Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Développement et mutations des fonctions du système concentrationnaire national-socialiste (1933-1945)

Michel Fabréguet

Note de l’auteur

Une bibliographie succincte figure ci-dessous à la fin de la contribution.

Texte intégral

  • 2 M.Broszat, op.cit., p.11.

1Les premiers camps de concentration furent ouverts sur le territoire du Reich au cours des premières semaines de la Machtergreifung. Dès le lendemain de l’incendie du Reichstag, le président Hindenburg ratifia le décret-loi du 28 février 1933 qui suspendait les droits fondamentaux garantis par la constitution de Weimar et soumettait la liberté de chaque citoyen au bon vouloir des instances répressives : la persécution des adversaires politiques du nouveau régime reçut ainsi une apparence de légalité. Le décret-loi du 28 février 1933 constitua donc le fondement de la Schutz­haft, en instaurant le principe imprécis et malléable de la « prévention », sans limi­tation de durée. La Schutzhaft fournit en quelque sorte une justification légale au déchaînement de la terreur et de la violence contre les adversaires politiques du régime national-socialiste. Il ne s’agissait nullement d’un processus planifié, mais bien plus, selon l’expression très pertinente de Martin Broszat, d’une improvisation rageuse2. Au cours des premiers mois de l’année 1933, les KL naquirent à la suite d’innombrables initiatives prises par des responsables locaux ou régionaux des SA, des SS ou de la police. Le terme de Konzentrationslager s’appliquait d’ailleurs à des lieux de détention très disparates : prisons d’Etat ou pénitenciers, mais aussi prisons privées et caves de la Gestapo, de sinistre réputation. La répression dirigée contre les adversaires politiques du nouveau régime se déroula, dans le courant de l’année 1933, en deux vagues successives. Au cours des mois de mars et d’avril, une pre­mière vague d’arrestations démantela en quelques semaines l’appareil de la KPD. Puis au cours de l’été, la répression s’abattit plus largement sur des syndicalistes, des militants sociaux-démocrates, libéraux, catholiques et même sur des conserva­teurs.

  • 3 Détenus en internement préventif temporaire.
  • 4 Criminels professionnels.

2Mais dès avant la fin de la phase révolutionnaire de la Machtergreifung, les nou­velles autorités politiques se montrèrent soucieuses de freiner le développement anarchique des KL, à l’intérieur desquels les chefs SA et SS agissaient sans ordre ni contrôle. En Prusse, Göring, en qualité de ministre de l’Intérieur, publia le 14 octobre 1933 une circulaire réglementant l’accomplissement de la Schutzhaft. A la fin de l’année 1933 et durant le premier semestre de l’année 1934, un grand nombre de KL furent fermés. Les KL furent remis à la charge du budget de chaque Land, avant que cette charge financière ne soit transmise au Reich en juin 1936. Par ailleurs, dès la fin de la phase révolutionnaire de la Machtergreifung, le cercle des détenus dans les KL s’élargit. La loi du 24 novembre 1933 précisa en particulier que les criminels récidivistes ayant déjà encouru deux condamnations pouvaient faire l’objet d’un internement préventif : c’est ainsi qu’aux côtés des Schutzhäftlinge ap­parurent dans les KL les Befristete Vorbeugungshäftlinge3 ou BV, plus familiè­rement désignés sous le nom de Berufsverbrecher4. Le mélange entre les détenus politiques, identifiables au port du triangle rouge, et les criminels de droit commun, identifiables au port du triangle vert, fut réalisé en Prusse dès l’année 1934. Les conflits entre les rouges et les verts se multiplièrent dès lors à l’intérieur des KL, participant ainsi au processus d’atomisation de la masse des détenus.

*
* *

  • 5 M.Broszat, op.cit., pp.46-55.

3Les années 1934/1937 constituèrent une phase de rétractation et de consolidation du système. Le mois de juillet 1934 fut marqué par la création de la fonction d’In­specteur des KL, qui témoigna de la volonté des autorités de réduire le nombre des KL. Le décret du 10 décembre 1934 subordonna en effet tous les KL encore en service à l’Inspecteur : désormais, pour être régulier, un KL devait en dépendre. Le commandant du KL de Dachau, Theodor Eicke, devint le premier Inspecteur des KL. Il put ainsi imposer aux autres Kommandanturen le « modèle de Dachau » pour la réorganisation des camps sauvages5. Sous l’impulsion de Eicke, nommé comman­dant du KL en juin 1933, Dachau avait en effet adopté un règlement instaurant un système de punitions hiérarchisées, incluant la relégation des coupables à l’Arrest et l’administration publique de la bastonnade, et défini un système de coercition des gardiens sur les détenus qui devait être proposé en exemple aux autres KL. Les KL devinrent donc des lieux de « rééducation », mais non d’endoctrinement idéologique : les détenus avaient en effet, selon Himmler, une « âme d’esclave ». Les premiers concentrationnaires furent affectés à la construction des KL, et certains d’entre eux employés dans des ateliers artisanaux. Mais il n’y avait pas encore de véritable organisation d’un travail productif : la plupart des détenus étaient alors employés à des tâches dénuées du moindre intérêt économique, destinées seulement à fournir une occupation à la population concentrationnaire pour la détourner de projets de tentatives de fuite ou d’insurrection.

  • 6 Office central de la sûreté du Reich.

4C’est également pendant les années 1934/1937, à la suite de la répression du 30 juin 1934, que se mit en place l’Etat policier SS, qui fit des KL l’instrument le plus raffiné de la terreur totalitaire. La fusion progressive de la Gestapo centralisée sous une autorité unique et de la SS, affranchie de la tutelle des SA, constitua la base de l’Etat SS. Himmler put ainsi procéder en juin 1936 à une réorganisation de l’ensemble des forces de police. La police de sûreté, dont la direction fut confiée à son adjoint Heydrich, par ailleurs chef du service de renseignement de la NSDAP, réunit désormais dans un grand service central la Gestapo et la police criminelle. Elle devint ainsi le seul organisme capable d’ordonner et de superviser les internements dans les KL. Le processus s’acheva au mois de septembre 1939 avec la création du Reichssicherheitshauptamt 6, par suite de la fusion des deux services de Heydrich.

*
* *

  • 7 Voir à ce propos Ayaß (Wolfgang), Asoziale im Nationalsozialismus. Klett-Cotta. Stuttgart, 1995.
  • 8 W. Ayaß, op.cit., p.149.
  • 9 Voir à ce propos J. Billig, Les camps de concentration dans l’économie du Reich hitlérien et Georg (...)

5A partir des années 1936/1937, de nouveaux KL furent créés sous l’égide de la SS : Buchenwald, ouvert en Thuringe au mois d’août 1937, puis à peu près dans le même temps Sachsenhausen près de Berlin. Après l’Anschluß, Mauthausen fut ou­vert à proximité de Linz au mois d’août 1938, puis Flossenbürg au mois de novem­bre de la même année et Ravensbrück, ouvert spécialement pour les femmes déte­nues au mois de mai 1939. Pour peupler ces KL, de nouvelles catégories de détenus furent internées ; les vagues d’arrestations opérées dans les années 1937/1938 frappèrent avant tout des adversaires non politiques du Reich : des criminels, et des asociaux7, catégorie assez extensible qui englobait tout à la fois des vagabonds et des Tsiganes, des mendiants, des réfractaires au travail, des ivrognes, des prostituées et des proxénètes. Par suite des vagues d’arrestations de criminels et d’asociaux, les détenus non-politiques devinrent majoritaires dans les KL au cours des années 1938/1939. Par ailleurs, dans le cadre de l’action Arbeitsscheu Reich 1938, un décret de Himmler du 26 janvier 1938 précisa que les nouveaux internés devaient être aptes au travail. Une lettre de Heydrich datée du 1er juin 1938 expliqua que la mise en oeuvre du Plan de Quatre Ans exigeait la mobilisation de toutes les forces capables de travailler, et ne permettait pas à des personnes asociales de se soustraire au travail et même de saboter le Plan8. Or dans le même temps, à l’initiative d’Oswald Pohl, chef de l’office d’administration de la SS, furent créées les premières entreprises économiques de la SS : la « Société des Terres et Pierres alle­mandes », la DEST, le 29 avril 1938, qui devait fournir les matériaux pour les grands travaux et la rénovation des capitales architecturales du Reich, puis les « Usines allemandes d’Equipement », la DAW, au mois de mai 1939. Ces entre­prises vinrent puiser l’essentiel de leur main-d’oeuvre dans les KL, qu’elles consi­dérèrent dorénavant comme des réservoirs de main-d’oeuvre9.

