Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Structures de pouvoir dans la dictature national-socialiste et transformation des élites politiques

Horst Möller
Traduction de Hélène Miard-Delacroix

Texte intégral

1Si le jugement politique et moral que l'on peut porter sur la dictature national-socialiste est univoque et sans appel, les résultats de la recherche historique consacrée à cette question sont en revanche multiples et considérables. Après 1945, aucun doute ne subsista : le national-socialisme a précipité l'Allemagne et l'Europe dans une catastrophe sans pareille, il a été responsable du meurtre de plus de 6 millions de juifs, arrêtés dans dix-huit pays européens, ainsi que de l'assassinat d'innombrables opposants politiques. Mais à l'effroi vinrent s’ajouter plusieurs questions fondamentales : comment un tel régime a-t-il pu conquérir le pouvoir ? Comment a-t-il pu rester au pouvoir alors qu'il aurait pu être balayé par une population indignée ? Pourquoi, jusqu'en 1939, les grandes puissances européennes ont-elles pratiqué une politique d'apaisement et toléré l'accroissement de la puissance militaire d'un régime qui ne cessait pourtant de violer l'ordre international ? Comment expliquer cette dictature ? Est-elle même compréhensible, ou bien ne peut-on la concevoir que comme le déchaînement des forces démoniaques dans un Etat européen civilisé ?

2Les historiens eux-mêmes, dont la tâche est d'étudier des faits et événements passés en se penchant sur leur apparition, leur forme et leurs effets et en en expliquant les causes, ont été et sont toujours confrontés à un défi inouï : le phénomène qu'ils étudient là bloque toute compréhension, alors que cette dimension est traditionnellement indispensable pour pratiquer l'histoire et permet habituellement de comprendre des phénomènes dans le cadre de leurs conditions historiques spécifiques.

3Aujourd'hui encore, la dictature national-socialiste demeure un sujet historique hors-normes ; pourtant, pour la science historique, il ne devrait pas en être ainsi, afin que l'on puisse analyser et juger sans colère. Le processus d'«historicisation», que Martin Broszat appelait déjà de ses voeux il y a dix ans, a certes eu lieu à l'intérieur de la science historique, mais non dans le débat public : là, le national-socialisme demeure présent, en modèle réduit. Cette approche différenciée a une motivation historique ; elle est aussi raisonnable parce qu'en Allemagne de l'Ouest la démo­cratie a été fondée sur un double consensus anti-totalitaire, c'est-à-dire contre les dictatures national-socialiste et communiste ; ainsi ce consensus a-t-il été et reste-t-il un fondement indispensable du jugement politique et moral en République fédérale.

4Et pourtant, même s'il est indispensable du point de vue politique, ce type d'ap­proche adopté dans le débat public n'apporte rien à l'explication scientifique des causes et des formes de la dictature national-socialiste ; donc l'historien ne peut s'en contenter. Ainsi, depuis cinquante ans, la recherche internationale consacrée au national-socialisme, qui compte plus de 22.000 études, est un processus scientifique continu, qui avance indépendamment des sursauts de l'actualité provoqués par exem­ple par le « procès Auschwitz » de Francfort, par Le Vicaire de Hochhuth, L’Instruc­tion de Peter Weiss, le film Holocauste, la discussion autour de la commémoration de la fin de la guerre quarante ou cinquante ans après, ou bien encore plus récem­ment le livre sur les « exécutants de Hitler ».

5Depuis 1945, aucun sujet historique n'a été l'objet, en Allemagne fédérale, de débats publics et de recherches scientifiques aussi intenses. Cela ne fait aucun doute ; mais débats et recherches n'ont pas pour autant toujours été de même nature. On ne peut pas parler de « refoulement », ni pour la recherche historique, ni pour la vie politique et l'opinion publique, ce qui n'exclut bien évidemment pas le fait qu'après 1945 nombre d'organisations, de groupes et de personnes (dont, bien sûr, les millions de coupables et de suiveurs) aient préféré ne pas être confrontés à leur passé.

6S'ajoutant aux études empiriques ciblées et à la discussion morale et sociale, on a vu très tôt apparaître, en Allemagne et à l'étranger, des tentatives d'explication du national-socialisme et de ses structures de pouvoir. Il est sur ce point frappant de constater qu'en règle générale, ces essais d'interprétation remontent aux années trente et quarante et qu'ils n'ont été que modifiés par la suite. On verra réapparaître certains éléments de ces interprétations dans l'esquisse des structures de pouvoir qui va suivre. En effet, les controverses scientifiques suivent ces modèles d'explication, d'une manière ou d'une autre : les discussions ne sont quasiment plus axées sur les innombrables faits que la recherche a péniblement reconstruits, mais bien plutôt sur les interprétations. Il est nécessaire de le rappeler constamment parce que si on ne le sait pas, on risque de penser à tort que les jugements formulés par les historiens relèvent du hasard.

7Pour rendre compréhensible cette tension qui demeure entre la reconstruction empirique et l'effort rationnel d'interprétation, mais aussi pour pouvoir ensuite ras­sembler les détails de manière instructive, il faut ici donner quelques points de repères caractérisant les principaux modèles d'explication :

8- Le « modèle du totalitarisme », développé aux Etats-Unis vers la fin des années trente, s'appuie sur la constatation d'analogies, dans les structures de pouvoir totali­taire, entre l'Union soviétique stalinienne et la dictature national-socialiste ; ce modèle part de l'idée que dans les deux régimes on trouve des formes et des tech­niques de pouvoir comparables.

9- La « théorie du fascisme », qui remonte à des précurseurs dans l'Italie des années vingt, a connu un développement extrême et doctrinaire au sein de l'Internationale communiste. Elle juge que le national-socialisme aurait été la forme extrême des mouvements fascistes d'Europe des années vingt à quarante qui eux-mêmes auraient été la conséquence nécessaire du capitalisme. Partant d'une analyse comparative des mouvements fascistes, Ernst Nolte les a ensuite interprétés comme la réponse histo­rique, tant du point de vue de la chronologie que de la causalité, à la révolution d'Octobre bolchévique.

10- L'analyse spécifique des structures de pouvoir du national-socialisme, telle qu'elle a été initiée par les politologues allemands émigrés Ernst Fraenkel et, peu après, Franz Neumann, a posé le diagnostic d'un double-Etat et de structures poly­centriques. Elle a été le point de départ d’une conception qu’a d'abord développée Karl Dietrich Bracher en 1956, interprétant ces structures comme l'exécution d'un programme préétabli. Dans un second temps, le même diagnostic a été repris, mais pour arriver à une conclusion exactement opposée à celle de Bracher : les écrits de Hans Mommsen et, plus tard, l'oeuvre essentielle de Martin Broszat, L'Etat de Hitler, ont abouti au jugement, selon lequel le pouvoir nazi aurait été caractérisé par un involontaire chaos.

11- Depuis la fin des années soixante est apparu un nouveau questionnement, notam­ment dans les ouvrages de Ralf Dahrendorf et de David Schoenbaum : quel rôle le national-socialisme a-t-il joué dans la modernisation de l'Allemagne au XXe siècle ? Cette ligne d'interprétation est en rapport étroit avec celle qui, comme je le fais moi-même, interprète le national-socialisme comme un mouvement révolutionnaire.

12- On évoquera enfin un dernier type d'interprétation, se fondant sur les traditions his­toriques particulières de l'Allemagne, sur sa spécificité politique dans le contexte européen. Cette conception explique la dictature à partir de l'Etat autoritaire, consi­dérant que la politique de conquêtes à l'accent « grand-germanique » du régime national-socialiste aurait poursuivi et intensifié à l’extrême des traditions impériales et hégémoniques caractéristiques de la politique extérieure allemande depuis l'Em­pire wilhelminien.

13Toutes ces directions sont essentielles si l'on tente de comprendre les structures de pouvoir de la dictature national-socialiste, avec la volonté de résumer et d'ordon­ner la diversité des découvertes particulières. Mais il ne faut surtout pas perdre de vue que les structures du pouvoir national-socialiste ne formèrent pas un bloc mono­lithique pendant douze années ; il faut au contraire y distinguer des phases claire­ment individualisées. Il est ainsi évident que la guerre qui débute en 1939 joue un rôle clef dans cette périodisation.

14Jusqu'en 1939, la dictature national-socialiste fut marquée par des ressemblances très nettes avec le type de dictature fasciste mis en place par Mussolini, mais ce ne fut plus le cas par la suite, le génocide des juifs et la politique d'occupation brutale devenant alors déterminants. En effet, le fascisme italien n'a connu ni génocide systématique, ni antisémitisme raciste.

15Indépendamment de cette césure radicale, l'évolution du système national-socialiste révèle cinq point forts que l'on peut isoler sans peine.

  1. La phase révolutionnaire de la conquête du pouvoir en 1933/34 ;

  2. Puis, marquée par un recours comparativement moindre aux excès dans la forme, la phase de stabilisation du pouvoir, dont fait partie la politique étrangère axée sur la reconnaissance de l'Allemagne, jusqu'en 1937/38 ;

  3. La mobilisation intérieure et la préparation de la guerre, accompagnée de l'élimination de l'autonomie encore préservée de la Wehrmacht, jusqu'à la « crise Fritsch » en 1938 ;

  4. La guerre encore « normale » (par rapport à ce qui viendra par la suite), qui va du début des hostilités en 1939 jusqu'à l'attaque contre l'Union soviétique ;

  5. Cette phase trouve un terme en 1941 avec la construction des camps d'exter­mination, l'ordre d'exécuter les commissaires du peuple, les exécutions de masse et la réduction en esclavage programmée des territoires occupés. Ce n'est qu'à partir de ce moment que la machine d'extermination devient, dans son ampleur, comparable au génocide stalinien et qu'elle trouve dans le même temps sa singularité en organisant, essentiellement contre les juifs, le génocide industriel de millions d'êtres humains.

16Esquissons maintenant les caractéristiques du régime. Nous procéderons en trois temps et nous arrêterons sur

  1. La phase de conquête du pouvoir et ses conséquences structurelles

  2. Quelques instruments du système de terreur national-socialiste

  3. Les transformations sociales et la transformation des élites.

I- La phase de conquête du pouvoir et ses conséquences structurelles

17Ce n'est pas Auschwitz qui est au début de la dictature national-socialiste, mais la propagande suggérant que le nouveau régime pourrait résoudre du jour au lendemain tous les problèmes que la démocratie en faillite n'avait pas réussi à résoudre. Les électeurs qui votèrent pour le NSDAP le 5 mars 1933 n'avaient normalement pas l'intention de choisir Auschwitz, c'est-à-dire le meurtre massif des juifs européens, bien qu'objectivement, dans les effets à long terme, ils eussent ainsi permis qu'accède au pouvoir un système qui commit effectivement ce crime. La grande majorité des électeurs de Hitler pensa bien plus pouvoir, par ce vote, trouver une solution à leurs propres problèmes : on peut comprendre le succès du NSDAP, pour une part non négligeable, comme l’expression d’un mouvement de protestation sociale, de grande ampleur mais au contenu mal défini, caractérisé par un pourcentage extrêmement élevé de jeunes ou nouveaux électeurs.

18La rhétorique antisémite n'occupa qu'une place marginale dans les discours électoraux de Hitler des dernières années avant la prise de pouvoir, une place bien moin­dre que dans Mein Kampf et qu'après la nomination de Hitler au poste de chancelier du Reich le 30 janvier 1933. Avant 1933, l'agitation national-socialiste a réagi comme un sismographe à des attitudes de protestation et à l'insatisfaction sociale, tandis qu'après la prise de pouvoir elle a plutôt visé l'endoctrinement de la population. Voilà un indice tendant à prouver que Hitler lui-même considéra que l'antisémitisme avait une importance réduite pour son succès électoral et qu'il le mit plutôt sous le boisseau. Il n'empêche que des recherches approfondies doivent encore être consacrées à l'antisémitisme dans la République de Weimar, à son ampleur et à son importance politique.

19Que nous enseignent ces constatations ? Que le corps électoral a d'abord pensé à se débarrasser de la République de Weimar ; qu'en 1933 des solutions autoritaires, comme une dictature fasciste, ont semblé tout à fait possibles. Les 43,9 % d'électeurs qui votèrent pour le NSDAP le 5 mars 1933, alors que la terreur régnait déjà, firent donc d'abord un choix négatif sans prendre en considération, de manière constructive, les conséquences réelles de leur vote. L'histoire du NSDAP est l'histoire de sa sous-estimation, a dit un jour Karl Dietrich Bracher avec justesse. Et jusqu'en 1938 l'étranger a, lui aussi, sous-estimé le nazisme.

20Quelles conséquences pour la prise de pouvoir dans sa forme et pour les structures de pouvoir qu'elle a mises en place ?

21La prise de pouvoir suivit deux chemins parallèles : l'un révolutionnaire du point de vue des objectifs totalitaires d'un mouvement de masse protestataire et explosif, l'autre légal, visant à compenser l'absence de majorité par une alliance avec les forces national-allemandes, de la droite conservatrice. Et l'on trouve là, dès le départ, une caractéristique structurelle globale du pouvoir national-socialiste, d'autant plus que le national-socialisme lui-même comprenait en son sein et représentait des tendances tout à fait hétérogènes.

22Après l'échec de la tentative de putsch du 9 novembre 1923, le NSDAP demeura un groupuscule jusqu'au début de la grande crise économique et du chômage de masse en 1930. Ce n’est qu’après ce premier échec que Hitler adopta la tactique de la légalité qui lui permit, grâce à la duplicité notoire de ses propos, de masquer l'hostilité de son parti aux principes de la constitution. Au printemps 1933 encore, il resta fidèle à cette tactique en déguisant chaque violation de la constitution sous l'apparence d'une loi et en la rendant ainsi apparemment parfaitement légitime. Cette pseudolégalité a aveuglé la majorité de ses contemporains. Et c'est hélas également le cas des historiens et des juristes qui affirment que la prise de pouvoir a eu lieu par des voies légales d'autant plus que, formellement, la constitution de Weimar n'a jamais été abrogée.

23Quoi qu'il en soit, cette tactique atteignit son objectif : la légalité fut apparente. Toutes les institutions qui auraient pu opposer une résistance à la violation manifeste de la constitution, comme le président du Reich, l'armée, la police de Prusse, l'administration, la justice, les gouvernements des Länder, toutes se coulèrent sans grande résistance dans les structures de pouvoir illégales. Les mots que le général von Hammerstein adressa à Hitler sont caractéristiques : « Si vous arrivez au pou­voir de manière légale, cela me convient ; sinon, je donne l'ordre de tirer. »

24Il faut noter cependant que ce glissement qui les fit se couler dans les nouvelles structures, ou encore la mise au pas volontaire, ont été facilités par le fait qu'un grand nombre des forces politiques avaient, depuis longtemps déjà, pris congé de la démocratie de Weimar. C'est un point qu'il faut toujours rappeler : aux yeux de la plupart de ses contemporains et même de ceux qui étaient attachés à la République et à l'Etat de droit, Hitler ne remplaçait pas une démocratie en bon état de fonction­nement, mais un système en déliquescence qui avait échoué sur tous les fronts.

