Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et entrepreneurs

 | 
Olivier Fraysse
, 
Nathalie Champroux

Le New Labour et les petites et moyennes entreprises britanniques

Bernard Offerlé

Résumé

Along with EU authorities and the OECD, New Labour firmly believes small businesses play an essential part in creating employment and bolstering economic growth: Tony Blair actually claims to “make the UK the best place in the world to start and grow a business”. After assessing the situation prevailing before Labour came to power and giving the latest official definitions, this paper attempts to review New Labour’s SME policies and their effectiveness, especially concerning financing, fiscal measures, red tape and public information services. Although progress has been made, radical changes have so far failed to materialise. This raises the question as to whether SME's most protean nature and needs can be apprehended as a whole.

À l’instar de l’Union européenne et de l’OCDE, le New Labour estime que les PME jouent un rôle essentiel dans la création d’emplois et dans le maintien d’une croissance soutenue. Tony Blair s’est lui-même engagé à « faire du Royaume-Uni le meilleur endroit au monde où créer une entreprise ». Après avoir fait le bilan de la situation lors de l’arrivée du Parti travailliste au pouvoir, cet article propose d’analyser la politique du gouvernement en faveur des petites et moyennes entreprises, notamment les mesures financières, budgétaires et administratives ainsi que la réforme du service public d’aide à l’information des PME. Des progrès ont certes été accomplis, mais les résultats obtenus jusqu’ici ne sont guère à la hauteur des promesses qui ont été faites. Étant donné la nature très protéiforme de ces entreprises, on peut se demander si la forte diversité des problèmes qu’elles rencontrent n’exigerait pas des solutions beaucoup plus individualisées.

Texte intégral

1 Quand on parle d’esprit d’entreprise, la première image qui traverse l’esprit est celle de l’individu à la recherche d’indépendance et de liberté qui décide de monter sa propre entreprise, en rêvant de connaître un succès fulgurant et d’accéder facilement à la richesse matérielle. La question se pose déjà de savoir s’il s’agit là d’un mythe ou d’une réalité, puis quel est le rôle des petites et moyennes entreprises (PME) dans la création d’emplois et de richesses et, plus généralement, quelle place ces entreprises occupent dans le processus économique.

  • 1 On se reportera à la bibliographie pour trouver les références de tous les organismes et organisat (...)

2L’abondance de la littérature disponible montre que le sujet suscite beaucoup d’intérêt : l’OCDE (OCDE, 2002b) a un groupe de travail sur les PME, où les membres fondateurs de cette organisation, à majorité européens, sont très actifs, même si cela n’est pas particulièrement le cas pour le Royaume-Uni. La Commission européenne dispose d’un « Observatoire des PME européennes » et le gouvernement britannique a ouvert depuis septembre 2001, à Bruxelles, un bureau qui défend les intérêts des PME britanniques auprès des institutions européennes1.

3Puisqu’il convient ici de se concentrer sur le Royaume-Uni, on ne peut que noter également une grande activité au plan national, bien que celle-ci doive à présent s’intégrer toujours davantage dans le cadre de la législation européenne. Les gouvernements britanniques successifs mènent depuis de longues années une politique spécifique aux PME. Les organisations patronales, ainsi que les chambres de commerce, publient régulièrement des informations à l’intention des petits entrepreneurs qui disposent, par ailleurs, de leurs propres organismes. Les universitaires participent également à ce débat puisque de nombreuses universités et établissements d’enseignement supérieur à travers le pays disposent de centres de recherche consacrés aux PME.

4Face à ce dynamisme, il est nécessaire de se demander si une politique spécifique aux PME est bien la réponse aux problèmes qui se posent à ce type d’entreprises sur le terrain. Avant de pouvoir répondre à cette question, il conviendra de donner quelques définitions et de décrire la situation qui prévalait lors de l’arrivée des travaillistes au gouvernement en 1997. On pourra ensuite étudier comment ce parti a réagi, et décider, pour finir, s’il a su apporter des réponses originales.

1. Contexte

5S’il faut trouver une date d’origine à l’intérêt des autorités gouvernementales pour les PME, il convient de revenir au début des années 1970. La publication du Rapport Bolton (1971) a entraîné un renversement de l’attitude d’indifférence jusqu’alors observée par les gouvernements en place. Le rapport a donné lieu de la part des autorités à la reconnaissance du rôle que pouvaient jouer les PME dans la création d’entreprises nouvelles et, de fait, dans l’amélioration de la situation de l’emploi.

  • 2 “The enterprise culture.”

6L’opinion a cependant beaucoup plus retenu l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher en 1979, comme le tournant marquant dans la politique vis-à-vis des PME. Le programme de la candidate conservatrice laissait effectivement une large place à l’importance de l’individu dans la société et proposait le retrait de l’intervention de l’État. Les médias se sont largement fait l’écho des thèmes accrocheurs grâce auxquels le Premier Ministre souhaitait redonner aux Britanniques le goût et l’esprit d’entreprise2. Même si on doit effectivement aux trois gouvernements de Margaret Thatcher un certain nombre de mesures en faveur des travailleurs individuels, et plus généralement des PME, le recul permet d’observer que cela relevait plutôt d’un substitut à une politique contre le chômage que d’un réel effort d’encouragement à l’épanouissement de la petite entreprise.

7Même si le nombre des travailleurs indépendants est passé de 8 % dans les années 1970 à 13 % de la population active en 1994, il faut bien également remarquer que cette augmentation est davantage due à la difficulté de trouver un emploi dans les secteurs manufacturiers traditionnels qu’à une réussite de la part du gouvernement à développer l’esprit d’entreprise au sein de la population (Anderton, 1995 : 356-358). Il faut immédiatement souligner que les mesures prises alors restèrent très traditionnelles : baisse de l’impôt sur le revenu, baisse de l’impôt sur les sociétés, accès facilité à l’obtention auprès des institutions financières du capital nécessaire à la mise en place ou à l’expansion de la petite entreprise. On notera enfin divers projets pour la formation et le conseil, ainsi que diverses subventions.

8Avant de pouvoir étudier en détail la politique suivie par le Parti travailliste, il convient d’abord de relever quelques données statistiques afin d’évaluer la place qu’occupent les PME dans l’économie du Royaume-Uni. Il est en effet assez difficile d’appréhender de façon convaincante la nature profonde des PME, ne serait-ce que parce qu’elles recouvrent une réalité très protéiforme.

2. Définitions

9Le rapport Bolton donne plusieurs définitions qui essaient de tenir compte de différents critères : ne retenir que la taille d’une entreprise est insuffisant, il faut toujours garder en perspective le secteur d’activité. Le Companies Act de 1985 fait la différence entre petites et moyennes entreprises suivant un certain nombre de critères similaires. Le Department of Trade and Industry (DTI) peut utiliser une autre classification. Dans les faits, chaque projet suit les définitions qui correspondent le mieux aux objectifs qu’il s’est fixés.

10En février 1996, la Commission européenne a adopté une recommandation (Commission européenne, 1996) afin d’harmoniser les définitions au niveau de l’Union européenne, ainsi que leur application pour les politiques communautaires. Dans un effort de clarification, cette recommandation a été remplacée par un autre texte en mai 2003 (Commission européenne, 2003). Les nouvelles dispositions continuent de faire la différence entre micro, petite et moyenne entreprises selon les données suivantes : tableau 1 (les chiffres entre parenthèses sont ceux de 1996).

Tableau 1 – Définition des PME

Tableau 1 – Définition des PME

Source : Commission européenne, 2003.

11Définir la place qu’occupent les PME dans le tissu économique britannique exige quelques statistiques supplémentaires. En 2001, sur les 3,7 millions d’entreprises britanniques, moins de 28 000 étaient des entreprises moyennes, mais 99 % étaient des petites entreprises représentant 43 % de l’emploi du secteur privé et 36 % de son chiffre d’affaires. 95 % de toutes les entreprises industrielles étaient des PME, mais la participation à l’emploi varie énormément d’une industrie à l’autre, faible dans la finance, par exemple, mais très importante dans le secteur de la construction (Small Business Service, 2002b). Ces chiffres coïncident avec ceux du reste de l’Union européenne, où 99 % de toutes les entreprises sont également des PME qui fournissent 65 millions d’emplois (Commission européenne, 2003).

12Même s’il est impossible d’entrer davantage dans le détail ici, il est facile de déduire que les problèmes varient énormément entre ceux d’une micro entreprise de moins de 10 employés et ceux d’une moyenne entreprise de 249 employés, et pourtant, les deux relèvent bien de la même appellation de PME.

3. Quelle politique pour les petites et moyennes entreprises ?

13Étant donnée la nature très diverse de la notion de PME, il convient de se demander si l’adoption d’une politique spécifique à l’égard de ces entreprises est nécessaire, voire possible. Certains auteurs concluent que l’efficacité et la réelle contribution de ces politiques à la prospérité économique restent très difficiles à justifier et à démontrer (Curran et Blackburn, 2000).

14Il n’en reste pas moins vrai que le gouvernement travailliste a affirmé vouloir mener une politique active dans ce domaine, au nom de la place occupée par les PME dans l’économie du pays (Curran, 2000). Cette attitude est conforme à la tendance générale observée au niveau européen : « [Les PME] sont socialement et économiquement importantes. [...] Elles constituent une source essentielle d’esprit d’entreprise et d’innovation. Néanmoins, elles font face à des difficultés particulières. Pour compenser celles-ci, la législation communautaire et nationale octroie divers avantages aux PME » (Commission européenne 2003).

  • 3 “Enterprise has now become a buzzword for Labour, something of an about turn for a party historica (...)

15L’arrivée au pouvoir du Parti travailliste pose cependant un problème supplémentaire, puisque ce parti n’est pas traditionnellement perçu par les électeurs comme le défenseur de l’entreprise privée. Devant la dégénérescence avancée du Parti conservateur, Tony Blair a pu se permettre d’essayer de s’attirer les faveurs des entrepreneurs : « L’entreprise est devenue un sujet à la mode pour les travaillistes, ce qui constitue un revirement total pour un parti traditionnellement marqué par son aversion naturelle pour le monde des affaires »3 (Westall et al., 2000 : 1).

  • 4 “Enterprise for all.”
  • 5 D’autres exemples pris sur une période plus longue confirment cette impression. Voir notamment : T (...)
  • 6 “The end of the affair”, The Economist, 17 août 2000. Voir également The Economist des 12 mars 199 (...)

16Le New Labour a adopté d’entrée un slogan d’inspiration très conservatrice : « L’entreprise pour tous »4. Un simple survol des titres de la presse économique néo-libérale britannique donne pourtant à penser que le Parti travailliste n’est pas parvenu à répondre entièrement aux espoirs qu’il avait pu susciter puisque, dès 2000, The Economist donnait à l’un de ses éditoriaux le titre suivant5 : « La fin de l’idylle »6.

  • 7 “Making the UK the best place in the world to start and grow a business.”

17Le Parti travailliste affiche pourtant clairement sa priorité de faire du Royaume-Uni « le meilleur endroit au monde où créer et faire prospérer son entreprise »7 (Small Business Service, 2003). S’il faut simplifier au maximum, on retiendra les quelques points suivants pour dresser une typologie de l’action du gouvernement britannique en faveur des PME :

  1. l’amélioration de l’accès au financement ;
  2. les mesures d’ordre budgétaire (notamment un régime fiscal de faveur ou des exonérations) ;
  3. les mesures d’ordre législatif et réglementaire (notamment l’élimination de toute « paperasserie » inutile) ;
  4. l’amélioration et l’achèvement d’un service public d’information et d’assistance aux PME8.

3.1. L’amélioration de l’accès au financement

18De façon générale, les PME ont naturellement plus de difficultés à obtenir les moyens de financement dont elles ont besoin, parce qu’elles offrent des garanties plus limitées que les grandes entreprises. En ce domaine, cependant, le Royaume-Uni demeure un cas particulier puisque traditionnellement les gouvernements britanniques successifs ont évité d’intervenir et de mettre sur pied une politique d’intervention publique dans le financement des PME. Les accusations n’ont cependant pas cessé de se multiplier à l’encontre des marchés de capitaux et de financement privés. On leur reproche essentiellement d’être particulièrement peu compétitifs ou de faire des bénéfices excessifs dans leurs opérations avec les PME (Bannock Consulting, 2001 : 48-49).

  • 9 Voir The Scotsman des 15 mars 2002 et 21 juin 2002 ainsi que le Financial Times du 23 mai 2003.

19Plusieurs mesures ont été prises pour faciliter l’accès des PME au capital-risque notamment, mais cela concerne une minorité d’entreprises opérant dans le domaine de la haute technologie. Dans le quotidien de la grande majorité des micro- et petites entreprises, l’accès au financement concerne essentiellement les relations avec l’agence bancaire locale. Le gouvernement travailliste ne semble cependant pas prêt à affronter les institutions financières. Il s’est contenté de quelques mesures incitatives ou marginales, visant à faciliter les procédures de changement d’établissements bancaires par les PME. Cette politique9 revient à imposer aux PME de faire jouer la concurrence, mais dans la mesure où les grandes banques sont en position oligopolistique, il y a peu de progrès à espérer dans un avenir proche.

20Le projet du gouvernement s’articule autour de six axes proposant, le plus souvent, des mesures de contrôle et de discussions avec les différentes parties en présence, plutôt que des décisions plus concrètes (Small Business Service, 2003 : 9).

3.2. Les mesures d’ordre budgétaire

  • 10 “The UK has the most favourable corporation tax for small companies in any of the advanced industr (...)

21La politique budgétaire est un autre domaine où le gouvernement semble être très actif. Le gouvernement s’enorgueillissait en 2002 du fait que « Le Royaume-Uni a le régime d’imposition des entreprises le plus favorable aux PME de tous les pays industrialisés avancés, ainsi qu’un impôt sur les plus-values inférieur à celui qui est en vigueur aux États-Unis »10 (Department of Trade and Industry, 2002 : 36). Il faut cependant de nouveau être très méfiant et bien faire la différence entre la pure rhétorique et la réalité. Même si on note que les budgets successifs comportent bien une rubrique spécifique concernant les PME, il faut encore une fois remarquer que les mesures prises ne sont guère révolutionnaires.

22La fiscalité des entreprises est parmi les domaines les plus controversés de la politique budgétaire de Gordon Brown : le chancelier de l’Échiquier tend à aller chercher les moyens nécessaires au refinancement du secteur public auprès des entreprises, solution politiquement plus facile, puisque par définition, les entreprises ne votent pas. On retrouve là toute l’ambivalence de la politique de Gordon Brown qui équivaut souvent à « donner d’une main pour reprendre de l’autre » (Confederation of British Industry, 2002).

23Certes, sous le premier mandat travailliste, l’impôt sur les sociétés a baissé dès 1997 (de 33 % à 31 %, et à 21 % pour les PME), puis une nouvelle fois en 1998 (de 31 % à 30 %, et à 20 % pour les PME). En contrepartie, le ministre a avancé la date de paiement de cet impôt et a aboli certains autres crédits d’impôt. De même, il prend de nombreuses mesures en faveur de la recherche et du développement pour les PME, alors que ce domaine d’activité n’est vraiment significatif que pour les grandes entreprises. On observe effectivement une myriade de mesures, mais il semble que le bilan de la période 1997-2001 montre que le gouvernement a fait beaucoup de promesses, mais que celles-ci ont rencontré un certain nombre de difficultés à se concrétiser. Si on consulte, en effet, la documentation officielle pour le deuxième mandat travailliste, la liste des mesures budgétaires en faveur des PME s’étale sur de longues pages. On note, par exemple, dans le Budget 2002, un allègement du coût et de la gestion de la TVA. La mesure est reprise en 2003 et s’ajoute à une douzaine d’autres propositions les plus diverses (par exemple, l’approfondissement de la réforme sur les plus-values).

