Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités nationales et conscience européenne

 | 
Gilbert Krebs
, 
Joseph Rovan

1. L'Europe et l'émergence des nations

La nation allemande au Moyen-âge

Joachim Ehlers

Texte intégral

1La genèse des identités nationales en Europe remonte jusqu’au Moyen-Âge – Karl-Ferdinand Werner l’a bien montré. Elles ont pris naissance dans les royaumes qui se sont constitués, à partir de la deuxième moitié du IXe siècle, sur le sol de l’imperium carolingien au moment où celui-ci s’est défait. Mais pour reconnaître dans ces structures des nations il faut abandonner la notion moderne de nation telle qu’elle s’est établie depuis la Révolution française.

  • 1 C’est-à-dire des peuples germaniques tels que les Vandales, ou les Visigoths, les Francs et les Ala (...)

2Lorsque nous regardons ce temps en quelque sorte comme l’ethnologue regarde un monde qui lui est étranger, l’idée moderne de la nation ne nous est d’aucun secours, au contraire elle nous empêche de voir les choses telles qu’elles sont, parce qu’elle implique une structure qui signifie en même temps une quantité. La nation moderne est une nation des masses. La conscience nationale doit – du moins en théorie – s’étendre jusqu’au moindre membre de la nation, jusqu’au dernier citoyen. La nation médiévale, en revanche, est extrêmement spécifique de certaines couches sociales. C’est une nation de la noblesse. La noblesse ecclésiastique et la noblesse séculière se rejoignent dans certaines structures de pensée. La première thèse que nous avons établie à partir des données ethnosociologiques mises au jour par l’étude de la période des migrations, des gentes initiales1, est que la conscience nationale au Moyen-Âge est de nature additive.

3Au Moyen-Âge, il n’y avait pas de théorie de la nation ni de la conscience nationale ; d’ailleurs même aujourd’hui il n’y a pas encore, à ma connaissance, de théorie généralement admise. Mais il existe au Moyen-Âge des facteurs d’intégration qui font la cohésion d’un groupe central, d’un noyau que nous pouvons appeler également noyau traditionnel.

4L’un de ces facteurs d’intégration, sans doute le plus important, était la conviction d’avoir une histoire commune. Cela étant, cette histoire pouvait fort bien être fausse ou purement fictive et controuvée.

5Le deuxième élément est la présence de traditions capables de s’adapter, de traditions qui ne sont pas figées une fois pour toutes, mais peuvent suivre l’évolution des temps et être constamment modernisées. L’exemple le plus connu est la tradition carolingienne qui, par l’intermédiaire de la Chanson de Roland et des grandes épopées françaises des XIIe et XIIIe siècles a fait de Charlemagne un personnage chevaleresque «moderne» et qui a pu devenir ainsi un facteur d’intégration pour les générations ultérieures. Ce ne sont donc pas des traditions savantes, car dans ce cas elles se figent et deviennent inutilisables ; à chaque époque elles s’adaptent à l’esprit du temps et continuent ainsi à être vivantes.

6Le troisième élément important a toujours été la continuité de la dynastie et par conséquent une relative stabilité des données politiques fondamentales, celles-ci n’ayant pas à être remises en cause à chaque changement de souverain. En France, une telle continuité a déjà existé sous les Capétiens, et plus encore sous les Valois. Mais on peut trouver également de telles continuités – bien que sous une autre forme, plus complexe, qu’en France – dans la monarchie élective allemande, des Ottoniens aux Staufen, en passant par les Saliens pour finir avec les Habsbourg.

7Un quatrième élément important qu’il faut mentionner est l’existence d’une théorie de la royauté qui établit le rapport entre le souverain, le territoire et la population : Rex Francorum ou Rex Franciae, Rex Teutonicorum ou Rex Romanorum. Il y a dans ce domaine des différences importantes entre l’Allemagne et la France. Pendant longtemps la royauté allemande n’était pas définie par rapport à un pays ou à une population. Le roi allemand s’appelait tout simplement Rex, sans adjectif renvoyant à une ethnie. L’appellation Rex teutonicorum, que certains ont déjà voulu découvrir dans l’Allemagne du Xe siècle, vient d’Italie et ne s’est répandue qu’au XIe siècle, dans le contexte de ce qu’on appelle la querelle des investitures.

8L’historiographie est un autre élément important, une historiographie capable de faire la synthèse entre la tradition ancienne et la volonté politique du présent. Il faut être conscients que l’historiographie du Moyen-Âge écrit le plus souvent l’histoire de son temps et ne cherche pas à reconstituer le passé de manière fidèle. L’historiographe travaille dans la perspective de son époque – avec les désirs et les besoins du temps dans lequel il vit – et il les projette dans le passé, établissant de cette façon un lien entre la politique du jour et ses racines historiques. On pourrait écrire un livre sur l’histoire de l’anachronisme au Moyen-Âge, aussi bien dans les arts plastiques que dans la littérature et l’historiographie. Cet anachronisme est extrêmement important pour l’identité de la nation, car il établit constamment le lien entre le présent et le passé.

9Enfin je voudrais signaler un dernier facteur d’intégration important : une terminologie politique, géographique et historique cohérente. Parler de regnum francorum ou de Francia, cela correspond à des programmes différents. Lorsqu’il est question de teutonica terra, on se réfère très fortement à l’ethnie.

10Tous ces éléments que j’ai énumérés n’étaient pas présents au début dans la conscience des masses, mais seulement dans celle d’un groupe limité de la grande noblesse, cléricale ou laïque qui participait à la politique et se trouvait le plus souvent rassemblé à la cour royale. Il constituait la mémoire collective réunissant les éléments symboliques, cognitifs et normatifs dont la combinaison formait une conception commune de la spécificité du grand groupe en question dans son ensemble.

