Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

La « prise du pouvoir » par les nationaux-socialistes dans une petite ville de province

« Mise au pas », persécutions et résistance à Heide, Schleswig-Holstein

Ulrich Pfeil
Traduction de Alain Lattard

Texte intégral

  • 1 Sur le concept problématique de « Machtergreifung » cf. N. Frei, « ’Machtergreifung’. Anmerkungen z (...)

1« Adolf Hitler est chancelier du Reich ! Un sentiment de soulagement et de libération, une immense clameur parcourent l’Allemagne nationale toute entière [...]. Jamais encore la venue d’un chancelier n’avait été si ardemment attendue » écrivait la Schleswig-Holsteinische Tageszeitung, journal de l’organisation régionale (Gau) du NSDAP, le 1er février 1933. Bien que rédigé à des fins de propagande et malgré son emphase, ce texte rend compte d’une réalité : la « prise du pouvoir » par Hitler a suscité plus d’enthousiasme que l’entrée en fonction de tous les chanceliers qui l’ont précédé sous la République de Weimar1. La constatation vaut tout particulièrement pour la petite ville de Heide, située sur la côte ouest du Schleswig-Holstein. Ainsi, dans le Heider Anzeiger, journal local de tendance « nationale » modérée, on pouvait lire à la date du 31 janvier :

  • 2 Heider Anzeiger (HA) 26-31/1/1933.

« Puissent les espoirs et les attentes qu’une grande partie de notre peuple met dans l’action du nouveau cabinet se réaliser »2.

Chez les sociaux-démocrates, nous trouvons un tout autre ton, qu’illustre une citation tirée de l’organe du parti, la Schleswig-Holsteinische Volkszeitung le 31 janvier:

  • 3 SHVZ 26/31.1.1933.

« Les ennemis de la classe ouvrière [...] se sont coalisés pour combattre ensemble la classe ouvrière »3.

  • 4 Cf. HA 25/30.1.1933.

2La menace évoquée ici était très concrète. Tout citoyen de Heide put s’en rendre compte lorsque le dirigeant local du parti national-socialiste, le Sturmbannführer Wilhelm Roggenkamp prévint les « adversaires les plus acharnés du national-socialisme » qu’il leur faudrait « craindre pour leur existence »4.

  • 5 Cf. B. von Borries, Geschichtslernen und Geschichtsbewußtsein. Empirische Erkundungen zu Erwerb und (...)
  • 6 Sur les débuts de la dictature nazie, cf. les deux nouvelles études de B.J. Wendt, Deutsch­land 193 (...)

3Ces quelques extraits de presse manifestent bien d’une part que, loin d’avoir été imposé d’en haut, comme on le dit souvent par euphémisme5, le pouvoir national-socialiste est issu de la société allemande6 : la mentalité et les thèmes nationaux-socialistes étaient enracinés dans une grande partie de la société bien avant 1933, ce qui permit au régime de conquérir et de garder plus facilement le pouvoir. D’autre part, ils indiquent avec quel empressement les nazis se mirent à persécuter leurs adversaires dès leur arrivée au pouvoir. L’exemple régional choisi ici permet de montrer comment le processus de « prise du pouvoir » s’est effectué dans le milieu protestant et rural de la petite ville de Heide. En analysant l’essor du NSDAP entre 1926 et 1933, nous montrerons comment ce sont avant tout les classes moyennes qui se sont mises au service du NSDAP et l’ont aidé à venir au pouvoir. Grâce à la petite taille de la ville, il est en outre possible d’observer les différentes réactions de la population pendant les premières semaines de la « mise au pas ». Cette phase sera plus précisément analysée en fonction des persécutions contre les communistes et de l’activité de résistance de ceux-ci.

1. L’essor du NSDAP à Heide de 1926 à 1933

  • 7 Cf. U. Pfeil, Vom Kaiserreich ins “Dritte Reich”. Die Kreisstadt Heide/Holstein 1890-1933, Hambourg (...)
  • 8 Cf. R. Heberle, Landbevölkerung und Nationalsozialismus. Eine soziologische Unter­suchung der polit (...)
  • 9 Cf. H. Mommsen, Die verspielte Freiheit. Der Weg zur Republik von Weimar in den Untergang 1918 bis (...)

4La section locale du NSDAP à Heide fut fondée le 30 janvier 1926 et ne comptait initialement que quatre membres. Mais lors des élections au Reichstag de juillet 1932, 3527 électeurs de Heide votèrent pour le NSDAP, ce qui représente 50,8 % des voix7. Ainsi, en moins de six ans, le parti nazi réussit à passer du statut de groupuscule d’extrême-droite à celui d’acteur politique dominant d’une ville, qui comptait en 1933 environ 11 000 habitants. L’ascension impressionnante du NSDAP sur la côte ouest du Schleswig-Holstein a très tôt suscité des analyses historiques détaillées8. Aujourd’hui, l’historiographie de la République de Weimar considère la région comme point de départ de l’essor du national-socialisme en Allemagne9.

  • 10 F. Fischer, « Zum Problem der Kontinuität in der deutschen Geschichte von Bismarck zu Hitler » in :(...)

5Les raisons avancées pour expliquer le phénomène sont complexes. Comme le montre l’analyse du paysage politique à Heide, il ne faut pas seulement chercher des explications à l’adhésion massive au NSDAP dans les dernières années de la République de Weimar. L’évolution doit être inscrite dans un processus à beaucoup plus long terme10. Dans le Dithmarschen, on observe dès l’Empire un particularisme politique très marqué. Le régionalisme et les sentiments anti-prussiens se traduisaient alors dans les élections au Reichstag par un vote supérieur à la moyenne au bénéfice des nationaux-libéraux et des libéraux de gauche. Lorsqu’à la fin des années vingt, le NSDAP se définit lui aussi en opposition au « système de Weimar », se référant avec insistance dans ses réunions politiques locales aux particularités et aux traditions de la région tout en les combinant avec le slogan du « sang et du sol » (Blut und Boden), il rencontra un écho considérable à Heide.

  • 11 Cf. P. Longerich, « Nationalsozialistische Propaganda » in Bracher/Funke/Jacobsen (s.d.), Nationals (...)
  • 12 Cf. Statistik des Deutschen Reiches, Vol. 455/H.13, p. 44 sq.

6La structure économique et sociale de la ville était également favorable au NSDAP. Compte tenu du pourcentage exceptionnellement élevé de petits entrepreneurs protestants et de la quasi-absence d’ouvriers de la grande industrie, il trouvait un milieu idéalement réceptif à sa propagande tournée vers les classes moyennes et la petite bourgeoisie11. C’est précisément dans ces catégories que les nazis obtinrent leurs meilleurs résultats, tout en ralliant aussi des ouvriers qui n’étaient pas influencés par le mouvement socialiste. La plupart du temps, il s’agissait ici d’ouvriers employés dans l’agriculture et dans de petites entreprises artisanales12.

  • 13 Cf. M. Le Bars, Le mouvement paysan dans le Schleswig-Holstein 1928-1932, Berne/Francfort/M./New Yo (...)

7Mais c’est surtout la conjoncture économique qui joua le rôle de catalyseur dans le processus de radicalisation politique. Par suite de sa structure économique spécifique, Heide et le Dithmarschen furent particulièrement touchés à partir de 1926 par la crise agricole. Politiquement, la situation profita tout d’abord au mouvement paysan Landvolkbewegung13 et à divers autres groupuscules et partis représentants d’intérêts catégoriels. Mais l’exacerbation de la crise accéléra la radicalisation et fit le lit du NSDAP. Comme le montrent les résultats des élections au Reichstag de 1928, la République de Weimar était alors déjà discréditée aux yeux d’une grande partie des classes moyennes. Dans les années suivantes, leur soutien au régime ne cessa de s’amenuiser. Entre 1928 et 1933, la quasi-permanence des campagnes électorales permit aux nationaux-socialistes de faire donner à plein leur appareil de propagande. Leur attitude agressive, leurs revendications radicales et leurs slogans anti-démocratiques rencontraient des prédispositions dans les milieux bourgeois, ce qui leur permit de remporter dès les élections au Reichstag de 1928 un succès remarqué à Heide (12,6 %), alors que le résultat au niveau national était encore insignifiant (2,6 %).

  • 14 Cf. R. Rietzler, « Kampf in der Nordmark ». Das Aufkommen des Nationalsozialismus in Schleswig-Hols (...)

8Il faut dire que la crise économique mondiale avait à Heide des conséquences encore plus catastrophiques qu’ailleurs. L’agriculture, l’artisanat et le commerce la subissaient déjà de plein fouet lorsqu’à la fin des années vingt elle commença à se faire sentir dans l’Allemagne toute entière. Le NSDAP avait vu très tôt tout le parti qu’il pouvait en tirer et concentrait alors son activité de propagande sur les régions touchées par la crise. Cela lui permit de se constituer un premier contingent d’adhérents fidèles ainsi que de mettre sur pied une organisation, sur laquelle il put ensuite s’appuyer pour s’implanter dans d’autres villes ou régions et recruter dans d’autres couches de la population14. C’est ainsi qu’il put gagner à sa cause une grande partie de la bourgeoisie. L’adhésion publique au national-socialisme de notables de ces mi­lieux bourgeois et de dirigeants des organisations professionnelles témoigne du suc­cès de la stratégie menée. A Heide, c’est en prenant « de l’intérieur » le contrôle des organisations représentatives des classes moyennes que le NSDAP put dès 1931-1932 donner le ton dans les organes communaux.

Tableau 1 : Les élections au Reichstag de 1919 à 1933 à Heide.

1919

1921

1924/I

1924/II

1928

1930

1932I

1932II

1933

NSDAP

-

-

7.1

2.9

12.6

33.3

50.8

46.4

50.9

DNVP

3.5

17.9

39.4

35.8

20.0

6.3

10.2

15.0

17.2

DVP

7.5

12.6

6.9

10.3

6.9

5.6

1.4

1.9

1.4

DDP

41.8

27.3

12.5

19.6

7.3

4.0

1.1

1.1

0.7

SPD

46.8

24.2

16.8

24.3

25.3

28.3

24.7

22.6

17.7

KPD

-

15.5

9.7

5.3

8.3

10.1

9.2

12.2

10.1

Autres

3.5

2.5

7.6

1.8

19.6

12.4

2.6

0.8

2.0

Partici.

?

78.9

72.6

77.4

74.3

79.3

90.0

83.1

89.5

Résultats en pourcentage des exprimés

  • 15 Cf. J.W. Falter, Hitlers Wähler, Munich (Beck) 1991, p. 364 sq.
  • 16 Cf. K.D. Bracher, Die Auflösung der Weimarer Republik. Eine Studie zum Problem des Machtverfalls in (...)

9Dans l’ascension du NSDAP, l’élection au Reichstag de juillet 1932 représente le sommet de la mobilisation sous le régime démocratique. On discerne cependant à ce moment les premiers signes d’une érosion de son influence au sein de la bourgeoisie, dont profite surtout le DNVP. Les élections de 1932 illustrent bien ce phénomène, y compris pour Heide, où le parti national-socialiste ne remporte que 46,4 % des suffrages. Compte tenu de sa structure sociale hétérogène, ce qui était devenu un « parti protestataire interclasse »15 n’avait plus pour dénominateur commun que les vagues slogans de la Volksgemeinschaft et de la restauration nationale. Pour beaucoup, l’espoir d’une conquête rapide du pouvoir semblait remis à un ave­nir lointain. Le 30 janvier 1933 sauva donc le parti de la décomposition. Dans ces circonstances, et si l’on considère les conséquences de la venue au pouvoir des nazis, la décision de Hindenburg et de sa « camarilla » de confier à Hitler la forma­tion d’un gouvernement apparaît doublement tragique16.

2. L’installation au pouvoir

2.1. La “prise du pouvoir”

  • 17 Cf. K.D. Bracher et al., Die nationalsozialistische Machtergreifung. Studien zur Errich­tung des to (...)

10Avec la prise de fonction d’Adolf Hitler le 30 janvier 1933, le NSDAP avait at­teint son premier objectif, faire nommer le Führer du mouvement chancelier du Reich17. Certes, la fonction de chancelier n’a pas été confiée à Hitler sur la base d’une majorité parlementaire, puisque jusqu’en 1933 le NSDAP n’a jamais pu réunir derrière lui la majorité des électeurs. Cependant, cela ne suffit pas non plus pour affirmer que seul un petit groupe de conservateurs et de forces anti-démocratiques serait responsable de la « prise du pouvoir ». Le pouvoir n’a pu échoir à Hitler que parce qu’il avait les masses derrière lui. Dans la phase finale de la République de Weimar, le NSDAP avait réussi à mobiliser plus d’électeurs qu’aucun parti avant lui, avec pour objectif d’établir une dictature appuyée sur les masses.

  • 18 Cf. HA 27/1.2.1933.

11Dans tout le Reich, l’annonce de la nomination de Hitler à la chancellerie pro­voqua des défilés aux flambeaux et des manifestations de sympathie. A Heide, le soir du 31 janvier, les SA, SS, les jeunesses hitlériennes, les membres du parti ainsi qu’une partie de la Scharnhorstjugend, du Jungstahlhelm et du Stahlhelm se rassem­blèrent devant le siège du NSDAP18 avant de partir ensuite en cortège pour traverser la ville et faire le tour de la place du marché.

12Le SA-Sturmbannführer Roggenkamp prit alors la parole pour exprimer sa satis­faction et proclamer que

« voici enfin venu le jour, à l’avènement duquel le mouvement de libération national-socialiste et toute l’Allemagne nationale ont travaillé ».

13Dans la suite de son discours, il utilisa des métaphores militaires, qui six ans plus tard devaient tristement correspondre à la réalité :

« La première tranchée a été enlevée. Il s’agit maintenant de consolider et d’étendre la position qu’Hitler vient de conquérir ».

  • 19 H.Beeck, Meine politischen Erinnerungen 1909-1939, manuscrit (Forschungsstelle für die Geschichte d (...)

14Très rapidement, le NSDAP tira parti des pouvoirs dont il disposait pour créer les conditions d’un régime dictatorial. Le 4 février fut promulguée l’ordonnance « pour la protection du peuple allemand », par laquelle le gouvernement restreignait la liberté de presse et de réunion. Après l’incendie du Reichstag, le 27 février, une étape supplémentaire fut franchie sur la voie de la dictature absolue. L’ordonnance prise à la suite de cet incendie suspendit les principaux droits fondamentaux de la constitution de Weimar et fonda l’état d’exception permanent qui, juridiquement, caractérise le régime nazi. Le national-socialiste dithmarschois Hans Beeck le cons­tatait le 14 février 1933 : « Le national-socialisme imprime déjà sa marque à la po­pulation et montre comment agir »19. C’est dans ce contexte que débuta la campagne électorale pour les élections législatives (au Reichstag) et communales des 5 et 12 mars 1933.

2.2 Les élections législatives et communales de mars 1933

15Après avoir pris le pouvoir au niveau du Reich et imposé les premières mesures conduisant à la dictature, il importait au NSDAP de conquérir la majorité absolue au Reichstag comme dans les assemblées locales. Dans le Dithmarschen comme à Heide, la liste conservatrice disposait encore, depuis les élections de 1929, de la majorité au conseil d’arrondissement et au conseil municipal. L’objectif électoral était clairement affiché par l’Ortsgruppenführer Heinrich Witt :

  • 20 HA 41/17.2.1933.

16« Nous vivons une nouvelle époque depuis qu’Adolf Hitler est devenu chan­celier du Reich. Il faut maintenant s’efforcer d’exercer le pouvoir aux diffé­rents niveaux territoriaux. Le gouvernement a maintenant besoin d’adminis­trations communales national-socialistes, pour que les décrets gouvernemen­taux ne rencontrent pas partout des difficultés » 20.

  • 21 Cf. HA 55/6.3.1933.

17Dès le début de la campagne électorale à Heide, il apparut que les « associations patriotiques » (Vaterländische Verbände) se rangeaient sans réserve derrière le NSDAP et organisaient des réunions électorales en commun21. Le Königin-Luise-Bund n’est qu’un exemple parmi d’autres :

  • 22 HA 35/10.2.1933.

18« Seule l’autorité absolue d’un Führer, qui lui-même voue totalement sa per­sonne au service de la patrie pourra relever l’Allemagne. C’est la raison pour laquelle il faut se ranger derrière le nouveau gouvernement du Reich »22.

  • 23 HA 59/10.3.1933.

19Le SPD et le KPD ne pouvaient plus se faire entendre dans la campagne élec­torale de Heide. Bien plus, ils étaient en butte aux premières mesures de répression de l’Etat. Le 1er mars et dans la nuit du 12 mars, la police municipale perquisitionna au domicile de membres du SPD et du KPD et saisit des tracts et des affiches. On confisqua aussi leurs motos aux communistes locaux pour les empêcher d’acheminer des dépêches23.

  • 24 HA 54/4.3.1933.
  • 25 P. Longerich, Die braunen Bataillone. Geschichte der SA, Munich (Beck) 1989, p. 166.

20Le NSDAP commença à créer de nouveaux organes au service de son pouvoir absolu. Après que Göring eut commencé l’épuration dans la fonction publique, en faisant intervenir à cette fin les SA et SS à partir du 22 février, se constitua à Heide une police auxiliaire. Le 3 mars, les hommes des SA et du Stahlhelm en furent nom­més membres. Selon les termes officiels, “leur tâche principale est de soutenir la po­lice locale dans ses activités générales, mais surtout de surveiller des entreprises d’importance vitale »24. En réalité, cette mesure permettait aux SA et SS « par le seul fait d’enfiler un brassard, de présenter leurs expéditions punitives comme une mission au service de l’ordre public »25.

  • 26 Cf. Landesarchiv Schleswig (LAS) 320.20 ND/620.

21Dans ces conditions, l’élection au Reichstag de 1933 fut pour le NSDAP de Heide un succès. Avec 50,9 % des voix, son résultat était bien supérieur à celui du Reich (43,9 %). Pour la deuxième fois depuis les élections de juillet 1932, il obtenait la majorité absolue. Par rapport à celles de novembre, les pertes étaient effacées et de nouveaux électeurs conquis. A la façade de la mairie, on hissa le drapeau à croix gammée26 .

  • 27 Cf. Falter, Hitlers Wähler op. cit, p. 20.

22Les élections de mars 1933 sont considérées comme les dernières élections un tant soit peu libres avant la période de dictature sans partage. Elles permettent de se faire une idée de la progression des nationaux-socialistes dans l’opinion, mais aussi de mesurer les limites de cette ascension27. Pour la dernière fois, les citoyens avaient encore le choix entre plusieurs partis, même si la persécution des communistes et sociaux-démocrates faisait dans bien des cas des élections une farce. Des dirigeants de ces deux partis étaient en effet déjà emprisonnés et toutes les réunions communistes étaient interdites.

  • 28 J.Goebbels, Vom Kaiserhof zur Reichskanzlei, Munich 1942 39, p. 275.

23La caractéristique la plus frappante de l’élection fut l’augmentation du taux de participation au niveau national. Grâce à une campagne de propagande massive, le NSDAP était parvenu à mobiliser encore davantage les électeurs. Il ne parvint pas pour autant à obtenir la majorité absolue. Après les mesures prises contre les partis concurrents, ce résultat devait être considéré comme décevant, même si Goebbels triomphait dans son Journal : « 5 mars 1933. [...] Puis tombent les premiers résul­tats. Victoire sur victoire. Fantastique et incroyable »28. En fait, ce n’est qu’avec l’appoint des « nationaux-allemands » que le NSDAP atteignit la majorité absolue. 56,1 % des Allemands s’étaient prononcés contre la domination absolue du NSDAP.

