Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le couple franco-allemand en Europe

 | 
Henri Ménudier

IV. Les responsables politiques et les relations franco-allemandes

Contradictions et convergences depuis 1989

Jacques Chirac

Note de l’éditeur

Discours prononcé par Monsieur Jacques Chirac à l’occasion du centenaire de la naissance de Maurice Baumont – Institut de France – le 26 février 1992. Jacques Chirac est président du RPR, ancien Premier Ministre et Maire de Paris. Le discours s’intitulait « Contradictions et conver­gences dans les relations franco-allemandes depuis la chute du Mur de Berlin ». Titres et sous-titres ajoutés par Henri Ménudier.

Texte intégral

1C’est un très grand honneur pour moi que de répondre aujourd’hui à l’invitation de mon ami Pierre Messmer, à l’occasion de ce colloque à l’Institut de France commémorant le centenaire de la naissance de Maurice Baumont.

2Je le fais avec un grand respect pour celui qui, après avoir combattu et souffert dans sa chair au cours du terrible conflit 1914-1918, devait devenir l’un des grands artisans de la réconciliation franco-allemande, en même temps que l’un de ces intellectuels qui firent le rayonnement culturel de la France au cours de ce siècle.

3Historien curieux et passionné, grand connaisseur de l’Allemagne, de sa culture, de ses milieux politiques et intellectuels, analyste et même souvent prophète des grandes questions internationales, Maurice Baumont fut tout cela à la fois. Laissant derrière lui une œuvre imposante et toujours d’actualité, il reste un modèle et un exemple pour tous ceux qui aspirent à mieux comprendre la France et l’Allemagne, et l’histoire complexe et souvent douloureuse des relations entre nos deux vieilles nations.

4Permettez-moi, puisque l’occasion m’en est donnée aujourd’hui, de saluer devant vous la mémoire de ce grand Français et de ce grand Européen, en même temps que le travail considérable qu’accomplit l’Association des amis de Maurice Baumont pour pérenniser son souvenir sous la houlette de son Président, Monsieur Pierre Messmer.

5La célébration de la naissance de Maurice Baumont, il y a tout juste cent ans aujourd’hui, me donne aussi l’opportunité de m’interroger avec vous sur une question particulièrement vitale pour l’avenir de la France et de l’Europe : quel est l’état, et surtout quel doit être le devenir de la relation franco-allemande en ce début de 1992, alors que nous venons d’entrer dans une période révolutionnaire pour le système mondial dans son ensemble ?

L’état de la relation franco-allemande

6Il n’est point besoin de revenir ici sur les événements qui, toutes ces dernières années, ont conduit au triple séisme de 1989-1991 : la chute du Mur de Berlin, la guerre du Golfe, puis la désintégration du régime communiste et de l’état sovié­tique, ont littéralement fait voler en éclat l’ordre mondial que nous connaissions depuis 1945. Avec la fin de la guerre froide, le « système bipolaire », structuré autour de la rivalité idéologique et nucléaire des deux grands vainqueurs de la seconde guerre mondiale, s’est lui aussi brutalement effondré.

7Tout dans ce monde, tout également dans notre Europe, doit aujourd’hui être remis à plat sans tabous d’aucune sorte. Tout doit être repensé, reconstruit : qu’il s’agisse du rôle des armes nucléaires, de la place des nations et, en Europe, de l’entreprise communautaire elle-même, conçue dans un autre contexte : celui de la guerre froide.

8Pour la France, comme pour l’Allemagne, qui assument une responsabilité essentielle dans la stabilité de notre continent, une nouvelle page de l’Histoire s’ouvre.

Un malaise s’est installé

9Or, pourquoi le taire ? Chacun sent bien qu’un malaise s’est installé ces dernières années dans les relations entre nos deux pays. Des divergences se sont fait jour. Pourtant, tout se passe comme si l’on cherchait du côté français, comme du côté allemand, à masquer ces divergences pour se rassurer en mettant en avant la convergence louable des mots.

10Essayons d’y voir plus clair.

11Je n’insisterai pas sur certaines ambiguïtés de la diplomatie française qui, après la chute du mur de Berlin, ont pu être ressenties comme des erreurs par nos amis allemands.

12En revanche, et pour nous replacer en perspective, je citerai le Général de Gaulle qui, s’exprimant le 15 mai 1962, c’est-à-dire quelques mois à peine après l’érection de ce Mur, disait :

« De la solidarité entre la France et l’Allemagne dépend la sécurité immédiate des deux peuples. De cette solidarité dépend tout l’espoir d’unir l’Europe dans le domaine politique et dans le domaine de la défense comme dans le domaine économique. De cette solidarité dépend par conséquent le destin de l’Europe tout entière depuis l’Atlantique jusqu’à l’Oural. Car s’il peut se créer à l’Occident de l’Europe une construction, une organisation qui soit ferme, prospère, attrayante, alors réapparaissent les possibilités d’un équilibre européen avec les États de l’Est et réapparaît la perspective d’une coopération proprement européenne, surtout si, en même temps, le régime totalitaire cesse d’empoisonner les sources ».

13Tout est dit.

14C’est dans cet esprit que la France aurait dû accueillir les événements de l’Est. Pour sa part, l’Allemagne le fit avec sagesse en réalisant son unité à la fois dans la Communauté et dans l’OTAN, ce qui à l’époque n’allait pas de soi, et en confir­mant avec la Pologne le douloureux statu quo frontalier de 1945.

15À partir de là divers malentendus se sont enchaînés.

Malentendu sur la Yougoslavie

16Le premier porte sur la politique à l’Est : au soupçon désormais répandu à Paris que l’Allemagne unie chercherait à retrouver une aire d’hégémonie à l’Est, répondent les irritations de nos voisins d’outre Rhin devant des reproches qu’ils jugent injustes et injustifiés, d’autant que les partenaires de l’Allemagne lui laissent supporter la plus grande part du fardeau économique et financier nécessaire au relèvement du monde communiste ruiné. La crise yougoslave ne fit, dans ce contexte, qu’aggraver les choses : tandis que la France donnait l’impression de s’accrocher à une Yougoslavie dont même les Serbes ne voulaient plus, les Allemands faisaient cavalier seul dans la reconnaissance de la Slovénie et de la Croatie, à laquelle la France dut finalement se résigner... en même temps que l’Europe. On essaya bien à Paris et à Bonn de masquer ces divergences en faisant mine, en septembre 1991, de proposer une force d’interposition franco-allemande pour la Yougoslavie. Mais là encore, le manque de sincérité était évident. Comme le demande justement le Professeur Grosser :

« du côté français, y avait-il acceptation d’une bataille potentielle, menée sous com­mandement unifié ? Du côté allemand, le Chancelier ne savait-il pas parfaitement qu’il ne serait pas suivi par ses compatriotes dès lors qu’il s’agirait d’engager des unités hors du sol allemand ? ».

17Le résultat fut que, faute d’entente franco-allemande, l’Europe tout entière laissa se dérouler dans une indifférence mêlée d’effroi et de commisération une guerre civile d’un autre âge à deux heures de Paris, de Bonn... ou de Maastricht où simultanément l’on prétendait construire l’Europe future.

Divergences sur la politique transatlantique

18Parallèlement, les dernières années ont vu s’intensifier d’autres divergences franco-allemandes sur la politique transatlantique.

19Du côté français, on ne cesse de dénoncer la volonté des États-Unis de pérenniser leur tutelle sur les affaires européennes en faisant de l’OTAN et de l’Allemagne les pivots de leur mainmise sur l’Europe.

20Du côté allemand, on juge la France inconséquente : n’a-t-elle pas réclamé depuis 30 ans une réforme de l’OTAN ? Or, c’est au moment où celle-ci commence à se transformer, où l’essentiel des contingents américains s’apprête à se retirer du Continent, que la France semble s’accrocher au statu quo.

21Certes, l’initiative Kohl-Mitterrand d’octobre 1991 portant sur le projet de Corps d’Armée commun voulait être une forme de conciliation. Cependant, deux éléments sont à noter : en premier lieu, cette initiative aurait pu et dû être prise beaucoup plus tôt, c’est-à-dire avant la décision de l’OTAN au printemps 1991 de créer une force de déploiement rapide, décision qui a soulevé et soulève des difficultés, voire des oppositions, en Allemagne. Au total, les Allemands ont sur cette affaire le sentiment d’avoir été mis au pied du mur par leurs alliés et abandonnés par Paris, faute d’un front commun franco-allemand. En second lieu, l’annonce de la création de ce Corps d’Armée passe sous silence les problèmes politiques importants qu’il faudra bien régler, sauf à y renoncer. Faute d’une révision constitutionnelle en RFA, les éléments allemands ne peuvent intervenir hors du cadre OTAN, à l’inverse des Français. En revanche, les premiers sont théoriquement subordonnés au SHAPE en temps de paix, ce qui n’est pas le cas des seconds. L’initiative d’octobre 1991, positive sans aucun doute, risque donc d’apparaître plus comme une tentative de « replâtrer » une apparence de rappro­chement franco-allemand, que comme une véritable orientation politique marquant une réelle communauté de destin.

22Reste alors le dossier européen.

23Ces divergences sur les politiques à l’Est et sur l’avenir des relations transatlantiques auraient-elles été compensées, à tout le moins, par une forte convergence franco-allemande sur l’Europe ? Malgré les communiqués d’autosatis­faction publiés au lendemain des Accords de Maastricht, je ne suis pas convaincu.

Ambiguïtés à propos de Maastricht

24La première ambiguïté tient à la démarche même qui a présidé, dès 1990, au lancement des deux Conférences intergouvernementales qui devaient mener à Maastricht. En forçant peut-être le trait, je dirais que pour les Allemands il s’agissait, une fois l’Allemagne unie, de passer à une étape nouvelle de la construction européenne : celle d’une Europe à l’image de l’Allemagne, vertueuse en matière monétaire car appliquant les mêmes règles qu’elle, fédérale dans ses structures politiques.

25Pour d’autres en revanche, notamment en France, « réussir Maastricht » s’impo­sait avant tout pour « encadrer » une Allemagne désormais ressentie comme surpuissante économiquement et politiquement. Raisonnement malsain. De deux choses l’une en effet : ou bien l’on est convaincu, comme c’est mon cas, que l’Allemagne est et restera démocratique, qu’elle a appris les leçons de l’Histoire et en ce cas il n’est nul besoin de l’«encadrer» ; ou bien l’on est convaincu du contraire, et dans ce cas nulle structure ne résistera à la puissance allemande, mais au contraire risque d’être inéluctablement dominée par elle. Si tant est qu’il faille « rééquilibrer » l’Allemagne, ceci se fera d’abord et avant tout par le redressement économique et moral de la France et non par le jeu des institutions européennes qui ne saurait dissimuler nos propres faiblesses.

26La seconde ambiguïté, entre Français et Allemands, elle aussi contenue en filigrane dans les Accords de Maastricht, tient à la définition même de l’Europe qu’il conviendrait de construire : Europe des États, Europe fédérale, ou comme c’est malheureusement la réalité, un système hybride, conduisant, hors de tout contrôle, à un pouvoir technocratique et, en fait, super-étatique ? Une Europe à Douze, commode pour la technocratie bruxelloise ? Mais quid alors des défis de l’Histoire : est-il tenable de solidifier un club des riches à l’Ouest a côté d’une zone pauvre et déstabilisée à l’Est ? Le Mur de Berlin abattu, allons-nous le remplacer par un Mur de l’argent ? Et pense-t-on réellement que ce mur-là nous protégera longtemps de l’instabilité de l’Est ? Là encore, « Maastricht » n’a pas tranché, et les divergences franco-allemandes subsistent.

27Ces observations qui pourront paraître sévères, n’entament en rien ma convic­tion : aucun système européen stable n’est possible sans une entente étroite entre la France et l’Allemagne. Elles n’entament pas non plus ma confiance dans l’avenir d’un couple franco-allemand équilibré et dynamique.

L’avenir du couple franco-allemand

28Quatre raisons confortent ma conviction et ma confiance.

29• La première est que l’Allemagne a besoin de la France. Exposés plus que d’autres aux chaos de l’Est, les Allemands, s’ils sont enclins à tabler, pour leur sécurité, d’abord sur les États-Unis et l’OTAN, n’en mesurent pas moins aujourd’hui les limites. Sachons ne pas décevoir les attentes de nos voisins : l’heure est venue pour la France de participer pleinement à un futur système de défense européen.

30Sur le plan intérieur, les attentes allemandes sont tout aussi importantes. L’Allemagne, qui recouvre sa pleine souveraineté, en même temps que sa fierté nationale, est loin d’avoir achevé son unité, unité économique bien sûr, mais surtout unité politique et psychologique. Cette Allemagne-là sera pour plusieurs années encore à la recherche de sa personnalité, de son identité en Europe – des années décisives où l’attitude et la compréhension de ses partenaires, et surtout de la France, joueront un rôle capital. Sachons là aussi être présents aux côtés de notre partenaire.

