Version classiqueVersion mobile

Intégration dans les Amériques

 | 
Jean-Michel Lacroix
, 
Maria Eugenia Cosio-Zavala
, 
Martine Azuelos

Les dimensions économiques de l'intégration

Les banques américaines et l’Alena : le cas de Citibank

Christine Zumello

Texte intégral

  • 1 Texte de l’Accord de libre-échange nord-américain <http://www.sice.oas.org/trade/nafta>

1C’est le chapitre XIV du traité de l’ALENA1 qui constitue le point de départ de cet article. Ce chapitre prévoit que le libre-échange des investissements doit être favorisé et encouragé. Parmi les différentes perspectives qui pourraient être ici abordées, on distinguera le cas des établissements bancaires américains. Le développement des échanges de services financiers ne semble pas être uniquement un effet induit du Traité, mais il s’inscrit dans un mouvement amorcé depuis de nombreuses décennies qui trouve, dans le cadre juridique de l’ALENA un terreau fertile, propice à accélérer son essor.

2À cet effet, on se propose d’étudier plus en détail le rôle, l’implantation et les avancées de Citibank, banque américaine présente au Mexique depuis 1929. Tout d’abord, il convient de tracer le cadre fourni par les dispositions juridiques et administratives qui sous-tendent l’activité des institutions financières : le chapitre XIV de l’ALENA. Dans un deuxième temps nous examinerons la place des établissements bancaires américains au Mexique et en particulier celle de Citibank, qui est un cas atypique. L’implantation de Citibank au Mexique a connu une avancée sans précédent en mai 2001 lorsque cet établissement s’est porté acquéreur de Banamex. Cette acquisition nous permet d’étudier très concrètement la mise en œuvre de l’ALENA dans le secteur des services financiers. Nous terminerons enfin par deux points particulièrement importants dans l’activité financière qui lie le Mexique et les États-Unis. Le premier de ces points a trait au financement public et à la gestion de la dette au Mexique et plus précisément à la naissance des Brady Bonds en 1990. Le second point soulèvera la question de l’entremise de la Banque de développement nord-américaine (North American Development Bank) qui a été créée par le traité de l’ALENA.

1. Le cadre réglementaire : le chapitre XIV de l’ALENA

  • 2 ALENA, Chapitre XIV, articles 1401, 1403, 1405 et 1416.

3Le chapitre XIV de l’ALENA couvre tout particulièrement le secteur de la banque, des maisons de courtage et de l’assurance. La croissance exponentielle de ces secteurs, au niveau international, au cours des deux dernières décennies, et leur importance dans les mécanismes économiques mondiaux, en font un chapitre majeur de ce traité. L’article 1403 permet à toute institution d’un des trois pays signataires de s’établir librement dans cet espace de libre-échange : États-Unis, Canada et Mexique. On rappellera qu’une filiale a une identité juridique distincte de la société mère et qu’elle doit s’astreindre à des ratios de réserves ainsi qu’à un niveau de capitalisation plus sévères. Le chapitre XIV définit également un « test de résidence » qui doit permettre de déterminer la nationalité de l’investisseur financier sur le territoire de l’ALENA. Ainsi, la filiale d’une banque étrangère (autre que mexicaine, canadienne ou américaine), donc une entité juridique distincte de la maison mère, responsable devant les organes de réglementation locaux, pourrait bénéficier des avantages en matière d’implantation tels qu’ils sont prévus par l’ALENA ; en revanche, la succursale d’une banque étrangère au Mexique, au Canada ou aux États-Unis ne rentrerait pas dans le cadre d’application de l’ALENA. Le Canada utilise quant à lui un autre mode de détermination de la nationalité dit du « test de contrôle » selon lequel, pour qu’une banque américaine ou mexicaine bénéficie des avantages prévus par l’ALENA, l’institution financière doit être contrôlée à 50 % par des actionnaires résidant dans l’un des pays de l’ALENA2. La différence est ici juridique : une succursale n’a aucune responsabilité envers les organes de réglementation locaux ; c’est en revanche le cas pour les filiales.

2. La place des établissements bancaires américains au Mexique : l’exemple de Citibank

4City Bank, créée à New York en 1812, est devenue National City Bank en 1865, après l’adoption du National Bank Act de 1863 qui lui a conféré une charte nationale. Sous la direction de James Stillman (à partir de 1891), la banque renforce son emprise, fondée alors principalement, en sa qualité de banque d’investissement, sur l’émission et la garantie d’obligations pour le compte de sociétés de chemin de fer et de sociétés industrielles. En 1900, avec 150 millions de dollars d’actifs, la National City Bank est la première banque des États-Unis. Elle est aussi particulièrement active dans le domaine du commerce extérieur (coton) et a des liens très étroits avec la Midland Bank, en Angleterre, la Deutsche Bank en Allemagne ainsi que les Hong Kong et Shanghai Banks (HSBC) [Prasad, 1999]. L’adoption du Federal Reserve Act en 1913 permet à des banques américaines d’ouvrir des succursales à l’étranger et c’est dans ce contexte que la National City Bank s’implante au Mexique en 1929.

  • 3 Comme le souligne Robert Rubin, “In the Riegle-Neal Interstate Banking and Branching Efficiency Ac (...)
  • 4 Voir le chapitre 12 du US Code qui traite de la législation bancaire : 12 USC 221 ; 12 USC 1813 ; (...)
  • 5 On notera que dès 1987, soit plus de dix ans avant l’abrogation du Glass-Steagall Act, la Fed avai (...)

5Par ailleurs, au début du XXe siècle, quelques grandes lois ont façonné le système bancaire américain et mis en place un maillage assez étroit qui réduisait la marge de manœuvre des banques américaines sur leur propre territoire. Le Mc Fadden Act, adopté en 1927, imposa des restrictions géographiques aux banques. Cette loi leur donnait toute latitude pour l’ouverture d’agences au sein d’un État américain mais leur interdisait de s’étendre dans un autre État. Cela limitait donc les activités bancaires inter-États (Interstate banking) [Fabozzi et Modigliani, 1992, p. 42], Ceci a donc entretenu pendant longtemps un paysage bancaire américain morcelé et fractionné car il a été impossible durant des années pour une banque américaine de construire un réseau sur le territoire des États-Unis. Cette loi de 1927 a cependant été assouplie en 1994 suite à l’adoption du Riegle-Neal Interstate Banking and Branching Efficiency Act3. Peu de temps après l’adoption du Mc Fadden Act, en 1933 entrait en vigueur le Glass-Steagall Act. Cette loi a quant à elle tracé une frontière pendant longtemps infranchissable entre les activités de banque commerciale et les activités de banque d’investissement. Cette loi a été abrogée par le Congrès en octobre 1999, officialisant ainsi des pratiques qui s’étaient déjà développées dans les faits puisque de nombreuses banques américaines disposaient d’une activité commerciale et d’une activité de banque d’investissement bien avant cette date. En 1978 enfin, une loi (International Banking Act4) a permis de faire entrer les agences et les filiales de banques étrangères implantées aux États-Unis sous la coupe de la loi et de la réglementation fédérales américaines. Dans les années 1980 et 1990 s’ouvre donc, aux États-Unis, une ère de libéralisation des pratiques bancaires qui sont entérinées par un appareil législatif important5. Dans ce contexte, l’ALENA a aussi participé de cet assouplissement du cadre législatif qui avait, au début du XXe siècle, corseté les banques américaines. En effet, la signature de l’ALENA donnait aux investisseurs américains et canadiens la possibilité de détenir 100 % d’une banque mexicaine, avec néanmoins une période de transition de six années (1994 à 2000). Ceci avait pour but de protéger les banques mexicaines de prises de contrôle intempestives, voire d’OPA hostiles.

6C’est ainsi dans un contexte de libéralisation interne, aux États-Unis même, concernant le système bancaire qu’est venu se greffer le traité de l’ALENA, comme venant appuyer le trait déjà tracé. Le fruit de cette double libéralisation est représenté par l’acquisition de Banamex par Citibank en mai 2001.

  • 6 Citigroup est le résultat de la fusion de Citicorp et Travelers Group en 1998.

7Citibank fait aujourd’hui partie de Citigroup6 qui est une holding de sociétés financières composée de cinq branches principales : Citibank, qui représente le pôle banque commerciale ; Associates First Capital Corp., qui est le pôle spécialisé dans les financements aux particuliers ; Salomon Smith Barney, qui est le pôle maison de courtage/banque d’investissement ; Travelers Life et Property Casualty Insurance Co., qui forment les deux pôles assurance du groupe. La physionomie de Citigroup recouvre à elle seule la quasi-totalité des secteurs d’investissements qui figurent au chapitre XIV de l’ALENA.

8Citigroup a marqué un intérêt croissant pour les marchés émergents [Citigroup, 2001, p. 16] – point sur lequel nous reviendrons plus avant – marchés plus risqués certes mais également beaucoup plus porteurs, en particulier dans le contexte actuel de crise des marchés boursiers et de crise du secteur banque d’affaires grevé par la baisse du nombre d’introductions en bourse. Actuellement les pôles bancaires de Citigroup représentent 45 % du chiffre d’affaires du groupe, dont 15 % sont issus des seules opérations liées aux cartes de crédit. Le pôle banque d’investissement représente quant à lui 24 % du chiffre d’affaires du groupe.

9Il faut également noter que l’un des membres du conseil d’administration de Citigroup, et aussi conseiller rapproché du président Sanford Weill, n’est autre que Robert Rubin. Rubin a été ministre de l’Économie et des Finances sous la présidence de Bill Clinton (du 10 janvier 1995 au 2 juillet 1999). Il avait auparavant effectué un long parcours chez Goldman Sachs (de 1966 à 1993), une banque d’investissement américaine, dont il est devenu l’un des associés (partner) de 1971 à 1993, avant d’accéder au poste de ministre de l’Économie et des Finances en 1995, après deux années passées au sein du National Economic Council.

3. La Citibank-Banamex : la mise en œuvre concrète de l’ALENA dans le secteur des services financiers

  • 7 Banamex a été fondée en 1884. Elle compte plus de 1 300 succursales sur l’ensemble du territoire d (...)
  • 8 La fin des années 1970 et le début des années 1980 furent marquées par des taux d’inflation élevés (...)
  • 9 Le sénateur Carl Levin (D-Mich.), chef de file des démocrates de la sous-commission permanente cha (...)

10Le Mexique est aujourd’hui un pays peu équipé en établissements bancaires. C’est aussi un secteur très concentré dans lequel deux banques (Banamex7 et Serfin) contrôlaient jusqu’à très récemment les deux tiers du marché. Par ailleurs les banques, au Mexique, font quasiment toutes partie de grupos financieros (des regroupements de plusieurs établissements financiers) [Haar, 1999, p. 5]. La stabilité financière du Mexique a été souvent mise à rude épreuve et plus particulièrement en 19828 suite à la crise de la dette nationale, puis à nouveau en 1994. En 1982, la crise a poussé le gouvernement mexicain à nationaliser l’ensemble des banques, y compris Banamex, et Citibank a purgé les créances irrécouvrables et décidé d’assainir la dette que le Mexique ne pouvait honorer sur la base de 65 cents pour un dollar [IMF, 1994, p. 95]. En 1991, alors que la situation s’était améliorée, Banamex fut à nouveau privatisée et rachetée par Roberto Hernandez. L’année 1994 fut par ailleurs le théâtre d’événements tragiques au Mexique, et marquée par une révolte paysanne dans l’État du Chiapas et l’assassinat du candidat du Partido Revolucionario Institucional (PRI) à l’élection présidentielle, Luis Donaldo Colosio. Les capitaux étrangers amorcèrent un retrait massif du pays, retrait facilité par des taux d’intérêt américains en augmentation. Le peso fut dévalué, tombant à un cours de 7 pesos pour un dollar américain, ce qui se répercuta sur le marché boursier mexicain (Tequila effect). De plus, le nombre de prêts qui passèrent dans la catégorie des créances douteuses ou irrécouvrables ont immanquablement rétréci les marges bénéficiaires de nombreuses banques mexicaines [Haar, 1999, p. 5]. Si l’on considère le nombre d’années qui marquent sa présence au Mexique, le rôle important qu’elle a joué dans l’assainissement des problèmes de la dette mais aussi les liens personnels forts qui auraient lié la classe politique mexicaine et les États-Unis9, Citibank a assis une emprise sur le système financier mexicain qui trouva en l’ALENA une forme d’absolution juridique, mais ne fut en aucun cas un effet induit du traité.

11En mai 2001, le projet d’achat de Banamex, qui appartient au Grupo Financiero-Banamex-Accival (BANACCI), par Citigroup est officialisé. Le montant de cette acquisition s’élève à 12,5 milliards de dollars, ce qui la place en tête de toutes les acquisitions en Amérique latine. Sanford I. Weill, le président directeur général de Citigroup, s’exprime en ces termes pour annoncer l’acquisition :

  • 10 Texte original consultable sur le site de Banamex : <http://www.banamex.com.mx/eng/informacio/notas/200105>.

Le Mexique et les États-Unis ont entamé un processus d’intégration qui ne cesse de progresser dans les domaines des produits, des services et des flux de capitaux. Ce lien étroit qui est scellé entre Citigroup et Banacci s’appuie largement sur cette tendance et s’inscrit dans une stratégie qui s’impose naturellement à nos deux sociétés. Le Mexique constitue l’un des plus importants marchés au monde. Banacci est une institution financière de premier ordre au Mexique, elle bénéficie d’un nom de grande qualité, elle affiche des comptes en excellente santé ainsi que d’excellents services financiers ; tous ces atouts en font un partenaire idéal pour notre société alors que nous sommes en train d’œuvrer pour consolider notre présence dans ce pays. Nous sommes fort impressionnés par la qualité de l’équipe dirigeante de Banamex et avons hâte de créer, avec nos nouveaux partenaires, la plus puissante institution financière du Mexique, ce qui permettra d’élargir considérablement notre franchise. Nous allons aussi travailler de concert pour développer notre position sur le marché, en pleine expansion, de la population hispanisante dans d’autres zones de l’Amérique du Nord10.

12Roberto Hernandez fait écho à S. Weill et déclare, quant à lui :

  • 11 Ibid.

La mondialisation est une réalité que nul ne peut nier et elle est une source de grandes opportunités. Notre intégration avec Citigroup, qui est la plus puissante institution financière au monde, permet de donner au Mexique une banque forte qui continuera à se battre efficacement sur une scène mondiale en pleine mutation. Cette intégration permettra aussi de garantir aux sociétés et aux consommateurs mexicains les services d’une banque extrêmement solide, concurrentielle et qui dispose d’un réseau mondial11.

13Cette acquisition a été rendue possible car nous étions arrivés au terme de la période dite de transition (1994-2000) ; de plus, la principale raison économique de cette acquisition est à rechercher dans le potentiel de prêts que représente le Mexique. En effet, les prêts ne représentent aujourd’hui que 10 % du PNB du Mexique (alors que ce chiffre s’élève à 29 % au Brésil, par exemple, et à 72 % aux États-Unis). Par ailleurs, Citibank espère pouvoir cibler de façon encore plus importante la population mexicaine résidant aux États-Unis en ouvrant des agences Banamex ou en rebaptisant des agences Citibank désormais Citibank/Banamex. Le poids financier de la population hispanique vivant aux États-Unis représente environ 80 % du PNB mexicain. Sont particulièrement visés les transferts de fonds vers le Mexique par la population immigrée estimés à 8 milliards de dollars et sur lesquels sont ponctionnées des commissions.

14Cette opération s’inscrit dans le cadre plus vaste de l’intégration du Mexique dans la sphère américaine. Et il faut remarquer que la nouvelle de ce rachat de Banamex par Citigroup n’a pas fait l’unanimité au Mexique et a même provoqué une série d’actes violents, puisque trois bombes ont explosé près de plusieurs agences de Banamex à Mexico, et ceci dans un mouvement de protestation contre la vente de cette institution financière mexicaine à une société américaine [Thompson, 2001].

15Robert Rubin qui, lorsqu’il était secrétaire au Trésor, avait mis au point le plan de sauvetage de l’économie mexicaine (au bord de la faillite suite à la dévaluation du peso en 1994) pour un montant de 20 milliards de dollars, est également un artisan important de l’achat de Banamex puisqu’il est, comme on l’a vu, un membre éminent de la direction de Citigroup. Il affirmait en mai 2001 :

L’annonce qui a été faite aujourd’hui (l’achat de Banamex par Citigroup) est le symbole de l’engagement de Citigroup envers le Mexique et de la confiance que Citigroup place dans le potentiel de ce pays. Elle marque aussi la confiance dans le processus d’intégration toujours plus abouti entre le Mexique et l’économie américaine, et de façon plus générale dans la vision d’une grande économie de l’Amérique du Nord [Atlas et Weiner, 2001].

16Outre les facilités offertes par l’ALENA, et outre le potentiel de croissance de son activité commerciale au Mexique et aux États-Unis, cette acquisition de Banamex par Citibank s’inscrit dans une stratégie plus vaste, et qui dépasse les contours de l’ALENA, d’implantation sur des marchés émergents en Asie et en Europe de l’Est mais aussi, bien sûr, au Mexique.

4. Financement public et gestion de la dette au Mexique : la naissance des Brady Bonds

  • 12 Nicholas Brady était en 1990 le ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Bush. 11 es (...)

17Les Brady Bonds ont été créés en 1990 sous l’égide du plan éponyme dit Plan Brady12 qui visait à offrir une possibilité de restructuration de la dette de différents pays confrontés à un problème de solvabilité et alors incapables d’honorer leur dette extérieure. De façon symétrique, cela devait aussi permettre aux banques américaines de faire face au problème de non-remboursement de leurs créances. Sans cette intervention, les établissements bancaires engagés au Mexique, en particulier, auraient dû passer ces pertes au bilan, ce qui aurait eu des conséquences catastrophiques sur leur solvabilité.

  • 13 Les Tesebonos sont des obligations à court terme indexées sur le dollar américain, ce qui permet a (...)
  • 14 Le Plan Brady s’est aussi appliqué à la Bulgarie, au Maroc, au Nigeria, aux Philippines et à la Po (...)

18Les Brady Bonds résultent d’une opération de titrisation qui consiste à échanger des prêts commerciaux contre des titres de créance appelés obligations Brady. Ils participent ainsi d’un mouvement global de titrisation des dettes. Parmi les principales banques émettrices de Brady Bonds on compte JP Morgan et Citigroup par l’intermédiaire de Salomon Smith Barney (qui, comme on l’a vu, est la branche banque d’investissement de Citigroup). La quasi-totalité des obligations est libellée en dollars américains. Le premier bénéficiaire des Brady Bonds a été le Mexique13 et ce dès 1990. Mais de nombreux pays d’Amérique latine ont bénéficié de ce plan de restructuration de la dette. On compte en Amérique latine : l’Argentine, le Brésil, le Costa Rica, l’Équateur et l’Uruguay14.

  • 15 En 2001, plus de 200 milliards de dollars de Brady Bonds avaient été émis. Une petite partie de Br (...)

19Ces obligations sont garanties par des fonds qui sont déposés auprès de la Banque de Réserve fédérale de New York et qui sont investis dans des titres (dont la note doit être au moins équivalente à AA – ce qui équivaut à une société en très bonne santé), et ce dans le but de permettre, quelle que soit la conjoncture, le paiement des intérêts courus s’il advenait qu’un pays débiteur se trouve dans l’incapacité de le faire. En un peu plus de dix ans le marché des Brady Bonds est devenu le plus liquide et le plus capitalisé des marchés d’instruments financiers sur les marchés émergents15.

20Citigroup n’est pas intervenue au Mexique uniquement dans le cadre favorable que lui a fourni l’ALENA. En effet, Citigroup a de façon marquée montré son intérêt pour les marchés émergents et ce malgré des dettes importantes avec les pays d’Amérique latine au cours des années 1980. Grâce à l’acquisition de Banamex, Citigroup tire désormais 25 % de ses profits des marchés émergents. Le marché mexicain est fertile et cette acquisition est une façon pour Citigroup de s’offrir une très bonne franchise au Mexique.

5. L’entremise de la North American Development Bank

21Cette banque a été créée par l’ALENA pour faciliter le financement de projets liés à l’environnement et à la protection de cet environnement sur la frontière Mexique - États-Unis. Dans ce cadre, son principal but est de financer la Border Environment Coopération Commission (BECC). Le capital constitutif de la NADB s’élève à 450 millions de dollars qui proviennent en proportions égales du Mexique et des États-Unis. Par ailleurs, la banque devrait pouvoir accorder des prêts pour un montant total maximum de 3 milliards de dollars.

22Lors de la conférence des Nations unies qui s’est tenue à Monterrey au Mexique en mars 2002 pour se pencher sur la question d’une aide efficace des pays riches aux pays pauvres, les liens entre le Mexique et les États-Unis ont constitué un cas particulièrement intéressant. Selon la Banque inter-américaine de développement, plus de 23 milliards de dollars (migradolares) ont été renvoyés dans les pays d’Amérique latine d’où sont originaires les expéditeurs résidant aux États-Unis, dont 9,3 milliards au seul Mexique, soit 39 % de la somme totale. Ce chiffre représente la troisième source de revenu pour le Mexique, après le pétrole et le tourisme. Citibank est aussi une banque commerciale, à ce titre, elle est particulièrement intéressée par ce point ; in ultimo, le véritable potentiel est aussi de développer les services financiers aux particuliers. Le président du Mexique, Vicente Fox, a même considéré que les travailleurs émigrés mexicains vivant aux États-Unis (23 millions de personnes) étaient des héros pour la nation mexicaine, car ils pouvaient potentiellement être considérés comme des partenaires économiques pour le Mexique.

23Or la NADB a souligné que l’écrasante majorité de ces migradolares n’était pas investie dans des projets qui pourraient stimuler la croissance économique du pays, ou encore épargnée, mais servait surtout à subvenir aux besoins de première nécessité d’une population pauvre restée au Mexique. Les responsables mexicains sont donc en train de négocier avec les banques, et en particulier Citibank/Banamex, pour que le coût des transferts d’argent expédié des États-Unis vers le Mexique soit moins élevé. Concrètement, les travailleurs mexicains aux États-Unis pourraient envoyer des cartes de retrait bancaires à des membres de leur famille restés au Mexique qui auraient ainsi accès à des fonds restés, eux, aux États-Unis. À titre d’exemple, le virement d’une somme de 200 dollars américains représente environ 25 dollars de commission alors qu’avec les cartes de retrait, la commission ne serait plus que d’environ 3 dollars par transaction. Le rapprochement entre Citibank et Banamex va pouvoir concrétiser et fluidifier ces actions.

  • 16 Cela reflète l’idée que cette banque américaine, présente au Mexique depuis 1929, bénéficiait d’un (...)

24Il semble que l’ALENA ait sans aucun doute facilité et développé, mais en aucun cas déclenché, les échanges financiers entre le Mexique et les États-Unis. En particulier on notera que l’abolition du Glass-Steagall Act de 1933 en octobre 1999 a été un élément fondamental pour la libération des banques américaines. (On rappellera qu’il fut paradoxalement largement responsable de la débâcle des caisses d’épargne américaines dans les années 1980). Par ailleurs la tourmente qui a agité les marchés boursiers depuis l’essoufflement des valeurs technologiques a rendu les marchés émergents plus attrayants, en Amérique latine, mais aussi en Asie et en Europe de l’Est. Seule Citibank, qui bénéficie de l’atout d’une. grandfather clause16, si l’on exclut les banques espagnoles qui affichent historiquement une forte présence au Mexique, a pu acquérir et montrer une présence active et encore plus forte au Mexique depuis 1992, date de la signature de l’ALENA. Cet accord n’aurait-il alors qu’accompagné une intégration financière qui se serait naturellement imposée ? En effet, Citibank apparaît comme la banque américaine qui a le plus bénéficié, à ce jour, de l’ALENA, alors qu’elle est aussi celle qui, d’une certaine manière, en avait le moins besoin car son implantation est ancienne et très ancrée.

Bibliographie

Bibliographie

Atlas, Riva et Tim Weiner, 2001, “Citigroup to buy Mexican Bank”, New York Times, 18 mai.

Brindley, W. et Peter Laomea, 1998, “A War Room Can be Heaven”, The Journal of Business Strategy, vol. 19, no 5, pp. 47-50.

Citigroup, 2001, Annual Report, New York, p. 16.

Citigroup, 2001, Prospectus of the Citigroup offer to purchase Grupo Financiero Banamex Accival, S. A. de C. V. (Banacci), 6 juillet.

Ewing, B., 1999, “NAFTA and North American Stock Market Linkages: an Empirical Note”, North American journal of Economics and Finance, vol. 10, no 2, pp. 443-451.

Fabozzi, F. J. et Franco Modigliani, 1992, Capital Markets: Institutions and Instruments, Prentice Hall International, Englewood Cliffs, New Jersey.

Fishlow, Albert, 1988, “Front Crisis to Problem: Latin American Debt”, in R. Wesson (dir.), Coping with the Latin American Debt, New York, Praeger.

Haar, Jerry et Krishnan Dandapani, 1999, Banking in North America: NAFTA and Beyond, New York, Elsevier.

Hazera, A., 2000, “Recent Trends in the Evolution of the Mexican Financial Groups”, International Journal of Public Administration, vol. 23, no 5-8, pp. 1007-1034.

International Monetary Fund, 1994, World Economic Outlook, Washington, D.C., International Monetary Fund, mai.

Johnston, J. et Jeff Madura, 2000, “Valuing the Potential Transformation of Banks into Financial Service Conglomerates: Evidence from the Citigroup Merger”, The Financial Review, vol. 35, no 2, pp. 17-35.

Love, James H., 1999a, “Is There Competition for US Direct Investment? A Perspective on NAFTA”, The World Economy, vol. 22, no 2, pp. 207-221.

Love, James H., 1999b, “The Ownership Advantage in Latin American FDI: A Sectoral Study of US Direct Investment in Mexico”, The Journal of Development Studies, vol. 35, no 5, pp. 75-95.

Miles, W., 1999, “Securitization, Liquidity, and the Brady Plan”, North American Journal of Economies and Finance, vol. 10, no 2, pp. 423-442.

Prasad, Srinivas B., 1999, “The Metamorphosis of City and Chase as Multinational Banks”, Business and Economic History, vol. 28, no 2, pp. 201-211.

Rubin, Robert, 1998, Preface in R.E. Litan et J. Rauch, American Finance for the 21st Century, Washington D.C., Brookings Institution Press.

Sharma, S., 2001, “The Missed Lessons of the Mexican Peso Crisis”, Challenge, vol. 44, no 1, janvier-février, pp. 56-89.

Stevens, G., 1998, “U.S. Direct Investment to Mexico: Politics, Economics, and NAFTA”, Contemporary Economic Policy, vol. 16, no 2, pp. 197-210.

Thompson, Ginger, 2001, “Mexico: Bombs Outside Banks”, New York Times, 10 août, p. A6.

Notes

1 Texte de l’Accord de libre-échange nord-américain <http://www.sice.oas.org/trade/nafta>

2 ALENA, Chapitre XIV, articles 1401, 1403, 1405 et 1416.

3 Comme le souligne Robert Rubin, “In the Riegle-Neal Interstate Banking and Branching Efficiency Act of 1994 Congress directed the Secretary of the Treasury to take a broad look at the strengths and weaknesses of our financial services System” [Rubin, 1998].

4 Voir le chapitre 12 du US Code qui traite de la législation bancaire : 12 USC 221 ; 12 USC 1813 ; 12 USC 3101.

5 On notera que dès 1987, soit plus de dix ans avant l’abrogation du Glass-Steagall Act, la Fed avait permis à trois banques de garantir l’émission de titres (activité qui leur avait jusqu’alors été interdite par la loi de 1933). Ces trois banques étaient Citicorp, Bankers Trust et JP Morgan Guaranty [Fabozzi et Modigliani, 1992, p. 44].

6 Citigroup est le résultat de la fusion de Citicorp et Travelers Group en 1998.

7 Banamex a été fondée en 1884. Elle compte plus de 1 300 succursales sur l’ensemble du territoire du Mexique. Ces activités internationales sont représentées par des bureaux en Grande-Bretagne, Argentine, les Bahamas et les Iles Cayman.

8 La fin des années 1970 et le début des années 1980 furent marquées par des taux d’inflation élevés au Mexique. Cette pression inflationniste était principalement imputable à la nécessité de financer un déficit budgétaire oedémique. Les réserves de pétrole du Mexique constituaient un aimant pour les capitaux étrangers qui y voyaient une garantie substantielle. Le 13 août 1982, le Mexique annonçait officiellement son incapacité à faire face à ses dettes. Les effets furent dévastateurs pour le taux de croissance et les banques mexicaines furent nationalisées [Fishlow, 1988].

9 Le sénateur Carl Levin (D-Mich.), chef de file des démocrates de la sous-commission permanente chargée des enquêtes au Sénat (Permanent Subcommittee on Investigations), a tenu des auditions concernant les abus du système bancaire privé. Parmi les cas étudiés par la sous-commission, on relève celui de Raul Salinas, frère de l’ancien président du Mexique. Celui-ci aurait sorti du Mexique plus de 87 millions de dollars grâce aux comptes privés de Citibank, en utilisant des noms d’emprunt, des comptes à l’étranger et une société écran, Trocca Ltd. Citibank, selon les travaux de la commission, ne serait pas directement responsable de ces manoeuvres qui semblent être dues à des dysfonctionnement du système bancaire privé. Voir sur ce point les auditions devant la sous-commission du Sénat, 9 novembre 1999. Les témoins entendus étaient Amy Elliott, Albert Misan, Alain Ober, G. Edward Montera (The Citibank Private Bank, New York) et John S. Reed (Citigroup, New York), <http://www.senate.gov/gov_affairs/!10999_witness.htm>.

10 Texte original consultable sur le site de Banamex : <http://www.banamex.com.mx/eng/informacio/notas/200105>.

11 Ibid.

12 Nicholas Brady était en 1990 le ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Bush. 11 est, en étroite collaboration avec le FMI et la Banque mondiale, à l’origine de cet effort visant à restructurer la dette devenue irrécouvrable de plusieurs pays surendettés en la transformant en des instruments de créance liquides et négociables. Il s’agit de titres de créance à long terme puisque leur maturité s’étale sur une période allant de 10 à 30 ans.

13 Les Tesebonos sont des obligations à court terme indexées sur le dollar américain, ce qui permet aux investisseurs de s’abriter des fluctuations intempestives des taux de change. Les Cetes, obligations à long terme libellées en pesos, étaient donc délaissées au profit des Tesebonos. Voir sur ce point : Initiative for Policy Dialogue, <http://www.gsb.columbia.edu/ipd/j_bankingMXN_bk.html>

14 Le Plan Brady s’est aussi appliqué à la Bulgarie, au Maroc, au Nigeria, aux Philippines et à la Pologne.

15 En 2001, plus de 200 milliards de dollars de Brady Bonds avaient été émis. Une petite partie de Brady Bonds avait également initialement été émise en Deutsche marks mais le marché sur cette devise (depuis transformé en euros) est relativement moins liquide.

16 Cela reflète l’idée que cette banque américaine, présente au Mexique depuis 1929, bénéficiait d’un avantage dévolu « à l’ancienneté ». En effet, cette clause stipule que certaines personnes ou entités qui sont déjà impliquées dans une activité ne sont pas affectées par de nouvelles réglementations qui toucheraient cette activité. Ainsi, Citibank n’a pas été affectée par les nationalisations massives des banques mexicaines en 1982 suite à la crise du peso.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, CERVEPAS
Maître de conférences à l’université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III. Ses recherches portent principalement sur le monde de la finance aux États-Unis.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search