Version classiqueVersion mobile

Intégration dans les Amériques

 | 
Jean-Michel Lacroix
, 
Maria Eugenia Cosio-Zavala
, 
Martine Azuelos

Les dimensions économiques de l'intégration

Les entreprises américaines en Amérique latine : de l’Alena à un marché mondial intégré

Kathleen Domange

Texte intégral

1Quelques semaines avant la ratification de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), on pouvait lire dans le New York Times :

  • 1 Allusion à la Festung Europa, la Forteresse Europe des nazis.

Nous devons soutenir l’ALENA (...). Si nous nous replions sur nous-mêmes et adoptons la philosophie de la Festung Amerika1, nous perdrons notre avantage sur la concurrence, des parts de marché, des emplois, l’hégémonie mondiale, et nous deviendrons un pays de perdants (...). À l’est est en train de se constituer une zone de libre-échange qui pourrait devenir bien plus redoutable que le Made in China. À l’ouest, les agriculteurs français mènent l’Europe vers un marché commun de type « nous-contre-les-autres », menaçant d’anéantir le commerce mondial en bloquant les négociations du GATT (...). Ne serait-ce pas merveilleux d’avoir tout un hémisphère de notre côté (...) pour empêcher les Européens et les Asiatiques de faire front commun ? Les puristes du libre-échange n’emploient pas un tel argument, mais il est temps que nous donnions un sens plus large à l’expression America First [Safire, 1993, p. 17].

  • 2 Source: US Department of Commerce et OCDE [2001].

2Aujourd’hui, huit ans après la mise en place de cet accord, le PIB du Mexique représente 5 % de celui des États-Unis, l’équivalent d’un État américain moyen. Les États-Unis comptent pour plus de 75 % des échanges extérieurs du Mexique et 70 % des investissements directs dans le pays2. Les relations entre les États-Unis et le Mexique, souvent difficiles depuis l’annexion d’un tiers du territoire mexicain par les États-Unis au XIXe siècle, sont excellentes depuis l’élection de Vicente Fox, ancien patron de Coca-Cola Mexique.

  • 3 Forum qui réunit tous les quatre ans les 34 chefs d’États et de gouvernements du continent américa (...)
  • 4 Le trente-cinquième pays, Cuba, a été écarté pour cause de non-conformité aux règles de démocratie (...)
  • 5 Voir la récente dollarisation de l’Équateur et du Salvador, qui ont déjà renoncé à leur monnaie na (...)

3En avril 2001, lors du troisième sommet des Amériques à Québec3, George W. Bush relançait le projet de ZLEA, la Zone de libre-échange des Amériques, dont le concept avait été proposé à Miami en 1994 au premier Sommet des Amériques. Elle permettra de constituer, en 2005, un vaste ensemble de 800 millions d’habitants et de 42 millions de km2 de territoire, de l’Alaska à la Terre de Feu, représentant un produit national brut de 11 milliards de dollars, soit 40 % du PIB mondial, et réalisant 25 % du commerce de marchandises. Présenté comme un simple accord commercial entre 34 des 35 pays américains4, le projet prévoit cependant une intégration fiscale et commerciale grâce à l’adoption d’un corpus de normes et de règles communes. Il pourrait aboutir à une intégration monétaire par la dollarisation de la zone5 et entraîner également une intégration juridique et sociale, à l’instar du chapitre XI de l’ALENA qui permet à des entreprises privées de poursuivre des gouvernements en justice lorsque leurs investissements dans ces pays sont menacés. Il sous-tend une intégration politique et stratégique et pourrait avoir pour conséquence une intégration linguistique et culturelle de l’hémisphère : l’anglais et l’espagnol sont en effet les deux langues les plus utilisées en affaires et les systèmes d’éducation et de formation mis en œuvre en Amérique latine tendent à s’harmoniser, pour mieux répondre aux besoins des multinationales.

  • 6 La Business Roundtable est un groupe de pression patronal réunissant les patrons de 140 multinatio (...)
  • 7 Il s’agit des accords signés par les États-Unis avec Israël, avec la Jordanie et ses voisins, et a (...)
  • 8 Selon Robert N. Burt, PDG de FMC Corp. et président de la Business Roundtable, « Les entreprises a (...)
  • 9 Selon le Corollaire de Roosevelt à la Doctrine de Monroe, les États-Unis, « pays civilisé », sont (...)

4L’annonce de la relance du plan d’intégration panaméricaine intervint peu de temps après la publication d’un rapport de la Business Roundtable6 qui s’inquiétait de « l’activisme » européen et japonais en matière de libre-échange. Le rapport soulignait que, sur les cent trente accords en vigueur début 2001 dans le monde, trois seulement impliquaient les États-Unis7, signe de leur « perte de leadership mondial ». Doit-on alors considérer le projet d’intégration panaméricain comme une réaction de défense des patrons américains, inquiets de la multiplication d’accords commerciaux dont ils sont exclus et de leur perte de compétitivité face à leurs concurrents étrangers8, ou comme nouvelle étape de la politique mondialiste des États-Unis, du projet d’America First poursuivi depuis le XIXe siècle par les défenseurs du libre-échange et de la Manifest Destiny [Commager, 1963]9 des États-Unis, dont le fer de lance fut toujours l’entreprise ?

  • 10 Dès 1911, 64,46 % des capitaux étrangers au Mexique étaient américains. De nombreux ouvrages ont é (...)

5Depuis le XIXe siècle en effet, les entreprises américaines sont engagées dans une stratégie d’expansion commerciale au-delà de leurs frontières, soutenues en cela par la politique étrangère des États-Unis. À l’époque, seul un petit nombre d’entre elles s’étaient lancées à l’assaut des marchés étrangers, le plus souvent pour s’y approvisionner, une stratégie propre aux entreprises du secteur primaire. L’Amérique latine, « arrière-cour » des États-Unis, leur permit de faire leurs premières armes, comme en témoigne l’exemple de la compagnie United Fruit [May et Plaza, 1957 ; McCann, 1976 ; Winkler, 1929]10.

  • 11 La SEC est l’équivalent de la Commission des opérations en bourse française (COB).
  • 12 Il s’agissait de dibromochloropropane.

6L’entreprise achète ses premières plantations de bananes en 1870 à la Jamaïque, puis se développe au Panama en 1897, au Honduras en 1899 et aux Canaries en 1910. Dès 1912, après la faillite de son principal concurrent, la compagnie Atlantic Fruit, elle contrôle les exportations de bananes du Costa Rica. Elle rachète alors la California-Guatemala Fruit Corp. en 1927, et commence à se diversifier en achetant des plantations de sucre à Cuba et des concessions de pétrole et de gaz naturel en Colombie, au Panama, puis en Équateur. Les contacts très particuliers qu’entretient la United Fruit avec certains régimes sud-américains et l’appui des États-Unis - ces derniers interviendront en effet militairement en Amérique latine trente-deux fois entre la fin de la guerre avec l’Espagne et le début de la Grande Dépression pour y protéger les investissements américains – lui permettent d’obtenir de nombreux marchés : en 1901, le gouvernement du Guatemala lui confie 1 exploitation de son réseau national de postes ; en 1904, le dictateur Manuel Estrada Cabrera lui octroie une concession de quatre-vingts-dix-neuf ans pour construire et entretenir la ligne principale de chemin de fer entre Guatemala City et Puerto Barrios. La société change de nom en 1970 et devient la United Brands Company. Mais en 1975, accusé par la Securities and Exchange Commission11 d’avoir versé des pots-de-vin au président du Honduras, Osvaldo Lopez Arellano, son président, Foster Grant, se suicide. En 1978, l’entreprise est de nouveau convaincue d’avoir versé 2,5 millions de dollars à l’ancien ministre de l’Économie du Honduras, Abraham Bennaton Ramos, et est condamnée à une amende de 15 000 dollars. En 1979, elle est accusée d’utiliser dans ses plantations un pesticide12 interdit aux États-Unis, car susceptible d’entraîner des cas de stérilité chez les ouvriers agricoles. En 1989, l’entreprise change encore de nom pour devenir la société Chiquita Brands International. Elle fera de nouveau la une des médias en 2001, dans ce qu’on a appelé la « guerre de la banane » entre les États-Unis et l’Europe.

  • 13 Aux termes de cet accord, les ouvriers agricoles mexicains étaient autorisés à aller travailler au (...)
  • 14 The Harmonized TariffSchedules of the United States (HTS), item 9802, concerne les objets métalliq (...)
  • 15 Les plus importantes se trouvent à Tijuana, Imperial Bay et Mexicali.

7Le cas de la Chiquita n’est pas isolé. Les multinationales américaines ne souffrent pas encore de la concurrence étrangère et le volume des investissements américains en Amérique du Sud va progressivement augmenter jusqu’aux années 1950, période au cours de laquelle le mouvement va s’accélérer lorsque les entreprises du secteur manufacturier y implantent des filiales-relais pour éviter les coûts de transport, et surtout à partir de 1965, lorsque le Mexique lance le Programme d’industrialisation de la frontière. Ce programme remplace le plan Bracero13 et crée les maquiladoras pour attirer des investissements étrangers et résorber le chômage dans les régions mexicaines frontalières des États-Unis. Les multinationales américaines mettent alors en place une stratégie de production différente, intégrée régionalement, grâce à des filiales-ateliers ou « usines tournevis » comme celles de General Electric, General Motors, Ford, Chrysler, Goodyear ou Mattel. Les maquiladoras bénéficient du statut de zone franche, ce qui permet aux entreprises qui s’y installent d’importer les pièces détachées ou les matériaux nécessaires à leur production sans acquitter de droits de douane. L’initiative mexicaine se conjugue avec un nouveau règlement douanier américain14 qui permet aux produits montés hors des États-Unis à partir de pièces détachées américaines d’être importés aux États-Unis, également sans acquitter de droits de douane sur la valeur des pièces détachées ou composants américains. Grâce à ces mesures, on compte aujourd’hui des filiales-ateliers dans quelques 3 300 maquiladoras, dont près de 60 % le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique15 ; on y assemble principalement des pièces détachées, des vêtements, des articles de sport, de l’équipement ménager et de l’électronique grand public.

8L’ALENA va amplifier ce mouvement d’intégration productive. En 1993, avant la libéralisation du commerce dans la zone de l’ALENA, le volume des échanges entre les États-Unis et le Mexique était de 77,6 milliards de dollars. Après 1994, le commerce augmente rapidement : les échanges entre les deux pays triplent et passent à 232,9 milliards de dollars en 2001 [Scott, 2001], L’économie du Mexique est aujourd’hui étroitement liée à celle des États-Unis qui ont absorbé, en 2001, 89 % des exportations mexicaines, dont 25 % pour l’industrie automobile, et fourni 70 % du montant total des investissements directs au Mexique [Business Week, 2001a].

  • 16 Ils avaient 18 498 filiales au Mexique, 9 489 au Brésil, 2 811 en Argentine, 1 097 au Venezuela, 8 (...)

9Près de 40 % de ces échanges proviennent des maquiladoras [Center for Immigration Studies, 2000]. Progressivement, ces dernières vont compter des unités travaillant dans des secteurs plus « pointus » comme ceux des biotechnologies, de l’électronique, de l’environnement ou du cinéma. Elles se sont parfois éloignées de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, et on en trouve maintenant à Jalisto, dans l’État de Mexico, à Mexico, à Puebla et dans le Yucatán, villes où les entreprises peuvent disposer d’une main-d’œuvre qualifiée. Les unités de production mexicaines sont devenues des sous-traitantes à part entière de nombreuses entreprises américaines. Guadalajara, où se sont installées Intel, IBM, Compaq, HP et Kodak, est devenue la Silicon Valley mexicaine sous l’impulsion du high tech américain. Le système des maquiladoras a permis aux entreprises américaines d’augmenter leur production, d’abaisser leurs coûts et de regagner des parts de marché sur leurs concurrentes étrangères aux États-Unis, entre autres dans le domaine de l’automobile. Ford monte au Mexique des moteurs et des voitures pour le marché mondial ; grâce aux économies d’échelle réalisées, l’entreprise a pu améliorer la qualité des véhicules, être plus compétitive sur le marché américain des petites voitures et y regagner les parts de marché prises par ses concurrents asiatiques dans les années 1980. En 1997, les trois grands de l’automobile américaine comptaient 33 253 filiales en Amérique latine (ECLAC, 1998)16.

  • 17 Grupo Modelo.
  • 18 Une partie du capital de Diblo SA, principale filiale du Groupe Modelo, a été rachetée en 1993 par (...)
  • 19 Il s’agit d’une division de Tricon Global Restaurants, Inc., groupe comptant 7 200 franchises aux (...)

10Les clauses les plus importantes de l’ALENA concernent en effet la protection de tous types d’investissements contre d’éventuelles modifications de la réglementation nationale. L’Accord prévoit une série de règlements protégeant le droit à la propriété privée des investisseurs et de presque tous leurs intérêts : financiers, non financiers, directs, matériels ou immatériels. Les dispositions sur le traitement national contraignent chaque pays signataire de l’Accord à octroyer les mêmes avantages aux sociétés et aux investisseurs étrangers qu’aux entreprises nationales, sans que soit prise en compte l’importance de leurs contributions à l’économie nationale. On voit ainsi se former des alliances entre firmes étrangères, principalement américaines, et entreprises nationales, pour mieux s’opposer à toute modification de la réglementation nationale. Ainsi, une partie du capital de Corona17, fleuron des entreprises mexicaines, est désormais américain18 ; AOL Time Warner a signé en 1998 une joint venture avec le Cisneros Group of Companies, également détenteur de toutes les franchises de Pizza Hut19 au Venezuela. Désormais, AOL Latin America fournit des services en ligne au Brésil, au Mexique, en Argentine et à Porto Rico, et son portail régional <http//www.aola.com> couvre dix-sept autres pays ; depuis décembre 2001, AOL Latin America a signé une alliance avec Univision Communications, ce qui lui permet de couvrir l’ensemble des utilisateurs hispaniques de l’Internet ; l’entreprise est aussi chargée de la publicité et des solutions consommateurs de quelques-unes des plus importantes multinationales américaines et étrangères : Coca-Cola, Kraft, McDonald’s, Intel, Ford, Gillette, Sony Music, Volkswagen, Peugeot et Siemens.

  • 20 Une armée interaméricaine chargée du maintien de la paix est mise en place, sous commandement amér (...)
  • 21 Ainsi en 1968 la prise de pouvoir par l’aile dure des militaires au Pérou et l’expropriation d’int (...)
  • 22 Ainsi à Cuba pendant la Première Guerre mondiale.
  • 23 En 1970, les États-Unis accusent le Brésil de dumping et, sous la pression de la National Coffee A (...)
  • 24 En Colombie ou au Nicaragua, par exemple.
  • 25 Rafael Leonidas Trujillo en République dominicaine (1930), Fulgencio Batista (1933) à Cuba, Anasta (...)
  • 26 En 1989, année de la chute du mur de Berlin, les États-Unis envahiront le Panama pour renverser Ma (...)

11Ces avancées n’auraient pas été possibles sans le soutien constant du gouvernement américain à ses entreprises. Dès le début des années 1930, avec l’aide de la CIA, des troupes formées par les académies militaires créées par les États-Unis au Nicaragua, à Haïti et en République dominicaine, puis par la US Army School of the Americas à Panamá20, vont renverser les régimes sud-américains qui tenteront de taxer les bénéfices des entreprises américaines, de saisir leurs investissements21 ou de menacer l’approvisionnement des États-Unis, par exemple en sucre22, café23, métaux ou pétrole24. Les États-Unis financeront les contras au Nicaragua et organiseront des élections pour mettre en place des régimes favorables aux intérêts américains25. Ces actions seront tout d’abord menées au nom de la lutte contre le communisme [Rockefeller, 1969], puis de la lutte contre la drogue26.

12On constate en effet, selon la formule de Robert Reich, « un couplage stratégique de la puissance nationale et de la puissance des firmes » [Reich, 1990]. Quelle que soit la stratégie adoptée par les transnationales américaines, leur intérêt correspond généralement à celui des États-Unis. General Motors, Coca-Cola, McDonald’s, IBM ou ExxonMobil sont des entreprises américaines avant d’être des global companies ou des world companies [L’Expansion, 1999]. On se rappelle la formule restée célèbre du directeur de la General Motors en 1953 : « Ce qui est bon pour General Motors est bon pour l’Amérique et réciproquement ». Comment alors analyser l’ALENA et le projet de ZLEA dans ce contexte ? S’agit-il d’étapes dans la volonté d’« hégémonie mondiale » américaine, ou d’une stratégie de repli protectionniste ?

  • 27 Cité dans le Toronto Star du 3 mai 1997.
  • 28 The Caribbean Basin Economic Recovery Act of 1983, mis en place le 1er janvier 1984, pour une péri (...)

13Selon Donald Johnston, ancien ministre du gouvernement libéral canadien et secrétaire général de l’OCDE depuis 1996, « les accords de libre-échange ont pour but de contraindre nos sociétés à évoluer »27. À ce titre, l’ALENA apparaît bien comme une nouvelle étape dans la politique mondialiste des États-Unis, comme un laboratoire permettant de tester les ajustements structurels nécessaires pour permettre à des économies, ici celles du Mexique et du Canada, de se mettre en phase avec le modèle dominant américain, pendant que ce dernier s’emploie à ouvrir de nouveaux marchés étrangers pour ses entreprises. Chaque administration et chaque Congrès ont tour à tour apporté leur contribution : le GATT, la Loi d’expansion commerciale de 1962, la négociation des Kennedy, Tokyo et Uruguay Rounds, la signature de l’ALENA, l’OMC, les accords commerciaux avec la Chine, le Vietnam et la Jordanie, la libéralisation du commerce avec les Caraïbes28, l’Afrique et les Pays andins, l’entrée de la Russie et la Chine dans l’OMC, le lancement des négociations sur le grand marché panaméricain.

  • 29 Foreign Operations, Export Financing and Related Programs Appropriations Acts. L’OMC a sanctionné (...)
  • 30 Arrivé à échéance en 1996, son but est de réagir à toute attitude discriminatoire en matière de ma (...)
  • 31 Arrivé à échéance en 1997, son but est d’identifier les « pratiques commerciales déloyales » dont (...)

14« Notre gouvernement doit faire en sorte d’ouvrir de nouveaux marchés au niveau mondial. Le président et le Congrès doivent faire du commerce leur priorité », s’exclamait en février 2000 le sénateur Chuck Hagel, président de la sous-commission sur la politique économique internationale de la commission sénatoriale américaine des relations étrangères. Dès 1976, le programme généralisé de préférence stratégique mis en place par les États-Unis ouvrait les marchés brésilien, indien, indonésien, malais, philippin et thaïlandais aux entreprises américaines. Grâce au statut de nation la plus favorisée dont a bénéficié la Chine pendant près de vingt ans, les grandes multinationales américaines ont pu se positionner sur ce marché stratégique bien avant l’entrée du pays dans l’OMC. Pendant des années, les Foreign Sales Corporations, filiales étrangères de sociétés américaines, ont permis aux entreprises de domicilier leurs profits à l’étranger puis de les rapatrier aux États-Unis sans acquitter d’impôt29. L’appareil juridique a été renforcé, et le Titre VII du Code américain du Commerce30 ainsi que l’article Super 30131 ont été réactivés par ordonnance présidentielle de Bill Clinton après leur expiration en 1996 et 1997.

  • 32 L’Office of the United States Trade Representative (USTR) a été créé par le Trade Expansion Act de (...)
  • 33 L’Overseas Private Investment Corporation, créée par le Foreign Assistance Act de 1969, garantit e (...)
  • 34 La TDA et son centre de conseil aux entreprises sont un guichet unique en charge de la coordinatio (...)
  • 35 L’Eximbank garantit et aide à financer les projets d’exportation ou d’investissement des PME améri (...)

15Les États-Unis ont également mis en place à la fin des années 1960 un dispositif d’aide à leurs exportateurs extrêmement efficace, pour faciliter l’ouverture de nouveaux marchés par une action concertée de tous les services américains. Ce dispositif, qui sera renforcé en 1993 lors du lancement de la National Export Strategy de Bill Clinton, permet au US Trade Representative32, ambassadeur commercial des États-Unis, de contrôler tous les programmes de l’OPIC33, la Trade and Development Administration34 et l’Eximbank35. Ainsi, en mars 2001, l’Eximbank signait un accord avec la banque nationale de développement mexicaine, NAFIN (Nacional Financiera), prévoyant d’augmenter le volume des achats de produits américains par les PME mexicaines grâce à des prêts de la NAFIN garantis à hauteur de 85 % par l’Eximbank. Simultanément, l’Eximbank octroyait 7,7 milliards de dollars de prêts à l’exportation à destination du Mexique à des entreprises américaines [U.S. Department of State, 2001].

  • 36 On a souvent cité les ententes au niveau des directoires croisés entre les conseils d’administrati (...)

16Grâce à ce soutien, les entreprises américaines se sont implantées très tôt sur tous les marchés étrangers pour contrer les effets de la segmentation du monde en zones de libre-échange. Dès la fin des années 1950, le poids des États-Unis au sein des institutions internationales36, puis la politique de déréglementation des marchés financiers et d’abaissement des barrières tarifaires, ont permis aux multinationales américaines de concevoir leurs stratégies d’approvisionnement et de production au niveau mondial et non pas seulement régional. Dans les années 1960, à l’instar de Procter & Gamble, Gillette ou Coca-Cola, leur règle est le make-where-you-sell, pour adapter leurs produits aux différents goûts et cultures et tenter de concevoir un produit global. Ford et General Motors, déjà présentes en Amérique latine, investissent en Europe, plus récemment au Brésil et en Chine [Les Échos, 1995]. La Pontiac de General Motors est montée en Corée du Sud, son moteur fabriqué en Allemagne, sa carrosserie à Taiwan et à Singapour. Eastman Kodak, bien implanté au Mexique, va concurrencer son concurrent japonais Fuji Photo Films en Chine. La direction mondiale et le centre de recherche des chaussures Nike restent dans l’Oregon, mais les modèles sont montés et testés à Taiwan avant d’être fabriqués en série dans différentes usines-ateliers d’Asie du Sud-Est qui sous-traitent pour Nike. Les entreprises externalisent et délocalisent pour obtenir des conditions plus avantageuses et plus de flexibilité. Dell Computers, qui possède des filiales au Mexique, en ouvre aussi en Europe. Cisco Systems et Microsoft, également présentes au Mexique, s’implantent en Chine. Lucent et Hewlett-Packard renforcent leurs activités de conception et de développement de logiciels en Inde. American International Group, FedEx et Yahoo ouvrent des filiales en Amérique latine, en Europe et en Asie. Wal-Mart s’internationalise à partir de 1991 et ouvre des magasins au Canada, au Mexique, au Brésil, en Argentine et à Porto Rico, tout en rachetant des distributeurs en Chine, en Allemagne et en Grande-Bretagne.

17Dans la majorité des cas, cette internationalisation a eu lieu avant la signature de l’ALENA ; dans d’autres, l’Accord leur a servi de tremplin. En mai 2001, Citigroup achetait le Grupo financiero Banamex-Accival, la plus grande banque et société de courtage mexicaine. Parallèlement, elle rachetait la People’s Bank Card Unit et Schroders PLC en Grande-Bretagne, la Banque polonaise Handlowy, des parts du groupe taiwanais Fubon et Associate First Capital Corp, société de financement américaine à forte participation japonaise [Business Week, 2001 d]. General Electric, qui emploie aujourd’hui 30 000 personnes au Mexique, a utilisé ses ateliers mexicains pour mettre en place en 1999 une stratégie d’intégration productive mondiale pour sa division Aircraft Engines (AE). Tandis que les départements R&D et design restaient aux États-Unis, la production était répartie entre ses usines du Mexique, du Brésil, des Indes et de Turquie [Business Week, 2000]. Selon Joseph Quinlan, économiste chez Morgan Stanley Dean Witter, et Marc Chandler, analyste à la Mellon Financial Corporation, les entreprises américaines détenaient en 1998 tout ou partie du capital de plus de 23 000 entreprises au niveau mondial. Elles contribuaient à hauteur de 16 % au PNB de l’Irlande, à plus de 9 % au PNB de Singapour et du Canada, et à plus de 6 % à celui de la Grande-Bretagne. On constate ainsi que, même si la part de l’Amérique latine augmente, l’Europe et les pays développés restent la destination prioritaire des investissements directs américains à l’étranger depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale : 40 % dans les années 1960, 50 % dans les années 1970 et 1980. Avec la fin de la guerre froide et la libéralisation du commerce, les investissements américains en Europe sont passés à 55 % au cours des années 1990, loin devant l’Amérique, l’Asie et l’Afrique. Entre 1994 et 1999, les États-Unis ont investi au Canada deux fois plus qu’au Mexique [Quinlan et Chandler, 2001].

18Ne faut-il pas alors comprendre l’ALENA et la ZLEA comme des tentatives de repli protectionniste derrière des frontières élargies à l’hémisphère, en réaction à la montée en puissance de concurrents étrangers ? En effet, si les barrières au commerce et aux flux de capitaux ont été sensiblement réduites au cours des trente dernières années, force est de constater que les frontières des différents pays continuent de délimiter des espaces politiques et juridiques nationaux et que les marchés continuent d’être segmentés par des tarifs douaniers. Une réelle intégration économique internationale poserait en fait la question du maintien des États-nations ou de leur abandon en faveur d’un fédéralisme global.

19Les mesures prônées par les défenseurs du libéralisme ont certes fait tache d’huile, et de nombreux pays ont mis en place des réglementations pour attirer contrats et investissements étrangers. Ils ont été aspirés dans une spirale concurrentielle qui les a incités à appliquer des mesures libérales : taux attractifs, désengagement du gouvernement, fiscalité légère, législation du travail flexible, déréglementation, privatisations et ouverture des marchés. Le nombre de zones franches a explosé, en Amérique latine comme au niveau mondial. Mais les États-Unis, économie dominante, et leurs entreprises, ont souvent été accusés de confondre leur intérêt avec celui de l’ensemble du monde. Les conséquences de cette « américanisation » du monde sur les conditions de travail ont provoqué un mouvement de résistance à « l’impérialisme américain ». La situation devient plus difficile pour les entreprises américaines : leur leadership est contesté [Le Monde, 2001], et les sondages montrent aujourd’hui que près de 50 % des Américains considèrent que la libéralisation des échanges est dangereuse [Business Week, 2001e].

20Les patrons américains s’inquiètent aussi du dynamisme croissant de leurs concurrents européens, tant aux États-Unis qu’en Amérique latine. Les entreprises étrangères ont en effet adopté, depuis la fin des années 1980, la même stratégie de croissance externe que les firmes américaines : dès 1989, Péchiney rachetait American Can et Michelin absorbait Uniroyal Goodrich ; en 1990 Saint-Gobain rachetait Norton et Schneider Square D ; en 1991, avant de tenter de racheter Lucent, Alcatel avait acquis de nombreuses sociétés dans le domaine de la haute technologie, Vivendi Universal avait repris la maison d’édition Houghton Mifflin et Bristol-Myers Squibb, la branche pharmaceutique de Dupont. En 1998, le numéro trois américain de l’automobile, Chrysler, fusionnait avec l’Allemand Daimler-Benz ; en 2001, Le Moniteur du Commerce international titrait même : « Floride : dernière conquête des entreprises françaises » [MOCI, 2001], En 2000, l’investissement européen représentait 80 % de l’investissement direct étranger aux États-Unis [Business Week, 2001 f].

  • 37 Les exportations du Mexique vers l’Union européenne ont connu une croissance de 40 % et les export (...)
  • 38 Groupe Endesa.
  • 39 Banques BBVA et BSCH.

21Par ailleurs, le Mexique a signé un accord de libre-échange avec l’Union européenne en 2000, et les droits de douane devraient être éliminés le 1er janvier 2003. Aux termes de cet accord, l’Union européenne s’est engagée à consacrer 56 millions d’euros à différents projets de coopération avec le Mexique : aide aux PME, soutien aux États de la Fédération mexicaine, projet de développement social dans le sud-est du Mexique, programmes universitaires d’échanges et de développement scientifique et technologique. En conséquence, les échanges bilatéraux entre le Mexique et l’Union ont augmenté de presque 30 % en seulement dix-huit mois37, et l’Espagne est devenue une plate-forme pour l’investissement américain en Europe et pour l’investissement européen en Amérique latine : en 2000 déjà, le continent sud-américain représentait 34 % de l’investissement espagnol à l’étranger, principalement au Mexique et au Brésil, dans les secteurs de l’énergie38 et de la finance39.

  • 40 Depuis le Reciprocal Trade Agreements Act de 1934, renouvelé sous le nom de Export Administration (...)
  • 41 Le texte final a été harmonisé par une commission mixte du Sénat et de la Chambre des représentant (...)

22Autre source d’inquiétude pour les entreprises américaines : l’État n’a plus les coudées franches pour leur faciliter l’ouverture de nouveaux marchés. Depuis 1994, date de l’expiration du Fast Track40, la politique commerciale des États-Unis est restée au point mort. Le président Bush avait obtenu de justesse en décembre 2001, par une voix, que la Chambre des représentants vote en faveur du Trade Promotion Authority. Pour être ratifié, le projet devait aussi être approuvé par le Sénat, chose faite depuis le 24 mai 2002, mais les sénateurs n’ont accepté de le soutenir que lorsque l’administration y a inclus des dispositions concernant le respect des droits des travailleurs et la protection de l’environnement41. Pour être réélus, les membres du Congrès doivent en effet rendre des comptes à un électorat de plus en plus sensible aux questions touchant l’environnement et les droits de l’homme.

23En conséquence, on assiste plus aujourd’hui à un scénario de régionalisation de l’économie, avec mise en place d’un système de dominations locales, qu’à une intégration mondiale des marchés. Les États-Unis ont cherché à progresser sur le plan bilatéral, par des accords de libre-échange avec le Chili, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et les entreprises américaines sont désormais implantées stratégiquement au niveau mondial, où les affrontements se multiplient dans la mesure où chaque bloc, aujourd’hui les États-Unis et leurs alliés, demain l’Inde ou la Chine, prétend jouer un rôle hégémonique. Le relèvement par les États-Unis des droits de douane sur l’acier européen et asiatique en mars 2002 en est un exemple.

  • 42 Voir, supra, la contribution de Jerry Haar au présent volume. Ce programme va être élargi aux « tr (...)
  • 43 Il s’agit de l’Andean Trade Preference Act de 1991.

24Au sein même de l’ALENA, les réactions protectionnistes sont fortes, signe qu’un marché mondial intégré n’est pas pour demain. Certains domaines, l’agriculture par exemple, sont particulièrement sensibles. Les dirigeants mexicains avaient présenté l’ALENA à leurs concitoyens comme la possibilité pour les entreprises agricoles mexicaines de pénétrer le marché américain en échange d’une plus grande ouverture de leur marché aux produits manufacturés, aux services et même aux céréales en provenance des États-Unis. Néanmoins, les tomates mexicaines ont fait l’objet d’un litige commercial entre les deux pays qui a abouti, sous la pression des producteurs de Floride, à une augmentation de leur prix sur le marché américain. C’est également le cas aujourd’hui du sucre et d’autres produits agricoles mexicains dont l’entrée aux États-Unis est freinée par l’instauration de normes phytosanitaires par exemple, comme ce fut le cas pour les avocats. Autre sujet sensible, le textile : l’industrie textile américaine est l’un des plus gros bénéficiaires du Trade Adjustment Assistance, programme fédéral d’aide aux travailleurs dont les emplois ont été supprimés en raison de la concurrence étrangère42 ; toutes les importations américaines de textile ou de vêtements sont soumises à une taxation moyenne de 17 % et l’industrie applique toujours un régime spécial de quota au niveau mondial, dont la fin est prévue en 2005. Le puissant lobby du textile a même réussi à bloquer la prolongation de l’accord de préférence commerciale exonérant de tarifs douaniers les produits textiles en provenance des Pays andins, arrivé à échéance en décembre 200143.

  • 44 Border Environment Cooperation Commission ou BECC.

25Seule une régulation efficace et concertée peut mettre en place les règles du jeu indispensables pour pacifier les relations entre États et diminuer le risque de voir se construire un monde polycentrique. L’évolution est timide, certes, et les institutions internationales n’ont pas encore pris leur véritable dimension d’arbitres de la mondialisation. Un mouvement de responsabilisation et d’autorégulation a cependant été amorcé : déjà, les États-Unis et le Mexique ont créé la Commission frontalière de coopération pour l’environnement44 pour financer des infrastructures de protection de l’environnement. On pourrait demain voir plus de joint ventures entre des institutions américaines et européennes, par exemple entre la Commission de Bruxelles et la Federal Trade Commission, ou entre la Food and Drug Administration et l’Agence européenne pour la Santé, qui fonctionneraient progressivement de manière harmonisée.

  • 45 Voir à ce sujet la campagne de boycott des stations-service ExxonMobil et de sa filiale européenne (...)
  • 46 Chemical Manufacturers Association (CMA).
  • 47 European Chemical Industries Council.
  • 48 World Federation of Sporting Goods Industry.

26Sous la pression des groupes d’opposants à la mondialisation, les multinationales américaines, soucieuses de redorer leur blason45, semblent avoir amorcé un processus d’autorégulation en cherchant à élaborer des normes au niveau international. Après le désastre de Bhopal, en Inde, l’Association des industriels américains de la chimie46 a fait appliquer des directives de responsive care dans ses cent quatre-vingt sociétés membres, adoptées ultérieurement par la Fédération européenne des industries de la chimie (CEFIC)47. En 1997, la Fédération mondiale des industries des équipements de sport48 s’est engagée à lutter contre le travail des enfants au Pakistan : Reebok, accusée d’acheter des ballons de football fabriqués par des enfants, finance depuis 1998 un programme de surveillance des entreprises qui sous-traitent pour l’industrie du sport et d’éducation pour les enfants précédemment employés dans ces usines ; comme Toys’R’ US ou Avon, la plupart des multinationales américaines ont annoncé en 1998 que leurs fournisseurs s’engageaient à respecter les clauses du SIA 8000, certification de normes de qualité du travail et de respect des droits de l’homme [Sebastian, 1998 ; Bernstein, 1997].

  • 49 Lire également la présentation du projet sur <http//usinfo.state.gov/topical/eco> et les critiques qu’il soulève au sein du Social Jus</http> (...)
  • 50 International Union of Food, Agricultural, Hotel, Restaurant, Catering, Tobacco and Allied Workers (...)

27Les multinationales sont contraintes de repenser leur stratégie [Business Roundtable, 2001 b]. Le concept de stakebolder a fait son apparition pour la première fois en 1965 à la conférence tiers-mondiste de New Delhi. Soutenus tant par les investisseurs, avec le développement des fonds éthiques et de l’investissement socialement responsable (ISR), que par l’activisme des actionnaires du workers capital, concept lancé par le Californien Bill Crist du fonds de pension Calpers, les fonds éthiques représentaient en 2001 12 % des investissements aux États-Unis, contre 1 % en France. Certaines entreprises en ont fait les frais, comme en témoignent les démêlés de Nike sur le travail des jeunes Vietnamiennes ou Thaïlandaises, ou de Monsanto en Europe avec les OGM. Après des années consacrées au culte du profit, les multinationales sont désormais contraintes de penser en termes de responsabilité sociale, chartes déontologiques et autres principes éthiques. Ainsi, en octobre 2000, ExxonMobil et Chevron demandaient à la Banque mondiale de participer financièrement à un projet visant à extraire du pétrole au Tchad pour le transporter par pipeline jusqu’à la mer à travers le Cameroun. Aux termes de cet accord, la Banque mondiale devait veiller à ce que les dirigeants de ces deux pays honorent leurs engagements vis-à-vis du consortium et utilisent une partie des bénéfices dégagés pour soulager la misère de la population locale, faute de quoi elle ne leur accorderait plus de prêts. Le consortium, de son côté, s’engageait à faire en sorte que l’environnement des deux pays et le droit des travailleurs tchadiens soient respectés [Business Week, 2001b]49. Ce projet était le premier du genre entre des entreprises multinationales et un organisme international. Le 11 mai 2001, la société Chiquita Brands International, elle aussi, signait une charte sur les libertés syndicales et les conditions de travail et d’embauche avec les syndicats américain et mexicain des ouvriers agricoles50. Cette charte, enregistrée à TOIT le 14 juin 2001, est désormais valable sur tout le continent sud-américain.

  • 51 Accords de libre-échange de juillet 2001.
  • 52 L’exemple du Mexique est d’ailleurs suivi par le Chili [Patten, 2001]. Sur le deuxième sommet Unio (...)

28Lors de la réunion du G8 de 2001, les États-Unis se sont de nouveau prononcés en faveur d’une plus grande libéralisation des échanges au niveau mondial ; d’ailleurs, adhérer à l’ALENA n’interdit pas à un pays de signer d’autres accords de libre-échange en dehors de la zone, contrairement à ce que prévoient les statuts de l’Union européenne. Mais, il semble encore prématuré de parler de l’ALENA, et demain de la ZLEA, comme d’étapes vers une intégration économique mondiale, à moins que, dans les années à venir, le Mexique ne joue un rôle de passerelle vers un marché mondial intégré, lui que son président présente comme une plate-forme stratégique entre le nord et le sud des Amériques, comme le seul pays à avoir signé des accords de libre-échange avec les États-Unis, le Canada et l’Union européenne51, qui resserre ses liens avec l’ensemble des pays sud-américains et travaille activement à la signature de nouveaux accords de libre-échange avec l’Asie52.

  • 53 Les multinationales sont en effet devenues des acteurs politiques locaux incontournables, et elles (...)

29Grâce à l’ALENA, et malgré la crise financière qui l’a secoué, le Mexique renoue aujourd’hui avec la prospérité. Il prouve ainsi que le modèle poursuivi depuis le XIXe siècle, celui d’une économie déséquilibrée dont le centre de gravité est l’entreprise américaine, ne sera peut-être pas celui de demain. Le Mexique est aujourd’hui un partenaire à part entière, avec sa propre politique commerciale et ses spécificités culturelles. D’autres pays, dont le Brésil, ne voient pas d’un bon œil la constitution d’un grand marché panaméricain dans l’orbite de Washington, et les mouvements de résistance à la mondialisation, vécue comme une américanisation forcée, montrent que s’il devait y avoir intégration mondiale des marchés dont la ZLEA serait une nouvelle étape, celle-ci ne serait pas automatiquement polarisée vers les États-Unis [Les Echos, 2002a], Les sociétés veulent aujourd’hui défendre leur pluralité et leurs spécificités sociales, économiques et culturelles. Il se pourrait alors que la politique de libre-échange poursuivie par les États-Unis et leurs entreprises depuis le XIXe siècle ait sécrété sa propre antidote, et ce n’est qu’à ce prix que les entreprises américaines, comme leurs émules étrangères, peuvent espérer voir se mettre en place le marché mondial intégré qu’elles disent appeler de leurs vœux53.

Bibliographie

Bibliographie

Bernstein, Aaron, 1997, “Sweatshop Police”, Business Week, 20 octobre, p. 39.

Business Roundtable, 2001a, “The Case for US Trade Leadership: The United States is Falling Behind”, 9 février, <http//www.brtable.org>.

Business Roundtable, 2001b, “Corporate Social Responsibility in Latin America: Practices by US Companies” et “Beyond the Balance Sheet: How Companies Bring Positive Change to Latin America”, 2 août, <http//www.brtable.org>.

Business Week, 2000, “Behind Anxiety over Globalization”, 24 avril, p. 42.

Business Week, 2001a, “As the US Slips, So Slips Mexico?”, 5 février, p. 28.

Business Week, 2001b, “This Clean Oil Project is Tainted Already”, 9 avril, p. 95.

Business Week, 2001c, “Betting on Free Trade”, 23 avril, pp. 32-35.

Business Week, 2001d, “Sandy Weill Wants the World”, 4 juin, pp. 56-57.

Business Week, 2001e, “George Bush on Trade”, 18 juin, p. 14.

Business Week, 200lf, “Why Europe Keeps Gobbling up US Companies”, 18 juin, p. 22.

Center for Immigration Studies, 2000, “Five Years after NAFTA: Rhetoric and Reality of Mexican Immigration in the 21st Century”, mars, <http//www.cis.org>.

Commager, H. S. (dir.), 1963, “Roosevelt’s Annual Message”, 6 décembre 1904, in Messages and Papers of the Presidents, vol. XIV, Documents of American History, Meredith Publishing Company.

Échos (Les), 1995, « GM poursuivra une politique agressive d’expansion à l’étranger », 9 novembre, p. 10.

Échos (Les), 2002a, « Le Mexique et l’Union européenne accélèrent leur rapprochement », 13 mai, p. 12.

Échos (Les), 2002b, « Amérique latine et Union européenne tentent de relancer leur partenariat à Madrid », 17 et 18 mai, p. 7.

ECLAC, Unit of Investment and Corporate Strategies, 1998, The Robinson Rojas Archives: Report on Foreign Investment.

Expansion (L’) 1999, « Dans les coulisses de la World Company, à l’heure des mégafusions, comment marchent ces entreprises aussi puissantes que des États », juin, p. 41

May, Stacy et Galo Plaza, 1957, The United Fruit Company, Washington, National Planning Association.

McCann, Thomas, 1976, An American Company: The Tragedy of United Fruit, New York, Crown.

MOCI (Le), 2001, « Floride : la dernière conquête des entreprises françaises », 26 avril, pp. 12-22.

Monde (Le), 2001, « Commerce mondial et environnement : le leadership des États-Unis contesté », 23 avril, p. 2.

OCDE, 2001, OCDE en chiffres, statistiques sur les pays membres, Paris, OCDE.

Patten, Chris, 2001, « l’Europe et l’Amérique latine : des amis qui se sont choisis », Les Échos, 15 mai, p. 68.

Quinlan, Joseph et Marc Chandler, 2001, “The US Trade Deficit: A Dangerous Obsession”, Foreign Affairs, mai-juin.

Redwood, John, 2001, Stars and Strife: The Corning Conflict Between the USA and the European Union, Basingstoke, Palgrave.

Reich, Robert B., 1990, “Who is Us”, in Kenichi Ohmae (dir.), The Evolving Global Economy, Boston, Mass., Harvard Business School Press, pp. 141-160.

Rockefeller, Nelson A., 1969, The Rockefeller Report on the Americas: The Official Report of a United States Presidential Mission for the Western Hemisphere, Chicago, The New York Times Edition.

Romano, Sergio, 2002, « L’unilatéralisme, la grippe américaine », Les Echos, 13 mars, p. 61.

Safire, William, 1993, “America First”, New York Times, octobre, traduction française Courrier Lnternational, no 157, 4 novembre, p. 17.

Scott, Robert E., 2001, “NAFTA’s Hidden Costs”, Briefing Paper, Washington, D.C., Economic Policy Institute.

Sebastian, Pamela, 1998, “A Special Background Report on Trends in Industry and Finance”, Wall Street Journal, 16 juillet, Al.

US Department of State, 2001, International Information Programs, Washinghton File, 27 mars, <http//usinfo.state.gov>.

US Department of State, 2002, Message du président Bush, 24 mai, www.state.gov

Winkler, Max, 1929, Investments of the United States Capital in Latin America, Boston, World Peace Foundation Pamphlets, p. 277.

Notes

1 Allusion à la Festung Europa, la Forteresse Europe des nazis.

2 Source: US Department of Commerce et OCDE [2001].

3 Forum qui réunit tous les quatre ans les 34 chefs d’États et de gouvernements du continent américain, à l’exception du Cubain Fidel Castro.

4 Le trente-cinquième pays, Cuba, a été écarté pour cause de non-conformité aux règles de démocratie définies par les États-Unis et le Canada.

5 Voir la récente dollarisation de l’Équateur et du Salvador, qui ont déjà renoncé à leur monnaie nationale au profit du dollar US, et l’intention du Guatemala, du Costa-Rica et du Nicaragua de retenir la formule, à plus ou moins court terme.

6 La Business Roundtable est un groupe de pression patronal réunissant les patrons de 140 multinationales américaines, employant plus de 10 millions de personnes aux États-Unis. On se reportera utilement aux rapports publiés par la Business Roundtable sur son site <http//www.brtable.org>, et plus particulièrement à “The Case for US Trade Leadership : The United States is Falling Behind” [2001a].

7 Il s’agit des accords signés par les États-Unis avec Israël, avec la Jordanie et ses voisins, et avec le Canada et le Mexique.

8 Selon Robert N. Burt, PDG de FMC Corp. et président de la Business Roundtable, « Les entreprises américaines ne cessent de perdre des avantages concurrentiels au fur et à mesure que de nouveaux pays signent ces accords (de libre-échange) » [Business Week, 2001c].

9 Selon le Corollaire de Roosevelt à la Doctrine de Monroe, les États-Unis, « pays civilisé », sont autorisés à faire cesser tout « désordre chronique » qui pourrait survenir dans 1 hémisphère occidental par un « pouvoir de police international ». William Howard Taft, ancien gouverneur des Philippines qui succéda à Roosevelt à la Maison Blanche, complétera cette doctrine par la « diplomatie du dollar ».

10 Dès 1911, 64,46 % des capitaux étrangers au Mexique étaient américains. De nombreux ouvrages ont été consacrés à cette entreprise emblématique de la puissance des multinationales américaines en Amérique latine. On se reportera utilement au site de la United Fruit Historical Society <http//www.unitedfruit.org> qui propose une bibliographie complète.

11 La SEC est l’équivalent de la Commission des opérations en bourse française (COB).

12 Il s’agissait de dibromochloropropane.

13 Aux termes de cet accord, les ouvriers agricoles mexicains étaient autorisés à aller travailler aux États-Unis pendant la saison des récoltes et des vendanges, ce qui permettait de réduire le chômage.

14 The Harmonized TariffSchedules of the United States (HTS), item 9802, concerne les objets métalliques américains, exportés à l’étranger pour être transformés, puis réexportés aux États-Unis.

15 Les plus importantes se trouvent à Tijuana, Imperial Bay et Mexicali.

16 Ils avaient 18 498 filiales au Mexique, 9 489 au Brésil, 2 811 en Argentine, 1 097 au Venezuela, 833 en Colombie et 525 au Chili.

17 Grupo Modelo.

18 Une partie du capital de Diblo SA, principale filiale du Groupe Modelo, a été rachetée en 1993 par Annheuser-Busch.

19 Il s’agit d’une division de Tricon Global Restaurants, Inc., groupe comptant 7 200 franchises aux États-Unis et 3 000 dans 86 autres pays.

20 Une armée interaméricaine chargée du maintien de la paix est mise en place, sous commandement américain, dès 1946.

21 Ainsi en 1968 la prise de pouvoir par l’aile dure des militaires au Pérou et l’expropriation d’international Petroleum Co.

22 Ainsi à Cuba pendant la Première Guerre mondiale.

23 En 1970, les États-Unis accusent le Brésil de dumping et, sous la pression de la National Coffee Association, imposent une taxe sur le prix de vente du café soluble.

24 En Colombie ou au Nicaragua, par exemple.

25 Rafael Leonidas Trujillo en République dominicaine (1930), Fulgencio Batista (1933) à Cuba, Anastasio Somoza Garcia au Nicaragua (1934), Augusto Pinochet Ugarte (1973) au Chili ou Oscar Mejia Victores (1983) au Guatemala.

26 En 1989, année de la chute du mur de Berlin, les États-Unis envahiront le Panama pour renverser Manuel Noriega : la raison invoquée cessera alors d’être la lutte contre le communisme mais deviendra la lutte contre la drogue. Lire aussi Romano [2002].

27 Cité dans le Toronto Star du 3 mai 1997.

28 The Caribbean Basin Economic Recovery Act of 1983, mis en place le 1er janvier 1984, pour une période indéterminée, permet aux pays de la zone Caraïbes d’exporter de nombreux produits aux États-Unis sans que ceux-ci soient soumis à droits de douane.

29 Foreign Operations, Export Financing and Related Programs Appropriations Acts. L’OMC a sanctionné cette pratique comme aide déguisée à l’export et a demandé aux États-Unis d’y mettre fin.

30 Arrivé à échéance en 1996, son but est de réagir à toute attitude discriminatoire en matière de marché public, entre autres au sein de l’ALENA.

31 Arrivé à échéance en 1997, son but est d’identifier les « pratiques commerciales déloyales » dont souffrent les exportateurs américains et de mobiliser les ressources américaines pour y mettre un terme.

32 L’Office of the United States Trade Representative (USTR) a été créé par le Trade Expansion Act de 1962 et autorisé en janvier 1980 (Executive Order 12188) à diriger la politique commerciale américaine.

33 L’Overseas Private Investment Corporation, créée par le Foreign Assistance Act de 1969, garantit et finance les programmes d’investissements des entreprises américaines dans les pays en développement.

34 La TDA et son centre de conseil aux entreprises sont un guichet unique en charge de la coordination de tous les services d’aide à l’export américains, d’intelligence économique et d’assistance dans tous domaines de l’international aux entreprises américaines.

35 L’Eximbank garantit et aide à financer les projets d’exportation ou d’investissement des PME américaines dans les pays en développement.

36 On a souvent cité les ententes au niveau des directoires croisés entre les conseils d’administration des multinationales américaines et de la Banque mondiale, dont certains présidents étaient des anciens des groupes Rockefeller et Ford.

37 Les exportations du Mexique vers l’Union européenne ont connu une croissance de 40 % et les exportations de l’UE vers le Mexique de plus de 20 % [Les Echos, 2002a].

38 Groupe Endesa.

39 Banques BBVA et BSCH.

40 Depuis le Reciprocal Trade Agreements Act de 1934, renouvelé sous le nom de Export Administration Act en 1979, le président bénéficiait d’une délégation du Congrès lui permettant de conclure directement des accords commerciaux. Depuis 1994, date d’expiration de cette procédure dite du Fast Track, ni Clinton ni Bush n’avaient réussi à obtenir du Congrès une nouvelle délégation en matière de politique commerciale. Celle-ci sera finalement renouvelée sous le nom de Trade Promotion Authority en 2002.

41 Le texte final a été harmonisé par une commission mixte du Sénat et de la Chambre des représentants en août 2002. Cependant, dès le lendemain de l’adoption de la Trade Promotion Authority par le Sénat, John T. Dillon, président de la Business Roundtable, publiait online un communiqué de presse dans lequel il se félicitait de cet accord qui représentait “the next step toward ending the era in which the United States sat timidly on the sideline while (...) foreign competitors aggressively signed trade agreements that ensured them competitive advantage over our workers, farmers and businesses”. Lire aussi le message du président Bush du 24 mai 2002, jour du vote du Sénat sur la Trade Promotion Authority: “Every day the United States goes without Trade Promotion Authority is another day the American people are deprived of the benefits of trade. Therefore I urge the House and Senate to convene a conference committee immediately so they can resolve their differences and send me a Trade Promotion Authority bill I can sign at the earliest opportunity” [U.S. Department of State, 2002].

42 Voir, supra, la contribution de Jerry Haar au présent volume. Ce programme va être élargi aux « travailleurs secondaires », licenciés par une entreprise sous-traitant pour une usine textile.

43 Il s’agit de l’Andean Trade Preference Act de 1991.

44 Border Environment Cooperation Commission ou BECC.

45 Voir à ce sujet la campagne de boycott des stations-service ExxonMobil et de sa filiale européenne Esso qui a commencé en Grande-Bretagne en mai 2002 en raison de sa politique climatique et de l’opposition des États-Unis à la ratification du protocole de Kyoto.

46 Chemical Manufacturers Association (CMA).

47 European Chemical Industries Council.

48 World Federation of Sporting Goods Industry.

49 Lire également la présentation du projet sur <http//usinfo.state.gov/topical/eco> et les critiques qu’il soulève au sein du Social Justice Committee <http//www.s-j-c.net> et de la part des écologistes, notamment de l’Association of State Green Parties <http//www.greenpartyus.org/press>.

50 International Union of Food, Agricultural, Hotel, Restaurant, Catering, Tobacco and Allied Workers’Association (IUF) et Coordinadora Latinoamericana de Sindicatos Bananeros (COLSIBA).

51 Accords de libre-échange de juillet 2001.

52 L’exemple du Mexique est d’ailleurs suivi par le Chili [Patten, 2001]. Sur le deuxième sommet Union européenne-Amérique latine, voir Les Echos [2002b].

53 Les multinationales sont en effet devenues des acteurs politiques locaux incontournables, et elles agissent par le biais d’associations conjointes. Ainsi, l’ADELA (Atlantic Community Development Group for Latin America) créée au Luxembourg au début des années 1960, associe 235 des plus grandes banques industrielles des États-Unis, d’Europe et du Japon. Elle représente 23 pays, dont 5 pays latino-américains. Son capital est détenu pour un tiers par des multinationales américaines et elle fonctionne comme une joint venture permettant le partage d’une entreprise locale entre plusieurs investisseurs étrangers de nationalités différentes. L’ADELA agit aussi comme médiateur entre les institutions financières internationales et les pays en voie de développement.

Auteur

Professeur de civilisation américaine à l’université de Cergy-Pontoise.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search