Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Weimar ou de la démocratie en Allemagne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

2. Quelle culture politique ?

Révolution conservatrice et national-socialisme : le cas d’Edgar J. Jung

Gilbert Merlio

Texte intégral

1Le titre de cette communication eût pu être : le leurre de la révolution conser­vatrice ou encore le dompteur dompté. Elle va en effet évoquer ce que les histo­riens allemands appellent le Zähmungskonzept, le problème de cette droite alle­mande qui, tout en le méprisant et en s’en méfiant, a fini par laisser Hitler parvenir au pouvoir tout en s’imaginant pouvoir le contrôler : « Was, Hitler an der Macht », s’écrie en substance Franz von Papen après le 30 janvier 1933, « wir regieren ! » Mais, objectera-t-on, la droite qui a endossé cette responsabilité n’est en rien « néo-conservatrice » ; elle est la droite la plus classique ou la plus réactionnaire, monarchiste, ostelbisch, militariste ou militaire, bref la représentante des élites allemandes traditionnelles. Le cas de Edgar Julius Jung qui se veut et se dit « conservateur révolutionnaire » est-il propre à illustrer la problématique évoquée ci-dessus ? Une mise au point méthodologique ou conceptuelle s’impose d’emblée.

  • 2 La présentation succincte de la « Révolution conservatrice » qui va suivre est reprise en partie de (...)
  • 3 Armin Mohler, Die konservative Revolution, WBG, Darmstadt 1989.

2Que signifie ce syntagme paradoxal de « Révolution conservatrice »2? Si l’on en croit Armin Mohler3, l’expression aurait été employée pour la première fois par Hofmannsthal en 1927 dans son discours sur « La littérature comme espace spiri­tuel de la nation » (Das Schrifttum als geistiger Raum der Nation). Mais sous diffé­rentes dénominations s’était peu à peu exprimée depuis le milieu du xixe siècle l’idée qu’une réaction devait intervenir pour surmonter les effets pernicieux de la modernisation, la perte des valeurs, l’effacement des liens traditionnels, l’éclate­ment de la communauté en classes antagonistes, l’aliénation dans les circuits marchands et l’appareil technique de production et de gestion, l’atomisation dans la démocratie de masse, la sururbanisation etc. Ici se mêlaient, pour employer une distinction établie beaucoup plus tard par Erhard Eppler, Strukturkonservatismus et Wertkonservatismus, un « conservatisme des valeurs » nourri par les réflexions et les nostalgies des Kulturkritiker. Mais en même temps cette « réaction » niait toute volonté de revenir en arrière et se proclamait moderne ou progressiste car elle prétendait définir une autre modernité qui ne soit plus inspirée par les idées « franco-anglaises » de l’Aufklärung mais par les vertus originelles de l’être alle­mand. Les « idées de 1914 » achevaient la politisation de ce courant, qui posait au départ une revendication essentiellement éthique ou culturelle, et son identification avec ce qu’il est convenu d’appeler le « mouvement allemand » : c’est à l’Alle­magne que revenait la mission de faire triompher dans et par la guerre les valeurs de la Kultur sur celles de la Zivilisation, ces valeurs progressistes, libérales, mer­cantiles et émollientes qui menaient les vieilles nations d’Occident à la décadence.

  • 4 Kurt Sontheimer, Antidemokratisches Denken in der Weimarer Republik, München, 1978, DTV 4312.

3La « Révolution conservatrice » représente une étape et une radicalisation supplémentaires de ce « mouvement allemand » dont le support le plus connu a été la « Ligue pangermaniste »(Alldeutscher Verband). Le concept de « révolution conservatrice » ne s’est véritablement implanté comme terme technique ou scienti­fique qu’après la publication de l’ouvrage d’Armin Mohler portant ce titre en 1950. Mohler a eu le mérite d’entreprendre la description synthétique de ce qui n’est pas un parti, ni même un mouvement politique, mais une nébuleuse idéologique com­posée de groupes d’intellectuels dont le principal dénominateur commun est leur opposition nationaliste à la République de Weimar jointe au refus de tout retour au wilhelminisme. Car la pensée antidémocratique sous Weimar, telle que l’a décrite par exemple Kurt Sontheimer4, dépasse les limites de la Révolution conservatrice et englobe un vieux conservatisme ou un vieux nationalisme incarné grosso modo sur le plan politique par la DNVP. Face à ces traditionalistes plus ou moins nostal­giques du passé, le trait pertinent de la Révolution conservatrice est, comme l’ont bien montré les travaux du groupe réuni à Strasbourg autour de Louis Dupeux, son rejet du pessimisme culturel et son approbation volontariste de la modernité, c’est-à-dire de ce que Jaspers a appelé en 1932 dans Die geistige Situation der Zeit « die technische Massenordnung », la société technicienne de masse. Les intellectuels de la « Révolution conservatrice » se veulent donc doublement révolutionnaires : ils veulent d’abord mener une contre-révolution, annihiler la révolution libéralo-marxiste (et donc étrangère) de novembre 1918 ; mais ils ne souhaitent pas pour autant revenir au statu quo ante, ils prétendent aller de l’avant, imaginer un nouveau type d’État et de société dans lequel les effets irrévocables de la moderni­sation, l’avènement des masses et le règne de la technique soient intégrés et mis au service de valeurs fondamentales, celles du Reich, du peuple, du sang, de la race. La Révolution conservatrice correspond à une stratégie radicale de modernisation du nationalisme allemand. Mutatis mutandis, celui-ci se trouve dans un situation analogue à celle des Réformateurs prussiens en 1810 après la défaite contre Napoléon. Vaincu dans une guerre technique par les démocraties, le nationalisme ne voit d’autre issue que de se convertir à une modernité instrumentale qui lui paraît être le gage le plus sûr de la cohésion et de la puissance (et donc aussi de la revanche) nationale. Car l’approbation, la Bejahung, des « conservateurs révolu­tionnaires » ne s’adresse bien entendu pas à toute la modernité, pas aux grandes narrations émancipatrices qui en sont l’emblème, mais à une raison instrumentale ayant évacué tout contenu humaniste et mise au service de la mission impériale de l’Allemagne.

  • 5 Sur l’influence, voir l’article publié au printemps dernier dans les Nouveaux cahiers d’allemand (n (...)

4Voilà pour la définition la plus générale et théorique de la « Révolution conservatrice ». Nous trouvons ces structures de pensée peu ou prou dans tous les groupes qui la constituent, aussi bien chez Spengler, pourtant encore fortement enraciné dans le Kulturpessimismus, que dans le courant dit « national-révolu­tionnaire » des frères Jünger. À partir de là, l’on peut dessiner une topographie, placer par exemple les jeunes-conservateurs à la droite de cette nouvelle droite, puisque ni doctrinalement ni politiquement ils ne sont loin de la droite tradition­nelle, les nationaux-bolchevistes de Ernst Niekisch et les nationaux révolution­naires de Jünger à la gauche de la mouvance révolutionnaire-conservatrice, puisque les uns affichent un anticapitalisme et un anti-occidentalisme virulents et rêvent d’un communisme national, tandis que les autres vouent une haine furieuse à l’esprit bourgeois, lesVölkische qui misent sur la régénération de la race pouvant être placés au centre, puisque leurs idées contaminent plus ou moins tous les courants. On peut aussi relever l’idéologème dominant, le Reich chez les jeunes-conservateurs, le peuple chez les Völkische, la nation chez les nationaux-révolu­tionnaires, l’État chez certains juristes comme Carl Schmitt etc. Pour être complet, il faudrait également montrer comment chaque groupe de la « Révolution conser­vatrice » possède non seulement ses maîtres à penser mais dispose également de cercles et de publications pour la diffusion de ses idées : le « Juni-Klub » puis « Herrenklub » et les revues Das Gewissen puis Der Ring pour les jeunes-conser­vateurs, Der Widerstand pour les nationaux-bolchevistes, Die Standarte, Arminius, Der Vormarsch pour les nationaux-révolutionnaires etc. Ces revues ont été parfois d’un excellent niveau intellectuel, comme par exemple Die deutsche Rundschau de Rudolf Pechel, proche des jeunes-conservateurs, ou Die Tat qui, à partir de 1930, sous la direction de Hans Zehrer, devient avec plus de 20 000 abonnés, la plus importante revue politique allemande, défendant notamment l’idée du socia­lisme national et du « troisième front » (entre communisme et capitalisme ; le Troisième Reich de Moeller van den Bruck, paru en 1923 et qui devait d’abord s’intituler « le troisième parti », restant dans ce domaine le livre-phare ou, comme l’on dirait maintenant, le livre culte). Les idées de la « Révolution conservatrice » sont également diffusées par les organisations de la bündische Jugend, les forma­tions paramilitaires ou parapolitiques comme le Jungdeutscher Orden d’Arthur Mahraun, les associations d’anciens combattants, un grand nombre d’associations d’enseignants et d’étudiants5.

5Mais à force de vouloir mettre de l’ordre dans les différentes composantes de la « Révolution conservatrice », on en néglige l’histoire. Or cette histoire est, comme celle de la République, marquée par un tournant autour de 1925. C’est l’époque où, les corps francs dissous, la « génération du front » se met à théoriser ses expé­riences, notamment celles de la guerre. Le nationalisme révolutionnaire prend forme qui portera dorénavant le flambeau de la « Révolution conservatrice ». Son culte du dynamisme, de la guerre et de la violence, son héroïsme et son vitalisme, son exécration des valeurs bourgeoises, des marchands et des ratiocineurs, son modernisme résolu qui se traduit par l’approbation sans réserve de la technique et de son esthétique, sa proposition d’un État total, tout cela le situe dans le sillage du syndicalisme révolutionnaire de Sorel et du Futurisme de Marinetti et en fait la forme allemande du fascisme. Valeur suprême, la nation y est promue au rang d’agent révolutionnaire offrant une alternative décisive au libéralisme et au marxisme pour la résolution de la crise moderne (et de la crise allemande). Mais à l’autre bout de la galaxie, les « jeunes conservateurs » partis en guerre contre la République libérale au nom du socialisme national (ou prussien, ou allemand) inspiré du « socialisme de guerre » (économie dirigée ou concertée, solidarité, discipline), se rapprochent du vieux-conservatisme (à cet égard le suicide de Moeller van den Bruck en 1925 peut être regardé comme un événement symbo­lique). Comme les représentants de ce dernier, ils deviennent en quelque sorte des Vernunftrepublikaner, mais des « républicains de raison » qui n’ont qu’une idée en tête : prendre le pouvoir dans le sillage de l’élection de Hindenburg à la Présidence du Reich, revenir sur les acquis politiques et sociaux de la « révolution de novembre », transformer la République en un régime autoritaire. À plus d’un titre, les « jeunes conservateurs » deviennent dès lors les intellectuels organiques des élites traditionnelles qui leur offrent sans réserve leur soutien logistique pour qu’ils puissent élaborer et diffuser la doctrine du « Nouvel État ». C’est von Papen qui, une fois au pouvoir, se réclamera surtout de cette formule à des fins de propagande antirépublicaine, mais dès avant 1925 avaient commencé à circuler des projets multiples de révision antidémocratique et autoritaire des institutions du Reich avec, entre autres, Der wahre Staat de Othmar Spann (1922) ou Neubau des deutschen Reiches de Oswald Spengler (1924).

  • 6 A son sujet consulter surtout l’ouvrage de Bernhard Jenschke, Zur Kritik der konservativ-revolu­tio (...)

6Nous en venons ainsi à Edgar Julius Jung6. Il a été l’un des rares à l’époque à employer l’expression de « révolution conservatrice » tout en explicitant le contenu qu’elle revêtait à ses yeux. Son cas, à certains égards atypique, mais très révélateur dans son atypisme même, illustre l’illusion et l’impuissance tragiques de l’intel­lectuel néo-conservateur pris en tenaille entre la droite classique, qui mène ses jeux politiques et cherche (et réussit) à l’instrumentaliser, et le rouleau compresseur nazi. Sa doctrine et son action posent la question de savoir dans quelle mesure la « Révolution conservatrice » dans la mouture « jeune conservatrice » qu’il en propose représentait une alternative doctrinalement pertinente et politiquement efficace au national-socialisme.

7Jung appartient à la même génération que Ernst Jünger. Volontaire en 1914, il vit la guerre comme une expérience enrichissante. Il n’accepte ni la défaite, ni la révolution, ni Versailles et met tous ses espoirs dans la « génération du front ». Il combat avec Epp contre la République des soviets à Munich, termine ses études d’avocat, adhère à la DVP, mène la lutte contre l’occupation française du Palatinat et contre les séparatistes. Il participe même directement à l’assassinat du leader séparatiste Heinz Orbis. C’est à cette époque que remonte sa première rencontre avec Hitler dont il recherche la collaboration pour la libération du Palatinat. Mais Hitler est obsédé par une idée : chasser le Juif d’Allemagne. « Et vous croyez qu’un tel esprit extravagant pourrait être le sauveur de l’Allemagne » s’exclame Jung qui dorénavant, disent ses biographes, n’aura plus aucune confiance en Hitler.

8La fin de la résistance passive dans la Ruhr, un mandat de député au Reichstag promis mais non obtenu, la politique de Locarno éloignent Jung de la DVP. Le nationaliste activiste et irrédentiste se mue en idéologue conservateur. Il devient un orateur écouté dans les cercles de droite : « Juni-Klub », « Herrenklub », « Deut­scher Hochschulring », « Volksdeutscher Klub » et le « Jungakademischer Klub » que Jung lui-même a créé à Munich, car il sacrifie lui-aussi au « mythe de la jeunesse » et adresse son message prioritairement aux jeunes. Il se lie avec Rudolf Pechel, l’éditeur de la Deutsche Rundschau qui accueillera dorénavant ses articles et éditera son Règne des Inférieurs. Par les Münchner Neueste Nachrichten, dont il est un collaborateur attitré et qui appartient au groupe de la Gutehoffnungshütte, il entre en contact avec un groupe d’industriels de la Ruhr, Haniel, Vögler, Paul Reusch surtout, qui dorénavant deviennent ses mécènes (comme ils sont ceux de Spengler). Dans une lettre à Leopold Ziegler, Jung explique pourquoi il a choisi le combat culturel ou idéologique : il veut s’attaquer aux racines du mal, « l’esprit perverti de l’époque et du système », qui est à la source de ses propres échecs. Il faut créer un nouvel état d’esprit (neue geistige Einstellung) qui seul rendra possible un profond renouveau de l’Allemagne sous la houlette des Erneuerer aus ganzer Geistigkeit. Jung affirme péremptoirement :

« Mais il est vrai que je ne crois pas à la masse ; l’action du petit nombre est l’évangile politique du xxe siècle ».

9On peut se demander si dès ce moment-là, en renonçant à toute action politique de masse, Jung ne scelle pas sa défaite devant Hitler. Dans une lettre à Pechel datée du 23 décembre 1930, il note les « tempêtes d’enthousiasme habituelles » recueillies par Hitler, mais remarque, avec toute la paranoïa qui caractérise parfois l’intellectuel :

« à côté de cela il y a tout simplement l’influence que j’exerce et qui est plus forte que jamais. Jamais encore le Club de l’Industrie à Dortmund n’a eu autant de monde qu’à l’occasion de ma dernière conférence. Rien qu’au repas, il y avait plus de 150 Messieurs (Herren). Le fait est que je représente aujourd’hui l’un des rares contre­poids au national-socialisme ».

10L’ennemi politique principal reste néanmoins la démocratie de Weimar, le « règne des inférieurs » que Jung entreprend de décrire dans le livre qu’il publie sous ce titre en 1927, puis, après l’avoir complété, de nouveau en 1929, où il lui donne son titre définitif : Die Herrschaft der Minderwertigen. Ihr Zerfall und ihre Ablösung durch ein neues Reich. Ce livre, que la publicité présente comme « la réplique nationale au manifeste du parti communiste » n’est qu’un compendium des idées de la Révolution conservatrice. Il montre aussi combien Jung était d’emblée mal placé pour contrer le national-socialisme. Comme celle de la plupart des néo-conservateurs, sa doctrine est marquée par un mélange ambigu d’idéalisme et de social-darwinisme qui la rendait peu apte à entrer en opposition pertinente avec l’idéologie nazie. D’autre part, ce néo-conservateur se montre en définitive plus conservateur que révolutionnaire. Sa révolution conservatrice doit balayer quatre siècles de rationalisme et de libéralisme pour créer, selon la formule de Berdiaev, un nouveau Moyen Age. Au centre de cette utopie régressive, un nou­veau Reich germanique fédérant l’Europe centrale sous sa tutelle, un Reich chrétien, corporatif, éliminant la lutte des classes et remplaçant la (fausse) démo­cratie représentative de masse par une sélection « organique » des élites. Les maîtres à penser de Jung sont ici Moeller van den Bruck et Othmar Spann dont les visions positives du « Troisième Reich » et de l’« État véritable » corrigent heureusement à ses yeux les sombres prophéties spenglériennes. La Révolution conservatrice de Jung doit remplacer la civilisation par la culture (formulation spenglérienne), les valeurs décadentes du libéralisme par des valeurs éternelles (formulation moellérienne), l’individualisme par l’universalisme (au sens spannien d’esprit communautaire et plus généralement de Bindung). Mais parler de « nouvelles valeurs », de « spiritualité globale », de « nouvelle totalité » à une époque où la crise économique confronte les gens aux problèmes le plus vitaux n’est certainement pas propre à susciter l’adhésion. Le tribun Hitler saura pratiquer une démagogie sociale autrement efficace !

11On ne comprend la position de Jung face au national-socialisme que si l’on garde présente à l’esprit sa volonté farouche de liquider le système de Weimar. Mais Jung sent dès 1929 que la République risque de s’écrouler, moins au profit du bolchevisme qu’au profit du national-socialisme dont il ne peut qu’enregistrer la montée en puissance. Il est tout à fait remarquable que ses mises en garde se focalisent au début des années trente sur ce second péril. Jung avait participé début 1930 avec Treviranus à la création de la Volkskonservative Vereinigung qui prove­nait pour l’essentiel d’une scission de la DNVP. Il espérait pouvoir ainsi proposer une alternative au vieux conservatisme de Hugenberg et trouver un instrument pour sa politique « conservatrice-révolutionnaire ». L’arrivée de Westarp dans ce qui s’était rapidement rebaptisé : « Volkskonservative Partei » réduit ses espoirs à néant. Il va dès lors s’efforcer de convaincre la droite d’effectuer la « révolution par le haut », en s’appuyant sur l’Armée et le Président du Reich. Il s’agit d’abattre Weimar et son système de partis tout en « court-circuitant » le national-socialisme. La tactique qu’il propose correspond à la conception du « Nouvel État » telle qu’elle sera développée par l’entourage de von Papen avec lequel il prend contact à partir d’octobre 1932. Elle n’est pas sans similitudes avec ce que tentera bientôt Schleicher. Après avoir espéré en Brüning, un représentant de la génération du front, Jung s’impatiente devant les tergiversations des derniers chanceliers du Reich à qui il reproche globalement d’avoir encore trop d’égards pour le jeu parle­mentaire, alors qu’il approuve tout ce qui va dans le sens de la présidentialisation. Le coup d’État de von Papen en Prusse lui apparaît comme l’exemple même de ce qu’il faudrait réaliser à l’échelon du Reich : créer sous l’autorité de Hindenburg des réalités « révolutionnaires » (sic!) irréversibles. À cette condition, pense-t-il, la droite aurait bientôt derrière elle le parti le plus fort, le peuple allemand (qui ferait dès lors barrage à la NSDAP).

12Par ailleurs les critiques à l’égard de la NSDAP et de son chef se multiplient sous la plume d’Edgar Jung. Il a assisté en observateur à la rencontre de Harzburg où se sont concertés – en vain, mais cela a contribué à rendre Hitler un peu plus « salonfähig » – les personnalités de la droite et notamment Hugenberg, Hitler et Seldte. « Je ne peux imaginer qu’un homme avec un tel visage de criminel devienne un jour dictateur en Allemagne » confie Jung peu après à propos d’Hitler. Le nazis n’ont selon lui pas le format d’hommes d’État (idée très répandue à droite), la tactique légaliste adoptée par Hitler lui paraît furieusement « libérale ». La structure sociologique de la NSDAP ne laisse pas de l’inquiéter : les déclassés qui la rejoignent sont en train d’en faire « le second mouvement prolétaire ». D’un autre côté, Jung ne peut s’empêcher d’être impressionné par la dynamique révolu­tionnaire qu’exprime le nazisme. Dès lors la critique se nuance de jugements positifs ; certes Hitler n’est pas un homme d’État, mais il est néanmoins « l’annon­ciateur d’une nouvelle éthique sociale et politique », il « exprime de façon magistrale la nostalgie de la masse ». Ce qu’il faudrait, c’est qu’à l’ambition des chefs, au dynamisme du mouvement viennent s’ajouter les éléments conservateurs qui seuls pourront donner forme et avenir à la rénovation nationale. Jung rappelle que c’est le jeune conservatisme qui a fourbi les armes idéologiques de ce combat pour la rénovation nationale, et qui doit aussi en fournir les guides. Il veut donc considérer le national-socialisme comme la base de masse d’un mouvement qui le dépasse largement. À ce titre, le national-socialisme mérite d’ailleurs le respect. Jung le dit clairement dans un article paru au printemps 1932 où il exprime son mécontentement sur la confusion des fronts intervenue lors de l’élection présiden­tielle de mars. Il a été choqué de voir Hindenburg élu avec les voix démocratiques. Pour lui, national-socialisme et droite mènent un même combat. Dans la grande œuvre de rénovation nationale, le national-socialisme assume le rôle de mouve­ment populaire (Referat Volksbewegung). Et Jung de résumer ainsi sa position :

« On peut combattre Hitler à cause de ses insuffisances et approuver le mouvement révolutionnaire. Mais qui nie ce mouvement, accroît les chances de Hitler malgré ses défauts ».

13C’est encore à cette tactique, bien aléatoire et plus illusoire encore après le 30 janvier 1933, qu’il va rester fidèle au moins pendant les premiers mois du 3e Reich. Il est peu probable que Jung, comme le prétend Jean-Pierre Faye qui s’appuie sur des témoignages indirects, ait recommandé la combinaison du 30 janvier. En janvier 1933, il avait dressé un bilan négatif :

« Le camp national dans sa forme actuelle n’est pas capable d’action. Il n’y a pas de droite capable d’exercer le pouvoir. Il y a deux grands groupes, qui ne pourront plus guère en arriver à une collaboration loyale. Dans l’un se trouvent des chefs à l’esprit dépassé, dans l’autre des chefs dépourvus d’esprit ».

14Les incapables s’unissent le 30 janvier. Surpris, Jung parlera, avec Rudolf Pechel, de Machterschleichung. Il semble, à droite, l’un des rares à percevoir la responsabilité endossée alors par ses amis politiques. Il est sceptique quant à l’efficacité de l’encadrement de Hitler au sein du cabinet. Cependant, il veut encore croire qu’en s’appuyant sur les autorités en place comme Hindenburg ou von Papen, auprès duquel il occupe une fonction de conseiller dès février, sur certains corps constitués tels que la Reichswehr, et en agissant bien sûr aussi sur l’opinion publique, on peut encore infléchir la révolution nationale dans le sens conservateur. En somme, dépassé par les événements, il feint de les organiser ! Il se fait dès lors le commis voyageur d’une « Révolution conservatrice » dont la victoire du nazisme le 30 janvier 1933 ne doit à ses yeux constituer qu’un premier acte.

15Tel est en effet le thème majeur que l’on retrouve au printemps 1933 aussi bien dans les articles de Jung lui-même que dans les discours que Papen prononce à cette époque, notamment pendant la campagne électorale de mars, discours large­ment inspirés par Jung. Ce qui s’est passé en janvier 1933, c’est que, sous la pression des événements, la

« recette constitutionnelle a été abandonnée, à la place de l’État autoritaire est apparu le parti autoritaire, qui veut maintenant devenir État. Des exemples de cela existent en Russie et en Italie ».

16Or, il faut veiller à ce que le parti ne confisque et ne dévoie pas le mouvement national et l’État. Papen-Jung reconnaît que la tactique légaliste et démagogique de la NSDAP a été payante et salue comme positive la destruction du système des partis. Mais il ajoute aussitôt qu’ainsi faite la révolution a été un « détour » qui n’allait pas sans concession à « l’esprit malfaisant de la démocratie ». Il faut main­tenant entrer dans la seconde phase, celle de la consolidation conservatrice. Il n’est plus possible de « maintenir le peuple allemand pendant des années dans ce climat fait de démagogie, de défilés, de drapeaux et de chants nationalistes », dans cette atmosphère de guerre civile et de lutte des classes. Il n’est plus possible de laisser l’État aux mains des représentants de la masse. Seuls des hommes d’État respon­sables, « qui ne manifestent pas mais dont la dignité rayonne », peuvent véritable­ment faire œuvre de rénovation. L’incarnation de ce principe aristocratique, qui ne mesure pas la valeur des hommes à leur appartenance au parti, est Hindenburg, « le seul Allemand dont la personnalité soit incontestée ». Les nazis ne peuvent pré­tendre avoir détruit le régime des partis tant qu’ils gardent leur propre organisation partisane. Le national-socialisme a eu le grand mérite de « nationaliser » les masses, c’est-à-dire de les mobiliser contre le régime étranger de Weimar. Il est temps maintenant de les dépolitiser et de passer à la mise en forme conservatrice.

17Dans la campagne de mars, menée sous la bannière du Kampffront Schwarz-Weiß-Rot, il s’agit de renforcer l’aile conservatrice du mouvement national, en essayant dans un premier temps d’étoffer sa base électorale. Peut-être Papen-Jung prend-il alors conscience de la légitimité qu’Hitler peut (et va) trouver dans un soutien plébiscitaire et veut-il à tout le moins éviter une victoire sans partage de la NSDAP. La difficulté est de se démarquer suffisamment de cette dernière tout en continuant à apparaître solidaire du mouvement national. Aussi, à côté des rituelles polémiques contre le libéralisme et l’égalitarisme, contre Weimar et le régime des partis, trouve-t-on dans ces discours l’affirmation qu’en définitive seule la tactique différencie national-socialisme et Révolution conservatrice. Comme celle-ci est définie de nouveau de façon abstraite et grandiloquente, la sanction du suffrage n’est pas étonnante. Le bloc des droites recueille moins de 10 % aux élections, le national-socialisme près de 45 %.

18Jung traverse en août 1933 une crise qui l’amène au bord du suicide. Crise de confiance sûrement, crise de conscience sans doute. Il s’aperçoit de la vanité de ses efforts : les représentants de la droite au sein du cabinet deviennent de plus en plus de simples figurants. Et devant la réalité du nazisme, Jung s’interroge sur ses propres convictions et sur sa propre responsabilité idéologique et morale. Il va dès lors entamer un « retour vers la raison politique » (Jenschke) et se rapprocher de l’humanisme chrétien et même libéral.

19C’est par une autocritique que commence l’écrit publié par Jung en décembre 1933 : Sinndeutung der deutschen Revolution. Jung explique que s’il a lui-même présenté la révolution nationale comme la révolte du sang et de l’âme contre l’intellect et la doctrine, il ne faut pas confondre intellect et esprit. L’esprit ne doit pas être absent de la politique. Aussi, même s’il approuve toujours la révolution nationale avec le déchaînement de « l’élémentaire » qui l’a accompagnée, il faut maintenant, prétend-il, qu’elle se pénètre d’esprit allemand. Thème connu, dira-t-on, distinction bien spécieuse entre intellect et esprit, et bien piètre examen de conscience ! D’autant que Jung semble n’avoir rien appris et en revient à ses thèmes habituels – notamment celui du détour – où les accents positifs le disputent aux accents négatifs à l’égard du national-socialisme.

20Une lecture plus attentive, entre les lignes, et c’est ainsi que Jung souhaitait que son écrit fût lu, permet cependant de déceler des inflexions, une insistance inhabi­tuelle sur certains thèmes. Sur le fait, par exemple, que la politique ne peut être fondée uniquement sur la violence, que la puissance ne vaut que traversée par l’esprit et tempérée par les vertus chrétiennes d’humilité et d’amour, que toute révolution doit déboucher sur un nouvel État de droit. Ces pointes contre l’illégalité et la violence dans lesquelles se complaisent les organisations nazies peuvent sembler encore par trop contournées, – censure oblige ! –, ainsi d’ailleurs que la critique de la médiocrité des chefs auxquels Jung oppose son élite composée d’hommes marqués par l’esprit (geistige Menschen). Il n’empêche que c’est là que se creuse la ligne de rupture, à partir d’une conception à la fois aristocratique et chrétienne de la vie et de l’histoire. Jung rejette ainsi la Weltanschauung nazie, ersatz de religion qui se situe dans la droite ligne du processus de laïcisation engagé par le siècle des lumières. De même, il revendique l’existence d’une sphère de liberté hors d’atteinte des empiétements de l’État à laquelle la personnalité, en tant que créature de Dieu, a droit. Et si, pendant un temps, les mesures totalitaires comme la mise au pas des partis, des syndicats, des Länder, peuvent apparaître nécessaires parce qu’elles permettent de faire table rase du passé libéral, elles ne sont qu’un moyen :

« Le but final de la révolution allemande ne doit pas être l’État total mais l’État autoritaire, qui surveille les domaines sociaux de la vie, qui les équilibre les uns par rapport aux autres et les dirige dans le sens du développement du peuple, mais qui n’empiète pas sur leur autonomie et respecte les lois qui leur sont propres. Telle est l’idée fondamentale de l’État corporatif et la conception de l’État chrétien ».

21Dans la critique du nazisme, l’idée du Reich va bientôt prendre une place centrale. Ce Reich non seulement remplacera l’Europe sans l’Allemagne que la France a voulu mettre sur pied à Versailles et effacera par la même occasion les effets pervers de la défaite et de la révolution de novembre. Mais il effacera aussi la révolution de 1789 et renouera avec la tradition chrétienne et fédérale du Saint Empire Romain Germanique. Encore faut-il, pour que ce Reich voie le jour, que l’Allemagne ne soit pas complètement et irrémédiablement coupée de cette tradition européenne. Une « Allemagne sans Europe » – c’est le titre du dernier article que Jung fait paraître au printemps 1934 dans la Deutsche Rundschau – aurait aussi peu d’avenir que l’Europe sans Allemagne qu’est le système de Versailles. Or, l’Allemagne se bolchevise. En elle s’implante un collectivisme barbare qui la détourne de la tradition humaniste de l’Europe. Celle-ci a certes sa source dans le christianisme, mais elle a été perpétuée aussi par le libéralisme. En somme, Jung demande que l’on ne jette pas l’enfant avec l’eau du bain. Il y a dans le libéralisme, nous explique-t-il, un bien, l’humanité, qui n’est pas spécifiquement libéral mais plus largement et profondément chrétien. Et ce qui pèche contre l’humanité, c’est essentiellement le démonisme de la puissance : « Celui qui n’exerce pas le pouvoir de façon responsable à l’égard de Dieu est un usurpateur qui sera balayé par la vie de ce monde ». Jung rappelle encore que ce n’est pas seulement le héros mais aussi le saint qui insuffle vie à ce monde et que la sainteté trouve sa transcription politique dans la justice « le bien suprême de l’homme d’État, auquel même un monde héroïque ne peut se soustraire ».

22Il est clair qu’est visée ici, sans trop de détours, on en conviendra, la pratique national-socialiste du pouvoir et que c’est Hitler lui-même qui est désigné sous le nom d’usurpateur. Sans doute Jung a-t-il de la peine à se défaire de sa vieille peau. Il s’efforce de ne pas se déjuger complètement en distinguant encore entre huma­nitarisme et humanité, entre individu et personnalité, affirmant que la liberté qu’il défend « est quelque chose de tout autre que le droit politique de la démocratie ». Il pratique encore un fâcheux mélange des genres lorsqu’il proclame sa foi dans « le monde des valeurs commun d’une élite européenne biologique ». Mais est-ce que ce « biologique »-là n’est pas aussi une critique, parallèle à celle de Spengler, de la prétention du racisme nazi de faire des Allemands « un peuple de 80 millions d’aristocrates » (Daniel Halévy) ? En tout état de cause et en se référant de façon aussi insistante à la tradition chrétienne et humaniste de l’Europe, Jung se démarque maintenant de façon particulièrement incisive du millénarisme raciste des nazis.

23Au printemps 1934 s’installe en Allemagne un mécontentement qui contraste avec l’euphorie du printemps précédent. C’est la raison pour laquelle Goebbels lance en mai une action de propagande contre les « Miesmacher und Kritikaster ». Dans les articles du Völkischer Beobachter ou dans leurs discours, les idéologues ou les responsables nazis s’en prennent aux juifs, bien sûr, mais aussi aux Églises, notamment à l’Église catholique, aux intellectuels, aux démocrates et aux « réac­tionnaires ». La crise couve entre la SA et la Reichswehr. Roehm cherche à « insti­tutionnaliser » sa SA, à en faire le noyau d’une armée populaire et, du même coup, à devenir ministre de la défense. Il veut aussi, s’appuyant sur cette armée popu­laire, procéder à la « seconde révolution », qui, dans son esprit, devait être l’achè­vement socialiste de la prise du pouvoir. La cohésion du parti nazi tient uniquement à la personnalité de Hitler qui, pour l’instant, cherche à démontrer la stabilité et l’honorabilité du régime, mais que Roehm ne désespère pas d’influencer dans son sens. Peut-être Jung, qui est entré en opposition de plus en plus décidée sinon ouverte au régime (il dit en privé à propos de Hitler : « Man muß ihn abknallen ») et a pris contact avec des opposants, même de gauche (Julius Leber), pense-t-il alors que cette atmosphère de crise est propice à une révolution de droite qui exploiterait les antagonismes existants. Le vieux projet de révolution d’en haut renaît : Hindenburg décrèterait l’état d’exception et liquiderait à l’aide de la Reichswehr le régime national-socialiste (à l’exception de Hitler ménagé à cause de sa popularité). Le discours de Marbourg a pour but de préparer l’opinion à ce bouleversement. Mais l’on peut souligner tout de suite les faiblesses du projet. Jung compte sur un Président du Reich sénile et gardé par un entourage peu fiable, un Vice-Chancelier qui a certes une situation protégée grâce à ses liens avec l’Église catholique, mais dont Jung a pu mesurer enfin la faiblesse de caractère. De plus, la mise en route d’une « Révolution conservatrice » est suspendue à l’éclate­ment d’un putsch de la SA, putsch dont on parle, mais qui reste bien hypothétique. On notera donc une fois de plus, de la part du « pur-sang de la politique » (le mot est de son ami Leopold Ziegler) un irréalisme assez prononcé.

24Cependant le discours tenu le 17 juin 1934 à l’Université de Marbourg, et dont il est avéré que Jung est l’auteur exclusif, n’est pas qu’un acte politique. Il est aussi le document tout à la fois d’une crise et d’une exigence morales. Certains veulent même y voir le premier manifeste de la résistance conservatrice à Hitler. On y retrouve, bien sûr, nombre de thèmes déjà abordés ou développés auparavant. Mais ils sont repris ici avec une vigueur et une précision plus explicites. D’emblée, Papen-Jung parle de « scories » produites par le mouvement de purification natio­nale et dont il convient de se débarrasser au plus tôt. Une de ces scories est le bâillonnement de la presse. Elle ne peut plus jouer sa nécessaire fonction critique. Aussi, explique Papen-Jung, annonçant ainsi la finalité de son discours, l’homme d’État est-il obligé de sortir de sa réserve au nom de tous ceux qui s’inquiètent, pour exercer cette fonction que seuls les faibles ne supportent pas. Il le peut d’autant plus légitimement qu’il a prouvé jusqu’ici sa loyauté à l’égard du national-socialisme et du chancelier Hitler. Ce qui justifie cette critique, c’est l’abîme qui s’est creusé entre « la volonté spirituelle et la pratique quotidienne de la révo­lution ». Papen-Jung concède que l’histoire a donné raison à la tactique des nationaux-socialistes. Mais est-ce une raison pour que certains parmi ceux-ci traitent de réactionnaires les conservateurs révolutionnaires qui, bien au contraire, ont œuvré et continuent à œuvrer pour la révolution ? Et après cette demande de reconnaissance, où entre une part d’étonnement peiné, un peu « pleurnichard », la critique s’organise selon essentiellement trois axes que nous connaissons déjà : 1. rejet de l’antihumanisme et de l’anti-intellectualisme nazis ; 2. rejet du totalita­risme ; 3. rejet de la forme partisane et du mouvement de masse qui apparentent le national-socialisme à son pire ennemi le bolchevisme.

25Particulièrement vigoureux est, dans le discours de Marbourg, le plaidoyer en faveur des hommes marqués par l’esprit (geistige Menschen). Cette réhabilitation de l’esprit va de pair avec la défense d’idéaux qu’il ne faut pas rejeter, dit mainte­nant Jung, en raison du simple fait que le libéralisme les a repris à son compte : la vertu d’humanité (eine Blüte der antik-christlichen Kultur), la liberté, enracinée dans la nature humaine, et même l’égalité, condition de la justice qui reste le fondement de tout État. Celui-ci doit être « façonné par la raison humaine ». Peu à peu, Jung en revient à la doctrine des droits naturels. L’idée d’humanité et la notion de dignité humaine deviennent des normes qui permettent de dénoncer la terreur et le totalitarisme nazis. Jung prône le maintien de la distinction entre le privé et le public, entre l’État et la société. Le nationalisme totalitaire et raciste du régime nazi est diamétralement opposé à l’idée du Reich chrétien et fédéral tel qu’il le conçoit. Le totalitarisme nazi (Jung parle de widernatürlicher Totalitätsanspruch) corres­pond à un processus de collectivisation et de mécanisation de la vie qui en fait l’ultime forme dégénérée du libéralisme et le proche parent du bolchevisme dont il partage la croyance dans les valeurs profanes et matérialistes et les aspects révolutionnaires et « ochlocratiques ». Jung développe donc une interprétation typiquement conservatrice du nazisme, telle que Spengler l’avait déjà formulée dans Années décisives (Jahre der Entscheidung,1933).

26Ce qui apparente aussi l’État nazi au bolchevisme, c’est évidemment la dicta­ture du parti unique. Et si Jung admet qu’elle a permis de liquider le pluralisme des partis, elle ne peut être à ses yeux qu’une solution provisoire. La révolution anti-démocratique ne peut être achevée que si, éliminant le principe de la souveraineté populaire, elle met en place un « véritable État » se situant au dessus des partis et des intérêts. Seul ce « pouvoir naturel et divin » qui tire sa légitimité d’une « responsabilité supérieure » et « d’une durée dépassant les personnes » pourra faire régner la liberté et la justice et éviter à l’Allemagne cette « tyrannie ano­nyme » que la démocratie secrète au sein du peuple tout entier. Jung songe ici au rétablissement de la monarchie. Il avait déjà prôné cette solution dans le dernier chapitre de Sinndeutung der deutschen Revolution. Elle est encore plus d’actualité au printemps 34, où l’on est bien obligé d’envisager l’après-Hindenburg. Hitler feint de ne pas être hostile à cette restauration monarchique. La droite y voit le dernier recours de sa politique d’endiguement. Le parti unique entretient un climat de lutte des classes qui ne laisse pas d’inquiéter Jung : « Avons-nous vécu une révolution antimarxiste pour appliquer le programme du marxisme ? » demande-t-il. Ceux qui parlent de seconde révolution sont des irresponsables qui veulent semer l’anarchie. Et s’adressant à la « Führung », Papen-Jung lui signale son « énorme mission » :

« rejeter les fous excités et les méchants garnements qui passent la mesure et déshonorent l’œuvre juste entreprise ».

27Les fous excités et mauvais garnements, ce sont Roehm et ses SA. En insistant sur le danger d’une révolution sociale, particulièrement vers la fin de son discours, Jung montre sans doute sa vraie peur et les vrais intérêts qu’il défend. Dès lors se pose la question de la véritable finalité du discours de Marbourg. Discours d’opposition au national-socialisme et à son chef Adolf Hitler, ou discours dirigé seulement contre l’aile gauche populiste du parti que l’on demande à Hitler, qui penche à l’époque pour l’alliance avec la Reichswehr et la grande industrie, d’éli­miner au plus vite ? L’ambiguïté demeure et elle est certainement voulue. Elle est nourrie non seulement par des déclarations appuyées de loyauté à l’égard du Chancelier du Reich, mais aussi par une certaine façon de présenter ce qui est souhaitable comme correspondant à la volonté même du gouvernement en place. Ou est-ce que la Führung dont il est à maintes reprises question dans le discours de Marbourg est celle qui sera mise en place après l’élimination du nazisme, la vraie Führung de l’État vrai ? Les nazis ont opté pour la seconde interprétation et lui ont donné la sanction que l’on sait en assassinant Jung lors de la « nuit des longs couteaux », le 30 juin 1934.

28Joachim Fest porte un jugement extrêmement sévère :

« Et de même, le fameux discours de Marbourg du 17 juin 1934, qui a été rédigé par Edgar Jung, et qui tient dans l’apologétique papénienne une si grande place, est moins le document d’esprits respectueux du droit, indignés par les buts et les méthodes du pouvoir nazi que l’expression de complices irrités qui se rendent compte que leurs plans n’ont pas réussi et que, s’ils servent à quelque chose, c’est seulement de décoration dans un État qu’au fond ils considéraient de nouveau, après 14 années d’interrègne, comme le leur, et qu’ils auraient voulu diriger ».

29De son côté, Joachim Petzold note que les conservateurs révolutionnaires ont eux-mêmes souligné à maintes reprises que les nazis ont puisé à pleines poignées dans leur fonds idéologique et que Jung notamment a fait observer avec satisfac­tion en 1932 que les « couches cultivés du national-socialisme » tenaient Moeller van den Bruck comme une sorte de membre fondateur de la NSDAP. Dès lors la question de la rupture ou de la continuité entre révolution conservatrice et nazisme peut paraître d’emblée résolue, puisque les représentants de la Révolution Conservatrice eux-mêmes n’ont cessé de se dire les pères spirituels du nazisme et d’affirmer qu’entre eux et les nazis la différence n’était que de tactique.

30Les choses sont-elles si simples ? Certes, il n’est pas douteux que les conservateurs révolutionnaires du type Jung (laissons leur le nom qu’ils se sont donné eux-mêmes) ont contribué à la « mise en acceptabilité » du nazisme, même s’ils n’étaient pas nazis et ne voulaient pas le nazisme. Ils y ont contribué essen­tiellement par leur opposition à la démocratie et par leur pathos et leur rhétorique révolutionnaires. D’autre part, il est certain que Jung voulait instaurer une dictature en Allemagne. Et il entre à coup sûr une part de pure tactique politique dans les références à la tradition chrétienne qu’il utilise dans sa critique du nazisme, car Jung, calviniste d’origine, était certes croyant mais pensait aussi et surtout au poids politique des Églises. Cela dit, Jung reste malgré tout un aristocrate de l’esprit convaincu que les valeurs, la spiritualité doivent inspirer la politique. Et sans doute les grands mots qu’il emploie ne sont pas seulement chez lui des sortes de leurres idéologiques mais correspondent à une nostalgie conservatrice profonde. C’est d’ailleurs la foi dans les seules armes de l’esprit, jointe à l’orgueil de l’intellectuel coupé des masses, qui a rendu son combat contre le national-socialisme illusoire.

  • 7 Joachim Petzold, Wegbereiter des deutschen Faschismus. Die Jungkonservativen in der Weimarer Republ (...)

31Et l’on peut songer ici à la thèse que Krockow avance à propos du « décision­nisme » de Jünger, Schmitt et Heidegger. Selon cette thèse, la « Révolution conser­vatrice » serait largement à interpréter comme le combat de la bourgeoisie contre elle-même. Mise en cause dans sa prétention à représenter la nation tout entière par l’industrialisation rapide, la montée du mouvement ouvrier, l’apparition conjointe du grand capitalisme et de la démocratie de masse, la bourgeoisie allemande (au moins dans sa partie cultivée : Bildungsbürgertum) assimile sa propre crise à une crise de la civilisation et en cherche la solution dans des principes contraires aux principes libéraux sur lesquels elle avait fondé son propre avènement. Si l’on admet cette hypothèse, on comprend mieux la prise de conscience plus ou moins nette qui a marqué l’évolution de certains « révolutionnaires conservateurs » après 33 : prise de conscience que leur antilibéralisme et leur antihumanisme sapaient les fondements de la culture occidentale dont ils restaient, malgré leur révolte qui les avait entraînés à en prendre le contre-pied, les héritiers. La réalité historique du nazisme leur a servi de révélateur et les a tirés de leur délire schizophrénique. O certes, très partiellement ! Ils ne renient pas totalement l’idéo­logie au nom de laquelle ils ont combattu la République de Weimar. Ils continuent à dire que le national-socialisme joue mal une partition juste. Ils restent des antidémocrates, des partisans d’un État fort. Mais il y a des inflexions dans leur pensée : ils rejettent l’État totalitaire, soulignent la nécessité du respect de la personne humaine et de la sphère privée. Ils se réclament maintenant d’un certain humanisme qu’il soit d’origine chrétienne ou laïque. Et il serait sans doute un peu trop simple d’affirmer que cette dénonciation du totalitarisme vient du fait qu’ils commencent à en être eux-mêmes les victimes (Petzold7).

  • 8 Jean-Pierre Faye, Langages totalitaires, Hermann, Paris 1972.

32La logique de cette interprétation conduit à accorder une spécificité au moins relative aux « conservateurs révolutionnaires » du type Jung par rapport au natio­nal-socialisme, c’est-à-dire à refuser l’assimilation pure et simple à laquelle pro­cède l’analyse marxiste, voire même, si l’on ne la nuance pas, la thèse des langages totalitaires (J. P. Faye8). Je serais tenté ici de me rallier aux vues du théoricien américain Seymour Martin Lipset qui, comme on le sait, distingue entre trois extrémismes : l’extrémisme de gauche (bolchevisme), l’extrémisme du milieu (le national-socialisme ou le fascisme italien) et l’extrémisme de droite qui reste plus traditionaliste et moins totalitaire que les deux premiers et auquel on pourrait rattacher en gros les tenants de la « Révolution conservatrice « comme Jung. Il est frappant de constater que celui-ci a rejeté tous les aspects qui font du national-socialisme un phénomène qu’on le veuille ou non moderne sinon révolutionnaire : sa démagogie ou son populisme, son totalitarisme, ses aspects socialisants et ses effets de modernisation (destruction relative des hiérarchies et structures sociales traditionnelles). S’il y a bien chez lui une rhétorique de la révolution, il n’y a guère de démagogie sociale. Petzold dirait que cela prouve que Jung était bien l’idéo­logue des patrons de la Ruhr. Mais il y a chez Jung un refus assez fondamental de la modernité (qui se mesure peut-être au fait que les considérations sur la technique sont pratiquement absentes de ses écrits). À telle enseigne que l’on peut à bon droit se demander si, bien qu’il ne cesse de s’en réclamer, il ressortit bien à la « Révo­lution conservatrice ». Sa patrie intellectuelle reste le romantisme politique. On pourrait faire de la politique-fiction et imaginer ce qu’aurait pu être l’État corporatif, autoritaire et chrétien souhaité par Jung. Le « IIIe Reich » eût « bénéficié » d’un régime à la Dollfus et eût été quand même différent : pas d’endoctrinement de la jeunesse, pas de lutte contre les Églises, surtout pas de solution finale et pas cet acharnement nihiliste dans la conduite de la guerre. Est-ce la différence entre fascisme et hitlérisme ?

Notes

2 La présentation succincte de la « Révolution conservatrice » qui va suivre est reprise en partie de : Gilbert Merlio, « La ‘Révolution conservatrice’, contre-révolution ou révolution d’un nouveau type? » in : Manfred Gangl/Hélène Roussel, Les intellectuels et l’État sous la République de Weimar, Philia Rennes 1993, p. 39-54. La partie concernant Jung est une version légèrement remaniée de Gilbert Merlio : « Edgar Julius Jung ou l’illusion de la ‘Révolution Conservatrice’ » in : Louis Dupeux (dir.), La « Révolution conservatrice » dans l’Allemagne de Weimar, Kimé, Paris 1992, p. 223-236.

3 Armin Mohler, Die konservative Revolution, WBG, Darmstadt 1989.

4 Kurt Sontheimer, Antidemokratisches Denken in der Weimarer Republik, München, 1978, DTV 4312.

5 Sur l’influence, voir l’article publié au printemps dernier dans les Nouveaux cahiers d’allemand (numéro spécial pour les concours, Nancy 1993) par Louis Dupeux : « Les intellectuels de la ‘Révolution Conservatrice’ et leur influence sous la République de Weimar ».

6 A son sujet consulter surtout l’ouvrage de Bernhard Jenschke, Zur Kritik der konservativ-revolu­tionären Ideologie in der Weimarer Republik. Weltanschauung und Politik bei Edgar Julius Jung, Beck, München 1971. Voir aussi Heide Gerstenberger, Der revolutionäre Konservatismus. Ein Beitrag zur Analyse des Liberalismus, Dunkler & Humblot, Berlin 1969. Le livre d’Edmund Forschbach, Edgar J. Jung ein konservativer Revolutionär 30.Juni 1934, Neske 1984, est un témoignage intéressant mais un peu hagiographique.

7 Joachim Petzold, Wegbereiter des deutschen Faschismus. Die Jungkonservativen in der Weimarer Republik, Pahl-Rugenstein, Köln 1978

8 Jean-Pierre Faye, Langages totalitaires, Hermann, Paris 1972.

Auteur

Professeur à l’Université de Paris IV - Paris-Sorbonne.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540