Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Les élites militaires sous le Troisième Reich

Klaus-Jürgen Müller
Traduction de Jean-Paul Cahn

Texte intégral

1Deux remarques s’imposent d’entrée.

2Premièrement : le cadre temporel prévu nous oblige à traiter la question sous l’angle de l’analyse historique structurelle, et à ne faire apparaître que les grandes lignes ou les facteurs essentiels.

3Deuxièmement : afin d’éviter d’emblée des malentendus, soulignons que le concept d’« élite » s’entend dans notre contexte comme catégorie socio-historique ou sociologique – au sens, disons, de « couche socio-politique dominante assumant des responsabilités », et non comme jugement de valeur.

41. Pour des raisons qui vont au-delà des impératifs de la seule politesse, com­mençons par une citation française. L’ambassadeur de France en poste à Berlin, André François-Poncet, écrivait quelque temps après la prise du pouvoir par Hitler, dans une note à son gouvernement :

  • 1 Documents Diplomatiques Français, série 1, vol. 195, 4.1.1934.

Deux institutions, l’armée allemande et le parti national-socialiste, se trouvaient [...] en présence [...]. Il s’agissait de savoir qui, dans le nouvel Etat allemand, exercerait l’influence prédominante : le parti ou l’armée1.

5Cette analyse était à la fois pertinente et erronée.

62. Elle était pertinente parce que le nouveau régime reposait sur une « entente », un arrangement concernant la répartition des pouvoirs, regroupant les élites traditionnelles national-conservatrices et la tête du mouvement hitlérien ; dans le cadre de cet accommodement, l’armée se voyait attribuer, conformément à la volonté du président du Reich, le maréchal Hindenburg, un rôle de premier plan. Cette situation trouva sa traduction dans la formule, créée par le ministère de la Défense (Reichs­wehrministerium) et habilement reprise, à des fins tactiques, par Hitler, des « deux piliers » sur lesquels reposait l’Etat, l’armée et le parti. André François-Poncet avait donc décrit de manière appropriée ce caractère dual du régime.

7Et pourtant, l’analyse de notre diplomate et grand connaisseur de l’Allemagne était inexacte.

8Pourquoi ? Parce que le corps des officiers, n’était pas, en réalité, une composante politique autonome de l’échiquier des pouvoirs. L’armée est toujours un élément second dans le contexte majeur de l’Etat et de la société, elle dépend toujours de leur évolution. François-Poncet avait en commun avec l’élite militaire elle-même la méconnaissance de cette réalité.

9L’histoire de la situation des élites militaires sous le Troisième Reich en est une illustration probante.

103. Trois facteurs ont été déterminants pour cette évolution.

11a) D’abord, les partenaires de cette « entente » poursuivaient des fins qui n’étaient que partiellement identiques.

12Les élites militaires avaient deux objectifs fondamentaux  :

13En politique intérieure, elles voulaient un régime autoritaire, plus propre, selon elles, à préserver le leadership des élites national-conservatrices et à assurer la mobilisation générale que ne l’aurait été une démocratie parlementaire.

14Hitler par contre n’avait aucunement l’ambition d’installer un régime autoritaire, mais un totalitarisme, lequel ne pouvait per definitionem tolérer la survivance d’aucun pouvoir autonome, tel que les élites national-conservatrices.

15En politique étrangère, les cadres militaires aspiraient au rétablissement de la position hégémonique d’une Allemagne – grande puissance en Europe centrale et balkanique, ce qui impliquait la destruction de ce qu’ils qualifiaient de « système français de Versailles » (französisches System von Versailles), et, partant, le démantèlement de la Pologne et de la Tchécoslovaquie, ainsi que la fin de la suprématie européenne de la France.

16Mais cela ne coïncidait pas avec l’ambition de conquête d’un nouvel « espace vital », ni avec l’établissement du « Grand Empire germanique de nation allemande » (Großgermanisches Reich deutscher Nation) auquel aspirera plus tard la direction national-socialiste.

17Cette identité partielle des ambitions intérieures et extérieures devait avoir des conséquences fort sérieuses.

  • 2 Mieux vaut parler, en allemand, de « Röhm-Affäre » que de « Röhm-Putsch », les intentions putschist (...)
  • 3 La meilleure étude sur cette question est l’ouvrage de Heinz Höhne, Hitlers Durchbruch zur Alleinhe (...)
  • 4 « Der graue Fels muß in der braunen Flut untergehen », cit. d’après Helmut Krausnick, « Der 30. Jun (...)
  • 5 Sur ce point, voir Klaus-Jürgen Müller, Armee und Drittes Reich 1933-1939. Darstellung und Dokument (...)
  • 6 Cf. Klaus-Jürgen Müller, Das Heer und Hitler, Stuttgart, 2e éd., 1989, pp. 133-139.

18En premier lieu, elle fut à l’origine des conflits qui éclatèrent sans tarder entre les élites militaires et le parti national-socialiste. Le plus connu et le plus spectaculaire fut l’affaire Röhm2 de l’été 1934. La S.A. voulait disputer à la Reichswehr le monopole de la politique militaire3. On attribue à Röhm la phrase : « Il faut que le rocher gris soit englouti par le flot brun »4. Cela n’aurait pas seulement affaibli de manière déterminante sa position institutionnelle, mais cela aurait mis un terme au caractère consensuel (Entente) du régime. Nous avons ainsi affaire ici à une lutte pour le pouvoir, entre des élites concurrentes, à l’intérieur du système5. Mais la solution criminelle, réalisée avec l’aide de la direction de la Reichswehr lors de la « nuit des longs couteaux » (30 juin 1934), s’avéra pour les élites militaires une victoire à la Pyrrhus. Certes, le péril S.A. était éradiqué, mais une concurrence se présenta, plus dangereuse à terme, celle de la S.S., qui commença à mettre en place une alternative militaire – SS-Verfügungstruppe, dont sortira la Waffen-SS, et qui accroîtra pas à pas son pouvoir au sein de l’Etat. Que la Reichswehr ait accepté sans protester l’assassinat de deux anciens généraux – les généraux von Schleicher et von Bredow  – et de quelques hommes politiques conservateurs, s’explique par la conviction illusoire que sa place dans le nouvel Etat était désormais établie. Peu après la mort de Hinden­burg, la prestation de serment de la Wehrmacht sur la personne d’Hitler, sur ordre du ministre de la Guerre, participa elle aussi de l’ambition de consolider encore la position de la Reichswehr par un lien étroit avec Hitler6. Les efforts de la Reichs­wehr en vue d’écarter toute concurrence inopportune de la part des organisations national-socialistes et d’affermir sans cesse son propre pouvoir dans l’Etat conduisit, in fine, à une mise au pas spontanée (Selbstgleichschaltung) des forces armées.

19En second lieu, les approches divergentes évoquées plus haut contribuèrent à prolonger assez longtemps l’illusion sur les objectifs réels d’Hitler. Cela fut d’autant plus vrai que, lors du premier discours qu’il fit devant les cadres de l’armée, le 3 février 1933, le nouveau chancelier du Reich s’était prononcé de manière ambiguë sur ses objectifs  :

  • 7 Cit. d’après Thilo Vogelsang, « Neue Dokumente zur Geschichte der Reichswehr 1930-1933 », in Vierte (...)

[...] conquête de nouveaux marchés à l’exportation, peut-être – et probablement plutôt – conquête et germanisation impitoyable d’un nouvel espace vital à l’Est7.

20Obnubilée par une identité supposée des buts du pouvoir et des siens propres, l’armée ne voyait pas qu’il ne pouvait y avoir là, tout au plus, qu’une analogie partielle.

21C’est pourquoi des généraux de haut rang furent si profondément scandalisés – certains envisagèrent même un coup d’Etat – lorsque Hitler envisagea de poursuivre la guerre après la victoire sur la Pologne. Ils estimaient que tous les objectifs étaient atteints, et qu’un accord avec les Occidentaux était désormais possible. Qu’ils l’aient docilement suivi plus tard dans la guerre contre l’Union soviétique participait d’autres raisons, sur lesquelles nous reviendrons.

22b) Le second facteur déterminant pour les relations entre cadres de l’armée et régime national-socialiste est étroitement lié aux objectifs déjà évoqués des élites militaires et à leurs illusions concernant les fins que poursuivait le dictateur.

23Avec le temps, en effet, le cadre supérieur de l’armée de terre se scinda à propos de la hiérarchie de ses priorités. Ceux qui accordaient clairement la préférence aux objectifs de politique étrangère, c’est-à-dire au rétablissement de l’hégémonie allemande – ils constituaient probablement la majorité – ne s’inquiétèrent guère de l’érosion de leur pouvoir à l’intérieur, qui résultait d’une mise au pas de plus en plus effective et du prestige croissant (de caractère plébiscitaire) d’Hitler. Les autres, ceux pour qui importait par dessus tout la consolidation de la place traditionnelle des élites militaires dans la société allemande, restèrent minoritaires. C’est pourquoi ils tentèrent en vain de s’opposer à une évolution de la situation qu’ils jugeaient funeste.

  • 8 Harold C. Deutsch, Das Komplott oder Die Entmachtung der Generale. Blomberg- und Fritsch-Krise. Hit (...)

24Ceci apparut clairement lors de la crise Blomberg-Fritsch du début de 1938, lorsque les deux soldats les plus haut placés, le ministre de la Guerre, le maréchal von Blomberg, et le commandant en chef de l’armée, le général von Fritsch, furent écartés de leurs fonctions sous des prétextes différents, Blomberg en raison d’une mésalliance, Fritsch parce qu’on lui attribua abusivement un penchant que la justice considérait encore comme criminel8. Hitler – à qui la Reichswehr avait déjà prêté serment en 1934, à la mort de Hindenburg – prit alors lui-même en charge le ministère de la Guerre et le commandement en chef de la Wehrmacht. Pendant la guerre, Hitler parvint même à s’accaparer le commandement supérieur direct sur l’armée de terre, sans que le corps des officiers ne réagisse de manière critique.

25Mais les représentants de ces élites militaires qu’inquiétait de façon croissante le pouvoir de plus en plus affirmé non seulement d’Hitler, mais aussi de la S.S. et de ses unités armées, sa conquête d’un appareil policier mué de plus en plus en un outil du terrorisme de l’Etat, se trouvèrent bientôt privés de soutien institutionnel dans leur lutte pour la préservation de leurs intérêts.

26Les forces armées furent directement subordonnées au pouvoir politique, elles ne disposèrent plus, dès lors, face au dictateur, d’institutions ministérielles autonomes, susceptibles d’assumer entre elles et le chef de l’Etat un rôle tampon, de faire valoir auprès de lui leurs intérêts et de faire obstacle à son ingérence dans leur domaine. Ce n’est pas un mince paradoxe qu’en imposant à la puissance militaire cette soumission au pouvoir civil qui constitue la norme dans toute démocratie, Hitler créa une situation qui, dans son contexte totalitaire, eut des effets funestes.

27Les conséquences pour les forces terrestres furent d’autant plus lourdes que les deux autres armes, la marine et l’aviation, se désolidarisèrent totalement d’elles, habilement poussées dans cette voie par Hitler, lequel ne souhaitait pas se trouver face à une élite militaire unie. Il oeuvrait même à la rendre impossible. L’aviation, jeune et encore numériquement réduite, profitait de la situation privilégiée qu’elle devait à son chef suprême, Göring, le « deuxième homme de l’Etat ». Encore traumatisée d’avoir été le foyer de la révolution en 1918, la marine affichait une loyauté sans faille et ne manifestait pas d’intérêt pour la politique intérieure. Tandis que l’armée de terre concentrait encore son attention sur la France et sur la Pologne, elle rêvait déjà d’en découdre avec la Royal Navy et de la vaincre.

28Ces divisions internes affaiblissaient davantage encore les positions des cadres de l’armée au sein du système et entamaient leurs moyens d’action sur le cours des événements.

29c) Un troisième facteur hypothéqua à terme la situation des élites militaires dans le Reich : les modifications structurelles fondamentales internes et externes que connurent les forces armées.

30Globalement, il y eut quatre modifications structurelles :

  • 9 On peut se reporter, pour cette question, à Klaus-Jürgen Müller, Armee und Drittes Reich, op. cit.,(...)

31Premièrement, l’accroissement numérique des forces armées, dans le cadre du réarmement et de la guerre, eut pour effet de transformer de manière notable la structure-même de l’encadrement. Selon les plans du commandement militaire, les officiers devaient représenter 7 % de l’effectif quand le réarmement serait achevé. On se montrait toutefois disposé à tolérer une chute à 3,5 % pendant la phase de reconstruction. Mais, au cours de l’été 1936, par suite de l’accélération du réarme­ment, les officiers ne représentaient plus, proportionnellement, que 1,6 %. Le responsable des personnels mit alors en garde contre la perte qualitative qui en résultait, et il demanda un ralentissement du rythme de réarmement – que le Haut Commandement refusa. Contre l’avis des services des personnels, qui jugeaient cette solution fort aléatoire, il recruta plusieurs centaines de diplômés de l’université au chômage, il promut officiers des centaines de sous-officiers qui n’étaient pas titulaires de l’Abitur, et il intégra au cadre actif de nombreux officiers de réserve. En outre, la période de formation des nouveaux officiers passa de quatre à deux ans9. En nombre absolu, le corps des officiers de la Wehrmacht connut un développement impressionnant.

32En 1933, la Reichswehr disposait d’un encadrement de 4 000 officiers ; cinq ans plus tard, en 1938, il s’était plus que multiplié par cinq (en gros 22 000), et par neuf en 1941 (35 000) ; en 1939 l’armée comptait 38 000 officiers de réserve, en 1944 ils étaient 125 000. Au total, en 1945, le corps des officiers de la Wehrmacht était de 250 000 hommes – le quart d’un million !

  • 10 Pour plus ample informé, cf. Müller, Das Heer und Hitler, pp. 81-87.
  • 11 Cf. Klaus-Jürgen Müller, The Military in Politics and Society in France and Germany in the Twentiet (...)

33En second lieu, cette extension quantitative conduisit à la perte de l’homogénéité politique, sociale et idéologique des élites militaires. Compter sur les réflexes traditionnels de caste et de classe du corps n’était plus possible. Celui-ci perdit ses repères politiques et idéologiques, ainsi que ses valeurs, ce qui accentua son affaiblissement interne. Une nouvelle génération d’officiers, qui avait subi l’endoctrinement national-socialiste ou qui avait, pour le moins, succombé au mythe hitlérien, n’avait fait siens ni la hiérarchie des valeurs ni le code de bonne conduite tradi­tionnels. Le commandement de la Reichswehr apporta sa contribution à cette évolu­tion au début de l’année 1934 lorsqu’il mit en application – sans y avoir été contraint par Hitler ou par le parti – la législation antisémite du régime, l’Arier-Paragraph, ce qui entraîna le renvoi de quelque cent officiers, sous-officiers et soldats. Ce faisant, il porta un coup fatal à un fondement de l’armée, l’esprit de corps et la camara­derie10. Dès lors, la discussion ouverte, sans arrière-pensée, entre camarades, ne fut plus possible que dans de rares cas, par exemple dans les quelques régiments qui avaient été à peu près préservés. En outre, cette évolution explique partiellement qu’une partie importante de la Wehrmacht se soit laissé entraîner dans la complicité avec les nazis, surtout à partir de 1941, au moment de la guerre d’extermination contre l’Union soviétique, fondée sur l’idéologie raciale. L’anticommunisme, élevé au rang de doctrine officielle à partir de 1933, était un autre facteur déterminant, que partageaient avec une égale conviction les partisans du national-socialisme et les élites national-conservatrices. Cela devait avoir des conséquences catastrophiques aux plans politique et moral11.

34En troisième lieu, les changements politiques et sociaux que connut, dans son ensemble, l’Allemagne hitlérienne, contribuèrent à transformer fondamentalement le pouvoir et le poids des élites militaires.

35Hitler réussit à mettre sur pied un contre-pouvoir à celui des élites tradition­nelles, par la pression de la mobilisation des foules et par la réaffirmation périodique, à travers une démarche plébiscitaire, de la légitimité de son régime. Ces élites – et particulièrement le corps des officiers – étaient par contre largement entravées par la réalisation de leurs objectifs de politique étrangère que le pouvoir feignait de garantir. Lorsque fut déçu leur espoir qu’Hitler puisse leur reconquérir l’assise sociale de leur position traditionnelle, il était déjà trop tard pour réagir. Ce n’était plus elles, mais Hitler qui représentait pour bon nombre d’Allemands la solution alternative moderne, le dépassement de la société de classes. Hitler semblait répondre aux espoirs de larges couches sociales, et non les vieilles élites, c’est lui qui paraissait réaliser l’égalité de fait contre le gouvernement des privilèges, lui qui ouvrait la voie à la modernisation tout en protégeant des frustrations qu’elle était susceptible d’engendrer. Que pouvaient opposer à cela, à ces espoirs (partiellement réalisés) des masses, des élites militaires affaiblies par leurs divisions ?

36Finalement – et nous abordons le quatrième facteur – les modifications des structures internationales consécutives au réarmement unilatéral, privé de toute garantie – en l’absence de traité international – ont affaibli de façon décisive la position des élites militaires. Ce réarmement avait été souhaité et consciemment favorisé depuis 1933, sous cette forme, par les responsables militaires allemands, parfois plus vite, plus massivement et plus fortement que ne l’imaginait initialement Hitler lui-même. Ce dernier avait envisagé, au moins pendant un temps, un réarmement négocié et garanti par des accords internationaux, mais l’armée n’avait pas voulu d’une limita­tion contractuelle de son armement, elle voulait reconstruire la Wehrmacht dans les meilleurs délais, afin de rendre impossible l’intervention des puissances garantes du traité de Versailles contre une Allemagne en rupture de contrat.

  • 12 Sur cette question, on pourra consulter Klaus-Jürgen Müller, General Ludwig Beck. Stu­dien und Doku (...)

37Il en résulta qu’à partir de 1938 l’armée ne fut plus à même de contrôler la politique belliqueuse de Hitler. Ce faisant, elle remettait indirectement en cause son propre objectif de politique étrangère12. Conçu et réalisé à marche forcée par les militaires eux-mêmes, le réarmement allemand avait incité les puissances occiden­tales à renforcer à leur tour leur armement et à prendre des mesures d’endiguement dans lesquelles le commandement allemand voyait de plus en plus une menace pour le Reich. Très tôt, l’Auswärtiges Amt, en particulier le secrétaire d’Etat von Bülow, avait mis en garde avec fermeté contre une telle évolution, mais, obnubilés par leur désir de réarmer, les militaires n’avaient pas voulu l’entendre. 1938 les plaçait alors face à un dilemme qu’ils avaient eux-mêmes provoqué. Lors de la célèbre conférence du 5 novembre 1937, à la chancellerie, Hitler chercha à leur démontrer qu’il fallait entrer en guerre dès avant l’achèvement du réarmement, prévu pour 1942/ 1943, car, affirmait-il, attendre davantage permettrait aux Occidentaux de dépasser la puissance de l’armement allemand. Mais cela impliquait soit un renoncement aux objectifs de politique étrangère auquel on n’était pas disposé, soit l’entrée en guerre avec un outil militaire inachevé, ce qui constituait une menace pour la place que l’Allemagne s’était faite en Europe, voire pour l’existence-même du Reich.

38Dans un premier temps, le chef d’état-major général Beck s’opposa à un tel dilemme avec les moyens de sa fonction. Il fit parvenir à son commandant en chef et au dictateur des aide-mémoires, doublés de mises en garde verbales. Ses efforts s’avérant vains, il présenta sa démission.

394. Si nous faisons le point, en situant le problème dans un cadre élargi, nous pouvons constater les éléments suivants :

40Après la perte de leur pouvoir intérieur, à partir de 1938, il ne restait aux élites militaires qu’une alternative : marcher ou conspirer. Le général Beck avait été le dernier général exerçant de hautes responsabilités qui eût tenté d’incarner l’exigence prusso-germanique de n’être pas seulement une élite militaire et professionnelle, mais aussi une élite politique et sociale.

41Sa démission faisait que l’armée devenait soit une élite strictement fonctionnelle au service du pouvoir politique, mais elle-même privée de toute possibilité d’exiger quelque rôle de premier ordre dans la société, soit une force disposée à reconquérir par un acte violent, donc un coup d’Etat, son pouvoir et sa place au sein de la société.

42Le général Halder, nommé chef de l’état-major général à la fin de l’été 1938, incarnait de manière presque idéale cette alternative. Il oscillait entre refus et obéissance.

  • 13 Cf. deux biographies, celle de Christian Hartmann, Halder, Generalstabschef Hitlers. 1938-1942, Pad (...)

43Il a tenté l’une et l’autre de ces attitudes – en se contentant toutefois de les ébaucher. Par deux fois, il a songé sérieusement au coup d’Etat, il a même initié des préparatifs, lors de la crise des Sudètes de l’été 1938 et pendant l’hiver 1939-1940, mais sans jamais passer à l’action. Au lieu de cela, il a établi les plans pour les guerres-éclair de Hitler, qu’il a conduites un temps avec un bonheur surprenant, en 1940 contre les Occidentaux, en 1941 dans les Balkans et en 1941-1942 contre l’Union soviétique. Finalement, il a reconnu l’échec de tous les projets visant à faire de l’Allemagne une grande puissance, et il a démissionné peu avant Stalingrad, pour ne pas être emporté par la tourmente de la défaite à venir13.

44On peut certainement considérer cette démission comme l’aveu de l’échec de l’état-major général, ce haut lieu symbolique des élites militaires prusso-allemandes.

  • 14 Helmut Krausnick et Hans-Heinrich Wilhelm, Die Truppe des Weltanschauungskrieges. Die Einsatzgruppe (...)

45D’autres – par exemple le chef de l’OKW, le maréchal Keitel ou son collaborateur le plus proche, le général Jodl, que nous citons ici comme représentants de nombreux soldats – se contentèrent du rôle purement fonctionnel échu à une élite de techniciens, d’exécutants des ordres d’un Führer tout-puissant. Ils avaient renoncé à l’ambition d’autonomie politique. C’est pourquoi ils n’abandonnèrent pas seulement avec empressement la direction à Hitler, mais ils laissèrent aussi la S.S. installer son pouvoir totalitaire dans l’Etat policier allemand. Manifestement, la conviction illusoire que Hitler donnerait au Reich l’hégémonie européenne ou même un leadership universel suffisait, à leurs yeux, à compenser la perte de pouvoir des élites militaires en politique intérieure. En tout cas il n’est guère possible d’appréhender de manière satisfaisante la loyauté inflexible, au mépris croissant de l’éthique, de la plupart des officiers allemands, en limitant l’explication de leur engagement à l’étroitesse d’esprit militaire ou en se référant à la seule perversion de leur sens du devoir. La prise de conscience de la subordination indissociable de leur propre situation à la survie du régime constitue déjà une hypothèse plus crédible. C’est pourquoi ils suivirent également le dictateur lorsque celui-ci aspira à d’autres buts, la guerre d’extermination d’inspiration raciale. Cette initiative réactiva leurs propres structures de pensée antisémite ou slavophobe. Ils firent ainsi de la Wehrmacht le complice des crimes du régime. Ce que l’on a appelé les ordres scélérats (verbreche­rische Befehle), l’ordre d’exécution immédiate et sans jugement des commissaires politiques de l’Armée rouge par exemple (Kommissarbefehl), ou la suspension des pouvoirs normaux de justice de la Wehrmacht pendant la campagne contre l’Union soviétique (Barbarossa-Kriegsgerichtsbarkeits-Befehl) ne sont que des exemples particulièrement spectaculaires. C’est ainsi que l’on en vint, partiellement en raison de la faiblesse ou de la complaisance du commandement supérieur de l’armée, partiellement en raison de l’adhésion croissante d’un nombre croissant d’officiers ou de soldats à l’idéologie du régime et aux objectifs de politique étrangère de l’autorité national-socialiste, partiellement, cela est probable, par la crainte justifiée des consé­quences d’une révolte ouverte, mais vraisemblablement pas en raison d’une obéis­sance militaire générale, à une intégration – effrayante dans sa démesure - de l’ar­mée au programme et à la politique d’extermination d’Hitler14, indépendamment de l’accomplissement silencieux du devoir ou de l’idéalisme abusé de nombreux soldats, indépendamment aussi de l’ignorance ou de l’aveuglement, indépendam­ment enfin du refus de reconnaître ou d’admettre la vérité.

46Du point de vue politique comme dans la perception historique, cette complicité scellait la fin d’une élite militaire qui avait voulu, autrefois, en association avec Hitler, intégrer toutes les composantes de la nation et les organiser efficacement en vue d’une guerre totale, rendre à l’Allemagne son rang de grande puissance et consolider leur propre leadership face aux changements socio-économiques profonds du pays.

47Par contre, parmi les membres de cette élite, une minorité opta, difficilement et après hésitation, pour une opposition sans concession, pour le complot en vue de renverser et d’abattre le tyran. Quels sont les motifs qui les ont incités à agir à l’encontre de la majorité de leurs collègues et de leurs pairs ?

  • 15 On pourra trouver une présentation plus nuancée dans Klaus-Jürgen Müller, « Über den militärischen (...)

48A de rares exceptions près, le cheminement a été long, douloureux et progressif. La concurrence entre élites, inhérente au système, leur lutte pour le pouvoir, donna naissance à partir de 1938 à l’idée que le rétablissement de la construction consensuelle du système ne pouvait venir que d’une réforme imposée au prix de fortes pressions, voire d’une épuration (Säuberung) par la force. A cela s’ajoutait l’intention d’imposer, au besoin par la force, une alternative de politique étrangère, pour préserver le Reich des dangers que faisait peser sur lui la politique guerrière de Hitler. Cette évolution conduisit finalement les hommes du 20 juillet 1944 à vouloir mettre fin au régime par le tyrannicide et par le coup d’Etat15. Cette évolution fut d’abord le fruit de la prise de conscience des dangers que la politique et la guerre d’Hitler faisaient peser sur l’existence-même du Reich, puis vint la prise de con­science par la confrontation avec la réalité des crimes du système national-socialiste dans les territoires occupés – il existe des témoignages qui montrent que le choc fut réel et qu’il se produisit dès 1939 – et enfin il y eut les rencontres avec des opposants au régime, incorporés à la Wehrmacht, et des officiers de réserve sensibles aux questions d’éthique. Nombreux furent ceux à qui ces derniers ouvrirent les yeux et qu’ils orientèrent vers la résistance. Il fallut alors, au prix d’un chemi­nement souvent difficile, très différencié selon les individus, se libérer des entraves d’un mode de pensée traditionnellement fondé sur la discipline, se souvenir des valeurs coutumières, retrouver aussi la signification passée de la notion d’« élite » et la faire sienne. Se réapproprier l’idée qu’il faut obéir avec sa conscience, s’engager pour le tout, sans tenir compte des considérations d’intérêt ni chercher le compromis avec ce qui est, au besoin payer de sa vie.

49Le général von Tresckow, dont la famille avait donné plus de vingt généraux à l’armée prussienne, exprima cela de manière pertinente peu avant le 20 juillet 1944. On lui attribue ces mots célèbres :

Il faut que cet attentat soit perpétré, coûte que coûte. Même s’il ne réussit pas, il faut néanmoins agir à Berlin. Car l’important n’est plus la finalité pratique, l’important est que la Résistance allemande ait osé franchir le pas décisif, devant le monde et devant l’Histoire. En regard de cela, tout le reste est indifférent.

Notes

1 Documents Diplomatiques Français, série 1, vol. 195, 4.1.1934.

2 Mieux vaut parler, en allemand, de « Röhm-Affäre » que de « Röhm-Putsch », les intentions putschistes de la SA n’étant pas démontrées.

3 La meilleure étude sur cette question est l’ouvrage de Heinz Höhne, Hitlers Durchbruch zur Alleinherrschaft 1933-1934, Hambourg 1984.

4 « Der graue Fels muß in der braunen Flut untergehen », cit. d’après Helmut Krausnick, « Der 30. Juni 1934, Bedeutung - Hintergründe - Verlauf », in : Aus Politik und Zeitge­schichte. Beilage zur Wochenzeitschrift Das Parlament, XXV, 1954, p. 318.

5 Sur ce point, voir Klaus-Jürgen Müller, Armee und Drittes Reich 1933-1939. Darstellung und Dokumentation. Paderborn 1987, 2e éd. 1989, chap. IV.

6 Cf. Klaus-Jürgen Müller, Das Heer und Hitler, Stuttgart, 2e éd., 1989, pp. 133-139.

7 Cit. d’après Thilo Vogelsang, « Neue Dokumente zur Geschichte der Reichswehr 1930-1933 », in Vierteljahreshefte f. Zeitgeschichte, 2, 1954. Cf. aussi Klaus-Jürgen Müller, Armee und Drittes Reich 1933-1939. Darstellung und Dokumentation, Paderborn 1987, 2e éd., 1989, p. 263.

8 Harold C. Deutsch, Das Komplott oder Die Entmachtung der Generale. Blomberg- und Fritsch-Krise. Hitlers Weg in den Krieg, Zurich 1974 ; Karl-Heinz Janssen et Fritz Tobias, Der Sturz der Generäle. Hitler und die Blomberg-Fritsch-Krise 1938, Munich 1994.

9 On peut se reporter, pour cette question, à Klaus-Jürgen Müller, Armee und Drittes Reich, op. cit., pp. 102 sq. et à Deutsche Militärgeschichte 1648-1939, Militärgeschichtliches For­schungsamt (Munich) éd., vol. 4, pp. 366-374.

10 Pour plus ample informé, cf. Müller, Das Heer und Hitler, pp. 81-87.

11 Cf. Klaus-Jürgen Müller, The Military in Politics and Society in France and Germany in the Twentieth Century, Oxford et Washington, 1995, pp. 18-24.

12 Sur cette question, on pourra consulter Klaus-Jürgen Müller, General Ludwig Beck. Stu­dien und Dokumente zur politisch-militärischen Vorstellungswelt und Tätigkeit des Gene­ralstabschefs des deutschen Heeres 1933-1938, Boppard a. Rhein (Schriften des Bundesar­chivs, Bd. 30), chap. 4, 5, 6 ; du même auteur, Armee, Politik und Gesellschaft in Deutsch­land 1933-1945. Studien zum Verhältnis von Armee und NS-System. 3. unveränderte Auf­lage, Paderborn 1981 (trad. anglaise sous le titre The Army, Politics and Society in Germany 1933-1945, Manchester Univ. Press 1987), ainsi que du même auteur, « Deutsche Militärelite in der Vorgeschichte des Zweiten Weltkrieges », in Martin Broszat et Klaus Schwabe éd., Die deutschen Eliten im Zweiten Weltkrieg, Munich 1989.

13 Cf. deux biographies, celle de Christian Hartmann, Halder, Generalstabschef Hitlers. 1938-1942, Paderborn 1991, et Gerd R. Überschär, Generaloberst Franz Halder. Generalstabschef, Gegner und Gefangener Hitlers, Göttingen 1991.

14 Helmut Krausnick et Hans-Heinrich Wilhelm, Die Truppe des Weltanschauungskrieges. Die Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD 1938-1942, Stuttgart 1981, p. 278.

15 On pourra trouver une présentation plus nuancée dans Klaus-Jürgen Müller, « Über den militärischen Widerstand », in Peter Steinbach et Johannes Tuchel, Widerstand gegen den Nationalsozialismus, Berlin 1994, pp. 266-279.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540