  • 29 Cf. Falter, Hitlers Wähler op. cit, p. 86 sq.
  • 30 Cf. Falter, Hitlers Wähler op. cit, p. 105 sq. En 1933, 36 % des ouvriers protestants op­tèrent pou (...)

24A Heide également, le NSDAP dut reconnaître à plusieurs reprises qu’il avait atteint ses limites. Il ne dépassa la majorité absolue qu’à la marge (50,9 %/ 3754 voix), n’améliorant pratiquement pas le résultat de 1932 (50,8 %/ 3527 voix). Les gains venaient surtout de l’augmentation de la participation électorale (89,5 %/ + 6,4 %)29, qui à Heide atteignait à peu près le niveau de juillet 1932 (90,0 %), et probablement de l’augmentation du nombre d’inscrits (novembre 1932 : 8178/ 1933 : 8318). Concernant les transferts de voix, on ne peut que formuler quelques hypothèses prudentes. Jusqu’en 1932, le NSDAP avait avant tout profité des pertes des partis bourgeois. En 1933, il tira parti de l’effondrement du SPD. Selon les ana­lyses électorales de Jürgen W. Falter, on trouve de fait parmi les électeurs du NSDAP à ce scrutin un pourcentage élevé d’ouvriers (env. 27 %), en particulier d’ouvriers agricoles (env. 40 %), qui sont essentiellement transfuges du SPD30. Les pertes supérieures à la moyenne du SPD à Heide semblent corroborer ces thèses. On notera en revanche qu’à Heide les « nationaux-allemands » continuèrent à gagner des voix (+ 2,2 %/ + 271 voix), évolution qui contredit la tendance au niveau natio­nal. Comme pour les élections de novembre 1932, le DNVP gagna des électeurs du NSDAP, indice d’une certaine perte d’attractivité de ce dernier dans les milieux bourgeois de Heide. Cette évolution avait pu être observée dès les élections régio­nales de Prusse en avril 1932.

25Le grand perdant de l’élection fut le parti social-démocrate (–4,9 %/ –198 voix), qui enregistra des pertes supérieures à celles enregistrées en moyenne sur tout le ter­ritoire du Reich (–2,1 %). Entre 1930 et 1933, il perdit à Heide plus de 10 % de ses électeurs (–399 voix). Le SPD n’avait qu’insuffisamment réussi à attirer de nou­velles catégories d’électeurs. Le parti communiste subit, lui aussi, un recul par rap­port aux élections de novembre 1932 (– 2,2 %), mais si l’on tient compte des résul­tats de 1930, les chiffres manifestent une stabilité remarquable. L’augmentation du nombre d’inscrits et de votants lui permirent même de gagner des voix (1930 : 610/ 1933 : 746). Cette évolution relativement favorable est d’autant plus étonnante, que le KPD était l’organisation la plus durement touchée par la répression nazie.

26Les élections communales, qui eurent lieu une semaine plus tard, confirmèrent globalement les résultats du 5 mars. Le NSDAP y améliora son pourcentage, mais perdit en chiffres absolus par suite de la baisse de participation au scrutin. Avec un déficit de 166 voix, il lui fallut reconnaître qu’il avait fait le plein d’électeurs en période de liberté politique. Malgré tout, pour Heide, le scrutin local eut une impor­tance plus grande que les élections au Reichstag, car il donna au NSDAP la majorité absolue à l’assemblée communale et lui permit de poursuivre la « mise au pas » sans rencontrer de résistance. Le nouveau rapport de force permit même de laisser en fonction le maire. Il ne fut remplacé qu’en 1937.

  • 31 Cf. HA 61/13.3.1933.

27Tableau 2 : Election communale du 13 mars 1933 à Heide 31

NSDAP

SPD

KPD

Schwarz-Weiß-Rot

Autres

%

57.7

17.5

6.1

18.7

-

Sièges

10

3

1

3

-

  • 32 A.von Saldern, « Sozialmilieus und der Aufstieg der NSDAP in Norddeutschland (1930-1933) » in : F.B (...)
  • 33 Cf. D. von Reeken, « Emden und Aurich 1928-1948 », in : F.Bajohr (s.d.), Norddeutsch­land im Nation (...)

28Si l’on compare les listes de candidatures du NSDAP pour les élections commu­nales de 1929 et de 1933, on s’aperçoit que les nazis avaient réussi à débaucher quatre candidats de la liste commune libérale-conservatrice. Tout comme le résultat lui-même, ce fait montre bien qu’une grande partie de la bourgeoisie de Heide s’était ralliée au NSDAP entre 1928 et 1933, rendant de ce fait possible son essor. Certes, l’activité politique était l’œuvre des « militants de la première heure » (les alte Kämpfer), qui étaient donc fondés à s’attribuer le mérite de la « prise du pouvoir », mais ils n’auraient jamais réussi seuls. C’est le passage au NSDAP d’électeurs tra­ditionnels des partis libéraux et conservateurs, marquant généralement un soutien passif et une volonté de s’arranger avec les nazis, qui permit à Hitler de parvenir au pouvoir32. Leur désorientation et leur incapacité à s’identifier au système démocra­tique les conduisirent à choisir l’alternative politique radicale33. Pour la plupart, ils se contentèrent d’être des adhérents passifs du NSDAP et de voter pour lui. Une telle attitude n’était pas nouvelle dans les milieux conservateurs bourgeois de Heide. Sous l’Empire et la République de Weimar, les notables dirigeants ne s’étaient guère engagés dans les partis : ils ont, en revanche, pris des responsabilités au sein d’asso­ciations et d’organisations professionnelles. Or, à l’intérieur de ces organisations, le soutien apporté à un parti, qu’il s’agisse du DNVP, du DVP ou du NSDAP, était secondaire. L’option pour le NSDAP ne signifia donc pas une rupture avec le milieu social d’appartenance. Ce refus de la référence aux partis du système parlementaire se manifestait également dans le fait que, de 1919 à 1933, pour toutes les élections communales, sans exception, la bourgeoisie conservatrice et nationale-libérale cons­titua une liste commune en cherchant explicitement à se démarquer du KPD et du SPD. De même, collaborer avec des dirigeants locaux du NSDAP n’était pas quel­que chose d’exceptionnel, puisque au début de la République de Weimar ceux qui devinrent ultérieurement militants nazis étaient en partie engagés dans des organi­sations des milieux libéraux et bourgeois : du fait de cette origine, ils y restèrent fréquentables.

  • 34 Cf. HA 61/13.3.1933. Ibid. pour la citation qui suit. 

29Pour Heide, le 12 mars marque irrémédiablement l’entrée dans le « Troisième Reich ». Mais la sortie de la République de Weimar était déjà bien antérieure. Dès 1930, les partis hostiles à la République (NSDAP, DNVP et KPD) y avaient obtenu presque 50 % des suffrages. En 1933, ce taux était dépassé. Les trois partis totali­saient en mars 1933 78,2 % des voix. On ne pourrait démontrer de façon plus écla­tante la perte de confiance dans la démocratie. La République trouvait grâce seule­ment aux yeux de 21,8 % des électeurs de Heide. Au lendemain des élections com­munales, on hissa des drapeaux à croix gammée sur tous les bâtiments publics34. Et lorsque le maître d’école, membre du parti nazi déclara : « Enfin le jour est arrivé, qui voit aussi flotter sur cette école le drapeau à croix gammée. Le désir de tous est exaucé », il n’exprimait peut-être pas le sentiment de tous les Heidois, mais cer­tainement celui de la majorité d’entre eux.

2.3. La « mise au pas » des syndicats et des associations

  • 35 Cf. HA 99/28.4.1933.

30Le national-socialisme n’ayant pas remporté de succès décisif dans les milieux du syndicalisme salarié avant 1933, l’un des objectifs principaux après la « prise du pouvoir » était la mise à l’écart et la destruction des syndicats. En effet, les cellules d’entreprise national-socialistes (Nationalsozialistische Betriebszellen-Organisa­tion – NSBO) avait nettement moins de membres que les syndicats socialistes, qui apparaissaient donc comme une des rares organisations faisant obstacle à l’exercice d’un pouvoir absolu par les nazis. Il importait donc de les faire disparaître. L’évo­lution des rapports de force réels, intervenue dès la fin du mois d’avril, s’imposa à l’union locale de Heide à l’occasion des fêtes du 1er mai. Dans le programme, on informait les membres des « syndicats marxistes », qu’il ne leur était plus permis de figurer en tant qu’organisation. Ils étaient intégrés à la NSBO et devaient l’accep­ter35. Cette mesure ne suscita aucune résistance visible.

31Pour le 1er mai étaient programmées dans l’Allemagne toute entière de gigan­tesques réunions avec défilés,

  • 36 Cf. Bracher, Stufen der Machtergreifung, op.cit. p. 255 sq.

« manifestations acclamatoires par lesquelles le régime national-socialiste cherchait à fonder sa légitimité plébiscitaire et à se lier les masses en appa­raissant comme l’Etat de la Volksgemeinschaft  »36.

32Ces intentions s’affichaient clairement dans les comptes rendus du Heider Anzeiger :

  • 37 HA 101/2.5.1933.

33« La fête du mois de mai a été célébrée à Heide de façon solennelle, avec la participation de presque toute la population, comme les autorités gouverne­mentales y avaient invité [...] Toute organisation ou association digne de ce nom était présente au sein du défilé » 37.

34Pour les nationaux-socialistes, il fallait absolument souligner qu’il s’agissait d’un mouvement du peuple tout entier, d’une manifestation des « travailleurs du poing et des travailleurs de l’esprit » (Arbeiter der Faust und Arbeiter des Geistes), thème qui apparaissait donc dans le discours du Sturmbannführer Roggenkamp. Il centra son exposé sur la notion de Volksgemeinschaft et sur l’incapacité des partis « marxistes » à représenter les intérêts ouvriers. Le NSDAP promettait en revanche aux travailleurs la fin de leur exclusion dans le nouveau « Troisième Reich » :

  • 38 Cf. M. Broszat, Der Staat Hitlers, Munich (dtv) 1995 14, p. 183.

« les festivités d’aujourd’hui inaugurent la réintégration de l’ouvrier dans la nation. Un peuple et un Etat ne peuvent prospérer que si chacun se sent partie prenante du peuple, ne se place pas en dehors de toute communauté avec d’autres catégories (Stände), comme on l’a prôné dans les quatorze années précédentes »38.

35L’objectif de tels propos était de créer un potentiel de confiance dans la population et en particulier dans les milieux ouvriers, pour pouvoir mieux détruire les syndicats libres le lendemain. On n’y trouvait par contre aucune indication concrète sur les moyens d’améliorer le sort des ouvriers.

  • 39 Cf. G. Hoch, Zwölf wiedergefundene Jahre. Kaltenkirchen unter dem Hakenkreuz, Bad Bramstedt (Verlag (...)

36Dans ce contexte, la tâche des nazis était facilitée lorsqu’ils recevaient le renfort d’institutions traditionnelles. Cela confortait l’apparence d’un mouvement englobant la société toute entière et désamorçait les critiques. Légalité et continuité semblaient préservées. A Heide, c’est l’Eglise protestante qui joua ce rôle lors des fêtes du mois de mai. Dès le 20 avril, la hiérarchie ecclésiastique du Land, à Kiel, avait diffusé une circulaire appelant les pasteurs à prendre contact avec les échelons d’arrondissement du NSDAP pour intégrer des services religieux dans les programmes du 1er mai. Il était explicitement permis d’entrer dans les églises avec les drapeaux39. A Heide, SA, SS, Stahlhelm et HJ étaient présents à l’office principal du 1er mai avec leurs porte-drapeaux, qu’ils disposèrent à droite et à gauche de l’autel. Le pasteur Rodenberg prêcha sur ce vers de la Bible

  • 40 HA 101/2.5.1933.

37« Mettez-vous au service les uns des autres, chacun avec le don qui lui a été accordé », sermon dont le Heider Anzeiger retint que « l’ouvrier commence aujourd’hui à ne plus sentir en lui la haine de classe, aujourd’hui on sent de nouveau que le travail librement exercé correspond à la destinée divine [...] Il faut saluer le service du travail. On y transmet de nouveau des valeurs, que seul peut donner le travail comme école de la vie »40.

  • 41 Cf. U.von Hehl, « Die Kirchen in der NS-Diktatur. Zwischen Anpassung, Selbstbehaup­tung und Widerst (...)

38Cette attitude de l’Eglise protestante vis-à-vis du nouveau pouvoir est aussi illustrée par une déclaration officielle de l’évêque luthérien de Kiel du 3 mai 1933. Elle exprime non seulement le fort crédit de confiance accordé à Hitler41, mais aussi une orientation fondamentalement nationale au sein du protestantisme, qui s’était déjà manifestée à de nombreuses reprises sous la République de Weimar. Fidèle en cela à la tradition luthérienne, l’Eglise se plaçait aux côtés du pouvoir d’Etat :

  • 42 HA 102/3.5.1933.

39« Un mouvement national puissant a saisi et élevé notre peuple. Alors que la nation allemande s’est réveillée, une réforme complète du Reich fait son che­min. A ce tournant de l’histoire, nous exprimons un oui reconnaissant. Liés à la parole de Dieu, nous reconnaissons dans les grands événements de ces journées une nouvelle mission confiée par notre Seigneur à notre Eglise »42.

40Après cette impressionnante démonstration de force, les nazis n’eurent aucun mal à détruire les syndicats le 2 mai 1933. A Heide, pas plus qu’ailleurs, ceux-ci n’oppo­sèrent de résistance. Déjà démoralisés et incapables d’agir après le coup d’Etat en Prusse du 20 juillet 1932, ils étaient entre-temps encore moins capables de défendre leur autonomie.

  • 43 Cf. HA 103/4.5.1933, 112/15.5.1933.

41L’élimination des syndicats ne mit pas un terme à la campagne d’intimidation. Il fallait exclure par la terreur et la violence toute résistance potentielle. Un dirigeant syndicaliste de Heide fut mis en « détention préventive » et libéré seulement dix jours après 43.

  • 44 A.von Saldern, Sozialmilieus, op. cit. pp. 20-52.

42La force du nouveau régime se manifesta également à Heide par la neutralisation des organisations représentatives de la petite entreprise, une neutralisation qui, en fait, ne fit que sanctionner la volonté de soumission des adhérents. Comme le NSDAP avait dès avant 1933 recruté majoritairement dans les milieux des indépen­dants et des paysans, leurs organisations étaient tombées très tôt entre les mains des nazis. L’union paysanne de l’arrondissement et sa section locale de Heide étaient dirigées par un nazi respectivement depuis 1931 et 1932, ce dirigeant ayant en outre des fonctions importantes dans la vie économique et associative de la commune. Le soutien apporté publiquement par de tels notables au NSDAP permit aux idées nazies de pénétrer dans les milieux localement constitués et de s’y diffuser rapide­ment44. On observe une évolution semblable dans l’artisanat. C’est à l’initiative de Wilhelm Bruhn, maître-artisan mécanicien, dont le nom avait figuré dans les pre­mières années de la République de Weimar sur diverses listes électorales conserva­trices, que l’union des artisans passa dès 1931 aux nationaux-socialistes. Cette con­quête de l’intérieur explique largement les succès électoraux massifs enregistrés dans le pays de Dithmarschen et à Heide. Le NSDAP devenant de plus en plus « fré­quentable », un nombre croissant de représentants des partis bourgeois rejoignit le parti de Hitler.

  • 45 Broszat, Der Staat Hitlers op. cit. p. 209.

43Lorsque dans les premiers mois de 1933 commença la « mise au pas » des orga­nisations professionnelles, on n’eut point besoin, à Heide, de faire intervenir les mi­lices national-socialistes pour imposer des changements personnels, comme ce fut le cas dans d’autres régions45. L’assujetissement au régime paraissait plutôt accepté de bon gré. A de rares exceptions près, à Heide, les milieux de la petite entreprise avaient souhaité de longue date la venue au pouvoir de Hitler et lui avaient ouvert la voie.

  • 46 Cf. HA 96/25.4.1933.

44Cette analyse est parfaitement illustrée par l’exemple de l’union des artisans peintres. A la suite de la consigne donnée par la fédération du Reich prescrivant que les directions (Vorstand) comprennent 51 % des membres du NSDAP, on décida de dissoudre l’ensemble des organes dirigeants pour procéder à une nouvelle élection. Désormais, le Vorstand se composa à 100 % de membres du NSDAP. Le nouvel administrateur « considéra qu’il était du devoir de chaque collègue de se situer sur le terrain de l’opposition nationale »46.

  • 47 Concernant les élections communales, l’union locale de Heide décida d’adresser à la fédé­ration des (...)
  • 48 Cf. HA 41/17.2.1933, cf. aussi Heberle, Landbevölkerung op. cit., p. 164.
  • 49 Cf. HA 42/ 18.2.1933.
  • 50 Cf. HA 48/25.2.1933.

45On retrouve un comportement similaire au sein de l’union des commerçants de Heide, mais le cas de cette association montre que l’évolution obéit à certains cy­cles. A cet égard, les assemblées générales annuelles des différentes organisations, au cours desquelles furent données des consignes de vote pour les élections com­munales du 12 mars, constituèrent un bon indicateur du degré de nazification des milieux professionnels de Heide. Les artisans47 et les agriculteurs48 y optèrent claire­ment pour le NSDAP, tandis que l’union des commerçants décida de soutenir le « cartel de combat noir-blanc-rouge » (Kampfblock Schwarz-Weiß-Rot)49 et l’asso­ciation des hôteliers-restaurateurs laissa ses membres libres de choisir leur liste50.

  • 51 Cf. HA 96/25.4.1933.
  • 52 Cf. HA 97/26.4.1933 et 107/9.5.1933.
  • 53 Cf. HA/122/27.4.1933.

46L’union des commerçants avait déjà fait preuve d’un certain non-conformisme dans les dernières années de la République de Weimar. Bien que cette attitude ait des raisons politiques, il semble qu’elle s’explique surtout par la peur d’un boycott. Les adversaires du NSDAP évitaient alors systématiquement les magasins dont les propriétaires avaient ouvertement pris parti pour Hitler et continuèrent de le faire dans les premiers mois après 1933. La perte de recettes était parfois considérable. Mais l’anomalie ne subsista pas au-delà du mois d’avril 1933. Le comité de direc­tion jusque là en place donna sa démission, le membre de la chambre de commerce qui représentait jusqu’ici le commerce de gros, un homme de tendance plutôt libé­rale, fut remplacé, si bien que tous les postes de direction de l’union des commer­çants étaient désormais occupés par des nationaux-socialistes51. Il en alla de même dans l’hôtellerie-restauration52 et dans l’union des menuisiers53.

  • 54 Cf. HA 45/22.2.1933.

47De même, la section locale du très conservateur syndicat national-allemand des employés de commerce (Deutsch-Nationaler Handlungsgehilfenverband – DHV) ne soutint pas tout de suite pleinement le nouveau gouvernement du Reich, se déclarant tout d’abord « extrêmement préoccupé » de ses conditions de formation54. Mais à la fin avril 1933, il n’y avait plus trace d’hésitation, ce dont témoigne un discours de l’administrateur :

48« La lutte acharnée du DHV, tendu depuis quarante ans vers l’idéal d’une communauté populaire (das völkische Zielstreben) sans avoir jamais cédé aux illusions ni fléchi devant les menaces, a porté ses fruits. Malgré le poids écra­sant du marxisme en Allemagne au cours des 14 dernières années, elle a per­mis la naissance d’un puissant édifice culturel et organisationnel, qui dans toutes ses composantes a remarquablement travaillé à la renaissance de l’être allemand et populaire (Wiedergeburt des deutschen und völkischen Wesens) [...] La victoire de la révolution nationale lève définitivement tout obstacle à l’œuvre du DHV au service de l’intégration des salariés dans l’Etat national ».

  • 55 Cf. HA 41/17.2.1933.

49La seule résistance spectaculaire à la mise au pas se manifesta au sein de l’asso­ciation des propriétaires fonciers et immobiliers. Lors de l’assemblée générale an­nuelle, on décida tout d’abord en vue des élections communales de ne participer à aucune liste, qu’elle soit d’intérêt économique ou de toute autre nature55. C’était là une victoire des membres nationaux-socialistes, puisque l’association s’était jus­qu’ici toujours associée aux listes des autres organisations professionnelles.

  • 56 Cf. le compte-rendu dans HA 43/20.2.1933.

50Sur ce, d’autres membres convoquèrent une assemblée générale extraordinaire pour faire invalider la décision. Le président, le conseiller municipal (Stadtrat) Heinrich Egge, plaida pour une participation à la liste du “bloc économique” (Wirt­schaftsblock), mais le vote confirma la décision antérieure. Egge déclara que cela signifiait « que l’association était devenue politiquement dépendante, qu’elle avait été baillonnée et terrorisée » et il démissionna. Le vice-président Peter Gier fit de même56. Derrière les manœuvres qui permirent cette mise au pas, on retrouve le Stadtrat NSDAP Wilhelm Bruhn, précédemment cité.

51Ce que dit Egge caractérise bien les méthodes nazies de mise au pas. Elles con­sistaient d’une part à intimider l’adversaire par la terreur, d’autre part à politiser tous les secteurs de la vie sociale. C’est bien pourquoi l’asservissement par le NSDAP des associations et organisations diverses était ressenti par des gens tels que Egge comme une ingérence intolérable dans un domaine à leurs yeux extérieur à l’espace politique. On ne peut cependant qualifier leur attitude de résistance sans étendre abusivement l’acception du terme. Il s’agissait en fait d’une volonté de défendre ses valeurs, de la tentative de maintenir sa différence. Mais au nom de l’exercice d’un pouvoir absolu, le NSDAP considéra aussi cette forme de dissidence spontanée, liée à une situation particulière, comme un crime.

52Cet exemple éclaire bien la complexité et les ambiguïtés des comportements individuels dans cette période de bouleversements. A la fin de la République de Weimar, les conservateurs et les nationaux-socialistes avaient souvent travaillé la main dans la main à la destruction du régime. Le ciment de cette coalition d’intérêts était la haine pour le système parlementaire, l’anti-marxisme et la recherche d’une solution autoritaire. C’est pourquoi on ne pouvait attendre des milieux bourgeois beaucoup de réactions de protestation aux arrestations de sociaux-démocrates et de communistes. Dans la culture politique, les critères moraux étaient déjà à ce point pervertis que la disparition de concitoyens pouvait laisser indifférent.

  • 57 Cf. B. Herlemann, « Bäuerliche Verhaltensweisen unterm Nationalsozialismus am Bei­spiel Niedersachs (...)

53Bien que la venue au pouvoir d’Hitler fût accueillie positivement dans de larges couches de la population, cette loyauté de principe ne signifia pas une soumission automatique au Führerprinzip, c’est-à dire l’obéissance inconditionnelle à des ordres venus d’en haut57. A Heide les forces qui s’y refusèrent restèrent une minorité et ne purent donc imposer leur point de vue, mais elles n’abandonnèrent pas la partie sans s’être exprimées. Si, au total, la « mise au pas » s’effectua pourtant très rapidement et quasiment sans problèmes, c’est avant tout à cause des prédispositions mentales favorables au national-socialisme présentes même chez des citoyens qui n’avaient pas soutenu jusque-là le NSDAP.

2.4. Persécutions et résistance

  • 58 Cf. HA 59/10.3.1933.
  • 59 Cf. HA 148/28.6.1933.

54Dans la persécution de ses adversaires politiques, le NSDAP procéda tout d’abord de façon sélective. Il se concentra tout d’abord sur les forces qui s’étaient déjà opposées à lui sous la République de Weimar, n’épargnant a priori aucune famille politique. Ainsi, lorsqu’un des notables les plus en vue, l’avocat conserva­teur August Vehrs critiqua l’ordonnance sur l’incendie du Reichstag, bien que membre de l’exécutif municipal (Magistratsmitglied) il fut retenu une nuit en détention préventive58. D’autres édiles locaux, représentants des partis bourgeois, eurent les vitres de leurs domiciles brisées59. La moindre critique publique du régime était aussitôt réprimée. Le Heimtückeerlaß (Verordnung zur Abwehr heimtückischer Angriffe gegen die Regierung der nationalen Erhebung – ordonnance de protection contre les attaques sournoises visant le gouvernement du soulèvement national) permit de nombreux emprisonnements. Comme le montre l’extrait suivant du Heider Anzeiger, ceux-ci étaient relatés dans la presse de façon à la fois cynique et édul­corée :

55« Le professeur en retraite Burmeister, résidant à Heide, a été mis en déten­tion provisoire. Cette mesure a été décidée pour assurer la sécurité de sa per­sonne. On rapporte que B. a eu des propos désobligeants sur le NSDAP qui provoquèrent une indignation si forte que la sécurité de sa personne était en péril. »

  • 60 HA 102/3.5.1933, 109/11.5.1933.
  • 61 Cf. M-E. Rehn, Heider gottsleider. Kleinstadtleben unter dem Hakenkreuz : Eine Biogra­phie, Bâle (V (...)

56Le cas le plus frappant de cette vague d’emprisonnements est l’incarcération de l’imprimeur Paul Riechert et de son fils. On perquisitionna chez lui à la recherche « d’imprimés pacifistes ». Le père et le fils furent conduits à la maison d’arrêt du Land à Flensburg60. Sous la République de Weimar, leur entreprise était connue bien au-delà de la région pour imprimer en particulier de la littérature pacifiste. Paul Riechert était un démocrate convaincu, ce qu’il affichait en arborant le drapeau noir-rouge-or. Cela lui valut plusieurs fois en 1932 de se faire casser les vitres à coups de pierre. Mais le 28 juin 1933, il dut subir une bien pire avanie. Père et fils furent promenés à travers toute la ville par les SA sur une charrette à foin avec un écriteau autour du cou ; celui de Paul Riechert portait l’inscription « Je suis infidèle à mon pays et coupable de haute trahison », celui de son fils : « Ma famille aussi »61. Après leur libération, ils réussirent à fuir au Danemark où ils survécurent au « Troisième Reich ».

  • 62 Cf. Dithmarscher Landeszeitung 264/11.11.1972, LAS 761/8321.

57La technique de l’intimidation fut également employée contre des membres du SPD. Auguste Ebeling, membre de l’assemblée communale, avait dû subir plusieurs fois des perquisitions après la « prise du pouvoir ». En septembre, les vitres de sa maison et de son petit commerce furent brisées, probablement par les SA. Elle abandonna par la suite son activité, mais resta constamment opposée au régime. C’est pourquoi elle fut arrêtée par la Gestapo de Heide en 1944 et mise en détention préventive entre le 20 août et le 9 octobre à Kiel. Elle survécut à la fin de la guerre62.

  • 63 Cf. HA 81/5.4.1933.
  • 64 f. LAS 761/5016.
  • 65 Cf. HA 100/29.4.1933 et 103/4.5.1933.

58Quant au président de la section d’arrondissement du SPD (Nord et sud du pays de Dithmarsch) et vice président du Reichsbanner de Heide, Heinrich von Buhr, il fut suspendu le 24 mars 1933 de ses fonctions de directeur adjoint de l’office communal du travail, car « le passé politique de la personne en question n’offrait pas la garantie qu’il œuvre au service du gouvernement national actuel »63 et le 22 août congédié sans préavis, en application de la « loi de restauration du fonctionnariat à vie (Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums) ». Il resta ensuite sans travail. Comme il ne percevait plus aucun revenu, sa maison dut être vendue aux enchères et devint propriété communale. Il partit en 1934 pour Hambourg où il tenta de subsister comme représentant de commerce64. La même méthode – éliminer l’adversaire en l’acculant à la ruine – fut appliquée contre Eduard Bartels, le président de la caisse d’assurance maladie de Heide, lui aussi SPD, qui fut arrêté parce qu’il avait prétendument commis « de graves fautes professionnelles »65. Pour la plupart des membres du SPD, la seule échappatoire consistait à passer inaperçus tout en conservant tout au plus un contact épisodique avec les camarades de parti. Cette préservation individuelle de l’engagement politique se traduisait souvent par le camouflage sous une photo de famille du traditionnel portrait de Bebel accroché au-dessus du canapé.

  • 66 Concernant l’évolution et les problèmes de la recherche sur la résistance, cf. I.Kershaw, Der NS-St (...)
  • 67 Cf. D.J.K.Peukert, « Der deutsche Arbeiterwiderstand 1933-1945 », in : Bracher/Fun­ke/Jacobsen, Nat (...)

59Par rapport à tous les courants politiques mentionnés jusqu’ici, le KPD était la formation politique la plus exposée aux persécutions des nazis66. L’anticommunisme virulent du NSDAP avait déjà fait des deux partis des adversaires acharnés sous la République de Weimar. Après la « prise du pouvoir », l’animosité ne pouvait que croître, puisque le NSDAP, appuyé sur l’Etat, visait maintenant à une emprise totale sur l’ensemble de la société, ce à quoi les communistes cherchaient à résister tant par leurs objectifs que par leurs modes d’action et de pensée67.