31• Sachons le faire – et ceci est ma deuxième raison – sans frilosité, sans nostal­gie de l’ordre ancien, sans mauvais complexe d’infériorité, car la France saura demain, j’en suis sûr, retrouver sa force économique, technologique et finan­cière, et donc sa puissance politique.

32Nos amis allemands savent qu’ils ont besoin d’une France forte, politiquement stable, et dynamique sur le plan européen et international. Plus que jamais, la France demeure le vrai partenaire économique de l’Allemagne, comme en témoignent le succès de nos produits en République Fédérale et l’importance de nos investissements dans les nouveaux Länder. Une politique libérale qui réduira demain la mainmise de l’État sur notre économie et libérera les formi­dables réserves d’initiative et d’énergie de notre pays, ne pourra, en stimulant notre économie, que stabiliser la relation franco-allemande à venir.

33• La troisième raison qui fonde mon optimisme est que la marge de manœuvre de nos deux pays s’est accrue avec la fin de la guerre froide. C’est là un point essentiel et qui est souvent ignoré : le système bipolaire condamnait en effet la France et l’Allemagne à des rôles précis, dont elles ne pouvaient s’écarter qu’avec difficulté, ceci étant particulièrement vrai pour la RFA. En matière de défense, par exemple, la France et l’Allemagne étaient allées aussi loin que possible dans leur coopération, compte tenu de la position spécifique de la France au sein de l’Alliance, et inversement de la totale intégration de l’Alle­magne dans le système atlantique.

34On voit bien aujourd’hui que ce système, en pleine mutation, impliquera un rôle nouveau pour les Européens et n’exigera plus la même discipline atlantique. « L’intégration » avec 50 ou 70.000 Américains en Europe n’aura plus la même signification que lorsque le contingent américain comptait 325.000 hommes ; la menace soviétique s’est éloignée ; à l’heure où les deux Grands d’hier réduisent profondément leurs stocks atomiques et éliminent leurs armes tactiques, les doctrines nucléaires évoluent et offrent de nouvelles synergies possibles entre la France et la future alliance. En un mot, un vaste champ s’offre à la recompo­sition en commun des politiques de sécurité de la France et de l’Allemagne. Il en va de même dans d’autres domaines.

35• Enfin – et c’est la dernière raison – les intérêts fondamentaux français et alle­mands sont plus convergents que jamais : en matière de sécurité, on vient de le voir ; s’agissant de l’Est également, où nos deux pays savent qu’ils doivent travailler ensemble à une transition ordonnée et pacifique de l’Europe Centrale et de l’ex-URSS vers le libéralisme et la démocratie. Mais la même constatation vaut pour le dossier transatlantique où il s’agit d’assurer le maintien d’une certaine présence américaine en Europe, tout en construisant pas à pas une identité européenne à l’échelle mondiale. Il en va de même au plan économique où, quelles que soient les approches théoriques des uns et des autres, la réalité s’imposera : il s’agit de protéger nos industries, nos agricultures face aux grands pôles économiques d’Amérique et d’Asie. De même, une gestion concertée de nos relations avec la périphérie sud de l’Europe s’impose, Français et Allemands étant appelés à jouer un rôle moteur dans l’aide au développement, la maîtrise de l’immigration, la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive.

Redonner vigueur à l’entente franco-allemande

36Telle est donc la réalité objective des convergences franco-allemandes. Il reste désormais à les concrétiser, c’est-à-dire en fait à redonner à l’entente franco-allemande toute sa vigueur et toute sa place dans la construction de l’Europe future.

37Comment le faire ?

38• D’abord en modifiant le climat psychologique actuel des rapports franco-allemands.

39Il faut cesser d’alimenter des complexes ou des soupçons de supériorité ou d’infériorité de part et d’autre du Rhin. Il faut ensuite avoir le réalisme et le courage d’accepter les différends, de les analyser et de les traiter, en adultes.

