Version classiqueVersion mobile

Le couple franco-allemand en Europe

 | 
Henri Ménudier

II. Le traité de l'Elysée à l'épreuve

Les relations économiques franco-allemandes

René Lasserre

Texte intégral

1À bien des égards, les relations économiques franco-allemandes constituent un cas unique dans le monde industrialisé. Il n’existe pas d’autre exemple de deux grands pays de taille à peu près similaire qui entretiennent des rapports commer­ciaux aussi étroits que la République fédérale d’Allemagne et la France et dont l’interdépendance économique soit aussi poussée.

2À l’échelle de l’Europe des 12, les échanges franco-allemands ont de ce fait un poids considérable en termes de flux commerciaux : ils constituent à eux seuls pour chacun des deux pays environ le quart de leur commerce communautaire. En outre, la coopération des deux états en matière économique est des plus étroites. Elle fait l’objet d’une concertation permanente et de consultations régulières, tant au niveau bilatéral que communautaire. Ainsi, l’entente franco-allemande a joué, depuis le départ, un rôle moteur dans le processus d’unification économique et monétaire européenne.

3Pour être privilégiées, ces relations économiques n’en sont pas moins dissymé­triques. Elles ont en effet été marquées, depuis le milieu des années 1970, par des déséquilibres importants qui n’ont cessé de s’aggraver au détriment de la France et qui concernent aussi bien les flux commerciaux que les investissements et la présence des firmes dans le pays partenaire. Cette situation s’est néanmoins modifiée dans la période récente puisque, sous l’effet de l’unification allemande, s’est amorcé, sur les deux tableaux, un net mouvement de rééquilibrage.

Des relations commerciales privilégiées

4La République fédérale d’Allemagne et la France sont respectivement le pre­mier partenaire commercial de l’autre et chacun réalise avec son voisin une part essentielle de son commerce extérieur. La France effectue environ 16 % de ses exportations et 19 % de ses importations avec la République fédérale, tandis que celle-ci achète en France 12 % de ses biens et services importés et y écoule 13 % de ses exportations (chiffres de 1990).

5Le fait de la République fédérale réalise environ un huitième de ses exportations de ce côté-ci du Rhin peut paraître à première vue modeste. Cependant pour la puissance exportatrice mondiale de premier plan qu’est la République fédérale, la France n’en constitue pas moins un marché privilégié, puisqu’avec un volume de 83,8 Mrd de DM en 1990, les exportations vers la France sont à elles seules aussi importantes que l’ensemble des exportations allemandes vers les États-Unis (46,9 Mrd de DM), le Japon (17,4 Mrd de DM) et les pays de l’OPEC (18,2 Mrd de DM) réunis.

6L’intensité des relations commerciales entre les deux pays résulte de plusieurs facteurs. À l’intérieur du marché commun, qui a contribué au développement très rapide des échanges bilatéraux depuis les années 60, la France et l’Allemagne disposent du potentiel économique le plus important et constituent en même temps les deux plus grands marchés, tant par la population que par le pouvoir d’achat. En outre, les deux pays sont géographiquement très ouverts l’un envers l’autre, et entre eux n’existe plus guère d’autre frontière « naturelle » que celle de la langue depuis que la réconciliation franco-allemande et le développement des échanges de toutes sortes ont facilité la circulation des hommes de part et d’autre du Rhin.

7Par l’intermédiaire des échanges commerciaux s’est ainsi développé un pro­cessus d’interpénétration qui conduit à une interdépendance croissante entre les deux pays. L’évolution conjoncturelle de chacune des deux économies se répercute immédiatement sur celle de l’autre: la reprise ou le recul de l’activité chez l’un affecte directement les carnets de commandes, l’utilisation des capacités de pro­duction et le volume de l’emploi chez le voisin.

Des relations commerciales dissymétriques

Le déséquilibre chronique des années 1980

8Les relations commerciales franco-allemandes, pour être très étroites et consti­tuer le socle du commerce intérieur européen, se caractérisent cependant, depuis le début des années 70 par un déséquilibre persistant au détriment de la France. Le déficit commercial français n’a ensuite cessé de s’aggraver au cours des années 1980. De 16,8 Mrd de FF en 1980, il est passé à 28,5 Mrd en 1985 pour atteindre un niveau record en 1989 avec 58,6 Mrd de FF. Le déficit avec la seule Allemagne était alors supérieur de près de 25 % au déficit global du commerce extérieur français (43,9 Mrd de FF) et pratiquement aussi important que la somme des excé­dents réalisés par la France avec ses 10 meilleurs clients.

Un déséquilibre structurel

9Mise à part l’année 1983, ce déficit n’est pas dû à des causes conjoncturelles, puisque depuis lors il n’a cessé de se creuser en dépit du fait que la France a connu une croissance plus lente que son voisin. Il n’est pas dû non plus à une détério­ration de compétitivité globale, puisqu’au cours de la même période la France a réduit son inflation (le différentiel d’inflation est tombé de 8 % en 1980 à 0,5 % en 1989) et contenu la progression de ses coûts salariaux, tandis que parallèlement la qualité des produits français s’est améliorée.

10Ce déséquilibre chronique s’explique essentiellement par les faiblesses structu­relles de l’économie française et sa dépendance à l’égard de l’Allemagne dans un certain nombre de secteurs clés de l’activité industrielle, notamment dans les biens d’équipement. La structure par produits du commerce franco-allemand (voir gra­phique n˚2) fait apparaître que la France ne détient de position nettement excéden­taire (de l’ordre de 15 Mrd de FF) que dans le secteur agro-alimentaire.

Tableau 1: Évolution du commerce franco-allemand
(en Mrd de FF)

Années

Importations françaises en provenance RFA (CAF)

Exportations françaises vers RFA (FOB)

Solde commercial France/RFA

Taux de

couverture

1970

23,4

20,5

–2,9

87,6

1975

43,5

36,9

–6,6

84,8

1980

92,2

75,4

–16,8

81,7

1981

104,6

81,4

–23,2

77,8

1982

127,7

89,6

–38,1

70,1

1983

135,5

108,1

–27,4

79,8

1984

147,4

119,4

–28,0

81,0

1985

160,0

131,0

–29,0

81,9

1986

172,3

133,1

–39,2

77,2

1987

186,7

142,7

–43,9

76,4

1988

207,9

157,6

–50,3

75,8

1989

235,1

176,5

–58,6

75,1

1990

238,6

196,8

–41,8

82,4

1991

230,7

223,4

–7,4

96,8

Source : CFCE

Graphique 1 : Evolution du déficit commercial France-RFA

Graphique 1 : Evolution du déficit commercial France-RFA

Graphique n°2 : Structure du commerce franco-allemand en 1989 par grands groupes de produits

Graphique n°2 : Structure du commerce franco-allemand en 1989 par grands groupes de produits

Source : direction des douanes

11Dans tous les autres grands secteurs industriels, la France accuse des déficits importants, notamment dans celui de la machine-outil (–22,6 Mrd de FF en 1989), des véhicules terrestres (–21,8 Mrd), de la chimie (–9,5 Mrd), de la construction électrique (–5,2 Mrd), de la mécanique de précision (–3,3 Mrd). Le solde industriel global avec l’Allemagne s’établissait en 1989 à –68 Mrd de FF. Le déficit de la balance commerciale franco-allemande est tempéré par le fait que la France réalise un excédent dans le secteur des services, principalement dans le secteur du tourisme (10 Mrd de FF).

12Le caractère structurel de ce déficit, et en particulier sa concentration dans le secteur des biens d’équipement, créent une dépendance de l’économie française à l’égard de sa voisine. En effet, lorsque l’activité en France augmente et lorsque les entreprises françaises investissent, que ce soit pour accroître leurs capacités ou pour se moderniser, les importations de biens allemands augmentent et la balance industrielle française vis-à-vis de la RFA se détériore. En outre, le déficit commercial français constitue un handicap de crédibilité qui se répercute au plan monétaire dans le fait que pour maintenir la parité Franc/Mark, la France doit maintenir des taux d’intérêts plus élevés que ne l’exigerait le seul différentiel d’inflation entre les deux pays.

Rééquilibrage des échanges depuis l’unification

Une nouvelle donne pour les entreprises françaises

13L’économie française a su tirer profit de l’unification de l’Allemagne pour améliorer sa pénétration sur le marché allemand et rééquilibrer ses échanges. La demande en provenance des nouveaux Länder et le surcroît d’activité qu’elle induit dans ceux de l’Ouest provoquent en effet un gonflement des importations alle­mandes. Les exportations françaises vers l’Allemagne ont connu de ce fait une spectaculaire progression puisqu’elles se sont accrues de plus de 20 Mrd au cours de l’année 1990 (+ 11,5 %) et que pour la période du 1er juillet 1990, date d’entrée en vigueur de l’union monétaire allemande, au 1er juillet 1991, elles ont fait un bond de 18 %. Ce mouvement a profité à pratiquement tous les secteurs, en particulier à l’automobile (+ 38 % en 1990), à la construction électrique (+ 17 %), à l’ameublement (+ 19 %). Au cours du 1er semestre 1991, l’industrie automobile française a réalisé une remarquable percée en doublant ses ventes par rapport à la même période de l’année précédente.

14Cela se traduit au niveau de la balance globale par une réduction tout aussi spectaculaire du déficit français qui a diminué de près d’un tiers en 1990 pour revenir de 58,6 à 41,8 Mrd de FF. En 1991, et pour la première fois depuis de nombreuses années, le déficit est tombé en dessous de la barre des 10 Mrd pour s’établir à 7,38 Mrd.

Un rééquilibrage qui reste à confirmer

15Ce retour à un quasi-équilibre est dû pour une bonne part à une situation conjoncturelle exceptionnelle et il est probable qu’il ne devrait pas se prolonger. En effet, l’épargne disponible des Allemands de l’Est s’épuise et va tempérer progres­sivement leur frénésie d’achat, notamment d’automobiles. En outre, la conjoncture allemande se ralentit sous l’effet des prélèvements fiscaux et des taux d’intérêts élevés liés aux charges financières considérables de l’unification et également sous l’effet d’une conjoncture internationale dépressive. La progression des importa­tions allemandes va donc se ralentir, d’autant plus que les entreprises allemandes auront entre temps recouvré ou développé leurs capacités pour servir leur marché intérieur. Enfin, quand l’économie française reprendra, ses importations de biens d’équipements allemands remonteront à nouveau.

16Néanmoins, le commerce extérieur français devrait continuer à profiter de l’unification allemande, car avec la reprise progressive et la modernisation de l’économie des nouveaux Länder, la demande en biens de consommation et en biens d’équipement se maintiendra à un niveau élevé pendant plusieurs années, sans parler des perspectives offertes par les grands marchés d’infrastructure (télé­communications, réseau routier et ferroviaire...). Après avoir saisi l’opportunité de l’unification, il appartient maintenant aux entreprises françaises de consolider et de renforcer leurs positions.

Coopération technologique et industrielle

17À cet égard, l’implantation des firmes françaises en Allemagne et le développe­ment de la coopération entre entreprises françaises et allemandes sous ses diverses formes revêt une importance décisive. Or dans ce domaine on constate également, par delà des acquis importants, la persistance de certains déséquilibres.

Une coopération axée sur de grands projets européens

18La coopération industrielle et technologique franco-allemande est d’abord et avant tout une affaire de grands projets définis à l’échelle de l’Europe communau­taire ou dans un cadre plus large. C’est le cas dans le domaine de l’aéronautique civile avec le programme Airbus dans lequel constructeurs français et allemands jouent un rôle clé, dans le domaine spatial avec le programme Ariane et le pro­gramme Hermès et également dans le secteur de l’industrie d’armement. Français et Allemands coopèrent aussi étroitement dans les divers programmes technolo­giques communautaires et dans le programme Eureka. Mais pour importants et symboliques qu’ils soient, ces grands projets sont loin de couvrir tous les secteurs et laissent des vastes champs industriels « sous-explorés » dans lesquels, au contraire, la rivalité franco-allemande est un frein à la coopération. Cela reste le cas dans le secteur de l’électronique après l’avoir été dans le nucléaire civil. Et si dans le secteur des télécommunications la coopération progresse, ce n’est que tardive­ment, de même que dans le domaine du train à grande vitesse. Enfin, cette coopération industrielle sur grands projets est financièrement vulnérable comme le montre les incertitudes du programme spatial et la remise en cause de nombreux programmes d’armement.

19En fait, il semblerait que ces grands projets industriels dépendant de la volonté politique des États et des financements publics soient un peu les arbres qui cachent la forêt d’une coopération industrielle franco-allemande qui demeure quelque peu en retrait des échanges commerciaux. En effet, l’interpénétration commerciale profonde des deux économies n’a donné lieu, jusqu’à présent, qu’à une imbrication limitée des structures de production et des entreprises. Cela se mesure au fort décalage qui existe entre l’intensité des flux commerciaux et le niveau des investissements directs réalisés dans le pays partenaire.

Investissements directs et implantations des entreprises dans le pays partenaire

20L’implantation des entreprises allemandes en France est assez ancienne et assez solide, puisqu’elles y comptent actuellement plus de 2000 filiales ou succursales, dont 471 unités de production. La plupart des grands groupes allemands tels que Siemens, Bosch, Hoechst, BASF ont une filiale française, pour ne citer que les plus importantes. Néanmoins, depuis une quinzaine d’années, les implantations alle­mandes nouvelles n’ont progressé que lentement. Alors que la RFA est de loin le premier fournisseur de la France, elle n’est, depuis dix ans, en termes de flux, que le 4e investisseur étranger en France. De 1980 à 1986, les investissements alle­mands dans l’Hexagone ont plafonné autour de 500 Mio de DM par an, ce qui ne représentait guère que 3,5 % du total des investissements allemands à l’étranger, à mettre en rela­tion avec les 13 % que représentait le marché français dans les exportations allemandes. Dans la période récente, la réserve persistante dont faisaient preuve les entreprises allemandes à l’égard d’une implantation en France s’est cependant quelque peu dissipée, principalement dans la perspective du marché unique. De 1986 à 1989, les investissements allemands en France ont plus que triplé en rythme annuel pour atteindre 1,68 Mrd de DM. La réunification n’a pas inversé la tendance puisqu’en 1990, les entreprises allemandes ont encore investi 1,86 Mrd de DM de ce côté-ci du Rhin. Elles se sont aussi montrées plus offensives, bien que prudentes, dans le rachat de firmes françaises : le nombre d’acquisitions est passé d’une vingtaine en 1987 et 1988 à une quarantaine en 1989, mais est redescendu à 23 en 1990, sans doute sous l’effet de l’unification.

Tableau n˚ 2 : Flux croisés d’investissements directs France - Allemagne 1978-1990

Investissements directs allemands en France en Mio de DM

Investissements directs français en Allemagne en Mio de DM

1978

543,30

1978

274,70

1979

721,90

1979

86,90

1980

453,70

1980

175,10

1981

621,60

1981

281,30

1982

304,40

1982

429,70

1983

383,20

1983

352,70

1984

494,10

1984

359,00

1985

494,50

1985

93,40

1986

486,00

1986

356,00

1987

758,00

1987

156,00

1988

898,00

1988

626,00

1989

1678,00

1989

4251,00

1990

1860,00

1990

502,00

Source : Bundesministerium für Wirtschaft

21L’engagement des firmes françaises en Allemagne est lui aussi en deçà, mais à un degré encore plus accentué, de l’importance que représente le marché allemand pour le commerce extérieur français. En l’occurrence, il s’agit également dans ce domaine d’un retard structurel qui explique pour une bonne part la moindre péné­tration des produits français sur le marché allemand et le déséquilibre des échanges. On ne compte en Allemagne qu’un peu plus d’un millier de filiales françaises qui, pour la plupart, se concentrent dans les activités de représentation commerciale et bancaire. Les flux d’investissement annuels sont irréguliers et sensiblement plus faibles que dans le sens Allemagne-France : au cours des années 80 ils ont tourné autour des 350 Mio de DM. Ils n’ont réellement décollé que dans la période récente passant à 626 Mio de DM en 1988, puis faisant un bond specta­culaire à 4,25 Mrd de DM en 1989. Cette offensive soudaine semble s’être quelque peu calmée, puisque d’après les premières données disponibles, le chiffre serait retombé à 502 Mio de DM en 1990.

22On constate en effet que les entreprises françaises ont été prises ces dernières années d’une frénésie d’acquisitions et que cette dernière s’est délibérément orientée vers le marché allemand, considéré désormais comme incontournable dans la perspective du marché unique de 1993. En quatre ans, de 1986 à 1990, le nombre d’acquisitions françaises en Allemagne a été multiplié par quatre. Avec 70 rachats d’entreprises allemandes en 1990, la France se place au deuxième rang derrière la Grande-Bretagne (90 opérations) et devant la Suisse (69) et les États-Unis (68). Les acquisitions françaises ont concerné des opérations importantes (Tapie/Adidas, Promodès/ Coop, Epeda Bertand Faure/Rentrop, SEB/Rowenta, Moulinex/Krupps) mais aussi des PME, et ce dans pratiquement tous les secteurs. Enfin, depuis la réunification, les entreprises françaises comptent parmi les premiers investisseurs étrangers dans les nouveaux Länder avec une cinquantaine d’opérations de rachat d’entreprises est-allemandes, une trentaine d’implantations nouvelles et la mise en place de réseaux commerciaux importants (notamment dans l’automobile). Ceci montre que combinée à la dynamique du marché unique, la réunification joue également dans le sens d’un rééquilibrage des implantations et d’une interpéné­tration économique accrue entre les deux pays.

Des complémentarités encore inexploitées

23Il n’en demeure pas moins qu’en dépit de ces progrès, la coopération et l’inter­pénétration entre entreprises françaises et allemandes, et notamment des grandes entreprises, reste encore assez peu développée et n’est pas toujours recherchée. Il apparaît en fait que pour les entreprises allemandes, et de plus en plus pour les entreprises françaises, la dimension bilatérale ou européenne ne constitue pas un cadre significatif pour leur stratégie de développement qui s’est élargie à l’échelle mondiale. De ce fait, elles préfèrent souvent rechercher des alliances américaines ou japonaises plutôt qu’européennes. En outre, les tentatives de coopération entre firmes françaises et allemandes manquent souvent d’envergure et se soldent fréquemment par des échecs. On peut toutefois se demander si, face à l’offensive japonaise, les industriels allemands et français, plutôt que de se battre pour les parts de marché et la première place en Europe, n’auraient pas intérêt à jouer plus systé­matiquement la carte de la complémentarité, que ce soit par l’investissement, les prises de participation ou par le biais de joint-ventures. Cet effort de rapproche­ment permettrait de mieux tirer parti des nombreuses complémentarités qui existent dans la structure et la culture économiques des deux pays. Mais pour cela, et en dépit de quarante ans de coopération et d’amitié franco-allemandes, il reste beaucoup de méfiances et d’obstacles à surmonter, dont les moindres ne sont pas ceux de l’information, de la culture et de la langue.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Evolution du déficit commercial France-RFA
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique n°2 : Structure du commerce franco-allemand en 1989 par grands groupes de produits
Crédits Source : direction des douanes
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Secrétaire général du Centre d’Information et de Recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC) et Maître de Conférences à l’Institut d’Études Politiques de Paris et à Paris III (Asnières).
Nombreux articles. Publications : voir la liste des publications du CIRAC pp. 310 à 313.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search