  • 11 Voir également : The Economist du 18 avril 2002 et The Scotsman des 26 août 2002 et 11 novembre 20 (...)

24En revanche, si l’on se réfère à la synthèse du budget proposée par le Financial Times (2003)11, sous la rubrique « mesures en faveur des entreprises », en dehors de celles mentionnées précédemment, le quotidien économique ne retient aucune mesure spécifique aux PME pour 2002, sinon une nouvelle baisse du taux d’imposition des PME (19 %), et peut-être la mesure générale de baisse de 10 % à 0 % du taux d’imposition des bénéfices inférieurs à 10 000 livres.

  • 12 Voir notamment : The Economist du 19 mars 1998. Le journal y explique le côté « trompeur » – “misl (...)
  • 13 The Independant du 3 mars 2003 et Financial Times du 6 avril 2003.
  • 14 “The budget was a good one for UK companies, overall, but SMEs are still smarting from tax increas (...)
  • 15 The Economist, 5 avril 2003, Federation of Small Businesses, 9 avril 2003, British Chamber of Comm (...)

25Le Budget 2003 ne marque pas de changement notoire de politique. Il reste toujours d’actualité de parler d’« auberge espagnole », un reproche que l’on trouve dans la presse économique dès 199812. Les réactions de la presse généraliste de « qualité »13 et celles des milieux d’affaires, peu suspects de complaisance envers le gouvernement, restent très mitigées : « C’est un bon budget pour les entreprises du Royaume-Uni dans l’ensemble, mais les PME sont encore sous le coup des augmentations d’impôts annoncées l’année dernière et leur douleur est encore trop sensible pour qu’elles puissent remercier Gordon Brown »14 (British Chambers of Commerce, 2003a). Les PME estiment que le gouvernement ne va pas assez loin : il ne propose que le gel des taux d’imposition plutôt que leur réduction, et il ne cesse de réitérer les mêmes promesses15.

  • 16 Écouter également: Prof. F. Chittenden, ACCA, Manchester Business School, Economist Interviews, Th (...)

26Il ne convient pas de juger une politique sur la quantité de nouvelles mesures qu'elle propose, mais sur son efficacité. Le monde des affaires reproche justement au gouvernement travailliste la surabondance de la réglementation et sa complexification croissante (Institute of Directors, 2002 : 1)16. Ce mécontentement général s’étend également aux problèmes causés par « la paperasserie administrative ».

3.3. L’élimination de toute « paperasserie administrative » excessive17

  • 17 Voir notamment : « La paperasserie vue par les entreprises » (OCDE, 2002a).

27Le sujet constitue un véritable « serpent de mer » qui existait déjà bien avant l’arrivée des travaillistes au pouvoir. Force est cependant de constater qu’en dépit d’un certain nombre d’efforts accomplis et encore à venir, le problème est loin d’être résolu.

  • 18 The Economist, 22 novembre 2001, 2 novembre 2002 et 25 février 2003 ; The Daily Telegraph, 20 mai (...)

28Dès 1997, le gouvernement créait la « Better Regulation Task force », une agence pour l’amélioration de la réglementation qui publia, en avril 2000, une brochure pour aider les PME (Better Regulation Task force, 2000). Or, en mai 2002, cet organisme officiel restait toujours très critique à l’égard du gouvernement, notamment dans le domaine de l’emploi (Better Regulation Task force, 2002a, 2002b). Au fil des années, les commentaires de la presse semblent immuables et les mêmes demandes sont formulées de façon constante et régulière18.

  • 19 « Force est de constater que le gouvernement commence à admettre que le surcroît de formalités adm (...)

29On ne peut guère s’attendre dès lors à beaucoup d’indulgence pour le gouvernement de la part des associations patronales. En avril 2003, la Chambre de commerce britannique a éprouvé le besoin de créer un site spécifique – « Cut Red Tape » – entièrement dédié à l’élimination de la « paperasserie administrative ». Dans un rapport encore plus récent, l’Institute of Directors admet que le gouvernement est conscient de la gravité de la situation, mais cet institut dénonce également le manque de progrès dans ce domaine, notamment pour les PME19 (Lea, 2003 : 22).

30À la lecture de ces nombreux témoignages, il est difficile d’accorder d’autres mentions au gouvernement travailliste que celle de « peut mieux faire » pour le succès de sa politique d’amélioration des procédures administratives, tout particulièrement dans le cas des PME.

3.4. L’amélioration et l’achèvement d’un service public d’information et d’assistance aux petites et moyennes entreprises

31Les travaillistes ont particulièrement concentré leurs efforts sur ce dernier point. Il conviendra cependant également de tenter d’évaluer les enjeux et les résultats concrets de cette politique (Curran, 2000).

