Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Le catholicisme allemand au temps de Hitler

Joseph Rovan

Texte intégral

1Le vote de la loi accordant des pouvoirs exceptionnels au gouvernement d’Adolf Hitler, le 26 mars 1933, met fin à une période de près d’un siècle pendant laquelle le catholicisme allemand avait été en mesure de donner à la revendication et à la défense de ses droits essentiels une forme politique.

Le catholicisme allemand et la démocratie

2La défense religieuse contre l’Etat prussien protestant, conservateur et national-libéral avait fait du parti du Zentrum un des éléments les plus affirmés, les plus « voyants », du catholicisme allemand. Mais le Centre lui-même se servait du parlementarisme et de certaines formes d’action démocratiques sans approfondir les relations fondamentales entre christianisme et démocratie, sans faire de l’idéal démocratique un élément constitutif de son existence en tant que parti chrétien. Il suffit de se rappeler l’étonnant immobilisme constitutionnel dont le Zentrum a fait preuve entre 1887 et 1914, lorsqu’il laissa échapper toutes les occasions de donner à la loi fondamentale bismarckienne les développements qui auraient pu assurer le passage de l’Empire constitutionnel à la monarchie parlementaire. Le traditionalisme conservateur était trop profondément enraciné et dans l’esprit des « élites », des intellectuels catholiques, laïcs ou clercs, et dans les masses qui recevaient des premières leur idéal social et spirituel. Il ne pouvait permettre la naissance d’un mouvement démocratique chrétien par qui les valeurs de liberté et de justice auraient pu être posées en termes modernes, dégagées de la gangue corporatiste et autoritaire dont le romantisme néomédiéviste les avait entourées.

  • 1 Le Bayerische Volkspartei avait fait sécession du Zentrum en novembre 1918 pour permettre la format (...)

3Restés monarchistes jusqu’à la Révolution de 1918 dans leur très grande majo­rité, les catholiques ne participèrent à celle-ci que pour l’empêcher de glisser vers le bolchevisme. Ils reconnurent le fait accompli  – trop vite aux yeux de beaucoup d’entre eux – mais pour la majorité, même parmi les dirigeants du Zentrum et encore plus du Parti Populaire Bavarois1, cette adhésion restait « fonctionnelle ». L’idéal démocratique ne faisait guère battre les coeurs et le cri du Chancelier Wirth après l’assassinat de Rathenau : « L’ennemi est à droite ! », ne trouva pas d’écho dans les masses catholiques. L’idéal du Rechtsstaat, de l’Etat du droit, de l’ordre constitutionnel, avait été réalisé, plutôt mal que bien, sous l’empire bismarckien et wilhelmien, la République l’avait encore perfectionné, du point de vue des catholiques, en rétablissant enfin en leur faveur l’égalité civique, mais d’autres formes de vie sociale seraient peut-être aussi aptes, sinon davantage, à le réaliser. L’attrait d’un système plus autoritaire, d’un pouvoir fort, l’esprit du Syllabus interprété d’une manière presque officielle et néanmoins sollicitée, restaient fort vivants.

4L’écroulement rapide du Zentrum et l’adhésion massive du peuple catholique au «soulèvement national » d’Hitler, le rôle que des catholiques tels que von Papen avaient joué au cours des derniers mois de l’agonie de la République, les tentatives d’accommodement et de compromis auxquelles se prêtèrent dès le printemps 1933 des membres éminents de la hiérarchie, la levée de l’excommunication naguère fulminée contre les membres du Parti – toute une évolution rapidement couronnée par la conclusion du Concordat – jettent a posteriori une lumière crue et cruelle sur le caractère ambigu des relations entre le catholicisme allemand et la démocratie à la fois comme système politique et comme idée. En dépit de certaines tentatives d’avant 1848 et pendant la période révolutionnaire subséquente, malgré le constitu­tionnalisme et le légalisme du Zentrum parlementaire de la grande époque windthorstienne et le républicanisme sincère de certains catholiques du Sud-Ouest, après 1918, la démocratie ne possède encore en 1933 aux yeux de la plupart des responsables catholiques laïcs et surtout clercs qu’une valeur instrumentale.

Ambiguïtés et illusions

5Les députés du Zentrum et du Parti populaire bavarois avaient finalement voté la loi sur les pleins pouvoirs, non sans réserves tacites et exprimées. Malgré la méfiance que leur inspiraient les nationaux-socialistes, bien peu nombreux étaient ceux qui imaginaient à quel point Hitler s’apprêtait à ne pas tenir ses engagements et à briser avec toutes les traditions de la vie politique allemande telles qu’elles s’étaient constituées au XlXe siècle. En livrant ainsi l’héritage de Bismarck et de Weimar à celui que le maréchal Hindenburg, président de la République, avait lui-même appelé naguère un « caporal bohémien », ils ne pensaient sans doute pas que, moins de deux mois plus tard, les autorités nazies se serviraient des pouvoirs qui leur avaient été légalement consentis, pour dissoudre, avec toutes les autres formations politiques les deux Partis catholiques. Dans un dernier sursaut de résistance et de rassemblement, le prélat Kaas, quelques jours avant cette dissolution, aura cédé la présidence du Zentrum à l’ex-chancelier Brüning, mais déjà la dictature n’admettait plus à côté d’elle la moindre survivance des vestiges de l’ordre démocratique et parlementaire antérieur. Un peu plus tard que les dirigeants communistes et socia­listes, les responsables les plus en vue du « catholicisme politique » seront contraints à l’exil : Kaas ira finir ses jours au Vatican et Brüning professera longtemps dans une université américaine.

  • 2 Cité par l’ex-chancelier von Papen, Der Wahrheit eine Gasse (« Un Chemin pour la vérité »), München(...)

6La capitulation des parlementaires catholiques, qui se trouvèrent d’ailleurs, ce faisant, en compagnie des quelques députés démocrates ayant survécu au naufrage de leur parti, et des chrétiens sociaux protestants, traduit le désarroi des forces politiques qui, pendant près de quinze ans, s’étaient trouvés à la tête de l’Etat allemand. Le mélange de légalisme apparent et de violence révolutionnaire, qui caractérisait la tactique employée par les nazis au cours des premières semaines de leur domination, laissait les politiciens bourgeois complètement désarçonnés. Les résultats du vote (441 voix contre 94) ressemble curieusement à celui qui, sept ans plus tard, scellera à Vichy la capitulation des républicains français. Devant l’écroulement des formes de vie traditionnelles, il se trouve toujours une majorité de prudents et d’hésitants qui, conscients que « ça ne pouvait plus durer », essaient de se joindre au mouvement pour « empêcher le pire ». Comme l’écrira plus tard Mgr Gröber, archevêque de Fribourg : « Il y avait effectivement, parmi nous autres, catholiques, une tendance qui recherchait un modus vivendi avec le national-socialisme, pour gagner de l’influence et freiner l’action des éléments hostiles à l’Église2. »

7Ce mot du prélat badois, qui allait jouer un rôle de premier plan dans les négociations concordataires de l’été 1933, va plus loin que son sens littéral. Malgré l’excommunication dont l’Eglise avait frappé le national-socialisme, quelque temps avant la « révolution » de 1933, on était loin alors, dans le clergé comme dans les milieux dirigeants du laïcat, de mesurer la signification véritable du mouvement qui venait de s’emparer des leviers de commande, en tant que contre-Eglise, totalitaire et néo-paienne. De surcroît l’autoritarisme politique et le conservatisme social restaient encore, pour la masse du clergé et les laïcs, les attitudes qui correspondaient le mieux à l’idéal catholique. Malgré le Kulturkampf, et dans une certaine mesure précisément à cause des souvenirs qu’il avait laissés, les catholiques n’étaient pas restés insensibles à la séduction nationaliste. Ils participaient des faiblesses générales de la société allemande, ils accueillaient les mêmes slogans, les mêmes légendes et pour la majorité des pratiquants ils appartenaient aux classes moyennes (paysannerie comprise), c’est-à-dire aux secteurs les plus menacés dans leur situation sociale et morale, et les plus accessibles par conséquent aux propagandes à la fois anticapitalistes et antimarxistes.

8L’ancienne peur de la subversion libérale se formulait maintenant dans l’exécra­tion craintive du péril bolchévique : sans cesse dans la correspondance et dans les déclarations des dignitaires ecclésiastiques nous trouverons, sous le régime nazi, l’adhésion fervente des évêques aux principes de la lutte anticommuniste, et ces protestations ne sont pas de pur style ou de pure tactique. Le programme nazi – restauration de la grandeur et de la dignité nationales, rétablissement d’un Etat fort, création d’une économie au service de l’intérêt général et libérée de la servitude capitaliste de l’argent – apparaissait à beaucoup de catholiques allemands comme plus proche de leurs positions fondamentales que la démocratie libérale, à laquelle ils avaient prêté précédemment un concours qui ne fut jamais une adhésion.

9Ces penchants, libérés par la suppression des anciennes formes d’organisation politique, expliquent que – à part quelques personnalités isolées, le plus souvent réfugiées à l’étranger – le catholicisme allemand n’opposera pas au national-socialisme de résistance politique proprement dite. Pendant un an et demi, le vice-Chancelier Von Papen cherchera – avec le manque de perspicacité et de sérieux qui le caractérisait – à endiguer la révolution nazie entre les fragiles barrières de son néo-conservatisme nébuleux. Plus tard, à partir de 1943-44, des catholiques jouent un rôle éminent dans les mouvements qui préparent les lendemains de la chute, désormais certaine, du régime. Mais pendant toute la décennie intermédiaire, la résistance catholique ne sera et ne pourra être (sauf cas exceptionnels) que religieuse. Elle se développera peu à peu sur le terrain choisi par l’adversaire, qui est en même temps celui où l’Eglise se sent la plus sûre de ses droits et de ses moyens. Mais même au plus fort de ces luttes, les évêques se défendront toujours de faire du « catholicisme politique ». La grande majorité des catholiques allemands n’ont pas vu que la lutte antireligieuse était déjà contenue dans les principes mêmes du national-socialisme, qu’elle était inséparable de sa politique, parce que cette politique était totalitaire. Ni les dirigeants catholiques, ni l’Eglise en tant que corps constitué, n’ont compris à temps cette vérité diabolique que Freisler, président du Tribunal du Peuple, jettera à la figure des accusés de la conspiration du 20 juillet :

  • 3 Comte Helmut von Moltke : Letzte Briefe aus dem Gefängnis Tegel, « (Dernières Lettres de la prison (...)

« Le christianisme et nous-mêmes n’avons qu’une chose en commun : nous exigeons l’homme tout entier ».3

10Cependant les catholiques allemands n’étaient pas sans excuses. D’une part, le national-socialisme ne s’est pas d’un coup révélé à lui-même et encore moins au monde extérieur dans toutes ses profondeurs. N’attachant aucune importance aux idées ni aux formulations rationnelles, les chefs nazis ne découvrirent que peu à peu, par l’exercice même d’un pouvoir de plus en plus absolu, le prodigieux dynamisme de leur amoralisme intégral, de cette volonté de puissance qui voulait la puissance pour elle-même, sans autre prétexte idéologique. D’autre part, la tactique nazie, une des plus diaboliques qu’ait connues l’histoire, excellait à abriter derrière des formules ambiguës, apparemment conformes à des conceptions traditionnelles, conservatrices, voire chrétiennes, le contenu secret d’une « doctrine » dont le parti ne prenait sans doute lui-même conscience que progressivement, grâce aux occasions offertes par la réalité. Non pas qu’Hitler, Himmler ou Rosenberg aient jamais nourri la moindre tendresse pour les principes de la religion chrétienne ou les formes d’existence de l’Église catholique, mais l’amoralisme dont ils faisaient état vis-à-vis des idées leur aurait permis, si les circonstances l’avaient exigé à leurs yeux, de cohabiter avec l’Église romaine, comme le fit avec succès Benito Mussolini, autre condottiere fasciste à l’idéologie syncrétiste et brumeuse.

  • 4 Von Papen, op. cit., p. 308.
  • 5 En regard des engagements solennellement pris à la tribune du Reichstag au seuil de l’ère national- (...)

11La «  Bible nazie », Mein Kampf, et le programme du N.S.D.A.P. s’en tenaient prudemment à l’affirmation d’une fidélité au « christianisme positif », formule commode qui permettait de gagner des voix chrétiennes, et de se réclamer des principes « chrétiens » tout en évacuant le contenu véritable de la religion du Christ. Cette tactique qui consistait à brouiller les pistes n’a jamais cessé de trouver des dupes, de 1923 jusqu’à la chute du régime. Elle fut systématiquement appliquée dans les premiers discours du nouveau chancelier Hitler et dans des manifestations symboliques comme l’inauguration du premier Reichstag élu sous le régime nazi, qui eut lieu à l’Église de la Garnison de Potsdam, sanctuaire de la tradition prussienne. Symbole admirable puisqu’il donnait à chacun ce qu’il voulait bien y chercher, puisque cette église était un bâtiment militaire, situé à Potsdam et qu’Hitler et Goebbels, au lieu d’assister au culte catholique précédant la cérémonie protestante, s’en allèrent saluer au cimetière les tombes de quelques-uns de leurs compagnons de lutte. De même la déclaration du gouvernement, qui précéda le vote de la Loi sur les pleins pouvoirs, s’employa à rassurer les consciences chrétiennes. Elle affirmait le devoir pour l’autorité de l’État de créer les conditions d’« un retour véritable et profond à la vie religieuse », car – disait-elle – « le christianisme forme les fondements inébranlables de la morale et de l’éthique populaires ». Le gouvernement affirmait regarder les deux confessions chrétiennes comme « les facteurs les plus importants pour la conservation de notre substance populaire »4. Les mémoires de l’ex-chancelier von Papen, montrent de quelle manière bon nombre de respon­sables de l’Allemagne traditionnelle se laissèrent tromper par ces affirmations à double sens. Ils crurent qu’ils allaient se servir du national-socialisme, ce fut le nazisme qui se servit d’eux.5.

Compromissions

12Le Zentrum, si peu profonde que fût son adhésion aux principes de la démo­cratie, se trouvait encore en avance sur la hiérarchie et, dans une large mesure, sur les attitudes et préoccupations romaines. La longue alliance avec la social-démocratie plus ou moins marxiste, les responsabilités gouvernementales qu’il avait exercées sans interruption de 1918 à 1932, le rôle joué par ses chefs dans la politique « anti-nationale » d’exécution des clauses du traité de Versailles, signé par Erzberger, représentant du Zentrum, toutes ces manifestations de la constellation « rouge-noire » ne cessaient d’inquiéter une hiérarchie restée très souvent monar­chiste de sentiment et presque toujours conservatrice en même temps que natio­naliste, très effrayée surtout aussi de la menace communiste contre laquelle la « faible » République n’offrait qu’une défense peu sûre. Le grand parti qui depuis quatorze ans s’était fait le pivot de l’ordre républicain ne constituait, somme toute, que l’une des possibilités de la présence catholique au monde politique. La société civile s’efforçant à présent, avec l’aide de certains catholiques, de se donner une forme nouvelle, l’instrument usé du parti parlementaire et de son programme marqué d’influences libérales et démocratiques pouvait et devait être abandonné. Certains le firent avec regret, d’autres non sans une satisfaction plus ou moins ouverte. L’Etat nouveau, autoritaire, fort, national et social, pourquoi après tout ne serait-il pas possible, à la longue, de le baptiser lui aussi et de le conduire d’une main sûre vers le cadre préparé par la doctrine sociale de l’Eglise ?

13De telles illusions purent s’exprimer abondamment au lendemain de la « Révolution » national-socialiste, non seulement dans certains milieux politiques, naïfs à force de se vouloir retors, et qui croyaient, comme ce fut le cas de Papen, que Hitler allait se contenter d’instaurer une espèce de salazarisme, mais parmi des théologiens non dénués d’importance. A la fin de l’été 1933 la maison d’édition catholique Aschendorf, à Munster en Westphalie, lançait une nouvelle collection appelée Reich und Kirche. Cette série d’ouvrages faisait l’objet d’une présentation, reproduite sur la page de garde de chacun des opuscules et qui résumait éloquemment les idées des catholiques allemands qui crurent en 1933 l’entente possible avec le national-socialisme :

  • 6 Cf. Michaël Schmauss : Rencontres entre le christianisme catholique et la conception national-socia (...)

«  Empire et Eglise est une série d’écrits qui doit servir à l’édification du IIIe Reich par les forces unies de l’Etat national-socialiste et du christianisme catholique. Cette collection est portée par la conviction qu’il n’y a pas de contradiction fondamentale entre la renaissance nationale de nos jours dans l’ordre naturel et la vie surnaturelle de l’Eglise. [...] Entièrement allemande et entièrement catholique, c’est dans ce sens que notre collection veut examiner et favoriser les relations et les rencontres entre l’Eglise et le national-socialisme et montrer ainsi les voies d’une coopération féconde, telle qu’elle se dessine dans le fait fondamental du Concordat d’Empire6 ».

14Un des premiers ouvrages parus dans la nouvelle collection (en date du 15 août 1933) sous le titre Rencontres entre le christianisme catholique et la conception national-socialiste du monde était dû à la plume d’un jeune professeur de théologie, que l’après-guerre devait appeler à de hautes dignités puisqu’il devint en 1948 recteur de l’Université de Munich. La lecture de la brochure du professeur Michael Schmauss nous offre un véritable florilège d’explications et de sollicitations catho­liques du national-socialisme. Elle représente la pensée de l’aile marchante d’un néo-nationalisme catholique que l’Eglise laissa faire tant que le national-socialisme n’eut pas livré à ses yeux les preuves irréfutables de son hostilité définitive au christianisme, et même jusqu’à l’écroulement du régime.

15Partant de la conclusion récente du Concordat négocié par von Papen et de la révocation de l’excommunication qui avait naguère frappé les nazis, le professeur Schmauss pose un premier principe catégorique :

  • 7 Dans sa déclaration du 28 mars 1933 l’épiscopat allemand disait notamment : « Sans vouloir supprime (...)

« On est par conséquent autorisé, voire obligé à se demander si la vision catholique du monde et de l’homme, et la pensée et le vouloir nationaux-socialistes peuvent se donner la main sur un terrain commun. Un « oui » général quoique provisoire devra être dit à cette question par tout catholique qui observe les instructions des évêques allemands du 2 mars 1933...7»

16En même temps qu’il prône le rapprochement avec le national-socialisme Schmauss rejette vigoureusement le libéralisme :

« Entre la foi catholique et la pensée libérale il n’y a pas de compromis sur le plan des idées... L’inimitié irréconciliable entre libéralisme et catholicisme subsiste, même si certains catholiques ont pu rechercher des compromis pratiques avec le libéralisme, même si, pour le catholicisme politique, la réalisation des idées catholiques se trouvait parfois hors de leur portée du fait des hauts et des bas de la tactique de la vie quotidienne » (p. 23).

17Il applaudit à la restauration des vraies valeurs comme par exemple celles du « peuple » ou la famille

« La famille est la cellule actuelle de la régénération du peuple. Elle devra par conséquent être ordonnée de nouveau suivant les exigences de la nature. La femme devra de nouveau donner ses soins à l’espace intérieur de la fa­mille... Le peuple devra être à l’abri de tout ce qui affaiblit sa force, de la prédominance des influences étrangères, de l’épidémie d’une littérature et d’un théâtre sans responsabilités » (p. 20).

mais aussi celle du sang et de la race

« Une conséquence de l’amour porté au peuple est le juste souci du maintien de la pureté du sang, ce fondement de la structure spirituelle d’un peuple » (p. 29)

pour rejoindre, par un raccourci saisissant, ses préoccupations théologiques :

« La manière dont on aborde Dieu dépend aussi du caractère ethnique de chacun.... le Germain avec son besoin de lutte et sa recherche chaotique, sa méfiance de la clarté et de l’harmonie, avec son amour pour tout ce qui est voilé et contrasté, voudra voir Dieu comme le Dieu des chemins incompréhensibles, du futur plein de pressentiments, des profondeurs pleines d’épouvante » (p. 34).

18De si nombreux parallélismes ne peuvent pas ne pas exprimer une identité de conceptions tout à fait fondamentale. Notre théologien pourra donc conclure en affirmant que

« les tables de la loi national-socialiste et celles de l’impératif catholique se dressent, certes, sur des plans différents de l’être mais elles indiquent la même direction » (p. 31).

19La « pensée » du professeur Schmauss représente l’extrême pointe des illusions que certains catholiques, nourris d’antilibéralisme, de sentimentalisme romantique et d’autoritarisme médiévaliste, ont pu entretenir au sujet de l’hitlérisme. A la rigueur, ses définitions sur la manière allemande d’approcher le Dieu des abîmes d’épou­vante auraient pu rejoindre celles des « Chrétiens allemands » d’origine protestante ou des apostats qui rêvaient une fois de plus d’une « Eglise nationale ». Mais si l’Eglise catholique allemande n’était pas parvenue encore à concilier les anathèmes du Syllabus avec la réalité politique démocratique, l’autorité avec la liberté, le nazisme devait se charger lui-même d’opérer rapidement les distinctions indispensables entre la fausse et la vraie autorité. Toutefois les illusions du début subsisteront longtemps, partiellement mais tenacement, et les condamnations mêmes de l’Ency­clique de 1937 n’en viendront pas entièrement à bout. Les nazis s’étaient approprié une partie du vocabulaire préféré de beaucoup de catholiques allemands, traditionalistes, hommes d’ordre et nationalistes, et ces catholiques cédèrent au mirage allemand de ce nominalisme.

20On n’oubliera pas cependant qu’au moment même où le professeur Schmauss entreprit de baptiser la Weltanschauung nazie au risque d’altérer quelque peu son propre catholicisme, d’éminents catholiques souffraient déjà dans les camps nazis, tandis que d’autres prenaient le chemin de l’exil et que le cardinal-archevêque de Munich, homme d’ordre et d’autorité dont les préférences monarchistes étaient connues, s’apprêtait à stigmatiser le racisme hitlérien dans ses célèbres sermons de l’Avent 1933 consacrés à l’Ancien Testament et à son peuple. Les brochures de la collection Reich und Kirche, l’Encyclique Mit brennender Sorge, les prédications de Mgr de Munich ou de l’évêque de Munster, les illusions politiques de M. von Papen, le Concordat de 1933, les prêtres emprisonnés à Dachau (plus de 400 prêtres au début de 1945, plus quelque 800 prêtres polonais), l’ouvrage de l’évêque Hudal, proche du trône pontifical et qui tente encore en 1936 de prouver l’importance de l’apport catholique dans l’idéologie nazie, les combattants catholiques mêlant leur courage à celui des autres Allemands sur tous les fronts de la Deuxième Guerre mondiale, les prêtres et laïcs décapités par dizaines et centaines par le bourreau nazi, les évêques priant pour le Reich et le Führer, condamnant le bolchevisme mais aussi l’euthanasie ... dans cet enchevêtrement de positions contraires, d’inégale importance historique mais dont le paysan catholique et même son curé de village n’aperçoivent que des aspects isolés, se dessine bien le tableau d’une Eglise installée dans l’histoire, avec ses grandeurs et ses transactions, ses erreurs humaines et sa vérité surnaturelle qui, surprise par l’agression nazie et par la tactique diabolique d’un adversaire qui rompt sans cesse le combat pour le recommencer sur le terrain où on l’attend le moins, cherchera son chemin à tâtons.

La « mise au pas »

  • 8 Walter Adolph, Im Schatten des Galgens, Berlin, p. 31.
  • 9 Qui appartient pourtant au Vice-Chancelier von Papen !

21Une fois obtenus les votes favorables du Centre et du Parti populaire bavarois, les nationaux-socialistes, légalement investis d’un pouvoir à peu près absolu, allaient poursuivre la mise au pas des organisations catholiques, tout en évitant d’attaquer l’Eglise de front sur le terrain religieux. Cette double tactique restera la leur jusqu’à la fin du IIIe Reich : pour s’en prendre aux ordres monastiques, ils invoquent de prétendues violations des lois sur les devises ou des affaires de mœurs souvent inventées de toutes pièces. Bien plus tard, pendant la guerre, tel Gauleiter interdira les processions publiques en prétextant l’usure supplémentaire des chaussures8. Dès le mois de février 1933, les locaux des principaux organes de la presse catholique politique, dont le journal officiel du Zentrum, la Germania9, avaient été occupés et dévastés, et une vague d’arrestations préventives s’était abattue sur des politiciens, fonctionnaires et syndicalistes chrétiens.

22Cependant des catholiques conservateurs, autour de von Papen, affectaient de croire et crurent plus ou moins sincèrement que les excès « populaires » n’auraient qu’un temps. Ils s’employèrent individuellement à les combattre, à faire libérer des embastillés, à persuader Hitler ou Goering de modérer l’ardeur révolutionnaire de leurs troupes. Dès ce moment Papen constate cependant que son poste de vice-chancelier l’exclut de toute participation réelle aux affaires et que son influence baisse rapidement. Il ne pouvait déjà plus arracher de concessions au chancelier qu’en mobilisant l’autorité du président octogénaire, qui n’était plus à même de comprendre les événements dans toute leur signification. L’armée, sur laquelle ils avaient également cru pouvoir prendre appui, leur échappait par la faute du nouveau ministre de la Défense, le général von Blomberg, homme sans caractère, tout acquis aux nazis et incapable de concevoir le sens révolutionnaire et nihiliste de leur politique. Le vice-chancelier entreprit alors  – avec une méconnaissance absolue du véritable rapport des forces – de lutter contre les « excès révolutionnaires » sans rompre pour autant avec Hitler. Il ne devait jamais se décourager dans cette voie, malgré l’arrestation qu’il subit le 30 juin 1934, malgré l’assassinat de plusieurs de ses collaborateurs. Ambassadeur à Vienne et à Ankara, il continua à croire que le régime pouvait être amélioré, en quelque sorte « baptisé » de l’intérieur, et qu’en arrachant Hitler à l’influence de Goebbels, d’Himmler et de Rosenberg, on le ramènerait vers un autoritarisme plus traditionnel. Sans partager toutes les illusions de von Papen, l’épiscopat, en levant le 28 mars 1933 l’excommunication qui frappait les militants et responsables nazis, crut, lui aussi, devoir tirer les conséquences des changements intervenus.

23Vers la fin du printemps et au début de l’été, les progrès du totalitarisme s’accentuent. Les partis politiques se dissolvent de peur d’être dissous (le Parti Populaire Bavarois le 4 juillet 1933, suivi le 5 par le Zentrum). Les syndicats chrétiens sont supprimés et leurs biens confisqués. Quelques jours plus tard, c’est le tour du Volksverein (l’Association populaire pour l’Allemagne catholique), la plus grande et la plus ancienne des associations militantes catholiques, cellule de résistance contre l’Etat du Kulturkampf et protagoniste du catholicisme social. Un peu partout les groupements catholiques professionnels et surtout les organisations de jeunesse sont en proie aux vexations des nazis locaux. Mais en même temps, sur l’initiative de von Papen, le gouvernement du Reich offre au Saint-Siège de reprendre les négociations en vue de la conclusion d’un Concordat d’Empire, que la République de Weimar n’avait pu conduire à bon port depuis plus de dix ans. Menée rondement, l’œuvre fut achevée en quelques semaines : signé le 20 juillet 1933, le Concordat était ratifié le 10 septembre. (Auparavant il n’y avait que des concordats avec certains Länder).

  • 10 Von Papen, op. cit., p. 315.
  • 11 Adolf Hitler : Tischgespräche (« Propos de table »), Bonn, 1953, p. 334 sur l’édition française.

24Le cardinal secrétaire d’Etat, Mgr Pacelli, ancien nonce à Munich et à Berlin, et son conseiller, Mgr Kaas, peu de mois auparavant encore président du Zentrum, nourrissaient évidemment des doutes sérieux sur la volonté des chefs nazis de respecter leurs engagements.10 Mais l’Eglise n’a pas l’habitude de refuser un concordat acceptable que lui propose un Etat où ses droits étaient auparavant moins bien protégés. Si les concordats avec la Bavière et la Prusse, ce dernier naguère négocié par Mgr Pacelli, étaient dans l’ensemble satisfaisants, ils ne couvraient pas l’ensemble du territoire du Reich. Jamais ni Bismarck, ni ses successeurs, ni même les ministres sociaux-démocrates de la République n’avaient pu se résoudre à traiter avec Rome pour l’ensemble des « pays » allemands et à reconnaître ainsi officielle­ment les droits du Saint-Siège comme pouvoir spirituel suprême de tous les catholiques allemands. De plus, le Vatican jugea qu’un texte concordataire, même violé, permettrait aux catholiques allemands de se défendre à partir de positions légales incontestables ; Hitler, effectivement, devait se repentir plus tard d’avoir signé l’accord. Il était alors résolu à ne plus traiter après la guerre avec le Vatican, mais à obliger chaque évêque à s’arranger sur le plan régional avec son Reichstatthalter 11.

25Le Concordat apportait d’un autre côté au pouvoir national-socialiste, considéré un peu partout comme un gouvernement d’usurpateurs, sinon de brigands, la consécration d’un accord avec la puissance internationale la plus ancienne et dont l’autorité spirituelle dépassait de très loin les frontières du monde catholique. C’était un peu l’équivalent d’un brevet d’honorabilité internationale, qui valait bien aux yeux d’Hitler, et malgré les cris poussés par des idéologues comme Rosenberg, une messe à laquelle il était d’ailleurs personnellement bien résolu à ne plus jamais se rendre. Et comme pour marquer que le programme nazi continuait à se réaliser, malgré l’interlude du Concordat, le Führer promulguait, cinq jours après la signature, la loi sur la stérilisation des malades mentaux incurables ainsi que des grands criminels de droit commun, texte à propos duquel l’opposition fondamentale de l’idéologie nazie et de la doctrine catholique allait éclater dans toute sa force

26Le Concordat établissait et garantissait la liberté du culte, l’autonomie de l’Eglise pour l’administration de ses affaires intérieures, la liberté de ses rapports avec le Saint-Siège, la libre existence des ordres et congrégations, le maintien des facultés de théologie dans le cadre des universités et des séminaires. Il établissait surtout, et pour tous les territoires du Reich, le droit des parents à exiger la création d’écoles primaires catholiques publiques et le droit pour l’Eglise et ses Ordres d’ouvrir des écoles privées. En revanche, il accordait à l’Etat un droit de veto sur les nominations épiscopales ; de plus, les évêques étaient tenus à prêter serment de fidélité au Führer. Enfin les membres du clergé ne devaient point faire partie d’organisations politiques. Cependant le Concordat n’apportait pas de solution au problème posé par les associations catholiques (notamment l’Action catholique et les groupements de jeunesse), la presse catholique, les imprimeries et maisons d’édition, secteurs dont l’indépendance ne pouvait se maintenir en plein régime totalitaire et dont la mise au pas ne pouvait être acceptée par l’Eglise. Ces lacunes contenaient les germes des conflits qui devaient en moins de quatre ans transformer en lettre morte une grande partie du texte concordataire et le vider de son esprit.

Guerre d’usure

27La place nous manque pour suivre ici, pas à pas, les développements de la lutte entre l’Eglise et l’Etat nazi qui, malgré les actes d’éclat posés de part et d’autre, ne devaient jamais aboutir à une rupture totale. Contentons-nous d’en indiquer les points les plus saillants.

28Dès la fin de l’année 1933, les fameuses prédications de Mgr von Faulhaber marquent à Munich le début d’une contre-offensive catholique face au racisme nazi. Le cardinal y expose avec un courage et une clarté admirables la filiation juive qui fait de tous les chrétiens des enfants d’Israël selon l’esprit. Mais von Papen, qui a fondé une Arbeitsgemeinschaft deutscher Katholiken (Groupe de travail des catholiques allemands), destinée à regrouper à côté du parti nazi des éléments conservateurs anti-révolutionnaires, voit l’importance de son rôle politique se réduire de plus en plus. Le retour à la légalité et à « l’Etat du droit » qu’il prêche dans divers discours, dont celui de Marburg est le plus fameux (juin 1934), reçoit un démenti éclatant lorsque, le 30 juin, plusieurs de ses collaborateurs sont assassinés en même temps que les nazis extrémistes du capitaine Roehm et des personnalités conservatrices comme le général von Schleicher. La mort du président Hindenburg, quelques semaines plus tard, ruine définitivement les espoirs des conservateurs. Sur le plan idéologique, l’année 1934 voit Alfred Rosenberg accéder au poste de « chargé de mission du Führer pour la Weltanschauung » (« La conception du monde »), geste auquel Rome répond en mettant à l’index l’ouvrage principal de l’idéologie nazie : Le Mythe du XXe siècle (9 février 1934). En juin, une lettre pastorale de l’épiscopat réfutant les attaques du Mythe contre le catholicisme est promptement interdite par les autorités nazies, en violation flagrante du Concordat. Sur le plan extérieur, l’assassinat du chancelier Dollfuss met le national-socialisme en lutte ouverte avec l’État autoritaire catholique créé dans la patrie d’Hitler sous l’inspiration directe de certains milieux ecclésiastiques. Désireux de voir diminuer cette tension et toujours convaincu qu’on peut influencer Hitler, von Papen accepte alors d’être nommé ambassadeur à Vienne.

29En 1935, la lutte religieuse, l’offensive nazie contre « le catholicisme politique » subit un temps d’arrêt. L’heure approche, en effet, du plébiscite sarrois et il s’agit de ne pas effrayer une population composée en majorité de bons catholiques sur qui s’exerce l’influence de l’évêque de Trêves. Mais quelques jours seulement après le vote en faveur du retour de la Sarre à l’Allemagne, le parti nazi, qui ne se distingue de l’État que pour les commodités de propagande, lance une offensive d’ensemble contre les ordres monastiques et même contre certains évêques accusés de trafic de devises. Des amendes d’une valeur de plus de six millions de RM sont infligées aux diverses instances ecclésiastiques impliquées dans ces procès et la presse nazie ne se fait pas faute d’exploiter le « scandale » ! En juin 1935, Alfred Rosenberg publie un nouveau pamphlet anticatholique : Contre les obscurantistes de notre temps. Des prêtres qui lui répondent du haut de la chaire sont condamnés en vertu des lois que Bismarck avait fait voter pendant le Kulturkampf. D’autres sujets de conflit sont fournis par les persécutions que l’Etat nazi fait pleuvoir sur les Israélites. L’épiscopat refuse de reconnaître les mesures interdisant les mariages mixtes entre juifs et « aryens ». L’État de son côté invoque le Concordat pour obliger l’Église à respecter ces lois contraires à ses positions fondamentales.

30L’année 1936, malgré le ralentissement momentané de l’offensive antichrétienne à l’occasion des Jeux Olympiques de Berlin, est surtout marquée par les progrès rapides de la déchristianisation des écoles et la radicalisation des Jeunesses Hitlériennes (H.J.), dont l’activité est de plus en plus placée sous le signe d’un prosélytisme antichrétien. Peu à peu les ordres enseignants sont chassés des établissements publics et en certains endroits les parents chrétiens de jeunes nazis sont déchus de leur puissance paternelle. En même temps, des procès de moeurs sont intentés à de nombreux religieux, le plus souvent sous de fallacieux prétextes, et les débats s’étalent dans toutes les publications du parti et des H.J. Le 1er décembre 1936, la Loi d’Empire sur la Jeunesse parachève la mainmise de l’État sur les jeunes générations. Toutes les organisations catholiques sont dissoutes, et leur chef, Mgr Wolker, qui à l’automne 1933 avait encore cherché à négocier avec la H.J. un compromis inspiré du Concordat, est arrêté par la Gestapo.

Mit brennender Sorge

31Devant la multiplication des vexations, des procès, des arrestations, des confis­cations, l’épiscopat et Rome abandonnent tout espoir de voir le gouvernement du Reich retourner au respect de la signature donnée. Après avoir réitéré sa condam­nation fondamentale des principes du communisme athée, le pape Pie XI publie, le 14 mars 1937, l’encyclique Mit brennender Sorge (« Avec un souci brûlant »), qui fustige dans les termes les plus énergiques les violations incessantes du Concordat et dévoile toute l’étendue de la persécution antireligieuse. Diffusée et imprimée dans le plus grand secret, l’encyclique est lue dans toutes les églises allemandes, à la grande fureur des nazis qui font immédiatement confisquer les imprimeries où le texte a été composé à la demande des évêques. On doit souligner aussi que l’Encyclique a été publiée en allemand contrairement à la tradition qui veut que ces textes soient d’abord diffusés en latin.

  • 12 Cité d’après : Mit brennender Sorge, das päpstliche Rundschreiben gegen den National­sozialismus un (...)

32L’encyclique s’exprime avec une franchise presque brutale. Elle traite de « guerre d’extermination » le combat mené par le national-socialisme contre l’Église12. Elle exhorte les fidèles allemands à maintenir pures, malgré les pressions inouïes qui s’exercent sur eux, leur foi en Dieu, leur foi dans le Christ, leur foi en l’Église, leur foi dans la primauté du Saint-Siège, à refuser l’aliénation et le détournement du sens des mots et des concepts sacrés et le renversement de l’ordre moral. C’est – face au néo-paganisme nazi – une explication systématique de tous les fondements de la foi chrétienne, avec son refus d’un Dieu national, de l’exaltation de la race ou du peuple.

« Seuls des esprits superficiels peuvent entreprendre la vaine tentative d’emprisonner Dieu, le créateur de l’univers..., dans l’étroitesse de l’unité de sang d’une seule race » (op. cit. p. 6)

33Par cette déclaration solennelle, le pape remercie tous les catholiques, prêtres et laïcs,

« qui ont rempli leur devoir de chrétien en défendant les droits de la Divine Majesté contre un néo-paganisme agressif, souvent favorisé, malheureuse­ment par des hommes influents ». (ibid.)

34Il défend l’Ancien Testament et ses trésors indissolublement liés à la « pédagogie du salut » et s’oppose aux révélations qu’on s’efforce de faire dériver du « mythe du sang et de la race » (p. 8). Le Saint-Père stigmatise les pressions officielles qui incitent les catholiques allemands à quitter l’Eglise, pressions qui s’exercent notamment sur les fonctionnaires (p. 11). Il met les fidèles en garde contre le faux idéal d’une « Eglise nationale allemande », qui serait condamnée à être immédiatement asservie par les pouvoirs temporels (p. 12). Il s’oppose vigoureusement aux violations que le nazisme inflige au droit naturel et, partant, au principe de base de la nouvelle Weltanschauung : « Le droit est ce qui est utile au peuple ». (p. 16). Parmi ces droits naturels, celui qui est le plus fréquemment foulé aux pieds dans l’Allemagne nazie, c’est le droit imprescriptible des parents de donner à leurs enfants une éducation chrétienne (p. 17), droit qui est également battu en brèche par l’esprit anti-chrétien qui règne dans l’organisation obligatoire de la jeunesse d’Etat (p. 18) et le pape définit une fois de plus, dans les termes les plus nets, la position de l’Eglise dans cette matière.

35Malgré la vigueur de l’acte pontifical dont le retentissement international fut immense, l’État nazi s’abstint d’y répondre par une de ces ruptures brutales qui étaient pourtant dans ses habitudes. Hitler tenait à éviter le Kulturkampf ouvert, que Bismarck lui-même avait dû terminer par un compromis qui ressembla fort à une capitulation. L’ambassadeur allemand près du Saint-Siège protesta – et en Allema­gne la déchristianisation de l’école et de la jeunesse continuèrent de plus belle. Mais, d’autre part, l’Etat nazi continua également jusqu’à la fin de la guerre à s’acquitter de la plupart des prestations financières que les Concordats l’obligeaient à fournir à l’Eglise, et certains groupements catholiques comme les congrégations mariales purent poursuivre leur existence sans trop de restrictions. Il est vrai que les diri­geants nazis restaient déterminés à n’appliquer les Concordats que dans la mesure où ils ne les jugeaient pas eux-mêmes dépassés par les événements. Vidés peu à peu de leur contenu, ils continuaient cependant à rendre service aux deux partenaires. Ils ne devaient jamais être dénoncé formellement.

36Après l’éclat de l’Encyclique, le travail de sape anti-chrétien se poursuit sans désemparer. Les procès de mœurs contre les membres du clergé se multiplient. Les écoles privées catholiques, de nombreux couvents sont supprimés. L’enseignement de l’Ancien Testament est interdit dans les écoles d’Etat. En même temps, la Weltanschauung national-socialiste se précise et se révèle progressivement. Parmi les textes les plus révélateurs de cette Weltanchauung, il faudrait citer le discours longtemps resté secret, qu’Hitler prononça le 23 novembre 1937 à l’Ordensburg Sonthofen, devant l’élite des futurs chefs politiques, sur l’histoire et le destin alle­mands. Dans ces pages qui contiennent sa pensée la plus crue, Hitler s’exprime ainsi à propos des Églises et du christianisme : « La reconnaissance de l’importance du sang et de la race s’élève aujourd’hui au-dessus d’une conception humaniste du monde. Nul enseignement ne saura plus la supprimer. C’est une idée victorieuse qui se répand aujourd’hui comme une vague à travers le monde entier ... » « Mais en revanche une chose doit être clairement résolue : que les Églises décident de l’homme allemand dans l’au-delà, mais de l’homme allemand dans l’en-deçà ce sera la nation allemande qui décidera à travers son Führer .. » ainsi que le discours, adressé par Himmler aux S.S.-Gruppenführer le 4 octobre 1943.

L’annexion de l’Autriche catholique

37En mars 1938, le Reich national-socialiste envahit l’Etat corporatiste autrichien gouverné par des catholiques qui, à l’instar de von Papen et de ses amis, avaient cru pouvoir respecter à la fois l’esprit de l’époque et le fondement de la conception catholique de la société en se débarrassant des institutions et des idées de la démocratie parlementaire libérale. Eux aussi, comme tant de catholiques allemands, reprochaient moins au nazisme les méthodes dont il se servait en général que l’emploi de ces méthodes contre l’Eglise et ses organisations implantées dans le monde laïc. En matière d’antimarxisme et d’antisémitisme, les chrétiens-sociaux autrichiens ne croyaient pas avoir de leçons à recevoir de leur ancien compatriote. Les canons mis en batterie en 1934 contre les quartiers ouvriers avaient montré, chez les responsables d’un système édifié sur le ressentiment antimoderniste de la petite bourgeoisie et des paysans, une volonté d’anéantissement des libertés populaires non moins implacable que celle des chefs nazis. Mais Dollfuss et Schuschnigg restaient des conservateurs frottés de catholicisme social. Ces hommes d’ordre, qui rêvaient de restaurer çà et là quelques pans de l’ancienne Autriche habsbourgeoise n’avaient rien de révolutionnaire. Le sens même de la subversion nazie, la profondeur de l’insurrection nihiliste et païenne leur échappa jusqu’à la fin. Jusqu’à la fin, Schuschnigg crut qu’il pouvait traiter avec Hitler ou Göring et jouer au plus fin avec eux, et l’homme d’Etat catholique allemand qui représentait auprès de lui les maîtres du Troisième Reich, l’éternel von Papen, partageait ces illusions.

38En Autriche, le gouvernement encore parlementaire de Mgr Seipel avait laissé des ressentiments ; la dictature corporatiste, de la haine. La résistance populaire avait été démantelée par la violence. A présent, une longue vague d’arrestations et de déportations s’abattit sur le malheureux pays. Les mesures antisémites y prirent tout de suite un tour beaucoup plus radical et inhumain. Mais pendant que des trains entiers emmenaient vers Dachau et Buchenwald les fonctionnaires et les publicistes qui avaient le plus fidèlement servi la tentative d’une politique catholique autoritaire, l’épiscopat autrichien tenta de sauver ce qui pouvait être sauvé, en s’adaptant à la situation nouvelle avec une hâte que le Vatican lui-même devait juger excessive. Dès le 18 mars, les évêques qui avaient naguère condamné durement le nazisme exhortaient les fidèles à voter lors du prochain plébiscite en faveur de l’Anschluß. Le cardinal Innitzer, conseiller écouté et inspirateur du régime disparu, rendit visite à Hitler (et von Papen s’enorgueillit de l’avoir fait recevoir). Écrivant au dictateur, il signait dévotement ses lettres d’un Heil Hitler ! des plus conformistes. Son attitude lui valut quelques jours plus tard une condamnation éclatante, diffusée sur les ondes vaticanes, qui devait être ultérieurement qualifiée de « non-officielle », mais qui fut d’une exactitude tranchante :

  • 13 Nathanael Micklem, National-Socialism and the Roman Catholic Church, Oxford University Press, 1939, (...)

« Ce n’est pas la fonction de l’Eglise... de faire des déclarations qui apprécient et jugent les aspects purement économiques, sociaux et politiques d’un régime, et les fidèles ne sont pas tenus en conscience de se rallier à de tels jugements ... Ce faux catholicisme politique est d’autant plus condam­nable quand les pasteurs se joignent à ceux qui sont pour un temps victorieux, alors que de simples fidèles de toutes les classes souffrent à cause de leur courageuse défense des principes de l’ordre divin »13.

39Les démarches du cardinal ne servirent d’ailleurs pas à grand chose. Dès le lendemain du plébiscite la persécution anticatholique commença. Le pouvoir nouveau favorisa par tous les moyens l’apostasie : en six semaines quarante-six mille baptisés désertèrent l’Eglise. Toutes les associations religieuses laïques furent supprimées, des personnalités éminentes, dont l’évêque de Salzbourg, mises en état d’arrestation. C’est ensuite le tour des écoles publiques catholiques, supprimées alors que de nombreux monastères sont confisqués. La faculté catholique d’lnns­bruck est fermée, ainsi que les écoles religieuses privées. En octobre 1938, le parti nazi organise contre le cardinal archevêque de Vienne une manifestation au cours de laquelle le primat d’Autriche est molesté. En quelques mois, la tentative de coopération avec l’ordre établi nazi a échoué lamentablement. l’Eglise autrichienne supporte d’ailleurs jusque dans sa nouvelle position de persécutée, les contrecoups de sa longue domination, qui n’avait pas été exempte d’intolérance. L’Anschluß de l’Autriche suscita cependant chez beaucoup de catholiques de l’Altreich, optimistes impénitents, l’espoir qu’un nouvel apport de populations catholiques diminuerait la violence de la persécution. Ils durent bientôt déchanter.

Le Reich en guerre

40La dernière année de l’avant-guerre et les premières années de la guerre, malgré le péril commun qui aurait dû obliger les autorités de l’Etat à tenir davantage compte des réactions populaires, n’amenèrent pas l’arrêt de la persécution. En 1939, les écoles privées catholiques, pourtant protégées par le Concordat, sont définitivement fermées pour Pâques 1940 sur tout le territoire du Reich. A la presse religieuse sont retirées les unes après les autres les autorisations nécessaires sous prétexte du « manque de papier ». Les premières victoires trop faciles font naître chez les dirigeants du parti l’hybris d’un prochain triomphe universel qui les dispenserait de toute concession ultérieure à l’opinion publique tant au dedans qu’au dehors. La lutte contre le défaitisme, contre la « décomposition des forces armées », couvre désormais tous les excès policiers et étatiques. Protester contre la fermeture d’un couvent, c’est miner la résistance du peuple allemand. Des centaines de prêtres prennent le chemin des camps de concentration. Alors que des millions de catholiques se battent bravement sur tous les fronts, les séminaristes devenus officiers, qui ne renoncent pas à leur vocation, sont chassés de l’armée et tout membre de l’ordre des Jésuites déclaré wehrunwürdig, indigne de porter les armes.

  • 14 Après la victoire de 1939, la Pologne, amputée de ses provinces de l’Est cédées à la Russie, est di (...)

41Cependant, fidèles à leur tactique de ne pas attaquer l’Eglise de front, sur le plan fondamental de la foi et de la liberté du culte et dans des territoires où un nouveau Kulturkampf risquait de créer des complications politiques gênantes, les autorités nazies font, pendant toute la durée de la guerre, du « Vieux Reich » (c’est-à-dire de l’Allemagne dans ses limites de 1937) un Schongebiet, un territoire où le catholicisme est relativement ménagé en comparaison de ce qui se passe plus à l’Est. En Autriche déjà, pays où la situation politique des catholiques, nous l’avons vu, a pâti de la tentative de dictature de Dollfuss et de Schuschnigg et des changements de position un peu trop éclatants du cardinal Innitzer, la persécution se fait plus dure. Mais le véritable sens de l’attitude nazie face au christianisme apparaît là où le parti et ses formations croient pouvoir agir en toute tranquillité, couverts par l’épaisseur du secret militaire, dans les territoires conquis à l’Est, surtout en Pologne catholique et tout spécialement dans les provinces destinées à être directement incorporées au Reich.14 Nous ne pouvons brosser ici un tableau complet de la persécution religieuse en Pologne, mais une série de documents dont le plus important est la note du Secrétariat d’Etat du Saint-Siège, adressée au Ministre du Reich des Affaires étrangères en date du 2 mars 1943 et traitant de la situation faite au catholicisme dans le Warthegau (Posnanie annexée), illustrera éloquemment un cas qui n’a rien de particulier.

  • 15 Walter Adolph, Im Schatten des Galgens, Berlin, pp. 21 à 30.

42Ce territoire, qui possédait en avril 1939 six évêques, n’en compte plus qu’un au début de 1943, lequel est d’ailleurs interné. L’évêque auxiliaire de Wladislava a été déporté à Dachau sans que le gouvernement ait précisé au Saint-Siège les accusa­tions dont il fait l’objet. Sur les quelque deux mille prêtres de la région, plusieurs centaines ont été arrêtés et obligés à exécuter des travaux humiliants. D’autres par centaines ont été déportés à Dachau. Toutes les écoles catholiques ont été suppri­mées. A l’église, le sermon doit être prononcé en allemand. L’instruction religieuse doit être donnée elle aussi en allemand, et seulement dans les lieux du culte et aux jeunes de dix à dix-huit ans, le dimanche entre 15 et 17 heures, c’est-à-dire à l’heure des matchs sportifs. De nombreuses églises ont été affectées ou reservées aux catholiques de race allemande. Il est interdit aux fidèles d’assister à la messe les jours de semaine ou de fréquenter l’église d’une paroisse autre que la leur. Les prêtres allemands n’ont pas le droit de dispenser les sacrements aux Polonais et inversement, même en cas d’extrême urgence. L’âge du mariage pour les catholiques polonais a été relevé à vingt-huit ans pour les hommes et vingt-cinq ans pour les femmes afin de diminuer la fécondité de la race. L’Action Catholique, ainsi que toute la presse catholique, sont naturellement prohibées, et beaucoup d’églises, dont les cathédrales de Poznan, Lodz et Gnesno affectées à des destinations séculières. L’apostasie est facilitée par la loi, alors que l’Eglise se voit privée de la personnalité de droit public15.

43La situation est à peu près la même dans tous les territoires polonais annexés. Plus de mille clercs polonais sont en permanence emprisonnés au camp de Dachau. Drame poignant également que celui des catholiques polonais déportés dans le Reich comme travailleurs civils et dont la pratique religieuse est entravée par d’innombrables règlements, plus restrictifs les uns que les autres. Ici pourtant la persécution se déroule en pleine Allemagne à la lumière du jour, mais la lumière ne filtre que rarement à travers l’écran du racisme et du sentiment national surexcité. Puisque ce n’étaient que des Polonais, beaucoup de catholiques allemands refusaient d’apercevoir dans le sort malheureux de ces frères de foi l’image anticipée de ce que serait leur propre situation d’après-guerre, si le nazisme devait sortir victorieux du conflit mondial.

  • 16 Le 15 mars 1945 on compta à Dachau 1.493 prêtres de 144 diocèses et 25 nations. (Johann Neuhäusler, (...)

44L’extension de la guerre à de nouveaux théâtres d’opérations et la naissance, dans de nombreux pays, de mouvements de résistance nationale créèrent par la suite de nouvelles sources de heurts entre catholicisme et nazisme. Malgré le rôle joué par les catholiques d’Europe occidentale dans la résistance, il n’y eut pourtant dans aucun de ces pays, où les hitlériens se flattaient de pouvoir exploiter les sentiments anticommunistes d’une grande partie du clergé et des fidèles, de mesures systématiques de persécution. Si de nombreux prêtres furent déportés, notamment de France, c’est à titre de résistants qu’ils franchirent l’enceinte de Dachau ou pour avoir voulu accompagner les jeunes du S.T.O. (sur le territoire du Reich cette activité prenait immédiatement aux yeux de la Gestapo un caractère suspect). Quand la défaite italienne fit des Allemands les maîtres de Rome, ils respectèrent la souveraineté de la Cité du Vatican avec ses ambassadeurs, ses proscrits et ses réfugiés. Le soin que le tyran prit tout au long de son règne de ne pas déclencher une guerre religieuse totale et de diviser ainsi l’adversaire en l’endormant, du moins partiellement, apparaît comme un tribut que son matérialisme payait à la pesanteur matérielle et politique de la puissance spirituelle, la seule qu’il fût en mesure d’aper­cevoir.16.

  • 17 Procès de Nuremberg, éd. allemande, t. IV, pp. 311-312.
  • 18 Cité par Adolph, op, cit., pp. 30-33.
  • 19 C’est ainsi que Bormann s’employa à supprimer les prières du matin dans les écoles, aussi bien conf (...)

45Pourtant dans l’esprit des responsables nazis, l’Eglise ne perdait rien à attendre. Les 22 et 23 septembre 1941, le chef de la Gestapo, Heydrich, réunissait dans son bureau les spécialistes des questions ecclésiastiques auprès des diverses directions régionales de la police secrète. Il leur communiquait ses directives pour la période précédant « le règlement de comptes final » : il fallait « empêcher l’Eglise de rien regagner, fût-ce un seul pas, du terrain déjà perdu par elle », en attendant de pouvoir briser les Eglises à l’aide de tout le « matériel » réuni par les services de renseignement et prouvant que « pendant que l’Allemagne était engagée dans une lutte à la vie et à la mort, l’Eglise se livrait à des activités de haute trahison »17. Toutefois, et pour la durée de la guerre, il fallait s’abstenir de traîner devant les tribunaux les prêtres qui agissaient contre les intérêts de l’Etat. D’abord les juristes manquaient d’instinct politique et ne comprendraient pas leur devoir. De plus il fallait éviter de scandaliser les populations catholiques. Des curés-agitateurs (hetzende Pfarrer) devaient par conséquent faire l’objet de « mesures de police » dont la graduation était la suivante : « Avertissement, amende, interdiction de parler en public, interdiction de séjour, interdiction d’exercer leur ministère, arrestation de courte durée, envoi en camp de concentration18 ». Toutefois cette modération relative ne devait pas empêcher les divers services nazis de poursuivre leur travail de sape contre la vie ecclésiastique et religieuse au moyen de mesures de portée limitée ou locale. 19

Résistances

  • 20 L’évêque appartenait à la même grande famille noble que le député qui en 1879 avait exposé au Reich (...)

46A partir de 1941, une série de conflits de plus en plus aigus vont éclater entre l’évêque de Munster, le futur cardinal comte de Galen20, et les autorités du Parti et de la Gestapo. L’évêque, réagissant vivement contre les pratiques habituelles de la sournoise lutte antireligieuse, attaqua dans des sermons suivis par un peuple immense les confiscations, dépossessions et arrestations illégales. Ses paroles étaient immédiatement recueillies et propagées à travers le diocèse tout entier, reprises et lues du haut de la chaire par de nombreux curés, dont beaucoup durent payer ce courage de plusieurs années de camp de concentration. Mais, non content de défendre les possessions et les droits de l’Eglise, de traiter de « brigands » les agents de la Gestapo, de parler ouvertement de persécution, du « sentiment de peur qui se répand dans le peuple », de l’absence de toute garantie de droit, le courageux évêque se mit à attaquer le régime sur un plan beaucoup plus général.

  • 21 Bischof Graf von Galen spricht (« L’évêque-comte de Galen parle »), Herder, Fribourg, 1946, p. 5.

« Nul d’entre nous n’est plus sûr ... qu’un jour il ne sera pas arraché à son foyer, privé de sa liberté, emprisonné dans les caves et les camps de concen­tration de la Gestapo. Je me rends parfaitement compte que cela peut m’arri­ver aussi à moi, aujourd’hui ou un autre jour. Et comme je ne pourrai plus alors parler publiquement, c’est aujourd’hui que je dois dire ces choses en public ».21

47Quand les villes de Westphalie furent les unes après les autres victimes de raids aériens alliés, l’évêque prêcha contre l’esprit de vengeance que les nazis tentaient d’ensemencer dans les coeurs. Mais son intervention la plus retentissante, dont l’écho se répandit à travers toute la chrétienté allemande, visa les mesures d’« euthanasie » que le régime s’était décidé à appliquer aux malades incurables, ou soi-disant tels, des asiles d’aliénés, ainsi qu’à certaines catégories de grands blessés de guerre. Le sermon prononcé le 3 avril 1941 à l’église Saint-Lambert de Munster contre la « suppression de la vie indigne d’être vécue », des « vies improductives » représente un des sommets de la résistance spirituelle catholique à l’oppression hitlérienne.

  • 22 Op. cit., p. 71.

« Si l’on pose et applique le principe qu’on a le droit de tuer nos prochains « improductifs », alors malheur à nous tous quand nous serons vieux et faibles ! Si l’on a le droit de tuer les hommes « improductifs » alors malheur aux invalides qui ont sacrifié au service du processus de production leur force et leurs os ! Si l’on est en droit de supprimer par la violence nos prochains devenus « improductifs », alors malheur à nos braves soldats qui reviennent à la maison, grands invalides ou mutilés22 ! »

48L’évêque qui s’adressait en ces termes à la foule pouvait se permettre de terminer son sermon par l’exhortation précise :

  • 23 Ibidem, p. 88.

« Prions pour notre peuple et notre patrie, pour son Führer, mais tout spécialement pour les membres expulsés et pourchassés de nos ordres religieux et pour nos soldats23. »

  • 24 Ibidem, pp. 103-107.
  • 25 Ibidem, p. 507.
  • 26 Neuhäusler, Op. Cit., pp. 351-375.

49On comprend que le Gauleiter de Munster ne se soit pas lassé de demander à Bormann et au Führer lui-même l’autorisation de faire pendre24 l’évêque devant la population rassemblée. Mais Goebbels et Hitler lui-même, se souvenant sans doute de leur passé catholique, savaient qu’ils ne pouvaient pendant la guerre pousser les catholiques à bout. Goebbels déclare à plusieurs reprises qu’il aurait mieux valu, à son avis, «  ne pas provoquer les Eglises pendant la guerre » mais que la chancellerie du parti (l’Office Bormann) avait « souhaité la rupture ouverte25 ». Le Gauleiter ne put exécuter son projet sanguinaire. Il dut se contenter d’envoyer à Dachau les prêtres qui lisaient du haut de leur chaire les sermons de leur évêque contre l’euthanasie. Plus que tant d’autres crimes nazis, plus que l’antisémitisme ou les horreurs perpétrées à l’Est sous le couvert du secret militaire, cette violation des principes chrétiens de la dignité de toute vie humaine scandalisait les fidèles. Ce fut là pour la résistance religieuse le terrain le plus sûr et le plus populaire. Il fut vigoureusement défendu et par l’épiscopat dans son ensmble et, à titre personnel, par de nombreux évêques qui, dès 1934, s’étaient élevés contre la législation nazie sur la stérilisation obligatoire ou facultative26.

  • 27 A la suite du complot du 20 juillet, plus de 5.000 personnes furent ainsi mises à mort. Voir à ce s (...)

50A mesure que la guerre se faisait plus dure et qu’aux victoires succédaient les défaites, le pouvoir national-socialiste se mit à réagir avec une sauvagerie plus implacable contre ses ennemis de l’intérieur. Sans être allé jusqu’à la résistance politique organisée, un citoyen allemand pouvait s’attirer des peines très graves, voire la peine capitale, en écoutant la radio anglaise, en répandant des informations ne provenant pas de sources officielles, en exprimant des doutes sur la victoire finale. Le fameux « Tribunal du Peuple », présidé avec une espèce de furie démo­niaque par le Secrétaire d’Etat Roland Freisler, envoya à la mort, pour défaitisme ou corruption de l’armée, des milliers de citoyens catholiques, qui moururent sur le billot ou sur la potence à côté d’innombrables protestants, libéraux et marxistes27. Au cours des deux dernières années de la guerre, vingt-cinq prêtres catholiques allemands furent condamnés à mort par cette juridiction exceptionnelle et vingt-quatre d’entre eux effectivement exécutés. Comme porte-parole de cette cohorte de martyrs, dont le sort fut d’autant plus dur qu’ils devaient lutter comme tous les résistants allemands contre un pouvoir reconnu comme légitime par l’immense majorité de la nation et contre lequel on ne pouvait pas, aussi facilement que dans les pays occupés, invoquer le sentiment national blessé, nous citerons le vieux curé-doyen berlinois Bernard Lichtenberg, poursuivi pour l’assistance fraternelle qu’il ne cessa de donner aux Israélites persécutés, avec qui il demanda en vain de partir en déportation. Arrêté, emprisonné, Lichtenberg devait mourir septuagénaire le 5 novembre 1943, au cours du transport qui le menait au camp de Dachau. En 1996 il a été béatifié par le pape Jean-Paul II.

51Mais à côté de la résistance spirituelle illustrée par Bernard Lichtenberg et tant d’autres, une résistance plus politique, qui n’avait jamais cessé tout à fait, mobilisa au cours de la guerre des personnalités influentes et des groupes de plus en plus nombreux. Qu’il s’agît de militants ouvriers reconstituant quelques réseaux de leurs organisations syndicales, de militants politiques se rencontrant avec des amis de leur propre parti ou d’autres partis également opposés au national-socialisme, que ce fût sous forme civile ou militaire, à l’université ou au Grand Quartier Général, la résistance comprit de nombreux catholiques. Anciens dirigeants du Zentrum, des syndicats chrétiens, les groupements d’action catholique ou d’associations pacifistes chrétiennes, nombreux furent parmi eux les emprisonnés, les exilés, les « concen­trationnaires » et les martyrs.

52Mais c’est surtout dans la conspiration politique et militaire du 20 juillet 1944 qu’on retrouve la trace de beaucoup de catholiques militants. Le colonel-comte de Stauffenberg, l’auteur de l’attentat, était un catholique fervent. Des syndicalistes chrétiens comme Jakob Kaiser, le futur fondateur de la C.D.U. berlinoise, y colla­bora avec des sociaux-démocrates, des protestants et des communistes à préparer le régime nouveau qui devait, après le succès de l’attentat, rétablir le règne du droit et conclure la paix. Le « cercle de Kreisau », groupe d’études des problèmes de l’après-guerre étroitement lié aux dirigeants de la tentative du 20 juillet, réunissait autour du comte de Moltke, pieux chrétien protestant d’une grande élévation de pen­sée, des catholiques comme le père jésuite Delp, qui prit au nom de ses amis contact avec l’évêque de Fulda, Mgr Dietz. Le groupe de Kreisau se préoccupait de définir la structure politique et sociale d’une Allemagne ramenée dans le chemin du christianisme, et le P. Delp dut demander à Mgr de Fulda si le concept de « justice sociale » qu’il avait exposé aux protestants du groupe correspondait bien à la doctrine de l’Eglise, question à laquelle l’évêque répondit par l’affirmative. Le P. Delp, qui devait mourir sur la potence à côté de ses amis de Kreisau, n’avait pas voulu poursuivre ces contacts sans l’autorisation de ses supérieurs.

53D’autres catholiques notables payèrent comme lui de leur vie les pensées qu’ils avaient données à l’avenir d’une Allemagne libérée du national-socialisme. Nicolas Gross, ancien rédacteur en chef du journal des associations ouvrières catholiques, l’ancien président de l’Etat du Wurtemberg le Dr Bolz, déjà avancé en âge et universellement respecté, l’avocat Joseph Wirmer, un des plus actifs militants poli­tiques de la clandestinité. Les chefs nazis sentirent qu’une grande partie des « conjurés » du 20 juillet avaient nourri leur détermination de certitudes et d’impératifs d’origine religieuse. Les Eglises, dont le sort devait être réglé défini­tivement après la guerre (comme celui des Juifs, le terme est le même : Endlösung, solution finale), avaient profondément trempé, peut-être sans toujours le vouloir directement, du seul fait de leur opposition de plus en plus consciente à la contre-religion nazie, dans la grande tentative qui venait d’échouer. Le Procureur général du Reich songea à engager des poursuites contre le cardinal Faulhaber, l’évêque de Berlin, Mgr von Freysing et l’évêque de Fulda, ainsi que contre l’évêque protestant du Wurtemberg, Mgr Wurm, tous accusés de complicité avec les conjurés. Mais il semble qu’une fois de plus Hitler ait préféré attendre la fin de la guerre. Plus de cinq mille victimes, la plupart des hommes et des femmes qui avaient occupé des places notables dans la vie allemande, certains humbles et fidèles comme ce vicaire Wehrle qui mourut pour avoir refusé de violer le secret de la confession, témoignèrent avec leur vie contre la folie sanguinaire du dictateur et de ses sbires, mais les évêques restèrent indemnes. Quelques rares dirigeants du mouvement comme Jakob Kaiser et Joseph Schmidt, le futur ministre bavarois et co-fondateur de la C. S. U., échappèrent également par miracle à la répression. Après des années de compromis et d’hésitations souvent nécessaires, presque toujours respectables, et malgré le doute patriotique paralysant beaucoup de bons catholiques qui ne pouvaient se résoudre à s’insurger contre le gouvernement de leur pays, engagé dans une guerre à mort contre le bolchevisme, un grand nombre d’hommes responsables avaient, sou­vent au prix d’une mort atroce, posé les fondements d’un avenir politique différent.

Conclusion

54Entre 1933 et 1945, ce n’est pas une démocratie chrétienne qui affronte en Allemagne la toute-puissance de la dictature néo-païenne. C’est l’Eglise tout d’abord qui, sans jamais prendre l’initiative des combats, après avoir tout fait même pour s’accommoder d’un régime qui abolissait les structures que les catholiques avaient mis cent ans à construire pour la défense de leur foi, a dû opposer son non possumus aux actes d’un pouvoir qui s’apprêtait à dépasser les limites de toute morale humaine et surnaturelle. L’opposition politique catholique proprement dite, déca­pitée par l’exil et découragée par la résignation, troublée aussi par les succès natio­naux du régime et peu sûre de ses positions idéologiques, n’eut longtemps qu’un caractère extrêmement sporadique. Au cours des dernières années, quand elle prendra une tournure plus nette, elle manquera toujours d’une doctrine ferme, d’un attachement définitif, philosophique et non seulement instrumental, à la démocratie en tant que seule forme d’existence politique compatible au XXe siècle avec la liberté de la foi catholique et les exigences de la conscience chrétienne.

55L’impréparation politique du catholicisme allemand permit aux nazis d’abuser longtemps de la bonne foi de nombreux chrétiens et de tromper même jusqu’à la fin la grande masse du peuple. Incapables de s’apercevoir que face au nazisme tout se tenait et qu’en admettant – comme le fit le professeur Schmauss – tel ou tel aspect de la « révolution nationale », son antisémitisme ou son antilibéralisme politique, on ouvrait la porte à l’antichristianisme, les catholiques allemands ne purent opposer au nazisme qu’un front idéologique peu cohérent, dont la ligne de défense présentait de dangereuses solutions de continuité. Quand, après la chute du nazisme, provoquée et obtenue de l’extérieur, ils prendront la tête de la reconstruction démocratique de l’Allemagne « libérée », l’incertitude de leur position initiale pèsera encore lourde­ment sur cette nouvelle phase du destin allemand.

Notes

1 Le Bayerische Volkspartei avait fait sécession du Zentrum en novembre 1918 pour permettre la formation d’un pôle politique nettement conservateur.

2 Cité par l’ex-chancelier von Papen, Der Wahrheit eine Gasse (« Un Chemin pour la vérité »), München, 1953, p. 317.

3 Comte Helmut von Moltke : Letzte Briefe aus dem Gefängnis Tegel, « (Dernières Lettres de la prison de Tegel ») Berlin, cité par Walter Adolf : Im Schatten des Galgens (« A l’ombre du gibet »), Berlin, pp. 50-51.

4 Von Papen, op. cit., p. 308.

5 En regard des engagements solennellement pris à la tribune du Reichstag au seuil de l’ère national-socialiste, il faut placer par exemple un document rédigé huit ans plus tard par la Chancellerie du Parti national-socialiste sous la signature de Martin Bormann. Texte confidentiel, communiqué à tous les Gauleiter, cet exposé est destiné à définir une fois pour toutes les rapports entre le national-socialisme et la religion chrétienne

« Les conceptions national-socialistes et chrétiennes sont inconciliables. » [...] « De ce caractère inconciliable des conceptions national-socialiste et chrétiennes découle que nous devons empêcher tout renforcement des confessions chrétiennes existantes ainsi que tout ce qui pourrait favoriser la formation de nouvelles confessions chrétiennes. Sur ce plan il n’y a pas lieu de distinguer entre les différentes confessions chrétiennes. [...] » signé Bormann, Reichsleiter. Procès de Nuremberg (Principaux Criminels de guerre), volume 37, page 7 ss. (édition allemande).

6 Cf. Michaël Schmauss : Rencontres entre le christianisme catholique et la conception national-socialiste du monde, Munster 1933.

7 Dans sa déclaration du 28 mars 1933 l’épiscopat allemand disait notamment : « Sans vouloir supprimer la condamnation de certaines erreurs religieuses ou morales contenues dans nos mesures antérieures, l’Episcopat se croit fondé à penser que les interdictions et mises en garde mentionnées ci-dessus peuvent être considérées comme n’étant plus nécessaires. » (Cité par Schmauss, op. cit., p. 6.)

8 Walter Adolph, Im Schatten des Galgens, Berlin, p. 31.

9 Qui appartient pourtant au Vice-Chancelier von Papen !

10 Von Papen, op. cit., p. 315.

11 Adolf Hitler : Tischgespräche (« Propos de table »), Bonn, 1953, p. 334 sur l’édition française.

12 Cité d’après : Mit brennender Sorge, das päpstliche Rundschreiben gegen den National­sozialismus und seine Folgen in Deutschland (« l’encyclique pontificale contre le national-socialisme et ses conséquences en Allemagne ») , Herder, Freiburg im Br., 1946, p. 2.

13 Nathanael Micklem, National-Socialism and the Roman Catholic Church, Oxford University Press, 1939, p. 215.

14 Après la victoire de 1939, la Pologne, amputée de ses provinces de l’Est cédées à la Russie, est divisée encore une fois en deux parties : à l’Ouest les provinces qui ont été prussiennes avant 1918 (Prusse occidentale, Poznanie, Haute-Silésie, augmentées et arrondies de districts arrachés au reste de la Pologne) et qui vont être directement annexées au Reich, à l’Est, la Pologne-croupion, transformée en Generalgouvernement et traitée en colonie d’exploitation

15 Walter Adolph, Im Schatten des Galgens, Berlin, pp. 21 à 30.

16 Le 15 mars 1945 on compta à Dachau 1.493 prêtres de 144 diocèses et 25 nations. (Johann Neuhäusler, Kreuz und Hakenkreuz (« Croix et croix gammée »), Munich, 1946, vol. I, p. 349.

17 Procès de Nuremberg, éd. allemande, t. IV, pp. 311-312.

18 Cité par Adolph, op, cit., pp. 30-33.

19 C’est ainsi que Bormann s’employa à supprimer les prières du matin dans les écoles, aussi bien confessionnelles que « simultanées », pour les remplacer par des célébrations nazies. La Gestapo et les Gauleiter continuèrent à supprimer des couvents, à confisquer des églises et des imprimeries, à faire enlever les croix des salles d’école. Bormann tenta également de supprimer l’aide que l’Etat accordait aux Eglises en faisant recueillir l’impôt d’Eglise, la dîme, par les perceptions publiques, mais le ministre des Finances, le comte de Schwerin-Krosigk, protestant croyant, s’opposa victorieusement à ce projet.

20 L’évêque appartenait à la même grande famille noble que le député qui en 1879 avait exposé au Reichstag le programme social du Centre.

21 Bischof Graf von Galen spricht (« L’évêque-comte de Galen parle »), Herder, Fribourg, 1946, p. 5.

22 Op. cit., p. 71.

23 Ibidem, p. 88.

24 Ibidem, pp. 103-107.

25 Ibidem, p. 507.

26 Neuhäusler, Op. Cit., pp. 351-375.

27 A la suite du complot du 20 juillet, plus de 5.000 personnes furent ainsi mises à mort. Voir à ce sujet le livre de Gerhard Ritter, Carl Gördeler, Deutsche Verlagsanstalt, Stuttgart.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540