Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

« Nix wie hemm! ». La préparation du référendum du 13 janvier 1935 en Sarre (1933-1935)

Jean-Paul Cahn

Texte intégral

  • 1 Cf. e.a. Klaus Schwabe, référence in bibliographie sommaire, pp. 17-18.
  • 2 « Statut für das Saarindustrierevier ».

1Demandée publiquement en 1915 par le « Comité des Forges »1, l’annexion de la Sarre devint une exigence officielle française (« but de guerre ») en février 1917. Ce projet se heurta à l’hostilité de Thomas Woodrow Wilson qui lui opposa, conformément à ses conceptions sur la sécurité collective et aux « quatorze points », l’impératif du droit à l’autodétermination. Il en résulta une solution de compromis, baptisée « Statut pour la région industrielle sarroise »2, lequel fut intégré pour l’essentiel au Traité de Versailles (articles 45 à 50). Des frontières furent dessinées selon un tracé qui englobait les puits de charbon, les usines et les habitations de la main-d’oeuvre. L’entité politique sarroise naquit ainsi de critères économiques. Le Reich renonçait à gouverner ce territoire, au profit de la Société des Nations, sans que les Sarrois perdent leur nationalité allemande. Au terme d’une période de quinze ans, ils devaient décider par référendum de leur avenir. Trois solutions devaient leur être offertes : le statu quo, le rattachement à la France ou le retour à l’Allemagne.

  • 3 « Enteignung deutschen Bodens », cf. Didier Musiedlak, « Hitler et l’espace totalitaire », in XXe S (...)

2Le mandat S.D.N. fut exécuté par une commission de cinq membres (Völker­bundsrat) qui devint commission de gouvernement (Regierungskommission ou Reko). La situation en Sarre était perçue par de nombreux Allemands comme une incarnation des discriminations inhérentes au règlement du Premier Conflit mondial, comme le symbole du démembrement d’une l’Allemagne dépossédée de son sol3.

3La première partie de la présente communication sera consacrée à la période 1920-1933 qui prépara le terrain au vote massif du 13 janvier 1935. La seconde traitera de l’engagement et des méthodes de propagande de la Deutsche Front, étroitement contrôlée par Berlin, en faveur du retour au Reich, et la troisième de l’oppo­sition à celle-ci.

I. Le passif de la période S.D.N. (Völkerbundszeit).

  • 4 A partir de juillet 1920, l’administration des mines versa les salaires en monnaie française. L’inf (...)

4Le statut S.D.N. était une cotte mal taillée, qui ne faisait pas cas du sentiment national allemand des Sarrois. La pratique quotidienne accentua l’hostilité des autochtones à son égard. Dès janvier 1920, la France mit la main sur le charbon, puis sur l’essentiel de l’industrie ; seules les forges et aciéries Röchling, de Völklingen, lui échappèrent. La représentation des intérêts sarrois sur la scène internationale par Paris, l’introduction progressive du franc4 comme moyen de paiement, le nombre de Français exerçant des responsabilités ou la création à Sarrebruck d’une chambre de commerce française etc., étaient ressentis comme signes de la dégermanisation du Territoire. Le succès, en dépit de ses piètres qualités, du Deutschlandlied de Hanns Maria Lux – « Deutsch ist die Saar – Deutsch immerdar » – n’était pas sans rappeler celui du Rheinlied au milieu du XIXe siècle. La population prit l’habitude de braver l’interdiction de pavoiser aux couleurs allemandes, geste dans lequel la protestation rejoignait l’affirmation identitaire. En raison de son caractère affectif, cette démarche demeura hermétique à l’influence des crises qui agitèrent la République de Weimar.

  • 5 Victor Rault exerça ses fonctions jusqu’en 1926; il fut remplacé par George W. Stephens, à qui succ (...)

5Le sentiment national se cristallisa autour du rejet des Français. La Reko, présidée par Victor Rault5, n’ayant pas mis en place – contre les dispositions de Versailles – une représentation populaire, les protestations extraparlementaires se multiplièrent.

  • 6 Hans-Walter Herrmann & Georg Wilhelm Sante, Geschichte, p. 67.

6Au facteur politique s’ajouta l’insatisfaction économique. En dépit d’embellies, l’économie sarroise ne connut pas l’essor des autres régions industrialisées6, au point que le Reich dut renoncer à percevoir des droits de douane à l’importation. Les grèves, expression traditionnelle de tensions sociales, traduisirent dès octobre 1919 un refus politique. Des temps forts – tels que les cent jours de conflit dans les mines, en 1923 – furent pour le Bergarbeiterverband l’occasion d’une protestation contre la France en tant qu’employeur et en tant que puissance d’occupation en Sarre et dans la Ruhr. Le refus du statut S.D.N. se doubla d’un acte de solidarité avec l’Alle­magne.

7La Sarre souffrit particulièrement de la migration de capitaux qui suivit la crise de 1929. La perte de capitaux français fit peser sur son économie une hypothèque d’autant plus lourde qu’en 1934, dans la perspective du référendum, les banques françaises refusèrent la plupart des prêts dont le remboursement devait s’étaler au-delà de 1935 et que, dans le même temps, la plupart des fournisseurs français exigeaient un paiement immédiat. L’effet fut déplorable au moment où le Reich présentait les apparences du redressement.

8A la veille de l’arrivée d’Hitler à la chancellerie, il ne faisait aucun doute que, par insatisfaction économique autant que politique, le référendum que prévoyait le traité de Versailles serait l’occasion d’un vote massif en faveur du retour à la mère-patrie.

II. La cause allemande en Sarre de 1933 à 1935.

  • 7 Frank Roy Willis, France, Germany and the New Europe, Stanf./Calif. 1968, p. 205. La puissance fina (...)
  • 8 Markus Gestier, Zeitschrift, p. 156.
  • 9 Peter Lampert, Saarheimat, p. 13.

9La Machtergreifung sembla devoir remettre en cause cette orientation. Le 23 mars 1933, l’industriel sarrois, ami de Göring7 et leader de la Deutsch-Saarländische Volkspartei, Hermann Röchling, écrivait à Hitler pour attirer son attention sur la menace que sa politique faisait planer sur le mouvement pro-allemand sarrois8. Il conseillait une entente en Allemagne avec le Zentrum. Le Quai d’Orsay estimait pour sa part que ni les communistes, ni les socialistes, ni les catholiques ne pouvaient souhaiter le retour à l’Allemagne nazie9.

10A Sarrebruck, le Zentrum avait accueilli fraîchement l’arrivée au pouvoir du Führer et il s’était montré critique envers les exactions du N.S.D.A.P. – mais cette attitude avait traduit sa solidarité avec Brüning autant qu’une perception claire de la menace qui pesait sur la démocratie. Certes, le 2 juin 1933, le président du Zentrum sarrois s’était plaint à Hitler des agressions dont son parti était victime de la part de nazis, mais pour de nombreux Sarrois, le chancelier allemand restait l’homme qui n’avait cessé de protester contre le traité de Versailles qui les avait séparés de l’Allemagne. Ni l’isolement diplomatique de Berlin à la suite de son départ de la Société des Nations, ni l’échec de la première tentative d’Anschluss et l’assassinat du chancelier Engelbert Dollfus, en juillet 1934, n’eurent d’effet perceptible sur l’opinion. La « période française » (Franzosenzeit) avait renforcé l’adhésion au Reich. Pour Gerhard Paul, le nationalisme et les ressentiments anti-français empêchèrent l’électorat de voir les réalités de l’Allemagne nazie.

1. La Deutsche Front.

11Le sursis de deux ans dont bénéficia la Sarre par rapport au Reich, ne fut qu’apparent. Sous l’influence national-socialiste, la période 1933-1935 fut pré­électorale, marquée par une politisation jusqu’alors inconnue du Territoire.

A) Naissance et composition du Front irrédentiste sarrois.

  • 10 Cf. Gerhard Paul, Politische Vierteljahreshefte, p.21.
  • 11 Klaus-Michael Mallmann date ses débuts de 1919. In Zwischen Saar und Mosel, p. 383.
  • 12 Cf. Michael Schneider, « Zwischen Gegnerschaft und Unterwerfung », in Manfred Scharrer, Kampflose K (...)

12Dès mai 1933, le responsable des Affaires sarroises au ministère prussien de l’Intérieur Heinrich Schneider obtint l’anéantissement de l’édifice syndical10. Né tardivement11, le mouvement ouvrier ne disposait pas en Sarre d’une assise aussi solide que dans d’autres régions d’Allemagne. En outre, les syndicats chrétiens, séduits par l’anticommunisme proclamé et le sentiment national affirmé du national-socialisme, s’étaient déjà engagés dès le mois de mars12 dans la voie de l’alignement de leur politique sur la « révolution nationale ». Ils affirmèrent leur volonté de retour à l’Allemagne quel que soit le régime en place ; en réalité, leur sympathie pour le nazisme était majoritaire.

  • 13 Cf. e.a. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 157.
  • 14 Hans-Walter Herrmann & Georg Wilhelm Sante, op. cit., p. 84.
  • 15 Gerhard Paul rappelle que les qualités d’orateur de Peter Kiefer étaient déjà reconnues dans les an (...)
  • 16 Cf. Joachim Heinz, Zeitschrift, pp. 133 sq.

13Le 14 juillet, les partis « bourgeois » et le N.S.D.A.P. sarrois signèrent un engagement à lutter ensemble pour le rattachement (Rückgliederung) – tout en affirmant préserver leur diversité13. Mais les signataires ne tardèrent pas à perdre des membres au profit du parti national-socialiste. Tel fut le cas du Zentrum qui avait obtenu 43,19 % des suffrages lors des élections aux Landesrat de 1932 (contre 6,74 % au N.S.D.A.P.14). N’ayant plus de pendant en Allemagne, il finit par se dissoudre le 12 octobre. Le parti national-socialiste devint la seule force structurée de l’alliance. La création de la Deutsche Gewerkschaftsfront, organisée selon le Führerprinzip, avec à sa tête l’un des ténors du mouvement, Peter Kiefer15, compléta ce schéma. En dépit des efforts d’une minorité soucieuse de préserver l’indépendance ouvrière, les syndicats chrétiens se rallièrent. Les métallurgistes se montrèrent réticents, notamment en raison de la saisie des biens de leurs homologues en Allemagne. Le tiers d’entre eux, autour d’Otto Pick, quitta le Front syndical. Ce fut la seule résistance digne d’être évoquée16.

  • 17 Le 18 juillet 1934, Josef Bürckel devint Staatsbeauftragter für die Saar; cette mission ne créait p (...)
  • 18 Cf. e.a. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 157.

14Le Front irrédentiste sarrois, la Deutsche Front, naquit de la dissolution volontaire, à son tour, du N.S.D.A.P. sarrois. Cette dissolution avait été voulue par le responsable régional (Gauleiter) du Palatinat, Bürckel17, afin que le Front parût libéré de toute dimension partisane, tandis que ses structures, taillées sur le modèle nazi, et la présence à sa tête de Jakob Pirro, homme de paille de Bürckel, en faisaient en réalité un instrument aux mains du nazisme18.

B) Les méthodes de la Deutsche Front.

  • 19 Gerhard Paul cite trois sources de financement : les fonds versés par des ministères allemands, les (...)

15L’enjeu était de taille pour Berlin : dès lors qu’il était notoire que la Sarre était disposée, fin 1932, à se prononcer à une majorité écrasante pour le rattachement à l’Allemagne, le Reich était conscient de mettre en jeu son prestige national et international. L’action de la Deutsche Front fut guidée depuis le Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda de Goebbels. Dotée de moyens financiers importants, d’origine sarroise et allemande19, elle entreprit une campagne en faveur de l’option allemande, avec les techniques qui avaient été celles de l’affirmation du national-socialisme en Allemagne, dans le but d’effacer l’hétérogénéité sociale au profit d’une masse électorale compacte et, partant, malléable.

a) La mobilisation des masses.

16Aucun des outils classiques de mobilisation de l’opinion ne fut négligé, les médias, radio, journaux, distribution de tracts, etc., mais aussi le cinéma, furent exploités comme ils ne l’avaient jamais été. Le message – textuel ou icono­graphique – était stéréotypé et d’autant plus facile d’accès qu’il faisait appel aux valeurs bourgeoises traditionnelles.

17Le Front poursuivit – dans la ligne du N.S.D.A.P. sarrois – la politisation des manifestations publiques, des rassemblements sportifs aux répétitions des chorales. Religieuses ou profanes, les manifestations coutumières furent récupérées. De nombreuses associations participèrent à cette Kulturpolitik – ce terme s’entendant dans l’acception qui était la sienne dans la notion de Reichskulturkammer créée par Goebbels en 1933. En s’ingérant dans la vie associative et culturelle, le Front irrédentiste cherchait à y être associé, voire à y être identifié. Le recours à des slogans exprimés en dialecte (« Nix wie hemm! » – « Rentrons chez nous ! ») allait dans le même sens.

18On s’abstint d’en appeler à l’intelligence de l’électorat. On s’efforça au contraire, nonobstant la question posée, de réduire l’enjeu à un « oui ou non à l’Allemagne ». On affirma la nature absolue, indivisible du patriotisme, qui gommait toute distinction entre appartenance (Volkstum) et institutions (Staat). Le référendum apparaissait ainsi non comme un vote pour ou contre un régime ou un gouverne­ment, mais pour ou contre la patrie.

  • 20 Hermann Röchling, Wir halten die Saar!, pp. 26 et autres

19Conformément aux méthodes éprouvées en Allemagne, la Deutsche Front appuya sa propagande sur des thèmes qui étaient déjà populaires. Le magnat de l’acier Hermann Röchling publia Wir halten die Saar! en juin 1934, au Volk und Reich Verlag de Berlin, qui illustre bien cette technique de récupération. Livre de pure propagande, l’ouvrage se décomposait en deux parties, un appendice apologétique louant l’action d’Hitler et ses succès depuis 1933, et trois chapitres critiques à l’égard de la période française. Sa démarche reposait sur l’opposition manichéenne entre de braves Sarrois honnêtes et fidèles qui résistaient dans la dignité (en un schéma qui rappelait Till l’Espiègle) et des Français lourds, négligés et fourbes20. Les cas présentés étaient surtout individuels, mais la présentation formelle suggérait une valeur générale ; à travers ce dont tout un chacun aurait pu être la victime s’élaborait la réalité d’une menace extérieure pesant sur tout le peuple allemand. L’effectivité du péril était secondaire ; l’essentiel était qu’il fût perçu, qu’il agît sur l’électorat.

  • 21 Ibid. p. 9.
  • 22 Sic. Ibid.
  • 23 Ibid. p. 145 Outre le nationalisme affirmé, trois éléments trahissaient l’origine de l’engage­ment (...)

20L’arrière-plan historique était daté (l’animosité franco-allemande remontait à Charlemagne21) et présenté comme l’illustration des thèses national-socialistes : avec l’aide des Juifs, la France était accusée d’avoir toujours mis à profit les faiblesses passagères de l’Allemagne pour s’accaparer la Sarre. Exemple le plus récent, le Traité de Versailles avait montré comment l’« impérialisme » du « capitalisme français »22 s’était emparé de la main-d’oeuvre (dimension humaine) et de l’industrie (dimension économique) sarroises. Mise en relation avec le redres­sement du Reich sous Hitler et fondée sur l’équation <Führer = Allemagne nouvelle>, cette analyse montrait que l’heure allemande était venue : fidèles à l’Allemagne lorsqu’elle était faible, les Sarrois ne pouvaient que vouloir l’intégrer lorsqu’elle renaissait de ses cendres23.

  • 24 Dans Nationalsozialistische Aussenpolitik 1933-1938, (Frankfurt/Main 1968), Hans-Adolf Jacobsen la (...)
  • 25 Cit. in Joachim Heinz, Zeitschrift, p. 138.

21Fort de la mémoire et de l’expérience sarroises des années d’après-Guerre, le Front irrédentiste fit ainsi de la France un thème-clé de sa propagande. Plus encore qu’en Allemagne, où son impopularité avait déjà servi à focaliser les haines24, le voisin occidental servit de repoussoir à un vote en faveur du statu quo. En ramassant l’enjeu du référendum dans la formule « Hier Deutschland – dort Frankreich »25, le Front irrédentiste créa une opposition typologique dans laquelle l’élément répulsif était au service d’une valorisation de son contraire.

  • 26 Gerhard Paul cite le chiffre de 30 à 40000 enfants invités pour des séjours de vacances (« Deutsche (...)

22Car tout reposait sur l’émotion, de l’invitation de milliers de Sarrois à des séjours en Allemagne (financés par des fonds du Propagandaministerium, y compris lorsqu’il s’agissait de membres du parti socialiste et du parti communiste)26 à la campagne sur place, comme le montrait l’affiche « Deutsche Mutter – Heim zu Dir! ». Celle-ci n’était pas sans rappeler un slogan de prédilection de Goebbels à propos d’Hitler, en 1934 :

  • 27 Cit. in Ian Kershaw, The Hitler-Myth, p. 73.

« Le peuple tout entier l’aime car il se sent en sécurité dans sa main comme un enfant dans les bras de sa mère »27.

23Le Front germanique s’appuya sur les succès réels ou apparents du national-socialisme dans les domaines politique, social ou diplomatique, sur le discrédit des partis et des élites traditionnels, pour promettre une Allemagne unie et vierge de conflits et pour susciter ou favoriser ce que les psychosociologues appellent une « assimilation narcissique », un élan de ceux qui se sentaient opprimés vers le peuple-frère qui s’était déjà engagé dans la voie du redressement et de l’affirmation.

  • 28 La mise en sommeil de la thématique « Blut und Boden » n’est qu’apparemment surprenante : l’attache (...)

24Mais la Deutsche Front privilégia l’image d’une Allemagne abstraite, désincarnée de ses composantes national-socialistes. Divers chercheurs relèvent un glissement thématique : l’antisémitisme, les slogans sang et sol (Blut und Boden28) etc. s’effacèrent largement derrière un argumentaire plus spécifique. Le mythe du Führer fut moins présent que lors des campagnes électorales allemandes. La croix gammée ne fut qu’un symbole parmi d’autres, moins utilisé que les couleurs noir-blanc-rouge qui symbolisaient la continuité de l’attachement national des Sarrois. Ainsi se trouvaient mobilisées des fibres intimes de l’individu, des réactions intui­tives de devoir moral. Ce procédé s’avérait d’autant plus efficace que l’individu, soumis à une surcharge d’impressions, subissait de fait un traitement de dépolitisation qui le privait de l’immunité que donne le sens critique.

  • 29 Hannah Arendt, Le système totalitaire, p. 80.
  • 30 Gerhard Paul, Politische Vierteljahreshefte, pp. 16 sq.

25Le facteur émotionnel fut renforcé par l’esthétisation de la campagne. Par ses affiches, ses uniformes, ses drapeaux, la Deutsche Front s’assura une omniprésence passive. « La force de la propagande totalitaire, écrit Hannah Arendt, repose sur sa capacité à couper les masses du monde réel »29. Des réunions électorales, dans lesquelles les qualités des orateurs se mesuraient en décibels plus qu’en Q.I, constituèrent l’aspect actif de la propagande. Une théâtralisation systématique s’instaura, forme de liturgie onirique bienfaisante et magique par laquelle l’individu, noyé dans la masse, en arrivait à prendre pour des promesses les illusions qui lui étaient offertes. Une association intime s’élaborait entre le mot « Allemagne » et des impressions de beauté, de fête, etc. Alors que l’argumentaire pragmatique en faveur du statu quo évoquait la vie quotidienne dans les aciéries ou les galeries de la mine, et avec elle les humiliations subies depuis Versailles, dans la foule qui hurlait « Deutsch ist die Saar » avant d’entonner le Horst-Wessel-Lied30, chacun éprouvait le sentiment de puissance qui naît de la communion au sein d’un même groupe (Volksgemeinschaft) et la fierté d’être un maillon d’une telle chaîne.

26Ce thème de la communauté du sang, éprouvé en Allemagne, en appelait à des réflexes d’essence tribale et se manifestait (visuellement) par la foule, la masse, et par les sentiments égalitaires qu’elle suscitait. Le rappel de son appartenance au groupe allemand eut une résonance particulière auprès d’une opinion sarroise qui avait souffert d’être mise à l’écart. Par son imprécision, qui permettait à chacun de lui donner le contenu qui répondait à sa propre attente, cet argument fut d’une grande efficacité. Celle-ci fut accrue par l’image d’une Allemagne nouvelle : au désir d’appartenance (Dazu gehören) se mêlait celui de participer (Dabei sein). La propagande irrédentiste parvint à faire en sorte que le thème de la Volksgemeinschaft fût doublement efficace : pris isolément, il était la traduction conceptuelle de l’appartenance des Sarrois à la communauté allemande, associé au mot Führer, il devenait promesse d’intégration à une société sans classes ni tensions.

  • 31 D. Schoenbaum, Die braune Revolution, « Eine Sozialgeschichte des Dritten Reiches », München 1980, (...)

27Ceci contribue probablement à expliquer le nombre de transfuges de la gauche socialiste ou communiste vers ce Front qui leur proposait une révolution harmonieuse au sein du peuple auquel ils appartenaient, un cocktail de « New Deal et de bon vieux temps »31, au lieu d’une lutte des classes inévitablement conflictuelle et, partant, porteuse d’incertitudes. Le slogan à l’emporte-pièce « Qui adhère à la Deutsche Front adhère au socialisme allemand » s’adressait d’abord – mais non exclusivement – à eux.

  • 32 Jakob Johannes avait été arrêté en octobre 1919 par une patrouille pour détention d’armes. Le lende (...)

28Une telle mise en scène de la campagne ne pouvait se passer des ressorts de la nécrophilie. Les Leo Schlageter et Horst Wessel sarrois étaient issus du milieu ouvrier et s’appelaient Ernst Hemmer et Jakob Johannes. Victimes de ces fléaux sociaux que sont l’alcool et la justice militaire plus que d’un authentique enga­gement politique32, ils furent promus « martyrs du peuple sarrois », héros et symboles du combat pour la germanité.

b) La mobilisation individuelle.

29Les méthodes de la Deutsche Front montrent qu’elle n’aspirait pas à l’adhésion populaire, mais à la seule efficacité immédiate, à un vote massif en faveur du rattachement à l’Allemagne. Les moyens mis en oeuvre participaient de cet objectif : nul n’ignore que la perte de la liberté politique provoque la soumission apathique du plus grand nombre.

  • 33 Cit. in Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », p. 93.

30Goebbels avait déjà mis en évidence l’intérêt qu’il y avait à « tenir la rue »33. Parallèlement fut développée une stratégie de contact direct qui se manifesta en particulier à partir de mars 1934 lorsque, sur ordre de Berlin, la population fut soumise à un pré-suffrage (« Vorabstimmung ») – qui n’était en réalité qu’une campagne d’adhésion au Front irrédentiste. Cette action était fondée sur l’idée qu’un électeur déjà impliqué changerait moins facilement d’opinion dans l’isoloir. Gerhard Paul note que les élites locales s’engagèrent :

  • 34 Politische Vierteljahresschrift, p. 20.

« Des enseignants se rendaient chez les parents de leurs élèves et les incitaient à entrer à la Deutsche Front. Des médecins faisaient de la publicité dans leur salle d’attente. Des patrons et des contremaîtres distribuaient des bulletins d’adhésion sur les chantiers. Les propriétaires mobilisaient les locataires qui dépendaient d’eux [...] »34,

sans oublier la part des cafés, où les solutions à l’emporte-pièce que proposait le national-socialisme trouvaient leur pleine efficacité.

31Outre ces procédés informels, le Front irrédentiste procéda à un quadrillage structuré de la Sarre – Ortsgruppenleiter, Zellenwarte, Blockwarte. Par la connaissance des gens qu’il autorisait , ce network permit des pressions et des menaces, menace de boycottage sur les commerçants ou de perte d’emploi sur les salariés, etc. Joachim Heinz cite le curé de Werden, Wilhelm, qui affirmait refuser l’absolution et la communion aux partisans du statu quo.

  • 35 Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », pp. 154-155.
  • 36 Gerhard Paul, Politische Vierteljahresschrift., pp. 25-26.

32En uniforme ou diffus, un tel encadrement conduisit à une perversion des relations humaines par la transformation de la convivialité en viol de la liberté de pensée. L’ingérence des membres de la Deutsche Front, l’obligation pour chacun d’affirmer encore et toujours son adhésion, effaça les barrières entre vie extérieure et sphère privée. Dès 1933, la Commission de gouvernement notait : « [...] il n’y a plus de vie privée, plus d’opinions privées »35. Voisins, parents ou collègues se transformaient en commissaires politiques, tant et si bien qu’un climat de méfiance se généralisa, isolant l’individu. Dans le doute, celui-ci préférait considérer l’autre comme un agent du Front. Qui refusait de souscrire était mis à l’index non seulement de la communauté politique, mais aussi du groupe humain. Peu de gens sont capables de supporter une telle exclusion. Les « grandes peurs » (restrictions de la liberté, camps de concentration, guerre, etc.) ne furent pas déterminantes dans le vote sarrois de 1935, mais plutôt les peurs individuelles, la menace sur l’emploi ou le logement, l’honorabilité ou l’appartenance au groupe36.

c) Les pressions sur partisans et adversaires.

33Les pressions sur les adversaires n’étaient en soi pas chose nouvelle; l’innovation était dans l’ampleur et dans l’application systématique. Elles s’exercèrent principalement dans trois directions :

  • 37 Cf. e.a. la bataille de chaises et les coups de feu de Blieskastel, le 30 décembre 1934, qui firent (...)

34# Elles eurent pour cible les leaders des mouvements opposés, dont on troublait les réunions par des incidents violents37 destinés dans l’immédiat à empêcher les orateurs d’exprimer leur message, à terme à dissuader les électeurs d’être présents. Cela permettait de faire apparaître les adversaires comme coupés de l’opinion. Le socialiste Max Braun fut la cible de plusieurs attentats. Parallèlement se développa une campagne de dénigrement systématique – surtout envers la gauche – qui se fondait avant tout sur les accusations d’enrichissement personnel (« Bonzen und Arbeiterverräter ») et de dépravation sexuelle.

  • 38 Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », p. 95.

35## Afin d’éviter que leurs révélations sur ce qui se passait en Allemagne ne troublent l’électorat, les journalistes d’opposition firent l’objet de menaces, et tout fut mis en oeuvre pour entraver la distribution de la presse antifasciste. Neikes, maire de Sarrebruck, priva la presse de gauche de toute publicité et des avis municipaux38. Empêcher la diffusion des arguments opposés visait à éviter que le statu quo devînt réalité pour l’électeur. En raison de la pression sociale, l’achat même d’un journal hostile au Front irrédentiste devenait un acte de conviction et de courage.

  • 39 Ibid., p. 185.

36### Les hommes publics n’étaient pas seuls exposés à l’intimidation. Des menaces physiques et morales pesaient aussi sur les opposants et les indécis. Mise en place en septembre 1933, l’organisation caritative Winterhilfswerk, étroitement contrôlée par le N.S.D.A.P., n’était pas seulement destinée au rôle de vitrine de la politique sociale nazie. En l’absence de réglementation sur la distribution des aides, elle fut notamment utilisée comme incitation à l’adhésion au Front irrédentiste39. La menace sur l’honorabilité des individus et des familles fut doublée par une propagande larvée (Flüsterpropaganda) qui reposa largement sur la menace en cas de victoire du Front : la crainte qu’inspire leur propre barbarie est un argument dont les anti-démocrates usent volontiers. Le bruit courut de l’édification d’un camp de concentration près de Neunkirchen, et il ressort d’un rapport de Lord Marley, vice-président de la House of Lords, que la conviction s’était répandue en Sarre que le vote du 13 janvier 1935 ne serait pas secret et que des mesures de rétorsion seraient à craindre après le référendum. La présence de photographes appartenant à la Deutsche Front à l’entrée des réunions électorales ne fit qu’accréditer cette idée.

  • 40 Cit. in Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », p. 200.

37Par opposition à la notion de Volksgemeinschaft, l’accusation de séparatisme fut largement utilisée. Le terme de Separatist avait des connotations viles : contrairement au particularisme, plutôt bien porté en Allemagne où il a souvent été perçu comme un enrichissement pour la communauté, il impliquait une sécession, la rupture d’une minorité d’avec le groupe dont elle s’estimait différente, à fin de partition totale. L’amalgame ne se fit pas avec les mouvements autonomistes du Haut-Adige, en 1919 (Tyrol), mais avec les séparatistes rhénans des années vingt, soutenus par la France et unanimement condamnés en Sarre. Le séparatisme était ressenti comme une trahison. Les injures « Separatistenpack » et « Vaterlands­verräter » allaient d’ailleurs généralement de pair. Dès lors, il était aisé, comme le fit la Saarbrücker Landeszeitung, d’affirmer que ceux qui voteraient pour le statu quo se rendraient coupables de priver leurs enfants de leur droit à une patrie40.

2. Les paroles et les silences de l’Eglise catholique.

38Dans une Sarre catholique conservatrice (75 % de catholiques), jusque dans les milieux ouvriers, où même le syndicalisme était majoritairement aux mains du mouvement chrétien, la position de l’Eglise – et de sa hiérarchie – était une donnée traditionnelle du débat.

39L’administration religieuse ne correspondait pas aux frontières géographiques, le Territoire dépendait des évêchés de Trèves et de Spire, dont les titulaires étaient confrontés à la fois à la question sarroise et au problème des relations Eglise – Reich en Allemagne.

40L’attitude allemande face aux Eglises n’eut pas, en Sarre, l’incidence prévue. Le Front irrédentiste eut à coeur de souligner la double menace que constituaient pour la religion la laïcité française et le communisme soviétique. Il fit ainsi du retour au Reich, en dépit de l’évolution de la situation confessionnelle allemande depuis 1933, un instrument de défense de la foi. Comme il le faisait pour établir l’équation <retour de la Sarre à l’Allemagne = garant de la paix en Europe>, il procéda par affirmations sans cesse répétées, et fondées sur l’adéquation à la volonté divine de la répartition des humains en nations.

41Cet argumentaire fut activement soutenu par l’engagement de la hiérarchie cléricale. A la mi-avril, des représentants du Zentrum sarrois avaient consulté l’évêque de Trèves Bornewasser, dont la position était exempte d’ambiguïté :

  • 41 Cit. in Markus Gestier, Zeitschrift, p. 158.

« Notre fidélité catholique au peuple et à la patrie allemands ne doit pas être conditionnelle [...]. Les liens du sang et de l’appartenance nationale nous sont donnés par Dieu, [...] il doit aussi en être tenu compte dans des périodes difficiles »41.

  • 42 « Que toute personne soit soumise aux pouvoirs établis; car il n’est de pouvoir que de Dieu, et ceu (...)

42Cette position annonçait la lettre pastorale par laquelle les évêques allemands appelèrent à la soumission au pouvoir. Leur position s’appuyait sur l’épître aux Romains (13,1-3) mais aussi, on l’oublie trop souvent, sur l’épître à Tite (3,1), sur la première épître de Pierre (2,13-17), etc.42.

  • 43 Bornewasser s’était adressé à Hitler pour déplorer que les emprisonnements de clercs, les traitemen (...)
  • 44 In Zeitschrift, p. 168.
  • 45 Cf. Klaus-Michael Mallmann et Gerhard Paul, Herrschaft und Alltag, p. 76.
  • 46 Zeitschrift, p. 188.

43Rudolf Bornewasser s’en tint invariablement au primat de la fidélité inconditionnelle à la patrie, avec un zèle qui lui valut, le 6 décembre 1934, l’éloge – au nom du Führer – du ministre de l’Intérieur Frick43. Son intervention eut pour effet d’accentuer l’orientation du débat dans un sens favorable au retour au Reich. Le voyage qu’il effectua en Sarre, en mars 1934, pour y plaider l’adhésion à la Deutsche Front et calmer les ardeurs des catholiques hostiles au national-socialisme, permit une large exploitation médiatique ; en outre, Markus Gestier a montré que le report de la création d’un journal catholique antinazi fut l’un des résultats de l’entreprise44. De même les évêques catholiques de tutelle usèrent-ils largement et de manière sélective des dispositions du 12 novembre 1933 qui soumettaient la participation des prêtres à des manifestations politiques et leur collaboration à des journaux à autorisation hiérarchique préalable45. A la suite de la lettre pastorale de l’évêque de Cologne, qui appelait le 26 décembre 1934 à prier pour que l’issue du référendum du 13 janvier 1935 soit favorable au peuple allemand, le 3 janvier, le doyenné sarrois se prononça dans le même sens, pour « lever les dernières ambiguïtés et difficultés entre l’Etat et l’Eglise »46, confiant à l’électorat une mission de nature religieuse qui n’avait plus de rapport avec l’enjeu du vote.

44Bien qu’en des termes légèrement différents de ceux du Front, l’appel de l’épiscopat à voter pour la mère-patrie jouait du registre filial. Le devoir religieux d’amour de la patrie était assimilé à l’obligation d’honorer père et mère. Accoutu­mée par l’enseignement du catéchisme tel qu’il se pratiquait dans l’Allemagne wilhelminienne à des impératifs tels que le « devoir d’aimer » ou celui d’obéir, la génération des électeurs catholiques sarrois de 1935 n’était pas préparée à soumettre à une analyse critique les déclarations de ses prêtres, encore moins celles de ses évêques. En rappelant la nature religieuse du sentiment patriotique, la hiérarchie créa une confusion du politique et du religieux. La liberté de choix d’une partie au moins de l’électorat s’en trouva entravée.

45Alors que le Vatican s’était toujours montré prompt à condamner toute idéologie contraire, relayé en cela par la hiérarchie catholique, il se taisait. Les plus hautes autorités de l’Eglise contribuèrent ainsi à légitimer le détournement de piété auquel se livrait la Deutsche Front, tandis que l’absence de toute réfutation de la liturgie et du messianisme national-socialiste permit au charbonnier de faire coexister deux fois, en Dieu et en l’Allemagne.

  • 47 Ibid., p. 179. Gestier cite : « Auf jene Ebene also muss die Frage gehoben werden, die da heisst : (...)
  • 48 Ibid., p. 176.
  • 49 Ibid., p. 178.

46Une majorité de clercs se rangea aux côtés de ses évêques, certains prêtres – le curé Wilhelm par exemple – sur un ton qui « ne se distinguait plus, pour partie, de celui des orateurs nationaux-socialistes »47. Nombreux furent les prêtres qui abusèrent de l’autorité que leur conférait le rôle d’intermédiaire entre Dieu et les hommes que le catholicisme attribue à leurs fonctions. Dans un rapport du 30 juin 1934 à l’Auswärtiges Amt, la police secrète (Geheime Staatspolizei) répartissait le clergé sarrois en trois catégories : à côté de ceux qui approuvaient sans réserve le retour au Reich et de ceux qui, autour de Bungarten, pensaient s’appuyer sur la question sarroise pour faire pression sur Berlin en faveur des catholiques allemands, les partisans déclarés du statu quo (autour du curé Brand, de Piesbach) étaient jugés très peu nombreux48. Cette appréciation trouva confirmation dans un document interne à l’Eglise catholique, un aide-mémoire rédigé par le doyen Schlich, à la demande du visiteur pontifical Panico49. Que, dans ces conditions, Bornewasser ait renoncé jusqu’au 12 novembre 1934 à inviter les prêtres qui relevaient de son auto­rité à se tenir à l’écart du débat politique, est significatif. Encore ne le fit-il, comme son collègue de Spire, qu’après un entretien avec Panico.

III. La résistance au retour à l’Allemagne national-socialiste et l’engagement en faveur du statu quo.

47Nous n’aborderons pas les interventions depuis l’étranger – par exemple les appels d’émigrés allemands au vote en faveur du statu quo – pour nous concentrer sur ce qui se passa en Sarre même. Faute d’écho, leur influence fut minime.

1. La résistance de gauche.

48La faible assise des partis de gauche limitait d’emblée leur influence. Cette infériorité s’accrut à l’automne 1933 : nombre de socialistes et de communistes, y compris parmi les élus locaux, se rallièrent au mouvement irrédentiste, certains de manière spectaculaire.

49Le parti communiste s’était interrogé dès janvier 1933 – par la voix de son organe Bolschewist – sur l’opportunité de réexaminer sa position sur l’avenir du Territoire. Mais le 23 mai, l’un de ses députés déclara au nom de son groupe :

  • 50 Sic cit in Joachim Heinz, Zeitschrift, p. 120.

« Le parti communiste sarrois s’est toujours engagé en faveur du rattachement à l’Allemagne, et il le fera encore à l’avenir, au risque d’être enfermé en camp de concentration ou fusillé »50.

50En été, le KP affirma que le peuple sarrois ne voulait être opprimé

  • 51 Cit. ibid.

« ni par le fascisme hitlérien maculé de sang, ni par les gendarmes de l’impérialisme français »51.

  • 52 Certains communistes sarrois espéraient que le retour de la Sarre à l’Allemagne entraînerait une ré (...)

51Il ne levait pas pour autant les ambiguïtés de sa position, préconisant une libération conjointe et « nationale » des prolétariats sarrois, allemand et français, perspective improbable à court terme qui masquait une évidente perplexité52. Il fallut attendre l’été 1934 pour que se dégage une position claire en faveur du statu quo, assortie de la précision qu’elle n’impliquait aucune approbation du statut S.D.N.

52Pour autant, l’hostilité communiste envers les socialistes ne faiblit pas, à qui le parti continua à imputer publiquement, jusqu’en juillet 1934, la responsabilité de l’arrivée d’Hitler au pouvoir.

53En dépit de la violence de ses attaques contre l’Allemagne nazie, la Sozialdemokratische Partei des Saargebiets, attendit lui aussi pour se prononcer pour le statu quo. Dans les premier mois de 1933, sa réserve devait aider Paul Löbe et Otto Wels à sauver l’existence du parti en Allemagne. Cet obstacle disparut avec l’instauration du monopartisme. Les socialistes sarrois prirent alors soin d’assortir leur refus du rattachement à l’Allemagne hitlérienne de déclarations patriotiques, établissant une distinction entre le peuple et le régime allemands.

54Parallèlement, ils s’engagèrent auprès de la S.D.N. en faveur d’un report de cinq à dix ans du référendum. Le 14 octobre 1933 Max Braun tenta de tirer parti de la sortie du Reich de l’organisme international; mais la décision prise à Genève le 4 juin 1934 de fixer le référendum au 13 janvier 1935 annihila ses efforts et incita son parti à opter pour le statu quo.

  • 53 Cf. Gerhard Paul, Politische Vierteljahreshefte, p. 11.

55Le rapprochement entre socialistes et communistes fut facilité par l’indépendance dont disposait désormais le parti social-démocrate par rapport à la direction en exil à Prague53. La première manifestation commune, le 30, précéda de quatre jours la création du Front uni. Un appel « Au peuple sarrois » (An das Saarvolk) justifiait la Einheitsfront par la barbarie nazie (« undeutsche Hitlerbarbarei »), mais précisait que l’unité d’action ne concernait que le référendum.

56La naissance de ce front antifasciste était vraisemblablement un pari sur une évolution des mentalités catholiques : le 17 juin, von Papen avait tenu des propos critiques sur l’évolution du Reich, et surtout, les meurtres du 30 juin avaient fait de nombreuses victimes parmi d’éminents opposants catholiques, y compris en Sarre.

2. L’opposition catholique.

57L’attitude nationaliste de la hiérarchie cléricale explique la difficile naissance d’une opposition catholique. L’attente de la chute du pouvoir national-socialiste fut un autre facteur de retard : « les vagues brunes s’apaiseront comme en son temps [c.à.d. en 1918] les vagues rouges se sont ensablées », écrivait l’organe des syndicats chrétiens de mineurs Saar Bergknappe le 10 mars 1933.

  • 54 Cf. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 155.

58Parmi les chrétiens qui s’opposèrent au statu quo, le journaliste Johannes Hoffmann s’affirma comme une figure de proue. Rédacteur en chef de l’organe catholique Saarbrücker Landeszeitung, il avait pris ses distances vis-à-vis du nazisme dès la Machtergreifung, mais, en mars-avril 1933, il avait jugé une coopération du Zentrum avec le national-socialisme aussi envisageable que sa collaboration politique passée avec le S.P.D.54. Il avait reconsidéré sa position au vu du sort réservé aux Eglises et à la foi en Allemagne, et il s’était montré critique envers le Reich, lequel avait obtenu son licenciement en février 1934.

  • 55 La « Neue Saarpost GmbH » fut créée par deux prêtres sarrois, qui apportèrent chacun, sur leurs pro (...)
  • 56 Cit. ibid.

59Pour soutenir son engagement antinazi, il accepta la direction, en mai, du journal Neue Saarpost55, un quotidien qui se définissait comme indépendant, chrétien et allemand (Unabhängige Tageszeitung für christliche und deutsche Kultur). Le 3 juin, celui-ci expliquait que le rattachement devait être provisoirement refusé, justifiant cet appel par la nécessité de préserver le dernier « lambeau de terre allemande libre »56 de la terreur : « Nous voulons retourner à l’Allemagne lorsque l’Allemagne sera de nouveau libre ». Et de préciser qu’un tel report ne menaçait nullement les sentiments allemands de la Sarre.

60Hoffmann contribua, fin novembre, à la création dans la quasi-clandestinité, d’un mouvement catholique antifasciste, clérical et conservateur, qui s’affirmait supra-confessionnel, le Deutscher Volksbund für christlich-soziale Gemeinschaft an der Saar. Des syndicalistes, Fritz Kuhnen ou Heinrich Imbusch, mais aussi le directeur des Chemins de fer sarrois Nicklaus, en étaient les principaux responsables. Leur devise était « Pour le Christ et pour l’Allemagne » (Für Christus und Deutschland), ou encore « pour un vrai christianisme et une germanité authentique ».

61Le Volksbund cherchait ainsi à démystifier la thèse de l’inconditionnalité du patriotisme, a dissocier le peuple du gouvernement, afin de convaincre que le rejet de l’un pouvait témoigner de l’attachement à l’autre. Simultanément, il tenta de priver de légitimité l’appel des évêques en rappelant encore et toujours le caractère strictement politique de l’enjeu du référendum du 13 janvier 1935.

  • 57 Markus Gestier, Zeitschrift, p. 186.
  • 58 Cf. Klaus Michael Mallmann & Gerhard Paul, Herrschaft und Alltag, p. 71.
  • 59 Markus Gestier, Zeitschrift, p. 169.
  • 60 Ibid.

62Dès qu’il eut connaissance de la naissance du Volksbund, Rudolf Bornewasser accusa sans détour les prêtres présents à la création de ce mouvement d’avoir nui au christianisme allemand57. Une telle opposition était significative : l’action de Hoffmann, aidé notamment par un homme qui était en contact avec la résistance rhénane58, Mathias M. Görgen, participait du souci de défendre l’Eglise face au Reich et d’exiger une application conforme du concordat dont le prélat lui-même s’inquiétait dans le même temps auprès de von Papen59. Mais les catholiques que le pouvoir national-socialiste ne dérangeait pas se gardaient d’en faire état: tandis que son évêque manifestait officiellement mais discrètement sa préoccupation, la Saar­brücker Landeszeitung, mise aux pas (gleichgeschaltet), soulignait publiquement, contre toute évidence, le respect du régime allemand pour les idées et la hiérarchie cléricales60.

  • 61 Cit. ibid., p. 184.
  • 62 Cf. ibid., p. 176.

Les catholiques majoritaires se trompaient de cible, ce n’était pas une simple erreur de tir. Les chrétiens favorables au statu quo furent l’objet d’attaques en coulisse et devant l’opinion. La Saarbrücker Landeszeitung qualifiait ironiquement le Volksbund de « Bund ohne Volk »61. Le 29 juillet 1934, Bornewasser, qui devait assister à un rassemblement de la jeunesse catholique sarroise, informait la Neue Saarpost que la présence d’un seul de ses journalistes entraînerait son départ de la manifestation – à l’occasion de laquelle il prit expressis verbis ses distances avec le journal devant des milliers d’auditeurs62. La Saarpost garda le cap, mais la soumission de l’opinion rendait vains ses efforts.

63Début août, Johannes Hoffmann plaida en vain sa cause devant le pape Pie XI, la seule autorité susceptible de sauver son mouvement. Il n’eut pas davantage de succès, en novembre face au cardinal Pacelli, le futur Pie XII : Rome s’en tint à sa position de neutralité partisane.

3. Les faiblesses de l’opposition sarroise.

  • 63 Cf. opus.

64L’explication de l’écrasante victoire de la Deutsche Front se trouve d’abord dans l’adéquation de son engagement aux attentes des Sarrois. Le désir d’un retour à l’Allemagne, fort dès Versailles, s’était consolidé tout au long des années de statut S.D.N.63. L’engagement de l’Eglise catholique dilua certaines réticences face à l’hitlérisme. Enfin, l’enthousiasme qui se manifesta au lendemain du 13 janvier montra que les réserves de l’électorat sarrois face au national-socialisme avaient été surestimées. Mais l’opposition présentait des faiblesses propres.

a) La division.

65L’antinazisme était l’unique dénominateur commun de l’opposition face à l’homogénéité de la Deutsche Front. La naissance de la Einheitsfront n’avait pas mis fin aux tensions entre socialistes et communistes, mais leur engagement commun s’avéra contre-productif à double titre : d’une part il suscita parmi les catholiques la crainte que, renforcés par une éventuelle victoire au référendum, SP et KP n’en viennent à jouer les premiers rôles en Sarre; d’autre part, dans le climat de passion qu’avait réussi à imposer le Front nationaliste, la défense du statu quo était partiellement aux mains d’internationalistes dont le patriotisme était suspect depuis la période wilhelminienne. Les attaques du mouvement pour le retour à l’Allemagne les contraignirent à clamer un patriotisme qui les mettait en apparente contradiction avec leur consigne de vote.

  • 64 Cf. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 178-179.
  • 65 Cit. ibid. p. 184.

66Aux divisions de la gauche s’ajoutait l’opposition gauche – droite, Einheits­front – Volksbund, qui se manifesta en particulier fin août 1934. Le 26, tandis que la Deutsche Front réunissait des milliers de personnes à la Deutsche Eck de Coblence, le père Hugolinus Dörr prit la parole lors d’un rassemblement de la Einheitsfront à Sulzbach. Dans les jours qui suivirent, la Neue Saarpost rappela vigoureusement à l’ordre celui qui s’était associé à des communistes, définis comme persécuteurs du christianisme64. Et lorsque fut créé le Deutscher Volksbund für christlich-soziale Gemeinschaft, en novembre, son credo affirmait également son hostilité « envers le néo-paganisme et le nationalisme d’une part et le marxisme sous ses diverses formes de l’autre »65. Un tel étalage de divisions tenait de l’acharnement suicidaire.

b) L’insuffisance des propositions pour l’après-13 janvier.

67Aucune des dispositions du traité de Versailles ne répondait aux besoins des opposants au national-socialisme. Ils ne pouvaient s’engager en faveur d’un rattachement à la France; ils ne rejetaient le retour à l’Allemagne que par refus du national-socialisme; il ne restait donc, par déduction, qu’à militer pour la solution insatisfaisante du statu quo. En outre, le flou des dispositions sur un futur statut S.D.N. ne leur permettait pas de promettre, mais fut interprété comme un nouvel aveu de l’incapacité des partis politiques traditionnels à définir une ligne claire – et, partant, rapproché des difficultés qu’avait connues la République de Weimar. Le contraste avec la détermination affichée par la Deutsche Front était frappant.

  • 66 Gerhard Paul, Politische Vierteljahreshefte, p. 12.
  • 67 La politique de Pierre Barthou, ministre français des Affaires étrangères, se caractérisait par le (...)
  • 68 Cit. in Markus Gestier, Zeitschrift, p. 174.

68Les chances de l’« autonomisme de la raison »66 d’être entendu étaient faibles face à la mobilisation de tous les instincts à laquelle les nazis se livraient sans vergogne. Que pouvaient les arguments, les prédictions (Max Braun annonçant la guerre inévitable, etc.) face au rêve collectif de reconnaissance et de puissance ? Cela était d’autant plus vrai que la Deutsche Front pouvait se permettre des promesses floues, mais que l’imprécision des conceptions de ses adversaires pour l’après-référendum était incompatible avec le ton de leur campagne. Cette faiblesse devint rédhibitoire le 4 décembre 1934 lorsque, Pierre Laval ayant refusé de soutenir la demande sarroise67, la déclaration du Conseil de la S.D.N. tut toute possibilité de référendum ultérieur  – dans lequel les partisans du statu quo plaçaient pourtant l’essentiel de leurs espoirs. Dès lors, la décision du 13 janvier apparaissait comme irrévocable. Une partie de l’électorat, disposée à prendre le risque de prolonger le statut S.D.N. dans l’attente d’un retour de l’Allemagne à la démocratie, préféra les aléas d’un règne national-socialiste provisoire. Le curé Bungarten lui-même, qui avait déclaré quelques mois plus tôt « nous souhaitons rentrer dans le Reich, mais dans un Etat propre et non dans une porcherie »68, se retira officiellement le 21 décembre, affirmant qu’il ne pouvait plus appeler à voter pour le statut S.D.N.

c) L’entrave française.

  • 69 Ibid., p. 187.
  • 70 En février 1933, Jean Morize, secrétaire général de la Commission de gouvernement, proposa à Paris (...)

69Depuis 1923, lorsqu’ils avaient compris qu’il ne se trouverait pas de majorité favorable à une intégration à la France, les mouvements francophiles déclarés optèrent, avec la bénédiction de Paris, pour le statu quo. Maria Zenner estime que leur présence aux côtés de la Einheitsfront et du Volksbund constitua pour ces derniers un lourd handicap. La Deutsche Front trouva là matière à amalgame. La révélation par la Landeszeitung, en décembre 1934, d’un financement par la France du mouvement pour la prolongation du statut S.D.N. aggrava la situation : cette information jeta le discrédit sur l’ensemble de la cause Le document présenté à l’appui de cette révélation était un faux69, mais il a été prouvé depuis qu’une telle aide existait bien70, et qu’en particulier la Neue Saarpost et la Volksstimme parurent en partie avec l’aide de subventions françaises.

Appendice.

70Le 13 Janvier 1935, 90,76% des électeurs se prononçaient en faveur du retour à l’Allemagne. Le résultat du référendum donna lieu à des scènes de liesse dans les villes pavoisées de drapeaux à croix gammée. Le mérite de cette issue ne relevait pas d’abord du national-socialisme, qui recueillait avant tout les fruits du sentiment patriotique sarrois, ainsi que d’une situation locale et internationale qui préexistait. Mais le crédit politique lui revint, dont il fit une exploitation médiatique d’autant plus large que ce succès s’inscrivait pleinement dans l’alternance habile de propagande militaire et de protestations pacifiques que cultivaient alors le Propagandaministerium et l’Auswärtiges Amt.

71Dans leur grande majorité, les partisans du statu quo partirent pour l’exil – dans un premier temps en France pour la plupart. Celle-ci leur réserva généralement, comme aux émigrés allemands, un accueil mitigé.

  • 71 Photographie du premier mars 1935, in Roland Stigulinski, Aus dem Leben der Saarländer. Von Spicher (...)

72Le 18 janvier, la Société des Nations fixa au 1er mars l’unification germano-sarroise. Un document photographique représente, côte à côte, faisant le salut hitlérien, les ministres Goebbels et Frick, le Gauleiter Bürckel et les évêques Bornewasser et Sebastian71. Il est vrai que le geste des deux prélats est moins martial que celui de leurs voisins.

73Comme elle en avait manifesté le désir, la Sarre partagea dès lors le sort de l’Allemagne.

Conclusion

74Bien qu’il fût la conséquence d’une situation politique pré-existante autant que l’aboutissement d’une campagne électorale, le résultat du référendum du 13 janvier 1935 sur le devenir de la Sarre à l’issue de la période S.D.N. fit l’objet d’une large exploitation par la propagande national-socialiste. Il fut présenté à la fois comme une étape dans l’effacement de la honte de Versailles et la reconquête de la dignité allemande, comme une adhésion populaire germanique massive à la politique conduite par Berlin et comme un succès personnel pour le Führer. A maints égards, l’argumentaire du ministère de la Propagande, en 1935, anticipait celui qui devait être développé après l’Anschluss.

75Dès qu’elles furent connues, les dispositions du traité de Versailles concernant la Sarre furent perçues comme emblématiques : en elles se manifestait le caractère écrasant pour l’Allemagne du règlement du premier Conflit mondial. La création d’une entité politique en fonction des exigences économiques d’une puissance étran­gère et la mainmise – directe ou indirecte (S.D.N.) – de cette même puissance sur la vie quotidienne de la population, eurent pour effet de renforcer d’emblée le sentiment national dans le Territoire. L’opinion saisit toute occasion, fêtes ou grèves, pour manifester son hostilité à la France et son désir de redevenir allemande. Quelles que fussent les difficultés que connût la République de Weimar, l’issue du référendum prévu par le traité de Versailles et fixé au 13 janvier 1935 ne faisait pas de doute fin 1932 : ni le statu quo, ni le rattachement à la France ne trouveraient grâce aux yeux de l’électorat.

76La Machtergreifung sembla remettre en cause cette certitude. Elle suscita des espoirs au Quai d’Orsay et des craintes dans les milieux nationalistes allemands et sarrois.

77Mais la Deutsche Front, soutenue par Berlin et disposant de moyens financiers importants, fit jouer tous les ressorts de la propagande. Loin de chercher à persuader, elle concentra ses efforts sur la seule approbation du rattachement au Reich. Procédant par simplification extrême , elle réduisit l’enjeu du référendum à un vote pour ou contre la mère-patrie, à l’alternative <maintien de la soumission à la France ou retour à la dignité par la participation à la construction de l’Allemagne nouvelle>. L’adaptation des slogans aux spécificités sarroises mit en évidence une adaptabilité de l’argumentaire national-socialiste que la violence des méthodes employées incite parfois à méconnaître. L’esthétisation de la campagne en renforça le caractère émotionnel, les mouvements de masse et les pressions individuelles privèrent peu à peu l’électorat de tout sens critique. Par de fortes pressions sur la presse d’opposition, le Front irrédentiste parvint à occulter largement la réalité allemande. Le soutien des évêques Sebastian et Bornewasser, et d’une large part du clergé, ne tardèrent pas à dissiper les réticences des catholiques.

78Nonobstant la violence physique et verbale à laquelle ils étaient exposés, bravant la calomnie et la marginalisation, des Sarrois de gauche et de droite, pour qui patriotisme et national-socialisme étaient incompatibles, tentèrent de faire obstacle à un vote en faveur du retour au Reich d’Hitler. En l’absence de soutien de la Société des Nations ou du Vatican, allant à contre-courant du vote allemand qu’ils avaient eux-mêmes préconisé jusqu’à la Machtergreifung, ils appelèrent leurs concitoyens à se prononcer en faveur d’un statu quo qu’eux-mêmes considéraient comme un pis-aller. Mais, privés de moyens d’expression, divisés et incapables – en raison des ambiguïtés-mêmes des textes – de propositions concrètes en cas de victoire, ils ne pouvaient qu’en appeler à la raison. La voix de Cassandre : c’était là une arme bien fragile face aux rêves et aux peurs qu’avait su susciter le Front irrédentiste.

Bibliographie

Arendt, Hannah, Le système totalitaire, Paris 1972, p.

Heinz, Joachim, Arbeiter und Arbeiterbewegung an der Saar 1933-1935, Saarbrücken 1988, Hektogr., 393 S.

Herrmann Hans-Walter, Sante Georg-Wilhelm, Geschichte des Saarlandes, Würzburg 1972, 111 S.

Kershaw Ian, The Hitler-Myth, « Image and Reality in the Third Reich », Oxford 1987, 279 p.

Lempert, Peter, « Das Saarland den Saarländern! » Die frankophilen Bestrebungen im Saargebiet 1918-1935, Köln, 1985, 542 S.

Mallmann Klaus-Michael, Paul Gerhard, Schock Ralph, Klimmt Reinhard (Hrsg.), Richtig daheim waren wir nie. Entdeckungsreisen im Saarrevier 1815-1955, Berlin/Bonn 1988, 279 S.

Mallmann Klaus-Michael, Paul Gerhard, Das zersplitterte Nein. Saarländer gegen Hitler. Widerstand und Verweigerung im Saarland 1935-1945, Bd. 1, Bonn 1989, 346 S.

Paul Gerhard, Schock Ralph, Saargeschichte im Plakat 1918-1957, Saarbrücken 1987, 215 S.

Poidevin Raymond, Bariéty Jacques, Les relations franco-allemandes 1815-1975, Paris 1977, 373 p.

Poidevin Raymond, L’Allemagne et le monde au XXe siècle, Paris 1983, 292 p.

Poidevin Raymond, Schirmann Sylvain, Histoire de l’Allemagne, Paris 1992, 479 p.

Röchling Hermann, Wir halten die Saar!, Berlin 1935, 155 p.

Bies Luitwin, « Zum antifaschistischen Einheitsfrontabkommen von KPD und SPD des Saargebiets », in Beiträge zur Geschichte der Arbeiterbewegung, (Hrsg. Institut f. Marxismus-Leninismus, SED), 26. Jg., 1984, SS. 790-799.

Gestier, Markus, « Christuskreuz oder Hakenkreuz ? Die katholische Opposition gegen Hitler im Saarabstimmungskampf 1935 », in Zeitschrift f. d. Geschichte d. Saargegend, XL, 1992, SS. 154-188.

Glutting Fritz, « Im Blickpunkt der Welt. Szenen aus dem Saargebiet vor der Volksabstimmung 1935 », in Saarheimat 1-2/1985, SS. 15-16.

Heinz Joachim, « Zum Abstimmungskampf an der Saar 1933-1935 », in Zeitschrift f. d. Geschichte der Saargegend, XXXVIII/XXXIX 1990-1991 pp. 118-147

Herrmann Hans-Walter, « Die Röchlings – Aufstieg und Abschied einer Familie », in Saarbrücker Zeitung 1978, (1) « Handel mit Holz und Kohle legte den Grund­stein » (3.Feb. 1978), (2) « Nur die Kriege bremsten den steten Höhenflug der Bank » (4./5.Feb.), (3) « Der Weg zum Stahl » (8.Feb.), (4) « Suche nach Kohle und Erz » (9.Feb.), (5) « Gegen Frankreich – für die Saar » (10. Feb.), (6) « Selbst die KPD schätzte Hermann Röchling » (11./12. Feb.), (7) « Die Rückkehr nach Frankreich » (14. Feb.), (8) « Vor Nazi- und anderen Gerichten » (15. Feb.), (9) « Die Rache der Sieger » (16. Feb.), (10) « Poker zwischen Bonn und Paris um Völklingen » (17.Feb.), (11) « Friede zwischen Frankreich und Röchling » (18./19. Feb.), (12) « Im Schloss der D.-Mark. Anpassung und Modernisierung » (20. Feb.), (13) « Verschmelzung als Anfang vom Ende » (21.Feb.).

ders., « Die Volksabstimmung vom 13. Januar 1935 », in Saarheimat 1-2/1985, SS. 21-24

Lampert Peter, « Das Saarland den Saarländern! Die francophilen Bestrebungen im Saargebiet von 1918 bis 1935 », in Saarheimat 1-2/1985, SS. 11-15

Mallmann, Klaus-Michael, « Syndikalismus in der Provinz. Zur Geschichte der « Freien Arbeiter-Union Deutschlands (FAUD) 1919-1935 », in : Zwischen Saar und Mosel, Festschrift für Hans-Walter Herrmann zum 65. Geburtstag, hrsg. Wolfgang Haubrichs, Wolfgang Laufer, Reinhard Schneider, Saarbrücken 1995, SS. 381- 388.

Musiedalk Didier, « Hitler et l’espace totalitaire », in XXe Siècle, 47/1995, pp. 24-41

Paul Gerhard, « Die Saarabstimmung 1935. Determinanten eines verhinderten Lernprozesses », in Politische Vierteljahreshefte, Zeitschrift der Deutschen Ver­einigung für Politische Wissenschaft, XXVI. Jg., 1985, SS. 5-27

Pomian Krysztof, « Totalitarisme », in XXe Siècle, 47/1995, pp. 4-23

Schock, Ralph, « Schriftsteller im Abstimmungskampf 1935. Zur literarischen Ar­gumentationsstrategie antifaschistischer und völkisch-nationaler Autoren », in Zeitschrift f. d. Geschichte d. Saargegend, 36. Jg, 1988, SS. 156-171

Schwabe Klaus, « Die Saarfrage in Versailles », in Saarheimat 1-2/1985, SS. 17-20

Wittenbrock, Rolf, « Identitätsbildung einer Grenzregion. Das Saarland bis 1935 », in Zeitschrift f. d. Geschichte der Saargegend, XLI 1993, SS. 219-227.

Notes

1 Cf. e.a. Klaus Schwabe, référence in bibliographie sommaire, pp. 17-18.

2 « Statut für das Saarindustrierevier ».

3 « Enteignung deutschen Bodens », cf. Didier Musiedlak, « Hitler et l’espace totalitaire », in XXe Siècle, 4/1995, pp. 24-41. Les références complètes aux ouvrages cités se trouvent dans « éléments de bibliographie », à la fin du présent article.

4 A partir de juillet 1920, l’administration des mines versa les salaires en monnaie française. L’influence du franc fut favorisée par l’inflation allemande, qui entraîna un appauvrisse­ment relatif de ceux qui étaient payés en marks. Sa généralisation se fit en juin 1923.

5 Victor Rault exerça ses fonctions jusqu’en 1926; il fut remplacé par George W. Stephens, à qui succédèrent Ernest Wilton (1927-1932) et Geoffrey G. Knox (1932-1935). Son neveu, Morize, prit sa place en qualité de représentant de la France.

6 Hans-Walter Herrmann & Georg Wilhelm Sante, Geschichte, p. 67.

7 Frank Roy Willis, France, Germany and the New Europe, Stanf./Calif. 1968, p. 205. La puissance financière, le prestige, ainsi qu’un système patriarcal bien accepté par les salariés de Völklingen, firent que la contribution de Röchling au rayonnement des idées national-socialistes en Sarre fut considérable.

8 Markus Gestier, Zeitschrift, p. 156.

9 Peter Lampert, Saarheimat, p. 13.

10 Cf. Gerhard Paul, Politische Vierteljahreshefte, p.21.

11 Klaus-Michael Mallmann date ses débuts de 1919. In Zwischen Saar und Mosel, p. 383.

12 Cf. Michael Schneider, « Zwischen Gegnerschaft und Unterwerfung », in Manfred Scharrer, Kampflose Kapitulation, 1984, pp. 183-215.

13 Cf. e.a. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 157.

14 Hans-Walter Herrmann & Georg Wilhelm Sante, op. cit., p. 84.

15 Gerhard Paul rappelle que les qualités d’orateur de Peter Kiefer étaient déjà reconnues dans les années vingt. Politische Vierteljahreshefte, p. 19.

16 Cf. Joachim Heinz, Zeitschrift, pp. 133 sq.

17 Le 18 juillet 1934, Josef Bürckel devint Staatsbeauftragter für die Saar; cette mission ne créait pas son rôle dans le territoire, elle le consacrait.

18 Cf. e.a. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 157.

19 Gerhard Paul cite trois sources de financement : les fonds versés par des ministères allemands, les cotisations des membres, et le soutien de trusts et de commerçants allemands et sarrois (Politische Vierteljahreshefte, p. 9).

20 Hermann Röchling, Wir halten die Saar!, pp. 26 et autres

21 Ibid. p. 9.

22 Sic. Ibid.

23 Ibid. p. 145 Outre le nationalisme affirmé, trois éléments trahissaient l’origine de l’engage­ment de Röchling : a) que seuls Napoléon Ier et Napoléon III aient été épargnés suggérait que l’hostilité allait à la France en tant que puissance, mais aussi en tant que république; b) les allusions à l’accaparement par la France des usines et des exploitations sarroises de minerai sises en Lorraine ou encore la condamnation « des tribunaux de guerre [...] qui jettent sans discernement en prison des hommes de mérite [...] afin d’effrayer la population » (phrase qui évoquait la condamnation de Hermann et de Robert Röchling – les frères Röchling avaient été condamnés par le tribunal d’Amiens, e.a. pour vol de matériel industriel, dix ans d’emprisonnement, quinze ans d’interdiction de séjour et 110 millions de francs d’amende) venaient rappeler que le nationalisme se nourrit (aussi) de ressentiments personnels; c) par sa double activité – sidérurgie et banque – le groupe Röchling s’inscrivait dans les secteurs de la vie économique qui profitaient largement de la suppres­sion des lois sur le partenariat tarifaire, de l’aspiration allemande à l’autarcie et des pers­pectives militaires; le rappel de l’importance de l’acier pour la guerre ou le plaidoyer en faveur d’un canal de la Sarre au Rhin par le Palatinat dans Wir halten die Saar! témoi­gnaient de calculs économiques.

24 Dans Nationalsozialistische Aussenpolitik 1933-1938, (Frankfurt/Main 1968), Hans-Adolf Jacobsen la qualifie de « Hassgegner » (p.10).

25 Cit. in Joachim Heinz, Zeitschrift, p. 138.

26 Gerhard Paul cite le chiffre de 30 à 40000 enfants invités pour des séjours de vacances (« Deutsche Mutter – heim zu Dir! »), et il y eut des milliers d’adultes.

27 Cit. in Ian Kershaw, The Hitler-Myth, p. 73.

28 La mise en sommeil de la thématique « Blut und Boden » n’est qu’apparemment surprenante : l’attachement effectif des Sarrois à l’Allemagne incitait à privilégier l’approche « communauté de sang », moins exclusive et bien plus parlante pour ceux qui avaient souffert de leur mise à l’écart de la communauté nationale.

29 Hannah Arendt, Le système totalitaire, p. 80.

30 Gerhard Paul, Politische Vierteljahreshefte, pp. 16 sq.

31 D. Schoenbaum, Die braune Revolution, « Eine Sozialgeschichte des Dritten Reiches », München 1980, p. 349.

32 Jakob Johannes avait été arrêté en octobre 1919 par une patrouille pour détention d’armes. Le lendemain, il fut condamné à mort pour tentative de meurtre sur des soldats français et exécuté après confirmation de la sentence. Ernst Hemmer, transfuge du parti communiste à la N.S.D.A.P., avait été blessé mortellement à l’occasion d’une violente querelle dans un café. Ses obsèques furent l’occasion d’un grand spectacle nationaliste orchestré par les nationaux-socialistes qui attribuaient la responsabilité de sa mort à la gauche. Cf. Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », pp. 176-179. Rappel : Schlageter avait été fusillé par les Français lors de l’occupation de la Ruhr, et Wessel, l’auteur de Die Fahne hoch (dont les nazis avaient fait l’hymne national à côté du Deutschlandlied), mort des suites d’une rixe, avait été élevés au rang de symboles du don de soi par amour de la patrie.