6L’internement dans un KL acquit désormais une double fonction : la « rééducation », mais aussi le travail. En fait, à l’intérieur de la Reichsleitung-SS, tous n’étaient pas d’accord sur les finalités de la détention dans les KL. Pour Oswald Pohl, le travail devait primer au profit des intérêts de la SS et des tâches qui lui avaient été confiées par le Führer. Il fallait donc accroître au maximum le nombre des détenus. Heydrich au contraire était opposé à un gonflement excessif de la population concentrationnaire, car il était avant tout soucieux de ne pas affaiblir la procédure de la Schutzhaft, qui devait demeurer exceptionnelle pour rester efficace et terrorisante. Les KL devaient donc demeurer des lieux de « rééducation ». La tension permanente entre l’organisme qui assurait l’internement des détenus et les organismes qui assuraient la gestion et la direction des KL allait devenir une donnée structurelle permanente de l’histoire du système concentrationnaire nazi.

*
* *

7Après le début des opérations militaires en Europe, le système concentrationnaire nazi s’étendit progressivement hors des frontières de l’Altreich, à la suite des victoires éclair de la Wehrmacht, à l’est en Pologne, avec en particulier l’ouverture d’Auschwitz au printemps 1940, puis dans les Pays Baltes, à l’ouest dans les Pays-Bas et en Alsace, avec l’ouverture du KL de Natzweiler. Mais le déclenchement du conflit provoqua également une internationalisation rapide de la population concentrationnaire, qui avait en fait commencé à s’esquisser dès l’année 1938. A partir de 1940, les détenus allemands ou de souche germanique devinrent minoritaires dans les KL, par suite de l‘internement d’un nombre sans cesse croissant de Tchèques et surtout de Polonais, puis de prisonniers de guerre soviétiques, à partir du second semestre de l’année 1941.

  • 10 Kogon-Langbein-Rückerl, op.cit. Klee (Ernst), “Euthanasie” im NS-Staat. Die “Ver­nichtung lebensunw (...)
  • 11 La mobilisation des détenus pour le travail.

8Au mois d’octobre 1939, Hitler donna son accord à l’organisation de « l’eu­thanasie des vies indignes d’être vécues ». L’ordre du Führer fut antidaté du 1er septembre 1939. Les assassinats par gaz de pensionnaires des hôpitaux et des asiles d’aliénés purent donc débuter, sous le contrôle des psychiatres de l’organisation T4. Cette action se déroula dans le plus grand secret, à l’intérieur de six instituts d’euthanasie et elle fit, jusqu’en 1941, environ 70.000 victimes. Au printemps 1941, l’action T4 fut étendue aux KL sous le nom de code de traitement spécial « 14 F 13 ». A partir de l’été 1941, les premiers concentrationnaires furent transférés et assassinés par gaz à l’intérieur des instituts d’euthanasie10. Dans le même temps, au cours des années 1940/1941, les services de Pohl organisèrent dans les KL l’Ar­beitseinsatz 11. La SS définit alors un programme de « travaux de paix », à travers l’exploitation de grands domaines agricoles et la production de parpaings et de pierres, destiné en fait à financer l’implantation expansionniste du germanisme et la mise en valeur du Lebensraum, au sujet duquel les nazis demeuraient alors discrets, à la suite de la signature du pacte germano-soviétique.

  • 12 Office central de l’administration économique de la SS.

9Mais l’évolution du conflit, qui se mondialisa à la suite de l’agression allemande contre l’URSS, puis de la déclaration de guerre adressée aux Etats-Unis, fit pencher de plus en plus le Reichsführer SS Himmler en faveur des thèses de Pohl. Au mois de décembre 1941, la défaite de la Wehrmacht devant Moscou signifia en effet l’échec du Blitzkrieg à l’est. Le Reich se trouva dès lors contraint d’envisager une mobilisation en profondeur de ses ressources, dans la perspective d’un conflit de longue durée. Cet impératif devait avoir, à terme, des conséquences sur l’organisa­tion du système concentrationnaire nazi. Dès le printemps 1942, l’Inspection des KL se trouva en effet intégrée au SS-Wirtschaftsverwaltungshauptamt12  : la fonction économique des KL devenait désormais prépondérante. Le 30 avril 1942, en vertu des termes d’une ordonnance de Pohl, les commandants des KL devinrent respon­sables de la gestion des entreprises SS qui se trouvaient à proximité de leur camp. Le point quatre de l’ordonnance précisait explicitement que le commandant du camp était seul responsable du travail de la main-d’oeuvre, ce travail devant être épuisant au sens le plus exact du terme, pour atteindre le rendement maximum.

*
* *

  • 13 Consulter à ce propos Herbert (Ulrich), Fremdarbeiter. Politik und Praxis des “Aus­länder-Einsatz” (...)

10A partir de l’hiver 1942/1943 et de la proclamation de la guerre totale, le Reich entreprit de mobiliser en profondeur l’ensemble de ses ressources. Mais le Gauleiter Sauckel, plénipotentiaire à la main-d’oeuvre, se trouvait confronté à une double exigence contradictoire, qu’il n’arrivait pas véritablement à résoudre : il fallait à la fois des soldats sous les drapeaux, et des bras dans l’industrie d’armement. Il devenait de plus en plus difficile d’empêcher l’incorporation dans la Wehrmacht d’ouvriers spécialisés, dont les compétences étaient par ailleurs indispensables pour le bon fonctionnement des usines d’armement. Dans un contexte de crise aiguë sur le marché du travail allemand, les concentrationnaires constituaient donc l’une des dernières réserves de main-d’oeuvre encore disponible. Les détenus des KL furent donc mobilisés aux côtés d’autres catégories de travailleurs forcés13, comme les tra­vailleurs étrangers ou les prisonniers de guerre, également asservis par le Reich au profit de l’effort de guerre.

11Dès lors, à partir de l’année 1943, la structure des KL se modifia sensiblement : autour de chaque camp central, ou camp souche, se constitua un réseau hiérarchisé de camps annexes, de tailles très variables, établis généralement à proximité d’établissements industriels. Dans le même temps, le nombre de détenus s’accrut aussi considérablement : alors qu’il n’y avait encore que 21.400 détenus dans les six KL ouverts au mois de septembre 1939, on dénombrait 88.000 détenus dans les KL du SS-WVHA au mois de décembre 1942, 224.000 détenus en août 1943 et 524.000 détenus au mois d’août 1944. La croissance des effectifs résulta de la conjonction de plusieurs facteurs : le développement considérable des mouvements de résistance dans toute l’Europe occupée à partir de 1943, à la suite de l’organisation du STO, qui conduisit les services du RSHA à mener une politique de répression accrue ; la déportation de populations civiles, en particulier de ressortissants soviétiques, à l’in­térieur du Reich, qui furent internés en nombre croissant dans les KL à partir de l’année 1944 ; enfin, la déportation systématique des populations juives dans le cadre de la Solution Finale.

12La croissance des effectifs concentrationnaires combla enfin les voeux du SS-WVHA, qui s’efforça d’ailleurs à partir de la fin de l’année 1942 d’obtenir une diminution sensible des taux de mortalité des détenus dans les KL. Mais cette évolution suscita également des conflits entre le RFSS Himmler et le ministre de l’Armement et de la Production de Guerre du Reich, Albert Speer. Himmler tenta en effet à plusieurs reprises de prendre le contrôle des entreprises de l’armement qui mobilisaient des concentrationnaires, en particulier dans les secteurs de la production des armes à feu, des armes balistiques ou encore des avions de chasse. A la fin du mois d’août 1943, Himmler s’efforça ainsi de placer la production des V2 sous le contrôle exclusif des SS, faisant valoir en particulier auprès de Hitler que seule la mobili­sation des détenus des KL permettrait d’éviter les risques d’espionnage lors de la fabrication des armes secrètes. Cette ambition se heurta cependant à l’hostilité non déguisée des services du ministère de l’Armement, qui, bénéficiant de la confiance des milieux industriels favorables à la politique « d’autoresponsabilité de l’indus­trie », s’efforcèrent de contenir la progression de l’influence des SS. La portée des conflits qui opposèrent alors Speer à Himmler ne doit pourtant pas être exagérée. Une véritable coopération s’établit en fait rapidement entre les SS et le ministère de l’Armement, et la main-d’oeuvre concentrationnaire se trouva alors répartie en fonc­tion des besoins des différents services, soit à la construction de gigantesques usines souterraines soit à la production d’armements. De fait, les détenus des KL payèrent, jusqu’au printemps 1945, un très lourd tribut en vies humaines pour le compte de l’effort de guerre du Reich.

