Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Weimar ou de la démocratie en Allemagne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

3. Crise des valeurs et valeurs de crise

La jeunesse allemande entre romantisme et activisme

Gilbert Krebs

Texte intégral

1Quand l’historien de l’Allemagne au xxe siècle s’intéresse à la jeunesse – et il n’en existe guère qui ne fasse une place plus ou moins grande à l’évocation de ses problèmes – il n’y voit pas seulement une réalité démographique ou un objet des soins de la collectivité, d’une « politique de la jeunesse » plus ou moins couronnée de succès, plus ou moins désintéressée ; il l’étudie aussi comme une catégorie sociale spécifique, avec ses problèmes matériels et psychologiques particuliers, ses comportements et ses attitudes, ses aspirations et ses revendications, ainsi que ses réactions à l’égard des grandes questions qui agitent la société.

2Chaque jeune vit les problèmes de son temps à sa manière, mais pour l’historien de la société ce qui importe ce ne sont pas les comportements individuels des jeunes, ce sont, d’une part, des réalités statistiques (économiques, politiques, so­ciales, électorales, etc.) et, d’autre part, les attitudes et prises de position collectives s’exprimant notamment à travers des organisations plus ou moins représentatives. C’est à travers ces indicateurs qu’on peut saisir le rôle de la jeunesse comme acteur de l’histoire, son action dans certaines situations historiques (mouvements insur­rectionnels, etc.) ou dans les institutions (élections, instances consultatives ou de cogestion) que la société moderne, démocratique, met à la disposition de la jeunesse pour représenter ses intérêts, faire connaître ses problèmes et ses visions d’avenir, et pour influer sur les destinées de la nation dans son ensemble. Bien en­tendu, ce rôle spécifique de la jeunesse ne peut être saisi convenablement que si l’on tient compte de son interaction avec les autres acteurs de l’histoire. Les déci­sions politiques et l’évolution sociale et économique modifient la situation et le comportement de la jeunesse, dont les réactions influent, à leur tour, sur les décisions des pouvoirs publics et des forces politiques. L’État, tout comme les communes, les partis et les syndicats tout comme les Églises cherchent des réponses spécifiques pour remédier aux problèmes de la jeunesse, pour neutraliser ou atténuer son potentiel d’action et d’opposition ou pour utiliser celui-ci à des fins partisanes.

3Ces problèmes de la jeunesse, ses attitudes et ses comportements ainsi que l’attention que l’État ou la société leur accordaient, ont bien entendu varié au cours de l’histoire, pourtant bien courte, de la République de Weimar. Ils sont particuliè­rement aigus pendant les premières années du nouveau régime, lors des troubles révolutionnaires des années 1918-1920, les combats de Silésie, les crises et insur­rections de 1923, de la Bavière à la Ruhr, et plus encore pendant les années agitées qui ont précédé l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler.

4Nous ne pouvons pas prétendre donner dans ce cadre un tableau d’ensemble de l’histoire de la jeunesse allemande. Nous nous limiterons à quelques aspects et à quelques groupes.

5La question centrale sera, bien entendu, l’attitude de la jeunesse à l’égard de cette « démocratie fruit de la défaite » (selon l’expression de Heinrich Mann) qui eut tant de difficultés à se faire accepter par les Allemands et dont la survie paraissait de plus en plus compromise. Quel fut le degré d’adhésion, implicite ou explicite, de la jeunesse organisée vis-à-vis du nouveau régime et de ses principes essentiels ? Quelle fut son attitude dans les débats et les conflits qui ont émaillé l’histoire de cette période ? Quelle fut son attitude vers la fin des années 1920, lorsque les illusions de la brève phase de « stabilisation » (une stabilisation toute relative du reste) s’étaient envolées, tandis que se profilait de plus en plus nette­ment – menace ou espoir – un autre type d’État et de société incarné par un parti aux visées totalitaires : le parti national-socialiste des travailleurs allemands, autrement dit le NSDAP d’Adolf Hitler ?

6La jeunesse allemande a-t-elle alors cherché à défendre les valeurs démo­cratiques, ou du moins les a-t-elle regrettées, ou bien s’est-elle placée aux côtés de ces forces politiques qui sapèrent inlassablement les fondements du régime avant de le renverser une fois parvenues au pouvoir en utilisant les ressources que la démocratie mettait à leur disposition ? Le passage entre le régime démocratique et la dictature national-socialiste a-t-il été vécu par elle comme une rupture, une catastrophe ou comme l’accomplissement de ses espoirs secrets, de ses aspira­tions ? En quoi les mots d’ordre et les perspectives présentés par le national-socialisme pouvaient-ils attirer la jeunesse ? Celle-ci a-t-elle joué un rôle actif, porte-t-elle une responsabilité dans le malheur de la démocratie en Allemagne ? Ce sont là des questions qui ont déjà suscité bien des réponses et bien des contro­verses. De toute manière, les réponses à de telles questions ne sauraient être péremptoires et définitives, ne serait-ce que parce que le groupe social dont le comportement et le rôle sont ainsi mis en examen, c’est-à-dire la jeunesse, ne se présente pas comme une réalité homogène et qu’on peut y trouver les situations et les comportements les plus divers et les plus contradictoires.

7C’est pourquoi nous limiterons notre étude à deux groupes relativement précis. D’une part, les étudiants des universités, saisis à travers le rôle de leurs associa­tions traditionnelles et leurs instances représentatives, d’autre part, quelques-uns des mouvements de jeunesse « autonomes », héritiers du Wandervogel d’avant 1914, désignés habituellement dans les années vingt comme Bündische Jugend. Malgré la faiblesse numérique relative de ces deux groupes (qui représentent à eux deux moins de 10% des jeunes Allemands), ils constituent des facteurs importants dans la vie publique de l’Allemagne, notamment par leur visibilité, par l’attention que leur accorde l’opinion publique. Les valeurs et les jugements, les refus et les attentes, les slogans et les idéaux exprimés, popularisés et familiarisés par ces groupes de la jeunesse rayonnent bien au-delà du cercle de leurs membres.

1. Les étudiants allemands et la démocratie

1.1. Traditions et situations

8L’importance du milieu estudiantin et des positions qu’il a adoptées à l’égard du nouveau régime que l’Allemagne s’est donné en 1918 quasiment par mégarde et en tout cas sans que la majorité des Allemands y soit préparée, n’a pas besoin d’être démontrée. Elle réside moins dans l’importance quantitative de cette catégorie de la population (à laquelle le nouveau régime donnera rapidement le droit de vote) que dans le rôle qu’elle joue et jouera plus tard dans la société. Plus encore que le vote étudiant, c’est le retentissement que les prises de position du milieu acadé­mique ont dans l’opinion publique qui préoccupe les forces politiques. L’université allemande n’est pas encore une université de masse (en 1925 on compte 140 étudiants pour 100.000 habitants, c’est-à-dire 0,15% de la population) ; par son recrutement comme par ses débouchés, c’est encore le lieu où se retrouvent et se forment ceux qui sont appelés à constituer « l’élite de la nation », à occuper les fonctions de responsabilité et de décision, à être des multiplicateurs et des amplifi­cateurs d’opinions. Et dans ce contexte il convient de rappeler que les étudiants des années vingt seront les responsables des années trente.

9Pourtant pour les milliers d’étudiants qui peuplent les universités dans les années vingt, le bon vieux temps de l’insouciance estudiantine (de la fameuse Burschenherrlichkeit) n’était plus qu’un souvenir lointain, évoqué avec nostalgie par les plus anciens. Après avoir été désertées par la majeure partie de ses étudiants pendant les années de guerre, les universités allemandes voient affluer, la paix revenue, une foule d’étudiants qu’elles auront du mal à accueillir. Alors qu’en 1913 les universités et autres Hochschulen allemandes comptaient 78.000 étudiants (chiffre qui était tombé en 1918 à 25.000), elles voient arriver en 1920 près du double du chiffre d’avant-guerre (150.000). Cette croissance anormale liée à une situation exceptionnelle, à savoir la reprise d’études de tous ceux qui avaient dû les interrompre pour partir à la guerre et qui venaient s’ajouter aux classes d’âge accédant normalement aux études supérieures, s’atténuera progressivement. Les difficultés économiques persistantes, le départ progressif des générations d’étu­diants anciens combattants ramèneront les effectifs à 89.000 en 1925 (dont moins d’un dixième de sexe féminin : 8000).

10Pour ceux qui revenaient de la guerre dans l’espoir de terminer des études brutalement interrompues comme pour les plus jeunes qui n’avaient connu de la guerre que les privations de toutes sortes et souvent l’absence ou la mort du père, les conditions d’existence dans l’immédiat étaient aussi peu enthousiasmantes que les perspectives de carrière pour l’avenir. Durant les premières années de la république de Weimar, la vie quotidienne des étudiants est placée sous le signe du désarroi et de la pénurie. Désarroi des esprits par la perte des valeurs et des références traditionnelles, par l’agitation introduite par les événements politiques dans un milieu universitaire jusque-là plutôt préservé, par le mélange des généra­tions où le jeune bachelier est assis sur les mêmes bancs, dans les mêmes sémi­naires, que l’ancien combattant à peine sorti de l’enfer des tranchées. À cela s’ajoutent les difficultés matérielles, la pénurie de logements et l’inflation, d’abord rampante puis galopante, qui prive de ressources la plupart des familles et par conséquent aussi les étudiants.

11La situation ne changea pas fondamentalement après 1924. Au contraire, la normalisation de la situation économique au milieu des années vingt restreignait les possibilités d’emplois précaires dont dépendaient beaucoup d’étudiants. Comme les familles avaient souvent été ruinées par les conséquences de l’inflation, la situation restait difficile. Le milieu estudiantin ne bénéficia que peu de la relative prospérité des années 1924-1930 et l’explosion du chiffre des chômeurs au début des années trente le radicalisera de nouveau. Un système de bourses et d’aides de toutes sortes mis en place progressivement s’avérait de toute manière insuffisant. Le type de l’étudiant salarié, obligé d’accepter des emplois précaires, à mi-temps ou pendant les périodes de vacances pour pouvoir subvenir aux besoins de ses études devenait de plus en plus fréquent.

12Après la décrue enregistrée au milieu des années vingt, pendant la période d’apparent retour de la prospérité, les effectifs des étudiants connaissent de nouveau une forte croissance avec la crise économique. La courbe atteint 112.000 étudiants en 1928 et on enregistre un sommet en 1931 : près de 140.000 étudiants, tous types d’établissements supérieurs confondus : c’est-à-dire qu’il y a deux fois plus d’étudiants en Allemagne qu’à l’époque de la prospérité réelle, celle d’avant 1914.

13La nette corrélation de cette croissance avec la crise économique montre que les études supérieures sont pour beaucoup de ces étudiants un palliatif à l’absence de débouchés professionnels après les études secondaires. Mais cela ne fait que déplacer le problème : le nouveau problème sera ce qu’on appelle dès cette époque le Studentenberg et la Akademikerarbeitslosigkeit, les sureffectifs d’étudiants et le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur. Et surtout cela modifie et radicalise la communauté universitaire en y introduisant des frustrations et un esprit de concurrence qui en étaient absents jusque là. C’est d’autant plus le cas que le recrutement social de ces étudiants s’est modifié et que la croissance des effec­tifs est surtout dû à l’afflux d’une nouvelle population, issue des milieux de petits et moyens fonctionnaires, de techniciens, et d’employés. La part des enfants du neuer Mittelstand représente dans ces années 46,8 % des étudiants (contre moins de 3 % de fils d’ouvriers). Ces étudiants attendent de l’université avant tout une promotion sociale et cet espoir paraît très compromis, puisque les professions académiques ouvrant des perspectives sociales prometteuses (médecine, droit en particulier) semblent plus ou moins bouchées.

  • 2 Sur l’histoire des universités allemandes, voir notamment l’ouvrage de Th. Ellwein , cité dans la b (...)

14Sans doute beaucoup d’étudiants réagissaient-ils en se consacrant avec d’autant plus d’ardeur à leurs études pour augmenter leurs chances par rapport à leurs concurrents, mais on trouvait souvent aussi une autre réaction, qui consistait à chercher des responsables, à identifier ceux qui étaient la cause du marasme, de la défaite, du manque de perspectives professionnelles, de la perte du statut presti­gieux dont jouissaient jusqu’à présent les glorieux Musensöhne dans la société allemande. Conformément au schéma d’explication adopté aussi par les classes moyennes allemandes, d’où ils étaient issus pour la plupart, les étudiants trouvaient les responsables du côté des partis de gauche ou simplement républicains, artisans de la défaite et de ce nouveau régime incapable d’offrir à la jeune génération des perspectives à la mesure de son attente2.

1.2. Politisation à droite

15Rien d’étonnant donc à ce que le milieu estudiantin se soit politisé au cours des années de Weimar : une politisation progressive et majoritairement orientée vers la droite. Contrairement à ce qui s’est passé en 1848, les étudiants n’ont pas joué un rôle notable dans la révolution de 1918. Ce fut, on l’a noté, « une révolution sans étudiants ». On a vu certes dans les premières semaines se constituer dans un certain nombre d’universités des conseils révolutionnaires d’étudiants qui, comme par exemple celui de l’université de Berlin, exigeaient le renvoi du recteur et de profondes réformes. Mais il est beaucoup plus significatif que ces conseils aient rencontré presque aussitôt dans les rangs mêmes des étudiants des oppositions et des résistances décidées. Les conseils révolutionnaires disparurent rapidement. En revanche, on trouvera des étudiants en nombre significatif dans les corps-francs. Ces derniers, certes, furent levés pour défendre la République ; mais s’ils ont pris les armes, ce fut plus pour défendre « une certaine idée de l’Allemagne » que pour soutenir le gouvernement des commissaires du peuple constitué en novembre 1918.

  • 3 Cf. Jürgen Schwarz, Studenten in der Weimarer Republik. Die deutsche Studentenschaft in der Zeit vo (...)

16L’engagement politique ne faisait pas partie de la tradition du monde univer­sitaire allemand. En revanche la vie associative y a toujours été très fortement développée, selon des formes solidement établies. C’est en fait le réseau très dense de la vie associative traditionnelle des étudiants allemands qui a constitué le prin­cipal obstacle aux tentatives de subversion révolutionnaire du milieu académique. Dans les années vingt, plus de la moitié (60 %) des étudiants allemands appartenait à des organisations dites « apolitiques », dont les orientations idéologiques et poli­tiques étaient plus ou moins nettement conservatrices. Seulement 5 % se retrouvaient dans des associations soutenant le régime de Weimar ; le dernier tiers, quant à lui, n’appartenait à aucune organisation3.

  • 4 D’autres fonctions de ces associations sont moins importantes dans notre contexte. Il s’agit surtou (...)

17Cet apolitisme conservateur, ou ce conservatisme apolitique, est le propre de la très grande majorité des diverses associations étudiantes (Verbindungen) depuis le milieu du xixe siècle. La révolution de 1848 a été leur dernière apparition sur la scène politique. Ayant renoncé définitivement à faire triompher des aspirations libérales et unitaires, les différentes associations estudiantines se sont cantonnées dans un rôle de « communautés d’éducation mutuelle » (Erziehungsgemeinschaf­ten), étant entendu que cette éducation avait pour principal objet la transmission des valeurs dominantes de la société allemande de ce temps, plus précisément celles qui avaient cours dans les élites au pouvoir. Les différences et les diver­gences entre les associations ne correspondaient qu’aux clivages internes de la bourgeoisie et au fossé qui subsistait entre la bourgeoisie et la noblesse4. Certes, il y avait avant 1918 des étudiants socialistes ou libéraux. Mais ils étaient très minoritaires et généralement isolés, tenus à l’écart même par les autorités univer­sitaires. Leurs tentatives pour s’organiser, par exemple au sein de la Freie Studen­tenschaft, n’avaient que peu de succès.

18Comme la société allemande dans son ensemble, le milieu universitaire a reçu la démocratie comme un don non sollicité. La République de Weimar donna une dimension nouvelle à la participation des étudiants à la gestion de leurs établisse­ments en créant des institutions fondées sur le principe de la démocratie repré­sentative : la Studentenschaft était constituée par l’ensemble des étudiants, tous avaient le droit de vote et le scrutin était secret. Membres ou non d’une organisa­tion, tous les étudiants étaient en principe représentés dans les organes consultatifs de l’université. Sur le plan local, les Allgemeine Studentenausschüsse (ASTA) parlaient au nom de tous les étudiants. Ces commissions locales étaient réunies au plan national dans la Deutsche Studentenschaft. Il y eut ainsi une vie politique spécifique à l’université, rythmée par les élections universitaires. Les élections à ces différentes instances et les débats des congrès annuels de la Deutsche Studen­tenschaft, les Studententage permettent de juger de la politisation des étudiants.

19On y voyait s’affronter d’abord, parfois violemment, les opinions politiques très contrastées, allant de l’extrême gauche à l’extrême droite antisémite, en passant par toutes les nuances du centrisme et du républicanisme. Mais très rapidement des groupes activistes, globalement minoritaires, purent y accaparer le pouvoir à la faveur du très fort taux d’abstention des étudiants aux élections et réduire progres­sivement au silence les voix modérées et démocratiques. À partir de ce moment-là, les conflits se produisaient moins au sein de la Studentenschaft qu’entre cette dernière et les ministres de tutelle, surtout en Prusse, qui était gouvernée, pendant presque toute la période de Weimar, par des coalitions républicaines.

20Parmi les organisations étudiantes conservatrices, les plus actives et les plus influentes étaient les corporations (Korps, Burschenschaften, Landmannschaften) rassemblées dans des fédérations comme le Hochschulring deutscher Art, puis le Deutscher Hochschulring. Violemment anti-socialiste, plein de mépris pour le régime parlementaire et pour la République, le Deutscher Hochschulring réussit, à l’issue d’une lutte obstinée à prendre le contrôle de la Studentenschaft et à imposer ses vues. Il était souvent aussi à l’origine de conflits locaux, en particulier d’attaques prenant pour cibles des professeurs coupables d’avoir pris publiquement des positions pacifistes, socialistes ou « anti-nationales », c’est-à-dire parfois simplement républicaines. Les campagnes de boycott ou les manifestations bruyantes dans les cours furent souvent couronnées de succès et les professeurs visés durent abandonner leur chaire.

21Au plan national, les principaux sujets de conflit étaient, d’une part, les relations avec les universités autrichiennes (les conservateurs restant passionnément attachés au principe großdeutsch et refusant de reconnaître qu’aux termes même du traité de Versailles l’Autriche était un pays étranger), et d’autre part les clauses d’exclusion que les associations de certaines universités, notamment autrichiennes, préten­daient maintenir à l’égard des étudiants juifs ou socialistes. Dans les deux cas, les positions des associations d’étudiants découlaient d’une même volonté : celle de ne pas reconnaître les changements qui s’étaient produits aussi bien dans le contexte international que dans la société allemande. Ce n’était pas seulement la nostalgie du temps passé, c’était le refus d’accepter la réalité nouvelle, par rapport à laquelle on reste résolument à l’écart – en attendant qu’on puisse revenir à la situation ancienne. Mais comme au niveau de l’État et de la vie politique représentée par les partis, c’est en utilisant les moyens même que la démocratie mettait à leur dispo­sition que les étudiants cherchaient à faire échec à la démocratie et à changer le régime dans le sens de leurs espoirs de restauration.

  • 5 Jarausch, Konrad H., Deutsche Studenten 1800-1970, Frankfurt, Suhrkamp, 1984, p. 148.

22Le conflit entre la Deutsche Studentenschaft, entièrement dominée à présent par les organisations ultra-conservatrices, et le Kultusminister prussien C.H. Becker atteignit son paroxysme en 1927, lorsque le ministre tenta d’imposer à la Studen­tenschaft une nouvelle « constitution » en conformité avec les principes fondamen­taux de la constitution de Weimar. La Studentenschaft s’y opposant, le ministre soumit le texte au vote des étudiants de toutes les universités prussiennes. Ce fut un échec grave pour le ministre, mais aussi et plus encore pour la démocratie, puisque 77 % des votants rejetèrent cette constitution démocratique. Les conservateurs triomphaient et accentuaient leurs attaques contre la République : à partir de 1929 la Studentenschaft refusa de participer aux cérémonies célébrant l’anniversaire de la constitution de Weimar (Verfassungsfeier). En contrepartie, le ministère ne reconnut plus la représentativité de la Studentenschaft. Ainsi le fossé entre les étudiants et le régime démocratique se creusait-il de plus en plus.5

23Mais déjà les associations du Deutscher Hochschulring étaient menacées et dépassées sur leur droite par les progrès d’une association qui se situait d’emblée en opposition par rapport à elles, tout en poursuivant des objectifs très voisins : le Nationalsozialistischer Deutscher Studentenbund.

24La politisation du milieu universitaire s’explique par les bouleversements politiques que l’Allemagne a connus au lendemain de la guerre : les étudiants ne pouvaient rester à l’écart, c’est en quelque sorte un acquis de la démocratisation. Mais pourquoi cette politisation s’est-elle faite majoritairement à droite ? Les raisons sont nombreuses : il y a d’abord les raisons matérielles. Les difficultés de la vie universitaire, l’absence de perspectives de carrière dans la société, faisaient que beaucoup désespéraient d’un « système » né d’une défaite, et qui accumulait faillite sur faillite. La seconde raison était sans doute liée au recrutement des étudiants : l’ouverture relative des universités à de nouvelles couches de la population a surtout bénéficié aux couches moyennes, celles-là précisément qui se montreront les plus sensibles au chant des sirènes national-socialistes. Quant aux classes supé­rieures qui, si elles ne sont plus majoritaires parmi les étudiants, fournissent pour­tant toujours les modèles de comportement et les valeurs de références, elles sont surtout désireuses de maintenir le statu quo. Pour cela ; elles s’allieront bientôt à ceux-là même qui menacent de « révolutionner » la société allemande dans un tout autre sens.

1. 3. Les étudiants et le national-socialisme

25Après des débuts chaotiques et le lamentable putsch manqué de Munich en 1923, le parti national-socialiste commença à partir de 1925 à reconstruire systé­matiquement son appareil en vue de la prise du pouvoir. C’est en 1926 qu’un étudiant en droit du nom de Wilhelm Tempel créa le Nationalsozialistischer Deutscher Studentenbund. Au sein du mouvement national-socialiste il se situait dans la mouvance « de gauche » représentée par les frères Georg et Otto Strasser et, de ce fait, sa place au sein du mouvement national-socialiste fut difficile pen­dant plusieurs années. Les liens du mouvement avec les frères Strasser n’ex­pliquent cependant qu’en partie les réticences d’Hitler. En fait celui-ci n’avait pas beaucoup d’atomes crochus avec le monde universitaire, ni avec les milieux intellectuels d’une manière générale.

26Pourtant à partir de 1928 l’organisation des étudiants nationaux-socialistes prend progressivement sa place dans le dispositif de prise de pouvoir par les voies légales. Elle devient le principal moyen de pénétration dans les milieux de la bourgeoisie moyenne et supérieure, en particulier dans la bourgeoisie cultivée (Bildungsbürgertum) à laquelle le national-socialisme commence à s’intéresser, en voyant que les espoirs mis auparavant dans la classe ouvrière ne se réalisaient pas (élections du 20 mai 1928). L’intérêt pour la bourgeoisie s’accentue encore dans le contexte de la crise économique qui, en prolétarisant les classes moyennes, les rend plus sensibles aux mots d’ordre de changement radical, sans pour autant les pousser à rejoindre les positions de la classe ouvrière, ce qui aurait été ressenti comme un déclassement. Ce qui intéresse aussi Hitler et son état-major c’est le rôle de propagandistes que les étudiants peuvent jouer : leur activisme, leurs aptitudes rhétoriques sont des atouts non négligeables. Tout cela provoqua donc un net changement d’attitude à l’égard du mouvement des étudiants nationaux-socialistes, qui se traduisit aussi par le remplacement de Tempel à la tête du mouvement en 1928. Son successeur Baldur von Schirach, germaniste et poète médiocre, jouit de l’entière confiance du Führer.

27Dans cette nouvelle conjoncture, le nombre de groupes du NSDStB présents dans les universités augmente rapidement, leurs effectifs croissent. Grâce à leur activisme, ils parviennent à jouer un rôle de plus en plus important dans les instances représentatives de la communauté estudiantine, et gagnent de plus en plus souvent les élections aux ASTA locales, malgré l’opposition des corporations traditionnelles et tout en restant très largement minoritaires « à la base », parmi les étudiants.

  • 6 Kater Michael H., « Die Studenten auf dem Weg in den Nationalsozialismus » in : Tröger, Jörg (Hrsg. (...)

28En 1931, ils réussissent à prendre la majorité au sein de l’instance centrale des organisations d’étudiants. Il est vrai qu’un an auparavant, aux élections de septem­bre 1930, le parti nazi avait obtenu 107 sièges et était devenu le deuxième parti du Reich. À l’évidence, le parti national-socialiste accentue son implantation dans les classes moyennes et en particulier dans le milieu étudiant. L’arrivée d’Hitler à la chancellerie devait naturellement précipiter ce mouvement. Selon certaines estima­tions6, au début de 1933 plus de la moitié des étudiants partageaient plus ou moins les convictions national-socialistes, sans être cependant toujours membres d’une organisation d’obédience nazie.

29En constatant que cet engagement des étudiants au service de la cause national-socialiste augmente à mesure que la crise économique s’accentue, on pourrait conclure que les motivations économiques l’emportent. Mais la peur du lendemain et l’espoir qu’un changement de régime ouvrirait de nouvelles perspectives aux Akademiker ne sont pas la seule explication du phénomène, pas plus que l’hostilité viscérale que de larges pans des classes moyennes, celles-là même qui fournis­saient la majorité des étudiants, ressentaient à l’égard du système de Weimar. Cela aurait dû conduire les étudiants plutôt dans les rangs des partis conservateurs traditionnels comme le DVP et le DNVP et non dans ce nouveau parti qui se dit lui-même ouvrier, qui prêche une révolution et voue aux gémonies l’ordre établi.

  • 7 Jarausch op. cit. p. 149-150.

30En réalité, on peut penser avec Konrad Jarausch que les frustrations sociales et les conflits politiques qui agitent les étudiants (par exemple dans le conflit avec le ministre de tutelle en Prusse) sont les indices d’un conflit plus profond, d’un conflit des générations. La jeune génération académique se sent abandonnée et trahie par la génération des adultes campant sur ses positions idéologiques et matérielles acquises et incapables d’offrir des perspectives aux nouvelles générations, inca­pables même de les comprendre. L’expression « lutte des générations » revient de plus en plus souvent dans les écrits par lesquels les étudiants cherchent à définir le sens de leur combat. Rares sont ceux qui, comme le président du Philologen­verband prussien, comprennent que « la jeunesse a le sentiment que personne ne se préoccupe des inquiétudes que lui inspire la misère financière et économique générale et que c’est toujours elle, la jeunesse, qui est sacrifiée » et qui déplorent que « malgré les déclarations sur le manque d’espace vital pour la jeunesse », rien n’est fait pour elle. Un étudiant exprime cette détresse en écrivant, en février 1932, dans la Deutsche Allgemeine Zeitung : « nous sommes laissés à l’abandon sur le plan intellectuel et moral. Un abîme béant s’est ouvert dans la société allemande, qui tend à arracher à la patrie sa jeune génération »7.

31« L’État a été conquis, l’université pas encore », avaient écrit les étudiants nazis au printemps 1933. La tâche allait se révéler moins facile qu’ils ne le pensaient. Bien entendu, ils ont pu multiplier leurs actions contre des professeurs juifs ou libéraux et obtenir leur renvoi. Ils ont également pu prêter main forte à la mise au pas intellectuelle entreprise par Josef Goebbels. Ce sont les étudiants qui en mai 1933 ont allumé et entretenu les bûchers où étaient vouées aux flammes les œuvres de quelques-uns des meilleurs écrivains allemands

32Mais ils ont eu plus de mal à venir à bout de leurs rivaux au sein même de la communauté étudiante. Sans doute, le NS Studentenbund a-t-il vu ses effectifs croître de manière remarquable après la prise de pouvoir (passant par exemple à l’Université de Hambourg entre février et juillet 1933 de 42 à 266 membres). Sans doute a-t-il pu obtenir sans trop de peine l’interdiction des associations d’étudiants communistes, socialistes ou juives, mais du côté des corporations les choses étaient moins faciles. Idéologiquement les corporations conservatrices n’ont pas eu beau­coup de mal à accepter le nouveau régime. Mais tout en se sentant très proches du national-socialisme, elles n’ont pas voulu sacrifier leur traditionnelle indépendance et se laisser absorber par la NS Studentenbund. Jusqu’à la fin de 1934 la dualité entre, d’une part, l’association des étudiants allemands (la Deutsche Studenten­schaft de nouveau reconnue, réorganisée selon le Führerprinzip) et l’association des étudiants national-socialiste (NS Studentenbund) demeurera, bien que la pre­mière soit, elle aussi, dominée par les nazis. C’est seulement en 1936 que la création de la fonction du Reichsstudentenführer mit fin au dualisme. Para­doxalement, la mise au pas (la Gleichschaltung) des corporations s’est avérée malaisée précisément parce qu’elles étaient idéologiquement très proches des idées du nouveau régime et qu’elles ne pouvaient donc pas être accusées de convictions de gauche ou même simplement démocratiques. A cela s’ajoute le poids et l’influence des Alte Herren dans la société allemande y compris au sein du mouvement national-socialiste, ainsi que les luttes d’influence entre différents groupes qui caractérisent ce même mouvement nazi.

33Mais en définitive les corporations ont dû céder et quelles qu’aient été leurs motivations profondes, opportunisme ou idéalisme, peur du lendemain ou patrio­tisme, elles n’ont pas levé le petit doigt pour défendre la démocratie. Elles ont au contraire contribué à en saper les fondements, et ont vu avec faveur l’arrivée au pouvoir du national-socialisme, cherchant seulement à tirer leur épingle du jeu.

2. Les mouvements de jeunesse

2. 1. Le juvénilisme

34Qu’est-ce que la Jugendbewegung ? On a vu apparaître en Allemagne, au début du xxe siècle, un certain nombre d’associations de jeunesse libres de toute attache avec une organisation ou une famille spirituelle quelconque, qui proclamaient que leur seul programme était de n’en point avoir et de vouloir mener une vie conforme à leurs aspirations propres. Nés vers 1900, ces phénomènes ont peu à peu pris de l’ampleur : d’abord limité au milieu des lycéens, le mouvement a bientôt gagné aussi les universités. L’opinion publique allemande a commencé à en prendre conscience en 1913, à l’occasion d’un rassemblement de jeunes au cours duquel ceux-ci adoptèrent une sorte de charte de la jeunesse et revendiquèrent le droit à l’autodétermination « Selbstbestimmung der Jugend », le droit de vivre selon leurs propres lois, une sorte d’« autonomie éducative ». Mais, parallèlement, une multi­tude d’autres organisations de jeunesse se créaient à l’instigation des Églises, des syndicats, des partis et même de l’État. Après la guerre, le mouvement reprit son essor, en devenant encore plus divers, plus chatoyant, mais aussi plus confus, souvent plus radicalisé, parfois politisé. C’est à cette époque qu’il a éveillé le plus d’inquiétudes et d’espoirs. C’est de cette époque aussi que datent les témoignages les plus nombreux des observateurs, tant allemands qu’étrangers. L’arrivée au pouvoir du national-socialisme mit un terme au mouvement, en récupérant cependant un grand nombre de ses valeurs et de ses discours.

35Les innombrables mouvements de jeunesse qui ont vu le jour au cours de ces décennies en Allemagne sont nés dans des circonstances très variables : les uns spontanément, les autres sur l’initiative des pouvoirs publics ou de certains groupes sociaux. Ils présentaient au départ des différences profondes sur le plan idéolo­gique : il y avait des organisations socialistes, militaristes, confessionnelles. Parmi ces dernières, les unes étaient protestantes, d’autres catholiques ou juives ; certaines se disaient pacifistes, humanistes, d’autres militaristes, nationalistes, voire racistes. Pourtant, on parle généralement d’elles en utilisant le singulier et l’article défini die Jugendbewegung.

36En fait, la notion de Jugendbewegung est à la fois concrète et abstraite. Elle est concrète dans la mesure où elle désigne un certain nombre d’institutions, d’organisations, de groupes de jeunes, qui existaient effectivement dans la société allemande et dont la plupart avaient même le statut d’association légalement déclarée. C’est une notion abstraite dans la mesure où elle postule une unité qui n’a jamais existé dans les faits. Le « mouvement de la jeunesse » n’est pas une organi­sation particulière, ce n’est pas non plus l’ensemble des mouvements de jeunes, c’est un ensemble de comportements, d’idées, de discours, de valeurs et de jugements communs à une partie de la jeunesse organisée dans les associations. C’est que nous proposons d’appeler le « mouvement juvéniliste » ou « juvéni­lisme ».

37L’idée centrale du « juvénilisme » est celle de l’autonomie de la jeunesse : pour lui, les jeunes constituent un groupe à part dans la société, qui a ses caractères et sa valeur propres. Il rejette, par principe, les clivages d’ordre social, politique ou confessionnel qui divisent la société des adultes. La valeur de la jeunesse réside dans son indétermination, son immaturité. Elle n’est pas prisonnière des rôles sociaux et des contraintes que ceux-ci imposent à l’individu. Elle est capable d’enthousiasme et de générosité, elle est sincère, opposée à tous les compromis et toutes les compromissions.

38Elle n’est pas responsable du monde tel qu’il est, tel que l’ont façonné les adultes car elle est dépositaire de l’avenir. Il faut qu’elle puisse façonner cet avenir conformément à sa propre loi, à celle qu’elle porte en elle, non à celle que lui imposent les adultes. L’éducation traditionnelle, processus de vieillissement forcé est un appauvrissement de la personnalité, c’est pourquoi il faut la réformer profondément. Il faut que les adultes se mettent à l’écoute de la jeunesse et lui donnent la parole. De son côté, la jeunesse doit s’abstenir d’entrer dans les conflits des adultes, de s’engager dans les luttes politiques, confessionnelles ou idéolo­giques de la société. Elle doit se réserver pour l’avenir.

39Cette « idéologie juvéniliste », apparemment apolitique, est suffisamment vague pour pouvoir coexister avec un grand nombre de convictions politiques ou confessionnelles différentes. On la retrouve ainsi – avec des variantes – dans les mouvements de jeunesse socialistes, comme dans les mouvements conservateurs voire fascistes, dans les mouvements catholiques et les mouvements protestants ou juifs, dans la jeunesse syndicaliste comme dans la jeunesse militariste. Elle s’y retrouve à l’état plus ou moins pur, plus ou moins dilué, plus ou moins mélangé à d’autres éléments. Le degré maximal de concentration et de pureté de l’idéologie juvéniliste se trouve bien entendu dans les mouvements qui n’ont pas, par ailleurs, d’attaches avec une idéologie politique ou une confession précise.

40L’historiographie traditionnelle de la Jugendbewegung distingue trois périodes dans l’histoire du mouvement. La première, qui va des débuts, en 1896, jusqu’aux environs de 1913, est placée sous le signe du mouvement Wandervogel. C’est la phase « romantique » où domine le retour aux valeurs du passé, du peuple, de la terre, c’est la phase de réaction à une civilisation industrielle et urbaine trop exclusivement attachée à la poursuite du rendement et du profit, une réaction contre l’anonymat et l’aliénation propres à la société moderne, pour un nouvelle reconnaissance de la personnalité. Elle correspond au néo-romantisme et à la Heimatkunst en littérature.

41La seconde période, de 1913 à 1923, coïncide avec l’émergence du mouvement Freideutsche Jugend. Le centre de gravité se déplace vers la jeunesse des univer­sités et le mouvement devient plus intellectuel. C’est une phase d’intense agita­tion : le tableau devient plus confus, les aspirations plus diverses ; des clivages politiques et idéologiques apparaissent. Après une flambée de politisation intense au cours des premiers temps de la république de Weimar, cette phase se termine vers 1923 dans le désenchantement et le repli. Seule une petite minorité franchit le pas et s’engage dans la politique active (à gauche comme à droite).

42Enfin, la dernière période, du début des années 1920 à 1933, est d’habitude placée sous le signe de la Bündische Jugend. Elle est caractérisée d’une part par une certaine banalisation des idées de la Jugendbewegung qui gagnent à présent les organisations de jeunesse créées à l’initiative de l’État, des Églises, des partis et des syndicats, d’autre part par la création de nouvelles organisations autonomes où, à l’écart de toute influence du monde des adultes, on s’efforce de vivre pleinement selon l’idéal du mouvement juvéniliste. Elle est caractérisée aussi par la valorisa­tion de plus en plus forte du groupe, du Bund (Ligue).

43Ce bref survol du phénomène de la Jugendbewegung était nécessaire, car il constitue la toile de fond devant laquelle prennent place les phénomènes que nous allons voir plus en détail. Il est en effet impossible de parler de tous les mouve­ments de jeunesse et nous devons nous contenter de quelques « études de cas ». Mais précisément en voyant que dans ces cas, par-delà les différences d’origines et d’appartenance politique des groupes concernés, on trouve des attitudes et des comportements semblables, on peut conclure que ceux-ci font partie du fond commun des mouvements, de l’idéologie commune de la Jugendbewegung.

2. 2. Le scoutisme allemand dans le contexte international

44Un premier cas intéressant est celui du mouvement scout. Né en Angleterre vers 1908 sous l’impulsion du général Baden-Powell, le scoutisme a été rapidement adopté par les nations du continent (dès 1910-1911 en France et en Allemagne) : comme en Grande-Bretagne, la participation active de certains militaires et l’appui des autorités civiles et militaires ont été déterminants. Il se présente comme un mouvement d’éducation à la fois morale, physique et civique, avec – surtout au début – une allure indéniablement militaire. Le principal objectif du scoutisme est, à l’origine, de former de bons citoyens, efficaces, loyaux, prêts à défendre leur patrie, les armes à la main s’il le faut.

45Mais, pour autant, le scoutisme n’est pas chauvin ni xénophobe, il ne refuse pas les contacts avec les mouvements des autres pays ; la « fraternité scoute » ne s’arrête pas aux limites des frontières nationales, elle englobe les « frères » de tous les pays. D’abord informels, ces contacts par-dessus les frontières furent institu­tionnalisés au lendemain de la guerre notamment par la création d’un « Bureau International » (I.B.). Dès 1919, dans le cadre de la préparation d’un grand rassem­blement international, du jamboree de Londres de 1920, le mouvement anglais entra en contact avec le principal mouvement scout allemand, le Deutscher Pfad­finderbund (DPB) et l’invita à participer au rassemblement. Ce fut le début d’une longue série d’invites et de dérobades, de reculs et de malentendus et lorsqu’en 1933 le scoutisme allemand subit le sort de la plupart des autres organisations de jeunesse allemandes et fut dissout, il n’avait toujours pas réussi à normaliser ses rapports avec le Bureau international du mouvement.

  • 8 Le Deutscher Pfadfinderbund et les autres organisations nées avant 1914 se sont profondément modifi (...)

46En 1920, les dirigeants du Deutscher Pfadfinderbund (DPB) réunis à Naumburg avaient pris la décision de ne participer à aucun rassemblement international avec les mouvements étrangers (en tout cas pas avec ceux des vainqueurs de 1918) tant que des soldats ennemis se trouveraient sur le territoire allemand. De ce fait, les scouts allemands furent absents du jamboree de Londres. Au jamboree suivant, à Copenhague en 1924, quelques groupes allemands étaient présents ; cependant ils n’appartenaient pas au DPB, mais à des ligues de moindre importance, non recon­nues par le Bureau International.8

47Pour le rassemblement suivant, prévu en 1929 à Liverpool, le DPB, imité en cela par la plupart des autres ligues, n’était nullement décidé à changer d’attitude. De son côté, le Bureau International multipliait ses efforts pour réintégrer le scou­tisme allemand dans la communauté internationale, mais il posait ses conditions, exigeant en particulier le respect du principe de nationalité : un interlocuteur unique parlant au nom de tout le scoutisme allemand et interdiction, pour les ligues allemandes, d’entretenir des groupes en dehors des frontières du Reich, notamment en Autriche et dans les minorités allemandes d’Europe centrale. À la conception « occidentale », pour qui le critère unique était la nationalité, les Allemands opposaient l’appartenance à la communauté de langue et de culture allemande ; au principe de la Nation, ils opposaient celui du Volk. Le Bureau International tenta de contourner l’obstacle en suscitant la création en 1927 d’une nouvelle fédération sous le nom de Deutsche Scoutverband, mais peu de ligues s’y rattachèrent et leur participation au rassemblement de Liverpool (Birkenhead) tourna à la déroute.

48À partir de 1929, d’une part, les mouvements scouts allemands s’acheminaient vers plus d’unité (création du Deutscher Pfadfinderverband) et, d’autre part, l’évacuation de la Rhénanie levait certains obstacles. Les contacts avec le Bureau International reprirent, mais les progrès furent lents et en 1933 l’évolution de la situation politique en Allemagne mit fin à toutes les tentatives pour renouer les liens avec le mouvement international, en même temps qu’il mit fin au scoutisme allemand pour les douze années à venir. Pendant toutes les années de la république de Weimar donc, le scoutisme allemand n’a pas réussi à surmonter les ressenti­ments nés de la défaite ni à accepter le nouvel état de l’Allemagne et de l’Europe. Il a refusé l’oubli et s’est montré somme toute plus intransigeant encore que la plupart des partis politiques de la république de Weimar qui, à partir de 1923, ont cherché à obtenir la révision du verdict de Versailles en faisant au moins mine de l’accepter.

2.3. La Ligue mondiale de la jeunesse

49Le second cas est très différent, mais aussi intéressant : les mêmes difficultés et les mêmes blocages se retrouvent dans la principale organisation de jeunesse alle­mande à visées explicitement internationalistes et pacifistes : la Ligue de la jeunesse du monde (Weltjugendliga).

50Elle a vu le jour à Vienne en 1919, sur l’initiative d’étudiants viennois et avec le concours du comte Harry Kessler. L’accueil favorable que l’initiative reçut d’emblée montre le désir de milliers de jeunes de surmonter au plus vite les barrières dressées entre les peuples par une guerre sanglante de plus de quatre années, de retrouver le contact avec les jeunes des autres pays, y compris de ceux qui avaient été naguère les adversaires des puissances centrales.

« la guerre finie, des jeunes gens se sont tendu la main et ont juré de ne plus jamais lever les armes les uns contre les autres. » (proclamation inaugurale de la Welt­jugendliga).

51Le groupe autrichien fut rapidement rejoint par un groupe allemand (août 1919) qui fut dès lors et jusqu’à la fin l’élément moteur du mouvement. Un groupe hollandais s’y joignit en 1920, puis un groupe suisse. La ligue se fixait comme principal objectif d’établir ou de rétablir des relations et d’organiser des rencontres et des échanges avec la jeunesse des autres pays. Là aussi l’expérience de la guerre a été le motif le plus puissant :

« Les expériences de la guerre ont appris à des milliers d’entre nous qu’il faut bannir l’usage des armes pour régler les conflits entre les peuples. »

  • 9 Bund republikanischer Freischaren e.V. ; Club demokratisch gesinnter Studenten, Mün­chen ; Freiprol (...)

52La Weltjugendliga resta essentiellement cantonnée à l’Allemagne et à l’Autriche. Sur le plan de la politique intérieure, sans avoir de liens avec aucun parti, elle prenait souvent part à la vie politique aux côtés des partis de gauche dans le combat pour la démocratie et la paix, contre la renaissance du nationalisme. Elle recrutait ses adhérents directs parmi les jeunes de toutes catégorie sociales, mais l’essentiel de ses forces venait de groupes de la Jugendbewegung9 qui avaient joint leurs efforts à ceux de la Weltjugendliga. Elle publiait, pour faire connaître son action et ses objectifs, un bulletin périodique (Mitteilungsblatt der Weltjugendliga), mais apparaissait souvent aussi dans les principales revues de la Jugendbewegung, en particulier dans Junge Menschen.

53À partir de 1926, dans le contexte des illusions de l’ère briandiste, la Ligue mondiale de la jeunesse consacra tous ses efforts à la création d’une « Ligue mon­diale de la jeunesse pour la Paix » : Weltbund der Jugend für den Frieden. L’initiative venait d’Amérique, du groupe Fellowship of Youth for Peace, d’inspi­ration Quaker. Elle était également soutenue par le mouvement anglais British Federation of Youth. Un groupe de travail fut créé en Allemagne pour préparer la rencontre internationale.

54En 1927 fut organisée, à l’auberge de jeunesse de Freusburg, une rencontre préparatoire réunissant les représentants des mouvements de jeunesse allemands et des délégations de jeunes de nombreux autres pays. Cette rencontre, destinée à préparer le congrès proprement dit, prévu pour 1928, révéla déjà toutes les difficultés auxquelles allait se heurter l’entreprise. Elle commença d’ailleurs par un différend entre les participants allemands eux-mêmes, sur la question du drapeau.

55Les débats fort longs et souvent très vifs aboutirent à un certain nombre de thèses, qu’on peut résumer ainsi : la lutte pour la paix passe par la lutte contre l’impérialisme et le capitalisme, contre le colonialisme et la domination de la race blanche, pour le droit à l’autodétermination de tous les peuples et l’autonomie culturelle des minorités nationales ; la Société des Nations n’est que la gardienne du statu quo international et la représentante des intérêts des puissances impéria­listes ; sa seule justification est qu’elle évite peut-être des crises internationales plus graves, mais elle devra être réformée, en particulier en changeant les structures sociales, politiques et intellectuelles des pays qui la composent. Le congrès place ses espoirs dans un démantèlement rapide du système capitaliste « occidental » grâce à l’union de toutes les forces révolutionnaires, mais aussi et surtout grâce à la lutte des peuples colonisés pour leur indépendance.

56Cette résolution n’aurait rien de surprenant si elle émanait d’un mouvement de jeunesse communiste. Mais à Freusburg, il y a des représentants de toutes les sensibilités politiques de la jeunesse allemande, y compris des jeunes qui se réclamaient du mouvement völkisch. En fait, ce qui s’exprime là c’est une sorte de front uni de la jeunesse allemande contre l’ordre international né du traité de Versailles, un rejet décidé des efforts pour la paix et la réconciliation internationale tels qu’ils avaient été menés depuis 1918, notamment dans le cadre de la Société des Nations. L’idée est même lancée d’une société des nations des peuples opprimés : face à la « société des nations genevoise », qui est l’assemblée des nations dominantes, civilisées, de bonne famille, ce serait « la véritable société des nations », une communauté des peuples jeunes, sans nom, à qui appartient l’avenir. C’est également le rejet du système politique et social de la démocratie libérale, tel qu’il est en vigueur dans les pays occidentaux. La jeunesse allemande, grâce à la situation centrale de l’Allemagne, estime qu’elle est appelée à jouer le rôle d’intermédiaire et à réaliser la synthèse entre le réalisme « occidental » et l’humanisme révolutionnaire « oriental ».

57Sur la base de ces principes, on voyait se rejoindre des représentants de toutes les tendances de la jeunesse allemande, les internationalistes pacifistes et les nationalistes, l’extrême gauche et l’extrême droite. Ce qui les réunissait, c’était en réalité la remise en cause de l’ordre établi par Versailles, la volonté de révision. Ce ne pouvait pas être le point de vue des représentants des pays occidentaux, minori­taires à Freusburg, mais largement représentés au Congrès proprement dit, qui se réunit en août 1928 à Eerde près d’Ommen en Hollande. Les jeunes venus là des cinq continents (450 délégués de 31 nations) pour débattre de la création d’une ligue mondiale de la jeunesse pacifiste, ont surtout commencé par étaler leurs différences et leurs conflits. Le congrès fut le théâtre de chaudes empoignades. Les Allemands, et en particulier les jeunes nationalistes, commencèrent par protester contre l’absence de délégués soviétiques, à qui les Pays-Bas avaient refusé le visa d’entrée. Ensuite, la motion de protestation allemande ayant été rejetée par une forte majorité, les représentants des jeunes nationalistes allemands annoncèrent leur retrait officiel pour protester contre le système de délibérations sur le mode parlementaire occidental et le vote de résolutions :

« Nous, dirigeants de ligues de la jeunesse nationaliste, constatons que la compo­sition et le mode de fonctionnement du congrès sont contraires aux convictions et aux habitudes de la Jeunesse des ligues (Bündische Jugend). Les actes et les déci­sions des organisateurs du Congrès et des délégations montrent que des organisations de jeunesse, ailleurs autonomes, se soumettent aux intérêts de l’État. Nous condam­nons le comportement du comité exécutif en relation avec l’absence des Russes. Appartenant à une nation opprimée, nous autres Allemands, n’avons aucun intérêt à permettre que les rapports de puissance créés par les traités de paix de 1919 soient pérennisés et dissimulés par une phraséologie pacifiste. »

58Les différents camps continuèrent à s’affronter : « révolutionnaires » contre « évolutionnaires », représentants des peuples colonisés contre représentants des pays impérialistes ; ceux qui prônaient la paix sur la base d’un statu quo mondial et ceux pour qui cette paix n’était qu’une duperie, parce que pour eux le combat pour la paix passait par la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme. Le « dépasse­ment » du capitalisme était admis comme un objectif commun, mais sur le sens de ce dépassement et les voies pour y parvenir, il n’y avait aucun accord. On réclamait de la SDN la reconnaissance du droit des peuples à l’autodétermination, la suppression des mandats, des protectorats et des sphères d’influence.

59Au cours de ce congrès, le problème des minorités et celui de la reconquête de la pleine souveraineté intérieure et extérieure du Reich étaient au centre des préoccupations des Allemands, à quelque famille politique ou idéologique qu’ils appartinssent : droite et gauche unies, démocrates et nationalistes au coude à coude. Souvent l’on voyait les communistes, les « national-révolutionnaires » allemands et les représentants asiatiques et africains faire front commun contre les « pacifistes à tout prix ». On prônait, face au pacifisme occidental, le « Friedens­kampf der jungen Völker ». Le pacifisme c’est ce que prêchent les peuples occidentaux, soucieux de maintenir un statu quo inique tandis que le combat pour la paix des peuples jeunes, des peuples opprimés – qu’il s’agisse de colonies ou de pays qui estimaient avoir été mis injustement au ban de la communauté inter­nationale (Allemagne, Union Soviétique) – passe par la volonté de changer la situation existante, jugée intolérable.

60Malgré toute l’habileté des organisateurs du Congrès et le vote parfois unanime de résolutions reprenant un certain nombre des thèses formulées au cours des discussions, il apparut que la création d’une ligue internationale de la jeunesse pour la paix était irréalisable pour le moment. Le congrès se sépara sur un constat d’échec. Au cours de l’année suivante, plusieurs réunions eurent encore lieu entre les représentants des organisations de jeunesse allemandes. Mais les discussions n’aboutirent à aucun résultat tangible. L’activité de la Weltjugendliga déclina en même temps qu’elle se radicalisait dans ses prises de position en politique intérieure allemande.

61L’histoire de la Weltjugendliga est intéressante à plus d’un point de vue. C’était un des rares endroits où la jeunesse allemande, représentée par de nombreuses organisations de la Jugendbewegung, s’est retrouvée autour des thèmes de la paix et de la coopération internationale. Malgré la vivacité, parfois même la violence des discussions et des disputes qui les opposaient les unes aux autres sur de nombreux points, malgré l’échec final du projet de ligue internationale, il y avait entre ces organisations un point commun : la situation de l’Allemagne vaincue, abaissée, privée de défense, amputée d’une partie de son territoire, de sa souve­raineté et de ses colonies dominait tous les débats, était au centre de toutes les préoccupations – beaucoup plus que la paix.

2.4 . Bündische Jugend

62Mais les mouvements d’éclaireurs tout comme ceux qui adhérèrent à la Ligue de la jeunesse du monde n’étaient pas les plus représentatifs de la Bündische Jugend. Celle-ci apparaît mieux encore dans d’autres organisations comme le Bund der Wandervögel und Pfadfinder, puis la Deutsche Freischar. C’est là qu’on peut saisir de la façon la plus authentique l’attitude de la jeunesse allemande à l’égard de la politique. Certes la politique n’était pas une préoccupation centrale de la Bündische Jugend. Comme le dira Arnold Bergsträßer :

« la politique au sens étroit a toujours été pour la Jugendbewegung une affaire secondaire et ses essais politiques n’ont produit rien d’original. »

63Mais la politique n’était pas absente, loin de là. Alors qu’au lendemain de la guerre, dans l’agitation des esprits qui accompagna le bouleversement politique, les mouvements de jeunesse tels que la Freideutsche Jugend pensaient encore pouvoir apporter au monde le message salvateur de l’homme nouveau, gage d’une société nouvelle, et espéraient révolutionner en même temps l’homme et la société (une attitude qui, sur bien des points, ressemblait au messianisme expressionniste), la période de la Bündische Jugend correspond à un mouvement de repli. La Bündi­sche Jugend admet aussi le fait politique, elle s’y intéresse, mais à sa façon. Son intérêt pour la politique n’est pas naïf et idéaliste comme au temps de la Freideut­sche Jugend, il n’est pas non plus essentiel et il ne se traduit pas par un engagement dans la lutte politique. Ce qui prime pour la Bündische Jugend c’est le groupe, le Bund, c’est la communauté de ses membres ligués autour d’un idéal commun, sous la conduite d’un chef choisi librement.

64La vocation première du Bund est d’être une communauté d’éducation et non une communauté d’action. C’est un lieu où les jeunes personnalités doivent se développer, à l’écart des vicissitudes de la politique, pour pouvoir un jour infléchir de façon décisive cette politique, sans être déformées par des habitudes acquises dans des compromissions au jour le jour. Le nouvel homme qui naît là sera seul capable de renouveler l’État et la politique.

« D’abord l’homme nouveau, ensuite le nouvel État » (K.O. Paetel).

65Fondé sur le principe de l’éducation dans la communauté, par la communauté, pour la communauté, le Bund se veut une école où l’on apprend :

« la camaraderie, la fidélité, l’obéissance, la maîtrise de soi, mais également la capacité de juger par soi-même, le courage de dire ce qu’on pense et l’art du commandement. »

66Il s’agit de vertus individuelles et de vertus civiques étroitement liées. Les qualités individuelles correspondent à ce qu’on pourrait appeler un idéal aristocra­tique : l’indépendance du jugement, le courage d’exprimer ses opinions sans crainte et l’art du commandement. Quant aux vertus collectives, il est facile de constater qu’il ne s’agit guère de qualités propres à une société démocratique : la camaraderie, la maîtrise de soi, la fidélité, notamment la loyauté envers le chef sont des vertus certes estimables, mais ce ne sont pas précisément celles qui sont exigées dans une société démocratique, comme par exemple la tolérance, la solidarité et l’entraide. Ce sont des vertus « chevaleresques », peut-être militaires, mais pas « républicaines ». Le Bund n’est décidément pas une école de démocratie. Ses valeurs sont celles d’une communauté, non celle d’une société fondée sur le contrat social, sur la conciliation des intérêts, sur les responsabilités exercées par délégation et sur le scrutin universel.

67Il n’est donc pas étonnant de constater que d’une manière générale au sein des Bünde on éprouvait, à l’égard du régime républicain ou parlementaire, dans le meilleur des cas, indifférence ou mépris. Ils voulaient former non pas des politi­ciens, des députés, mais des guides, des exemples, des conducteurs de leur peuple, dans le cadre d’une société et d’un État dont les traits et les caractéristiques précises ne sont pas définis, mais dont les modèles sont plutôt du type féodal. La référence constante à la chevalerie (une des revues les plus lues dans ces groupes s’appelait Der Weiße Ritter) ou à des sociétés archaïques (par exemple la société traditionnelle japonaise des samouraïs) sont autant de manières de marquer une différence essentielle avec le monde moderne et la société existante en Allemagne au xxe siècle.

68Il s’agit pourtant aussi, dans un certain sens d’une éducation « politique » dont l’influence sera décisive et durable pour les individus qui pourront plus tard exercer ces vertus dans l’État et la société. En effet le Bund n’est pas la fin dernière de cette éducation, car au-delà de la communauté du groupe il y a la communauté du peuple, la Volksgemeinschaft. Les activités au sein du groupe, mais aussi au dehors, apprennent aux jeunes membres de la Bündische Jugend à reconnaître leur responsabilité et à pratiquer leur engagement pour le peuple. En fait les membres des Bünde reçoivent une éducation civique, non comme citoyens (Staatsbürger) mais comme membres du peuple allemand (Volksgenossen).

69Parmi les activités qui ont servi à cet objectif, on peut citer les expéditions à l’étranger, au cours desquels les jeunes doivent arriver à mieux comprendre leur propre identité en tant que peuple et en prenant conscience des différences qui séparaient les Allemands des autres peuples. Lorsque ces voyages (Auslands­fahrten) conduisaient dans les anciennes sphères d’influence allemandes dans les Balkans ou à la découverte des minorités allemandes existant dans ces pays, ils cherchaient aussi à y maintenir la présence allemande, à démontrer la solidarité des Allemands du Reich avec ces Allemands de l’étranger qui sont restés des membres du peuple allemand (Volksdeutsche). En Allemagne même, la Bündische Jugend prend part à l’œuvre d’éducation populaire qui connaît sous la république de Weimar un regain d’intérêt et de vigueur. Cette Volksbildung (par des journées d’études, des cours du soir, etc, mais aussi, un peu plus tard, par des camps de travail volontaires) est également conçue comme une action de Volkbildung : au-delà du développement de la culture populaire, il s’agit aussi de cultiver dans le peuple allemand le sentiment de son unité, de son identité, de sa valeur.

70Comment des organisations de jeunesse vivant en fonction de telles finalités et de telles valeurs ont-elles vécu la crise de la démocratie ? Certes elles ne pouvaient pas l’ignorer, mais elles s’en désintéressaient. Elles ne se sentaient en aucune manière appelées à défendre ce régime au moment où il était menacé puisqu’elles ne s’y étaient jamais intéressé tant qu’il fonctionnait normalement. Au contraire, on s’aperçoit que beaucoup de valeurs centrales du mouvement bündisch ressem­blaient fort à celles que proposait (ou semblait proposer) le national-socialisme, qui se présentait, lui aussi, comme une alternative radicale, comme la promesse d’un autre type de société, la Volksgemeinschaft.

2.5. Bündische Jugend et national-socialisme

71Sans doute faut-il se garder d’en conclure que la Bündische Jugend a joué sciemment le rôle de fourrier du national-socialisme. Elle voulait certes que ses membres deviennent par la suite une élite de responsables qui, en pénétrant progressivement les milieux dirigeants de l’économie, de l’administration, de l’armée ou de la justice, pourraient y faire régner un nouvel esprit. Mais s’il est vrai que ce nouvel esprit, ce nouvel idéal, n’était pas un idéal démocratique, on ne peut pas non plus l’assimiler purement et simplement au programme national-socialiste, malgré les nombreuses convergences qu’on peut constater dans le discours des uns et des autres.

72Le principe même du Bund, communauté liguée, sorte d’ordre séculier fondé sur des affinités mystérieuses, d’où n’était pas absente la notion de sélection, qui pratiquait le culte du chef charismatique, certes choisi librement, mais investi d’une autorité absolue, n’avait rien de démocratique. On y trouvait un mépris souverain pour les principes de la démocratie représentative, pour les notions de compromis et de majorité, de tolérance et de pluralisme des opinions. Mais il était aussi aux antipodes d’un mouvement de masse à la manière du parti national-socialiste.

73La position de la Bündische Jugend à l’égard des institutions de la république de Weimar et de ses représentants n’était donc pas simplement une attitude de distance, dictée par la volonté de tenir pendant un certain temps les jeunes à l’écart de la politique, en attendant qu’ils puissent s’y engager efficacement en tant que personnalités convenablement formées. Son abstention résulte aussi d’un rejet fondamental de ce qui fait l’essence d’un régime parlementaire démocratique. Toute une tradition anti-libérale, anti-démocratique, anti-occidentale, celle-là même que le Thomas Mann des Betrachtungen avait rappelée si magistralement encore en 1918 se prolonge dans la Bündische Jugend avec des formes pourtant nouvelles par l’accent mis sur les principes corporatistes et le culte du chef.

74Cela deviendra manifeste lorsque à la fin des années 20 certains groupes de la Bündische Jugend feront une entrée dans l’arène politique à travers le Jungdeutscher Orden et la Deutsche Staatspartei.

75Un responsable de la Bündische Jugend écrira alors :

« la Jugendbewegung n’est pas entrée dans l’arène pour augmenter les effectifs d’un parti, ni pour être utilisée pour alimenter les urnes, mais pour changer le destin de l’Allemagne par une action créatrice.... Si sur le devant de la scène il n’y a plus en Allemagne de peuple allemand mais seulement des partis et des organisations représentatives des intérêts, alors nous sommes l’Allemagne de l’arrière-plan, ni droite, ni gauche, ni centre, mais au-delà des partis l’alliance du peuple, l’annonce du nouveau Reich. »

76En cette fin des années vingt, le moment semble donc venu où les forces latentes du renouveau qui se sont patiemment formées au sein des groupes de la Jugendbewegung pourront intervenir activement et chercher à infléchir le destin du pays dans le sens qu’ils désirent. Mais dans cette démarche la Bündische Jugend se trouva inévitablement dans la sphère d’attraction du mouvement politique le plus dynamique ... et aussi le plus proche de ses aspirations, le mouvement national-socialiste.

  • 10 Un dirigeant de la Freideutsche Jugend.

77Comme la Bündische Jugend, le discours national-socialiste rejette l’héritage du rationalisme, le scientisme, l’intellectualisme et le matérialisme. Comme elle, il valorise les forces de l’inconscient, de l’âme populaire, le retour à la terre, comme elle, il oppose la Gemeinschaft à la Gesellschaft, la Volksgemeinschaft organique et structurée à la société politique déchirée et en proie à la lutte des intérêts antagonistes. En 1921 déjà Harald Schultz-Hencke10 écrit :

« à l’opposé du chaos actuel naîtra l’image d’une communauté du peuple, d’un organisme qui est l’expression de l’unité au-delà de toutes les différences ».

  • 11 Cf. Hartmann, Peter Claus « Jugendbewegung und nationalsozialistische Bildungsvorstel­lungen », in  (...)
  • 12 « Der völkische Staat hat . . . seine gesamte Erziehungsarbeit in erster Linie nicht auf das Einpum (...)

78On peut multiplier les exemples de la convergence du discours national-socialiste et du discours de la Jugendbewegung11. C’est particulièrement frappant en ce qui concerne les idées sur l’éducation de la jeunesse. Chez les nationaux-socialistes comme dans la Jugendbewegung on valorise le corps, l’éducation physique, à travers le sport, la danse, les randonnées, par opposition à l’éducation traditionnelle jugée trop exclusivement intellectualiste12. L’éducation communau­taire est un autre point commun entre l’éducation bündisch et l’éducation national-socialiste, qui la pratiquera systématiquement dans les Écoles du parti (AH Schulen, Napolas), dans les camps de travail (Arbeitsdienst), ou les organisations de jeunesse comme la Hitlerjugend. La ressemblance va jusque dans le détail des moyens utilisés : fêtes, feux de camps, compétitions sportives, randonnées, etc. Même le principe de l’auto-éducation qui est central dans l’idéologie bündisch est en apparence repris par la Hitlerjugend. Schirach devenu Reichsjugendführer affirmera que la Hitlerjugend est une éducation par la base, alors que l’école est une éducation par le haut et il ira même jusqu’à adopter le slogan : « Jugend muß durch Jugend geführt werden. »

79L’amour de la Heimat, de la vie rustique, la glorification de la paysannerie, l’importance accordée à la culture populaire, au folklore, aux chansons et aux danses, à tout ce qui tourne autour du champ sémantique du Volk (Volkskultur, Volkstum, Volksbildung, Volkslied, Volkstanz, etc.) est un autre point commun frappant. Martin Voelkel écrit :

« Le destin de l’homme s’appelle : sa patrie et son peuple » (Heimat und Volk).

80et Romano Guardini remarque en 1922 :

« La même nécessité qui nous fait fuir la ville pour partir en randonnée, nous pousse aussi à quitter une vie culturelle qui a perdu son âme et ses racines pour retrouver le peuple, qui représente la racine et l’unité vivante de toute culture ».

81Voelkel dirigeait un mouvement la jeunesse nationaliste, Romano Guardini, théologien et philosophe renommé, était le chef spirituel d’un mouvement de jeunesse catholique, le Quickborn. C’est donc bien une de ces convictions communes à de larges pans de la Jugendbewegung.

82Comme en écho, le pédagogue nazi Ernst Krieck décerne aux Bünde cet éloge :

« à travers la Jugendbewegung l’ancestral instinct migratoire des Germains ... s’est réveillé sous une forme nouvelle. Cette jeunesse continue à chercher le contact avec la terre natale, avec le sol, le peuple et son esprit, ses coutumes, ses chansons et ses traditions. »

83Les ressemblances existaient aussi en ce qui concerne le problème de l’antisémitisme. Certes les organisations de la Bündische Jugend étaient loin de l’antisémitisme biologique et du racisme primaire tel qu’il était proclamé et pratiqué dans les rangs du mouvement hitlérien. Elles étaient élitistes et préten­daient ne tenir compte que des qualités personnelles des individus pour décider si elles les admettaient ou non dans le groupe. On n’y trouve pas de Arierparagraph. Pourtant, sans exclusion explicite, qui d’ailleurs aurait été illégale parce que contraire aux droits fondamentaux garantis par la constitution de Weimar, les ligues de la Bündische Jugend se disaient généralement « asémites », c’est-à-dire que la plupart d’entre elles ne comptaient pas de juifs dans leurs rangs, parce que, expliquait-on, par leur caractère, leur mentalité, les jeunes juifs n’auraient pas été à leur place, n’auraient pas pu s’intégrer dans le groupe. On voit, à cet exemple, toute l’ambiguïté de la position de la Bündische Jugend. Sans partager les théories racistes des nazis, les membres de ces mouvements n’avaient aucune difficulté à en accepter les conséquences, l’exclusion des non aryens, la ségrégation raciale.

84On pourrait poursuivre cette énumération des convergences et divergences entre la jeunesse des ligues et le national-socialisme.

85Mais les différences, si elles sont moins évidentes que les convergences, existent aussi. Il est à remarquer que ces différences sont plus dans les faits que dans les discours. Par exemple, le principe de la libre adhésion, essentiel dans la Jugendbewegung, était remplacé par une adhésion plus ou moins forcée avant même que la Hitlerjugend ne devienne Jeunesse d’État obligatoire. Le Führer­prinzip avec sa stricte hiérarchie et la soumission totale des chefs subalternes aux instances supérieures enlevait toute réalité au principe de la jeunesse conduite par la jeunesse, pourtant affirmé par Baldur von Schirach. L’éducation physique dans les rangs de la Hitlerjugend avait une finalité clairement affichée, la Wehrertüch­tigung, la formation de bons éléments pour la future armée. Cette visée est absente dans la plupart des groupes de la Bündische Jugend.

86La question de la signification et des conséquences de cette indéniable parenté a été longuement débattue par les historiens du mouvement au lendemain de la guerre. Les uns comme Howard Becker, H. Pross ou W. Roeßler insistent sur la continuité idéologique entre le mouvement de la jeunesse et le national-socialisme, et affirment que la Jugendbewegung porte une lourde responsabilité, qu’elle a contribué à préparer la voie à la dictature, qu’elle a rallié les rangs du national-socialisme triomphant en rangs serrés, d’autres comme Michael Jovy relèvent des différences fondamentales en estimant que les ressemblances n’étaient que super­ficielles. Ils rappellent aussi que des rangs des mouvements de jeunesse sont sortis beaucoup de résistants au national-socialisme, dont certains ont payé cette résis­tance de leur vie (Inge et Hans Scholl, certains membres du Cercle de Kreisau, le comte Stauffenberg).

87Curieusement, ce débat sur les rapports entre la Jugendbewegung et le national-socialisme avait déjà eu lieu une première fois au moment de la prise de pouvoir et sous le IIIe Reich et à peu près dans les mêmes termes : il y avait d’une part ceux qui voulaient, pour des raisons diverses – généralement pour revendiquer dans le nouveau Reich une place à la mesure de leurs mérites – montrer la continuité, et d’autres, parmi lesquels Baldur von Schirach lui-même, qui prenaient soin de minimiser cet héritage et de mettre en évidence la dimension entièrement nouvelle que le national-socialisme avait introduite. D’autres encore cherchaient à établir entre le mouvement de la jeunesse et le mouvement national-socialiste une hiérar­chie, faisant du second le couronnement, à un degré supérieur, des efforts louables certes, mais insuffisants du premier.

88Il paraît pourtant indéniable que la Bündische Jugend a préfiguré de nombreuses initiatives et actions que le Troisième Reich reprendra dans un sens qui ne sera pas fondamentalement différent et qu’elle a contribué ainsi, concurremment avec beaucoup d’autres courants, à préparer la voie au national-socialisme et à favoriser la prise du pouvoir en rendant le nouveau régime et son idéologie acceptables par la population. Les nationaux-socialistes ne s’y sont pas trompés qui cherchèernt à récupérer ces efforts et à les détourner dans le sens de leurs propres intérêts.

2. 6. Gleichschaltung

89Comment le « mouvement de la jeunesse » a-t-il vécu la période de la montée du national-socialisme et de son accession au pouvoir ?

90À la fin des années vingt et au début des années trente, les contacts réels entre la Jugendbewegung et le national-socialisme étaient rares et limités à des groupes plutôt marginaux. Certains groupes ultra-nationalistes comme les Adler und Falken ou les Artamanen (où ont milité entre autres H. Himmler et W. Darré ou encore Höss futur commandant d’Auschwitz), des organisations de jeunesse proches de mouvements paramilitaires comme la Schilljugend ou les Geusen affiliés au Deutschnationaler Handlungsgehilfenverband partageaient non seulement une grande partie des positions idéologiques national-socialistes mais collaboraient aussi à l’occasion avec le NSDAP lors de certaines campagnes de propagande et d’agitation, par exemple lors du référendum sur le plan Young. Mais leur engage­ment politique même les plaçait d’emblée aux confins de la Jugendbewegung.

91Parallèlement, le mouvement national-socialiste a créé lui-même sa propre organisation de jeunesse. Comme dans le cas des organisations d’étudiants, les débuts du mouvement appelé Hitlerjugend ont été à la fois précoces (dès 1922) et difficiles. C’est seulement à partir de 1926 que le mouvement réorganisé fut progressivement intégré dans l’appareil national-socialiste. Deux orientations caractéristiques sont visibles dès le début : la place centrale impartie à la personne d’Adolf Hitler et le caractère ouvriériste du mouvement. Le mouvement portait un sous-titre Bund deutscher Arbeiterjugend, et dans les statistiques des mouvements de jeunesse, la HJ figurait encore au début des années 1930 sous la rubrique de la jeunesse ouvrière.

92Satellite du parti national-socialiste, la Hitlerjugend n’a jamais été considérée comme faisant partie de la Jugendbewegung ou de la Bündische Jugend au sens restreint. Comme les mouvements d’autres partis, elle était considérée comme « jeunesse politique », dont les mots d’ordre et les activités dépendaient des orientation fixées par le parti, dont elle encadrait et formait les jeunes adhérents avant qu’ils ne rejoignent les rangs d’autres organisations des partis. Vis-à-vis des Bünde de la Jugendbewegung, la HJ a adopté d’emblée une attitude agressive inspirée par la conviction que la Bündische Jugend détournait la jeunesse allemande de sa véritable voie, qui consistait à lutter pour restaurer la grandeur du Reich et instaurer un ordre nouveau.

  • 13 1929, cité par Hellfeld, Matthias von, Bündische Jugend und Hitlerjugend. Zur Geschichte von Anpass (...)

93Les dirigeants de la Hitlerjugend constatent « que le mouvement de la Bündische Jugend est resté l’affaire de la bourgeoisie, de beaux esprits un peu exaltés » et proclament « leur volonté de détruire les Bünde pour ramener la jeunesse dans le giron du seul héritier légitime de la Jugendbewegung, le national-socialisme »13. Cette attitude découle bien entendu de la certitude que les jeunes de la Bündische Jugend sont animés du même esprit que ceux de la HJ, mais qu’ils se sont égarés dans des organisations qui les empêchent de suivre leur vraie vocation. De ce fait, la collaboration avec la Bündische Jugend a été très rare et se limitait, comme dit, à des groupes eux-mêmes en marge du mouvement.

94En revanche il ne manquait pas de véritables déclarations de guerre à l’encontre des « reaktionäre Jugendbünde » :

  • 14 Hellfeld, op. cit. p. 52.

« même ceux qui affirment sans cesse leur ‘caractère apolitique’, car précisément cette insistance sur leur caractère apolitique est révélatrice d’une mentalité réac­tionnaire. Ces ligues réactionnaires sont nos pires ennemis »14.

95On ne sera donc pas étonné de constater qu’après la prise du pouvoir, dès le printemps 1933, la jeunesse national-socialiste chercha aussitôt et avec succès à absorber la plupart des organisations de jeunesse libres (à l’exception, pendant un temps, des organisations catholiques, protégées par le concordat).

96Après avoir pendant longtemps ignoré complètement ou méprisé la Hitler­jugend, cette organisation de jeunesse politique, au demeurant peu importante par ses effectifs, les Bünde de la Jugendbewegung ont commencé à percevoir le danger au début des années trente. Ils voyaient le danger moins dans les idées et les objectifs politiques de la Hitlerjugend que dans sa prétention au monopole derrière laquelle ils devinaient – à juste titre comme l’avenir allait le montrer – le danger d’embrigadement dans une jeunesse d’État.

97À aucun moment, on ne perçoit dans les écrits et les actes de la Bündische Jugend au cours de la phase finale de la République une inquiétude quant à la survie de l’ordre républicain et démocratique, encore moins une trace quelconque de mobilisation pour défendre cet ordre. On envisageait l’avènement de l’ordre nouveau avec intérêt, sinon avec impatience, et le seul souci des Bünde était de s’y assurer une place de choix en sauvegardant leur spécificité. Ce fut le sens d’un certain nombre de réflexions et d’initiatives.

  • 15 Hellfeld op. cit. p. 69.

98Dans ces réflexions, le rôle dévolu aux Bünde dans la nouvelle Allemagne devait être celui d’une école de cadres pour l’État et en particulier pour sa jeunesse. « Die Massenjugend braucht eine Führerschule » écrit encore en mars 1933 un des responsables de la Bündische Jugend15. À ces tentatives de rapprochement, le mouvement national-socialiste triomphant opposera une fin de non-recevoir :

  • 16 Hellfeld op. cit. p. 88.

« Au cours de ces derniers temps on voit des groupes qui ont pendant des années raillé la lutte de la Hitlerjugend, chercher des appuis pour leurs organisations en prenant des contacts personnels avec certains dirigeants du parti. .... C’est pourquoi je dois faire cette mise au point : je considère que tous les Bünde (à l’exception de ceux qui sont réunis au sein de la Hitlerjugend) des ennemis du national-socialisme. Adolf Hitler m’a dit un jour : Celui qui n’est pas prêt à porter mon nom [comme membre de la Hitlerjugend] ne sera pas reconnu comme ami du national-socialisme. »16 (B. von Schirach, en mars 1933).

99Pour être à même de résister avec plus de chances de succès, les Bünde cherchèrent à se fédérer, conscients du fait que leur éclatement les rendait plus vulnérables. Après différentes tentatives éphémères, cette grande fédération des organisations centrales de la Bündische Jugend aboutit le 30 mars 1933. Le Großdeutscher Jugendbund regroupait un grand nombre d’organisation et se donna comme chef l’amiral von Trotha. Ce choix montre bien l’ambiguïté de la prétendue résistance au national-socialisme : von Trotha était un nationaliste, ancien put­schiste avec Kapp en 1920 et le mouvement se plaçait explicitement dans le cadre de la nationale Erhebung, proclamant à l’envi son identité de vue avec les objectifs du national-socialisme. Mais toutes ces compromissions furent vaines. Le 17 juin 1933, au lendemain de sa nomination comme Jugendführer des Deutschen Reichs, Baldur von Schirach interdit le Großdeutscher Jugendbund.

100L’histoire de la Bündische Jugend et de ses rapports avec le national-socialisme ne s’arrête pas là. Il faudrait la poursuivre et parler aussi des tentatives sporadiques et isolées de résistance, de reconstitution clandestine de petits groupes de la Bündische Jugend en vue de continuer à vivre, à l’écart du grand mouvement de la jeunesse d’État nazie, une vie conforme à l’idéal bündisch. Les archives de la Gestapo et de la justice regorgent de dossiers concernant les poursuites entamées contre ces menées subversives. Mais d’une part, nous sortons là du cadre de cette contribution, d’autre part, l’existence de ces tentatives de résistance ne modifient en rien la conclusion que nous pouvons tirer dès maintenant.

***

101La Bündische Jugend comme la jeunesse des universités n’a ni inventé ni vraiment soutenu le national-socialisme, sauf dans les toutes dernières semaines de la République, lorsque tout était déjà apparemment joué et qu’il s’agissait de se « placer » dans le nouvel ordre.

102Mais ils n’ont pas non plus soutenu l’ordre démocratique et ne l’ont à aucun moment regretté.

103En se réfugiant dans l’isolement de leurs groupes élitistes et en se désintéressant des problèmes de la société, les mouvements de jeunesse ont contribué, par leur passivité, à affaiblir la république. De surcroît les mots d’ordre qu’ils propageaient, leurs appels en faveur d’un « ordre nouveau » allaient dans le sens de la tactique national-socialiste. Lorsqu’on cherche les responsables de l’avènement du national-socialisme, il faut aussi mettre dans la balance cette somme d’indifférence, de naïveté politique, de petites lâchetés qui ont permis au parti totalitaire d’accéder au pouvoir sans avoir vraiment la majorité dans le pays.

104Les jeunes membres des organisations que j’ai prises comme sujet de cette étude n’étaient pas toute la jeunesse. Notre constat aurait pu être différent si nous avions pris pour témoins la jeunesse ouvrière proche du parti social-démocrate ou des syndicats ou encore la jeunesse catholique. Mais les deux groupes dont nous avons montré le chemin peu glorieux vers la dictature totalitaire sont représentatifs d’une large couche de la population, celle des classes moyennes et des classes cultivées qui, tout en étant nourries du meilleur de la tradition intellectuelle allemande, par lâcheté, par ignorance, par ressentiment ou par ambition n’ont pas su, n’ont pas voulu empêcher que s’abatte sur l’Allemagne la plus atroce barbarie.

Bibliographie

Bleuel, H. P. u. Klinnert, E. : Deutsche Studenten auf dem Weg ins Dritte Reich. Ideologien, Programme, Aktionen 1918–1935. Gütersloh 1967

Ellwein, Thomas, Die deutsche Universität. Vom Mittelalter bis zur Gegenwart, 2. verbesserte u. ergänzte Aufl. Frankfurt, Verlag Anton Hain, 1992.

Hartmann, Peter Claus « Jugendbewegung und nationalsozialistische Bildungs­vorstellungen », in : Hans Steffen (Hrsg.) Bildung und Gesellschaft, Göttin­gen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1972 (Kleine Vandenhoeck Reihe 359/60/61)

Hellfeld, Matthias von, Bündische Jugend und Hitlerjugend. Zur Geschichte von Anpassung und Widerstand 1930-1939, Köln, Verlag Wissenschaft und Politik, 1987 (Archiv der deutschen Jugendbewegung, Bd. 3)

Jarausch, Konrad H., Deutsche Studenten 1800-1970, Frankfurt, Suhrkamp, 1984 (edition suhrkamp 1258)

Karl, Willibald, Jugend, Gesellschaft und Politik im Zeitraum des Ersten Weltkriegs, Neue Schriftenreihe des Stadtarchivs München, 1973.

Kater Michael H. , « Die Studenten auf dem Weg in den Nationalsozialismus » in : Tröger, Jörg (Hrsg.) Hochschule und Wissenschaft im Dritten Reich, Frankfurt/New York, Campus Verlag, 1986 (S. 26-37) .

Kater, Michael, H., Studentenschaft und Rechtsradikalismus in Deutschland 1918-1933, Hamburg, Hoffmann und Campe, 1975.

Kindt, Werner (Hrsg.) Die deutsche Jugendbewegung 1920 bis 1933. Die bündische Zeit. Quellenschriften, Düsseldorf u. Köln, Verlag Eugen Diederichs, 1974, 1840 p.

Klönne, Arno, Jugend im Dritten Reich. Die Hitler-Jugend und ihre Gegner, Düsseldorf u. Köln, Eugen Diederichs Verlag, 1982.

Klose, Werner, Freiheit schreibt auf eure Fahnen. 800 Jahre deutsche Studenten, Oldenburg und Hamburg, Gerhard Stalling Verlag, 1967.

Kneip, Rudolf, Jugend der Weimarer Zeit. Handbuch der Jugendverbände 1919-1938, Frankfurt, dipa-Verlag, 1974.

Koebner, Thomas, Janz Rolf-Peter u. Trommler Frank (Hrsg.), « Mit uns zieht die neue Zeit ». Der Mythos Jugend, Frankfurt, Suhrkamp, 1985, (edition suhrkamp 1229)

Laqueur, Walter, Die deutsche Jugendbewegung, Köln, Verlag Wissen­schaft und Politik, 1962.

Raabe, Felix, Die bündische Jugend. Ein Beitrag zur Geschichte der Weimarer Republik, Stuttgart, Brentano Verlag, 1961.

Schwarz, Jürgen, Studenten in der Weimarer Republik. Die deutsche Studenten­schaft in der Zeit von 1918 bis 1923 und ihre Stellung zur Politik, Berlin, Duncker & Humblot, 1968.

Tröger, Jörg (Hrsg.) Hochschule und Wissenschaft im Dritten Reich, Frankfurt/New York, Campus Verlag, 1986.

Notes

2 Sur l’histoire des universités allemandes, voir notamment l’ouvrage de Th. Ellwein , cité dans la bibliographie ci-dessous.

3 Cf. Jürgen Schwarz, Studenten in der Weimarer Republik. Die deutsche Studentenschaft in der Zeit von 1918 bis 1923 und ihre Stellung zur Politik, Berlin, Duncker & Humblot, 1968.

4 D’autres fonctions de ces associations sont moins importantes dans notre contexte. Il s’agit surtout de la création de réseaux de relations, de l’esprit de corps (analogue à ce qui existe en France avec les Grandes Écoles) ; c’est ce que résume l’expression Verbindungen schaffen Verbindungen (les associations font des relations).

5 Jarausch, Konrad H., Deutsche Studenten 1800-1970, Frankfurt, Suhrkamp, 1984, p. 148.

6 Kater Michael H., « Die Studenten auf dem Weg in den Nationalsozialismus » in : Tröger, Jörg (Hrsg.) Hochschule und Wissenschaft im Dritten Reich, Frankfurt/New York, Campus Verlag, 1986 , p. 33.

7 Jarausch op. cit. p. 149-150.

8 Le Deutscher Pfadfinderbund et les autres organisations nées avant 1914 se sont profondément modifiés au lendemain de la guerre. Notamment sous l’influence des mouvements de jeunesse « libres », ils ont secoué la tutelle des autorités civiles et militaires et redéfini, de leur propre chef, leurs objectifs et leurs règles de fonctionnement. Cette autonomie s’accompagnait d’une grande instabilité institutionnelle : toute la période de 1919 à 1933 est caractérisée par des scissions et des regroupements incessants. Bien que le DPB restât l’organisation la plus nombreuse, il lui était impossible de parler au nom du scoutisme allemand tout entier, tant les clivages étaient profonds, notamment sur des questions politiques. Citons parmi d’autres organisations : Christliche Pfadfinderschaft Deutschland, Republikanischer Pfadfinderbund, Neupfadfinder, Ringpfadfinder, Rheinischer Pfadfinderbund, Deutscher Pfadfinderbund Westmark, Deutscher Späherbund, Reichspfadfinder, Kolonialpfadfinder, Deutscher Republikanischer Pfadfinderbund, Deutsche Pfadfinderschaft Sankt Georg, etc.

9 Bund republikanischer Freischaren e.V. ; Club demokratisch gesinnter Studenten, Mün­chen ; Freiproletarisches Kartell, Berlin ; Großdeutsche Volksgemeinschaft ; Jungborn, katholische abstinente Jugend der Werktätigen ; Kameraden, deutschjüdischer Wanderbund (Märkischer Gau) ; Katholische Weltjugendliga ; Kreuzfahrer, wandernde katholische Volksjugend ; Freie aktivistische Jugend ; Liste der freien Hochschulgruppe an der Universität und Technische Hochschule München ; Quickborn, Winfrid-Kreis ; Reichsbund freigeistiger Jugend Deutschlands ; Wandervogel vegetarischer Art ; Weltbund junger Esperantisten, Bezirk Deutschland ; Internationale Jugendliga, Deutscher Zweig ; Reichsbund demokratischer Studenten ; Deutscher pazifistischer Studentenbund, Freideutscher Bund .

10 Un dirigeant de la Freideutsche Jugend.

11 Cf. Hartmann, Peter Claus « Jugendbewegung und nationalsozialistische Bildungsvorstel­lungen », in : Hans Steffen (Hrsg.) Bildung und Gesellschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1972.

12 « Der völkische Staat hat . . . seine gesamte Erziehungsarbeit in erster Linie nicht auf das Einpumpen bloßen Wissens einzustellen, sondern auf das Heranzüchten kerngesunder Körper. » dira Hitler dans son style inimitable (et intraduisible), et il décrit à plusieurs reprises son idéal du jeune en lui prêtant l’agilité du lévrier, la résistance du cuir et la dureté des aciers Krupp « zäh wie Leder, flink wie die Windhunde und hart wie Kruppstahl ». Il n’est guère question de cerveau là-dedans.

13 1929, cité par Hellfeld, Matthias von, Bündische Jugend und Hitlerjugend. Zur Geschichte von Anpassung und Widerstand 1930-1939, 1987 p. 50.

14 Hellfeld, op. cit. p. 52.

15 Hellfeld op. cit. p. 69.

16 Hellfeld op. cit. p. 88.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540