33 Cit. in Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », p. 93.

34 Politische Vierteljahresschrift, p. 20.

35 Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », pp. 154-155.

36 Gerhard Paul, Politische Vierteljahresschrift., pp. 25-26.

37 Cf. e.a. la bataille de chaises et les coups de feu de Blieskastel, le 30 décembre 1934, qui firent plusieurs blessés.

38 Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », p. 95.

39 Ibid., p. 185.

40 Cit. in Gerhard Paul, « Deutsche Mutter – heim zu Dir! », p. 200.

41 Cit. in Markus Gestier, Zeitschrift, p. 158.

42 « Que toute personne soit soumise aux pouvoirs établis; car il n’est de pouvoir que de Dieu, et ceux qui existent sont institués par Dieu. Ainsi celui qui s’oppose au pouvoir résiste à l’ordre voulu par Dieu, et ceux qui résistent s’attireront la condamnation. Les magistrats en effet ne sont pas à craindre quand on fait le bien, mais quand on fait le mal ».(Romains 13, 1-3) ; « Rappelle leur qu’ils doivent être soumis aux autorités et pouvoirs, obéir, être prêts à toute oeuvre bonne » (Tite 3, 1) ; « Soumettez-vous à toute institution humaine à cause du Seigneur : soit au roi, comme souverain, soit aux gouverneurs, comme envoyés par lui pour châtier les malfaiteurs et louer les gens de bien » (1 Pierre, 2, 13-15) ; voir aussi « par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice, par moi les gouvernants gouvernent » (Proverbes, 8, 15-16) ; « C’est moi qui ai fait la terre, l’homme et les bêtes qui sont à la surface de la terre, par ma grande vigueur et mon bras étendu, je la donne à qui bon me semble » (Jérémie, 27, 5) ; « J’exhorte donc avant tout à faire des demandes, prières, actions de grâce, pour tous les hommes, pour les rois et ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener une vie calme et paisible, en toute piété et dignité » (1 Timothée, 2, 1-2) ainsi que « le tribut à César » (Mathieu, 22, 16-21, Marc, 12, 13-17, Luc, 20, 20-26) ; traduction Emile Osty et Joseph Trinquet, Seuil, 1973.

43 Bornewasser s’était adressé à Hitler pour déplorer que les emprisonnements de clercs, les traitements réservés à la jeunesse catholique ou la diffusion des idées de Rosenberg missent en péril l’issue allemande du référendum. Frick ne dit mot de ces questions dans sa répon­se, mais l’éloge, à l’évidence, ne relevait pas de la seule habileté rhétorique. Cf. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 180.

44 In Zeitschrift, p. 168.

45 Cf. Klaus-Michael Mallmann et Gerhard Paul, Herrschaft und Alltag, p. 76.

46 Zeitschrift, p. 188.

47 Ibid., p. 179. Gestier cite : « Auf jene Ebene also muss die Frage gehoben werden, die da heisst : Abstammung, Geburt, Blut, Volksbewusstsein, Nationalgefühl und Nationalbewusstsein; ganz herausgehoben muss die Frage werden aus den Niederungen des Sumpfes, muss ganz hochgestellt werden auf jene Ebene, die da heisst : Volk, Vaterland, Nation!... Die Frage lautet demnach schlicht und einfach : Sind wir deutsch oder sind wir nicht deutsch ? ... Hier, wo es sich um die vom Schöpfer gewollte Volksordnung handelt, hier klingen beide Stimmen wundervoll zusammen : die Stimme des Blutes und die Stimme des Gewissens und die christliche Moral. Es heisst : halte zu deinem Volke, denn es ist deines Blutes, und es heisst : halte zu deinem Volke, denn es sind deine Nächsten ! (Jedem müsse klar sein,) dass die völkische Idee Adolf Hitlers turmhoch steht über der liberalistischen, materialistischen Demokratie... », in Zeitschrift, p. 179. Wilhelm niait purement et simplement les persécutions en Allemagne : « Hitler würde niemals eine Religion antasten. Anders käme es aber, wenn der Status-Quo im Saargebiet eintreffen würde, dann stände der Untergang der katholischen Kirche fest ». Ibid.

48 Ibid., p. 176.

49 Ibid., p. 178.

50 Sic cit in Joachim Heinz, Zeitschrift, p. 120.

51 Cit. ibid.

52 Certains communistes sarrois espéraient que le retour de la Sarre à l’Allemagne entraînerait une révolution prolérarienne.

53 Cf. Gerhard Paul, Politische Vierteljahreshefte, p. 11.

54 Cf. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 155.

55 La « Neue Saarpost GmbH » fut créée par deux prêtres sarrois, qui apportèrent chacun, sur leurs propres fonds, la moitié du capital de 100000 francs nécessaire à sa création. Cf. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 170.

56 Cit. ibid.

57 Markus Gestier, Zeitschrift, p. 186.

58 Cf. Klaus Michael Mallmann & Gerhard Paul, Herrschaft und Alltag, p. 71.

59 Markus Gestier, Zeitschrift, p. 169.

60 Ibid.

61 Cit. ibid., p. 184.

62 Cf. ibid., p. 176.

63 Cf. opus.

64 Cf. Markus Gestier, Zeitschrift, p. 178-179.

65 Cit. ibid. p. 184.

66 Gerhard Paul, Politische Vierteljahreshefte, p. 12.

67 La politique de Pierre Barthou, ministre français des Affaires étrangères, se caractérisait par le refus du désarmement français face à l’Allemagne nazie, la volonté de soustraire la France à la tutelle britannique et la recherche d’alliances en Europe centrale et occidentale; Pierre Laval, son successeur, espérait un règlement franco-allemand du problème sarrois. Il décida d’importantes restrictions de l’aide française aux défenseurs du statu quo. Pour Lampert (Saarheimat, p. 14), les négociations franco-allemandes de début décembre 1934 sur le retour de la Sarre à l’Allemagne et la faiblesse de l’engagement de Paris à Genève, en faveur d’une prolongation du statu quo, montrèrent que la France n’avait plus aucun doute quant à l’issue du référendum.

68 Cit. in Markus Gestier, Zeitschrift, p. 174.

69 Ibid., p. 187.

70 En février 1933, Jean Morize, secrétaire général de la Commission de gouvernement, proposa à Paris de soutenir le statu quo. Le 27 avril, la Direction des Affaires politiques informait confidentiellement les organes concernés que « [...] Monsieur Paul-Boncour [Joseph Paul-Boncour était alors ministre des Affaires étrangères...] a décidé de mettre à la disposition de M. Morize les sommes nécessaires pour qu’il réalise dès maintenant le programme exposé dans ses différentes communications. [...] Le ministre a [...] indiqué qu’il désirait que, dès maintenant, on fasse savoir au membre français de la Commission de Gouvernement qu’il devrait désormais orienter son action dans le sens suivant : Faire voter tous les éléments sur lesquels nous serons en mesure d’agir pour le maintien du statu quo et non pour le retour à la France » (Cit. in Peter Lempert, Das Saarland den Saarländern! Die frankophilen Bestrebungen [...], p. 95). Une telle action nécessitait l’appui des Mines Domaniales. Le 6 mai 1933, Paul-Boncour écrivait : « En faisant prévaloir désormais dans leur gestion le point de vue politique sur le côté financier, en se montrant libérales et bienveillantes à l’égard de leurs employés, en usant de l’autorité morale de leurs ingé­nieurs, les Mines peuvent entretenir dans l’opinion sarroise l’assurance que la France ne se désintéresse nullement du sort du Territoire et souhaite, au contraire, le maintien d’un régime dont elle a demandé elle-même l’institution et qui s’est révélé, à l’expérience, favorable aux intérêts de la Sarre et de la France » (ibid., p. 96). Morize fondait des espoirs sur les catholiques réfractaires au national-socialisme (dont il surestima le nombre), et sur Johannes Hoffmann. Mais le Quai espérait aussi en le parti social-démocrate : « Le parti social-démocrate a été l’objet de soins constants. Sans notre concours, son vieil organe quotidien la <Volksstimme> , privée de toute publicité, aurait disparu. Or il a accru le nombre de ses abonnés. Il a été doublé par la <Deutsche Freiheit> qui, sans notre aide, n’aurait pas été fondée. Le nombre de ses lecteurs en Sarre est inférieur à celui de la <Volksstimme>, mais son réel succès à l’étranger exerce une excellente action de propagande notamment en Suisse et dans les milieux socialistes internationaux et accroît le prestige du parti social-démocrate et de son chef Max Braun. On a aidé ce dernier à conserver les organismes du parti, des sociétés sportives, musicales, etc. qui en dépendent, et à organiser certaines manifestations. Le parti social-démocrate aurait, faute de moyens, disparu sans l’assistance très secrète qui lui a été apportée [...] Il tire sa force principale des syndicats socialistes [...] Il est entretenu avec ces syndicats des relations continues et certains de leurs chefs ont été discrètement aidés » (cit. ibid. p. 101).

71 Photographie du premier mars 1935, in Roland Stigulinski, Aus dem Leben der Saarländer. Von Spicheren bis zur kleinen Wiedervereinigung, p. 78.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540