40Renoncer aux fantasmes et accepter la réalité, c’est aussi admettre une fois pour toutes que l’Allemagne n’est plus une puissance sous tutelle et que de nouvelles responsabilités lui incombent. C’est également comprendre que cela n’entraîne nul diminutio capitis pour la France, comme le craignent les esprits timides, mais que cela apporte, au contraire, une chance supplémentaire pour notre pays. Celui-ci en effet conserve pleinement son rôle, celui d’une puissance mondiale qui a vocation à accroître son influence en Europe et dans le monde. La France comme l’Allemagne ont donc tout intérêt à assumer bon nombre de ces responsabilités en commun ou en étroite concertation.

41Tout cela bien sûr exigera du temps : la France comme l’Allemagne devront peu à peu s’ajuster à leur nouveau rôle dans ce nouveau monde qui commence, de même d’ailleurs que l’Amérique, la Russie, ou le Japon.

42• Une fois cette étape psychologique franchie, il s’agira d’ouvrir un débat de fond avec nos partenaires allemands. Nous ne devons pas plus courtiser l’Allemagne que la craindre. Sur tous les grands sujets, il s’agira d’élaborer un nouveau consensus, dont on voit bien qu’il ne sortira pas des réunions et des sommets de routine.

43Nouveau consensus sur l’Europe, tout d’abord, qu’il faudra bien dégager des ambiguïtés des Accords de Maastricht. J’aurai, lors du prochain débat sur la ratifi­cation de ces accords, l’occasion de m’exprimer plus longuement sur ce sujet.

44J’aimerais cependant insister aujourd’hui sur un point qui me paraît capital : nous ne pouvons pas prétendre construire l’Europe de demain en niant, au départ, l’immensité des changements que le Continent entier vient de subir depuis trois ans. De même qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Français et Allemands avaient ensemble jeté les bases de la CECA, puis de ce qui allait deve­nir la Communauté, il nous appartient aujourd’hui de prendre conscience ensemble des ajustements devenus nécessaires. Prétendre que le système de la CEE et son schéma institutionnel doivent se poursuivre tels quels, en ajoutant ici et là telle ou telle nouvelle « compétence communautaire », ne résoudra rien : ni les défis auxquels nous serons confrontés, ni les divergences que nous avons dès à présent. Il nous faut de l’imagination en commun. Voilà, pour moi, la condition-clé de la réussite d’une construction européenne dans l’après-guerre-froide.

Second débat essentiel : la défense.

45• Première constatation : les bouleversements survenus à l’Est sont de nature à rapprocher certains moyens de défense allemands et français. Les risques inhérents aux incertitudes sur l’évolution ultime de l’ex-URSS, la menace de conflits limités du type yougoslave, devraient normalement conduire à une analyse commune entre Paris et Bonn.

46Désormais, nous pouvons, entre Français et Allemands, résolument envisager des doctrines et des concepts d’emploi communs, une logistique, en partie au moins, commune, conduisant par étape à l’inter-opérabilité, voire à la standardi­sation des équipements et des moyens de formation et d’entraînement des person­nels, voire même à un État-Major commun pour les unités concernées. Ces derniers mois, des décisions factuelles ont été prises allant dans ce sens : coopération sur le missile Air-Sol APACHE, l’anti-navire ANS et le drône de reconnaissance BREVEL. Pourquoi ne pas aller au-delà et reconsidérer sous cet angle le dossier de l’avion de combat futur dont la France et l’Allemagne auront besoin ? La clé de ce rapprochement nécessaire entre la France et l’Allemagne, passe par un dialogue institutionnel entre responsables opérationnels.

47• Deuxième constatation : l’expérience de ces deux dernières années (crise du Golfe, retrait au-delà de l’Oural par les Soviétiques de 80.000 équipements lourds) montre bien que, tant Paris que Bonn, ont un besoin urgent de moyens autonomes de renseignements, en particulier spatiaux, complétant ceux des États-Unis. Il n’y a là aucune hostilité vis-à-vis de ces derniers, mais simplement la constatation que Bonn et Paris peuvent avoir des orientations à prendre, indépendamment de Washington. La coopération spatiale franco-allemande, très dense dans le civil, devrait être donc étendue au domaine de la Sécurité.

48• En troisième lieu, l’instabilité économique et politique de certains pays du Sud et la dissémination des technologies de destruction massive comme celles permettant la fabrication de vecteurs à longue portée, font peser une menace nouvelle sur l’Europe : les Allemands n’ont peut-être pas encore conscience que Berlin est une cible plus proche que Paris pour un missile balistique lancé du Moyen-Orient ; en revanche, ils sont particulièrement préoccupés par une aggravation de la menace nucléaire qui fait suite à l’éclatement de l’URSS. Il s’agit pour nous de mettre en oeuvre une politique à la fois nouvelle et globale, associant des moyens militaires (protection anti-missile ; adaptation de la dissuasion ; capacité d’action offensive), des contrôles technologiques à l’exportation et des arguments économiques (aide ; accès au marché européen). Sans une étroite concertation entre Paris et Bonn, la sécurité de nos populations ne serait pas vraiment assurée.

49• Enfin se pose la question de l’avenir du nucléaire en Europe. Quelle que soit la vision que l’on peut avoir de l’évolution de l’ancienne Union Soviétique, il est clair que, même à un niveau beaucoup plus faible que le niveau actuel, il y aura encore, pour longtemps, beaucoup d’armes nucléaires à l’Est. La seule interrogation porte sur le nombre de centres de décisions : un seul, ou quatre, ou plus ? L’homme ne peut pas désinventer l’Atome. La prolifération menace. L’Europe, dont l’Alle­magne, ne peut consentir à être dénucléarisée. Il ne s’agit pas pour la France de transférer la responsabilité de la décision d’emploi de ses systèmes à une quel­conque instance supranationale : la crédibilité de toute dissuasion nucléaire, quel que soit son concept, veut qu’il y ait un décideur physique unique. Or, nous sommes loin d’une telle possibilité en Europe. Mais cela ne veut pas dire que, en particulier pour les armes préstratégiques, dont l’emploi éventuel ne peut plus se concevoir, compte tenu de la nouvelle géographie de l’Europe, à partir des moyens déployés sur le seul Hexagone, il ne faille pas, entre Français et Allemands, entamer un dialogue en vue de dissiper les malentendus. L’objectif serait d’aboutir dans ce domaine à une relation analogue à celle contractée entre l’Allemagne et les États-Unis au travers de l’OTAN et de son Groupe de Planification Nucléaire.

50• J’ajouterai à ces réflexions sur l’Europe et la défense un troisième volet important mais qui demeure trop souvent ignoré : je veux parler de l’évolution de nos sociétés, c’est-à-dire de la vie même de nos concitoyens.

51Trop souvent, la coopération franco-allemande, comme la construction euro­péenne, ne portent que sur les grandes affaires d’État : on parle d’institutions, d’économie, de monnaie, de défense, de politique étrangère. Mais l’entente franco-allemande ce devrait être aussi la culture et, peut-être surtout, ce que nous pouvons apprendre les uns des autres quant à la façon d’organiser l’État ou les régions, d’animer la vie syndicale et associative, de gérer les entreprises ou de lutter contre le chômage, ou encore de conduire des politiques de lutte contre la pollution ou l’insécurité.

52Il y a là de multiples domaines que j’appellerai de « société », où l’entente franco-allemande devrait prendre toute sa part, se développant si j’ose dire « à la base » et « au quotidien ». N’est-ce pas là, en définitive, le seul vrai moyen de construire un destin commun entre nos deux nations ?

Une entente essentielle

53Ainsi, malgré les erreurs, malgré les échecs de ces dernières années, l’entente franco-allemande m’apparaît-elle plus que jamais comme essentielle pour nos deux pays, comme pour notre Continent tout entier. Ce dont l’entente franco-allemande a besoin aujourd’hui c’est moins d’une « relance », comme le voudrait la routine politico-diplomatique, que de franchir une nouvelle étape historique : celle de l’adaptation de nos deux pays et de leur coopération face aux nouvelles réalités européennes et mondiales.

54Sur cet ensemble de questions-clefs, comme sur le relèvement des pays de l’Est, la redéfinition de la dissuasion, la gestion des crises, il y a place pour de véritables politiques communes franco-allemandes, dont l’influence sera déterminante pour l’avenir de notre Continent tout entier.

55Et quel objectif plus noble aujourd’hui que d’espérer que ces politiques communes, que cette adaptation nécessaire aux nouveaux défis de l’Histoire, aboutiront dans les toutes prochaines années à un nouveau Traité de l’Élysée ?

56Voici en tous cas l’objectif qui est le mien pour notre pays. Je sais qu’il sera partagé en Allemagne.

57Je vous remercie de votre attention.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr