Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités nationales et conscience européenne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Joseph Rovan

6. La société européenne : structures socio-économiques, ordre politique et traditions culturelles

Une culture dialogique

Edgar Morin

Texte intégral

1En abordant le problème de la conscience européenne on constate d’emblée qu’il y a trois niveaux d’Europe qui ne se recoupent pas du tout. L’Europe ne se définit pas géographiquement, c’est une réalité qui s’est constituée historiquement et qui, finalement, a fluctué dans ses frontières, a évolué, et maintenant a débordé des frontières géographiques plus ou moins arbitraires de cette petite péninsule asiatique.

2Mais si nous voulons reconnaître culturellement 1’Europe, nous nous rendrons compte que nous devons la définir selon deux pôles, répondant à deux notions de culture qui sont tout à fait différentes, et c’est ici qu’il faut faire très attention parce que le mot de culture est un mot caméléon qui se transforme dans nos bouches sans qu’on s’en rende compte.

3Le premier pôle culturel se situe au niveau de l’ethno-culture. C’est l’originalité, qui tient au fait qu’il y a un très grand compartimentage des cultures dans le sens ethnographique du terme (on dit ainsi la culture basque, la culture corse, la culture souabe). Autrement dit, l’Europe est un pays de très grande diversité culturelle et pas seulement au niveau des États-Nations, mais à l’intérieur même des États-Nations, et ce phénomène qui, pour nous, fait notre différence, la différence de région à région et de nation à nation, fait, curieusement, pour le non Européen notre communauté. Je rappelle ici le très joli exemple du film d’avant-guerre « Fantômes à vendre ». Dans ce film de René Clair, on voyait un riche milliardaire américain qui, en Californie, se faisait construire un château écossais avec, dans les douves, des gondoles vénitiennes et des gondoliers. Les visiteurs étaient stupéfaits et disaient : mais cela fait très européen ! Autrement dit, pour l’extérieur, cette sorte de mélange de sabots hollandais, de sirtaki grec, de tauromachie, de cathédrale gothique, de village de Crète, tout ceci est l’Europe.

4Cette différence, aujourd’hui, c’est notre communauté, puisque toutes ces cultures sont menacées par une sorte de déferlement homogénéisant qui tient à la banlieudisation, aux technicisations, à la consommation de masse, enfin à des facteurs ultra connus que je n’énumère pas ici. Ce déferlement, du reste, est partide 1’Europe elle-même,paradoxalement, car c’est ellequiaindustrialisé le monde et qui menace effectivement les cultures, comme dit Lévi-Strauss ; ce ne sont pas seulement les cultures extra-européennes qui sont menacées, ce sont aussi les cultures européennes. Cela, c’est un premier pôle de 1’européité.

5L’autre pôle d ‘européité culturelle se situe au niveau de la « haute culture ». La culture, ce n’est pas seulement quelque chose qui concerne les intellectuels, les clercs. Cette haute culture européenne, celle des philosophes, des penseurs, des scientifiques, a aussi modifié la civilisation et 1’histoire puisque la science est un facteur historique et que la science occidentale moderne est née en Europe aux xvie - xviie siècles. En rencontrant ce deuxième pôle culturel, que découvrons-nous ? Nous découvrons un marché commun historique, le marché communculturel.Ilexisteàla finduMoyenAge,bien entendudansles limites de 1’Europe qui n’est pas occupée par les Turcs (occupation qui n’a pas encore vraiment « mordu » sur l’Europe puisque c’est en 1453 qu’a lieu la prise de Constantinople et que la conquête de la Hongrie a lieu au début du xvie siècle seulement), et dans des limites qui tiennent aussi à la cassure de l’orthodoxie et du catholicisme, mais ce marché commun existe.

6Ce marché commun va se développer dans l’Europe moderne en dépit du développement des langues nationales. Il va être brisé une première fois par la Première Guerre mondiale au xxe siècle par cette double haine furieuse du nationalisme français et allemand qui contamine les intelligentsias des deux pays, à quelques exceptions près. Il va être brisé encore davantage par la grande lutte idéologique déchaînée par le fascisme et le communisme et la Deuxième Guerre mondiale qui en fut la conséquence.

7Ce marché commun n’est pourtant pas une communauté de pensée et à ce propos il faut prendre garde au fait qu’on ne peut pas donner une définition synthétique de cette culture européenne. On dit d’une façon triviale que c’est une culture judéo-christiano1gréco-latine, certes, mais à condition de concevoir que la fécondité et l’originalité de la culture européenne est faite du conflit entre ses composantes et pas seulement de leur collaboration, c’est-à-dire du conflit entre la source grecque notamment et la source judéo-chrétienne, conflit d’où va naître la science occidentale, d’où vont naître les Lumières, d’où va naître le Romantisme, etc. Autrement dit, la culture européenne est dialogique. Celui qui croit, celui qui n’y croit pas, ne sont pas l’un et l’autre les propriétaires de la culture européenne. Ils sont chacun un des moments de ce dialogue conflictuel mais qui comporte des échanges incessants. Cette dialogique a été extrêmement vivante, extrêmement intense, jusqu’à notre siècle présent.

8Voici donc les deux premiers pôles culturels. Mais il faut en venir maintenant à un troisième pôle qui fait basculer ce que nous avons déjà dit de la conscience européenne. Selon la tradition fort pertinente de la sociologie allemande, on oppose culture à civilisation. La culture, c’est ce qui est le propre d’un groupe, d’une ethnie, ce qui est original, ce qui est intransmissible. Et la civilisation, c’est ce qui est échangeable, transmissible, communicable. Or, le paradoxe européen c’est une culture qui produit une civilisation. Cela veut dire que la culture conflictuelle issue du judaïsme et du christianisme, de la Grèce et de Rome, a produit la science et la technique modernes et dans des conditions spécifiques et originales telles, qu’il s’agit bien d’un phénomène culturel. Ce phénomène culturel produisant quelque chose qui est civilisationnel – c’est-à­dire finalement notre monde technique, industriel, urbain, moderne, etc. – produit ainsi quelque chose qui va échapper à1’Europe, qui va se répandre dans le monde entier et dont les pôles principaux sont aujourd’hui les États-Unis, l’URSS, le Japon

Vers une communauté de destin

  • 56 Otto Bauer, homme politique autrichien, théoricien de l’austro-marxisme (1882-1938). Bauer avait, a (...)

9Nous produisons donc une civilisation qui nous échappe et c’est là le paradoxe. Tout ce qu’a produit l’Europe ne lui est plus propre, sauf, évidemment, les micro-cultures dans le premier sens du mot culture dont j’ai parlé, et sauf peut-être la possibilité de ranimer l’ancienne dialogique intense entre les différentes villes, les différentes universités. Rappelons-nous l’intensité des communications au xviiie siècle, le mouvement qui produit les Lumières et qui produit aussitôt les « Contre Lumières », le Romantisme, et dans cette Europe là le rôle de petites villes comme Weimar et Iéna et le rôle inouï de la fermentation intellectuelle que produit la Révolution française. Peut-être, vu notre petit espace, compte tenu qu’il y a peu de connexions intellectuelles par exemple entre les universités de1’Est américain, Harvard, Princeton, etc. et celles de la côte ouest californienne, on peut penser que nous sommes peut-être seuls aptes à continuer cette dialogique intense. Cependant nous devons conserver et renforcer la conscience que nous avons produit une civilisation pour le meilleur et pour le pire, avec tous les maux et les méfaits que cela entraîne. Nous avons produit quelque chose d’extrêmement ambivalent, et la conscience tardive que nous en avons doit nous amener à essayer d’en sauver le meilleur et de lutter contre le pire, comme le problème se pose par exemple au niveau de l’écologie. Ceci doit alimenter effectivement la prise de conscience d’une communauté de destins, d’une Schicksalsgemeinschaft, qui selon Otto Bauer56forme le ciment affectif qui soude une ethnie, une nation.

10Cette communauté de destins, nous ne pouvions pas l’avoir dans le passé au niveau des nations, puisque toutes les nations européennes étaient sans cesse en guerre les unes contre les autres, et que le plus gros de la formation de nos grandes nations modernes (Angleterre, France, Espagne) s’est fait aussi par la guerre. Dans le passé, entre les nations européennes ce fut la division. Mais si nous regardons au-dessous de cette division, nous nous apercevons qu’à travers cette division, une culture s’est déployée, qu’il y a eu ce marché commun en dépit des guerres entre nations et que celui-ci est l’élément porteur de notre communauté, et nous pouvons donner des bases historiques à notre Communauté de destin. Étant bien entendu que cette communauté qui était très forte autrefois nous apparaît aujourd’hui particulièrement séduisante parce que nous sommes déchus, parce que l’Europe a été quasi effacée de la primauté mondiale, que désormais notre destin, au niveau militaire et thermonucléaire, nous échappe et risque de nous écraser. Notre actuelle communauté de destin vient de cette conscience de déchéance et s’exprime dans la volonté de lutter vitalement pour survivre et pas seulement pour bénéficier d’un développement économique. Notre communauté de destin se nourrit du présent, elle naît de notre vision actuelle, de notre volonté actuelle d’avoir un futur et elle rétroagit sur le passé pour en extraire 1’idée européenne.

Les trois niveaux d’Europe

11Voilà donc pour mon premier point et je voudrais maintenant aborder rapidement un deuxième. J’ai dit en commençant qu’il y a trois niveaux d’Europe. Je ne veux pas dire par là qu’il y a l’Europe de l’Est, l’Europe de 1’Ouest, l’Europe du Centre. Non, je veux dire qu’il y a trois dimensions de 1’Europe :1’une qui est culturelle, l’autre qui est économique et la troisième qui est politique.

  • 57 Écrit en décembre 1988.

12• La dimension culturelle. Sur le plan culturel, il faut penser que1’Europe n’a pas de frontières, n’a plus de frontières : la Russie, depuis Pierre le Grand et surtout depuis le xixe siècle, fait partie de la culture européenne et a été même un des éléments les plus riches de cette culture, de notre dialogique culturelle. Ce n’est évidemment pas la frontière de l’Oural qui limite cette culture. La frontière se situe, selon le point de vue qu’on adopte, beaucoup plus à 1’Ouest ou beaucoup plus à 1’Est, car notre marché commun culturel a été brisé non seulement par la Première et par la Deuxième guerre mondiales, mais durablement par ce qu’on a longtemps et justement appelé le rideau de fer. Aujourd’hui encore, ce marché commun n’est pas vraiment reconstitué57. Je crois cependant que si la poussée de la reforme gorbatchévienne franchit un certain seuil d’irréversibilité, allant dans le sens où logiquement elle semble devoir aller, le marché commun culturel européen pourrait être très rapidement rétabli, c’est­à-dire la libre communication des idées, des livres, des chercheurs, des étudiants, des intellectuels, etc. Non seulement il pourrait être rétabli, mais on pourra dès lors envisager l’extension à toute l’Europe d’un certain nombre de projets formés dans le cadre de notre Europe occidentale actuelle comme ERASMUS, ou les équivalences de diplômes, etc. Ceci est une perspective, ce n’est pas encore le présent. Mais l’Europe culturelle pourrait être rapidement rétablie si l’irréversibilité de la réforme devait se confirmer à l’Est.

13• La dimension économique. La deuxième Europe, l’économique, est en route. Elle peut capoter encore, mais sa réalisation paraît hautement probable. Il faut remarquer que cette Europe économique, qui est incontestablement aussi le propulseur d’une Europe politique, d’une confédération politique, est d’ores et déjà quelque chose que nous pouvons voir s’étendre au-delà des pays actuellement membres du Marché commun, et je dirais même au-delà des pays européens proprement dits. La formule du marché commun pourrait s’étendre à un pays qui est à moitié européen, moitié asiatique comme la Turquie, qui est européenne seulement depuis Kemal Atatürk. Le Maroc aussi a fait sa demande d’adhésion, qui n’est pas recevable actuellement, mais il faut penser à des avenirs possibles d’un Maghreb démocratique qui ne paraît plus totalement absurde aujourd’hui. Autrement dit, voici un Marché commun qui a été un catalyseur et un cristallisateur d’Europe et qui dans le futur pourrait avoir une fonction que j’appellerai volontiers métaeuropéenne.

14• La dimension politique. Le troisième niveau, c’est le niveau de la confédération politique. J’emploie ce mot de confédération par prudence et non pas du tout pour revenir à la polémique où de Gaulle, pour sauvegarder l’autorité absolue des États-nations, opposait ce mot de confédéra à celui de fédération. Je rappellerai que la Confédération Helvétique limite sur le plan international les pouvoirs des différents cantons suisses et peut former sinon un modèle, du moins un exemple. L’Europe confédérative, à mon avis, n’aura pas au départ les dimensions du Marché commun. Elle ne les aura pas dès le départ parce qu’un certain nombre de pays du Marché commun refuseront de s’associer. Mais elle peut être un nucleus confédératif ouvert. Rappelons-nous que Genève n’a rejoint la Confédération helvétique qu’au début du xixe siècle.

Une ou deux confédérations ?

  • 58 Cela est fait en 1992, les décisions sont en route concernant l’entrée de la Suède, de la Suisse, d (...)

15Mais ce noyau confédératif ouvert pourrait s’ouvrir non seulement aux pays de l’Ouest ou du Nord, qui actuellement ne sont pas tentés par cette possibilité58, mais éventuellement à des pays centraux qui aujourd’hui se trouvent de l’autre côté de la grande cassure. Dans l’hypothèse optimiste du succès de la réforme gorbatchévienne, réforme dont on ne peut pas prévoir le rythme ni l’ampleur, mais dont on peut penser qu’il y a désormais une possibilité historique pour que l’URSS se transforme d’empire en confédération, c’est-à­ dire ressemble à ce qui est inscrit dans sa constitution, qui déjà donne des droits théoriques très larges aux différentes nationalités. À ce moment-là, la confédération européenne se trouvera placée dans deux hypothèses : première hypothèse, l’Empire de l’URSS n’arrive pas à se transformer en confédération et la menace qui était si forte encore il y a quelques années, redevient aussi forte et peut-être plus dangereuse encore et la confédération européenne sera quelque chose de vital, aussi vital qu’aurait dû être la Confédération hellénique au moment de la menace de Philippe de Macédoine. Ou bien au contraire, deuxième hypothèse, l’Empire soviétique se transforme en Confédération et voici deux confédérations voisines organisant l’Europe et dans une coexistence féconde.

16Le but n’est pas de couvrir géographiquement par un seul ensemble tout ce qui est traditionnellement reconnu par la géographie comme l’Europe. Le but est de dépasser l’État national. Je conclus sur une idée à laquelle je crois très fortement qui est, si vous voulez, mon mythe personnel, mais qui n’est ni solitaire ni singulier :l’Europe a produit l’État-nation, 1’État national, pour le meilleur et le pire. Je dis pour le pire aussi, puisque nous en voyons maintenant les pires conséquences. On peut même dire que nous sommes, avec la fin de la décolonisation, c’est-à-dire l’accession des peuples colonisés au stade de l’État national, arrivés au moment ou 1’État national a épuisé toutes ses vertus historiques.Ilneproduitplus quesesméfaitshistoriques.Bienentendu,mieux vaut un État national indépendant qu’un Empire dominateur, mais à mes yeux la formule de l’avenir c’est la Fédération ou la Confédération. En Europe, la mission historique dont on peut se sentir investi ici peut se définir ainsi : nous avons produit l’État national, nous devons essayer maintenant de- dépasser 1’État national et de régénérer partout dans le monde les tendances confédératives.

Notes

56 Otto Bauer, homme politique autrichien, théoricien de l’austro-marxisme (1882-1938). Bauer avait, avant 1914, tenté de définir les bases d’une coexistence positive des nationalités au sein de l’Autriche-Hongrie. (NdE)

57 Écrit en décembre 1988.

58 Cela est fait en 1992, les décisions sont en route concernant l’entrée de la Suède, de la Suisse, de l’Autriche et même de la Finlande (NdE).

Auteur

Sociologue, Directeur de recherches au CNRS, Voir en particulier : Penser l’Europe, Gallimard, 1987

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr