Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités nationales et conscience européenne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Joseph Rovan

5. L'identité culturelle de l'Europe

L’Europe des sciences et de la culture

Albert Probst

Texte intégral

1Identité nationale et conscience européenne, ces deux notions ne concernent pas seulement un problème central de l’histoire européenne, elles déterminent aussi le destin futur de l’Europe. L’historien suisse Jakob Burckhardt a défini un jour l’essence de l’Europe comme la diversité dans l’unité. Depuis le Moyen-Âge, ces deux réalités, les nations européennes et l’idée de l’unité de l’Europe sont nées et ont grandi ensemble. Au sein de cet ensemble européen, les relations et les oppositions des éléments entre eux ont constamment évolué. Jamais l’unité politique de l’Europe n’a été vraiment réalisée, pas même dans l’empire de Charlemagne, qui sans doute se rapprochait le plus de cette idée. L’idée d’une unification européenne a toujours gardé un côté spéculatif et c’est à notre époque seulement qu’elle se traduit par une action politique de grande envergure.

2Bien que le fait national ait largement dominé au cours des derniers siècles, il existe aussi à côté des nations une identité européenne, née des formes de vie communes et d’une culture commune. Un fait caractéristique de cette communauté née de la diversité est le surgissement de la science européenne et de la civilisation technique qui en est issue. C’est à partir de l’Europe que la science et la technique ont conquis le monde. C’est principalement par la science et la technique que l’Europe a influencé l’histoire du monde et façonné les cultures hors d’Europe.

3Je ne m’attarderai pas sur cette question, en revanche je voudrais insister un peu sur les effets que la science et la technique ont eus pour la formation des nations européennes et de la conscience européenne. Je me limiterai, ce faisant, à trois aspects : les universités du Moyen-Âge, l’humanisme et l’importance de la science et de la technique pour l’État national des temps modernes.

4La cohésion de la famille des États européens a été assurée au Moyen Âge d’une part par la chrétienté rassemblée au sein de l’Église romaine et d’autre part par la communauté des universités, le mot universitas désignant la communauté des enseignants et des étudiants réunis en corporation et se regroupant par « nations » selon leurs pays d’origine. Le grade de docteur ou de magister, qu’il ait été obtenu à Paris, Salamanque ou Heidelberg, donnait le droit d’enseigner dans toutes les autres universités d’Europe. Par suite du déclin du monde médiéval et du développement des États nationaux, les universités sont tombées de plus en plus sous l’influence de la politique territoriale des princes. Malgré l’influence croissante des États, elles ont cependant su continuer à jouer un rôle important dans les affaires concernant l’Europe dans son ensemble. C’est ainsi que la solution trouvée au concile de Constance pour le règlement du schisme occidental a été pour l’essentiel l’œuvre des universités, la Sorbonne de Paris en tête.

5L’humanisme est né grâce à l’œuvre d’éminents savants de toutes les nations européennes. Dans ce grand mouvement intellectuel du XVe et du XVIe siècle, les identités nationales et la conscience européenne se sont rejointes. Nulle autre notion représente mieux l’essence de l’Europe que celle de l’humanisme, d’où est sortie la science moderne. L’idée que l’homme, créature de Dieu, est au centre de toutes choses, que chaque individu est unique, que la raison humaine est la clé pour comprendre le monde et doit guider l’action responsable des hommes, c’est l’idée centrale qui donne vie à toute la culture européenne. Grâce à l’idée de la liberté et de la responsabilité de l’individu et grâce à cette autre idée qui en est le corollaire, à savoir que l’État et la société ont à respecter cette liberté, l’Europe a inauguré un nouveau chapitre dans l’histoire de l’humanité.

6On ne peut pas non plus concevoir l’histoire des États nationaux sans la science et la technique. Ce sont les facteurs déterminants du rôle dirigeant que les grandes puissances européennes – d’abord la Grande-Bretagne, puis la France, puis l’Allemagne – ont joué en Europe et dans le monde. Bien que la recherche et la technologie n’avaient pas encore été reconnues dans l’économie politique de ce temps comme quatrième facteur de production – à côté du travail, du sol et du capital – elles étaient pourtant déjà une condition importante de la puissance politique et économique et par conséquent du prestige et de la conscience de soi des États nationaux.

7En même temps que l’État national moderne, se développa une nouvelle conscience européenne : la croyance en une mission de l’Europe, fondée sur sa supériorité dans le domaine de la culture, de l’éducation, de la science et de la civilisation. Cette mentalité s’exprima avec un éclat tout particulier dans les grandes expositions mondiales du XIXe siècle où étaient présentées les dernières inventions et les merveilles de la technique, comme par exemple la tour Eiffel. Cette conception de l’Europe, qui était non politique en dernière analyse, n’a pas résisté aux incessantes luttes politiques et économiques entre les puissances et à l’exacerbation du nationalisme.

8Après l’effondrement de l’ordre européen par suite des deux guerres mondiales, on a pris conscience que la guerre entre les peuples frères de l’Europe devait être exclue à tout jamais et que la voie la plus sûre pour préserver la paix en Europe était l’unification européenne. C’est dans les rapports entre les deux voisins, la France et l’Allemagne, que la tâche était la plus ardue, c’est là qu’il a fallu les plus grands efforts, comme l’ont compris le Rhénan Konrad Adenauer et le Lorrain Robert Schuman, qui se sont attachés simultanément à cette tâche. Précisément parce que les relations entre ces deux peuples étaient difficiles, une amitié est née, qui constitue aujourd’hui encore la base de la stabilité et la continuité de la politique européenne.

9De nouveau la science et la technique ont joué un rôle décisif pour instaurer ce nouvel ordre européen – pas seulement pour des raisons subalternes comme, par exemple, pour diminuer les coûts lors de la construction de grands équipements ou pour avoir accès aux résultats des recherches du voisin – mais parce qu’on estimait, à juste titre, que l’idée européenne devait également être profondément ancrée dans la coopération scientifique et technique.

10Voici quelques exemples des dernières décennies:

  1. La coopération est particulièrement étroite et fructueuse dans le domaine pré-concurrentiel, donc dans le domaine de la recherche fondamentale. Pensons à ces conventions de coopération entre les organismes de recherche et d’aide à la recherche des pays européens, comme par exemple entre le Centre National de la Recherche scientifique et la Max-Planck-Gesellschaft, ou aux Centres de recherche créés en commun, comme l’organisation européenne de recherche nucléaire CERN à Genève ou l’Institut Max von Laue/ Paul Langevin à Grenoble. Ces exemples montrent de façon impressionnante d’importance de notre coopération. D’autres installations sont en construction, comme le synchrotron de Grenoble et la soufflerie européenne transsonique de Portz près de Cologne. Aujourd’hui, et cela est important, il ne se construit dans aucun pays européen de grand équipement de recherche qui ne donne lieu à une concertation et une coopération avec d’autres partenaires européens. Ce n’est pas seulement pour des raisons de coûts, mais également parce que en fin de compte dans chaque pays il n’y a qu’un potentiel limité d’utilisateurs scientifiques.

  2. Depuis plus de vingt ans, la coopération spatiale franco-allemande est le moteur de la coopération spatiale européenne. Les deux pays ont conçu avec le satellite de télécommunications Symphonie le premier satellite de ce type construit pour l’essentiel en Europe et ont donné ainsi une preuve impressionnante de ce dont l’industrie européenne est capable. Le satellite prévu pour une durée de fonctionnement de trois ans a fonctionné près de dix ans. De surcroît Symphonie a joué le rôle de catalyseur pour le programme Ariane. Lors de ses négociations avec la seule puissance qui, à l’époque, pouvait offrir des lanceurs, l’Europe a compris à quel point cette dépendance pouvait se révéler problématique. C’est pourquoi cette expérience a conduit immanquablement à la conclusion qu’il fallait développer une technologie européenne pour les fusées porteuses.

  3. Dans le domaine de la recherche et du développement appliqués, la coopération européenne peut être renforcée et améliorée, surtout en ce qui concerne les programmes et les projets pilotés par l’industrie. La structure différente des entreprises concernées par les technologies de pointe dans les différents pays et la lutte pour la conquête de parts de marché potentiels n’ont pas toujours facilité, dans le passé, la coopération et le partenariat.

  4. Dans le domaine de la Communauté européenne, la conclusion, en 1957, du traité Euratom a posé la première pierre pour la coopération dans le domaine de l’utilisation pacifique de l’énergie atomique. Au cours des décennies suivantes, la coopération a été développée dans le cadre de la CEE en ce qui concerne la recherche, la technologie et l’aide aux chercheurs. Aujourd’hui, dans des programmes comme Esprit, Race et Pride, la coopération entre des entreprises et des instituts d’au moins deux pays membres de la communauté est une condition nécessaire pour obtenir un soutien.

  5. Enfin, il ne faut pas oublier dans cette énumération, le Conseil de l’Europe et son action en faveur de la science, principalement des sciences humaines et sociales, ainsi que les nombreux contacts scientifiques bilatéraux qui reposent pour une large part sur des coopérations entre universités.

11Lorsque nous parlons d’Europe, nous pensons le plus souvent à l’Europe occidentale seulement, mais l’Europe c’est plus que Londres, Paris ou Bonn. Vienne et Belgrade en font partie aussi, tout comme Varsovie et Prague. Cherchant à réaliser un ordre de paix pour toute l’Europe, l’acte final de la CSCE de 1975 à Helsinki – historiquement aussi sans précédent – a déclenché un processus qui doit mener peu à peu à une nouvelle conscience européenne globale. Dans ce contexte, l’Europe occidentale doit veiller à mettre en pratique ce qu’elle a elle même exigé, et reconnaître la même importance à la réalisation de tous les éléments de l’acte final : il faut en particulier concrétiser la « corbeille N°2 » concernant la coopération économique, scientifique et technologique. Cela est aujourd’hui en bonne voie. En signant des accords de coopération scientifique et technique avec des pays d’Europe de l’Est, le gouvernement fédéral a apporté sa contribution à ce processus de rapprochement.

12Pour conclure je dirai que ce qui m’importait, ce n’était pas d’énumérer quelques exemples remarquables de la contribution de la science et de la technique à la naissance et à l’évolution de l’Europe et de ses nations. Il me semblait en revanche important de montrer que la science et la technique, caractéristiques de l’esprit européen, ont leur place dans les relations entre les nations européennes – qu’elles soient de collaboration ou de confrontation – et dans l’idée d’unité européenne. Leur contribution à la future unité de l’Europe est également indispensable. La phrase de Jakob Burckhardt citée au début : diversité dans l’unité, vaut également pour le développement de la science européenne. Dans ces deux domaines, nous avons atteint beaucoup plus au cours du dernier quart de siècle que nous ne pouvions l’espérer. Pourtant nous ne devons pas nous contenter de ce qui a été atteint. Les succès enregistrés jusqu’à présent doivent être une raison de plus d’avoir des objectifs encore plus ambitieux.

Auteur

Secrétaire d’État Parlementaire, Ministère fédéral de la recherche scientifique et de la technologie, Bonn.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr