Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Être femme sous le Troisième Reich

Rita Thalmann

Texte intégral

Les femmes ont-elles amené Hitler au pouvoir ?

1Ce mythe propagé par Hitler lui-même et, à sa suite, jusqu’à nos jours est aussi excessif que la thèse opposée, énoncée en réaction lors de la première université d’été des femmes à Berlin en 1979 par la sociologue berlinoise Anne-Marie Tröger du « coup de poignard dans le dos » (Dolchstoßlegende) de la gauche dans le dos des Allemandes. En réalité, jusqu’en 1930, les électrices évitaient les deux extrêmes de droite comme de gauche. Mais à partir de la crise mondiale de 1929, qui frappe particulièrement une Allemagne affaiblie par la guerre et les conséquences de la défaite, on constate que sur les 6,5 millions de voix recueillies lors du premier grand succès du parti nazi aux législatives de 1930, 3 millions émanent de femmes. Rappelons au passage que, contrairement aux Françaises qui ne l’obtiendront qu’à la Libération, les Allemandes disposent du droit de vote actif et passif depuis 1918. Or cet électorat qui s’accroît de 6% entre 1932 et 1933 ne vote pas pour des intérêts spécifiques aux femmes, mais sous la pression d’un contexte de crise. Ce qui pose une seconde question : comment des femmes pouvaient-elles voter pour un parti qui avait proclamé dès 1920-21 son intention de les exclure de toutes les fonctions dirigeantes au sein du mouvement et, une fois au pouvoir, de la vie publique ? Parti de surcroît ouvertement antidémocratique, xénophobe, antisémite et raciste. Ce qui n’était pas une garantie pour la reconnaissance de leurs droits. Alors que la Répu­blique de Weimar avait connu à ses débuts près de 10 % de femmes députées au Reichstag et entre 15 à 20 % d’élues dans les Diètes et les assemblées communales, le parti nazi ne leur consacre qu’une seule phrase dans son programme de 1920, relative à la protection de la mère et de l’enfant pour l’amélioration de la santé publique. L’année suivante, lors de sa première assemblée générale, les militantes nazies se voient reléguées à l’Opferdienst caractérisé par la trilogie « couver - soigner - conserver » (hegen - pflegen - erhalten).

  • 1 Pour l’histoire du mouvement avant 1933 : Richard Evans, The feminist movement in Germany 1894-1933(...)

2Dès avant cette période, la grande « Fédération des associations féminines alle­mandes » (Bund deutscher Frauenvereine - BDF)1, qui compte plus de 600.000 membres, marginalise son aile gauche au nom des devoirs envers la nation. Ce qui ne lui évitera pas l’autodissolution en 1933 pour incompatibilité de ses statuts avec les conditions posées par le régime à son maintien. Toutefois, son ancienne présidente Gertrud Bäumer qui préconisait un État fasciste corporatiste à l’italienne, quoique chassée de son poste de conseillère ministérielle à l’Intérieur pour non fiabilité politique, pourra continuer à diriger le journal de la Fédération dissoute, Die Frau, sorte de vitrine national-socialiste conservatrice pour l’étranger, jusqu’en 1944.

3Le ralliement à l’extrême-droite de femmes à partir de 1930 ne doit cependant pas faire oublier que, sur les 17 millions de suffrages recueillis encore en 1932, lors des dernières élections relativement démocratiques par les partis opposés au nazisme, environ la moitié provenait d’électrices. Ce qui n’explique toutefois pas le vote de millions d’autres pour des formations de la droite nationaliste et de l’extrême-droite. Le constat appelle un certain nombre d’observations.

41. La situation allemande du début des années 30 ne peut être évaluée en fonction de l’évolution criminelle ultérieure que nous connaissons aujourd’hui, même si la viru­lence verbale et physique était déjà perceptible.

52. En raison de la faiblesse de la culture politique, des traditions libertaires démo­cratiques ne s’étaient jamais réellement enracinées en Allemagne. De sorte que les promesses d’Hitler de rendre à l’Allemagne la grandeur et la prospérité perdues par le « Diktat de Versailles », comme de rétablir l’ordre, l’unité et la dignité perdus, comptaient plus que les mesures d’exclusion annoncées des « personnes de race étrangère » (fremdrassig), des Juifs et des « Rouges », voire l’exclusion de femmes hautement qualifiées qui ne représentaient qu’une minorité. Mesures considérées comme un « mal nécessaire » (notwendiges Übel), au moins provisoirement, au redressement du pays. Aux yeux de ces millions d’Allemandes, le retour à l’ordre et à la sécurité valait bien le sacrifice d’une émancipation qui ne signifiait pas grand chose pour la majorité d’entre elles.

63. Pour les jeunes, la perspective de sortir de la crise par un changement radical, une dynamique nouvelle dont ils et elles seraient l’élément moteur exerçait un attrait indéniable.

74. A partir de 1931-32, le parti nazi, qui s’était jusqu’alors désintéressé des femmes, prend conscience de leur poids électoral. D’où l’ordre donné à Gregor Strasser, chargé de l’organisation du parti jusqu’à son assassinat en 1934 (« Nuit des longs couteaux »), de leur donner une image plus attrayante et plus rassurante du parti ; de structurer aussi les groupes nazis de femmes jusqu’alors dispersés et relativement autonomes par la création de la NS-Frauenschaft et du Deutsches Frauenwerk, ce dernier étant destiné aux femmes des associations féminines dissoutes ou autodissoutes.

La mise au pas des organisations féminines

  • 2 Jill Stephenson, The Nazi Organisation of Women, London - New Jersey, 1981.

8L’Union des femmes protestantes, qui comptait environ 2,5 millions de mem­bres, sera intégrée dans le Deutsches Frauenwerk en 1934 sur ordre de l’évêque du Reich Müller, tandis que l’Union des femmes catholiques, forte d’environ 1 million de membres, protégée par le Concordat conclu entre le Reich et le Vatican en juillet 1933, verra ses activités réduites aux seules oeuvres caritatives. Quant aux profes­sionnelles, elles seront obligatoirement dans les syndicats nazis et au Front du Travail/Deutsche Arbeitsfront. A noter que les dirigeantes nazies d’avant 1933 sont systématiquement écartées2 et remplacées à partir de 1934 par la Reichsfrauen­führerin Gertrud Scholtz-Klink, veuve d’un militant nazi de Bade de la première heure (Altkämpfer), qui se remariera avec le général SS August Heißmeyer, inspec­teur des écoles de cadres du parti dont les Nationalpolitischen Anstalten (NAPOLA), destinées à former les cadres administratifs, dont deux (Vienne et Luxembourg) seront réservées aux filles. G. Scholtz-Klink, qui sera mère de 11 enfants, est censée incarner la dirigeante idéale (« un corps sain et un esprit docile »). Signe de sa diffi­culté à s’imposer dans la hiérarchie masculine du Reich, le chef de la Chancellerie du Parti, Martin Bormann, doit encore rappeler par circulaire en 1937 qu’elle doit, « selon la volonté du Führer », occuper dans les cérémonies officielles la même place et le même rang que les Reichshauptamtleiter masculins.

9La mise au pas institutionnelle des jeunes filles n’intervient qu’à partir de 1936 avec l’adhésion obligatoire de 6 à 18 ans, hormis les juives et celles de « race étran­gère », au Bund deutscher Mädel (BDM). A partir de 18 ans et jusqu’à 21 ans, âge d’adhésion possible au parti et à la NS Frauenschaft, elles peuvent adhérer – mais sans obligation – à l’Association « Foi et Beauté » (Glaube und Schönheit) qui ne sera créée qu’en 1938. Mais le contrôle de ces organisations de jeunesse féminine suscite un conflit entre la Reichfrauenführerin et le Reichsjugendführer Baldur von Schirach, arbitré, comme toujours en cas de conflit entre instances, par Hitler qui accorde le contrôle à Schirach. Fort de 4,5 millions de jeunes filles dès 1938, le BDM entend former la nouvelle femme allemande de l’avenir, destinée à prendre le relais de la vieille garde pour assurer notamment l’encadrement de ce que Goebbels appelle « le monde des femmes » (Die Frauenwelt), aussi bien à l’intérieur du Reich que dans les pays et les territoires occupés ou annexés.

  • 3 Angelika Reuter / Barbara Poneleit, Frauen im Widerstand, Frauen im Faschismus 1933-45, München, 19 (...)

« Comme prototype de la femme sous le IIIe Reich, déclare rétrospectivement Inge Scholl (soeur des étudiants de la Rose Blanche) on pourrait citer peut-être Leni Riefensthal, un mélange de dureté, de discipline sans nuance, sans charme spirituel, sportive mais pas élégante, sans scrupule ».3

10Ce projet d’endoctrinement de la jeunesse féminine est particulièrement impor­tant pour le régime, compte tenu de l’évolution démographique. Dans l’Allemagne de 1933, les femmes sont au nombre de 33.600.000, soit 51,4 % de la population. Au recensement de mai 1939, après l’Anschluß, elles représentent 51,16 % d’une population de 80 millions, mais avec une pyramide des âges modifiée en faveur des jeunes classes d’âge.

Différence 1933/1939

Classes d’âges

1933

1939

+ près de 5 millions

- de 20 ans

env. 7.500.000

12.400.000

+ 800.000

20 à 40 ans

11.800.000

12.600.000

- 3 millions

40 à 60 ans

8.200.000

5.300.000

+ 1.300.000

+ de 60 ans

4.000.000

5.300.000

Structures sociales

+ 2 millions

Célibataires

15.900.000

17.900.000

+ 4 millions

Mariées

14.300.000

18.300.000

+ 900.000

Veuves

3.000.000

3.900.000

+ 190.000

Divorcées

310.000

500.000

La politique du IIIe Reich concernant les femmes

11Compte tenu du rôle assigné aux femmes selon l’idéologie nazie, il n’y a pas de politique spécifique du régime à leur sujet, mais seulement des mesures spécifiques dans les principaux domaines de la politique générale, à savoir :

  • politique démographique et raciale

  • politique de la jeunesse

  • politique économique et sociale

  • politique d’expansion territoriale.

12Ces mesures ne sont pas statiques. Elles évoluent en fonction de la conjoncture et des objectifs du régime. On peut distinguer en ce sens quatre périodes principales :

131. De janvier 1933 à l’automne 1935, caractérisée par une politique de lutte contre le chômage masculin qui se traduit par le renvoi d’environ 900.000 femmes, en priorité de la fonction publique (Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamten­tums du 7.4.1933) et l’introduction d’un numerus clausus dans l’enseignement supé­rieur (lois des 25.4 et 28.12.1933. Gegen die Überfüllung der Schulen und Hoch­schulen) visant les filles, l’ensemble des élèves juifs et les enfants d’adversaires politiques. Cette politique implique aussi une démographie positive, incitant par des primes diverses au mariage et à la natalité « aryenne, racialement valable », et une démographie négative, instaurant la stérilisation forcée (loi de juillet 1933) des personnes des deux sexes atteintes de maladies congénitales. Cet ensemble de mesures s’accompagne dès 1933 de répression, avec l’envoi en prison ou en camp de concentration des adversaires politiques des deux sexes. S’y ajoute pour les juifs la législation raciale de Nuremberg (Reichsbürgergesetz et Gesetz zum Schutze des deutschen Blutes und der deutschen Ehre du 16.9.1935) qui relègue les juifs au rang de citoyens de seconde zone et interdit les mariages et rapports sexuels entre « aryens » et juifs. Cette dernière loi sera étendue ultérieurement aux mariages et rapports entre « aryens » et personnes de « race inférieure ».

2. De l’automne 1935 à l’automne 1938

14Sous le signe de l’économie de préparation à la guerre (rétablissement du service militaire obligatoire en violation du Traité de Versailles et premier plan de quatre ans), les femmes sont appelées à remplacer les hommes mobilisés dans l’agriculture, l’industrie et le commerce où elles retrouvent leur nombre antérieur de plus de 11 millions dans la production, mais à des qualifications généralement inférieures. Sauf cas exceptionnels motivés, surtout à partir de la guerre, les femmes resteront exclues des cadres supérieurs de la fonction publique et de l’économie. Sur l’ensemble des actives dans la production, 8,5 millions occupent des fonctions subalternes dans l’industrie, le commerce et l’agriculture ; 1,3 million sont employées de maison, 0,5 million fonctionnaires. Malgré les protestations, dès 1933, des femmes nationalistes et national-socialistes – y compris de la Reichsfrauenführerin – à maintes reprises, le principe nazi d’éviction des femmes des postes de responsabilité reste intangible.

15Mais, en dépit de l’unité et de l’uniformisation de la « communauté du peuple » (Volksgemeinschaft), les femmes n’échappent pas à la « hiérarchisation raciale » opérée par le régime, qui distingue entre :

  • éléments valables

  • éléments passables

  • éléments non valables (assortis à partir de la guerre de la mention « à éradi­quer » (ausmerzen).

  • 4 Cf. Marc et Clarissa Hillel, Au nom de la Race, Fayard, 1975.
  • 5 Cf. Melita Maschmann, tr. fr., Ma jeunesse sous le nazisme (autobiographie d’une cheftaine nazie), (...)

16Celles de la première catégorie, qualifiées par Goering de « porteuses de culture » (Kulturträgerinnen), sont censées renforcer la « qualité biologique de la race» – y compris par le « mariage biologique », préconisé en 1935 par la direction des Jeunesses Hitlériennes, le Lebensborn4, créé par Himmler en 1936 pour l’accueil des mères célibataires de « bon sang » et les clauses du nouveau Code de la famille (1938), prévoyant le droit au divorce du conjoint d’une femme qui ne peut plus avoir d’enfant pour procréer dans un nouveau foyer. Cette « élite féminine aryenne » est aussi appelée à constituer l’encadrement des organisations féminines diverses, y compris dans la germanisation ultérieure des territoires annexés.5

17Les « passables », qualifiées par Goering de « chevaux de trait » (Arbeitspferde), doivent, contrairement aux promesses antérieures du régime, assurer le plus souvent une double journée de travail au foyer et dans la production.

18Quant aux « non valables », elles sont exclues des aides de l’État, dans certains cas contraintes à la stérilisation forcée (200.000 femmes sur 400.000 stérilisés) sur indication médicale, alors que l’avortement de foetus « aryens » est strictement interdit par la loi et frappé, à partir de 1942, de peines allant jusqu’à la mort des per­sonnes reconnues coupables de ce type d’avortement.

  • 6 Christa Wolf, Kindheitsmuster, Berlin-Weimar, 1980.

19L’effort de mobilisation des femmes au service de l’économie de préparation à la guerre porte surtout sur la jeunesse, astreinte, à partir de 1936, au service du travail féminin (Reichsarbeitsdienst der weiblichen Jugend) auquel s’ajoute, à partir de 1937, une année de travail obligatoire (Landjahr), service civil à la campagne ou comme aide familiale. Présentées par le régime comme une modernisation de la condition féminine, ces mesures sont perçues comme telles par une majorité de jeunes filles, heureuses d’échapper ainsi à la tutelle de la famille et de l’école, au sein de camps qui permettent la pratique de sports, des activités de formation et de loisirs dans un climat de camaraderie, sans perception du rôle réel de cette « modernisation ». Enlevée à l’influence familiale, soumise à l’orientation du parti, cette « modernisation » induit un clivage des générations qui, comme le montre notamment le récit de Christa Wolf Trame d’enfance6, fait de la jeunesse « aryenne » des fidèles inconditionnels du régime jusqu’au bout.

3. De « l’année décisive » 1938 aux débuts victorieux de la guerre

  • 7 Hanna Elling, Frauen im deutschen Widerstand 1933-45, Frankfurt/Main, 1976.
  • 8 Rita Thalmann/Emmanuel Keinermann, La Nuit de Cristal, Laffont, 1972 (épuisé). 2e rééd. all. Die Kr (...)

20Qualifiée ainsi par le ministre des Affaires étrangères du Reich après l’Anschluß et la radicalisation de la « question juive », l’année 1938 voit les premières condam­nations à mort et exécutions de femmes7, dont la sarroise Katharina Keup, 39 ans, et l’étudiante communiste berlinoise Liselotte Hermann, 29 ans, mère d’un bébé, condamnées à mort pour « haute trahison » par le Tribunal du Peuple et exécutées à la prison de Plötzensee (près de Berlin), où seront exécutés un grand nombre d’opposants au régime, notamment les membres de « l’Orchestre Rouge », dont près de la moitié étaient des femmes. C’est aussi durant le pogrom de la « Nuit de Cristal » (9-10 novembre 1938)8 que sont tués ou contraints au suicide 91 juifs dont près de la moitié sont des femmes et plusieurs enfants. Auparavant déjà, des femmes socialistes, communistes ou syndicalistes avaient été arrêtées et emprisonnées, ainsi que des Témoins de Jéhovah et des Tsiganes, internées notamment au camp de Moringen (Basse-Saxe) entre 1933 et mars 1938, sous la surveillance de membres de la NS Frauenschaft. Puis, à partir de mars 1938, les détenues seront transférées à la forteresse de Lichtenburg (Saxe). Certaines meurent aussi des suites d’interrogatoires et d’isolement dans les prisons de la Gestapo. Avec l’accrois­sement du nombre de détenues, est réalisé le premier grand camp de concentration féminin de Ravensbrück (à 80 km de Berlin) où seront transférées à partir du printemps 1939 les 867 femmes encore détenues à Lichtenburg, complétées par le premier convoi de tsiganes avec leurs enfants. S’y ajouteront par la suite des femmes de 23 nationalités, dont le nombre atteint 70.000, passées dans ce camp dirigé par des SS, mais encadré comme les autres camps de concentration et d’extermination de femmes, par des gardiennes SS.

  • 9 Rita Thalmann, « Zwischen Mutterkreuz und Rüstungsbetrieb. Zur Rolle der Frau im Dritten Reich », i (...)

21Avec la guerre se pose le problème de la mobilisation totale des femmes dans l’économie, souhaitée par les technocrates du régime, auxquels s’opposent les idéo­logues – dont Hitler – qui entendent maintenir la priorité à la vocation des « aryennes génétiquement valables » à la maternité et à la sauvegarde de la « race »9. En fait, après déduction des invalides, des personnes âgées, des malades, des mères d’enfants de moins de quatorze ans, il ne reste que 3,5 millions de femmes encore mobilisables et 2 millions transférables du secteur tertiaire à l’industrie de guerre. Le rendement de cette main d’oeuvre non qualifiée, sous-payée, soumise à des conditions de travail pénibles, ne répond pas à l’attente des experts. D’autant que bon nombre de ces femmes préfèrent toucher l’allocation d’épouses de mobilisés ou pratiquent l’absentéisme en invoquant leurs priorités de mère de famille et gardienne du foyer. Leur répression s’avère d’autant plus délicate, comme le prouvent de nombreuses circulaires, qu’il faut éviter la démoralisation et le mécontentement de la population civile et des proches mobilisés. Le régime parvient par contre à mobiliser sans peine la jeunesse féminine en prolongeant le Landjahr de 6 mois à un an pour le « service de guerre » (Kriegsdienst). Autre palliatif : le recours, à partir d’octobre 1940, à la main d’oeuvre étrangère volontaire, puis forcée, qui passera de 1,2 million en 1940 à 7,6 millions en 1944, dont 1,5 million de femmes, essentiellement d’Europe de l’Est, astreintes dans les pires conditions au travail forcé. Beaucoup en périront ou garderont des séquelles durables.

4. La radicalisation de la guerre de 1942 à 1944

22Durant cette phase ultime, la restauration de la famille et de la dignité de la femme et mère allemande (« aryenne »), tant exaltées au début du nazisme, s’efface de plus en plus derrière les impératifs de l’économie et de la « bataille des naissances », destinées à compenser les lourdes pertes humaines de la guerre.

23A l’obsession des maîtres du IIIe Reich, en particulier d’Himmler, de « la mort du peuple » (Volkstod), répond l’angoisse des femmes seules durant leur grossesse. La correspondance du Lebensborn, créé par Himmler à l’intention des mères célibataires « aryennes » qui peuvent faire adopter leur enfant après l’accouchement, fait état de dépressions et même de suicides. Les médecins SS se plaignent, quant à eux, de l’incompréhension de la population envers ces femmes, de même que de la « psychose de l’avortement ». Avortement pourtant sévèrement réprimé, impliquant jusqu’à la peine de mort dans le cas du foetus « aryen », depuis l’introduction, en 1942, d’un additif en ce sens à l’article 218 du Code pénal. Cette psychose atteint aussi les fiancées des soldats exposés ou tués au front, ainsi que des ouvrières et des paysannes exténuées par la double journée de travail. Officiellement qualifiés de « fausses couches », les avortements atteignent les 600.000 par an, soit autant, malgré l’interdiction renforcée, que sous la République de Weimar. Pour rationaliser la reproduction nécessaire à la repopulation du futur Grand Reich, le Dr. Conti, chef des Services de santé et sa femme, présidente de l’Union national-socialiste des sages-femmes, préconisent la création « d’Instituts de mariage », auxquels Himmler, opposé aux méthodes artificielles de reproduction déjà pratiquées aux USA, préfère l’extension des Lebensborn. Au point de confier encore, au printemps 1944, au général SS Pohl, chargé des questions économiques de l’Ordre noir, le soin de planifier un Lebensborn susceptible de recevoir 400.000 mères célibataires.

24Du fait de la présence de millions de prisonniers et de travailleurs étrangers, l’in­terdiction des relations sexuelles entre « aryennes » et « hommes de race étran­gère » (fremdrassig) est étendue et renforcée. Les ordonnances des 31 janvier et 7 mai 1940, signées par Himmler, qui ajoute à ses titres policiers celui de « Chargé du renforcement de la Germanité », prévoient l’envoi en camp de concentration, après humiliation publique, des femmes coupables et jusqu'à la peine de mort du séducteur. Devant la réprobation des femmes – y compris des militantes nazies – qui s’insurgent contre cette répression, alors que l’on tolère les relations des militaires allemands avec des femmes des pays occupés, les brimades publiques seront inter­dites sur « ordre du Führer » le 31 octobre 1941. Les procès « d’outrage racial » (Rassenschande) embarrassent aussi grandement les magistrats, dans la mesure où les « aryennes » inculpées appartiennent à toutes les couches de la société et invoquent le besoin d’une protection masculine en l’absence de leur « protecteur naturel ». En revanche, les hommes dits « de race inférieure », jugés responsables principaux, seront condamnés à de lourdes peines allant jusqu’à la mort (Cf. le récit de Rolf Hochhuth, Eine Liebe in Deutschland, également réalisé en film).

25Toutefois, au mépris de leur propre doctrine raciale, les pourvoyeurs nazis de « matériau humain » n’hésitent pas à germaniser des femmes et des enfants des pays occupés pour les envoyer ensemble ou séparément, selon le diagnostic des « ex­perts », dans des centres ou des familles « aryennes » du Reich, quitte, par contre, à laisser mourir de faim des enfants et des bébés jugés inaptes à la germanisation. Les initiatives ne dispensent pas les « aryennes » d’avoir des enfants et le médecin-chef Hans Sievers ira jusqu’à préconiser, en décembre 1942, des permissions de concep­tion pour maris mobilisés. Pour gagner du temps, le général SS Benno Martin sug­gère à Himmler d’organiser les rencontres d’époux à cet effet dans des hôtels près des cantonnements militaires.

26Parallèlement à ces mesures de « démographie positive », le pouvoir radicalise sa « démographie négative » avec l’élimination physique des malades mentaux (Gnadetod) à partir de l’automne 1939, opération T4 arrêtée officiellement pour les malades mentaux « aryens » en 1941, après la protestation des Églises. Près de 75.000 avaient déjà été gazés dans les six centres « euthanasiques » du Reich. Ces mises à mort seront cependant poursuivies pour les « non aryens » et les détenus infirmes de camps de concentration (opération 14/13). Les experts et les techniques serviront également à partir d’octobre 1941 pour la mise à mort des juifs déportés de toute l’Europe (« Solution finale » - 5,3 millions de morts des deux sexes) et les tsiganes déportés du Reich à partir de janvier 1943, qui seront aussi massacrés – y compris par des unités de la Wehrmacht dans les territoires occupés ou annexés de l’Est (de 300.000 à 500.000 victimes des deux sexes).

27Durement réprimé pour les « aryennes », l’avortement est au contraire encouragé pour les femmes « de race inférieure ». Dans les camps les expériences dites médi­cales, souvent absurdes et toujours criminelles, sont pratiquées sur des détenus des deux sexes et même sur des enfants déportés, sous l’égide le plus souvent de méde­cins reconnus, dont 23 – parmi eux une femme – furent jugés en 1946 lors d’un pro­cès spécial à Nuremberg ; certains, par la suite, retrouvèrent en RFA des postes et leur place dans la société d’après guerre. A noter que selon les besoins du régime, les femmes, quoique jugées secondaires par rapport aux hommes, se voyaient – à condition d’être aryennes – décorées et honorées au titre de « mère allemande » ou de travailleuse émérite tandis que d’autres, opposantes ou « inférieures », étaient vouées à la répression, voire à l’éradication.

28Pourtant, en dépit d’une minorité de réprouvées, la majorité des Allemandes, contrairement aux craintes d’Hitler, qui n’avait pas oublié leur révolte de 1917 contre la poursuite de la guerre, continuèrent à assurer leurs tâches, même durant la dernière phase de la guerre et sous les bombardements alliés. La peur du bolche­visme et des exactions de l’Armée Rouge, constamment entretenue par la propa­gande, a certainement joué un rôle important dans ce comportement.

Comment interpréter la situation et le rôle des femmes sous le IIIe Reich ?

29En l’espace de vingt ans d’historiographie des femmes dans l’Allemagne national-socialiste, les interprétations ont sensiblement évolué. L’intitulé de cet exposé est repris du livre que j’ai réalisé entre 1976 et 1982 (publié chez Robert Laffont, qui n’a pas été republié en France, mais l’a été par contre en RFA, même en édition corrigée de poche (Ullstein Sachbuch, 1987). Il se fondait sur le premier ouvrage Women in Nazi Society de Jill Stephenson (Londres, 1975) et sur des archives allemandes, en y ajoutant l’évolution de la condition féminine avant 1933 et le sort des réprouvées du IIIe Reich, en insistant aussi sur le clivage des générations. Cette interprétation fut cependant nuancée du côté anglo-saxon (histoire sociale) par la thèse d’une relative modernisation et émancipation des femmes sous le nazisme. Notamment par David Schoenbaum (La Révolution brune, trad. fran­çaise, Robert Laffont, 1979), qui la limite cependant à la période 1933-39, plus étendue chez Jill Stephenson et récemment par Ute Frevert (Frauengeschichte zwischen bürgerlicher Verbesserung und neuer Weiblichkeit (Suhrkamp, 1986).

30Les publications de Gisele Bock sur les femmes victimes de la politique anti­nataliste du régime, dans sa thèse (Zwangssterilisation im Nationalsozialismus, Op­laden, 1986), résumée dans une version française atténuée (T. V - XXe siècle de l’Histoire des femmes publiée sous la direction de Georges Duby et Michelle Perrot, Plon 1992, pp. 143-168), ont suscité de vives controverses. Notamment avec l’his­torienne américaine Claudia Koonz, auteur d’un ouvrage montrant au contraire le ralliement massif des Allemandes dans Mothers in the Fatherland (tr. fr. Les mères patries du IIIe Reich, éd. Lieu Commun Histoire, 1989, objet récemment d’une réédition allemande Mütter im Vaterland, RoRoRo Sachbuch, 1991), avec une nou­velle introduction : Lücken und Verzerrungen im öffentlichen Gedächtnis und in der Geschichte).

  • 10 Deux des prin­cipales contributions ont été reprises dans Liliane Kandel (éd.) Féminismes et Nazism (...)

31Autre controverse : dans la revue des historiennes féministes allemandes METIS 1993 n° 2, Annette Kuhn plaide pour une réinterprétation de l’histoire du nazisme « Welche Geschichte wählen wir ? », en mettant sur le même pied la mise à mort des malades mentaux, la « solution finale » et la mort sur les champs de bataille, et en présentant comme force d’opposition le deuil des femmes et des familles pour leurs proches tués au combat. Thèse relativisant la responsabilité politique des Alle­mand(e)s, contestée dans le même numéro par Leonore Siegele-Wenschkewitz. Dans le même sens de relativisation, on signalera le livre de Margarete Mitscherlich Die friedfertige Frau, Frankfurt/Main, 1985, selon lequel l’antisémitisme de femmes allemandes ne serait que l’imitation d’une pathologie masculine. En sens inverse, cf. les recherches sur l’occultation du rôle des femmes allemandes dans la persécution nazie : Theresa Wolbe (éd.), Nach Osten - Verdeckte Spuren NS - Verbrechen (Frankfurt/Main, Verl. neue Kritik, 1992). 10

Notes

1 Pour l’histoire du mouvement avant 1933 : Richard Evans, The feminist movement in Germany 1894-1933, London - Beverly Hills, 1976 ; Ute Gerhard, Unerhört. Die Geschichte der deutschen Frauenbewegung, Ro Ro Ro Sachbuch 8377, 1990.

2 Jill Stephenson, The Nazi Organisation of Women, London - New Jersey, 1981.

3 Angelika Reuter / Barbara Poneleit, Frauen im Widerstand, Frauen im Faschismus 1933-45, München, 1977, p. 171-213.

4 Cf. Marc et Clarissa Hillel, Au nom de la Race, Fayard, 1975.

5 Cf. Melita Maschmann, tr. fr., Ma jeunesse sous le nazisme (autobiographie d’une cheftaine nazie), Paris, 1964.

6 Christa Wolf, Kindheitsmuster, Berlin-Weimar, 1980.

7 Hanna Elling, Frauen im deutschen Widerstand 1933-45, Frankfurt/Main, 1976.

8 Rita Thalmann/Emmanuel Keinermann, La Nuit de Cristal, Laffont, 1972 (épuisé). 2e rééd. all. Die Kristallnacht, Hamburg, EVA Taschenbuch, Bd. 211, 1993.

9 Rita Thalmann, « Zwischen Mutterkreuz und Rüstungsbetrieb. Zur Rolle der Frau im Dritten Reich », in : K. D. Bracher/M. Funke/H.A. Jacobsen (Hrsg.), Deutschland 1933-1945, Bonner Schriften zur Politik und Zeitgeschichte, Bd. 23, Düsseldorf, 1992, pp. 198-217.

10 Deux des prin­cipales contributions ont été reprises dans Liliane Kandel (éd.) Féminismes et Nazisme, Publications de l’Université Paris 7 - Denis Diderot (parution janvier 1997, à commander au Service des publications de l’université, 2 Place Jussieu, 75251 Paris Cedex 05 - Prix 120 F TTC + 18 F de frais d’envoi).

Auteur

Université de Paris VII

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540