Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités nationales et conscience européenne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Joseph Rovan

6. La société européenne : structures socio-économiques, ordre politique et traditions culturelles

La société européenne existe

Notre unité s’est faite à partir de nos différences

Alain Touraine

Texte intégral

1S’interroger sur les possibilités d’une unité politique ou d’une unité culturelle européenne est nécessaire. Manifestement, ce n’est pas à partir de la culture et ce n’est pas davantage à partir de la politique que le processus s’est engagé. Et nous voudrions savoir au fond quelles sont les caractéristiques particulières du processus de construction d’un ensemble, d’une nation européenne. On ne peut parler d’Europe, de nation européenne, d’unité européenne qu’en englobant à la fois des aspects économiques, politiques, sociaux et culturels. C’est une banalité, encore faut-il la rappeler.

2Mais ce qui est intéressant, c’est de sortir de ces généralités, et de se demander comment, par quel processus, ces éléments viennent s’agglomérer les uns aux autres. Pour simplifier grandement, nous connaissons un certain nombre de processus classiques de formation d’ensembles nationaux. Dans certains cas un ensemble national s’est constitué à partir de l’économie et du droit, c’est-à-dire qu’il s’est créé une nation par occupation d’un territoire et par la volonté collective des gens s’installant sur ce territoire de créer une société. C’est le cas des pays neufs, c’est le cas américain tout particulièrement.

3Il y a d’autres cas où, quand nous disons Nation, nous nous référons à une unité culturelle. Je pense que c’est aujourd’hui, dans le monde actuel, dans ce monde du XXe siècle qui résiste, qui se venge de l’universalisme du monde européen capitaliste du XIXe siècle, c’est cette conception ayant en effet souvent des origines allemandes, qui est la plus importante. Elle dit, une nation c’est d’abord une culture, c’est d’abord une langue et une conscience nationale. Et si nous sommes particulièrement sensibles à cela, c’est parce que, aujourd’hui, il y a des nations privées d’existence nationale ou d’État, des nations victimes, des nations qui ont perdu la bataille comme au XIXe siècle dans l’Europe danubienne. Il y a des nations en Europe orientale qui ont disparu ou partiellement disparu. En ce moment dans le Moyen-Orient, à partir de l’éclatement d’une pseudo unité arabe, il y a un processus vigoureux de formation d’États nationaux. Il y en a un ou deux – ce sont les chaises musicales – qui n’arriveront pas à se constituer. On pense aux Kurdes, ou on pense aux Arméniens ou on pense aux Lettons et à beaucoup d’autres.

4Et il y a une troisième manière de constituer une nation : d’en haut, à partir d’un État, par la guerre, par la conquête et par les forces d’intégration intérieure que représente une administration publique. Les États nationaux les plus forts de l’Europe ont été constitués ainsi. Quelquefois cela a coïncidé avec une intégration culturelle, une unité, une homogénéité culturelle nationale et cela a donné, je dirais, les consciences nationales les plus fortes, c’est le cas de la Pologne ou de la Hongrie.

Pas d’entreprise proprement européenne

5Mais en Europe occidentale, la constitution de la Nation par l’État s’est accompagnée d’une manière spectaculaire d’une non-intégration culturelle, c’est le cas de la France, c’est le cas de la Grande-Bretagne, qui s’appelle même Royaume-Uni, c’est le cas de l’Espagne, c’est-à-dire de pays qui ont connu un degré exceptionnellement faible d’intégration et d’homogénéisation culturelle. Rappelons le cas français, à savoir qu’en l’an 1900, c’est-à-dire hier, plus de la moitié des Français ne parlaient pas français chez eux, ce qui est évidemment un cas tout à fait extraordinaire. Alors, face à ces trois grands modèles, l’Europe, si Europe il y a, comment se constitue-t-elle ? A partir de l’occupation volontaire, de «We people of the United States of America» ou «We people of Virginia», de l’idée de Commonwealth, à partir d’une culture ou à partir d’un État ? Ce qui est intéressant, ce qui est innovateur, c’est que la réponse semble très négative dans les trois cas.

6Il n’y a certainement pas de constitution économique de l’Europe. Le phénomène majeur de l’économie internationale n’est pas la constitution d’un espace européen, le fait majeur est le développement d’entreprises transnationales, et aujourd’hui il n’y a pas de grandes entreprises qui se considèrent comme une entreprise européenne. Les plus grandes entreprises situées en Europe se considèrent toutes comme des entreprises mondiales. C’est moins vrai dans certains cas, notamment dans des entreprises semi-modernes, je pense en particulier à l’automobile où le marché est essentiellement européen pour Volkswagen, Fiat ou Peugeot. Mais ce n’est absolument pas vrai pour les entreprises des secteurs les plus modernes que ce soit Philips, Siemens ou la chimie suisse. Ce sont des entreprises résolument mondiales et comme j’ai relativement souvent l’occasion de m’intéresser à ces problèmes-là, il est évident à mes yeux qu’il existe chez les grandes entreprises européennes une volonté extrêmement active d’agir à un niveau qui n’est pas le niveau européen. Pas une grande entreprise qui ne considère pas comme vital et fondamental pour elle, d’avoir une part importante du marché Nord-américain.

7Sur le plan politique, il est assez clair que les États nationaux sont et restent des réalités qu’il serait ridicule de considérer comme dépassées. Sur le plan de la culture, peut-on parler de culture sans langue ? Il n’y a pas eu, il n’y a jamais eu de langue européenne et la langue qui sert aux échanges européens est une langue non-européenne. L’anglais n’est pas une langue européenne en tant que langue d’échanges internationaux, l’anglais a ce rôle mondial depuis cinquante ans à cause de l’hégémonie ou de la prédominance des États-Unis et non pas, évidemment, de la Grande-Bretagne. Nous n’avons jamais vécu dans une culture européenne. Je dirais presque, grâce au ciel, il n’y a pas de culture européenne parce qu’il y en a plusieurs et que ce serait probablement un très grand appauvrissement de tout ramener à une culture unique. Parce que nous étions la part la plus visible internationalement du monde culturel, nous avons toujours vécu à partir de nos différences, : de nos débats catholiques et protestants, ou de nos formes de culture liées à des formes d’organisations politiques, etc.

Le social, seule réalité constitutive

8Cela étant dit, nous sommes conduits à une question : quel est le vrai point de départ, quelle est la réalité européenne ?

9On ne construit pas l’Europe à partir d’une volonté. Il faut qu’il y ait un réel processus d’unification. Il n’est ni culturel, ni politique, ni économique. Alors quel est-il ? Le point de départ, c’est que l’Europe est une réalité sur un seul plan : le plan social. Il n’existe pas d’unité politique européenne, il n’existe pas d’économie européenne, il existe en revanche une Société Européenne. L’Europe est la seule partie du monde où sont considérées comme inséparables modernisation économique et sécurité sociale.

  • 52 Economiste hongrois de l’école libérale

10L’Europe est définie comme un monde qui croit à la modernité et qui, dans quelque pays que ce soit, considère comme inopposable à la modernisation économique la redistribution par l’État d’une partie considérable (disons quasiment la moitié) du produit national, dans le but d’assurer, dans un esprit post-keynesien, une intégration de l’activité économique dans la société, et de résoudre un certain nombre de problèmes sociaux. De ce point de vue-là, la caractéristique européenne, c’est que l’Europe est un monde non libéral, si on entend par libéral la définition classique de Polanyi52 et de bien d’autres, c’est-à-dire, l’affirmation que l’activité économique doit être rendue autonome, séparée par rapport aux autres activités.

L’Europe associe libéralisme et social-démocratie

11L’Europe est la région du monde où une conception libérale de l’économie est constamment et fondamentalement associée à une conception social-démocrate de l’organisation sociale. Il n’y a pas d’hommes politiques, il n’y a même pas de femme politique – c’est le cas de Mme Thatcher – qui ait pu réellement s’y opposer. La «dame de fer» n’a pas diminué la part du produit national britannique qui est redistribué par des systèmes de sécurité sociale. C’est impossible. De la Suède à l’Espagne, de grandes différences existent, mais il y a une extraordinaire homogénéité de l’Europe. Tous les Européens ont le même modèle de société, alors qu’ils n’ont pas du tout le même modèle d’économie et pas du tout le même modèle d’organisation politique.

12À partir de là, le socle de l’Europe, c’est un certain type de société. Les grandes expériences de la vie, l’école, la maladie, la vieillesse, le chômage, sont relativement les mêmes dans les différents pays d’Europe, même s’il y a des pays qui ont des salaires plus élevés que d’autres, mais cela, c’est presque déjà l’économie. Le fonctionnement de la société est grosso modo le même, il est profondément différent de ce qu’il est dans d’autres parties du monde, y compris aux États-Unis.

13À partir de ce socle sur lequel s’appuie la société, comment peut-on construire le mécano ? Il y a, je pense une réponse claire et en même temps obscure. A partir de cette unité sociale, la prochaine pierre à poser dessus ne sera sûrement pas culturelle. En ce moment, nous vivons plutôt une période de redifférenciation culturelle entre les pays, et je pense que c’est une bonne chose. Il y a deux conceptions et deux processus en cours, voilà le débat. Et il se trouve que ce débat est en partie un débat franco-allemand. Je dirais cependant qu’aujourd’hui dans la presse ou dans l’actualité, ce serait plutôt un débat franco-italien. Mais, les Italiens ont pour l’essentiel la même position que les Allemands.

14À partir de ce socle social, les uns disent : priorité à l’économie ; et d’autres disent : priorité à la politique. Personne ne dit : priorité à la culture. Qu’est-ce-que ça veut dire ? En fait le vrai débat européen intervient exactement en ce moment, sur ce point précis et il faut essayer de comprendre si les deux positions que je vais préciser sont opposées, complémentaires ou même nécessairement liées l’une à l’autre. De quoi s’agit-il ? Aucune unité étatique, politique et nationale, ne se définit en pur terme de politique intérieure. La référence à l’État est toujours une référence à l’international. Un pays en tant que nation et État n’existe que par rapport à d’autres. Par la paix ou par la guerre, par la concurrence économique ou par les interdépendances économiques. Quel est au fond le problème extérieur par rapport auquel se définit l’Europe ? C’est très évidemment le problème soviétique. Des rapports compliqués existent avec les États-Unis, mais les liens économiques et les liens culturels sont si forts, l’intégration atlantique est, de ce point de vue-là, si forte qu’il est extrêmement difficile de parler tout à fait des USA comme d’un extérieur. En revanche, le monde soviétique a été, au cours des décennies passées, un monde défini par son extériorité, voire même son opposition du point de vue global à l’Europe, par son caractère scandaleux échappant complètement à tous les modèles de référence acceptables.

15Dès lors, il y a ici, je le répète, deux conceptions des choses pour se définir par rapport au monde soviétique.

Le double objectif à l’Est

16Comment l’économie européenne peut-elle se développer aujourd’hui ? Où peut-elle trouver dans le monde de nouveaux marchés ? On a cru un moment que ceux-ci se trouveraient au Tiers-Monde si on l’aidait à régler ses problèmes de financement. On renonce à cette idée pour des raisons relativement durables qu’on appelle d’un terme un peu confus, «la dette». Et en tout cas le Tiers-Monde est dans une situation de cessation de paiement pour l’essentiel. Est-ce-que ce seront les États-Unis, est-ce-que ce sera le Japon ? Personne ne fait preuve d’un optimisme excessif quant à la capacité de l’économie européenne de se développer en conquérant le marché japonais ou le marché américain. Reste de toute évidence un marché, celui d’un pays où il y a de grandes ressources naturelles, où il y a même des réserves monétaires, où il y a un niveau de formation technique relativement développé et une incroyable incapacité à utiliser tout cela. Disons le seul pays sous-développé riche et moderne, c’est l’Union Soviétique. Et qu’il est donc tout à fait normal qu’une grande, qu’une forte, qu’une puissante conception de l’Europe dise : l’Europe va se constituer par la conquête économique de l’espace oriental. Cela a été dit par des Allemands de manière constante, et aujourd’hui avec un brio tout à fait exceptionnel, c’est dit par les gens les plus spectaculaires de l’Europe d’aujourd’hui, c’est-à-dire les Italiens.

  • 53 “Italie 2000” fut une sorte de présentation de l’Italie. Elle déboucha sur un crédit italien à l’UR (...)
  • 54 Cossiga, président de la République italienne de 1987 à 1992.

17Je voyais il y a trois jours, Carlo de Benedetti, juste avant son départ pour la grande opération «Italia duemilla» de Moscou53 qui est une chose extraordinaire. L’idée de di Benedetti, d’un plan Marshall pour l’Europe de l’Est, les déclarations de Cossiga54, les déclarations d’Agnelli, les déclarations de Pininfarina, qui ont trait à cette idée – enfin tout l’establishment italien est allé à Moscou et a lancé cette image.

18Première conception : à partir d’une réalité sociale commune, construire l’Europe à un étage de plus par une sorte de mobilisation commune des ressources européennes. C’est ce qui se passe en ce moment. Les Italiens, les Allemands, quelques jours après les Français, commencent en fait à lancer ce plan Marshall, des milliards de dollars sont envoyés, investis sous forme de prêts aux autorités soviétiques, et surtout des transferts de technologies. Et comme l’ont dit les économistes conseillers de Gorbatchev, ce dont ils ont essentiellement besoin, c’est de l’esprit d’entreprise, c’est de savoir gérer une entreprise.

19En face, il y a la réaction française. Les Français donnent la priorité au politique et ils ont donc une vision plus dramatique. Pour quelle raison ? Cela s’explique par l’importance du Parti Communiste dans l’histoire récente de la France. C’est évidemment parce que ce parti était important, que depuis vingt ans le Parti Socialiste a réorganisé la gauche et acquis l’hégémonie sur la gauche en développant un modèle beaucoup plus occidental et défini par son opposition à l’Union soviétique. Tout ceci touche un sentiment profond en France : l’attachement à un certain nombre de pays de l’Europe soviétique que l’on appelle quelquefois – je ne sais pas pourquoi – des pays de l’Est, alors qu’ils sont au Centre. Et donc la vraie affaire, au fond, c’est celle-ci : priorité au commerce et donc à une constitution de l’Europe comme pays créditeur de l’Union soviétique et comme pays industrialisateur. Le cas de l’incorporation de la RDA dans la Communauté par l’intermédiaire de la République fédérale, ou ce qu’on a cru être l’incorporation de la Hongrie s’est traduit, en fait, plutôt par un pourrissement. Pourrissement qui, lui, est poussé à l’extrême dans le cas de la Yougoslavie.

La combinaison germano-italo-française

20Mais il n’y a probablement pas d’autres solutions au-delà de ces hauts et de ces bas que, effectivement, l’entrée de technologies, de savoir-faire et de crédits allemands, italiens, français, anglais dans ces pays-là. Et de l’autre côté, la vision plus dramatique des Français qui donne la priorité à la libération politique des pays qui appartiennent aujourd’hui à l’Europe soviétique. Et j’ai tendance à dire, en présentant les problèmes ainsi, qu’il n’y a aucune opposition. L’étape constitutive, l’étape essentielle de constitution de l’Europe apparaît très clairement par la combinaison, si je puis dire, germano-italo-française. L’Europe va se constituer dans les années qui viennent, dans la mesure où elle dira clairement quelle est la contrepartie des crédits de développement et des actions de développement économique qu’elle va investir en Europe de l’Est : nous savons aujourd’hui que l’Europe dite de l’Est, Pologne, Roumanie et même Hongrie, etc., sont des pays qui sombreront dans le quart monde si l’Europe ne les prend pas en charge. Cette œuvre de développement économique doit être absolument inséparable de la libération politique de ces pays. Je ne crois pas qu’on puisse se dire Européen si on accepte au moins implicitement ou par son silence que la moitié de l’Europe soit séparée de l’Ouest. Je refuse totalement d’accepter l’idée d’une Europe de l’Est. Pour désigner le pays que je connais le moins mal, la Pologne, elle est européenne. Elle n’appartient pas à un autre monde que nous et si les pays de l’Europe de l’Ouest, géographiquement à l’Ouest, acceptent de renoncer à la moitié de l’Ouest, je veux dire la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Pologne, situées à l’Ouest historiquement et culturellement, ils renoncent à l’Europe.

21Créer l’Europe à partir d’un socle social commun, c’est poser comme objectif double que l’action de redressement économique doit être associée à des liens politiques réels. Après tout, c’est bien effectivement le sens qu’il faut donner à l’expression «Plan Marshall». Le Plan Marshall, cela signifie que les Américains ont mis en 1947 de l’argent en Allemagne, en France, en Italie, etc., moyennant un contrat d’appartenance à un monde politique commun, c’est-à-dire un monde qui correspondait à une vision claire et définie de la démocratie.

Une culture à créer

22Je reste toujours dans la plus grande perplexité concernant le dernier élément qui doit s’ajouter, qui est la culture. Et je voudrais en dire un mot ultra-rapide, parce que cela risque de nous entraîner beaucoup trop loin. Ce n’est pas du tout par hasard qu’il est extrêmement difficile de parler de culture européenne. Car je pense, et je suis naturellement influencé par les idées d’Edgar Morin, que si culture européenne il y a dans l’avenir, elle sera, je dirais diamétralement opposée à ce qui a été la définition de la culture européenne des deux ou trois derniers siècles. Je le dis en une phrase : ce qui a été le propre de l’Europe, et je peux prendre la célébration (ou la non-célébration) d’un bicentenaire comme base de référence, cela a été l’identification de l’Homme et du Citoyen. Et là encore je reviens au thème du social. Depuis Machiavel et Jean Bodin jusqu’à la Révolution Française et beaucoup plus tard et en passant par toutes les formes de Constitution de l’État de droit, il y a toujours eu une extraordinaire identification en Europe entre l’Homme et le Citoyen, entre les institutions et les personnes. La France est, de ce point de vue-là, un cas absolument extrême, puisque nous n’avons pas dans notre vocabulaire de moyen de distinguer citoyenneté et nationalité. Les mots n’existent pas dans le droit français, ces notions n’existent pas. Il n’y en a qu’une : citoyenneté égale nationalité, les mots sont totalement synonymes, et je répète, c’est le propre de la Révolution.

23L’Europe n’existera politiquement que si elle a une organisation dissociée à plusieurs niveaux : niveau européen, niveau national, niveau régional. Par conséquent, le problème devant lequel nous nous trouvons, ne serait-ce que dans une rencontre entre Européens, c’est que nous sommes forcés aujourd’hui de faire le contraire de ce que nous avons fait, et le contraire de ce que font les Américains ou les Japonais, c’est-à-dire, l’identification de l’individu et de la Société, parce que nos identifications seront multiples, donc toutes partielles, européennes, nationales, régionales.

24Nous sommes ceux qui doivent dégager et non plus engager, nous devons dégager l’image de l’individu, l’image de la personne, l’image du sujet des cadres sociaux.

25L’Europe existera culturellement dans la mesure où elle sera le lieu de la désocialisation et du dégagement, où elle cessera de croire à la société pour croire davantage à l’éthique et à la philosophie. Je dirais encore, dans la mesure où l’image de l’homme se séparera de l’image de la société. Nous avons été définis, et peut-être surtout nous, les Français, par la production d’images de la société. La Révolution Française, c’est cela. Voilà pourquoi cela nous concerne, nous les intellectuels. La culture européenne, ce n’est pas un héritage ou si c’en est un, c’est un héritage qui divise, au meilleur sens du mot. Quand je lis de la sociologie allemande, je sais qu’elle est allemande parce qu’elle est nourrie d’une profonde tradition sociologique, philosophique, artistique allemande. C’est ce qui lui donne sa force et ce n’est pas une sorte de sabir germano-franco-américain. Elle a une personnalité et j’ose croire que la sociologie française a aussi une personnalité parce qu’elle est nourrie aussi de traditions, mais d’autres traditions. Nous arriverons au pied de la construction d’une culture au sens réel, pas d’une culture de la sommation, mais l’invention, complètement originale et complètement en contradiction avec nos traditions, d’une image de l’Homme qui soit l’échelle du monde. L’image la plus dégagée des cadres sociaux, l’image qui soit la plus, en ce sens-là, à la fois universaliste et particulariste.

Notes

52 Economiste hongrois de l’école libérale

53 “Italie 2000” fut une sorte de présentation de l’Italie. Elle déboucha sur un crédit italien à l’URSS de près de 700 millions d’ECU qui fit beaucoup de vagues bien qu’au fond, par rapport aux besoins de l’URSS, il ne s’agit guère plus que d’une grosse goutte d’eau.

54 Cossiga, président de la République italienne de 1987 à 1992.

Auteur

Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Directeur du CADIS

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr