Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le couple franco-allemand en Europe

 | 
Henri Ménudier

II. Le traité de l'Elysée à l'épreuve

For ever young ?

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ)

Roland Kaehlbrandt

Note de l’auteur

For ever young : Titre d’une chanson du groupe Alphaville.

Texte intégral

  • 2 Die Rheinpfalz, 3.9.1992.
  • 3 Neue Osnabrücker Zeitung, 6.10.1992.

1« La seule possibilité de faire évoluer le manque d’intérêt des jeunes Néerlan­dais pour la langue allemande, c’est de créer un Office germano-néerlandais pour la Jeunesse sur le modèle de l’OFAJ » dit, en septembre 1992, la directrice d’un Institut Goethe aux Pays-Bas2. En octobre 1992, le chef de la CDU du Schleswig-Holstein, Ottfried Henning, réclame haut et fort la nécessité d’un Office germano-allemand pour la Jeunesse, également sur le modèle de l’OFAJ, pour surmonter « le fossé mental qui sépare l’Est et l’Ouest de l’Allemagne »3. L’Office germano-polonais pour la Jeunesse créé le 17 juin 1991, dans le cadre du Traité de coopéra­tion germano-polonais, ressemble, dans ses structures, comme un petit frère à l’OFAJ. Or, il n’est souhaitable d’imiter quelque chose que lorsque l’original est réussi. Avec ses trente ans d’existence dans un cadre historique en pleine mutation par rapport à sa raison d’être d’origine, l’Office semble être en droit de se féliciter d’être cité comme modèle. Mais rappelons tout d’abord la création, la structure et la conception pédagogique de l’institution.

Création, structure et pédagogie

2Eurocorps, Arte, Haut Conseil Culturel franco-allemand, Collège franco-allemand universitaire : nombreux sont les organismes créés à la suite du traité sur la coopération franco-allemande. Curieusement, c’est l’Office franco-allemand pour la Jeunesse qui est – et de loin - le plus ancien.

3Lorsqu’on relit le traité franco-allemand, l’on voit s’ensuivre, de manière plutôt classique, les affaires étrangères et le domaine de la défense. C’est en troisième position qu’arrivent l’éducation et la jeunesse. Le traité stipule notamment qu’un

« organisme destiné à […] promouvoir les échanges sera créé par les deux pays avec, à sa tête, un conseil d’administration autonome. Cet organisme disposera d’un fonds commun franco-allemand qui servira aux échanges entre les deux pays d’écoliers, d’étudiants, de jeunes artisans et de jeunes travailleurs ». (II.C.2.).

  • 4 Ménudier, Henri (1988) : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Une contribution exem­plaire à (...)

4Certes, il est fréquent que dans les accords entre états, l’on trouve quelques clauses sur les échanges culturels et les rencontres de jeunes. Mais le traité franco-alle­mand est le premier à mettre sur un même pied la jeunesse et la défense, par exemple. On pourrait même aller plus loin en constatant que la jeunesse est le seul domaine véritablement institutionnalisé par le traité. Ce caractère institutionnel témoigne de l’importance accordée par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer au rôle que la jeunesse aurait à jouer dans la réconciliation entre la France et l’Allemagne. Personne ne sait plus comment l’idée de l’OFAJ est née. « Mais l’idée était dans l’air », disait Gerhard Schröder, ministre allemand des affaires étrangères de l’époque4, préparée par tous ceux qui, après la deuxième guerre mondiale, n’avaient pas hésité à mettre en place de nombreux réseaux franco-allemands d’échange de jeunes.

  • 5 Sauf, au grand regret du personnel, les privilèges fiscaux.
  • 6 « Dans l’accomplissement de ces tâches, l’Office applique les principes de coopération et de compré (...)

5Sitôt le traité signé, des négociations sur la forme de la nouvelle institution sont entamées. Fidèle à sa tradition administrative, la partie française opte pour deux fonds gérés séparément alors que les Allemands penchent pour une structure plus intégrée ; les Français souhaitent limiter l’action de l’Office aux seuls échanges franco-allemands, les Allemands sont plutôt favorables à une future ouverture vers d’autres partenaires. L’accord du 5 juillet 1963 portant création de l’OFAJ est un compromis. L’institution est autonome, ayant le statut juridique d’une organisation internationale5, mais il y aura, jusqu’en 1973, deux directeurs des sections natio­nales avec, à la tête de l’Office, un Secrétaire Général. Quant à une éventuelle ouverture vers d’autres partenaires, l’accord reste assez vague6. Mais l’essentiel est le caractère subsidiaire de l’institution. Plutôt que de s’adresser en régie directe aux jeunes Français et Allemands, l’Office doit surtout « encourager », et seulement « le cas échéant, réaliser », des rencontres et des échanges de jeunes (I,1). L’OFAJ doit donc s’appuyer sur le paysage associatif existant et favoriser, par son soutien, les échanges franco-allemands organisés par des structures tierces. Raisonnable sur le plan institutionnel, c’est parfois avec douleur que le principe de subsidiarité sera vécu à l’intérieur de l’Office. Car les jeunes eux-mêmes restent loin, remplacés par les « partenaires », à savoir les responsables des associations et les animateurs des programmes d’échanges.

6L’accord prévoit l’intervention de l’Office dans pratiquement tous les domaines de la jeunesse : rencontres, échanges et stages pour les secteurs scolaire, universi­taire, professionnel, extra-scolaire, artistique et sportif. Mais l’Office n’est pas conçu comme une simple banque accordant des subventions. Son action est censée s’étendre à l’information, à la formation des responsables d’échanges et à la recherche dans le domaine de la jeunesse. L’OFAJ devra donc aider ses partenaires à comprendre la spécificité des relations franco-allemandes en général et la situation particulière des jeunes dans les deux pays et à développer une pédagogie des échanges.

  • 7 Situation en 1992. Le nombre des agents de l’OFAJ fut nettement réduit entre 1970 et 1972.

7L’institution dispose de deux organes directeurs : tout d’abord le Conseil d’administration – le législatif – qui regroupe le secteur public (six représentants des ministères et des Länder) et le monde associatif (9 représentants) de chaque côté. Le pouvoir public étant minoritaire au sein du conseil, il s’agit là d’un modèle susceptible de garantir une certaine autonomie de l’institution vis-à-vis des gouver­­nements. Mais cette autonomie reste toute relative, les membres du conseil étant désignés par les gouvernements et non pas élus ou bien cooptés. De plus, les deux ministres de la Jeunesse des deux pays coprésident le Conseil, sans toutefois disposer du droit de vote. L’autonomie de l’institution dépendra en grande partie de la personnalité du Secrétaire Général, l’autre organe de l’Office, plus formellement son organe d’exécution. Il dirige, en coopération avec son adjoint, l’action de l’Office avec ses 66 agents français et allemands7. Le conseil ne se réunissant que deux fois par an, le Secrétaire Général a cependant de nombreuses occasions d’im­prégner l’institution de sa marque. Ainsi, l’OFAJ a-t-il vécu dans son histoire des orientations diverses : de l’échange de masse à un recentrage vers la qualité, d’un renforcement du partenariat avec le monde associatif à une plus grande ouverture vers l’Europe, par exemple.

  • 8 L’on raconte qu’à l’origine Adenauer avait proposé à de Gaulle la somme de 10 millions de DM. Le Gé (...)
  • 9 Reconnaissons cependant que le gouvernement allemand concéda, en 1990, pour deux années consécutive (...)

8Cette liberté est toutefois limitée par le bailleur de fonds. En effet, les crédits de l’OFAJ proviennent des deux gouvernements, ce qui se traduit en 1963 par une somme très importante : 40 millions de DM8. Cette garantie toutefois souffrira d’une inversion maligne dans la mesure où, pendant trente ans, les contributions gouvernementales resteront pratiquement constantes, ce qui signifie, en 1991, une perte de 58 % en pouvoir d’achat par rapport à 19639.

  • 10 Seule consolation : « La valeur suppose l’utilité et la rareté » (Beauregard, Paul (1889). éléments (...)

9D’un point de vue abstrait, l’Office reste certes un organisme relativement riche. Aucune autre institution d’échange de jeunes ne dispose d’un budget compa­rable. Ajoutons tout de suite que ces institutions sont peu nombreuses et que l’OFAJ a toujours souffert de l’insuffisance de ses moyens financiers, d’autant plus que des tâches nouvelles lui ont été confiées à partir de 1989. Déjà en 1965, soit deux ans après sa création, l’OFAJ dut d’ailleurs constater que ses moyens ne suffisaient plus à la demande10. La situation budgétaire obligera l’Office à réduire les subventions, notamment dans le secteur scolaire. Ce qui suscitera et suscite encore bien des mécontentements.

  • 11 L’on comptait, en 1991, plus de 1.300 jumelages de villes françaises et allemandes et plus de 3.000 (...)
  • 12 Il est vrai pourtant que le degré d’organisation des jeunes est plus faible en France qu’en Allemag (...)
  • 13 En 1991.

10Conçue comme une institution au service de tous les jeunes Français et Alle­mands, l’OFAJ n’est résolument pas une institution qui donne dans l’élitisme. Cela lui vaudra parfois des critiques ou des remarques déplaisantes associant l’Office au seul échange sportif et scolaire, par exemple. Les pères fondateurs de l’Office sont en effet convaincus que la réconciliation des deux pays passe non seulement par un échange des futures élites, notamment des étudiants, mais que toutes les couches sociales doivent pouvoir participer aux échanges pour parvenir au but de l’opéra­tion : un solide partenariat, voire une solidarité franco-allemande. L’OFAJ s’adres­sera donc notamment aux jeunes professionnels, apprentis et chômeurs qui sont traditionnellement moins mobiles que les étudiants, et pour lesquels il y a peu de structures d’échanges internationaux. L’Office s’adresse aussi à l’école qui – de par sa nature – est censée être un secteur d’intervention privilégié. Ainsi, quantitative­ment, les échanges scolaires furent et restent le domaine le plus important, suivis par les jeunes professionnels, qui constituaient en 1991 la majorité des participants de plus de seize ans. N’oublions pas les échanges de jeunes organisés par les comités de jumelage, qui connaissent un véritable essor à la suite du Traité franco-allemand11. Grâce à l’Office, l’échange franco-allemand occupera une place privilégiée dans le travail international des grandes associations de jeunesse. Ayant une position de force au sein du Conseil d’Administration de l’Office et disposant même de « collaborateurs pédagogiques » responsables des seuls programmes franco-allemands et financés en grande partie par l’OFAJ, les associations organisent de très nombreuses rencontres franco-allemandes. C’est grâce à la spécificité des associations – culturelles, sportives, sociales, religieuses, poli­tiques – que les échanges franco-allemands touchent tous les secteurs de la jeunesse organisée12. Les universités, elles aussi, ont continuellement joué un rôle important dans les échanges de jeunes. Mais à la suite du programme Erasmus, l’Office revoit sa politique d’intervention dans le secteur universitaire. Il se concentre depuis sur des stages pratiques liés aux cursus universitaires, à des séminaires sur des thèmes franco-allemands ou européens et aux recherches appro­fondies dans le contexte franco-allemand. Moins importants en nombre que les autres jeunes dans les grands secteurs d’intervention, les étudiants n’en constituent pas moins un groupe cible bien ancré dans l’action de l’OFAJ avec quelque 13.000 participants par an13. Suivent des secteurs plus spécialisés : les artistes, les bibliothécaires, les journalistes bénéficiant de bourses particulières.

  • 14 En 1991, plus de 4.500 multiplicateurs ont bénéficié des programmes de formation pédagogique de l’O (...)
  • 15 On comptait 217.000 participants en 1963 et 172.000 en 1991.

11Avec ses programmes de formation pédagogique, l’Office s’adresse à un groupe de personnes qui constitue le relais entre l’institution et les jeunes. Dans le jargon administratif, on les appelle les « multiplicateurs ». Ce sont toutes les personnes susceptibles d’organiser sur le terrain des rencontres franco-allemandes : institu­teurs, professeurs, animateurs de jeunes, collaborateurs pédagogiques. Pour la mise en œuvre de la mission de l’OFAJ à la base, c’est naturellement le groupe-cible le plus important14. L’OFAJ favorise donc volontairement les échanges de masse, mais les chiffres impressionnants15 recouvrent des secteurs très différenciés. L’ob­jectif de l’OFAJ est double : garantir la participation d’un très grand nombre de jeunes pour que de nombreux contacts puissent être établis avec le pays voisin ; offrir des programmes plus spécifiques et approfondis pour des groupes cible bien définis jouant un rôle de médiateur privilégié entre les deux cultures.

12C’est ainsi qu’en se promenant des deux côtés du Rhin, on trouve ici un chauffeur de taxi, là un professeur de sciences physiques qui, dans leur jeunesse, ont participé à des programmes de l’OFAJ et qui souvent se sont engagés après, à différents niveaux, dans les nombreux réseaux qu’offrent les relations franco-allemandes.

  • 16 Accord I, Article 2 (1).

13Nous avons parlé jusqu’ici de structures, de secteurs et de chiffres. Cette « vision du monde » est en quelque sorte dans la nature de toutes les institutions, mais elle serait particulièrement dangereuse pour une institution comme l’OFAJ si elle n’était pas contrebalancée par une vision plus cultu­-relle et pédagogique. Il est évident qu’il ne suffit d’organiser la rencontre de centaines de milliers de jeunes si on veut, comme le proclame l’Accord sur l’OFAJ, « renforcer leur compréhen­sion » et « resserrer les liens qui unissent les jeunes des deux pays »16. La politique de la RDA fut un mauvais exemple à cet égard avec tous les ans 400.000 jeunes participant à des échanges avec la Pologne. « L’échange », c’étaient des mouve­ments parallèles qui ne se rencontraient pas. Encadrés politiquement, surveillés idéologiquement, les jeunes avaient peu d’occasions de se connaître véritablement. Le résultat en est que beaucoup de jeunes Allemands de l’Est sont toujours imprégnés des préjugés les plus classiques à l’égard de la Pologne.

  • 17 Dans le monde du management, tout un secteur s’est développé autour de « l’intercul­turel », appell (...)

14Dès le début de son existence, l’OFAJ s’intéresse aux questions pédagogiques liées aux échanges internationaux. Au centre des réflexions, les identités nationales et leur rencontre, désignée par un terme très à la mode aujourd’hui : l’apprentissage interculturel17.

  • 18 Voir la série « textes de travail » de l’OFAJ ; voir également le livre de Jean-René Ladmiral/Edmon (...)

15Il s’agit de reconnaître les différences culturelles, d’apprendre à les respecter, à s’observer soi-même avec les yeux des autres. Observer, tolérer, regarder avec les yeux de l’autre : c’est facile à dire, mais c’est difficile pour les jeunes qui participent activement au processus d’apprentissage interculturel. D’abord, il faut pouvoir être à même de percevoir l’étranger et l’étrangeté en tant que tels et d’accepter que l’autre soit différent. Respecter les différences culturelles exige que l’on soit capable de remettre en question ses propres normes sociales et leur étroitesse. Le plus difficile est certainement de se mettre à la place de l’autre, de voir le monde avec les yeux de l’autre. Cela ne veut en aucun cas dire qu’il faille renoncer à sa propre identité nationale ; il s’agit plutôt de l’élargir en prenant en compte les interdépendances franco-allemandes et européennes. Il s’agit donc de pouvoir développer des identités et des loyautés élargies. C’est là un vaste pro­gramme mis en pratique dans des centaines de rencontres organisées par le service pédagogique de l’OFAJ. Pour actualiser et approfondir les connaissances théo­riques sur les échanges, l’OFAJ a créé également un service de recherche dont l’objectif est de réunir des spécialistes et des scientifiques des deux pays pour favoriser la recherche sur l’interculturel dans le contexte franco-allemand18.

De nouvelles perspectives ? L’OFAJ depuis 1989

16Le bien-fondé du travail de l’OFAJ a été mis en question plusieurs fois au cours des trente ans de son existence. En 1972, le Secrétaire d’état à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs, Joseph Comiti, Coprésident du Conseil d’Administration de l’Office, déclare devant l’Assemblée Nationale : « Au terme de dix ans d’activité, on peut considérer que l’Office franco-allemand pour la Jeunesse aura atteint la plupart, sinon la totalité des objectifs qui lui avaient été assignés au départ ». Ce compliment masquait en réalité des problèmes budgétaires et l’intention de réduire les effectifs de l’OFAJ ; ce qui sera chose faite peu après avec, pourtant, comme résultat une structure plus intégrée, donc plus franco-allemande, de l’Office. À la fin des années quatre-vingt, les critiques sont rares, mais une certaine lassitude s’installe dans les milieux franco-allemands. N’a-t-on pas déjà tout fait ? Les relations franco-allemandes ne vont-elles pas tellement bien que les structures à leur service en deviennent moins importantes, voire superflues ?

  • 19 Pour une description plus détaillée, voir Roland Kaehlbrandt : « L’unification allemande ; un nouve (...)
  • 20 Dans cet « accord » entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la Répub (...)

17Certains commencent déjà à voir l’Histoire doucement disparaître, lorsque la chute du mur et les bouleversements en Europe de l’Est et centrale la réinstallent devant les yeux incrédules des Européens de l’Ouest. L’OFAJ réagit très vite19. Le 12 décembre 1989, son Conseil d’Administration décide que désormais 50 pour cent des Allemands participant aux programmes de l’OFAJ pourront venir de la RDA. En plus, les jeunes de l’Europe de l’Est et centrale pourront participer aux programmes trinationaux qui existaient depuis 1976, mais ne s’adressaient jusqu’alors qu’aux jeunes des autres pays de la Communauté Européenne. Quelque peu étonnée, voir irritée de la politique française du moment, qui consiste à signer, en décembre 1989, un accord avec la RDA prévoyant, entre autres, l’envoi de mille jeunes Allemands de l’Est en France en dehors des programmes de l’Office20, l’institution ne tarde pas toutefois à nouer de nombreux contacts avec les nouvelles associations de jeunesse en RDA et commence une véritable politique d’intégration à l’intention des jeunes de l’Allemagne de l’Est. Dans cette situation caractérisée par un bouleversement de toutes les structures de jeunesse en RDA, l’expérience et la nature subsidiaire de l’OFAJ sont de grands atouts. Les nouvelles structures de jeunesse en RDA étant encore trop rares et trop fragiles, l’OFAJ s’appuie sur les grandes associations de jeunesse en Allemagne de l’Ouest et en France pour faire connaître les programmes franco-allemands de l’autre côté de l’Elbe. Les contacts déjà traditionnels entre partenaires français et allemands facilitent énormément le travail commun à l’Est. Ainsi, à la fin de l’année 1990, plus de mille jeunes Alle­mands de l’Est auront participé aux rencontres de l’OFAJ. À noter que cette politique d’intégration est pleinement soutenue par le Secrétaire d’état à la Jeunesse et aux Sports français et par les grandes associations de jeunesse en France. Si dans le passé, des voix critiques se sont parfois élevées pour accuser l’OFAJ de lenteur bureaucratique, elles se taisent désormais face à un nouvel élan de l’institution, dont le personnel fait preuve d’une très grande mobilité et d’un réel enthousiasme pour la nouvelle cause franco-allemande. Au début de l’année 1991, les services de l’Office sont plus souvent présents dans les nouveaux Länder qu’au siège à Bad Honnef ou qu’au bureau parisien. Lors d’une campagne d’information dans chacune des capitales des nouveaux Länder, l’OFAJ noue des contacts avec plus de 1.500 futurs multiplicateurs. Le travail sur les infrastructures, accompagné de très nombreux programmes de formation linguistique et pédagogique, porte ses fruits, car, à la fin de l’année 1991, 8.000 jeunes de l’Est de l’Allemagne ont participé à des rencontres franco-allemandes. Ainsi, le rôle principal de l’OFAJ, tel qu’il est inscrit dans ses « directives » (« L’Office est au service des jeunes Français et Allemands ») connaîtra une illustration nouvelle.

18Mais l’Office ne néglige pas pour autant son autre rôle qui est de favoriser le processus d’intégration européenne. Une des principales orientations votées en 1989 par son Conseil d’Administration est la préparation des jeunes Français et Allemands à l’Europe de 1993, à savoir au grand marché européen. Il s’agit d’une part de permettre aux espoirs, aux rêves, aux craintes liés au concept de « l’Europe de 1993 » de s’exprimer ; d’autre part, de confronter les jeunes aux chances réelles et aux exigences du champ d’action élargi qui s’offre à eux pour mieux les y préparer. Dans les rencontres franco-allemandes, les jeunes se posent des questions pratiques. Quelles sont les possibilités professionnelles et scolaires offertes ? Quelle langue doit-on apprendre ? Par ailleurs, les jeunes s’interrogent sur la vie en commun dans une Europe multiculturelle par exemple.

19À cela s’ajoute une politique linguistique intensive dans tous les domaines d’échanges, la mise à profit de toutes les possibilités extrascolaires pour augmenter la motivation à l’apprentissage linguistique et pour améliorer le rapport aux langues. Il est en effet indispensable de connaître la langue du pays d’accueil pour baigner véritablement dans sa vie quotidienne.

  • 21 En avril 1990, l’OFAJ organisa à Bad Godesberg un congrès sur le thème « Mobilité et identité. La p (...)

20Une approche pédagogique est également nécessaire pour préparer les jeunes à l’Europe de 1993. Dans ses programmes de formation pédagogique, l’OFAJ encou­rage la disponibilité et la faculté à profiter de la confrontation avec les cultures voisines européennes pour l’apprentissage interculturel21.

21Enfin, l’Europe centrale et orientale constitue le troisième volet de l’action de l’OFAJ après 1989. Certes, les programmes trinationaux de l’Office sont limités à 5 pour cent du nombre de tous les programmes subventionnés. C’est là un seuil constamment défendu par ceux qui craignent que l’OFAJ puisse perdre son carac­tère franco-allemand, et sans cesse critiqué par ceux qui considèrent que l’Office doit servir massivement d’exemple au delà des relations purement franco-allemandes. Quoi qu’il en soit, l’institution saisit la nouvelle perspective est-européenne, tout en respectant la limite de 5 pour cent.

22Lors de la création de l’Office germano-polonais pour la Jeunesse, décidée dans le cadre du traité germano-polonais du 17 juin 1991, l’OFAJ met à la disposition de l’institution sœur tout son savoir-faire pédagogique et administratif. Les 16 et 17 mai 1991, une réunion des Ambassadeurs français et allemands en poste en Europe centrale et orientale se tient à Weimar avec l’objectif de mettre sur les rails une coopération franco-allemande vis-à-vis des nouvelles démocraties de l’Est. Tout de suite, il est fait appel à l’OFAJ et le 14 octobre 1992, plus de soixante conseillers culturels français et allemands ainsi que des représentants des Instituts Goethe et des Instituts français se réunissent au siège de l’Office à Bad Honnef pour parler concrètement des projets de coopération à l’Est. En 1992, plus de cent programmes trinationaux avec l’Europe de l’Est et centrale seront organisés avec un accent particulier sur la formation pédagogique des animateurs et des respon­sables.

  • 22 Forum Médias Jeunesse 1991 : « Jeunesse et violence » (voir OFAJ Actuel 3/1991). Forum Médias Jeune (...)
  • 23 « Espoirs et inquiétudes des jeunes Français et des jeunes Allemands » (voir OFAJ Actuel 1/1993).

23Entre-temps la situation des jeunes Allemands de l’Est se détériore. De nombreux centres de jeunes – subventionnés massivement par l’« Ancien Régime » et contrôlés à l’époque par les jeunesses Communistes – doivent fermer les portes. Des quartiers entiers sont démunis de structure d’accueil pour les jeunes. La poli­tique allemande de jeunesse, subsidiaire et décentralisée, ne se met en place que très lentement. Les bouleversements politiques, sociaux et juridiques créent une sorte de vide chez les nombreux jeunes à la recherche de nouveaux modèles d’identification. La grande majorité des jeunes réagit pourtant de manière optimiste à cette nouvelle situation où chacun devra s’occuper lui-même de trouver sa place. Mais il y a aussi ceux qui se sentent insécurisés et qui se tournent, par conséquent, vers des modèles d’identification autoritaires. À partir de 1991, les actes de violence xénophobes deviennent de plus en plus fréquents, surtout dans l’Est de Allemagne. En 1992, le phénomène s’accentue. En France, l’image de l’Allemagne reste globalement positive, pourtant ici et là l’opinion s’interroge sur les démons du passé. L’OFAJ réagit dans les limites du possible en organisant des débats publics entre journalistes et jeunes22 et un congrès sur la situation des jeunes en France et en Allemagne23. Le Conseil d’Administration adopte, en mai 1992, une nouvelle orientation thématique pour les programmes franco-allemands : il s’agit de mettre l’apprentissage interculturel franco-allemand au service d’une plus grande tolé­rance des jeunes envers les autres minorités ethniques et culturelles. Cette orien­tation est, certes, plutôt l’expression d’une volonté qu’une décision concrète. Elle reflète en quelque sorte la portée et les limites de l’action de l’institution : les échanges franco-allemands de jeunes ne peuvent pas résoudre les problèmes natio­naux. Mais ils peuvent être un moyen parmi d’autres d’agir en faveur d’une tolérance pluriculturelle qui, elle, est une condition sine qua non d’une Europe unie.

  • 24 Voir Le Monde du 13-14.9.1992 et Le Figaro du 19.9.1992.

24Cette dernière vit, en 1992, des heures difficiles. L’euroscepticisme s’installe après le non du Danemark et gagne du terrain en France, face au vote sur le Traité de Maastricht. La discussion sur le Traité de Maastricht montre combien il est encore difficile dans nos sociétés de faire abstraction de nos valeurs nationales et de comprendre que l’Europe multiculturelle représente une véritable chance. L’OFAJ décide de prendre position, et le 11 septembre, son Secrétaire Général, Gert Hammer, lance un appel à la jeunesse de France en faveur du « oui à Maastricht »24.

25Réunification allemande, union européenne, Europe de l’Est et centrale : nombreuses sont les perspectives immédiates et à long terme de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Dans la trentième année de son existence, l’institution ne trouvera guère le loisir de se consacrer à des commémorations solennelles et à de confortables rétrospectives. Branché sur l’actualité d’une jeunesse en perpétuel mouvement, l’OFAJ devra longtemps rester « for ever young ».

Notes

2 Die Rheinpfalz, 3.9.1992.

3 Neue Osnabrücker Zeitung, 6.10.1992.

4 Ménudier, Henri (1988) : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Une contribution exem­plaire à l’unité de l’Europe (p. 51)

5 Sauf, au grand regret du personnel, les privilèges fiscaux.

6 « Dans l’accomplissement de ces tâches, l’Office applique les principes de coopération et de compréhension qu’il convient de développer parmi les jeunes tant à l’égard des pays européens que des autres pays du monde libre ». (Accord I, Article 2 (2)).

7 Situation en 1992. Le nombre des agents de l’OFAJ fut nettement réduit entre 1970 et 1972.

8 L’on raconte qu’à l’origine Adenauer avait proposé à de Gaulle la somme de 10 millions de DM. Le Général s’étant étonné de l’importance de la somme, le Chancelier aurait répondu : « Pour la jeunesse, on ne peut pas faire trop ». Lors de la signature, de Gaulle aurait alors proposé de doubler ladite somme pour parvenir à 20 millions de DM. Surpris de son côté, mais malin, Adenauer aurait ajouté : « de chaque côté ».

9 Reconnaissons cependant que le gouvernement allemand concéda, en 1990, pour deux années consécutives, un fonds spécial de 1,2 million de DM, pour faciliter l’intégration des jeunes Allemands de l’Est.

10 Seule consolation : « La valeur suppose l’utilité et la rareté » (Beauregard, Paul (1889). éléments d’économie politique, Paris, p. 192).

11 L’on comptait, en 1991, plus de 1.300 jumelages de villes françaises et allemandes et plus de 3.000 appariements scolaires.

12 Il est vrai pourtant que le degré d’organisation des jeunes est plus faible en France qu’en Allemagne et que les jeunes d’aujourd’hui s’organisent de moins en moins. D’où l’effort de l’OFAJ d’offrir aux jeunes non-organisés de plus en plus de programmes à inscription libre.

13 En 1991.

14 En 1991, plus de 4.500 multiplicateurs ont bénéficié des programmes de formation pédagogique de l’Office.

15 On comptait 217.000 participants en 1963 et 172.000 en 1991.

16 Accord I, Article 2 (1).

17 Dans le monde du management, tout un secteur s’est développé autour de « l’intercul­turel », appellation non-contrôlée, qui s’applique à la formation des cadres dans les grandes entreprises bi- ou internationales. L’OFAJ s’est également penché sur cet aspect (voir OFAJ Actuel 2/1992, p. 13-15).

18 Voir la série « textes de travail » de l’OFAJ ; voir également le livre de Jean-René Ladmiral/Edmond Marc Lipiansky (1989) : La communication interculturelle (Ouvrage publié avec le concours de l’OFAJ).

19 Pour une description plus détaillée, voir Roland Kaehlbrandt : « L’unification allemande ; un nouveau défi pour l’OFAJ ». In Henri Ménudier (éd.) (1991) : L’Allemagne, de la division à l’unité (p. 235-239). Voir également : Roland Kaehlbrandt : « Gruppenbild mit Dame. Das Deutsch-Französische Jugendwerk in der DDR ». In : Dokumente, Heft 5/1990, (p. 398-399).

20 Dans cet « accord » entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République démocratique allemande relatif aux échanges de jeunes on parle encore de « deux peuples ».

21 En avril 1990, l’OFAJ organisa à Bad Godesberg un congrès sur le thème « Mobilité et identité. La préparation des jeunes Français et Allemands à l’Europe de 1993 ». Les actes de ce congrès sont publiés dans le volume I des études franco-allemandes au Nomos-Verlag, Baden-Baden, 1991.

22 Forum Médias Jeunesse 1991 : « Jeunesse et violence » (voir OFAJ Actuel 3/1991). Forum Médias Jeunesse 1992 : « Les jeunes dans la société pluriculturelle » (voir OFAJ Actuel 1/1993).

23 « Espoirs et inquiétudes des jeunes Français et des jeunes Allemands » (voir OFAJ Actuel 1/1993).

24 Voir Le Monde du 13-14.9.1992 et Le Figaro du 19.9.1992.

Auteur

Chef du Service d’information et de relations publiques de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (depuis 1990). Docteur en linguistique française (1988), Lecteur d’allemand à l’Institut d’Allemand d’Asnières (1985-90), Directeur de la Maison Heinrich Heine, Paris (1988-90).
Publications : Syntaktische Entwicklungen in der Fachsprache der französischen Wirt­schaftswissenschaften, Franz Steiner Verlag, Stuttgart 1989, 160 pages.
Nombreux articles sur des thèmes linguistiques dans des revues spécialisées ; nombreux articles de critique linguistique dans des quotidiens.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr