Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités nationales et conscience européenne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Joseph Rovan

5. L'identité culturelle de l'Europe

Les retards de la communication culturelle en Europe

Jean-François Revel

Texte intégral

1Après les analyses et aperçus historiques si riches que nous venons d’entendre, je voudrais en venir à l’actualité et plus précisément à l’actualité de la conscience européenne, c’est-à-dire aussi de la conscience des Européens et du contenu de la conscience des Européens.

2Ce qui me frappe dans l’Europe actuelle, celle que nous sommes en train de vivre, c’est que, somme toute, les phénomènes de concertation politique, d’abord sur le plan de l’économie puis sur celui de la défense, semblent toujours se passer et progresser moins mal et moins lentement qu’on a toujours tendance à le craindre. Bien entendu, nous restons dans les limites de ce que Bernard Voyenne a appelé « la formule du concert », qui n’est encore ni celle de l’État, du super-État unificateur, ni celle de la fédération. Mais il s’agit quand même d’un concert moins facultatif que par le passé, qu’au xviiie siècle ; il s’est quand même incarné dans des institutions et, malgré le caractère souvent orageux d’un certain nombre d’échanges, il progresse. On peut dire que depuis la fin des années 50 le phénomène européen s’est fondamentalement métamorphosé sur le plan politique et social.

3En revanche on est souvent très frappé, et c’est paradoxal, par le retard de la communication culturelle. Il semblerait que ce qui paraissait le moins difficile, puisque cela ne soulève pas des obstacles économiques majeurs et ne remet pas en cause la souveraineté des États ni les problèmes d’alliance militaire, se passe plutôt, sinon mal, en tous cas un peu en retrait et en retard par rapport aux autres dimensions de la construction européenne.

4Cela est d’autant plus étonnant que jamais les frontières n’ont été aussi ouvertes, jamais les voyages n’ont été aussi faciles et aussi bon marché, jamais la jeunesse en particulier ne s’est autant déplacée et n’a bénéficié d’autant de formules de toutes sortes à bon marché. D’autre part, elle fait preuve d’esprit d’entreprise et se déplace avec une facilité considérable ; rien ne lui fait peur quand il s’agit de changer de pays, de se promener, d’aller voir. Nous trouvons aussi dans chacun de nos pays les principaux journaux, je dirais même la quasi-totalité de tous les journaux des autres pays ; l’échange des livres traduits ou non traduits est également considérable. L’information, aussi bien écrite que celle des médias, a connu le développement que nous savons et pourtant, il ne se passe pas de jour où je ne sois absolument sidéré de l’incompréhension que manifeste tel pays devant ce qui se passe dans tel autre de nos pays.

5Un exemple : La Chambre des Communes du Royaume Uni a récemment voté une loi interdisant désormais aux télévisions britanniques, qu’il s’agisse du service public, la BBC, ou des chaînes privées, d’interviewer et de donner la parole à des porte-paroles du terrorisme irlandais. C’est un sujet très sensible, très difficile, très délicat. Il n’en reste pas moins que ce qui m’a frappé quand j’ai regardé les journaux télévisés français, c’est d’y trouver une réaction immédiate d’hostilité, de mépris : comme si la démocratie anglaise était terminée. On ne disait même pas que c’était une loi qui avait été votée par les Communes, on en parlait comme si c’était une décision arbitraire du pouvoir exécutif. On semblait oublier que c’était un problème qui fait souffrir la Grande-Bretagne depuis fort longtemps.

6Cela me rappelait les réactions analogues qui s’étaient produites en France à propos de la République fédérale d’Allemagne, il y a dix ou quinze ans, lorsque la décision y avait été prise d’afficher dans les lieux publics les photos des terroristes de la Rote Armee Fraktion qui étaient recherchés. En France, on avait en général commenté cette disposition comme étant une incitation à la délation, mais à une délation semblable à celle qui aurait consisté à dénoncer des compatriotes à la police d’un occupant étranger : c’est-à-dire que c’était toujours le fantasme de l’occupation et de la Gestapo qui jouait. Le fait qu’il s’agissait d’un pays démocratique dans lequel les opposants au gouvernement, à la majorité, au système avaient tout loisir et toute latitude de se présenter aux élections, de faire des journaux, de faire valoir leurs points de vue et que s’ils recouraient à la violence, c’était probablement qu’ils étaient tellement minoritaires qu’ils n’avaient aucun autre moyen d’attirer l’attention, ne venait pas du tout à l’esprit d’une grande partie, je ne dis pas la totalité, des médias français. Tout se passait comme si c’était en somme le Gouvernement fédéral qui se conduisait de façon fasciste et était composé de terroristes.

7Et on a vu se développer un genre de raisonnement analogue à propos du terrorisme basque en Espagne. Les terroristes basques qui ont été arrêtés en France ou qui ont été extradés, se sont vus assimilés à des persécutés politiques. On oubliait complètement qu’entre 1976 et maintenant le peuple basque n’a pas voté moins de neuf fois, soit dans des élections locales, soit dans des élections nationales, soit dans des referendum et que jamais le parti qui est la face émergée de l’iceberg terroriste n’a obtenu plus de 12 à 15% des voix, ce qui n’est pas négligeable, mais ne suffit pas pour prétendre parler et agir au nom du peuple tout entier.

8En Irlande du Nord, le poids des extrémistes est encore moins grand, puisque le Sinn Fein qui est là aussi la partie (le parti) émergée du terrorisme a eu un seul député. On ne souligne d’ailleurs pas non plus le fait que c’est quand même très beau que ce parti, dont on connaît parfaitement les attaches, puisse présenter des candidats aux élections, ce qui prouve que la démocratie anglaise n’est pas morte.

9Je ne dis pas que la chose soit simple, je ne dis pas que cela ne pose pas de problème, je dis que je suis toujours très frappé dans ces cas là de voir que la première réaction est toujours une réaction d’antipathie, d’incompréhension et de méconnaissance face aux institutions du pays voisin, alors que nous avons tous les moyens nécessaires pour les mieux connaître et comprendre.

10De même, vous n’ignorez pas qu’il y a eu en France une polémique au sujet de la transformation de nos moyens audio-visuels,. Après avoir eu très longtemps un monopole d’État de la télévision, nous avons eu des privatisations et ces privatisations ne se sont pas déroulées sans polémiques. Or, je suis très frappé du fait que dans toutes ces discussions on n’ait pas songé à étudier ce qui se passe ailleurs en Europe. On y trouve des solutions très diverses, aux Pays-Bas, en République fédérale ou en Italie. On a beaucoup parlé du contre-modèle italien, et après avoir décrété que c’était un contre-modèle, on a commencé par l’imiter. Tout cela n’est pas très logique et il aurait mieux valu faire des études approfondies pour commencer.

11J’en dirais autant, par exemple, des problèmes qui concernent les réformes de l’éducation. Là aussi, nous autres Français, nous traversons une période difficile. Je vois là des raisonnements très généraux et très peu d’études des systèmes des autres pays européens, de leurs systèmes secondaires, de leurs systèmes universitaires. Si on se réfère à un système étranger, en général c’est le système des États-Unis, du reste avec des références qui ne sont pas toujours très exactes, mais cela paraît paradoxal puisqu’il existe des différences, des expériences, des traditions et des innovations extrêmement intéressantes en Allemagne, en Grande-Bretagne, dans les pays nordiques, dans les pays méridionaux.

12Je voulais simplement citer ces quelques exemples.

13Mais je crois que nous avons quand même structurellement accompli un progrès énorme  c’est que l’on n’entend plus jamais, comme c’était tellement fréquent entre les deux guerres, toute question politique mise à part ou toute question de régime politique mise à part, on n’entend plus jamais pour ainsi dire de propos insultants pour l’idée culturelle d’autrui. Alors qu’avant la guerre le chauvinisme xénophobe sur le plan culturel et sur le plan de la négation de l’identité de l’autre proliférait. A part quelques histoires belges tout à fait inoffensives et qui sont plutôt des preuves d’amour qu’autre chose, cela a à peu près disparu. Le mépris culturel a disparu, c’est un progrès immense d’ailleurs. Cela s’est passé de façon presque invisible, mais très positive. Mais au-delà de cela, je n’en reste pas moins frappé par un manque de curiosité et de connaissance des systèmes culturels intra-européens entre nos divers pays.

Auteur

Écrivain, éditorialiste au Point.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr