Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Weimar ou de la démocratie en Allemagne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Avant-propos

Gilbert Krebs et Gérard Schneilin

Texte intégral

1Issu du double colloque organisé en Sorbonne les 5 et 6 mars, puis les 25, 26 et 27 novembre 1993, ce volume n’est pas l’unique, mais le plus récent travail collectif publié en France sur la République de Weimar. Il est d’abord le résultat direct de deux programmes d’agrégation successifs Histoire intérieure de la Répu­blique de Weimar : des débuts à la fin de l’année 1929 (programme 1992-93), puis La fin de la République de Weimar et la prise de pouvoir par les nationaux-socialistes, 1930-1933 (programme 1993-94) : il atteste ainsi de la fécondité d’un programme qui a permis d’organiser un débat fructueux entre spécialistes alle­mands et français, devant un public éclairé et considérable, sur un problème de l’histoire contemporaine allemande qui reste d’une actualité brûlante.

2L’histoire de la République de Weimar a suscité depuis les années 1920 une recherche aussi variée qu’étendue, et ce, dans tous les pays occidentaux. Depuis l’ouverture des archives, les travaux – grandes synthèses ou études spécialisées – se sont succédés et multipliés au cours des dernières années. Pourtant, en dépit ou peut-être à cause de la diversité des approches idéologiques et scientifiques choisies, la question reste ouverte et féconde.

3Elle l’est d’abord au plan historique. Malgré toutes les tentatives d’expli­cation, savantes et passionnées, les grandes interrogations suscitées par la nais­sance, l’évolution et l’agonie de la première république allemande, le premier régime réellement démocratique que l’Allemagne ait jamais connu, continuent d’alimenter les débats entre spécialistes. Quelles furent les causes de l’échec rapide de la révolution qui a secoué le pays au sortir de la Première Guerre mondiale ? Pourquoi, à cause de quels enchaînements de conflits, de confusions, d’ater­moiements et d’erreurs la république parlementaire libérale et pluraliste n’a-t-elle jamais réussi à se stabiliser et à s’établir durablement ? Comment expliquer les progrès rapides, à la fin des années 1920, des mots d’ordre inlassablement propa­gés par le mouvement national-socialiste ? Dans quelles circonstances et pour quelles raisons, ce mouvement a-t-il pu accéder au pouvoir en exploitant les failles d’un système démocratique affaibli ? Quels ont été les causes de cet affai­blissement fatal : causes politiques (montée des extrémismes de gauche et de droite), causes économiques (crise mondiale depuis 1929, provoquant un chômage de masse) ? La catastrophe aurait-elle pu être évitée ? Où faut-il chercher les défaillances, chez les intellectuels, dans la jeunesse, dans les rangs d’un parti communiste allemand refusant toute alliance avec les autres forces démocratiques ? Il paraît évident que la république de Weimar s’est effondrée faute d’avoir réussi à trouver et à mobiliser les défenseurs des valeurs de la démocratie.

4L’histoire de la république de Weimar reste d’actualité. Certes, les problèmes d’identité et de légitimité de la R.F.A et de la R.D.A. par rapport à Weimar ne se posent plus pour le moment. Mais on peut continuenr de s’interroger sur les possibilités de survie de la démocratie libérale en cas de crise. Et le modèle de Weimar donne l’occasion de réfléchir, quelles que soient les modifications ou complications survenues depuis, sur la viabilité des systèmes démocratiques ‘occidentaux’ en cas de péril extrême, dans ce que Michael Stürmer a appelé ‘Ernstfall’ et que Eberhard Jaeckel, dans ce volume même, compare à une cata­strophe atomique majeure, du type Tchernobyl. Weimar est devenu un élément de la théorie des catastrophes.

5Ce colloque et le volume qui en résulte ont pris cet ensemble de problèmes comme point de départ, essayant d’y apporter quelques réponses et suggestions. Ainsi s’explique la diversité des communications, organisées en fonction de deux phases à la fois contradictoires et complémentaires, mais se comprennent aussi leurs interférences et recoupements multiples et nécessaires. Mise à part une com­munication, on aura évité les nombreux problèmes de politique étrangère, tout en restant conscient de leur importance primordiale : c’est affaire de volume et de programme ...

6La République de Weimar entre 1919 et 1933 est traitée ici en des perspectives multiples à tonalité politique, constitutionnelle, économique, idéo­logique, sociologique, religieuse et culturelle, par des intervenants issus d’horizons divers et en tenant compte des résultats les plus récents de la recherche. Au lecteur de faire la part des choses en parcourant les voies ouvertes. On souhaitera pourtant qu’il se persuade que le cas de la chute de la République de Weimar n’est ni un simple objet de recherches et d’études, ni la résultante d’une catastrophe inévitable ou de la fatalité. L’exemple de cette ‘cité’ démocratique moderne, entraînée dans l’abîme par ceux-là qui l’ont faite, puis défaite, servira à rappeler que là où la raison humaine devient déraison, commence la barbarie.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540