Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités nationales et conscience européenne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Joseph Rovan

4. Les cheminements de l'idée européenne: des idées et des réalités

Rôle de l’Église dans la genèse de l’idée européenne

Jean-Marie Mayeur

Texte intégral

1Je voudrais intervenir brièvement sur la très riche communication de Bernard Voyenne. En l’écoutant je me disais qu’il y a en somme plusieurs composantes de l’idée européenne : une composante libérale et démocratique, une composante socialiste et aussi, bien entendu, une composante chrétienne ?

2Je voudrais revenir un peu sur ce dernier point, remontant peut-être en arrière, en me plaçant dans les années de la fin du xixe siècle où, pour la première fois après l’écroulement du monde médiéval, la papauté intervient à nouveau sur le plan international et s’efforce de suggérer aux nations affrontées des formules nouvelles. En somme, entre la fin du Moyen Age et les années 1880-1890, la papauté est silencieuse dans les problèmes internationaux. Pourquoi ? Parce qu’elle s’identifie à l’État temporel, elle a des intérêts propres en Italie, le Pape étant lui-même un souverain et parce que, d’autre part, les Églises nationales en France, en Autriche, en Espagne sont de plus en plus – c’est le temps du gallicanisme, du joséphisme – sous la tutelle des souverains, des monarchies.

  • 35 Luigi d’Azeglio Taparelli (1793-1862), frère du peintre, écrivain et homme d’État Massimo d’Azeglio (...)

3En fait, les choses changent avec le xixe siècle, la montée de l’ultramontanisme, la libération lente et progressive de l’Église catholique vis-à-vis des États ici et là. D’autre part, paradoxalement, la fin de l’État temporel libère la papauté et l’amène à se préoccuper à nouveau de la dimension internationale. Il faut ajouter encore, me semble-t-il, l’importance extraordinaire du renouveau thomiste qui marque très profondément un pape comme Léon XIII et son proche collaborateur, son secrétaire d’État, le cardinal Rampolla, et ce renouveau thomiste fortifie l’idée d’une Europe chrétienne à opposer à l’Europe née des nationalités, à l’Europe née de la Révolution française. Déjà dans les années 1840-1850 un jésuite sicilien le Père Taparelli da Sieglio35, marqué par les idées thomistes, s’en était pris à l’État national, à la conscription née de la Révolution française et il avait souhaité des regroupements par-delà les États nationaux. Et ce sont ces idées du père Taparelli que va reprendre Léon XIII, mais que reprennent encore Pie XII et d’une certaine manière Paul VI, voire Jean-Paul II. Il y a une continuité extraordinaire dans les textes et si j’avais le temps de commenter certains propos récemment tenus par Jean-Paul II à Strasbourg, je pourrais montrer aisément qu’il s’inscrit, contrairement à ce que tant de commentateurs ont pu dire, dans une longue continuité, qui s’étend en tout cas depuis la fin du xixe siècle.

4Je rappelle quelques épisodes, parfois oubliés : la volonté de Léon XIII et de Rampolla que l’Église catholique soit représentée à la Conférence de La Haye en 1899 pour la paix, le désarmement, mais le refus que l’Italie unifiée apporte à cette revendication. De la même façon, la papauté se voit exclue de la négociation des traités de paix en 1919. Elle n’a pas le droit d’y envoyer des représentants officiels, qui puissent parler en son nom. Et chacun sait que pendant la guerre Benoît XV – il me semble que c’est une des manifestations les plus spectaculaires et les plus importantes qu’il faut évoquer ici dans notre réflexion sur la conscience européenne – s’en prend en 1916 au conflit, qu’il qualifie de «suicide de l’Europe». Ce sont ses propres termes, utilisés à plusieurs reprises, et l’on sait aussi combien ces prises de position ont été l’objet de critiques extraordinairement vives, que ce soit en France, que ce soit en Allemagne, car chacun des belligérants suspecte le pape d’être l’allié et le complice de ses adversaires.

5Pie XI, ensuite, dans son encyclique Pacem du 23 décembre 1922 est extrêmement sévère sur l’Europe née des traités de paix, sur cette fausse paix, et il appelle à construire une Europe chrétienne, marquée par les principes chrétiens. Et dans les années suivantes, malgré les réticences, les oppositions ici et là de la part de catholiques conservateurs en France ou de catholiques nationalistes également en Allemagne, il se fait véritablement, à l’initiative de la papauté, un effort de réflexion sur les conditions pour construire un nouvel ordre international, fondé sur la recherche de l’arbitrage et qui mette fin aux conflits et aux luttes des nationalismes.

6Il me semble que cette réflexion, qui part d’une initiative romaine et qui a trouvé un certain écho, plus ou moins grand, a été importante par les prolongements qu’elle a eus. Des démocrates-chrétiens qui ont lutté après 1945 pour une Europe confédérale – je pense à Edmond Michelet – ou des hommes qui ont lutté, autre formule, pour une Europe supranationale, ont tous été marqués dans l’entre-deux-guerres par ces réflexions et par ces idées. Il me semble qu’il s’agit là d’une composante tout à fait importante de la conscience européenne. Du reste, si l’on reprend les textes nombreux qu’un pape comme Pie XII a consacrés au problème de l’Europe, on ne peut aujourd’hui qu’être frappé par la forte cohérence de l’analyse. À certains moments, mais pas tout au long du pontificat, Pie XII marque assez nettement, me semble-t-il, sa sympathie pour une Europe supranationale. Mais ce n’est qu’un temps et en revanche, le pape insiste aussi très fortement sur le fait que la véritable Europe ne saurait être, selon lui, une Europe libérale, qu’elle ne saurait être, d’autre part, une Europe dominée d’abord par les préoccupations de l’économie, de l’enrichissement, de la croissance, et il ne cesse d’en appeler aux origines chrétiennes de l’Europe, à l’identité chrétienne de l’Europe et il y a même chez lui – j’évoquais tout à l’heure Jean-Paul II – la vision d’une Europe qui dépasserait les frontières de la petite Europe et qui s’élargirait même aux dimensions du monde. Je relisais récemment un numéro de Documents qui commente la lettre de Pie XII à l’évêque d’Augsbourg en 1953 ou 1954, où le Pape dit bien que d’une certaine façon : «Il ne faut tout de même pas identifier l’idée européenne à une conception étroite et renfermée de l’Europe».

7Ce sont ces problèmes que je voulais évoquer ici d’un mot, trop brièvement bien sûr, pour marquer ce qui doit être à mon avis une composante extrêmement importante dans notre réflexion sur la conscience européenne.

Notes

35 Luigi d’Azeglio Taparelli (1793-1862), frère du peintre, écrivain et homme d’État Massimo d’Azeglio Taparelli.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr