Version classiqueVersion mobile

Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945)

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Approche et synthèses

L’émigration hors de l’Allemagne nazie 

Causes, phases et formes

Horst Möller

Texte intégral

I

1Notre siècle est une ère de migrations. La fuite contrainte d’importants groupes de population qui, pour des raisons politiques, religieuses ou « raciales », constituèrent des minorités au sein de régimes totalitaires, représente une part tout à fait considérable de ces migrations qui marquèrent le siècle.

2Même si les causes en sont multiples et, selon les cas, différentes, il ne fait pas de doute qu’outre la guerre et la misère, outre les problèmes de nationalités non résolus, voire nouvellement créés par le règlement de paix de Versailles en 1919, c’est bien l’aspiration totalitaire des idéologies dominantes du XXe siècle (communisme, fascisme et national-socialisme) qui, avec ses spécificités nationales, constitue un facteur décisif de ce phénomène. L’antagonisme opposant d’un côté des dictatures à fondement idéologique et, de l’autre, des démocraties reposant sur l’État de droit d’inspiration libérale eut pour effet d’accroître la force d’attraction de ces dernières pour des groupes de population persécutés ou réduits à la misère. Ce phénomène se poursuit encore, comme en témoigne de nos jours la fuite massive de populations provenant de Cuba, d’Etats fondamentalistes ou bien encore de l’ensemble toujours mouvant des Etats de la région des Balkans.

3Après la révolution d’Octobre en Russie, ce sont environ 600 000 personnes qui, jusqu’en 1923, trouvèrent refuge en Allemagne ; un nombre à peu près équivalent d’émigrants allemands partit outre-mer entre 1919 et 1932, quittant la République de Weimar pour des raisons économiques ou à cause du chômage. Après 1933, l’émigration de langue allemande – y compris, à partir de 1938, les 150 000 réfugiés d’Autriche et les 25 000 issus de Tchécoslovaquie – concerne un peu plus d’un demi-million de personnes qui, pour le plus grand nombre, quittèrent l’Allemagne ou l’espace dominé par les nationaux-socialistes en raison des mesures anti-juives du régime. Face à la terreur qui s’intensifiait progressivement, elles quittèrent le pays pour sauver leur vie .

4Cependant, malgré son importance numérique considérable, l’émigration de langue allemande après 1933 ne représente qu’un dizième des mouvements de fuite de population qui eurent lieu en Europe entre les deux guerres (W. Röder). Elle est aussi, en nombre, moins importante encore que d’autres mouvements massifs de fuite auxquels on assista en Asie ou en Europe après la Seconde Guerre mondiale. Pensez, par exemple, à la fuite et aux expulsions d’environ 14 millions d’Allemands issus des anciennes provinces orientales ou des zones de peuplement allemand dans l’Est de l’Europe ; ou bien encore à la fuite de plus de deux millions de personnes quittant la RDA. Ce dernier phénomène fut décisif pour la construction du Mur en 1961 et c’est ce même phénomène qui, en 1989, annonça la fin de la RDA.

II

5En 1939 déjà, dans la revue Maß und Wert publiée par Thomas Mann et Konrad Falke, l’historien marxiste Arthur Rosenberg, lui-même contraint à l’exil, avait tenté de distinguer différents groupes d’émigrés et en était arrivé à la constatation suivante :

« L’émigration politique allemande à partir de 1933 se compose de deux éléments foncièrement différents : ce sont, en parallèle, une émigration de masse et une émigration de ‘cadres’. L’émigration de masse est provoquée par le fait que la bourgeoisie juive soit poussée à quitter l’Allemagne. Sous le Troisième Reich, l’émigration juive issue d’Allemagne est une émigration politique, même si la plupart des émigrants juifs n’ont personnellement jamais rien eu à voir avec les partis politiques allemands. Car c’est la volonté politique des dirigeants de l’Allemagne qui conduit les citoyens juifs à quitter le pays. »

6Ainsi Rosenberg déduit-il le caractère politique de l’émigration massive de Juifs non pas des objectifs ou des activités des expulsés mais de la motivation politique des expulseurs. Il considère que ce jugement est valable bien que la plus grande partie de ces émigrés n’ait pas eu d’activité politique, ni avant, ni après 1933. Ce constat conduit certes à émettre des doutes sur l’utilité du qualificatif de « politique » Mais, en tous cas, il est judicieux de distinguer l’émigration juive de masse de l’autre groupe, constitué par les élites politiques au sein de l’émigration et que Rosenberg définit ainsi :

« L’émigration de ‘cadres’ quittant l’Allemagne à partir de 1933 rassemble les classes dirigeantes de la démocratie allemande au sens le plus large du terme. Leur existence politique est liée à l’évolution en Allemagne. »

7Il est en effet indiscutable que cette émigration pour des raisons politiques a existé, les émigrés poursuivant, dans la plupart des cas, une activité politique dans les conditions particulières de l’exil. Elle se réalisa « le regard tourné vers l’Allemagne ». C’est cette formule que n’a cessé de répéter Otto Wels, l’ancien président du SPD qui, lors d’un courageux discours qu’il prononça devant le Reichstag, avait refusé d’accorder les pleins pouvoirs à Hitler le 23 mars 1933 ; il mourut en 1939 alors qu’il était lui-même en exil à Paris. Cette formulation exprima l’objectif de toute politique de l’exil : elle était axée sur le retour au pays, que conditionnait le renversement de la dictature national-socialiste. Ainsi l’exil politique fut-il une forme de résistance à Hitler et à son régime.

8Les chances que pouvait avoir une telle activité politique en exil dépendaient en grande partie aussi de l’opposition et de la capacité de résistance en Allemagne même. Ainsi Arthur Rosenberg pouvait-il remarquer :

« La question anxieuse que tout émigré avait dû se poser par le passé, se demandant si il y avait vraiment, au pays, une base pour son action, ne peut trouver qu’une réponse positive dans le cas de l’émigration politique à partir de 1933. »

9Rosenberg en arriva à la conclusion suivante :

« L’émigration politique allemande a réussi deux choses à partir de 1933. D’abord par son existence même, elle a prouvé au monde que Hitler et Goebbels n’étaient pas l’Allemagne. Et les dirigeants officiels du SPD et du KPD, les démocrates catholiques et indépendants, les groupes de front populaire et les nouvelles formations de toute sorte se partagent le mérite d’avoir donné une voix aux masses silencieuses du peuple allemand. »

10Enfin, sans parler explicitement d’un groupe particulier, Arthur Rosenberg a souligné un autre point en notant que

11« ce qu’a réalisé l’émigration allemande dans les cinq dernières années, dans les domaines de la littérature, de l’art et des sciences [a été] tout à fait extraordinaire ... L’Allemagne pensante et spirituellement créatrice se trouve aujourd’hui essentiellement dans l’émigration. Mais un large mouvement intellectuel n’est jamais possible sans un mouvement social et politique équivalent dans le peuple... C’est une preuve de plus que les forces du peuple allemand, pour l’instant encore souterraines mais non moins durables, ne sont pas du côté de Hitler. »

12Dans les faits, la recherche moderne consacrée à l’émigration distingue, elle aussi, les trois formes identifiées implicitement par Rosenberg. Nous pouvons également évaluer leur nombre de manière approximative :

  1. L’émigration juive de masse, fuyant l’Allemagne national-socialiste, rassembla environ 300 000 personnes.

  2. L’émigration politique au sens strict concerna à peu près 30 000 personnes qui quittèrent l’Allemagne nazie par refus du régime, pour des raisons politiques ou humanitaires. Certes une distinction exacte et précise de ces groupes au sein de l’émigration n’est pas possible, étant donné que, souvent, ce furent à la fois plusieurs raisons qui motivèrent la fuite. Toutefois, la motivation politique prédomina et conduisit en règle générale à une activité politique ultérieure en exil. L’éventail politique allait, ainsi que l’avait déjà noté Rosenberg, des communistes et sociaux-démocrates jusqu’aux opposants à Hitler issus du camp conservateur en passant par les opposants venant du catholiscisme politique, comme les deux anciens Chanceliers du Reich issus du Zentrum, Heinrich Brüning et Joseph Wirth. Néanmoins, la proportion des membres de la gauche est nettement supérieure à celle du centre ou de la droite.

  3. L’exode des intellectuels toucha environ 5 500 universitaires, écrivains, artistes et journalistes. Certes, dans ce groupe aussi, il y eut des recoupements et des frontières mouvantes ; donc cette division de l’exil en trois groupes n’est pas à prendre de manière stricte, mais elle n’en offre pas moins un instrument de compréhension historique.

13Le nombre important des émigrés donne indirectement aussi une indication quant à l’ampleur de la résistance allemande face au régime national-socialiste. En effet, tandis qu’il va de soi de considérer le gouvernement du général de Gaulle en exil à Londres comme une partie intégrante (et dirigeante) de la résistance française, de la France libre, en général les nombreux groupes d’exilés allemands ne sont formellement pas comptabilisés dans la résistance à Hitler. Mais, dans la réalité, ceux-ci constituèrent aussi une partie de la résistance politique ; cela permet de comprendre pourquoi dans certains domaines de la vie publique, dans les universités par exemple,il y eut en Allemagne si peu de résistance contre la mise au pas : tout simplement parce qu’un nombre considérable des opposants au régime avaient été expulsés ou réduits à prendre la fuite. Cela fut le cas pour une grande partie des élites politiques et culturelles de la République de Weimar qui voulurent, dès lors, poursuivre le combat depuis l’étranger.

III

14En règle générale, l’émigration se réalisa par vagues successives, résultant directement des à-coups avec lesquels la dictature nazie se radicalisa. Là, on peut noter des différences entre les trois groupes que nous avons évoqués, le motif immédiat déclenchant l’émigration n’étant pas le même pour chacun. En effet, les mesures décrétées par le régime touchèrent ces groupes avec une intensité et un rythme différents. C’est ce que montrent les trois exemples suivants. Les persécutions dont le KPD fut victime dans le contexte des élections au Reichstag, et l’interdiction des partis déclenchèrent une émigration politique ; les restrictions en matière de politique culturelle – avec, en premier lieu, les autodafés – furent un choc pour les écrivains ; enfin, les discriminations anti-juives et les lois racistes commencèrent par menacer bon nombre d’Allemands juifs dans leur existence matérielle avant de prendre des formes mettant leur vie en péril.

15Je me contenterai de rappeler les étapes les plus importantes de cette politique d’exclusion.

16La loi du 7 avril 1933, dite « du rétablissement de la fonction publique », commença par donner une prise pseudo-légale sur les adversaires et permit de licencier les importuns au sens politique ou les fonctionnaires d’origine juive. Le 15 septembre 1935, les lois raciales antisémites de Nuremberg élargirent ces discriminations – accompagnées souvent de la suppression de tout revenu – à tous les domaines de l’existence. L’exposition sur l’art dit « dégénéré », organisée en 1937 à Munich, poursuivit le mouvement initié en 1933, excluant de la vie culturelle allemande des artistes et écrivains de premier rang. L’autodafé du 10 mai 1933 ou encore l’exclusion de Thomas et Heinrich Mann de la section de poésie de l’Académie prussienne des Arts furent quelques-uns de ces tristes sommets atteints par ce phénomène.

  • 1 NdT : c’est-à-dire l’Allemagne d’avant l’Anschluß.

17Enfin, avec la « nuit de cristal » du 9 novembre 1938, il n’était plus possible d’ignorer la terreur, désormais ouverte, déchaînée contre les Allemands d’origine ou de confession juives ; à partir de la conférence de Wannsee, le 20 janvier 1942, cette terreur allait conduire à la planification définitive de la « solution finale », c’est-à-dire la déportation et l’assassinat de plus de six millions de Juifs d’Europe. Entre ces différentes mesures anti-juives, il y eut des phases pendant lesquelles discrimination et persécution furent moins visibles et moins brutales, pouvant donner l’impression, entre 1935 et 1938 par exemple, qu’il n’y aurait plus d’aggravation de l’antisémitisme. En conséquence, le nombre annuel des émigrants diminua pendant un temps. Tandis qu’en 1933, environ 37 000 personnes avaient émigré, le nombre de départs chuta à environ 23 000 en 1937. Ce n’est qu’à partir de 1938 et avec le pogrom de la « nuit de cristal » du 9 novembre que le régime évolua vers une terreur de moins en moins voilée ; en conséquence, le mouvement de fuite hors de l’Allemagne national-socialiste prit une ampleur croissante, grandissant comme le nombre des Juifs allemands qui comprenaient que leur vie était en danger. C’est ainsi que, jusqu’à la fin de l’année 1939, 100 000 des 190 000 Juifs autrichiens prirent la fuite. De même, pour ce qu’on appelait « le Vieux Reich »1, le taux d’émigration augmenta entre 1938 et 1939 de 100 000 en un an.

18Tandis que les mesures anti-juives prises par le régime s’aggravèrent par étapes, dès 1933 les mesures de répression en matière de politique culturelle constituèrent vis-à-vis de l’indépendance des sciences, de l’art et du journalisme une déclaration de guerre si flagrante qu’un grand nombre des victimes de cette politique prirent très tôt la décision d’émigrer. Le phénomène fut semblable pour ce qui est de l’écrasement, par des moyens en partie terroristes, de toute activité politique libre.

19Après l’abolition des droits fondamentaux, ordonnée dès le 28 février 1933 en vertu du « décret-loi de l’incendie du Reichstag », la menace pesant sur les opposants politiques fut manifeste et provoqua la première vague de fuite de quelques milliers de permanents et de dirigeants des partis démocratiques. Des mesures répressives, notamment des arrestations arbitraires, furent dirigées contre la gauche et surtout contre les communistes, alors même qu’on se trouvait dans la campagne électorale en vue des dernières élections semi-libres du Reichstag, le 5 mars 1933. Ces mesures s’intensifièrent jusqu’à la loi des pleins pouvoirs du 23 mars 1933 : le jour de la discussion et du vote de cette loi, en violation manifeste de la constitution de Weimar, les 81 députés du KPD, dont les mandats avaient été annulés le 9 mars, ainsi que certains députés du SPD furent empêchés d’exercer leur mandat et, bien sûr, de voter contre le projet de loi. Pendant ces seules semaines, le régime et les sbires de la SA assassinèrent environ 5 600 opposants politiques et en traînèrent des milliers dans des camps de concentration « sauvages » où les attendait la torture. La répression se poursuivit par l’interdiction des syndicats libres le 2 mai 1933 et par l’autodissolution forcée des partis politiques autres que le NSDAP aux mois de juin et juillet 1933, aboutissant à la « loi sur l’interdiction de la reconstitution de partis » le 14 juillet 1933. L’instauration de l’» État à parti unique » fut confirmée par la « loi assurant l’unité du parti et de l’État » du 1er décembre 1933, déclarant le NSDAP corporation de droit public.

20L’interdiction de toute activité politique, mais aussi la menace physique qui l’accompagna dès le début contraignirent un grand nombre de démocrates à prendre la fuite. Ce fut particulièrement le cas de ceux que les nazis avaient, dès avant 1933, qualifiés de « traîtres de novembre », c’est-à-dire ceux qui avaient renversé la monarchie lors de la révolution de 1918 et avaient fondé la république : il s’agit des membres de ce qu’on appela plus tard la coalition de Weimar et plus particulièrement des sociaux-démocrates. Ainsi l’émigration pour des raisons politiques commença-t-elle, en 1933, avant l’émigration juive de masse. Le classement de cette émigration politique au sein de la résistance va également de soi si l’on considère que ses rangs furent ensuite grossis, pendant les années trente, par tous ceux qui conservèrent pendant quelques années une activité politique souterraine contre le régime. Notamment après l’élimination, en 1935/36, de la majeure partie des organisations clandestines.

  • 2 NdT : La Gestapa était le nom de la centrale berlinoise (Staatspolizeiamt) tandis que le terme de G (...)

21Le régime national-socialiste avait très bien compris qu’il s’agissait là de membres de la résistance politique. Cela ressortait par exemple du grand nombre de revues d’exil (plus de 400). Une circulaire de la Gestapa2, datée du 4 mai 1933, notait ainsi à propos des émigrés :

« Afin de combattre efficacement les attaques de toutes sortes lancées contre l’existence et la sécurité de l’État, il est indispensable de relever et de noter le nom de toutes les personnes qui ont quitté le pays depuis le début du soulèvement national du peuple allemand et dont on peut légitimement penser qu’elles poursuivent à l’étranger des activités hostiles à l’État. Il s’agira en première ligne de communistes, de pacifistes et de sociaux-démocrates qui ont jusqu’alors occupé des positions dirigeantes. En outre, une attention particulière sera accordée aux intellectuels juifs, même s’ils ne se sont jusqu’alors pas particulièrement distingués par une activité politique. »

22Les premières mesures de confiscation de la nationalité allemande furent prises le 23 août 1933, en vertu de la « loi sur la déchéance de la nationalité allemande » du 14 juillet. Elles touchèrent notamment l’ancien premier ministre du Reich Philipp Scheidemann, ainsi que Otto Wels, Heinrich Mann et Kurt Tucholsky. En tout, environ 40 000 émigrés se virent confisquer leur nationalité et devinrent apatrides. Jusqu’en 1937, il s’est agi essentiellement d’émigrés politiques au sens large.

IV

23Quelle destination prirent les personnes menacées et persécutées par la dictature nazie ?

24La réponse à cette question n’est pas aussi simple qu’elle le paraît. Le nombre total des pays qui reçurent des émigrés s’élève à 75, mais la plupart ne furent qu’étapes d’une véritable odyssée. La majorité des émigrés traversèrent plusieurs pays avant de s’établir pour une durée relativement longue. Beaucoup d’Etats limitèrent dès le début le nombre d’immigrés susceptibles d’être accueillis ainsi que la durée de leur séjour. Pour de nombreux émigrés, le voyage s’arrêta dans un premier temps en Sarre ou en Autriche. Beaucoup allèrent d’abord à Prague, puis à Paris ou Amsterdam, avant d’être contraints de quitter ces pays à leur tour. La Suisse et la Grande-Bretagne posèrent, au début du moins, des conditions de séjour particulièrement strictes, la Grande Bretagne ne modifiant son attitude qu’en 1938, après la « nuit de cristal ». Avant cette action brutale dirigée contre les Juifs allemands, ne vivaient en Grande-Bretagne que 5 500 émigrés de langue allemande. Mais leur nombre passa à 63 000 en 1940. De ces 63 000, la plupart quittèrent ou durent quitter le pays par la suite, ce qui fait qu’en 1943 il ne restait en Grande-Bretagne qu’environ 25 000 émigrés allemands.

25Il peut paraître étonnant que près de 20 000 émigrés de langue allemande trouvèrent refuge dans l’Italie fasciste. Parmi eux environ 18 000 Juifs, les 2 000 restants étant surtout des catholiques. Les chiffres dont nous disposons pour l’Italie sont les suivants :

26En octobre 1934, il y avait en Italie 1 129 Juifs allemands immigrés ; 2 803 citoyens allemands y furent recensés en septembre 1938, tandis que le nombre des Juifs étrangers s’éleva à 9 699 en octobre 1938 avant de chuter et atteindre 3 870 en mars 1940.

27Jusqu’en 1938/39, les exilés politiques s’organisèrent d’abord en Tchécoslovaquie et en France. Sur le nombre total d’émigrés qui séjournèrent en France entre 1933 et 1944 (65 000), 30 000 arrivèrent avant la fin de l’année 1933, auxquels vinrent s’ajouter ceux qui avaient commencé par trouver refuge en Sarre et qui rejoignirent la France en 1935. Ils étaient donc 35 000 fin 1935. Parmi eux, 7 à 10 000 doivent être considérés comme émigrés politiques. Ils vinrent renforcer l’exil culturel de France, ce qui, indubitablement, fit de Paris le centre de l’émigration allemande au milieu des années trente (si l’on ne tient pas compte de l’émigration juive de masse). Pour ce qui concerne le KPD, on a évalué qu’environ la moitié des communistes allemands en exil vivaient en France à ce moment-là. Jusqu’en 1935, le KPD en exil a établi à Paris sa direction à l’étranger et, à partir de 1936, la direction opérationnelle de son bureau politique. Le SPD en exil (SOPADE) s’était, pour sa part, d’abord installé à Prague avant de se transporter en Grande-Bretagne. En effet, les Etats limitrophes du Reich ne s’avérèrent pas seulement de moins en moins sûrs ; ils furent menacés à leur tour à la fin des années trente et ne devinrent plus que des pays de transit pour l’émigration allemande. C’était déjà le cas de la Grande-Bretagne et d’autres pays en raison des conditions restrictives d’immigration ou de la limitation des permis de séjour qu’ils avaient imposées. L’Union soviétique n’accueillit, quant à elle, que 6 000 émigrés allemands entre 1933 et 1945 ; des communistes, pour l’essentiel, et des intellectuels sympathisants, dont un bon nombre trouva la mort lors des mesures staliniennes d’« épuration ». Pendant la guerre civile, l’Espagne accueillit environ 5 000 membres des Brigades internationales, dont près de 2 000 sont morts au combat.

28La Suède, qui connaissait elle aussi des conditions très restrictives d’immigration, ne comptait qu’environ 1 500 émigrés allemands jusqu’en 1937, auxquels vinrent s’ajouter 4 000 nouveaux après 1938 ; parmi eux, environ un tiers peut être considéré comme des émigrés politiques. En Suisse enfin, où toute activité politique avait été interdite aux immigrés dès 1933, on dénombra, en tout, près de 10 000 réfugiés de langue allemande.

29Le dernier lieu de séjour des émigrés a été, pour un très grand nombre, les Etats-Unis. En effet, ce fut la destination ultime de 48 % de l’ensemble des émigrés allemands (c’est-à-dire 130 000), 100 000 étant déjà arrivés avant 1941, parmi lesquels environ 7 600 exerçaient une profession intellectuelle, artistique et littéraire, dont 1 100 universitaires, pour la plupart des professeurs d’université.

30Derrière les Etats-Unis, les pays d’accueil « final » les plus importants furent la Grande-Bretagne (10 %), la Palestine (8 %, c’est-à-dire 55 000 personnes) et la Suisse (4 %). Environ 90 000 personnes s’installèrent en Amérique latine, 13 000 à Changhaï. La proportion est moindre pour tous les autres Etats qui furent la destination ultime des émigrés. Enfin, on retient que les mouvements de reprise de l’exil vers de nouvelles destinations furent particulièrement importants au cours des années 1938 (l’Anschluß de l’Autriche) et 1939/40 (le début de la guerre).

V

31Concentrons-nous maintenant sur l’émigration culturelle. Elle fut un véritable « exode de la culture » dans tous les domaines des sciences, de l’art, de la littérature et de la musique. Elle signifia la fin de la célèbre symbiose germano-juive qui s’était intensifiée à la fin du XVIIIe siècle et avait donné lieu à d’immenses créations et réalisations dans tous ces domaines pendant les XIXe et XXe siècles. Ce fut la fin définitive de cette symbiose, car il n’était pas possible qu’elle renaisse après 1945, même si quelques émigrés d’origine juive retournèrent en Allemagne.

« Le départ en exil est une ‘journey of no return’. Celui qui prend le chemin de l’exil en rêvant du retour est perdu. Il peut certes revenir vers des gens qui lui ont tant manqué, vers des lieux qu’il aimait et n’a pas oubliés, il peut revenir là où sa langue est parlée. Mais il ne rentre jamais à la maison. »

32C’est avec ces mots déprimants que Carl Zuckmayer fit le bilan de sa vie en 1966, dans son autobiographie Comme si c’était une part de moi-même. Après un bref retour en Allemagne après la guerre, il venait, en 1958, de s’installer définitivement en Suisse. Il y a bien d’autres titres de livres qui signalent une conclusion analogue, comme, par exemple, l’autobiographie du sociologue Reinhard Bendix, publiée en 1985, De Berlin à Berkeley. Identités juives allemandes ; ou bien l’ouvrage de l’historien Felix Gilbert Mes années de formation dans la vieille Europe. Mémoires 1905-1945, dont l’auteur, descendant de la famille Mendelssohn, fut un disciple de Meinecke à Berlin et vit aujourd’hui aux Etats-Unis comme professeur honoraire à l’université de Princeton. Ou bien encore les mémoires du spécialiste de littérature de Tübingen, Hans Mayer, qui, bien que marxiste, fut contraint à émigrer de nouveau en 1963, fuyant cette fois la RDA ; ses mémoires portent le titre caractéristique Un Allemand jusqu’à nouvel ordre (2 volumes, 1982 et 1984).

33Pourtant, conformément à la maxime de Otto Wels (« le regard tourné vers l’Allemagne »), le pourcentage de ceux qui sont rentrés au pays est important si l’on considère l’émigration politique. C’est, dans le cas de l’après-guerre en Allemagne fédérale ou en RDA, ce qu’ont démontré Hartmut Mehringer, Werner Röder et Dieter Marc Schneider dans leur étude portant sur les parlements et les bureaux directeurs des partis allemands. Ce constat est particulièrement vrai pour le SPD et, dans la zone d’occupation soviétique puis en RDA, pour le KPD, puis le SED.

34Mais c’est aussi valable pour le domaine de la culture, même si le phénomène apparaît dans une moindre mesure. Ainsi le caractère spécifique de la culture en RDA et notamment en son centre à Berlin-Est tient-il de l’addition de ces deux phénomènes. En effet, l’ensemble des émigrés des milieux culturels qui choisirent de revenir s’installer dans la zone d’occupation soviétique était, à part quelques exceptions, politiquement homogène, c’est-à-dire communiste ou marxiste au sens large. En revanche, le groupe formé par ceux qui optèrent pour les secteurs occidentaux de Berlin, pour les zones occidentales allemandes et pour la future République fédérale était politiquement hétérogène, c’est-à-dire que toutes les sensibilités politiques y étaient représentées, ou bien alors ils n’avaient pas d’engagement politique particulier.

35En outre, dans le cas de la zone soviétique, on assista à la concentration de ces émigrés à Berlin-Est. En effet, il apparut très vite qu’en raison de la division qui se dessinait déjà, cette ville allait devenir la capitale du futur État communiste allemand – malgré l’appartenance juridique formelle à la zone d’occupation soviétique et malgré la structure fédérale que cette zone, puis la RDA ont conservée, dans la forme, jusqu’en 1952.

36D’un autre côté, le retour dans les universités ne dépendait pas des seuls souhaits des émigrés, mais aussi de l’acceptation de leur candidature sur des postes vacants. C’est ce qui explique le fait qu’il y eut dans la zone soviétique et en RDA des scientifiques de retour d’exil qui n’allèrent pas à Berlin-Est mais dans d’autres villes, comme Leipzig dans le cas de Ernst Bloch et de Hans Mayer.

37Pour pouvoir évaluer à sa juste mesure le nombre de ceux qui rentrèrent en Allemagne après un exil culturel, il est nécessaire d’évoquer d’abord cet exode culturel dans une perspective quantitative. Pour toute une série de raisons, il ne s’agit là que de nombres approximatifs issus de la recherche et permettant de faire ressortir la proportion d’exilés revenus en Allemagne. Dans l’ouvrage le plus complet jusqu’alors publié, le Dictionnaire biographique de l’émigration de langue allemande à partir de 1933 en quatre volumes, édité entre 1980 et 1983 par l’Institut d’Histoire contemporaine de Munich et par la Fondation pour la recherche sur l’immigration juive de New York sous la direction de Werner Röder et de Herbert A. Strauss, on trouve, sur la base de 25 000 biographies documentées d’émigrés, environ 8 600 courtes biographies dont 5 500 concernent des acteurs de la vie culturelle prise au sens large, c’est-à-dire des écrivains, des journalistes, des scientifiques et des artistes de toutes disciplines.

38Pour ce qui est des scientifiques et universitaires, leur nombre est plus facile à déterminer lorsque, après le retour en Allemagne, ils ont eu une activité dans des universités ou des instituts scientifiques. On sait que jusqu’à l’année 1939, le nombre des universitaires démis de leurs fonctions ou mis à la retraite d’office s’élève à environ 2 000. D’autre part, nous disposons de chiffres pour certains pays. Dans ce cas particulier, on peut donc confirmer les chiffres donnés par la « Société d’entraide des universitaires allemands à l’étranger » qui affirmait, en 1936 déjà, que 1 617 professeurs d’universités vivaient en exil, le nombre des écrivains au sens large s’élevant quant à lui à environ 2 500 personnes.

39Il faut certainement ajouter d’autres noms à la liste des 5 500 personnalités répertoriées dans ce dictionnaire ; en effet, tout dépend des critères choisis pour qualifier une activité artistique, journalistique ou scientifique. D’un autre côté, il s’agit dans cet échantillonnage des élites culturelles au sens large.

40Une autre remarque méthodologique est en outre indispensable. Pour évaluer avec justesse l’ampleur des retours, il faut considérer certaines caractéristiques particulières, notamment l’appartenance à la première génération d’émigrés dont la socialisation se fit encore dans l’espace de langue allemande. Il s’agit de personnes qui avaient au moins 25 ans en 1933. Dans le cas des émigrés issus d’Autriche ou de Tchécoslovaquie, on peut prendre en considération une date plus tardive, respectivement 1938 et 1939. Nous parlons donc ici des classes d’âge nées soit avant 1908, soit avant 1913. En règle générale, ceux qui sont nés après ont reçu une formation ou ont fait leurs études en exil ; en conséquence, ils s’intégrèrent plus fortement dans le pays d’accueil et eurent donc de meilleures chances d’y trouver un travail. Pour la plupart, ils avaient aussi moins de souvenirs d’Allemagne et leur attachement sentimental au pays était moindre. Généralement, ils maîtrisaient la langue du pays d’accueil, à la différence de leurs parents qui, pour la plupart, connaissaient des problèmes d’acculturation et ne pouvaient pas ou mal réussir professionnellement – si l’on fait bien sûr abstraction de l’élite des émigrés. Pour nous, il est fondamental de savoir si ces conditions particulières constituent un motif de retour, si elles contribuent à entretenir le souhait de rentrer au pays.

41Parmi les membres de la première génération d’émigrés de la culture, environ 26 % revinrent, après 1945, s’installer dans les différents Etats de l’ancien Reich, sans compter ceux qui choisirent la Suisse alémanique et qui, tels Thomas Mann, continuèrent, depuis cette retraite, à être présents sur la scène culturelle allemande. En revanche, dans le cas des plus jeunes émigrés, ceux de la deuxième génération, la proportion de ceux qui revinrent en Allemagne est bien inférieure et ne s’élève, pour les raisons que nous avons mentionnées, qu’à 7 %.

42Mais il faut y ajouter ceux qui ont contribué à marquer la vie culturelle allemande parce qu’ils ont été professeurs invités dans des universités, participant à des cercles ou jouant un rôle artistique pendant une longue périodes. Si l’on prend en considération ce critère, dans un certain sens plus souple, on peut alors dire qu’environ un tiers des membres de la première génération des émigrés de la culture réintégra la vie culturelle de la République fédérale, de la RDA, de l’Autriche et de Berlin. Parmi les deux autres tiers, c’est-à-dire ceux qui ne revinrent pas, il y en eut cependant beaucoup dont l’œuvre occupa une place durable sur la scène culturelle allemande ; d’autres auteurs toutefois n’y trouvèrent pleinement écho qu’avec un certain retard ; c’est le cas de Oskar Maria Graf. D’autres enfin furent des auteurs à succès d’abord en RDA avant de ne le devenir que beaucoup plus tard à l’Ouest ; c’est le cas de Lion Feuchtwanger.

43Comment, à leur retour, les émigrés de la culture se répartirent-ils entre les différents pays ?

44Environ 20 % s’installèrent dans la zone d’occupation soviétique (plus tard RDA) et 80 % dans les zones occidentales (future République fédérale) et en Autriche. Ce constat peut surprendre en raison de la politique d’encouragement au retour pratiquée par le gouvernement soviétique et en raison du haut degré de motivation de ceux qui, parmi les émigrés des milieux culturels, étaient d’orientation communiste. À plus forte raison parce qu’il a souvent été affirmé que dominait, en République fédérale, un certain rejet vis-à-vis des exilés rentrant au pays. Des exemples en sont connus, cela ne fait pas de doute ; mais cela ne change rien à la répartition constatée.

45Sur l’ensemble de tous les émigrés revenus en Allemagne/Autriche, ce sont les littéraires, hommes de lettres et artistes au sens large qui formèrent le groupe le plus important avec 27 %. Suivirent les comédiens et metteurs en scène avec 24 %. Enfin, le groupe des scientifiques, ingénieurs et médecins ne représenta que 12 % de l’ensemble.

46Il est tout à fait évident que les disciplines qui utilisent la langue sont plus représentées que les autres parce qu’elles avaient besoin de la langue maternelle pour atteindre le maximum de leur efficacité ou de leur expressivité. Et ce n’est pas un hasard si le bilinguisme réellement créateur a été un phénomène très rare parmi les écrivains allemands en exil. Ce fut le cas de Klaus Mann, Stefan Heym et Vicky Baum. Ce jugement vaut aussi pour les philosophes, sauf dans le cas de ceux appartenant aux écoles positivistes ou orientées sur les sciences de la nature. Nous savons de Theodor W. Adorno ou de Ernst Bloch qu’ils n’étaient pas en mesure de faire de la philosophie dans d’autres langues que la leur.

47En conclusion, nous devons constater un double phénomène : d’un côté l’émigration a fait subir à certaines disciplines des pertes considérables qui ont entraîné des déficits encore très importants pour l’Allemagne d’après 1945. Ce fut le cas par exemple de certaines branches des sciences sociales et de la psychologie. De l’autre côté, exerçant en retour une influence sur l’Allemagne, les arts et les sciences se sont internationalisés, suivant en cela l’évolution qu’avaient connue les sciences de la nature pendant les années vingt.

Notes

1 NdT : c’est-à-dire l’Allemagne d’avant l’Anschluß.

2 NdT : La Gestapa était le nom de la centrale berlinoise (Staatspolizeiamt) tandis que le terme de Gestapo était plus généralement utilisé pour dénommer l’institution dans son ensemble et ses bureaux régionaux.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search