25Un premier symptôme de cette duplicité des débuts du régime fut la composition du premier gouvernement de Hitler, formé le 30 janvier 1933. Les nationaux-socialistes y étaient certes en minorité, mais ils y occupaient des postes-clefs avec Hitler à la Chancellerie, Frick au ministère de l'Intérieur, avec Hermann Göring, et enfin, à partir du 13 mars, avec Goebbels au ministère de la Propagande. Ainsi pouvaient-ils reléguer au second rôle la majorité composée de nationaux-allemands ou de ministres sans appartenance partisane. Il n'empêche que l'effet vis-à-vis du public fut très clair : on pensa que les nationaux-socialistes ne formaient pas un gou­vernement monocolore et qu’ils étaient donc obligés de rester modérés. Cette illusion a été entretenue par plus d'un des alliés de Hitler prétendant être en position d'exercer le pouvoir, tel von Papen avec ses propos définitifs.

26Les mesures instaurant la dictature suivirent le même modèle :

27- Le décret-loi du 28 février 1933, dit « de l'incendie du Reichstag », abrogea des droits fondamentaux par le biais d'une ordonnance présidentielle ; introduisant la peine de mort pour le responsable de l'incendie de la veille, ce texte élimina le prin­cipe de la non-rétroactivité d'une sentence, un principe respecté dans tous les Etats de droit du monde. Ce décret-loi donna l'alibi pseudo-légal pour pousuivre des opposants politiques, en premier lieu les communistes, mais aussi les sociaux-démocrates, d'autant plus que le texte de loi prévoyait expressément la « défense de l’Etat mis en danger par des actions violentes communistes ».

28- La loi des pleins pouvoirs du 23 mars 1933, dont beaucoup croient toujours aujour­d'hui qu'elle a été légale, a constitué l'étape décisive, en fait pseudo-légale, pour établir la dictature. En réalité, cette loi n'a pas seulement contredit l'esprit de la constitution de Weimar, elle a été anticonstitutionnelle tant dans son adoption que dans son application :

  1. En vertu du décret-loi de l'incendie du Reichstag, les 81 députés du KPD élus le 5 mars ainsi qu'une partie des députés SPD ont été arrêtés et ont ainsi été empêchés d'exercer leur mandat. Par là, la composition du Reichstag qui adopta la loi des pleins pouvoirs n'était pas conforme à la constitution, même si l'on ne tient pas compte de l'effet d'intimidation qu'ont eu ces arrestations sur les autres députés.

  2. Par la suite, des dispositions centrales de la loi des pleins pouvoirs ont été violées :

29- La loi devait perdre sa validité dès « que l'actuel gouvernement serait remplacé par un autre ». Cela aurait dû être le cas lorsqu'un partenaire de la coalition quitta la gouvernement, notamment Hugenberg le 27 juin 1933. Ce seul point montre déjà le peu de valeur des prétendues assurances juridiques qui avaient emporté la confiance des partenaires de Hitler ou même de l'opposition.

30- Selon les termes de la loi des pleins pouvoirs, il n'était pas possible de porter atteinte aux organes suprêmes de l'Etat, c'est-à-dire au président du Reich, au Reichstag et au Reichsrat. Dans les faits, non seulement le Reichstag perdit toute signification politique (il ne continua à exister que formellement, les moqueurs l'appelant « la chorale la plus chère du monde »). Mais surtout le Reichsrat fut sup­primé définitivement le 14 février 1934. Malgré le respect de l'existence des Länder, leurs droits constitutionnels avaient été déjà éliminés au printemps 1933, la Bavière étant touchée la dernière.

31- Enfin, après la mort de Hindenburg et avec la création du titre « Führer et Chancelier du Reich » le 2 août 1934, ce fut au tour de la fonction de président du Reich de disparaître.

32- La loi des pleins pouvoirs, qui était limitée à quatre années, fut reconduite en 1937 pour quatre ans, en 1941 pour deux ans et en 1943 pour une durée illimitée, ce qui constitue de nouveau un acte illégal.

33Ces prolongations montrent à elles seules qu’on tenta, jusque pendant la guerre, de sauver les apparences.

34Sur la base de la loi des pleins pouvoirs, fut prise au printemps et à l'été 1933, toute une série de mesures à valeurs de loi qui transformèrent radicalement l'ordre constitutionnel existant et qui furent caractéristiques des structures de pouvoir. On évoquera surtout les mesures d'ordre constitutionnel, politique et administratif.

35Ensemble, elles formèrent en quelques mois le fondement de la dictature, elles sont connues sous l'appellation de « mise au pas ».

36Cet ensemble de mesures justifie l'interprétation, selon laquelle le régime aurait été une dictature totalitaire poursuivant sans faillir un projet conçu à l'avance. En font partie l'élimination de toute institution politique potentiellement concurrente, la tentative d'organiser la vie des gens, du berceau jusqu'au cercueil, au sein de nombreuses organisations, celle d'éliminer tout espace de liberté individuelle, celle de mener les Allemands en laisse et de les surveiller jusque dans les domaines les plus privés. Même si les possibilités techniques et les instruments de pouvoir ne suffirent pas à réaliser l'utopie négative de George Orwell, 1984, le régime eut au moins l'intention de prendre en main la totalité de la vie de la population. Un tel objectif ne pouvant être atteint du jour au lendemain, on peut aussi s'expliquer de cette façon la radicalisation du régime.

37Quelques points caractérisent ces mesures à valeur de loi :

38La destruction des structures constitutionnelles encore existantes fut poursuivie au printemps et à l'été 1933 par l'auto-dissolution, obtenue par la pression, ou la simple dissolution des partis, au terme de laquelle fut proclamée, le 14 juillet 1933, l'interdiction de tout parti politique autre que le NSDAP. L'Etat à parti unique élimina définitivement toute activité réellement parlementaire du Reichstag.

39La suppression de l'autonomie des Länder, le 31 mars, mit un terme pour douze années à toute forme de fédéralisme digne de ce nom : en effet, la dictature national-socialiste a été la seule période strictement centraliste et unitariste de l'histoire allemande.

40On trouve des exemples de la mise au pas de la société d'une part dans l'élimination des groupes d'intérêt, d'autre part dans la création d'un grand nombre d'organisations de masse national-socialistes. Ainsi, le 2 mai 1933, des commandos de la SA et des organisations professionnelles nazies (NSBO) occupèrent les locaux des syndicats et éliminèrent rapidement ces derniers. Les membres des syndicats furent contraints d'intégrer le Front du travail allemand (Deutsche Arbeitsfront) dirigé par Robert Ley et affilié au NSDAP. On créa des organisations corporatives, à l'adhésion obligatoire et dirigées par le NSDAP, pour toutes les professions, depuis l'association national-socialiste des enseignants du primaire et du secondaire (NS-Lehrer­bund) à celle des professeurs d'université (NS-Dozentenbund), des organisations pour l'artisanat et le commerce (NS-Hago) au front du droit allemand (Deutsche Rechtsfront). De la jeunesse hitlérienne (HJ) jusqu'à la Force par la joie (KdF), une nébuleuse d'autres organisations furent créées pour couvrir l'ensemble de la popu­lation allemande.

41L'une des mesures d'ordre administratif qui eurent un effet plus important encore est la « loi pour le rétablissement de la fonction publique » du 7 avril 1933 qui poursuivit deux objectifs. D'une part, le « paragraphe d'aryanité » permit d'écarter ou d'exclure de la fonction publique des Allemands juifs ou, comme ce fut le cas plus tard, des personnes considérées comme telles par la définition donnée par le régime. D'autre part, la loi autorisa l'éviction du service public des « éléments politiquement peu sûrs », donc de tous ceux qui n'étaient pas conformes à la ligne politique du parti ou qui étaient d'éventuels opposants.

42Cette loi fut le point de départ de changements de personnel de grande ampleur et eut un effet d'intimidation considérable. En même temps, par l'embauche ou l'avancement qu'elle provoqua, elle récompensa les nationaux-socialistes ou les opportunistes qui avaient rejoint le NSDAP. Ainsi, depuis le départ, la séduction alla de pair avec l'intimidation. Il faut tenir compte de ces changements de personnel et aussi de la terreur qui les accompagna parfois quand on pose la question : « pourquoi y a-t-il eu, dans les universités par exemple, aussi peu de résistance ? » En effet, au fait que dès avant 1933 beaucoup d'étudiants avaient rallié le NSDAP (considéré comme un mouvement de protestation essentiellement jeune) vinrent s'ajouter les changements du personnel. Ces derniers jouèrent un rôle très important : en l'espace de six ans, jusqu'en 1939, environ 45 % des postes d'université ont changé de titulaire ; mais en 1933 il n'y avait que 1,2 % des enseignants d'université qui étaient membres du NSDAP. Leur fragilité politique résulta en majorité de leur orientation national-allemande et de leur rejet de la République de Weimar. Il faut cependant noter que l'importance quantitative des universités ne peut être comparée à la situation actuelle ; en 1939 il n'y avait en Allemagne plus que 58 300 étudiants, contre 99 800 en 1933, ce qui correspond au nombre actuel d'étudiants inscrits à l'université Louis-Maximilien de Munich.

43Dans cette phase de prise du pouvoir, la « légalisation de l'état d'exception » fut complétée par un grand nombre d'autres lois, comme la « loi contre la perfidie » qui légalisa des mesures de persécution de toutes sortes. L'élimination de la liberté de presse et la prise en main de la presse par la propagande, la mise en place d'une « chambre de la culture du Reich » ayant pour but de remplacer la diversité cultu­relle par le simplisme idéologique, tout cela contribue également à caractériser cette phase révolutionnaire de la prise du pouvoir dont le flambeau fut l'autodafé organisé le 10 mai dans les villes universitaires.

44Toutes ces mesures de mise au pas se réalisèrent, dans la plupart des cas, sous une forme légale, ce qui augmenta la disposition de la population à les accepter. Mais elles furent aussi régulièrement accompagnées ou initiées par des actes de terreur spectaculaires ; elles furent orientées et appliquées avec fanatisme, rendues possibles par l'opportunisme, par la récompense matérielle ou idéologique, mais aussi par la peur. Enfin, le régime sut développer des formes pseudo-sacrées. Elles commencèrent le 21 mars 1933 par « le Jour de Potsdam » lorsque les anciennes élites, qui avaient dirigé le pays jusqu'en 1918 et cherché par la suite à restaurer l'ancien régime, furent unies symboliquement avec la nouvelle direction national-socialiste. Ces formes pseudo-sacrées se poursuivirent dans les mises en scène orchestrées lors de chaque congrès du parti ou bien dans chacune des manifestations de masse organisées par Goebbels et conviant le peuple à s’adonner au culte du Führer. Leur but était de suggérer l'unité du peuple, du Reich et du Führer et de provoquer systéma­tiquement une hystérie de masse mise au service d'une fusion mystique et symbo­lique avec le Führer.

45Certes, dans cette phase des années 1933/34, on trouve des actions conséquentes axées vers un même but, accompagnées de toutes les caractéristiques du pouvoir totalitaire : un Etat à parti unique, le monopole de l'opinion, la mise au pas de la population et son encerclement au sein d'organisations de masse, des techniques de pouvoir fondées sur la terreur, le culte de la personnalité autour du Führer, l'exclusion de groupes entiers mis au ban de la population, et enfin des mesures d'oppression et la définition idéologique d'un ennemi. Mais cela ne signifie pas pour autant que cette manière de caractériser le régime soit valable pour la réalité toute entière.

46D'abord parce que, parallèlement à la mise en place conséquente de l'Etat soumis au Führer, il y a eu une orientation révolutionnaire, incarnée par la SA, l'organisa­tion de masse dirigée par Ernst Röhm. Ensuite parce que les élites traditionnelles ont survécu au moins en apparence, à travers le président du Reich von Hindenburg pendant sa dernière année de vie – bien qu'il n'eût aucun pouvoir réel – et par le biais de la position relativement à part de la Reichswehr. Ces deux phénomènes disparurent à l'été 1934.

47L'assassinat des dirigeants de la SA autour de Röhm le 30 juin 1934 mit un terme à ce qu'on a appelé « la révolution d'en bas ». Les bandes d'assassins en profitèrent pour régler aussi de vieux comptes, en tuant par exemple le général von Schleicher, cet ancien chancelier qui avait essayé de diviser le NSDAP en s'alliant avec l'opposition interne au parti incarnée par Gregor Strasser, ou bien encore en assassinant le secrétaire de von Papen, Edgar Jung. Une nouvelle fois, les anciennes élites se sont laissé corrompre : la Reichswehr parce qu'on la débarrassait de la concurrence de la SA ; mais la justice aussi parce que, espérant la disparition de ces brutes épaisses qu’étaient les SA – ce qui pouvait difficilement se réaliser sans effusion de sang –, elle finit par donner sa bénédiction à cette forme d'autodéfense meurtrière. Tous pensèrent que maintenant le régime allait pouvoir s'établir pacifiquement. Une erreur de taille, cet acte n'ayant fait que mettre un terme à la phase révolutionnaire ; par la même occasion, Hitler reprenait les fonctions de président du Reich et obtenait le serment de la Reichswehr sur sa personne.

48Et pourtant persistait une caractéristique structurelle fondamentale de la dictature : dans de nombreux domaines de la vie quotidienne il n'y eut pas de bouleversements décisifs. Les normes et lois antérieures restèrent en vigueur ; dans le secteur du droit civil, par exemple, la plupart des choses continuèrent à se dérouler comme avant 1933. C'est bien un trait caractéristique du régime que de nombreux secteurs de l'Etat et de la société aient continué à fonctionner comme avant. Cette permanence de la normalité dans certains domaines a été la condition indispensable à l'acceptation et au fonctionnement du régime dans son ensemble.

49Même si cela semble peu logique, c'est aussi le manque de logique et de conséquence qui a permis au national-socialisme d'assurer son pouvoir. D'abord en raison de l'hétérogénéité de ce conglomérat idéologique, ensuite en raison de l'hétérogénéité de sa base sociale qui recouvrait l'ensemble des couches de la population et devait donc représenter et intégrer des intérêts différents. Le national-socialisme a été une idéologie d'intégration (S. Neumann), ce qui contribue à expliquer ses succès électoraux ; au lieu d'être un parti, il s'est considéré comme un mouvement et l’a été effectivement. Si les nazis avaient été conséquents pour ce qui est de la seule idéologie raciale, les effets en auraient été fort rudes. Qui donc, parmi l’équipe de dirigeants, ressemblait au héros musclé, blond aux yeux bleus et à la taille d’un garde du corps ? Hitler ? Göring ? Goebbels ? L'inconséquence a donc été une stra­tégie de survie et a marqué aussi les structures de pouvoir.

  • 1 Ernst Fraenkel, Der Doppelstaat, Frankfurt 1984, FT 4305

50Jusqu'à la fin, même si elle décroît très vite à partir de la guerre, on la retrouve dans le double-Etat qu'a diagnostiqué Ernst Fraenkel1. Partout où aucun intérêt politique décisif du régime ne prenait le pas, les autorités et les tribunaux travaillaient relativement normalement. Un Etat fondé sur les normes, de type traditionnel et aux structures légales, continuait à exister ; au cas par cas, le régime y rajoutait des mesures national-socialistes spécifiques. Il existait ainsi, à côté d'un Etat fondé sur les normes (Normenstaat), un Etat fondé sur les mesures d'exception (Maßnahmen­staat), national-socialiste, agissant selon les cas. A côté des tribunaux ordinaires il y avait des tribunaux d'exception avec leur extrême, le Tribunal populaire (Volks­gerichtshof) de Roland Freisler et ses 7000 procédures ; à côté d'instances et de ministères, des gouverneurs du Reich (Reichsstatthalter), à côté des autorités intermédiaires, des Gauleiter. Du point de vue des compétences, le parti infiltrait l'Etat partout où il y trouvait un intérêt idéologique ou politique. Le dualisme et l'interpénétration du parti et de l'Etat étaient donc des traits caractéristiques. C'est ainsi que Hitler avait déclaré lors du congrès du parti en 1935 :

51« Ce qui peut être résolu par l'Etat est résolu par l'Etat ; ce que l'Etat n'est pas en mesure de résoudre à cause de sa nature même, c'est le mouvement qui le résoud. » Hitler s'insurgeait contre toute fixation des compétences à la manière « des Etats d'avant » : « le parti, l'Etat, l'armée, le monde économique, l'administration, ce ne sont que des moyens pour arriver à une fin. » Pour lui, l'instrument de mesure efficace pour évaluer les capacités des chefs n'était pas leur comportement formel, mais « le succès dans la réalisation de notre programme, c'est-à-dire ... assurer notre vie en tant que peuple. » On voit ainsi que la politique constitutionnelle se transformait en politique raciale et devenait le coeur de l'idéologie national-socialiste.

52Les structures de pouvoir se compliquèrent du fait que dans un Etat soumis au Führer, à la structure hiérarchique dans laquelle, en-dessous du chef suprême, se trouvaient des dizaines et même des centaines de milliers de sous-chefs, on créa une nébuleuse de fonctions et d'organisations concurrentes, elles-mêmes divisées à leur tour. En concurrence les unes avec les autres, elles formèrent un chaos de compétences. Goebbels évoqua le 16 mars 1943 « l'absence totale de direction en politique intérieure » et le politologue Franz Neumann parla « d'une anarchie plus ou moins organisée ».

II- Les instruments de la dictature : SA, SS et Gestapo

53Sous la direction de l'ancien capitaine de la Reichswehr Röhm, la SA (la section d'assaut du NSDAP) avait déjà presque atteint la taille de la Reichswehr, c’est-à-dire près de 100 000 hommes. Ses effectifs augmentèrent encore et, au printemps 1934, elle comptait environ trois millions de membres. Cette énorme augmentation ne signifie cependant pas automatiquement que la SA ait gagné en pouvoir. En effet, pour des raisons tactiques et stratégiques, Hitler avait déclaré dès juillet 1933 que la révolution national-socialiste était terminée. Cela voulut dire, pour l'armée du parti qui avait atteint le sommet de sa puissance, que son influence allait être non seulement limitée, mais même diminuée. Il fallait en chercher les raisons dans les structures anti-bourgeoises, dans la brutalité de la soldatesque SA, dans la terreur que les SA exerçaient individuellement et de manière imprévisible. Mais une autre raison en a clairement été la concurrence qui opposait la SA à la Reichswehr, dont Hitler avait pourtant besoin pour étayer le système de pouvoir national-socialiste et le faire accepter par la société. Ainsi la mise hors d'état d'agir de Röhm et de la SA, par le biais de l'assassinat de l'ensemble de la direction de la SA entre le 30 juin et le 2 août 1934, n'a-t-elle pas seulement signifié l’étouffement de cet instrument de terreur qu'avait constitué l'armée du parti et qui avait été indispensable dans la phase de prise de pouvoir. Elle signifiait aussi la fin de la « révolution d'en bas » (Broszat).

54Ce n'est en revanche qu'en 1933 que la SS, cet « échelon de protection », et la Waffen-SS sont devenus un élément constitutif du système de terreur de la dictature national-socialiste. Créée en 1925, la SS a été conçue comme une troupe d'élite chargée de la protection de Hitler, lors de rassemblements du parti par exemple. On trouve cependant les premières traces de cette organisation en 1923. Heinrich Himmler est devenu le Reichsführer de la SS (RFSS) en 1929. A l'époque, cette unité d'élite ne comptait que 280 hommes. Himmler réussit avec le temps à transformer cet instrument relativement réduit en une police idéologique du parti, se considérant elle-même comme un ordre d'élite à l'intérieur du NSDAP et se donnant, grâce à l'uniforme et à des symboles, un caractère spécifique.

55Alors que jusqu'au 30 juin 1934 la SS était encore placée sous l'autorité de Ernst Röhm, le chef de la SA, elle gagna, après le meurtre de la direction de la SA, son autonomie au sein du parti et s'organisa selon des critères strictement racistes et idéologiques. La concurrence avec la SA étant éliminée, non plus seulement d'un point de vue quantitatif mais aussi qualitatif, on assista par la suite à l'accroissement constant du pouvoir de la SS, notamment parce que le chef de la SS, Himmler, était devenu également, en 1934, chef de la police politique de l'ensemble des Länder et, en 1936, chef suprême de la police allemande au ministère de l'Intérieur.

56C'est ainsi que commença l’amalgame des unités de la police régulière et de l'armée d'élite du parti. La police fut organisée en deux bureaux sous la direction de la SS, la police ordinaire et la police de sécurité, cette dernière comprenant à son tour la police secrète (Gestapo) et la police criminelle. En outre, il y avait à l'intérieur de la SS, c'est-à-dire en dehors des institutions de l'Etat, le service de sécurité du Reichsführer SS (appelé SD), lui-même intégré à l’office central de sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt, RSHA) dont le chef était Reinhard Heydrich. Vinrent s'y ajouter à compter de 1939 six offices centraux supplémentaires à l'intérieur de la direction de la SS, chargés de l'administration, de la formation idéologique et de justice intérieure de la SS.

57Il ne fait aucun doute que cet appareil gigantesque, qui recouvrait, infiltrait et dominait de plus en plus les services de la police d'Etat, était devenu un Etat dans l'Etat. Pour finir, le territoire du Reich – qui était déjà découpé selon les divisions du parti en « Gaue », dirigés par des Gauleiter confisquant de plus en plus de compétences, ainsi qu’en régions militaires – fut maintenant une nouvelle fois découpé, selon les divisions de la SS, analogues aux régions militaires. Ces départements appelés « SS-Oberabschnitte » furent dirigés par des « chefs supérieurs de la SS et de la police » (Höhere SS- und Polizeiführer, HSSPF).

58« L'Etat-SS », comme l'a appelé Eugen Kogon en 1946, fut principalement marqué, à partir de 1939, par l’accroissement du pouvoir et de la terreur SS pendant la guerre. Si la SS avait déjà, auparavant, joué un rôle décisif dans la persécution d'opposants politiques réels ou supposés, elle devint avec la guerre le centre à partir duquel s’étendit le système des camps de concentration. A partir de 1942, la SS gagna encore en pouvoir lorsqu'elle fut chargée de recruter de force la main d'oeuvre indispensable à l'industrie d'armement, que ce soit sous la forme du travail forcé ou bien sous celle de l'exploitation du potentiel de main d'oeuvre que représentaient les prisonniers des camps. A partir du moment où, en octobre 1939, Himmler a été nommé commissaire du Reich chargé de la « consolidation de la germanité » (Volkstum), les tâches de la SS s'étendirent à

  1. la réinstallation dans le Reich de groupes dits « de peuple allemand » (deutsche Volksgruppen) jusqu'alors établis dans des régions non allemandes,

  2. l’expulsion de personnes dites « de peuple étranger » (Fremdvölkische) hors des territoires occupés, puis, pendant la guerre,

  3. le transfert de force vers le Reich de main d'oeuvre dite « de peuple étranger », c'est-à-dire le recrutement de travailleurs étrangers.

59Enfin, des unités de SS réduisirent en esclavage les territoires occupés par les Allemands, de manière planifiée, surtout en Europe de l'Est mais pas uniquement là, et elles expulsèrent en masse les groupes dits « de peuple étranger ». A cela vint s'ajouter, à partir de juillet 1941, l'organisation planifiée de ce qu'on a appelé la « solution finale de la question juive » (Endlösung der Judenfrage), c'est-à-dire la déportation et l'extermination dont fut chargé Heydrich. Pour les exécutions de masse, il s'est principalement agi de « groupes d'intervention » qui passèrent par les armes des milliers de personnes, en Pologne surtout ; enfin ce fut le meurtre par gazage dans les camps d'extermination comme Auschwitz.

60A partir de 1939, la SS fut caractérisée par la dualité de ses structures dans la mesure où la Waffen-SS, envoyée sur tous les fronts, ne cessa de gagner en nombre. En 1944, elle comptait 910 000 hommes (dont 150 000 personnes d'autres nationalités), tandis que la SS ordinaire, c'est-à-dire les unités décrites à l’instant ne rassemblaient que 40 000 hommes. En raison des besoins en hommes, le principe du volontariat qui avait à l'origine prévalu pour l'entrée dans la SS, fut de plus en plus souvent complété, pendant la guerre, par un recrutement forcé. On peut même considérer que ce recrutement forcé devint dominant, ce qui eut pour conséquence une atténuation du caractère propre de la plus grande partie de la SS, conçue jusqu’alors comme l'élite du parti.

61Il ne faut d'ailleurs pas oublier de signaler que la SS pénétra aussi des secteurs-clefs de la vie sociale, comme la politique de la recherche, l'économie, la culture et l'administration. Ces seuls exemples montrent combien le pluralisme du pouvoir, propre à l'ensemble de la dictature national-socialiste, trouve son reflet dans cet instrument majeur de pouvoir qu'a été la SS.

62La police secrète d'Etat (Gestapo) fut créée à partir de la police politique de Prusse dont la tâche avait surtout été de combattre le parti communiste (KPD). C'est Hermann Göring, en sa qualité de chef de gouvernement de Prusse, qui prit en mars et avril 1933 cette décision de transformer sa police politique en Gestapo. La centrale de la Gestapo était appelée Gestapa, abréviation de « Geheimes Staats­polizeiamt », et placée sous la direction de Rudolf Diels. La loi du 26 avril 1933 pourvut chaque district de gouvernement d'un bureau de la police secrète et organisa ainsi la Gestapo au niveau régional. En même temps, la police secrète que Heinrich Himmler avait constituée en Bavière fut placée sous l'autorité de Heydrich. Au début de l'année 1934, Himmler et Heydrich réussirent par ce biais à prendre le pouvoir sur l'ensemble des autres bureaux de la Gestapo à l'exception de celui de la Prusse. Ce processus prit fin en avril 1934 lorsque Himmler devint inspecteur de la Gestapo prussienne et Heydrich chef de la Gestapa. La Gestapo fut organisée de manière uniforme sur l'ensemble du Reich lorsque, en 1936, Himmler fut, comme on l'a dit, nommé chef de la police allemande.

63Selon les termes de la loi prussienne du 10 février 1936, les missions de la Gestapo étaient de « mener des investigations et de combattre toute tentative d'acti­vité présentant un danger pour l'Etat ». Le trait caractéristique de la Gestapo était qu'elle n'était liée ni par des lois ni par des règlements administratifs, qu'elle mit en place ses propres prisons et qu'elle pouvait procéder à des arrestations grâce à ce qu'on a appelé la détention préventive (« Schutzhaft »).

64Un département politique de la Gestapo avait pour lieu d'action les camps de concentration où il terrorisait les prisonniers. La guerre eut pour effet de transformer certaines compétences de la Gestapo ; ainsi certains contingents en furent mis à la disposition des groupes d'intervention. Portant le titre de commandeurs de la police et du service de sécurité, ils exercèrent une partie du pouvoir civil dans les territoires occupés.

65La Gestapo a, elle aussi, mis en place des commandos chargés de fusiller des prisonniers de guerre et des juifs. La Gestapo était alors connue pour ses méthodes de torture, qualifiées par euphémisme d'« interrogatoire appuyé », et pour ce qu'elle appelait le « traitement spécial » qui voulait en fait dire exécution.

66Selon les estimations avancées au procès de Nuremberg, où la Gestapo fut qualifiée d'organisation criminelle, la police secrète comptait, en 1944, 31 374 personnes, police des frontières comprise. Bien qu'un grand nombre de documents illustrant l'histoire de la Gestapo aient été détruits, les archives recèlent des informations concernant plus de 70 000 victimes.

67Un autre exemple encore de la façon dont des organismes nazis recouvrirent et transformèrent les autorités de l'Etat est l'introduction des Gauleiter à côté des prési­dents de gouvernement et présidents généraux. A l'origine dignitaires du parti issus des divisions régionales du NSDAP, ils remplirent à partir de 1933 des fonctions administratives et gouvernementales, en concurrence avec les autorités existantes.

68Dans le secteur juridique, des tribunaux spéciaux vinrent au cas par cas s'ajouter aux tribunaux ordinaires, le plus connu étant le Tribunal populaire déjà évoqué plus haut, qui fut un instrument mal famé de la terreur exercée contre les membres de la résistance allemande.

III- Les structures de pouvoir, la transformation de la société et la formation des élites

69Si l'on reprend l'interprétation particulière qui considère la dictature national-socialiste dans le contexte d'une modernisation de la société, on constate que la no­tion de transformation sociale y joue un rôle central. Mais il apparaît aussi que le concept de modernisation demeure imprécis et qu'il peut servir à caractériser plusieurs dimensions de la dictature. Ainsi ce type de questionnement ouvre-t-il la voie à des interprétations différentes, voire contradictoires :

701) L'idéologie national-socialiste n'est pas conçue comme moderne, mais au contraire comme anti-moderne. Dans cette mesure, le national-socialisme est un symptôme d'une crise de modernisation de la société ; une idéologie réactionnaire tient lieu de réponse à cette crise. C'est là que l'on trouve les racines de la mythologie « du sol et du sang », cette idéologie völkisch puisant sa substance dans le racisme biologique du XIXe siècle, ainsi que de l'antisémitisme raciste.

71L'unité du peuple (völkisch) et le « mouvement » antiparlementaire, dirigé contre les partis modernes, s'élèvent en même temps contre une société pluraliste se délitant dans des intérêts antagonistes. Le discours politique rationnel est remplacé par l'acclamation, par le culte archaïque du Führer. Ce ne sont pas des élections libres, mais des pseudo-plébiscites qui déterminent qui gouverne ; ainsi l'exercice du pouvoir se dérobe-t-il à tout contrôle rationnel réglé par des dispositions constitutionnelles. Le culte du Führer d'inspiration germanique, qui structure la société de haut en bas en instaurant une hiérarchie, ne se rattache à aucune forme moderne et rationnelle de pouvoir, mais bien plus à des formes historiquement très lointaines de vassalité créant un « lien personnel atavique » (D. Rebentisch).

72Du point de vue de la politique et de la société qu'elle promeut, des représentations mentales qu'elle véhicule mais aussi du programme qu'elle propose, cette idéologie n'est pas seulement pré-moderne, mais bien anti-moderne.

73En quoi pourrait donc bien résider le rôle joué par le national-socialisme dans la modernisation de l'Allemagne ? Le caractériser de moderniste n'est-il pas, à la limite, paradoxal ?

74Une réponse possible : le national-socialisme n'a été moderne que dans les méthodes employées pour influencer les masses, utilisant les possibilités techniques les plus modernes qui soient ; ce furent l'agitation et la manipulation très habiles, voire géniales, appliquées à la psychologie sociale, ce fut aussi l'utilisation d'avions pour les voyages électoraux, permettant à Hitler d'apparaître à plusieurs reprises et en l’espace de quelques heures dans des lieux différents, ce qui eut pour effet de suggérer son omniprésence et son réel dynamisme ; ce fut encore, pour influencer les masses, l'utilisation des média, c'est-à-dire la presse sous influence et la radio dont on appela les appareils, ce ne fut pas un hasard, les « récepteurs du peuple » (Volks­empfänger).

75C'est ainsi que la maison d'édition du parti, le Eher-Verlag de Munich dirigé par Max Amann, réussit à mobiliser jusqu'à la fin de la dictature 82,5 % de l'ensemble du tirage des quotidiens allemands. Dans la même période, le nombre des quotidiens chuta en Allemagne d'environ 3 400 en 1933 à 975 en 1945 (U. von Hehl). Le pluralisme de l'opinion fut remplacé par l'opinion unique ; dans ce domaine aussi l'unicité simpliste remplaça la diversité.

76Tandis qu'en 1933, seulement un quart des foyers allemands possédait un poste de radio, trois quarts en avaient un dès 1939. De la même façon, le cinéma et les actualités étaient utilisés à des fins de propagande. Cela ne fait donc aucun doute : les techniques de pouvoir étaient modernes, quel qu'ait pu en être le contenu.

772) Le national-socialisme a eu pour objectif de moderniser la société. Les trans­formations intervenues après 1933 correspondent donc à un projet planifié dont on pourrait relever des analogies avec la politique appliquée par le marxisme à la société, reposant, elle, sur le principe de l'antagonisme des classes et interprétant l'histoire comme une lutte des classes. En comparaison, l'idéologie national-socialiste était axée sur une lutte des races qui, du point de vue du contenu, constitue l'obstacle le plus important à toute interprétation du national-socialisme comme modernisation.

783) Le national-socialisme n'a pas eu pour objectif de moderniser la société, mais il l'a modernisée sans le vouloir. La guerre y a contribué de façon imprévisible, en éliminant par exemple des milieux sociaux-culturels traditionnels comme celui des grands propriétaires terriens à l'Est, un milieu dominé par l'aristocratie prussienne, les junkers, le corps des officiers de l'aristocratie prussienne, les élites de l'administration ou de la culture. De ce point de vue, on pourrait parler d'une modernisation fonctionnelle, se réalisant de manière dialectique, c’est-à-dire une modernisation qui ne fut certes pas réellement voulue, mais qui aurait été le résultat du pouvoir national-socialiste.

79Si d'un côté il est pratiquement incontestable qu'au terme et à la suite de la dictature national-socialiste et de la guerre, la société allemande s'est trouvée transformée, en raison de la disparition réelle de milieux sociaux traditionnels, en raison des destructions ainsi que des expulsions qui ont conduit 16 millions d'Allemands à s'installer principalement dans les zones occidentales qui deviendront la République fédérale et, pour une moindre part, en zone d'occupation soviétique, de l'autre côté en revanche, l'interprétation jugeant que cette transformation aurait été intentionnelle est beaucoup plus contestable.

80Quelques constatations permettent de clarifier cette question :

  • il arrive que des transformations souhaitées n'aient pas le résultat recherché, elles ne sont donc que pure dialectique historique ;

  • il est possible que la destructivité fondamentale, que la puissance de destruction de la dictature soit consciemment axée sur la transformation des structures sociales sans que cela soit pour autant le signe manifeste d'une conception politique constructive :

  • dans son programme, l'idéologie national-socialiste était anti-bourgeoise, elle était mue par des ressentiments à l'égard des anciennes élites dirigeantes ;

  • la volonté de mettre la société au pas nécessitait des cadres fidèles et suffisamment sans scrupules et brutaux afin de pouvoir atteindre les objectifs idéologiques ; c'est au moins ainsi que l'élite du parti et des hautes fonctions a été créée selon un plan bien défini : les structures de pouvoir du régime nazi cherchèrent et réussirent au moins à changer les couches dirigeantes.

81Si nous nous interrogeons sur la genèse, interrogeons-nous aussi sur les formes sous lesquelles se réalise ce changement du système politique.

82Il est clair que ce n'est pas un changement des élites dirigeantes qui peut à lui seul provoquer une transformation profonde de la société. Il s'agit beaucoup plus d'un long processus historique recouvrant plusieurs générations et même toute l'histoire du XXe siècle. On observe néanmoins, à l'intérieur de cette transformation de la société, des facteurs de retardement et d'accélération, des formes d'évolution et de révolution et enfin deux guerres qui eurent un effet phénoménal d'égalisation et, en fin de compte, de démocratisation. Ce double effet est évident depuis 1914 et depuis 1939, mais il ne faisait évidemment pas partie des intentions de ceux qui furent responsables de ces guerres.

83Vu sous cet angle, il y a eu trois poussées de modernisation sociale qui tou­chèrent en premier lieu et de manière très radicale les élites dirigeantes et administratives du pouvoir alors en place ; les trois phases commencèrent par des bouleversements révolutionnaires, les nouveaux systèmes de pouvoir réclamant de nouvelles élites, mais les élites traditionnelles ou prérévolutionnaires réussissant à se maintenir un certain temps, dans une proportion et pour une durée différentes.

  1. La révolution de 1918/19 n'élimina pas radicalement les anciennes couches dirigeantes marquées par leur origine agraire des régions de l'Est de l'Elbe, ni non plus leur équivalent, issu de la bourgeoisie, installé dans l'administration ou l'armée. Et pourtant la démocratie parlementaire a eu besoin de nouvelles élites fidèles à la constitution et chargées de fonctions dans les partis, le parlement et l'administration. Certes, le remplacement des élites fut incomplet, mais, si l'on excepte l'armée et la justice, de nouvelles élites remplaçant les précédentes commencèrent à se former. Dans cette mesure, la révolution de 1918/19 n'a touché la société que de façon limi­tée, elle a surtout été de nature constitutionnelle. Il n'empêche qu'à la suite de la guerre vint s'ajouter à ce phénomène une modification de la répartition de la fortune et, par là, un certain changement de la société.

  2. Avec, pour commencer, le « coup d'Etat en Prusse » de Franz von Papen, le 20 juillet 1932, il sembla en 1932/34 qu’on assistait au retour des anciennes élites qui avaient en partie été dépossédées du pouvoir en 1918/19 ; ce qu'on a appelé « le gouvernement des barons » n'en fut qu'un symbole. Cet événement, qui constituait à proprement parler une restauration politique et qui aspirait à une restauration sociale, ne fut en fait qu'un intermède. Certes, les alliés nationaux-allemands et conservateurs de Hitler l'aidèrent à monter en selle, mais le « petit caporal de Bohême » ne se contenta pas, lorsque la phase constitutive de la révolution national-socialiste fut terminée, de prendre la place, en août 1934, du grand maréchal de la Première guerre mondiale qui s'était égaré dans les fonctions de président du Reich. Bien plus, l'éviction des derniers marche-pieds de Hitler, Papen et Hugenberg, ainsi que l'assassinat de conservateurs de droite tels le général von Schleicher et de l'acolyte intellectuel de von Papen, Edgar Jung, sont autant d'indices d'une transformation plus profonde et violente.

84Le remplacement de l'élite du pouvoir, la SA, par la nouvelle élite qu'était la SS, manifesta le passage d'un changement révolutionnaire à un changement évolutionnaire et du début de la mise en place programmée de nouvelles élites.

85Pour cela il était indispensable de chasser du pouvoir tant les couches dirigeantes traditionnelles que les élites des parlements et des partis qui étaient nées en 1918/19. Mais Hitler avait beaucoup plus en vue. Mû en partie par des ressentiments, il voulait détruire l'ensemble de l'organisation de la société qui ne lui permettait pas de créer une race de seigneurs prétendument « pure du point de vue du peuple (völ­kisch rein) » : cet objectif raciste eut pour conséquence dès 1933 la destruction d'un milieu socio-culturel spécifique, celui des juifs allemands, et sa mise au ban de la société et de la culture allemandes, ce qui provoqua un exode massif et une perte culturelle immense.

86Une autre mesure mise en place de façon programmée a été l'égalisation fondamentale d'une population désormais prise en main, du berceau jusqu'au cercueil, par l'intermédiaire d'innombrables organisations du parti. Les structures de pouvoir décrites plus haut entraînèrent la formation de cadres par millions, affectés à tous les secteurs de la société. Les critères déterminants pour progresser dans cette hiérarchie de chefs entourés de leurs propres soldats du parti étaient de nature toute autre que ceux qui avaient permis l'ascension sociale avant ou après 1918. Ni l'origine aristocratique, ni le grade militaire, ni la formation universitaire, ni encore l'engagement politique et le mérite acquis dans des partis démocratiques, rien de tout cela n'était plus décisif. C'était maintenant l'acceptation d'être mis au pas d'un point de vue idéologique et völkisch, c'était la servilité par rapport au Führer Adolf Hitler et ses satellites. Toute personne qui avait fait partie des élites dirigeantes et qui voulait conserver longtemps ses fonctions après 1933 devait s'adapter sans conditions, que ce fût par conviction, par opportunisme, ou par peur.

87Même si, tout comme d'autres domaines, la société n'a pas subi une uniformisation et une mise au pas vraiment complètes, il n'empêche qu'une grande partie de la population a été réellement prise en main, par le biais de la terreur, de l'intimidation, de la séduction ou de la récompense. Le fait que cette mise au pas n'ait pas progressé davantage vient pour une grande part de la durée relativement courte de la dictature (douze années), ainsi que de certaines caractéristiques propres à ce régime dans la préparation et la poursuite de la guerre.

883) Le résultat de cette guerre fut, à partir de 1945, le troisième changement de pouvoir et d'élites. Après la Seconde guerre mondiale, avec la division de l'Allemagne qui dura près de 45 ans, la zone d'occupation soviétique, puis la RDA à son tour passèrent d'un régime totalitaire à un autre. Après 1989, avec la démocra­tisation, eut lieu de nouveau un changement des élites ; ce fut aussi le début d'une transformation de la société qui est loin d'être terminée.

89D'une manière générale, pour la période de la dictature national-socialiste, il faudra considérer cette transformation de la société et le changement des élites politiques comme le point où se rencontrent, de manière dialectique, des facteurs intentionnels et des facteurs fonctionnels, ces derniers ne devant être séparés de l'égalisation totalitaire et voulue de la société. Aucune politique, même celle des dictatures, ne se réalise conformément à un plan préétabli. Au contraire, elle s'adapte sans cesse aux constellations et aux hasards toujours nouveaux de la politique intérieure et de la politique étrangère. Même la planification la plus axée sur des résultats précis devra composer avec une part d'improvisation ; c'est pourquoi ce qui compte lorsque l'on veut dégager le caractère spécifique du pouvoir national-socialiste, ce n'est pas la contradiction réelle ou prétendue opposant planification et improvisation, mais c’est le poids relatif de chacune d'elles.

Conclusion

90Le principe majeur réglant toute la pyramide du pouvoir, au faîte de laquelle se trouvait Hitler, était le « principe du Führer » (Führerprinzip), valable pour chaque division du parti. Les rapports entre le parti et l'Etat étaient caractérisés par un système complexe et dynamique de concurrence et de collaboration, les deux se recouvrant partiellement ou se trouvant en compétition. Cette interpénétration à de multiples niveaux et le manque de clarté dans la répartition des compétences ont eu pour effet de rendre les instruments du pouvoir partiellement autonomes les uns par rapport aux autres et de créer des rivalités entre les différents organes de pouvoir aux différents niveaux d'exercice de ce pouvoir. On en trouve des exemples avec, d'un côté, la SS, le SD, la Gestapo, le RSHA, et de l'autre la Wehrmacht, des fédérations telles le Front du travail, les chefs du parti, Göring et son pouvoir, Goebbels et sa maîtrise de l'appareil de propagande, la concurrence entre ministères, des positions régionales entre Gauleiter. Cela ne fait aucun doute : ce chaos d’offices et de fonctions entre, d’un côté, les divisions du NSDAP, d’un autre des personnes seules maîtres à bord dans leur division, ou celles qui avait un accès direct au Führer, et enfin les institutions de l'Etat, tout ce chaos était la règle. Mais, à côté de cela, le régime tenta d'enrôler l'ensemble de la population dans des organisations national-socialistes. C'est ainsi que la mise au pas et le transfert des associations dans leur équivalent nazi ont été le point de départ de la création de très nombreuses organisations, touchant pratiquement tous les groupes sociaux et professionnels, et allant des Jeunesses hitlériennes (HJ), de l'association nazie des étudiants ou de celle des enseignants d'université jusqu'au « chef d’îlot » (Blockwart), chargé de la surveillance et de l'alignement politique et social sur le lieu d'habitation lui-même.

91Le parti comptait 130 000 membres en septembre 1930 et déjà 850 000 en janvier 1933 ; passant de 2,5 millions en mai 1933 à 5,3 millions en 1939 et enfin à 8,5 millions en 1945, se transformant donc en parti de masse, le NSDAP perdit, certes, son caractère autoproclamé d'élite politique de la population, mais il exerça, par cette masse même, une pression très forte de mise au pas idéologique. Les élites politiques se formèrent à mesure que les élites traditionnelles furent dépossédées du pouvoir ou bien soumises, que ce fût dans l'administration, la justice, l'économie ou bien enfin dans la Wehrmacht, dont le corps des officiers se métamorphosa en passant de l'état d'élite à celui d'organisation de masse. Dans cette transformation des élites, le chemin parcouru alla du maréchal issu de l'aristocratie prussienne au « petit caporal de Bohême ». Vu le grand nombre d'organisations et de leurs adhérents, des centaines de milliers de gens pouvaient espérer faire une petite ou une grande carrière dans ces organisations. Ainsi une hiérarchie national-socialiste remplaça-t-elle l'ancienne hiérarchie de la société, et le fanatisme idéologique comme l'opportunisme furent récompensés. La séduction idéologique ou matérielle vint s'ajouter à l'oppression et à l'intimidation obtenues par la terreur.

92Les structures de pouvoir de la dictature national-socialiste étaient donc extrême­ment complexes, elles étaient toujours en mouvement et ce phénomène se radicalisa plus encore après le déclenchement de la guerre. Ce qui marqua aussi ce système de pouvoir, ce fut le caractère dynamique du NSDAP qui voulait être un « mouvement » et non un parti et qui, parce qu'il était un mouvement de protestation, était caractérisé par une grande hétérogénéité politique et sociale. Cette dynamique fut renforcée encore par le refus de Hitler de se fixer, et aussi peut-être par son inca­pacité partielle à prendre des décisions. En même temps, cette attitude fondait un principe. En effet, le « Führer » était la source de tout droit, d'un point de vue juri­dique, mais aussi d'un point de vue politique. Le pouvoir de tous les autres chefs nazis dépendait de lui, la volonté de Hitler était la dernière instance. Quand il ne décidait pas lui-même, le fait de se référer à la volonté du Führer était déterminant. C'est ainsi que des structures de pouvoir polycentriques, qu'un chaos de fonctions et de compétences se mêlèrent à un absolutisme emphatique du Führer. La dictature national-socialiste était donc caractérisée par une dichotomie des structures de pouvoir : à côté de la planification, une improvisation frénétique ; à côté de la terreur idéologique planifiée, une radicalisation spontanée du système en raison notamment de la concurrence permanente opposant les instruments du pouvoir. L'opposition de ces éléments, telle qu'on la trouve dans l'historiographie, est artificielle, car il est bien clair qu'aucune direction politique ne peut faire l'économie de l'improvisation. Ce qui compte, c'est de savoir, dans le processus liant ces différentes méthodes de pouvoir, quelles personnes ou quels événements ont été déterminants.

Notes

1 Ernst Fraenkel, Der Doppelstaat, Frankfurt 1984, FT 4305

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540