Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Avant-propos

Gilbert Krebs et Gérard Schneilin

Texte intégral

1Si la recherche internationale a longtemps, pour diverses raisons, minimisé, voire nié l’existence et l'importance de la résistance des Allemands contre le national-socialisme, il n'en va plus de même aujourd'hui. La plupart des archives étant devenues accessibles, les ouvrages sur la question se multiplient, des centres de recherche et des bibliothèques spécialisées ont été créés dans de nombreuses universités et institutions et permettent à présent de mieux appréhender l'importance et le rôle de la résistance et de l'exil ainsi que les nombreux liens qui unissaient ces deux phénomènes.

2Le colloque qui a réuni à Paris du 11 au 15 décembre 1997 des chercheurs allemands et français, historiens et germanistes, spécialistes de l’histoire politique, sociale et culturelle de l’Allemagne aux xixe et xxe siècles à l’initiative du « Centre de recherche sur les sociétés et cultures des pays de langue allemande » (Université de Paris 3, Sorbonne Nouvelle) et de URA 182 « Études littéraires et culturelles franco-allemandes » (Université de Paris 4, Paris-Sorbonne) s’inscrit dans cette démarche en se proposant de répondre à une série de questions fondamentales à propos de l'exil et de la résistance allemande au Troisième Reich.

3Ce colloque faisait suite à celui organisé en 1996 par les deux mêmes centres de recherche universitaires parisiens sous le titre “État et société en Allemagne sous le Troisième Reich », qui avait déjà abordé les conditions et des difficultés rencontrées par les opposants au régime totalitaire fasciste et dont les actes avaient été publiés en 1997 aux Publications de l’Institut d’Allemand (PIA n° 23, ISBN 2-910212-06-8).

4Les seize communications présentées en 1997 par les spécialistes allemands et français à un public intéressé et informé, constitué notamment par de nombreux étudiants préparant l'agrégation et le C.A.P.E.S. d'allemand, ont permis d’analyser un certain nombre d’aspects caractéristiques de la résistance allemande au Troisième Reich et du rôle des Allemands ayant fui le régime national-socialiste entre 1933 et 1945, en distinguant les trois strates majeures de l'exil : l'émigration massive des Juifs germanophones, l'émigration politique et l'exode de la culture et de la science, ainsi que leurs «vagues» dans le temps.

5Une géographie de cet exil a également été esquissée, avec ses spécificités : la France, la Sarre, l'Amérique latine, l'Union soviétique. En revanche, il n'a pas été possible d’étudier à fond certaines autres destinations importantes : les États-Unis, aimant le plus puissant après 1939, la Suisse et, jusqu'à leur occupation ou leur rattachement au Reich, la Tchécoslovaquie, les Pays-Bas  et l'Autriche ; mais plusieurs communications s'y réfèrent.

6Les débats ont aussi permis de dégager des convergences sur plusieurs constats, notamment sur la réalité et la relative importance de l'exil et de la résistance. En second lieu, les chercheurs, suivant en cela l'orientation générale de la recherche actuelle, s'accordaient à dire que l'exil fut bien pour beaucoup d’Allemands une action de résistance et ils ont insisté sur l'interaction entre exil et résistance intérieure, certains émigrés ayant servi, selon la formule de Klemens von Klemperer, de « maillon entre la résistance allemande et l'étranger ». En ce sens, les exilés, des porte-parole aux plus humbles de leurs soutiens, ont rempli une double fonction. Ils ont contribué à saper le système totalitaire national-socialiste en soutenant les opposants restés en Allemagne et en se mettant au service des Alliés combattant le Troisième Reich : les écrivains, artistes et publicistes, quant à eux, ont témoigné qu’il existait toujours une « autre Allemagne » que celle qui mettait le monde à feu et à sang et que les valeurs de l’humanité finiraient par l’emporter sur la barbarie.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540