11Dans ces conditions, on peut définir les nations comme les résultantes d’un long processus, au commencement duquel il y a eu des mythes véhiculés par des traditions. Pour le processus d’intégration européenne du présent, il sera d’une très grand importance d’analyser précisément cette genèse très lointaine de la conscience nationale moderne. En effet, on pourra ainsi connaître non seulement les composantes spécifiques d’une telle conscience, mais également faire apparaître ses différents strates chronologiques. On pourra alors renoncer plus facilement à de vieilles erreurs, obstinément répétées et maintenues en vie. Par exemple, cette idée fausse qui a joué un grand rôle en Allemagne depuis le romantisme et qui a conduit plus d’une fois à des conséquences catastrophiques : l’idée que le peuple est à la base de la nation et que c’est lui qui a produit des structures politiques comme le Reich allemand du Moyen Age ; l’idée qu’avant le peuple, il y avait la langue, que c’est la conscience d’une communauté de langue qui a donné lieu à l’unité ethnique, puis politique. Cette idée, qui est exactement à l’inverse de la succession historique réelle, correspond parfaitement à une attitude de mépris pour la théorie politique et pour des principes juridiques légitimés par l’histoire, de surestimation du problème du pouvoir. Elle va de pair avec une culture politique atrophiée, dépourvue – c’est le cas en Allemagne – d’une véritable tradition rhétorique et littéraire.

12Compte tenu des dimensions du Reich et du caractère rudimentaire des systèmes de communication en ce temps, il est malaisé de se représenter la manière dont a pu se constituer un sentiment général d’identité allemande ayant une efficacité politique. Ce Reich, aussi longtemps qu’il existait, n’avait pas de capitale, il lui manquait même un territoire central d’où auraient pu émaner des effets d’intégration. Il y a eu, sans doute, à de nombreuses reprises, des amorces de telles formations, mais ce qui a manqué c’était la continuité, si bien que la diversité régionale est restée prédominante : c’est elle qui déterminait l’horizon et les jugements quotidiens des habitants du Reich, à tel point que des textes concernant le Reich dans son ensemble et la constitution du Reich sont restés rares et n’ont été conçus le plus souvent que plus tard, à partir de la fin du Moyen Age, dans une perspective historique. C’est seulement vers 1500, avec l’essai d’une Histoire de l’Allemagne de Jakob Wimpfeling et la Brevis Germaniae descriptio de Johannes Cochlaeus, que s’élèvent des voix qui, dépassant le cadre constitutionnel du Reich, ont mis l’accent avec émotion sur une identité allemande globale.

  • 2 Villes directement subordonnées à l’Empereur, ne relevant d’aucun prince territorial et représentée (...)

13Malgré cela, la nation allemande était une réalité essentiellement politique. Contrairement à ce que le nationalisme allemand des XIXe et XXe siècles cherchait à faire croire, elle manquait, dans une large mesure, de base ethnique. Le Reich n’était pas une unité ethnique mais une unité politique à légitimation universelle et religieuse. La conscience de l’identité du Reich n’était vive que chez ceux qui prenaient part activement à la politique du Reich ou qui étaient touchés directement et fréquemment par celle-ci, donc certaines parties de la noblesse, du clergé, de la bourgeoisie des villes d’Empire2 et – depuis le XIVe siècle – des gens formés dans les universités. Sans doute ce groupe s’élargissait-il de plus en plus, mais son intégration n’était pas à détermination ethnique (allemande), mais politique (romaine) et littéraire (latine).

  • 3 Ce thème est repris et approfondi par la communication du professeur Schilling, ci-dessous.

14En tant que nation politique avec de nombreuses perspectives régionales, le Reich du Moyen Age et du début des temps modernes a accumulé un capital d’expériences positives dans le maniement du principe fédéral, expériences qui peuvent être utiles pour la communauté européenne d’aujourd’hui. Ce serait certainement naïf de recommander cet Empire comme modèle pour une Europe unie, mais le regard jeté en arrière sur la longévité d’une structure qui a fonctionné aussi, tant bien que mal et plutôt mal que bien, sur le plan de l’administration centrale, permet au moins de ne pas se décourager devant l’inefficience des bureaucraties modernes : il n’y a que ceux qui attendent de ces bureaucraties la percée décisive qui ont des raisons d’être pessimistes. L’histoire de l’ancien Reich montre qu’on peut également concevoir de façon positive l’exigence «moins d’État» qu’on entend souvent aujourd’hui3.

15D’une manière générale, en nous souvenant des faits fondamentaux de l’histoire de l’Europe, nous pouvons espérer mettre en route un processus d’acculturation pan-européenne qui pourrait agir comme mytho-moteur au sens de l’ethnosociologie. Cette pensée n’est-elle pas présente à l’arrière-plan de ce colloque comme un leitmotiv fascinant ? Il importe d’arriver à faire accepter très largement les jugements de valeur politiques qui en découlent. Cette acceptation peut être favorisée dans une large mesure par l’information historique, lorsque la perspective ne se limite pas à l’époque des temps modernes, mais met l’accent sur les fondements de notre communauté dans l’histoire ancienne de l’Europe.

Notes

1 C’est-à-dire des peuples germaniques tels que les Vandales, ou les Visigoths, les Francs et les Alamans.

2 Villes directement subordonnées à l’Empereur, ne relevant d’aucun prince territorial et représentées à la Diète d’Empire (Reichstag).

3 Ce thème est repris et approfondi par la communication du professeur Schilling, ci-dessous.

Auteur

Professeur à l’Université de Braunschweig

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr