Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État et société sous le IIIe Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Avant-propos

Gilbert Krebs et Gérard Schneilin

Texte intégral

1Après avoir accédé au pouvoir, le 30 janvier 1933, au sein d’une coalition de droite dans un gouvernement conduit par Adolf Hitler, le parti national-socialiste a entrepris aussitôt de s’emparer de tous les leviers de commande dans l’État et dans la société, éliminant rapidement l’un après l’autre – par la séduction ou la violence – les opposants mais aussi ses partenaires de la veille.

2L’objectif de ce processus de “ prise de pouvoir ” que les nationaux-socialistes qualifiaient eux-mêmes volontiers de “ révolution ” ou de “ soulèvement natio­nal ” était l’établissement d’un pouvoir total, sans partage, la création d’une société entièrement enserrée dans un réseau d’institutions et d’organisations de surveillance, de contrôle et de manipulation, la mobilisation totale de la population au service d’une idéologie et d’une ambition criminelles.

3Bien que le parti se fût attelé à cette tâche avec la dernière énergie, alternant la ruse et la brutalité, sans égards pour des considérations morales ou juridiques, l’entreprise s’est révélée difficile et longue. Elle s’est poursuivie pendant des années et l’objectif était loin d’être atteint lorsque le régime s’écroula en 1945, victime de ses ambitions expansionnistes démesurées plus que de ses crimes horribles contre l’humanité.

4Cependant, dès les premiers mois et les premières années on a vu s’établir et se développer des formes nouvelles d’organisation de la vie publique qui, répercutées et amplifiées par une propagande inlassable, ont pu laisser penser qu’un nouveau type de société était instauré en Allemagne : une société marchant d’un même pas, dans la même direction, sous la conduite du chef dont la providence l’avait gratifiée, une société dans laquelle l’État ou le parti unique – qui avait de plus en plus tendance à se confondre avec l’État – intervenait directement ou indirectement dans tous les domaines de la vie publique et privée : dans le monde du travail comme dans la vie religieuse, dans la création artistique et littéraire comme dans l’économie, et bien entendu aussi dans l’éducation de la jeunesse.

5Ce sont quelques aspects de cette transformation de la société et de l’Etat que se proposent de décrire et d’analyser les études ci-dessous. Qu’elles soient consacrées au fonctionnement de l’économie (V. Hentschel) ou à celui de l’Etat (Chr. Gusy), au rôle et aux transformations des élites politiques (H. Möller) et militaires (K.J. Müller), à l’éducation (G. Krebs) ou à la condition féminine sous le “ Troisième Reich ” (R. Thalmann), elles font apparaître un mélange de continuités et de ruptures qui montre les limites de la “ mise au pas ”. Ces limites sont également perceptibles dans la politique religieuse du Reich et dans les réactions des Eglises (J. Rovan et G. Schneilin). D’autres études plus ponctuelles sont consacrées à ce qu’on pourrait appeler le national-socialisme au quotidien : la prise de pouvoir vue dans le prisme d’une petite ville d’Allemagne du Nord (U. Pfeil), l’impact et l’exploitation propagandiste des grands travaux autoroutiers (B. Poloni), la campagne électorale qui précéda le référendum de 1935 en Sarre (J.P. Cahn) ou le droit de la nationalité (J.P. Kéribin).

6Le “ Reich millénaire ” n’a duré que douze années et le cauchemar est fini depuis maintenant plus d’un demi-siècle. Pourtant le souvenir est toujours brûlant dans les mémoires et le sujet reste plus que jamais présent dans la discussion historique : les spécialistes n’ont pas fini de s’interroger sur la nature exacte de ce régime, sur les causes qui expliquent son accession au pouvoir et sur ses modes de fonctionnement. Quatre contributions portent sur ces thèmes actuellement au premier plan du débat scientifique : le modèle théorique permettant d’appréhender la réalité du système (L. Herbst), la résistance allemande au national-socialisme (P. Steinbach), le système concentrationnaire (M. Fabréguet), et le douloureux problème, relancé par le livre récent d’un jeune chercheur américain, de la responsabilité des Allemands pour l’Holocauste (H.U. Wehler).

7En faisant ainsi le point sur l’état actuel de la recherche, ces études n’ambitionnent pas seulement d’aider les étudiants germanistes ou historiens dans la préparation de leurs concours, mais également d’informer tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de notre temps. Si l’histoire doit avoir un sens, il consiste à permettre de comprendre qui s’est passé, pour éviter à l’humanité de retomber dans les mêmes erreurs et de provoquer les mêmes catastrophes.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540