Version classiqueVersion mobile

Intégration dans les Amériques

 | 
Jean-Michel Lacroix
, 
Maria Eugenia Cosio-Zavala
, 
Martine Azuelos

Territoires, sociétés et cultures

Alena et identité nord-américaine : comment aborder les transformations sociales ?

Cynthia Ghorra-Gobin

Texte intégral

1L’ALENA, un accord politique trilatéral signé entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, représente, à certains égards, une expérience intéressante de la réorganisation en cours du marché global et de la régionalisation du monde [Weintraub, 1995]. Mais l’avènement d’un marché à l’échelle d’une région intitulée « Amérique du Nord » (remarquablement analysé par plusieurs auteurs de contributions au présent ouvrage) peut toutefois difficilement être dissociée des transformations sociales qu’il suscite, qu’il accompagne et qui soulève les questions qui suivent.

2Comment définir l’entité Amérique du Nord à la suite de l’ALENA ? Ses habitants continueront-ils de s’identifier en tant que simples membres d’une communauté nationale ? Opteront-ils en faveur d’une participation à une culture de masse qualifiée de « nord-américaine » ? Accepteront-ils de se rallier à un credo de valeurs politiques universelles dépassant toute affiliation à une nation, une ethnie, une race ou une culture héritée ? Le multiculturalisme sera-t-il en mesure de faire de la multi-appartenance le leitmotiv central de ces trois peuples du Nouveau Monde en dehors de tout ancrage territorial ? Comment s’opérera la compatibilité entre le principe de la multi-appartenance, concept cher aux multiculturalistes, et l’organisation d’une société en réseau, autre concept cher aux sociologues s’inspirant des pratiques en cours dans le cyberespace ? Quelles seront les modalités de l’articulation entre processus identitaires, réseaux et territoires ? Pourra-t-on parler d’une identité continentale où les limites géographiques coïncideront avec l’émergence d’une gouvernance politique à cette même échelle ? Cette gouvernance s’inscrira-t-elle sous le leadership américain, fonctionnant dans une dynamique où le contrepouvoir serait représenté par une alliance entre le Canada et le Mexique ? Cette vision est-elle pertinente pour assurer les intérêts économiques des trois pays ? En d’autres termes la convergence économique à la suite de l’ALENA se traduira-t-elle par une convergence politique ? Si tel est le cas, comment repérer les processus identitaires en cours comme des objets privilégiés de la recherche dans la mesure où ils sont susceptibles de contribuer à cette possible convergence politique ?

  • 1 Le Mexique fait partie de l’OCDE depuis 1994.

3Ce questionnement varié, multiple et touchant à différents registres et différentes échelles territoriales allant du local aux relations internationales se présente comme une série d’entrées possibles pour aborder la thématique des mutations sociales et des processus identitaires inhérents à l’ALENA, un accord indissociable de la dynamique capitaliste. Cette dynamique capitaliste – grâce aux technologies de communication et d’information – s’est en effet affranchie de toute notion de territoire et de frontière et se traduit, outre les flux de capitaux, par d’importants flux migratoires des pays du Sud vers les pays du Nord. L’ALENA s’inscrit explicitement dans un cadre où les flux migratoires d’un pays dit pauvre, le Mexique1 concernent directement la première puissance économique, les États-Unis, et progressivement le Canada. D’ailleurs au moment de la signature du traité entre les trois pays, la question des flux migratoires a été omniprésente dans les débats politiques qui ont prétendu que l’ALENA réglerait ce problème, ce qui ne s’est pas produit. Les flux migratoires représentent certainement l’espace où les transformations sociales et les processus identitaires s’opèrent à grande vitesse. Ce questionnement sur l’identité de l’Amérique du Nord nous interpelle aussi en tant qu’Européens. Certes, l’Union européenne n’est pas vraiment similaire à l’ALENA mais elle pose aussi la question de l’identité européenne parallèlement aux identités nationales et face à l’arrivée de flux migratoires en provenance du Sud.

4L’interrogation autour de l’identité nord-américaine a été soulevée par des universitaires américains et notamment Robert Earle et John Wirth qui ont réuni douze contributions dans leur ouvrage de 1995 intitulé Identifies in North America : The Search for Community. Cet ouvrage a centré l’analyse sur les questions politiques et institutionnelles et sur les mythes fondateurs de chacune des trois nations, tels qu’ils sont véhiculés par les Lettres et Sciences Humaines. Notre approche diffère ici de celle des auteurs de l’ouvrage collectif tout en étant complémentaire, dans la mesure où il s’agit d’ancrer la réflexion identitaire sur les transformations sociales.

5Aussi sur la base d’une expérience personnelle qui m’a conduit à vivre pendant quatre ans à Los Angeles, à partir d’un certain nombre de textes relevant de corpus disciplinaires différents et à partir d’entretiens menés dans d’autres villes américaines, la démarche consiste à délimiter les axes susceptibles de rendre compte des transformations sociales et des processus identitaires en cours susceptibles de s’inscrire dans le champ politique et de conduire à terme au réaménagement des accords de l’ALENA. L’analyse se déroule en trois étapes. La première partie fait le constat de flux migratoires du Mexique vers le Nord, faute notamment de sérieux investissements faits par les États-Unis et le Canada au Mexique. La deuxième partie met en évidence l’avènement d’une culture de masse américaine se donnant les moyens de réinterpréter à sa manière des spécificités de la culture mexicaine ; c’est du moins en ces termes que cette culture est mise en scène par les médias écrits. La troisième partie souligne combien la différence de sens a priori attribuée par l’historiographie américaine aux termes de Chicano et de Mexicain-Américain est en réalité peu valable, ce qui permet de confirmer la volonté des Mexicains-Américains de se rallier aux valeurs universelles proposées par la démocratie américaine. La conclusion identifie les trois principaux axes autour desquels s’inscriraient les processus identitaires révélateurs des transformations sociales qui s’ils se transposent dans le champ politique entraîneront certainement une renégociation des accords, une hypothèse déjà évoquée dès le début de cet ouvrage.

1. Le constat : des flux migratoires en provenance du Mexique

6Les flux migratoires en provenance du Mexique représentent un véritable enjeu pour les pays du Nord, mais aussi pour le Mexique qui estime pour sa part qu’à terme les frontières ne devraient plus exister. Ceci fait dire au sociologue Bustamente que l’on va vers une fragmentation du Mexique en trois entités : avec le Nord tourné vers l’Amérique du Nord, le Sud tourné vers l’Amérique centrale et la région de Mexico entre ces deux mondes.

7À partir de l’historiographie américaine il est possible de caractériser les flux migratoires de la manière suivante. Ils se caractérisent par un pourcentage important d’immigrés clandestins en situation illégale, une concentration spatiale touchant les territoires du sud-ouest des États-Unis, et une crainte des Américains face au possible bilinguisme de cette population immigrée. D’après le sociologue Bustamente, l’intégration économique recherchée par l’ALENA se traduirait pour le Mexique par une accentuation des différences entre les habitants de la frontière et ceux du sud du pays. Il estime que le Mexique présente le sérieux risque de se fragmenter : il y aurait le pôle Mexico, les territoires proches de la frontière, et le Sud essentiellement agricole et tourné vers l’Amérique centrale.

1.1. Le point de vue des Mexicains

8Pour l’ensemble de la classe politique mexicaine, l’ALENA a représenté une avancée considérable. Les accords ont permis au pays de faire son entrée dans l’entité « nord-américaine », alors que jusqu’ici ce dernier avait été considéré comme un pays pauvre. Le Mexique fait désormais partie du club des grands depuis son entrée à l’OCDE. Les Mexicains ont toutefois tendance dans leur majorité à percevoir l’ALENA comme un accord économique ayant la capacité de faire disparaître à moyen terme les frontières entre les trois pays même s’il est vrai que ce choix risque de poser quelques problèmes aux Mexicains du Sud [Center for Immigration Studies, 2000].

9Les médias mexicains partagent l’idée d’une ouverture des frontières et se sont d’ailleurs exprimés en ces termes lors du voyage de leur président qui, après avoir été élu en juillet 2000, s’était rendu au Canada et aux États-Unis avant de prendre ses fonctions le 1er décembre 2000. Le président Fox a explicitement plaidé pour une alliance entre les trois pays à l’image de l’Europe. Il a émis l’idée d’une monnaie unique qui a été rejetée par le Premier ministre canadien, monsieur Chrétien. Il a ensuite proposé d’ouvrir les 3 000 km de frontière entre les États-Unis et le Mexique à l’horizon d’une dizaine d’années, proposition non reprise par le président de l’époque, Bill Clinton. Les flux migratoires annuels en direction des États-Unis ont compté, tout au long de la décennie 1990, environ 300 000 personnes. Ce chiffre inclut un certain nombre d’undocumented, soit d’immigrés en situation illégale, mais ne prend pas en compte le nombre de décès parmi les Mexicains qui tentent de traverser la frontière. Cette situation s’avère en effet de moins en moins tolérable pour les Mexicains comme pour les Américains.

1.2. Les points de vue américains

10Les Américains ne partagent pas les représentations que se font les Mexicains de l’ALENA. Au début des années 1990, le président Bill Clinton et son prédécesseur George Bush avaient déployé de nombreux efforts pour calmer les deux principaux groupes d’opposants à la signature de l’Accord, les environnementalistes et les syndicats, et ils avaient dû avancer l’argument d’une sensible diminution des flux migratoires. Le traité avait été présenté comme un accord susceptible d’enclencher une dynamique économique au Mexique, ce qui à terme devait réduire sensiblement les flux migratoires. Mais cette thèse ne se confirma pas. La continuité des flux migratoires, et notamment ceux des immigrés en situation illégale, a entraîné une mobilisation des Californiens sous le leadership de leur gouverneur. La Proposition 187 – visant à interdire l’accès aux équipements scolaires et sociaux des enfants d’immigrés illégaux – fut votée au référendum de novembre 1997.

11La constance des flux migratoires en provenance du Mexique suscite l’inquiétude de certains politiques, voire même de chercheurs comme le politologue Samuel Huntington. Parmi les arguments avancés ici, on retient ceux figurant dans un article publié par l’American Enterprise Institute en 2000 [Eluntington, 2000]. Huntington estime que l’intégration des Mexicains pose un véritable défi pour la nation américaine pour les trois raisons suivantes :

  1. L’immigration mexicaine se caractérise par un fort pourcentage de personnes en situation illégale. Les Mexicains représentent plus de 60 % d’immigrés rentrés de façon illégale aux États-Unis ;
  2. Les flux migratoires ne concernent pas de manière équitable l’ensemble du territoire américain et se concentrent dans le sud-ouest du pays ;
  3. Les Mexicains, à l’image de tous les autres immigrés, parleront certainement l’anglais mais, contrairement aux autres, ils risquent d’être plutôt bilingues.

12Ce doute à l’égard de la possible intégration des Mexicains peut facilement être relativisé par des arguments empruntés à d’autres chercheurs comme Linda Chavez [1991] et Peter Skerry.

1.3. Dépasser les regards antagonistes

13L’illégalité dans les flux migratoires composés de Mexicains a certainement franchi un seuil jamais égalé par d’autres immigrés. Mais de nombreux Américains pensent qu’il y a moyen de gérer la situation autrement que par la répression. Ils proposent des opérations de grande envergure favorisant des investissements américains et canadiens au Mexique, ce qui permettrait de créer des emplois et d’utiliser la main-d’œuvre locale. Des chercheurs et des politiques plaident également pour plus de souplesse dans la gestion des flux au niveau de la frontière afin de faciliter les allers-retours d’une catégorie de travailleurs qui se rendent aux États-Unis pour faire vivre le reste de la famille résidant au Mexique.

  • 2 “Mexican immigration has gone from being a regional phenomenon to very much a national phenomenon”

14Pour ce qui concerne le deuxième argument, jugé central par certains, une faible répartition spatiale des immigrés mexicains (y compris les immigrés en situation illégale) sur l’ensemble du pays au profit d’une concentration spatiale le long de la frontière, la situation est en train d’évoluer. Il est vrai que le district scolaire de Los Angeles est en majorité composé d’enfants d’origine mexicaine, mais les derniers recensements notent la présence de flux migratoires hispaniques et mexicains internes aux États-Unis. La croissance de la population d’origine mexicaine dans les villes et petites villes des États du Midwest est manifeste ; elle relativise considérablement l’idée d’un processus de concentration spatiale le long de la frontière. La dynamique infra-nationale confirme aisément les propos du sociologue Douglas Massey, professeur à l’université de Pennsylvanie, qui écrit : « L’immigration mexicaine a cessé d’être un phénomène régional pour devenir un phénomène national »2 [Massey, 1998].

2. Une culture de masse métissée : Amexica et MexAmerica

15Dans l’ensemble des enquêtes, les médias mettent l’accent sur deux aspects essentiels des flux migratoires : le caractère illégal d’une partie de l’immigration (qui se traduit d’ailleurs par une mortalité de moins en moins supportable quand il s’agit de traverser la frontière), ainsi que sur l’invention d’une culture de masse intégrant des spécificités mexicaines. Les termes Amexica figurant dans le numéro de Time du 11 juin 2001 et MexAmerica inventé vingt ans plus tôt par le journaliste-sociologue Joel Garreau traduisent bien l’avènement de cette culture de masse que l’on peut qualifier de « métissée », même si le terme n’existe pas en anglais.

16L’excellent reportage publié par Time en juin 2001 et intitulé Amexica met explicitement en scène cette culture de masse mexicaine-américaine à partir d’observations conduites dans les espaces publics. On lit ainsi que dans les villes de la frontière comme à Tijuana, les chauffeurs de taxi écoutent presque exclusivement la musique américaine alors que la norteno (musique de la frontière), qui se chante en espagnol et qui a emprunté rythmes et instruments allemands – remontant au XIXe siècle, à l’heure où les Allemands s’installaient au Texas – mélange à présent des accents de musique techno. Dans ces mêmes villes, on sert de l’horchata, une boisson mexicaine à base de riz et ici parfumée à la framboise, un goût qui peut difficilement être qualifié de mexicain. Quant aux tacos et burritos, ils se présentent désormais comme des produits courants aux États-Unis. L’usage des langues anglaise et espagnole a également tendance à se fondre dans le quotidien, et tout observateur de passage est surpris par les expressions courantes comme « presta me su credit card » et « compro y vendo carros » (I buy and sell cars). Le terme carros n’existe pas vraiment en espagnol mais se veut tout simplement une réinterprétation du mot américain car. Les repas se prennent à 13 et non à 14 ou 15 heures, et les horaires des rendez-vous sont respectés.

17L’expression MexAmerica correspond à l’invention de Joel Garreau [1981] qui propose l’idée d’une recomposition de l’Amérique du Nord en sept régions culturelles, alors même que l’ALENA était loin d’être encore signé. Parmi ces sept régions culturelles que sont The Foundry (l’ancien poumon industriel), l’Ecotopia (autour de San Francisco), Dixie (l’ancien Sud), l’Empty Quarter, le Breadbasket et le Québec, se distingue MexAmerica, où Los Angeles figure comme le centre ou encore la capitale. Le sociologue-journaliste, après avoir signalé l’existence d’une économie informelle (underground economy) et la présence d’immigrés en situation illégale, les undocumentados, évoque les particularismes culturels. Il prend ainsi l’exemple d’un quartier hispanique de San Diego, Logan Heights, et souligne les différences sociales et culturelles entre la population issue de l’immigration mexicaine et la population anglo, qui vit dans l’Ile Coronado située en face. Le barrio Logan Heights, sérieusement touché par la construction du pont San DiegoCoronado dans les années 1960, s’est organisé pour revendiquer le maintien de son espace public, Chicano Park. Dans ce lieu désormais bétonné – parce que situé juste en dessous du pont – figurent ainsi les peintures murales avec la Vierge de Guadalupe ainsi que Cuauhtemoc, le dernier empereur aztèque. Ces peintures relèvent d’un domaine artistique s’inscrivant dans la tradition mexicaine mais révèlent aussi une revendication sociale, celle de ne pas voir disparaître des espaces publics sous prétexte de la construction d’un équipement au profit de la voiture et au service d’Américains aisés.

18L’image de MexAmerica et celle d’Amexica se trouvent confortées par de récents travaux de sociologues qui mettent en évidence le poids des télévisions et radios hispaniques aux États-Unis. Ces moyens d’information ne s’adressent pas exclusivement aux Mexicains-Américains mais, tout en prenant en compte l’ensemble de la communauté hispanique (issue de l’immigration en provenance de l’Amérique centrale et l’Amérique latine), accordent une place prépondérante à la communauté mexicaine-américaine. On note aussi que cette culture de masse qui peut être qualifiée d’anglo-mexicaine inspire désormais des cinéastes qui, à l’image du célèbre film américain Traffic, associent les langues anglaise et espagnole, ce qui est tout de même un fait exceptionnel pour le cinéma hollywoodien.

19Pour conclure, on peut dire qu’avec Amexica et MexAmerica les journalistes ont associé culture de masse métissée et territoires du Sud-Ouest américain. Mais le dernier recensement américain ayant mis en évidence la dynamique de flux infranationaux concernant des populations hispaniques se déplaçant vers des villes du Midwest, la probabilité de voir une culture de masse métissée sur l’ensemble du territoire de l’Amérique du Nord, y compris dans les villes canadiennes, est renforcée.

3. Mexicain-Américain ou Chicano ? Le principe de l’adhésion à des valeurs universelles l’emporte

20L’historiographie américaine établit une distinction subtile entre les termes Mexican-American et Chicano. Le premier situe le Mexicain comme tout autre immigré dans la catégorie des hyphenated Americans alors que le second, qui a émergé sur la scène politique dans les années 1960, véhicule un sentiment de revendication d’un passé politique ou encore d’une appartenance culturelle héritée. Cette distinction entre les deux termes est toutefois jugée à présent peu adéquate par de nombreux Mexicains-Américains se qualifiant de Chicanos, à l’image de la posture empruntée par Benjamin Alire Saenz [1997].

21Dans son article, Saenz relate quelques expériences de son vécu en tant qu’habitant d’El Paso et en tant que professeur à l’université du Texas à El Paso. Il commence par décrire la réception offerte par la librairie Barnes & Nobles dans le West Side, le quartier résidentiel blanc d’El Paso. Tout en précisant que le design de la librairie s’apparente plus à l’image d’un mall qu’à celle d’une librairie, il constate que parmi les invités ne figurent que des Blancs (« there is no one here but white people »), alors que la population d’El Paso compte plus de 70 % d’Hispaniques. L’homogénéité raciale et ethnique des invités le met peu à l’aise et il décide de se rendre à une autre réception, celle d’une maison d’édition, Texas Western Press, où il constate que sa femme et lui participent en fait à une « white night » ou « white reception ». Il se demande pourquoi son épouse et lui sont les seuls à s’en rendre compte et pourquoi les autres ne s’en rendent pas compte : « why do we notice that we are the only Chicanos and why dont they notice ? »

22Sans répondre à la question sur la non-présence de Chicanos ou de Mexicains-Américains au sein de cette clientèle potentielle d’une libraire d’El Paso, Saenz relate son expérience de professeur à l’université. Il a toujours encouragé ses étudiants à lire des textes de poètes américains et il fut surpris lorsque l’un d’entre eux a refusé d’en lire (« I dont read gringo poets »). Saenz réagit aussitôt en affirmant qu’il ne voulait pas entendre de propos racistes dans ses cours et que ceux qui ne voulaient pas lire les poètes anglo-américains devraient quitter le cours. Quelques semaines plus tard, ce même étudiant dit à Saenz qu’il n’était pas un modèle pour les autres Chicanos : « You are not a real Chicano ». Pour Saenz, l’étudiant refusait en fait le dialogue que lui avait choisi de bâtir au fil des ans avec la culture dominante, la culture anglo-américaine.

23Pour Saenz, refuser de lire des poèmes d’auteurs anglo-américains conduit à un repli sur soi et évite de mener le combat politique. Saenz critique sévèrement les arguments de l’auteur Gloria Anzaldua qui dans son livre The New Mestiza dénonce la domination machiste (ce qui n’est pas un mal en soit) et fétichise la culture aztèque et indienne. Anzaldua refuse l’identité hispanique tout comme l’hérédité européenne pour revendiquer son « indianness » (indianité). Saenz précise d’emblée qu’il refuse de se bâtir une identité sur un passé perdu. Anzaldua fait l’éloge du passé qui a précédé la conquête du Nouveau Monde par les Européens et elle revendique, de ce fait, son antériorité sur ce continent. Saenz au contraire revendique la complexité de son identité : il se définit comme un individu appartenant à la classe moyenne américaine et il refuse de fétichiser son background indien, qui le positionnerait dans un combat perdu d’avance. Né citoyen américain lorsque ses parents ont choisi de s’installer aux États-Unis, Saenz appartient à la première génération de Mexicains-Américains. Pour lui, il n’est pas question d’idéaliser un paradis perdu pour échapper à la complexité du présent. Les États-Unis représentent son pays et à l’étranger, il est perçu comme un Américain.

24Tout en s’affirmant mexicain-américain (le terme Mexican renvoyant à l’affiliation à un peuple natif du Nouveau Monde (native Americans) et le terme American mettant en évidence le lieu de naissance et/ou l’appartenance civique et politique à la nation américaine), Saenz accepte de se ranger dans la catégorie Chicano, un terme qui lui permet de reconnaître qu’il existe encore des inégalités dans la démocratie américaine. Pour lui, le terme Chicano ne véhicule aucune identité historique mais uniquement des fragments d’identités, comme l’indique le titre de son article intitulé « In the Borderlands of Chicano Identity, There Are Only Fragments ». Aussi l’usage du terme Chicano n’a pour simple objectif que de défendre les principes de justice sociale à partir du moment où il est reconnu que l’appartenance à une race ou encore à une ethnie reconnaissable à une couleur de peau ne positionne pas l’individu dans un rapport d’équivalence avec l’autre. Le terme Chicano ne représenterait donc qu’une identité d’emprunt, en attendant la disparition des inégalités sociales rendue possible par le jeu démocratique. Ce point de vue est confirmé par Annick Tréguer qui, dans son ouvrage Chicanos : Murs peints aux États-Unis, lit le barrio comme le territoire du processus d’acculturation des Mexicains dans la réalité américaine. Les murais relèvent certes d’une tradition artistique mexicaine, mais ils affirment avant tout une revendication d’ordre social et politique.

25Après avoir fait le constat de l’enjeu des flux migratoires, après avoir présenté quelques éléments de l’avènement d’une culture de masse métissée et après avoir souligné la non-distinction entre Mexicains-Américains et Chicanos, la conclusion propose trois axes de réflexion pour répondre à la question de l’introduction. L’ALENA, qui se veut l’instrument d’un accord ayant pour objectif une convergence économique, pourrait-il être instrumentalisé au profit d’une convergence politique ?

26Le premier axe consiste à se donner les moyens d’avoir une connaissance plus approfondie de la culture de masse offrant des capacités de réinterprétation et d’intégration des différentes cultures en présence, en y intégrant bien entendu les médias canadiens. Le deuxième axe se donnerait pour ambition d’analyser avec rigueur et précision cette volonté de bilinguisme commune aux Mexicains et aux Canadiens. La question du bilinguisme telle que la posent les Mexicains-Américains aux États-Unis risque certainement de devenir un enjeu majeur de l’identité nord-américaine. Prôner le bilinguisme comme facteur de l’identité nord-américaine, à l’image de l’histoire du Canada, sans pour autant déterminer quelle serait l’autre langue, ne pose pas problème aux Mexicains. Mais en sera-t-il de même pour les Américains ?

27Le troisième axe reviendrait à identifier les objets pertinents pour suivre la possible convergence institutionnelle des trois États allant dans le sens d’une redéfinition possible de l’État-nation et de la citoyenneté. Le principe d’appartenance se décline aux États-Unis à partir des valeurs universelles portées par l’exercice de la démocratie, un principe que l’on retrouve au Canada et au Mexique. Mais le Canada et le Mexique ayant accordé une plus faible importance à l’individu par rapport aux groupes tout au long de leur histoire, leurs expériences ne risquent-elles pas plutôt de remettre en question le caractère exceptionnel de l’expérience démocratique américaine, comme l’illustre le droit à la propriété ?

Bibliographie

Bibliographie

Adelman, J. et S. Aron, 1999, “From Borderlands to Borders-: Empires, Nation-States, and the Peoples in Between in North American History”, American Historical Review, vol. 104, no 3, pp. 814-842.

Anderson, B., 1991, Imagined Communities-: Reflection on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso.

Ben Amor-Mathieu, L., 2000, Les télévisions hispaniques aux États-Unis : l’invention d’une communauté, Paris, CNRS.

Business Week, 1997, “The Border”, 12 mai.

Bustamente, J. A., 1995, “The Mexico-US Border: A Line of Paradox”, in Robert L. Earle et John D. Wirth, Identities in North America: The Search for Community, Stanford, Stanford University Press.

Center for Immigration Studies, 2000, “Five Years after Nafta”, Washington, D.C., Center for Immigration Studies.

Chavez, Linda, 1991, Out of the Barrio, New York, Basic Books.

Earle, R. L. et J. D. Wirth (dir.), 1995, Identities in North America: The Search for Community, Stanford, Stanford University Press.

Economist (The), 1997, “Mexico’s New Frontier”, 8 février.

Economist (The), 1998, “On the Mexican Border: the Sewage War”, 8 août.

Economist (The), 2001, “Between here and there”, 7 juillet.

Economist (The), 1995, “Scenes from a Border”, 4 février.

Economist (The), 1995, “The Mexican Border: Closely Observed Trains”, 17 juin.

Economist (The), 1997, “One River, One Country”, 13 septembre.

Economist (Thé), 2001, “Mexico’s Indians: One Nation, or Many?”, 20 janvier.

Garreau, Joel, 1981, The Nine Nations of North America, Boston, Houghton Mifflin.

Huntington, Samuel, 2000, “Why Mexico is a Problem”, in “The Special Case of Mexican Immigration”, The American Enterprise, décembre,
<http://www.theamericanenterprise.org/taedecOOc.htm>.

Kaplan, R. D., 1998, “Travels into America’s Future”, The Atlantic Monthly, juillet, pp. 47-65.

Lugo, A., 1997, “Reflections on Border Theory, Culture, and the Nation”, in Scott Michaelsen et David E. Johnson, Border Theory: the Limits of Cultural Politics, Minneapolis, University of Minnesota Press, pp. 43-67.

Massey Douglas, 1998, Worlds in Motion. Understanding International Migration at Century’s End, New York, Oxford University Press.

Massey, Douglas, 2001, « États-Unis : la peur du Mexicain », Le Monde des Débats, no 21, janvier.

Newsweek, 2000, “Brown against Brown”, 18 septembre, pp. 49-65.

Revel-Mouroz, Jean et Alain Vanneph, 1994, Villes frontalières Mexique - États-Unis, Paris, La documentation française.

Rodaldo R., 1993, Culture and Truth: The Remaking of Social Analysis, Boston, Beacon Press.

Saenz, Benjamin Alire, 1997, “In the Borderlands of Chicano Identity, There Are Only Fragments”, in Scott Michaelsen et David E. Johnson, Border Theory-: The Limits of Cultural Politics, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Time, 1985, “Immigrants: the challenging face of America”, 8 juillet.

Time, 2001, “Welcome to Amexica: Whaf s happening on the US-Mexico border is changing a continent”, 11 juin.

Tréguer, Annick, 2000, Chicanos : Murs peints aux États-Unis, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle.

U.S. General Accounting Office (GAO), 1999, US-Mexico Border: Issues and Challenges Confronting the US and Mexico, Washington, D.C., juillet.

Weintraub, Sidney, 1995, “The Depth of Economic Integration between Mexico and the United States”, The Washington Quarterly, vol. 18, no 4, pp. 173-184.

Wilson, Thomas M. et Hastings Donnan, 1998, Border Identifies: Nation and State at International Frontiers, New York, Cambridge University Press.

Notes

1 Le Mexique fait partie de l’OCDE depuis 1994.

2 “Mexican immigration has gone from being a regional phenomenon to very much a national phenomenon”.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search