Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Le protestantisme allemand sous le IIIe Reich

Gérard Schneilin

Texte intégral

1A considérer l’importance du phénomène religieux en Allemagne pour des raisons historiques, politiques et culturelles, il est compréhensible qu’à partir de 1933, au moment de la prise de pouvoir par le parti national-socialiste et les conservateurs, les groupes confessionnels majeurs aient été l’enjeu du contrôle totalitaire. On rappelle qu’en 1933, sur une population totale d’environ 65 millions d’Allemands, la part des protestants de toutes obédiences était de 63 %, celle des catholiques d’environ un tiers, et celle des juifs d’à peine 0,8 %. De plus, protestants et catholiques étaient, en gros, nettement répartis géographiquement : la minorité catholique résidait avant tout à l’Ouest et au Sud du pays, ainsi qu’en Haute-Silésie ; les protestants occupaient grosso modo l’Allemagne du Nord, le centre et de larges parties de l’Est, et ce à près de 90 % ; de plus, certaines régions de la Bavière, du pays de Bade, du Wurtemberg et de la Hesse étaient à large population protestante.

2Comparés aux catholiques, les protestants des deux confessions majeures, luthé­riens et réformés, étaient donc démographiquement en position dominante. D’un point de vue historique et politique récent, cette prédominance s’était, on le sait, accrue depuis le Kulturkampf. Il est vrai que la minorité catholique y avait gagné en cohésion, ce qui fut confirmé sous la république de Weimar par le rôle du Zentrum et de la BVP. Il n’empêche que, dans leur stratégie de conquête politique et idéolo­gique, les nationaux-socialistes devaient clairement s’assurer le contrôle des popula­tions protestantes en toute leur diversité. Cela fut un enjeu majeur du début à la fin du IIIe Reich.

  • 1 cf. Falter, Jürgen W. : Hitlers Wähler, München 1991, p. 169-193. On lira, sur cette période : Nowa (...)

3Il convient de souligner d’entrée de jeu qu’Hitler et le NSDAP disposaient de­puis 1930 de pions importants sur l’échiquier politique. La plupart des dignitaires, et plus particulièrement les luthériens, étaient loin d’être défavorables au nouveau régime. On reviendra sur leurs positions et déclarations au fil de l’analyse. Quant au comportement électoral des fidèles protestants et catholiques, les deux schémas qui suivent montrent aussi bien la stabilité des électeurs catholiques que le basculement des électeurs protestants de droite et du centre dans le camp du NSDAP1.

4Trois facteurs principaux se dégagent après la prise de pouvoir du NSDAP et sont donc à considérer dans l’analyse du comportement du protestantisme et du pouvoir totalitaire :

5– la tradition luthérienne dans la théologie protestante et sa double réception selon la confession d’Augsbourg ou l’Église réformée ;

6- la stratégie national-socialiste face au protestantisme depuis 1933 jusqu’en 1945, ses échecs relatifs, dus à des erreurs tactiques, et son évolution pendant la guerre ;

7– enfin, face aux attaques du régime, le comportement des Églises protestantes et, par conséquent, la question fondamentale de la résistance, active ou passive (Wider­stand/ Resistenz), donc de l’engagement, de l’adaptation ou de l’inaction.

8I. La tradition luthérienne dans la théologie protestante et son interprétation sous le IIIe Reich

  • 2 cf. à ce sujet : Gasse, Jean-Louis : Les conceptions socio-politiques de Martin Luther dans la cont (...)
  • 3 cf. Lefèbvre, Joël (éd. & trad.) : Luther et les problèmes de l’autorité civile, Paris 1973, éd. bi (...)

9Le problème central et le conflit clé de la réception des textes de Luther et de leur interprétation reste la distinction entre l’autorité religieuse et l’autorité civile, fondée sur la distinction entre les deux royaumes, celui de Dieu et celui des hommes2. Les débats sont nombreux dans le protestantisme sur l’analyse des textes fondamentaux de Luther, et en particulier au XXe siècle. L’avènement d’un régime totalitaire ne pouvait qu’aiguiser les oppositions de base exprimées par Luther sur les rapports entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel. Les controverses étaient d’autant plus aiguës que des divergences existent entre les textes fondateurs de Luther3. Certes, le royaume de Dieu est absolu et l’intervention des autorités civiles au spirituel est abusive et criminelle. Mais le prince chrétien n’est-il pas tenu et autorisé à intervenir dans la vie de l’Église pour le bien-être et le «salut» de ses sujets ? Et, en cas d’abus et d’empiétements de la part du pouvoir temporel, quelle sera l’attitude possible des sujets, quelle en sera la limite ?

10La réponse de Luther – et elle est primordiale quant au problème de la résis­tance – est claire et nette dans tous ses textes :

  • 4 Ibid., p. 205.

11«Souffrir, souffrir! La croix, la croix! Telle est la loi des chrétiens, un point, c’est tout!4».

  • 5 Ibid., p. 209.

12En conséquence, selon l’admonestation de Luther, les chrétiens ont à se garder «de toute émeute et de toute révolte»5. L’autorité étant un tout, toute violence contre l’autorité civile est un crime. La désobéissance du sujet n’est guère envisagée. Il n’y a aucun droit à la révolution ou à la résistance. Même la résistance passive n’est possible qu’à l’extrême limite, en cas de danger pour la foi, et ce de manière indi­viduelle. On perçoit combien ces préceptes ont pu mener les exégètes et les fidèles à la passivité.

13D’autres concepts centraux de la doctrine ont fait l’objet de débats prolongés et approfondis, notamment ceux d’obéissance, de droit, de guerre et surtout de «Beruf» (vocation/profession). Pour Luther, le chrétien, dans le royaume du monde, doit se soumettre au pouvoir temporel, instrument de Dieu. Il sera au service de l’État, magistrat, soldat ou bourreau, sans risquer de perdre son âme : selon son choix, il continuera ainsi à servir Dieu. Là encore, les hésitations des protestants pourront être nombreuses au service du Führer et du IIIe Reich, d’autant que la décision ne saurait être qu’individuelle, au nom de la liberté et du salut de l’âme.

14Sur ces points d’interprétation doctrinale, les attitudes des théologiens et pasteurs face au national-socialisme seront tout au long de deux ordres : pour ou contre, avec des évolutions possibles.

151. Attitudes favorables au national-socialisme

16Les attitudes des théologiens favorables au pouvoir national-socialiste auront été, au départ, les plus nombreuses, encore que parfois nuancées. En exergue, on citera simplement cet extrait de la missive de félicitations de Hermann Kapler, président du synode des Églises évangéliques, au chancelier Hitler à l’occasion de son anni­versaire :

17«... les Églises provinciales unies dans la Fédération allemande des Églises évangéliques ont, par intercession dans les services de la seconde fête pas­cale, recommandé à la protection du Dieu tout-puissant le chancelier du peuple allemand, son gouvernement et son oeuvre ...

  • 6 Texte allemand in : Becker, Josef & Ruth (Hrsg.) : Hitlers Machtergreifung, München 1992, DTV 2938, (...)

18L’Église évangélique a, depuis les jours de la Réforme, honoré la fonction et la dignité de l’autorité temporelle et exigé l’obéissance qui, de par la volonté de Dieu, est due aux représentants de l’ordre séculier. L’Église évangélique, il y a plus d’un siècle, a appelé à la renaissance religieuse du peuple allemand assujetti. Luttant contre les puissances des ténèbres, elle brandit, en cette heure du soulèvement national, avec une allégresse nouvelle le bouclier de la foi et l’épée du verbe au nom de la vocation de la nation allemande6...».

19Ce texte de circonstance situe clairement la problématique du moment : convient-il d’appliquer les termes de la conception politique de Luther et donc de l’époque de la Réforme à la situation nouvelle ? La réponse du plus haut dignitaire protestant est édifiante : les concepts majeurs des controverses luthérienne, «Regi­ment» (gouvernement), «Werk» (oeuvre) «Obrigkeit» (autorité hiérarchique), «Gehorsam» (obéissance), «Beruf» (vocation) y sont utilisés par référence au nou­veau chancelier, représentant de la nouvelle autorité temporelle ; les métaphores bibliques de Luther sont mises au service du nouveau régime, «Mächte der Finster­nis» (puissances des ténèbres), «Schild des Glaubens» (bouclier de la foi), «Schwert des Wortes» (épée du verbe). Enfin, le slogan clé du national-socialisme, «nationale Erhebung» (soulèvement national/révolution nationale) y est entrelacé aux concepts luthériens. L’assimilation, le ralliement sont solennellement déclarés. Certains des théologiens éminents de l’Église évangélique consacreront leurs écrits à la même tâche, et parfois jusqu’à la fin du régime.

20Dans son analyse de la controverse protestante à la fin de la république de Weimar et sous le IIIe Reich, Jean-Louis Gasse distingue trois cas de figure dans l’attitude des théologiens allemands :

  • 7 Gasse, Jean-Louis, op. cit., vol. 1, p. 231.

21«certains prolongent simplement l’interprétation traditionnelle des concep­tions socio-politiques de Luther, d’autres glissent vers un rapprochement avec l’idéologie national-socialiste, une troisième catégorie construit de véri­tables édifices de défense commune, ouvrant finalement la voie à la dénatu­ration pure et simple de la pensée réformatrice dans le sens du national-socialisme7

  • 8 Ibid., Ch. VII.

22Si la première catégorie d’interprètes paraît la plus neutre, elle n’en a pas moins été dangereuse, quantitativement et idéologiquement. Elle fut la plus nombreuse, dès le départ, puis au fur et à mesure de l’évolution des choses, nourrissant spirituelle­ment une masse passive. Elle contribua d’abord à la chute de la république, allant, comme Hitler, jusqu’à refuser l’obéissance à un régime jugé proche de la révolution soviétique8. La théorie luthérienne des deux royaumes servira alors à élaborer un quiétisme débouchant sur la neutralité politique : attitude d’autant plus inquiétante qu’elle aboutit à laisser faire un régime totalitaire.

  • 9 Scheel, Otto : Evangelium, Kirche und Volk bei Luther, Leipzig 1934. L’auteur fut professeur de thé (...)
  • 10 cf. Gasse, Jean-Louis, op. cit., p. 240.

23La seconde catégorie tend à reprendre des idées d’Otto Scheel9, rapprochant cer­tains concepts de Luther de ceux de l’idéologie national-socialiste. La première est l’insistance sur les notions de «Volk», ou «Volkesart», permettant un dangereux recoupement avec le vocabulaire «völkisch» et national-socialiste. La seconde idée, plus périlleuse encore, est l’insistance sur la notion luthérienne du «Wundermann», ce «héros» envoyé par Dieu pour rétablir la justice divine sur terre. Certes, les dan­gers de l’assimilation à la notion de «Führer» n’auront pas échappé à l’auteur, qui notera en annexe : «Le problème moderne du ‘Führer’ et du ‘Volk’ ne relève pas de la conception du héros selon Luther... 10» Mais le même exégète souligne en 1934 :

  • 11 Ibid., p. 238, trad. J.-L. G.

24«Pour la première fois de notre histoire, nous avons été gratifiés d’un jubilé Luther du Reich. C’est au Reich national-socialiste que nous devons d’avoir pu célébrer le quatre-cent-cinquantième anniversaire du Réformateur. Rien ne se serait mieux accordé avec la forme de gouvernement historique de notre peuple11

25Quoi qu’il en soit, la filiation héroïque, lancée dans les années vingt par l’émi­nent théologien Emmanuel Hirsch dont il sera question plus loin, tend bien à situer le «Führer» dans la lignée de Luther, des rois de Prusse et de Bismarck. La conver­gence avec des représentations essentielles de l’idéologie national-socialiste est évi­dente. Il n’y aura qu’un pas à franchir pour une assimilation quasi complète.

  • 12 Ibid., vol. 1, Ch. VIII.

26Celle-ci se fera sous la plume de théologiens réputés, dont certains continueront d’écrire après 1945. On nommera ici simplement Emmanuel Hirsch, professeur à Göttingen, membre du parti national-socialiste, Friedrich Gogarten, professeur à Breslau, puis à Göttingen, et Paul Althaus, l’un des fleurons de la «théologie d’Er­langen»12. Dans la perspective d’une omniprésence du mal ici-bas, Gogarten voit en l’État le seul rempart contre la puissance radicale de ce mal :

  • 13 Ibid., p. 250.

27«L’État recèle sa qualité éthique dans le fait que par sa souveraineté, par son droit sur la vie et les biens de ses sujets, il s’oppose au mal auquel les hommes sont livrés13

28Poussant cette idée à l’extrême, il en vient à accepter

  • 14 Ibid., p. 253.

29«la prétention de l’État à la totalité... Parce qu’il est total, notre existence est devenue autre qu’elle était auparavant. L’État allemand (est) en train d’ac­complir son être en tant qu’État par son renouvellement national14

30Dans ces conditions, la soumission de l’Église à l’État, à l’autorité civile est néces­saire, et, en particulier, à l’État national-socialiste :

  • 15 Ibid., p. 255. L’ouvrage cit. de Gogarten est Politische Ethik, Iena, 1932.

31«Pour pouvoir prêcher le commandement de Dieu comme commandement de tous les commandements et Dieu comme Seigneur de toutes les puis­sances, la prédication de l’Église doit s’orienter selon l’exigence totalitaire de l’État d’aujourd’hui... L’État national-socialiste, au contraire de celui du dix-neuvième siècle, qui ne connaissait pas de loi authentique, (est) redevenu État au sens vrai parce qu’il connaît, en effet une vraie loi15

32Le basculement de la conception théologique en politique totalitaire dans le cadre du national-socialisme est ainsi proclamé par l’un des théologiens luthériens les plus reconnus.

  • 16 On lira les analyses de Jean-Louis Gasse, op. cit.
  • 17 Ibid., p. 257.
  • 18 cf. plus loin.

33D’autres devaient suivre cette voie. Parmi eux, on ne citera pas ici des interprètes mineurs qui, comme Erdmann Schott (Greifswald) ou Georg Wünsch (Marburg), ont cru devoir faire la synthèse entre la pensée de Luther et l’idéologie nazie jusqu’en ses excès racistes16. Mais, pour compléter cette esquisse, il paraît nécessaire de faire appel à Paul Althaus qui, adversaire de la république de Weimar, se rallia à certaines idées national-socialistes, puis continua de publier après 1945. Il surmonte le dua­lisme entre les deux royaumes au moyen de «l’idée de vocation, par l’accomplisse­ment de laquelle un peuple obéit à Dieu17.» Les notions de peuple (Volkstum) et de «Wundermann» et de «Führer» sont intégrées dans l’interprétation de la pensée poli­tique du Réformateur au point qu’Althaus sera parmi les signataires de «l’expertise théologique» justifiant l’application de l’Arierparagraph aux pasteurs d’origine juive18. Quoi d’étonnant alors qu’il aura cru utile de célébrer en ces termes l’avène­ment du Troisième Reich :

  • 19 cf. Gasse, op.cit., p. 259.

34«Nos Églises évangéliques ont salué le tournant allemand de 1933 comme un présent et un miracle de Dieu19

35Il formulait ainsi l’opinion de la majorité des théologiens et pasteurs protestants.

362. Attitudes hostiles au national-socialisme :

37Mais il y eut quelques théologiens et pasteurs pour s’opposer à ce ralliement, deux réformés, Karl Barth et Martin Niemöller, et un jeune pasteur luthérien, Dietrich Bonhoeffer. Le plus prestigieux était Karl Barth, professeur de théologie systématique à Göttingen, puis à Munster et à Bonn (1930 -). En un retour à l’atti­tude radicale du jeune Luther, Barth s’attache d’abord à proclamer le primat de la théologie et, ayant défini les points d’ancrage, à marquer la rupture d’avec les théo­logiens soumis au IIIe Reich. La conception des deux royaumes n’est, certes, pas niée : elle est même renforcée autour de la foi en Jésus-Christ et de la liberté de conscience qui en découle :

  • 20 Barth, Karl : Theologische Existenz heute, H. 7, p. 11. ; cf. Gasse, op. cit., p. 298.

38«Nous rejetons la doctrine erronée, selon laquelle il y aurait des domaines de notre vie où nous ne serions pas sous la dépendance de Jésus-Christ, mais d’autres maîtres, où nous n’aurions pas besoin de la justification et sancti­fication grâce à lui20

39Retranché dans le «château du Seigneur», selon le vers du cantique luthérien, il lance dès le 25 juin 1933 un brandon contre l’abandon ou le ralliement de nombreux confrères et fidèles :

  • 21 Ibid., texte cit. in : Becker, Josef & Ruth : Hitlers Machtergreifung, op. cit., p. 357-358. Trad. (...)

40«(Il y a eu) cet événement d’une absence de résistance proprement stupé­fiante, par quoi pasteurs et fidèles et chefs d’Église, professeurs de théologie et étudiants en théologie, gens cultivés et incultes, jeunes et vieux, libéraux, positivistes et piétistes, luthériens et réformés ont succombé en masse à l’assaut de ce mouvement, succombé comme on succombe à une véritable psychose21

41Et contre l’abandon au profit du nouveau règne temporel, il en appelle à la parole de Dieu, fondement de la résistance :

  • 22 Ibid., p. 359.

42«Où est donc passé tout ce qu’il y a un an encore et cent ans auparavant s’appelait liberté, droit et esprit ? (...) Sans aucun doute : plus d’un peuple, dans les temps anciens et nouveaux, a dû et su renoncer à ces biens quand l’entreprise téméraire de ‘l’État total’ le lui imposait. ‘M a i s la parole de notre Dieu est éternelle’. C’est pourquoi elle reste vraie et indispensable quo­tidiennement. Et c’est pourquoi l’Église, la théologie ne sauraient hiberner même dans l’État totalitaire, ni tolérer aucun moratoire, aucune mise au pas. Elle est la limite naturelle de tout État, y compris de l’État totalitaire22 »

  • 23 Texte cit. in : Denzler/Fabricius, op. cit. n. 2, p. 276-279, cit. p. 278.

43Le succès du pamphlet (35.000 exemplaires en un an) montre bien que le public des fidèles attendait une telle initiative. Les enseignements de Barth inspireront les thèses de la déclaration théologique du synode pour la confession de la foi de Barmen (29-31 mai 1934), rédigées par les représentants des diverses confessions protestantes. Il en sera question plus bas. Mais l’idée centrale en est précisément l’universalité et la toute-puissance de la parole divine. Au nom de cette portée du domaine spirituel est rejetée toute intrusion d’un «Führer», représentant du pouvoir temporel23. Barth sera mis à la retraite d’office en 1935 et rentrera en Suisse pour occuper une chaire à l’université de Bâle, d’où il continuera et intensifiera son com­bat :

  • 24 «Die Kirche und die politische Frage von heute», Zollikon 1939.

44«cette dictature, dira-t-il en 1938, ne peut plus être comprise comme accom­plissement d’une mission divine, elle ne saurait donc justement plus être comprise comme ‘autorité civile’ (‘Obrigkeit’) au sens de Romains, 1324

  • 25 Bonhoeffer, Dietrich : Ethik, München 1949.

45Il n’existe guère de grand texte théologique venu en ces temps difficiles de la part de l’Église luthérienne, pourtant très largement majoritaire. Le rachat est venu du jeune pasteur et théologien Dietrich Bonhoeffer, dont l’Éthique, texte fondamen­tal, écrit en prison est largement inachevée25. Ce mot essentiel rappelle pourtant les positions de Barth :

  • 26 Ibid., p. 209 ; trad. Gasse, op. cit., p. 331.

46«Il n’y a pas deux réalités, mais une seule réalité, et c’est la réalité de Dieu manifestée en Jésus-Christ dans la réalité du monde26

47Cette pensée est précisée sous cette forme :

  • 27 Ibid., p. 264 ; trad. Gasse, p. 329.

48«Tant que la terre existera, Jésus sera toujours en même temps Seigneur de toute autorité civile et la tête de la communauté de l’Église, sans que l’auto­rité civile et la communauté soient jamais une27

49Il s’en suit, très tôt reconnue et formulée (1er avril 1933), une «triple possibilité d’action de l’Église face à l’État» :

  • 28 Bonhoeffer, D. : «Die Kirche vor der Judenfrage», in : Der Vormarsch, Jg. 1933, p. 172 sqs. ; cit. (...)

50« premièrement, la question adressée à l’État sur l’autorité légitime son ac­tion, c’est-à-dire qu’il faut rendre l’État responsable de ses actes. Deuxième­ment, le service auprès des victimes de l’état ... Dans les deux attitudes, l’Église sert l’État libre à sa propre manière libre et, en cas de modification du droit, l’Église n’a, en aucun cas, le droit de se soustraire à ces deux de­voirs. La troisième possibilité consiste non seulement à panser les victimes passées sous la roue, mais à mettre des bâtons directement dans la roue28

51En cas de «menace» contre «l’existence de l’État et par là-même sa propre existence», l’Église a le devoir de choisir la troisième voie. Celle-ci est la voie de la résistance active. Bonhoeffer finira par en mourir.

52II. La stratégie du national-socialisme face au protestantisme

53Le 23 novembre 1937, Hitler dit à l’Ordensburg Sonthofen :

  • 29 Picker H. : Hitlers Tischgespräche im Führerhauptquartier 1941-42, hrsg. P. E. Schramm, Stuttgart 1 (...)

54«Que les Églises disposent de l’homme allemand dans l’au-delà ; mais c’est la nation allemande à travers ses chefs qui dispose de l’homme allemand ici-bas29

55Cette phrase, tenue secrète en son temps, n’est qu’une forme atténuée d’une conver­sation avec Rauschning, du 6 juillet 1933 :

  • 30 Rauschning, H. : Gespräche mit Hitler, Zürich/Wien/New York 1973, p.50 ; cit. in : Michalka, Wolfga (...)

56«...Quant aux confessions, quelles qu’elles soient, elles se valent toutes. Tout cela n’a plus d’avenir. En tout cas, pour les Allemands. Que le fascisme fasse la paix avec l’Église. Je le ferai aussi. Pourquoi pas ? Cela ne m’empêchera pas d’exterminer le christianisme en Allemagne, radicalement, avec toutes ses racines et fibres30

57Le projet était donc tracé : d’abord contrôler les Églises, les mettre au pas, les sou­mettre au pouvoir temporel totalitaire, et puis les supprimer pour faire place à la seule idéologie national-socialiste. Toutefois les tactiques de mise en oeuvre de cette stratégie d’ensemble seront diverses, adaptées à l’adversaire, et évolutives, en fonc­tion des circonstances.

58On rappellera d’abord les divergences des Églises chrétiennes. Le catholicisme, minoritaire et exposé, y puisa une certaine force et cohésion. Sa structure hiérar­chisée, du sommet papal à la base, renforçait encore cette unité. La tactique d’Hitler fut la signature du Concordat ; l’Église catholique s’y tint ; Hitler, catholique de par le baptême, le respecta jusqu’à une certaine limite, et ne fut jamais excommunié.

59Les Églises évangéliques, par contre, numériquement puissantes, restaient sou­vent divisées et, surtout, étaient privées d’une hiérarchie efficace. Leur hostilité à Rome et au papisme, leur aveuglement face au national-socialisme, la soumission de la majorité à des exégèses luthériennes aggravèrent leur passivité et fragilité. Deux extraits de journaux pastoraux soulignent clairement cette situation :

  • 31 In : Nowak, Kurt : Evangelische Kirche in der Weimarer Republik, p. 298. Il s’agit du pasteur de So (...)

60«La croix gammée et la croix du Christ ne sont pas antinomiques. Celle-ci nous révèle le devoir de sacrifice et celle-là le don de l’origine31

  • 32 Kremers, Hermann : Nationalsozialismus und Protestantismus, Berlin 1931, cit. in : Falter p. 191-2, (...)

61«L’Église évangélique n’exaucera pas l’attente de l’Église romaine en nous appelant à une croisade contre le national-socialisme. Même l’idée d’une Église allemande ne devrait pas effrayer le protestantisme, car il est lui-même Église populaire dans les limites de la germanité32

62L’assaut du national-socialisme contre le protestantisme se déroula dans le temps en deux grandes phases tactiques. Au moment de la prise de pouvoir, par l’entremise du mouvement des Chrétiens allemands d’un côté, et, de l’autre, des groupes «völkisch» et de l’idéologue Rosenberg. Par la suite, et par vagues successives, sous la forme de ce que les Églises protestantes qualifièrent de «Kirchenkampf», donc de lutte contre l’Église.

631. La prise de pouvoir

64a. Les Chrétiens allemands (Deutsche Christen)

65La tactique de loin la plus dangereuse des national-socialistes et utilisée contre les seules Églises évangéliques – fut la tentative de contrôle du protestantisme par l’entremise du groupe des Chrétiens allemands. Ce qui, sous la république de Weimar, n’était encore qu’un groupuscule proche du national-socialisme et appuyé par les théologiens Althaus, Gogarten et Hirsch devint, après la prise de pouvoir un groupe bien plus important : environ 20 % des pasteurs et près de 50 % de laïques protestants s’y joignirent, ce qui en fit un groupe de pression puissant à l’intérieur de l’Église. Sa prise de pouvoir politique à l’intérieur de l’Église n’allait pas tarder.

  • 33 Denzler/Fabricius, op. cit., p. 56, trad. G.S.

66Il est peut être utile à ce point de l’analyse de montrer un tableau des divers principes et objectifs33 :

Église confessante

Chrétiens allemands

National-socialisme

Union des 29 Églises

1 Église du Reich+ un ‘évêque du Reich’

L’évêque du Reich doit être national-socialiste

Droit de regard des communautés

‘Führerprinzip’ dans l’Église

‘Mise au pas’ de l’Église

Autonomie de l’Église

Union de l’État et de l’Église

Dépendance de l’Église

Jésus-Christ seul envoyé de Dieu

«Adolf Hitler envoyé par le Dieu vivant »

Culte du ‘Führer’

«Tu obéiras à Dieu plus qu’aux hommes »

Relation étroite entre national-socialisme et christianisme

National-socialisme remplace les religions

Le baptême est au-dessus de la race

Exclusion de l’Église des juifs convertis

Persécution des juifs

Secours du peuple aux ‘handicapés’ (Untüchtige und Minderwertige)

‘Protection du peuple devant les handicapés’

Stérilisation, castration et ‘euthanasie’

67Les manoeuvres des années 33-34 tourneront autour de ces points. La première charge des Chrétiens allemands, assistés par le parti national-socialiste, porta, bien entendu, sur le contrôle de l’appareil de l’Église protestante. S’il y avait un large accord pour l’unification de l’Église, les problèmes de la constitution et de l’élection de l’évêque du Reich divisèrent les esprits, en particulier la seconde échéance. Les élections ecclésiales furent remportées à 70 % par les Chrétiens allemands. Après l’élection du pasteur modéré Fritz von Bodelschwingh comme évêque du Reich, les protestations des Chrétiens allemands et la propagande de l’appareil nazi provo­quèrent sa démission, suivie de l’élection par acclamations lors du synode national du chef des Chrétiens allemands, l’ancien aumônier militaire de Königsberg Ludwig Müller, promu entre-temps aux fonctions d’évêque provincial de la Vieille Prusse (‘altpreußischer Landesbischof’). L’appareil était conquis.

68b) Faux-pas

69Ces premiers succès de la ‘mise au pas’ furent suivis par d’autres mesures : inté­gration de la Jeunesse évangélique dans les Jeunesses hitlériennes (19 décembre 1933), intégration des Églises provinciales dans l’Église du Reich (mars-octobre 1934), «décret-muselière» édicté par l’évêque du Reich interdisant toute critique («Maulkorb-Erlaß», 4 janvier 1934). La stratégie semblait être la bonne.

70Toutefois, face aux convictions et susceptibilités des pasteurs et des fidèles, la prudence était nécessaire : or c’est ce qui faisait le plus défaut à la brutalité de la ‘mise au pas’ et à la grossièreté de l’idéologie nazie. Deux éléments furent révéla­teurs de cette faiblesse tactique.

71- Le premier incident, issu du triomphe même des Chrétiens allemands, eut lieu lors d’une manifestation du mouvement au Palais des Sports de Berlin, le 13 novembre 1933. Le responsable des C.A. du ‘Gau’ de Berlin, le Dr. Reinhold Krause, y pro­nonça une violente harangue raciste et antisémite, visant à l’épuration de l’Église protestante, au sens de l’idéologie national-socialiste la plus virulente. Les réactions furent telles qu’il dut démissionner.

  • 34 cf. Meier, Kurt : Kreuz und Hakenkreuz, op. cit., p. 79 sqs.

72- Mais il ne faisait là qu’exprimer avec maladresse certaines idées des groupes et cercles «völkisch» et de «foi allemande (« deutschgläubig») ainsi que des notions tirées de l’ouvrage de Rosenberg, Le mythe du XXe siècle. Se mélangeaient dans ces divers cercles des idées athées (les libres-penseurs représentaient en 1933 70 % des 100 000 membres de la «Communauté de travail de la communauté de foi alle­mande»), antisémites, racistes et «germaniques», au sens d’un retour à la religion des Germains ‘extirpée’ par le christianisme (‘Mission germanique/Germanenmis­sion’)34. Ces idées étranges, mais dangereuses – l’ouvrage de Rosenberg servait de lecture obligatoire dans les écoles du parti national-socialiste – ne laissèrent pas d’inquiéter les théologiens et pasteurs protestants, y compris des membres du NSDAP comme Hirsch.

73c. Réactions protestantes :

74Ces erreurs tactiques finirent par susciter dans les diverses Eglises et commu­nautés protestantes des réactions et des protestations qui menèrent à la constitution d’associations unitaires de plus en plus fortes : des «fraternités de pasteurs (Pfarrer­bruderschaften)» au «comité de détresse (Pfarrernotbund)», regroupant en 1933-34 un tiers des pasteurs, jusqu’au puissant mouvement de «l’Église confessante (Be­kenntniskirche)». Les forces vives en étaient Karl Barth, Martin Niemöller, le pas­teur Hans Asmussen et Theophil Wurm, évêque provincial de Wurtemberg. Il en résulta en 1934 une série de manifestations importantes : la «Déclaration d’Ulm» de l’Église confessante (22 avril), le premier synode de l’Eglise confessante à Barmen (Déclaration théologique de Barmen, 29-31 mai) et le second synode de l’Église confessante à Dahlem (19-20 octobre), la création de la première direction provi­soire de l’Église confessante, présidée par August Marahrens, évêque provincial de Hanovre (22 novembre).

  • 35 cf. n. 23.

75La déclaration de Barmen, rédigée par Barth, appelait à un retour aux sources de «l’évangile de Jésus-Christ», interprétées par la Réforme. Dans le cadre de l’Église évangélique allemande (DEK), le synode s’entendait comme «une fédération des Églises confessantes allemandes» liée par «la profession de foi dans le seul Seigneur de la Sainte Église une, universelle et apostolique.» Six thèses évangéliques y étaient rappelées et opposées aux «erreurs» et «fausses doctrines « des Chrétiens allemands. Déclaration théologique, elle était aussi une déclaration de guerre aux Chrétiens alle­mands, et, par là-même, une prise de position politique contre le national-socialisme et la stratégie de ‘mise au pas’ de ses «Führer» expressément cités35.

76Ces réactions suscitèrent, certes, des dissensions à l’intérieur de l’Église pro­testante. Mais elles amenèrent l’évêque anglican de Chichester Bell, président du Conseil mondial du christianisme pratique, en accord avec l’archevêque de Canter­bury, à formuler auprès du Reich des protestations contre sa politique hostile à l’Église confessante. Hitler craignit alors des problèmes en politique étrangère et intérieure en un moment où son entreprise de réarmement, prépondérante, rendait nécessaire un semblant de calme et de paix.

77Il en résulta une politique ambiguë. D’un côté, le Führer chercha à apaiser l’Église protestante en tenant en laisse l’évêque du Reich Müller et en abandonnant le mouvement d’intégration des Églises évangéliques provinciales (20 novembre 1934), ce qui correspondait à l’article 2 de la déclaration de Barmen. Mais, de l’autre, il décapita l’Église confessante en destituant Barth et Martin Niemöller ; Barth rentra à Bâle en 1935 et Niemöller fut arrêté, condamné et incarcéré dans le camp de concentration de Sachsenhausen jusqu’en 1945. Le protestantisme allemand était en partie paralysé. Cela se manifesta dans les années d’après 1935, communément appelées celles du «Kirchenkampf».

782. Les années du «Kirchenkampf» et de la Deuxième Guerre mondiale

79De 1935 à 1945, la stratégie générale du national-socialisme fut poursuivie, mais de manière moins idéologique et de façon plus habile par Hanns Kerrl, nommé ministre des affaires religieuses du Reich jusqu’à sa mort, en 1941. La reprise en main de l’Église protestante fut menée avec souplesse et non sans égards jusqu’en 1941. Par la suite les nécessaires concessions dues à la guerre allaient ralentir la ‘mise au pas’. Mais le projet d’ensemble du NSDAP restait plus vivace que jamais. Ainsi cette note du ‘secrétaire du Führer’, Martin Bormann, aux Gauleiter :

80« ... L’idée de la constitution d’une Église évangélique du Reich au moyen de la réunion des différentes Églises évangéliques a été définitivement aban­donnée, parce que l’Église évangélique nous est aussi hostile que l’Église ca­tholique. Tout renforcement de l’Église évangélique se retournerait seule­ment contre nous. [...]

  • 36 cf. Meier, Kurt : Kreuz und Hakenkreuz, op. cit., p. 150-151.

81Toutes les influences qui pourraient entraver, voire dommager la politique de direction du peuple menée par le Führer avec l’aide du NSDAP sont à élimi­ner. De plus en plus, le peuple doit être arraché aux Églises et aux prêtres, leurs agents.36»

  • 37 Ibid., p. 175.
  • 38 Ibid.

82L’attitude du Führer dès 1939 n’était qu’une pause imposée par les circon­stances : pour ne pas mettre en péril l’union nationale, il avait interdit «toute action contre les Églises catholique et évangélique pendant la guerre.» En 1940, il donna l’ordre «d’éviter toutes les mesures...qui pourraient détériorer les relations entre l’État et le parti et les Églises37.» Il est vrai qu’en 1939, lors de l’enquête censitaire, 95 % de la population avaient déclarés être membres de l’Église protestante ou catholique ; même la plupart des 3 millions de membres du parti payaient la contri­bution ecclésiastique et n’avaient pas quitté l’Église, malgré l’endoctrinement idéo­logique massif par le national-socialisme38. On comprendra alors ces confidences d’Hitler à Göring pendant la guerre :

  • 39 Ibid. Cit. d’après : Conway, John S. : Die nationalsozialistische Kirchenpolitik 1933-1945, München (...)

83«...il s’agit à présent que chaque Allemand fasse son devoir et que, s’il le faut, chaque soldat aille à la mort. Si, à cette fin, il trouve soutien et réconfort dans sa foi, quelle que soit son appartenance confessionnelle, cela ne saurait être qu’avantageux ; toute inquiétude en ce sens pourrait, selon les circon­stances, toucher à la fermeté intérieure du soldat39

84Face à cette stratégie ondoyante, l’Église protestante ne prit fermement position qu’en une occasion. Et encore après une scission du groupe de Niemöller, après quoi le synode de l’Église confessante ne se réunit plus jamais. La nouvelle direction pro­visoire de l’Église protestante envoya le 28 mai 1936 un mémorandum sévère et courageux à Adolf Hitler, chancelier du Reich. Les six points majeurs concernaient le péril de la déchristianisation, l’interprétation du «christianisme positif» par les Chrétiens allemands, la destruction de l’ordre ecclésial, la déconfessionnalisation, les dangers de l’idéologie nazie (religion du sang et du sol ; antisémitisme), la morale et le droit. Le texte critiquait à ce titre l’humiliation de l’homme dans les geôles de la Gestapo et les camps, ainsi que la divinisation du Führer. Mais la portée du texte était fortement diminuée par sa stricte confidentialité : il n’était destiné qu’à Hitler... Par la suite, on célébra avec enthousiasme l’annexion de l’Autriche et l’anniversaire du Führer en 1938 (même l’évêque Wurm fit sonner les cloches pendant une heure !). Et la presque totalité des pasteurs prêta serment de fidélité à Adolf Hitler.

85Les contradictions, les dissensions, les compromissions et les faiblesses avaient détruit l’élan de résistance de 1933/34. Que penser alors des capacités de résistance de l’Église protestante ?

86III. Engagement et résistance ? Adaptation ou passivité ?

87Ces problèmes fondamentaux à propos de l’attitude des protestants face au régime national-socialiste entre 1935 et 1945, et qui posent la question finale de la culpabilité, se sont cristallisés en trois épreuves majeures. L’attitude des groupes sociaux, et en particulier confessionnels, devant elles est révélatrice. Il s’agit du problème de l’euthanasie, de 1933 à 1941, de la question juive, de 1933 à 1945, et enfin du problème de la guerre, de 1939 à 1945.

881. Le problème de l’euthanasie

89En raccourci, est désignée par là l’action des nazis qualifiée d’«anéantissement des vies indignes d’être vécues (Vernichtung lebensunwerten Lebens)». Organisée dans le cadre du vitalisme et de l’évolutionnisme qui étaient la marque de l’idéo­logie national-socialiste, cette entreprise visait avant tout à l’extermination des handicapés mentaux et nerveux, et s’effectuait dans des sanatoriums spécialisés. Dès le 14 juillet 1933, avait été passée une loi sur la «prévention de la conception d’enfants génétiquement malades». Il s’en suivit une campagne de stérilisation. Le sommet de cette action fut atteint par le décret signé par Hitler fin octobre 1939, et antidaté au 1er septembre, sur l’euthanasie des handicapés mentaux. Près de 75 000 vies humaines furent assassinées. Les Églises ne pouvaient pas ne pas réagir, en raison du caractère divin de la vie humaine. Elles le firent d’autant plus que leur fidèles étaient parfois directement concernés et frappés : toute négligence eût été coupable. Si l’appel de l’évêque catholique de Munster, le comte Clemens August von Galen, reste l’intervention la plus connue, il convient de souligner que les protestants ne furent pas en reste. L’évêque provincial Wurm, le juge brandebour­geois Lothar Kreyssig, qui fut destitué, le pasteur westphalien Ernst Wilm et Dietrich Bonhoeffer, membres de l’Église confessante, qui furent arrêtés, sont les plus notoires des protestataires. Enfin, le synode de l’Église confessante de Prusse du 12-13 octobre 1940 et le synode de l’Église confessante de Prusse à Breslau en automne prirent des positions fermes ; ce dernier était animé par le pasteur brande­bourgeois Günther Harder, Bonhoeffer et le comte Peter Yorck von Wartenburg, membre du cercle résistant de Kreisau. Dans une certaine mesure, avec un succès relatif, les protestations des Églises, fortes de l’appui de la population, réussirent à ralentir, sinon à arrêter totalement une entreprise inhumaine du national-socialisme.

902. La question juive

  • 40 Meier, Kurt : Kreuz und Hakenkreuz, op. cit., p. 169.

91Les choses sont beaucoup plus complexes, discutables et négatives pour la question majeure de la barbarie nazie, celle du traitement infligé aux juifs, et singu­lièrement, depuis 1933, aux juifs allemands. Kurt Meier, l’un des grands spécialistes de l’histoire du protestantisme à cette époque, juge que «l’attitude des Églises évangéliques face à la politique antisémite du IIIe Reich fut d’une ambiguïté regret­table40.» Les causes en étaient nombreuses : parmi les plus fâcheuses il y eut un certain antisémitisme théologique de nombreux professeurs et pasteurs. Il n’est be­soin que de citer une adresse radiophonique du 4 avril 1933 à la population américaine par Otto Dibelius, surintendant général de la Marche électorale du Brandebourg :

92«...Les juifs ont entrepris dans plusieurs pays une agitation contre l’Alle­magne.... On a aussi appelé au boycott de produits allemands (...).

93Pour briser ce boycott, les nationaux-socialistes allemands ont, à leur tour, entrepris un mouvement de boycott contre les juifs en Allemagne ... Ce boycott s’est déroulé dans une tranquillite et un ordre absolus ...

  • 41 cf. Becker, Josef & Ruth : Hitlers Machtergreifung, op. cit., p. 207-211, cit. p. 209-210.

94Parallèlement, il y a une action du gouvernement visant à écarter les juifs de l’administration de l’État, nommément des fonctions judiciaires. Cela tient au fait que depuis 1918 fonctionnaires et employés juifs sont entrés en si grand nombre dans l’administration d’État qu’il y a, p.ex., à Berlin des tribunaux entiers sans un seul juge chrétien. Et pourtant les juifs en Allemagne ne composent pas même 1 % de la population. Les conditions devraient revenir à leur état antérieur41

95Cet appel fait en tant qu’évêque du plus important diocèse protestant est caractéristique à la fois de la naïveté et de l’enthousiasme de bien des pasteurs alle­mands. Il se place dans le cadre d’une collaboration d’ensemble avec le nouveau régime :

  • 42 Ibid., p. 211.

96«Soyez confiants dans ce que chrétiennes allemandes, appelées par l’État à collaborer au renouveau intérieur du peuple allemand, feront leur devoir!42»

  • 43 cf. à ce sujet, la littérature citée, en part. le texte de Bonhoeffer, n. 28.

97En fait, les divisions, les préventions dans l’Église protestante étaient telles qu’il n’y eut jamais sur aucune décision ou action antisémite d’importance de prise de position commune et générale. Il n’y eut aucune condamnation, même individuelle, des lois de Nuremberg de 1935 ; les boycotts, le «paragraphe aryen» de la «loi de reconstitution du fonctionnariat» (7 avril 1933) ne furent condamnés qu’individuel­lement, par Barth, Niemöller ou Bonhoeffer, p.ex., puis par le synode de Barmen. Et encore les thèses de Barmen furent-elles attaquées publiquement par les tenants de la «théologie d’Erlangen», dont Althaus, qui, par l’affichage d’Ansbach («Ansbacher Anschlag») et « l’Expertise théologique sur l’admission de chrétiens d’origine juive aux fonctions de l’Église évangélique allemande », défendaient l’article de loi discriminatoire. Seuls Barth et le jeune pasteur luthérien Bonhoeffer eurent en 1933 la perspicacité et le courage de prendre position en faveur des juifs, pour des motifs théologiques et sociologiques43. Après le synode de Barmen, il faudra attendre le mémorandum secret de 1936, puis la déclaration du synode de l’Église confessante de Breslau en octobre 1943 pour des protestations semi-officielles et partielles de l’Église évangélique contre la politique antisémite du national-socialisme. On citera cette formule du synode de Breslau :

98«L’ordre divin ne connaît pas des concepts tels que ‘exterminer’, ‘liquider’ et ‘vie indigne d’être vécue’. L’anéantissement d’êtres humains pour la seule raison qu’ils sont parents d’un criminel, vieux ou faibles d’esprit ou qu’ils font partie d’une autre race ne relève pas de l’épée donnée par Dieu à l’autorité civile. [...]

  • 44 cf. le texte in : Denzler/Fabricius, op. cit., p. 315-320, citation p. 318.

99[Le prochain du chrétien est] toujours celui qui, dans la détresse, a spécialement besoin de lui, sans distinction de races, peuples et religions. Car la vie de tous les hommes appartient à Dieu seul. Elle lui est sacrée, y compris la vie du peuple d’Israël44

100Exhortation admirable, certes, mais discrète, tardive et inefficace. Les camps d’extermination ne sont pas nommés. Et ces protestations isolées n’ont pas enrayé la «solution finale». La parole vivante est restée lettre morte.

1013. Le problème de la guerre

  • 45 Barth : Eine Schweizer Stimme 1938-1945, Zollikon 1945 : «Chaque soldat tchèque, qui luttera alors (...)

102Il n’y eut aucune prise de position de l’autorité spirituelle qui fût hostile à la guerre. Au contraire, fidèle à une certaine exégèse luthérienne et à la ligne de la Première Guerre mondiale, la hiérarchie protestante débattit de la guerre juste, s’ent­housiasma pour les premières victoires d’Hitler, ou alors sombra dans un pacifisme tardif et inopérant. La lettre de Karl Barth du 19 septembre 1938 à son collègue pragois Hromadka, incitant les soldats tchèques à la guerre au nom de l’Église de Jésus-Christ45, fut récusée par les évêques luthériens. Et l’«expertise de la faculté théologique de Marbourg sur le devoir d’obéissance face à l’autorité civile» déliant les chrétiens de leur devoir d’obéissance envers le gouvernement national-socialiste date du 29 avril 1945...

1034. Y eut-il une résistance protestante ?

  • 46 Texte de la déclaration in : Denzler/Fabricius, op. cit., p. 276 : Art. 2,1 : «L’Église évangélique (...)

104On aura pu s’en rendre compte au vu des analyses précédentes, il n’y a pas eu, il ne pouvait y avoir de résistance protestante générale, ouverte et organisée, de même qu’il n’y eut pas une résistance catholique homogène, et surtout qu’il n’y a eu de mouvement de résistance nationale d’ensemble. Les Églises évangéliques étaient largement autonomes et fédéralistes, ce qui était un handicap dans toute tentative de résistance nationale. Mais il devint patent dès le synode de Barmen que le principe même de la séparation en 29 Églises provinciales devint acte de résistance contre le totalitarisme nazi des Chrétiens allemands. La situation était donc complexe et pouvait devenir paradoxale46.

  • 47 On citera à ce propos un article de Lew Kopelew, in : Die Zeit, 27/9/96, à propos des débats sur l’ (...)

105Il a été question aussi des divisions, compromis et compromissions des Églises, ainsi que des conflits théologiques. Mais il faut ajouter à ces facteurs de division l’extrême difficulté de résister – et résister longtemps – à la terreur et la propagande d’un régime totalitaire47. La résistance active était donc forcément réduite dans le temps et l’espace à des individus d’exceptions ou des regroupements provisoires. Il est apparu également que les moyens d’un régime policier sont trop puissants pour que ces individus ou groupes aient une chance de survie : Barth fut expulsé, Nie­möller enfermé ; ces deux grandes voix étaient donc pratiquement réduites à l’ineffi­cacité. Il fallait être sur le terrain, au contact des réalités et de la population : ce n’était pas possible dans les camps ; et même un Tillich des États-Unis, un Barth depuis Bâle n’étaient plus en mesure d’exercer l’influence qu’ils avaient eue précédemment.

106Le cas de Bonhoeffer est exemplaire à ce sujet. Étudiant aux États Unis, puis vicaire en Espagne et pasteur à Londres, il se rendit vite compte qu’il fallait être sur place et nouer des contacts : d’où ses liens avec l’Église confessante. Ses réflexions sur la nature de la résistance l’amenèrent en 1943 à se concentrer sur la notion de «courage civique», ainsi définie :

  • 48 Bonhoeffer, Dietrich : «Nach zehn Jahren», in : Widerstand und Ergebung, München 1966, § «Zivilcour (...)

107«Nous avons pendant ces dernières années trouvé beaucoup de courage et d’esprit de sacrifice, mais nulle part, ou presque, de courage civique, même en nous-mêmes. Ce serait d’une psychologie trop naïve que de vouloir attri­buer ce manque simplement à de la lâcheté personnelle. Les motifs sont tout autres. Nous Allemands avons dû apprendre au cours d’une longue histoire la nécessité et la force de l’obéissance. C’est dans la subordination de tous les souhaits et pensées personnels à une mission intériorisée que nous avons vu le sens et la grandeur de notre vie. Nos regards étaient tournés vers le haut, non pas dans la crainte, mais dans la libre confiance qui voyait dans la mission une profession et dans la profession une vocation. ... Il était néces­saire que l’Allemand se rende compte qu’il lui manquait un aperçu fonda­mental : celui de la nécessité de l’acte libre et responsable même contre sa profession et mission ... Le courage civique ne peut naître que de la libre responsabilité de l’homme libre48

108Il s’engagea donc dans l’action avec des protestants engagés dans la résistance civile, ceux de Kreisau, Moltke et Yorck von Wartenburg, ceux de l’Abwehr, Canaris, Oster, Hans von Dohnanyi, son beau-frère, qui le protégèrent d’abord, puis périrent avec lui au camp de concentration de Flossenbürg, assassinés au dernier instant par la Gestapo et les SS. La résistance était possible, mais condamnée à terme.

  • 49 Sur la distinction entre «Widerstand» et «Resistenz» dans l’historiographie allemande récente, on r (...)

109A son exemple, il y eut, selon le qualificatif de la Gestapo, ces nombreux «bureaux» d’aide et de secours aux juifs persécutés, comme le bureau du pasteur Grüber à Berlin. Les risques et châtiments étaient identiques. Mais là est sans doute la jointure entre le «Widerstand», la résistance coordonnée et active, et la «Resi­stenz», résistance isolée et parfois passive49. C’est cette «Resistenz» à la base et parfois chez certains représentants de la hiérarchie qui paraît, en fin de compte, le facteur d’ensemble le plus positif et efficace de l’opposition des Églises évangé­liques au national-socialisme.

110On citera ici Richard Löwenthal :

  • 50 Löwenthal, Richard : «Widerstand im totalen Staat», in : Bracher, Karl-Dietrich/ Funke, Manfred/Jac (...)

111«Même quand l’Église n’était pas un facteur de résistance volontaire contre le national-socialisme, elle resta, dans une large mesure, un facteur d’aliénation par rapport à son esprit50

112Les strates de cet état d’esprit sont multiples.

113Il y eut d’abord la défense par chaque religion de sa confession, son territoire et ses communautés. Ce renforcement de la prise de conscience individuelle et paroissiale était indiscutablement un facteur de survie spirituelle sous le Troisième Reich. En second lieu, la réaction spirituelle et idéologique fut un facteur de ralentissement de l’emprise totalitaire. Elle pouvait même servir de soutien à ceux, pasteurs ou fidèles, qui étaient engagés dans la résistance active, comme le cercle de Kreisau ou Bonhoeffer, quand bien même cet apport était loin d’être unanime. Troisième aspect : le refus d’une «nouvelle» société par le maintien des rites et tradi­tions religieux, la réaction contre la «mise au pas» et à la déchristianisation servaient de frein à l’emprise du national-socialisme. Klaus Scholder affirme à ce sujet que

  • 51 Scholder, Klaus : Die Kirchen zwischen Republik und Gewaltherrschaft, hrsg. Karl Otmar von Aretin/G (...)

114«le national-socialisme en tant que religion politique ne pouvait être touché par l’Église avec plus de précision que là où, au nom de Dieu, on lui contestait son exigence totalitaire à se saisir de l’homme tout entier51

  • 52 cf. Mehringer, Hartmut/Röder, Werner : «Gegner, Widerstand, Emigration», in : Ploetz. Das Dritte Re (...)

115Enfin, cette affirmation de la foi face aux empiétements du système totalitaire, la défense de poches autonomes contre l’emprise de ce système. Peut-on aller jusqu’à affirmer, comme le font certains commentateurs52, que la fonction des Églises consistait justement à assurer des espaces de liberté à une opinion publique mise au pas partout ailleurs ?

  • 53 cf. l’art. cit. de Ulrich von Hehl en n. 2, p. 180.

116C’est assurément assigner aux Églises un rôle trop discret et scrupuleux, qui servait de paravent à la lâcheté, la peur, voire à la sympathie et à l’engagement politique du côté du national-socialisme. L’exemple des Chrétiens allemands est significatif. Plongée dans les querelles d’exégèse, entraînée dans les tourbillons du nationalisme, l’Église protestante est souvent restée engluée dans un formalisme commode et timide. Les critiques face à ce comportement sont de plus en plus fréquentes dans l’opinion publique et la recherche53.

  • 54 Ibid., p. 181 : Ludwig Volk : « das Dritte Reich war wohl «nicht die Stunde der Gremien, sondern de (...)

117C’est donc un parcours tourmenté que celui du protestantisme sous le IIIe Reich. Traînant le fardeau de débats et conflits historiques complexes depuis la Réforme, d’attitudes pour le moins ambiguës sous la république de Weimar et au moment de la prise du pouvoir national-socialiste, l’Église évangélique n’aura pas toujours fait belle figure. En proie aux tergiversations, aux faiblesses, à la pusillanimité, elle fut sauvée en sa dignité par des prises de position individuelles qui entraînèrent la mobilisation temporaire de certains regroupements. Il n’est pas juste de prétendre qu’une époque comme celle du IIIe Reich n’était sans doute pas «l’heure des assem­blées, mais celle de l’individu ne dépendant que de lui-même54.» Un individu livré à lui-même, quelque courageux qu’il fût, ne pouvait à lui seul incarner la résistance. Il était pratique pour les Églises, après 1945, de se dédouaner à l’aide de ces quelques grandes voix, Barth, Niemöller ou Bonhoeffer. Mais ce n’était pas suffisant pour échapper à la critique. L’Église catholique se trouvait dans la même situation.

118Les protestants critiques, pour beaucoup membres de l’Église confessante, le sentiront bien en 1945, quand ils se réuniront à Stuttgart pour battre leur coulpe :

  • 55 Denzler/Fabricius, op. cit., p. 348 : « Erklärung des Rates der Evangelischen Kirche in Deutschland (...)

119«Nous sommes d’autant plus reconnaissants de cette visite (de représentants du Conseil oecuménique des Églises) que nous sommes conscients de parta­ger avec notre peuple non seulement une grande communauté de souffrance, mais aussi une solidarité dans la culpabilité. Nous affirmons en grande douleur : par notre faute, une souffrance infinie s’est abattue sur bien des peuples et des pays55

120Mais cette déclaration était loin d’être partagée par la majorité des théologiens, pasteurs et fidèles protestants, de même que les «Paroles du conseil fraternel de l’Église évangélique en Allemagne» du 8 août 1947 à Darmstadt. Il n’y eut pas un mot sur les génocides, et la dénazification divisa les esprits. Il faudra attendre les années 80 pour que soit reconnue enfin une culpabilité pleine et entière. On préfé­rera alors conclure par ce mot d’un catholique, futur premier chancelier de la Répu­blique fédérale d’Allemagne. Konrad Adenauer écrivit le 23 février 1946 à son ami, le pasteur Bernhard Custodis :

  • 56 Ibid., p. 349-350 : « Konrad Adenauer an Pastor Dr. Bernhard Custodis in Bonn, 23. Februar 1946 ». (...)

121«Je suis d’avis que le peuple allemand, et aussi les évêques et le clergé ont une grande culpabilité quant aux événements dans les camps de concen­tration. [...] On ne peut pas affirmer que l’opinion publique ignorait que le gouvernement national-socialiste et l’armée n’ont cessé, par principe, de déroger à la loi naturelle, la convention de La Haye et les commandements les plus simples de l’humanité. Je crois que si les évêques avaient, en un jour donné, pris position de concert du haut de leurs chaires là contre, ils auraient pu éviter bien des choses. Cela n’a pas eu lieu, et il n’y aucune excuse à cela. Si cela avait mené les évêques en prison ou dans des camps de concentration, ce n’aurait pas été un mal, au contraire. Mais cela ne s’est pas produit...56

Notes

1 cf. Falter, Jürgen W. : Hitlers Wähler, München 1991, p. 169-193. On lira, sur cette période : Nowak, Kurt : Protestantismus und Weimarer Republik, in : Bracher, Karl-Dietrich, Funke, Manfred, Jacobsen, Hans-Adolf (Hrsg.) : Die Weimarer Republik, Bonn 1987.- Nowak, Kurt : Evangelische Kirche und Weimarer Republik, Weimar 1981. Thalmann, Rita : Protestantisme et nationalisme en Allemagne de 1900 à 1945, Paris 1976.

2 cf. à ce sujet : Gasse, Jean-Louis : Les conceptions socio-politiques de Martin Luther dans la controverse protestante allemande au vingtième siècle, thèse de doctorat d’État, dactyl., Paris-Sorbonne 1995, 2 vol.

Sur l’Église protestante sous le IIIe Reich, on lira : Dentzler, Georg/Fabricius, Volker : Christen und Nationalsozialisten, Frankf./Main 1995, FT 11871.- Von Hehl, Ulrich : «Die Kirchen in der NS-Diktatur», in : Bracher, Karl-Dietrich/Funke, Manfred/ Jacobsen, Hans-Adolf : Deutschland 1933-1945, Bonn 1993.- Meier, Kurt : Kreuz und Hakenkreuz, München 1992, DTV 4590.- Meier, Kurt : Der evangelische Kirchenkampf, 3 vol., Halle & Göttingen 1976-84.- Nowak, Kurt (Hrsg.) : Evangelische Kirche in Gesellschaft, Staat und Politik 1918-1945, Berlin 1987.-Scholder, Klaus. Die Kirchen und das Dritte Reich, vol. 1 : 1918-34, Frankf./M. 1977 ; vol. 2, 1934, Barmen/Rome/ Berlin 1985. Après le décès de l’auteur, la suite, non parue, est préparée par ses élèves Gerhard Besier et Jörg Thierfelder.

3 cf. Lefèbvre, Joël (éd. & trad.) : Luther et les problèmes de l’autorité civile, Paris 1973, éd. bilingue, intr. et notes.

4 Ibid., p. 205.

5 Ibid., p. 209.

6 Texte allemand in : Becker, Josef & Ruth (Hrsg.) : Hitlers Machtergreifung, München 1992, DTV 2938, p. 246-247 ; trad. G.S.-

7 Gasse, Jean-Louis, op. cit., vol. 1, p. 231.

8 Ibid., Ch. VII.

9 Scheel, Otto : Evangelium, Kirche und Volk bei Luther, Leipzig 1934. L’auteur fut professeur de théologie à Kiel.

10 cf. Gasse, Jean-Louis, op. cit., p. 240.

11 Ibid., p. 238, trad. J.-L. G.

12 Ibid., vol. 1, Ch. VIII.

13 Ibid., p. 250.

14 Ibid., p. 253.

15 Ibid., p. 255. L’ouvrage cit. de Gogarten est Politische Ethik, Iena, 1932.

16 On lira les analyses de Jean-Louis Gasse, op. cit.

17 Ibid., p. 257.

18 cf. plus loin.

19 cf. Gasse, op.cit., p. 259.

20 Barth, Karl : Theologische Existenz heute, H. 7, p. 11. ; cf. Gasse, op. cit., p. 298.

21 Ibid., texte cit. in : Becker, Josef & Ruth : Hitlers Machtergreifung, op. cit., p. 357-358. Trad. G.S.-

22 Ibid., p. 359.

23 Texte cit. in : Denzler/Fabricius, op. cit. n. 2, p. 276-279, cit. p. 278.

24 «Die Kirche und die politische Frage von heute», Zollikon 1939.

25 Bonhoeffer, Dietrich : Ethik, München 1949.

26 Ibid., p. 209 ; trad. Gasse, op. cit., p. 331.

27 Ibid., p. 264 ; trad. Gasse, p. 329.

28 Bonhoeffer, D. : «Die Kirche vor der Judenfrage», in : Der Vormarsch, Jg. 1933, p. 172 sqs. ; cit. in : Steinbach, Peter/Tuchel, Johannes (Hrsg.) : Widerstand in Deutschland 1933-1945, München 1994, p. 89 ; trad. G.S.-

29 Picker H. : Hitlers Tischgespräche im Führerhauptquartier 1941-42, hrsg. P. E. Schramm, Stuttgart 1976, p. 444.

30 Rauschning, H. : Gespräche mit Hitler, Zürich/Wien/New York 1973, p.50 ; cit. in : Michalka, Wolfgang (Hrsg.) : Deutsche Geschichte 1933-1945, Frankf./M. 1996 FT 11251, p. 82.

31 In : Nowak, Kurt : Evangelische Kirche in der Weimarer Republik, p. 298. Il s’agit du pasteur de Soldin, le Dr. Wienecke, membre du NSDAP. cf. Falter, Hitlers Wähler, op.cit., p. 191.

32 Kremers, Hermann : Nationalsozialismus und Protestantismus, Berlin 1931, cit. in : Falter p. 191-2, cf. n. 31.

33 Denzler/Fabricius, op. cit., p. 56, trad. G.S.

34 cf. Meier, Kurt : Kreuz und Hakenkreuz, op. cit., p. 79 sqs.

35 cf. n. 23.

36 cf. Meier, Kurt : Kreuz und Hakenkreuz, op. cit., p. 150-151.

37 Ibid., p. 175.

38 Ibid.

39 Ibid. Cit. d’après : Conway, John S. : Die nationalsozialistische Kirchenpolitik 1933-1945, München 1969, p. 247.

40 Meier, Kurt : Kreuz und Hakenkreuz, op. cit., p. 169.

41 cf. Becker, Josef & Ruth : Hitlers Machtergreifung, op. cit., p. 207-211, cit. p. 209-210.

42 Ibid., p. 211.

43 cf. à ce sujet, la littérature citée, en part. le texte de Bonhoeffer, n. 28.

44 cf. le texte in : Denzler/Fabricius, op. cit., p. 315-320, citation p. 318.

45 Barth : Eine Schweizer Stimme 1938-1945, Zollikon 1945 : «Chaque soldat tchèque, qui luttera alors et souffrira, le fera aussi pour nous – et, je le dis aujourd’hui sans réserve : il le fera aussi pour l’Église de Jésus-Christ, qui, dans le cercle de brumes des Hitler et Mussolini, peut maintenant sombrer dans le ridicule ou tomber dans l’extermination.»

46 Texte de la déclaration in : Denzler/Fabricius, op. cit., p. 276 : Art. 2,1 : «L’Église évangélique allemande est organisée en Églises (Églises provinciales, Landeskirchen)».

47 On citera à ce propos un article de Lew Kopelew, in : Die Zeit, 27/9/96, à propos des débats sur l’ouvrage de D. Goldhagen : « Ich kann verstehen, daß ein junger Mensch, der in einer Demokratie aufgewachsen ist, sich die Psychologie, die Gedankenwelt und das Verhalten der Menschen in totalitären, ideologisch motivierten Regimen nicht vorstellen kann.»

48 Bonhoeffer, Dietrich : «Nach zehn Jahren», in : Widerstand und Ergebung, München 1966, § «Zivilcourage ?», p. 12-13, trad. G.S.

49 Sur la distinction entre «Widerstand» et «Resistenz» dans l’historiographie allemande récente, on renverra à Broszat, Martin : «Resistenz und Widerstand», in : Der schwierige Umgang mit unserer Geschichte, München 1988 DTV 4474, p. 136 sqs.

50 Löwenthal, Richard : «Widerstand im totalen Staat», in : Bracher, Karl-Dietrich/ Funke, Manfred/Jacobsen, Hans-Adolf : Nationalsozialistische Diktatur 1933-1945, Bonn 1983, p. 618-632, cit. p. 621.

51 Scholder, Klaus : Die Kirchen zwischen Republik und Gewaltherrschaft, hrsg. Karl Otmar von Aretin/Gerhard Besier, Berlin 1988, p. 140-141.

52 cf. Mehringer, Hartmut/Röder, Werner : «Gegner, Widerstand, Emigration», in : Ploetz. Das Dritte Reich, hrsg. Martin Broszat & Norbert Frei, Freiburg-Würzburg 1983, p. 173-184, cit. p. 177 : «die eigentliche Bedeutung der Kirchen für die Opposition gegen den Nationalsozialismus (lag) in der von ihnen ausgehenden moralischen Bekräftigung als Bewahrer christlicher Ethik und bestimmter Freiräume innerhalb einer gleichgeschalteten Öffentlichkeit.»

53 cf. l’art. cit. de Ulrich von Hehl en n. 2, p. 180.

54 Ibid., p. 181 : Ludwig Volk : « das Dritte Reich war wohl «nicht die Stunde der Gremien, sondern des auf sich selbst gestellten Einzelnen. »

55 Denzler/Fabricius, op. cit., p. 348 : « Erklärung des Rates der Evangelischen Kirche in Deutschland - Stuttgart, 19. Oktober 1945 ».

56 Ibid., p. 349-350 : « Konrad Adenauer an Pastor Dr. Bernhard Custodis in Bonn, 23. Februar 1946 ». Trad. G.S.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site