*
* *

  • 14 Nous nous appuyons ici sur des éléments rassemblés dans notre thèse de doctorat d’Etat Mauthausen, (...)

13Le sort des détenus à l’intérieur des KL était d’autant plus tragique qu’ils étaient confrontés à un environnement extérieur hostile. Les sentiments de la population civile à l’égard des détenus varièrent en effet généralement entre une indifférence, passive ou craintive, et une franche hostilité. Les relations entre le bourg et le camp de Mauthausen constituent de ce point de vue un cas tout à fait probant14.

14L’annonce de l’ouverture du nouveau KL, faite par le Gauleiter de l’Oberdonau dès la fin du mois de mars 1938, suscita une protestation indignée et impuissante des autorités locales auprès de Himmler. De fait, l’ouverture du camp, au mois d’août 1938, marqua le début d’une période de tensions et de difficultés. D’une part la Kommandantur-SS du camp dut affirmer la supériorité du pouvoir SS sur le pouvoir du procureur d’Etat de la ville de Linz, qui prétendait enquêter sur les affaires criminelles qui se déroulaient à l’intérieur du camp. D’autre part, les relations se dégradèrent rapidement entre les gardiens et la population civile du bourg. Les SS étaient en effet peu soucieux de dissimuler les actes de cruauté aux yeux des civils, et surtout la brutalité du comportement des gardiens se retourna contre les civils. Les SS choquèrent en particulier profondément la sensibilité catholique de la popu­lation autrichienne par leur irrévérence à l’égard des symboles religieux.

15Progressivement cependant, un modus vivendi s’instaura entre le camp et son environnement social. Les nécessités de la vie quotidienne favorisèrent l’établissement de relations personnelles et commerciales : la base du compromis fut en fait largement tributaire des avantages matériels procurés par le camp à la population civile. L’ouverture du camp donna en particulier un nouvel essor à l’exploitation des carrières de granit de Mauthausen. Cette relance permit de créer des emplois de contremaîtres et d’ouvriers qualifiés, qui furent occupés principalement par des travailleurs autochtones. La population civile du bourg et des environs constitua en retour un débouché naturel pour l’écoulement de la production de la DEST. L’analyse de la clientèle de l’entreprise concentrationnaire SS, pour les années 1941-1943, permet en fait de souligner la diversité des relations économiques et la profondeur des ramifications qui pouvaient exister entre le camp et son environnement régional. La DEST réactiva des circuits commerciaux qui dataient du XIXème siècle, en passant des contrats avec le Bürgermeister de la ville de Steyr, avec les autorités communales du Grand-Vienne, ou encore avec le Gauleiter de l’Oberdonau. Mais elle traita également avec des entreprises sidérurgiques et mécaniques de la ville de Linz, avec les offices de construction des autoroutes du Reich de Wels, de Linz, d’Amstteten et de Sankt Pölten, avec la Reichsbahn de Linz, avec la Wehr­macht ainsi qu’avec la direction régionale de la SS de Linz-Ebelsberg. Cette clientèle, dont la base était avant tout locale, s’étendit progressivement à l’ensemble du territoire des Reichsgaue du Danube. Enfin, certains habitants vivant à proximité du camp furent les principaux bénéficiaires des retombées des innombrables trafics qui se développaient entre des détenus, des gardiens et, par l’intermédiaire de ceux-ci, des civils.

16La presse, les SS et les autorités locales présentaient tous les détenus comme de dangereux criminels. Selon les témoignages de rescapés, lorsque les nouveaux arrivants devaient traverser le bourg de Mauthausen, entre la gare et le camp, les maisons aux volets clos demeuraient obstinément fermées. Les réactions plus tranchées étaient peu fréquentes. Il y eut cependant des enfants qui jetèrent des pierres sur les colonnes de détenus et, à l’opposé, des femmes qui exprimèrent des sentiments de compassion au passage des détenus. Mais les exemples d’entraide et de solidarité active des habitants à l’égard des détenus demeurèrent exceptionnels.

17Dans la nuit du 1er au 2 février 1945, plusieurs centaines de détenus soviétiques, promis à une mort certaine à l’intérieur du block 20, tentèrent et réussirent une évasion collective. A l’initiative de la Kommandantur-SS du KL de Mauthausen, relayée par la Volkssturm et par les Jeunesses Hitlériennes, une chasse à l’homme, qualifiée par euphémisme de chasse aux lapins, s’engagea dans toute la région. Les freins qui contenaient jusqu’alors la sauvagerie cédèrent et la violence, restée jusqu’alors l’apanage des gardiens, s’étendit à de larges couches de la population, saisies d’une véritable frénésie de meurtres. Sur plus de quatre cents fugitifs, une douzaine seulement survécurent.

  • 15 Langbein (Hermann), La résistance dans les camps de concentration nationaux-socialistes 1938/1945. (...)

18Les chances de succès des tentatives de fuite dépendaient des possibilités d’entraide à l’extérieur des enceintes concentrationnaires. Or les populations allemandes demeurèrent apathiques et craintives jusqu’à l’automne 1944. Il en allait différemment des populations slaves. Au sein du réseau concentrationnaire de Mauthausen, le camp de Loibl-Paß sud, ouvert au mois de juin 1943 dans le massif des Karawanken, a constitué un contre-exemple fort édifiant : au milieu d’une population slovène, soumise de surcroît à la pression d’un maquis de partisans titistes, la direction SS du camp se trouva dans l’obligation de négocier des compromis avec un environnement hostile et d’épargner les vies de certains détenus. En cas d’évasion, les habitants aidaient volontiers les fugitifs. De même, dans la région d’Auschwitz, la population polonaise ne se laissa pas intimider et prêta volontiers assistance aux fugitifs. Les partisans polonais, qui opéraient dans les Beskides, prirent en charge de nombreux évadés et enrôlèrent d’ailleurs dans leurs rangs un grand nombre d’entre eux15.

*
* *

  • 16 Sur la persécution raciale des Juifs et l’organisation du génocide, consulter, entre autres : L’All (...)
  • 17 Voir en particulier à ce propos Burrin (Philippe) Hitler et les Juifs. Genèse d’un génocide. Editio (...)

19Il ne faut pas confondre la persécution raciale des Juifs par le régime national-socialiste et le développement du système concentrationnaire nazi. Le processus de la Solution Finale à la question juive ne vint en effet se greffer que très tardivement sur le système concentrationnaire nazi16. Ce n’est qu’à la fin de l’été 1941, lorsque l’offensive de la Wehrmacht commença à s’enliser sur le front de l’est, que fut prise par Hitler la décision d’exterminer systématiquement les populations juives17. La conférence de Wannsee, au mois de janvier 1942, permit de fixer les modalités techniques de l’extension du génocide à l’échelle du continent européen. Des assassinats par gaz furent alors organisés dans quatre camps du Warthegau et du Gouvernement Général, qui ne dépendaient pas du SS-WVHA : ces quatre centres de mise à mort étaient ceux de Chelmno, de Belzec, de Sobibor et de Treblinka. Mais deux autres camps dépendant du SS-WVHA, les KL de Maïdanek-Lublin et d’Auschwitz, présentèrent la particularité d’être tout à la fois des Konzentrationslager et des centres de mise à mort.

20Par exception dans l’ensemble des KL nationaux-socialistes, le KL d’Auschwitz fut en fait formé par la juxtaposition de trois camps centraux, puis de nombreux camps annexes : Auschwitz I, le camp souche ouvert au mois de mai 1940 dans une ancienne caserne de l’armée austro-hongroise, qui donna son nom à l’ensemble du complexe, Auschwitz II, ou Birkenau, à trois kilomètres au nord-ouest du site d’Auschwitz I, qui fut principalement un centre de mise à mort mais qui se composa également d’un camp de détention et de quelques ateliers, et Auschwitz III, ou Buna-Monowitz ouvert au profit de l’IG Farben. Les premières opérations de gazage se déroulèrent dans les caves du block 11 du camp souche, aux mois de septembre ou de décembre 1941, une incertitude demeurant à ce propos. Mais ce n’est qu’à la fin du printemps 1942 qu’Himmler décida de faire d’Auschwitz le principal centre de la Solution Finale, lorsque les capacités d’incinération des fours crématoires furent considérablement développées. Après la fermeture des centres de mise à mort du Gouvernement Général, au mois de novembre 1943, Auschwitz-Birkenau demeura effectivement le principal centre de mise à mort, où furent exterminés en particulier les Juifs hongrois au cours du printemps et de l’été 1944. Au mois de novembre 1944, à la suite de la dégradation rapide de la situation militaire du Reich, les opérations de gazage furent définitivement interrompues, sur ordre du Reichsführer SS. Les complexes intégrés chambres à gaz/fours crématoires furent alors démantelés par les SS au cours des mois de décembre 1944 et de janvier 1945. Le 27 janvier 1945, l’Armée Rouge libéra le complexe d’Auschwitz, à l’intérieur duquel ne se trouvaient d’ailleurs plus que quelques milliers de détenus malades.

*
* *

21Dès le mois de juillet 1944 le KL de Maïdanek-Lublin fut évacué dans la préci­pitation devant l’avance de l’Armée Rouge. Puis au cours de l’automne et de l’hiver 1944/ 1945, au fur et à mesure que la situation militaire de l’Allemagne se dégradait, la population des KL menacés par l’avance des armées alliées fut transférée par les gardiens à l’intérieur du Reich. Aussi, lorsque les soldats alliés pénétrèrent dans les premiers KL, ils découvrirent des sites à la fois désertés et partiellement détruits. Au coeur de l’hiver, l’évacuation des KL situés dans les territoires orientaux du Reich se déroula dans des conditions effroyables, des marches aussi épuisantes que meurtrières alternant avec des transferts dans des wagons surpeuplés ou sur des plates-formes exposées aux intempéries.

22Au cours des dernières semaines du conflit, la population concentrationnaire toucha le fond de l’horreur, du fait de la pénurie croissante du ravitaillement, de la précarité du sort des détenus évacués au milieu d’un pays ravagé par la guerre et les bombardements, de l’engorgement de certains camps de détention à la suite de l’afflux des convois d’évacuation, des exigences sans cesse accrues du travail forcé, et du développement des épidémies au sein d’une population malade et affaiblie par les privations. On put alors observer un envol sans précédent de la mortalité, tandis que les services de la Gestapo multiplièrent les assassinats de détenus politiques dans les semaines qui précédèrent l’effondrement définitif du régime national-socialiste.

  • 18 Consulter à ce propos La libération des camps et le retour des déportés. Sous la direction de Marie (...)

23Au mois d’avril 1945, les forces armées américaines et britanniques atteignirent les sites concentrationnaires implantés sur le territoire occidental du Reich : le KL de Buchenwald fut libéré le 11 avril, le camp de transit de Bergen-Belsen le 15 avril, Dachau le 29 avril ; au coeur des Reichsgaue du Danube, le complexe de Mauthausen/ Gusen fut le dernier KL libéré, les 5 et 6 mai 1945, par des détache­ments de la IIIème armée américaine. Lors de l’ouverture des KL, la présence aux côtés des militaires de juristes et surtout de nombreux correspondants de guerre favorisa une large diffusion des témoignages des survivants. L’opinion publique internationale, jusque-là peu informée, et parfois même volontairement tenue dans l’ignorance par les différents gouvernements, découvrit brutalement les effets de l’ignominie et de la barbarie du régime vaincu : l’ampleur et la nature des crimes dépassaient tout ce qu’il était alors possible d’imaginer. Mais très vite aussi, la volonté de témoigner des rescapés devait se heurter à l’incompréhension de tous ceux qui n’avaient pas enduré les mêmes épreuves et surtout les survivants se trouvèrent confrontés au problème incontournable de l’indicible dans la relation de toute expérience concentrationnaire. Beaucoup se replièrent alors rapidement sur eux-mêmes, ou choisirent de ne plus évoquer leurs souvenirs que dans l’intimité chaleureuse et conviviale des cercles d’anciens détenus. Quant à l’opinion publique, bien que choquée par le spectacle des KL libérés et par l’audition, ou la lecture, des premiers récits des rescapés, elle ne prit d’ailleurs pas, dès le printemps 1945, la mesure véritable des crimes commis et elle ne distingua pas, en particulier, dans la masse des crimes dont le régime s’était rendu coupable, la spécificité du génocide commis à l’encontre du judaïsme européen18.

Bibliographie

Billig (Joseph) L’hitlérisme et le système concentrationnaire. PUF. Paris, 1967.

Billig (Joseph) Les camps de concentration dans l’économie de guerre du Reich hitlérien. PUF. Paris, 1973.

Broszat (Martin) “Die Entwicklung der nationalsozialistischen Konzentrations­lager” in : Anatomie des SS-Staates. Band 2. Deutscher Taschenbuchverlag. München, 1982. pp.11-133.

La déportation et le système concentrationnaire nazi. Sous la direction de François Bédarida et de Laurent Gervereau. Musée d’histoire contemporaine. BDIC. Nanterre, 1995.

Friedlander (Henry) “Die Entwicklung des NS-Konzentrationslagersystem”, in : Revue d’Allemagne, Tome 27, n°2, pp.151-164.

Kogon (Eugen) Der SS-Staat. Das System der deutschen Konzentrationslager. Europäische Verlagsanstalt. Frankfurt-am-Main, 1947.

Kogon-Langbein-Rückerl Les chambres à gaz secret d’Etat. Les Editions de Minuit. Paris, 1984.

« Nouvelles Recherches sur l’Univers concentrationnaire et d’extermination nazi » (Sous la direction de Jacques Bariéty) in : Revue d’Allemagne Tome 27, n°2. Avril-juin 1995.

Pingel (Falk) Häftlinge unter SS-Herrschaft. Widerstand, Selbstbehauptung und Vernichtung im Konzentrationslager. Hoffmann und Campe. Hamburg, 1978.

Sofsky (Wolfgang) L’organisation de la Terreur. Calmann-Lévy. Paris, 1995.

Tillion (Germaine) Ravensbrück. Editions du Seuil. Paris, 1988.

Wormser-Migot (Olga) Le système concentrationnaire nazi 1933-1945. PUF. Paris, 1968.

On attendra également avec intérêt la publication des actes du colloque :

« Die nationalsozialistischen Konzentrationslager 1933-1945. Entwicklung und Struktur ». Konferenz in Weimar-Buchenwald, 22.bis 26.November 1995.

Notes

2 M.Broszat, op.cit., p.11.

3 Détenus en internement préventif temporaire.

4 Criminels professionnels.

5 M.Broszat, op.cit., pp.46-55.

6 Office central de la sûreté du Reich.

7 Voir à ce propos Ayaß (Wolfgang), Asoziale im Nationalsozialismus. Klett-Cotta. Stuttgart, 1995.

8 W. Ayaß, op.cit., p.149.

9 Voir à ce propos J. Billig, Les camps de concentration dans l’économie du Reich hitlérien et Georg (Enno), Die wirtschaftlichen Unternehmungen der SS. Deutsche Verlags-Anstalt. Stuttgart, 1963.

10 Kogon-Langbein-Rückerl, op.cit. Klee (Ernst), “Euthanasie” im NS-Staat. Die “Ver­nichtung lebensunwerten Lebens”. Fischer Taschenbuch Verlag. Frankfurt-am-Main, 1985.

11 La mobilisation des détenus pour le travail.

12 Office central de l’administration économique de la SS.

13 Consulter à ce propos Herbert (Ulrich), Fremdarbeiter. Politik und Praxis des “Aus­länder-Einsatz” in der Kreigswirtschaft des Dritten Reiches. Verlag Dietz. Berlin/Bonn, 1986.

14 Nous nous appuyons ici sur des éléments rassemblés dans notre thèse de doctorat d’Etat Mauthausen, camp de concentration national-socialiste en Autriche rattachée (1938-1945), à paraître aux Presses Universitaires de France en 1997, ainsi que sur l’ouvrage de l’historien américain Horwitz (Gordon J.), Mauthausen, ville d’Autriche 1938-1945, Editions du Seuil, Paris, 1992.

15 Langbein (Hermann), La résistance dans les camps de concentration nationaux-socialistes 1938/1945. Fayard. Paris, 1981. pp.316-320.

16 Sur la persécution raciale des Juifs et l’organisation du génocide, consulter, entre autres : L’Allemagne nazie et le génocide juif. Colloque de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Gallimard et les Editions du Seuil. Paris, 1985. La politique nazie d’extermina­tion. IHTP - Albin Michel. Paris, 1989. Hilberg (Raul) La destruction des Juifs d’Europe. Fayard. Paris, 1988. Mayer (Arno) La”Solution Finale”dans l’histoire. Editions La Découverte. Paris, 1990.

17 Voir en particulier à ce propos Burrin (Philippe) Hitler et les Juifs. Genèse d’un génocide. Editions du Seuil. Paris, 1989.

18 Consulter à ce propos La libération des camps et le retour des déportés. Sous la direction de Marie-Anne Matard-Bonucci et Edouard Lynch. Editions Complexe. Bruxelles, 1995.

Auteur

Université Robert Schuman, Strasbourg III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540