  • 68 Cf. Liste der abgerechneten Mitglieder in den Monaten Januar bis Juni 1933 des Bezirks Wasserkante  (...)
  • 69 Cf. HA 83/2.4.1933 et Rehn, Heider gottsleider, op. cit., p. 38.

60A la suite de l’incendie du Reichstag et à la veille des élections de mars, la tension monta. Différentes formes de répression furent aussi employées à Heide, pour empêcher le KPD de faire campagne. Par crainte de représailles personnelles, les communistes de Heide hésitèrent de plus en plus à manifester leur adhésion au parti. En janvier, ils n’étaient plus que huit à payer leur cotisation. On ne dispose plus d’indications pour les mois qui suivent68. Le manque de cotisations rendit le travail clandestin et le maintien de l’organisation plus difficiles. Aux élections com­munales, le parti communiste n’en réussit pas moins à obtenir 6,1 % des suffrages (380 voix), obtenant un siège avec Erich Böhlig. Celui-ci ne put cependant jamais exercer son mandat, car il ne fut même pas invité à la séance d’ouverture de la légis­lature69.

  • 70 Cf. Rehn, ibid., p. 36.

61Fin février-début mars, les événements montrèrent aux militants des partis ou­vriers que les craintes de représailles personnelles étaient amplement fondées. Le 27 février, une dépêche publiée dans le Heider Anzeiger indiquait qu’on avait tiré sur un SA dans un village voisin. On arrêta un membre du KPD, qui passa par la suite 12 ans et 4 mois en prison et en camp de concentration70. Les mesures de répression subies pendant la campagne électorale de mars 1933 avaient achevé de mettre le KPD sur la défensive. Il n’était plus question d’espérer mener un travail politique pratique à Heide. Les nouveaux détenteurs du pouvoir avaient fait la démonstration de leur force et contraint à la passivité les représentants des partis de gauche.

  • 71 Cf. HA 86/11.4.1944, 87/12.4.1933, 94/22.4.1933, 196/23.8.1933 et Staatspolizeistelle in Altona an (...)
  • 72 Cf. H.Weber, Kommunismus in Deutschland 1918-1945, Darmstadt 1983, p. 140 sq, H.Duhnke, Die KPD von (...)
  • 73 Cf. P.Steinbach, « Der Widerstand gegen die Diktatur. Hauptgruppen und Grundzüge der Systemoppositi (...)
  • 74 Bericht des Bezirks Wasserkante über die Unterbezirke an ZK der KPD in Berlin du 7.10.1935 : SAPMO- (...)

62Mais même le retrait dans la passivité politique ne préservait pas les commu­nistes de la terreur nazie. Sept communistes de Heide furent emprisonnés en sep­tembre au camp de concentration provisoire de Glückstadt/Elbe, quelques-uns d’en­tre eux ayant déjà été arrêtés auparavant au mois d’avril. On prononça de nouveau un ordre d’incarcération à leur endroit au mois de septembre pour « préparation d’actes de haute trahison »71. Les attaques massives contre ses membres n’avaient cependant pas persuadé le KPD que la venue au pouvoir de Hitler marquait une cé­sure. Jusqu’en 1934, le parti s’en tint à sa ligne d’ultra-gauche et continua de consi­dérer le SPD comme son ennemi principal72. Cette attitude fit un grand nombre de victimes sans que le parti comprenne que, pour reprendre la formulation de Peter Steinbach, « avec la destruction de l’Etat de droit républicain, le droit était lui aussi devenu un instrument de pouvoir et avait perdu son caractère de ‘protection des fai­bles’ »73. La politique d’intimidation menée par les nazis porta ses fruits : en oc­tobre 1935 l’instructeur du KPD ne trouva plus personne du parti74. Dans le Dithmarschen, il n’était désormais plus question que d’organiser des contacts clandestins et des réunions dans le cadre familial ou dans des cercles amicaux pour discuter des événements politiques courants.

  • 75 H.Weber, « Die KPD in der Illegalität » in R.Löwenthal/P.von zur Mühlen (s.d.), Widerstand und Verw (...)
  • 76 Cf. K.M.Mallmann, « Kommunistischer Widerstand 1933-1945. Anmerkungen zu For­schungsstand und Forsc (...)
  • 77 Cf. Staatspolizeistelle in Kiel an Geheimes Staatspolizeiamt in Berlin du 4.9.1933, Bundesarchiv Ab (...)
  • 78 Comme l’atteste un plan d’organisation et de transmission in : Staatspolizeistelle in Kiel an Gehei (...)
  • 79 Selon l’historienne de la RDA Margot Pikarski (« Umstellung der KPD auf die Illegalität » in : Beit (...)
  • 80 Cf. B.Herlemann, « Kommunistischer Widerstand » in : W. Benz/W.H. Pehle (s.d.), Lexikon des deutsch (...)

63Le constat de Hermann Weber à propos de la situation du KPD en 1933-34 : « le parti comprenait toutefois suffisamment de membres qui n’étaient pas prêts à capi­tuler devant le NSDAP. Après le choc infligé par la défaite subie sans avoir livré combat, se constituèrent partout des groupes de résistance »75, ne s’applique pas à ce pays rural qu’est le Dithmarschen : on ne trouve pas trace d’une réorganisation des structures locales du parti qui serait intervenue pour sortir de la paralysie momen­tanée des activités. Le nombre des militants disponibles était trop faible pour pour­suivre la lutte du parti dans la clandestinité76. A la différence de ce qui se passait à Hambourg, dans la Ruhr, à Berlin et dans les villes importantes du Schleswig-Hol­stein, dans les zones rurales, le KPD avait pratiquement abandonné toute activité politique77, bien que l’échelon régional du parti ait encore essayé d’acheminer du matériel de propagande à Heide78. Le parti avait cependant de plus en plus en plus de mal à maintenir le contact avec les sous-districts (Unterbezirke). Des membres importants de la direction du district avaient été arrêtés et les nazis continuaient à frapper l’organisation, qui était touchée encore plus durement79. Celle-ci ne par­venait plus guère qu’à informer sur la répression et à donner des directives pratiques pour le travail clandestin80.

  • 81 Cf. Bericht des Bezirks Wasserkante an die KPD-Zentrale in Berlin du 10.4.1933, SAPMO-BA RY 1/I3/16 (...)
  • 82 Sur l’importance des dénonciations pour le travail de la Gestapo, cf. R.Gellaty, Die Gestapo und di (...)
  • 83 Cf. LAS 761/5016.

64La destruction quasi totale de l’appareil du KPD dans le sous-district de Heide après 1933 s’explique par plusieurs raisons. D’une part, la côte ouest du Schleswig-Holstein et particulièrement le Dithmarschen étaient bien avant la « prise du pou­voir » un bastion national-socialiste. Dès 1929, les nazis dominaient la scène poli­tique locale et surtout contrôlaient la rue. Un rapport de la direction de district du KPD du 10 avril 1933 parle d’un climat de terreur « très marqué » dans le Dithmar­schen81. Les nazis pouvaient d’ailleurs compter sur la population pour dénoncer leurs adversaires82. Ainsi, le chef intérimaire de la section locale, Karl Behrens, fut emprisonné à plusieurs reprises après 1933. Entre avril et juin, il passa en tout sept semaines en détention préventive. Il avait été dénoncé par un garçon de 14 ans, membre des jeunesses hitlériennes, qui habitait la maison d’en face83.

  • 84 Cf. U. Pfeil, « Die KPD im ländlichen Raum. Die Geschichte der Heider KPD 1920-1935 », in  : Demokr (...)
  • 85 Cf. K.Tenfelde, « Soziale Grundlagen von Resistenz und Widerstand » in : Schmädecke/ Steinbach, Der (...)

65Mais les revers subis par le KPD tenaient aussi à des causes internes. Ils résul­taient aussi de la faiblesse de l’organisation dans les petites villes et les régions rurales du Schleswig-Holstein84. Les adhérents n’y avaient pas un lien assez fort avec le parti. Lorsque la répression s’intensifia, la plupart prirent leurs distances, ne laissant qu’un noyau de militants qui, dans le contexte d’une région rurale où le contrôle social est particulièrement serré, étaient, au sens littéral du terme, facile­ment repérables. A la différence de la situation dans les grandes villes, les contacts illégaux étaient plus visibles et les actions menées ne pouvaient espérer susciter un écho important85.

  • 86 Telegramm der Staatspolizeistelle Kiel du 9.11.1935, BAP R 58/2039, Bl. 319a.
  • 87 Pour la controverse sur les différents concepts de résistance, cf. K.-M. Mallmann/ G. Paul « Resist (...)

66Pourtant, les organes de répression nazis durent se rendre à l’évidence : malgré leurs actions répétées, il était impossible d’interdire complètement des manifesta­tions d’opposition. Après la « prise du pouvoir », le milieu ouvrier marqué par la culture prolétarienne et socialiste garda dans la plupart des cas ses distances avec le nouveau régime. Les nationaux-socialistes savaient qu’il en était ainsi et c’est d’ail­leurs pourquoi ils poursuivaient la moindre manifestation de protestation. Dès qu’ils sentaient une opposition, ils la réprimaient de façon rigoureuse, y compris à Heide, comme le montre par exemple l’emprisonnement, le 6 novembre 1935, d’un com­muniste de la ville, justifié simplement par le fait « qu’il avait manifesté à plusieurs reprises ses convictions communistes »86. Cette arrestation, tout comme le rapport évoquant les moqueries des ouvriers, rend bien compte d’une volonté de contrôle total sur la société. L’attention extrême portée à de telles formes d’opposition ne peut s’expliquer que par une politisation de tous les secteurs de la vie conduisant à interpréter toute trace de non-conformisme comme une résistance87.

3. Conclusion

  • 88 Cf. Paul, Zur Sozialgeschichte, op. cit. p. 45.

67La « mise au pas » s’effectua à Heide, comme dans d’autres villes, quasiment sans problèmes. Dans les premières semaines, les nationaux-socialistes profitèrent d’un capital de confiance auprès d’une grande partie de la population, en particulier dans les milieux bourgeois. Même si dans certains domaines particuliers, des formes d’opposition partielle se manifestèrent, il faut avant tout souligner le consensus global existant entre la population et le nouveau régime. Pour une partie des ou­vriers, on observa également un rapprochement progressif du régime et des signes de réconciliation. Ce constat vaut surtout pour des travailleurs ne faisant pas partie du milieu socialiste et n’étant pas encore politiquement fixés avant 1933. La baisse du chômage, la peur d’être une fois encore mis à l’écart et le slogan séduisant de la « communauté du peuple » (Volksgemeinschaft) ébranlèrent peu à peu le scepticisme initial. « Le régime nazi était perçu comme une société offrant à chacun de multiples opportunités, quel que soit son âge et quelle que soit sa classe sociale d’origine »88 : cette remarque de Gerhard Paul caractérise très bien la situation à Heide. Dans ces conditions, une attitude d’opposition ne pouvait persister que chez des socialistes convaincus et enracinés dans leur milieu. L’empreinte socio-biographique reçue sous l’Empire et pendant la République de Weimar les immunisait contre les slogans nationaux-socialistes.

68Une « résistance » ainsi définie (en allemand Resistenz, qui exprime le sens passif de résister et non Widerstand, qui correspond à son sens actif) ne se traduisait que très rarement par une protestation publique. Les personnes concernées deve­naient adversaires du régime parce que les nazis les désignaient comme tels. Ils n’étaient pas en butte aux persécutions parce qu’ils avaient fait acte de résistance. Ce sont au contraire les nazis qui, dans leur volonté de politiser toutes les sphères de la vie sociale, et tirant les conséquences des luttes politiques menées sous la Répu­blique de Weimar, avaient pris l’initiative, dès la « prise du pouvoir », de neutraliser les adversaires potentiels. Les exemples d’intimidation le prouvent amplement.

  • 89 Cf. G.Paul/K.-M. Mallmann, Milieus und Widerstand. Eine Verhaltensgeschichte der Gesellschaft im Na (...)

69Les victimes de cette politique étaient, à Heide comme ailleurs, des membres de différents groupes politiques. Les agressions subies ne conduisirent pourtant à aucun moment à des actes de résistance (Widerstand) dépassant les frontières des milieux ou des partis respectifs. Comme dans d’autres régions de l’Allemagne, les barrières sociales subsistèrent et empêchèrent l’émergence d’une opposition plus efficace. Les exemples cités montrent en outre que les réactions aux premières mesures furent très disparates. Entre la grande majorité des citoyens de Heide, qui soutenaient le régime et le phénomène minoritaire d’opposition89, on trouvait toutes les nuances inter­médiaires. Le désaccord dans les milieux bourgeois était moins une opposition à des formes de pouvoir autoritaires qu’à des aspects de la politique nazie qui tendaient à uniformiser la société. Et surtout, on tenait à certaines formes dans les relations sociales que le nouvel Etat ne se sentait plus tenu de respecter envers ses citoyens. Le nouveau système ne tolérait aucune opposition à son pouvoir, qu’il voulait absolu.

70Même si l’exemple de la « mise au pas » à Heide ne peut guère être considéré en lui-même comme représentatif, il permet de parvenir à des conclusions qui dépassent le cadre de l’espace étudié, prouvant ainsi l’intérêt des analyses régionales. Il nous montre d’abord que le NSDAP n’a pu s’assurer le pouvoir en Allemagne aussi facilement qu’en profitant de la dissolution continue, dans les dernières années de la République, de milieux et de rapports sociaux constitutifs de la démocratie. Les méthodes répressives des nouveaux maîtres et l’absence de réaction de la population face aux actes de violence révèlent par ailleurs que la dégradation de la culture politique depuis la fin des années vingt était telle que beaucoup ne remarquaient même plus la terreur national-socialiste. Ce phénomène de « délabrement des mœurs » illustre une fois de plus que l’histoire gagne à ne pas être enfermée dans les limites d’époques prédéterminées. On s’est aperçu que l’importance de césures de portée universelle telles que 1933 et 1945 est souvent relativisée dans le souvenir et le vécu des individus. Cet écart entre la perception consciente et l’assimilation mentale devra elle aussi être méditée si nous voulons parvenir à une image réaliste du « Troisième Reich ».

Notes

1 Sur le concept problématique de « Machtergreifung » cf. N. Frei, « ’Machtergreifung’. Anmerkungen zu einem historischen Begriff » in : VfZ 31 (1983), S. 136-145.

2 Heider Anzeiger (HA) 26-31/1/1933.

3 SHVZ 26/31.1.1933.

4 Cf. HA 25/30.1.1933.

5 Cf. B. von Borries, Geschichtslernen und Geschichtsbewußtsein. Empirische Erkundungen zu Erwerb und Gebrauch von Historie, Stuttgart (Klett) 1988, p. 54 sq.

6 Sur les débuts de la dictature nazie, cf. les deux nouvelles études de B.J. Wendt, Deutsch­land 1933-1945 : Das Dritte Reich. Handbuch zur Geschichte, Hanovre (Fackelträger) 1995, p. 67 sq. et L. Herbst, Das nationalsozialistische Deutschland 1933-1945, Franc­fort/M. (Suhrkamp) 1996, p. 62 sq.

7 Cf. U. Pfeil, Vom Kaiserreich ins “Dritte Reich”. Die Kreisstadt Heide/Holstein 1890-1933, Hambourg 1995 (thèse de doctorat).

8 Cf. R. Heberle, Landbevölkerung und Nationalsozialismus. Eine soziologische Unter­suchung der politischen Willensbildung in Schleswig-Holstein 1918-1932, Stuttgart (Deut­sche Verlagsanstalt) 1963. L’étude date de 1932, mais ne put être publiée qu’après la guerre. G. Stoltenberg, Politische Strömungen im schleswig-holsteinischen Landvolk 1918-1933. Ein Beitrag zur politischen Meinungsbildung in der Weimarer Republik, Düsseldorf (Droste) 1962.

9 Cf. H. Mommsen, Die verspielte Freiheit. Der Weg zur Republik von Weimar in den Untergang 1918 bis 1933, Berlin (Propyläen) 1989, p. 321 ; H. A. Winkler, Weimar 1918-1933. Die Geschichte der ersten deutschen Demokratie, Munich (Beck) 1993, p. 334.

10 F. Fischer, « Zum Problem der Kontinuität in der deutschen Geschichte von Bismarck zu Hitler » in : K. D. Bracher/M. Funke/H.A. Jacobsen (s.d.), Nationalsozialistische Dikta­tur 1933-1945. Eine Bilanz, Bonn (Schriftenreihe der Bundeszentrale für politische Bildung Vol. 192) 1986, pp. 770-782.

11 Cf. P. Longerich, « Nationalsozialistische Propaganda » in Bracher/Funke/Jacobsen (s.d.), Nationalsozialistische Diktatur 1933-1945. Eine Bilanz, Bonn 1986, pp. 291-314.

12 Cf. Statistik des Deutschen Reiches, Vol. 455/H.13, p. 44 sq.

13 Cf. M. Le Bars, Le mouvement paysan dans le Schleswig-Holstein 1928-1932, Berne/ Francfort/M./New York (P. Lang) 1986. Pour la traduction littéraire de ce mouvement cf. H. Fallada, Bauern, Bonzen und Bomben, Reinbek (Rowohlt) 1964.

14 Cf. R. Rietzler, « Kampf in der Nordmark ». Das Aufkommen des Nationalsozialismus in Schleswig-Holstein 1918-1928, Neumünster (Wachholtz) 1982, p. 343 sq.

15 Cf. J. W. Falter, Hitlers Wähler, Munich (Beck) 1991, p. 364 sq.

16 Cf. K. D. Bracher, Die Auflösung der Weimarer Republik. Eine Studie zum Problem des Machtverfalls in der Demokratie, Düsseldorf (Droste) 1984 7, p. 612 sq.

17 Cf. K. D. Bracher et al., Die nationalsozialistische Machtergreifung. Studien zur Errich­tung des totalitären Herrschaftssystems in Deutschland 1933-1934, I Stufen der Macht­ergreifung, Francfort/M./ Berlin/Vienne 2 (Ullstein) 1983.

18 Cf. HA 27/1.2.1933.

19 H.Beeck, Meine politischen Erinnerungen 1909-1939, manuscrit (Forschungsstelle für die Geschichte des Nationalsozialismus in Hamburg), p. 213 sq.

20 HA 41/17.2.1933.

21 Cf. HA 55/6.3.1933.

22 HA 35/10.2.1933.

23 HA 59/10.3.1933.

24 HA 54/4.3.1933.

25 P. Longerich, Die braunen Bataillone. Geschichte der SA, Munich (Beck) 1989, p. 166.

26 Cf. Landesarchiv Schleswig (LAS) 320.20 ND/620.

27 Cf. Falter, Hitlers Wähler op. cit, p. 20.

28 J.Goebbels, Vom Kaiserhof zur Reichskanzlei, Munich 1942 39, p. 275.

29 Cf. Falter, Hitlers Wähler op. cit, p. 86 sq.

30 Cf. Falter, Hitlers Wähler op. cit, p. 105 sq. En 1933, 36 % des ouvriers protestants op­tèrent pour le NSDAP, 23 % seulement des ouvriers catholiques. Cf. Ibid. p. 284.

31 Cf. HA 61/13.3.1933.

32 A. von Saldern, « Sozialmilieus und der Aufstieg der NSDAP in Norddeutschland (1930-1933) » in : F. Bajohr (s.d.), Norddeutschland im Nationalsozialismus, Hamburg (Ergeb­nisse Verlag) 1993, p. 57 sq.

33 Cf. D. von Reeken, « Emden und Aurich 1928-1948 », in : F. Bajohr (s.d.), Norddeutsch­land im Nationalsozialismus, ibid., p. 57 sq.

34 Cf. HA 61/13.3.1933. Ibid. pour la citation qui suit. 

35 Cf. HA 99/28.4.1933.

36 Cf. Bracher, Stufen der Machtergreifung, op. cit. p. 255 sq.

37 HA 101/2.5.1933.

38 Cf. M. Broszat, Der Staat Hitlers, Munich (dtv) 1995 14, p. 183.

39 Cf. G. Hoch, Zwölf wiedergefundene Jahre. Kaltenkirchen unter dem Hakenkreuz, Bad Bramstedt (Verlag Roland Werbung) 1980, p. 58.

40 HA 101/2.5.1933.

41 Cf. U. von Hehl, « Die Kirchen in der NS-Diktatur. Zwischen Anpassung, Selbstbehaup­tung und Widerstand, in : K.D.Bracher/M.Funke/H.A. Jacobsen (s.d.), Deutschland 1933-1945. Neue Studien zur nationalsozialistischen Herrschaft, Bonn (Schriftenreihe der Bundeszentrale für politische Bildung, Bd. 314) 1992, p. 164 et G. Denzler/ V.Fabricius, Christen und Nationalsozialisten, Francfort/M. (Fischer) 1993.

42 HA 102/3.5.1933.

43 Cf. HA 103/4.5.1933, 112/15.5.1933.

44 A. von Saldern, Sozialmilieus, op. cit. pp. 20-52.

45 Broszat, Der Staat Hitlers op. cit. p. 209.

46 Cf. HA 96/25.4.1933.

47 Concernant les élections communales, l’union locale de Heide décida d’adresser à la fédé­ration des artisans de l’arrondissement une motion, demandant « que la liste national-socia­liste soit la seule à recevoir le soutien de l’artisanat » in HA 42/18.2.1933.

48 Cf. HA 41/17.2.1933, cf. aussi Heberle, Landbevölkerung op. cit., p. 164.

49 Cf. HA 42/ 18.2.1933.

50 Cf. HA 48/25.2.1933.

51 Cf. HA 96/25.4.1933.

52 Cf. HA 97/26.4.1933 et 107/9.5.1933.

53 Cf. HA/122/27.4.1933.

54 Cf. HA 45/22.2.1933.

55 Cf. HA 41/17.2.1933.

56 Cf. le compte-rendu dans HA 43/20.2.1933.

57 Cf. B. Herlemann, « Bäuerliche Verhaltensweisen unterm Nationalsozialismus am Bei­spiel Niedersachsen », in : Bajohr, Norddeutschland im Nationalsozialismus, op. cit., p. 109 sq.

58 Cf. HA 59/10.3.1933.

59 Cf. HA 148/28.6.1933.

60 HA 102/3.5.1933, 109/11.5.1933.

61 Cf. M-E. Rehn, Heider gottsleider. Kleinstadtleben unter dem Hakenkreuz : Eine Biogra­phie, Bâle (Verlag der schweizerischen Gesellschaft für Volkskunde) 1992, p. 42 sq.

62 Cf. Dithmarscher Landeszeitung 264/11.11.1972, LAS 761/8321.

63 Cf. HA 81/5.4.1933.

64 f. LAS 761/5016.

65 Cf. HA 100/29.4.1933 et 103/4.5.1933.

66 Concernant l’évolution et les problèmes de la recherche sur la résistance, cf. I. Kershaw, Der NS-Staat. Geschichtsinterpretation und Kontroversen im Überblick, Reinbek (Ro­wohlt) 1994, p. 267 sq., J.Schmädecke/P.Steinbach (s.d.), Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche Gesellschaft und der Widerstand gegen Hitler, Munich (Piper) 1994 3 et P.Steinbach/J.Tuchel (s.d.), Widerstand gegen den Nationalsozialismus, Bonn (Schriften der Bundeszentrale für politische Bildung, Vol. 323) 1994.

67 Cf. D.J.K. Peukert, « Der deutsche Arbeiterwiderstand 1933-1945 », in : Bracher/ Fun­ke/Jacobsen, Nationalsozialistische Diktatur 1933-1945. Eine Bilanz, op.cit. pp. 633-654.

68 Cf. Liste der abgerechneten Mitglieder in den Monaten Januar bis Juni 1933 des Bezirks Wasserkante : Stiftung Archiv der Parteien und Massenverbände der DDR im Bundes­archiv (SAPMO-BA) RY 1/I3/16/66.

69 Cf. HA 83/2.4.1933 et Rehn, Heider gottsleider, op. cit., p. 38.

70 Cf. Rehn, ibid., p. 36.

71 Cf. HA 86/11.4.1944, 87/12.4.1933, 94/22.4.1933, 196/23.8.1933 et Staatspolizeistelle in Altona an Geheime Staatspolizei in Berlin 3.10.1933 LAS 301/4535.

72 Cf. H.Weber, Kommunismus in Deutschland 1918-1945, Darmstadt 1983, p. 140 sq, H.Duhnke, Die KPD von 1933 bis 1945, Cologne 1972, p. 63 ff.

73 Cf. P.Steinbach, « Der Widerstand gegen die Diktatur. Hauptgruppen und Grundzüge der Systemopposition » in Bracher/Funke/Jacobsen (s.d.), Deutschland 1933-1945. Neue Studien zur nationalsozialistischen Herrschaft, op. cit. , p. 455.

74 Bericht des Bezirks Wasserkante über die Unterbezirke an ZK der KPD in Berlin du 7.10.1935 : SAPMO-BA RY 1/I3/16/67.

75 H. Weber, « Die KPD in der Illegalität » in R.Löwenthal/P.von zur Mühlen (s.d.), Widerstand und Verweigerung in Deutschland 1933 bis 1945, Bonn (Dietz) 1984, p. 85.

76 Cf. K. M. Mallmann, « Kommunistischer Widerstand 1933-1945. Anmerkungen zu For­schungsstand und Forschungsdefiziten » in Steinbach/Tuchel, Widerstand gegen den Nationalsozialismus. op. cit., p. 119.

77 Cf. Staatspolizeistelle in Kiel an Geheimes Staatspolizeiamt in Berlin du 4.9.1933, Bundesarchiv Abteilung Potsdam (BAP) R58/3622, Bl. 253.

78 Comme l’atteste un plan d’organisation et de transmission in : Staatspolizeistelle in Kiel an Geheimes Staatspolizeiamt in Berlin du 23.9.1933, BAP R58/3622, Bl. 273/274.

79 Selon l’historienne de la RDA Margot Pikarski (« Umstellung der KPD auf die Illegalität » in : Beiträge zur Geschichte der Arbiterbewegung 5/1978, p. 733) : « le parti parvenait pro­gressivement à adapter de mieux en mieux son organisation et son activité aux nouvelles conditions résultant du rapport de force des classes et pouvait en même temps tenir compte de nouveaux acquis tactiques ». Cette interprétation repose sur une vision très idéalisée de la situation du parti. Elle n’est nullement confirmée par les rapports internes faits à l’époque.

80 Cf. B. Herlemann, « Kommunistischer Widerstand » in : W. Benz/W.H. Pehle (s.d.), Lexikon des deutschen Widerstandes, Francfort/M. 1996 2, p. 31.

81 Cf. Bericht des Bezirks Wasserkante an die KPD-Zentrale in Berlin du 10.4.1933, SAPMO-BA RY 1/I3/16/66.

82 Sur l’importance des dénonciations pour le travail de la Gestapo, cf. R. Gellaty, Die Gestapo und die deutsche Gesellschaft. Die Durchsetzung der Rassenpolitik 1933-1945, Paderborn (Schöningh) 1993, K.-M. Mallmann/G. Paul, « Allwissend, allmächtig, all­gegenwärtig ? Gestapo, Gesellschaft und Widerstand » in : Zeitschrift für Geschichts­wissenschaft (ZfG) 41 (1993) 11, pp. 984-999, K.-M. Mallmann/G. Paul (s.d.), Die Gestapo. Mythos und Realität, Darmstadt 1996.

83 Cf. LAS 761/5016.

84 Cf. U. Pfeil, « Die KPD im ländlichen Raum. Die Geschichte der Heider KPD 1920-1935 », in  : Demokratische Geschichte X (1996), pp. 167-206.

85 Cf. K. Tenfelde, « Soziale Grundlagen von Resistenz und Widerstand » in : Schmädecke/ Steinbach, Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus, op. cit., p. 807.

86 Telegramm der Staatspolizeistelle Kiel du 9.11.1935, BAP R 58/2039, Bl. 319a.

87 Pour la controverse sur les différents concepts de résistance, cf. K.-M. Mallmann/ G. Paul « Resistenz oder loyale Widerwilligkeit. Anmerkungen zu einem umstrittenen Begriff » in ZfG 41 (1993) 2, pp. 99-116 et P. Steinbach, Widerstand gegen den Nationalsozialismus in der zeitgeschichtlichen Auseinandersetzung. Beiträge zum Widerstand der Gedenkstätte Deutscher Widerstand, Berlin 1995.

88 Cf. Paul, Zur Sozialgeschichte, op. cit. p. 45.

89 Cf. G. Paul/K.-M. Mallmann, Milieus und Widerstand. Eine Verhaltensgeschichte der Gesellschaft im Nationalsozialismus, Bonn (Dietz) 1995, p.13 sq.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540