Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

L’éducation totalitaire

Gilbert Krebs

Texte intégral

  • 1 "Wer die Schule hat, der hat die Zukunft". Ferdinand Stiehl cité par Friedrich Paulsen, Geschichte (...)

1Le slogan « Wer die Jugend hat, hat die Zukunft », apparu sous différentes formes en Allemagne vers la fin du XIXe siècle1, prend tout son sens dans un régime totalitaire qui, comme ce fut indéniablement le cas pour le national-socialisme, se considère comme porteur d’une nouvelle vision du monde, d’un nouveau système de valeurs. Il ne lui suffisait pas d’accéder au pouvoir : se considérant investi d’une mission historique aux dimensions de l’univers (weltgeschichtliche Sendung), il prétendait aussi changer la vie, changer la société, changer l’homme, changer le monde et – bien entendu – d’abord l’Allemagne et les Allemands pour en faire les acteurs et les premiers bénéficiaires de ces bouleversements. Ce n’est pas le lieu de s’arrêter ici sur la nature, la valeur, sur l’originalité, ni sur les aspects criminels de la Weltanschauung nazie : retenons simplement que le parti d’Adolf Hitler prétendait réaliser – c’est-à-dire, dans un premier temps, imposer au peuple allemand – sa nouvelle vision du monde. Dans cette opération, un rôle essentiel incombe à la jeune génération. Les classes d’âge dont la formation intellectuelle et morale n’est pas encore achevée, qui ne sont pas encore installées dans la vie, fournissent dans un premier temps une masse de manoeuvre facilement mobilisable pour la prise du pou­voir, et elles sont, d’une manière générale, beaucoup plus sensibles à des promesses de changement radical.

2Comme tous les régimes de type totalitaire, le soi-disant IIIe Reich ne pouvait donc pas manquer de prêter une attention toute particulière au domaine de l’éduca­tion de la jeunesse. Disposé à faire table rase du « système » existant, il ne pouvait pas se contenter de jeter bas le régime parlementaire de Weimar qui, pour les nazis, portait la double tare d’être le « fruit de la défaite » (H. Mann), elle-même résultat d’une trahison (« coup de poignard dans le dos »), et d’être issue d’une révo­lution inspirée et conduite par les marxistes, les juifs et leurs alliés démocrates. Changer le système signifiait aussi la volonté d’opérer un renversement des valeurs : d’une part, montrer la nocivité d’un système de valeurs hérité des Lumières et qui était considéré comme responsable de tous les maux des temps modernes et, d’autre part, imposer une nouvelle échelle de valeurs. Toute entreprise de ce genre est une affaire de longue haleine qui s’étend sur des générations : pour ce qui est des adultes, dont les habitudes de pensée et les systèmes de valeurs sont fixés et peu évolutifs, elle ne peut produire que des résultats très limités. En revanche, les jeunes, prompts à s’enflammer pour de nouveaux idéaux, sont aussi les meilleurs agents de propaga­tion de ces nouvelles valeurs dans le présent et dans l’avenir. Prendre le contrôle de la jeune génération, de ses corps comme de ses esprits, était, estimait-on, une garantie contre le retour aux errements anciens.

Le projet éducatif national-socialiste

  • 2 Par exemple : Alfred Baeumler, philosophe (spécialiste de Nietzsche, Kant et Bachofen) et pédagogue (...)
  • 3 Sur l’éducation sous le IIIe Reich on peut lire, p. ex., Wolfgang Keim, Erziehung unter der Nazi-Di (...)

3Au moment où il a accédé au pouvoir, le national-socialisme ne disposait pas d’une base doctrinale, pas plus dans le domaine de l’éducation de la jeunesse que dans d’autres domaines essentiels de la société et de l’Etat, ce qui ne saurait étonner, étant donné la nature profondément anti-intellectualiste du mouvement. On peut même estimer que sa propagande était d’autant plus efficace qu’elle reposait sur un fonds d’idées simples, traduites en mots d’ordre inlassablement martelés. Dans le domaine pédagogique, on trouve l’essentiel de ces idées déjà dans Mein Kampf. Le discours national-socialiste sur cette question s’est ensuite développé au fur et à mesure que les ambitions du mouvement se sont précisées. Et cette évolution s’est poursuivie après 1933. A présent des pédagogues qui se sont mis au service du mouvement2 cherchent à théoriser la pratique qui s’est établie, mais sans s’écarter des grands axiomes proclamés depuis le début. En fait, ces textes théoriques, peu nombreux au demeurant, n’ont guère joué de rôle pour façonner la réalité de l’éducation sous le Troisième Reich et ils ne sont, de ce fait, guère révélateurs de la pratique pédagogique de cette époque. Celle-ci était beaucoup plus diverse et contradictoire qu’on pourrait le penser. Là comme dans d’autres domaines, le régime a dû prendre en compte les réalités matérielles, les « pesanteurs sociolo­giques », les traditions de pensée, les convictions anciennes et a dû ménager des partenaires dont il avait encore besoin, par exemple le corps enseignant en place et les Eglises, en attendant de pouvoir les réduire à leur tour.3

  • 4 Là encore le national-socialisme se situe dans le prolongement de réflexions déjà déve­loppées sous (...)

4Dans le « programme » national-socialiste de 1920, les problèmes d’éducation sont encore abordés de façon très conventionnelle. L’article 20 de ce programme se contente de promettre à tous les Allemands capables et travailleurs (fähig und fleißig) la possibilité d’accéder à une éducation et à des positions supérieures, notam­ment par le développement de l’enseignement primaire et par une prise en charge par l’État des enfants doués, quelle que soit la situation des parents. Par ailleurs, le même article insiste sur la nécessité de développer l’éducation civique (Staats­bürgerkunde)4. Ce sont exactement les promesses qu’on peut attendre de la part d’un parti qui vise les classes moyennes et inférieures de la société.

5Dans Mein Kampf, quelques années plus tard, on voit mieux apparaître la spéci­ficité des objectifs de l’éducation nazie. C’est dans le tome 2 paru en 1927 qu’on trouve sur ce sujet les développements les plus abondants ... tout de suite après les pages consacrées aux problèmes de la race et à la nécessité de veiller à maintenir la force et la pureté raciale du peuple. Aussi la première mission assignée à l’éducation est-elle de lutter contre la dégénérescence de la race, de garantir la santé et la vigueur physique des jeunes. Partant du principe

  • 5 Les citations de Mein Kampf sont tirées de l’édition en deux volumes, Verlag Franz Eher, München, 1 (...)

«qu’un homme sans grande formation scientifique mais en bonne santé physique, doté d’un caractère bon et ferme, empli d’esprit de décision et de force de volonté, est plus précieux pour la communauté du peuple qu’une mauviette pleine d’esprit » (p. 452)5,

6A. Hitler explique que l’objectif central du nouvel Etat, de l’Etat « völ­kisch », dans le domaine de l’éducation ne doit pas consister à :

« faire ingurgiter (einpumpen) de simples connaissances mais à élever (heranzüchten) des corps parfaitement sains. Le développement des capacités intellectuelles ne vient qu’au deuxième rang. » (p. 452)

7Pour ce qui est de la formation de l’esprit, la priorité est donnée au déve­loppement du caractère, de la volonté et de l’esprit de décision et de respon­sabilité, ... « et en tout dernier lieu vient la formation scientifique » (ibid.)

8Pour le national-socialisme, l’éducation ainsi comprise est une affaire trop im­portante pour être laissée à la responsabilité des individus et en particulier des parents. C’est l’État qui doit prendre en mains la formation de cette nouvelle géné­ration, « affirmer son autorité et combattre l’ignorance et l’incompréhension » qui règnent en matière de préservation de la substance du peuple (Erhaltung des Volks­tums). L’État doit ainsi se substituer aux éducateurs naturels ou du moins compléter l’éducation donnée par les parents et corriger les erreurs de ceux-ci. (p. 453)

9L’école elle aussi doit être réformée : elle doit réduire ses exigences intellec­tuelles « et ne pas surcharger les jeunes cerveaux d’un ballast ... dont ils ne retien­dront qu’une faible partie, comme le montre l’expérience » (p. 454). En revanche, continue Hitler, il faudrait au moins deux heures d’éducation physique et de sport par jour et en particulier de sports de combat comme la boxe. En effet, l’Etat « völ­kisch »

« n’a pas pour mission d’élever une colonie d’esthètes pacifiques et de dégénérés physiques. Son idéal humain n’est pas l’honorable petit-bourgeois ni la vieille fille vertueuse mais des incarnations farouches de la force virile et des femmes capables, à leur tour, de mettre au monde des hommes. » (p. 455)

10L’existence de cette race saine d’hommes forts, résistants, énergiques corres­pond, explique A. Hitler, à une nécessité vitale pour un pays, et les malheurs que l’Allemagne a connus proviennent du fait qu’elle a oublié cette vérité et qu’elle a donné à sa jeunesse une éducation inappropriée : si les élites dirigeantes allemandes avaient été éduquées de cette manière au lieu de n’être gavées que de nourritures spirituelles, elles auraient su, en 1918, résister à cette révolution faite par une « ban­de de proxénètes, de déserteurs et de voyous » (ibid.). Il faut retrouver l’esprit de 1914, non seulement par le développement de la force physique, mais aussi en rendant aux Allemands et surtout aux jeunes leur confiance en eux-mêmes :

« Il faut inculquer cette confiance en soi au jeune Allemand dès l’enfance. Toute son éducation et toute sa formation doit viser à lui procurer la conviction d’être absolument supérieur aux autres » (II, 456).

11Cette jeunesse nouvelle sera une garantie pour l’avenir, pas seulement pour les futurs succès face à la menace extérieure ou intérieure, mais aussi pour la continuité de l’espèce et la pureté de la race, car, explique-t-il, les jeunes filles seront irrésistiblement attirées par ces jeunes Allemands aussi beaux que courageux et l’on ne verra plus des centaines de milliers de jeunes filles séduites par « d’affreux bâtards juifs aux jambes torses ».

«  Car c’est aussi l’intérêt de la nation de faire en sorte que les plus beaux corps se trouvent et contribuent ainsi à accroître la beauté du peuple » (ibid. 458).

  • 6 Ce sera chose faite en 1935.

12Cette éducation trouvera son couronnement au cours du service militaire dont il faut créer un équivalent en attendant de pouvoir le restaurer6. « à cette école, le garçon sera transformé en homme » (p. 459). Il y apprendra à obéir en attendant de pouvoir commander à son tour, il y apprendra à se taire et à accepter les réprimandes même injustifiées et surtout il s’y convaincra de l’invincibilité de son peuple. Il trouvera aussi quelques avantages et agréments personnels à cette éducation virile car « la jeune fille préfère toujours le soldat au non-soldat »

13Les jeunes filles devront, elles aussi, être éduquées dans le même esprit :

« là aussi l’accent doit être mis principalement sur l’éducation du corps, puis en second lieu sur les valeurs de l’âme et en dernier lieu sur celles de l’esprit. L’objectif inamovible de l’éducation féminine doit être la future mère » (p. 460).

14Ces quelques extraits sont sans doute suffisants pour caractériser ces pages dans lesquelles s’étalent dans une langue bien à lui les obsessions d’Hitler dans le domaine de l’éducation, mais aussi, à l’évidence, bien d’autres obsessions et fantasmes. L’objectif est clair : former une génération apte à mener le combat au nom du Deutschtum sur les deux fronts, sur celui de l’affrontement militaire avec les adver­saires qui veulent maintenir l’Allemagne dans une situation de dépendance et de quasi esclavage et qui empêchent l’Allemagne de poursuivre son expansion et sa conquête d’espace vital, d’autre part sur le front de cette « lutte des races » (Rassen­kampf), beaucoup plus impitoyable que la « lutte des classes », dans laquelle Hitler a cru découvrir le principe premier de l’histoire du monde.

« A coup sûr, le monde va au-devant d’un grand bouleversement. La seule question est de savoir si le résultat en sera le salut de l’humanité aryenne ou le profit du juif éternel.

En donnant à sa jeunesse une éducation appropriée, l’Etat völkisch doit veiller à créer une génération qui sera apte, le moment venu, à affronter les ultimes et suprêmes décisions sur cette terre.

Le vainqueur sera le peuple qui empruntera ce chemin le premier» (p. 475)

15Ce discours d’une clarté et d’une parfaite cohérence interne se retrouvera dans la plupart des textes ultérieurs, par exemple dans le discours d’Hitler du 4 décembre 1938 devant des dignitaires du parti :

  • 7 Ne portant pas d’armes, les jeunes du Arbeitsdienst étaient munis, pour défiler ou manoeu­vrer, d’u (...)
  • 8 Reproduit partiellement in : W. Michalka (Hrsg.) Deutsche Geschichte 1933-1945. Doku­mente zur Inne (...)

« [...] lorsque ces garçons entreront dans notre organisation à l’âge de dix ans et qu’ils y respireront pour la première fois de leur vie un air frais, ils passeront quatre ans plus tard du Jungvolk à la Hitler-Jugend et là nous les garderons encore une fois pendant quatre ans. Et ensuite nous ne les rendons surtout pas à leurs géniteurs, nous les faisons entrer dans le Parti, le Front du Travail, ou la SA ou la SS ou le NSKK etc. Et lorsqu’ils y auront passé deux ans ou un an et demi et s’ils ne sont pas encore des nationaux-socialistes convaincus, ils feront leur service du travail et y seront de nouveau dressés pendant six mois, sous le signe de la bêche allemande7. Et s’il subsiste encore, ça et là, après six ou sept mois, quelques traces de conscience de classe ou de morgue sociale, la Wehrmacht se chargera pendant deux ans de les en guérir. Et lorsqu’ils en reviendront après deux ou trois ou quatre années, pour éviter toute rechute, nous les réintégrerons tout de suite dans la SA, la SS etc. et ils ne retrouveront plus la liberté de toute leur vie. »8

16Parfaitement logiques et cohérents dans le contexte de la Weltanschauung national-socialiste et de l’ambition totalitaire du parti, ces propos et ces projets ne pouvaient manquer de choquer de larges couches de la population allemande, même celles qui étaient par ailleurs tout à fait acquises aux idées du nouveau régime. Ne s’agissait-il pas de véritables déclarations de guerre à l’adresse des éducateurs tra­ditionnels, à commencer par les parents. Le vocabulaire d’Hitler dans son discours de 1938 est à cet égard sans ambiguïté : il s’agit bien d’enlever, le plus tôt possible, les jeunes à leurs géniteurs, ces « alte Klassen- und Standeserzeuger » dont le ré­gime se méfiera toujours, et de ne plus les leur « rendre ». Si des nationaux-socia­listes convaincus pouvaient à la rigueur tirer quelque fierté à la pensée de faire ainsi don de leur progéniture au Führer (un des slogans reproduits sur des affiches rap­pellait aux jeunes « Du gehörst dem Führer ! ») cette attitude était malgré tout telle­ment contraire à des siècles de traditions intellectuelles et morales qu’elle ne pouvait manquer de susciter dans la grande majorité des parents une sourde résistance et les inciter à contrecarrer cette éducation en rappelant les valeurs traditionnelles, reli­gieuses ou politiques en vigueur dans la famille. Les témoignages publiés plus tard fourmillent d’exemples de cette nature.

17Le projet éducatif national-socialiste est également une déclaration de guerre à l’école, ou du moins une négation des valeurs sur lesquelles se fonde traditionnellement l’enseignement allemand. Certes les idées libérales et démocratiques, l’idéal de liberté et d’égalité, l’esprit de tolérance que la République de Weimar a cherché à propager dans la société allemande n’ont pas vraiment gagné les enseignants et leurs élèves. Mais il y a les valeurs plus anciennes formulées d’abord au début du XIXe siècle par Wilhelm von Humboldt et qui mettent au centre de l’enseignement, en particulier de l’enseignement secondaire et supérieur, les valeurs intellectuelles et humanistes, l’épanouissement de la personnalité de chaque élève au contact de la science, des langues anciennes et des textes fondateurs de la pensée occidentale. Certes cet idéal humboldtien, aussi éloigné de tout utilitarisme social que de tout endoctrinement idéologique, a connu bien des avatars au cours du XIXe siècle et les temps modernes ont déjà demandé leur tribut : il n’en restait pas moins une référence à laquelle la majorité des enseignants allemands se sentaient toujours attachés. Au contraire, la nouvelle éducation était anti-intellectualiste, elle reposait sur des valeurs irrationnelles et idéologiques, honneur, germanité, sang, sol, race, haine des autres.

18Les caractéristiques principales de cette éducation nouvelle que préconisait le national-socialisme peuvent se résumer ainsi :

  1. C’était une éducation à prétention totale. Certes, pour des raisons d’opportunité, elle devait composer, dans un premier temps avec les puissances éducatives an­ciennes, les parents, l’école et les Eglises. Mais il était évident que l’Etat totalitaire völkisch, incarné dans son parti unique, revendiquait pour lui la priorité pour l’édu­cation, en attendant de pouvoir imposer son monopole.

  2. C’était une éducation anti-intellectuelle. Elle postulait la priorité du dévelop­pement des capacités physiques, des forces du caractère et de l’âme sur le déve­loppement de l’intellect et sur l’acquisition de connaissances.

  3. C’était une éducation idéologique, quasiment religieuse. La foi dans le Führer, le respect du dogme national-socialiste, en particulier de son credo raciste et de son antisémitisme biologique en constituaient la base.

  4. C’était une éducation qui mettait la communauté au-dessus de l’individu. En tous points les intérêts du peuple l’emportent sur les intérêts particuliers. L’épanouisse­ment de la personnalité n’est plus un but en soi.

  5. C’était une éducation à visée militariste et belliciste. La préparation à la guerre, préparation physique, technique et morale est au centre de son programme.

L’éducation parallèle

19Il apparaît clairement, dès les pages de Mein Kampf consacrées à l’éducation, que le national-socialisme, pour pouvoir combattre l’influence éducative des pa­rents, de l’école traditionnelle ainsi que des Églises, pour pouvoir façonner le nouvel homme, comptait surtout sur des moyens et des institutions éducatives parallèles. Changer les mentalités des parents et des enseignants prendrait du temps, tandis que les mouvements de jeunesse tout en ayant dans l’Allemagne des années vingt une forte tradition sur laquelle le national-socialisme pouvait s’appuyer, constituaient un secteur peu structuré où l’on pouvait espérer ne rencontrer qu’une faible résistance. L’objectif dernier étant sans conteste le contrôle total de toute l’éducation de la jeunesse, il importait de trouver une première position, une sorte de tête de pont, per­mettant d’embrigader la jeunesse sans attaquer de front les puissances éducatives établies, tout en contrecarrant l’action de celles-ci et en sapant leur influence.

20La jeunesse hitlérienne, Hitler-Jugend, créée en 1922 n’a pris son essor qu’après 1926 et plus encore après la nomination en 1931 comme Reichsjugendführer de Baldur von Schirach qui, jusque là avait dirigé, avec un succès certain, l’Union des étudiants nationaux-socialistes (NS Studentenbund). Après l’arrivée du NSDAP au pouvoir, les responsables de la Hitler-Jugend exigèrent d’avoir le monopole du secteur des organisations de jeunesse. Comme pour la « mise au pas » des partis po­litiques et des syndicats, le régime eut recours à tous les moyens, de la séduction à la terreur, en passant par le mensonge et l’intimidation, pour éliminer les organisations existantes avant de légiférer pour établir définitivement sa position monopolistique. C’est ainsi que, rapidement, la Hitler-Jugend, naguère encore simple organisation de jeunesse d’un parti (Parteijugend), est devenue Jeunesse d’État (Staatsjugend). Dès la fin de 1933, après la dissolution des jeunesses protestantes, il ne restera plus, à côté de la Hitler-Jugend et de ses différentes organisations, que les mouvements de jeunesse catholiques provisoirement protégés, tant bien que mal – plutôt mal que bien – par le Reichskonkordat. Fin 1932 la Hitler-Jugend comptait environ 100.000 membres, fin 1934 ils seront 3,5 millions pour atteindre 8,7 millions début 1939. La Hitler-Jugend regroupait ainsi près de 95 % de la jeunesse allemande avant même d’être vraiment rendue obligatoire.

  • 9 Cf. p. 161.

21En dehors de la Hitler-Jugend proprement dite (garçons entre 15 et 18 ans), il y avait pour les garçons de 10 à 14 ans l’organisation du Jungvolk. Les filles, quant à elles, étaient également réparties, selon l’âge, entre les Jungmädel (10 à 14 ans) et le Bund Deutscher Mädel (15-18 ans). Toutes ces organisations étaient regroupées sous l’appellation globale Hitler-Jugend et structurées en 40 régions (Gebiet), elles-même subdivisées en unités de plus en plus petites, respectivement appelées Bann, Stamm, Gefolgschaft, Schar und Kameradschaft. Ces subdivisions à la fois régio­nales et hiérarchiques obéissaient strictement au Führerprinzip. Le système d’embri­gadement total esquissé par Hitler dans son discours évoqué ci-dessus9 est complété au-delà de 18 ans par un ensemble de diverses organisations dont le plus important était le Service du travail (Reichsarbeitsdienst, RAD) d’abord volontaire puis obligatoire pour les jeunes gens depuis 1935, pour les jeunes filles depuis 1939. Outre la fonction économique de cette organisation (travaux d’intérêt public, puis remplacement de la main d’oeuvre mobilisée pendant la guerre, par exemple au moment des moissons etc.), elle servait aussi à l’entraînement physique et à l’endoctrinement idéologique. La vie communautaire dans les camps du travail se prêtait parfaitement à cette fin. Pour les jeunes hommes le service militaire obligatoire réintroduit dès 1935, en violation des clauses du Traité de Versailles, sera bien entendu le maillon le plus important de cette chaîne de servitude et d’éducation totalitaire.

  • 10 cf. Baldur von Schirach, Die Hitler-Jugend. Idee und Gestalt, Berlin 1934.

22Conformément aux principes éducatifs exprimés par Hitler dans Mein Kampf, le mouvement de jeunesse hitlérien mettait au centre de ses activités l’endoctrinement idéologique et l’entraînement physique et militaire. Ce dernier est présenté comme un devoir national « Körperertüchtigungspflicht » (« Dein Körper gehört der Na­tion »). La HJ a pris rapidement le contrôle de toutes les activités sportives des jeu­nes (Jugendsport) et a instauré un vaste système de compétitions sportives au niveau local, régional et national (en 1939 environ 7 millions de jeunes participent au Reichssportwettkampf). La Hitler-Jugend a également créé, ou plutôt confisqué à son bénéfice, des écoles de sports pour former les moniteurs et éducateurs sportifs (Reichssportschulen) et mis en place des unités spéciales où sont pratiqués des sports (p.ex. l’aviation légère, le vol à voile, la motocyclette, le tir etc.) dont le caractère de préparation militaire est indéniable. Cet entraînement physique et spor­tif (qui s’étend aussi aux organisations féminines du BDM) est considéré comme partie intégrante du service d’un Hitlerjunge (HJ-Pflichtdienst) et sa pratique donne lieu non seulement à des compétitions mais aussi à des épreuves de passage, à la délivrance d’insignes et de médailles.10 Les corps sains et vigoureux devaient aussi apprendre la discipline : beaucoup d’activités avaient un caractère militaire très évi­dent : marches, manoeuvres, défilés, exercices, avec ou sans armes etc. Les camps, organisés de manière militaire, constituaient le lieu par excellence de l’endoctrinement idéologique et de l’entraînement physique et militaire.

23L’autre grand volet de l’éducation au sein de la Hitler-Jugend était l’endoctrinement idéologique, par la théorie et la pratique. Les séances théoriques (weltanschau­liche Schulung) destinées à enseigner entre autres les principes de base de la Welt­anschauung nazie, l’histoire du mouvement et les vertus civiques du bon Volks­genosse avaient lieu notamment au cours de réunions régulières en semaine (Heim­abende), mais aussi au cours de stages, de camps etc. La partie pratique consistait à charger la HJ de tâches politiques et sociales de plus en plus nombreuses. Il y avait, par exemple, les patrouilles de la Hitler-Jugend (HJ-Streifendienst). D’abord chargé surtout de veiller à la discipline interne du mouvement en surveillant la HJ elle-même dans ses déplacements et ses activités et de dénoncer d’éventuelles reprises d’acti­vités illégales des mouvements de jeunesse dissous, le H.J Streifendienst finit pen­dant la guerre en auxiliaires de police, participant par exemple à la traque de prison­niers évadés. La Hitler-Jugend était aussi mobilisée pour la plupart des mani­festations du parti, pour des actions de progagande ou d’agitation, pour l’aide aux champs lors de la moisson, pour l’aide sociale (surtout pour les jeunes filles du BDM), pour d’incessantes collectes d’argent (par exemple pour le « Secours d’Hiver », Winterhilfswerk) ou de vêtements, de métaux etc. Tout cela était soutenu par un appareil administratif considérable, des publications, des émissions de radio hebdomadaires (Stunde der jungen Nation) etc. En 1934 le samedi est déclaré Staatsjugendtag, les membres de la HJ étant dispensés de classe ce jour-là pour pou­voir participer aux activités du mouvement, randonnées ou réunions. Ceux qui n’en faisaient pas partie avaient, à l’école, des heures spéciales ou des séances d’endoc­trinement national-socialiste.

24L’organisation de la jeunesse devenait peu à peu un véritable État dans l’État sous la direction de l’ambitieux Baldur von Schirach devenu en 1933 Jugendführer des Deutschen Reichs, prenant ses ordres directement d’Adolf Hitler. A mesure que le domaine des activités s’étendait, les conflits de compétence, si caractéris­tiques du fonctionnement de l’Etat national-socialiste, se multipliaient. Conflits par exemple avec le Front du travail DAF, à propos de l’organisation des Concours professionnels, Reichsberufswettkampf (3,5 millions de participants en 1939) ; conflits de compétences avec le ministre de l’éducation (Reichserziehungsminister) Bernard Rust à propos de l’éducation physique et sportive ; avec l’armée à propos de la préparation militaire générale ou spécialisée (aéronautique, navigation, moto­cyclisme, transmissions) ; avec le ministère de la propagande (Reichspropaganda­ministerium) à propos de la formation idéologique.

25Ces conflits qui se déroulaient sur tous les plans, des Reichsführer et des Reichs­minister, jusqu’au niveau local, loin de paralyser l’activité du mouvement l’inten­sifiait en développant un esprit de compétition et de poursuite de succès nécessaires pour gagner et garder la faveur des chefs. La guerre accentua encore la prolifération tentaculaire des domaines d’intervention de la Hitler-Jugend, ne serait-ce que parce que sa contribution à l’effort de guerre devenait de plus en plus indispensable : cela allait de missions d’encadrement des enfants envoyés à la campagne (Kinderland­verschickung) pour les mettre à l’abri des bombardements, jusqu’à des missions plus dangereuses de défense passive (Luftschutz) et de défense anti-aérienne (Flak-Helfer), en attendant la mobilisation ultime dans les rangs du Volkssturm où les jeunes formèrent, avec les vétérans, un ultime et dérisoire rempart contre l’assaut final.

26Dès le début, la Hitler-Jugend apparaissait comme un contre-pouvoir éducatif par lequel l’action de l’école, mais aussi l’influence du foyer parental et celle des Églises devaient être combattues et annulées. Mais cet objectif ne pouvait évidemment pas être ouvertement proclamé. La loi du 1er décembre 1936 définissait la mission de la Hitler-Jugend en la considérant comme un partenaire à égalité avec les autres autorités éducatives, en oubliant cependant les Eglises :

  • 11 cf. Michalka, op. cit. p. 90.

« Art. 2 : La Hitler-Jugend a pour tâche, à côté de la famille et de l’école, d’éduquer la totalité de la jeunesse allemande physiquement, intellectuelle­ment et moralement dans l’esprit du national-socialisme pour la préparer à servir le peuple et la communauté. »11

27C’est seulement le 25 mars 1939 que parurent les décrets d’application. Le premier renforce entre autres la position du Reichsjugendführer vis-à-vis des autres départements ministériels, le second stipule d’une part, que c’est un honneur de servir dans la HJ (« Ehrendienst am Deutschen Volk »), d’autre part, que c’est une obligation pour tous les jeunes Allemands entre 10 et 18 ans de servir dans une des branches du mouvement ... et que des amendes voire des peines de prison attendent les parents qui n’inscrivent pas leurs enfants, ou quiconque empêche un jeune de servir dans la HJ, et que la police peut obliger un jeune à remplir ses obligations vis-à-vis de la HJ. Ce degré supplémentaire franchi dans la mobilisation de la jeunesse, qui fait de l’entrée dans la Hitler-Jugend un service obligatoire, à l’instar du service militaire est sans aucun doute à placer dans le contexte de la guerre que le IIIe Reich s’apprête à déclencher.

  • 12 cf. Baldur von Schirach, Die Hitler-Jugend. Idee und Gestalt, Berlin 1934.

28Dans son livre sur la Hitler-Jugend, Baldur von Schirach12 prend bien soin d’in­sister sur la nécessaire complémentarité de l’action des différents agents éducatifs mais en insistant bien sur le fait que leur action doit être subordonnée à l’intérêt supérieur de la communauté nationale et que les objectifs de celle-ci sont définis par le parti national-socialiste. Cela revient clairement à revendiquer une priorité de fait pour la Hitler-Jugend. Les conflits entre la HJ et l’école ne pouvaient manquer et les plaintes étaient nombreuses : les enseignants et les directeurs d’écoles (du moins ceux qui avaient du courage) se plaignaient de l’arrogance des chefs de la HJ, qui prétendaient avoir leur mot à dire même à l’école, et de l’absentéisme des membres de la HJ. De leur côté, les jeunes de la HJ et leurs chefs se plaignaient de l’incompréhension et de l’étroitesse d’esprit des enseignants et ils avaient généra­lement le soutien des responsables locaux du parti. Un véritable conflit de géné­rations se faisait jour, qui n’était pas fait pour déplaire aux responsables du parti et aux idéologues nazis.

  • 13 Melita Maschmann, Fazit. Mein Weg in der Hitler-Jugend, dtv, 1979, p. 24.

« J’ai commencé à manquer l’école alors que j’étais en Seconde. Le service de la Hitler-Jugend dévorait de plus en plus de mon temps et de mes forces. Souvent je partais de la maison à 5 heures du matin et je n’apparaissais à l’école que pour la deuxième ou la troisième heure de cours ou bien je disparaissais après la grande récréation pour le reste de la matinée. »13

L’école sous le IIIe Reich

29Le système éducatif allemand prestigieux et riche d’une forte tradition, n’a pas été épargné par la Gleichschaltung. Pourtant, au premier abord, il paraît avoir été peu modifié en ce qui concerne sa structure générale. En réalité les changements sont plus profonds et moins visibles : ce sont, d’une part, des changements dans les contenus enseignés et dans l’esprit de l’enseignement et, d’autre part, des chan­gements affectant le rôle dévolu à l’école dans l’ensemble du dispositif d’éducation. Ce rôle s’est trouvé, sans aucun doute, restreint à cause de l’importance croissante prise par le mouvement de jeunesse du parti et à cause de la création d’établisse­ments spécialement destinés à la formation de la nouvelle élite de l’État et de la société national-socialistes.

30Dans l’enseignement général, le cursus débute par l’école élémentaire commune à tous (la Grundschule, une invention de la République de Weimar !) à l’issue de laquelle, au bout de quatre ans, trois voies s’ouvrent : celle de l’enseignement pri­maire supérieur (Hauptschule), celle de l’enseignement secondaire moderne (secteur simplifié en 1938 par la généralisation du type de la Deutsche Oberschule avec ses deux variantes : sciences ou langues vivantes) et l’enseignement secondaire clas­sique (Gymnasium) inchangé, mais progressivement marginalisé. Les timides tenta­tives faites sous Weimar pour introduire la mixité dans les établissements sont stop­pées : garçons et filles fréquentent des établissements distincts. Le recrutement so­cial de l’enseignement secondaire ne subit par de changement notable : il reste l’apa­nage des classes moyennes et supérieures, les enfants d’ouvriers ou de paysans représentent un infime pourcentage (à remarquer que ce pourcentage est plus fort dans les écoles du parti où les considérations politiques comptent davantage que le statut social des parents).

31Pourtant il y a des changements dans le système éducatif général. Dès 1933, en effet, plusieurs lois sont adoptées qui modifient la composition du corps enseignant comme celle des effectifs d’élèves. En instaurant un numerus clausus restreignant à 1,5 % le pourcentage d’enfants juifs autorisés à s’inscrire dans les établissements scolaires et universitaires, la loi du 25 avril 1933 (Gegen die Überfüllung deutscher Schulen und Hochschulen) constitue le premier pas vers l’exclusion des élèves et des étudiants juifs du système éducatif. En 1935, B. Rust crée des « écoles spéciales » pour les élèves juifs, puis en 1938 il interdit à ceux-ci de fréquenter désormais les « écoles allemandes ». Enfin, en 1942, les « écoles juives » sont fermées à leur tour sur tout le territoire du Reich. L’évolution du statut de la population juive en Alle­magne se reflète aussi dans ce domaine, depuis les premières persécutions jusqu’à l’Holocauste final.

32Autre changement : l’épuration du corps enseignant. Dès 1933, la loi sur la fonction publique et les lois d’exception contre l’opposition politique ont permis au régime de chasser de leurs chaires les enseignants « non aryens » et ceux soup­çonnés d’être des opposants politiques. Ne restaient donc en fonction, en principe, que ceux qui donnaient au régime toutes les garanties jugées souhaitables en matière de conformité raciale et de conformisme politique. Il faut rappeler que dans leur majorité les enseignants formés dans les universités et les Pädagogische Akademien allemandes sous l’Empire et la République étaient proches des partis de droite, deutschnational ou national-socialiste. Malgré cela – et de nombreux témoignages le montrent – tous n’étaient pas prêts à s’aligner aveuglément sur les nouvelles direc­tives du régime. Ce qui les retenait, ce n’étaient pas des considérations politiques, car pour l’essentiel ils partageaient les options fondamentales du régime, c’étaient plutôt son anti-intellectualisme agressif, son mépris des valeurs les plus sacrées de la science et de la culture allemandes. L’appartenance au NS-Lehrerbund n’y chan­geait rien, pas plus que les cours et les stages de formation idéologique auxquels nul ne pouvait échapper.

33Si le Troisième Reich n’a pas profondément modifié les structures du système éducatif, il a en revanche redéfini les programmes et les manuels dans le sens de son idéologie. Les deux disciplines d’enseignement les plus directement visées étaient l’histoire et la biologie. La première pour récrire toute l’histoire de l’Allemagne et montrer que le Reich d’Adolf Hitler était l’aboutissement et le couronnement de la grandeur allemande, sans s’embarrasser de scrupules scientifiques ni de la plus élé­mentaire vérité historique. La biologie, notamment sous la forme vulgarisée d’une Rassenkunde pseudo-scientifique servait à la propagation des mots d’ordre de purification raciale et d’élimination des races inférieures. Même dans les matières où l’on s’y attendait le moins, l’infection idéologique était présente. A preuve, ce pro­blème d’arithmétique qui demande « La construction d’un asile d’aliénés coûte environ 6 millions de marks. Pour cette somme, combien de logements familiaux pourrait-on construire  ? »

34Les programmes d’autres matières étaient eux aussi modifiés dans le même sens, par exemple la géographie ou l’enseignement de l’allemand, notamment par le biais des Lesebücher. Voici comment les instructions définissent les quatre thèmes centraux de l’enseignement de l’allemand dans les écoles secondaires :

  1. Le peuple comme communauté raciale. Dans ce contexte l’accent sera mis sur les idées de race et d’hérédité, sur la généalogie et l’ethnologie.

  2. Le peuple comme communauté de destin et de combat. La lutte pour la conquête de l’espace vital. La vie militaire (armée, aviation, marine), l’hé­roïsme, la littérature de guerre, le combattant des tranchées de la Guerre mon­diale comme figure mythique et comme force morale. La femme pendant la Guerre mondiale. Les groupes et formations de combat national-socialistes. La colonisation, le rôle du chef, la camaraderie. La lutte du peuple allemand hors des frontières.

  3. Le peuple comme communauté de travail. La vie du travailleur et du paysan, du commerçant, du chercheur et de l’artiste, de la femme allemande.

    • 14 Cité d’après H.U. Thamer, Verführung und Gewalt, Berlin, 1986, p. 410.

    Le peuple comme communauté d’idées. La Weltanschauung germanique et le sentiment germanique de la vie. La notion de peuple et d’Etat dans la littérature allemande. Le combat intellectuel des prophètes et des penseurs politiques du peuple. Sentiment de la nature et quête de Dieu.14

  • 15 cf. H. Scholtz, Erziehung und Unterricht unterm Hakenkreuz, Göttingen, 1985.

35Les nouveaux programmes faisaient aussi une place accrue aux heures de gymnastique et de sport, mais en respectant certains équilibres. De toute manière, il ne faut pas penser que ces nouveaux programmes, ces nouveaux manuels sont le reflet fidèle de la réalité quotidienne de l’enseignement allemand. Des témoignages concordants, littéraires ou documentaires, font apparaître une réalité complexe et diverse, où chaque école, chaque classe, chaque relation interpersonnelle entre enseignant et élève pouvaient constituer une sorte de micro-climat, et donner une coloration idéologique différente à l’action éducative. Si l’opposition ouverte était impossible dans le cadre scolaire à cause de la vigilance de la Gestapo et des risques de dénonciation, il pouvait y avoir une variété infinie dans le degré d’engagement idéologique des professeurs.15

36En revanche dans les écoles nouvelles créées par le parti et ses organisations pour former la relève des élites dirigeantes, les objectifs d’endoctrinement idéologique et de préparation au métier des armes, occupaient l’essentiel de l’emploi du temps.

  • 16 Qui avaient été interdites par le traité de Versailles.

37Il y avait d’une part les Nationalpolitische Anstalten (Napola) héritières des Kadettenanstalten de l’Empire16. C’étaient des internats où le programme d’ensei­gnement des lycées se combinait à une intense formation physique et politique de type militaire. Placés sous la compétence conjointe du Ministère de l’éducation et de la Reichsführung SS, ces établissements pour les jeunes de 10 à 18 ans devaient former dans la tradition prussienne et national-socialiste les futurs cadres du parti, de la SS et de l’armée. Les Adolf-Hitler-Schulen étaient, elles, financées par la Deut­sche Arbeitsfront et gérées par la Reichsjugendführung. Les élèves y étaient admis à l’âge de 12 ans et pouvaient acquérir en 5 ans l’équivalent du baccalauréat. Là aussi il s’agit de former, par une combinaison d’enseignement théorique et d’entraînement militaire, les futurs cadres du parti et de la HJ. Pour y entrer, il fallait être recommandé par le parti ou la HJ et offrir toutes garanties raciales et idéologiques. Les Ordensburgen, elles aussi financées par la DAF, offraient aux anciens élèves des Napola et des AHS la possibilité d’une formation complémentaire de 3 ans pour accéder à l’élite des chefs nazis. Cette nouvelle « noblesse de la nation » passait la dernière année de scolarité à la Marienburg en Prusse. Mais ces nouveaux établisse­ment étaient finalement peu nombreux par rapport aux milliers d’établissements traditionnels. A la fin de la guerre il y avait 35 Napolas (dont une pour jeunes filles), 12 Adolf Hitler-Schulen et 3 Ordensburgen. Si on y ajoute les 2 Junkerschulen des SS, cela ne fait qu’un total de 52 Écoles.

La jeunesse allemande entre mirage et désenchantement

38La question se pose inévitablement : jusqu’à quel point ces efforts monstrueux de dressage idéologique et militaire d’une génération entière pour la mettre au service des entreprises criminelles du régime, de sa soif de conquête et pour, en fin de compte, la sacrifier dans des combats insensés, ont-ils été couronnés de succès ? Il est difficile, sinon impossible, de répondre à cette question en historien, en l’absence de tout indicateur fiable pour mesurer le degré de réussite ou d’échec.

39Rien n’est quantifiable en la matière et l’on est réduit à extrapoler à partir de cas isolés. Le taux de participation et d’adhésion des jeunes n’est pas un critère, étant donné que dans le cas de la Hitler-Jugend comme dans celui de l’école, il n’y avait pour ainsi dire aucun moyen d’y échapper et l’on ne peut mesurer le degré d’enga­gement personnel déployé par chacun. Ont-ils été attentifs, enthousiastes, convain­cus, ou simplement présents parce qu’il le fallait bien ? Comment le savoir soixante ans plus tard ? Tout ce qui fut écrit et publié à l’époque sur l’adhésion de la jeunesse au régime et donc sur le succès des efforts de ce dernier pour gagner la jeunesse, n’est pas très probant : dans un régime d’oppression déniant à ses citoyens toute liberté d’opinion et d’expression, le conformisme et la « langue de bois » règnent en maîtres, sans compter que la plupart de ces textes étaient destinés à servir à leur tour d’instruments de propagande pour réaliser cette unanimité et cette adhésion totale qui étaient l’objectif dernier.

40Les souvenirs publiés plus tard par les jeunes de l’époque sont aussi sujets à caution, d’une part parce que la mémoire est sélective et déforme le vécu, le plie à des schémas explicatifs extérieurs, souvent acquis par contamination avec d’autres témoignages et sources publiés antérieurement, d’autre part parce que des témoi­gnages personnels, mêmes nombreux, ne reflètent qu’un certain nombre de situa­tions individuelles et ne permettent guère de généralisation. Une grande prudence est de mise pour leur exploitation.

41Une source documentaire échappe à ces réserves : les rapports de police rendant compte d’enquêtes et de poursuites engagées contre des jeunes, de minutes de pro­cès ou de rares articles de journaux rendant compte de ces poursuites. Ces docu­ments permettent de constater l’existence d’une opposition de la jeunesse, d’actions illégales de jeunes agissant sur le territoire national ou de l’extérieur (notamment par l’introduction clandestine de tracts et de journaux). Mais ils ne permettent pas d’en mesurer l’étendue, car il s’agit de cas ponctuels. Ils ne permettent pas non plus de conclure par l’absurde que tous ceux qui n’ont pas fait l’objet de poursuites avaient adhéré au régime.

42Nous nous contenterons donc ici d’indiquer quelques pistes et thèmes de réflexion :

43Certes il y a eu d’innombrables jeunes garçons et filles fanatisés et entièrement gagnés par la propagande incessante à laquelle ils étaient exposés. On peut même estimer qu’à un moment ou à un autre tous les jeunes ont été sensibles aux attentions dont ils étaient apparemment l’objet de la part du nouveau régime. Pour certains cette fascination durera jusqu’au bout. Mais pour beaucoup d’autres, des réserves sont venues tempérer tôt ou tard l’enthousiasme initial. C’est ce qui apparaît dans leurs souvenirs .

44Un des thèmes récurrents des souvenirs est celui du refuge, de l’îlot dans la tempête. Tout en décrivant l’omniprésence de l’appareil de propagande ou d’endoctrinement à l’école, dans les mouvements de jeunesse, dans la rue et partout, de très nombreux jeunes décrivent comment ils ont trouvé un abri où ils pouvaient échapper pour un moment à ce martèlement et même trouver un soutien moral et intellectuel pour y résister. Ce pouvait être le foyer parental, tel maître, un groupe de camarades, un ecclésiastique. Souvent aussi ils rapportent comment cette influence qui cherchait à corriger les opinions et les slogans martelés par le régime pouvait les déranger, les heurter, avant de leur donner à réfléchir. Ce refuge, dans certains cas, pouvait être toute une école.

45La femme de l’ancien chancelier fédéral, Hannelore Schmidt, se souvient

  • 17 Helmut Schmidt e.a., Kindheit und Jugend unter Hitler, Berlin 1994, p. 35. Mais l’at­mosphère culti (...)

« Helmut et moi sommes aujourd’hui encore reconnaissants pour nos années d’école à la Lichtwarkschule qui ont été pour nous infiniment stimulantes. [...] Cette école a été pour nous un peu comme une île dans le paysage poli­tique de l’époque »17.

46Un second thème est celui de l’illusion suivie du désenchantement. Une adhésion enthousiaste au nouvel idéal social et aux nouveaux modes de vie que le régime pro­posait à la jeunesse était suivie d’un réveil pénible, d’une déception d’autant plus grande que l’illusion première avait été forte. Le succès des mouvements de jeunesse national-socialistes, du moins dans les premiers temps, était une réalité. Les slogans, les promesses, les perspectives ouvertes à la jeunesse avaient de quoi la séduire parce qu’ils répondaient à certaines attentes. Le national-socialisme se présentait comme le parti de la jeune génération et faisait miroiter à celle-ci un avenir radieux dans lequel elle jouerait le rôle prin­cipal. En s’attaquant au système corrompu de Weimar le NSDAP retrouvait quelques unes des rancoeurs de la jeunesse allemande qui s’estimait trahie et dépouillée de son avenir. Même des slogans comme celui de la communauté nationale et du Führerprinzip rejoignaient certaines des idées qui avaient cours dans la jeunesse organisée. De surcroît pour les activités du Jungvolk et de la HJ, les nazis n’hésitaient pas à reprendre des pratiques éprouvées y compris le principe de base « Jugend muß durch Jugend geführt werden ». Tous les jeunes d’abord séduits ne furent pas en mesure de reconnaître qu’il s’agissait en réalité de leurres. Cette découverte d’avoir été trompé, leurré se produisit plus ou moins rapidement.

47Même d’authentiques résistants comme Hans Scholl ont succombé un temps à la séduction. Sa soeur Inge se souvient de l’enthousiasme avec lequel ces jeunes ont découvert les joies de la communauté

  • 18 Inge Scholl, Die weiße Rose, Frankfurt, Fischer TB, 1955, p. 46.

« On nous disait que nous devions vivre pour une grande cause. On nous prenait au sérieux et cela nous donnait un élan extraordinaire [...] Nous sentions que nous prenions part à un processus, un mouvement, qui transformait une masse en un peuple. »18

48Hans Scholl, ses soeurs et ses amis se détourneront de leurs illusions au bout de peu d’années et se lanceront pendant la guerre dans cette action de résistance aussi héroïque que vaine, connue sous le nom de la Rose Blanche.

49D’autres ont eu besoin de plus de temps avant de comprendre et de trouver leur chemin de Damas. Ainsi Manfred Rommel, fils du Feldmarschall et futur maire de Stuttgart, n’a commencé à se poser des questions que beaucoup plus tard, après l’assassinat de son père.

  • 19 Témoignage reproduit dans : Schule im Dritten Reich. Erziehung zum Tod ? dtv, 1983, p. 116-117.

« Si on m’avait demandé alors si j’étais national-socialiste, j’aurais répondu oui sans hésiter [...] Sans doute, je ne savais pas très exactement ce que cela signifiait [...]. Une modification fondamentale se produisit dans mon attitude juvénile lorsque le 14 octobre 1944 mon père fut arrêté et tué. Je découvris alors que je vivais dans un Etat inique, que les objectifs d’Adolf Hitler n’avaient rien à voir avec les intérêts du peuple allemand, qu’on nous avait trompés [...] Mais je gardais pour moi ma nouvelle opinion ».19

  • 20 Voir, entre autres A. Klönne, Gegen den Strom. Ein Bericht über die Jugendopposition im Dritten Rei (...)

50Un troisième thème est celui de la contre-culture de groupe. Pour se soustraire à la pression et à la propagande omniprésentes dans la vie quotidienne, de nombreux jeunes, surtout dans les grandes villes, se regroupaient pour se ménager, en marge de leurs activités imposées, des espaces de liberté, des temps de répit où ils pouvaient avoir, en compagnie de camarades librement choisis et non imposés, des activités qui correspondaient à leurs goûts et non à un « service » fixé par l’Etat. La nature et l’importance numérique de ces groupes étaient aussi diverses que leurs activités, leur longévité et leur degré d’opposition au régime. Les noms qu’ils se donnaient variaient d’un endroit à l’autre, mais une chose leur était commune, la violente hostilité que leur vouaient le régime et sa police. Une section particulière de la police politique était chargée de surveiller et, le cas échéant, de réprimer les « menées illégales » de ces « Cliques » que le SD et la Gestapo traquaient sans répit et traînaient souvent devant les tribunaux. C’est d’ailleurs par les dossiers de la justice qu’on peut avoir une idée approximative de cette forme d’opposition juvénile qui se traduisait parfois par le vêtement, la coupe de cheveux, le jazz (p. ex. la Swing-Jugend de Hambourg) parfois par des actes de résistance plus concrets (p. ex. les Edelweißpiraten dans la Ruhr).20

51La résistance véritable est beaucoup plus rarement attestée dans les témoignages sur cette époque, si l’on entend par là des actions publiques mettant en cause le régime, ses représentants, ses idées et ses objectifs. Il pouvait difficilement en être autrement sous un régime de terreur. Le cas de la Weiße Rose est exceptionnel, comme celui des Edelweißpiraten (5 jeunes membres de ce groupe furent exécutés à Cologne le 10 novembre 1944 pour des actes de sabotage).

Conclusion

52Au terme de ce survol, quelles conclusions pouvons-nous tirer ?

53Le projet éducatif du troisième Reich était un projet total, monstrueux. On peut le décrire sur le mode poétique comme l’a fait Michel Tournier, en évoquant des figures légendaires qui font trembler depuis des générations tous les enfants : le Rattenfänger qui entraîne les enfants à leur perte, l’ogre qui veut les dévorer, le Roi des Aulnes qui, ne pouvant les séduire, les emporte de force.

54De manière plus prosaïque on peut constater que le national-socialisme est arrivé sur la scène politique allemande porteur d’un projet de société totale qui n’a d’équi­valent dans aucun autre mouvement politique, ni aucun autre pays moderne. Il ne s’agissait de rien moins que de mobiliser toutes les ressources humaines en vue d’une entreprise criminelle dans son essence même. Dans cette mobilisation géné­rale et cette préparation d’une nation entière au combat ultime un rôle essentiel était dévolu à la jeunesse.

55Mais dans la réalité, cette société totale n’a jamais existé, cette éducation totale n’a fonctionné qu’imparfaitement en partie à cause de l’incapacité du régime et de ses dirigeants, à cause du chaos institutionnel du système national-socialiste, en partie aussi à cause de la nécessité où se trouvait le régime de ménager les agents traditionnels de l’éducation, les Églises, le système éducatif, la famille et à cause du refus d’une partie des jeunes à accepter cet embrigadement.

56L’image d’une société entièrement mise au pas, que les propagandistes nazis ont décrite sans relâche et que les observateurs extérieurs ont eu tendance souvent à croire, ne serait-ce que pour en fustiger le caractère monstrueux, est trop simpliste pour être véridique. Aujourd’hui nous devons avoir une vision plus nuancée, sinon nous tombons à notre tour dans le piège des mensonges du petit docteur Goebbels.

Notes

1 "Wer die Schule hat, der hat die Zukunft". Ferdinand Stiehl cité par Friedrich Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts in Deutschland, t. II, p. 497. "Wer die Jugend hat, be­sitzt die Zukunft", Bosse, Ministre prussien des Cultes et de l'enseignement, cité d'après E.R. Huber, Deutsche Verfassungsge­schichte seit 1889, Bd. IV, p. 927. "Wer die Jugend hat, der hat die Armee". Cf. Karl Liebknecht en 1907, in : Gesammelte Reden und Schriften, Berlin, Dietz, Bd. I, p. 456.

2 Par exemple : Alfred Baeumler, philosophe (spécialiste de Nietzsche, Kant et Bachofen) et pédagogue (cf. Männerbund und Wissenschaft, Berlin 1934 ; Politik und Erziehung, Berlin 1937 ; Bildung und Gemeinschaft, Berlin 1942) et Ernst Krieck, auteur, en particulier, de Nationalpolitische Erziehung, Leipzig 1932 ; G. Usadel : Zucht und Ordnung. Grund­lagen einer nationalsozialistischen Erziehung, Hamburg 1935.

3 Sur l’éducation sous le IIIe Reich on peut lire, p. ex., Wolfgang Keim, Erziehung unter der Nazi-Diktatur, Darmstadt 1995 ; Kurt-Ingo Flessau, Schule der Diktatur. Lehrpläne und Schulbücher des Nationalsozialismus, Frankfurt (Fischer)1979 : Karl-Heinz Dickopp, Systemanalyse nationalsozialistischer Erziehung, Ratingen-Wuppertal 1971 ; K.C. Lingelbach, Erziehung und Erziehungstheorien im nationalsozialistischen Deutschland, Frankfurt 21979.

4 Là encore le national-socialisme se situe dans le prolongement de réflexions déjà déve­loppées sous l’Empire de Guillaume II et exposées entre autres par l’empereur lui-même lors de la Schulkonferenz de 1889 : "Schon längere Zeit hat Mich der Gedanke beschäftigt, die Schule in ihren einzelnen Abstufungen nutzbar zu machen, um der Ausbreitung sozia­listischer und kommunistischer Ideen entgegenzuwirken. In erster Linie wird die Schule durch Pflege der Gottesfurcht und der Liebe zum Vaterlande die Grundlage für eine gesunde Auffassung auch der staatlichen und gesellschaftlichen Verhältnisse zu legen ha­ben. Aber ich kann Mich der Erkenntnis nicht verschließen, daß in einer Zeit, in welcher die sozialdemokratischen Irrtümer und Entstellungen mit vermehrtem Eifer verbreitet wer­den, die Schule zur Förderung der Erkenntnis dessen, was wahr, was wirklich und was in der Welt möglich ist, erhöhte Anstrengungen zu machen hat. Sie muß bestrebt sein, schon der Jugend die Ueberzeugung zu verschaffen, daß die Lehren der Sozialdemokratie nicht nur den göttlichen Geboten und der christlichen Sittenlehre widersprechen, sondern in Wirklichkeit unausführbar und in ihren Konsequenzen dem Einzelnen und dem Ganzen gleich verderblich sind." (Wilhelm II, Allerhöchste Ordre an das Staatsministerium, Berlin 1. Mai l889, in : Verhandlungen über Fragen des höheren Unterrichts, W. Hertz, Berlin, 1891, p. 3-4 ).

5 Les citations de Mein Kampf sont tirées de l’édition en deux volumes, Verlag Franz Eher, München, 1933, 782 p. Les références aux pages citées figurent à la suite de chaque citation.

6 Ce sera chose faite en 1935.

7 Ne portant pas d’armes, les jeunes du Arbeitsdienst étaient munis, pour défiler ou manoeu­vrer, d’une bêche, symbole pacifique et rustique.

8 Reproduit partiellement in : W. Michalka (Hrsg.) Deutsche Geschichte 1933-1945. Doku­mente zur Innen- und Außenpolitik, Fischer Taschenbuch Verlag, 1993, p. 91.

9 Cf. p. 161.

10 cf. Baldur von Schirach, Die Hitler-Jugend. Idee und Gestalt, Berlin 1934.

11 cf. Michalka, op. cit. p. 90.

12 cf. Baldur von Schirach, Die Hitler-Jugend. Idee und Gestalt, Berlin 1934.

13 Melita Maschmann, Fazit. Mein Weg in der Hitler-Jugend, dtv, 1979, p. 24.

14 Cité d’après H.U. Thamer, Verführung und Gewalt, Berlin, 1986, p. 410.

15 cf. H. Scholtz, Erziehung und Unterricht unterm Hakenkreuz, Göttingen, 1985.

16 Qui avaient été interdites par le traité de Versailles.

17 Helmut Schmidt e.a., Kindheit und Jugend unter Hitler, Berlin 1994, p. 35. Mais l’at­mosphère cultivée et libérale de cette école n’a pas duré très longtemps. La « mise au pas » eut lieu dès 1935. Voir également Geert Platner (Hrsg), Schule im Dritten Reich. Erziehung zum Tod ? Eine Dokumentation, dtv, München 1983 ; Benjamin Ortmeyer, Schulzeit unterm Hitlerbild, Fischer, Frankfurt 1996 ; Marcel Reich-Ranicki, (Hrsg.), Meine Schulzeit im Dritten Reich. Erinnerungen deutscher Schriftsteller, Köln 1982. Il ne s’agit là que de quelques titres parmi de nombreux autres.

18 Inge Scholl, Die weiße Rose, Frankfurt, Fischer TB, 1955, p. 46.

19 Témoignage reproduit dans : Schule im Dritten Reich. Erziehung zum Tod ? dtv, 1983, p. 116-117.

20 Voir, entre autres A. Klönne, Gegen den Strom. Ein Bericht über die Jugendopposition im Dritten Reich, Hannover 1960 ; id., Jugend im Dritten Reich. Die Hitler-Jugend und ihre Gegner, München 1990 ; M. v. Hellfeld, Edelweißpiraten in Köln, Köln, 1981 ; M. Klaus, Mädchen im Dritten Reich, Köln, 1983 ; H. Ebeling u. Dieter Hespers, Jugend contra Nationalsozialismus, Frechen 1968.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540