu'à l'extérieur, était faussé par des conceptions chimériques dont ils étaient prisonniers. Et enfin, autre raison, ils se sont imprudemment – c'est-à-dire au mauvais moment et en choisissant mal leur partenaire – mis sous la coupe de puissances politiques étrangères, au premier rang desquelles l'Union soviétique et sa politique. Je traiterai ces questions en détail plus loin.

8Mais il y a un autre aspect, qui apparaît si l'on examine le nombre de célébrités, dans le domaine des arts et des sciences, qui se sont trouvées réunies dans l'exil : cela va comme l'on sait de Albert Einstein à Max Reinhardt. Nous avons affaire ici à une élite intellectuelle, à un «exode de l'esprit». On a fréquemment comparé le flot de scientifiques et d'artistes qui s'est déversé dans les pays d'accueil, à l'exode qui a suivi la prise de Constantinople ; et cette comparaison n'est nullement déplacée.

9Il peut sembler presque irrationnel qu'un groupe d'exilés impuissant et divisé sur le plan politique puisse susciter un inconfort sans commune mesure avec sa force réelle. Or il faut rapprocher cela d'un autre phénomène, qui est presque encore plus étonnant : lorsque des écrivains s'opposent au gouvernement ou partent en exil, cela a toujours un impact qui ne s'atténue pas avec le temps.

10Si ce phénomène est aussi surprenant, c'est parce que, après tout, les écrivains ne disposent que d'un pouvoir limité sur l'opinion publique. Si l'on compare le champ d'action d'un écrivain avec celui de l'éditeur ou du rédacteur en chef d'un journal à grand tirage, il est clair que seul l'homme de presse dispose d'un pouvoir réel. Néanmoins, pour un gouvernement, l'opposition d'un écrivain est un problème bien plus délicat que l'opposition d'un journal, ce que le rôle respectif de Zola et des journaux concernés, lors de l'affaire Dreyfus, illustre de manière quasi-exemplaire. C'est Zola que l'on craignait, les journaux n'étant que le support de ses attaques.

11Autre exemple symptomatique : la manière dont les écrivains de RDA protestèrent en 1976, lorsque Wolf Biermann fut déchu de sa nationalité, est symptomatique de ce phénomène. Une pétition d'apparence relativement anodine, signée par Stefan Hermlin, Christa Wolf, Jurek Becker, Günter Kunert et d'autres, déclencha en RDA une véritable crise au niveau de l'état, si bien que les bases même du système politique en parurent ébranlées. Il y a d'autres cas semblables, comme la protestation de Ken Saro-Wiwa au Nigeria – lequel paya son opposition de sa vie – et surtout le cas de Soljenitsyne. Selon le P.E.N.-Club, il y a actuellement environ 130 écrivains en prison ; il doit bien y avoir des raisons à cela.

12On ne peut que supposer quelles sont les raisons pour lesquelles le «J'accuse» d'un écrivain suscite un tel inconfort. Ce n'est pas dû uniquement à la personne, ni aux arguments utilisés, même si ces deux facteurs jouent certainement. Il semble que ce soit surtout la conséquence de la position particulière qu'occupe la littérature dans l'ensemble de l'espace culturel européen. À chaque fois qu'un ou des écrivains émettent une protestation digne de foi, cela touche apparemment aux problèmes fondamentaux que sont la légitimation du pouvoir et de l'autorité. Il est vraisemblable que sont ici à l'œuvre des raisonnements provenant d'une interprétation du monde ancienne, pré-moderne, qui continue à nous influencer, alors même que nous vivons dans une réalité sécularisée et largement «démystifiée», et affecte donc encore, de manière subliminale, certains recoins de notre raisonnement politique qui sont sensibles à ce genre d'appel. L'intégrité des écrivains ou des artistes, le pouvoir que leur confère l'inspiration, ont de toute évidence, dans notre monde, la capacité de provoquer, de donner une impulsion, mais également d'ébranler ou de susciter l'inconfort.

13D'ailleurs, toutes les formes de pouvoir et de gouvernement font usage de la «magie secrète de l'art» : les dictatures, qui tentent de donner à leur propre pouvoir l'apparence de la légitimité, en encourageant un art officiel qui leur confère une dignité – et les démocraties, qui visent au même résultat avec des moyens analogues. Il existe entre l'art et la politique un rapport bien plus subtil qu'on ne le suppose généralement. Tout cela fait que, lorsque des artistes célèbres protestent, ce geste peut se transformer en appel politique à l'élan communicatif.

2.

14Si j'ai débuté par ces quelques réflexions, c'est afin d'attirer l'attention sur le fait que, pour évaluer l'influence et l'importance de tout exil, il ne suffit pas de raisonner uniquement en termes d'efficacité pratique : il faut toujours interpréter l'exil comme un geste visant les fondements mêmes de l'État. Tout exil est la conséquence du fait que les exilés mettent en doute la légitimité d'une certaine forme d'exercice politique du pouvoir. Si les exilés parviennent à faire admettre qu'il y a résistance parce que des droits fondamentaux ou des valeurs éthiques et morales fondamentales ont été abolis, cela suffit à faire de leur protestation un phénomène politiquement et historiquement significatif, et la question de savoir si cette résistance est efficace ou pas n'a que peu d'importance.

15Mais il est clair que le phénomène que nous avons à traiter ici, l'exil d'un certain nombre d’Allemands entre 1933 et 1945, a son caractère propre et qu'il a été marqué, davantage que nous ne l'avons dit jusqu'ici, par les conditions politiques de l'époque.

16Il possède deux caractéristiques fondamentales qui le distinguent d'autres formes historiques d'exil : tout d'abord, la cause à proprement parler du départ d'Allemagne des exilés était dans presque tous les cas que leur vie était directement en danger ; et d'autre part, il s'agissait pour eux de fuir un État totalitaire.

17Le fait que l'exil a été provoqué par un danger immédiat n'a pas toujours été souligné de manière assez claire dans les travaux à ce sujet – et encore moins dans les livres de souvenirs d'exilés. L'on y cite souvent la phrase de Balder Olden : «À moi, il ne me serait rien arrivé de spécial», ou bien l'on parle d'un exil «librement choisi», ou dû à un motif exclusivement «politique». Or ces formulations peuvent induire en erreur. Car enfin, qui pouvait donc être certain qu'il ne lui serait «rien arrivé de spécial» s'il était resté dans le «Troisième Reich» ? Un Thomas Mann, par exemple, était peut-être d'avis, entre 1933 et 1935, que le fait d'être, en tant que lauréat du Prix Nobel, une personnalité de premier plan le mettait à l'abri des persécutions. Mais en réalité, un mandat d'arrêt, rédigé à Munich par Reinhard Heydrich, avait été émis contre lui dès l'été 1933. Voilà ce qu'il en était en réalité – On ne peut donc parler d'un exil «librement choisi» que dans la mesure où les émigrés étaient convaincus, à juste titre, d'avoir quitté l'Allemagne au nom de leurs convictions. En réalité, ils étaient partis en exil par précaution, pour échapper à une arrestation imminente. À partir du 30 janvier 1933 avaient eu lieu des coups de filets organisés et impitoyables visant des membres des partis politiques de gauche, qui en avaient été victimes en grand nombre, qu'ils soient simples militants ou célèbres députés aux parlements régionaux ou au Reichstag. On avait aussi commencé, avec la «journée du boycott des Juifs» le 1er avril 1933, puis avec la loi « rétablissant » la fonction publique (Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums), qui présageait mal de la suite, à priver les Juifs allemands de leurs droits et à les humilier publiquement. Le «Troisième Reich» a ainsi vu se succéder de manière ininterrompue, durant toute sa durée, agressions violentes, assassinats et envois en camps de concentration. Ainsi, environ 30 000 personnes y furent envoyées à la suite de la seule «Nuit de Cristal» (9 au 10 novembre 1938).

18La deuxième caractéristique que j'ai évoquée – le fait que l'état national-socialiste était une forme de «pouvoir totalitaire» – a de l'importance dans la mesure où il était par là même à peu près impossible de s'opposer politiquement au régime en Allemagne même. L'État national-socialiste était fondé sur un contrôle quasiment sans faille de l'opinion publique, sur l'interdiction des partis politiques, d'une activité politique libre, et sur une surveillance politique de la population par le biais d'un appareil policier adapté. Dans de telles conditions, une opposition politique n'était possible que de manière illégale, sous forme d'une conspiration. Quiconque voulait exprimer ouvertement son opposition politique, ou voulait pouvoir agir librement sur le plan politique n'avait pas d'autre choix que l'exil.

19Ces deux aspects se sont combinés avec, pour conséquence, un résultat particulièrement négatif. Cela apparaît clairement si l'on compare avec un autre régime totalitaire, celui de l'Union soviétique : Sakharov est resté, Soljenitsyne est parti en exil, et ces deux forces d'opposition se sont mutuellement complétées et renforcées. C'est aussi le cas pour la protestation au sujet de Biermann : sans l'opposition, à l'intérieur, d'une Christa Wolf, d'un Heiner Müller, d'un Stefan Hermlin, la protestation des autres, qui étaient partis en République fédérale, n'aurait eu que beaucoup moins d'impact.

20Les exilés germanophones étaient environ 500 000. 95 à 97 % d'entre eux étaient potentiellement visés par des persécutions motivées par une idéologie raciale, puisqu'ils étaient – selon le jargon nazi – d’« origine juive» (jüdischer Abstammung) ou «juifs par alliance» (jüdisch versippt).

21À l'intérieur de ce grand groupe, ce que l'on appelle «l'exil politique», c'est-à-dire les membres de partis et d'organisation, et les écrivains en exil constituent un sous-groupe spécifique d'environ 30 000 personnes ; dans ce chiffre sont compris environ 2 000 écrivains et journalistes.

22On fait encore parfois une différence, dans les études à ce sujet, entre «l'émigration juive de masse» et «l'exil politique». Or même si ces termes, qui sont tous deux peu appropriés, peuvent induire en erreur, il est difficile d'éviter d'en faire usage. La notion d'«exil politique» pose problème, parce qu'elle implique que l'on mesure les comportements à l'aune de la manière de penser la politique spécifique aux membres de partis, de syndicats ou d'autres organisations, ce qui sous-entend que «l'émigration juive de masse» n'aurait pas été motivée politiquement. Cette notion d'une émigration «apolitique» se rapproche du terme d'«émigration économique», qui est une manière grossièrement calomnieuse de désigner les persécutés juifs. En réalité, l'exil des persécutés juifs était motivé par des formes de réflexion et d'action politiques autres que celles propres aux partis et organisations. Wolfgang Benz a grâce à une étude qui porte ce titre, attiré l'attention des chercheurs sur «l'exil des petites gens», c'est-à-dire sur ces réfugiés anonymes parce qu'ils n'étaient pas célèbres ; et depuis, on utilise moins les termes de «exil politique» et «émigration juive de masse», parce qu'ils ne sont que partiellement appropriés. C'est la même chose en ce qui concerne la distinction que l'on établit entre «exil» et «émigration» d'une part, c'est-à-dire le fait de quitter l'Allemagne prétendument «de son plein gré», avec dans l'idée de revenir après la fin de la dictature, et «émigration» sans intention de retour d'autre part. Cette distinction pose elle aussi un problème, puisqu'elle fait largement abstraction du contexte ; il est en effet arrivé que les positions de départ changent au fil du temps, et plus d'un qui avait à l'origine l'intention de retourner en Allemagne, a changé d'avis, ou bien, au contraire, ceux qui avaient décidé de ne retourner en aucun cas en Allemagne, sont revenus sur cette décision qui semblait au départ irrévocable. Les termes «exil» et «émigration» devraient donc plutôt être utilisés comme des synonymes.

23Pour clore cette partie de mon exposé, je voudrais faire une remarque au sujet de la position particulière qu'occupaient, parmi les opposants à Hitler, ceux qui étaient juifs par rapport à ceux qui ne l'étaient pas. Je me réfère ici à une anecdote qu'a racontée le journaliste et homme politique juif Richard Löwenthal, par laquelle il voulait faire comprendre pourquoi il avait jadis abandonné le travail dans l'illégalité et était parti en exil. Löwenthal a raconté que, dans le groupe illégal de cinq personnes dont il faisait partie, et au sein duquel il conspirait, on se mettait d'accord avant le début de chaque réunion, sur la manière dont on justifierait cette réunion si la Gestapo venait à faire son apparition. Or, à partir d'un certain moment, il apparut clairement à tous les participants qu'il ne pouvait y avoir aucune justification non-politique au fait que se réunissent un intellectuel juif et quatre ouvriers non-juifs : ce ne pouvait être que pour une raison politique. À la suite de cela, le groupe décida que Löwenthal, en tant que Juif, devait partir en exil, pour ne pas mettre le groupe en danger !

3.

24Cette anecdote me sert de transition pour arriver à ce qui est mon sujet au sens strict, c'est-à-dire les aspects pragmatiques de «l'exil comme résistance». J'ai déjà abordé la question de la faiblesse politique de l'exil. Il me faut maintenant donner des exemples concrets pour illustrer, mais également nuancer ce propos.

25La faiblesse politique de l'exil était causée par différents facteurs que je ne peux ici qu'énumérer sans pouvoir m'attarder sur chacun d'entre eux. Comme nous l'avons vu, le facteur déterminant était que les opposants à Hitler avaient été contraints de fuir l'Allemagne, et que le régime s'était dès le début emparé du pouvoir de manière «totalitaire» : déjà très tôt – c'est-à-dire dès avant la «loi sur les pleins pouvoirs» (Ermächtigungsgesetz) –, il avait supprimé des droits fondamentaux comme la liberté de réunion ou d'expression, ce qui faisait qu'il était désormais impossible d'avoir une activité politique libre. La conséquence en fut qu'il n'y avait pas d'autre choix que le travail dans l'illégalité, un travail de conspiration politique.

26Mais il apparut clairement dès l'arrestation de Ernst Thälmann, le dirigeant du KPD, que même cette voie n'était viable que dans certaines conditions. En effet, plusieurs questions se posèrent alors : le succès de la police était-il dû au hasard, ou bien l'appareil illégal du KPD était-il mal organisé, ou bien avait-il peut-être été déjà infiltré par l'ennemi ? En enquêtant sur cet incident, le KPD s'aperçut très vite que l'arrestation était due autant à une trahison qu'à des infractions aux règles de l'activité conspiratrice ; mais sachant cela, les dirigeants du KPD n'en tirèrent pas la conclusion qu'il fallait limiter l'activité illégale, ou même y renoncer. Ils poursuivirent au contraire dans cette voie, en sous-estimant les difficultés réelles. Cette décision fit un grand nombre de victimes dans les rangs du KPD. Énormément de membres du parti étaient prêts à se sacrifier ; mais cet engagement fut en partie mal utilisé, pour des objectifs qui n'en valaient pas la peine. Ainsi, à mon avis, il n'était pas raisonnable, vu le danger, d'introduire illégalement en Allemagne du matériel de propagande et d'information, et de faire ainsi risquer leur vie à ceux qui le transportaient ou le distribuaient localement. Ceux qui tentèrent néanmoins de le faire agirent en héros. Cependant, dans beaucoup de cas, cela n'eut qu'une utilité minime sur le plan politique. Ces sacrifices imprudents eurent par contre pour résultat d'affaiblir considérablement l'activité illégale, avec pour conséquence que, durant la Seconde Guerre mondiale, la direction du KPD en exil ne disposait plus en Allemagne que de quelques contacts très insuffisants.

27Ce destin ne fut pas non plus épargné aux groupes qui, comme l'ISK – Internationaler Sozialistischer Kampfbund – s'étaient de manière conséquente préparés au fait qu'il leur faudrait travailler dans l'illégalité. Dans leur cas, le nombre d'arrestations fut – toute proportion gardée – moindre que pour le KPD, justement parce que la Gestapo ne parvint que dans une moindre mesure à les infiltrer ; mais il leur devint de plus en plus difficile de communiquer autant entre eux qu'avec l'extérieur, ce qui fait que finalement, leur activité ne pouvait plus être vraiment considérée comme un travail politique.

28Mais le travail dans l'illégalité ne constitue qu'une partie de l'activité des opposants. Qu'en est-il du travail politique en exil même ? Il faut là aussi distinguer entre différents aspects :

  • 2 Voir à ce sujet l'article de Michel Grunewald.

291. Les partis en exil sont parvenus relativement vite à créer leurs propres journaux et donc à bâtir un réseau de communication qui leur soit propre, indépendant de l'Allemagne national-socialiste. Il est clair que ce réseau servait surtout à la communication interne. Son impact extérieur était bien plus modeste et réservé en fait à de très rares périodiques, parmi lesquels Das Neue Tage-Buch 2 était certainement le plus influent.

  • 3 In Exilforschung 15, pp. 10 et suivantes.

302. Dans les premiers temps de l'exil, le KPD réussit à obtenir un étonnant succès de propagande, avec la publication du Braunbuch über Reichstagsbrand und Hitlerterror, qui fonda le mythe des nazis comme «incendiaires du Reichstag». Comme l'a encore montré récemment Claus-Dieter Krohn3, il a fallu aux chercheurs des dizaines d'années pour parvenir à se libérer de l'influence de ce mythe et à élaborer des analyses autres que les solutions indiquées par le Braunbuch.

  • 4 Cf Trapp, Bergmann, Herre, Carl von Ossietzky und das politische Exil, Hamburg, 1988.

31Les exilés ont obtenu un autre succès du même genre lorsqu'un groupe d'émigrés, qui travaillaient sous le couvert de l'anonymat, parvint à convaincre le Comité Nobel, à Oslo, d'attribuer le Prix Nobel de la Paix à Carl von Ossietzky, qui était avec Thälmann le plus célèbre des prisonniers politiques de Hitler. Cette victoire causa au «Troisième Reich» une énorme perte de prestige4.

323. Les exilés remportèrent donc des succès de prestige, mais guère plus. Tout en stigmatisant le «Troisième Reich» comme un régime fondé sur la terreur et l'injustice, ils ne parvinrent pas à influencer de quelque manière que ce soit la politique extérieure française ou anglaise, et ce même durant la période de gouvernement de Front populaire en France. Ainsi, le fait que l'Allemagne quitte la Société des Nations, la fin du statut particulier de la Sarre, la réintroduction du service militaire, la militarisation de la Rhénanie – tous ces gestes, qui auraient pu susciter des réactions politiques de la part des puissances occidentales, se produisirent sans qu'ait lieu, à échelle internationale, une discussion au sujet de l'absence en Allemagne d'une constitution et d'une démocratie.

334. Dans ces conditions, c'était s'égarer totalement que d'espérer voir en l'Union soviétique un soutien potentiel dans la discussion internationale. L'Union soviétique était un partenaire peu fiable dans la mesure où elle ne poursuivait que ses propres intérêts ; et d'autre part, l'orientation vers ce partenaire entraîna des dissensions profondes parmi les exilés eux-mêmes car, au plus tard en 1936, c'est-à-dire après le début des procès de Moscou et la parution de Retour de l'URSS de Gide, il ne pouvait échapper à personne qu'en Union soviétique, on violait le droit et la loi de la même manière qu'en Allemagne, et que donc, le soi-disant partenaire dans la lutte contre la dictature n'était rien d'autre qu'un deuxième État totalitaire.

345. Il faut considérer les tentatives de Front populaire comme un autre échec total, et l'on peut même dire que leur caractère utopique les condamnait d'avance. Ce qui posait problème n'est pas le fait qu'il s'agissait d'une alliance de gauche, mais bien plus que cette alliance était censée réunir des partenaires dont l'un – le KPD – n'avait pas reconnu sa responsabilité dans le déclin de la République de Weimar, pendant que l'autre – le SPD – ne voulait pas s'avouer sa responsabilité dans le combat mené contre la gauche (Kampf gegen links) qui avait débuté en novembre 1918 pour durer jusqu'à la fin de la République de Weimar.

35On peut encore comprendre que les partis n'aient pas pris leurs distances par rapport à leurs positions précédentes, puisqu'ils étaient d'avis que cela aurait remis en question leur propre politique. Mais dans ce cas, les intellectuels, qui jouaient un rôle prépondérant dans ces tentatives de Front populaire, auraient dû remplir leur rôle de catalyseurs politiques et susciter une discussion au sujet de ces questions cruciales, et donc faire en sorte qu'elles soient éclaircies. Commencer tout de suite par établir un programme pour l'organisation sociale et politique de «l'Allemagne d'après Hitler», comme cela s'est produit au sein de la commission parisienne pour la création d'un Front populaire (Pariser Volksfrontausschuß), c'était procéder de manière par trop naïve, et cela ne pouvait qu'éveiller, chez des observateurs lucides, le soupçon que l'on visait ici à tout à fait autre chose, et plus précisément que le KPD tentait de se servir comme d'instruments d'intellectuels de gauche crédules, de ces «compagnons de route» souvent décriés, selon le terme peu flatteur utilisé durant la période de Guerre froide qui suivit. Les tentatives de Front populaire ont rapidement marqué le pas, à cause des conflits déclenchés par les Procès de Moscou. Ce qu'il en est resté, comme un signe positif, c'est le «mythe» du Volksfront  – ce à quoi je reviendrai.

366. Cet échec total d'une politique qui visait à unifier et à former un gouvernement d'exil a eu pour conséquence que les exilés perdirent à partir de ce moment toute influence politique. Il est vrai que l'on peut considérer, si l'on a l'esprit critique, que les exilés n'avaient de toute façon jamais été perçus comme une puissance politique par les puissances européennes, et que l'on ne peut donc pas parler d'un échec. L'initiative passa donc ensuite, en particulier durant la guerre, entièrement dans le camp des puissances qui formaient la coalition contre Hitler, lesquelles se sont servi des émigrés politiques, de leurs connaissances, du fait qu'ils étaient prêts à combattre militairement. Les puissances qui combattaient Hitler ont aussi décidé, chacune de son côté, lequel des émigrés pourrait être utilisé, et pour quelle fonction, dans l'Allemagne d'après-guerre. Les émigrés ne sont jamais devenus, pendant toute la durée de l'exil, une puissance politique autonome.

377. Cela ne signifie pourtant pas que l'on peut sous-estimer la contribution des émigrés à la victoire sur Hitler et sur l'armée allemande. Au contraire : ils ont combattu avec les armées alliées, dans la Résistance, au sein de la Brigade Juive, avec les Partisans, ils ont travaillé pour les radios de propagande, pour les services secrets alliés, ils ont rédigé des documents analysant la situation de l'ennemi, le «Troisième Reich», ils ont joué dans des films anti-nazis, ils ont – comme Marlene Dietrich – participé à soutenir les troupes alliées. Et pour beaucoup d'entre eux, la motivation de tous ces actes n'était rien d'autre que leur «conviction patriotique». En luttant contre la dictature, ils servaient leur patrie.

4.

38Je n'ai pas encore cité les écrivains ; ceux-ci occupent une place particulière dans l'exil. Une partie du «mythe» tissé autour de l'exil – qui n'est lui-même qu'une partie du symbole mythique qu'est la «résistance» – est liée à la fonction particulière des écrivains en exil. La conscience nationale se nourrit en bonne partie de mythes. Ces mythes sont des éléments dont le pouvoir est lié à l'inspiration et qui donnent une impulsion créatrice, tout cela dans un monde que, pour le reste, la raison a permis de «démystifier» et de déchiffrer. Nous avons besoin des mythes pour échapper au poids d'une réalité ressentie comme par trop puissante.

39Trois mesures surtout ont lié très étroitement l'exil des écrivains à celui des partis :

  • tout d'abord les arrestations à la suite de l'incendie du Reichstag – on sait que des écrivains aussi célèbres que Kisch, Mühsam et von Ossietzky en furent victimes ; Walter Mehring, Bertolt Brecht, Johannes R. Becher et beaucoup d'autres s'enfuirent en exil suite à cette vague d'arrestations.

  • ensuite ce que l'on a appelé la «réorganisation de l'Académie prussienne des Arts» – suite à laquelle Heinrich Mann fut contraint de démissionner de sa fonction de Président de la Section pour la poésie ; par la suite, Döblin et René Schickele, Werfel et Leonhard Frank et d'autres furent obligés de quitter l'Académie ; Thomas Mann, pour sa part, la quitta de son plein gré.

  • et enfin les autodafés de livres du 10 mai 1933. On retrouve déjà, nommés dans les discours qui accompagnaient les autodafés sur la place de l'Opéra à Berlin, tout un éventail qui préfigure la future littérature de l'exil : ainsi, on brûla les œuvres de Heinrich Mann, de Erich Maria Remarque, du pacifiste Friedrich Wilhelm Förster, les livres de Sigmund Freud et d'Emil Ludwig, un auteur populaire spécialisé dans les biographies contemporaines. On trouve aussi sur la liste des auteurs incriminés des journalistes de premier plan comme Georg Bernhard et Theodor Wolff, tout comme le critique théâtral Alfred Kerr, Tucholsky bien sûr, mais également Erich Kästner – et, cité en dernier, le nom de Carl von Ossietzky, qui se trouvait alors d'ores et déjà en camp de concentration.

40Pour diverses raisons, les écrivains étaient prédestinés à être les porte-parole et les représentants des exilés. Une grande partie d'entre eux étaient connus, non seulement du public allemand mais aussi du public mondial, comme Feuchtwanger, Remarque, Stefan Zweig, et surtout bien sûr Thomas Mann ; leur engagement pour la démocratie était crédible puisqu'ils avaient déjà protesté de manière conséquente durant la République de Weimar contre la limitation des droits démocratiques. Durant cette même époque, ils s'étaient résolument engagés – comme par exemple Heinrich Mann – en faveur de l'entente franco-allemande ; enfin, comme Toller, le porte-parole de la République des Conseils de Munich, qui en 1919 avait renoncé à s'enfuir, alors qu'il le pouvait, et avait donc purgé une longue peine de prison, ils s'étaient aussi montrés prêts à faire des sacrifices au nom de leur conviction. L'engagement internationaliste des écrivains allemands coïncidait avec un engagement pour la même cause de la part des écrivains français, comme Gide, Romain Rolland, Malraux, Barbusse et bien d'autres.

41La première attaque contre le «Troisième Reich» eut lieu lors du congrès du P.E.N.-Club à Raguse (Dubrovnik) en mai 1933. Toller, qui était un orateur doué de charisme, réussit à transformer ce congrès international d'écrivains en plate-forme pour attaquer de front le «Troisième Reich» et sa politique. Il s'ensuivit une série de glorieux congrès d'écrivains : le premier Congrès de l'Union des écrivains soviétiques en août 1934 à Moscou, le premier Congrès International des Écrivains pour la Défense de la Culture en juin 1935 à Paris, suivi en juillet 1937 par le deuxième Congrès International des Écrivains pour la Défense de la Culture, qui eut lieu en différents endroits, Valence, Madrid, Barcelone et Paris. Partout, les exilés jouèrent un rôle prépondérant. En septembre 1935, donc suite au Congrès de Paris, se réunit sous la présidence de Heinrich Mann, à l'hôtel Lutetia, hôtel chargé d'histoire dont le nom est grâce à Heine présent à l'esprit de tout intellectuel européen, le «Comité préparatoire à la création d'un Front populaire allemand» (Vorbereitendes Komitee zur Schaffung einer deutschen Volksfront). Heinrich Mann, dont le roman Der Untertan avait établi la renommée en tant qu’observateur critique de l'empire wilhelminien, et qui était en même temps très attaché à la France et à la littérature française, servait, par sa personnalité, d'unificateur. On se plaçait d'autre part dans la tradition de Heine, allemand mais également parfois francophone, dont le nom possédait une grande puissance symbolique. Sous ces deux auspices, on tenta de faire prendre corps, par le biais du symbole que représentait le Front populaire, au mythe de l'unité de l'art et de la politique, de «l'esprit et de l'action» (Geist und Tat), selon le titre d’un essai de Heinrich Mann. On se plaçait aussi indirectement dans la tradition de Zola et de Jaurès, et donc des dreyfusards.

42Évidemment, comme je l'ai dit, le Volksfront fut un échec, et l'on peut cette fois-ci illustrer le conflit qui causa sa perte par deux textes littéraires : Retour de l'URSS de Gide et Moskau 1937 de Feuchtwanger. Le premier texte est un récit certes désillusionné mais qui décrit tout de même l'URSS de manière à la fois objective et bienveillante – le récit de Feuchtwanger, par contre, est un discours apologétique qui déforme une réalité tout en affichant une pseudo-objectivité.

43Même si, du point de vue des politologues, le mythe du Volksfront est peu digne de foi, il a une grande importance sur le plan de l'histoire des idées politiques. Si nous ne considérions que ce qui caractérise les exilés sur les plans politique et pragmatique, c'est-à-dire leurs contradictions, leur fidélité à des utopies, la manière dont ils ont insuffisamment tenu compte de la réalité, ou l'ont mal interprétée, ou encore la manière dont ils se sont enthousiasmés, de manière idéaliste, pour la collaboration avec l'Union soviétique – en ne tenant compte que de tout cela, nous n'obtiendrions qu'une vision très déformée de ces démocrates fidèles à leurs convictions qui constituaient la majeure partie du Comité pour la création du Front populaire. Il faut opposer à cette vision le fait que les écrivains – et peut-être pas seulement les écrivains – ont le droit d'accorder plus de valeur à l'esprit, à la morale, qu'aux aspects pragmatiques de la politique proprement dite. Heinrich Mann, en acceptant de présider la commission pour le Front populaire, a conféré à l'ensemble du projet dignité et grandeur – et cet aspect a eu bien plus d'impact que les raisons précises qui ont fait naître ce projet, ou encore que les objectifs que des hommes politiques peu scrupuleux, comme Walter Ulbricht, visaient à atteindre par le biais de ce même Front populaire. En effet, la vision d'une Allemagne humaniste et démocratique, telle que l'incarnait et l'illustrait concrètement Heinrich Mann, est désormais associée aux exilés allemands entre 1933 et 1945. Ils étaient «l'autre Allemagne», une notion qui, une fois lancée, continua à servir d'étendard au combat politique mené contre Hitler et pour une démocratie allemande. Si Heinrich Mann fut tout d'abord le représentant de cette unité entre «esprit et action», c'est son frère Thomas qui reprit le flambeau durant la deuxième phase de l'exil, celle qui se déroula outre-Atlantique. Les allocutions radiophoniques de Thomas Mann, Deutsche Hörer !, qui avaient pour vocation de contribuer activement à la chute du régime, se situent elles aussi dans cette tradition qui fait de l'exilé le porte-parole de l'opposition opprimée, celui qui donne une voix et une existence à la résistance.

44Mais la littérature de l'exil a eu aussi, entre 1933 et 1945, d'autres fonctions plus directement utilitaires : elle fut ainsi un des principaux médias informant sur la vie politique dans le «Troisième Reich», sur ce qui s'y produisait. Je pense ainsi à des œuvres que l'on associe encore aujourd'hui, et à juste titre, à la notion d'exil : Die Geschwister Oppermann de Feuchtwanger, Professor Mamlock de Friedrich Wolf, Die Rassen de Ferdinand Bruckner – un drame qui fut représenté avec beaucoup de succès à Paris –, le roman de Klaus Mann Mephisto, Das siebte Kreuz de Anna Seghers, Das Beil von Wandsbek de Arnold Zweig. Il faudrait aussi citer des œuvres comme Doktor Faustus de Thomas Mann ou Der Augenzeuge de Ernst Weiß. Par le biais de la littérature de l'exil, ce qui se passait dans le «Troisième Reich», dont la presse internationale se fit durant des années bien trop peu l'écho, parvint à l'opinion publique mondiale. Cela aussi, c'est un aspect de la «résistance».

45Mais la littérature de l'exil regroupe aussi des œuvres qui n'ont au premier abord rien à voir, ou si peu, avec la politique : les romans sur Henri IV de Heinrich Mann, November 1918 de Alfred Döblin, Tarabas de Joseph Roth, Lotte in Weimar de Thomas Mann, Der Tod des Vergil de Hermann Broch, et d'autres encore. Ces œuvres furent publiées par les maisons d'édition des exilés, ce qui suffit à en faire la cible d'attaques violentes de la part des nationaux-socialistes – et une lecture très recherchée par tous ceux qui avaient dû fuir en exil. Mais pour le public étranger non-germanophone, ces œuvres représentaient «l'autre Allemagne», une tradition de valeurs humanistes à laquelle appartiennent Lessing et Schiller, Heine et Freiligrath, Börne, mais aussi Marx et Engels. Le «Troisième Reich», la guerre et l'holocauste eurent pour conséquence de faire mettre en doute l'existence de cette tradition. Des auteurs comme Heinrich et Thomas Mann, Döblin et Anna Seghers, Feuchtwanger et Stefan Zweig montrèrent au monde que cette tradition ne s'était pas interrompue, qu'elle continuait à exister et se poursuivait en exil.

Notes

1 In : Das Neujahr der Verfolgten

2 Voir à ce sujet l'article de Michel Grunewald.

3 In Exilforschung 15, pp. 10 et suivantes.

4 Cf Trapp, Bergmann, Herre, Carl von Ossietzky und das politische Exil, Hamburg, 1988.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search