  • 20 “This government recognises that enterprise is the lifeblood of our economy. (...) Our vibrant and (...)

32Comme les gouvernements qui les ont précédés lors des vingt dernières années, les travaillistes ont fait le choix de financer un service public d’assistance aux PME, en conformité avec le discours officiel qui continue de répéter l’importance de l’entreprise pour l’économie britannique : « Ce gouvernement reconnaît que l’entreprise est le moteur de notre économie [...]. Grâce à sa vigueur et à son dynamisme, notre communauté de petites entreprises se trouve au cœur de l’esprit d’entreprise au Royaume-Uni [...] »20 (Blair, 2002 : 1).

  • 21 Son titre officiel est le suivant: “Parliamentary Under-Secretary of State for Small Business”. Le (...)

33La politique de soutien aux PME s’articule depuis le niveau central de l’État, puisque l’équipe gouvernementale comprend un sous-secrétaire d’État pour les PME au sein du DTI21. Un organisme indépendant a été créé en mai 2000, le Small Business Council (SBC), dont le rôle est de conseiller le gouvernement sur les PME. L’innovation intéressante du SBC est son accès direct au cabinet du Premier ministre ainsi qu’aux autres ministères, une action qui ne se limite donc pas au DTI.

34Les services publics d’information et d’assistance aux PME ont été remodelés en avril 2000 pour assurer une meilleure coordination et mieux répondre aux besoins des entreprises nouvellement créées, notamment les plus petites d’entre elles qui se trouvaient négligées dans le système précédemment en vigueur. De nouvelles réformes ont été faites en 2002, et l’architecture générale est en constante évolution.

  • 22 Le Pays de Galles et l’Écosse disposent de leurs propres structures. L’Écosse est particulièrement (...)

35Au plan national, l’aide aux PME repose sur le site web du Small Business Service (SBS). En ce qui concerne l’Angleterre proprement dite22, trois structures tentent de répondre au niveau régional à tous les problèmes que peuvent se poser les PME : les « Regional Government Offices », les « Regional Development Agencies » et « Business Link » (BL), un site web également géré par le SBS. Ce dernier service existait précédemment, mais il a été réorganisé. Les Local Enterprise Agencies (LEA) complètent ce dispositif en encourageant la coopération entre les secteurs publics et privés, une initiative qui remonte au début des années 1980.

36De prime abord, on est frappé par l’activité intense de ces organismes et par la prolifération des services qu’ils proposent : on peut effectivement en dénombrer plus de trente-cinq (Austrian Institute for Small Business Research, 2002, Appendix). Hormis sa mission pragmatique d’information des PME auxquelles il fournit de nombreuses brochures, le SBS conduit également une importante recherche et il publie ou commandite de nombreux rapports dans des domaines les plus variés. La page d’accueil de son site web précise que le « service s’adresse tout particulièrement aux chercheurs, aux médias, aux conseillers politiques et aux étudiants ». Le SBS assure donc bien une mission de service public dont l’objectif est d’informer les entreprises, mais également d’informer sur les entreprises.

  • 23 Le Centre for Policy Studies, groupe de réflexion de l’opposition, répond de façon générale par la (...)

37Il se pose naturellement la question de savoir si toute cette agitation est efficace et productive23. La problématique relève d’une simple analyse coûts/bénéfices. La gestion du service d’assistance aux PME coûte cher : près de 19 millions de livres au budget pour 2003-2004. Le gouvernement semble pourtant prêt à soutenir cet effort puisque les prévisions pour les deux prochaines années sont à la hausse : près de 20 millions de livres (Small Business Service, 2003 : 22).

38Un tel investissement est-il rentable ? Diverses études tendent à montrer que les entrepreneurs qui utilisent ces services sont généralement satisfaits des prestations proposées. En revanche, ils ne sont environ que 25 % à avoir eu recours à ces services, alors que 75 % reconnaissent avoir connaissance de leur existence. Le taux de participation augmente cependant avec la taille de l’entreprise. Les petits entrepreneurs préfèrent s’adresser en priorité à leur comptable, puis à leur banquier.

  • 24 Voir également, Benneworth et Dawley, 2002, et Anderson et Drakopoulou-Dodd, 2001.

39Les services publics n’arrivent qu’en troisième place, certes devant diverses associations professionnelles ou autres conseillers (Michaelis et al., 2001). Il est naturellement toujours possible d’améliorer les prestations offertes, notamment dans le domaine d’une meilleure adaptation aux besoins spécifiques à chaque PME, puisque ces entreprises forment un ensemble très hétérogène. Le reproche majeur fait à BL est effectivement d’adopter trop souvent une démarche à « taille unique » (Austrian Institute for Small Business Research, 2002 : 27)24.

40On s’aperçoit par ailleurs que les taux de participation aux services officiels d’aide aux PME sont relativement faibles en Europe, où les taux varient de 3 % à 34 %, la moyenne générale s’établissant autour de 20 % (Austrian Institute for Small Business Research, 2002 : 13). Le Royaume-Uni, avec 27 %, se trouve parmi les pays avec les taux les plus élevés. Il reste pourtant légitime de se demander si l’action gouvernementale en faveur des PME n’est pas, par essence, en contradiction avec la nature propre de ce type d’entreprises.

  • 25 “Few owner-managers are profit maximisers, few have a strong commitment to growth and most firms o (...)

41Il semble en effet inutile de chercher à savoir si le Royaume-Uni est plutôt une nation de boutiquiers ou d’entrepreneurs puisque dans les deux cas, on aboutit aux mêmes résultats. Par définition, l’entrepreneur a soif d’indépendance et de liberté, il ne recherche donc pas d’instinct l’assistanat des services publics dont il abhorre généralement les procédures bureaucratiques (Anderson et Drakopoulou-Dodd, 2001). Surtout lorsqu’il s’agit d’un ancien salarié au chômage qui a décidé de monter sa propre entreprise faute d’alternative, le travailleur indépendant, et le boutiquier, n’aspirent pas nécessairement à la croissance à tout prix : « Peu de dirigeants de PME recherchent la maximisation des profits, peu d’entre eux aspirent à réaliser une forte croissance, la plupart des entreprises opère sur des marchés dont les imperfections tendent à réduire la compétitivité de façon substantielle »25 (Curran, 2000 : 9).

42Quand on demande aux dirigeants de PME pourquoi ils ne sollicitent pas plus volontiers l’aide des services publics, ils répondent à une forte majorité (64 %) qu’ils n’en ressentent tout simplement pas le besoin (Austrian Institute for Small Business Research, 2002 : 14).

Conclusion

  • 26 Voir notamment les publications de Invest UK, l’agence gouvernementale pour la promotion internati (...)
  • 27 « Même si l’évaluation qualitative s’appuie sur des données quantitatives, on convient généralemen (...)

43Un décalage important apparaît donc entre le discours officiel du gouvernement, riche en références à l’esprit d’entreprise, à l’innovation et à l’attrait des hautes technologies26 et la réalité à laquelle les petits entrepreneurs sont confrontés quotidiennement sur le terrain. Il est par ailleurs difficile de mesurer scientifiquement l’impact réel de la politique du gouvernement travailliste sur le nombre ou la croissance des PME27 (Curran, 2000 : 9).

  • 28 D’après un rapport du SBS, 75 % environ de l’amélioration de la situation de l’emploi entre 1995 e (...)

44On peut aisément tomber d’accord sur l’importance relative des PME dans le tissu économique britannique28. Cela relève certainement davantage de l’évolution économique d’un pays développé – émergence d’une société de services (Blackburn, 2002 : 7) et de nouvelles technologies (Curran, 2000 : 14), par exemple – que de l'action gouvernementale dans ce domaine spécifique qui recouvre, de toute façon, un secteur trop large pour présenter de réels facteurs d’uniformité.

45On peut dès lors se demander si le gouvernement travailliste ne devrait pas concentrer son action à un niveau macro-économique et viser à créer un meilleur environnement économique général tenant plus compte des faiblesses structurelles de l’économie du Royaume-Uni. Celle-ci souffre en effet traditionnellement d’un manque de compétitivité, trait également historiquement caractéristique des PME les plus petites (Blackburn, 2002 : 5). Enfin, l’économie britannique semble actuellement être essentiellement tirée par les dépenses publiques (British Chambers of Commerce, 2003b : 5), ce qui ne corrobore pas la position officiellement affichée d’une stratégie faisant des PME le cœur du système.

Bibliographie

Références bibliographiques

Anderson, Alistair R., et Sarah Drakopoulou-Dodd, 2001, “Understanding the Enterprise Culture: Paradigm, Paradox and Policy”, International Journal of Entrepreneurship and Innovation, 2 (1): 13-26.

Anderton, Alain, 1995, Economics, Lancashire, Causeway Press.

Austrian Institute for Small Business Research, 2002, Country Fiche UK, Vienne, Autriche.

Bannock Consulting, 2001, Innovative Instruments for Raising Equity for SMEs in Europe, Study contract ETD/00/503116, prepared for DG Enterprise of the European Commission, juin.

Benneworth, Paul, et Stuart Dawley, 2002, How Do Innovating Small and Medium Sized Enterprises Use Business Support Services ?, Newcastle upon Tyne, Small Business Service, octobre.

Better Regulation Task force, 2000, “Helping Small Firms Cope with Regulation”, avril, <http://www.brtf.gov.uk/taskforce/reports/entry%20pages/smallfirmsentry.htm>.

Better Regulation Task Force, 2002a, Press Release 323/20, 15 mai.

Better Regulation Task Force, 2002b, Employment Regulation: Striking a Balance, mai, <http://www.brtf.gov.uk/taskforce/reports/entry%20pages/emplawentry.htm>.

Blackburn, Robert, 2002, “Small Businesses in the UK : From Hard Times to Great Expectations”, octobre, Paper presented to the 22nd Japanese Annual Small Business Society (JASBS) National Annual Conference, Senshu University, Kawasaki City, Japon.

Blair, Anthony, 2002, Small Business and Government : The Way Forward, Small Business Service, décembre.

Bolton Report (The), 1971, Small Firms, Report of The Committee of Inquiry on Small Firms, Cmnd. 4811, Londres, HMSO.

British Chambers of Commerce (the), 2003a, Communication, 17 avril 2003.

British Chambers of Commerce (the), 2003b, “Budget Submission 2003 : Meeting the Productivity Challenge”.

Budget 2002, <http://www.hm-treasury.gov.uk/Budget/bud_bud02/bud_bud02_ index.cfm>.

Budget 2003, <http://www.hm-treasury.gov.uk/budget/bud_bud03/bud_bud03_ index.cfm>.

Business Link, 2002, Small Firms: Setting up in Business (RG01), février.

Business Link, 2003, “The No-nonsense Guide to Government Rules and Regulations for Setting Up your Business”, printemps.

Centre for Policy Studies, 2001, Press Release, 22 octobre.

Commission européenne, 1996, Recommandation (96/280/CE).

Commission européenne, 2002, Gros plan sur les PME : Principaux résultats de l’Observatoire des PME européennes 2002, Bruxelles.

Commission européenne, 2003, Recommandation (2003/361/CE) : Définition des PME, <http://europa.eu.int/comm/enterprise/enterprise_policy/sme_definition/index_fr.htm>.

Confederation of British Industry, 2002, News Release, 17 avril.

Curran, James, 2000, “What Is Small Business Policy in the UK for ?”, ISBJ, juin.

Curran, James, et Robert A. Blackburn, 2000, “Panacea or White Elephant ? A Critical Examination of the Proposed New Small Business Service and Response to the DTI Consultancy Paper”, Regional Studies, vol. 34.2 : 181-206.

Department of Trade and Industry (DTI), 2002, UK Employment Action Plan2002.

Department of Trade and Industry (DTI), 2003, Improving Access to Finance for Small Businesses: Business Plan 2003.

Esposito, Marie-Claude, et Christine Zumello (éds), 2003, L’entrepreneur et la dynamique économique, Paris, Economica.

Financial Times (The), 2003, “Previous Budget measures”, 26 mars.

Global Entrepreneurship Monitor – UK 2002, <http://www.gemconsortium.org/>.

Institute of Directors, 2002, Pre-Budget Report 2002, novembre.

Lea, Ruth, 2003, “Red Tape in the Workplace, the Re-Regulation of the Labour Market II – The Sequel”, Institute of Directors Paper, mai.

Liberal Democrats, 2001, Liberal Democrat Manifesto for Small Business, avril, <http://www.libdems.org.uk/index.cfm/page.folders/section.policy/folder. Manifestos>.

Michaelis, Charles, Kathryn Smith, et Sabrina Richards, 2001, “Regular Survey of Small Business Opinions”, Databuild Ltd, Birmingham, Royaume-Uni, août.

Observatoire des PME européennes, 2002, La démographie des entreprises en Europe, Bruxelles, Commission européenne, 2002/no 5.

OCDE, 1997, Les meilleures politiques pour les petites et moyennes entreprises, Paris, OCDE.

OCDE, 2002a, La paperasserie vue par les entreprises, Paris, OCDE.

OCDE, 2002b, « Renouvellement du mandat du groupe de travail sur les PME (2002-2006) », 26 mars, DSTI/IND/PME (2001) 11, Paris, OCDE.

Small Business Service, 2001a, Early Growth Funding, URN 01/1314, novembre.

Small Business Service, 2001b, Omnibus Survey, <http://www.sbs.gov.uk/research>.

Small Business Service, 2002a, Press Release, 23 juillet.

Small Business Service, 2002b, Press Release, 1er août.

Small Business Service, 2002c, Small Firms: Big Business.

Small Business Service, 2002d, Household Survey of Entrepreneurship : Follow-up Survey, octobre.

Small Business Service, 2003, Business Plan 2003, 22 mai.

STEP Enterprise, 2002, Choose Small: working in small business, <http://www.secureyoursuccess.co.uk/choosesmall.htm>.

Westall, Andrea, Peter Ramsden, et Julie Foley, 2000, Micro-Entrepreneurs : Creating Enterprising Communities, Institute for Public Policy Research, décembre.

Sites web

Better Regulation Task force
<http://www.brtf.gov.uk>.

British Chambers of Commerce (the), Chamber Online
<http://www.chamberonline.co.uk/>.

Business Link,
<http://www.businesslink.org>.

Commission européenne
<http://europa.eu.int>.

Confederation of British Industry
<http://www.cbi.org.uk>.

Centre for Urban & Regional Studies (CURDS)
<http://www.ncl.ac.uk/curds>.

Cut Red Tape
<http://www.britishchambers.org.uk/cutredtape>.

Databuild
<http://www.data-build.co.uk>.

Ethnic Business Minority Forum
<http://www.ethniebusiness.org>.

Federation of Small Businesses
<http://www.fsb.org.uk>.

HM Treasury
<http://www.hm-treasury.gov.uk>.

Institute of Directors (The)
<http://www.iod.com>.

Institute for Public Policy Research
<http://www.ippr.org.uk>.

Scottishbusinesswomen.com
<http://www.scottishbusinesswomen.com>.

Small Business Council
<http://www.sbs.gov.uk/organisation/sbc.asp>.

Small Business Europe
<http://smallbusinesseurope.org>.

Small Business Service
<http://www.sbs.gov.uk>.

Notes

1 On se reportera à la bibliographie pour trouver les références de tous les organismes et organisations cités dans l’article.

2 “The enterprise culture.”

3 “Enterprise has now become a buzzword for Labour, something of an about turn for a party historically harbouring a natural antipathy towards business.”

4 “Enterprise for all.”

5 D’autres exemples pris sur une période plus longue confirment cette impression. Voir notamment : The Economist des 12 mars 1998, 8 juillet 1999 et 21 juin 2001, ainsi que The Scotsman du 10 juin 2002 ou Chamber online du 29 avril 2003.

6 “The end of the affair”, The Economist, 17 août 2000. Voir également The Economist des 12 mars 1998, 4 novembre 1999, 8 juillet 1999 et 21 juin 2001.

7 “Making the UK the best place in the world to start and grow a business.”

8 Cette liste est volontairement limitée de façon arbitraire. La Charte européenne de Lisbonne propose de nombreuses autres pistes de recherche, notamment la formation et les possibilités offertes par les nouvelles technologies.

9 Voir The Scotsman des 15 mars 2002 et 21 juin 2002 ainsi que le Financial Times du 23 mai 2003.

10 “The UK has the most favourable corporation tax for small companies in any of the advanced industrialised countries and a capital gains tax regime more favourable to enterprise than that of the United States.”

11 Voir également : The Economist du 18 avril 2002 et The Scotsman des 26 août 2002 et 11 novembre 2002.

12 Voir notamment : The Economist du 19 mars 1998. Le journal y explique le côté « trompeur » – “misleading” – des mesures prises par le gouvernement.

13 The Independant du 3 mars 2003 et Financial Times du 6 avril 2003.

14 “The budget was a good one for UK companies, overall, but SMEs are still smarting from tax increases announced last year and are too sore to thank Gordon Brown.”

15 The Economist, 5 avril 2003, Federation of Small Businesses, 9 avril 2003, British Chamber of Commerce Communication, 9 avril 2003.

16 Écouter également: Prof. F. Chittenden, ACCA, Manchester Business School, Economist Interviews, The Economist, « site newsletter », 4 juin 2003.

17 Voir notamment : « La paperasserie vue par les entreprises » (OCDE, 2002a).

18 The Economist, 22 novembre 2001, 2 novembre 2002 et 25 février 2003 ; The Daily Telegraph, 20 mai 2002.

19 « Force est de constater que le gouvernement commence à admettre que le surcroît de formalités administratives pose des problèmes aux entreprises, notamment aux PME ». “There are indubitably signs that the government recognises that there are problems for businesses, especially for small businesses, with all the extra red tape.”

20 “This government recognises that enterprise is the lifeblood of our economy. (...) Our vibrant and dynamic small business community is central to enterprise in the UK (...).”

21 Son titre officiel est le suivant: “Parliamentary Under-Secretary of State for Small Business”. Le poste, au rang hiérarchique par ailleurs assez mineur, est occupé depuis juin 2001 par Nigel Griffiths, le député de la circonscription du sud d’Edimbourg.

22 Le Pays de Galles et l’Écosse disposent de leurs propres structures. L’Écosse est particulièrement active grâce à son site web <sbgateway.com>. Ce service gère notamment un autre site réservé aux femmes entrepreneurs – <http://www.scottishbusinesswomen.com> – qui publie Ezine, une lettre d’information électronique pour ce segment de l’économie.

23 Le Centre for Policy Studies, groupe de réflexion de l’opposition, répond de façon générale par la négative : « Le Département du Commerce et de l’Industrie (DTI) se trouve paralysé par l’incompatibilité entre les objectifs à la fois économiques et sociaux qu’il se doit de poursuivre ». Une position aussi catégorique doit naturellement être nuancée. “The Department for Trade and Industry is an ineffective department suffering from a confusion of economic and social objectives.” (Centre for Policy Studies, 2001).

24 Voir également, Benneworth et Dawley, 2002, et Anderson et Drakopoulou-Dodd, 2001.

25 “Few owner-managers are profit maximisers, few have a strong commitment to growth and most firms operate in markets where imperfections reduce competitiveness substantially.”

26 Voir notamment les publications de Invest UK, l’agence gouvernementale pour la promotion internationale de l’investissement au Royaume-Uni, <www.invest.uk.com>. La stratégie de communication poursuivie s’efforce, tout naturellement, de créer l’image exclusive d’un pays résolument moderne.

27 « Même si l’évaluation qualitative s’appuie sur des données quantitatives, on convient généralement que l’analyse scientifique des effets et des résultats des politiques d’aide et de soutien aux entreprises conservera toujours un caractère très aléatoire ». “But quantitative data plays a support role in qualitative evaluations and, overall it is accepted that there will always be a high level of uncertainty in estimating outcomes and impacts of support policies.”

28 D’après un rapport du SBS, 75 % environ de l’amélioration de la situation de l’emploi entre 1995 et 1999 seraient dus aux PME, soit 85 % des 2,3 millions de nouveaux emplois créés. Voir Small Business Service (2002a).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Définition des PME
Légende Source : Commission européenne, 2003.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteur

Université Paris X – Nanterre

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540