Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

L’économie du Troisième Reich

Volker Hentschel
Traduction de Gérard Schneilin

Texte intégral

Introduction

1Dans les études sur l’histoire du Troisième Reich, l’économie ne tient généralement pas une place très importante, ce qui est compréhensible. Quand on pense au Troisième Reich, on pense avant tout à la transformation de la république démocratique de Weimar en dictature du parti national-socialiste, aux moyens et méthodes du pouvoir national-socialiste en Allemagne, aux préparatifs et à la conduite d’une grande guerre de conquête et, récemment à nouveau, à la barbarie de l’Holocauste. Mais pas à l’économie.

2On pourrait donc avoir l’impression que cet essai est consacré à une annexe plu­tôt insignifiante de l’histoire. Mais il n’en est rien. S’il vient d’être affirmé qu’il est compréhensible qu’il soit accordé peu d’importance dans l’historiographie à l’économie en relation avec le Troisième Reich, cela ne voulait pas dire que cette attitude est justifiée. Certes, l’économie du Troisième Reich n’était pas consubstantielle au national-socialisme. Elle ne fait pas partie des «éléments structurels» d’une défini­tion du Troisième Reich, comme, par exemple, «l’économie sociale de marché» et le «miracle économique» dans le cas de la République fédérale d’Allemagne à ses débuts. Mais les particularités de son évolution économique étaient une condition né­cessaire à la naissance du Troisième Reich, au terrible «succès» du pouvoir national-socialiste en Allemagne et à ses capacités de mener une longue guerre contre la moi­tié du monde. En fin de compte, l’échec économique a contribué à la défaite et, par là-même, à l’anéantissement libérateur du Troisième Reich. Cela vaut donc la peine de s’occuper de l’économie du Troisième Reich, comme suit, et en fonction des considérations suivantes :

  1. Quelles fut l’importance de l’évolution économique, quelle fut la responsa­bilité d’une politique économique manquée dans la prise de pouvoir du national-socialisme ?

  2. Quels étaient les conceptions et le programme économiques des nationaux-socialistes quand leur fut livré le pouvoir politique ?

  3. Quelles conséquences pratiques furent tirées de ces conceptions et de ce pro­gramme ? En résulta-t-il un ordre économique typiquement national-socialiste, fondamentalement différent de ceux de la République de Weimar et de la Répu­blique fédérale ?

  4. Quel fut le déroulement de l’évolution économique pendant la période de paix du Troisième Reich et comment s’explique cette évolution ?

  5. Qu’en est-il de l’interaction entre économie et guerre ?

I. Signification de l’évolution économique pour la «prise de pouvoir»

3Les questions qui se posent sont nombreuses et variées. Les réponses seront nécessairement brèves et quelque peu simplistes. Cela vaut en particulier pour la réponse à cette première question : quelle fut l’importance de l’évolution écono­mique, quelle fut la responsabilité d’une politique économique manquée dans la prise de pouvoir des nazis début 1933 ?

4L’évolution économique durant les trois dernières années avant le changement de régime fut désastreuse. Il n’y a pas eu de désastre tant soit peu comparable dans l’histoire économique moderne, ni avant, ni après. Le produit national baissa de près d’un cinquième, le nombre des chômeurs atteignit les 8,5 millions, ce qui correspondait à un quart de la population active et un tiers des salariés. Les paysans souffraient de baisses de prix drastiques et, en conséquence, de fortes pertes de revenu qui, parfois, les menaçaient de ruine. Les petits exploitants industriels et commerciaux constituant la classe moyenne avaient affaire à un manque de demandes et d’activité. En de nombreux endroits, sévissaient misère économique et sentiment de déclassement social, angoisse et désespoir.

5Les causes et les moteurs de cette crise extraordinairement grave et longue ne sont pas ici d’un grand intérêt. Celui-ci réside, pour ce qui est de notre propos, dans les conséquences politiques, lesquelles sont patentes. Dans leur déception, leur perplexité et leur colère, de grandes masses d’électeurs se tournèrent vers les forces de l’extrémisme politique, communistes à gauche et nationaux-socialistes à droite. Le virage à droite fut toutefois plus appuyé que celui à gauche. Les nationaux-socialistes évoluèrent, au cours de la crise, d’un groupe marginal sectaire jusqu’au plus grand groupe parlementaire du Reichstag allemand. Aux dernières élections avant la crise, le NSDAP avait emporté moins de 3 % des voix ; en été 1932, au pire de la crise, elle en gagna 37 %. Ses électeurs étaient issus des classes moyennes déclassées, c’étaient des paysans déçus et indignés, des employés sans travail et des apolitiques qui n’avaient pas voté auparavant, mais se laissèrent mobiliser par la crise.

6La dépression économique est donc, sans conteste, une cause importante des gains nazis. Sans la crise économique, il n’y aurait pas eu cet apport massif d’électeurs et sans lui Hitler n’aurait pas été nommé chancelier du Reich. Mais la crise économique n’est pas une explication suffisante pour la victoire des nazis. Ce n’est pas par hasard que les Allemands, sous l’influence de la crise, se détournèrent en masse de la république démocratique pour chercher leur salut du côté du NSDAP et de son militantisme antidémocratique. Mais il y eut autre chose : le NSDAP eut, en été 1932, 37 % des voix électorales ; en automne, il y eut de nouvelles élections, et le pourcentage des voix du NSDAP se rétrécit à 33 %. La crise lui procura des masses de voix, mais manifestement pas de majorité au Parlement. Le parti, en été, était encore très loin d’avoir une majorité et, jusqu’en automne, il s’en éloigna même plus encore. Son essor dans la faveur des électeurs semblait avoir atteint son apogée et s’être mué en retrait. Et pourtant Hitler devint chancelier du Reich le 30 janvier 1933 et le NSDAP parti gouvernemental. Quelles en furent les raisons ?

7Je donnerai une seule réponse à ces deux questions et me limiterai à des observations quelque peu générales. Le NSDAP attira de si grandes masses d’électeurs pendant la crise économique qu’il se vit confier, en fin de compte, le pouvoir exécutif sans que cet apport électoral l’ait seulement rapproché d’une majorité parlementaire. En voici les raisons :

  1. Le potentiel démocratique sous la République de Weimar était maigre et peu solide.

  2. La république fut discréditée par ses débuts extraordinairement difficiles, et sans que ce fût de sa responsabilité ; par la suite, elle ne gagna guère en crédibilité auprès de la majorité des Allemands.

  3. La tradition et la constitution du système allemand des partis excluaient des majorités gouvernementales nettes et durables, donc des gouvernements solides. Cela valait aussi pour un éventuel accord de gouvernement afin d’éviter la prise de pouvoir des nazis sous le signe de la crise.

  4. Des obscurités dans l’attribution constitutionnelle des pouvoirs mettaient le président du Reich en situation de nommer, en certaines circonstances, un chan­celier et un gouvernement sans respecter des majorités parlementaires.

8De telles circonstances étaient données en 1932-33 et le président von Hindenburg désigna Hitler, bien qu’il ne disposât d’aucune majorité. Il le fit, au fond, contre son gré, sous l’influence de conseillers irresponsables, intrigants et assoiffés de revanche. Ce n’est qu’en relation avec de tels facteurs que la crise économique eut des conséquences politiques catastrophiques. D’un côté, les nationaux-socialistes n’auraient pas pris le pouvoir sans la crise, et de l’autre, ils ne l’auraient pas pris malgré la crise s’il n’y avait eu ces autres conditions. Avant de traiter de l’ordre et de l’évolution économiques sous le Troisième Reich, il paraît opportun de faire quelques brèves remarques à propos de deux problèmes longtemps débattus dans les discussions des historiens sur la prise du pouvoir et qui, en un sens, continuent de l’être. Le premier concerne l’influence des élites économiques sur la nomination d’Hitler en tant que chancelier. Selon une thèse formulée pour la première fois en 1934 et reprise jusqu’à nos jours, de puissants industriels et banquiers – en bref, les «capitalistes» – auraient d’abord aidé Hitler à prendre le pouvoir et puis, dans leur propre intérêt économique, lui auraient permis d’en abuser. Cette thèse n’est pas fondée : la recherche historique ne l’a pas confirmée. Il n’est pas possible d’apporter la preuve d’une influence évidente, voire marquante, d’industriels et de banquiers lors de la transmission du pouvoir aux nationaux-socialistes, ou sur leur usage de ce pouvoir. La seconde question peut être formulée comme suit : s’il est exact qu’Hitler ne serait pas parvenu à la chancellerie sans les effets terribles de la crise économique, aurait-on pu l’éviter à l’aide d’une politique économique adaptée et efficace ? La réponse à cette question est plus difficile et moins évidente que celle sur l’influence des hommes d’affaires. Elle pourrait être la suivante : la politique écono­mique n’aurait pas pu empêcher la venue d’Hitler au pouvoir. Celle des derniers gouvernements de la République de Weimar n’était assurément pas bonne, mais, étant donné les circonstances, elle était nécessairement mauvaise : intellectuellement, aucune politique économique n’était disponible ; dans la pratique, aucune n’était possible. Et même si elle l’avait été et qu’on l’ait appliquée, elle n’aurait, malgré tout, pas pu avoir de succès. Car les moyens de la politique économique n’étaient pas à la hauteur de la gravité des problèmes économiques. On y reviendra plus loin.

II. Maximes et ordre économiques sous le Troisième Reich

9Il faut d’abord observer que ces problèmes furent résolus sous le Troisième Reich et que les phénomènes de crises y furent surmontés. Certes, cela n’eut pas lieu d’un jour à l’autre, mais malgré tout en un laps de temps étonnamment court. Qui plus est, le rétablissement à l’issue de la crise fut lié à un puissant essor économique, dépassant largement le niveau d’avant cette crise. A l’étranger, où l’on eut du mal à sortir de la dépression, ou, comme en France, l’on y tomba encore plus profondément, le processus suscita l’étonnement, au point que l’on y parla d’un miracle économique allemand. Ce «miracle», qui n’en était pas un dans la mesure où il s’expliquait, assura aux nationaux-socialistes au pouvoir un degré d’assentiment et de soumission que ni leur programme politique, ni la terreur policière n’auraient pu leur procurer. De plus, il fut la condition de la puissance économique qui allait permettre à l’Allemagne de mener, du moins pour un temps, la guerre de révision et de pillage que les nationaux-socialistes avaient prévue. Quel en fut le déroulement ? Les natio­naux-socialistes avaient-ils inventé la pierre philosophale au moment de prendre le pouvoir ?

10Que non. On a même pu affirmer souvent qu’ils étaient arrivés au pouvoir sans idées ni intentions économiques. Mais c’est également aller trop loin, car, bien entendu, ils avaient des idées préétablies à propos du bon ordre et déroulement économique dans leur Reich. Ces idées étaient toutefois fragmentaires ; elles ne constituaient pas une conception harmonieuse et indiscutable, qui eût conféré à l’économie national-socialiste une certaine originalité. Les contradictions provenaient de l’incompatibilité entre l’idéologie national-socialiste et les objectifs politico-militaires du régime. C’est pourquoi il est extraordinairement difficile de trouver un dénominateur commun à l’économie sous le Troisième Reich. Toute tentative en ce sens – et il y en a eu beaucoup – reste en-deçà de la réalité et rate en partie sa cible. Il con­vient dès lors d’abandonner ce genre de tentatives et d’exposer dans leur imperfection et ambiguïté les conceptions et intentions économiques des nationaux-socialistes au début du régime. On y procédera, de manière très générale, dans ce qui suit.

11La pensée économique national-socialiste était définie par deux maximes. La première stipulait la prédominance absolue de la politique par rapport à l’économie. La politique définissait les objectifs de l’économie et ordonnait, si nécessaire, ses procédés. La seconde maxime se résume dans l’idée d’autarcie. L’autarcie est le contraire de la division du travail au plan de l’économie mondiale. Cela veut dire que l’économie d’un territoire donné est en mesure de satisfaire par ses propres forces les besoins matériels de ce territoire. L’Allemagne devait, selon les idées et la volonté des nationaux-socialistes, disposer d’une économie autarcique.

12La seconde maxime ramène à la première. La notion d’autarcie était, bien entendu, absurde, si elle se référait à l’Allemagne dans ses frontières de 1933 ; cela, les nazis le savaient. A cette époque, l’Allemagne était loin de produire assez de den­rées pour donner assez à manger à sa population. Et elle manquait de presque toutes les matières premières indispensables à sa production industrielle. S’il était question d’autarcie, cela ne pouvait s’appliquer qu’à un grand espace économique européen, dominé par l’Allemagne. Et c’est bien ce que l’on entendait par là. La notion natio­nal-socialiste d’autarcie était également liée à l’exigence d’un «espace vital». Dans ce contexte, elle perdait son apparence d’autosuffisance au profit d’un expansion­nisme agressif. On aurait pu s’imaginer qu’un grand espace économique autarcique sous domination allemande se constituât de manière pacifique ; mais c’eût été une illusion, et que les nationaux-socialistes étaient loin de nourrir. Car ils savaient que l’espace vital et l’autarcie devaient être conquis, ce qu’ils étaient décidés à faire dès le départ.

13Économie, réarmement et guerre se situaient dans un réseau interactif et, dans leur interdépendance, se justifiaient mutuellement. La notion d’autarcie économique était l’une des motivations de la volonté de guerre national-socialiste. Et la détermi­nation à faire la guerre, à son tour, marquait de son empreinte les principes, inten­tions et mesures de politique économique des nationaux-socialistes.

14Cela ramène, comme dit, à la primauté de la politique sur l’économie. La conséquence logique de cette prééminence était l’instrumentalisation de l’économie à des fins politiques. Les fins politiques déterminantes étaient le réarmement et la guerre. La question était : comment ordonner l’économie de manière à ce qu’elle soit au service de ces fins avec le plus d’efficacité possible ?

15Cette question, comme toutes celles qui concernent un nouvel ordre économique, se subdivise en deux parties. La première appelle une réponse au problème de la propriété des moyens de production : propriété de l’État, de collectifs sociaux ou de capitalistes privés ? La seconde partie concerne la détermination et la direction du processus économique, à savoir la production, la distribution et la consommation des biens : serait-ce par une large planification étatique et des instructions impératives des autorités de l’État, par le jeu de la libre concurrence sur des marchés ouverts ou sous la forme d’un système intermédiaire ?

16La réponse national-socialiste à la question de la propriété était claire et nette et l’on n’y toucha jamais. Le parti s’appelait certes parti national-socialiste, mais il ne fut jamais sérieusement question de socialisation. Les moyens de production devaient rester la propriété d’entrepreneurs et de bailleurs de fonds privés et le restèrent. L’économie sous le Troisième Reich n’était pas une économie d’État.

17Elle n’était pas non plus une économie planifiée et administrée par l’État. Certes, on proclama en 1934 un « plan nouveau » et en 1936 un second plan quadriennal. Mais, d’abord, en contradiction avec la terminologie, il n’y avait ni plan ancien ni de premier plan quadriennal ; ensuite, le premier et le second plan n’avaient que peu de choses en commun avec une économie planifiée. Le prétendu « nouveau plan » était en réalité une procédure publique, au moyen de laquelle les importations étaient harmonisées avec les rentrées de devises. Quant au second plan quadriennal, il visait à augmenter la production de certaines matières de base tels l’acier, l’huile minérale, le caoutchouc, l’aluminium etc. par prise d’influence et aides de l’État, et non sous la forme d’une réglementation et de directives de l’État.

18Par conséquent, il ne s’agissait pas d’une économie planifiée ou administrée, mais pas plus d’une économie libre de marché, ni en principe, ni dans la pratique. Économie de marché et primauté de la politique ne se mariaient guère. Les nationaux-socialistes, certes, affirmaient leur foi dans les avantages économiques de la concurrence pour les entrepreneurs privés, mais parallèlement ils soulignaient que la liberté d’action privée trouvait ses limites dans un intérêt général et un bien-être collectif définis par les autorités politiques. Transposé dans la pratique de la politique économique, cela signifiait que la liberté de décision de l’économie privée et la libre concurrence restaient, en principe, acquises, mais que l’État se réservait le droit d’intervenir dans le processus du marché par des mesures dirigistes, si nécessaire et si l’envie lui en prenait.

19Si le régime national-socialiste avait fait un usage extensif de cette politique res­trictive, sa profession de foi en l’économie de marché n’eût été que belles paroles, et l’économie de marché aurait vite disparu. Mais cela ne se passa pas ainsi. L’État, certes, intervenait dans les processus du marché, prudemment d’abord et par tâtonnements, et, par la suite, avec moins de retenue et plus d’insistance. Par ses interventions, il restreignait la liberté de décision privée et entravait le bon fonctionnement des marchés, mais il ne supprimait pas tout de go cette liberté de décision et n’interrompait pas les processus du marché. Le gouvernement préférait mettre l’économie au service de ses objectifs politiques en tant que participant au marché. Si par là il n’arrivait pas à ses fins, il tentait d’influencer le marché en modifiant la situa­tion de décision privée : c’est ce qui s’appelle aujourd’hui intervention conforme aux conditions du marché. Ce n’est qu’en cas d’échec de cette procédure que le gou­vernement édictait des interdictions. On n’usait guère de la contrainte. Mais il ne faudrait pas s’y méprendre : les nazis renonçaient à la contrainte parce qu’ils pouvaient sans crainte se le permettre. Les autres moyens – participation au marché, interventions conformes aux conditions du marché, interdictions – y suffisaient et atteignaient mieux leurs objectifs que ne l’eût fait la contrainte. Il convient ici de les expliciter brièvement.

20On est participant au marché soit comme offrant, soit comme demandeur de biens. Sous le Troisième Reich, l’État jouait les deux rôles sur le marché, bien qu’il fût avant tout demandeur. Il achetait en masse et de plus en plus des biens d’équipement militaire en payant des prix porteurs. Cela suscita aussitôt chez les entreprises privées des prévisions de vente optimistes et des perspectives de profits avantageux, et les incita, comme de bien entendu, à fabriquer les produits réclamés. Lorsque la production exigeait de nouveaux développements techniques et de lourds investissements en capitaux, il pouvait arriver qu’elles hésitent et se fassent prier quelque peu. Les coûts et les risques rendaient leur décision difficile. Dans ce cas, l’État leur venait en aide par des garanties de ventes et de prix, ainsi que des crédits favorables. Parfois il prenait même en charge une partie des coûts de développement et des dépenses d’investissement. Voilà le sens du terme d’intervention conforme aux conditions du marché. L’État n’imposait pas de décisions aux entreprises ; il leur proposait la décision qu’il souhaitait en modifiant les données de la décision à l’avantage des entreprises.

21Il vient d’être dit que les entreprises hésitaient parfois, pour des raisons de gestion, à lancer ou à développer la production de biens militaires. Autant que l’on sache, ils n’hésitaient guère pour des raisons de morale politique à produire des biens militaires sur la fin ultime desquels ils ne pouvaient avoir aucun doute. Au contraire, lorsque ces commandes leur permettaient de remplir les caisses, ils en réclamaient. Certes, contrairement aux reproches ultérieurs, la majorité des entrepreneurs ne le firent pas parce qu’ils voulaient et espéraient la guerre. Mais, au sens littéral, ils la prenaient en compte. Cela justifie leur co-responsabilité pour la guerre et les horreurs qui y sont liées. Leurs affirmations a posteriori qu’ils n’auraient pas pu réussir à se défendre contre les objectifs du national-socialisme ne les en acquittent nullement. Ce qu’ils étaient en mesure de faire, ou non, serait devenu manifeste s’ils l’avaient voulu et tenté. Mais ils ne l’ont pas fait, et c’est ce qui compte. Les intérêts de leurs affaires se recoupaient avec ceux, politiques et militaires, du régime national-socialiste. En poursuivant leurs avantages économiques, ils ont docilement favorisé les crimes des nazis et partagent leur culpabilité. Aucune contrainte n’était nécessaire, tout au plus, çà et là, quelques interdictions et restrictions.

III. Le «miracle économique» national-socialiste et ses explications

22Avant d’en venir à ces explications, il convient d’esquisser et d’expliciter brièvement l’évolution économique sous le Troisième Reich. Le sens et les objectifs des interdictions et restrictions se comprennent le mieux en relation avec ces explications. Il en découle en même temps qu’ils ne résultaient pas d’un ordre économique préconçu, mais, selon chaque cas, du pragmatisme politique.

23L’évolution de l’économie pendant les années de paix du Troisième Reich res­semble à un vrai roman à succès. Les aspects positifs et négatifs de la situation économique se repèrent surtout à la lecture de quatre indicateurs : la croissance de la production, le nombre des chômeurs, le niveau des prix et le compte devises. La production macro-économique, le PNB (Produit national brut), s’est accrue d’environ trois quart de 1932 à 1939. Cela correspondait en moyenne à 10 % par année, et, à l’exception du Japon, représentait plus que partout au monde à la même époque. Parallèlement, le nombre des chômeurs était en baisse rapide et durable. En 1936, il y avait le plein emploi, à partir de 1939, pénurie de main d’oeuvre. Rien n’a procuré aux nazis en tant que parti au pouvoir plus de reconnaissance et d’assentiment que ce «miracle de l’emploi». Les prix augmentaient, mais très modérément, de moins de 1 % par an. On pouvait parler de stabilité des prix. Le compte devises était équi­libré, comme il se doit.

24Il semblait que cette évolution ne laissait rien à désirer. Pourtant, sous cape, il y avait matière à critique, comme il apparaîtra plus bas. Mais il convient d’abord d’éclairer les raisons de ce succès indiscutable. Ce sont avant tout la croissance de la production et le plein-emploi qu’il s’agit d’expliquer : car baisse de production et chômage avaient été les phénomènes essentiels de la crise précédente.

25L’on dira tout d’abord ce qui n’a pas entraîné la relance et le plein emploi : ils n’étaient pas dus à la politique de création d’emplois de l’État. Certes, l’État national-socialiste a mené une telle politique, à grand renfort de propagande et d’une résonance publique considérable. L’État passait des commandes dont l’exécution nécessitait la création d’emplois nouveaux, et il accordait des réductions d’impôts pour inciter à la consommation et à l’investissement. Mais l’effet politique était plus fort que l’effet économique. Les mesures de création d’emplois nouveaux ne fournissaient pas d’emplois durables et elles n’avaient guère d’effets au-delà. En économie, de telles conséquences à prolongements sont qualifiées d’effets multiplicateurs. Or le multiplicateur des mesures de création d’emplois nationaux-socialistes était minime, et tout aussi faible était, de ce fait, la contribution de la création d’emplois à la croissance et au plein-emploi.

26Bien plutôt, la contribution majeure était celle de la demande par l’État de biens militaires, en hausse rapide. Leur multiplicateur était considérable. La production d’armement et la construction d’installations militaires entraînaient dans un premier temps l’embauche d’ouvriers et, dans un second, la construction d’unités de produc­tion supplémentaires. L’emploi générait des revenus, ce qui entraînait la demande de biens de consommation. La mise en service de nouvelles installations de production supposait des commandes aux industries de biens d’équipement. La production de biens de consommation et d’équipement nécessitait à son tour de l’embauche et puis, le cas échéant, la construction d’installations supplémentaires, et ainsi de suite. Cela ne pouvait, certes, pas durer à l’infini, mais un certain laps de temps. Une fois lancé un tel processus, il continuait pour un temps sur cette lancée, et ce d’autant plus vite que se répète l’impulsion initiale. Dans le cas de la demande d’équipement militaire, celle-ci était à la fois constamment répétée et sans cesse renforcée. Cette demande se maintenait et croissait. En 1934 déjà, 5 % environ du PNB servaient à l’armement, puis 15 % en 1938 et, en 1939, près de 20 %. En moyenne, un peu plus d’un tiers de l’augmentation annuelle de la production nationale se composait de biens militaires. Une part considérable du restant était directement incitée par la production militaire. S’il est, certes, inexact de parler d’économie d’État sous le Troisième Reich, il est juste, par contre, de qualifier la relance de «conjoncture d’État».

27Tout cela paraît plus simple que cela ne l’était en réalité. Car on pourrait se poser la question suivante : si c’était aussi facile et avait tant de réussite, pourquoi ne l’avait-on pas mis en oeuvre avant 1933 ? Tout d’abord, les gouvernements de la république de Weimar ne voulaient pas, bien entendu, préparer l’Allemagne à la guerre. Le réarmement n’était pas pour eux un moyen de politique conjoncturelle dirigiste, d’autant que le traité de Versailles l’interdisait. Ces gouvernements respec­taient l’interdiction, ou presque. Les nationaux-socialistes, aventuriers politiques, ne s’y tenaient pas.

28Ils ne respectaient pas non plus les règles ordinaires de financement du budget de l’État, auxquelles les gouvernements de la république de Weimar se sentaient tenus. La question simple, mais difficile, qui se pose à un gouvernement voulant dépenser plus qu’auparavant, que ce soit pour des mesures de création d’emplois, ou des commandes d’armement – est celle-ci : où se procurer de l’argent ? Trois sources sont possibles : hausse des impôts, emprunts intérieurs ou étrangers, émission de nou­veaux billets par la banque centrale. L’accès aux deux premières sources est difficile et incertain, le recours à la troisième devient vite périlleux. Les nationaux-socialistes acceptèrent l’inconfort, réduisirent l’insécurité par des directives publiques et s’ex­posèrent au péril.

29Le rendement fiscal augmenta. A cette fin, il n’était pas nécessaire de hausser les impôts : cela eût suscité le mécontentement, ce dont Hitler n’avait pas besoin. Il suffisait d’éliminer les possibilités diverses d’éviter le paiement des impôts. Interven­tion légitime, et qui réussit, sans faire appel à la force pure, mais à l’aide de moyens dont des gouvernements de démocraties parlementaires n’ont pas pour habitude de se servir. Cependant l’augmentation des rentrées fiscales ne permettait de couvrir que les deux tiers des dépenses publiques. Le gouvernement emprunta la majeure partie du reste auprès du marché financier intérieur ; il finança la partie plus réduite à l’aide de la planche à billets.

30Il se mit à créer de la monnaie tout de suite après la prise de pouvoir. A vrai dire, ce moyen de financer le budget de l’État était également interdit par des accords internationaux. Les nazis ne respectèrent pas l’interdiction et cachèrent le dépassement par un procédé spécial de création de monnaie. On citera, sans l’expliquer, le terme de «traite Mefo». L’important est que le gouvernement nazi paya des livrai­sons d’armement au moyen de telles traites, ce qui contribua à la croissance écono­mique, et que ce financement par traites créa de l’argent nouveau. La masse moné­taire augmenta plus rapidement que le PNB. Ce déséquilibre contenait des dangers inflationnistes, qui devinrent aigus en 1936. Comme les hausses de prix, pour de multiples raisons, étaient alors indésirables, elles furent tout bonnement interdites. Voilà une des interdictions résultant non pas des notions préconçues des nazis sur l’ordre économique, mais de procédés et nécessités pratiques. Cette interdiction, bien entendu, ne modifiait rien au déséquilibre entre la croissance de la masse monétaire, d’un côté, et, de l’autre, l’accroissement du PNB. Au contraire, il allait en augmentant, en même temps que le potentiel inflationniste. C’est ce qui s’appelle l’in­flation larvée. L’inflation est maintenue sous la surface par le blocage des prix ; mais elle devient une charge croissante pour la poursuite du développement économique. Cette constatation marque aussi la première faiblesse latente du miracle éco­nomique national-socialiste.

31La troisième source de financement pour les dépenses publiques fortement accrues était le marché des capitaux. Le gouvernement national-socialiste ne put y avoir recours tout de suite, parce qu’il n’y en avait pratiquement plus à la fin de la grande crise économique. Il devait d’abord renaître dans le flux de la croissance. Mais, une fois que cela se fut produit, il n’était pas encore certain que les inves­tisseurs seraient décidés à prêter leur argent au gouvernement. Aussi longtemps qu’il y avait eu, sous la république de Weimar, un marché des capitaux, ils n’y avaient plus été prêts. Les derniers gouvernements de ce régime avaient été considérés comme insolvables. Mais le gouvernement hitlérien ne tint pas compte de ce que les prêteurs fussent disponibles ou pas. D’un autre côté, il ne donna pas non plus l’ordre direct aux banques, compagnies d’assurances, aux entreprises et aux ménages d’investir leurs excédents en emprunts d’État : il leur interdit plutôt de les investir autrement. Personne n’était obligé de prêter de l’argent au Reich, mais si quelqu’un voulait prêter de l’argent à intérêt à long terme – et les banques, pour le moins, ne pouvaient y échapper –, il ne pouvait prêter qu’au Reich. Les investisseurs le firent volontiers, docilement, à grand renfort de gestes de dévotion à l’égard d’Hitler. Le gouvernement nazi était considéré comme extraordinairement solvable.

32Or, comme les entreprises de production ne pouvaient emprunter au marché des capitaux en raison de l’interdiction officielle, ils devaient nécessairement financer leurs investissements au moyen de leurs bénéfices. L’État, qui était à la fois intéressé aux investissements et pourtant privait les entreprises des moyens du marché des capitaux, leur vint en aide en exerçant une pression constante sur les coûts sala­riaux. Par ailleurs, le moyen principal à cette fin correspondait tout à fait à l’idéologie national-socialiste de la « communauté populaire » et à la politique de la « mise au pas ». Ce moyen était la dissolution des syndicats et la suppression des conventions collectives, le 2 mai 1933. Dès lors, les salaires et les autres rapports entre patrons et salariés pouvaient être fixés unilatéralement par les entrepreneurs. La part des coûts salariaux dans les prix diminuait, par conséquent, alors que la durée de travail, l’obligation de rendement et les gains augmentaient.

33Sous le signe de la reconquête du plein emploi, les ouvriers se mirent à protester contre cette situation par une attitude rebelle. Les protestations étaient dirigées au premier chef contre les employeurs, mais, à travers eux, touchaient aussi le régime.

34Certains historiens ont cherché à interpréter cette attitude comme un potentiel de résistance, qui aurait non seulement mis en question la continuité de la croissance économique, mais menacé sérieusement la survie du régime politique. Cela est faux. Le comportement protestataire inorganisé des travailleurs était, certes, incommode, mais il ne touchait pas aux fondements du pouvoir national-socialiste, ni ne mena­çait à moyenne échéance la croissance économique.

35Un autre aspect était bien plus précaire. L’économie allemande sous le Troisième Reich souffrait de la faiblesse de ses exportations. Il y avait à cela deux raisons. L’une d’elles était le protectionnisme à échelle mondiale, provoqué par la crise éco­nomique. L’autre était la surévaluation du Reichsmark. La monnaie allemande était chère pour les étrangers. Et comme ceux-ci avaient besoin d’argent allemand pour effectuer leurs achats en Allemagne, les produits allemands aussi étaient chers pour eux. C’est pourquoi ils n’en achetaient pas beaucoup. Or les exportations font rentrer les devises nécessaires pour les achats à l’étranger. Comme il y avait peu d’exportations, il y avait, du coup, peu d’importations, trop peu si l’on tient compte de la pénurie allemande en matières premières et produits alimentaires. Cela imposa, au départ, une nouvelle interdiction. Il était interdit, sous le Troisième Reich, d’utiliser librement les entrées en devises. Elles devaient toutes être remises à l’État, lequel décidait de leur destination : c’est le contrôle des changes. L’usage en avait commencé sous la république de Weimar ; le gouvernement national-socialiste ne fit que poursuivre ce contrôle, en en radicalisant l’importance et la procédure. Mais le con­trôle, bien entendu, augmenta aussi peu les disponibilités en devises que le blocage des prix supprima le potentiel inflationniste. Bien que les maigres devises, en raison du dirigisme étatique, fussent utilisées presque exclusivement pour l’achat de denrées alimentaires et de matières premières, l’approvisionnement en matières premières de l’économie allemande, en particulier, fut de moins en moins assuré en un temps où, sous l’effet de la croissance, la production des biens était en plein essor. A côté de l’inflation larvée, c’était la seconde lourde hypothèque et limitation étroite de la croissance économique sous le Troisième Reich. Un jour, le fardeau eût été trop lourd et les limites auraient été atteintes. Le miracle n’était pas fait pour durer. Mais ce n’était pas non plus dans les intentions des nazis. La croissance économique n’était pas une fin en soi, mais un moyen vers la fin qu’était la guerre. C’est pourquoi la question, parfois posée et sa réponse spéculative sur la durée possible d’une économie semblable à celle d’avant-guerre, est plutôt oiseuse.

Conclusion

36Plus intéressante est la question de savoir si en 1939 l’économie allemande était à la hauteur des exigences de la grande guerre de conquête, déclenchée cette année-là par Hitler et ses séides. Ces remarques finales tenteront d’y répondre. L’économie allemande aurait sans doute été à la hauteur de ces exigences si la guerre s’était déroulée comme Hitler espérait pouvoir la mener et la gagner : une série de guerres-éclair contre des adversaires isolés. Cet espoir fut déçu, au plus tard en hiver 1941. Jusque là, la conduite de la guerre n’avait pas été entravée par des difficultés et im­passes économiques, bien que la conversion à une économie de guerre ne fût que partiellement réussie.

37A partir de 1942, elle réussit parfaitement. Le nouveau ministre de la Guerre, Albert Speer, y prit une part déterminante. La conduite de l’économie de guerre devint «totale». Paradoxalement, elle s’avéra en même temps vaine. Après l’arrêt de l’attaque contre l’Union soviétique en hiver 1941 et l’entrée en guerre des États-Unis et de leur gigantesque potentiel économique, l’Allemagne, ne serait-ce que pour des raisons économiques, ne pouvait plus gagner la guerre. Elle était perdue économiquement, longtemps avant de l’être sur le plan militaire. Et c’était bien ainsi. Ce qui ne l’était pas du tout, c’est que l’économie permit aux nazis de mener pendant trois années encore cette guerre aux conséquences horribles.

Bibliographie

Barkai, Avraham, Das Wirtschaftssystem des Nationalsozialismus, Köln 1977

Bettelheim, Charles, Die deutsche Wirtschaft unter dem Nationalsozialismus, München 1974

Blaich, Fritz, Wirtschaft und Rüstung im Dritten Reich, Düsseldorf 1987

Erbe, René, Die Nationalsozialistische Wirtschaftspolitik 1933-1939 im Lichte der modernen Theorie, Zürich 1958

Golla, Guido, Nationalsozialistische Arbeitsbeschaffungspolitik in Theorie und Praxis 1933-1936, Köln 1994

Hachtmann, Rüdiger, Industriearbeit im Dritten Reich, Göttingen 1989

Hentschel, Volker, Weimars letzte Monate. Hitler und der Untergang der Republik, Düsseldorf 1980

Herbst, Ludolf, Der totale Krieg und die Ordnung der Wirtschaft 1939-1945, Stuttgart 1982

Kranig, A., Lockung und Zwang. Zur Arbeitsverfassung im Dritten Reich, Stuttgart 1983

Milward, Alan S., Die deutsche Kriegswirtschaft 1939-1945, Stuttgart 1966

Overy, R. J., War and Economy in the Third Reich, Oxford 1994

Petzina, Dietmar, Autarkiepolitik im Dritten Reich. Der nationalsozialistische Vierjahresplan, Stuttgart 1968

Turner, Henry A., Die Großunternehmer und der Aufstieg Hitlers, Berlin 1985

Volkmann, Hans Erich, Hg., Wirtschaft und Rüstung am Vorabend des Zweiten Weltkriegs, Düsseldorf 1975

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540