Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le couple franco-allemand en Europe

 | 
Henri Ménudier

V. Acteurs et médiateurs entre la France et l'Allemagne

Instituts français et Instituts Goethe

Isabelle Farçat

Texte intégral

1Conscients de n’avoir pas toujours, dans leur entreprise commune, accordé à la culture sa juste place, Français et Allemands adoptèrent dans les années quatre-vingt une série d’initiatives destinées à accroître le rôle de celle-ci dans leur coopération et plus largement dans la construction européenne.

2Après le « Sommet culturel » de Francfort en octobre 1986, (« le temps est venu d’amorcer une nouvelle étape de la coopération culturelle ») de nouvelles formes de coopération apparaissent dans le domaine culturel, artistique et dans celui des media. À côté du projet de lancement d’une chaîne culturelle franco-allemande – la future ARTE qui voit le jour au printemps 1992 –, de la création d’un Haut Conseil culturel franco-allemand destiné à « donner une impulsion nouvelle au dialogue culturel entre les deux pays », de nouvelles structures de concertation et de coopé­ration sont également mises en place entre les réseaux des instituts culturels des deux pays.

3L’intensification souhaitée des relations culturelles franco-allemandes s’enri­chissait de l’expérience de structures qui avaient depuis longtemps fait leur preuve et possédaient l’avantage d’une bonne connaissance sur le terrain du pays d’accueil. Depuis toujours médiateurs privilégiés entre les cultures, les instituts culturels disposeraient dorénavant de cadres d’actions encore mieux appropriés à leurs objectifs.

Des acteurs essentiels dans le rapprochement franco-allemand

4Lors de ces nouvelles initiatives, en 1986, 19 Instituts Français étaient implantés sur le territoire de la République fédérale d’Allemagne, et 7 Instituts Goethe en France, complétés par deux antennes à Colmar et Strasbourg.

5Fondés pour la plupart dans l’immédiat après-guerre, les nombreux Instituts Français en R.F.A. témoignaient de la volonté de participer activement à la récon­ciliation entre les deux pays ; ils manifestaient aussi la parfaite adaptation structurelle à la division de la RFA en Länder (entités disposant au niveau culturel d’une complète autonomie).

  • 1 Pour des informations plus détaillées sur les Instituts français en RFA, voir l’article de Gilbert (...)

6Véritable réseau couvrant l’ensemble du territoire fédéral, ces établissements culturels se caractérisent en premier lieu par la diversité, aussi bien quant à leur taille qu’à leur statut. Ainsi, certains – comme ceux de Sarrebruck, Bonn, Heidel­berg, Mayence ou Cologne – sont des Instituts d’Université qui participent directe­ment à la vie universitaire. Il n’est pas rare de voir un de leurs directeurs donner, par exemple, un cours hebdomadaire de « civilisation » ; d’autres – comme à Hambourg, Brême ou Stuttgart – sont des Fondations franco-allemandes, tandis que d’autres encore – à Fribourg, Essen, Erlangen ou Düsseldorf – sont accueillis par les municipalités ; enfin, cinq Instituts (Berlin, Francfort, Munich, Hanovre et Aix-la-Chapelle) sont locataires. Nul doute que chaque Institut constitue à un titre ou à un autre un cas particulier1, comme l’Institut culturel franco-allemand de Tübingen, dont la gestion relève d’un conseil d’administration mixte.

7Les Instituts Français, quelles que soient leurs particularités locales, couvrent dans leur ensemble les quatre types d’activités suivantes : enseignement et promo­tion de la langue française, information et documentation, action culturelle, et enfin coopération avec l’Université.

8Dans le domaine de l’action culturelle, qu’ils considèrent comme leur tâche primordiale, certains Instituts se sont spécialisés dans une activité particulière. Ainsi, l’Institut de Munich avec le CICIM se consacre plus volontiers au cinéma – il publie une Revue pour le cinéma français éditée en allemand et trimestrielle, tandis que l’Institut de Brême s’intéresse plus spécialement au domaine de la musique contemporaine, ou encore celui de Cologne aux arts plastiques et à l’audiovisuel, l’Institut de Francfort s’attachant plus particulièrement au Livre. Cette diversité est directement liée à des spécificités locales comme dans le cas de Francfort et de sa célèbre Foire du Livre.

9Dans tous ces types d’activités, il faut souligner le rôle majeur accordé aux partenaires allemands locaux : Kulturreferat, Universités, lieux de spectacles, société franco-allemande, etc... Il pourrait bien s’agir là d’ailleurs d’une des caractéristiques communes essentielles au travail des Instituts Français et des Instituts Goethe. Aussi bien du côté français que du côté allemand, l’action des centres culturels est, en effet, conçue à tous les niveaux comme un dialogue créateur avec un partenaire.

10Fondés plus tardivement, dans leur majorité autour des années 1960, les sept Instituts Goethe en France (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Toulouse et Paris – qui représente l’un des instituts les plus importants dans le monde) font également du dialogue l’une des conditions essentielles de leur travail. En 1963, leur tâche s’est d’ailleurs vue précisée dans ce sens : comme tous les autres centres culturels allemands, ils furent désormais chargés de « promouvoir la langue allemande à l’étranger et de favoriser les échanges culturels internationaux ». Dans tous leurs types d’activités : cours de langue, service pédagogique, bibliothèque et manifestations culturelles, les Instituts Goethe développent leurs activités large­ment en relation avec des partenaires français.

11Ainsi, dans le domaine du Service Pédagogique, les Instituts Goethe rem­plissent-ils leur mission de perfectionnement des professeurs d’allemand en France dans une large mesure en relation avec le ministère français de l’Éducation Natio­nale (des séminaires de formation des enseignants d’allemand en Allemagne sont notamment cofinancés par le ministère français), avec le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP et CDDP ou CRDP), avec l’Inspection d’Allemand, ainsi qu’avec les Départements d’Allemand des Universités et ultérieurement avec les nouveaux Instituts Universitaires de Formation des Maîtres (IUFM).

12Dans le domaine culturel, de nombreuses initiatives sont co-organisées avec des partenaires français, que ce soient le ministère français de la Culture, ou des institutions culturelles françaises – musées, théâtres, cinémathèques, etc. Ici aussi, la coopération avec des partenaires peut entraîner à certains moments le dévelop­pement de priorités dans tel ou tel domaine. Signalons également le cas particulier de l’Institut de Lille qui est le seul à posséder en France des archives cinémato­graphiques sur le cinéma allemand.

13Intéressés au premier chef par l’approfondissement du dialogue entre les deux pays qu’ils représentent, et habitués à des structures de co-organisation, les instituts culturels se sentirent particulièrement concernés par une intensification de leur modalité de coopération.

Les nouvelles structures de coopération et leur évolution

14La première réunion des directeurs des 19 Instituts Français et des 7 Instituts Goethe eut lieu les 31 mai et 1er juin 1986 à Saint-Avold et Sarrebruck. Elle eut pour objet de définir de nouvelles formes de travail et de déterminer des projets communs qui devaient être réalisés ensemble. À côté de la création d’un comité pilote de coordination comprenant un représentant de chaque pays, on décida d’institutionnaliser des réunions périodiques de concertation et de programmation qui regrouperaient l’ensemble des directeurs.

15Les deux réseaux d’instituts culturels s’engageaient à créer ensemble, dans la confrontation des expériences et la rencontre des artistes, des projets culturels qui seraient présentés au public des deux pays. Il fut décidé que la structure Inter­réseaux initierait chaque année 4 ou 5 projets communs. Le financement de ces projets dénommés Interréseaux, assuré par les ministères des Affaires étrangères des deux pays, était paritaire et s’élevait à 500 000 F par pays.

16Deux principes directeurs allaient servir de base à cette action bilatérale inédite :

  • d’une part, les projets communs choisis devaient être tels qu’aucun des deux réseaux n’aurait pu, seul, les mener à bien. On pourrait ainsi voir dans cette forme de coopération l’amorce du principe si souvent discuté depuis lors de subsidiarité, selon lequel il ne faut faire ensemble que ce qui ne peut être fait par une seule des parties.

  • d’autre part, les projets retenus devaient être jugés assez motivants pour que l’ensemble des centres culturels des deux réseaux s’y sentent impliqués. Ce principe d’implication était ainsi censé assurer un réel engagement de tous les instituts dans les projets Interréseaux.

17Enfin, une règle d’action fut adoptée concernant la langue dans laquelle auraient lieu les discussions. S’agissant d’instituts dont une vocation essentielle est la promotion et l’enseignement de la langue, il est clair que cette question méritait une attention toute particulière. Or, la solution trouvée consista à ce que chaque intervenant parle dans sa langue propre, la connaissance de l’autre langue par chacun des deux partenaires rendant tout à fait possible ces formes de « dialogues mixtes », où la compréhension interculturelle ne passe pas par l’effacement des différences identitaires.

18Articulée autour de ces quelques principes novateurs, la coopération culturelle franco-allemande serait assez solide pour résister aux difficultés qui ne manquèrent pas de se présenter. Peu de modifications furent apportées ultérieurement à ces structures.

  • 2 Il existait en R.D.A. un centre culturel français situé à Berlin-Est dans la célèbre avenue Unter d (...)

19Depuis l’unification allemande, trois nouveaux instituts français se sont ouverts sur le territoire de l’ancienne RDA2 à Leipzig, Dresde et Rostock (un quatrième est prévu à Erfurt). L’intégration de ces établissements dans la structure Interréseaux permet de renforcer les échanges culturels entre la France et les cinq nouveaux Länder. À titre d’exemple, indiquons la proposition de l’Institut Français de Dresde d’accorder à des artistes des nouveaux Länder les moyens de séjourner en France en coopération avec les Instituts Goethe. Le programme Interréseaux offre ainsi à ces artistes de l’Est la possibilité d’être intégrés à un vaste programme de longue durée d’échanges, d’accueil et de résidences.

20De son côté, l’Institut Goethe cherche également à renforcer sa présence en France, notamment par la création de nouvelles antennes. Cependant, les difficultés économiques rencontrées lors du processus d’unification ne permettent pas pour l’instant d’indiquer avec certitude un délai pour la réalisation de tels projets.

21Lors de la réunion de la structure Interréseaux en octobre 1992, il a été décidé la création d’une commission permanente comprenant trois membres français et trois membres allemands, destinée à renforcer le caractère bilatéral des manifestations, non seulement dans leur contenu, mais aussi dans leur phase d’élaboration et de réalisation pratique. À cela s’ajoute une augmentation des rencontres profession­nelles des directeurs des Instituts des deux pays dans des cadres plus informels ou lors des sessions annuelles de programmation de chaque réseau d’Instituts.

22Progressivement, la coopération Interréseaux ne concerne plus seulement les contenus, voire les projets de manifestations, mais elle s’oriente vers un rapproche­ment plus en profondeur des méthodes de travail. Ainsi est-il prévu de consacrer l’une des prochaines étapes de la coopération à une meilleure connaissance des modes de fonctionnement de chacune des deux institutions, qui pourrait commen­cer par exemple par le travail de la bibliothèque.

23Nul doute que ces structures de concertation, qui pourraient sembler quelque peu formelles, ne soient l’occasion d’un réel approfondissement interculturel. Plus qu’ailleurs il est requis des acteurs un « parler vrai », motivé par une exigence de lucidité qui seule fait la valeur de ce genre de démarche. Le dialogue entre les cultures ne trouvera d’écho réel que s’il sait s’attaquer aux racines des malen­tendus, c’est-à-dire s’il ne craint pas de « déranger », comme le comprendra si bien ARTE qui ira jusqu’à en faire l’un de ses slogans.

Les projets et leur réalisation

24Le premier projet fut inauguré à Paris en janvier 1988, à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire du traité d’amitié franco-allemand. Il s’agissait de la mani­festation L’Image du Voisin qui présentait de manière concomitante trois exposi­tions – caricature, photographie et livres – sur le thème de l’image que chaque pays se faisait de son voisin.

25À travers plus de cent cinquante dessins de caricatures (1945-1987), une tren­taine de photographies et une exposition de livres regroupant près de 500 titres (250 en français et 250 en allemand), les deux pays voisins tentaient de s’exposer sans complaisance et de débusquer les préjugés qui empêchaient trop souvent la transparence des regards. À cela s’ajoutait une réflexion sur ce thème dans le domaine de la télévision, ainsi qu’un colloque destiné à approfondir cette question centrale pour le devenir des relations culturelles entre les deux pays. Cette mani­festation remporta un énorme succès, tant auprès du public que de la presse, et fut montrée dans plus de trente villes en France et en Allemagne.

26D’autres expositions furent également réalisées dans ce cadre, telle La revanche des régions/Kein schöner Land, qui présente le thème de la région à travers le coup de crayon de 91 dessinateurs de bande dessinée, du dessin humoristique et de la caricature. Inaugurée en avril 1992 à Paris, l’exposition sera également montrée dans des Instituts Français en Allemagne et la majorité des Instituts Goethe en France.

27Dans leur ensemble, ces expositions témoignent bien de l’inventivité dont peut faire preuve ce type de manifestations franco-allemandes, qui cherchent avant tout à élaborer des chemins de traverse, des voies originales de rencontres entre les deux cultures, par-delà les clichés et les préjugés trop souvent rebattus.

28Dans la sphère de l’édition, d’ambitieux projets se réalisèrent, avec notamment la publication d’un même livre en deux versions : Au Jardin des Malentendus. Le commerce franco-allemand des idées (Jacques Leenhardt (dir.), Actes Sud, 1990) et Esprit-Geist - 100 Schlüsselbegriffe für Deutsche und Franzosen (Robert Picht (dir.), Piper, 1989). Cet ouvrage cherche, à travers un glossaire de cent notions extraites de domaines aussi variés que la philosophie, l’histoire ou l’art, à restituer la dimension propre à l’imaginaire de ces termes dans chaque langue.

29À signaler aussi la publication traitant des relations cinématographiques franco-allemandes Tendres ennemis (L’Harmattan, 1991) Kameradschaft-Querelle (CICIM - Institut Français de Munich, 1991), livre co-dirigé par Hainer Gassen et Heike Hurst, dont la version française reçut en 1992 un prix de la Critique de Cinéma. Actuellement, une traduction en allemand est en cours de l’ouvrage consacré à Rainer Werner Fassbinder par le spécialiste français Yann Lardeau.

30La coopération bilatérale concerna également bien d’autres domaines. Certaines manifestations touchèrent à la danse, telle la collaboration entre les danseurs du GRCOP (Groupe de Recherches Chorégraphiques de l’Opéra de Paris) et la chorégraphe allemande Susanne Linke à l’Opéra de Paris.

31D’autres projets s’attachèrent au domaine de la musique, avec par exemple la tournée de l’ensemble Fa, ensemble de musique contemporaine, fondé en 1987 par les Instituts Français de Brême et de Bonn, et dirigé par la pianiste Dominique My.

32Enfin, le programme Interréseaux a également rendu possible de nombreux échanges d’étudiants dans le domaine des études théâtrales (Cours Florent, Paris, et École des Arts de la Scène, Hambourg), des études cinématographiques (Filmhoch­schule de Munich et Berlin, et FEMIS, Paris). Des programmes d’échange dans le domaine de la photographie sont également prévus entre l’Institut Goethe de Nancy et l’Institut Français de Essen (projet d’échange photographique Alsace-Lorraine/ Région de la Ruhr-Rhénanie du Nord-Westphalie).

33Au premier semestre 1993, un important projet de la structure Interréseaux, sera présenté au public. Il s’agit de la manifestation Immigration/ Intégration en France et en Allemagne de 1945 à nos jours qui regroupe une exposition itinérante et un colloque. L’inauguration de l’exposition ainsi que le colloque, dirigé du côté allemand par Claus Leggewie et du côté français par Alain Touraine, sont prévus en mai 1993 à Francfort-sur-le-Main. Nul doute que, face à des thèmes aussi délicats, la possibilité offerte de « croiser les regards » peut aider à mieux saisir la dimension imaginaire propre à chaque pays, ainsi que la complexité des questions qui se posent dans les deux sociétés à l’heure actuelle. Rien de mieux, en d’autres termes, pour évaluer les convergences et les divergences franco-allemandes, pour mieux les comprendre, afin de parvenir peut-être un jour à les surmonter.

Perspectives et ouvertures

34Il s’agit à l’heure actuelle d’un travail de pionnier qui laisse entrevoir de nou­velles perspectives, dont celle d’un réel rapprochement culturel européen, véritable forum d’échanges culturels. La coopération Interréseaux, qui en est à ses débuts, et dont on peut déjà constater les premiers résultats, est sans aucun doute appelée à élargir son champ d’action et à explorer des voies inédites pour de nouveaux projets d’intérêt commun.

35La nouvelle situation en Europe donnera vraisemblablement plus d’importance à ce mode de coopération culturelle. Le dialogue franco-allemand pourrait en con­séquence s’élargir à d’autres dimensions, notamment dans le domaine des échanges Est/Ouest, où un réel dialogue culturel s’avère absolument indispensable pour aider à surmonter les profonds fossés qui se sont creusés au cours de ce siècle en Europe. Dans le cadre de cette coopération Interréseaux, il est envisagé d’organiser dans le futur des rencontres entre intellectuels, journalistes et responsables culturels des anciens pays de l’Est (Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie...) et leurs homologues allemands et français.

36D’autres pays pourraient ainsi dans un avenir proche venir progressivement s’associer, d’une manière ou d’une autre, à certains des projets Interréseaux.

37Cependant, à côté d’une probable extension à des projets multilatéraux, la coopération culturelle franco-allemande semble également s’orienter de façon plus fondamentale vers une intensification de ses structures communes. Le programme Interréseaux constituerait ainsi une étape essentielle pour permettre de progresser d’un type de coopération concernant des manifestations et des projets précis à un rapprochement en profondeur des structures et des méthodes de travail.

38Dépassant le cadre strict des deux pays qu’ils représentent, la France et l’Alle­magne, la coopération bilatérale commence depuis peu à s’étendre à de nouvelles aires géographiques. Ainsi, des formes originales d’échanges d’informations se sont récemment développées (notamment par la participation aux réunions de coordination régionale) entre la direction des Instituts Goethe et celle des Instituts Français concernant leurs projets d’action dans certaines régions, par exemple en Amérique latine ou en Afrique. Indéniablement, de telles initiatives permettraient de favoriser une meilleure concertation de l’action culturelle bien au-delà de la seule aire géographique européenne.

39Dans la dynamique ouverte par cette expérience, il deviendrait alors possible d’envisager à terme la création d’Instituts culturels franco-allemands dans des pays tiers. Sans aucun doute, le bon fonctionnement de tels instituts pourrait être consi­déré comme l’aboutissement et la consécration de l’expérience pilote menée au sein de la structure Interréseaux.

Notes

1 Pour des informations plus détaillées sur les Instituts français en RFA, voir l’article de Gilbert Guillard, « Le réseau des Instituts culturels français en RFA », in : Revue Lendemains nº 49, Wolfram Hitzeroth-Verlag, Marburg, 1988.

2 Il existait en R.D.A. un centre culturel français situé à Berlin-Est dans la célèbre avenue Unter den Linden, qui constituait le pendant du centre culturel de la RDA installé boulevard Saint-Germain à Paris. Seul centre culturel étranger d’un pays occidental sur le territoire de la R.D.A., l’Institut de Berlin-Est ne manqua pas de jouer un rôle important dans la vie culturelle de l’ancienne capitale est-allemande. Depuis l’unification allemande d’octobre 1990, l’Institut français de Berlin dispose désormais de deux adresses pour abriter ses manifestations (à l’ouest, sur le Kurfürstendam, et à l’est, Unter den Linden).

Auteur

Docteur en Philosophie (1981, PARIS-X), attachée de presse à l’Institut Goethe de Paris.
A publié, entre autres : L’Allemagne, de la conférence de Potsdam à l’Unification, Éd. Minerve, collection Voies de l’Histoire, Paris, 1992, 286 pages.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr