Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le couple franco-allemand en Europe

 | 
Henri Ménudier

III. Convergences et divergences franco-allemandes

Convergences et divergences démographiques depuis 1870

Michel Hubert

Texte intégral

« La petite aiguille de la montre est la plus importante, mais elle paraît immobile.
La lenteur des phénomènes démographiques les charge de conséquences, tout en les dérobant à l’attention des contem­porains qui les subissent. La plupart des événements histo­riques profonds trouvent leur explication dans des considé­rations de population. »
Alfred Sauvy

1Par ces phrases empreintes de son humour habituel, Alfred Sauvy attire notre attention sur l’intérêt d’une analyse démographique à long terme pour la compré­hension des faits historiques.

2Dans l’évocation du « couple franco-allemand » en Europe, deux exemples parmi d’autres peuvent illustrer cet intérêt.

  • 1 Allemagne considérée dans ses frontières de 1871.
  • 2 Cf. Michel Hubert, « Le poids démographique de l’Allemagne unie », p. 141-148, dans Henri Ménudier (...)

3Comment comprendre, en effet, la suprématie politique et militaire de la France en Europe durant la période de la Révolution et de l’Empire, si l’on ignore que la population française, à elle seule, approchait les 30 millions d’habitants, face à 23 millions d’Allemands1, à 9 millions d’Anglais, à une Autriche-Hongrie de 24 millions ou à une immense Russie comptant moins de 40 millions de sujets ? Plus près de nous, comment continuer à agiter le spectre d’une Allemagne réunifiée et dominatrice en Europe2, quand on sait que le déclin démographique allemand, s’il se poursuit, fera diminuer la population de souche de 15 à 20 millions en trente ou quarante ans, la France ayant alors toutes les chances d’être démographiquement plus puissante ?

4Il n’est donc pas inutile, pour mieux comprendre l’histoire de ce « couple franco-allemand », d’observer l’évolution des deux populations depuis un peu plus d’un siècle.

  • 3 Cf. Adolphe Landry, La révolution démographique, Paris, Sirey, 1934, 227 p. et Jean-Claude Chesnais(...)

5Le xixe siècle, on le sait, est une phase d’extraordinaire expansion démogra­phique, expansion liée à l’essor économique, comme aux xie et xvie siècles de l’histoire européenne. Mais, cette fois, l’essor économique est plus qu’une crois­sance de la production agricole et « industrielle », plus qu’une simple augmentation et diversification des échanges, liées à quelques innovations techniques : c’est une véritable « révolution industrielle » qui se dessine en Grande-Bretagne, pénètre en France, en Belgique, puis avec retard en Allemagne, pour toucher ensuite le reste de l’Europe, ainsi que les USA, la Russie et le Japon. Parallèlement à cette mutation des structures économiques qui dépasse largement le cadre de l’«indus­trie», intervient, dans tous les pays touchés par le phénomène, une « révolution démographique3 » mettant fin au régime traditionnel, en vigueur depuis des millé­naires.

6Au regard de ces deux événements, révolution industrielle et révolution démographique – et singulièrement en matière de population – la France et l’Alle­magne ont suivi des chemins fort différents depuis 1870, chemins marqués par trois conflits qui aboutissent à l’édification conjointe d’une Europe communautaire.

7De Sedan à Maastricht, l’évolution démographique des deux pays se caractérise, tout d’abord, par de profondes divergences : le déclin pour la France et la montée en puissance pour l’Allemagne. Puis, l’entre-deux-guerres laisse apparaître une évolution quasiment parallèle face aux suites du conflit et à l’effondrement de la fécondité. Enfin, après 1945, dans une sorte de synthèse, se retrouvent parallélisme et divergences ; par-delà des politiques et des destins démographiques différents, les deux pays se rejoignent pour renouer avec un recul de la fécondité que la France avait inauguré dès la fin du xviiie siècle et que l’Allemagne avait seulement perçu à la fin de l’Empire wilhelminien.

I. De 1870 à 1914 : le déclin et la puissance

8Vers 1870, les populations de France et d’Allemagne sont sensiblement égales en volume (cf. tableau 1).

Tableau 1 : Évolution de la population totale en France et en Allemagne, de 1870 à 1914

Année

France

Allemagne

1870

38,0

39,5

1871

36,1

41,0

1890

38,3

49,2

1900

38,9

56,0

1911

39,6

65,0

1914

39,6

68,0

Source : Michel Hubert, d’après Statistik des Deutschen Reichs (StDR),vol. 240 ; Wolfgang Koellmann, Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit, Bevölkerungsploetz, vol.4 ; André Armengaud, La population française au xixe siècle, QSJ, PUF.

  • 4 André Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, 1971, p. 37.
  • 5 Hans Schulze-Manitius, Bevölkerungsstatistik Deutschlands, Heidelberg, Vowinckel, 1943, p. 97.

9Ainsi, la France compte-t-elle 38 millions d’habitants à la veille du conflit avec la Prusse, l’Allemagne obtenant, par le Traité de Francfort 1,6 million d’habitants supplémentaires correspondant aux territoires d’Alsace et de Lorraine du Nord. Les pertes de guerre sont, au sens strict du terme, de 140 000 morts pour la France4 et de 100 000 environ5 pour le nouveau Reich.

1. Une structure démographique opposée dès l’origine

10Toutefois, malgré cette similitude des chiffres absolus de population en 1870, la structure démographique des deux pays témoigne de profondes divergences.

11Au niveau du mouvement naturel, la natalité française est nettement plus faible : il y a, vers 1870, 900 000 naissances par an en France contre 1 500 000 pour l’Allemagne considérée dans ses frontières de 1871, la différence entre les taux français et allemand étant d’environ 10 points (cf. Annexes : tableau 2). Certes, en 1870, la mortalité française est-elle inférieure de 6 points à celle de l’Allemagne, mais, en trente ans, par l’élévation de son niveau de vie et par les progrès de l’hygiène, le Reich parviendra à combler cet écart qui disparaît en 1900. Il demeure qu’en 1870 déjà, en dépit de ce taux de mortalité encore favorable, la France enre­gistre un excédent des naissances trois fois plus faible que l’Allemagne : sur ce point aussi, la différence entre les deux pays va encore s’accentuer (cf. Annexes : tableau 2).

  • 6 La population parisienne passe de 547 000 habitants en 1800 à 2 260 000 en 1880, avec un quasi doub (...)

12L’examen du mouvement géographique de population témoigne également de profondes divergences. Très tôt, la France a connu des migrations intérieures entraînant pour certaines régions (Normandie, Auvergne, Pyrénées) une stagnation démographique ; à partir de 1850, l’industrialisation du Second Empire et l’exode rural facilité par l’essor des chemins de fer provoquent même un début de dépeu­plement. Le corollaire de ce phénomène est l’urbanisation croissante et plus préci­sément la concentration excessive de la population dans Paris6 et sa banlieue. En revanche, vers 1870 et dans les décennies précédant le conflit franco-prussien, la France n’enregistre pas de mouvements migratoires extérieurs importants, qu’il s’agisse d’émigration ou d’immigration.

  • 7 Berlin qui, en 1800, comptait 172 000 habitants, en a 419 000 en 1850 ; la ville double sa populati (...)
  • 8 Wolfgang Koellmann, op. cit., p. 24,47 et 93. Voir également, Peter Marschalck, Deutsche Überseewan (...)

13La situation allemande est fort différente. S’il est vrai que, globalement, l’indus­trialisation a été plus tardive, les migrations intérieures, nourries par une forte croissance démographique, se développent rapidement, sur de courtes distances d’abord (Nahwanderung). Elles prennent ensuite de l’ampleur à mesure que se développent les chemins de fer et les nouvelles régions industrielles : une diffé­rence essentielle entre la France et l’Allemagne est, dès cette époque, la concen­tration démographique multipolaire, ce qui n’exclut pas une croissance rapide pour Berlin, encore que, vers 1870, la capitale de la Prusse n’ait guère les attributs d’une métropole internationale7. Une autre différence réside, dès avant 1870, dans l’importance de l’émigration allemande outre-mer : entre 1820 et 1870, près de 2,7 millions d’Allemands émigrent8 dont 2,3 millions vers les USA : ils y repré­sentent, à cette période le plus fort contingent d’immigrants, après les Irlandais et devant les Britanniques. Les Français, quant à eux, émigrent fort peu, le total des départs pouvant être évalué à environ 230 000 personnes avant 1870, soit dix fois moins qu’en Allemagne.

2. De 1871 à 1914 : une évolution démographique profondément divergente

14À partir de ces différences très prononcées que l’on observe vers 1870, les deux pays vont connaître jusqu’en 1914 une évolution démographique résolument diver­gente.

15En France, le mouvement naturel est caractérisé par un déclin que l’évolution des taux (Cf. Annexes : tableau n°2) reflète de façon significative : l’effondrement de la natalité (–6 points) dépasse la baisse de la mortalité (–4 points), si bien que le pays s’enfonce dans une quasi stagnation de sa population : celle-ci passe de 36,1 à 39,6 millions d’habitants, soit un gain de 10 % en quarante ans, ce qui est excep­tionnellement bas, en comparaison avec les autres pays industrialisés.

  • 9 André Armengaud, op. cit., p. 53.

16Face à ce déclin français, l’Allemagne enregistre une véritable explosion démo­graphique : entre 1871 et 1914, sa population passe de 41,5 à près de 68 millions d’habitants, soit un accroissement de 65 % en moins de quarante cinq ans. Ainsi, au tournant du siècle, plus précisément entre 1890 et 1910, les taux de natalité allemands sont-ils supérieurs de 12 à 14 points aux taux français. C’est vraisem­blablement au cours de cette période que le contraste entre la démographie allemande et française est le plus frappant : de 1890 à 1896, au moment où naissent les classes de mobilisation de 1910 à 1916 qui seront engagées dans la Grande Guerre, il naît 22 Allemands (1 900 000 par an) pour 10 Français (850 000)9. Cet essor de la natalité allemande s’accompagne d’un fort recul de la mortalité qui, à la veille du conflit mondial, est inférieure de 2,3 points à celle de la France.

17Ainsi, face à une France vieillie, démographiquement stagnante, économique­ment repliée sur elle-même et sur son empire colonial, l’Allemagne apparaît comme un pays en plein essor démographique, doté de la population la plus jeune d’Europe – Russie mise à part – et dont la puissance économique dispute aux États-Unis le premier rang mondial.

18Les mouvements géographiques de population rendent comptent de la diffé­rence profonde d’évolution entre la France et l’Allemagne durant cette période 1871-1914.

19En France, les migrations intérieures restent modérées, liées à une urbanisation industrielle régulière, mais mesurée, surtout si on la compare aux autres grands pays industriels ; un autre facteur spécifique d’exode rural est, en France, l’impact des multiples crises affectant un monde rural en début de mutation. Il en résulte, entre 1872 et 1914, une migration intérieure concernant 4,8 à 5 millions de personnes au total, chiffre, somme toute, assez modeste.

  • 10 Cf. Marcel Reinhard, André Armengaud, Jacques Dupâquier, Histoire générale de la population mondial (...)
  • 11 Michel Huber, Henri Bunle, Fernand Boverat, La population de la France, Paris, Hachette, 1965, p. 2 (...)

20Malgré l’incertitude des sources10, l’on peut estimer à environ 1 560 00011 le nombre d’émigrants français ayant quitté la Métropole durant la période consi­dérée, plus précisément entre 1871 et 1910. Toutefois, une proportion notable de ces départs représente une simple émigration vers les possessions coloniales fran­çaises, une installation définitive étant généralement exclue, sauf dans le cas des trois départements d’Algérie. De ce fait, l’émigration française, quelle qu’en soit l’ampleur, au reste largement « estimée » (cf. supra), ne peut être comparée avec l’émigration définitive de millions d’Allemands vers le Nouveau Monde .

  • 12 André Armengaud, op. cit. p. 104.

21L’immigration, en revanche, connaît en France durant les années 1871-1914 un essor considérable en adoptant, dès cette époque, un rythme à la fois soutenu et régulier. En 1872, les étrangers étaient 740 000 en France, soit 2 % de la popula­tion totale ; ils passent à 1 160 000 en 1911, soit 2,8 % du total ; si l’on ajoute à ce chiffre les naturalisés, cela représente alors 3,8 %. À cet égard, il convient de signaler la différence essentielle qui se manifeste entre France et Allemagne lors­qu’en 1889 est votée la loi facilitant la naturalisation. Après la loi du 7 février 1851, ce texte voté le 26 juin 1889 réaffirme, en la matière, un « droit du sol » qui n’est pas sans lien avec le déclin démographique et l’infériorité militaire dont la France prend conscience à cette époque. La naturalisation devient automatique « pour les étrangers nés en France d’un étranger qui, lui-même y était né, et facul­tative pour ceux nés en France de parents étrangers nés au-dehors »12. Cette légis­lation libérale explique que, pour la période considérée, le nombre des naturalisa­tions atteigne près d’un million de cas, phénomène qui, sans nul doute eut un effet d’encouragement à l’immigration. Certes, en 1899, les décrets Millerand intro­duisent une limitation à l’emploi des étrangers dans l’Administration centrale et dans les collectivités locales. Il demeure que cet apport d’Italiens, de Russo-polonais et de Belges compense la faible croissance démographique et, qu’avec la venue de saisonniers et de frontaliers, il contribue à rééquilibrer un marché du travail affecté par des tensions consécutives à l’exode rural.

22S’il est vrai qu’en France les mouvements géographiques de populations se caractérisent avant tout par leur régularité et leur modération, la situation allemande apparaît fort différente.

  • 13 Cf. Michel Hubert, Les migrations intérieures dans l’Allemagne industrielle aux XIXe et XXe siècles(...)
  • 14 Est généralement considérée comme rurale toute population vivant dans une agglomération inférieure (...)
  • 15 Cf. Michel Hubert, « L’Allemagne impériale. Croissance démographique, population industrielle et ur (...)

23L’Allemagne de l’Empire connaît des migrations intérieures massives et croissantes13 ; celles-ci prolongent en l’amplifiant le processus entamé avant 1870, mais ce qui frappe, c’est l’intensité du phénomène allemand. La conséquence de ces migrations intérieures, alimentées par la croissance démographique et encouragées par l’essor industriel, est une urbanisation particulièrement rapide. Ainsi, vers 1890, la population rurale14 devient minoritaire dans le Reich ; tel était le cas depuis 1850 en Grande-Bretagne, mais en France il faudra attendre le lendemain de la Première Guerre mondiale. En 1871, un Allemand sur vingt vivait dans une des 8 grandes villes (plus de 100 000 habitants) que comptait le pays ; en 1914, c’est le cas pour un Allemand sur quatre15, et l’Allemagne rassemble dans 48 grandes villes près de 14 millions d’habitants, dont la plupart ont effectué une migration intérieure. Le recensement de 1907 laisse apparaître que 29 millions d’Allemands, soit 48% du total, vivent dans une autre commune que celle de leur naissance, 9 millions ayant franchi, pour ce faire, une frontière intérieure de pro­vince ou d’État, et près de 5 millions ayant effectué une migration à longue distance, en général dans le sens Est-Ouest, vers Berlin, la Saxe et surtout la Ruhr.

  • 16 Cette affirmation est, pour ainsi dire, prouvée a contrario, puique, au moment où se ralentit l’émi (...)

24Tout aussi massive est l’émigration allemande outre-mer. De 1871 à 1914, près de 3 millions d’Allemands quittent l’Allemagne ; si quelques centaines de milliers vont encore s’installer en Europe centrale, la plupart traversent l’Atlantique pour chercher une nouvelle existence aux États-Unis ; ils sont 2,3 millions de 1871 à 1893, puis 530 000 de 1894 à 1914, cette dernière vague d’émigration étant plus diversifiée quant à son pays d’arrivée, parfois le Canada et de plus en plus l’Amé­rique du Sud. La rupture qui intervient vers 1893 résulte de plusieurs facteurs dont certains relèvent de la politique intérieure américaine (crise économique et fin de l’octroi de terres à l’Ouest), mais dont le plus déterminant semble avoir été la croissance propre à l’économie allemande16 qui, dans le bassin rhéno-westphalien, constitue désormais un véritable Far West industriel susceptible d’absorber les excédents de main d’œuvre.

  • 17 Cf. Michel Hubert, La population allemande à l’ère industrielle, (Thèse de doctorat d’État), Paris, (...)
  • 18 Cf. Klaus Bade, « ’Billig und willig’ – die ‘ausländischen Wanderarbeiter’ im kaiserlichen Deutschl (...)

25C’est également là que réside la principale explication de l’immigration qui, après 1871, se fait jour en Allemagne. En 1871, les étrangers étaient 206 000, soit 0,5 % de la population totale du Reich ; en 1910, ils sont 1 260 000, soit près de 2 %17, auxquels il conviendrait d’ajouter, à partir du début du xxe siècle, plus d’un million de « migrants saisonniers ». Ceux -ci, évalués à 1 200 000 en 191418, sont employés de façon quasi régulière dans l’industrie et surtout dans l’agriculture du Nord-Est, constituant un volant d’immigrés officieux qui prouve à nouveau le besoin de main-d’œuvre d’une économie en pleine expansion à la veille de la Première Guerre mondiale. En tout cas, la présence, à cette date, de quelque trois millions d’étrangers – soit 4,4 % de la population totale – sur le sol allemand est riche de signification.

3. Les causes de la divergence démographique France-Allemagne

26Il est clair que des différences si évidentes dans l’évolution démographique des deux pays procèdent de causes complexes et multiples. Néanmoins, l’essentiel des phénomènes observés résulte d’un décalage dans le rythme de la « révolution » ou de la « transition démographique » (cf. supra) effectuée par chacun des deux pays.

27Ce décalage peut être illustré par le tableau suivant qui décompose la révolution démographique en quatre phases, dont deux phases de transition strico sensu, et met en lumière les divergences chronologiques du processus entre les deux pays.

Tableau 2 : La révolution démographique en France et en Allemagne

France

Allemagne

Les quatre phases

avant 1780

1833-1872

courbes de natalité et de mortalité à haut niveau

1780-1830

1873-1901

baisse de la mortalité, la natalité restant stable*

1831-1939

1902-1933

baisse de la natalité plus rapide que celle de la mort.*

1945.....

1934.....

courbes parallèles ou se recoupant à bas niveau

* = phase de transition

Source : Michel Hubert, d’après Adolphe Landry, op. cit. et Wolfgang Koellmann, op.cit.

28C’est au cours du xixe siècle, et tout particulièrement entre 1870 et 1914, que les divergences d’évolution deviennent manifestes entre la France et l’Allemagne. À cet égard, l’examen des courbes du mouvement naturel (Cf. annexes 1 et 2) fait ressortir pour la natalité et la mortalité l’ampleur de différences que l’on pourrait tout à loisir démontrer également à la lumière des courbes de fécondité.

29Pour résumer ce processus, l’on peut affirmer que la France a effectué son changement de régime démographique en l’espace de 150 ans, alors que l’Allemagne le faisait en un peu plus d’une génération.

30Déjà perceptible en France à la veille de la Révolution, la diffusion du contrôle des naissances se produit dans une société touchée par de profondes transforma­tions politiques, et au moment où débute la révolution industrielle. Le phénomène se précise à la fin de la Restauration et sous la Monarchie de Juillet, la France ayant dès cette époque les taux de fécondité et de natalité les plus bas d’Europe. Avec le Second Empire, la transition s’amplifie et le recul de la fécondité, aggravé par les pertes de 1870-1871, fait que, sous la IIIe République, la France entre dans un véritable déclin démographique.

31Le parcours de l’Allemagne est, en la matière, fort différent. Débutant son industrialisation autour de 1835-1850, l’Allemagne conserve jusqu’aux Gründer­jahre un grand dynamisme démographique. Sous l’Empire, les formidables progrès économiques et sanitaires, consolidés par une législation sociale efficace, main­tiennent jusqu’en 1900 un accroissement élevé de la population, les taux de reproduction ne fléchissant que vers 1885, alors qu’en France ce fléchissement était intervenu dès 1825-1830. Les transformations économiques et sanitaires, conju­guées à une indéniable rigidité des structures sociopolitiques et des mentalités, expliquent vraisemblablement l’importance de cet « accroissement transitoire ». Cependant, le recul sera d’autant plus abrupt et douloureux (Cf. annexes : graphique 2), puisqu’en un peu plus de trente ans l’Allemagne parvient, toutes proportions gardées, au même stade de tassement démographique que la France après un siècle et demi.

  • 19 Adolphe Landry, op. cit. p. 183.
  • 20 Cf. Étude INSEE première, nov. 1992, citée par « Le Monde » du 6/11/1992.
  • 21 Cf. Charlotte Höhn, Johannes Otto, « Bericht über die demographische Lage in der Bundesrepublik », (...)

32Il demeure que, par-delà les différences de chronologie, les facteurs du changement sont les mêmes, quelles que soient les époques et les pays. Entre la France de Louis XVI qui faisait dire à Moheau : « (les) funestes secrets ont pénétré partout ; on trompe la nature jusque dans les villages »19 et la fécondité des femmes maghrébines20 ou turques qui doucement s’aligne sur celle du pays d’accueil dans nos sociétés post-industrielles, trois concepts peuvent permettre de résumer le phénomène, tout en englobant chacun la multiplicité des causes selon les périodes historiques. Il s’agit des concepts de « modernisation, industrialisation, urbanisa­tion »21. Parmi les innombrables variantes de ces facteurs, l’on trouve bien évidem­ment la sécularisation ou laïcisation de la société, les progrès de l’individualisme, de l’émancipation et de l’égalitarisme, la mobilité géographique et sociale, le salariat pour l’homme, puis pour la femme, la diffusion de la culture et de la forma­tion, la signification nouvelle de l’enfant pour les parents et, cela va de soi, la diffusion des méthodes permettant le contrôle des naissances, qu’il s’agisse des méthodes traditionnelles ou de celles liées aux découvertes médicales.

33C’est sur ce terrain que la France et l’Allemagne vont se retrouver après le premier conflit mondial.

II. L’Entre-deux-guerres : le parallélisme des évolutions

  • 22 Cf. annexes : tableau 3 et graphiques 1 et 2.

34L’affrontement des deux pays dans la Première Guerre mondiale a mis l’accent, si cela était encore nécessaire, sur l’importance des facteurs de population. Après 1918, malgré des héritages fort différents, France et Allemagne semblent suivre des évolutions démographiques parallèles que reflètent d’ailleurs les chiffres de la population totale ainsi que les courbes du mouvement naturel 22.

1. Les suites de la Première Guerre mondiale

35C’est d’abord dans la similitude du bilan que se retrouvent les deux pays. Ils ont subi une véritable mutilation de leur population, mutilation encore attestée par les pyramides des âges respectives.

  • 23 Il s’agit là des sources françaises (Marcel Reinhard, André Armengaud, Jacques Dupaquier, op. cit. (...)

36La France compte, au lendemain de la Grande guerre, 1 325 000 tués23, chiffre auquel il convient d’ajouter une surmortalité civile de 570 000 décès et des pertes de naissances évaluées à 2 voire 2,5 millions.

  • 24 Les sources françaises divergent également sur ce point, estimant la surmortalité allemande à 730 0 (...)

37L’Allemagne a eu 2,4 millions de tués et une surmortalité civile de 300 000 décès24, les pertes de naissances atteignant le chiffre de 2 950 000.

  • 25 André Armengaud, La population française au XXe siècle, op. cit. p. 25-26 et 15, indique que selon (...)

38Mais l’horreur de ces chiffres ne rend compte que partiellement d’un bilan qui laisse des traces profondes dans la conscience collective des deux peuples. La France, malgré l’apparence de la victoire, mesure l’affaiblissement de son rang en Europe et dans le monde ; au cours d’une guerre essentiellement défensive qui a dévasté ses régions les plus riches et les plus industrialisées, elle a vu un soldat français sur six tué ou disparu et un soldat sur trois blessé25 dans le conflit, propor­tion atroce et constat dramatique qui expliquent le pacifisme, l’engourdissement ultérieur et la crispation sur Versailles.

39Pour l’Allemagne, le drame démographique s’accompagne d’une rupture avec une évolution marquée par la montée en puissance en Europe et sur la scène mondiale. Les pertes humaines et territoriales, sans parler de la catastrophe finan­cière et de la paralysie économique, masquent, en réalité, un déclin démographique déjà amorcé au tournant du siècle. Le naufrage politique, l’humiliation internatio­nale et la manifestation au grand jour de ce recul de la population vont alimenter une frustration, une nostalgie de la puissance démographique antérieure que le NSDAP, puis le IIIe Reich sauront exploiter.

2. Le recul de la fécondité dans les deux pays

40Dès le lendemain de la Première Guerre mondiale et une fois effacé l’effet – au reste fort limité dans le temps – des naissances différées en raison du conflit, France et Allemagne s’engagent ensemble dans un processus de dénatalité.

41Pour la France, la baisse de la natalité, de la fécondité et des taux de repro­duction n’est pas un fait nouveau. Depuis 1830 environ, la démographie française connaît ces manifestations qui, en l’absence d’un allongement de la durée de vie et hors de toute immigration auraient, au mieux, entraîné une stagnation du chiffre global de population et, au pire, son recul. Toutefois, après 1921, les taux français continuent à s’affaisser (Cf. annexes : tableau 4 et graphique 1), si bien qu’à partir de 1935 il y a, pour la première fois en temps de paix, excédent des décès sur les naissances.

  • 26 Il y a 957 000 naissances en 1933 contre 1 606 000 en 1913 sur le territoire de l’Allemagne (consid (...)
  • 27 En 1901, 1902, 1906 et, pour la dernière fois en 1908 (Michel Hubert, La population allemande à l’è (...)

42En Allemagne, l’on observe également ce recul de la natalité, de la fécondité et des taux de reproduction, mais le mouvement revêt une ampleur nettement plus grande. Ainsi, entre 1921 et 1934, les taux de natalité allemands (Cf. annexes : tableau 5) diminuent deux fois plus que les taux français, la baisse du nombre absolu des naissances accuse une chute de 40%26 et l’excédent des naissances n’est plus, en 1933 que le tiers de ce qu’il était en 1913. Enfin, au niveau des taux de reproduction qui reflètent la fécondité et le remplacement futur des générations, l’Allemagne connaît, entre 1906-1910 et 1926-1930, un véritable effondrement
(–52% pour le taux brut), alors qu’en France pour les mêmes périodes, il ne s’agit plus que d’un tassement supplémentaire (–9%). Même si, à aucun moment de l’entre-deux-guerres, l’Allemagne n’enregistre un excédent des décès sur les nais­sances, la modicité de cet excédent dans le début des années trente (autour de 250 000), le passage du chiffre absolu des naissances en-dessous de la barre du million – alors qu’au début du siècle27 les deux millions de naissances annuelles étaient dépassés – ne peuvent manquer d’inquiéter les observateurs. Au-delà des parallélismes dans l’évolution des deux pays, la nouveauté et la brutalité du phénomène allemand peuvent expliquer les différences de réaction dont témoigne l’histoire démographique, et peut-être l’histoire tout court.

3. La réaction des deux pays

43Il est vrai que le déclin de la démographie française n’avait pas, avant la défaite de 1870, suscité d’inquiétude particulière ; tout au plus avait-il contribué à favo­riser une expansion coloniale qui, à cet égard, pouvait apparaître comme une conduite de compensation. Entre 1871 et 1914, « néo-malthusiens » et « popula­tionnistes » s’affrontent encore dans une situation d’apparent équilibre. Bien diffé­rente est la situation en France après 1918 et en Allemagne au début des années trente.

44La fin de la Première Guerre mondiale relance en France le populationnisme dont les sombres prévisions sur le risque de disparition de la population française en quelques générations semblent tragiquement confirmées par l’hécatombe du conflit. La conjoncture politique est également plus favorable avec une Chambre plus conservatrice, donc plus sensible aux conceptions de l’Église. La France réagit ainsi de deux façons à l’aggravation du déclin démographique.

45Tout d’abord, Parlement et gouvernement complètent en les amplifiant les dispositions natalistes prises, soit à la veille de la guerre, soit durant celle-ci. En 1918, des allocations familiales sont prévues pour tous les fonctionnaires et en 1932 des aides à la famille seront mises en place pour tous les salariés, mesures que les décrets-loi de 1938 et le « Code de la famille » adopté en juillet 1939 viendront renforcer. Cet aspect incitatif de la politique nataliste est épaulé par un volet répressif, voté dès 1920 et sanctionnant de façon pénale l’avortement ainsi que la propagande contraceptive.

46La seconde réponse à ce déclin démographique est l’accroissement de l’apport géographique de population.

  • 28 Cf. André Armengaud, La population française au XXe siècle, op. cit. p. 45.
  • 29 Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, vol. II, Paris, Économica, 1 (...)

47Au lendemain de 1918, la France devient le deuxième pays d’immigration dans le monde après les USA, avec un rythme annuel d’arrivées de 225 000 en moyenne. Si, en 1911, les étrangers représentaient 1 160 000 personnes, soit 2,8 % de la population totale, en 1931 ils sont 2 715 000, soit 7,1 %28. Certes, une part de l’immigration se fait toujours en provenance des pays voisins, les 600 000 Italiens forment, en 1931, 30% du contingent et les 375 000 Belges plus de 18 %. Toutefois cette immigration se diversifie par l’arrivée massive de Polonais, 412 000, soit 20 % du total des étrangers, auxquels s’ajoutent des Russes, des Arméniens et des Grecs, puis des Africains. L’assimilation par naturalisation se poursuit, environ 500 000 personnes étant naturalisées entre 1920 et 1932. Mais, avec l’impact tardif et prolongé de la Crise mondiale, l’ampleur de cette immigration plus hétérogène que par le passé suscite une montée de la xénophobie que l’arrivée des 500 00029 Républicains espagnols et des persécutés du nazisme viendra attiser.

48On retrouve, pour l’Allemagne, ces deux types de réactions à un déclin démo­graphique beaucoup plus fort et rapide que celui de la France, en dépit d’appa­rences moins alarmantes.

  • 30 Cf. Dietmar Petzina, Werner Abelshauser, Anselm Faust, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch III, Münch (...)

49Au lendemain d’une guerre qui a fait perdre à l’Allemagne 13 % de son territoire et 10% de sa population de 1914 – soit 6,4 millions de personnes dont 3,5 millions ayant l’allemand comme langue maternelle – l’apport géographique de population se fait par une sorte de chassé-croisé. Tandis que 450 000 personnes d’origine polonaise quittent l’Allemagne pour rejoindre la nouvelle Pologne où pour émigrer dans le nord de la France, un million et demi d’Allemands de l’ancien Reich franchissent les frontières tracées à Versailles, la plupart effectuant une migration Est-Ouest ; en 1925, le recensement en enregistre encore 1 377 000. En dehors de cet afflux, le solde migratoire de l’Allemagne entre 1925 et 1933 reste légèrement négatif : il est de – 234000, alors que le pays, toujours considéré dans ses frontières de 1937, connaîtra un apport de 509 000 personnes entre 1933 et 193930.

50C’est également sous le Troisième Reich que la seconde réponse au déclin démographique se manifeste, et ce sous une forme tristement célèbre. Dès les premiers mois de son installation, le nouveau régime va mettre en place une « poli­tique démographique » dont il convient de retracer le contexte avant d’en évoquer les traits majeurs.

  • 31 Ainsi Erich Keyser, dans l’avant-propos de son Histoire de la population allemande, Bevölkerungsges (...)

51Sous la République de Weimar, aucune mesure démographique notable, propre à enrayer le recul de la fécondité, n’avait été prise, si ce n’est, en 1930, une taxa­tion des célibataires (Ledigensteuer). Tout comme en France, la prise de conscience de la dénatalité s’affirme en Allemagne au lendemain de la guerre, mais l’ampleur et la brutalité du phénomène font que, dans le cas allemand, le phénomène se charge d’une signification bien différente. Au lieu d’y voir une sorte de fatalité inhérente à une civilisation cultivée, la droite nationaliste allemande l’interprète comme une manifestation pernicieuse et décadente, étrangère au génie du peuple allemand ; ce faisant, une confusion délibérée se répand entre le recul de la fécondité et la défaite de 1918, événement dont on sait que l’interprétation fait, elle aussi, l’objet d’un travestissement politique. C’est bien sûr, ignorer que la fécondité allemande avait amorcé son déclin vers le milieu des années quatre-vingt (Cf. annexes : graphique 2), mais comment affirmer sinon que le peuple allemand ait besoin d’espace vital ? Ainsi, la « population » (Bevölkerung) prend place à côté du Volk et de la Rasse parmi les grands mythes fondateurs de l’idéologie nationale-socialiste31. Il n’est donc pas surprenant de retrouver ces trois éléments mêlés dans la « politique démographique » du IIIeReich.

52Le volet nataliste de celle-ci est mis en place dès juillet 1933 avec un système de primes au mariage et de prêts aux jeunes couples, prêts « amortis » selon le rythme des naissances ultérieures. L’année suivante, la réforme fiscale du 19 octobre 1934 favorise clairement les familles nombreuses, ces incitations fiscales se trouvant complétées, en mars 1936, par la création de caisses d’alloca­tions, chargées de verser une prestation compensant les charges familiales. À cela s’ajoutent des mesures plus spécifiques telles que l’allocation maternelle et des encouragements symboliques (Fête des Mères, médailles, etc.) qui figurent dans la panoplie de tout régime totalitaire soucieux de fécondité.

53Complétant ces mesures natalistes et chronologiquement imbriquée dans l’architecture de cette politique démographique, l’on trouve la politique de « protection de la race allemande », essentiellement une série de mesures eugénistes prises en juillet 1933 et octobre 1935.

54C’est d’ailleurs au cours de cette année 1935 que les lois de Nuremberg, en codifiant la notion de race aryenne s’attaquent directement aux Juifs ; elles précisent et amplifient ainsi les premières dispositions antisémites édictées en 1933. La suite est tragiquement connue, elle explique la discrétion des démo­graphes allemands de l’après-guerre et la répugnance des gouvernements de République fédérale à intervenir dans la sphère individuelle par une quelconque politique démographique.

  • 32 On assiste indubitablement à une augmentation des naissances entre 1934 et 1940, le chiffre global (...)

55Il demeure que les mesures prises par le Troisième Reich en matière d’encou­ragement au mariage et à la naissance eurent manifestement quelque effet sur les courbes de natalité (Cf. annexes : tableau 5)32. Cependant, comme pour toute poli­tique nataliste menée dans le court ou moyen terme, se pose la question de l’effica­cité en profondeur des mesures prises ; à cet égard, le doute reste de rigueur quant à savoir si des incitations à caractère essentiellement financier sont aptes à renverser de façon durable un mouvement démographique de longue durée. Sur ce point, la période suivante et les exemples divergents de la France et de la RDA apportent un éclairage intéressant.

III. 1945-1991 : parallélisme et divergences

56Certes, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, quand le Général de Gaulle considère qu’« il faut forger l’Allemagne au moment où le feu du ciel l’a rendue malléable », l’idée d’un couple franco-allemand, l’idée même d’une compa­raison entre une France qui se retrouve et des morceaux d’une Allemagne privée de toute existence propre, peut sembler déplacée. Pourtant, malgré un déséquilibre apparent dans le bilan du conflit, en dépit de politiques et de destins démogra­phiques différents, la France et les Allemagnes vont connaître une évolution parallèle de leur mouvement de population, tout en conservant des spécificités, voire des contrastes générés par les contingences historiques.

1. Les suites de la guerre

57Les conséquences démographiques de la Seconde Guerre mondiale laissent apparaître un bilan très contrasté entre les deux pays.

  • 33 Wolfgang Koellmann, Bevölkerungsploetz, op. cit., p. 189.

58Pour l’Allemagne, les suites sont terribles et reflètent la complexité de la situa­tion. L’Allemagne compte près de 7 millions de morts, dont 3,8 millions de soldats tués, 1 300 000 civils morts à l’est de la ligne Oder-Neiße et 400 000 à l’ouest, auxquels s’ajoutent 1 400 000 Allemands des régions de l’Est tués ou disparus 33.

  • 34 Cf. André Armengaud, La population française au XXe siècle, op. cit., p. 74 et Alfred Sauvy, La vie (...)
  • 35 Sur ce point, cf. entre autres, Alfred Sauvy, op. cit. supra, p. 107 et Gert Leptin, Die deutsche W (...)

59Pour la France, les pertes démographiques sont nettement plus réduites, 600 000 morts au total, dont 250 000 militaires et 350 000 civils, surmortalité civile non comprise34. En revanche, les pertes économiques sont proportionnellement plus lourdes pour la France que pour l’Allemagne, phénomène assez largement mé­connu35.

2. La reprise démographique, puis le recul de la natalité dans les deux pays

60Des ruines du deuxième conflit mondial surgit une Europe nouvelle, mais affaiblie et déchirée entre les deux Grands. En toute logique, le mouvement séculaire de baisse de la fécondité et de la natalité devait se poursuivre après 1939‑45 comme il l’avait fait après 1914-18. Or, à la stupéfaction des démo­graphes, c’est le contraire qui se produit dans la plupart des pays d’Europe, y compris dans une Allemagne abattue par la guerre et dans une France ayant connu un excédent des décès avant même le déclenchement du conflit.

61Ce phénomène de reprise de la natalité qui finalement va durer une vingtaine d’années reste difficilement explicable. Il y a certes, comme après toute guerre, un « effet de rattrapage » des unions et des naissances différées, le retour des mobi­lisés et des prisonniers, retour qui dans le cas allemand s’étale sur au moins trois ans, ayant certainement joué un rôle. À ces causes, il conviendrait d’ajouter la concomitance entre la reprise de la natalité et le cycle long d’expansion écono­mique qui s’affirme jusqu’au début des années soixante-dix.

  • 36 Catherine Guibert-Lantoine, Alain Monnier, « La conjoncture démographique », Population, (4), 1992, (...)

62C’est en France, cette fois, que le redressement démographique est le plus spectaculaire. De 1946 à 1965, la France retrouve le taux de natalité qu’elle avait au début du siècle (Cf. annexes : tableaux 7 et 2) ; la mortalité étant très inférieure, grâce aux progrès de l’hygiène, de la médecine et du système social, l’excédent tourne autour de 300 000 personnes par an. Ainsi, en vingt ans, la population française augmente-t-elle de 10 millions, soit de 25 %. Toutefois, à partir de 1965, le mouvement se ralentit et, à l’instar des autres pays d’Europe, natalité et fécon­dité régressent lentement en France, comme si après une interruption de 25 ans – guerre comprise – le rythme d’évolution renouait avec le passé. Il demeure qu’en 1991, avec un taux de natalité de 13,3 ‰, un taux de mortalité de 9,2 ‰ et donc un excédent de 4,1 ‰36, la France se situe en tête des pays européens, au même niveau que le Royaume-Uni et légèrement en dessous de l’Irlande.

  • 37 Katharina Pohl, Bernd Störtzbach, Hartmut Wendt, « Die demographische Lage in Deutschland.. », Zeit (...)

63Dans les deux Allemagnes, l’évolution du mouvement naturel est similaire, même si des différences se font jour, générées par les facteurs politiques. En RFA comme en RDA, il y a une reprise de la natalité jusqu’en 1965 environ, puis un effondrement très net qui entraîne dès 1969 en RDA et dès 1972 en RFA un excé­dent des décès sur les naissances. Dès lors, et pour plusieurs années, les deux États allemands sont les seuls pays au monde dont la population de souche diminue : on peut considérer qu’ainsi l’Allemagne a rejoint la France de 1930 dans la transition démographique. En 1991, l’Allemagne considérée dans son ensemble, avec un taux de natalité de 10,4 et un taux de mortalité de 11,3 ‰ (828 272 naissances et 900 809 décès37) se trouve dans une situation de léger recul démographique, aggravé depuis deux ans par l’unification.

3. Les contrastes entre la France et l’Allemagne dans l’évolution démographique depuis 1945

64Au niveau du mouvement naturel, la France témoigne d’un plus grand dyna­misme et d’une évolution plus régulière, tant dans la phase ascendante (1945-1965) que dans la phase de recul de la fécondité. Toutes proportions gardées, face à une Allemagne en déclin démographique, Allemagne rejointe depuis peu par l’Espagne et l’Italie, la France conserve un dynamisme surprenant en Europe qui rappelle celui du Reich wilhelminien. On peut se demander si les raisons de ce phénomène ne se trouvent pas dans la politique familiale et sociale mise en place en 1945, ainsi que dans la réussite d’un « miracle économique français », resté fort discret par rapport à sa réplique allemande.

65Certes, dans cette croissance, un tiers résulte d’un solde migratoire positif, illustrant ainsi l’imbrication du mouvement naturel et du mouvement géographique de population. Si l’on admet, selon les projections des recensements de 1982 ou de 1990 et selon les estimations du Ministère de l’Intérieur, qu’il y a en France 4,5 millions d’étrangers en situation régulière, cela représente 8 % environ de la population totale et 10 % du total des naissances. En comparant ces données avec celles de 1931, date à laquelle la population étrangère représentait 7,1 % du total, il faut admettre que l’immigration étrangère ne revêt pas un caractère véritablement nouveau, même si sa composition et la conjoncture actuelle rendent l’intégration plus délicate.

66Bien différente est la situation en Allemagne depuis 1945 au regard des mouve­ments géographiques de population. Une fois de plus, ceux-ci illustrent l’ampleur et la brutalité qui caractérisent les phénomènes démographiques dans ce pays.

67Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Ouest, c’est-à-dire la RFA, tout en accueillant près de 10 millions d’expulsés des régions de l’Est, reçoit, en quinze ans, plus de 3 millions d’Allemands de RDA. Cet apport, dans lequel la population jeune est surreprésentée, correspond à 50 % environ de l’accroissement total, le reste étant dû à la reprise du mouvement naturel.

  • 38 Cf. Michel Hubert, « Évolution démographique des deux Allemagnes », Allemagnes d’Aujourd’hui, n° 10 (...)
  • 39 Cf. Michel Hubert, « La RDA 1949-1990 : bilan démographique », p. 125-140, in Henri Ménudier (dir.) (...)
  • 40 Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, BIB-Mitteilungen, 1/92, p. 5.

68L’Allemagne centrale quant à elle, devenue RDA en 1949, conserve après la guerre sa fécondité traditionnellement supérieure, phénomène encore renforcé par les effets incitatifs de la législation socialiste. Mais le pays se vide de sa substance. Certes, la construction du Mur enraye provisoirement la migration, mais par-delà les barbelés et le verrouillage idéologique, la reprise du mouvement séculaire de transition démographique se fait sentir dès 1965. Pour lutter contre ce recul des naissances qui, vers 1970, réunifie les deux États dans le même régime démogra­phique, le régime de RDA se tourne vers une politique nataliste, alors que la RFA pratique le « laisser faire »38. Les mesures appliquées en quatre vagues successives, de 1972 à 198639, vont entraîner une reprise passagère de la natalité, toutefois dès 1982 le tassement de la fécondité se précise. Sept ans plus tard, l’ouverture des frontières, l’effondrement du régime et les difficultés d’adaptation aux nouvelles structures économiques font baisser la natalité et la fécondité des nouveaux Länder dans des proportions beaucoup plus rapides qu’à l’Ouest. Après la disparition de la RDA, les choses sont désormais claires en matière démographique, l’Allemagne unie connaît, au mieux, la stagnation, sinon un recul lent mais continu de sa popu­lation. C’est ainsi qu’en 1991, face à une mortalité stable, les naissances, dans toute l’Allemagne, baissent de 7,8 % (contre + 2 % en 1990) : le mouvement résulte d’un léger fléchissement à l’Ouest (–0,3 % contre +6,2 % en 1990) et surtout d’un effondrement à l’Est (–38,8 % contre –12,2 % en 1990)40. Même s’il s’agit d’une manifestation passagère d’un désarroi généré par des difficultés économiques conjoncturelles, il est clair que l’évolution du mouvement naturel en Allemagne depuis plus de vingt ans démontre que, sans un apport migratoire, des déséquilibres démographiques graves sont à craindre.

  • 41 Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, BIB-Mitteilungen, 3/92, p. 21.

69Certes, le processus, en soi, n’est pas nouveau : déjà à la fin des années cinquante, les premiers Gastarbeiter sont venus épauler les actifs ouest-allemands au moment où allait se fermer la frontière interallemande. Cependant la nature du phénomène migratoire d’aujourd’hui, son ampleur et le contexte économique, voire politique, dans lequel il s’insère ne sont pas comparables avec l’immigration orga­nisée d’une main-d’œuvre recrutée « sur mesure » pour une économie dynamique et prospère. En dix années, de 1981 à 1990, l’Allemagne a reçu un apport migra­toire de 2,2 millions de personnes, chiffre considérable qui explique qu’en 1991 le pays compte plus de 5 millions d’étrangers, soit 6,4 % de la population totale, 7,7 % à l’Ouest et 1 % à l’Est. Pour la seule RFA, en 1989, les naissances étran­gères représentaient 11,7 % du total, preuve de l’importance de l’apport. Mais, avec l’unification et la désagrégation du monde communiste, le mouvement migra­toire s’est amplifié hors des limites habituelles représentés par les flux d’entrées et de sorties des travailleurs étrangers ou de leurs familles. En trois ans, de 1989 à 1991, il est arrivé en RFA, un million d’Allemands de souche (Aussiedler), mouve­ment certes contenu depuis la loi du 1er juillet 1990. En revanche, le nombre des demandeurs d’asile (Asylbewerber) ne cesse de croître, malgré la proportion modeste (4,4 %) des droits effectivement accordés : ils étaient 121 000 en 1989, 193 000 en 1990 et 256 000 en 1991 ; au cours du premier semestre de 1992, le nombre des demandeurs d’asile a déjà atteint 187 00041.

70Les violences récentes commises à leur encontre ont attiré l’attention sur ces mouvements de population que la Loi fondamentale favorise plus que d’autres systèmes constitutionnels ou d’autres pratiques administratives. En quelques semaines, l’opinion publique allemande et étrangère a réalisé qu’un tel afflux pou­vait provoquer des crispations, susciter des intolérances, réveiller d’anciens démons.

71Assez vite, dans le « couple franco-allemand », ces réactions face à l’im­migration ont permis de nourrir les appréhensions d’un partenaire, moins vertueux en la matière qu’il ne veut bien le croire.

72Pourtant, ces phénomènes viennent simplement rappeler aux deux pays que « la petite aiguille de la montre » cache mal une croissance exponentielle de la popu­lation mondiale et une prise de conscience par les déshérités de l’injustice de leur condition.

ANNEXES

Tableau 1 : Évolution de la population totale en France et en Allemagne au cours du XIXe siècle (en millions d’habitants)

Année

France

Allemagne

1801

29,1

22,0

1851

35,7

35,5

1870

38,0

39,5

1871

36,1

41,0

1890

38,3

49,2

1900

38,9

56,0

1911

39,6

65,0

1914

39,6

68,0

Sources : Michel Hubert, d’après Statistik des Deutschen Reiches, vol. 240 ; Wolfgang Koellmann, Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit, Bevölkerungs-Ploetz Bd 4 ; André Armengaud, La population française au XIXe siècle, PUF.

Tableau 2 Évolution du mouvement naturel en France et en Allemagne au XIXe siècle

(en ‰)

Natalité

Mortalité

Excédent des naissances

années

France

Allemagne*

France

Allemagne*

France

Allemagne

1816-1820

32,9

-

25,3

-

6,6

-

1821-1825

31,4

-

24,7

-

6,7

-

1841-1845

28,0

38,2

23,6

27,5

5,4

10,6

1866-1869

26,1

39,1

23,4

29,3

2,7

9,8

1872-1875

26,2

38,8

22,4

28,2

3,8

10,6

1891-1895

22,3

36,3

22,3

23,3

0,0

13,0

1906-1910

19,9

31,7

19,2

17,5

0,7

14,2

1911-1913

19,8

28,1

18,3

16,0

0,5

12,1

* Pour l’Allemagne, les statistiques officielles ne sont disponibles qu’à partir de 1841.

Sources : Michel Hubert, d’après Statistik des Deutschen Reiches, vol. 240 ; Wolfgang Koellmann, Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit, Bevölkerungs-Ploetz Bd 4 ; André Armengaud, La population française au XIXe siècle, PUF ; Paul Mombert, Bevölkerungslehre, Fischer.

Tableau 3 : Évolution de la population totale en France et en Allemagne 1921-1946

(en millions d’habitants)

Année

France

Année

Allemagne

1921

39,2

1925

63,1

1926

40,7

1926

63,6

1931

41,8

1931

65,4

1936

41,9

1936

67,3

1946

40,5

1946

59,7

Source : Michel Hubert d’après Wolfgang Koellmann, Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit, Bevölkerungs-Ploetz Bd 4 ; Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Kohlhammer ; Dietmar Petzina, Werner Abelshauser, Anselm Faust, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch III 1914-1945, Beck ; André Armengaud, La population française au XX e siècle, PUF.

Tableau 4 : Évolution du mouvement naturel en France 1921-1945

(en ‰)

Années

natalité

mortalité

excédent

1921-1924

19,9

17,3

2,6

1925-1929

18,5

17,3

1,2

1930-1934

17,2

15,9

1,3

1935-1939

15,1

15,6

-0,5

1940-1945

15,2

17,6

-2,4

Source : Michel Hubert, Ibid.

Tableau 5 : Évolution du mouvement naturel en Allemagne 1921-1939

(en ‰)

années

natalité

mortalité

excédent

1921

25,3

13,9

11,4

1925

20,7

11,9

8,8

1930

17,5

11,1

6,5

1933

14,7

11,2

3,5

1934

18,0

10,9

7,1

1936

19,0

11,8

7,2

1939

20,4

12,3

8,1

Source : Michel Hubert, Ibid.

Tableau 6 : Évolution de la population totale en France et en Allemagne 1939-1991

(en millions d’habitants)

France

Allemagne

Années

Ouest

Centre

Est

total

1939

41,9

43,0

16,7

9,6

69,3

RFA

RDA

1949

41,7

49,2

18,8

68,0

1960

45,5

55,4

17,2

72,6

1970

50,7

60,6

17,1

77,7

1980

53,7

61,5

16,7

78,2

1987

55,5

61,1

16,6

77,7

1990

56,0

62,7

16,4

79,1

1991

56,5

(63,2)

(16,6)

79,8

Source : Michel Hubert d’après INED, Population et Sociétés ; INSEE, Économie et Statistique ; Statistische Jahrbücher BRD-DDR.

Tableau 7 : Évolution du mouvement naturel en France et en Allemagne 1949-1990

(en ‰)

France

RFA

RDA

années

natalité

mortalité

excédent

natalité

mortalité

excédent

natalité

mortalité

excédent

1949

20,9

13,1

7,8

16,8

10,2

6,6

14,5

13,4

+ 1,1

1950

20,4

13,1

7,3

16,2

10,5

5,7

16,5

11,9

+4,6

1955

19,0

12,6

7,4

15,7

11,1

4,5

16,3

11,9

+4,4

1960

18,2

11,6

6,6

17,4

11,6

5,9

17,0

13,6

+3,4

1965

18,0

11,2

7,8

17,7

11,5

6,2

16,5

13,5

+3,0

1970

17,0

11,0

6,0

13,4

12,1

1,3

13,9

14,1

-0,2

1975

14,1

10,6

3,5

9,7

12,1

-2,4

10,8

14,3

-3,5

1980

14,9

10,2

4,7

10,1

11,6

-1,5

14,6

14,2

+0,4

1985

13,9

10,0

3,9

9,6

11,5

-1,9

14,2

13,5

+0,2

1989

13,6

9,4

4,2

11,0

11,2

-0,2

12,0

12,4

-0,4

1991

14,0

9,0

5,0

11,0

11,0

0

Source : Michel Hubert d’après INED, Population et Sociétés ; INSEE, Économie et Statistique ; Statistische Jahrbücher BRD-DDR ; Michel Hubert, « La RDA, bilan démographique », dans Henri Ménudier (dir.), L’Allemagne. De la division à l’unité, op. cit., 1991.

Notes

1 Allemagne considérée dans ses frontières de 1871.

2 Cf. Michel Hubert, « Le poids démographique de l’Allemagne unie », p. 141-148, dans Henri Ménudier (dir.), L’Allemagne. De la division à l’unité, Paris, Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières-Université de la Sorbonne Nouvelle n°13, 1991.

3 Cf. Adolphe Landry, La révolution démographique, Paris, Sirey, 1934, 227 p. et Jean-Claude Chesnais, La transition démographique, Paris, Cahier de l’INED n° 113, PUF, 580 p.

4 André Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, 1971, p. 37.

5 Hans Schulze-Manitius, Bevölkerungsstatistik Deutschlands, Heidelberg, Vowinckel, 1943, p. 97.

6 La population parisienne passe de 547 000 habitants en 1800 à 2 260 000 en 1880, avec un quasi doublement durant le Second Empire, incorporations de communes comprises ; sur ce point, cf. chiffres de Wolfgang Koellmann, op. cit. p. 12 et 72 ainsi que Jean-Pierre Poussou, La croissance des villes, Paris, Sedes « regards sur l’histoire » vol. 81, 1992.

7 Berlin qui, en 1800, comptait 172 000 habitants, en a 419 000 en 1850 ; la ville double sa population en vingt ans pour atteindre 826 000 habitants en 1871 (chiffres de Wolfgang Koellmann, op.cit. p. 24 et 85).

8 Wolfgang Koellmann, op. cit., p. 24,47 et 93. Voir également, Peter Marschalck, Deutsche Überseewanderung im 19. Jahrhundert, Stuttgart, 1976. et Klaus Bade, Deutsche im Ausland  - Fremde in Deutschland  : München, Beck, 1992, 542 p.

9 André Armengaud, op. cit., p. 53.

10 Cf. Marcel Reinhard, André Armengaud, Jacques Dupâquier, Histoire générale de la population mondiale, Paris Montcrestien, 1968, p. 398.

11 Michel Huber, Henri Bunle, Fernand Boverat, La population de la France, Paris, Hachette, 1965, p. 289.

12 André Armengaud, op. cit. p. 104.

13 Cf. Michel Hubert, Les migrations intérieures dans l’Allemagne industrielle aux XIXe et XXe siècles, Paris, Sorbonne, (Thèse de Doctorat de 3ème cycle), 1969, p. 97-132.

14 Est généralement considérée comme rurale toute population vivant dans une agglomération inférieure à 2 000 habitants, définition qui, il est vrai, comporte une part d’imprécision.

15 Cf. Michel Hubert, « L’Allemagne impériale. Croissance démographique, population industrielle et urbanisation », p. 49-103, dans Joseph Rovan (dir.), La social-démocratie dans l’Allemagne impériale, Paris, Publications de l’Institut d’allemand d’Asnières-Université Sorbonne Nouvelle, 1985

16 Cette affirmation est, pour ainsi dire, prouvée a contrario, puique, au moment où se ralentit l’émigration allemande vers le Nouveau Monde, la « relève » s’effectue par un véritable transit sur le territoire du Reich qui va concerner environ 2,3 millions d’émigrants provenant de l’Empire tsariste (Russo-Polonais et Juifs pour l’essentiel) et 2,9 millions originaires du Bassin danubien administré par la Double Monarchie (Cf. Michael Just, « Transitland Kaiserreich : ost- und südosteuropäische Massenauswanderung über deutsche Häfen » p. 295-302, in Klaus Bade (dir.) Deutsche im Ausland.., op. cit.

17 Cf. Michel Hubert, La population allemande à l’ère industrielle, (Thèse de doctorat d’État), Paris, Sorbonne, 1978, p. 541-550.

18 Cf. Klaus Bade, « ’Billig und willig’ – die ‘ausländischen Wanderarbeiter’ im kaiserlichen Deutschland », in Klaus Bade (dir.), op. cit., p. 312.

19 Adolphe Landry, op. cit. p. 183.

20 Cf. Étude INSEE première, nov. 1992, citée par « Le Monde » du 6/11/1992.

21 Cf. Charlotte Höhn, Johannes Otto, « Bericht über die demographische Lage in der Bundesrepublik », Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 4/ 1985, p. 466 et suiv.

22 Cf. annexes : tableau 3 et graphiques 1 et 2.

23 Il s’agit là des sources françaises (Marcel Reinhard, André Armengaud, Jacques Dupaquier, op. cit. p. 499), les sources allemandes (Wolfgang Koellmann, Bevölkerungsploetz, op. cit. p. 154) avancent le chiffre de 1 140 000 tués.

24 Les sources françaises divergent également sur ce point, estimant la surmortalité allemande à 730 000 (Ibid. supra).

25 André Armengaud, La population française au XXe siècle, op. cit. p. 25-26 et 15, indique que selon la Statistique médicale de l’Armée, le nombre de blessés se situe autour de 3 millions, et ce pour un nombre de mobilisés de 8 500 000.

26 Il y a 957 000 naissances en 1933 contre 1 606 000 en 1913 sur le territoire de l’Allemagne (considérée dans ses frontières de 1937), Cf. Michel Hubert, La population allemande à l’ère industrielle, op. cit. p. 596.

27 En 1901, 1902, 1906 et, pour la dernière fois en 1908 (Michel Hubert, La population allemande à l’ère industrielle, op. cit. p. 586)

28 Cf. André Armengaud, La population française au XXe siècle, op. cit. p. 45.

29 Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, vol. II, Paris, Économica, 1984, p. 53.

30 Cf. Dietmar Petzina, Werner Abelshauser, Anselm Faust, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch III, München, Beck, 1978, p. 40.

31 Ainsi Erich Keyser, dans l’avant-propos de son Histoire de la population allemande, Bevölkerungsgeschichte Deutschlands, 2e éd. Leipzig, Hirzel, 1941, p.IX.

32 On assiste indubitablement à une augmentation des naissances entre 1934 et 1940, le chiffre global redevenant supérieur à 1 million, pour atteindre 1 413 000 en 1939 (Cf. Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, 1972, p. 103) . Cependant, si la fécondité générale augmente, le nombre d’enfants par femme demeure stable tout au long de la période ; il est même inférieur à ce qu’il était sous la République de Weimar (cf. Peter Marschalck, Bevölkerungsgeschichte Deutschlands im 19. und 20. Jahrhundert, Frankfurt, 1984, Suhrkamp, p. 80 et 159.

33 Wolfgang Koellmann, Bevölkerungsploetz, op. cit., p. 189.

34 Cf. André Armengaud, La population française au XXe siècle, op. cit., p. 74 et Alfred Sauvy, La vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, Flammarion, 1978, p. 196.

35 Sur ce point, cf. entre autres, Alfred Sauvy, op. cit. supra, p. 107 et Gert Leptin, Die deutsche Wirtschaft nach 1945, Opladen, 1970, Leske, p. 51.

36 Catherine Guibert-Lantoine, Alain Monnier, « La conjoncture démographique », Population, (4), 1992, p. 1017-1036.

37 Katharina Pohl, Bernd Störtzbach, Hartmut Wendt, « Die demographische Lage in Deutschland.. », Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 1/92, 1992, p. 3-93.

38 Cf. Michel Hubert, « Évolution démographique des deux Allemagnes », Allemagnes d’Aujourd’hui, n° 109-110, p. 159-185.

39 Cf. Michel Hubert, « La RDA 1949-1990 : bilan démographique », p. 125-140, in Henri Ménudier (dir.), L’Allemagne. De la division à l’unité, Paris, Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières-Université de la Sorbonne Nouvelle, 1991.

40 Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, BIB-Mitteilungen, 1/92, p. 5.

41 Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, BIB-Mitteilungen, 3/92, p. 21.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : évolution du mouvement naturel en France et en Allemagne (1800-1970)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

Auteur

Professeur à l’Université de Paris III, Sorbonne Nouvelle et maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Paris.
Outre deux thèses sur Les migrations intérieures dans l’Allemagne industrielle (doctorat de 3e cycle) et sur La population allemande à l’ère industrielle 1815-1914 (Doctorat d’État), M. Hubert est l’auteur de plusieurs articles analysant les rapports entre population et économie dans l’histoire allemande : La population allemande de 1830 à 1848 : les prémices d’une révolution démographique ; L’Allemagne impériale, croissance démo­graphique, population industrielle et urbanisation ; Évolution démographique de la RFA 1949-1965. Récemment il a publié divers articles et contributions à des colloques sur « L’histoire démographique des deux Allemagnes », sur « Le poids démographique de l’Allemagne unifiée dans l’Europe actuelle » et sur « L’inversion du mouvement migratoire allemand vers l’Est au cours des xixe et xxe siècles ».

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr